Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Questions d'identités et d'acculturations

Les figurines en terre cuite dans le Sud de la Gaule (VIe-Ier s. av. J.-C.)

Antoine Hermary

Résumé

Les sites archéologiques de Provence et du Languedoc sont probablement ceux qui, dans l’ensemble de la Méditerranée, ont livré le moins de figurines en terre cuite antérieures à l’époque romaine. Cet artisanat était visiblement peu développé à Marseille et il n’a pas intéressé les populations celtiques environnantes. Cependant, on note la présence de quelques objets caractéristiques du monde punique (ou ibéro-punique)  : des brûle-parfums à tête féminine (Ensérune, Arles, Olbia) et une plaquette représentant peut-être le dieu Baal-Hammon (Ensérune). L’ensemble le plus original, d’époque hellénistique, provient de la ville massaliète d’Olbia.

In the archaeological sites of Provence and Languedoc, in South France, the terracotta figurines are less numerous than in the other areas of the Mediterranean world. The coroplastic art was obviously not very popular in Marseilles, nor in the neighbouring Celtic communities. However, some objects characteristic of the punic (or ibero-punic) world have to be mentioned: incense burners in form of feminine heads (from Ensérune, Arles and Olbia) and a relief which may represent the god Baal-Hammon (Ensérune). The most original group was found in the Massaliot colony of Olbia.

Entrées d'index

Mots clés :

terres cuites

Keywords :

Terracotta figurines

Texte intégral

  • 1 Pour les nécropoles, la différence est sensible avec le site d’Emporion/Ampurias, où 26 figurines (...)
  • 2 Je suis heureux de contribuer à cet amical hommage à Michel Bats, avec qui j’ai eu le plaisir de (...)

1Alors que l’artisanat des figurines en terre cuite connaît un développement important dans d’autres régions de Méditerranée occidentale – villes grecques d’Italie du Sud et de Sicile, Carthage, péninsule Ibérique –, il est extrêmement discret sur la côte méditerranéenne française, de l’époque archaïque à la fin de l’époque hellénistique. La rareté de ce type de production à Marseille est frappante et explique probablement que cette catégorie d’offrande soit aussi limitée dans les sanctuaires et les nécropoles des établissements situés dans la zone d’influence directe de la ville phocéenne1. Pourtant, une étude de la documentation disponible fait état de cas intéressants, en particulier à Olbia, le site de prédilection de Michel Bats  : c’est grâce à lui que j’ai pu mieux connaître ce petit ensemble qui fera l’objet d’une publication plus détaillée. Je présenterai, en attendant, un bilan général sur les terres cuites mises au jour en Languedoc et en Provence, principalement à Ensérune, Lattes, Arles, Olbia et, bien sûr, Marseille (fig. 1), en incluant une catégorie d’objets intéressante, même s’il ne s’agit pas de figurines, celle des brûle-parfums (thymiatéria) à tête féminine2.

Fig. 1. Carte du Midi de la France avec les sites mentionnés dans le texte (Infographie V. Dumas).

Fig. 1. Carte du Midi de la France avec les sites mentionnés dans le texte (Infographie V. Dumas).

Du VIe s. à la fin du IVe s. av. J.-C.

2Pour cette période d’un peu moins de trois siècles (de la fondation de Massalia à celle d’Olbia), la documentation est presque uniquement originaire de Marseille.

  • 3 L’un provient également de la zone du port, les deux autres de la rue Négrel. Figurine de la plac (...)
  • 4 Ainsi, dans l’Artémision de Thasos, le NMI de ces « dames assises à pôlos » est de 457, soit 17,2 (...)
  • 5 Si l’on reprend l’exemple de l’Artémision de Thasos, les femmes assises tenant un oiseau ne sont (...)
  • 6 Un certain Hérostratos de Naucratis avait sauvé le navire, qui faisait route de Paphos au delta d (...)
  • 7 Panvini (R.) – La nave greca arcaica di Gela. Palerme, Salvatore Sciascia, 2001, p. 60-61.
  • 8 Noter aussi que les seules figurines de sanglier trouvées en contexte funéraire dans le Nord-Oues (...)

3Parmi les quelques dizaines de figurines, presque toutes très fragmentaires, qui ont été mises au jour dans la ville phocéenne, peu remontent à l’époque archaïque, et aucune ne paraît antérieure à la seconde moitié du VIe s. av. J.-C. Le type de la femme assise est représenté par un exemplaire bien conservé, trouvé dans les fouilles de la place Vivaux, proche du port antique (fig. 2), et par trois autres fragments3. Il s’agit sans aucun doute d’importations originaires du monde grec égéen, où ces figurines de femmes portant une haute coiffe cylindrique («  pôlos  ») sont abondamment représentées4. La petite terre cuite des docks se distingue par l’oiseau tenu dans la main, mais cet «  attribut  » n’est pas suffisant pour proposer une identification du personnage, probablement une divinité5. Deux figurines fragmentaires découvertes dans l’épave de la Pointe Lequin A (une seule est bien conservée  : fig. 3 a-b) donnent un exemple concret du mode de diffusion de ce type de production (Long, Miro, Volpe 1992, p. 220, fig. 41, 1)  : on peut penser qu’il ne s’agit pas, dans ce cas, d’éléments d’une cargaison marchande, mais plutôt de statuettes protectrices des marins et du bateau, qui étaient éventuellement offertes dans les ports de destination  ; une anecdote racontée par Athénée (XV, 675f-676c) rend compte d’une démarche de ce type6. Signalons que l’épave de la Pointe Lequin A contenait aussi un avant-train de sanglier en terre cuite (Long, Miro, Volpe, p. 220, fig. 41, 3)  : cette figurine (ou vase plastique  ?), d’un type rare, a un équivalent dans l’épave de Géla7 et rappelle les protomés de sanglier qui décorent la proue des navires de guerre figurés sur la céramique attique à cette même époque (fin du VIe s. av. J.-C.) et, à Marseille même, sur deux graffitis trouvés à l’Alcazar (Pomey, 2013)  ; l’image du sanglier aurait donc joué un rôle dans la protection des navires8.

