Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Autour de la céramique

Les imitations de céramique coloniale des sites ibériques d’Ullastret (Catalogne)

Ferran Codina, Aurora Martin et Gabriel de Prado

Résumé

L’ensemble ibérique d’Ullastret se trouve au nord-est de la péninsule Ibérique, à 15 km de distance de la colonie grecque d’Emporion. Depuis le Premier Âge du fer, vers la fin du VIIe s., et jusqu’à son abandon, au début du IIe s. av. n. è., des céramiques d’origine méditerranéenne, phéniciennes, grecques, puniques et italiques y parviennent, la plupart à partir du port emporitain. Elles ont été copiées et/ou réinterprétées dans les ateliers céramiques d’Ullastret, comme c’est le cas également dans d’autres établissements de la Catalogne ibérique. Parmi ces productions, il faut citer la céramique indikète à peinture blanche, caractéristique de cette région du monde ibérique et dont l’atelier principal serait situé à Ullastret, où semble aussi débuter la production de céramique de la côte catalane.

El conjunt ibèric d’Ullastret es troba situat al Nord-est de la Península Ibèrica, a tan sols uns 15 km de la colònia grega d’Emporion. Des d’inicis de l’edat del Ferro, a finals del s. VII a.n.e. fins al seu abandonament a inicis del s. II a.n.e hi varen arribar ceràmiques de procedència mediterrània, fenícies, gregues, púniques o itàliques, moltes d’elles a través del port emporità, que varen ser copiades i/o reinterpretades en els tallers de terrisser d’Ullastret, a l’igual que passa en altres centres de la Catalunya ibèrica. Entre aquestes produccions s’ha de fer un esment especial a la ceràmica indiketa, decorada amb pintura blanca, pròpia d’aquesta zona del món ibèric, els tallers centrals de la qual haurien estat a Ullastret, lloc en el qual també sembla haver tingut el seu origen la ceràmica de la costa catalana.

Entrées d'index

Géographique :

Ullastret

Chronologique :

époque ibérique

Texte intégral

1À Ullastret, l’oppidum du Puig de Sant Andreu et l’habitat fortifié de plaine de l’Illa d’en Reixac constituaient, ensemble, la capitale de la tribu ibérique des Indiketes, localisée dans l’extrême nord-est de la péninsule Ibérique (fig. 1-1). Ces habitats, les plus importants de la Catalogne préromaine, se sont développés sur deux sites du début de l’Âge du fer, distants d’à peine 500 m (fig. 1-2), et ont été occupés jusqu’au début du IIe s. av. n. è. Leur abandon paraît en rapport avec le soulèvement indigène contre la domination romaine en 197 av. n. è., qui entraîne l’intervention du consul Caton.

Fig. 1. Localisation des sites archéologiques d’époque ibérique d’Ullastret. 2. Vue aérienne présentant les agglomérations de Puig de Sant Andreu et d’Illa d’en Reixac.

Fig. 1. Localisation des sites archéologiques d’époque ibérique d’Ullastret. 2. Vue aérienne présentant les agglomérations de Puig de Sant Andreu et d’Illa d’en Reixac.
  • 1 Pour la classification des mobiliers céramiques présentés dans ce travail ce sont les typologies (...)

2La localisation des établissements d’Ullastret sur la voie de passage entre l’Ibérie et la Gaule a favorisé les contacts directs avec les marchands méditerranéens qui ont fréquenté cette zone dès le Premier Âge du fer : les Phéniciens pendant la deuxième moitié du VIIe s., les Étrusques et les Grecs Phocéens à partir de la fin du siècle (Martín et al. 2010). Ces derniers ont fondé dans le territoire indikète les colonies d’Emporion et de Rhodè. L’arrivée de céramique tournée de production coloniale depuis cette époque, ou encore, dans la première moitié du VIe s., en provenance du sud-est péninsulaire, entraîne à Ullastret, mais aussi dans toute la Catalogne, l’adoption du tour rapide de potier, au plus tard vers le milieu du VIe s. Parmi les productions de céramique tournée fabriquées à Ullastret dans un contexte indigène, il faut citer à côté d’un répertoire proprement ibérique, les imitations de vases importés. Cette fabrication de céramiques qui copient ou qui réinterprétent les formes importées sera une constante dans les ateliers d’Ullastret, jusqu’à l’abandon du site1.

