Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 6. Grecs et indigènes sur la côte Nord du Pont-Euxin

1. Quelques aspects de la culture matérielle dans le Pont Nord : vers une koinè entre Grecs et indigènes ?

Jean-Paul Morel

Résumé

À propos du littoral septentrional du Pont Euxin et de son arrière-pays, on a posé récemment le problème de l’existence d’une « koinè » entre les Grecs et les indigènes. Dans les domaines considérés ici — la céramique, l’habitat, les pratiques funéraires, l’art — on observe indéniablement des pas des deux parties l’une vers l’autre et des influences croisées, mais en fin de compte on note surtout la persistance au long des siècles de différences notables, et l’on reste loin d’une véritable fusion entre les mœurs et les productions de ces deux entités. Cette constatation est d’autant moins surprenante en l’occurrence que les Grecs avaient généralement affaire dans le Pont Nord à des populations nomades dont les coutumes étaient particulièrement éloignées des leurs.

Entrées d'index

Mots clés :

koinè, Grecs

Géographique :

mer Noire, Pont-Euxin

Texte intégral

  • 1 Sauf indication contraire, les dates s’entendent « avant notre ère ». – D’une bibliographie considé (...)

1On examinera ici quelques aspects de la rencontre, sur le littoral septentrional de la mer Noire (fig. 179 et 180), entre les Grecs et les indigènes (ou «  les populations locales  », comme les appellent volontiers les savants de l’Est, d’un terme qui atténue la traditionnelle tendance hellénocentriste). Mon titre évoque la «  culture matérielle  », par une sorte de clin d’œil à une expression très usitée dans un tel contexte, et parce que je parlerai, en archéologue, de données plutôt concrètes. Mais rien n’interdit d’aller au-delà de ce qui est seulement «  matériel  », et il faut évidemment aller au-delà 1.

Fig. 179. Colonies grecques du Pont Nord (d’après Bresson, Ivantchik, Ferrary 2007).

Fig. 179. Colonies grecques du Pont Nord (d’après Bresson, Ivantchik, Ferrary 2007).

Fig. 180. Principaux ensembles funéraires du Pont Nord (d’après Schiltz 1994).

Fig. 180. Principaux ensembles funéraires du Pont Nord (d’après Schiltz 1994).

2Cette rencontre entre Grecs et indigènes donne lieu, bien entendu, à des échanges commerciaux, à tout un jeu d’influences réciproques, ainsi qu’à des faits de coexistence — une notion qui en soi n’a pas grand sens si n’en sont pas précisées les modalités politiques et sociales (Morel 2002). On va parfois jusqu’à poser à son sujet le problème d’une «  koinè  » (Bresson, Ivantchik, Ferrary 2007). Dans le cas qui nous concerne ici, on peut voir la koinè comme une communauté sinon totale, du moins très poussée, de culture et de modes de vie. Peut-on, donc, parler d’une telle fusion dans la région qui nous intéresse  ? Les analogies qu’on peut observer, les pas en avant d’un partenaire vers l’autre, conduisent-ils vers une véritable koinè  ?

1. La céramique

3La céramique est souvent un bon critère des acculturations, non seulement parce que nous disposons en abondance de ce matériau non périssable, mais aussi et surtout parce qu’elle n’exige ni technique très avancée ni matériaux rares  : aussi l’expérience montre-t-elle un peu partout qu’elle suscite des phénomènes, soit d’imitation de modèles grecs par des indigènes, soit d’infléchissement des produits grecs au gré des possibilités ou des demandes locales. Peut-être la mer Noire est-elle un peu à part en cela.

4Ce n’est pourtant pas faute de recevoir, et précocement, des céramiques grecques. Pour ne pas parler du littoral et de son proche hinterland, les cartes (reprises dans Alexandrescu 1975) dressées par N.A. Onaïko voici quarante ans et plus et qui évidemment n’ont pu que s’enrichir depuis, concernant la diffusion des objets grecs – amphores et céramiques, bronzes, perles et autres – vers le haut Dniepr, jusqu’à la latitude de Kiev et au-delà, à quelque 500 km dans l’intérieur des terres (fig. 181), ont de quoi susciter l’envie, par la densité des trouvailles, chez quiconque s’intéresse à des phénomènes analogues en Gaule, ou en Ibérie, voire sans doute dans beaucoup de régions de l’Italie hors de l’Étrurie, pour ne pas parler de l’Afrique.

Fig. 181. Diffusion des objets grecs dans les bassins du Dniepr et du Boug (d’après Alexandrescu 1975). À gauche, fin VIe-début Ve s. ; à droite, seconde moitié du IVe s. Kiev est vers le haut à gauche. La zone grisée vers le bas au centre-gauche situe Olbia et ses environs.

Fig. 181. Diffusion des objets grecs dans les bassins du Dniepr et du Boug (d’après Alexandrescu 1975). À gauche, fin VIe-début Ve s. ; à droite, seconde moitié du IVe s. Kiev est vers le haut à gauche. La zone grisée vers le bas au centre-gauche situe Olbia et ses environs.

5Et pourtant je n’ai pas le sentiment qu’en règle générale cet apport notable d’objets, et donc de modèles, ait déclenché les phénomènes d’imitation qu’on perçoit en Italie, à partir par exemple de la céramique subgéométrique, de la céramique ionienne, de la céramique attique figurée ou à vernis noir, ou encore de la céramique de Gnathia, ou même en Gaule méridionale, à partir de la céramique ionienne par exemple, ou parfois du bucchero étrusque. En tout état de cause, quand on compare les céramiques grecques aux céramiques modelées, et éventuellement pourvues d’un décor incisé, peigné ou appliqué, des Scythes ou des Taures, on a le sentiment de deux répertoires et de deux marchés très distincts, séparés par un fossé apparemment infranchissable.

  • 2 Les objets mentionnés sans références sont exposés ou conservés dans les musées ou les réserves de (...)

6Cela dit, quelques phénomènes méritent néanmoins d’être mentionnés. Ils suggèrent, soit la coexistence des ethnies, soit le particularisme tenace des populations locales, soit leurs timides efforts pour copier des modèles grecs, soit enfin des contaminations entre Grecs et indigènes. On devra évidemment se limiter ici à suggérer divers cas de figure possibles, au moyen de quelques exemples qui n’ont rien d’un inventaire 2.

1.1. Coexistence des ethnies

  • 3 Autres indications sur ces problèmes dans Morel 2001, p. 832-833. Sur la prudence nécessaire dans l (...)