Fig. 2. Figurine trouvée place Vivaux. Marseille, Musée des Docks romains, inv. X II E 20-3960 (Photo CCJ, Ph. Foliot).

Fig. 3. a-b Figurine de l’épave de la Pointe Lequin A. Marseille, dépôt du DRASSM (Photos Centre Camille Jullian).

Fig. 3. a-b Figurine de l’épave de la Pointe Lequin A. Marseille, dépôt du DRASSM (Photos Centre Camille Jullian).
  • 9 Mus. Hist. I.6.37 (3967). La longueur de l’avant-bras (11,3 cm) indiquerait, pour un personnage c (...)

4L’exploitation à grande échelle de carrières d’argile à proximité immédiate de Marseille (Bouiron, 2013) laisserait penser qu’au moins une petite partie de ce matériau était consacré à fabriquer des figurines ou des décors architecturaux. Ce n’est cependant pas le cas, autant qu’on le sache actuellement, malgré la découverte sur le site de la rue Négrel d’un bras appartenant probablement à une grande statuette9. Les potiers/coroplathes marseillais ont cependant fabriqué, vers la fin de l’époque archaïque, un type original de vase plastique, en forme d’être hybride associant un corps d’oiseau à une tête silénique cornue  : plusieurs exemplaires proviennent de la zone du port, un autre de la rue Négrel (Collin-Bouffier 1999  ; Roure, Pernet 2011, p. 233 fig. 217-219). Les têtes siléniques sont attestées comme décor d’applique sur d’autres vases, vers la même époque, au Baou de Saint-Marcel (Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, fig. p. 62  ; Roure, Pernet 2011, p. 239 fig. 238), on en trouve d’autres, plus tard, à Marseille. On peut aussi signaler un relief appartenant à un objet de type indéterminé – il ne peut pas s’agir d’une arula de type sicilien –, décoré d’un lion dévorant un taureau, provenant de la Bourse (Tréziny 2000, p. 89-90, fig. 7  ; Hermary 2012, p. 155 n° 32), et un fragment d’applique représentant un arrière-train d’animal ou, plus probablement, de sphinx, mis au jour dans une tombe d’enfant de la nécropole du Tapis-vert (Moliner 2012, p. 183, fig. 15, 8).

  • 10 H. 10,2 cm ; inv. B 604 (Tc 3). Argile rosée à grosses inclusions couleur brique.
  • 11 H. 12,5 cm. Inv. E 510 (Tc 16) ; la conservation dans la vase a donné à l’argile une couleur très (...)
  • 12 Tréziny 2000, p. 90 et 92, fig. 8-10 ; Rothé, Tréziny 2005, p. 544, fig. 697a-b ; Roure, Pernet 2 (...)
  • 13 Cavalier (O.) – La Grèce des Provençaux au XVIIIe siècle. Avignon, Fondation Calvet, 2007, p. 27 (...)
  • 14 Pour le culte d’Hécate à Milet et dans ses colonies, voir Ehrhardt (N.) – Milet und seine Kolonie (...)

5C’est de l’époque classique que paraît dater le seul petit ensemble de figurines votives (toutes fragmentaires) trouvé dans la cité phocéenne. Ces fragments, qui proviennent des fouilles de la Bourse, faisaient partie de figurines-plaquettes (non modelées à l’arrière) représentant un personnage féminin trônant, coiffé d’un pôlos  ; plusieurs modules sont attestés. Une tête (fig. 4)10 et un fragment de la partie médiane du corps, avec des éléments du trône (fig. 5)11, constituent les éléments les plus significatifs (Tréziny 2000, p. 89, fig. 5-6). Il n’y a guère de doute que ces personnages représentaient une divinité féminine dont le sanctuaire était situé près du rempart de la ville, probablement à l’extérieur, si l’on compare la situation de certains lieux de culte dans des cités grecques égéennes ou coloniales. En l’absence d’inscription l’identification du personnage est incertaine, mais, à l’époque classique, ce type iconographique convient mieux à Déméter ou à Héra qu’à une déesse juvénile comme Artémis. On pourrait avancer comme argument en faveur de Déméter la découverte dans la même zone de deux fragments de kernoi ( ?) et d’au moins une figurine de cochon12. On pourrait comparer une terre cuite fragmentaire de l’ancienne collection Calvet, conservée à Avignon, si elle a été réellement mise au jour à Marseille au début du XIXe s.13  : elle appartenait à un type de figure féminine debout, tenant une torche et un porcelet, certainement associé au culte éleusinien de Déméter et Koré. Le site de Morgantina, en Sicile, a livré des figurines tout à fait comparables qui dépendent de modèles syracusains (Bignasca 1992). Les terres cuites fragmentaires de la Bourse proviennent-elles d’un Thesmophorion situé près de l’entrée principale de la ville  ? C’est l’hypothèse la plus vraisemblable, mais il faut rappeler qu’au moment où sont dédiées ces terres cuites de riches enclos funéraires sont établis à cet endroit, devant la principale entrée de la ville  : or, le culte de la déesse infernale Hécate est bien attesté dans le monde ionien, en particulier à Milet  : dans sa colonie d’Apollonia du Pont, le sanctuaire de la déesse se trouvait précisément devant l’entrée de la ville14. Soulignons en tout cas l’originalité des figurines de Marseille, dont le bas du corps étroit, couvert par un vêtement sans plis, a un caractère archaïsant qui suggère l’existence de modèles plus anciens.

