Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Deuxième Partie. Chronologies, paléo-environnement, modalités de fréquentation et d’exploitation de la moyenne et de la haute montagne

Les anciennes mines métalliques des Alpes du Sud : bilan diachronique

Ancient metal mining activity in the southern Alps: diachronic review

Bruno Ancel

Résumé

La région montagneuse des Alpes n’est pas à proprement parler une région minière. De tout temps, beaucoup d’indices métallifères ont été prospectés, parfois en suscitant de grandes désillusions, mais peu de gisements ont fait l’objet d’une véritable exploitation. En passant en revue ces petites et grandes mines, de la côte méditerranéenne à la Savoie, depuis la Protohistoire jusqu’au xxe s., par des approches croisant la géologie, l’archéologie et l’histoire, il est possible de dégager certaines spécificités propres aux activités extractives, minéralurgiques et métallurgiques dans cet espace montagnard.

The Alpine mountain region is not, strictly speaking, a mining area. Traditionally, many traces were explored for metals, sometimes with great disillusion, but few deposits became a real mining operation. In reviewing these mines, both small and large, from the Mediterranean coast to Savoy, and from protohistory until the twentieth century, by the combining of geological, archeological and historical approaches, it is possible to identify a specificity of mining activities in the mountainous regions.

Texte intégral

  • 1 Toutes ces opérations archéologiques ont fait l’objet de notes synthétiques consultables dans les B (...)

1L’exploitation des ressources minières a marqué les Alpes dans son histoire et ses paysages. Cette problématique a été abordée sur le terrain d’abord par les géologues qui ont dressé des inventaires de gîtes minéraux (Pierrot, Picot, Poulain 1974 ; Picot et al. 1974) puis par des passionnés de minéralogie et d’histoire minière qui ont donné à ces enquêtes une dimension anthropologique (Legros 1979 ; Mari 1979 ; Mari, Mari 1982 ; Durand 2005). L’archéologie minière a démarré en 1977 avec la fouille du site médiéval de Brandes-en-Oisans (Bailly-Maître, Bruno-Dupraz 1994), et au début des années 1990 dans les Alpes du Sud avec les fouilles sur le site protohistorique des Clausis à Saint-Véran (Rostan, Gattiglia, Rossi 1995) et sur le site médiéval et d’époque contemporaine du Fournel à L’Argentière-la-Bessée (Ancel 2006d), accompagnées de nombreuses prospections thématiques1.

2Les données géologiques actuelles recensent plusieurs centaines de gîtes minéraux dans les Alpes, dont plus de deux cents ont fait l’objet de travaux miniers (BRGM 1984). Cependant, au regard des critères modernes, seules quelques dizaines de mines ont eu une production non négligeable et seuls trois gisements sont considérés comme ayant eu une importance nationale : les mines de bauxite de Provence, les mines de zinc et de plomb des Bormettes (Var) et de La Plagne (Savoie). Même les lignites de Gardanne (Bouches-du-Rhône) sont considérés comme secondaires. Ainsi d’un point de vue des tonnages extraits, les Alpes ne sont pas comparables en taille aux autres complexes miniers de France (Massif Central, Pyrénées, Lorraine…), encore moins à ceux de l’Europe (Erzgebirge, Harz, Cornouailles, Transylvanie…).

1. Protohistoire

3Plusieurs dizaines de gîtes cuprifères sont connus des géologues dans les Alpes du Sud, mais la plupart sont de très faible taille. Il est toujours possible d’émettre l’hypothèse que de tels micro-gisements aient été reconnus durant la protohistoire et qu’ils aient fourni quelques kilos de cuivre (Barge 2006a). Cependant une activité extractive aussi réduite a peu de chance d’avoir laissé des traces visibles aujourd’hui. Des suspicions d’activité minière très ancienne ont été émises pour les sites de Bancairon (alt. 1 050 m) et de Clue de Roua (alt. 900 m) dans les Alpes-Maritimes, de Maraval, du Peirol, de Cap Garonne et du Vieux-Cannet dans le Var (fig. 1), mais sans fouilles approfondies les arguments restent faibles (Barge 2006a ; Ancel 2006e ; Lanza-Berthet 2006 ; Mari 1979 ; Mari, Mari 1982).

Fig. 1. Activités minières dans les Alpes durant la Protohistoire et l’Antiquité.

  • 2 Voir également la contribution de Carozza et al. dans le présent ouvrage.