7Des recherches concernant la présence de céramiques indigènes dans des habitats grecs ou mixtes font état (pour se limiter à l’époque archaïque) de 10  % à 15  % de céramique indigène à Tariverde en Roumanie à 18 km à l’Ouest d’Histria (Avram 2001, p. 597-598), de quelque 10  % à 20  % de céramique modelée à Borysthénès/Berezan (Solovyov 2009, p. 93  ; et dans ce volume, p. 291-303). Bien entendu, ce phénomène est aussi observé ailleurs, à Bent à 2,5 km seulement d’Histria (Avram 2001, p. 600), à Theodosia, à Mirmékion près de Panticapée (Hind 1993, p. 103), à Phanagoria, pour nous limiter à ces quelques cas. On peut rapprocher ces chiffres de ceux de Marseille, où les quelque 20  % de céramiques indigènes relevés pour les premières décennies du VIe siècle sont parfois considérés comme suggérant le poids de l’élément indigène dans la cité phocéenne, peut-être à la suite, notamment, de mariages mixtes 3. Ceci encore, qui combine coexistence et imitation dans un milieu colonial  : dans la région du bas Dniestr, S.B. Okhotnikov signale en céramique tournée, pour la fin du VIe s. et le début du V e s., des imitations de formes grecques (cratères, oenochoés, kalpides et lekanai) voisinant avec des formes typiques de la culture thrace, dans des contextes où la céramique tournée simple figure pour 49  %, la céramique modelée pour 32,2  %, et la céramique à vernis noir pour 18,5  %. Il suppose pour ces établissements une prédominance numérique des Grecs, mais estime vraisemblable que des représentants des tribus locales, Scythes et Thraces, aient coexisté avec ces derniers (Okhotnikov 2001, p. 99, 103, 107)

8On observe donc dans ces divers cas des phénomènes de coexistence, bien plutôt que de convergence ou de koinè.

1.2. Hybridation

9Il s’agit de vases où se décèle la connaissance de modèles grecs, mais interprétés avec ces touches de maladresse et/ou de libre arbitre qui caractérisent souvent les réactions des indigènes devant ces modèles. Mentionnons  :

  •  Des vases apodes (notamment des cruches sans pied distinct, à fond plat, voire légèrement bombé), à Olbia, à Hermonassa.

  •  Des oenochoés à bouche «  trilobée  » (plutôt bilobée, en fait), dont le bec verseur est disposé perpendiculairement par rapport à l’anse, et non selon le même axe que celle-ci, à Odessos même et dans une tombe thrace des environs (au musée de Varna).

  •  Des vases munis de trois anses radiales (à Gorgippia, à Theodosia). Ce triplement d’anses d’un même type est absolument insolite dans la céramique grecque.

    • 4 Une coexistence d’anses de deux types qui par conséquent ne rappelle en rien la seule forme grecque (...)

     À Phanagoria, une jarre pourvue de deux grandes anses horizontales diamétralement opposées entre elles et de deux petites anses verticales elles aussi diamétralement opposées, implantées à 90° par rapport aux précédentes 4.

  •  Des vases imitant des vases attiques à vernis noir, mais avec une pâte grise, noirâtre ou parfois rougeâtre, non vernissée ou présentant des traces d’un engobe brunâtre très ténu. Ces objets ont évidemment été faits dans le Pont, mais par qui  ? Par des Grecs, en tant que produits bon marché destinés à des indigènes aux ressources modestes et/ou que la qualité d’un vernis noir n’intéressait pas particulièrement  ? Plutôt par des indigènes, comme le suggéreraient des variations de forme par rapport aux modèles helléniques  ? Par les uns ou les autres selon les circonstances  ? En tout cas on observe de tels vases un peu partout. Ainsi, en Roumanie, des imitations de cratérisques attiques, parfaites quant à la forme, dans une nécropole «  gréco-dace  » de la région de Braila (au musée archéologique de Bucarest), ou, à Albeşti, dans l’arrière-pays de Callatis (au musée de Mangalia), une amphore à pseudo-godrons tracés à la pointe avant la cuisson et complétés sous les anses par des incisions en X (donc conformes au répertoire hellénique traditionnel)  ; à Theodosia en Crimée orientale, une lékanè achrome imitant un modèle attique  ; des pelikai soit achromes, soit pourvues d’un vague engobe gris et terne, à Tiramba dans la péninsule de Taman (au Musée Pouchkine de Moscou), et à Theodosia encore, dans les deux cas avec, malgré une imitation assez correcte du type attique, une tendance à des panses moins rebondies et surtout à des cols plus étroits  ; à Phanagoria, un lécythe aryballisque achrome (également au Musée Pouchkine) imitant une forme à figures rouges trouvée sur le même site, mais là encore avec un profil moins pansu (cette propension à des formes légèrement plus élancées que celles des modèles attiques peut donc apparaître comme une caractéristique fréquente des abords du Bosphore cimmérien). À Borysthénès/Berezan, à partir du dernier quart du VIe siècle, les imitations modelées de types céramiques grecs deviennent fréquentes (Solovyov 2001, p. 132).

1.3. Problèmes d’usage

10C’est à eux que l’on peut attribuer certaines particularités des faciès céramiques.

  •  Des lampes à suif plus largement ouvertes que les lampes grecques, en Crimée à Neapolis scythique/Simferopol (les indigènes, à l’évidence, disposaient plus aisément de suif que d’huile), mais aussi dans la grecque Theodosia.

  •  La fréquence des réparations sur la céramique à vernis noir d’Olbia, marquée par une série de trous pratiqués sur des vases cassés pour y poser des agrafes. C’est un phénomène qui ordinairement signale des contextes où la céramique est parée d’une valeur justifiant des efforts compliqués, et probablement peu satisfaisants, pour donner une deuxième vie à des récipients brisés et qu’ailleurs on aurait tout bonnement jetés, et donc plutôt des milieux indigènes ou à forte composante indigène. Entremont, dans l’orbite massaliète, témoigne éloquemment du même phénomène.

11Ces particularités, ces différences, ces déviations, sont souvent bien loin de faire une koinè. Elles traduisent selon le cas deux traditions parallèles, ou des efforts maladroits des indigènes pour copier des objets grecs. On notera que Theodosia se distingue fréquemment dans ces processus, ce qui n’est guère étonnant de la part de cette cité grecque assez isolée face aux Taures de la région montagneuse qui commence aux portes mêmes de la ville.

12Enfin, un tout autre cas voit les artisans ou artistes grecs se conformer à ce qui apparaît une demande ou en tout cas un goût particulier des indigènes  : c’est celui de la céramique de Kertch.

  • 5 Voir « the unique bronze statuette of an Amazon on a horse » du début de la période hellénistique d (...)
  • 6 D’une façon générale il importe de distinguer, dans ces problèmes, les influences exercées sur les (...)

