Version classiqueVersion mobile

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Megara Hyblaea et la Sicile

Bain et Hygiène en contexte privé à Mégara Hyblaea : quelques exemples de salles de bain

Frédéric Mège

Résumé

The Hellenistic period of Megara Hyblaea isn’t well known: thus, the study of bathrooms belonging to Hellenistic dwellings may be a way to shed light on remains of this period. Through the following development, we come to the conclusion that the Megarian bathrooms bear many similarities with others from all over the ancient Greek world. Nevertheless, these comparisons emphasize once again the lack of lavishness and sophistication found in the Hellenistic architecture at Megara Hyblaea.

Texte intégral

  • 1 La phase hellénistique et romaine de Mégara Hyblaea sera l’objet de Mégara 7, monographie en cours (...)
  • 2 Une étude complète des habitations mégariennes sera proposée dans ma thèse « Habitat et Urbanisme d (...)

1Qu’est-il advenu de l’archaïque Mégara Hyblaea, l’une des toutes premières fondations grecques de Sicile, entre l’évènement violent qui signa la fin de son premier âge (la déportation de ses habitants en 483 av. J.-C.) et la haute époque impériale ? Voilà la vaste et complexe question à laquelle Henri Tréziny s’est donné de répondre1. La tâche est ardue : les vestiges aujourd’hui visibles sur le site (fig. 1) et que l’on peut sans hésitation attribuer à cette période ne constituaient pas lors de leur mise au jour une matière d’étude prioritaire pour Georges Vallet, François Villard et Paul Auberson, dont tous les efforts étaient concentrés sur la ville archaïque. De ce fait, malgré une masse colossale de mobilier, les seules hypothèses qu’émirent officiellement les fouilleurs sur les structures de cette époque (mis à part sur l’enceinte dite « hellénistique ») sont parues dans le Guide des fouilles (Vallet, Villard, Auberson 1983), tentative salutaire d’explication du site à l’attention de visiteurs érudits mais qui demeure hélas ce pour quoi il a été créé, c’est-à-dire un ouvrage de vulgarisation concis et synthétique. La présente contribution se propose donc, à travers quelques exemples, de lever partiellement le voile sur les maisons de cette période à travers un type de pièce bien particulier, l’un des seuls (avec les cours et les salles de représentation) qu’il soit justement envisageable d’identifier grâce à ses seules caractéristiques architecturales : ce sont les salles de bain, c’est-à-dire ces parties de l’espace domestique dédiées à l’hygiène corporelle2.

Fig. 1. Plan partiel de la ville hellénistique et romaine d’après H. Tréziny, avec indications des salles de bain (en rose, structures hellénistiques antérieures à 213 av. J.-C.).

Fig. 1. Plan partiel de la ville hellénistique et romaine d’après H. Tréziny, avec indications des salles de bain (en rose, structures hellénistiques antérieures à 213 av. J.-C.).
  • 3 Dans le cadre de cet article, je me contenterai de considérer cet édifice comme une maison hellénis (...)

2Au cours de la campagne de fouilles de 1949 a été mis au jour un édifice situé près de la porte Sud Ouest de l’enceinte hellénistique (fig. 1, 1) ; recouvert immédiatement après, il a cependant été suffisamment documenté pour nous autoriser aujourd’hui à faire certaines interprétations3.

  • 4 Dimensions (du Nord vers l’Ouest) : 3,48 x 4,83 x 1,34 x 3,05 x 3,04 x 1,65 m ; surface approximati (...)
  • 5 Pour Delphes, voir la salle de bain décrite dans Ginouvès 1952, p. 541-544 (datée par l’auteur « au (...)
  • 6 Ce dispositif devait ainsi permettre de conduire à la fois les eaux usées venant de l’intérieur, de (...)