Fig. 4. Tête trouvée sur le site de la Bourse à Marseille. Musée d’Histoire de Marseille, inv. B 604 (Tc 3) (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 4. Tête trouvée sur le site de la Bourse à Marseille. Musée d’Histoire de Marseille, inv. B 604 (Tc 3) (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 5. Fragment de figurine de la Bourse. Musée d’Histoire de Marseille, inv. E 510 (Tc 16) (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 5. Fragment de figurine de la Bourse. Musée d’Histoire de Marseille, inv. E 510 (Tc 16) (Photo CCJ, Chr. Durand).

6Le seul autre fragment de figurine de cette période provient du site de Lattes. Il s’agit d’une tête féminine voilée (fig. 6), appartenant probablement à une femme assise, trouvée dans un contexte d’habitat daté du deuxième quart du V e s. av. J.-C. (Py 2009, fig. p. 326)  : cette date est en accord avec le style du visage, à l’expression relativement sévère. Le type de la figurine et la présence d’un engobe blanc pourraient indiquer une origine attique (comparer Mollard-Besques 1954, n° B 7, un peu plus ancienne). On peut supposer qu’il s’agit, comme pour les figurines archaïques de l’épave de la Pointe Lequin et du port de Marseille, d’un objet déposé par un marin.

Fig. 6. Petite tête féminine trouvée à Lattes (Photo Michel Py).

Fig. 6. Petite tête féminine trouvée à Lattes (Photo Michel Py).

L’époque hellénistique

  • 15 Je ne connais que par la publication de Fr. Horn (2011, Annexe 1 p. 23 n°C5) une figurine féminin (...)
  • 16 Il s’agit d’un brûle-parfum conservé au British Museum, trouvé dans une tombe d’Halicarnasse en 1 (...)

7La documentation est numériquement très limitée et, cette fois, les exemplaires les plus intéressants proviennent d’autres sites que Marseille15. Il s’agit, en premier lieu, d’une petite série de brûle-parfums
(thymiatéria) en forme de tête féminine coiffée d’une large couronne («  kalathos  ») qui supporte une coupelle, en général percée de trous, destinée à faire brûler de l’encens ou d’autres substances odorantes  : mais dans bien des cas, aucune trace de combustion n’est visible et ces objets doivent alors être considérés comme des offrandes non fonctionnelles. Ces productions, qui paraissent s’échelonner entre la deuxième moitié du IV e s. et le IIe s. av. J.-C., ont donné lieu à plusieurs études récentes (en particulier Marín Ceballos, Horn 2007  ; Horn 2011, p. 31-64). Un seul exemplaire (le plus ancien  ?) provient de Méditerranée orientale16, les autres ont été mis au jour en Sicile occidentale, en Sardaigne (730 exemplaires proviennent du seul site de Paulilatino !), à Carthage, à Ibiza et sur la côte orientale de la péninsule Ibérique (Horn 2011, Annexe 1, p. 481-635 nos C685-C959). Cette aire géographique rattache clairement ces thymiatéria au monde punique ou ibéro-punique, même si la tête du personnage et les motifs figurés sur le kalathos sont toujours de style grec.

  • 17 Il n’est connu que par une mention et une illustration dans le catalogue Musée de l’Arles antique(...)
  • 18 On ne peut cependant pas exclure que l’un ou l’autre fragment de visage féminin ait appartenu à c (...)

8Le fait que deux de ces brûle-parfums aient été trouvés à Ensérune – l’un près du rempart Nord, l’autre dans la nécropole (Ugolini 1983  ; Schwaller 1994, fig. p. 90) – n’est pas surprenant, étant donné les liens attestés entre le Languedoc occidental et la péninsule Ibérique  : c’est la raison pour laquelle ils sont présentés dans le livre de Frédérique Horn (2011, Annexe p. 483 n° C687 et p. 501 n° C716, tête de série d’un «  type Ensérune  »). La présence d’un exemplaire à Olbia est plus inattendue (fig. 7), car la ville est à l’écart du réseau de diffusion mentionné précédemment (Pena 2007, p. 35 fig. 5  ; Bats 2011a, p. 257, fig. 264). On note que ce thymiatérion a été découvert dans le sanctuaire d’Aphrodite, lieu particulièrement approprié pour l’offrande d’un objet lié aux substances parfumées, même si, comme on l’a vu, cette fonction n’est pas toujours attestée (l’exemplaire d’Olbia est trop fragmentaire pour qu’on puisse le vérifier). Le quatrième brûle-parfum de ce type provient du quartier dit de l’Esplanade à Arles (fig. 8)17  : il s’agit d’une zone d’habitat qui paraît avoir été occupée entre le V e et le IIe s. av. J.-C. (Rothé, Heijmans 2008, p. 475). Il paraîtrait naturel que, comme celui d’Olbia, ce thymiatérion soit parvenu sur le site via Marseille, mais la cité phocéenne n’a, pour le moment, livré aucun document de ce type 18. L’origine de ces objets donne toujours lieu à des débats. J. Moratalla Jávega et E. Verdú Parra (2007, p. 365 fig. 11) se prononcent pour une diffusion à partir des villes puniques de Sicile occidentale, hypothèse que paraît étayer, en partie au moins, la découverte d’un nouvel exemplaire à Monte Iato, en Sicile centrale, probablement dans un sanctuaire domestique (Russenberger 2011). Pour d’autres, une origine carthaginoise est plus vraisemblable et, en dernier lieu, Frédérique Horn (2011, p. 62) considère que, «  après l’élaboration des premiers prototypes dans une ou plusieurs cités puniques siciliennes, le relais a très vite été repris par les installations punico-sardes  » (en particulier à Tharros). On constate, en tout cas, que les quatre brûle-parfums découverts dans le Sud de la Gaule appartiennent au même type iconographique, décoré, sur le kalathos, de deux oiseaux, probablement des cygnes, entourant des «  pastilles  » (fruits stylisés  ?). Un exemplaire comparable, en très bon état de conservation, a été mis au jour à Ampurias  : ce site a pu servir de relais dans la diffusion de ces thymiatéria vers le Languedoc et la Provence.

