Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Questions d'identités et d'acculturations

Interactions coloniales, cuisine et formes de consommation en Ibérie septentrionale

Joan Sanmartí

Résumé

La recherche développée durant ces dernières décennies dans le nord-est de la péninsule Ibérique a montré que le développement socioculturel des communautés indigènes durant l’âge du Fer, qui les menées à la formation de structures étatiques, est dû essentiellement à des causes endogènes. Il est également possible de démontrer que le volume et la nature des importations céramiques d’origine grecque et phénico-punique, ainsi que leurs versions indigènes, peuvent être expliqués en grande partie par les intérêts des élites locales, qui s’en sont servies pour leurs stratégies de contrôle social, et qui ont aussi probablement développé, à partir du IVe s. av. n. è., une cuisine de classe inspirée de celle des cultures méditerranéennes. On en conclut que les sociétés indigènes ont eu un rôle actif dans les interactions coloniales, qui a peut-être même conditionné les structures économiques des communautés exogènes installées sur ou près de la côte ibérique.

The research developed in recent decades in the northeast of the Iberian Peninsula indicates that socio-cultural development of the indigenous communities during the Iron Age –which led to the formation of state-like structures– was mainly due to endogenous causes. It is now also possible to prove that the volume and nature of Greek and Phoenicio-Punic imported pottery –as well as some of their indigenous versions– can be explained largely by the interests of local elites, who used this material to enhance their strategies of social control, and probably developed, starting in the fourth century BC, a class cuisine inspired by that of the aforementioned Mediterranean cultures. It is concluded that indigenous societies had an active role in colonial interactions, and that they may have even influenced the economic structures of the exogenous communities installed on or near the Iberian coast.

Texte intégral

Introduction

1Les recherches développées durant ces dernières décennies ont montré que l’urbanisation du territoire ibérique et la formation des premiers états s’expliquent essentiellement par des causes endogènes (Sanmartí, 2004, 2010) et non pas par l’action des Grecs, des Phéniciens et des Puniques, comme cela avait été proposé à plusieurs reprises (Maluquer de Motes 1966 et 1982). Suivant cette ligne de travail, l’objet de ma contribution à ce colloque est d’analyser dans quelle mesure la préparation des aliments et certains rituels selon lesquels ils ont été consommés ont eu un rôle dans la création, la consolidation et l’approfondissement de la différenciation sociale au sein des populations de l’Ibérie septentrionale (fig. 1). Elle est donc fondée sur deux hypothèses à propos de la société ibérique qui sont directement en rapport l’une avec l’autre. La première, qui a été largement vérifiée au cours des dernières décennies, est que durant l’âge du Fer un processus de différenciation sociale s’est produit en Ibérie, ce qui suppose l’apparition et la consolidation d’élites sociales nettement séparées du reste de la société. La deuxième, qui se trouve au centre de mon travail, est que ces élites se sont servies de leurs rapports privilégiés, voire exclusifs, avec les Puniques et les Grecs pour bâtir, consolider et approfondir la différenciation sociale ; pour ce faire, elles ont adopté à chaque moment dans ces rapports des stratégies différentes, en fonction des mutations que la société ibérique elle-même a subi et auxquelles les groupes privilégiés ont réagi. Autrement dit, je pense que la nature des importations puniques et grecques dans le monde indigène, leur origine précise, leur volume, le fait même qu’elles existent, est pour l’essentiel la conséquence des stratégies de cette élite.

2Mon but, donc, est de retrouver la logique sociale illustrée par ces importations et par l’adoption de pratiques culturelles exotiques, ce qui revient, finalement, à reconstituer les pratiques de consommation et de préparation des aliments qui ont servi à cette finalité de différentiation et de discrimination. Plus précisément encore, je cherche à découvrir si une cuisine de classe, spécifique des élites et à caractère nettement diacritique, a été créée.

3Je rouvre donc un dossier déjà entamé dans quelques travaux antérieurs (notamment Sanmartí 2009), avec toutefois des précisions que je crois importantes, et aussi des apports nouveaux, surtout par rapport à la création d’une cuisine de classe. Il faut également dire que des travaux encore récents (Oliver 2000 ; Pons, Garcia 2008) ont largement traité le sujet de l’alimentation dans le monde ibérique – ce qui montre l’intérêt qu’il a suscité dans la recherche hispanique – mais sans insister suffisamment, je crois, sur les aspects sociaux qui sont en revanche au cœur de l’approche que je propose. C’est pour cette raison que le sujet m’a paru particulièrement indiqué pour ce colloque en hommage à Michel Bats, et aussi parce que la lecture de Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (Bats 1988) et de « Consommation, production et distribution de la vaisselle céramique » (Bats 1989) – avec, pour tout dire, les recherches J.-P. Morel (1994) – m’a amené pour la première fois à me poser des questions différentes sur la céramique, autres que la chronologie, l’« identité culturelle » ou la signification par rapport au volume et à l’intensité des rapports commerciaux.

  • 1 Que j’ai aussi découvert à partir de la lecture de Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence.

4Pour ce qui est de mes sources théoriques, il va presque sans dire que le travail de J. Goody1 y occupe une place très importante, surtout pour ce qui est des conditions nécessaires pour l’apparition d’une cuisine de classe différenciée (Goody 1982, p. 98 et 104-105). De même, je dois beaucoup aux travaux de M. Dietler sur la nature des banquets et son rapport avec les formes d’organisation des sociétés (Dietler 1999), car son modèle permet de comprendre les mutations de nature et de volume des importations dans le cadre de la nature changeante des structures sociales indigènes.

5Je suivrai une démarche diachronique, depuis le Bronze final jusqu’à la conquête romaine. Je distinguerai à l’intérieur de cette longue période trois étapes, correspondant respectivement à des sociétés de petite échelle (fin du IIe millénaire – VIe s. av. n. è.), à la formation des premières unités politiques régionales, dirigées par des élites héréditaires nettement séparées du reste de la société, et, finalement, au développement de systèmes administratifs qui signalent la consolidation des aristocraties.

