Version classiqueVersion mobile

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Megara Hyblaea et la Sicile

Épicharme ou la richesse de la vie culturelle à Mégara Hyblaea

François Villard

Résumé

The author questions whether or not Epicharmus, a famous personality in fifth century Syracuse, stayed in Megara Hyblaea. According to an ancient tradition, he lived in Megara during his early childhood. But did he settle there long enough to create there (with Phormis) the Dorian comedy? The presence of a site which may have been used for dramatic representations and the discovery of an Archaic mask on the Megarian city ground support this possibility.

Texte intégral

Épicharme « philosophe »

1Dans une récente série d’études sur Les maximes théâtrales en Grèce et à Rome, un chapitre important est consacré à « La maxime chez Épicharme et la naissance de la comédie : problèmes de méthode et pistes de réflexion » (De Crémoux 2011). L’auteur, Anne de Crémoux, souligne à quel point l’œuvre d’Épicharme, que nous ne connaissons malheureusement que sous forme de nombreux fragments, réunis par Kassel et Austin (2001), a fourni une quantité impressionnante de maximes (gnômai) concernant en particulier la vie en société : il est incontestablement l’auteur de sentences comme celles-ci : « La Tranquillité est une femme charmante, et elle vit près de la Tempérance » (fr. 100 K.-A.) ou bien : « C’est l’esprit qui voit, l’esprit qui entend ; le reste est sourd et aveugle » (fr. 214 K.-A.). Dès l’Antiquité, on les a rapprochées de celles de Parménide ou d’Empédocle.

  • 1 Diogène Laërte, III, 13, Vie de Platon. Mais Platon lui-même, dans une œuvre celle-là authentique, (...)

2Cette popularité d’Épicharme comme auteur de maximes a été si grande qu’on les a parfois réunies en une sorte de recueil, dont l’authenticité paraît discutable ; c’est le cas par exemple d’un certain Alcimos dès l’époque hellénistique. Cet auteur lui attribue même toute une série de citations extraites de dialogues, dont il dit qu’ils auraient servi de modèles à Platon1.

  • 2 On notera le ton emphatique de ces vers, où la supériorité d’Épicharme est comparée à celle du Sole (...)

3Cette sagesse d’Épicharme fait qu’on l’a volontiers introduit dans le cercle des philosophes : la preuve en est cette Vie, rédigée par Diogène Laërte (VIII, 3, 78), qui le situe, comme disciple de Pythagore, entre Empédocle et Archytas. Dans cette même Vie, figure l’inscription que portait la statue dédiée après sa mort à celui qui fut l’un des plus illustres habitants de Syracuse ; le troisième vers de cette inscription, qui en comporte quatre, se lit ainsi : « Je dis qu’Épicharme l’emporte autant par la sagesse »2 ; mais rien, dans l’inscription, ne rappelle l’autre face de la personnalité d’Épicharme, ses talents littéraires.

Épicharme à Syracuse

4On sait l’importance qu’a revêtue pour les Syracusains, dans le courant du Ve s., la production théâtrale venue de Grèce ; ainsi l’atteste l’invitation lancée par le tyran Hiéron au plus ancien des auteurs tragiques, Eschyle : non seulement celui-ci représenta à Syracuse certaines de ses œuvres, mais il composa aussi une pièce à sujet sicilien, les Etnéennes, en l’honneur de son hôte, fondateur d’une cité nouvelle, Etna. Et c’est dans cette même Sicile, on le sait, qu’il mourut accidentellement.

  • 3 Traduction de Hardy (J.), dans la CUF.