13Je ne suis certes pas le premier à observer que cette céramique flatte à la fois le goût des Scythes pour une polychromie très discrète certes, en l’occurrence, mais qui s’écarte résolument des canons habituels de la céramique attique à figures rouges, et la prédilection des mêmes Scythes pour une mythologie, ou une imagerie, peuplées de griffons, d’Arimaspes et autres Amazones 5. On notera cependant qu’il est difficile de parler ici d’une tendance vers une koinè pontique. C’est une koinè –fort limitée du reste, car les formes des vases restent grecques, et la technique reste fondamentalement celle des figures rouges – entre Athènes et la Scythie 6. A moins d’imaginer (pourquoi pas  ?) que des Grecs du Pont ont commandé, voire suggéré aux ateliers attiques des vases dont ils pensaient à juste titre qu’ils se vendraient bien en mer Noire. Il reste que ces Grecs du Pont ont été les principaux usagers de tels vases, se montrant ainsi sensibles à une «  mythologie ambiante  » où les conditions et les populations locales jouaient un grand rôle.

2. L’habitat

2.1. Les habitations enterrées

14Cette question est bien entendu une des plus importantes. Un problème est particulièrement frappant à cet égard  : celui des cabanes «  enterrées  » (zemlianki) ou «  semi-enterrées  » (palouzemlianki) trouvées sur des dizaines de sites, de Nikonion à la presqu’île de Taman en passant par Berezan et Olbia, Kerkinitis et Chersonèse, Nymphaion, Panticapée et Mirmekion. Les chiffres sont parfois considérables  : pour Berezan et Olbia, il s’agit d’environ 500 unités (Buiskikh, Buiskikh 2001, p. 669-670). On les connaît à Olbia dès le second quart du VIe siècle au moins, avec une présence massive à l’époque archaïque tardive. Dans la minuscule île de Berezan, près de 250 unités, rondes, ovales ou rectangulaires, ont été mises au jour (Solovyov 2009, p. 92).

15Mais d’abord, sont-ce des habitations (et pas seulement des aménagements économiques ou agricoles), et des habitations grecques, au moins dans certains cas  ? Seule une réponse positive à cette question peut rendre singuliers le choix technique et le mode de vie des Grecs qui s’y seraient logés, et faire penser véritablement, dans ce domaine au moins, à une esquisse de koinè pontique.

16Notre collègue russe Vladimir Kouznetsov s’est livré à une critique en règle de l’hypothèse au moins partiellement grecque soutenue par la plupart des nombreux archéologues qui ont traité cette question, et notamment par les fouilleurs ukrainiens d’Olbia – hypothèse selon laquelle les cabanes «  enterrées  » ou «  semi-enterrées  » auraient été des habitations –, en réfutant systématiquement les arguments communément invoqués à cet égard. Il remarque que ces structures n’ont guère livré que leurs fondations, et que leurs fonctionnalités ne sont pas claires  ; qu’il est difficile que les colons grecs les aient utilisées pendant plus d’un siècle sans recourir à de meilleures solutions. Il insiste sur la petitesse de certaines d’entre elles, sur l’inconvénient qu’y représenterait l’usage de foyers plutôt que de braseros. Il refuse les arguments relatifs à une possible misère des premiers colons, à la rudesse du climat, à des modèles indigènes qu’auraient adoptés les Grecs (Kouznetzov 1995). Son plaidoyer circonstancié mais parfois spécieux est en définitive peu convaincant.

17Il me paraît probable que ces «  cabanes  » étaient, pour les principales d’entre elles tout au moins (il faut y insister), des habitations, et, pour beaucoup d’entre elles (surtout les rectangulaires), des habitations, fussent-elles plus ou moins provisoires (Solovyov 2009, p. 96), de Grecs des premiers temps des colonies – premiers temps qui ont pu du reste couvrir de nombreuses décennies. Cela semble être le cas d’une bonne partie au moins des constructions semi-enterrées de divers établissements de la basse vallée du Dniestr étudiées par S.B. Okhotnikov, avec leurs dimensions oscillant entre 8 m2 et 32 m2, et des aménagements tels que des foyers ou des «  poêles  » (Okhotnikov 2001, p. 94-97). D’autres, bien entendu, ont dû servir d’étables, de bergeries, de remises, d’ateliers, de silos, etc., mais le problème d’un habitat enterré, et d’un habitat grec, ne s’en pose pas moins. Des archéologues ukrainiens ont développé à cet égard des arguments solides, concernant surtout Olbia, où ces structures présentent des éléments troublants de régularité, de deux types. D’une part, dans la ville même, des dizaines de cabanes semi-enterrées équidistantes forment trois rangées alignées sur une des rues principales de la cité. D’autre part, dans son territoire, à Tchertovatoie-7 (à neuf kilomètres au Nord d’Olbia), un complexe résidentiel et agricole présente une structure «  arborescente  » des années 530-470 env.  : plus de 70 «  arbustes  » occupant en moyenne 0,2 hectare, dont chacun est constitué en règle générale d’une «  grande  » habitation centrale (12 à 15 m2), de 4 à 6 habitations plus petites, de fosses pour le stockage des denrées ou des déchets, de citernes et de structures de service (Buiskikh, Buiskikh 2001, p. 670-673  ; Kryjitski, Leïpounskaïa 2010, p. 74-76).

18On serait alors devant le cas, assez courant même dans les temps modernes, de colons ou d’aventuriers qui, s’établissant dans un pays nouveau et pour eux difficile, auraient recouru à des solutions de logement adaptées à leur nouvelle implantation et qu’utilisaient déjà les «  naturels  ». On pense bien sûr au climat, qui est ce qu’il est, mais que les Grecs – et les Romains – considéraient comme foncièrement hostile  : Hérodote (IV, 28) et Ovide s’accordent pour nous le signifier. Toutefois il ne faisait pas toujours ni partout chaud en Grèce, ou en Italie, ou en Gaule, et pourtant les Grecs, comme le remarque V. Kouznetsov, ne s’y enfouissaient pas pour se protéger. Mais il faut souligner qu’intervient ici un autre facteur, trop négligé peut-être  : la nature du sol.

  • 7 Allusion dans Buiskikh, Buiskikh 2001, p. 681, n. 19. Voir aussi M. Lombardo, dans Problemi della c (...)
  • 8 On notera aussi qu’Olbia Pontique est une des rarissimes cités grecques où les maisons « véritables (...)

19Il est plus facile, plus normal, plus efficace, de creuser de façon régulière et relativement stable le lœss du littoral nord-pontique que la roche ou la terre de la Grèce ou de Marseille. C’était, dans cette région, une solution logique et économique. On connaît néanmoins des exemples de Grecs adoptant les maisons semi-enfouies des indigènes en Grande Grèce, à l’Incoronata près de Métaponte, dans un terrain qui d’ailleurs s’y prêtait aussi 7. Et les premiers occupants phocéens de Velia ne répugnèrent pas non plus à aménager des maisons dont la partie arrière était profondément creusée dans un sol cependant rocheux, lorsque le permettait ou l’exigeait la pente du terrain. On comprend bien dès lors que dans le sol éminemment favorable offert par le Pont septentrional, des Grecs aient pu consentir facilement à «  enterrer  » leurs demeures à moitié ou totalement, quelles qu’aient pu être leurs coutumes dans d’autres contextes 8.