4Le gisement des Clausis (alt. 2 700 m) à Saint-Véran (Hau­tes-Alpes) a été le cadre d’une importante exploitation dès le Chalcolithique et durant le Bronze ancien. Un abri sous roche et une aire de métallurgie ont été fouillés (Rostan, Gattiglia, Rossi 1995 ; Barge 2006b). Les chantiers d’extraction anciens ont été reconnus grâce aux travaux de la reprise moderne : ils s’étendent jusqu’à 40 m de profondeur sous l’affleurement et concernent environ 2 000 m2 de minéralisations (Ancel, Carré, Kammenthaler 2006). Par manque d’une logistique suffisante, ces extraordinaires vestiges souterrains n’ont pas encore fait l’objet d’une fouille en règle2. Plus au nord, dans le massif des Rousses (Isère), une importante exploitation protohistorique par tranchées à ciel ouvert est en cours d’investigations.

2. Antiquité

5À en croire divers auteurs anciens et récents, il y aurait eu une vingtaine de mines romaines dans les Alpes occidentales (fig. 1). Mais tout cela repose sur des à priori qui, depuis le xixe s., tendent à attribuer aux Romains des ouvrages anciens ayant un peu d’envergure. Ainsi, à L’Argentière (Hautes-Alpes), bien que la plupart des textes médiévaux avaient déjà été publiés, les préjugés de certains ingénieurs des mines lui ont attribué une origine antique qui a persisté jusqu’à nos jours (Ancel 2006a).

6Actuellement nous avons des certitudes concernant une petite activité minière romaine dans le massif des Maures (Var) : pour le cuivre à Collobrières, pour le fer à Saint-Maxime et à l’Acate de Vaillas (Lanza-Berthet 2006). Le fer a été intensément exploité entre le iiie et le vie s. à Simiane (Alpes-de-Haute-Provence), à Prannes (Var) et à Tortissa (Alpes-Maritimes) d’après les datations de résidus métallurgiques (Morin, Rosenthal 2006). À Millefont (alt. 2 400 m) dans la Tinée, l’activité remonterait à l’âge du Fer.

7L’essentiel des mines polymétalliques serait postérieur à l’Antiquité, excepté deux mines. Lors de travaux en 1828 dans la mine de plomb argentifère de Macôt-La Plagne (alt. 2 000 m) en Tarentaise (Savoie) ont été recoupées de longues galeries anciennes comportant des chiffres romains gravés (Durand 2005). La mine de plomb du Pontet (alt. 900 m) renferme un vieux chantier vertical, ouvert par le feu, et les datations 14C indiquent une phase d’activité entre les ive et viie s. (Ancel, Dardignac 2008b), mais également aux xe et xie s. Cela fait beaucoup pour une exploitation cantonnée à une surface de seulement 1 200 m2 et l’on peut se demander si les dates les plus reculées ne sont pas faussées par des analyses réalisées sur des « vieux bois ».

3. Moyen Âge

8Les études historiques font apparaître, à partir du xie s., de nombreuses mentions d’activités minières et métallurgiques (Bailly-Maître 2001 ; Dupraz 2004 ; Bailly-Maître, Dhénin 2004). Parfois les textes attestent d’une véritable exploitation, mais souvent il pourrait s’agir d’autorisations à prospecter une région. Pour certains cas, une confrontation sur un terrain bien lisible montre que des mynes mentionnées au Moyen Âge ne sont que des gîtes potentiels qui n’ont fait l’objet que de recherches très superficielles. Sur le terrain on reconnaît aujourd’hui une dizaine d’exploitations importantes et de nombreuses mines de faible envergure. Nous allons passer en revue du Sud vers le Nord les plus significatives d’entre elles (fig. 2).

Fig. 2. Activités minières dans les Alpes durant le Moyen Âge.

9Dans le massif des Maures (Var), le filon de plomb argentifère des Bormettes a été exploité depuis l’affleurement (alt. 78 m) jusqu’au niveau de la mer. Des travaux anciens ont été retrouvés lors de la reprise moderne et ont été attribués, sans preuve, aux Phéniciens et aux Romains, alors que les textes mentionnent une activité minière dans cette région aux xiiie et xive s. Une galerie d’exhaure ouverte à la pointerolle et par le feu est encore accessible sur 90 m (Lanza-Berthet 2006).

  • 3 Pour cette mine, comme pour beaucoup d’autres dans les Alpes, certains auteurs ont imaginé une expl (...)
  • 4 Voir également la contribution de Py et Durand dans le présent ouvrage.