5Mais, avant le théâtre tragique, la Sicile, et Syracuse en particulier, vit la création de la comédie. C’est ce que rappelle très nettement Aristote dans sa Poétique (1448 a) : « La comédie est revendiquée par les Mégariens, par ceux d’ici, suivant qui elle serait née du temps où ils étaient en démocratie, et par ceux de Sicile : c’est de Sicile en effet que provenait le poète Épicharme, antérieur de beaucoup à Chionidès et à Magnès »3. Plus loin, Aristote rappelle que l’idée de composer des « fables » (mythoi) remonte à Épicharme et à Phormis (Poétique 1449 b) : Chionidès, si l’on en croit la Souda, aurait commencé sa carrière d’auteur de comédies vers 488, ce qui placerait l’invention de la comédie vers le début du Ve s.

  • 4 On trouvera une bibliographie très complète (jusqu’en 2001) sur Épicharme dans Kassel, Austin 2001, (...)
  • 5 Respectivement fr. 76-78 et 31-37 K.-A.
  • 6 C’est le nombre de vers que semble comporter la pièce Pyrrha et Prométhée, d’après un papyrus entie (...)

6On connaît malheureusement assez mal la production de ces ancêtres du théâtre comique, y compris du principal d’entre eux, Épicharme : aucune de ses pièces n’est conservée par la tradition littéraire, mais une importante quantité de fragments ainsi qu’une quarantaine de titres suggèrent un type de productions assez variées4 : tantôt ces titres concernent un personnage unique, tantôt ils évoquent un dialogue entre deux personnages, comme Logos et Logina (La Parole et la Raison), ou L’Espérance et Ploutos5. Mais il y avait aussi des pièces plus ambitieuses évoquant des thèmes mythologiques, autour d’Héraclès ou d’Ulysse notamment, dotées souvent d’un caractère parodique assez marqué. Dans tous les cas, il s’agit de textes assez courts, de 300 à 500 vers environ6.

7Face à cette relative abondance des fragments conservés d’Épicharme, l’œuvre de Phormis – l’auteur qu’Aristote, on l’a vu, lui associe dans l’invention de récits présentés à un public – se réduit aujourd’hui à une huitaine de titres.

8Cependant, l’essentiel pour notre propos n’est pas là, mais bien plutôt dans l’origine sicilienne de ces inventeurs. Mais de quelle Sicile s’agit-il ? Sont-ils de purs auteurs syracusains, comme pourraient le laisser croire les éléments de leur carrière qui nous sont parvenus ? Ou bien ne peut-on envisager qu’ils aient pu commencer leur production théâtrale dans la cité voisine toute proche de Syracuse, Mégara Hyblaea ? C’est en tout cas ce que suggère fortement Aristote, quand il associe la comédie aux Mégariens, ceux de Grèce, comme ceux de Sicile (Poétique 1448 a).

Épicharme à Mégara Hyblaea

9Deux témoignages assez différents semblent attester la présence d’Épicharme à Mégara Hyblaea. Outre le texte déjà cité de la Poétique d’Aristote, qui parle clairement des Mégariens de Sicile, la courte Vie que Diogène Laërte lui consacre comporte un épisode fort curieux : Épicharme en effet serait arrivé de Cos à Mégara Hyblaea à l’âge de trois mois, et aurait été de là transféré à Syracuse (VIII, 3). Mais à quel moment pourrait avoir eu lieu ce transfert ?

10Si l’on ajoute foi à ce récit romanesque, très inhabituel dans l’œuvre de Diogène Laërte, qui d’ordinaire se borne à indiquer la filiation de ses philosophes, il faut admettre que ce bébé de trois mois est forcément venu avec ses parents de Cos, son lieu de naissance, et que ce voyage a dû être rendu nécessaire par des circonstances particulières sans doute dramatiques, qui ont obligé ses parents à venir trouver refuge dans une ville d’Occident. Ils auraient choisi de préférence une cité de langue dorienne, comme Mégara Hyblaea, ce qui était aussi le cas de leur patrie d’origine, Cos.

