Version classiqueVersion mobile

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Deuxième Partie. Chronologies, paléo-environnement, modalités de fréquentation et d’exploitation de la moyenne et de la haute montagne

Structures pastorales sur les Hauts Plateaux du Vercors et les Hauts de Chartreuse

Pastoral structures in the high Vercors Plateau and the Hauts de Chartreuse

Alexandre Morin, Loïc Serrières, Régis Picavet, Pierre-Yves Carron, Jean-Pascal Jospin, Yannick Teyssonneyre, Christophe Griggo et Fabrice Mouthon

Résumé

Depuis 2000, plusieurs campagnes de prospection ont été conduites sur les Hauts Plateaux du Vercors, les Hauts de Chartreuse et le massif du Dévoluy afin d’inventorier les structures en pierres sèches qui ont, pour la plupart, une fonction pastorale. En 2003 et 2005, deux campagnes de prospection, assorties de quelques micro-sondages, se sont déroulées sur les Hauts Plateaux du Vercors (Chichilianne, Isère et Treschenu-Creyers, Drôme). En 2007, un inventaire a été réalisé sur les Hauts de Chartreuse, sur les alpages de l’Alpe, du Pinet et de l’Alpette (Sainte-Marie-du-Mont et Chapareillan, Isère). Bien que les résultats de ces recherches soient encore fort modestes, ils ont néanmoins permis d’obtenir des premières données sur l’origine des activités pastorales (Hauts plateaux du Vercors) et de dresser des inventaires sur lesquels pourront s’appuyer de futures recherches.

Texte intégral

1Les travaux conduits dans la montagne pyrénéenne depuis une vingtaine d’années (Rendu 2003) et plus récemment dans les Alpes du Sud (Walsh et al. 2005 ; et contributions dans ce volume) ont démontré que les structures pastorales étaient un axe de recherche pertinent pour aborder, en diachronie, l’histoire de l’exploitation du milieu montagnard. Ces recherches ont permis de renouveler profondément les connaissances sur l’histoire de l’anthropisation de la montagne et sur l’économie des sociétés montagnardes, donnant toute sa place au pastoralisme. L’étude des sites de piémonts permet de restituer une image plus complète du pastoralisme en montagne, notamment pour les périodes anciennes. C’est par exemple le cas au nord du massif du Vercors, à l’entrée des gorges du Furon, où l’abri sous roche de la Grande Rivoire en cours de fouille, a fourni des formations de fumiers issues de la stabulation de troupeaux pour les horizons du Néolithique datés entre 5000 et 2500 ans av. J.-C. (Nicod et al. 2008).

2C’est fort de ces acquis que plusieurs campagnes de prospection ont été conduites en Dauphiné, dans les massifs du Dévoluy dès 2000, puis sur les Hauts Plateaux du Vercors en 2003 et 2005, et enfin sur les Hauts de Chartreuse en 2007 (fig. 1). Les résultats des prospections en Dévoluy – où l’étude des structures pastorales était annexe – ont été commentés ailleurs (Morin et Picavet 2006) et nous nous limiterons ici aux résultats plus récents obtenus sur les Hauts Plateaux du Vercors (communes de Chichilianne, Isère, et de Treschenu-Creyers, Drôme) et sur les Hauts de Chartreuse (communes de Sainte-Marie-du-Mont et de Chapareillan en Isère). La méthodologie employée a cependant différé dans les deux cas. Dans le Vercors, les prospections furent lancées dans des zones-tests et quinze micro-sondages (50 x 50 cm) ont pu être réalisés afin d’apporter des éléments de datation (Morin, Picavet 2004 ; 2005 ; Picavet, Morin 2008). En Chartreuse, la collaboration entre archéologues, historiens, bergers et topographe a permis de dresser des descriptions complètes et de tenter des interprétations fonctionnelles. Une large part a été réservée aux enquêtes orales auprès des bergers actuels (Morin et al. 2007).

