Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 4. Grecs et indigènes autour de Vélia

1. Grecs et indigènes autour de Vélia. Présentation

Henri Tréziny

Résumé

Summart of the studies. Map of Greek and indigenous settlements around Velia

Entrées d'index

Mots clés :

territoire

Keywords :

territory

Géographique :

Vélia

Texte intégral

1Selon Hérodote (I, 167), les Phocéens qui fondent Vélia quelques années après 540 achètent le site aux populations indigènes. Pourtant, à l’exception d’une occupation du Bronze moyen, il n’y a pas trace à Vélia d’un habitat indigène antérieur à la colonisation (Morel 1980). Un fragment de céramique indigène retrouvé dans un contexte cultuel n’a évidemment aucune signification (Maffettone 1992b, p. 18).

2L’occupation du territoire n’est guère mieux attestée pour l’époque archaïque. Elle se limite, pour la céramique grecque, à quelques fragments de coupes ioniennes et d’amphores grecques occidentales retrouvés à la Civitella di Moio (n°  14  ; les numéros renvoient à la carte Fig. 104) et à Torricelli di Casalvelino (n°  2), à un vase isolé indigène provenant d’Ostigliano (n°  8) et un fragment d’Angellara (n°  12), près de Vallo della Lucania (Maffettone 1992b, p. 18). La zone dans laquelle s’installent les Phocéens dépend donc d’une communauté indigène qui occupe assez peu la région avant la fin de l’époque archaïque, et même sans doute plus tard, et les Eléates eux-mêmes ont laissé peu de traces d’occupation. L’exiguïté et le manque de fertilité du territoire de Vélia sont sans doute un topos (Pierobon 1995), mais Vélia archaïque est à l’évidence une cité maritime, qui n’accorde que peu d’importance à son arrière-pays.

3Par contre, la zone côtière au Sud de Vélia est beaucoup plus fréquentée, à commencer par Palinuro, en relation avec le Vallo di Diano par la vallée du Mingardo, et surtout autour de la vallée du Noce, où E. Greco a proposé de situer les Serdaioi. On a pu considérer la fondation de Vélia, favorisée par les Poséidoniates, comme une tentative pour créer une zone tampon entre la cité achéenne et un monde indigène en forte expansion. Le site de Tempa della Guardia à Palinuro est avant tout un port au débouché de la vallée du Mingardo. Dans la nécropole, qui n’a été que partiellement publiée par Neutsch, Sestieri signale cependant des tombes sous tuiles avec incinération et matériel exclusivement grec, mais la documentation est difficilement vérifiable aujourd’hui. Surtout, la fondation de Palinuro semble à peu près contemporaine de celle de Vélia, peut-être conséquence des navigations grecques sur les côtes tyrrhéniennes, mais sans que l’on puisse établir un lien de cause à effet. A la fin du VIe s., la chute de Sybaris est sans doute une des causes de la décadence de Sala Consilina, puis de la disparition de Palinuro.

Fig. 104. Le territoire de Vélia :
1 - Vélia ; 2 - Torricelli ; 3 - Omignano ; 4 - Sessa Cilento ; 5 - Punta della Carpinina ; 6 - Lustra Cilento ; 7 - Ogliastro ; 8 - Ostigliano ; 9 - Salento ; 10 - Castelnuovo Cilento ; 11 - Pattano ; 12 - Angellara ; 13 - Cannalonga ; 14 - Moio della Civitella ; 15 - Acerito ; 16 - Campora ; 17 - Stio ; 18 - Calore ; 19 - Mammolessa ; 20 - Tempa del Grattapone ; 21 - Tempa Calore ; 22 - Monte Pruno ; 23 - Castelluccio ; 24 - Le Saline ; 25 - Palinuro ; 26 - Roccagloriosa ; 27 - Caselle in Pittari.
(H. Tréziny, fond de carte Google maps).

Fig. 104. Le territoire de Vélia :1 - Vélia ; 2 - Torricelli ; 3 - Omignano ; 4 - Sessa Cilento ; 5 - Punta della Carpinina ; 6 - Lustra Cilento ; 7 - Ogliastro ; 8 - Ostigliano ; 9 - Salento ; 10 - Castelnuovo Cilento ; 11 - Pattano ; 12 - Angellara ; 13 - Cannalonga ; 14 - Moio della Civitella ; 15 - Acerito ; 16 - Campora ; 17 - Stio ; 18 - Calore ; 19 - Mammolessa ; 20 - Tempa del Grattapone ; 21 - Tempa Calore ; 22 - Monte Pruno ; 23 - Castelluccio ; 24 - Le Saline ; 25 - Palinuro ; 26 - Roccagloriosa ; 27 - Caselle in Pittari.(H. Tréziny, fond de carte Google maps).

