Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Questions d'identités et d'acculturations

Pratiques funéraires et identité culturelle : Marseille et les indigènes du Sud de la Gaule (IVe-IIe s. av. J.-C.)

Bernard Dedet

Résumé

La comparaison entre les coutumes funéraires des populations indigènes du Sud de la Gaule au second âge du Fer et celles en usage dans la colonie grecque de Marseille met en évidence deux ensembles bien tranchés de pratiques. La réflexion prend en compte le «  recrutement  » des cimetières selon lʼâge au décès, lʼimplantation des tombes, le traitement des corps, inhumés ou brûlés, et de leurs restes, ainsi que le mobilier placé auprès des défunts. Les mœurs indigènes en ce domaine sont ici traditionnelles. Elles ne sont ni transformées, ni seulement modifiées, au contact des colons grecs, quelle que soit la proximité ou l’éloignement géographique par rapport à Marseille et aux autres établissements coloniaux, malgré lʼindubitable apport grec dans les changements économiques et sociaux du Midi méditerranéen. Pour leur part, les usages massaliètes reflètent bien plutôt les coutumes grecques de lʼépoque et aucune influence des mœurs indigènes ne semble transparaître non plus dans les tombes de la colonie. Cette étanchéité, qui reflète sans doute des conceptions très différentes de la mort et de lʼau-delà, est une pièce à verser au dossier des rapports entre Grecs et Gaulois du Midi de la France.

The comparison between the funerary customs of the indigenous population of the south of Gaul during the second Iron age with the ones in use in the Greek colony of Marseilles shows two clearly separate groups of funerary practices. The study takes the analysis of the cemeteries populations into account, classing them by age at death, tomb spatial implantation, body treatments, buried or cremated, and of their remains, as well as the artefacts placed with the deceased. The indigenous customs are traditional in this case. They haven’t been transformed or even modified under the influence of the contact with the Greek settlers however distant from Marseilles or other colonial etablishments, in spite of the indubitable Greek influence on the socio-economic changes of these Mediterranean regions of France. And on the other side, Massaliet practices tend to reflect Greek customs of their time, with no influence of indigenous ways perceptible in the tombs of the colony. This absence of mutual influence, that without doubt reflects very different conceptions of death and the beyond, is an element to add to the bigger picture of Greek and Gaul relationships in the south of France.

Entrées d'index

Mots clés :

tombe, influence

Géographique :

France du Sud, Marseille

Chronologique :

second âge du fer

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je suis reconnaissant à Sylvie Dedet et à Georges Marchand, chercheur associé à lʼUMR 5140, dʼavo (...)

1La question des rapports entre colons grecs et populations indigènes de Gaule méridionale est habituellement abordée en terme d’échanges commerciaux et de leurs répercussions sur l’économie et le mode de vie des autochtones, y compris leur accès à l’écriture. Les usages funéraires, eux, qui reflètent aussi bien les dispositions sociales que les représentations collectives de la mort et de l’au-delà, sont rarement pris en compte. Pourtant ils constituent, à lʼévidence, un indéniable marqueur dʼidentité culturelle. Cela rend dʼautant plus précieux lʼarticle de Michel Bats (2002) intitulé Du cratère sympotique au stamnos funéraire, qui aborde cette question pour une catégorie bien particulière de sépultures du Midi de la France. Pour ma part, cʼest dans leur globalité que je mʼattacherai ici à comparer ces pratiques funéraires des habitants de Marseille et des Indigènes du Sud de la Gaule, et cela permettra de sʼinterroger sur le degré de profondeur des relations entre les deux populations et sur les limites des processus d’assimilation (Dedet 2011a)1.

2Cette comparaison nʼest possible que depuis peu, depuis quʼon dispose dʼune documentation satisfaisante des deux côtés, en quantité suffisante et incluant notamment lʼanalyse des restes osseux humains (fig. 1).

Fig. 1. Nécropoles ou tombes du second âge du Fer dans le Sud de la France (DAO B. Dedet, CNRS).

Fig. 1. Nécropoles ou tombes du second âge du Fer dans le Sud de la France (DAO B. Dedet, CNRS).
  • 2 La nécropole de la pointe de Vella à Port-de-Bouc, entre Marseille et l’embouchure du Rhône, cons (...)

3Pour Marseille, cʼest la nécropole de Sainte-Barbe, avec une série de 96 tombes dʼépoque grecque, comprises entre les environs de 400 et 150 av. J.-C., qui donne une base solide pour connaître les usages funéraires de ses habitants, ou du moins d’un échantillon d’entre eux (Moliner et al. 2003). Sʼy ajoutent six tombes de la nécropole de la rue du Tapis-Vert (Chabaud, Féraud 1959, p. 84-86  ; Rothé, Tréziny dir., 2005, p. 599-600), deux tombes du cours Julien (Rothé, Tréziny dir., 2005, p. 679) et des renseignements plus ou moins lacunaires sur le chantier de la Bourse (Bertucchi 1992, p. 132-134) ou les découvertes plus anciennes du bassin de Carénage, du Pharo et de Saint-Mauront (Bertucchi 1992, p. 128-130  ; Rothé, Tréziny dir., 2005, p. 676-678) (fig. 1)2.

4En regard, pour le monde indigène régional du second âge du Fer, on dispose principalement dʼenviron 120 tombes et dʼun bûcher dʼEnsérune (Hérault) sʼéchelonnant entre environ 500 et 200 av. J.-C., dont lʼétude des os a été faite (Dedet, Schwaller 2010 passim  ; Schwaller et al. 1995  ; Bel et al. à paraître  ; Schwaller et al. à paraître), et de deux découvertes récentes, 13 tombes du dernier quart du IV e s. av. J.-C. de la nécropole de Mourrel-Ferrat à Olonzac en Languedoc occidental également (Janin et al. 2000), et un quartier de la nécropole dʼAmbrussum, en Languedoc oriental, comprenant 25 tombes et un bûcher du IIIe s. av. J.-C. (Dedet 2012). À cela sʼajoutent quelques tombes, soit du début de la période, comme celle de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel (Hérault) datée du milieu du V e s. (Dedet 1995), et celle de la Roussillonne à Nîmes, de la fin du IV e ou du début du IIIe s. av. J.-C. (Dedet, Gauthey 2008), soit des IIe et Ier s. av. J.-C., à Beaucaire (Dedet et al. 1974), Nîmes (Bel et al. 2008), Aramon dans le Gard (Genty, Feugère 1995) ou dans les Alpilles en Provence (Marcadal et al. 2003). Un secteur récemment fouillé, et en cours dʼétude, de la nécropole du Sizen à Beaucaire, avec une centaine de tombes datées pour lʼessentiel de la deuxième moitié du IV e s. et de la première moitié du siècle suivant, apportera sous peu une documentation particulièrement importante à ce sujet (Carme, Demangeot 2010) (fig. 1).

5Cette analyse comparative sera organisée autour de quatre grands thèmes  : la composition par âge de la population des défunts admis au cimetière  ; le traitement des cadavres  ; le matériel d’accompagnement  ; les bûchers et la partie aérienne des tombeaux. Pour finir on sʼinterrogera sur les résultats de cette mise en regard des pratiques funéraires massaliètes et indigènes.

La répartition des défunts dans les nécropoles selon l’âge au décès

6Une différence très importante entre les cimetières de Marseille et ceux du monde indigène se remarque dans la ventilation des défunts selon lʼâge au décès (fig. 2). Elle concerne essentiellement les très jeunes enfants, mort-nés, nouveau-nés et nourrissons, soit la classe des moins dʼun an.

Fig. 2. : Proportions des défunts entrant dans une classe d'âge déterminée pour les nécropoles de Marseille/Sainte-Barbe, d'Ambrussum et d'Ensérune. : Comparaison des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures pour la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe et les cimetières indigènes d'Ambrussum et d'Ensérune. Pour comparaison, tables-types de Ledermann (1969, p. 86-88) pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans. En rose, les quotients inférieurs aux taux des tables-types. : Comparaison de la courbe des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe avec celle du cimetière indigène d'Ambrussum et celles de trois populations de référence dont l'espérance de vie à la naissance (E°0) est de 25 ans, 30 et 35 ans (d'après les tables-types de Ledermann 1969, p. 86-88) (DAO : B. Dedet, CNRS).

Fig. 2. A : Proportions des défunts entrant dans une classe d'âge déterminée pour les nécropoles de Marseille/Sainte-Barbe, d'Ambrussum et d'Ensérune. B : Comparaison des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures pour la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe et les cimetières indigènes d'Ambrussum et d'Ensérune. Pour comparaison, tables-types de Ledermann (1969, p. 86-88) pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans. En rose, les quotients inférieurs aux taux des tables-types. C : Comparaison de la courbe des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe avec celle du cimetière indigène d'Ambrussum et celles de trois populations de référence dont l'espérance de vie à la naissance (E°0) est de 25 ans, 30 et 35 ans (d'après les tables-types de Ledermann 1969, p. 86-88) (DAO : B. Dedet, CNRS).

7Ces morts, à un âge qui connaît un très fort taux de mortalité dans une démographie de type ancien, sont complètement absents des nécropoles indigènes du Midi, à lʼexception de ceux qui sont découverts dans la même sépulture quʼun adulte connoté féminin, et qui doivent marquer des décès de femmes enceintes ou en couches. Ce manque de cette classe dʼâge est particulièrement significatif dans les trois nécropoles pour lesquelles les données sont abondantes, Ensérune, Mourrel-Ferrat et Ambrussum (fig. 2).