1. Cabanes et enclos des Hauts Plateaux du Vercors

3Les Hauts Plateaux du Vercors sont situés dans la partie méridionale du massif. Ils constituent un immense territoire de calcaire urgonien, couvert de prairies destinées à un pâturage presque exclusivement ovin, de fôrets et de lapiaz. Les ressources en eau y sont très limitées et cela a eu des conséquences directes sur la fréquentation de l’homme et ses activités dès la Préhistoire. Les prospections sur les structures pastorales se sont déroulées dans un quadrilatère allant de la Bergerie de Jasneuf ( 1 627 m) au nord, au secteur de l’Échelle ( 1 866 m) au sud, et du Pas de ­l’Aiguille ( 1 622 m) et Pas de l’Essaure ( 1 714 m) à l’est, au Col des Bachassons ( 1 661 m) à l’ouest.

Typologie des structures

4Les 36 structures inventoriées sur les Hauts Plateaux, réunissant 53 cabanes et 26 enclos, ont été distinguées en six types :

  • la cabane, apparemment isolée, souvent bien bâtie qui pourrait être l’habitat du berger ou être un lieu d’activités distinct du pastoralisme (coupe des foins, récolte de la poix) ;

  • la cabane et son enclos : c’est la jasse, la cabane de berger et son enclos à brebis à proximité immédiate ;

  • la cabane accompagnée de plusieurs enclos ;

  • plusieurs cabanes et plusieurs enclos ;

  • plusieurs cabanes apparemment isolées : dans ce cas, l’absence d’enclos pourrait indiquait un élevage bovin ou d’autres activités, à moins que les enclos n’aient pas été repérés sur le terrain ;

  • l’enclos seul. L’enclos peut être également associé à une ou plusieurs cabanes non repérées.

5Toutes les structures ne sont pas liées au pastoralisme. Une ou deux cabanes sont liées à des activités de charbonniers et sept structures semblent avoir des fonctions diversifiées dans lesquelles le pastoralisme n’a pu être qu’une activité parmi d’autres, secondaire voire absente.

6On le sait, le parcage est nécessaire pour les moutons mais peu fréquent pour les vaches. Le critère de l’absence d’enclos n’est cependant pas suffisant pour faire la distinction entre élevage bovin et ovin. Beaucoup d’enclos devaient, au moins en partie, être constitués de branchages, de « floquettes » dont il ne reste rien aujourd’hui.

7Sur l’est des Hauts Plateaux, quand on quitte le secteur de Chevalière pour arriver à Chamousset et quand on quitte le vallon de Combeau pour arriver à Pré de la Font, l’estive bovine implantée dans ces secteurs en raison de la présence de sources pérennes, laisse place à l’estive ovine. Le lapiaz devient plus présent, l’eau est quasiment absente, l’ambiance plus aride. C’est le règne de la brebis, avec un véritable mitage des jasses, de la petite unité, évoquant plutôt la « remue », au grand complexe de la grande transhumance.

Des structures pastorales dès l’Antiquité tardive ?

8Quatre structures (structure 4 du Jas de l’Échelle 2, structures 31, 32 et 37 de l’Essaure) ont fourni des vestiges datant de l’Antiquité tardive (Morin, Picavet 2004 – déterminations J.-P. Jospin ; Teyssonneyre 2005 ; Morin, Picavet 2008).

9Implantée sur une petite butte à  1 720 m d’altitude, la jasse de l’Échelle est une cabane rectangulaire d’environ 20 m2 entourée d’un vaste enclos de 85 m de large. Le bâti est conservé sur 1,50 m de haut pour un de large. Ce bon état de conservation indique que la jasse était utilisée encore récemment. À l’intérieur de la cabane, un micro-sondage a livré une vingtaine de tessons et quelques ossements dont certains brûlés. Un bord à lèvre rabattue de céramique commune indiquerait les ive-vie s.