Fig. 7. Thymiatérion à tête féminine d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 7. Thymiatérion à tête féminine d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 8. Thymiatérion à tête féminine d’Arles. Arles, Musée Départemental Arles antique (Photo du musée).

Fig. 8. Thymiatérion à tête féminine d’Arles. Arles, Musée Départemental Arles antique (Photo du musée).
  • 19 On l’a en général rattachée au culte de Déméter et Koré, mais les cygnes (?) affrontés sur la sér (...)
  • 20 Je remercie Christian Olive pour la photographie reproduite ici. Inventaire au musée d’Ensérune M (...)
  • 21 Cette forme correspond à ce qu’on appelle la gorge égyptienne.
  • 22 San Nicolás Pedraz (M.P.) – Coroplastica fenico-púnica. In : Producciones artesanales fenico-púni (...)
  • 23 En raison de la hache fenestrée, le nom de Melqart a été également avancé.
  • 24 Voir Plaute, Pœnulus, 980 (pour des Carthaginois) et surtout Plutarque, Vie de Marius, XII, 4 : q (...)
  • 25 Il désigne sous cette forme, outre la plaquette, les deux brûle-parfums mentionnés plus haut et u (...)

9Quelle que soit l’identité de la tête féminine qui porte ces brûle-parfums 19, on a affaire à un type de représentation qui entre aisément dans le cadre de la religion grecque. Ce n’est pas le cas pour une plaquette en terre cuite mise au jour à Ensérune, qui est caractéristique du monde phénico-punique (fig. 9) 20. Il reste la partie supérieure de l’objet (cassé en diagonale), fait en deux parties  : la face antérieure, moulée, est raccordée à un arrière plat – sauf au niveau du fronton de l’édicule où il est légèrement bombé. Un personnage masculin de face, imberbe, se détache sur une façade architecturale composée de deux colonnettes cannelées – seule celle de droite est bien conservée – terminées par un triple chapiteau à feuilles retombantes, et d’un entablement constitué, au-dessus d’une épaisse moulure, d’un large fronton évasé en haut21. Le personnage lève la main droite, ouverte vers le spectateur, et tient dans sa main gauche, au-dessus de l’épaule, un objet qui, par comparaison avec d’autres exemplaires mieux conservés, est certainement une hache fenestrée. Un vêtement est posé sur l’épaule gauche (traces de peinture rose). La tête, en fort relief, est coiffée d’un haut bonnet conique  ; de longues mèches frontales surmontent le visage qui est mal conservé  ; on note qu’un bijou est fixé à l’oreille droite. Cette plaquette a été publiée par Gilbert Charles Picard dans un article qui porte le titre accrocheur «  Hannibal à Ensérune  » (Picard 1957). Le savant français avait bien noté qu’elle appartenait à une série attestée principalement à Carthage (voir Cherif 1997, p. 60-68, pl. XIX-XXII). Quelques exemplaires proviennent d’autres sites puniques de Tunisie, d’Ibiza et de Tharros en Sardaigne22. Dans tous les cas le personnage est assis en position frontale, la main droite levée, la hache dans l’autre  ; quand il est représenté barbu, on l’a généralement interprété comme Baal-Hammon (Le Glay 1986)23. Certains auteurs ont parlé d’une version féminine de l’image (Uberti 1997, p. 192  ; Horn 2011, Annexe 1, p. 20, à propos de l’exemplaire d’Ensérune), mais cette interprétation n’est pas convaincante, même si le personnage est imberbe et porte, comme sur l’exemplaire d’Ensérune, des boucles d’oreilles  : ce type de bijou est en effet bien attesté pour les hommes dans l’Afrique du Nord punique24. Il est légitime de se demander comment un tel objet est arrivé dans le Languedoc occidental à une époque que l’on peut situer, d’après la date des exemplaires de Carthage, entre le IIIe s. et la première moitié du IIe s. av. J.-C. Gilbert-Charles Picard considérait – comme le suggère le titre de son article – que «  Les sacra puniques25 d’Ensérune n’ont donc pu y être apportés que pendant la période (219-208) où la Gaule méridionale a été contrôlée militairement par Hannibal  ; ils ont dû appartenir à un officier carthaginois, laissé pour assurer la liaison avec les autorités de la tribu celto-ibère  » (Picard 1957, p. 58). Cette explication est reprise, avec un peu plus de prudence, dans la notice de l’article Baal-Hammon du LIMC  : «  … sans doute vestige du passage d’Hannibal ou de l’occupation punique en 210-209 av. J.-C.  » (Le Glay 1986, p. 57-59). Elle paraît difficile à défendre sous cette forme, mais il reste à expliquer la présence insolite de cet objet apparemment totalement étranger au contexte. Était-il perçu comme une curiosité «  exotique  »  ? Le personnage était-il reconnu comme une divinité protectrice, éventuellement assimilée à un dieu local ou grec  ? Faut-il imaginer, sans faire nécessairement le rapprochement avec le passage d’Hannibal, qu’il témoigne de la présence d’une petite communauté punique à Ensérune  ? Il est difficile de proposer une explication.