Avant les Ibères : cuisine et festins entre le Bronze final et le premier âge du Fer

6Malgré les nombreuses fouilles récentes de sites de cette période, nous ne comptons que sur quelques ensembles de céramiques trouvés in situ à l’intérieur de maisons et que l’on peut supposer à peu près complets, ce qui entrave l’interprétation fonctionnelle des vases. La meilleure information disponible pour le Bronze final provient de Genó, un petit hameau du XIe s. av. n. è. dans la Catalogne intérieure (fig. 1), qui fut détruit par un incendie violent après une très courte période d’occupation. Bien que la fonction des vases ne peut pas toujours être précisée, on constate que chaque maison possédait un nombre important de récipients destinés au service et à la consommation des aliments (souvent à profil bitronconique), ainsi que quelques grands vases à stockage et encore autres de dimensions moyennes, profonds, à forme cylindrique, ovale, ou à profil en « S » – c’est à dire, des pots –, dont la fonction culinaire paraît évidente et que l’on peut supposer destinés à la préparation de bouillies, soupes et potages (fig. 2). Ceci est cohérent avec la nature de la vaisselle, qui comprend, en plus de coupes à anses, des bols, forme appropriée à ce genre de préparations. On reconnaît en plus des jarres pour le service des boissons, dont la bière (Juan-Tresserras 1998).

Fig. 1. Carte du nord-est de la péninsule Ibérique montrant la situation des sites mentionnés dans le texte. 1) Mas Castellar de Pontós ; 2) Emporion (Empúries-Ampurias) ; 3) Ullastret ; 4) Turó d’en Boscà ; 5) Puig Castellar de Santa Coloma de Gramenet ; 6) Montjuïc ; 7) Alorda Park ; 8) Genó ; 9) Turó del Calvari; 10) Barranc de Gàfols ; 11) Aldovesta ; 12) Sant Jaume-Mas d’en Serrà.

Fig. 1. Carte du nord-est de la péninsule Ibérique montrant la situation des sites mentionnés dans le texte. 1) Mas Castellar de Pontós ; 2) Emporion (Empúries-Ampurias) ; 3) Ullastret ; 4) Turó d’en Boscà ; 5) Puig Castellar de Santa Coloma de Gramenet ; 6) Montjuïc ; 7) Alorda Park ; 8) Genó ; 9) Turó del Calvari; 10) Barranc de Gàfols ; 11) Aldovesta ; 12) Sant Jaume-Mas d’en Serrà.

Fig. 2. Vases de la maison 11 du site de Genó (d’après Maya et al. 1998, modifié).

Fig. 2. Vases de la maison 11 du site de Genó (d’après Maya et al. 1998, modifié).

7Malheureusement, il n’y a pas d’autres sites ayant livré des documents aussi complets pour les Xe-VIIIe s. av. n. è., mais la documentation disponible pour le VIIe – première moitié du VIe s. av. n. è. – notamment à Aldovesta (Mascort et al. 1991), Barranc de Gàfols (Sanmartí et al. 2000) et Sant Jaume – Mas d’en Serrà (Garcia Rubert 2005) – montre que tous les vases à fonction probablement culinaire sont en fait des pots, tandis que les marmites sont absentes (fig. 3). On peut donc supposer qu’il y a eu peu ou pas de mutations dans les formes de préparation des aliments. Par conséquent, si l’on en juge par les vases employés pour la cuisson, on dirait que cette cuisine du Bronze final et du Premier âge du Fer est très similaire à la « civilisation alimentaire celte, voire germano-celte ou celte-ligure » dont parle M. Bats (Bats 1988, p. 214‑219), à laquelle il faudrait ajouter par conséquent la notion d’« ibérique ». Il s’agirait donc d’une cuisine à base de bouillies, de soupes et de potages, mais d’autres préparations ne comportant pas l’usage de récipients ont dû exister : par rapprochement au feu ou aux braises de bouts de viande ou de poisson tenus avec des bâtons ou des pinces, ou l’usage d’ardoises comme surface de cuisson, peut-être aussi de grils en céramique et des broches en fer ; mais seules les broches sont attestées, dans certaines tombes tardives.

Fig. 3. Plats non tournés provenant d’Aldovesta.

Fig. 3. Plats non tournés provenant d’Aldovesta.

8Nous sommes encore moins bien renseignés sur les banquets. En fait, nous manquons complètement de preuves directes de leur existence, qui peut toutefois être déduite, du moins à partir du VIIe s. av. n. è., de deux sortes d’indices. D’une part, le fait que certaines tombes contiennent des objets qui sont probablement en rapport avec lui, comme les broches, déjà mentionnées, les simpula et les bols en bronze (Lucas 2003-2004 ; López Cachero 2007, p. 114-115). De l’autre, l’acquisition d’un grand nombre d’amphores phéniciennes provenant de la côte d’Andalousie durant le VIIe et le début du VIe s. av. n. è. Ce fait est remarquable parce que le volume des importations est extrêmement élevé par rapport à toute autre période avant la conquête romaine (22 % du NMI ; 21 % du nombre de fragments), ce qui doit s’expliquer parce qu’elles ont surtout servi à la redistribution, sous forme de banquets compétitifs, pour acquérir et conserver le pouvoir. Cette nécessité de redistribution indique une forme d’organisation sociale que, suivant M. Godelier, on peut désigner comme société « de potlatch » ou de « big men » (Godelier 1999), ce qui s’accorde parfaitement avec la documentation sur les formes d’occupation du territoire, non hiérarchisées et caractérisées par l’existence de grandes maisons isolées, contenant de nombreuses amphores phéniciennes (Aldovesta) ou des accumulations d’objets liés à la production de manufactures (des centaines de pesons pour métiers de tisserand à Sant Jaume – Mas d’en Serrà). On peut supposer que les deux sites étaient habités par des « big men» (Sanmartí 2010). Pour ce qui est des nécropoles, on remarque aussi, dans un contexte général apparemment égalitaire, l’existence de quelques tombes qui se distinguent par le nombre, l’origine ou la qualité des offrandes funéraires.