3Ce qui nous intéresse ici est une cellule en forme de L qui était dotée d’un sol en béton de tuileaux, de murs enduits et de passages fermés par des portes4 ; on note également la présence d’une canalisation juste au Sud, dont il faut rapidement éclaircir la fonction (fig. 2). À propos de cette dernière Fr. Villard remarquait qu’elle ne se poursuivait pas vers l’intérieur et qu’elle avait donc dû être détruite lors de la construction du sol en béton (Villard 1951, p. 22 n. 3). Je pense cependant que les bétons ont été construits dans le même temps que la maison et que, dès l’origine, il n’y avait pas de canalisation dans cette pièce. On remarque en revanche qu’un bloc du mur Sud comportait sur toute sa hauteur interne un évidement, juste à l’aplomb de la canalisation : à mon sens, cette échancrure était assez large pour permettre l’insertion d’un élément vertical débouchant dans la canalisation et permettant de déverser les eaux usées d’une baignoire située tout contre, comme c’est par exemple le cas à Olynthe, Delphes ou Morgantina5. La canalisation – un tuyau constitué par l’assemblage de plusieurs cylindres de terre cuite – traversait d’abord la pastas au Sud, passant sous le sol en béton ; elle se poursuivait ensuite dans la cour, sous la forme de deux éléments concaves (probablement des tuiles de type laconien) d’un diamètre apparemment plus important que les cylindres et vraisemblablement non couverts6. En tout état de cause, il s’agissait très vraisemblablement là d’un conduit d’évacuation des eaux usées provenant en partie de notre pièce, et non d’une adduction d’eau. La somme des éléments architecturaux que l’on vient rapidement d’énumérer faisait donc de cette salle un lieu à l’accès restreint grâce à des portes fermées de l’intérieur (comme l’indiquent les seuils), équipée de revêtements imperméables (bétons et enduits) et d’une commodité pour évacuer l’eau : il devait certainement s’agir là d’une salle de bain. Si la canalisation était présente dès la construction de la maison, car elle était insérée entre deux blocs de l’assise de réglage du stylobate de la pastas, juste au-dessus des fondations, les transformations que cet espace semble avoir subi au cours du temps nous empêchent toutefois d’affirmer qu’il a toujours possédé cette fonction.

  • 7 Une étude complète de cette structure, conjointement menée par B. Girard, R. Orgeolet et St. Wyler (...)
  • 8 Le sol en béton de tuileaux est dénommé 50p1 dans le corpus Mège 2010, p. 115 (dimensions : 0,7 x 1 (...)
  • 9 Le sol 49p3 est décrit dans Mège 2010, p. 114 (dimensions partie Nord-Est : 3,31 x 1,24 m) ; dimens (...)

4Revenons aux vestiges visibles pour nous intéres ser à présent à l’un des plus curieux d’entre eux, le bâtiment 41,6 selon la terminologie en vigueur (fig. 1, 2). Cet édifice localisé sur l’agora et dont G. Vallet, Fr. Villard et P. Auberson soulignaient déjà l’aspect et la configuration pour le moins inhabituels, a été interprété pour ces mêmes raisons comme un sanctuaire (voir la discussion dans Vallet, Villard, Auberson 1983, p. 35-38). De récentes recherches nous apprennent cependant qu’il a également servi d’atelier métallurgique, au moins durant une période de son existence7. Quoiqu’il en soit, la pièce qui nous intéresse ici se trouve dans l’aile Est du bâtiment, une extension apparue sans doute dans le même temps que le nouveau tracé de la rue adjacente (fig. 3). Signalée d’abord par son sol en béton de tuileaux incliné vers le Nord et couvrant une forme irrégulière, globalement trapézoïdale, cette pièce semble s’enrouler autour de la cage d’escalier qui la borde à l’Est8. Ce sol est aujourd’hui délimité par une rangée de briques au Sud et de petits moellons au Nord, mais les documents de fouilles montrent qu’il y avait une autre rangée de briques, à l’angle de la première marche d’escalier, comme pour former une sorte de palier précédant le sol actuellement conservé ; sur ces documents, on voit également qu’il y avait un puits situé dans la rue, juste de l’autre côté du mur Est de notre pièce, puits qui était recouvert d’une dalle lors de sa mise au jour : il devait s’agir là de toute évidence d’un puits perdu en relation avec l’édifice 41,6. On trouve un arrangement similaire dans la pièce 9de la House of the Official de Morgantina, où une petite pièce dotée d’une plateforme en béton de tuileaux, probablement située sous un escalier et équipée d’une évacuation vers l’ambitus adjacent, a été interprétée comme une salle de bains (Tsakirgis 1987, p. 219-220). Ces similitudes m’incitent à suivre l’interprétation de B. Tsakirgis et à proposer pour notre structure une fonction de salle de bain (ou salle d’eau, au sens large) ce qui, rapporté à l’édifice 41,6, inciterait à restituer pour cette phase un ensemble composé d’un espace artisanal et d’un espace d’habitat.

Fig. 2. Maison hellénistique ; en haut, à droite : la salle de bain

Fig. 2. Maison hellénistique ; en haut, à droite : la salle de bain

extrait d’un plan dressé par la Surintendance des Antiquités de Syracuse en dépôt à l’EfR

Fig. 3. Plan partiel du quartier au Sud-Est de l’agora

Fig. 3. Plan partiel du quartier au Sud-Est de l’agora

à gauche, au centre : la salle de bain du bâtiment 41,6 ; en haut, au centre : la salle de bain 41,78.

extrait d’un plan dressé par la Surintendance des Antiquités de Syracuse en dépôt à l’EfR.