10Dans les Alpes-Maritimes, le gîte de plomb argentifère de Vallauria (alt. 1 550 m) a été exploité vers les xie-xiie s.3 sur une étendue de 150 x 30 m, par une succession de salles ouvertes par le feu, assistées d’un puits d’aérage central et d’une galerie d’exhaure monumentale (Ancel 1996 [1998] ; Ancel 2001b). Dans la vallée de la Tinée, les petits gîtes de plomb argentifère de Tortissa (alt. 2 100 à 2 300 m) et de Caire Faraud (alt. 1 800 m) sont exploités à l’affleurement par des tranchées ouvertes par le feu. Dans les Hautes-Alpes, le gisement du Fournel (alt. 1 100 à 1400 m) à L’Argentière-la-Bessée a été exploité du xe au xiiie s. Cette vaste exploitation présente une organisation souterraine assez poussée, facilitée par l’escarpement des lieux (Ancel 1998 ; 2006a ; Ancel et al. sous presse). Les petits gîtes voisins de Faravel-Fangeas (alt. 2 000 m) sont exploités par des tranchées, aujourd’hui comblées et noyées, dans lesquelles les équipements en bois sont bien conservés (Py, Ancel 2007)4. Le fer a été exploité autour de la Chartreuse de Durbon et dans le Queyras (Morin, Rosenthal 2006).

11En Isère, la grande exploitation du gisement de Brandes (alt. 1 700 à 2 600 m) du xie au xive s. a suscité l’implantation d’un village minier, d’une église et d’une motte castrale (Bailly-Maître, Bruno-Dupraz 1994 ; Bailly-Maître 2002). La mine de plomb du Pontet (alt. 900 m) est exploitée vers le xe-xie s. (Ancel, Dardignac 2008b). Vers le xe s. démarre l’activité des mines de fer de la région d’Allevard, quasi ininterrompue jusqu’au xxe s. En Savoie, l’exploitation de Saint-Georges-d’Hurtières (alt. 1 400 m) démarre pour le cuivre et l’argent vers le xiiie s. (Bailly-Maître, Dhénin 2004). L’extraction du plomb et du cuivre est pressentie aux mines de Colombière à Bramant, des Sarrazins près de Modane, de Montchabert à Argentine et du Nantuel à Montvernier.

  • 5 Dans ce type de travaux, il est très facile de récolter des charbons de bois et ainsi obtenir des d (...)

12La grande majorité de ces mines, excepté pour le fer, sont creusées par la méthode d’abattage par le feu5. Cependant, cette technique ne caractérise pas les exploitations médiévales : elle est induite par la dureté des roches rencontrées dans les Alpes et un outillage qui n’a pas encore atteint sa pleine efficacité (Ancel, Py 2008). Ces mines peuvent se rencontrer dans les environnements les plus extrêmes : l’altitude, l’isolement, l’escarpement des lieux et les risques naturels ne semblent pas avoir été un obstacle pour les mineurs médiévaux (Ancel 2000 ; 2008c).

13La forte demande en argent favorise l’exploitation des gisements de plomb argentifère, au profit de multiples pouvoirs : Dauphins, comtes de Forcalquier, archevêques d’Embrun, seigneur de Lascaris, comtes de Savoie, seigneur d’Hurtières, etc. (Bailly-Maître, Dhénin 2004 ; Py, Ancel 2007) ; sept ateliers monétaires sont mentionnés dans les vallées alpines. Mais la question de la métallurgie reste en suspend : aucun site de métallurgie du plomb n’a encore été observé, y compris sur les sites majeurs de Brandes et de L’Argentière.

4. Déprise du xve au xviie s.

14Après la dépression du xive s., l’activité minière est fortement ralentie. Les textes, plus abondants, attestent néanmoins de nombreuses demandes de prospections et d’exploitations. Mais souvent un défaut de technicité et de capitaux et/ou un épuisement des gîtes par les exploitations antérieures ont fait avorter ces tentatives (fig. 3).

Fig. 3. Activités minières dans les Alpes durant les XVe-XVIIe s.

15Dans le massif des Maures, des travaux du xve-xvie s. pourraient exister dans la région du Luc (mines de fer de Rascas, de plomb aux Armands et à Valpayette) et près de Toulon (mine de fer de Six-Fours). Le gisement de plomb argentifère de Saint-Daumas (alt. 150 m) renferme un important chantier ouvert à la pointerolle (Lanza-Berthet 2006). Tous ces sites mériteraient des fouilles approfondies. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, une seule exploitation importante est à signaler, à Saint-Geniez pour le plomb (alt. 1 050 m), dont les ouvrages souterrains exigus et fortement remblayés ont été étudiés (Morin, Guiomar 2006).