11Il est difficile d’imaginer un transfert rapide d’Épicharme à Syracuse, si l’on comprend bien ce texte d’Aristote, qui semble associer les Mégariens de Sicile à la création du théâtre comique par Épicharme. Mais combien de temps aurait-il passé à Mégara, ou, en d’autres termes, à quel moment s’est opérée son installation à Syracuse ? De toute façon, au plus tard en 483.

12C’est en effet le moment où Gélon, devenu tyran de Syracuse, détruit la cité voisine, de Mégara, et la dépeuple. Mais on sait, par un texte bien connu d’Hérodote (VII, 156), que Gélon amena à Syracuse les riches qui avaient été les instigateurs de la guerre contre lui : alors que, pour cette raison, ils s’attendaient à périr, il en fit des citoyens ; quant aux gens du peuple, qui n’avaient aucune responsabilité dans cette guerre, et qui s’attendaient à n’avoir rien à souffrir, il les amena aussi à Syracuse, et les vendit pour être exportés hors de Sicile. Il est évident qu’Épicharme, s’il habitait alors à Mégara Hyblaea, a dû subir le sort des premiers, et non pas des seconds.

  • 7 Hérodote IX, 76 : juste après la bataille, une femme fort bien mise (pourvue de bijoux en or et mon (...)

13Ce n’est donc pas dans son plus jeune âge qu’Épicharme a été transféré à Syracuse, mais peut-être déjà pourvu d’une certaine notoriété comme auteur comique. Si l’on suppose qu’il ait eu alors (en 483) une trentaine d’années, ses parents auraient pu émigrer en Sicile autour de 510, moment où les cités grecques de la côte asiatique, mais surtout les îles voisines, commençaient à subir très sérieusement la menace des Perses : celle de Darius qui, en 510, se rend maître de Samos « première contrée grecque dont il se soit emparé » (Hérodote III, 139), mais aussi celle de la fameuse Artémise, alliée des Perses et entre autres reine de Cos, patrie d’Épicharme. Du reste, une anecdote assez curieuse, rapportée par Hérodote au livre IX, atteste que les Perses sont intervenus à Cos de façon brutale, très sensiblement avant 479, date de la bataille de Platées7.

  • 8 Telle est l’impression que donne le fragment 79, certes en partie corrompu, mais riche de comparant (...)

14Épicharme pourrait donc avoir séjourné assez longtemps à Mégara pour y avoir inauguré sa production théâtrale, commençant peut-être par les pièces qui semblent les plus simples, celles où ne figure qu’un seul personnage ; certaines d’entre elles, à en juger du moins par le titre, pourraient avoir une couleur assez locale, comme Le paysan (Agrostinos K.-A. 1), et surtout une Mégarienne (Mégaris, K.-A. 79-81), dont la femme, personnage éponyme, semble dotée d’un corps tout hérissé de pointes8.

15Ces inventeurs du théâtre comique (Épicharme et Phormis) portaient-ils des masques ? Aristote (Poétique 1449 b) avoue honnêtement son ignorance en ce domaine :

  • 9 Nous renvoyons à deux publications assez récentes : FrontisiDucroux 1995 pour l’ensemble de la ques (...)

16« Qui a apporté masques, prologue, nombre des acteurs ou tous les détails de ce genre, on l’ignore. » De fait, il ne pouvait connaître que les masques en usage depuis le début de l’époque classique, et qui correspondaient à des types déterminés de personnage : on les trouve représentés sur des vases peints de cette époque ou présents, en modèle réduit, dans beaucoup de tombes du IVe s., notamment à Lipari9. Avant ces masques « typés », existe-t-il d’autres témoignages archéologiques d’un masque dont les traits seraient en quelque sorte « neutres » ? Il se trouve que, par la chance des découvertes, un tel masque semble avoir existé, dans la Mégara archaïque, celle d’avant 483.