8Au contraire, à Marseille/Sainte-Barbe, ces très jeunes morts sont bien attestés et leur présence est tout à fait conforme à la mortalité que lʼon est en droit dʼattendre dʼune société pré-jennérienne  : pour lʼensemble de la partie grecque de la nécropole, le quotient de mortalité de ces moins dʼun an est de 312‰ correspondant parfaitement aux quotients de référence calculés par les démographes pour des espérances de vie à la naissance comprises entre 25 et 35 ans (fig. 2).

9La classe suivante, celle des jeunes enfants de 1-4 ans, est bien marquée à Marseille mais elle apparaît aussi dans les nécropoles du monde indigène. Cependant, dans les deux cas, elle est plus ou moins sous représentée, avec des quotients de 45‰ à 61‰ à Marseille/Sainte-Barbe et 95‰ à Ambrussum (fig. 2).

10En revanche, à partir des 5-9 ans, tant à Marseille que chez les Indigènes, la conformité avec la mortalité archaïque est atteinte.

11De tout cela ressort une conclusion importante concernant lʼâge dʼadmission au cimetière. À Marseille, la classe des 0-1 an accède normalement au cimetière. Une telle coutume est très courante dans le monde grec à partir de lʼépoque archaïque et durant les périodes classique et hellénistique. Dʼailleurs, elle est bien attestée dans les deux autres colonies phocéennes de la région, à Agde et à Ampurias, même si, dans les deux cas, lʼabsence dʼétude anthropologique ne permet pas de mesurer si la proportion de ces défunts correspond précisément à la mortalité attendue.

12Il en va bien différemment dans les communautés indigènes du second âge du Fer où les tout-petits nʼont pas droit au cimetière communautaire, si lʼon excepte cette présence de fœtus de femmes mortes enceintes ou pendant lʼaccouchement. Lʼaccession des enfants ne se fait que plus tard et progressivement, dʼabord pour une part seulement des 1-4 ans, puis, semble-t-il, normalement à partir des 5-9 ans. Cʼest là un processus traditionnel puisquʼon le constate dans toutes les nécropoles de la région depuis au moins la fin de lʼâge du Bronze (Dedet 2008a  ; 2008b  ; 2011b  ; 2012).

13Quel sort réserve-t-on à ces très jeunes défunts dans le monde indigène  ? On retrouve beaucoup de périnatals ensevelis à lʼintérieur des agglomérations des vivants, dans les maisons ou dans les cours domestiques. Actuellement, cent cinquante individus sont connus dans une trentaine dʼhabitats depuis le début du premier âge du Fer au moins et durant tout le second âge du Fer, en Roussillon (Ruscino, Port de Salses), en Languedoc (Pech-Maho, Cayla de Mailhac, Montlaurès, Ensérune, la Monédière, la Ramasse, les Gardies, Lattara, Gailhan, la Jouffe, Plan de Lavol, Vié-Cioutat, Castelvielh, la Liquière, Roque de Viou, Mauressip, Nages, le Marduel, Nîmes, Mas Saint-Jean, les Barbes-et-Fon-Danis et peut-être Ambrussum), dans le sud du Massif central (Puech de Mus, Roc de lʼAigle) et en Provence (Baou de Saint-Marcel, Saint-Blaise, Roquepertuse, Entremont) (fig. 3).

Fig. 3. Les habitats protohistoriques du Midi méditerranéen ayant livré des tombes ou des restes de périnatals et/ou de nourrissons. Le tireté signale particulièrement les oppida voisins de Massalia (DAO B. Dedet, CNRS).

Fig. 3. Les habitats protohistoriques du Midi méditerranéen ayant livré des tombes ou des restes de périnatals et/ou de nourrissons. Le tireté signale particulièrement les oppida voisins de Massalia (DAO B. Dedet, CNRS).
  • 3 Informations récentes de Manuel Moliner et Michel Bats.

14Cela est en total contraste avec Marseille  : les fouilles d’habitations d’époque grecque effectuées à ce jour dans la cité massaliète, comme aussi à Olbia de Provence, nʼont livré aucune tombe ni aucun vestige de squelette de tout-petit3. Et il est important de souligner que lʼusage marseillais tranche complètement avec celui dʼoppida voisins  : lʼhabitat du Baou de Saint-Marcel, qui a livré plusieurs tombes de nouveau-nés est à moins de huit kilomètres des murs de la colonie grecque.

Le traitement des défunts à Marseille et dans le monde indigène

Les usages pour les moins d'un an

15Pour les fœtus et les sujets décédés en phase périnatale retrouvés dans les habitats du monde indigène, la norme est lʼinhumation primaire individuelle, dans une petite fosse creusée juste aux dimensions du corps et cela, en total contraste avec les morts plus âgés qui ont accès au cimetière et qui sont tous incinérés à cette époque (fig. 4). Dʼaprès les observations faites sur la position des membres, ces enfants ne paraissent pas emmaillotés avant d’être mis en terre. Ils ne sont pourvus d’aucune pièce d’habillement ou de parure ou tout autre objet, sauf une ou deux exceptions à Pech-Maho, sur la marge du monde ibérique. En fait, du Bronze final à la première moitié du Ier s. av. J.-C., il existe dans le Sud de la France une habitude ou un modèle culturel bien défini d’ensevelissement en habitat réservé aux tout-petits (Dedet 2008a, p. 79-138  ; 2011b, p. 141-142). Et sa spécificité apparaît d’autant plus forte que les usages attestés pour cet âge dans la Marseille grecque sont fort différents.

Fig. 4. Un exemple de sépulture de périnatal en habitat indigène : la tombe 24 de Lattes (Hérault) (DP 30080 de l'îlot 30), datée du premier quart du Ier s. av. J.-C. (cliché UFRAL).

Fig. 4. Un exemple de sépulture de périnatal en habitat indigène : la tombe 24 de Lattes (Hérault) (DP 30080 de l'îlot 30), datée du premier quart du Ier s. av. J.-C. (cliché UFRAL).

16En effet, tous les fœtus et périnatals déposés dans la nécropole Marseille/Sainte-Barbe sont inhumés mais en cela, et contrairement au monde indigène, ils ne se différencient pas des autres enfants plus âgés, mais de moins de dix ans, qui sont aussi tous inhumés, ni non plus des très nombreux adultes, en fait une majorité, également non brûlés. Les tombes de ces tout-petits se répartissent parmi celles des défunts plus âgés. Cependant le traitement de leur cadavre, qui échappe à lʼincinération, paraît induire une localisation préférentielle dans le secteur occidental du cimetière où prédominent les adultes inhumés, tandis que dans la partie orientale prennent place surtout des adultes incinérés (fig. 5) (Moliner et al. 2003, p. 237-238). Dans les nécropoles du monde grec, à partir de lʼépoque classique, ces nouveau-nés, également inhumés, sont de la même manière mis à lʼécart des adultes incinérés et, au contraire, associés aux adultes inhumés, sans que les raisons dʼune telle disposition soient connues (Michalaki-Kollia 2010, p. 164).

Fig. 5. Répartition spatiale des défunts de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe en fonction de l'âge au décès (DAO B. Dedet, CNRS).

Fig. 5. Répartition spatiale des défunts de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe en fonction de l'âge au décès (DAO B. Dedet, CNRS).

17Le mode de dépôt du corps, à Marseille/Sainte-Barbe, se fait de différentes manières. Il peut être déposé directement en pleine terre, mais cela ne concerne qu’une minorité de ces nouveau-nés (8 sur 23). Exceptionnellement, il peut reposer dans un cercueil en bois (1 cas). Mais en fait la grande majorité, 14 sur 23, sont placés dans un vase, l’enchytrismos des archéologues, une coutume bien connue en Grèce et que lʼon retrouve dans les autres colonies de Méditerranée occidentale, Agde et Ampurias (fig. 6, A). Ici, ce réceptacle est le plus souvent une amphore massaliète, décolletée pour laisser passer le corps (fig. 6, B), et parfois une hydrie ou une œnochoé (fig. 6, C). Et cʼest aussi dans une petite urne quʼest inhumé le « fœtus » signalé dans lʼun des enclos de la Bourse (Bertucchi 1992, p. 133). Dans ces enchystrismoi massaliètes, la position du corps est toute symbolique, la tête vers la sortie, conforme à la comparaison entre utérus et vase que lʼon trouve déjà au V e s. av. J.-C. dans les traités du Corpus hippocratique (Gourévitch 2003, p. 24).

Fig. 6. Traitement des périnatals dans la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe.

Fig. 6. Traitement des périnatals dans la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe.
  • 4 Dans une société préjennérienne il meurt autant dʼenfants à la naissance et dans le premier mois (...)

18À Marseille/Sainte-Barbe, pour les plus âgés de cette classe dʼâge, les rares nourrissons entre deux et douze mois dʼexistence, on ne se sert plus du vase-réceptacle. Les corps sont inhumés en pleine terre ou dans un coffrage. Dans le monde indigène, les très rares cas attestés dʼensevelissement de nourrissons au sein de la sphère domestique ne diffèrent en rien de la pratique concernant les périnatals  ; mais le traitement de la plupart de ces nourrissons nous échappe car trop peu nombreux sont ceux qui prennent place dans les habitats comme dans les nécropoles, en regard à la mortalité attendue4, ce qui en fait marque ici aussi un changement, une fois passé le premier mois de la vie (Dedet 2008a, p. 139-156).