16Dans les Alpes-Maritimes, une bulle d’exorcisme de 1560 signale une reprise pour le cuivre à Salèse (alt. 1 500 m). Une galerie de recherche à La Baume de Rances (alt. 1 125 m) présente un profil « ogival tronqué » caractéristique des ouvrages germaniques de la Renaissance. Dans les Hautes-Alpes, de nombreux gîtes de plomb et argent sont prospectés dans le Buëch aux xvie et xviie s. (Ancel 2006b), mais les reprises du xixe signalent des vestiges anciens peu étendus, excepté à Sigottier et à La Piarre (alt. 1 150 m). Cependant, il s’avère sur le terrain que les mineurs modernes aient confondu ces travaux anciens avec du karst naturel, ouvert dans les calcaires encaissants (Ancel 2006e).

17Dans les Alpes du Nord, la situation est comparable pour l’exploitation du plomb et du cuivre. L’extraction du fer est par contre en plein essor à Allevard, aux Hurtières (Bailly-Maître, Ploquin, Garioud 2001) ; puis au xviie s. dans les petites mines de l’Oisans (Legros, Legros 1979 ; Bailly-Maître 2001). L’activité charbonnière démarre en Provence dès le xve s. dans le bassin de lignite de Gardanne, mais de manière très artisanale (Ancel 2000a). Le gisement de houille de La Mure est également exploité avant le xviie s.

5. Reprise du xviiie s.

18Le xviiie s. est une période de réveil pour l’industrie minière des non ferreux en France, qui accuse un retard certain par rapport à l’Angleterre et aux pays germaniques. Plusieurs compagnies lancent des travaux dans les Alpes au milieu du siècle et les territoires de la Savoie et du Piémont bénéficient d’un dynamisme plus important (fig. 4). Quelques gisements connaissent alors une mise en exploitation en bonne et due forme, avec un développement souterrain conséquent, l’édification d’établissement de préparation du minerai et de logements, des aménagements hydrauliques et la construction de voie d’accès, malgré leur situation difficile dans des régions montagneuses (Ancel 2000b). C’est le cas des mines de plomb argentifère de Vallauria, près de Tende (alt. 1 500 m), de Pesey (alt. 1 580 m), de Montchabert (alt. 1 000 m) en Savoie et de Vaucron (alt. 200 m) dans les Maures (Mari, Mari 1982 ; Durand 2005 ; Lanza-Berthet 2006). Les mines de fer et de charbon poursuivent parallèlement un développement continu.

Fig. 4. Activités minières dans les Alpes durant le xviiie

19En 1768, les mines d’argent des Challanches (alt. 2 000 m) en Isère sont mises en exploitation sous l’impulsion du comte de Provence, et sont rapidement accompagnées par la création d’une fonderie royale à Allemont (alt. 730 m). L’ingénieur Schreiber, d’origine saxonne, dirige cet établissement et entreprend de 1781 à 1788 l’exploration du gîte d’or de La Gardette (alt. 1 250 m), célèbre pour ses cristallisations de quartz (Ancel, Dardignac 2008a). Il conclut que ce gîte n’est pas rentable, ce qui n’empêchera pas qu’il fera à nouveau l’objet de deux tentatives d’exploitation infructueuses au xixe s.

20En 1785, une compagnie lyonnaise entreprend une reprise des mines du Fournel à L’Argentière, construisant à grands frais un établissement au fond d’une gorge (alt. 1 180 m).Mais une mauvaise gestion entraîne diverses difficultés, puis les troubles de la Révolution achèvent la ruine de cette compagnie (Ancel 2006b). Au tournant du siècle, les guerres révolutionnaires puis napoléoniennes occasionnent un arrêt de presque toutes les exploitations minières dans les Alpes.

6. Révolution industrielle

  • 6 Sur cette carte ne sont figurées que les exploitations les plus significatives.

21Avec la révolution industrielle, l’activité minière connaît un développement considérable, par vagues successives, sur des territoires différents, dont le mécanisme précis reste à écrire. En effet, peu de ces exploitations modernes ont fait à ce jour l’objet d’études historiques et archéologiques approfondies (fig. 5)6.

22La totalité des gîtes, vierges ou déjà reconnus par le passé, font alors l’objet de prospections et le cas échéant d’exploitations ou de tentatives d’exploitation. Le zinc (calamine), l’aluminium (bauxite) et certains métaux rares ne sont convoités qu’à la fin du xixe s., lorsque leur métallurgie et leurs champs d’application sont maîtrisés. Les techniques nouvelles véhiculées par la littérature scientifique et technique sont généralement bien appliquées dans les différentes exploitations qui doivent s’adapter à un marché des ressources minérales qui sort souvent du cadre national. L’encadrement technique est fourni par un corps d’ingénieurs formés dans les écoles des Mines de Paris et de Saint-Étienne.