  • 10 Équipe dirigée par Dirk Steuernagel (Institut für Klassische Archäologie, Universität Regensburg) e (...)
  • 11 En particulier à Délos (Chamonard 1922, p. 90-91) et à Morgantina (Tsakirgis 1987, p. 61-62).

5Un peu plus au Sud se situe une grande demeure qui est, pour autant que l’on sache, la seule maison à péristyle de Mégara Hyblaea et qui a notamment fait l’objet d’une étude architecturale approfondie de la part d’une équipe allemande en septembre 201010. Ce travail de recherche minutieux a permis d’éclairer ou de confirmer certaines de nos hypothèses, en particulier à propos d’une salle située dans l’aile Est de la maison, le long de la rue D1 (fig. 1, 3). Sa forme en L est due à l’insertion d’une petite cellule carrée dans l’angle Sud-Est de la pièce originelle (fig. 4), dans une configuration qui rappelle d’ailleurs celle vue plus haut pour la maison du chantier A10. La partie la mieux conservée se trouve dans la branche Nord du L où le sol en béton de tuileaux a une forme concave et nettement inclinée en direction d’une bouche d’évacuation ménagée dans le mur de façade par des pierres posées de chant ; les eaux usées s’accumulaient ensuite dans un imposant puits perdu érigé en dalles massives, appuyé contre le mur, sur le bord de la rue. La partie Sud du L ne possède plus que des lambeaux de béton, en quantité toutefois suffisante pour affirmer d’abord que ce pavement était plus grossier, mais surtout qu’il était situé à une altitude plus élevée et que donc la pente du sol dans son ensemble était conçue pour drainer vers la bouche d’évacuation. Entre les deux branches, dans l’angle Nord-Ouest de la pièce, se trouve un petit arrangement de blocs, malheureusement incomplet, sur lequel les sols des deux parties viennent s’appuyer : l’équipe allemande a suggéré d’y voir éventuellement les vestiges d’un foyer construit. Si en tout cas la partie Nord de la pièce peut sans trop de peine être interprétée comme étant des latrines, il n’est pas absurde de penser que la partie Sud aurait été elle une salle de bains, dont les eaux usées auraient en partie servi à rincer au passage les latrines, selon un principe bien attesté par ailleurs11 ; l’hypothèse de la présence d’un foyer séparant les deux espaces pourrait alors prendre tout son sens comme moyen de chauffage à la fois de l’air ambiant et de l’eau pour le bain.

Fig. 4. Vue de la partie Sud-Est de la maison 49,19 ; au centre : la salle de bain

Fig. 4. Vue de la partie Sud-Est de la maison 49,19 ; au centre : la salle de bain

EfR nég. MHO 748, cliché S. Kostomaroff

  • 12 Dimensions de la partie Nord : 2,14 x 1,06 m ; dimensions de la pièce : 2,48 x 2,85 m.

6Mais l’ensemble sans doute le plus parlant et qui n’est décrit dans aucune publication (aujourd’hui nommé 41,78 dans l’Atlas en cours de préparation) se trouve dans un bâtiment fouillé en 1967 et situé à l’angle des rues D1 et A, soit à l’extrémité orientale aussi bien de l’agora hellénistique qu’archaïque (fig. 1, 4). Selon l’état actuel de nos hypothèses, Henri Tréziny et moi-même pensons que la structure dont il va être question a dû faire partie de la quatrième phase principale de cet édifice (la première phase étant sa construction à l’époque archaïque). Il s’agit donc d’un arrangement occupant la partie Nord de la pièce dans laquelle il est inséré et qui est bordé au Sud par un petit muret de moellons réguliers (récemment écroulé), bien construit et fondé nettement plus bas que le niveau du sol12 (fig. 5). Dans sa partie la plus à l’Ouest, le sol de cet espace est un mortier de calcaire légèrement incliné en direction d’une évacuation sur la rue, constituée de deux dalles posées de chant et insérées dans l’appareil du mur ; le sol côté Est, tel qu’on le voit aujourd’hui, apparaît comme étant fait de fragments de tuiles posés à plat, directement sur la terre, et donc a priori assemblés sans mortier ; entre les deux se trouve une sorte de dallage sommaire de moellons plats et assez grossiers : c’est d’ailleurs à cet emplacement, sans doute le plus solide, qu’était posée une baignoire d’un type bien connu à l’époque hellénistique et que nous évoquerons plus loin (fig. 3). Enfin ce petit espace vient buter à l’Ouest contre deux grandes dalles posées en orthostates, de l’autre côté desquelles se trouve un massif composé de moellons bruts, situé à l’interface entre deux pièces. Dans la liste des structures présentées ici, cette petite cellule est donc la seule qui, grâce à l’association de ses caractéristiques architecturales et à l’élément de mobilier découvert lors de sa mise au jour, peut être qualifiée sans l’ombre d’un doute de salle de bain. Ce qui est par contre moins clair ici, c’est la présence conjointe d’un solide muret au Sud et d’un massif à l’Ouest, les deux étant d’ailleurs peut être liaisonnés : l’explication la plus raisonnable (à l’image de ce qu’on a vu pour l’édifice 41,6) serait de supposer la présence d’un escalier en bois s’élevant au-dessus de la salle de bain, dont le mur d’échiffre Sud se serait appuyé sur notre muret, et auquel on aurait accédé depuis la pièce attenante à l’Ouest, où d’ailleurs deux grands blocs posés debout semblent dessiner un passage (le bloc Sud étant le piédroit du seuil qui marquait l’emplacement de la porte séparant les deux pièces).