4Les relations entre Vélia et le Vallo di Diano sont attestées par certains types de matériel comme la cruche à deux anses orthogonales, de production sans doute éléate (mais pratiquement absente à ce jour des autres sites phocéens) ou les coupes de type «  Panionion  ». La fréquence de ces matériels à Palinuro, dans le Vallo di Diana, dans la Val d’Agri, suggère que ces trafics se faisaient d’abord au départ de Palinuro. La présence dans une tombe de Sala Consilina de vases en bronze analogues à ceux de Poséidonia serait, selon J. de La Genière, la preuve de l’intérêt de Poséidonia pour l’arrière-pays. Tout cela accroît l’impression de vide de l’arrière-pays de Vélia à l’époque archaïque et sans doute encore au V e s., et dans la première moitié du IV e s.

5Dans l’arrière-pays de Vélia, comme dans la plupart des régions de la Grande-Grèce, tout change vers le milieu du IV e s. On signale alors de nombreuses traces d’occupation, qu’il s’agisse d’habitats groupés, généralement fortifiés, ou d’habitats isolés (fermes ou groupes de fermes  ?), souvent signalés par quelques tombes.

6On énumèrera, au Nord, dans la vallée de l’Alento et le massif du Cilento  :

  •  Ogliastro (n°  7), tombes et vestiges, archives Surintendance (Greco, Greco Pontrandolfo 1981 p. 148, n°  65)  ;

  •  Lustra Cilento (n°  6), tombe et urnes cinéraires, archives Surintendance (Greco, Greco Pontrandolfo 1981 p. 148, n°  66)  ;

  •  Casalvelino, loc. Torricelli (n°  2), colline fortifiée (Greco 1975, p. 85)  ; au pied de la colline, établissement rural avec travail du métal (Maffettone 1992a, p. 176)  ;

  •  Salento, loc. Tempone (n°  9)  : tombe vers 300 et sans doute ferme (Maffettone 1992a, p. 176)  ;

  •  Omignano, loc. Cerreta (n°  3), tombe, en liaison avec un établissement rural et un four, archives Surintendance (Greco, Greco Pontrandolfo 1981 p. 148, n°  65  ; Maffettone 1992a, p. 176)  ;

  •  Sessa Cilento (n°  4), tombe de la première moitié du IV e s. (Maffettone 1992a, p. 176)  ;

  •  Perdifumo, Punta della Carpinina (n°  5), site fortifié (Greco 1975, p. 83-84).

7Dans les vallée du Palistro et du Badolato  :

  •  Castelnuovo Cilento, loc. Foresta (n°  10), ferme située à peu de distance de Vélia (3 km selon Maffettone 1992a, en fait 7 km sur la carte), dernier quart du IV e s. Situé le long de la route Vélia-Moio. Sans doute aussi lié à une petite nécropole, donc occupation permanente plutôt que temporaire (Maffettone 1992a, p. 168-173)  ;

  •  Pattano, loc. Chiuse delle Grotte (n°  11)  : nécropole sans doute liée à une autre ferme, dernier quart du IV e s. (Greco 1975, p. 90-92  ; Greco, Greco Pontrandolfo 1981, p. 149 n°  73  ; Maffettone 1992a, p. 175)  ; Pattano, église de S. Filadelfo  : matériel à partir du IV e s. (Maffettone 1992a, p. 175).

8Près de Moio  :

  •  Cannalonga (n°  13), à l’Est de Moio  : matériel hellénistique (information Surintendance)  ;

  •  Scanno Chiuso, sur les pentes du Monte Sacro (Greco 1975, p. 87)  ;

  •  loc. Acerito (n°  15), en contrebas de la route de Campora, 1,9 km au NW de Moio, tombe en bâtière avec ceinturon de bronze italique (information Surintendance  ; c’est peut-être à cette découverte que se réfère Maffettone 1992a, p. 176, s.v. Campora)  ;

  •  Stio (n°  17)  : fragments de tuiles et de céramiques à vernis noir (information Surintendance)  ;

  •  Campora, loc. Raialunga (n°  16), tuiles, tessons (information Surintendance).

9Vers Laurino (informations Surintendance)  :

  •  loc. Calore (n°  18), céramique du IV e s., bloc (de porte  ?)  ;

  •  loc. Mammolessa (n°  19), tombes IV e-IIIe s.  ;

  •  loc. Tempa del Grattapone (n°  20), matériel provenant d’une nécropole du IV e s.  ;

  •  loc. Tempa Calore (n°  21), tuiles hellénistiques du même type que celles de la loc. Acerito supra (observation H. Tréziny).

  •  Monte Pruno di Roscigno (n°  22, infra, contribution de G. Greco)

10Au Sud de Vélia  :

  •  Pisciotta, loc. Castelluccio (n°  23) (Greco 1975, p. 88).