9Remarquons aussi que les importations céramiques sont constituées presque exclusivement par des amphores, tandis que la vaisselle est quasiment absente, le reste du matériel étant constitué par d’autres grands conteneurs (pithoi, amphores à col) et des mortiers, qui ont peut-être servi à broyer des substances pour aromatiser le vin contenu dans les amphores. On peut en conclure que le vin semble simplement s’être ajouté à la bière, et l’avoir en partie remplacé, sans que pour autant les rituels de consommation aient subi des modifications importantes. Autrement dit, à cette époque, les éléments dirigeants de la société indigène ne semblent pas avoir été en mesure ou avoir jugé utile d’adopter de façon générale des rituels diacritiques, mais, par contre, ils ont été forcés d’importer de grandes quantités de vin pour la redistribution, sous des formes peut-être diverses, parmi lesquelles le banquet a dû être très important. L’ethos social égalitaire devait encore prévaloir.

10Observons toutefois la présence dans certains contextes d’une forme nouvelle qui a probablement été introduite par les Phéniciens et qui permet de nuancer ce que nous venons de dire. Il s’agit de grands plats modelés, de faible hauteur, qui ne font pas partie du répertoire céramique indigène. On en a documenté deux exemplaires dans l’espace domestique de l’ensemble d’Aldovesta (Mascort et al. 1991, p. 31 et pl. 28, 1-2) (fig. 3). Des récipients semblables sont documentés à Sant Jaume – Mas d’en Serrà, sur la côte au sud de l’embouchure de l’Èbre, mais faits en argile non cuite, ils doivent avoir eu des fonctions différentes (Garcia Rubert 2005, vol. 3, planche 117). Or, il est important de noter que cette forme se retrouve aussi, mais toujours en petit nombre, dans des sites phéniciens – Toscanos (Schubart, Maas-Lindemann 1984, p. 143, fig. 22, nº–932), Chorreras (Aubet et al. 1979, p. 119 et p- 118, fig. 11, nº 149), Morro de Mezquitilla (Schubart 1985, fig. 12), Lixus (Belén et al. 1996, p. 343, fig. 3, nº 7 et 9) – ou à forte influence phénicienne d’Occident (Ceuta) (Villada et al. 2010, p. 367, fig. 113, nº 22), mais aussi à Carthage (Mansell 1999, p. 228-229, pl. 5, 46-48). En fait, c’est dans les contextes indigènes du Maghreb oriental qu’elle est particulièrement courante, par exemple à Althiburos, où les fouilles récentes en ont découvert des dizaines d’exemplaires, dont les plus anciens remontent au moins au IXe s. av. n. è. (Kallala, Sanmartí 2011). Il y a donc de bonnes raisons pour penser que c’est une forme que les Phéniciens ont adopté des indigènes du Maghreb oriental, qu’ils ont répandu vers l’extrême occident, et qui a finalement été adoptée ponctuellement dans la région de l’Èbre, sans doute par un personnage éminent.

11Quant à la fonction précise de ces plats, ils peuvent être utilisés aussi bien pour la préparation de certains aliments – viande, légumes, pâte à pain et semoule, tel qu’on le fait actuellement avec des formes proches – que pour la consommation en commun, mais les exemplaires les plus profonds auraient servi – à en juger par leurs homologues contemporains – à griller les céréales ou à faire cuire la galette (Fayolle 1992, p. 177-181). La faible hauteur et la présence d’une quille à la base des deux exemplaires d’Aldovesta (qui les rapproche nettement de ceux d’Althiburos) indiquerait que, comme la majna moderne, ils étaient destinés à la consommation en commun et peut-être à la préparation d’aliments, plutôt qu’à la cuisson. Quoi qu’il en soit, il s’agit clairement d’un type de vase introduit par le contact avec les Phéniciens et qui, dans un contexte comme celui du site d’Aldovesta, ne peut être interprété que comme un signe de distinction par rapport aux usages culinaires ou de consommation propres aux communautés autochtones du Premier âge du Fer.

Une subculture aristocratique de la consommation: (550-400 av. n. è.)

12Il faut probablement voir dans les plats d’Aldovesta un signe précurseur, car on remarque dès le début du deuxième quart du VIe s. av. n. è. une mutation importante dans la nature des importations, de sorte que la vaisselle devient de plus en plus importante par rapport aux grands conteneurs. Ceci est déjà évident au petit site de Barranc de Gàfols, sur le cours de l’Èbre, où l’on a documenté un nombre considérable de vases importés (87 % des fragments ; 86 % du NMI pondéré par un), dont la plupart est de type phénicien et provient probablement du sud-est de la péninsule ibérique (et non plus de la côte andalouse) (Sanmartí et al. 2000). Dans cet ensemble, la vaisselle (bols et assiettes surtout, mais aussi des coupes, dont une imitant des formes corinthiennes, une lekané et deux cruches) (fig. 4) sont majoritaires (47 %), alors que les amphores de transport ne représentent que 14 % de ce matériel et les autres conteneurs (pithoi, amphores à col et autres types apparentés) en constituent le 39 % restant.

Fig. 4. Vaisselle tournée de Barranc de Gàfols.

Fig. 4. Vaisselle tournée de Barranc de Gàfols.