20Une autre question se pose, fondamentale pour notre propos actuel  : les Grecs ont-ils emprunté cette solution aux «  populations locales  » – lesquelles continueront pendant longtemps à se loger de la sorte, puisque des bâtiments à sol excavé sont considérés comme typiques des civilisations slaves des V e-VIIe siècles de notre ère en Ukraine (Morrisson, Sodini et Kazanski 2000, p. 27)  ? En ce cas, on aurait bel et bien avec les demeures enterrées ou semi-enterrées antiques un phénomène de koinè matérielle.

21Mais selon quel processus  ? Les Scythes des steppes n’avaient pas, que l’on sache, de telles habitations. Certains d’entre eux ont-ils changé leurs coutumes en s’établissant à Berezan, puisque c’est là que tout semble avoir commencé  ? Les nomades qui se sédentarisent n’ont pas tendance à renoncer pour autant à leurs tentes ou à leurs roulottes, nous le voyons encore aujourd’hui en Libye et en Europe même. Et ces éventuels nomades sédentarisés à Berezan y ont-ils précédé les Grecs, ou y sont-ils venus attirés par la présence des Grecs et par les possibilités commerciales, «  emporiques  », qu’elle offrait  ? Ce problème est compliqué par la difficulté qu’éprouvent souvent les fouilleurs à démêler l’ethnie de tel paysan qui vivait dans telle ferme de la chôra de telle cité pontique.

  • 9 Pour cette distinction, cf. Solovyov 2001, p. 122.

22Il est en tout cas intéressant de noter avec Serguéi Solovyov qu’à Berezan, justement, les cabanes enterrées où l’on observe le plus grand pourcentage de céramique modelée (scythe ou, surtout, thrace) sont des cabanes à plan circulaire (Solovyov 2001, p. 122)  : comme si cette «  population locale  » avait spontanément retrouvé en cela quelque chose des tentes rondes des Scythes ou de leurs «  huttes coniques de feutre ou d’écorce  » (Schiltz 1994, p. 531). Quoi qu’il en soit, à peine créée, cette minuscule koinè des habitations creusées aurait tendu à se dissoudre au gré des particularismes ethniques, le circulaire (ou l’ovale 9) pour les Thraces ou les Scythes, le quadrangulaire pour les Grecs, dont S.L. Solovyov (2001, p. 126-128) pense que, inspirés par les traditions locales, ils ont très vraisemblablement occupé des cabanes semi-enterrées à Berezan durant les trois premiers quarts du VIe siècle.

2.2. Les villes

  • 10 Sur ces villes, voir respectivement Piotrovsky et al. 1955 ; Lordkipanidzé 1995.

23Il faut enfin évoquer le problème de la ville  : réalité essentiellement grecque dans l’ensemble, c’est clair. Mais faut-il nécessairement parler d’imitation quand nous constatons l’existence de villes indigènes, à Neapolis Scythe en Crimée comme à Vani en Colchide 10  ? Le faut-il, lorsqu’il apparaît que dès le V e siècle Elizavetovskoïe, dans le delta du Don, peut être considéré comme une grande ville barbare de 44 hectares où allaient s’établir des marchands grecs, probablement l’Alopekia de Strabon XI, 2, 3 (Hind 1993, p. 104)  ? C’est au V e siècle au moins que remonte aussi la ville «  entièrement bâtie en bois  » des Gélônoi, dans la steppe boisée des Boudinoi, avec son enceinte et ses temples, décrite par Hérodote (IV, 108-109). Mais ce dernier ne manque pas d’ajouter que «  les Gélons sont des Grecs d’origine  », chassés des emporia et venus s’établir au pays des Boudinoi qui, eux, sont autochtones et nomades. Ainsi le classement ethnique entre nomades et urbains est-il sauvegardé – dans la réalité ou dans la tradition, nous ne le savons pas trop. Sauvegardé, mais brouillé, et c’est peut-être là que s’esquissent des phénomènes de koinè. Tandis que des nomades viennent se fixer dans des cabanes creusées dans le lœss du littoral, des sédentaires viennent construire une ville en bois au pays des nomades.

3. Les nécropoles

3.1. «  Histoires de kourganes  » 11

  • 11 Voir le titre de Schiltz 1991.

24Sous les tumuli des kourganes se dissimulent de curieux processus d’assimilation aussi bien que de différenciation. Ainsi certains kourganes scythes du IV e siècle comportent en leur intérieur une chambre funéraire construite en blocs de pierre soigneusement équarris et ajustés, «  à la grecque  » (Schiltz 1991, p. 62 et 67-71). Inversement, les tombes grecques du Bosphore «  prenaient volontiers l’allure de kourganes  » (Schiltz 1994, p. 315).

  • 12 Par Evguenij Katiouchine, conservateur du Musée de Feodosiya, qui m’a aimablement donné l’occasion (...)
  • 13 Outre un objet en fer qui pourrait être un saurôtèr.

25Signalons par exemple un kourgane fouillé 12 dans la chôra immédiate de Theodosia/Feodosiya, sur les pentes du Tepe-Oba, premier contrefort oriental des monts de Crimée (Beysens et al. 1997  ; Katyushin 2003, p. 653-655 et p. 694, fig. 5). Il s’agit d’une tombe à tumulus de terre du type kourgane, mais érigée selon toute vraisemblance pour un défunt grec, comme semblent l’indiquer la composition du mobilier, les rites de l’incinération secondaire, de l’obole à Charon, du repas funéraire et du bris de vases. Elle est datable vers 375. On y a relevé une aire de crémation de presque 10 m2 comportant une fosse recouverte de perches de pin fixées pas six gros clous de fer. Les cendres du défunt ont dû être recueillies dans une urne et ensevelies à part, en un point qui n’a pu être fouillé. Des vases ont été recueillis, brisés ou non, jetés ou non sur le feu  : des lécythes aryballisques, un cratère à figures rouges, deux pélikés du style de Kertch (dont l’une figure un combat entre des Arimaspes montés sur des griffons/oiseaux et un sphinx à tête de lion, l’autre une Nikè en quadrige), des amphores de Sinope, une amphore proche des amphores de Solokha I, une marmite rappelant les vases culinaires du Bosphore, etc.13.