23Malgré ce contexte théoriquement solide, les fiascos sont légions pour des causes multiples. Parfois les travaux des Anciens ont été sous-estimés et la reprise d’exploitation ne trouve pas de champ frais à extraire. Une surinterprétation des textes anciens conjuguée à une difficulté d’accès de certains secteurs montagneux entraînent des compagnies à investir dans des établissements coûteux avant même de s’être assurées de la rentabilité des gisements, comme dans le Valgodemard (Ancel 1997). Les erreurs de gestion sont fréquentes. Dans les années 1830, la Compagnie d’Allemont dilapide ses capitaux en dispersant ses forces dans un projet démesuré à cheval sur l’Oisans et le Briançonnais (Ancel 2008a). En 1847, la mine du Fournel à L’Argentière tombe dans les mains d’un personnage un peu fou, qui accumule investissements prématurés, dettes, conflits de personnes, grèves, procès, et doit s’enfuir de la mine un soir d’avril 1851 (Ancel 2008b). La fièvre de l’or s’est emparée de la mine de La Gardette (alt. 1 250 m) : deux compagnies et de nombreux petits actionnaires en font les frais, car les 700 m d’ouvrages nouveaux ont rapporté à peine 3 kg d’or (Ancel, Dardignac 2008a). La dernière compagnie doit alors se rabattre sur le petit gisement de plomb voisin de la mine du Pontet (alt. 900 m).

24Avec la demande croissante de combustibles, la cherté des bois et la politique de reboisement des versants ravinés, tous les gisements de lignite et de charbon sont progressivement concédés, souvent à l’initiative des communautés montagnardes qui adoptent des modes d’exploitations très sommaires, archaïques aux yeux des ingénieurs de l’État. Dans le Briançonnais (alt. 1 200 à 2 500 m), le contexte géologique fait que les plus gros gisements tombent dans les mains de sociétés minières au début du xxe s., et que les petites charbonnières artisanales perdurent jusqu’après la Seconde Guerre Mondiale (Ancel 2000a).

25Les nouvelles techniques d’exploitation, développées de­­puis le xviiie s., impliquent la création d’infrastructures qui doivent s’adapter à l’environnement montagnard (Ancel 2000b ; 2008c). L’escarpement des lieux favorise l’activité souterraine qui peut s’organiser autour de niveaux de galeries de roulage et de drainage qui débouchent au jour, alors qu’en plaine il faut extraire les matériaux et les eaux par des puits d’extraction et de pompage, beaucoup plus coûteux. La difficulté réside en surface pour l’établissement des ateliers de préparation mécanique. Au Fournel, cet établissement est implanté au fond d’une gorge (alt. 1 180 m), éclaté en plusieurs bâtiments sur la berge du torrent, soumis aux avalanches en hiver, aux crues dévastatrices au printemps. Les machines de broyage et de lavage doivent être judicieusement disposées dans un espace restreint et l’évacuation du minerai concentré doit se faire par convois de mulets. Par contre toute l’énergie des machines est assurée par la seule force hydraulique. Une implantation aussi insolite fait que le site a été complètement abandonné à sa fermeture en 1908, et qu’une grande partie des installations de minéralurgie s’est conservée sous les ruines et a pu faire l’objet d’une archéologie industrielle (Ancel 2006d).

26Dans plusieurs cas, les sites d’extraction sont nichés dans des lieux très escarpés, comme pour la mine de plomb du Grand Clot (alt. 1 300 à 1 600 m) à La Grave, ou très élevés en altitude, comme pour la mine de graphite du Chardonnet (alt. 2 700 m) près de Monêtier-les-Bains. Tous les produits d’extraction doivent alors être évacués vers le fond de la vallée au moyen de câbles aériens impressionnants. Les mineurs doivent progresser sur les versants par des sentiers taillés dans la roche et par des échelles vertigineuses, ou résider dans des baraquements hiver comme été (Ancel 1997 ; Ancel, Carré 2006).

27Le problème du transport s’accentue alors que la tendance générale au xixe s. est de concentrer la métallurgie près des grands centres industriels, puis des ports. L’écoulement des minerais concentrés reste difficile à travers les vallées alpines jusqu’au désenclavement par le développement d’un réseau de routes carrossables et de voies ferrées.

7. La spécificité montagnarde

28La compétence des roches encaissantes et la vigueur du relief alpin permettent à l’élément minéral d’être très fréquemment visible en surface ; les filons et les couches affleurent bien, parfois en continu. À l’exception des fonds de vallées et des grands éboulis, les formations superficielles sont minces et n’ont pas entravé le travail des prospecteurs. À chaque époque, les intéressés pouvaient observer les richesses minérales et ont exploité celles dont ils avaient le besoin dans la limite des techniques et des capitaux disponibles.