19Les Indigènes nʼaccompagnent dʼaucun objet les corps des périnatals et il en va de même des quelques nourrissons déposés dans les habitats. Dans la nécropole massaliète, certes une bonne part de ces défunts est également dépourvue de tout matériel, mais ce nʼest pas le cas pour tous. Un tiers de ces moins de 1 an est ici muni d’objets ou d’offrandes, le plus souvent valves de coquillages, surtout des coquilles Saint-Jacques, plus rarement olpé ou œnochoé (3 cas), guttus (qui a peut-être fait office de biberon) dans 1 cas, et, dans un autre cas, un corymbe, un élément floral en terre cuite provenant dʼune couronne mortuaire à la mode grecque (fig. 6, D).

Le traitement du corps des défunts ayant dépassé le cap de la première année d'existence

20Dans le monde indigène méridional du second âge du Fer, tous les défunts admis dans les cimetières sont incinérés. La seule exception concerne les Alpes Méridionales où persiste lʼusage de lʼinhumation, au moins jusquʼau IIIe s. av. J.-C. Cʼest là lʼaboutissement dʼune progression très nette de lʼincinération que lʼon suit depuis le début du dernier millénaire avant notre ère (fig. 7). Au Bronze final III, lʼincinération est la règle à lʼouest du fleuve Hérault et de la bordure occidentale du Massif central, tandis que lʼinhumation est exclusive à lʼest. Puis, au fil du temps, elle gagne du terrain vers lʼest pour devenir exclusive partout à partir du milieu du V e s. av. J.-C., sauf dans les Alpes du Sud (Dedet 2004). Cela concerne du moins les morts « normaux » (fig. 8), en excluant les périnatals, nous lʼavons vu, et les adultes et adolescents dont les restes, non brûlés, sont déposés dans des lieux cultuels, comme celui du Cailar dans le Gard au IIIe s. av. J-C. (Roure 2007). Autres exceptions notables à ce « tout incinération » dans le sud de la France du second âge du Fer, les colonies grecques pour lesquelles on connaît quelque peu les nécropoles, Marseille et Agde.

Fig. 7. Répartition schématique comparée des défunts incinérés et des défunts non brûlés des tombes de pleine nature dans le Sud de la France, du Bronze final III b à la fin du deuxième âge du Fer (DAO B. Dedet, CNRS).

Fig. 7. Répartition schématique comparée des défunts incinérés et des défunts non brûlés des tombes de pleine nature dans le Sud de la France, du Bronze final III b à la fin du deuxième âge du Fer (DAO B. Dedet, CNRS).

Fig. 8. Rapport inhumation-incinération en fonction de l'âge au décès dans le monde indigène et dans la nécropole grecque de Marseille/ Sainte-Barbe (DAO : B. Dedet, CNRS).

Fig. 8. Rapport inhumation-incinération en fonction de l'âge au décès dans le monde indigène et dans la nécropole grecque de Marseille/ Sainte-Barbe (DAO : B. Dedet, CNRS).
  • 5 Exception faite du « fœtus » inhumé, signalé dans Bertucchi 1992, p. 133.

21À Marseille, en effet, inhumés et incinérés se côtoient généralement. Plus précisément à Sainte-Barbe les deux pratiques en vigueur sont lʼinhumation primaire et le dépôt secondaire dʼincinération. Les portions de nécropole du Tapis-Vert et de Saint-Mauront montrent aussi cette dualité de traitement, tandis que la crémation est la règle à la Bourse aux IV e-IIIe s. av. J.-C.5 et que les deux sujets du Cours-Julien, un adulte et un jeune enfant, sont, eux, inhumés (fig. 9).

Fig. 9. Rapport inhumation-incinération dans les nécropoles grecques de Marseille (DAO : B. Dedet, CNRS).

Fig. 9. Rapport inhumation-incinération dans les nécropoles grecques de Marseille (DAO : B. Dedet, CNRS).

22La nécropole de Sainte-Barbe autorise plusieurs constatations intéressantes complémentaires sur cette variété de pratiques. Dʼune part, on remarque que lʼincinération nʼest pas pratiquée pour les enfants en-dessous de dix-douze ans. Les huit enfants de cette nécropole âgés entre un et dix-douze ans sont tous inhumés, et cʼest aussi le traitement utilisé pour les deux jeunes enfants attestés à la rue du Tapis-Vert et au Cours Julien. Dʼautre part, les adultes et les adolescents de Sainte-Barbe se répartissent à peu près équitablement entre les deux procédés, vingt incinérés et vingt-sept inhumés (soit respectivement 43 % et 57 %) (fig. 8). Et, par ailleurs, il ne semble pas quʼil y ait dʼévolution dans la fréquence relative des deux types de traitement du corps, entre le début et la fin de lʼutilisation du site, entre le IV e s. et le milieu du IIe s. av. J.-C. (fig. 10).

Fig. 10. Rapport inhumation-incinération dans la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, par phase et pour l'ensemble (DAO : B. Dedet, CNRS).

Fig. 10. Rapport inhumation-incinération dans la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, par phase et pour l'ensemble (DAO : B. Dedet, CNRS).

23Pour ces adultes, on ne constate pas à Sainte-Barbe de préférence pour l’un ou l’autre usage en fonction du sexe. Certes, le sexe biologique des incinérés n’est presque jamais déterminable, mais en revanche, on constate que parmi les vingt-sept inhumés figurent, dʼaprès lʼétude des os, quatre hommes et six femmes. L’inhumation n’apparaît donc pas réservée à l’un ou l’autre sexe.

24L’âge, pour les adultes, ne semble pas jouer non plus un rôle dans ce choix. À Sainte-Barbe, parmi les quatre adultes jeunes comptabilisés se trouvent trois inhumés et un incinéré, et les six adultes âgés signalés sont tous brûlés. Au Tapis-Vert, les trois seuls adultes inhumés sont tous âgés, entre 40-45 ans et 55-60 ans.

  • 6 Lʼétude de cette nécropole nʼa pas encore été faite.

25Ce mélange de défunts incinérés et inhumés se retrouve dans une nécropole de la colonie grecque dʼAgde, le Peyrou II, datée entre le milieu du IV e s. et le début du IIe s. av. J.-C. Y prennent place vingt-quatre inhumations (parmi lesquelles un certain nombre de périnatals)6 et quatre incinérations (Dedet, Schwaller 2010, p. 273). Pareille situation prévaut dans les autres colonies phocéennes de Méditerranée occidentale, à Aleria (77 % dʼinhumations et 23 % de crémations  ; Jehasse, Jehasse 1973, p. 26) comme à Ampurias (Almagro Basch 1953, p. 29-213). Elle est bien connue en Grèce même, par exemple dans lʼAthènes des V e-IV e s. av. J.-C. (Étienne et al. 2006, p. 159), et si les nécropoles de la métropole de Marseille sont pour le moment inconnues, on soulignera que cette dualité inhumation/incinération est bien attestée à Clazomènes (Hürmüzlü 2004, p. 80-81), si proche de Phocée tant sur le plan géographique que, selon Hérodote (Histoires, I, 142), par la langue.

26Dans le monde grec cette juxtaposition nʼest pas le reflet dʼune réunion de populations ou dʼethnies différentes. Il en va certainement de même à Marseille car incinérés et inhumés ont un mobilier dʼaccompagnement tout à fait semblable et cet équipement diffère fortement de celui des autochtones du sud de la France.

À propos du matériel accompagnant les défunts adultes et adolescents

27La comparaison entre Marseille et le monde indigène est également très instructive en ce qui concerne le matériel placé dans les tombes des adultes et des adolescents, et cela aux niveaux quantitatif et qualitatif.

28À Marseille le défunt adulte nʼest pas toujours accompagné dʼobjets. Si lʼon en croit les fouilles de Sainte-Barbe, seules fiables sur ce sujet précis, une très forte proportion dʼadultes, presque un sur deux (19 sur 44 soit 43 %), est dépourvue de tout accompagnement. Et ce sont surtout les inhumés qui sont concernés par cet usage, 75 % dʼentre eux, tandis que seulement 20 % des incinérés sont concernés par cette absence. En revanche, dans le monde indigène, pratiquement toutes les tombes dʼadultes et dʼadolescents sont accompagnées de mobilier. Les cas où celui-ci est absent, comme Mourrel-Ferrat 18, sont très exceptionnels.

29Dʼautre part à Marseille, lorsqu’ils sont présents, les objets sont peu nombreux dans chaque tombe. La grande majorité des dépôts ne compte qu’un ou deux éléments et le maximum constaté est de six. Ce sont les incinérés qui sont le plus souvent accompagnés dʼobjets et qui en sont aussi les mieux pourvus.

30Dans le monde indigène, les quantités de matériel déposé auprès du mort sont très variables. Elles peuvent être faibles dans les tombes dites «  à simple ossuaire  »  : seuls quelques objets personnels et des restes d’une offrande animale sont alors joints au défunt. Et ce dépôt peut être encore plus réduit comme dans la sépulture nîmoise de la Roussillonne, vers 300 av. J.-C., où une unique coupelle est déposée, introduite dans le vase ossuaire. Mais, très souvent, ce matériel est abondant, pouvant inclure 18 objets, comme par exemple dans la tombe 163 dʼEnsérune.