26Si tout cela correspond, comme le note Evguenij Katiouchine, aux traditions grecques forgées à Theodosia, un élément issu de la même tombe détonne davantage avec elles  : une sorte d’«  amphore-oenochoé  » (un col d’oenochoé trilobée, avec sa petite anse, greffé sur l’épaule d’une amphore pansue), dont je ne connais aucun parallèle en céramique. Son décor peint en noir sur le fond d’un lustre rouge combine des motifs grecs (des rinceaux) avec d’autres qui le sont moins (une zone de triangles), auxquels s’ajoute un curieux collier à pendentif autour, précisément, du «  col  » de l’oenochoé (fig. 182). Il s’agit d’un vase presque absurde et inutilisable pour peu qu’il soit rempli ou presque, qui rappelle en cela l’amphore «  gréco-scythe  » en argent partiellement doré de la tombe scythe de Tchertomlyk avec ses trois becs verseurs greffés sur le bas de la panse, datant elle aussi du IVe siècle (Schiltz 1994, p. 195) (fig. 183).

27On voit là les chemins tortueux qu’empruntent les contacts entre Grecs et indigènes et leurs contaminations mutuelles.

Fig. 182. Amphore-oenochoé de Theodosia (d’après Beysens et al. 1997).

Fig. 182. Amphore-oenochoé de Theodosia (d’après Beysens et al. 1997).

Fig. 183. Amphore de Tchertomlyk (d’après Schiltz 1994).

Fig. 183. Amphore de Tchertomlyk (d’après Schiltz 1994).

3.2. Coexistences entre défunts

28Mais il y a plus. Au-delà de cette relative et rare communauté des kourganes, trois cas emblématiques ont récemment été mis en évidence dans les territoires d’établissements grecs où vivaient, selon toute vraisemblance en bonne entente, ou tout au moins pacifiquement, des populations mêlées.

  1. Dans l’actuelle Roumanie, dans le territoire de Callatis, Alexandru Avram (2001, p. 626 et 631) a signalé des tombes du tout début du IIIe s. à chambre funéraire voûtée et à dromos, semblables à celles de la noblesse scythe du Pont Nord et qui suggèrent l’existence en ce lieu d’une «  enclave scythe  ». Elles contrastent avec la «  nécropole plane  » des Grecs callatiens.

  2. À Koshary, entre Odessa et Olbia (un site qui appartenait peut-être à l’État olbien), les fouilleurs ont relevé sur une superficie de 600 m2, pour les V e et surtout IV e siècles, aussi bien des tombes scythes que des tombes grecques, se distinguant – entre autres critères – par une orientation Ouest-Est pour les premières, Est-Ouest pour les secondes (Chochorowski, Papuci-Wladyka, Redina 1999, p. 61-63).

    • 14 Toujours dans la chôra de Nymphaion, signalons la fouille de Geroevka-2, qui a mis au jour un petit (...)

    Dans la chôra de Nymphaion en Crimée orientale, sur le Bosphore cimmérien, coexistent, d’après des observations de Viktor Zinko (2001), divers types de nécropoles  : des tumulus scythes  ; des fosses à même le sol, marquées en surface par des structures circulaires en pierres, très proches de celles de la culture Kizil-Kobinsky des piémonts de Crimée (une population, pense Zinko, peut-être exploitée à Nymphaion à la façon des hilotes)  ; des inhumations dans des fosses où les corps sont en position fœtale, la tête vers le Sud, selon une coutume qui rappelle les abords septentrionaux du Caucase et précisément la chôra de Gorgippia, si bien qu’on peut penser à des barbares originaires de cette région installés à Nymphaion par les rois du Bosphore pour y étendre leur influence  ; enfin des sépultures de type hellénique (enchytrismoi, tombes à crémation, etc.) 14.

29On constate donc en ces divers cas la coexistence de plusieurs groupes ethniques dont chacun tient à ses rites propres et les perpétue, tout en les adaptant dans une certaine mesure – note encore V. Zinko à propos de Nymphaion – à la culture hellénique.

3.3. Modestes mais précieuses offrandes funéraires

  • 15 Au Musée des Trésors historiques de Kiev (Laure des Catacombes).

30Signalons encore ceci  : c’est un usage que l’on peut observer couramment dans le monde barbare d’Occident – dans l’Italie «  italique  », en Gaule, à Carthage – qu’une tombe renferme un objet importé et un seul (vase à vin ou à parfum, grec ou étrusque) tranchant sur la masse des objets de production locale, évocation en raccourci d’une coutume étrangère et donc prestigieuse (Morel 1995). De même, dans le Pont, il arrive que des kourganes comportent, parmi toutes leurs richesses, un seul vase grec, infiniment moins précieux qu’une profusion d’objets d’or, mais signal d’un contact avec un autre monde paré du prestige de l’exotisme. Citons des amphores panathénaïques, seules offrandes grecques parmi des objets barbares, à Ak-Bouroun au Sud de Kertch et à Elizavetinskaïa dans le Kouban (Schiltz 1991, p. 72 et 93)  ; à Vani en Colchide, un cratérisque attique à vernis noir du IV e s. au milieu d’une profusion d’armes locales (au musée de Vani). Et dans le kourgane de Tolstaïa Moguila, dans le lointain hinterland ukrainien, une princesse scythe, couverte d’or, avait auprès d’elle, au IV e s. encore, un seul vase grec, un simple bol attique à vernis noir Lamb. 22, modeste en soi, immensément symbolique dans ce contexte 15  : la fusion à la fois dissymétrique et égalitaire de deux univers.

4. L’art

31Je ne saurais enfin évoquer ici que très brièvement et comme par prétérition un domaine passionnant et immense des contacts entre Grecs et non-Grecs dans le Pont Nord  : celui de l’art, et notamment de cet art «  gréco-scythe  » dont l’appellation suggère, précisément, des phénomènes de koinè. La magnifique documentation qu’ont rassemblée depuis longtemps, et plus particulièrement au cours des dernières décennies, les savants des pays de l’Est, ou d’autres, comme Véronique Schiltz (1991, 1994), et de grandes expositions telles que, naguère encore, à Paris, «  L’or des Amazones  » et «  L’or des rois scythes  », invitent à réfléchir sur ces problèmes.

  • 16 J’emprunte une partie de ces formules à Schiltz 1994.

32On se contentera ici d’évoquer rapidement les infléchissements que subissent les modèles grecs et dont témoignent les objets familiers des Scythes, par la volonté des commanditaires scythes ou, ce qui revient un peu au même, du fait d’un désir des artistes ou artisans grecs de satisfaire une clientèle barbare (Minns 1913, p. 283-291). Ces distorsions pourraient être appelées selon les cas hybridation, déclinaison multiple d’un thème, métamorphose, voisinage insolite, surenchérissement, abréviation, représentation éclatée, insertion inattendue, transformation tourbillonnante, détournement…16  : autant de processus qui mériteraient bien d’autres développements. On constaterait alors que beaucoup de ces procédés caractérisent aussi les réactions des arts italiques (œnôtre ou sidicin par exemple) face à l’art grec.

  • 17 À Moscou, Musée Pouchkine (trouvailles de 1983 et 1990).