Les imitations des céramiques grecques d’Occident (VIe - Ve s. av. n. è.)

3Les premières productions de céramique tournée élaborées à partir de modèles importés sont des imitations de céramiques grecques originaires de l’espace phocéen du golfe du Lion ou de la colonie d’Emporion.

La céramique grise monochrome

4La céramique grise monochrome est copiée depuis le début du troisième quart du VIe s. Les analyses de pâtes ont montré que ces productions ont utilisé à Ullastret les mêmes argiles et les mêmes fours, ainsi qu’une cuisson à même température, que les céramiques ibériques peintes de production locale (Pradell et al. 1995). Parmi les formes fabriquées, les plus nombreuses correspondent à des urnes, de taille variée, à pied annulaire bas du type 7b, ou à pied haut du type 7c ou 7d, en général sans anses, bien que l’on connaisse aussi quelques exemplaires de petites dimensions à deux anses (fig. 2-1 et 2). Les autres formes bien représentées sont les coupes carénées du type 3a ou 3b (fig. 2-3), diverses variantes de plats à marli, mais le plus souvent de forme 4a ou 4c (fig. 2-4), les gobelets du type 12a, 12b ou 12d (fig. 2-5) ou les gobelets carénés du type 13 (fig. 2-6). Il faut noter également la présence d’œnochoès. Comme exception, on peut citer un support à mettre probablement en rapport avec une grande coupe (fig. 2-7) et dont le parallèle formel serait dans le monde ibérique, le type 5212 de la céramique ibérique peinte, alors que la pâte et les motifs décoratifs appartiennent à la catégorie de la céramique grise monochrome.

Fig. 2. 1 à 7 : Imitations de vases de céramique grise monochrome ; 8 à 12 : Imitations de vases de céramique à pâte claire peinte.

Fig. 2. 1 à 7 : Imitations de vases de céramique grise monochrome ; 8 à 12 : Imitations de vases de céramique à pâte claire peinte.

5Les pâtes de ces productions, de couleur gris clair, sont dures et bien épurées, conservant souvent des vestiges d’engobe gris plus foncé que la pâte. Le répertoire décoratif comprend essentiellement des lignes ondulées incisées, réalisées avec un peigne à pointes, ou bien des bandes incisées en utilisant également un peigne (fig. 2‑4 et 7). Dans le cas des plats à marli, le décor est souvent uniquement composé de lignes incisées profondes qui suivent le contour de la lèvre à l’intérieur, à l’extérieur, ou les deux à la fois. Exceptionnellement, on trouve un décor plastique de boutons appliqués (fig. 2- 6).

La céramique à pâte claire

6Dans un moment avancé du Ve s. av. n. è., débute aussi la production des imitations de céramique à pâte claire peinte. L’atelier est bien caractérisé, en activité au dernier quart du Ve et au premier quart du IVe s. La production la plus typique est celle des grandes coupes à pied annulaire du type Cp1, imitation du type 621 de la céramique à pâte claire massaliète (fig. 2- 8). Les autres formes bien représentées sont les lékanides, proches du type massaliète 435a (fig. 2- 9), dotés de couvercles du type Ln1 reproduisant le type massaliète 721/722 (fig. 2- 10), et les olpès Ol1, imitations du type 521, où, le plus souvent, l’anse ne dépasse pas la hauteur de la lèvre, et qui peuvent être peints ou non (fig. 2-11 et 12). Des urnes de petite taille et des œnochoès ont été également fabriquées.

