Version classiqueVersion mobile

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Postface

Michel Gras

Texte intégral

1Henri sera probablement surpris de trouver un texte de moi, même bref, dans ce volume d’Hommages que ses amis aixois ont voulu mettre en œuvre à son insu. Parce qu’il me connaît bien – il est l’un de ceux qui me connaissent le mieux –, il sait que je n’ai pas une attirance particulière pour cette forme artificielle de production du savoir qui est devenue envahissante et qui ne sert souvent qu’à flatter les amours-propres.

2Et pourtant je ne pouvais me dérober, à la fois par les liens qui nous unissent mais aussi parce qu’Henri est probablement l’un de ceux qui mérite le plus ce type d’hommage collectif, lui qui a fait progresser collectivement notre milieu par son engagement personnel. En quelques lignes, je vais essayer de le montrer à ceux des lecteurs qui, d’aventure, ouvriraient ce livre sans connaître Henri.

3Nous nous connaissons depuis 40 ans, à quelques jours près au moment où j’écris ce texte. Le congrès de Tarente de 1972 (Economia e società in Magna Grecia) fut notre première véritable rencontre. Ce congrès fut pour moi, et je crois pour nous, un grand moment qui a conditionné la suite de notre carrière. À la fois par la qualité des rapporteurs, tels Edouard Will, Bruno d’Agostino et Nicola Parise, mais aussi par cette découverte de visages appartenant à des noms que nous commencions à connaître en lisant la bibliographie : Ettore Lepore, Moses I. Finley, Arnaldo Momigliano, Dinu Adamesteanu, Edouard Will, enfin Georges Vallet lui-même. Nous n’avons pas échangé beaucoup pendant le congrès avec ces grands maîtres – pourtant attentifs aux jeunes. Nous étions dans la masse des auditeurs qui remplissaient la salle, concentrés pour capter le message scientifique de ces orateurs italiens brillants et solides, mais qui souvent lisaient leur texte à toute allure.

4En 1972-1973, nous nous retrouvions à Nanterre autour de François Villard puis, en 1973, Henri est allé fouiller à Mégara, où je n’étais encore jamais allé, et je l’enviais beaucoup. En 1975 j’ai retrouvé Henri pour une fouille près de l’agora : il devait fouiller une maison du VIIIe s., et moi une maison du VIIe s. que je n’ai jamais trouvée, mais c’est une autre histoire. Les traces de nos exploits d’alors se trouvent consignés dans Mégara Hyblaea 1. Le quartier de l’agora archaïque (1976, p. 304-322).

5J’entends déjà Henri brontolare (« à quoi bon raconter tout cela ? »). Et pourtant c’est là que je me suis aperçu qu’Henri était probablement, depuis Orsi, le fouilleur mégarien le plus attentif au terrain, mentionnant dans ses taccuini de nombreuses observations, jour après jour, voire heure après heure. Cette qualité de travail de terrain est l’une de ses caractéristiques, et cela l’a accompagné partout, à Caulonia comme à Marseille, et le suit encore aujourd’hui.

6La suite est plus connue. Il est entré au Farnèse en 1977 et, avec Henri Broise, nous avons voulu en 1979 qu’il nous rejoigne sur le plateau Sud de Mégara où nous venions de commencer une vérification : le plateau Sud mégarien avait-il été occupé seulement au milieu du VIIe s., ou avant ? En bon élève de Roland Martin, Henri s’est attaqué à la muraille Sud, si l’on peut dire, et on sait tout ce qu’il en a tiré (voir Mégara 5 en 2004, p. 157-302). Nous avons beaucoup échangé avec lui sur l’habitat, et ce fut pour lui le début d’un long cheminement qui l’a conduit d’abord à investir dans sa formation permanente pour pouvoir traiter les plans sur ordinateur, avec la maîtrise d’Adobe illustrator, puis à proposer ce qu’il a appelé pudiquement des « questions de métrologie » en 1995 lors du colloque en hommage à Vallet, décédé l’année précédente. On peut relire ces pages dans la publication des actes en 1999 (dans La colonisation grecque en Méditerranée occidentale, p. 141-183). J’ai conforté sa démarche autant que j’ai pu ; le mérite est au départ le sien, sans ambiguïté. Ce fut un tournant pour nous tous, car la cohérence du plan mégarien émergeait avec des lots (oikopeda) mis en place selon un système dont la cohérence apparaissait. Celle qui la première avait pressenti la chose était la jeune Daniela Fusaro (Pérouse) – malheureusement décédée prématurément – dans un compte rendu de Mégara 1 (Dialoghi di archeologia, 1982, p. 5-30), compte rendu qui avait, à juste titre, beaucoup frappé Vallet qui en avait tenu compte à la fois dans le guide de Mégara (Mégara Hyblaea 3. Guide des fouilles, Rome, 1983, p. 146) et dans la rédaction finale de son texte pour les actes du colloque de Cortona (actes du colloque de 1981 publiés en 1983 : le rapport de Vallet a été republié dans Le monde colonial grec d’Italie du Sud et de Sicile, Rome, 1996, voir surtout p. 488). Derrière tout cela il y avait l’émergence du concept de « lot » comme clef de lecture à la place du traditionnel « îlot ». L’îlot est à l’arrivée, et non au départ, d’une procédure qui a commencé par la mise en place de deux files de lots, files juxtaposées et sans communication entre elles. À Sélinonte on a des îlots, à Mégara on n’a encore que des lots mis en file le long des rues.