31Ces écarts dans la proportion dʼadultes accompagnés ou non de mobilier et dans la quantité de ces pièces constituent une différence importante entre les deux domaines culturels. Mais il en est une autre, sans doute plus signifiante, qui concerne la nature même de ces objets.

32À Marseille, lorsque les morts ont un matériel dʼaccompagnement, le dépôt dʼobjets personnels est très rare  : une fibule auprès de deux adultes (Sainte-Barbe T 99 et T 198), un anneau auprès dʼun autre (Sainte-Barbe T 43), une bague auprès de trois autres (Sainte-Barbe T 96, T 245 et T 247) et un scalptorium dans la tombe de lʼadulte du Cours Julien. La présence de restes de faune est également peu fréquente, concernant seulement cinq adultes de Sainte-Barbe (tombes 41, 49, 53, 102 et 198), os de cheval ou de bœuf, lorsque la détermination est possible, dont on ignore sʼils ont été brûlés avec le mort ou sʼil sʼagit de rejets de repas funéraires consommés par les survivants et ramassés avec les restes osseux humains. En fait, les objets les plus fréquents font référence à la toilette du cadavre ou à un hommage symbolique (fig. 11).

Fig. 11. Les objets déposés dans les tombes la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, classés par fonction, toilette du défunt (vases à parfum, strigile), libations (coupes), hommage (corymbes, éléments de couronnes florales) (d'après Moliner et al. 2003, modifié). À droite, ces diverses catégories d'objets représentées sur un lécythe attique à fond blanc du peintre de Bosanquet, vers 440 av. J.-C. (d'après Oakley 2004, fig. 168).

Fig. 11. Les objets déposés dans les tombes la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, classés par fonction, toilette du défunt (vases à parfum, strigile), libations (coupes), hommage (corymbes, éléments de couronnes florales) (d'après Moliner et al. 2003, modifié). À droite, ces diverses catégories d'objets représentées sur un lécythe attique à fond blanc du peintre de Bosanquet, vers 440 av. J.-C. (d'après Oakley 2004, fig. 168).

33Relatifs à cette toilette mortuaire, les vases à parfum, lécythes, lécythes aryballisques, alabastres, unguentaria, olpés apparaissent dans beaucoup de tombes dʼadultes pourvues de matériel, à Sainte-Barbe (T 47, 60, 96, 98, 102, 198 et 245), à la rue Tapis-Vert (T 2 et sarcophage 3), au cours Julien (t. dʼadulte) ou encore à Saint-Mauront (T 5, 8 et 14). Servant également à cette opération, des strigiles, se rencontrent dans plusieurs sépultures, à Sainte-Barbe (T 235, 242 et 247), à la rue Tapis-Vert (sarcophage 3) et au cours Julien (t. dʼadulte) (fig. 11).

34Dʼautres pièces évoquent des hommages symboliques. Des coupes et les coupelles pouvant servir à des libations sont présentes dans de nombreuses tombes de Sainte-Barbe (T 41, 43, 47, 96, 97, 98 et 257) et dans le sarcophage 3 de la rue Tapis-Vert. Il en va de même dʼéléments de couronnes florales en céramique, fleurs, petits cônes, corymbes, percés dʼun trou pour être enfilés, dans quatre sépultures de Sainte-Barbe (T 90, 192, 247 et 257) et une de la rue Tapis-Vert (urne en plomb 1), et parfois « dorés en-dessus » comme au Carénage (fig. 11).

35Tout ce matériel affecte aussi bien des incinérés que des inhumés  ; ce sont exactement les mêmes objets ou types dʼobjets que lʼon retrouve dans les deux cas (fig. 12 et fig. 13, C, D et E). Dʼautre part, ceux-ci nʼindiquent jamais si cʼest un homme ou une femme. L’examen comparatif des objets associés aux inhumés de Sainte-Barbe dont le sexe biologique est connu ne montre en effet aucun élément spécifique distinguant le sexe  : sur les quatre hommes déterminés, deux nʼont pas dʼaccompagnement, un est pourvu d’un métacarpien de cerf et un autre d’une coupe et d’un lécythe attiques ainsi que d’une urne non tournée  ; et sur les six femmes attestées, trois ne possèdent pas de pièce d’accompagnement, une est munie d’un os d’animal, une d’une coupelle à pâte claire et d’un os de bœuf et une autre d’un objet en fer non déterminé.

Fig. 12. Tableau synoptique des associations de matériel dans les nécropoles grecques de Marseille, selon le type de traitement du cadavre (DAO : B. Dedet, CNRS).

Fig. 12. Tableau synoptique des associations de matériel dans les nécropoles grecques de Marseille, selon le type de traitement du cadavre (DAO : B. Dedet, CNRS).

Fig. 13. Exemples de tombes du monde indigène et de Marseille grecque.

Fig. 13. Exemples de tombes du monde indigène et de Marseille grecque.

: Ambrussum, tombe 19 (1 : boucle d'oreille en argent ; 2 : bracelet en bronze ; 3 : fibule, bronze et corail ; 4 : perle en pâte de verre ; 5 : anneau en bronze ; 6 : éléments de chaîne de ceinture en bronze ; 7 et 8 : tessons d'urnes et de coupes non tournées) (dessins B. Dedet, CNRS). : Ensérune, tombe 163 (1 à 6 : vases à vernis noir ; 7 et 8 : vases non tournés ; 9 et 10 : vases à pâte claire ; 11 : épée dans son fourreau, en fer ; 12 : pointe de lance en fer ; 13 et 14 : éléments de bouclier, en fer ; 15 : chaîne de suspension d'épée, en fer ; 16 : fragments de quatre fibules en fer (d'après Rapin, Schwaller, 1987). : Marseille/ Sainte-Barbe, tombe 257 (1 et 2 : coupes attiques ; 3 : élément de couronne, en terre cuite ; 4 : coquillage). : Marseille/Sainte-Barbe, tombe 98 (1 : alabastre en céramique à pâte claire ; 2 : coupelle en céramique à pâte claire). : Marseille/Sainte-Barbe, tombe 47 (1 : lécythe aryballisque à vernis noir ; 2 : urne non tournée ; 3 : coupe attique, réparée (d'après Moliner et al., 2003).

36En définitive, cʼest donc essentiellement un matériel de culture hellénique qui prend place dans la tombe à Marseille, objets ayant servi à la toilette du mort, à lʼhonorer ou à faire des libations. Les sources écrites grecques en témoignent largement, de même que les nombreux lécythes attiques à fond blanc où ces pièces sont figurées sur le tombeau même (fig. 11). Et ce sont aussi les mêmes objets qui sont déposés à la même époque dans bien dʼautres nécropoles grecques, comme par exemple celle de Kalfata à Apollonia du Pont (Hermary dir. 2010, p. 143-145). Bien différent est, en revanche, lʼaccompagnement des adultes du monde autochtone du Midi de la France.

37Chez les Indigènes le dépôt se compose généralement de différents ensembles (fig. 13, A et B).

38Ce sont surtout des objets personnels du mort, pièces dʼhabillement et de parure, objets dʼactivités de la vie quotidienne ou non, avec une connotation sexuelle souvent clairement annoncée. Auprès des femmes, on dépose fusaïole, chaîne ceinture à maillons doubles, pendants dʼoreille, lot de deux bracelets ou plus, collier de perles en pâte de verre ou en corail. Cʼest le cas par exemple pour cinq des seize tombes dʼadultes ou dʼadolescents dʼAmbrussum (T 2, T 6, T 11, T 19 et T 23) (Dedet 2012). Objets tranchants, comme couteaux et armes, signalent les hommes, et souvent cʼest la panoplie complète, pointe et talon de lance, épée et sa suspension et bouclier, qui est attestée. À Ensérune, sur vingt-neuf tombes découvertes entre 1954 et 1965, neuf contiennent des objets présumés masculins, essentiellement des armes (tombes 146, 150/151, 157, 158, 163, 170, 171, 175 et 178), et deux, des pièces présumées féminines, fusaïole ou boucles d’oreille (tombes 147 et 172) (Gallet de Santerre 1968, p. 73-83) ; et parmi les cinq sépultures fouillées en 1988 figurent deux dépôts avec armes et un avec fusaïole (Schwaller et al. 1995).

39Les tombes à armes représentent environ un tiers des tombes dʼadultes à Ensérune et à Ambrussum  : comme, dans les deux cas, adultes présumés masculins et féminins sʼéquilibrent, une telle proportion pourrait signifier que tous les hommes en âge de combattre emportent des armes dans leur tombe, alors quʼà lʼinverse, aucune tombe de Marseille dʼépoque grecque nʼa livré dʼarme.

  • 7 Sur ce site, ces vestiges sont interprétés comme « des offrandes primaires (cʼest-à-dire placées (...)