Fig. 9. Plaquette punique trouvée à Ensérune. Musée d’Ensérune M 775 (Photo Christian Olive).

Fig. 9. Plaquette punique trouvée à Ensérune. Musée d’Ensérune M 775 (Photo Christian Olive).
  • 26 Elle a été trouvée dans la rue Sud de l’îlot VI. Inv. M 6097, H. 8,2 cm, larg. 5,8 cm. Roure, Per (...)
  • 27 Inv. M 8936, H. 12,6 cm, larg. 9 cm. Roure, Pernet 2011, p. 283 n° 115 (les têtes féminines nos 1 (...)
  • 28 Lieu de découverte inconnu. H. 15 cm, larg. à la base 7,5 cm, ép. 6 cm.

10On revient avec la série des terres cuites hellénistiques d’Olbia à une iconographie grecque plus traditionnelle, malgré certains traits originaux (voir le thymiatérion illustré fig. 7). Sur les quelques dizaines de pièces, souvent très fragmentaires, mises au jour dans les fouilles de Jacques Coupry, puis de Michel Bats, beaucoup appartiennent à des figurines féminines couronnées fabriquées dans une argile claire, peut-être massaliète. D’autres sont faites d’une argile orangée dont l’origine n’est pas encore déterminée. Une tête moulée, que ses bords légèrement recourbés ne permettent sans doute pas d’identifier comme un décor d’applique, représente le dieu Pan, caractérisé par ses oreilles pointues et les petites cornes qui sortent discrètement au-dessus du front (fig. 10)26. La présence de l’image du dieu agreste dans l’habitat d’Olbia est intéressante, si on la compare au culte d’Aristée, lui aussi un dieu de la campagne, qui était célébré dans le sanctuaire extra-urbain de l’Acapte (Bats 2011b). Plusieurs figurines fragmentaires proviennent du sanctuaire d’Artémis. La plus remarquable est une tête féminine d’assez grandes dimensions, coiffée d’un haut diadème ou d’un pôlos (fig. 11)27  : elle appartenait probablement à une statuette de la déesse. L’argile orangée est du même type que celle d’un étonnant personnage masculin dont subsiste la partie inférieure (fig. 12 a-b)  : assis sur un support rectangulaire, il est nu, en dehors d’une étoffe qui tombe le long de sa jambe droite et couvre en partie son pénis et un de ses testicules ( ?), de dimensions hypertrophiées28. On songe à une figurine de type prophylactique, mais je ne peux pas actuellement proposer de comparaison.

Fig. 10. Tête du dieu Pan, d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, L. Damelet).

Fig. 10. Tête du dieu Pan, d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, L. Damelet).

Fig. 11. Tête d’une grande figurine, du sanctuaire d’Artémis à Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 11. Tête d’une grande figurine, du sanctuaire d’Artémis à Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, Chr. Durand).

Fig. 12. a-b Personnage masculin fragmentaire, d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photos CCJ, Chr. Durand).

Fig. 12. a-b Personnage masculin fragmentaire, d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photos CCJ, Chr. Durand).

Conclusion et perspectives

11L’artisanat des figurines, ou des reliefs, en terre cuite n’a apparemment pas connu le même développement à Marseille et dans les plus petites villes du Midi de la France que dans les cités de Grande Grèce, de Sicile, dans le monde punique, ou même à Ampurias. Le fait que, même si l’extension des fouilles a été beaucoup plus limitée, la cité phocéenne ait livré moins de figurines d’époque hellénistique que sa fondation d’Olbia est sans doute significatif et rejoint les observations que l’on peut faire sur la rareté des sculptures et des inscriptions votives dans l’ancienne Massalia. On note, d’autre part, que les sites celtiques de la région n’ont pas livré de figurines de type grec, ou d’imitations locales  : la petite tête trouvée à Lattes est l’exception qui confirme la règle. Olbia constitue un cas particulier à la fois par la présence de figurines dans l’habitat et les sanctuaires urbains, mais aussi par leur absence dans le sanctuaire d’Aristée, à l’extérieur de la ville, où les fidèles offraient de petits vases portant souvent des dédicaces en grec, mais pas de figurines en terre cuite.

  • 29 Ce matériel est encore inédit, seules deux photographies (vase plastique et enfant jouant avec un (...)

12Même si le matériel est restreint, et souvent très fragmentaire, l’intérêt de ce domaine de recherche apparaît mieux encore si l’on prend en considération les quelques figurines et vases plastiques découverts dans l’épave de Camarat 2, datée à la fin de la période qui nous concerne, vers 50-40 av. J.-C. Ils appartiennent en effet à des séries jusqu’ici inconnues dans le Midi de la France et même, semble-t-il, en Méditerranée occidentale  : personnage assis jouant de la cithare (Apollon  ?), jeune garçon chevauchant un équidé ou jouant avec un chien, œnochoé en forme de tête de noir29. Leur fonction est difficile à définir  : éléments complémentaires de la cargaison, ou mobilier appartenant à l’équipage  ? Ils apportent en tout cas un témoignage supplémentaire sur le transport d’une catégorie d’objets qui, comme à Ensérune, Lattes, Arles et, au moins en partie, Olbia et Marseille, ont été diffusés sous la forme d’exemplaires isolés, au gré des échanges maritimes.

Bibliographie

Bats 2011a : BATS (M.) – Olbia de Provence, Hyères, Var. In  : Roure (R.), Pernet (L.) dir. Des rites et des Hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Éditions Errance, 2011, p. 256-259.

Bats 2011b : BATS (M.) – L’Acapte, Giens. In  : Roure (R.), Pernet (L.) dir. Des rites et des Hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Éditions Errance, 2011, p. 260-263.