7Les pâtes utilisées, de couleur ocre-beige ou orangé clair, sont peu dures et bien épurées. Les décors peints utilisent la couleur orange ou marron orangé, qui peut devenir noirâtre si la peinture appliquée est plus épaisse. Parmi les motifs attestés sur les coupes à pied annulaire, le plus caractéristique est un cercle plein entouré de rayons sur le fond interne (fig. 2-8), interprété comme une représentation solaire ; toujours sur le fond interne, on peut trouver aussi deux palmettes opposées par la base ou encore des cercles concentriques. Près du bord, sur la face interne, il y a une bande de feuilles et, sur la face externe, deux cannelures parallèles et des bandes peintes. Pour les autres vases, les décors sont constitués de bandes de feuilles, de lignes ondulées ou simplement de lignes parallèles horizontales. Dans le cas des lékanides, parfois tout l’intérieur du vase est peint (fig. 2-10).

Les imitations de céramique attique. Fin du Ve et IVe-IIIe s. av. n. è.

8Les changements dans les flux commerciaux méditerranéens ont favorisé, à partir de la deuxième moitié du Ve s., l’arrivée en masse de céramique attique à figures rouges et à vernis noir à Ullastret à partir du port d’Emporion. Ces types céramiques ont exercé une grande influence sur les productions indigènes, qui, à partir de ce moment, connaissent des changements importants, aussi bien en ce qui concerne les techniques de production que les modèles.

La céramique peinte indikète

9Depuis le milieu du Ve s., on assiste à l’abandon lent, mais progressif, de la céramique ibérique peinte élaborée sous la forme de vases à parois épaisses et utilisant des pâtes oxydantes claires. Cette céramique sera remplacée par de nouvelles productions de vases à parois plus fines et avec des pâtes plus dures et foncées, en général grises ou du type « sandwich ». Ces vases de céramique commune ibérique, souvent sans décor, présentent aussi parfois des motifs de peinture blanche appliquée après cuisson. À Ullastret, les formes décorées les plus fréquentes correspondent aux types Am3, Cc3 et Jr3 du classement de la céramique commune ibérique du DICOCER. On n’y connaît pas de formes de vaisselle de table utilisant ce décor, alors que d’autres sites de la région, comme Castell de Palamós, Mas Castellar de Pontós ou Castell de Porqueres, en ont fourni des exemplaires.

10Cette production a été appelée céramique indikète, car elle est spécifique de la région occupée par cette tribu, qui s’étend des Albères jusqu’au fleuve Tordera. Cependant, bien qu’en faible quantité, cette céramique a été également découverte, au nord, dans certains sites du Roussillon et du Languedoc et, au sud, dans la zone léétanienne (Martín 1978, 1988). Les bandes et les groupements de lignes parallèles horizontales constituent les motifs les plus habituels, mais les motifs géométriques et/ou végétaux de la céramique attique à figures rouges sont également nombreux : feuilles de lierre, fleurs et fruits de divers types, palmettes et volutes (fig. 3-1, 2, 3, 4 et 5), ou encore les motifs des vases de Saint-Valentin (fig. 3-6), très nombreux à Ullastret.

Fig. 3. 1 à 6 : Décors de la céramique indikète ; 7 à 15 : Vases de céramique de la côte catalane qui copient des formes de la céramique attique ; 16 à 18 : Coupe de céramique non tournée imitation d’une coupe attique.

Fig. 3. 1 à 6 : Décors de la céramique indikète ; 7 à 15 : Vases de céramique de la côte catalane qui copient des formes de la céramique attique ; 16 à 18 : Coupe de céramique non tournée imitation d’une coupe attique.

11Le décor de peinture blanche sera utilisé dans les productions de céramique commune qui se succèdent à Ullastret jusqu’à l’abandon des sites. En ce sens, il faut noter que les urnes de céramique oxydante, fréquentes depuis la seconde moitié du IVe s. et pendant tout le IIIe s., ont été revêtues d’engobes foncés afin de faire ressortir le décor. Les motifs sont plus simples, réduits presque uniquement à des lignes et des bandes parallèles horizontales dans les vases tardifs.