29Le relief constitue un grand avantage pour les exploitations souterraines. La plupart des gîtes se situant sous des versants, leur exploitation peut se développer facilement grâce à des ouvrages étagés, d’autant plus courts que les pentes de ces versants sont raides. L’exhaure peut être assurée par gravité. L’aérage des chantiers ouvert par feu peut être facilité par l’ouverture de cheminée de faible développement.

30Par contre, outre de gêner les implantations de surface, le relief constitue un obstacle important pour la circulation des personnes, surtout aux périodes récentes. Ce problème a été résolu au prix d’importants aménagements. Les torrents ont des eaux abondantes toute l’année, aussi les établissements de traitement au xixe s. optent pour l’énergie hydraulique, d’autant plus que le charbon des Alpes est très souvent mal adapté pour un bon fonctionnement des machines à vapeur.

31L’enclavement de certaines vallées et des accès souvent difficiles ont constitué un frein au développement de ­l’activité minière dans certains contextes historiques. On peut ainsi opposer les exploitations anciennes antérieures au xviie s. à celles de la révolution technique et industrielle des xviiie-xixe s.

32Les exploitations les plus anciennes, non mécanisées, basées sur un savoir faire plus ou moins élaborés et un usage du bois comme matériaux de base, se sont parfaitement adaptées aux contraintes de la moyenne et haute montagne. Par contre, les exploitations récentes, exigeantes en termes d’infrastructures de traitement et de transport, ont été pénalisées par les reliefs vigoureux et les risques naturels, notamment torrentiels.

33Le climat n’a pas toujours été un facteur de saisonnalité contrairement à nos a priori actuels. La disponibilité de ressources naturelles – eau, bois – a pu conditionner l’implantation des ateliers de traitement en surface, accentuant le contraste entre établissements de vallée et mines d’altitude. L’impact des grandes exploitations sur l’économie locale et l’aménagement du territoire est parfois sensible, mais pas comparable à ceux qu’ont connus les grands bassins miniers du Centre et du Nord.

Bibliographie

Ancel 1997 : ANCEL (B.) – Mines et carrières dans les Hautes-Alpes : apports et évalutation des données de terrain. In : 12th International Congress Speleology, La Chaux-de-Fonds, Symp. 3, 1997, p. 245-248.

Ancel 1998 : ANCEL (B.) – Techniques minières et maîtrise de l’espace dans les mines d’argent médiévales. Exemples de mines de plomb argentifère des Alpes du Sud (Xe - XIVe s.). In : Actes du Congrès d’Archéologie Médiévale (1996), Dijon, 1998, p. 108-110.

Ancel 2000a : ANCEL (B.) – L’exploitation charbonnière en Provence et dans les Alpes du Sud avant l’industrialisation. In : Le charbon de terre en Europe Occidentale avant l’usage industriel du coke. Actes Colloque International Histoires des Techniques, Liège (1997), De Diversis Artibus, 2000, p. 153-168.

Ancel 2000b : ANCEL (B.) – Les anciennes mines des Hautes-Alpes (Ecrins, Queyras) et leur adaptation à l’environnement montagnard. In : BOËTSCH (G.), RABINO-MASSA (E.) dir., Les écosystèmes alpins : approches anthropologiques, Gap, CRDP Aix-Marseille, 2000, p. 88-95.

Ancel 2006a : ANCEL (B.) – La mine d’argent du Fournel à travers les sources écrites : 1. Le souvenir de l’exploitation médiévale. Cahiers du Château Saint-Jean, n°  1, 2006, p. 89-101.

Ancel 2006b : ANCEL (B.) – La mine d’argent du Fournel à travers les sources écrites : 2. La Cie Schlagberg-Martin-Guinard (1785-1805). Cahiers du Château Saint-Jean, n°  1, 2006, p. 25-88.

Ancel 2006c : ANCEL (B.) – Exploitations et indices de mines dans les Hautes-Alpes avant la Révolution. Cahiers du Château Saint-Jean, n°  1, 2006, p. 3-24.

Ancel 2006d : ANCEL (B.) – La mine d’argent du Fournel à L’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes) : méthodologie et bilan 1991-2001. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerts à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 71-85.

Ancel 2006e : ANCEL (B.) – Archéologie minière dans les Alpes du Sud et la Provence. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerts à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 159-176.