Fig. 5. Vue depuis le Sud de la salle de bain 41,78.

Fig. 5. Vue depuis le Sud de la salle de bain 41,78.
  • 13 Celle-ci appose la marque de propriété d’un certain Gnaius Modius, nom à la consonance clairement i (...)
  • 14 Pour une description et une interprétation plus approfondies, voir Mège 2010, p. 89-93 et p. 136-13 (...)

7Je ne pouvais terminer cette partie sur les salles de bains mégariennes sans évoquer un ensemble, un peu à part à cause d’une structuration qui en fait un véritable « petit complexe balnéaire », mais incontournable, notamment à cause de l’inscription ΓΝΑΙΟΥΜΟΔΙΟΥ disposée au sol, au niveau d’une entrée13. Dans son état actuel, cette structure (fig. 1, 5) est composée de trois salles aux sols couverts par des bétons de tuileaux (parfois agrémentés de tesselles blanches) et dont les murs conservent par endroit un revêtement fait d’un stuc en poudre de tuileaux14 (fig. 6). Une analyse attentive des photos et des minutes de fouilles a cependant permis de révéler plusieurs transformations. Modernes, d’abord, car ce que l’on peut voir aujourd’hui est le fruit de restaurations probablement effectuées au début des années 1980. Anciennes, ensuite, car les deux salles à l’Ouest résultent en fait de la division ultérieure d’une pièce unique par un mur de cloison : cette pièce d’origine était équipée de banquettes sur ses côtés Nord et Sud et les usagers y accédaient par l’entrée avec l’inscription.

Fig. 6. Vue depuis le Nord du complexe thermal de la maison 13,22

  • 15 Dimensions intérieures : 1,45 x 1,1 m ; profondeur maximale estimée : 0,4 m.
  • 16 Voir dans ce volume l’article de L. Claquin et Cl. Capelli.
  • 17 Il semblerait d’ailleurs logique que l’on ait voulu d’abord se nettoyer dans une telle baignoire av (...)

8Cette configuration incite bien évidemment à en faire un apodyterium même si la présence d’une évacuation dans son angle Nord-Est, en accord avec l’inclinaison de son sol, atteste aussi d’un usage intensif de l’eau dans cette pièce, probablement sous forme d’ablutions. De là, on pouvait pénétrer par un étroit couloir dans la salle principale où se trouvait une baignoire maçonnée dont le fond était couvert d’un béton de tuileaux et dont la partie Ouest était surélevée à la manière d’un oreiller traversin15. Cet équipement évoque plutôt la pratique d’un bain de délassement dans lequel le baigneur était allongé et son corps presque entièrement immergé. De tels bassins utilisés en contexte domestique sont connus entre autres dans des habitations hellénistiques de Monte Iato, de Morgantina et d’Érétrie. Pour la première – cité élyme de Sicile occidentale notablement hellénisée au moins dès le IVe s. av. J.-C. – c’est dans la pièce 21 du Peristylhaus I que l’on retrouve une cuve maçonnée au sein d’un dispositif sophistiqué incluant chauffage et adduction d’eau (Dalcher 1994, p. 37-39) ; à Morgantina, c’est le bassin de la pièce 3 de la House of the Arched Cistern (déjà évoquée supra, note 5) ; enfin, à Érétrie, ce sont la pièce A du Haus IB et la pièce m du Haus IA qui bénéficièrent de ce type d’équipement, additionné également d’un système de chauffage adapté (Reber 1998, p. 137-139). À notre connaissance, on ne signale aucun dispositif de chauffage sous-jacent à notre bassin, ni d’ailleurs aucune autre installation fixe qui aurait permis de chauffer l’ensemble : ici aussi on doit se résoudre à supposer l’emploi de foyers portables (escharai) comme on le fait généralement à Mégara16. Concluons la visite de ce petit complexe balnéaire par un détail cocasse, mais non sans importance pour notre propos : à l’image du « vestiaire », dont le sol était conçu de façon à évacuer les eaux usées vers l’extérieur où elles étaient recueillies dans une grande jarre, on observe pour la salle au bassin un même dispositif, sauf qu’ici le récipient de collecte était une baignoire. Visiblement fragmentaire, elle est réputée provenir selon les fouilleurs des bains hellénistiques de l’agora. Rien ne s’oppose pourtant à ce qu’elle ait pu être utilisée ici-même, permettant alors de combiner en un même lieu la pratique du bain de propreté à celle du bain de délassement17.