33Alors, koinè dans le domaine de l’art  ? Voire... Il n’est guère de produits de cet art que l’on puisse s’attendre à trouver hors du milieu proprement scythe (ou sinde, taure, méote, etc.), sinon, très exceptionnellement, à titre de butin ou de cadeau, comme le goryte (carquois d’arc) trouvé dans une tombe princière macédonienne de Vergina (Schiltz 1994, p. 207). Les Scythes (ou autres) ne cherchent pas à imiter «  fidèlement  » l’art grec. De leur côté, les artistes ou artisans grecs peuvent bien travailler pour des clients scythes (ou autres), et donc affronter des thèmes nouveaux, une iconographie différente, mais les caractéristiques des arts indigènes n’affectent guère l’art grec en lui-même. En d’autres termes, malgré d’indubitables hybridations, Grecs et barbares, en ce domaine, ne se rencontrent guère à mi-chemin comme le feront les architectes romains et les sculpteurs barbares sur l’arc de Suse ou le trophée d’Adamklissi. Au bas d’un beau relief en calcaire de la presqu’île de Taman figurant des scènes de bataille 17, deux têtes coupées, aux yeux mi-clos, rappellent que les Scythes tranchaient les têtes de leurs ennemis vaincus (Hérodote IV, 64)  ; mais le style est celui d’un grand art grec local.

  • 18 Voir Schiltz 1994, Index général.

34Il faut souligner enfin ce fait singulier, mais tout compte fait fort compréhensible de par le naturalisme grec, que plus l’art est grec, plus il s’attache à montrer les Scythes  ; et que quand nous voyons véritablement les Scythes, c’est à travers l’œil grec. On pense bien entendu aux images de Scythes sur des vases grecs à figures noires ou rouges (Schiltz 1994, p. 392-393). Mais bien plus emblématiques encore à cet égard sont des objets «  gréco-scythes  » illustres représentant les Scythes avec un réalisme si saisissant qu’il les tranfigure, comme le peigne de Solokha et le pectoral de Tolstaïa Moguila, en or, le vase en électrum de Koul-Oba (fig. 184), ou l’amphore de Tchertomlyk en argent doré, déjà mentionnée, tous du IV e siècle 18. Dans ces œuvres admirables, le regard des Grecs sur les Scythes, que ces derniers (ou en tout cas leurs chefs) sollicitaient sans doute, mais qui est tout sauf scythe, révèle un fossé culturel qui en l’occurrence est à l’opposé d’une koinè.

Fig. 184. Scythe bandant son arc, détail du vase de Koul-Oba (d’après Schiltz 1994).

Fig. 184. Scythe bandant son arc, détail du vase de Koul-Oba (d’après Schiltz 1994).

5. En conclusion

  • 19 Dans un décret d’Olbia (Avram 2001, p. 631).
  • 20 « Grecs mélangés » (Pseudo-Scymnos, v. 756-757, pour le territoire de Callatis ; cf. Avram 2001, p. (...)

35Les Grecs avaient bien entendu parfaitement conscience d’un vaste ensemble de processus oscillant entre le simple contact, l’imitation, l’adaptation et la différenciation radicale, phénomènes qui les ont conduits à forger à propos de certains brassages ethniques du Pont des formules telles que «  Mixhellénès  » 19, «  Migadès Hellénès  » 20, tandis qu’Hérodote caractérise les Kallipidai, les Scythes les plus proches d’Olbia, comme des «  Hellénoscythes  » (IV, 17), et note que les Gelônoi de la steppe boisée parlaient une langue mi-scythe, mi-grecque (IV, 108). Ils avaient donc conscience, ces Grecs, d’une certaine communauté entre eux et «  les peuples des steppes  », mais d’une communauté imparfaite, ébauchée, et en fin de compte distante.

  • 21 Valeria Bylkova (2001) introduit une nuance en soulignant qu’il était plus difficile de distinguer (...)

36Il faut partager leur prudence. Dans les aires de marges, dans les chôrai et les eschatiai, voire au-delà, au cœur des zones indigènes, mais aussi en deçà, au sein même des cités grecques, peut-on affirmer que la coexistence, les échanges commerciaux, les influences indubitables et fortes, ont débouché sur une véritable koinè 21  ? En ce qui concerne mon propos actuel, la culture matérielle mais aussi artistique et spirituelle, les innombrables inflexions et altérations dont s’accompagnent ces interactions font qu’on peut en douter fortement, d’autant plus que beaucoup des données signalées ici se rapportent à une époque plutôt tardive (le IV e siècle, sinon plus bas encore) lors de laquelle on aurait pu imaginer une fusion plus complète entre les mœurs ou les goûts des Grecs et ceux de leurs voisins indigènes.

37Il n’y a là, au fond, rien que de normal, et nous arriverions aux mêmes conclusions à propos de n’importe laquelle des contrées où se sont fréquentés les Grecs et ceux qu’ils appelaient les barbares et que la science de l’Est, nous l’avons vu, nomme plus légitimement des «  populations locales  ». En Grande Grèce même, on n’observe pas de véritables phénomènes de synœcisme, sauf à la rigueur lorsque ce synœcisme a été imposé aux Grecs par les barbares eux-mêmes, comme à Cumes, à Naples ou à Paestum. Il en allait sans doute de même dans le Pont.

38Hérodote (IV, 76) nous donne-t-il le mot de la fin, pour son époque tout au moins, en affirmant  : «  Les Scythes ont un prodigieux éloignement pour les coutumes étrangères […], mais il n’en est point dont ils aient plus d’éloignement que de celles des Grecs  »  ? Nous avons à faire dans ces zones de contacts, d’interfaces, d’ajustements successifs, à des processus où rien n’est simple, et où par conséquent rien ne doit être envisagé avec simplisme. Mais dans le Pont septentrional, le caractère fondamentalement nomade de la plupart des populations rencontrées par les Grecs rendait sans doute une synthèse culturelle encore plus problématique qu’en bien d’autres régions.

Bibliographie

Abstracts Bilkent 2001  : [Résumés des communications présentées lors du] Second International Congress on Black Sea Antiquities (Local Populations of the Black Sea Littoral and their Relations with the Greek, Roman and Byzantine World and Near Eastern Civilisations), Bilkent University, Ankara, 2001.

Alexandrescu 1975  : Alexandrescu (P.) – Les importations grecques dans les bassins du Dniepr et du Boug. RA, 1975, 1, p. 63-72.

Alexandrescu 2007  : ALEXANDRESCU (P.) – L’aigle et le dauphin. Études d’archéologie pontique, Bucarest, Editura Enciclopedică, 2007, 303 p.

Avram 2001  : AVRAM (A.) – Les territoires d’Istros et de Callatis. In  : Problemi della chora coloniale, II, p. 593-633.