Ancel 2008a : ANCEL (B.) – La mine d’argent du Fournel à travers les sources écrites : 3. La Société des Mines d’Allemont et des Hautes-Alpes (1833-1841). Cahiers du Château Saint-Jean, n°  4, 2008, p. 3-77.

Ancel 2008b : ANCEL (B.) – La mine d’argent du Fournel à travers les sources écrites : 4. La Société des Mines de L’Argentière, sous la direction de M. Duclos de Boussois (1847-1851). Cahiers du Château Saint-Jean, n°  4, 2008, p. 79-162.

Ancel 2008c : ANCEL (B.) – Le paysage minier en zone de montagne : l’exemple des Hautes-Alpes. In : BAILLY-MAÎTRE (M.-C.), JOURDAIN-ANNEQUIN (C.), CLERMONT-JOLY (M.) dir., Archéologie et paysage des mines anciennes : de la fouille au Musée. Paris, Picard, 2008, p. 233-247.

Ancel, Carré 2006 : ANCEL (B.), CARRE (R.) – La mine de graphite du col du Chardonnet. Cahiers du Château Saint-Jean, n°  2, 2006, p. 67-128.

Ancel, Dardignac 2008a : ANCEL (B.), DARDIGNAC (C.) – La mine d’or de La Gardette à Bourg d’Oisans. Cahiers du Château Saint-Jean, n°  5, 2008, p. 3-95.

Ancel, Dardignac 2008b : ANCEL (B.), DARDIGNAC (C.) – La mine de plomb du Pontet à Bourg d’Oisans. Cahiers du Château Saint-Jean, n°  5, 2008, p. 97-157.

Ancel, Py 2008 : ANCEL (B.), PY (V.) – L’abattage par le feu : une technique minière ancestrale. Archéopage, n°  22 « Mines et carrières », 2008, p. 34-41.

Ancel, Carré, Kamenthaler 2006 : ANCEL (B.), CARRE (R.), KAMENTHALER (E.) – La mine de cuivre des Clausis à Saint-Véran. Cahiers du Château Saint-Jean, n°  2, 2006, p. 3-65.

Ancel et al. Sous presse : ANCEL (B.), PY (V.), MARCONNET (C.), KAMMENTHALER (E.), LELEU (V.) – Une mine de plomb argentifère dans un environnement montagnard : la mine médiévale du Fournel à L’Argentière-La Bessée (Hautes-Alpes). In : Mines et métallurgies anciennes du plomb dans leurs environnements. Actes du colloque de Florac, (2006), ArchéoSciences, sous presse.

Bailly-Maître 2001 : BAILLY-MAITRE (M.-C.) – Mines et métallurgie du Moyen Âge au XIXe s. In : Patrimoine en Isère : le canton de l’Oisans. Musée Dauphinois / Conservation du Patrimoine de l’Isère, Grenoble, 2001, p. 185-193.

Bailly-Maître 2002 : BAILLY-MAÎTRE (M.-C.) – L’argent : du minerai au pouvoir dans la France médiévale. Espace Médiévaux, Paris, Picard, 2002, 211 p.

Bailly-Maître, Bruno-Dupraz 1994 : BAILLY-MAÎTRE (M.-C.), BRUNO-DUPRAZ (J.) – Brandes-en-Oisans, La mine d’argent des Dauphins (XIIe-XIV e s.), Isère. Lyon, Documents d’Archéologie Rhône-Alpes, 9, 1994, 172 p.

Bailly-Maître, Dhénin 2004 : BAILLY-MAÎTRE (M.-C.), DHENIN (M.) – Ateliers monétaires et mines d’argent dans les Alpes (Xe-XVe s.). Archéologie Médiévale, 34, 2004, p. 43-64.

Bailly-Maître, Ploquin, Garioud 2001 : BAILLY-MAÎTRE (M.-C.), PLOQUIN (A.), GARIOUD (N.) – Le fer dans les Alpes du Moyen Âge au XIXe s. Actes du colloque international de Saint-Georges-d’Hurtières (1998), Paris, éd. Monique Mergoil, 2001, 243 p.

Barge 2006a : BARGE (H.) – Les minéralisations cuprifères et leurs exploitations dans le Sud-Est de la France. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerst à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 11-25.

Barge 2006b : BARGE (H.) – La mine de cuivre des Clausis à Saint-Véran (Hautes-Alpes). Méthodologie et bilan des recherches. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerts à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 27-40.

BRGM 1984 : BRGM – Carte des gîtes minéraux de la France. Feuille Lyon et Marseille. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, 1984

Dupraz 2004 : DUPRAZ (J.) – Mines et métallurgie au Moyen Âge (XIe-XVe s.). In : JOURDAIN-ANNAQUIN (C.) dir., Atlas Culturel des Alpes Occidentales, de la Préhistoire à la fin du Moyen Âge. Paris, Picard, 2004, p. 334.