40Autre coutume très fréquente chez les Indigènes et peu courante à Marseille, celle de placer des restes animaux dans la sépulture. Toutes celles dʼAmbrussum sont concernées, soit par un os isolé, ou, plus rarement, par une portion de squelette. Ces deux formules illustrent deux gestes différents, peut-être restes de repas partagés par les survivants auprès du bûcher ou de la tombe dans le premier cas, et, dans le second, sacrifice non consommé destiné à la personne décédée (Gardeisen in Dedet 2012). La plupart des tombes de Mourrel-Ferrat contiennent des os dʼanimaux isolés7 (Janin et al. 2000). Ceux-ci sont également bien présents dans les sépultures d’Ensérune au IIIe s. av. J.-C., mais cette nécropole montre aussi une autre coutume constituée par le dépôt de volailles entières et de quartiers de caprinés et de porcs non brûlés. Ici de la viande préparée et non consommée a accompagné le défunt dans son tombeau (Schwaller et al. 1995, notamment p. 226-229).

41Dʼautre part, on dépose dans quelques tombes, attribuables peut-être à une « élite », des vases qui renvoient à la consommation collective et socialisée du vin, avec lʼusage de récipients empruntés à la culture grecque, mais pour en faire un autre usage que les Grecs  : dʼabord uniquement des vases à boire en céramique tournée, accompagnés, à partir des environs de 300 av. J.-C., du cratère dʼimportation qui sert aussi dʼossuaire, ainsi que dʼoffrandes animales symboliques (Bats 2002). Cette forme de banquet « à la grecque » dont les tombes indigènes témoignent, avec les accessoires étrangers pour le service du vin, ce sont autant dʼemprunts à la culture grecque, mais non à leurs pratiques funéraires.

42Ainsi, dans ce monde indigène, à la différence de Marseille grecque, les dépôts dans les tombes, sont le reflet de la spécificité du défunt, son âge, son sexe, ses activités ou sa fonction et son importance sociale.

Sur quelques autres aspects des pratiques funéraires

43La comparaison peut être étendue à dʼautres dispositions des pratiques funéraires, qui ajoutent dʼautres éléments au chapitre des différences.

À propos des défunts incinérés

44Si à Marseille/Sainte-Barbe comme dans les trois nécropoles indigènes les mieux connues, Mourrel Ferrat, Ensérune et Ambrussum, il nʼy a pas un secteur réservé à la crémation des défunts et un autre à lʼensevelissement de leurs restes, les tombes étant installées à proximité de ces bûchers, quelques différences paraissent exister sur ce sujet entre les deux domaines culturels, mais le faible nombre de cas connus incite à la prudence.

45Chez les Indigènes ces bûchers sont généralement installés sur une plate-forme aménagée avec de la pierraille et de la terre rapportée. En particulier à Ambrussum, cette base est constituée avec des résidus provenant de lʼhabitat des vivants, et cela sans doute dans un but symbolique. Par contre à Marseille, les foyers sont placés à même le sol, laissant juste la trace dʼune aire rubéfiée, sans aménagement de base.

46Plus significatif est sans doute le caractère individuel ou partagé de ces lieux. Dans les nécropoles autochtones ils ont servi à plusieurs incinérations successives, comme lʼindique la quantité dʼos humains découverts. Par exemple, le bûcher B1 dʼAmbrussum a fonctionné pour brûler cinq à sept défunts, vêtus et parés, accompagnés de leurs objets personnels adaptés à leur âge et/ou à leur appartenance sexuelle (Dedet 2012, p. 99-142). En revanche à Sainte-Barbe, seule nécropole de Marseille où ces structures ont été étudiées, elles nʼont livré chacune quʼune faible quantité d’os humains et cela pourrait indiquer quʼelles sont individuelles et non collectives, mais à condition quʼelles nʼaient pas été nettoyées.

47À Marseille, les restes osseux brûlés peuvent être déposés dans un ossuaire, cʼest le cas le plus fréquent à Sainte-Barbe, ou bien directement dans la fosse, ou encore selon un procédé mixte associant les deux modalités précédentes, particulièrement présent dans les enclos de la Bourse où ces dépôts prennent place dans des caissons de pierres. Mis à part ces caissons, seulement représentés dans la région du bas-Rhône tardivement, au Ier s. av. J.-C., ces trois formules, ossuaire, absence dʼossuaire et mixte, se retrouvent également chez les Gaulois du Midi, dans des proportions variables selon les nécropoles, mais dans ce monde indigène, il sʼagit de trois pratiques tout à fait traditionnelles, dʼusage bien antérieur à lʼarrivée des Grecs, puisquʼelles sont ­reconnues dès le Bronze final IIIB.

48À Marseille comme chez les Indigènes, lʼossuaire est très souvent un vase courant de la vie quotidienne, cependant lʼemploi de récipients spécifiques, comme les urnes en plomb, y est attesté contrairement au monde autochtone. Par contre dans ce dernier, certains vases ou catégories de vases rares dans les habitats sont très nettement plutôt employés à cet usage funéraire. Cʼest le cas à Ensérune, avec les canthares à pouciers à vernis noir qui servent dʼossuaire pour deux tiers des tombes de la seconde moitié du IV e et le début du IIIe s., tandis que ces vases sont au contraire très rares dans les maisons de cet oppidum. Cʼest encore le cas à même époque des vases non tournés entièrement lissés, à cuisson fumigée, dans la nécropole de Beaucaire.

La vision du tombeau

49Il existe à Marseille une catégorie de morts pour lesquels la vision du tombeau a une grande importance aux yeux des survivants. Cʼest manifestement le cas, au IV e s. av. J.-C., de ceux qui bénéficient des deux terrasses monumentales de la Bourse, près de la porte orientale du rempart de la cité phocéenne, soigneusement bâties à la mode grecque, en grand appareil et décorées de bossages ou de triglyphes sur les faces bordant la voie permettant lʼaccès à la ville. Mais pour tous les autres, la partie visible de la sépulture reste très modeste et ne marque le paysage que de manière discrète, et il en va de même dans le monde indigène.

50À Ambrussum, la fosse ayant reçu le dépôt funéraire et ses abords immédiats où ont été posés des vases ou des portions de vases ne sont recouverts que dʼun très léger monticule de terre incluant des éléments osseux et mobiliers provenant du bûcher, un dispositif somme toute peu remarquable. À Ensérune, en revanche, le loculus est recouvert dʼune petite accumulation de pierres brutes et parfois signalée par une stèle brute. Pour le commun des mortels, à Marseille, un amoncellement de pierres, de tessons dʼamphores et de matériaux de récupération, ou parfois des dallées couchées, ferment et recouvrent la fosse et beaucoup de ces tombes sont indiquées en surface par une pierre plantée, de taille fruste, souvent dégrossie en pyramide. Dans les deux domaines culturels, cette discrétion dans le marquage et le signalement du tombeau est tout à fait indépendante des caractères distinctifs du défunt et de ses funérailles, son âge et son sexe, le type de traitement de son corps et de ses restes, le matériel que lʼon place dans la fosse sépulcrale. Cʼest bien là la preuve que lʼimportant nʼest pas tant le lieu où demeurent les restes du mort, que le devenir de sa part censée plus ou moins subsister ailleurs.

Conclusions

51Au second âge du Fer, le Sud méditerranéen de la France offre donc deux ensembles de pratiques funéraires bien différents lʼun de lʼautre, celui des Indigènes et celui des Grecs de Marseille, sans influence réciproque notable (fig. 14). Certes, on pourra objecter que le corpus de sépultures utilisables peut paraître relativement réduit, surtout pour Marseille où seulement 104 sépultures, réparties sur environ deux siècles, peuvent être prises en compte pour le moment. Mais, dans la colonie phocéenne, ces tombes appartiennent à plusieurs nécropoles où lʼon retrouve, chaque fois, les mêmes pratiques, même si le Cours-Julien et la rue Tapis-Vert ne comptent que pour quelques unités, tandis que Sainte-Barbe est bien plus fournie en nombre. Et en plus, quoique non publiée en détail, la nécropole de la Bourse offre une architecture de type éminemment grec. Cet échantillonnage permet donc dʼavancer un certain nombre de conclusions.

Fig. 14. Tableau comparatif des usages funéraires du monde indigène et de la colonie grecque de Marseille. Il montre, en ce domaine, d'une part la continuité entre le premier et le second Âge du Fer chez les Indigènes, malgré des évolutions dues à la dynamique interne de ce monde, et d'autre part l'étanchéité entre Indigènes et Marseille.

Fig. 14. Tableau comparatif des usages funéraires du monde indigène et de la colonie grecque de Marseille. Il montre, en ce domaine, d'une part la continuité entre le premier et le second Âge du Fer chez les Indigènes, malgré des évolutions dues à la dynamique interne de ce monde, et d'autre part l'étanchéité entre Indigènes et Marseille.

52Les rites massaliètes reflètent bien plutôt les coutumes grecques de lʼépoque, accueillant les morts périnatals au cimetière de la cité, bien souvent à lʼintérieur dʼun vase, inhumant les enfants, inhumant certains adultes, incinérant dʼautres adultes, ne plaçant dans la tombe que très peu de matériel, souvent même rien du tout, et généralement simplement les objets souillés ayant servi à la toilette du mort, aux actions liées à la cérémonie des adieux, à des libations et à des offrandes de couronnes de fleurs. Cette simplicité que manifestent les vestiges rejoint l’impression que donne Valère Maxime des obsèques marseillaises  : «  on amène les morts à leur sépulture en les transportant sur un chariot, sans lamentations ni plaintes. Le deuil ne dure que le jour des obsèques, avec un sacrifice groupant les gens de la maison, accompagné d’un banquet qui rassemble toutes les relations  » (Faits et dits mémorables, II, 6-7).