13La documentation fournie par Barranc de Gàfols – à laquelle il faut ajouter celle qu’a livré plus récemment le site de Turó del Calvari, Vilalba dels Arcs (Sardà 2008) – est importante, entre autres raisons parce qu’elle montre que cette tendance dans la nature du matériel céramique importé n’est pas la conséquence de l’« arrivée des Grecs », qui dans le deuxième quart du VIe s. av. n. è. ont installé un emporion à Sant Martí d’Empúries et auraient imposé leurs produits. Étant donné que pas un seul des vases trouvés à Barranc de Gàfols ne peut être attribué à une production grecque, il faut plutôt en trouver les raisons dans le système social indigène, ou, plus précisément, dans les mutations qu’il a subi durant la première moitié du VIe s. av. n. è. Ces mutations ont abouti dès le milieu du siècle à la formation d’une société stratifiée et d’une idéologie légitimatrice de l’inégalité, tel qu’on peut l’inférer des indices perceptibles dans les formes d’occupation du territoire, dans le monde funéraire, dans les productions artisanales, dans la technologie de production et dans l’armement (Sanmartí 2004, 2010).

14L’évolution que nous venons d’évoquer est nettement reflétée entre le milieu du VIe et la fin du Ve s. av. n. è. par le volume et la nature des importations dans l’ensemble du territoire. Effectivement, on observe d’une part que le nombre des vases importés chute drastiquement par rapport à l’ensemble de vases (4 % du NMI ; 1 % du nombre de fragments) ; de l’autre, on constate une augmentation encore plus poussée qu’à Barranc de Gàfols de l’importance relative de la vaisselle parmi le matériel importé (35 %), tandis que les amphores ne représentent maintenant que 10 % des importations. Le premier phénomène est à mettre en rapport avec l’émergence d’une idéologie légitimatrice, dont il existe d’autres indices et qui naturalise et consacre le pouvoir de l’élite, ce qui rend inutile la redistribution à grande échelle de biens de prestige. Le deuxième indique que les vases importés étaient utilisés dans des festins diacritiques, dont le but était justement de réaffirmer et de rendre évidentes les différences entre les groupes sociaux par l’utilisation de récipients ou d’instruments particuliers et peut-être aussi suivant des rituels plus ou fidèlement inspirés de ceux du monde grec (Sanmartí 2009). Durant cette période, le plus grand nombre d’importations provient du monde grec (coupes « ioniennes », vaisselle attique, amphores « ioniennes » et massaliètes, parmi d’autres moins nombreux), mais nous ne croyons pas que ceci soit (ou soit seulement) la conséquence d’une concurrence « agressive » des Phocéens par rapport aux Phéniciens. On peut effectivement penser que les élites ibériques ont cherché à modifier l’origine des biens importés, justement pour en réaffirmer la condition de biens de prestige, et que si les Phocéens ont prévalu, c’est peut-être parce que, par la nature de leurs activités commerciales, ils étaient en mesure de fournir des marchandises bien adaptées aux besoins de la nouvelle aristocratie.

15Par contre, pour ce qui est des pratiques culinaires on ne relève aucune modification par rapport à la période précédente. Certes, nous ne disposons pas d’ensembles de poteries provenant de contextes domestiques bien caractérisés, mais les formes que l’on peut supposer culinaires sont toujours des pots, pour l’essentiel du même type que ceux du Bronze Final et du Premier âge du Fer. En plus, il n’y a point de céramique culinaire importée, ni d’imitations locales des marmites plus ou moins profondes (caccaboi et lopades dans la terminologie grecque habituelle), qui sont les formes par excellence de la cuisine grecque et punique ; or, il serait logique d’en avoir trouvé, même si ce n’est qu’en très petite quantité, si des formes de préparation des aliments relevant de ces traditions culturelles avaient été adoptées par les Ibères.

  • 2 D’après A. Delgado (2010, p. 37), ceci s’expliquerait dans la péninsule ibérique et à Ibiza par l (...)
  • 3 Dans les niveaux anciens de la Palaià Polis (Sant Martí d’Empúries) la céramique culinaire semble (...)

16Il est vrai que, malgré leur longue tradition en Orient, ces formes sont fort rares ou simplement absentes, jusqu’à la fin du VIe s. av. n. è., dans les sites coloniaux installés sur ou près de la côte ibérique (Ramon 2007a ; Ramon 2010), ce qui mérite une réflexion approfondie2. Tout de même, la production de caccaboi et de lopades est bien attestée à Camposoto (San Fernando, près de Cadix) entre la fin du VIe et le milieu du Ve s. av. n. è. (Ramon 2007b). Ils sont également présents à Ibiza durant le Ve s. (Ramon 2010). Pour ce qui est des sites grecs, au moins un exemplaire a été documenté à Emporion dans un contexte de fin du Ve s. av. n. è. (fig. 6, nº 1), sans oublier le lopas de Pointe Lequin, daté vers 510 av. n. è. (Long et al. 1992, fig. 38, nº 18 et 19)3. Pourtant, il n’y en a pas la moindre trace dans des contextes indigènes, ni d’exemplaires importés ni de versions indigènes. On en conclura que, quelles qu’en soient les raisons, dans les communautés ibériques des VIe – Ve s. av. n. è. la différenciation sociale au niveau des subcultures alimentaires semble avoir porté essentiellement sur les formes de consommation – pas sur la préparation – des aliments. Mais, bien évidemment, cela s’est produit de façon très différente qu’au Premier âge du Fer : si les chefs du VIIe – début du VIe s. av. n. è. avaient intérêt à redistribuer pour obtenir ou consolider leur pouvoir, les aristocrates du VIe – Ve s. av. n. è. manifestaient, en revanche, leur volonté de signaler et de marquer leurs différences par rapport au reste de la population. La partie idéologique, essentielle pour le pouvoir fondé sur l’inégalité (Godelier 1999, p. 28), était déjà gagnée.

L’adoption d’une cuisine de classe : (400-200 av. n. è.)

17Durant les IVe et IIIe s. av. n. è., un système administratif a été développé, la complexité institutionnelle a sans doute augmenté et les différences sociales ont été approfondies. De nombreux indices conduisent à penser que les sociétés ibériques de cette époque se sont organisées sous des formes étatiques. Parmi les plus importants il faut mentionner la consolidation d’un système de peuplement fortement hiérarchisé, l’augmentation de la population, l’apparition de l’écriture et son usage pour une grande diversité de fonctions (y compris très probablement les documents administratifs) et le contrôle de l’élite sur la production vivrière (Sanmartí 2004 ; Sanmartí 2010).