17Au mois d’avril 1970, les fouilles de l’École française de Rome ont en effet permis de découvrir un masque en terre-cuite aux dimensions du visage humain, avec des ouvertures pour les yeux et les narines et une bouche très largement ouverte (fig. 1). La datation de ce masque à l’époque archaïque ne pose aucun problème, puisqu’il est issu de la fouille d’un puits archaïque (numéroté 33,8 dans la dernière publication) que j’ai eu la chance de suivre : au milieu de nombreux débris d’amphores à vin de la fin de l’archaïsme, surtout des amphores de Chios, nous avons eu la surprise de voir apparaître les restes d’un masque, dont nous avons recueilli avec soin tous les morceaux, ce qui a permis de reconstituer le masque dans son intégralité. Ceci laisse à penser que le masque a été jeté dans le puits comme pour s’en défaire, et que sa chute l’a mis en pièces. Quand cela s’est-il produit ? Nécessairement au moment de la destruction de la cité par Gélon, en 483.

Fig. 1. Masque en terre cuite du puits 33,8

Fig. 1. Masque en terre cuite du puits 33,8

(photo Centre Camille Jullian)

  • 10 Frontisi-Ducroux 1995, p. 5 : « Cette face, par sa stylisation, la simplification géométrique de se (...)
  • 11 Frontisi-Ducroux 1995, p. 6. On notera qu’un « théâtre de pierre » est de toute façon inconcevable (...)

18On reste séduit par la beauté de ce masque qui, jusqu’à présent, est un unicum, le seul qui remonte à l’époque archaïque, et par l’évidente finesse de son exécution. Mais on a aussi souligné à juste titre, et parfois avec enthousiasme, l’expressivité de cette face. C’est le cas notamment de Fr. Frontisi-Ducroux10, qui envisage la possibilité qu’il ait servi à des représentations, mais qui, juste après, fait l’observation suivante : « Et l’on ne voit pas pourquoi cette colonie grecque n’aurait pas, comme les cités voisines, célébré Dionysos en se donnant le plaisir du théâtre scénique, même si l’on n’y a pas (encore) trouvé trace d’un théâtre de pierre11 ».

  • 12 Sur ce portique Nord de l’agora, voir Vallet, Villard, Auberson 1983, p. 24-25 et surtout Gras, Tré (...)

19On ne peut que corroborer ce constat. Mais n’existet-il pas, quelque part sur le site, un lieu qui ait pu fonctionner comme la scène d’un « protothéâtre » ? Au nord de la grande agora archaïque, qui est bien connue, et qui offre, à d’éventuels spectateurs, un espace disponible de plus de deux hectares, se place un portique d’environ 22 mètres de long qui barre le passage (fig. 2). Mais, pour donner accès à la rue (D4) qui s’étend vers le Nord, les architectes de la seconde moitié du VIIe s. ont prévu, dans l’axe de cette rue, une ouverture large de 8,15 mètres, soutenue par trois colonnes de bois dont les socles sont conservés12.

Fig. 2. Stoa Nord de l’agora de Mégara Hyblaea

Fig. 2. Stoa Nord de l’agora de Mégara Hyblaea

(Vallet, Villard, Auberson, 1976)

20Ce portique, profond de 5,90 mètres et pourvu d’un sol en galets, a dû servir, étant donné sa situation en bordure de l’agora, à toutes sortes de réunions, notamment de caractère politique. Mais ne peut-on imaginer qu’on ait pu utiliser le passage ouvert sur la rue pour l’entrée et la sortie de personnages visibles des spectateurs présents sur l’agora ? Ajoutons à cela que le puits où a été trouvé le fameux masque est situé au bord de la rue D4, à 25 mètres environ du portique. On peut, laissant libre cours à son imagination, envisager que les premières créations de la comédie sicilienne y aient été représentées, le passage à travers le portique permettant les entrées et les sorties des acteurs (comme cela se produira dans toutes les pièces du théâtre classique), tandis que la rue adjacente aurait pu servir aux éventuels changements de costumes. La stoa de Mégara aurait alors également une fonction théâtrale, sorte de skènè avant la lettre.