53Et aucune influence des mœurs indigènes en la matière ne semble transparaître dans les tombes de cette colonie grecque. Cela corrobore quelque peu lʼimage que les auteurs latins classiques ont donné de Marseille grecque, celle d’une communauté très fortement attachée à ses coutumes et à ses traditions d’origine, quoique isolée au bout du monde, environnée d’autochtones nombreux et décrits comme dangereux, baignée «  des flots de la ­barbarie », pour reprendre lʼexpression de Cicéron dans le Pro Flacco (XXVI, 63). Rien non plus, dans les tombes que lʼon connaît actuellement dans la colonie marseillaise, nʼévoque la présence dʼindividus qui auraient été traités «  à la manière indigène  ».

54De leur côté, les usages funéraires indigènes sont traditionnels, quʼil sʼagisse des règles concernant lʼâge dʼacceptation au cimetière villageois, de lʼaccession progressive des enfants à ce lieu, du matériel soulignant la personnalité du défunt, insistant souvent sur son appartenance au monde masculin ou féminin, souvent aussi sur son importance sociale et/ou sur sa puissance, avec dépôt dʼarmes et de récipients attestant une forme de « banquet ». Et si les périnatals et les nourrissons nʼont pas dʼaccompagnement, cʼest quʼils ne sont pas encore considérés comme des êtres véritablement nés à la société. Ces pratiques indigènes sont dans la continuité de celles que lʼon connaît dans la région depuis la fin de lʼÂge du Bronze et durant le premier âge du Fer. Elles ne paraissent ni transformées ni seulement modifiées au contact des colons grecs, quelle que soit la proximité ou l’éloignement géographique par rapport aux établissements coloniaux, malgré la pénétration commerciale de ceux-ci et les transformations que cette dernière entraîne dans lʼéconomie, dans certains modes de vie et dans la forme de lʼhabitat (fig. 14).

55Cette étanchéité entre les deux sphères, en ce domaine, sʼexplique parce que lʼon se situe au plus profond des préoccupations humaines, et quʼelle doit sans doute refléter deux conceptions de la mort fondamentalement différentes. Dʼailleurs, les ethnologues ont maintes fois souligné pareil phénomène à propos de la colonisation européenne de lʼépoque moderne  : « Les rites funéraires semblent être le bastion qui résiste le mieux à lʼacculturation » écrit par exemple Louis-Vincent Thomas à propos de lʼAfrique noire (1982, p. 251).

56Pour les Indigènes du Midi de la France protohistorique, la mort nʼest pas une fin de lʼexistence, mais un au-delà où le défunt peut entrer pour survivre sous différentes conditions et échapper en quelque sorte à elle. Elle lui ouvre la porte dʼun ailleurs où le double du défunt va survivre avec le double des objets qui ont symbolisé son existence terrestre. Dans le texte sur plomb déposé dans une tombe de la nécropole de l’Hospitalet-du-Larzac en Aveyron, on trouve notamment mention en langue gauloise, du monde visible (vodercos), de la mort (nepos) et du monde invisible de l’outre-tombe (antumnos) (Lambert 1994, p. 160-172  ; Vernhet 1995). Certes, il s’agit d’un document daté du Ier s. ap. J.-C., mais il fournit des termes et des notions religieuses indigènes, et issu d’un Larzac éloigné des centres urbains, il concerne un milieu autochtone, héritier direct du passé local. Non seulement les morts ont une autre vie dans cet au-delà, mais en plus les «  nouveau-morts  » peuvent transmettre des messages à des morts plus anciens et à des divinités, moyennant le passage sur le bûcher dʼobjets matériels. Et dʼailleurs Diodore de Sicile, décrivant les mœurs des Gaulois de Gaule du sud dans la première moitié du Ier s. av. J.-C., ne laisse aucun doute à ce sujet  : «  au cours des funérailles, ils jettent dans le feu des lettres écrites à des parents déjà morts, comme si ces derniers pouvaient les lire  » (Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, V, 28, 6).

57De leur côté, pour les massaliètes des IV e, IIIe et IIe s. av. J.-C., comme pour le commun des mortels de la Grèce d’alors, en dehors des cercles intellectuels ou philosophiques, la mort cʼest dʼabord lʼarrêt des plaisirs de la vie et aussi un séjour vague au royaume des ombres, l’Hadès, sans repère ni espoir dʼaucun accomplissement, une mort sans horizon (Rudhardt 1992  ; Lévy 1994  ; Mikalson 2009). Dʼailleurs, quand Diodore de Sicile rapporte cette coutume indigène de charger les nouveaux morts de lettres adressées à des trépassés plus anciens lʼexpression quʼil emploie, «  comme si ces derniers pouvaient les lire  », pourrait bien indiquer que lui-même nʼy croit pas.

58Au demeurant, le constat dʼune telle étanchéité entre les deux cultures du Midi méditerranéen de la France au second âge du Fer nʼest pas le propre du seul domaine de la tombe. Il a déjà été formulé à propos dʼautres aspects de la sphère religieuse et de certaines mœurs. Ainsi en est-il des espaces cultuels et des dépôts « rituels » indigènes, tant languedociens que provençaux qui ne contiennent aucun matériel emprunté au monde grec (Arcelin et al. 1992  ; Arcelin, Gruat dir. 2003  ; Golosetti 2009) à la différence, par exemple, de ceux des populations autochtones de Sicile et dʼItalie méridionale en contact avec les colons grecs établis dans ces contrées (Vassallo 2006  ; Osanna 2010). Et très significative à cet égard est aussi la mise en évidence de la coutume gauloise de lʼexposition de crânes humains, au Ier s. av. J.-C., à lʼentrée de lʼoppidum de la Cloche, aux Pennes-Mirabeau, à moins de quinze kilomètres de la Marseille grecque, comme lʼont souligné François Salviat et Louis Chabot (Salviat 1972, p. 520  ; Chabot 1983, p. 51).

59Les coutumes funéraires apparaissent donc comme un critère privilégié dʼidentification culturelle. Les deux grands groupes humains du Midi méditerranéen protohistorique, celui des Indigènes et celui des Grecs des colonies établies sur leur littoral nʼy échappent pas. De ce manque dʼéchanges dans les pratiques mortuaires on peut peut-être déduire et entrevoir certains comportements alors en vigueur dans un certain nombre de situations concrètes.

  1. Le cas des mariages mixtes à Marseille. Quand meurt lʼépouse indigène dʼun colon grec, soit son corps serait renvoyé dans son village dʼorigine, soit, et sans doute plus vraisemblablement, celle-ci serait enterrée selon le mode grec, traduisant ainsi une forme dʼassimilation par le mariage. Et, de toutes façons, pour les décès des descendants de ces mariages mixtes, on procèderait selon le mode grec.

  2. À Marseille également, le cas des « Barbares » de la périphérie marseillaise venant travailler dans la colonie. À leur mort, les corps de ces indigènes seraient transférés dans leur village dʼorigine.

  3. Enfin, le cas des Grecs qui pourraient vivre dans le monde indigène. Dʼaprès les exemples dʼEnsérune, dʼAmbrussum ou encore de Mourrel-Ferrat, sʼil y a des Grecs dans ces oppida, ceux-ci nʼy resteraient pas jusquʼà leur décès ou bien leur corps serait rapatrié dans la colonie dont ils sont issus. Mais lʼabsence de tombes « selon le rite grec » pourrait peut-être autoriser à douter que ces agglomérations gauloises eussent même accueilli des Grecs. Et dès lors, ne peut-on penser que lʼindubitable apport grec dans les changements économiques et sociaux de lʼâge du Fer du Midi méditerranéen soit surtout le fait dʼintermédiaires indigènes ?

Bibliographie

Almagro Basch 1953 : ALMAGRO BASCH (M.) – Las necrópolis de Ampurias. I. Introducción y necrópolis griegas. Barcelona, Diputación provincial de Barcelona-Consejo superior de investigaciones científicas 1953, 399 p. et XVIII pl. HT (coll. Monografías Ampuritanas III).

Arcelin et al. 1992 : ARCELIN (P.), DEDET (B.), SCHWALLER (M.) – Espaces publics, espaces religieux protohistoriques en Gaule méridionale. Documents d’Archéologie Méridionale, 15, p. 181-242.

Arcelin, Gruat dir. 2003 : ARCELIN (P.), GRUAT (P.) dir. – La France du Sud-Est (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côtes dʼAzur). In  : Arcelin (P.), Brunaux (J.-L.) dir., Cultes et sanctuaires en France à l’Âge du Fer. Gallia, 60, 2003, p. 169-241.

Bats 2002 : BATS (M.) – Du cratère sympotique au stamnos funéraire, tombes à armes du Midi de la Gaule, IVe-Ier siècle av. J. -C. In  : Müller (C.), Prost (F.) éd., Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique. Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 277-301.

Bel et al. 2008 : BEL (V.), BARBERAN (S.), CHARDENON (N.), FOREST (V.), RODET-BÉLARBI (I.), VIDAL (L.) – Tombes et espaces funéraires de la fin de l’Âge du Fer et du début de l’époque romaine à Nîmes (Gard). Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2008, 519 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 24).

Bel et al., à paraître : BEL (V.), GARDEISEN (A.), MARCHAND (G.), SCHWALLER (M.) – Au tournant des IIIe et IIe siècles av. J.-C.  : une tombe singulière à Ensérune (Montady, Hérault), à paraître.