10Trois jasses ont été sondées dans le secteur de l’Essaure (structures 37, 31 et 32). La première (structure 37) est placée sur une petite butte à  1 668 m d’altitude. Il s’agit d’une cabane rectangulaire fortement arasée d’une vingtaine de mètres carrés. Un micro-sondage a livré des fragments d’os et de silex (pierres à feu), quelques clous, des tessons vernissés et quelques fragments de céramique commune. Des tessons à décor de stries et de triangles faits à la molette pourraient indiquer le Haut Moyen Âge. La deuxième jasse (structure 31) est mal conservée. Construite à  1 676 m au pied d’une barre rocheuse, elle est composée d’une cabane rectangulaire d’une cinquantaine de m2, enserrée par deux vastes enclos mitoyens (fig. 2). Le micro-sondage a livré quelques tessons et des charbons. Un fragment de panse de céramique kaolinitique rappelle les pots à cuire de l’atelier de la Répara, près de Crest en Drôme, datés des ive-ve s. La troisième jasse (structure 32) a été construite en pied de pente, à  1 684 m d’altitude. Elle est composée de deux cabanes rectangulaires d’environ 16 m2 et de quatre enclos attenant pour une superficie totale de 730 m2 (fig. 3 et 4). Un micro-sondage dans la cabane a livré des charbons et quelques tessons. Un bord de jatte carénée, à lèvre éversée, indiquerait les ve-vie s.

Fig. 2. La structure 31. Relevé de la cabane, des enclos et implantation des sondages (S31a et S31b). Relevé R. Picavet et A. Morin.

Fig. 2. La structure 31. Relevé de la cabane, des enclos et implantation des sondages (S31a et S31b). Relevé R. Picavet et A. Morin.

Fig. 3. La structure 32. Relevé des enclos, des cabanes et localisation des sondages (S32a à S32d). Relevé R. Picavet et A. Morin.

Fig. 3. La structure 32. Relevé des enclos, des cabanes et localisation des sondages (S32a à S32d). Relevé R. Picavet et A. Morin.

Fig. 4. Cabanes de la structure 32. Cliché A. Morin.

Fig. 4. Cabanes de la structure 32. Cliché A. Morin.

11La période médiévale classique est également représentée au sein du matériel, notamment par la présence d’un clou de fer à cheval et de différents autres types de clous (cabane de la Jasse de l’Échelle), ainsi que de rares tessons de céramique datés des xie-xiie s. (cabanes de l’Essaure).

12La période est également documentée par une découverte originale. Grâce à J.-M. Roche, G. André et avec la collaboration de spéléologues, une série importante d’ossements provenant de la grotte du Biscordat, près du jasse de la Playe, a pu être étudiée par C. Griggo et T. Dokatanova. Les déterminations ont révélé la présence de 3 chiens, 11 sangliers ou porcs, un âne très âgé (traces d’arthrose sur les phalanges), 9 bœufs, 4 moutons/chèvres et un enfant de moins de dix ans. Les ossements sont en bon état et souvent complets. Seules deux pièces portent des traces de découpes. La position du puits, au fond de la salle d’entrée, laisse à penser que les animaux ont été placés là par l’homme, à l’exception des trois chèvres qui semblent mortes de faim après leur chute. Les traces de découpe sur une des phalanges du vieil âne confirment que c’est l’homme qui l’a volontairement jeté dans le puits après sa mort. Si la mort de l’enfant reste à expliquer, ces résultats font penser à un dépotoir, une « poubelle de bergers ». Des datations 14C sur un humérus d’enfant, un humérus de suiné et un métatarse de boviné datent l’ensemble, qui paraît relativement synchrone, du ixe s. Globalement, plusieurs datations radiocarbones effectuées sur des charbons prélevés lors de micro-sondages ont fourni des dates entre le xvie et xixe s. ap. J.-C., témoignant d’une intense activité pastorale à ces périodes. Il semble que la majorité des structures conservées en élévation doive être attribuée à cette époque.