  • 18 Voir Ginouvès 1962, p. 37-44 (en part. n. 6, p. 37 et p. 42, p. 44). Également, Ginouvès 1952, p. 5 (...)
  • 19 Voir en particulier Ginouvès 1962, p. 44-46. J’ai également eu l’occasion récemment d’observer plus (...)
  • 20 Pour l’étude stylistique des loutèria, voir en particulier Ginouvès 1962, p. 77-87 ; également, pou (...)

9Afin de conclure et d’illustrer brièvement cet exposé, j’ai sélectionné quelques éléments de mobilier dans les réserves de Mégara. Le premier d’entre eux est la baignoire dont il vient d’être question à propos des « bains de Gnaius Modius ». Identifiée de manière certaine grâce aux archives de fouille (voir notamment la fig. 6), cette cuve est bel et bien fragmentaire, ce qui explique le fait qu’elle ait été réutilisée en tant que collecteur d’eaux usées ; elle présente également des traces de restaurations modernes mais il est possible qu’elle ait déjà été réparée à l’époque antique (fig. 7). En effet la cuvette située au niveau des pieds a vraisemblablement été restaurée ; or cet aménagement qui devait aider à mieux vidanger les eaux souillées était en même temps un point de fragilité récurrent chez ce type de baignoire car il n’est pas rare de le voir remplacé par un élément analogue, mais en pierre ; de même, il arrivait souvent que le corps même de la cuve, brisé, ait été rapiécé au moyen de crampons et d’agrafes18. L’analyse de notre exemplaire montre aussi que toute la partie postérieure a disparu, à savoir le replat sur lequel s’asseyait le baigneur, conférant au fond du bassin un profil en trois niveaux que l’on trouve dans de nombreux autres exemplaires19 ; il est également fort possible que la baignoire retrouvée in situ dans le bâtiment aux marges de l’agora de Mégara ait été du même type, si l’on se fie à la précision du relevé (fig. 3). Les autres ustensiles que l’on peut associer aux gestes quotidiens d’hygiène, et que l’on retrouve d’ailleurs en contexte aussi bien public que privé, sont de loin les plus courants : il s’agit des loutèria, à savoir un ensemble composé d’une vasque peu profonde et de son piédestal, parfois indépendants, parfois faits d’une même pièce20. Au cours de l’époque hellénistique, cet objet, d’abord réservé semble-t-il aux sanctuaires pour les ablutions des fidèles, s’est ensuite étendu et diffusé à la sphère domestique où il connaît une utilisation beaucoup plus large. Très répandu tant parmi les trouvailles archéologiques que dans les représentations picturales, ses formes n’ont guère varié au cours des âges, avec un piédestal imitant l’aspect d’une colonne. Le loutèrion pouvait être aussi bien taillé dans la pierre que façonné en terre cuite, et c’est cette dernière solution qui sera privilégiée en Sicile dès le VIe s. av. J.-C., selon une tendance apparemment née peu auparavant à Corinthe. Les éléments découverts en fouilles à Mégara confirment en tout cas cette tendance, avec une très nette majorité d’exemplaires en terre cuite, malheureusement toujours incomplets, mais dans lesquels on retrouve l’éventail des décors que l’on connaît par ailleurs à Syracuse et Agrigente à la même époque (et à Pompéi et Délos un peu plus tard) : bases rondes ou carrées, moulurées ou non, fûts lisses ou cannelées, chapiteaux aux formes imitant tantôt un programme ionique ou dorique (fig. 8-9).

Fig. 7. Baignoire de la salle de bain 41,78.

Fig. 8. Fragments de piédestaux de loutèria.