La céramique de la côte catalane

12Dans le dernier quart du Ve s. av. n. è. commence à Ullastret la production de vaisselle de table du type dit de la côte catalane, qui, d’ailleurs, paraît trouver ses premières manifestations sur ce site, car elle est déjà présente dans la phase Ullastret IV, datée entre 450 et 380 (Martín, Lafuente 1999). Cette catégorie céramique évolue et perdure jusqu’à l’abandon du site au début du IIe s. av. n. è.

13La céramique de la côte catalane fournira la majorité de la vaisselle de table dans la Catalogne ibérique. De nombreux ateliers sont connus, en plus de ceux d’Ullastret, et sa commercialisation s’est étendue à l’extérieur de la zone de production. Si elle a été fabriquée au début en pâte grise, très rapidement apparaissent aussi des pâtes oxydantes. Cette céramique a fait l’objet à Ullastret d’une étude monographique (Rodriguez et al. 2003). La forme la plus connue et une des plus fréquentes, de tradition indigène, est le vase biconique, mais il y a également de très nombreuses formes qui dérivent de la vaisselle attique : œnochoè (fig. 3-7 et 8), askos (fig. 3- 9), olpè (fig. 3-10), skyphos (fig. 3-12), kylix à pied bas (fig. 3-14), coupe (fig. 3-15), cratérisque (fig. 3-13), ou les réinterprétations de la phiale (fig. 3-11), qui seront également copiées en céramique commune ibérique.

Une kylix exceptionnelle en céramique non tournée

14Le vase le plus exceptionnel d’imitation de la céramique attique est une kylix à pied haut qui reproduit une Vicup (fig. 3-16, 17 et 18). Il présente une perforation verticale, qui le rend impropre à la consommation. Le contexte archéologique de découverte, dans le comblement du silo 6, comprenant un ensemble d’une vingtaine de vases attiques à figures rouges et à vernis noir, des urnes de céramique non tournée, des amphores ibériques et de nombreux pesons et fusaïoles (Oliva 1955), correspond probablement à un dépôt rituel en silo, daté du dernier quart du Ve ou du début du IVe s. Ce vase a été fabriqué en céramique non tournée, avec une finition polie caractéristique de la production de cette époque à Ullastret.

Les imitations de céramique punique. IVe-IIIe s. av. n. è.

15Au IVe s., parallèlement à l’arrivée en nombre d’amphores puniques centro-méditerranéennes à Ullastret, apparaissent des imitations de récipients de cuisine et de vaisselle de table en provenance de l’espace punique.

Les imitations de vaisselle de table punique

16Des imitations de vaisselle de table ébusitaine ont également été découvertes à Ullastret, bien que très minoritaires, produites avec des pâtes oxydantes claires. Les formes connues correspondent à des petites urnes à deux anses, imitation du type Eb-65 (fig. 4-1 et 2), et des œnochoès qui imitent le type Eb-1, avec un décor d’yeux apotropaïques près du bec verseur (Fernández Costa 1998) (fig. 4-3). Ces deux types présentent, autour de la base du col, un décor en forme de collier de gouttes de peinture marron et blanche. Parfois, ils portent également un décor de bandes ou de lignes parallèles horizontales de peinture marron sur la panse du vase.

17Dans un moment avancé du IIIe s. av. n. è., on produit à Ullastret des imitations de céramique commune fine carthaginoise. La forme la plus représentée est l’olpè, également fabriquée en céramique de la côte catalane, habituellement recouverte d’un engobe blanchâtre afin de mieux ressembler au modèle (fig. 4-4).

Fig. 4. 1 à 4 : Imitations de vases de céramique punique-ébusitaine ; 4 : Olpè de céramique de la côte catalane imitation d’une forme carthaginoise ;5 et 6 : Céramique de cuisine tournée utilisant des modèles puniques centro-méditerranéens ; 7 à 9 : Coupes de céramique de la côte catalane imitation de la forme 27 des Petites Estampilles ; 10 à 12 : Coupes de céramique de la côte catalane imitation de la céramique Campanienne A.