13Les sondages ne peuvent prétendre dater les structures dans la mesure où aucun sondage en pied de parement interne et externe n’a été entrepris. De même, la quantité de tessons de céramique recueillis est extrêmement faible. Les structures du Pas de l’Essaure n’ont livré que 37 fragments (2 individus). Cependant, étant donné le faible nombre et la taille réduite des sondages, le potentiel des cabanes semble important. Les prospections sur les Hauts Plateaux ont également permis la mise au jour de nouvelles stations du Mésolithique moyen (env. 7000 av. J.-C.), confirmant les paramètres indispensables à leur installation (présence de l’eau et terrain plat bien exposé), mais également du Néolithique ancien (La Mare). Il s’agit là d’un complément important qui fait du secteur du Pas de l’Aiguille / Chaumailloux / La Fissolle une des plus fortes concentrations de stations préhistoriques connues à ce jour dans les Alpes françaises, au même titre que les Hauts de Chartreuse. La présence de la station du Néolithique ancien de la Mare revêt une importance toute particulière par la rareté, la qualité et l’homogénéité de la série lithique ainsi que la représentation en montagne de cette culture. Le Néolithique moyen et final (env. 4700 à 2200 av. J.-C.) est, en l’état, absent à proximité des structures sondées comme les recherches de 1997 à 1999 menées par R. Picavet et S. Bernard-Guelle (Picavet, Bernard-Guelle, 1999) l’avaient déjà souligné.

2. Les structures pastorales des Hauts de Chartreuse

14Les alpages de l’Alpe, du Pinet et de l’Alpette (Sainte-Marie-du-Mont et Chapareillan, Isère) sont situés sur la partie nord du synclinal chartreux oriental qui s’étend sur une vingtaine de kilomètres de long, de la Dent de Crolles au sud jusqu’au Granier au nord. Le point le plus haut est le sommet du Pinet à  1 867 m et le plus bas est sur l’Alpette à  1 499 m. Les accès aux alpages sont peu nombreux. À l’est, depuis le plateau des Petites Roches, le principal passage est le Col de l’Alpe ( 1 793 m). C’est aujourd’hui un large sentier aménagé par les éleveurs qui correspond à la draille utilisée pour la montée en estive des troupeaux (bovins et ovins). À environ 700 m au nord du Col de l’Alpe, le Col de Belles Ombres ( 1 753 m) permet un accès plus direct mais plus difficile aux alpages. Son sentier étroit et tortueux emprunte le versant raide et accidenté des rochers de Belles Ombres. Il est utilisé pour la montée en alpage des ovins-caprins. À l’extrémité du synclinal, la Porte de l’Alpette ( 1 530 m) est le dernier passage possible depuis les Petites Roches. À l’est depuis les Entremonts l’accès est possible au nord depuis le hameau de la Plagne, par le Col de l’Alpette ( 1 547 m) et au sud, depuis le cirque de Saint-Même, par le vallon de Pratcel. C’est par ces deux accès que s’effectue la montée des troupeaux depuis les Entremonts, aujourd’hui essentiellement des bovins. Depuis le bas du vallon de Pratcel, le Pas de l’Échelle ( 1 640 m) permet un accès plus direct mais plus raide sur l’alpage de l’Alpe. Une fois sur l’alpage, la circulation dans le synclinal est relativement aisée. Les dénivellations restent peu importantes et les obstacles rares. Ces derniers qui sont liés à la géologie ont créé la délimitation naturelle des alpages.

Habert, halle et enclos, les structures pastorales des Hauts de Charteuse

Implantation des structures

15Quarante-six structures ont été inventoriées en 2007. trente-quatre ont été construites en plein air, sans appui sur bloc ou abri sous roche. Une s’est peut-être appuyée contre une petite barre rocheuse, deux sont placées sous des abris sous roche, une sous un abri sous bloc et une intègre une cavité. Toutes les possibilités d’implantation sont donc exploitées. Les structures pastorales ont également souvent été réutilisées et modifiées. Certaines structures inventoriées illustrent clairement des phases successives d’utilisation (7, 14, et peut-être 11 et 17).