18Pour ce qui est des importations, leur volume par rapport aux céramiques indigènes est un peu plus important que durant l’Ibérique Ancien, mais il reste toujours nettement en dessous des pourcentages documentés aux VIIe – début du VIe s. av. n. è. (4 % du NMI ; 1 % du nombre de fragments). On en conclura logiquement que la consommation des produits importés reste encore nettement minoritaire, et qu’elle est donc une marque de classe sociale. Ceci est confirmé d’ailleurs par le fait que ce matériel est particulièrement fréquent dans les sites où d’autres aspects de la documentation permettent de supposer une présence importante des élites. Par exemple, à Ullastret – un grand site, sans doute la capitale des Indiketes ; à Alorda Park – un habitat de petite dimension, mais pourvu de fortifications importantes et de grandes maisons, ce qui permet de le considérer comme le centre d’une micro-région ; à Montjuïc – un port important ; ou à Mas Castellar de Pontós, où l’on a repéré d’autres éléments attestant une capacité d’achat importante, notamment un autel en marbre pentélique (Pons et al. 2002, p. 401). Par contre, le volume des importations est faible dans les simples villages comme Puig Castellar de Santa Coloma de Gramenet (3 %) (Ferrer, Rigo 2003, p. 109, fig. 69), où les membres de l’élite sont absents, ou ne représentent qu’une très petite partie de la population, peut-être appartenant, en plus, à un niveau inférieur à l’intérieur de la classe aristocratique.

19L’analyse de la nature des importations ne fait que confirmer cette interprétation, car les amphores –que l’on peut logiquement supposer être un élément d’un prix particulièrement élevé – deviennent plus rares, ce qui indiquerait aussi qu’elles constituaient l’apanage des élites. Tel qu’on pouvait l’attendre, elles sont particulièrement fréquentes là où le volume du matériel exotique et d’autres traits que nous avons déjà mentionnés permettent de proposer une présence importante de l’élite (Ullastret, Alorda Park, Montjuïc, Mas Castellar de Pontós).

20On peut conclure que durant les IVe - IIIe s. av. n. è. l’usage de la vaisselle et la consommation du vin (ou autres denrées alimentaires) importés sont toujours restés dans les mains de l’élite, qui, de même qu’à la période précédente, s’en servait comme élément de distinction. Il y a en plus des indices consistants qui permettent de penser que depuis le milieu du IVe s. av. n. è. la stratégie des élites a aussi incorporé une cuisine différenciée, probablement inspirée des pratiques culinaires grecques et puniques.

  • 4 Les centres de production sont méconnus. Il ne s’agit pas de productions puniques et, si on ne pe (...)

21Effectivement, si la grande majorité des vases à cuisson sont toujours des pots qui se rattachent à l’ancienne tradition préibérique – même si parfois ils sont tournés – (fig. 5), on constate aussi durant cette période la présence de vases que l’on peut classer comme des caccaboi (fig. 6). Nous ne possédons pas de quantifications de ces types de récipients par rapport à l’ensemble des vases de cuisson, mais on peut affirmer qu’ils sont très peu nombreux, sauf à Ullastret, surtout durant le IVe s. av. n. è.4. En plus, ils sont surtout attestés dans des sites où la présence des élites peut être assurée pas des arguments indépendants que nous avons déjà signalé, tout particulièrement à Ullastret et à Alorda Park. Étant donné qu’il n’existe aucune raison pour avoir utilisé ces vases pour la cuisine locale, il faut supposer qu’ils attestent de la création depuis le IVe s. av. n. è. d’une cuisine de classe, possiblement inspirée en quelque mesure de la cuisine grecque et/ou punique.

Fig. 5. Vases non tournées d’une maison de Turó de Mas Boscà datée vers 200 av. n. è. (d’après Junyent et Baldellou 1972, modifié).

Fig. 5. Vases non tournées d’une maison de Turó de Mas Boscà datée vers 200 av. n. è. (d’après Junyent et Baldellou 1972, modifié).

Fig. 6. Caccaboi tournés (1-4 et 7-8) et modelés (5-6) provenant d’Emporion (1), d’Ullastret (24-6 et 8) et d’Alorda Park (3 et 7).

Fig. 6. Caccaboi tournés (1-4 et 7-8) et modelés (5-6) provenant d’Emporion (1), d’Ullastret (24-6 et 8) et d’Alorda Park (3 et 7).

22Depuis le milieu du IIIe s. av. n. è. on documente aussi la présence d’un certain nombre de vases culinaires carthaginois, surtout des lopades, mais aussi des chytrai et des caccaboi (fig. 7) (Sanmartí, Asensio 2005 ; Asensio 2004). Leur distribution semble aussi indiquer qu’ils étaient utilisés avant tout par les élites et que l’on peut donc considérer cela comme un indice supplémentaire de l’existence d’une cuisine de classe, ce qui est d’ailleurs logique, car on ne saurait pas expliquer l’importation de ces récipients pour préparer la cuisine traditionnelle.

Fig. 7. Céramique culinaire carthaginoise provenant d’Alorda Park (1-4 et 6-13), Can Miralles-Can Modolell (5), Turó del Vent (14) et Can Bartomeu (15).

Fig. 7. Céramique culinaire carthaginoise provenant d’Alorda Park (1-4 et 6-13), Can Miralles-Can Modolell (5), Turó del Vent (14) et Can Bartomeu (15).