Durand 2005 : DURAND (R.) – Anciennes mines et carrières souterraines de Savoie. BRGM 2005, 303 p.

Lanza-Berthet 2006 : LANZA-BERTHET (M.-P.) – Synthèse des recherches sur les mines et la métallurgie dans le massif des Maures. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerts à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 149-158.

Legros, Legros 1979 : LEGROS (A.), LEGROS (M.) – Histoire des anciennes mines et gîtes de l’Oisans. Toulouse, Les Presses Midi-Pyrénées, 1979, 285 p.

Morin, Guiomar 2006 : MORIN (D.), GUIOMAR (M.) – L’exploitation du minerai de plomb argentifère dans les Alpes-de-Haute-Provence. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerts à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 87-110.

Morin, Rosenthal 2006 : MORIN (D.), ROSENTHAL (P.) – Mines et minerais de fer de Provence et des Alpes du Sud. In : 4000 ans d’histoire des mines. Mélanges Jean-offerts à Paul Jacob. Actes du colloque Mine et métallurgie en Provence et dans les Alpes du Sud de la Préhistoire au XXe s. : reconversion industrielle et enjeux culturels, Châteaudouble (2001), Theix, Actilia Multimédia, 2006, p. 113-133.

Mari 1979 : MARI (G.) – Mines et minéraux de la Provence cristalline. Nice, éd. Serre, 1979, 258 p.

Mari, Mari 1982 : MARI (G.), MARI (D.) – Mines et minéraux des Alpes-Maritimes. Nice, éd. Serre, 1982, 282 p.

Pierrot, Picot, Poulain 1974 : PIERROT (R.), PICOT (P.), POULAIN (P.-A.) – Inventaire minéralogique de la France : Hautes-Alpes. BRGM, 1974, 184 p.

Picot et al. 1974 : PICOT (P.), FERAUD (J.), VERNET (J.), PIERROT (R.) – Inventaire minéralogique de la France : Alpes-Maritimes. BRGM, 1974, 168 p.

Py, Ancel 2007 : PY (V.), ANCEL (B.) – Exploitation des mines métalliques de la vallée de Freissinières (Hautes-Alpes, France) : contribution à l’étude de l’économie sud-alpine aux IXe-XIIIe s. In : DELLA CASA (P.) et WALSH (K.) ed. Interpretation of sites and material culture from mid-high altitude moutain environnements. Proceedings of the 10th annual meeting of the European Association of Archaeologists, Lyon, (2004). Trento, Preistoria Alpina, 42, 2007, p. 83-93.

Rostan, Gattiglia, Rossi 1995: ROSTAN (P.), GATTIGLIA (A.), ROSSI (M.) – Ricerche sulle miniere e sulla metallurgia dell’età del bronzo nel Briançonnais. In : De Re Metallica : Miniere e materie prime alle soglie del 3° millennio. Torino, Politecnico di Torino, 1995, p. 173-181.

Notes

1 Toutes ces opérations archéologiques ont fait l’objet de notes synthétiques consultables dans les Bilans Scientifiques des Services Régionaux de l’Archéologie PACA et Rhône-Alpes.

2 Voir également la contribution de Carozza et al. dans le présent ouvrage.

3 Pour cette mine, comme pour beaucoup d’autres dans les Alpes, certains auteurs ont imaginé une exploitation par les Sarrasins, sans le moindre début de preuve.

4 Voir également la contribution de Py et Durand dans le présent ouvrage.

5 Dans ce type de travaux, il est très facile de récolter des charbons de bois et ainsi obtenir des datations radiocarbone. Pour les travaux ouverts à la pointerolle, il faut par contre engager des fouilles avec l’espoir souvent contrarié de trouver des céramiques ou des bois conservés.

6 Sur cette carte ne sont figurées que les exploitations les plus significatives.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Activités minières dans les Alpes durant la Protohistoire et l’Antiquité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/500/img-1.png
Fichier image/png, 882k
Légende Fig. 2. Activités minières dans les Alpes durant le Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/500/img-2.png
Fichier image/png, 888k
Légende Fig. 3. Activités minières dans les Alpes durant les XVe-XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/500/img-3.png
Fichier image/png, 890k
Légende Fig. 4. Activités minières dans les Alpes durant le xviiie
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/500/img-4.png
Fichier image/png, 890k

Auteur

Service Culturel Municipal, L’Argentière-la-Bessée

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access