21Resterait à s’interroger sur l’origine du masque de Mégara. La qualité de l’œuvre, la finesse de son exécution semblent peu compatibles avec la façon dont l’argile locale est employée par les céramistes ou même les coroplastes ; celle-ci est diversement colorée, mais elle n’est jamais aussi claire, aussi fine, aussi épurée, aussi bien polie en surface. On y retrouverait en revanche volontiers l’excellente technique pratiquée par les céramistes de Corinthe ou du voisinage, non seulement pour les vases peints, mais aussi pour une production d’un type assez particulier qu’on appelle de façon assez conventionnelle « argien monochrome » : elle n’a rien de spécifiquement argien – on pourrait aussi bien penser à la Corinthie elle même, car elle a été abondamment exportée, notamment en Sicile, toujours associée aux vases peints corinthiens. Au reste, une telle origine irait dans le sens de l’histoire du genre comique telle que la présente Aristote, quand il met en parallèle comme inventeurs de la comédie les Mégariens, ceux de Grèce (qui auraient ainsi une certaine antériorité) et ceux de Sicile.

22Cependant, si ce masque vient de Grèce, se pose alors la question de savoir qui aurait bien pu l’apporter en Sicile.

Phormis à Mégara Hyblaea ?

23On sait qu’Aristote associe Phormis à Épicharme dans l’invention des mythoi présentés au public, et que par ailleurs il attribue la création du théâtre comique aux Mégariens, et, parmi eux, ceux de Sicile. Ces deux faits mis bout à bout suggèrent que Phormis à un moment quelconque a résidé à Mégara, venant peut-être de Grèce propre, et apportant avec lui (pourquoi pas ?) ce masque qu’il venait de faire fabriquer.

  • 13 À en croire Pausanias en effet, la jument présente dans ce groupe mettait en rut les chevaux mâles (...)

24Que savons-nous de ce Phormis ? Assez curieusement, ce nom très rare semble porté à la même époque et dans la même cité – Syracuse – par deux personnages : l’un est l’auteur comique, compagnon d’Épicharme, dont la production littéraire a presque entièrement disparu, mais dont la Souda, il est vrai sous le nom de Phormos, fait un familier de Gélon et le précepteur de ses fils ; l’autre occupe lui aussi une position importante dans la Syracuse de Gélon, mais a une réalité historique mieux attestée. En effet, Pausanias, dans sa description d’Olympie (V, 1, 27, 1-4) consacre deux longs passages à un personnage dont l’authenticité n’est pas douteuse, en dépit du caractère romanesque de sa vie : ce Phormis quitte un jour son obscure ville natale (Ménale), pour s’installer en Sicile auprès de Gélon : au service de Gélon, puis de Hiéron son frère ; il se manifeste avec tant d’éclat au cours des campagnes militaires qu’il en tire une prospérité qui lui permet de faire de somptueuses offrandes, notamment à Olympie. Et, de fait, Pausanias reproduit la dédicace qui accompagne l’un des groupes statuaires : « Phormis a fait la dédicace, Arcadien de Ménale, aujourd’hui Syracusain ». Il s’agit d’une offrande coûteuse, œuvre de deux sculpteurs péloponnésiens, chacune représentant un aurige auprès de son cheval ; l’un des deux groupes est resté célèbre pour son réalisme exceptionnel, au point que Pausanias, qui voit quelque chose de magique dans l’effet produit par la jument de bronze, parle du « cheval de Phormis », comme de quelque chose de bien connu13.

  • 14 Voir le commentaire de Jacquemin (A.) – Description de la Grèce. Tome V ; livre V, ad loc. (Pausani (...)
  • 15 Diodore XI, 26 : ce butin extraordinaire permet aux Agrigentins d’effectuer de grands travaux dans (...)
  • 16 Diodore XI, 25.