Des structures aux plans variés

16Sur les 46 structures, 42 présentent un type identifiable. 36 sont simples et 6 sont composites. Parmi les structures simples, 3 possèdent une petite annexe (structures 5, 7 et 11) (fig. 5 et 6). La position des structures montre que certaines forment un ensemble de bâtiments pastoraux complémentaires. C’est le cas aux Haberts de Barraux (fig. 7) pour les structures 1 et 2, 3 et 4, 18 et 19, au habert de Saint-Vincent pour les structures 30 et 31, à l’Alpette pour les structures 24 et 25. Aux Haberts de Barraux, des liens ont dû exister entre les haberts (habitats et lieux de travail du berger) et les halles (étables) qui correspondent aux structures 5, 6, 7 et 9 à 13 (fig. 7).

Fig. 5. La structure 5 aux Haberts de Barraux. En A, la cabane et ses deux compartiments ; en B, une annexe à la fonction discutée. Relevé et infographie Pierre-Yves Carron.

Fig. 5. La structure 5 aux Haberts de Barraux. En A, la cabane et ses deux compartiments ; en B, une annexe à la fonction discutée. Relevé et infographie Pierre-Yves Carron.

Fig. 6. Structure 5 des Haberts de Barraux, annexe (B) vue de l’ouest. Cliché Alexandre Morin.

Fig. 6. Structure 5 des Haberts de Barraux, annexe (B) vue de l’ouest. Cliché Alexandre Morin.

Fig. 7. Les Haberts de Barraux à Sainte-Marie-du-Mont. Topographie générale et implantation des structures. Relevé et infographie Pierre-Yves Carron.

Fig. 7. Les Haberts de Barraux à Sainte-Marie-du-Mont. Topographie générale et implantation des structures. Relevé et infographie Pierre-Yves Carron.

17La forme de 36 structures a été identifiée : 28 sont rectangulaires, 4 quadrangulaires et 4 courbes ou linéaires. Pour ces 4 dernières, 3 correspondent à des enclos. La superficie intérieure totale a pu être relevée sur 40 structures. Elle varie considérablement, des cabanes de moins de 10 m² à l’enclos de Belles Ombres d’environ 100 m².

18Il a été possible d’identifier les entrées de 22 structures. Seules les structures 7B et 24 ont conservé une partie de leurs montants jointoyés. Aucun linteau n’est conservé, la plupart devait être de bois. Les entrées les plus étroites font autour de 0,50 m (structure 4 et 7B) et la plus large 1,30 m (structure 6).

19Notre connaissance de l’aménagement de l’espace intérieur reste très limitée en raison de la disparition des matériaux périssables. Les sources ethnographiques et géographiques peuvent nous fournir certaines données pour les essais d’interprétations (Robert 1939). Des murs internes ont été reconnus dans neuf structures (5, 10, 11, 16, 31, 34, 35, 43, 45). Mais faute d’autres éléments, la fonction des pièces ainsi délimitées reste difficile à déterminer. Plusieurs fonctions sont concurrentes : lieu de fabrication, chambre, cave à fromage, rafraîchoir, débarras ? Si la structure 10 paraît toute entière consacrée au berger et à ses activités, les structures 34 et 35 semblent structurer autour d’un espace destiné au bétail, le plus vaste, et un espace destiné au berger et à ses activités (fabrication du fromage).

20Trois structures (5, 7 et 11) semblent posséder une sorte d’annexe (fig. 5 et 6). Elle prend dans la structure 5 la forme d’une abside avec entrée latérale qui ne communique pas avec les autres pièces. Sa fonction n’est pas clairement identifiée. L’annexe étant plein sud, la fonction de fruitière à fromage paraît exclue. On peut penser à une petite porcherie, un petit enclos (qui pourrait abriter une bête malade par exemple), voire une remise ou un débarras.

21La difficulté de lecture des structures pastorales des Hauts de Chartreuse tient à la diversité de leurs plans qui laisse place à de multiples interprétations. Une cabane ne peut se comprendre seule et s’insère dans un groupe qu’il est souvent difficile d’identifier.