Fig. 8. Fragments de piédestaux de loutèria.

Fig. 9. Fragment de la vasque d’un loutèrion

Fig. 9. Fragment de la vasque d’un loutèrion

10À travers les quelques pièces dont il vient d’être question, on voit donc que les maisons de la Mégara postérieure à la fin du IVe s. av. J.-C. ne font pas exception à la règle générale qui veut que les salles de bain apparaissent progressivement dans l’habitat, tout en restant peu nombreuses et réservées à des propriétaires aisés (Hellmann 2010, p. 90). Nos exemples montrent aussi que, architecturalement parlant, les salles de bain mégariennes trouvent de nombreuses comparaisons dans le monde grec même si, et l’on pense en particulier à celles d’Érétrie ou de Monte Iato, elles demeurent relativement modestes par leur équipement et leur décoration. Dans cette rapide tentative de synthèse, on voit donc à nouveau se dessiner une tendance qui oblige à s’interroger toutes celles et ceux qui étudient et cherchent à comprendre la Mégara post-archaïque. Lorsque que l’on se tourne vers les cités dont il a été question ici et qui lui sont contemporaines, on ne peut qu’être frappé en comparaison par la relative pauvreté des décors dans les habitations mégariennes : ici, pas de mosaïques ni d’enduits stuqués à imitation d’éléments architectoniques. Pauvreté technique également : pas de système élaboré de chauffage des pièces ni d’adduction d’eau et en particulier, donc, pour les salles de bain. Et pourtant, la ville du IIIe s. (à tout le moins) possédait une agora agrémentée de deux imposantes statues (dont on ne connaît que les bases) et bordée, au Nord, par un portique, à l’Ouest, par un grand édifice public et au Sud, par des bains, de taille certes assez modeste, mais d’un bon niveau d’équipement et de décoration ; immédiatement au Nord de la place, derrière le portique, se trouvait une zone cultuelle probablement ceinte par un téménos en grand appareil avec, notamment, un temple dorique (publié dans Vallet, Villard 1966) ; enfin, la ville était entourée d’une muraille équipée de tours qui, par leur facture, dénote une volonté certaine de donner d’elle une image plutôt impressionnante sinon défensivement, du moins visuellement. Il y a donc là quelque chose qui interpelle et qui fait certainement sens, du point de vue notamment du statut politique inconnu de la Mégara postérieure à la déportation de ses habitants en 483 av. J.-C. et antérieure à sa prise par les troupes de Marcellus en 213 av. J.-C. Espérons donc que le travail fourni par Henri Tréziny et ses collaborateurs depuis plusieurs années, et qui trouvera un aboutissement dans la monographie à venir, pourra apporter quelques éléments de réponse à cette question centrale pour qui s’intéresse de près ou de loin à l’histoire des cités grecques de Sicile.

Bibliographie

Chamonard 1922 : CHAMONARD (J.) – Le quartier du théâtre. Étude sur l’habitation délienne à l’époque hellénistique. Paris, De Boccard, 1922, (EAD VIII 1).

Dalcher 1994 : DALCHER (K.) – Das Peristylhaus 1 von Iaitas : Architektur und Baugeschichte. Zürich, Archäologisches Institut der Universität Zürich, 1994.

De Miro 2000 : DE MIRO (E.) – Agrigento. I. I santuari urbani. L’area sacra tra il tempio di Zeus e porta V. Palerme, Regione siciliana, Assessorato dei beni culturali e ambientali e della pubblica istruzione, et Rome, L’“Erma” di Bretschneider, 2000.

Deonna 1938 : DEONNA (W.) – Le mobilier délien. Paris, De Boccard, 1938 (EAD XVIII).

Ginouvès 1952 : GINOUVÈS (R.) – Une salle de bains hellénistique à Delphes. BCH, 76, 1952, p. 541-561.

Ginouvès 1962 : GINOUVÈS (R.) – Balaneutikè : recherches sur le bain dans l’antiquité grecque. Paris, De Boccard, 1962.

Grandjean 1988 : GRANDJEAN (Y.) – Recherches sur l’habitat thasien à l’époque grecque. Athènes, École française d’Athènes, et Paris, De Boccard, 1988 (Études thasiennes XII).

Hellmann 2010: HELLMANN (M.-Chr.) – L’architecture grecque. 3. Habitat, urbanisme et fortifications. Paris, Picard, 2010.

Mège 2010 : MÈGE (Fr.) – Apport des seuils de porte et des sols construits à l’étude des édifices hellénistiques de Mégara Hyblaea. Mémoire de Master, Université de Provence, 2010.

Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011 : OWENS (E.), TRÜMPER (M.), ZUCHTRIEGEL (G.) – Greek Toilets and Waste Management. Babesch, Suppl. 19, p. 25-42.

Pernice 1932: PERNICE (E.) – Hellenistische Tische, Zisternenmündungen, Beckenuntersätze, Altäre und Truhen. Berlin et Leipzig, De Gruyter, 1932.

Robinson, Mylonas 1946 : ROBINSON (D.M.), MYLONAS (G.E.) – Excavations at Olynthus. Part XII. Domestic and public architecture. Baltimore, The John Hopkins Press, Londres, Humphrey Milford, et Oxford, Oxford University Press, 1946.

Reber 1998: REBER (K.) – Die klassischen und hellenistischen Wohnhäuser im Westquartier. Lausanne, Payot, 1998.

Tsakirgis 1987: TSAKIRGIS (B.) – The Domestic architecture of Morgantina in the Hellenistic and Roman periods. Thèse de doctorat (Princeton, 1984), Ann Arbor, University Microfilms international, 1987.

Vallet, Villard 1966 : VALLET (G.), VILLARD (Fr.) – Mégara Hyblaea 4. Le temple du IVe siècle. Rome, École française de Rome, 1966.

Vallet, Villard, Auberson 1983 : VALLET (G.), VILLARD (Fr.), AUBERSON (P.) – Mégara Hyblaea 3. Guide des fouilles : introduction à l’histoire d’une cité coloniale d’Occident. Rome, École française de Rome, 1983.

Villard 1951 : VILLARD (Fr.) – Les fouilles de 1949. MEFR, 63, 1951, p. 7-52.

Notes

1 La phase hellénistique et romaine de Mégara Hyblaea sera l’objet de Mégara 7, monographie en cours d’élaboration, à laquelle l’auteur de ces lignes a été convié. Je profite donc ici de l’occasion qui m’est donnée de remercier chaleureusement Henri Tréziny avec qui j’ai la chance de collaborer depuis 2008 lorsqu’il me confia la responsabilité d’un sujet de Master (Mège 2010) et qui me fait l’honneur de suivre actuellement mes travaux de doctorat. C’est également pour moi un agréable devoir que de remercier Antoine Hermary et Sophie CollinBouffier pour leur invitation à participer à cet ouvrage.

2 Une étude complète des habitations mégariennes sera proposée dans ma thèse « Habitat et Urbanisme dans les cités grecques de Sicile orientale à l’époque hellénistique » : toutes les hypothèses formulées dans ce qui va suivre seront donc développées, étayées et justifiées à cette occasion.

3 Dans le cadre de cet article, je me contenterai de considérer cet édifice comme une maison hellénistique contemporaine de l’enceinte (première moitié du IIIe s. av. J.-C.). Le document principal dont nous disposons pour son interprétation, outre ceux déjà énumérés en introduction, est un rapport de fouille (Villard 1951) qui fournit notamment les seules coupes stratigraphiques pour cette époque.

4 Dimensions (du Nord vers l’Ouest) : 3,48 x 4,83 x 1,34 x 3,05 x 3,04 x 1,65 m ; surface approximative : 7,83 m².

5 Pour Delphes, voir la salle de bain décrite dans Ginouvès 1952, p. 541-544 (datée par l’auteur « aux environs du IIIe ou du IIe siècle avant notre ère ») ; à Morgantina, cité hellénisée de Sicile centrale, il s’agit de la pièce 3 de la House of the Arched Cistern décrite dans Tsakirgis 1987, p. 133-134 et occupée entre le IIIe s. av. J.-C., date de sa construction, et le milieu du Ier s. ap. J.-C. ; à Olynthe, c’est une petite pièce de la House of Pan documentée dans Robinson, Mylonas 1946, p. 281-282 et pl. 238 et attribuable à la première moitié du IVe s. av. J.-C. Toutes ces pièces ont en commun la présence concomitante d’une baignoire ou d’un bassin et d’une bouche d’évacuation située à proximité.

6 Ce dispositif devait ainsi permettre de conduire à la fois les eaux usées venant de l’intérieur, de drainer l’eau de pluie et de recevoir les déchets liquides que l’on versait directement dedans alors que le tronçon sous la pastas était fermé pour ne pas saper les fondations du béton. Comparer avec les arrangements décrits dans Owens, Trümper, Zuchtriegel 2011, p. 31 ; également, à Thasos, voir Grandjean 1988, p. 417-419.

7 Une étude complète de cette structure, conjointement menée par B. Girard, R. Orgeolet et St. Wyler sera incluse dans Mégara 7.