Benoit 1965 : BENOIT (F.) – Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule. Aix-en-Provence, Faculté des Lettres, 1965.

Bignasca 1992  : BIGNASCA (A.) – Nuove terrecotte dell’offerente di porcellino e la prima metà del 4. Secolo a Morgantina. Antike Kunst, 35, 1992, p. 18-53, pl. 5-14.

Bouiron 2013 : BOUIRON (M.) – «  Ainsi la main humaine a introduit la mer dans la terre  ». Réflexions sur les carrières d’argile de Marseille grecque archaïque. In  : Bouffier (S.), Hermary (A.) éd. Entre Marseille et Mégara Hyblaea. Archéologie des cités grecques d’Occident. Hommages à Henri Tréziny. BiAMA 13, Paris, Éditions Errance, et Aix-en-Provence, Centre Camille Jullian, 2013, p. 57-68.

Cherif 1997 : CHERIF (Z.) – Terres cuites puniques de Tunisie. Rome, Bonsignori, 1997.

Collin-Bouffier 1999 : COLLIN-BOUFFIER (S.) – Sources et fleuves dans les cultes phocéens. In  : Hermary, Tréziny 2000, p. 69-80.

Hermary, 2012 : HERMARY (A.) – [Notices sur quelques objets de Marseille]. In  : Garsson (M.) dir., Le Trésor des Marseillais. 500 av. J.-C., l’éclat de Marseille à Delphes, Catalogue d’exposition, Marseille, Vieille Charité, janvier-avril 2013. Paris, Somogy et Musées de Marseille, 2012.

Hermary, Tréziny 2000 : HERMARY (A.), TRÉZINY (H.) – Les Cultes des cités phocéennes. Actes du colloque international Aix-en-Provence / Marseille, 4-5 juin 1999. Aix-en-Provence, Édisud et Centre Camille Jullian, 2000 (Études massaliètes 6).

Hermary, Hesnard, Tréziny 1999: HERMARY (A.), HESNARD (A.), TRÉZINY (H.) dir. – Marseille grecque, 600-49 av. J.-C. La cite phocéenne. Paris, Éditions Errance, 1999.

Horn 2011 : HORN (Fr.) – Ibères, Grecs et Puniques en Extême-Occident. Les terres cuites de l’espace ibérique du VIIIe au IIe siècle av. J.-C. Madrid, Casa de Velάzquez, 2011.

Huysecom-Haxhi 2009 : Huysecom-Haxhi (St.) – Les figurines en terre cuite de l’Artémision de Thasos. Artisanat et piété populaire à l’époque de l’archaïsme mûr et récent. Athènes, École française d’Athènes, 2009 (Études thasiennes XXI).

Le Glay 1986 : LE GLAY (M.) – Baal-Hammon. In  : Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC), vol.  III. Zurich et Munich, Artemis Verlag, 1986, p. 72-75, pl. 61-62.

Long, Miro, Volpe 1992 : LONG (L.), MIRO (J.), VOLPE (G.) – Les épaves archaïques de la pointe Lequin (Porquerolles, Hyères, Var). Des données nouvelles sur le commerce de Marseille à la fin du VIe et dans la première moitié du V e s. av. J.-C. In  : Bats (M.), Bertucchi (G.), Congès (G.), Tréziny (H.) éd., Marseille grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’Histoire et d’Archéologie et du V e Congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18-23 novembre 1990). Lattes, A.D.A.M. éditions, et Aix-en-Provence, Université de Provence, 1992, p. 199-234 (Études massaliètes 3).

Marín Ceballos, Horn 2007 : Marín Ceballos (M.C.), Horn (Fr.) éd. – Imagen y culto en la Iberia prerromana  : los pebeteros en forma de cabeza femenina. Séville, Universidad de Sevilla, 2007.

Moliner 2012 : MOLINER (M.) – Le mobilier déposé dans les tombes d’enfants des colonies grecques de Marseille, Agde et Ampurias. In  : Hermary (A.), Dubois (C.) éd., L’Enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le mobilier associé aux tombes d’enfants. Paris, Éditions Errance et Centre Camille Jullian, 2012, p. 171-192 (BiAMA 12).

Mollard-Besques 1954 : MOLLARD-BESQUES (S.) – Musée National du Louvre. Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre-cuite grecs, étrusques et romains I. Époques préhellénique, géométrique, archaïque et classique. Paris, Éditions des Musées Nationaux, 1954.

Moratalla Jávega, Verdú Parra 2007 : Moratalla Jávega (J.), Verdú Parra (E.) – Pebeteros con forma de cabeza femenina de la Contestania ibérica. In  : Marín Ceballos, Horn 2007, p. 339-366.

Pena 2007 : PENA (M.J.) – Reflexiones sobre los peberos en forma de cabeza femenina. In : Marín Ceballos, Horn 2007, p. 17-40.

Picard 1957: PICARD (G.Ch.) – Hannibal à Ensérune. In : Journées archéologiques d’Avignon 1956. Avignon, Palais du Roure, 1957, p. 57-59.

Pomey 2013 : POMEY (P.) – Les graffiti navals de l’Alcazar à Marseille  : des pentécontores phocéennes  ? In  : Bouffier (S.), Hermary (A.) éd. Entre Marseille et Mégara Hyblaea. Archéologie des cités grecques d’Occident. Hommages à Henri Tréziny. BiAMA 13, Paris, Éditions Errance, et Aix-en-Provence, Centre Camille Jullian, 2013, p. 79-84.

Py 2009 : PY (M.) – Lattara, Lattes, Hérault. Comptoir gaulois méditerranéen entre Étrusques, Grecs et Romains. Paris, Éditions Errance, 2009.