25Que penser de ces histoires que viennent déjà corroborer les documents archéologiques encore en place, puisque les fondations du monument de Phormis ont été identifiées14 ? Mais il y a plus : la richesse acquise par Phormis auprès des deux tyrans de Syracuse, et que lui valurent ses hauts faits d’armes – sans doute comme cavalier, si l’on en juge par ses offrandes – est peut-être à mettre en rapport avec le butin produit par la guerre contre les Carthaginois. On sait en effet que l’écrasante victoire d’Himère fournit un butin considérable15, et que Gélon, après cette victoire, « honora de présents les cavaliers qui avaient tué Amilcar, et récompensa les autres qui avaient donné des preuves de courage »16. Phormis a bien pu être l’un de ces heureux bénéficiaires.

26Ces deux Phormis présents à Syracuse au même moment sont-ils une seule et même personne ? La question a été depuis longtemps débattue, et il paraît difficile d’apporter un argument décisif en faveur de l’une ou l’autre thèse. Mais on a vu qu’Épicharme, dans sa longue existence syracusaine, s’est transformé en une sorte de moraliste réputé pour sa sagesse ; et rien n’empêche d’imaginer que Phormis, de son côté, ait finalement satisfait son goût pour la carrière des armes, plus glorieuse peut-être, et sûrement plus profitable que celle d’auteur comique.

  • 17 Platon, Lois, 630 a. On trouve peut-être des témoignages de ce séjour en Sicile dans un passage de (...)

27Il ne m’échappe pas que les pages qui précèdent contiennent un certain nombre d’hypothèses. Aussi voudrais-je pour finir revenir à l’essentiel, c’est-à-dire à la richesse de la vie culturelle à Mégara Hyblaea, puisque, aux noms déjà cités, il faudrait encore ajouter celui de l’illustre Mégarien de Grèce qui vint en exil à Mégara Hyblaea, Théognis17 ; et c’est bien cette floraison intellectuelle et les conjectures qu’elle m’a inspirées que je souhaite soumettre à l’esprit critique bien connu d’Henri Tréziny

Bibliographie

Bernabò Brea 1998 : BERNABò BREA (L.) – Le maschere ellenistiche della tragedia greca. Naples, Centre Jean Bérard, 1998.

De Crémoux 2011 : DE CRÉMOUX (A.) – La maxime chez Épicharme et la naissance de la comédie : problèmes de méthode et pistes de réflexion. In : Mauduit (Chr.), Paré-Rey (P.) dir., Les maximes théâtrales en Grèce et à Rome, transferts, réécritures, remplois. Actes du colloque de Lyon, du 11 au 13 juin 2009. Paris, De Boccard, 2011, p. 55-68.

Frontisi-Ducroux 1995 : FRONTISI-DUCROUX (Fr.) – Du masque au visage : aspects de l’identité en Grèce ancienne. Paris, La Découverte Images à l’appui, 1995.

Gras, Tréziny, Broise 2004 : GRAS (M.), TRÉZINY (H.), BROISE (H.) – Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale. Rome, École française de Rome, 2004 (Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, suppléments 1/5).

Kassel, Austin 2001 : KASSEL (R.), AUSTIN (C.) – Poetae comici graeci, I, Comoedia dorica, Mimni, Phylaces. Berlin, W. De Gruyter, 2001.

Moretti 2011 : MORETTI (J.-Ch.) – Théâtre et société dans la Grèce antique. Paris, nouvelle éd., Le Livre de Poche, 2011.

Vallet, Villard, Auberson 1983 : VALLET (G.), VILLARD (Fr.), AUBERSON (P.) – Mégara Hyblaea 3, Guide des fouilles. Rome, École française de Rome, 1983.

Notes

1 Diogène Laërte, III, 13, Vie de Platon. Mais Platon lui-même, dans une œuvre celle-là authentique, Théétète 152e, n’hésite pas à comparer Épicharme à Homère, en les plaçant l’un et l’autre à la cime des deux genres de poésie, la comédie et la tragédie.