Fig. 4. 1 à 4 : Imitations de vases de céramique punique-ébusitaine ; 4 : Olpè de céramique de la côte catalane imitation d’une forme carthaginoise ;5 et 6 : Céramique de cuisine tournée utilisant des modèles puniques centro-méditerranéens ; 7 à 9 : Coupes de céramique de la côte catalane imitation de la forme 27 des Petites Estampilles ; 10 à 12 : Coupes de céramique de la côte catalane imitation de la céramique Campanienne A.

Les céramiques de cuisine tournées

18Bien que les formes de la céramique de cuisine tournée grecque et punique centro-méditerranéenne soient pratiquement identiques, nous estimons à Ullastret que les modèles copiés sont puniques du fait que la fabrication de ces récipients commence précisément au moment de l’arrivée massive d’amphores puniques centro-méditerranéennes. Ces récipients vont prendre la place de certains usages de la céramique non tournée, bien que celle-ci continue à être fabriquée jusqu’à l’abandon du site. À l’intérieur de cette production, qui signale l’adoption d’usages culinaires nouveaux, la forme la plus fréquente est un pot du type caccabè (fig. 4-5 et 6), avec les couvercles associés. Les imitations de lopas ou de chytra sont moins nombreuses.

Les imitations de céramique à vernis noir italique. Fin du IVe et IIIe s. av. n. è.

Les imitations de vases de l’atelier des Petites Estampilles

19Vers la fin du IVe s., l’arrivée de la production des Petites Estampilles à Ullastret provoque l’apparition d’un atelier local qui, à côté de céramique de la côte catalane, fabrique des coupes Lamb. 27 décorées d’estampilles disposées en cercle sur le fonds interne, avec parfois aussi une estampille au centre. Les exemplaires connus ont été datés du début jusqu’à la fin du IIIe s. av. n. è. (fig. 4-7, 8 et 9). S’ils ont été fabriqués de préférence en céramique grise, il y en a aussi en céramique oxydante. Dans tous les cas, le pied présente deux trous réalisés avant cuisson destinés à faciliter leur suspension.

Les imitations de la céramique Campanienne A

20La céramique Campanienne A arrive lors de la phase finale du site d’Ullastret. Cependant, son introduction entraîne la production de petits bols en céramique de la côte catalane qui copient les formes Lamb. 24 et 25 (fig. 4-10, 11 et 12).

Considérations finales

21L’arrivée de céramiques d’origine méditerranéenne à Ullastret se vérifie, on l’a vu, depuis la fondation des deux habitats dans le dernier quart du VIIe jusqu’au début du IIe s. av. n. è., au moment de leur abandon. Les premières importations arrivent de manière sporadique, par des voies diverses. En effet, la découverte de vases phéniciens dans les nécropoles du Premier Âge du fer de l’arrière-pays, comme Agullana ou Anglès, peut signaler l’utilisation de voies terrestres. Toutefois, c’est la fondation de l’établissement d’Emporion vers 600 av. n. è. qui provoquera un accroissement de l’arrivée des produits coloniaux, qui, à partir de ce moment, entreront avant tout par l’intermédiaire de son port. Les ateliers céramiques locaux copient les objets importés, d’abord les productions des établissements phocéens du Golfe du Lion, mais aussi les productions ébusitaines, qui sont imités de façon relativement fidèle, aussi bien en ce qui concerne les pâtes que les formes et les décors.

22L’arrivée de céramiques d’autres provenances, en particulier la céramique attique dès le milieu du Ve s., entraîne l’introduction de nouvelles modes dans les ateliers indigènes. Désormais, non seulement il y a des imitations, mais les nouvelles formes et modalités de décor de la céramique attique à figures rouges et à vernis noir seront intégrées dans les productions proprement indigènes, comme c’est le cas du décor des urnes de stockage en céramique commune ibérique à décor de peinture blanche ou de la vaisselle de table en céramique de la côte catalane, et le même cas de figure se retrouve avec la vaisselle carthaginoise.