Approches du pastoralisme dans les massifs du Vercors et de la Chartreuse, des travaux à poursuivre

22La comparaison entre Hauts plateaux du Vercors et Hauts de Chartreuse est difficile car les méthodologies employées ont trop divergé. Dans le Vercors, les structures paraissant les plus anciennes ont concentré l’attention. Les micro-sondages indiquent que dès l’Antiquité tardive l’emplacement des structures est déjà occupé. En Chartreuse, la problématique n’était pas de découvrir les plus anciennes traces du pastoralisme mais de dresser un inventaire diachronique. Ce sont donc, au contraire, les structures les mieux conservées qui ont fait l’objet du plus de soin. En tout cas, ont été repérées et relevées six structures très arasées qui pourraient être anciennes. Seuls des sondages pourront le confirmer. Ces sondages devront tenter, non pas un premier phasage chronologique comme dans le Vercors, mais bien de dater la construction en elle-même.

Remerciements

23Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse, Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors, Conseil Général de l’Isère, Musée Dauphinois, Association pour la Valorisation et la Diffusion de la Préhistoire Alpine (Grenoble), Syndicat Intercommunal de l’Alpe, Jean-Paul Locatelli, Annick Clavier, Pierre Bintz, Michel Wullschleger.

Bibliographie

Morin 2008 : MORIN (A.) avec collab. CARRON (P.-Y.), MOUTHON (F.), SERRIÈRES (L.), LOCATELLI (J.-P.), EXCOFFON (S.), CLAVIER (A.), BINTZ (P.), MURAZ (S.) – Étude diachronique des structures pastorales dans la Réserve naturelle de Chartreuse : secteurs de l’Alpe, des Haberts de Barraux et de l’Alpette (Sainte-Marie-du-Mont, Chapareillan, Isère) Prospection thématique 2007. Rapport scientifique, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 2008.

Morin, Picavet 2004: MORIN (A.), PICAVET (R.), avec collab. JOSPIN (J.-P.), THIÉBAULT (S.), OBERLIN (C.), CUERVA (B.), FOURGOUS (B.), BIRON (P.-E.), BINTZ (P.), NICOD (P.-Y.), CHATAIN (H.) – Archéologie et pastoralisme sur les Hauts-Plateaux du Vercors. Rapport scientifique, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 2004.

Morin, Picavet 2005: MORIN (A.), PICAVET (R.), avec collab. WULLSCHLEGER (M.), JOSPIN (J.-P.), TEYSSONNEYRE (Y.), CHATAIN (H.), DOKATANOVA (T.), GRIGGO (C.), ROCHE (J.-M.), ANDRÉ (G.), FOURGOUS (B.), CUERVA (B.), CAULLIREAU (G.), BIRON (P.-E.), BERNARD-GUELLE (S.), BINTZ (P.), NICOD (P.-Y.), BOIS (M.) – Archéologie et pastoralisme sur les Hauts-Plateaux du Vercors. Rapport scientifique, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 2005.

Morin, Picavet 2006: MORIN (A.), PICAVET (R.), avec collab. JOSPIN (J.-P.), THIÉBAULT (S.), OBERLIN (C.), CUERVA (B.), FOURGOUS (B.), BIRON (P.-E.), BERNARD (C.), ARGANT (J.), BINTZ (P.), NICOD (P.-Y.), ROCHE (J.-M.), BERTOCHIO (P.) – Archéologie et pastoralisme d’altitude dans le massif du Dévoluy, la haute vallée du Buëch et les Hauts-Plateaux du Vercors (Hautes-Alpes, Drôme, Isère) : premiers résultats. In JOURDAIN-ANNEQUIN (C.), DUCLOS (J.-C.) dir., Aux origines de la Transhumance, les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui. Paris, Picard, 2006, p. 187-203.