Bertucchi 1992 : BERTUCCHI (G.) – Nécropoles et terrasses funéraires à l’époque grecque. Bilan sommaire des recherches. In  : Bats (M.), Bertucchi (G.), Congès (G.), Tréziny (H.), dir. Marseille grecque et la Gaule, actes du Colloque international d’Histoire et d’Archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale, Marseille, 1990, Lattes/Aix-en-Provence, ADAM éditions/Université de Provence, 1992, p. 123-137 (Études Massaliètes, 3).

Carme, Demangeot 2010 : CARME (R.), DEMANGEOT (C.) – Beaucaire, Collège Eugène Vigne. Bilan Scientifique de la Région Languedoc-Roussillon 2008. Paris, Ministère de la Culture, 2010, p. 68-71.

Chabot 1983 : CHABOT (L.) – L’oppidum de La Cloche aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) (synthèse des travaux effectués de 1967 à 1982). Revue Archéologique de Narbonnaise, XVI, 1983, p. 39-80.

Chabot, Féraud 1959 : CHABOT (L.), FÉRAUD (J.-B.) – La nécropole de la rue du Tapis-Vert à Marseille, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 8, p. 63-86.

Dedet 1995 : DEDET (B.) – Une illustration de l’évolution des pratiques funéraires en Languedoc oriental à l’Age du Fer  : la tombe de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel, Hérault, Ve s. av. J.-C. Gallia, 52, 1995, p. 145-163.

Dedet 2004 : DEDET (B.) – Variabilité des pratiques funéraires protohistoriques dans le sud de la France  : défunts incinérés, défunts non brûlés. Gallia, 61, 2004, p. 193-222.

Dedet 2008a : DEDET (B.) – Les enfants dans la société protohistorique. L’exemple du Sud de la France. Rome, École française de Rome, 2008, 400 p. (coll. de l’École française de Rome, 396).

Dedet 2008b : DEDET (B.) – La mort du nouveau-né et du nourrisson dans le sud de la France protohistorique (IXe-Ier s. av. J.-C.). In  : Gusi (F.), Muriel (S.), Olària (C.) coord., Nasciturus, Infans, Puerulus, vobis Mater Terra, la muerte en la infancia, Servei dʼInvestigacions Arqueologiques i Prehistoriques, Diputació de Castelló, Castelló, 2008, p. 143-182.

Dedet 2011a : DEDET (B.) – Les Gaulois du Midi et Marseille grecque  : deux mondes funéraires. Gallia, 68-2, 2011, p. 1-45.

Dedet 2011b : DEDET (B.) – Changements de traitement funéraire des enfants selon lʼâge au décès en France méridionale durant la Protohistoire. In  : Castex (D.), Courtaud (P.), Duday (H.), Le Mort (F.) et Tillier (A.-M.) dir., Le regroupement des morts. Genèse et diversité archéologique, éd. Ausonius, Bordeaux, 2011, p. 135-159 (ThanatʼOs 1).

Dedet 2012 : DEDET (B.) – Une nécropole du second Âge du Fer à Ambrussum, Hérault. Paris/Aix-en-Provence, éd. Errance/Centre Camille Jullian, 2012, 288 p. (coll. Bibliothèque dʼArchéologie Méditerranéenne et Africaine, 11).

Dedet, Gauthey 2008 : DEDET (B.), GAUTHEY (J.) – Tombe du second âge du Fer de La Roussillone à Nîmes, Gard. Documents d’Archéologie Méridionale, 31, 2008, p. 213-228.

Dedet et al. 1974 : DEDET (B.), MICHELOZZI (A.), PY (M.) – La nécropole des Colombes à Beaucaire (Gard), IIe-Ier s. av. J.-C. Revue Archéologique de Narbonnaise, VII, 1974, p. 59-118.

Dedet, Schwaller 2010 : DEDET (B.), SCHWALLER (M.) – Les pratiques funéraires en Languedoc et en Provence du Ve au milieu du IIe s. av. J.-C. In  : Barral (P.), Dedet (B.), Delrieu (F.), Giraud (P.), Le Goff (I.), Marion (S.), Villard-Le Tiec (A.) dir., Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du Fer. Actes du 33e colloque de lʼAFEAF, Caen 2009, thème spécialisé. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2010, p. 269-290 (Annales littéraires, n° 883  ; Série «  Environnement, sociétés et archéologie  », n° 14).

Étienne, Müller, Prost 2006 : ÉTIENNE (R.), MÜLLER (C.), PROST (F.) – Archéologie historique de la Grèce antique. Paris, Ellipses, 2006 (2e édition), 399 p.

Gallet de Santerre 1968 : GALLET DE SANTERRE (H.) - Fouilles dans le quartier ouest d’Ensérune (Insula n° X). Revue Archéologique de Narbonnaise, I, 1968, p. 39-83.

Genty, Feugère 1995 : GENTY (P.-Y.), FEUGERE (M.) – Aramon (Gard). La nécropole du Ier s. avant notre ère. Documents d’Archéologie Méridionale, 18, 1995, p. 143-195.

Golosetti 2009 : GOLOSETTI (R.) – Dépôts rituels de la Protohistoire récente en Gaule méditerranéenne  : définition et questions méthodologiques. In  : Bonnardin (S.), Hamon (C.), Lauwers (M.), Quilliec (B.) dir., Du matériel au spirituel. Réalités archéologiques et historiques des «  dépôts  » de la Préhistoire à nos jours. Actes des XXIXe rencontres internationales dʼArchéologie et dʼHistoire dʼAntibes. Antibes, Éditions APDCA, 2009, p. 293-302.

Gourevitch 2003 : GOURÉVITCH (D.) – Maternité et petite enfance dans la littérature médicale. In  : Gourévitch (D.), Moirin (A.), Rouquet (N.) dir.  : Maternité et petite enfance dans l’antiquité romaine. Catalogue d’exposition, Muséum d’Histoire naturelle. Bourges, éd. ville de Bourges, 2003, p. 24-26.

Hermary dir. 2010: HERMARY (H.) dir., Apollonia du Pont (Sozopol). La nécropole de Kalfata (Ve-IIIe s. av. J.-C.). Fouilles franco-bulgares (2002-2004). Paris/Aix-en-Provence, Errance/Centre Camille Jullian, 2010, 200 p. et 129 pl. h.-t. (Bibliothèque dʼArchéologie Méditerranéenne et Africaine, 5).

Hürmüzlü 2004: HÜRMÜZLÜ (B.) – Burial Grounds at Klazomenai : Geometric through Hellenistic Periods. In : Moustaka (A.), Skarlatidou (E.), Tzannes (M.-C.), Ersoy (Y.E.) éd., Klazomenai, Téos and Abdera : Metropoleis and Colony. Proceedings of the International Symposium held at the Archaeological Museum of Abdera, 20-21 October 2001. Thessaloniki, 2004, p. 77-96.

Janin et al. 2000 : JANIN (T.), DE BOUBY (J.), BOISSON (H.), CHARDENON (N.), GARDEISEN (A.), MARCHAND (G.), MONTECINOS (A.), SÉJALON (P.) – La nécropole du second âge du Fer de Mourrel-Ferrat à Olonzac (Hérault). Documents d’Archéologie Méridionale, 23, 2000, p. 219-248.

Jehasse, Jehasse 1973 : JEHASSE (J.), JEHASSE (L.) – La nécropole préromaine d'Aléria, 1960-1968. Paris, éd. du CNRS, 1973, 632 p., V et 184 pl. ht. (supplément à Gallia, XXV).

Lambert 1994 : LAMBERT (P.-Y.) – La langue gauloise. Paris, Errance, 1994, 240 p.

Ledermann 1969 : LEDERMANN (S.) – Nouvelles tables-types de mortalité. Paris, INED, 1969, 260 p. (Travaux et documents, cahier n° 53).

Lévy 1994 : LÉVY (E.) – La mort en Grèce. In  : Mélanges offerts à Claude Vatin, Aix-en-Provence, Publications de lʼUniversité de Provence, 1994 , p. 119-127 (Travaux du Centre Camille Jullian, 17).

Marcadal et al. 2003 : MARCADAL (N.), MARCADAL (Y.), PAILLET (J.-L.) – La nécropole protohistorique et gallo-romaine de Servanes-Cagalou (Ier s. av. J.-C. –IIIe s. ap. J.-C.) à Mouriès (Bouches-du-Rhône)  : sépultures et monuments funéraires. Documents d’Archéologie Méridionale, 26, 2003, p. 251-348.

Michalaki-Kollia 2010 : MICHALAKI-KOLLIA (M.) – Un ensemble exceptionnel dʼenchytrismes de nouveau-nés, de fœtus et de nourrissons découvert dans lʼîle dʼAstypalée, en Grèce  : Cimetière de bébés ou sanctuaire  ? In  : Guimier-Sorbets (A.-M.), Morizot (Y.) éd., L'enfant et la mort dans l'Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes d'enfants. Actes de la table-ronde dʼAthènes, 2008. Paris, De Boccard, 2010, p. 161-205 (Travaux de la Maison René Ginouvès, 12).

Mikalson 2009 : MIKALSON (J.D.) – La religion populaire à Athènes. Paris, Perrin, 2009, 261 p.