Conclusion

23Au cours des siècles, le volume, la nature et la provenance des importations céramiques grecques et phénico-puniques – et de leurs versions indigènes – ont beaucoup changé. Ces mutations peuvent être expliquées à chaque moment par la nature changeante de l’organisation sociale indigène, telle qu’on peut la restituer à partir de l’analyse d’autres aspects de la documentation archéologique, notamment des formes d’occupation du territoire, de l’architecture domestique et des nécropoles. Il faut en conclure que les sociétés indigènes du nord-est de la péninsule Ibérique – ou plutôt leurs élites – ont joué un rôle actif et même déterminant dans le choix du matériel importé et dans l’adoption de pratiques culturelles exogènes, dont, à partir du IVe s. av. n. è., des formes culinaires de tradition grecque et/ou punique. Si les goûts et, surtout, les stratégies de contrôle social des élites ibériques ont eu le rôle essentiel que nous leur supposons dans les relations commerciales avec les sociétés que nous appelons – peut-être à tort – « coloniales », on peut penser que cela a eu des conséquences sur les structures économiques de ces dernières, ce qui pourrait peut-être expliquer, du moins en partie, des phénomènes comme la transformation de l’économie phénicienne du sud de la péninsule Ibérique à la fin de la période archaïque, ou l’essor de l’agriculture et la production amphorique d’Ebusus à partir du Ve s. av. n. è. Il est donc nécessaire d’abandonner le cliché des sociétés indigènes de cette région comme des «peuples enfants», dont le développement socio-culturel était nécessairement tributaire des «grandes» civilisations de l’antiquité dont ils cherchaient à reproduire les formes culturelles (Maluquer de Motes, 1966, 1982, parmi d’autres), et de comprendre plutôt l’adoption de certains traits exogènes comme le résultat de choix sélectifs qui s’expliquent par les dynamiques strictement internes de ces sociétés.

Bibliographie

Asensio 2004 : ASENSIO (D.) – Cerámicas de cocinas cartaginesas en contextos ibéricos de la costa catalana. In MATILLA (G.), EGEA (A.), GONZÁLEZ (A.) ed., El mundo púnico: religion, antropología y cultura material, Actas del II Congreso Internacional del Mundo Púnico (Cartagena, 6-9 de abril de 2000), Murcia, Universidad de Murcia, p. 305-318 (Estudios Orientales 5-6).

Aubet et al. 1979 : AUBET (Mª.E), MAASS-LINDEMANN (G.), SCHUBART (H.) – Chorreras, un establecimiento fenicio al E. de la desembocadura del Algarrobo, Noticiario Arqueológico Hispánico, 6, 1979, p. 89-138.

Bats 1988 : BATS (M.) Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 – v. 50 av. JC). Modes culturels et catégories céramiques. Paris, Éditions du CNRS, 1988, 271 p., 71 pl. hors-texte (RAN supp. 18).

Bats 1989 : BATS (M.) – Consommation, production et distribution de la vaisselle céramique. In ROUILLARD (P.), VILLANUEVA-PUIG (M-Chr.), Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ: commerce et iconographie, Actes de la Table Ronde de Bordeaux. Bordeaux – Paris, 1989, p. 197-216 (Publications du Centre Pierre Paris 19, REA LXXXIX, 3-4).

Belén et al. 1996 : Belén (M.), ESCACENA (J. L.), LOPEZ ROA (C.), RODERO (A.)  Fenicios en el Atlántico. Excavaciones españolas en Lixus : conjuntos « C. Montalbán » y « cata basílica », Complutum Extra, 6 (1), 1996, p. 339-357.

Castanyer et al. 1999 : CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – L’assentament d’època arcaica : fase III. In AQUILUÉ, X. dir., Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament precolonial a l’Empúries actual. Gérone, Museu d’Arqueologia de Catalunya – Empúries, 1999, p. 217-289.

Delgado 2010 : DELGADO (A.) – De las cocinas coloniales y otras historias silenciadas : domesticidad, subalternidad e hibridación en las colonias fenicias occidentales. In MATA (M.), PÉREZ JORDÀ (G.), VIVES-FERRÁNDIZ (J.), De la cuina a la taula, IV Reunió d’Economia en el Primer Millenni aC, Valence, Universitat de València, 2010, p. 27-42 (Saguntum. Papeles del Laboratorio de Arqueologia de Valencia, Extra 9).

Dietler 1999 : DIETLER (M.) – Rituals of commensality and the politics of state formation in the «princely» socities of early Iron Age Europe. In RUBY (P.), Les princes de la Protohistoire et l’émergence de l’État, Actes de la table ronde internationale de Naples. Naples-Rome, Centre Jean Bérard, École Française de Rome, 1999, p. 135-152 (Coll. CJB 17/Coll EFR 252).

Esteba, Pons 1999 : ESTEBA (Q.), PONS (E.) – La ceràmica a mà. In AQUILUÉ, X. dir., Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament precolonial a l’Empúries actual, Gérone, Museu d’Arqueologia de Catalunya – Empúries, 1999, p. 240-242.

Fayolle 1992 : FAYOLLE (V.) La poterie modelée du Maghreb oriental, de ses origines au XXe siècle. Technologie. morphologie, fonction. Paris, Éditions du CNRS, 1992, 298 p.

Ferrer, Rigo 2003 : FERRER (C.), RIGO (A.) – Puig Castellar. Els ibers a Santa Coloma de Gramenet. 5 anys d’intervenció arqueològica (1998-2002), Santa Coloma de Gramenet, Museu Torre Balldovina, 2003 (Monografies Locals 2).

Garcia Rubert 2005 : Garcia Rubert – El poblament del Primer Ferro a les terres del riu Sénia, Thèse doctorale inédite, Université de Barcelone, 2005, 3 vols.

Godelier 1999 : GODELIER (M.) – Chefferies et États, une approche anthropologique. In : RUBY (P.), Les princes de la Protohistoire et l’émergence de l’État, Actes de la table ronde internationale de Naples, Naples-Rome, Centre Jean Bérard, École Française de Rome, 1999, p. 19-30 (Coll. CJB 17/Coll EFR 252).

Goody 1982 : GOODY (J.) – Cooking, cuisine and class : a study in comparative sociology, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 253 p. (Themes in the social sciences).