Nicod et al. 2008 : NICOD (P.-Y.), PICAVET (R.), ARGANT (J.), BROCHIER (J.-L.), CHAIX (L.), DELHON (C.), MARTIN (L.), MOULIN (B.), THIÉBAULT (S.) – La bergerie néolithique de la Grande Rivoire. In JOSPIN (J.-P.), FAVRIE (T.) dir., Premiers bergers des Alpes. De la Préhistoire à l’Antiquité. Grenoble, Musée Dauphinois, 2008, p. 75-80.

Picavet, Bernard-Guelle 1999 : PICAVET (R.), BERNARD-GUELLE (S.) – Réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors. Campagnes de sondages archéologiques (le Pré de la Font, Pré Peyret, Fontaine de la Baume, Gerland). Rapport scientifique, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 1999.

Picavet, Morin 2008 : PICAVET (R.), MORIN (A.) – Cabanes et enclos de bergers sur les Hauts plateaux du Vercors. In JOSPIN (J.-P.), FAVRIE (T.) dir., Premiers bergers des Alpes. De la Préhistoire à l’Antiquité. Grenoble, Musée Dauphinois, 2008, p. 132-136.

Rendu 2003 : RENDU (C.) – La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée. Canet-en-Roussillon, Trabucaire, 2003.

Robert 1939 : ROBERT (J.) – L’habitat temporaire dans les montagnes pastorales des Alpes françaises du Nord, étude de géographie humaine. Revue de Géographie Alpine, t. 27, 3, 1939, p. 483-589.

Teyssonneyre 2005 : TEYSSONNEYRE (Y.) – La céramique des structures du Pas de l’Essaure. In MORIN (A.), PICAVET (R.), avec collab. WULLSCHLEGER (M.), JOSPIN (J.-P.), TEYSSONNEYRE (Y.), CHATAIN (H.), DOKATANOVA (T.), GRIGGO (C.), ROCHE (J.-M.), ANDRE (G.), FOURGOUS (B.), CUERVA (B.), CAULLIREAU (G.), BIRON (P.-E.), BERNARD-GUELLE (S.), BINTZ (P.), NICOD (P.-Y.), BOIS (M.) – Archéologie et pastoralisme sur les Hauts-Plateaux du Vercors. Rapport scientifique, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 2005, p. 85-88.

Walsh et al. 2005 : WALSH (K.), MOCCI (F.), COURT-PICON (M.), TZORTZIS (S.), PALET-MARTINEZ (M.), avec collab. DUMAS (V.), PY (V.), SEGARD (M.), TALON (B.) – Dynamique du peuplement et activités agro-pastorales durant l’âge du Bronze dans les massifs du Haut Champsaur et de l’Argentièrois (Hautes-Alpes). Documents d’Archéologie méridionale, 28, 2005, p. 25-44.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. La structure 31. Relevé de la cabane, des enclos et implantation des sondages (S31a et S31b). Relevé R. Picavet et A. Morin.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/437/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Fig. 3. La structure 32. Relevé des enclos, des cabanes et localisation des sondages (S32a à S32d). Relevé R. Picavet et A. Morin.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/437/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Titre Fig. 4. Cabanes de la structure 32. Cliché A. Morin.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/437/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 5. La structure 5 aux Haberts de Barraux. En A, la cabane et ses deux compartiments ; en B, une annexe à la fonction discutée. Relevé et infographie Pierre-Yves Carron.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/437/img-4.png
Fichier image/png, 932k
Titre Fig. 6. Structure 5 des Haberts de Barraux, annexe (B) vue de l’ouest. Cliché Alexandre Morin.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/437/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 7. Les Haberts de Barraux à Sainte-Marie-du-Mont. Topographie générale et implantation des structures. Relevé et infographie Pierre-Yves Carron.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/437/img-6.png
Fichier image/png, 412k

Auteurs

Société Paleotime, Villard de Lans et UMR 6636 LAMPEA, ERPPA, Institut Dolomieu, Grenoble

Service du Patrimoine culturel, Conseil général de l’Isère, Grenoble

Université de Provence, Centre Camille Jullian, MMSH, Aix-en-Provence

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search