Beysens et al. 1997  : BEYSENS (D.), GIODA (A.), MOREL (J.‑P.), KATIOUCHINE (E.A.), IEVSEEV (A.A.) – Raskopki na okranie Feodosii (Fouilles à la périphérie de Theodosia). In  : Archeologitcheskie issledovaniya v Krymou, 1994 god (Recherches archéologiques en Crimée, année 1994), Simferopol, 1997, p. 54-56.

Braund, Kryzhitskiy 2007  : BRAUND (D.), KRYZHITSKIY (S.D.) – Classical Olbia and the Scythian World from the Sixth Century BC to the Second Century AD, Oxford, Oxford University Press, 2007, 224 p. (Proceedings of the British Academy, 142).

Bresson, Ivantchik, Ferrary 2007  : BRESSON (A.), IVANTCHIK (A.), FERRARY (J.‑L.) – Une koinè pontique. Cités grecques, sociétés indigènes et empires mondiaux sur le littoral nord de la mer Noire (VIIe s. a.C. - IIIe s. p. C.), Bordeaux, Ausonius, 2007, 377 p. (Ausonius éditions, Mémoires 18).

Buiskikh, Buiskikh 2001  : BUISKIKH (A.), BUISKIKH (S.) – I siti di Olbia e della sua chora nel periodo della colonizzazione greca. In  : Problemi della chora coloniale, II, p. 667-682.

Butyagin, Solovyov 2001  : BUTYAGIN (A.M), SOLOVYOV (S.L.) – Archaeological Research at the Chora of Nymphaeum. In  : Tsetskhladze 2001, éd., p. 261-284.

Bylkova 2001  : BYLKOVA (V.P.) – Barbarian-Greek Coexistence in the Lower Dnieper Region. In  : Abstracts Bilkent 2001, p. 8.

Chochorowski, Papuci-Wladyka, Redina 1999  : CHOCHOROWSKI (J.), PAPUCI-WLADYKA (E.) et REDINA (E.F.) – The Polish-Ukrainian excavations at Koshary, Odessa district  : a preliminary report. Studies in Ancient Art and Civilization (Jagiellonian University, Cracow), 9, 1999, p. 55-63.

Dupont, Lungu 2010  : DUPONT (P.), LUNGU (V.) – Synergia Pontica & Aegeo-Anatolica, Galatzi, éd. Pax Aurea Mundi, 2010, 256 p. (Historia Antiqua Galatiensis, III).

Grammenos, Petropoulos 2003  : GRAMMENOS (D.V.), PETROPOULOS (E.K.) – Ancient Greek Colonies in the Black Sea, Thessalonique, Archaeological Institute of Northern Greece, 2003, 2 vol. , 1431 p. (Publications of the A.I.B.E., N° 4).

Hellmann 1992  : HELLMANN (M.-C.) – Caves et sous-sols dans l’habitat grec antique. BCH, 116, 1992, 1, p. 259-266.

Hind 1993  : HIND (J.F.G.) – Archaeology of the Greek and Barbarian Peoples around the Black Sea 1982-1992. In  : Archaeological Reports for 1992-1993, Londres/Athènes, Society for the Promotion of Hellenic Studies/The British School at Athens, 1993, p. 82-112.

Katyushin 2003  : KATIUSHIN (Y.A.) – Theodosia. In  : Grammenos, Petropoulos 2003, I, p. 645-695.

Kouznetzov 1995  : KOUZNETZOV (V.D.) – Rannye tipy grečeskogo žilišča v severnom Pričernomor’e (Les types archaïques de l’habitat grec en région nord-pontique). Bosporskij Sbornik [Recueil du Bosphore], 6, 1995 (Pour les soixante ans du Professeur G.A. Kochelenko), p. 99-126.

Kryjitski, Leïpounskaïa 2010  : Kryjitski (S.D.), Leïpounskaïa (N.A.) – Olbia. Fouille, histoire, culture. Un État antique sur le littoral septentrional de la Mer Noire, Nancy/Paris, A.D.R.A./De Boccard, 2010, 175 p.

Lordkipanidzé 1995  : LORDKIPANIDZÉ (O.) – Vani, une Pompéi géorgienne, Besançon, Centre de Recherches d’Histoire Ancienne, 1995, 149 p. (CRHA, vol. 139).

Minns 1913  : MINNS (E.H.) – Scythians and Greeks  : A Survey of Ancient History and Archaeology on the North Coast of the Euxine from the Danube to the Causasus, Cambridge, University Press, 1913, 720 p.

Morel 1995  : MOREL (J.-P.) – De la Basilicate au Languedoc et à Carthage  : propositions grecques et choix des autochtones. In  : Arcelin (P.), Bats (M.), Garcia (D.), Marchand (G.) et Schwaller (M.) éd., Sur les pas des Grecs en Occident... Hommages à André Nickels (Trav. du Centre C. Jullian, 15), Paris/Lattes, Errance/A.D.A.M. éd., 1995, 492 p. (Ét. Massa. 4), p. 419-425.

Morel 2001  : MOREL (J.‑P.) – Les enseignements des ‘cas d’étude’  : la chôra dans tous ses états. In  : Problemi della chora coloniale, p. 823-838.

Morel 2002  : MOREL (J.‑P.) – Grecs et indigènes en Grande Grèce  : ‘coexistence’ et rapports de force. In  : Kacharava (D.), Faudot (M.) et Geny (É.) éd., Autour de la mer Noire, Hommage à Otar Lordkipanidzé, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 2002, p. 95-110.

Morrisson, Sodini et Kazanski 2000  : Morrisson (C.), Sodini (J.-P.) et Kazanski (M.) – La Méditerranée orientale et les Balkans. In  : Les échanges au Moyen-Âge. Justinien, Mahomet, Charlemagne. Trois empires de l’économie médiévale = Les Dossiers de l’Archéologie, n° 256, septembre 2000, p. 18-35.

Okhotnikov 2001  : OKHOTNIKOV (S.B.) – Settlements in the Lower Reaches of the Dniester (6th-3rd Centuries BC). In  : Tsetskhladze 2001 éd., p. 91-116.

Piotrovsky et al. 1955  : PIOTROVSKY (B.B.), SCHULTZ (P.N.), GOLOVKINA (V.A.) et TOLSTOV (S.P.) – Ourartou, Neapolis des Scythes, Kharezm, Paris, éd. Maisonneuve, 172 p.

Problemi della chora coloniale  : Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero, Atti del quarantesimo convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 2000), Tarente, Istituto per la storia e l’archeologia della Magna Grecia, 2001, 2 vol. , 1065 p., 58 pl. h.‑t.

Schiltz 1991  : SCHILTZ (V.) – Histoires de kourganes. La redécouverte de l’or des Scythes, Paris, Gallimard, 1991, 144 p. (Découvertes archéologie).