8 Le sol en béton de tuileaux est dénommé 50p1 dans le corpus Mège 2010, p. 115 (dimensions : 0,7 x 1,9 x 1,1 x 2,35 m) ; s’y ajoute la partie au Nord, sous l’escalier (Nord vers Ouest) : 1,26 x 0,58 x 1,5 x 0,64 m ; surface totale approximative : 3,58 m².

9 Le sol 49p3 est décrit dans Mège 2010, p. 114 (dimensions partie Nord-Est : 3,31 x 1,24 m) ; dimensions de la pièce (Nord vers Ouest) : 4,8 x 1,28 x 3,52 x 3,35 x 1,48 x 4,68 m ; surface approximative : 11,1 m².

10 Équipe dirigée par Dirk Steuernagel (Institut für Klassische Archäologie, Universität Regensburg) et Annette Haug (Institut für Klassische Archäologie, Ludwig Maximilian Universität von München). Les résultats sont détaillés dans un rapport encore inédit. Cependant une synthèse de ceux-ci devrait paraître dans Mégara 7.

11 En particulier à Délos (Chamonard 1922, p. 90-91) et à Morgantina (Tsakirgis 1987, p. 61-62).

12 Dimensions de la partie Nord : 2,14 x 1,06 m ; dimensions de la pièce : 2,48 x 2,85 m.

13 Celle-ci appose la marque de propriété d’un certain Gnaius Modius, nom à la consonance clairement italique, sur cette petite structure qui est englobée dans un bâtiment plus ancien mais qui vient également mordre sur la rue pomériale de l’enceinte hellénistique : ces deux traits permettent donc de relier la construction de nos petits bains à une époque postérieure à la conquête romaine de 213 av. J.-C. (cf. Vallet, Villard, Auberson 1983, p. 15, et Mège 2010, p. 137-138).

14 Pour une description et une interprétation plus approfondies, voir Mège 2010, p. 89-93 et p. 136-138.

15 Dimensions intérieures : 1,45 x 1,1 m ; profondeur maximale estimée : 0,4 m.

16 Voir dans ce volume l’article de L. Claquin et Cl. Capelli.

17 Il semblerait d’ailleurs logique que l’on ait voulu d’abord se nettoyer dans une telle baignoire avant d’utiliser le bain.

18 Voir Ginouvès 1962, p. 37-44 (en part. n. 6, p. 37 et p. 42, p. 44). Également, Ginouvès 1952, p. 544 n. 5 et p. 549-550.

19 Voir en particulier Ginouvès 1962, p. 44-46. J’ai également eu l’occasion récemment d’observer plusieurs modèles similaires dans les réserves des musées de Syracuse et d’Aidone (Morgantina).

20 Pour l’étude stylistique des loutèria, voir en particulier Ginouvès 1962, p. 77-87 ; également, pour les modèles sicéliotes et italiques, Pernice 1932, p. 38-43 et, pour Agrigente, De Miro 2000, surtout p. 150-151 et 205, ainsi que fig. 120 et pl. CXLIV-CXLV ; enfin, pour Délos, on se réfèrera à Deonna 1938, p. 50-51.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan partiel de la ville hellénistique et romaine d’après H. Tréziny, avec indications des salles de bain (en rose, structures hellénistiques antérieures à 213 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-1.png
Fichier image/png, 136k
Titre Fig. 2. Maison hellénistique ; en haut, à droite : la salle de bain
Crédits extrait d’un plan dressé par la Surintendance des Antiquités de Syracuse en dépôt à l’EfR
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 3. Plan partiel du quartier au Sud-Est de l’agora
Légende à gauche, au centre : la salle de bain du bâtiment 41,6 ; en haut, au centre : la salle de bain 41,78.
Crédits extrait d’un plan dressé par la Surintendance des Antiquités de Syracuse en dépôt à l’EfR.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. Vue de la partie Sud-Est de la maison 49,19 ; au centre : la salle de bain
Crédits EfR nég. MHO 748, cliché S. Kostomaroff
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-4.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 5. Vue depuis le Sud de la salle de bain 41,78.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-5.png
Fichier image/png, 6,5M
Crédits EfR nég. MHO 2078, cliché P. Auberson
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-7.png
Fichier image/png, 538k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-8.png
Fichier image/png, 2,5M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-10.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-11.png
Fichier image/png, 829k
Titre Fig. 8. Fragments de piédestaux de loutèria.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 9. Fragment de la vasque d’un loutèrion
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3967/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

Auteur

Aix-Marseille Université, CNRS, CCJ, UMR 7299, 13094, Aix-en-Provence, France.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search