7Mais Henri était aussi sur un second front, et je suivais à distance sa progression : le front de Marseille. André Tchernia, mon prédécesseur à la direction scientifique du CNRS, avait eu la bonne idée en 1988 de lancer une « action thématique programmée » (ATP) dite « archives de fouille » pour permettre de mettre au point la documentation issue des chantiers, et libérer enfin la route vers la publication. C’était une géniale anticipation de ce que l’on appela plus tard le « post-fouille ».

8Henri ne laissa pas passer l’occasion. Depuis son retour dans sa bonne ville de Marseille, après son séjour romain et son entrée au CNRS (1980), il se rendait compte que la phase représentée par la fouille de la Bourse (la grande opération d’archéologie urbaine sur le territoire national qui a, pour la première fois, obligé les aménageurs à une négociation) risquait de rester bloquée quant à ses résultats. Sous la direction de Maurice Euzennat et de François Salviat, de très nombreux jeunes archéologues, normaliens ou pas, étaient venus fouiller le cœur de la ville phocéenne pendant des années. Tout cela avait donné une documentation énorme, que personne ne maîtrisait, dispersée entre différents dépôts.

9Ayant obtenu le financement demandé, Henri se mit au travail, à sa manière, c’est-à-dire pas à pas mais sans rien lâcher. Il réussit à convaincre les uns après les autres tous les acteurs de l’opération. Le résultat, on le connaît : il suffit de voir l’immense bibliographie marseillaise des années 1990 et 2000, jusqu’à la publication de la Carte archéologique de Marseille (2005), un outil que Gaston Vasseur, Michel Clerc et Fernand Benoit n’auraient jamais imaginé.

10Sans doute Henri n’a-t-il pas tout fait tout seul : nombreux sont ceux qui sont intervenus dans cette magistrale reconquête intellectuelle du passé marseillais. Il a été l’élément catalyseur. J’ignore si les autorités marseillaises ont bien perçu tout cela. Plus grave encore, je ne sais pas si les commissions d’évaluation ont pris la mesure de ces deux actions majeures, à Mégara comme à Marseille. Mais je préfère m’arrêter (« adesso basta » commente Henri, excédé).

11Un mot encore, cher Henri.

12Comme je l’avais dit lors de la soutenance, tu aurais pu passer ton HDR bien avant 2000 mais tu avais « autre chose à faire ». Certes. Cette réponse se passe de commentaire.

13Tu as su montrer que l’on est au CNRS pour progresser tout au long de sa carrière et ton parcours de recherche, ouvert à l’enseignement et à l’administration de la recherche, pourrait répondre efficacement à ceux qui dénigrent chroniquement cette institution. Il y aurait beaucoup à dire sur ton action à l’intérieur de ton laboratoire, mais je ne suis pas le plus qualifié pour le faire. Le récent volume publié en 2010 dans les collections du Centre Camille Jullian, que tu as parfois fondées, toujours animées et que tu animes encore, montre l’estime dont tu jouis auprès de tous les acteurs de l’archéologie méditerranéenne préromaine « de la Catalogne à la Mer Noire ». Tous ont en effet compris, ce que j’ai eu la chance, mieux, le privilège d’expérimenter moi-même en tant d’années de travail en commun : on peut avoir confiance en toi qui es sans doute le chercheur le plus allergique qui soit à l’intrigue. Et cela méritait d’être salué.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search