Juan-Tresserras 1998 : Juan-Tresserras (J.) – La cerveza prehistórica : investigaciones arqueobotánicas y experimentales. In : MAYA (J.L.), CUESTA (F.), LÓPEZ CACHERO (J.) ed., Genó : Un poblado del Bronce Final en el Bajo Segre (Lleida), Barcelone, Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1998, p. 239-252.

Junyent, Baldellou, 1972 : JUNYENT (E.), BALDELLOU (V.) – Estudio de una casa ibérica en el poblado de ‘Mas Boscà. Principe de Viana, 126-127, (année 33), 1972, p. 5-67.

Kallala, Sanmartí 2011 : KALLALA (K.), SANMARTÍ (J.) dir. – Althiburos I. La fouille dans l’aire du capitole et dans la nécropole méridionale, Tarragone, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, 2011, 443 p. (Documenta 18).

Long et al. 1992 : LONG (L.), MIRÓ (J.), VOLPE (G.) – Les épaves archaïques de la Pointe Lequin (Porquerolles, Hyères, Var), des données nouvelles sur le commerce de Marseille à la fin du VIe et dans le première moitié du Ve s. In BATS (M.), BERTUCCHI, (G.), CONGÈS (G.), TRÉZINY (H.) dir., Marseille grecque et la Gaule, Actes des colloques de Marseille (1990) (Trav. du Centre C.-Jullian, 11), Lattes/Aix-en-Provence, A.D.A.M. éd./Univ. de Provence,1992, 502 p. (Et. Massa. 3), p. 199-234.

López Cachero 2007 : LÓPEZ CACHERO (J.) – Sociedad y economía durante el Bronce Final y la primera Edad del Hierro en el noreste peninsular: una aproximación a partir de las evidencias arqueológicas. Trabajos de Prehistoria, 64 (1), 2007, p. 99-120.

Lucas 2003-2004 : LUCAS (M.R.) – Simpulum y bebida, marcadores de prestigio y jefatura durante el Hierro I (siglos VII/VI a.C.) entre el Hérault y el Ebro. Kalathos, 22-23, 2003-2004, p. 95-134.

Maluquer de Motes 1966 : MALUQUER DE MOTES (J.) – El impacto colonial griego y el comienzo de la vida urbana en Cataluña, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas. Delegación de Barcelona, 1966, 23 p.

Maluquer de Motes 1982 : MALUQUER DE MOTES (J.) – Problemática histórica de la cultura ibérica”, XVI Congreso Nacional de Arqueología: Murcia-Cartagena, 8-11 de enero 1982. Programas y Ponencias, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 1982, p. 29-49.

Mansell 1999 : MANSELL (K.) – Handgemachte Keramik der Siedlungschiechten des 8. und 7. Jahrhunderts v. Chr. aus Karthago. Ein Vorbericht. In : RAKOB (F.) (ed.), Die Deutschen Ausgrabungen in Karthago, Karthago III, Mainz, Deutsches archaeologisches Institut, 1999, p. 220-238.

Mascort et al. 1991 : MASCORT (M.T.), SANMARTÍ (J.), SANTACANA (J.) – El jaciment protohistòric d’Aldovesta (Benifallet) i el comerç fenici arcaic a la Catalunya meridional, Tarragone, Publicacions de la Diputació de Tarragona, 1991, 59 p., 45 pl. hors-texte.

Maya et al. 1998 : MAYA (J.L.), CUESTA (F.), LÓPEZ CACHERO (J.) ed. - Genó : Un poblado del Bronce Final en el Bajo Segre (Lleida), Barcelone, Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1998, 263 p.

Morel 1994 : MOREL (J.-P.) – La céramique attique à vernis noir en Ibérie et à Carthage : une comparaison. In : CABRERA (P.), OLMOS (R.), SANMARTÍ (E.) ed., Iberos y griegos : lecturas desde la diversidad, Huelva, Diputación Provincial de Huelva, 1994, p. 323-344 (Huelva Arqueológica XIII, 2).

Oliver 2000 : OLIVER (A.) – La cultura de la alimentación en el mundo ibérico, Castelló, Diputació de Castelló, 2000, 193 p., 29 planches hors-texte (Collecció Universitària).

Pons et al. 2002 : PONS (E.), FERNÁNDEZ (M.J.), GONZÁLEZ (H.), LÓPEZ (A.), MARTÍN (A.), FUERTES (M.) – Els objectes ceràmics no recipients, els petits contenidors i els objectes no ceràmics. In : PONS (E.) dir. – Mas Castellar de Pontós (Alt Empordà), un complex arqueològic d’època ibèrica. Excavacions 1990-1998, Girona Museu d’Arqueologia de Catalunya – Girona, 2002, p. 369- 410

Pons, Garcia 2008 : PONS (E.), GARCIA (L.) Prácticas alimentarias en el mundo ibérico. El ejemplo de la fosa FS362 de Mas Castellar de Pontós (Empordà-España), Oxford, 2008, 218 p. (BAR International Series 1753).

Ramon 2007a : RAMON (J.) – Excavaciones arqueológicas en el asentamiento fenicio de Sa Caleta (Ibiza), Barcelone, Universitat Pompeu Fabra, 2007, 358 p. (Cuadernos de Arqueología Mediterránea 16).

Ramon 2007b : RAMON (J.), RAMON (J.), SÁEZ (A.), SÁEZ (A.M.), MUÑOZ (A) El taller alfarero tardoarcaico de Camposoto (San Fernando, Cádiz), Séville, Junta de Andalucía, 2007, 375 p. 

Ramon 2010 : RAMON (J.) – La cerámica fenicia del Mediterráneo extremo-occidental y del Atlántico (s. VIII – 1er 1/3 del VI aC). Problemas y perspectivas actuales. In : Motya and the Phoenician Ceramic Repertoire between the Levant and the West 9th – 6th Century BC, Proceedings of the International Conference held in Rome, 26th February 2010, Rome, Università degli Studi di Roma « La Sapienza », 2010, p. 211-253.