Rothé, Tréziny 2005 : ROTHÉ (M.-P.), TRÉZINY (H.) – Carte archéologique de la Gaule. Marseille et ses alentours, 13/3. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005.

Rothé, Heijmans 2008 : ROTHÉ (M.-P.), Heijmans (M.) – Carte archéologique de la Gaule. Arles, Crau, Camargues, 13/5. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2008.

Roure, Pernet 2011 : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des Hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Éditions Errance, 2011.

Russenberger 2011 : RUSSENBERGER (C.) – Peristylhaus 2, Ostbereich. In : Reusser (C.) et al., Forschungen auf dem Monte Iato 2010. Antike Kunst, 54, 2011, p. 82-95, pl. 18-19.

Schwaller 1994 : SCHWALLER (M.) – Ensérune. Guides archéologiques de la France, 1994.

Tréziny 2000 : TRÉZINY (H.) – Les lieux de culte dans Marseille grecque. In  : Hermary, Tréziny 2000, p. 81-99.

Uberti 1997 : UBERTI (M.L.) – L’artigianato. In : Cherif 1997, p. 163-215.

Ugolini 1983 : UGOLINI (D.) – Deux thymiateria à tête féminine du musée d’Ensérune. DAM, 6, 1983, p. 101-108.

Villard 1960 : VILLARD (Fr.) – La céramique grecque de Marseille (VIe-IV e s.). Essai d’histoire économique. Paris, De Boccard, 1960.

Notes

1 Pour les nécropoles, la différence est sensible avec le site d’Emporion/Ampurias, où 26 figurines ont été mises au jour (cinq seulement dans les sanctuaires et une dans l’habitat) : Horn 2011, p. 28 tableau 1 et annexe 1, passim ; voir aussi Roure, Pernet 2011, p. 244 fig. 244-245. On note qu’aucune figurine en terre cuite n’est mentionnée dans Chausserie-Laprée (J.) dir. – Le temps des Gaulois en Provence. Catalogue d’exposition, Martigues, Musée Ziem, 2000.

2 Je suis heureux de contribuer à cet amical hommage à Michel Bats, avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer quand il dirigeait le Centre Jean Bérard de Naples et moi-même le Centre Camille Jullian à Aix, puis lorsque nous nous sommes occupés ensemble de la Revue Archéologique de Narbonnaise.

3 L’un provient également de la zone du port, les deux autres de la rue Négrel. Figurine de la place Vivaux : Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, fig. p. 63 ; Roure, Pernet 2011, p. 232 fig. 216 ; Hermary 2012, p. 140 n°14.

4 Ainsi, dans l’Artémision de Thasos, le NMI de ces « dames assises à pôlos » est de 457, soit 17,2 % des offrandes (Huysecom-Haxhi 2009, p. 571).

5 Si l’on reprend l’exemple de l’Artémision de Thasos, les femmes assises tenant un oiseau ne sont qu’au nombre de 6, alors qu’on connaît 167 korés debout tenant un oiseau : Huysecom-Haxhi 2009, tableau 2 p. 574.

6 Un certain Hérostratos de Naucratis avait sauvé le navire, qui faisait route de Paphos au delta du Nil, grâce à une statuette d’Aphrodite qu’il avait achetée à Paphos : à son arrivée il l’avait dédiée dans le sanctuaire de la déesse à Naucratis (l’événement est situé, de façon peu vraisemblable, au début du VIIe s. av. J.-C.).

7 Panvini (R.) – La nave greca arcaica di Gela. Palerme, Salvatore Sciascia, 2001, p. 60-61.

8 Noter aussi que les seules figurines de sanglier trouvées en contexte funéraire dans le Nord-Ouest de la Méditerranée proviennent de tombes d’enfants d’Ampurias (Horn 2011, p. 106 ; Moliner 2012, p. 183 fig. 12, 14).

9 Mus. Hist. I.6.37 (3967). La longueur de l’avant-bras (11,3 cm) indiquerait, pour un personnage complet debout, une taille d’environ 60 cm. Villard 1960, pl. 42, 3 ; Benoit 1965, p. 187 pl. 3, 10.

10 H. 10,2 cm ; inv. B 604 (Tc 3). Argile rosée à grosses inclusions couleur brique.

11 H. 12,5 cm. Inv. E 510 (Tc 16) ; la conservation dans la vase a donné à l’argile une couleur très sombre. On distingue la main gauche du personnage, posée sur l’extrémité du bras du trône.

12 Tréziny 2000, p. 90 et 92, fig. 8-10 ; Rothé, Tréziny 2005, p. 544, fig. 697a-b ; Roure, Pernet 2011, p. 235 fig. 222-223. Les deux « kernoi » fragmentaires n’ont pas une structure tout à fait semblable à celle des objets traditionnellement définis comme des kernoi de type éleusinien : la partie supérieure est en effet occupée par de petites cupules et non par des vases miniatures.

13 Cavalier (O.) – La Grèce des Provençaux au XVIIIe siècle. Avignon, Fondation Calvet, 2007, p. 27 fig. 7 (dite à tort « peut-être d’origine chypriote »).

14 Pour le culte d’Hécate à Milet et dans ses colonies, voir Ehrhardt (N.) – Milet und seine Kolonien. Vergleichende Untersuchung der kultischen und politischen Einrichtungen. Francfort, Berne, New York, Paris, Peter Lang, 1988, p. 173-175. Pour le cas particulier d’Apollonia : Nedev (D.), Gyuzelev (M.) – Présentation de l’espace urbain et du territoire. In : Hermary (A.) dir., Apollonia du Pont (Sozopol). La nécropole de Kalfata (V e-IIIe s. av. J.-C.), fouilles franco-bulgares (2002-2004). Paris, Éditions Errance, et Aix-en-Provence, Centre Camille Jullian, 2010, p. 14-15 : « La situation du sanctuaire à la périphérie méridionale de la ville s’explique par les fonctions d’Hécate comme protectrice des voyageurs ou son rôle chthonien, étant donné la proximité de la nécropole hellénistique ».