Moliner et al. 2003 : MOLINER (M.), MELLINAND (P.), NAGGIAR (L.), RICHIER (A.), VILLEMEUR (I.) – La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.). Aix-en-Provence, Édisud/Centre Camille Jullian, 2003, 491 p. (Études Massaliètes, 8).

Oakley 2004: OAKLEY (J.H.) – Picturing death in classical Athens: the evidence of the white lekythoi. New York, Cambridge University press, 2004, 268 p. et VIII p. de pl. (Coll. Cambridge studies in classical art and iconography).

Osanna 2010 : OSANNA (M.) – Greci ed indigeni nei santuari della Magna Grecia : i casi di Timmari e Garaguso. In  : Tréziny (H.) éd., Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire, actes des rencontres du programme européen Ramses2 (2006-2008). Paris/Aix-en-Provence, éd. Errance/Centre Camille Jullian), 2010, p. 131-145 (Bibliothèque d'Archéologie Méditerranéenne et Africaine, 3).

Rapin, Schwaller 1987 : RAPIN (A.), SCHWALLER (M.) – Contribution à l’étude de l’armement celtique  : la tombe 163 d’Ensérune (Hérault). Revue Archéologique de Narbonnaise, 20, 1987, p. 155-183.

Rothé, Tréziny 2005 : ROTHÉ (M.-P.), TRÉZINY (H.) – Marseille et ses alentours. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2005, 925 p. (coll. Carte Archéologique de la Gaule, 13/3).

Roure 2007 : ROURE (R.) – Armes et têtes coupées au Cailar (Gard)  : premiers éléments de réflexion sur un dépôt rituel en Gaule méditerranéenne. In : Barral (P.), Daubigney (A.), Dunning (C.), Kaenel (G.), Roulière-Lambert (M.-J.) dir., L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque international de l’AFEAF, Bienne, 2005. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, vol. 2, p. 653-658 (Annales littéraires ; série “Environnement, sociétés et archéologie”).

Rudhardt 1992 : RUDHARDT (J.) – Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la Grèce classique. Paris, Picard, 1992, 344 p.

Salviat 1972 : SALVIAT (F.) – Circonscription de Provence. Gallia, XXX, 2, 1972, p. 511-541.

Schwaller et al. 1995 : SCHWALLER (M.), DUDAY (H.), JANIN (T.), MARCHAND (G.) – Cinq tombes à incinération du deuxième âge du Fer à Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault). In  : Arcelin (P.), Bats (M.), Garcia (D.), Marchand (G.), Schwaller (M.) éd. - Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels. Paris/Lattes, Errance/ADAM éditions, 1995, p. 205-230 (Études massaliètes 4).

Schwaller et al. à paraître : SCHWALLER (M.,) MARCHAND (G.), GARDEISEN (A.), JANIN (T.), LEJARS (T.), ORLIAC (D.), RAPIN (A.), SANMARTI (E.), La nécropole du deuxième Âge du Fer d’Ensérune (Nissan-lès-Ensérune, Hérault), à paraître.

Thomas 1982 : THOMAS (L.-V.) – La mort africaine. Idéologie funéraire en Afrique Noire. Paris, Payot, 1982, 272 p.

Vassallo 2006  : VASSALLO (S.) – Colle Madore, terre de frontière. In  : Spatafora (F.), Vassallo (S.) dir., Des Grecs en Sicile. Grecs et indigènes en Sicile occidentale d’après les fouilles archéologiques. Catalogue d’exposition, Marseille 2006. Palerme, éd. Regione Sicilia 2006, p. 110-125.

Vernhet 1995  : VERNHET (A.) – Une inscription magique en langue gauloise. Le plomb de La Vayssière, L’Hospitalet-du-Larzac. In  : Dix ans d’archéologie en Aveyron. Montrozier, Musée du Rouergue, 1995, p. 267-269 (Guide d’Archéologie 3).

Notes

1 Je suis reconnaissant à Sylvie Dedet et à Georges Marchand, chercheur associé à lʼUMR 5140, dʼavoir pris le temps de relire le manuscrit et de mʼavoir fait part de leurs remarques.

2 La nécropole de la pointe de Vella à Port-de-Bouc, entre Marseille et l’embouchure du Rhône, considérée d’abord comme « hellénistique » et qui aurait attesté « l’installation de Grecs marseillais » (Marino (H.), Rigeade (C.), Une nécropole hellénistique à la Pointe de Vella (Port-de-Bouc, Bouches-du-Rhône), DocAMérid, 28, 2005, p. 115-150.) se rapporte en fait à l’Antiquité tardive, selon les datations par le radiocarbone effectuées après la publication.

3 Informations récentes de Manuel Moliner et Michel Bats.

4 Dans une société préjennérienne il meurt autant dʼenfants à la naissance et dans le premier mois que dans les onze mois suivants.

5 Exception faite du « fœtus » inhumé, signalé dans Bertucchi 1992, p. 133.

6 Lʼétude de cette nécropole nʼa pas encore été faite.

7 Sur ce site, ces vestiges sont interprétés comme « des offrandes primaires (cʼest-à-dire placées sur le bûcher) dont la présence dans la tombe ne relèverait finalement que du curage du bûcher » (Janin et al. 2000, p. 246).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Nécropoles ou tombes du second âge du Fer dans le Sud de la France (DAO B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 2. : Proportions des défunts entrant dans une classe d'âge déterminée pour les nécropoles de Marseille/Sainte-Barbe, d'Ambrussum et d'Ensérune. : Comparaison des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures pour la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe et les cimetières indigènes d'Ambrussum et d'Ensérune. Pour comparaison, tables-types de Ledermann (1969, p. 86-88) pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans. En rose, les quotients inférieurs aux taux des tables-types. : Comparaison de la courbe des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe avec celle du cimetière indigène d'Ambrussum et celles de trois populations de référence dont l'espérance de vie à la naissance (E°0) est de 25 ans, 30 et 35 ans (d'après les tables-types de Ledermann 1969, p. 86-88) (DAO : B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 3. Les habitats protohistoriques du Midi méditerranéen ayant livré des tombes ou des restes de périnatals et/ou de nourrissons. Le tireté signale particulièrement les oppida voisins de Massalia (DAO B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 4. Un exemple de sépulture de périnatal en habitat indigène : la tombe 24 de Lattes (Hérault) (DP 30080 de l'îlot 30), datée du premier quart du Ier s. av. J.-C. (cliché UFRAL).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 5. Répartition spatiale des défunts de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe en fonction de l'âge au décès (DAO B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 6. Traitement des périnatals dans la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 7. Répartition schématique comparée des défunts incinérés et des défunts non brûlés des tombes de pleine nature dans le Sud de la France, du Bronze final III b à la fin du deuxième âge du Fer (DAO B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 8. Rapport inhumation-incinération en fonction de l'âge au décès dans le monde indigène et dans la nécropole grecque de Marseille/ Sainte-Barbe (DAO : B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 9. Rapport inhumation-incinération dans les nécropoles grecques de Marseille (DAO : B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 10. Rapport inhumation-incinération dans la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, par phase et pour l'ensemble (DAO : B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 11. Les objets déposés dans les tombes la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, classés par fonction, toilette du défunt (vases à parfum, strigile), libations (coupes), hommage (corymbes, éléments de couronnes florales) (d'après Moliner et al. 2003, modifié). À droite, ces diverses catégories d'objets représentées sur un lécythe attique à fond blanc du peintre de Bosanquet, vers 440 av. J.-C. (d'après Oakley 2004, fig. 168).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 12. Tableau synoptique des associations de matériel dans les nécropoles grecques de Marseille, selon le type de traitement du cadavre (DAO : B. Dedet, CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 13. Exemples de tombes du monde indigène et de Marseille grecque.
Légende : Ambrussum, tombe 19 (1 : boucle d'oreille en argent ; 2 : bracelet en bronze ; 3 : fibule, bronze et corail ; 4 : perle en pâte de verre ; 5 : anneau en bronze ; 6 : éléments de chaîne de ceinture en bronze ; 7 et 8 : tessons d'urnes et de coupes non tournées) (dessins B. Dedet, CNRS). : Ensérune, tombe 163 (1 à 6 : vases à vernis noir ; 7 et 8 : vases non tournés ; 9 et 10 : vases à pâte claire ; 11 : épée dans son fourreau, en fer ; 12 : pointe de lance en fer ; 13 et 14 : éléments de bouclier, en fer ; 15 : chaîne de suspension d'épée, en fer ; 16 : fragments de quatre fibules en fer (d'après Rapin, Schwaller, 1987). : Marseille/ Sainte-Barbe, tombe 257 (1 et 2 : coupes attiques ; 3 : élément de couronne, en terre cuite ; 4 : coquillage). : Marseille/Sainte-Barbe, tombe 98 (1 : alabastre en céramique à pâte claire ; 2 : coupelle en céramique à pâte claire). : Marseille/Sainte-Barbe, tombe 47 (1 : lécythe aryballisque à vernis noir ; 2 : urne non tournée ; 3 : coupe attique, réparée (d'après Moliner et al., 2003).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 14. Tableau comparatif des usages funéraires du monde indigène et de la colonie grecque de Marseille. Il montre, en ce domaine, d'une part la continuité entre le premier et le second Âge du Fer chez les Indigènes, malgré des évolutions dues à la dynamique interne de ce monde, et d'autre part l'étanchéité entre Indigènes et Marseille.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4692/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access