  •  Palinuro, loc. Saline (n°  24), nécropole (Greco 1975, p. 99, 108  ; Maffettone 1992a, carte, fig. 13)  ;

  •  Palinuro (n°  25, Greco 1975, p. 94-108)  ;

  •  Roccagloriosa (n°  26, Roccagloriosa I et II)  ;

  •  Caselle in Pittari (n°  27).

11Tous ces sites ont fait l’objet de reconnaissances, mais très peu ont été fouillés, moins encore sont publiés, si bien que notre documentation reste très lacunaire. Dans l’optique qui est la nôtre dans ce volume, il est donc très difficile de dire si ces sites étaient occupés par des Grecs ou des Lucaniens et s’ils appartiennent ou non au territoire de la cité grecque. Les quatre sites fortifiés les plus proches de Vélia (n°  5 – Punta della Carpinina, n°  2- Torricelli, n°  14 – La Civitella di Moio et n°  23 – Castelluccio) posent un problème spécifique, que l’on abordera infra (Bats et al.) à partir de l’exemple de la Civitella, seul site qui ait fait l’objet de fouilles archéologiques. Par la comparaison entre le matériel de la Civitella et celui de Vélia (infra Gassner, Trapplicher), on essaiera de déterminer si le faciès céramique d’un habitat fortifié comme la Civitella vers la fin du IV e s. est analogue ou non à celui de Vélia. Mais il s’agit aussi de savoir si, comme on l’a supposé (Greco 1975), avant d’être des habitats fortifiés, ces sites ont pu être, dans le courant du IV e s., des phrouria défendant le territoire de la ville grecque.

12On fera également le point sur un site indigènesrécemment fouillés au Nord du territoire de Vélia, Monte Pruno di Roscigno (n°  22, G. Greco).

Bibliographie

Greco 1975 : Greco (E.) – Velia e Palinuro. Problemi di topografia antica. MEFRA, 87, 1975, p.81-142.

Maffettone 1992a : Maffettone (R.) – Il territorio di Elea. Nuovi dati su insediamenti e viabilità. In : Archeologia e territorio. Ricognizioni, scavi e ricerche nel Cilento. Regione Campania – Centro servizi culturali del Cilento, Edizioni dell’Alento, 1992, p.167-182.

Maffettone 1992b : Maffettone (R.) – Colonizzazione focea e culture indigene della Lucania occidentale. Apollo, Bollettino dei Musei Proviciali del Salernitano, 8, 1992, p.17-42.

Morel 1980 : Morel (J.P.) – Vestiges de l’âge du bronze sur l’acropole de Vélia. In : Forschungen und Funde. Festschrift Bernhard Neutsch, Innsbrucker Beiträge zur Kulturwissenschaft. Innsbruck, 1980, p.299-307.

Morel 2005 : Morel (J.P.) – Un demi-siècle de recherches sur Vélia et les Phocéens d’Occident. In : Velia, Atti del XLV° Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 2005, Naples 2006, p.23-61.

Pierobon 1995 : Pierobon-Benoit (R.) – Focea e il mare. In : Arcelin (P.), Bats (M.), Garcia (D.), Marchand (G.), Schwaller (M.), éd., Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels. Paris-Lattes 1995 (Coll. Etudes massaliètes, 4), p.401-418.

Roccagloriosa I : Gualtieri (M.), Fracchia (H.) – Roccagloriosa I. L’abitato : Scavo e ricognizione topografica 1976-1989. Naples 1990 (Centre Jean Bérard).

Roccagloriosa II : Gualtieri (M.), Fracchia (H.) – Roccagloriosa II. L’abitato : l’ oppidum lucano e il territorio. Naples 2001 (Coll. Centre Jean Bérard, 20).

Table des illustrations

Titre Fig. 104. Le territoire de Vélia :1 - Vélia ; 2 - Torricelli ; 3 - Omignano ; 4 - Sessa Cilento ; 5 - Punta della Carpinina ; 6 - Lustra Cilento ; 7 - Ogliastro ; 8 - Ostigliano ; 9 - Salento ; 10 - Castelnuovo Cilento ; 11 - Pattano ; 12 - Angellara ; 13 - Cannalonga ; 14 - Moio della Civitella ; 15 - Acerito ; 16 - Campora ; 17 - Stio ; 18 - Calore ; 19 - Mammolessa ; 20 - Tempa del Grattapone ; 21 - Tempa Calore ; 22 - Monte Pruno ; 23 - Castelluccio ; 24 - Le Saline ; 25 - Palinuro ; 26 - Roccagloriosa ; 27 - Caselle in Pittari.(H. Tréziny, fond de carte Google maps).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access