Bibliographie

Fernández, Costa 1998 : FERNÁNDEZ (J.H.), COSTA (B.) – La ceràmica común púnico-ebusitana : precisiones tipológicas y cronológicas sobre algunas formas, Misceláneas de Arqueologia Ebusitana I, Eivissa, 1998, p. 23 – 81.

Martin 1978 : MARTIN (A.) – La ceràmica decorada amb pintura blanca de les comarques costeres del NE de Catalunya, Cypsela II, 1978, p. 145-160.

Martin 1988 : MARTIN (A.) – Algunes precisions més sobre la ceràmica ibèrica indiketa decorada amb pintura blanca, Fonaments 7, 1988, p. 47-56.

Martin et al. 2010 : MARTIN (A.), CODINA (F.), PLANA (R.), DE PRADO (G.) – Le site ibérique d’Ullastret (Baix Empordà, Catalogne) et son rapport avec le monde colonial méditerranéen, In : Tréziny (H.) (éd.) Grecs et indigènes de la Catalogne à la Mer Noire, Actes des Rencontres du Programme Européen Ramses 2 (2006-2008), BIAMA 3, Aix-en-Provence, 2010, p. 89-104.

Martin, Lafuente 1999 : MARTIN (A.), LAFUENTE (A.) – Caracterització de les fàcies culturals per fases, in Martin (A.), Buxó (R.), Lopez (J. B.), Mataró (M.) (dirs.) Excavacions arqueològiques a l’Illa d’en Reixac (1987-1992), Monografies d’Ullastret 1, 1999, p. 319-324.

Oliva 1955 : OLIVA (M.) – Actividades de la Delegación Provincial del Servicio Nacional de Excavaciones Arqueológicas de Gerona en 1955, A.I.E.G., Girona, p. 317-411.

Pradell et al. 1995 : PRADELL (T.), GARCIA-VALLÈS (M.T.), MARTIN (A.), VENDRELL-SAZ (M.) – Attribution of « Iberian painted » and « Greek grey monochrome » ceramics, from 6th century B.C. to a local production of Ullastret (Catalonia), Estudis sobre ceràmica antiga, Actes del Simposi de Ceràmica Antiga, Barcelona, 1993, p. 23-27.

Py 1993 : PY (M.) (dir.) – DICOCER, Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale. Lattes, 1993 (Lattara 6).

Rodríguez et al. 2003 : RODRÍGUEZ (A.), PRADELL (T.), MOLERA (J.), VENDRELL (M.) – La ceràmica de la costa catalana a Ullastret, Museu d’Arqueologia d’Ullastret, 2003.

Notes

1 Pour la classification des mobiliers céramiques présentés dans ce travail ce sont les typologies du DICOCER qui ont été utilisées.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des sites archéologiques d’époque ibérique d’Ullastret. 2. Vue aérienne présentant les agglomérations de Puig de Sant Andreu et d’Illa d’en Reixac.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2. 1 à 7 : Imitations de vases de céramique grise monochrome ; 8 à 12 : Imitations de vases de céramique à pâte claire peinte.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 3. 1 à 6 : Décors de la céramique indikète ; 7 à 15 : Vases de céramique de la côte catalane qui copient des formes de la céramique attique ; 16 à 18 : Coupe de céramique non tournée imitation d’une coupe attique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 4. 1 à 4 : Imitations de vases de céramique punique-ébusitaine ; 4 : Olpè de céramique de la côte catalane imitation d’une forme carthaginoise ;5 et 6 : Céramique de cuisine tournée utilisant des modèles puniques centro-méditerranéens ; 7 à 9 : Coupes de céramique de la côte catalane imitation de la forme 27 des Petites Estampilles ; 10 à 12 : Coupes de céramique de la côte catalane imitation de la céramique Campanienne A.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access