Sardà 2008 : SARDÀ (S.) – Servir el vino. Algunas observaciones sobre la dopción del oinochoe en el curso inferior del Ebro. Trabajos de Prehistoria, 65 (2), 2008, p. 95-115.

Sanmartí 2004 : SANMARTÍ (J.) – From local groups to early states : the development of complexity in protohistoric Catalonia, Pyrenae, 35-1, 2004, p. 7-42.

Sanmartí 2009 : SANMARTÍ (J.) – Colonial Relations and Social Change in Iberia (Seventh to Third Centuries BC). In : DIETLER (M.), LÓPEZ-RUIZ (C.) ed., Colonial Encounters in Ancient Iberia, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 2009, p. 49-88.

Sanmartí 2010 : SANMARTÍ (J.) – Demografía y cambio socio-cultural : el caso de la Iberia septentrional. In : BURILLO (F.) ed., Arqueología de la población, Actas del VI Coloquio Internacional de Arqueología Espacial, Teruel, Seminario de Arqueología y Etnología Turolense (Arqueologia Espacial 28), p. 91-108.

Sanmartí, Asensio 2005 : SANMARTÍ (J.), ASENSIO (D.) – Comercio púnico y estratificación social : la difusión de cerámicas comunes en la costa nororiental de la Península Ibérica. In SPANÒ (A.) ed., Atti del V Congresso Internazionale di Studi Fenici e Punici (Marsla-Palermo, 2-8 ottobre 2000), vol. III, Palerme, Università degli Studi di Palermo, 2005, p. 1299-1310.

Sanmartí et al. 2000 : SANMARTÍ (J.), BELARTE (M.C.), SANTACANA (J.), ASENSIO (J.), NOGUERA (J.) – L’assentament del bronze final i primera edat del ferro del Barranc de Gàfols (Ginestar, Ribera d’Ebre), Barcelone, Universitat de Barcelona, 2000, 244 p. (Arqueo Mediterrània 5).

Schubart 1985 : SCHUBART (H.) – Morro de Mezquitilla. Informe preliminar sobre la campaña de excavaciones de 1982 realizada en el asentamiento fenicio cerca de la desembocadura del río Algarrobo, Noticiario Arqueológico Hispánico 23, p. 141-174.

Schubart, Maas-Lindemann 1984 : Schubart (H.), MaaS Lindemann (G.) – Toscanos. El asentamiento fenicio en la desembocadura del rio de Velez. Excavaciones de 1971, Noticiario Arqueológico Hispánico, 18, 1984, p. 39-205

Villada et al. 2010 : VILLADA (F.), RAMON (J.), SUÁREZ (J.) – El asentamiento protohistórico de Ceuta. Indígenas y fenicios en la orilla norteafrcana del estrecho de Gibraltar, Ceuta, Archivo General de Ceuta, 2010, 546 p.

Notes

1 Que j’ai aussi découvert à partir de la lecture de Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence.

2 D’après A. Delgado (2010, p. 37), ceci s’expliquerait dans la péninsule ibérique et à Ibiza par l’usage dans ces sites de récipients culinaires « indigènes » qui auraient eu les mêmes fonctions que les marmites phéniciennes (notamment, d’après elle, la cuisson de céréales par ébullition) et dont la présence dans ces contextes coloniaux s’expliquerait par la présence d’une population mélangée, formée en grande partie par des familles mixtes ou même purement indigènes. Cette conclusion, fort raisonnable, devrait peut-être s’appliquer aussi au cas de Carthage.

3 Dans les niveaux anciens de la Palaià Polis (Sant Martí d’Empúries) la céramique culinaire semble être exclusivement non tournée indigène (Castanyer et al. 1999, p. 231-240 ; Esteba, Pons, 1999, p. 240-242), ce qui conforterait en milieu grec les conclusions tirées des sites phéniciens archaïques par A. Delgado. Nous nous demandons toutefois si le fragment de bord de la phase IIIa (US 5248 ; fig. 263, 6, p. 311) n’appartiendrait pas à un caccabos, peut-être tourné.

4 Les centres de production sont méconnus. Il ne s’agit pas de productions puniques et, si on ne peut pas exclure que certains proviennent d’Emporion, où ce type d’objets est bien attesté, d’autres sont des productions indigènes, ce qui est assuré dans le cas des exemplaires non tournés, assez nombreux à Ullastret.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte du nord-est de la péninsule Ibérique montrant la situation des sites mentionnés dans le texte. 1) Mas Castellar de Pontós ; 2) Emporion (Empúries-Ampurias) ; 3) Ullastret ; 4) Turó d’en Boscà ; 5) Puig Castellar de Santa Coloma de Gramenet ; 6) Montjuïc ; 7) Alorda Park ; 8) Genó ; 9) Turó del Calvari; 10) Barranc de Gàfols ; 11) Aldovesta ; 12) Sant Jaume-Mas d’en Serrà.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 2. Vases de la maison 11 du site de Genó (d’après Maya et al. 1998, modifié).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 3. Plats non tournés provenant d’Aldovesta.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 4. Vaisselle tournée de Barranc de Gàfols.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 5. Vases non tournées d’une maison de Turó de Mas Boscà datée vers 200 av. n. è. (d’après Junyent et Baldellou 1972, modifié).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 6. Caccaboi tournés (1-4 et 7-8) et modelés (5-6) provenant d’Emporion (1), d’Ullastret (24-6 et 8) et d’Alorda Park (3 et 7).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 7. Céramique culinaire carthaginoise provenant d’Alorda Park (1-4 et 6-13), Can Miralles-Can Modolell (5), Turó del Vent (14) et Can Bartomeu (15).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/4181/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Professeur à l’Université de Barcelone. Membre de l’Institut d’Estudis Catalans (UAI)

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access