Schiltz 1994  : SCHILTZ (V.) – Les Scythes et les nomades des steppes, Paris, Gallimard, 1994, 475 p. (L’Univers des formes).

Sekerskaya 2001  : SEKERSKAYA (N.M.) – Nikonion. In  : Tsetskhladze 2001 éd., p. 67-90.

Solovyov 2001  : Solovyov (S.L.) - The Archaeological Excavation of the Berezan Settlement (1987-1991). In  : Tsetskhladze 2001 éd., p. 117-142.

Solovyov 2009  : Solovyov (S.L.) – Borysthenes and Olbia  : Greeks and Natives, Interactions on the Initial Stage of Colonisation. In  : Solovyov (S.L.) éd., Archaic Greek Culture  : History, Archaeology, Art & Museology (Proceedings of the International Round-Table Conference, June 2005, St‑Petersburg, Russia), Oxford, 2009, 163 p. (BAR International Series), p. 89-102.

Tsetskhladze 2001  : TSETSKHLADZE (G.R.) éd. – North Pontic Archaeology. Recent Discoveries and Studies, Leyde/Boston/Cologne, Brill Academic Publishers, 2001, 530 p. (Colloquia Pontica, 6).

Vnukov 2001  : VNUKOV (S.Y.) – The North-Western Crimea  : an Historical-Archaeological Essay. In  : Tsetskhladze 2001 éd., p. 149-176.

Zinko 2001  : ZINKO (V.N.) – Ethnicity on the Cora of Nymphaeum. In  : Abstracts Bilkent 2001, p. 76.

Notes

1 Sauf indication contraire, les dates s’entendent « avant notre ère ». – D’une bibliographie considérable, signalons d’emblée quelques titres récents en langues « occidentales » : Alexandrescu 1999 ; Tsetskhladze 2001 ; Grammenos, Petropoulos 2003 ; Bresson, Ivantchik, Ferrary 2007 ; Braund, Kryzhitskiy 2007.

2 Les objets mentionnés sans références sont exposés ou conservés dans les musées ou les réserves de fouilles des villes ou des sites concernés. Les lieux de conservation des objets sont en revanche mentionnés s’il sont différents des lieux de découverte.

3 Autres indications sur ces problèmes dans Morel 2001, p. 832-833. Sur la prudence nécessaire dans l’interprétation de ces données (ou d’autres analogues relatives à la céramique, à l’orfèvrerie, aux pratiques funéraires, aux croyances, etc.), voir Kryzhitskiy 2007, p. 18-20.

4 Une coexistence d’anses de deux types qui par conséquent ne rappelle en rien la seule forme grecque qui atteste ce phénomène, à savoir l’hydrie.

5 Voir « the unique bronze statuette of an Amazon on a horse » du début de la période hellénistique découverte à Chaika, établissement gréco-scythe proche de Kerkinitis, en Crimée occidentale (Vnukov 2001, p. 165 et p. 166, fig. 10).

6 D’une façon générale il importe de distinguer, dans ces problèmes, les influences exercées sur les productions indigènes par les céramiques de la Grèce égéenne (Grèce propre et Grèce de l’Est) de celles, au deuxième degré en quelque sorte, qu’exercent les céramiques des colonies pontiques (voir Dupont, Lungu 2010).

7 Allusion dans Buiskikh, Buiskikh 2001, p. 681, n. 19. Voir aussi M. Lombardo, dans Problemi della chora coloniale, II, p. 845. Il est intéressant à cet égard que l’Incoronata puisse passer pour un cas de « cogestione greco-indigena » (E. Greco, ibidem, I, p. 179).

8 On notera aussi qu’Olbia Pontique est une des rarissimes cités grecques où les maisons « véritables » aient fréquemment comporté des caves ou des sous-sols (Hellmann 1992 ; Kryjitski, Leïpounskaïa 2010, p. 74-95, passim). Sur des « caves » de Nikonion ayant servi aussi bien de dispositifs de stockage que de pièces d’habitation par temps froid, voir Sekerskaya 2001, p. 74-75 et 82.

9 Pour cette distinction, cf. Solovyov 2001, p. 122.

10 Sur ces villes, voir respectivement Piotrovsky et al. 1955 ; Lordkipanidzé 1995.

11 Voir le titre de Schiltz 1991.

12 Par Evguenij Katiouchine, conservateur du Musée de Feodosiya, qui m’a aimablement donné l’occasion de participer en 1994 à cette fouille dont il a établi, au-delà des publications signalées ici et de quelques autres, un rapport très circonstancié.

13 Outre un objet en fer qui pourrait être un saurôtèr.

14 Toujours dans la chôra de Nymphaion, signalons la fouille de Geroevka-2, qui a mis au jour un petit ensemble d’habitations enterrées (dont l’une profonde de 2,30 m) et de sépultures, datant du IV e s. et attribuables (d’après la proportion de céramique modelée et les rites funéraires) à une population non-grecque, alors qu’à moins de deux kilomètres de là Geroevka-1 était habité par des citoyens grecs de Nymphaion (Butyagin 2001, p. 268-280).

15 Au Musée des Trésors historiques de Kiev (Laure des Catacombes).

16 J’emprunte une partie de ces formules à Schiltz 1994.

17 À Moscou, Musée Pouchkine (trouvailles de 1983 et 1990).

18 Voir Schiltz 1994, Index général.

19 Dans un décret d’Olbia (Avram 2001, p. 631).

20 « Grecs mélangés » (Pseudo-Scymnos, v. 756-757, pour le territoire de Callatis ; cf. Avram 2001, p. 628-629 et 631).

21 Valeria Bylkova (2001) introduit une nuance en soulignant qu’il était plus difficile de distinguer les Grecs des Scythes dans les établissements grecs que dans leur hinterland.

Table des illustrations

Titre Fig. 179. Colonies grecques du Pont Nord (d’après Bresson, Ivantchik, Ferrary 2007).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/485/img-1.png
Fichier image/png, 720k
Titre Fig. 180. Principaux ensembles funéraires du Pont Nord (d’après Schiltz 1994).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/485/img-2.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Fig. 181. Diffusion des objets grecs dans les bassins du Dniepr et du Boug (d’après Alexandrescu 1975). À gauche, fin VIe-début Ve s. ; à droite, seconde moitié du IVe s. Kiev est vers le haut à gauche. La zone grisée vers le bas au centre-gauche situe Olbia et ses environs.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/485/img-3.png
Fichier image/png, 576k
Titre Fig. 182. Amphore-oenochoé de Theodosia (d’après Beysens et al. 1997).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/485/img-4.png
Fichier image/png, 125k
Titre Fig. 183. Amphore de Tchertomlyk (d’après Schiltz 1994).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/485/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 184. Scythe bandant son arc, détail du vase de Koul-Oba (d’après Schiltz 1994).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/485/img-6.png
Fichier image/png, 7,3M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access