15 Je ne connais que par la publication de Fr. Horn (2011, Annexe 1 p. 23 n°C5) une figurine féminine assise, tenant une phiale de la main gauche, qui provient de la zone d’habitat d’Ensérune : l’auteur la présente comme une importation de Grande Grèce et la date du IV e s. av. J.-C.

16 Il s’agit d’un brûle-parfum conservé au British Museum, trouvé dans une tombe d’Halicarnasse en 1856 : il est daté vers la fin du V e s. av. J.-C. par R. A. Higgins (Catalogue of Terracottas in the Department of Greek and Roman Antiquities, British Museum. Volume I. Greek: 730-330 B.C. Londres, British Museum, 1954, n°444, pl. 62). Le caractère totalement isolé de cet exemplaire et sa découverte dans des fouilles anciennes interdisent de tirer des conclusions sur l’origine de ces brûle-parfums. Fr. Horn (2011, p. 56 n. 83) mentionne cependant un exemplaire inédit provenant du site « d’Arepta » (probablement Aptera) en Crète, conservé au musée de Chania (La Canée).

17 Il n’est connu que par une mention et une illustration dans le catalogue Musée de l’Arles antique. Arles, Actes Sud, 1996, p. 37 fig. 20. Je remercie Alain Charron de m’avoir transmis la photographie reproduite ici.

18 On ne peut cependant pas exclure que l’un ou l’autre fragment de visage féminin ait appartenu à ce type d’objet.

19 On l’a en général rattachée au culte de Déméter et Koré, mais les cygnes (?) affrontés sur la série la mieux représentée conviendraient mieux à Aphrodite (voir ci-dessus).

20 Je remercie Christian Olive pour la photographie reproduite ici. Inventaire au musée d’Ensérune M 775. H. conservée 8,1 cm, larg. 7,9 cm, ép. 3,5 cm. Le contexte de la découverte n’est pas clair : la nécropole d’après le cartel du musée, un dépotoir sur la pente Nord de la colline d’après Picard (1957, p. 58) ou encore « nécropole, contexte précis inconnu » d’après Horn 2011 (Annexe 1, p. 20 n°C1).

21 Cette forme correspond à ce qu’on appelle la gorge égyptienne.

22 San Nicolás Pedraz (M.P.) – Coroplastica fenico-púnica. In : Producciones artesanales fenico-púnicas. VI jornadas de arqueología fenico-púnica (Ibiza 1991). Ibiza, Museu arqueològic d’Eivissa, 1992, p. 16-17.

23 En raison de la hache fenestrée, le nom de Melqart a été également avancé.

24 Voir Plaute, Pœnulus, 980 (pour des Carthaginois) et surtout Plutarque, Vie de Marius, XII, 4 : quand le prince numide Jugurtha est jeté en prison par les Romains, « les uns déchirèrent sa tunique, d’autres, dans la hâte de lui retirer de force ses boucles d’oreille en or, lui arrachèrent en même temps le lobe des oreilles » (trad. A.-M. Ozanam, éd. Gallimard).

25 Il désigne sous cette forme, outre la plaquette, les deux brûle-parfums mentionnés plus haut et un petit masque en verre également trouvé à Ensérune.

26 Elle a été trouvée dans la rue Sud de l’îlot VI. Inv. M 6097, H. 8,2 cm, larg. 5,8 cm. Roure, Pernet 2011, p. 283 n° 117 (« tête féminine »).

27 Inv. M 8936, H. 12,6 cm, larg. 9 cm. Roure, Pernet 2011, p. 283 n° 115 (les têtes féminines nos 114 et 116 proviennent aussi du sanctuaire d’Artémis).

28 Lieu de découverte inconnu. H. 15 cm, larg. à la base 7,5 cm, ép. 6 cm.

29 Ce matériel est encore inédit, seules deux photographies (vase plastique et enfant jouant avec un chien) ont été publiées dans Gallia Informations, 1987-1988, vol. 1, p. 37, fig. 40. Je remercie Marie-Brigitte Carre de m’avoir montré des photographies de l’ensemble des documents.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte du Midi de la France avec les sites mentionnés dans le texte (Infographie V. Dumas).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-3.png
Fichier image/png, 322k
Titre Fig. 3. a-b Figurine de l’épave de la Pointe Lequin A. Marseille, dépôt du DRASSM (Photos Centre Camille Jullian).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4. Tête trouvée sur le site de la Bourse à Marseille. Musée d’Histoire de Marseille, inv. B 604 (Tc 3) (Photo CCJ, Chr. Durand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 5. Fragment de figurine de la Bourse. Musée d’Histoire de Marseille, inv. E 510 (Tc 16) (Photo CCJ, Chr. Durand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6. Petite tête féminine trouvée à Lattes (Photo Michel Py).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 7. Thymiatérion à tête féminine d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, Chr. Durand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 8. Thymiatérion à tête féminine d’Arles. Arles, Musée Départemental Arles antique (Photo du musée).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 9. Plaquette punique trouvée à Ensérune. Musée d’Ensérune M 775 (Photo Christian Olive).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 10. Tête du dieu Pan, d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, L. Damelet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 11. Tête d’une grande figurine, du sanctuaire d’Artémis à Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photo CCJ, Chr. Durand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 12. a-b Personnage masculin fragmentaire, d’Olbia. Dépôt archéologique d’Olbia à Hyères (Photos CCJ, Chr. Durand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4762/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access