2 On notera le ton emphatique de ces vers, où la supériorité d’Épicharme est comparée à celle du Soleil et de l’Océan.

3 Traduction de Hardy (J.), dans la CUF.

4 On trouvera une bibliographie très complète (jusqu’en 2001) sur Épicharme dans Kassel, Austin 2001, p. 16 (la quarantaine de titres ci-dessus mentionnée vient également du recensement de Kassel et Austin). Il convient d’y ajouter des études récentes sur le sujet, à commencer par celle d’Anne de Crémoux citée n. 1, mais aussi un travail encore inédit : une thèse soutenue à Avignon en décembre 2010 par Giantsiou-Watrinet (Ch.) et intitulée Le mime grec antique, dans laquelle figure une étude sur l’apparition et le développement du mime écrit en Sicile.

5 Respectivement fr. 76-78 et 31-37 K.-A.

6 C’est le nombre de vers que semble comporter la pièce Pyrrha et Prométhée, d’après un papyrus entier mais très lacunaire (fr. 113 K.-A, p. 73-93).

7 Hérodote IX, 76 : juste après la bataille, une femme fort bien mise (pourvue de bijoux en or et montée sur un char) se présente à Pausanias et se fait connaître comme une noble femme de Cos, précédemment enlevée par un Perse : l’équipage dans lequel elle se présente suggère qu’elle est, depuis un certain temps déjà, la concubine du Perse qui l’a enlevée à Cos et la retient captive.

8 Telle est l’impression que donne le fragment 79, certes en partie corrompu, mais riche de comparants (cerf, ronce) qui évoquent quelque chose de piquant.

9 Nous renvoyons à deux publications assez récentes : FrontisiDucroux 1995 pour l’ensemble de la question ; et, pour les masques liparotes, voir Bernabò Brea 1998.

10 Frontisi-Ducroux 1995, p. 5 : « Cette face, par sa stylisation, la simplification géométrique de ses traits et sa structure schématique, s’offre à nos yeux comme une épure de visage, intensément tendu vers le contact, la communication et le dialogue, verbal autant que visuel. » L’auteur a du reste placé une excellente reproduction de ce masque en couverture de son livre.

11 Frontisi-Ducroux 1995, p. 6. On notera qu’un « théâtre de pierre » est de toute façon inconcevable dans la Mégara archaïque, puisqu’il n’en existait pas encore dans le monde grec d’Occident : voir Moretti 2011, p. 179, pour qui, au début du IVe s., il n’y avait pas « d’édifices en pierre aptes à recevoir les représentations ».

12 Sur ce portique Nord de l’agora, voir Vallet, Villard, Auberson 1983, p. 24-25 et surtout Gras, Tréziny, Broise, 2004, p. 432-435 et fig. 415, où l’on trouvera les recherches les plus récentes. Le puits au masque (n° 83) y est rapidement analysé, p. 493.

13 À en croire Pausanias en effet, la jument présente dans ce groupe mettait en rut les chevaux mâles qui passaient auprès d’elle.

14 Voir le commentaire de Jacquemin (A.) – Description de la Grèce. Tome V ; livre V, ad loc. (Pausanias, V, 1, 27, 1) dans l’édition de la CUF, 1999.

15 Diodore XI, 26 : ce butin extraordinaire permet aux Agrigentins d’effectuer de grands travaux dans leur ville. Et Diodore parle aussi de 2000 talents d’argent.

16 Diodore XI, 25.

17 Platon, Lois, 630 a. On trouve peut-être des témoignages de ce séjour en Sicile dans un passage de Théognis considéré comme authentique (v. 549-554), qui fait allusion à la menace, proche dans l’espace et le temps, d’une guerre « source de larmes » : les commentateurs ont du mal à situer historiquement à Mégare de Grèce cet épisode d’une guerre avec un très proche voisin. Au contraire, Mégara Hyblaea est topographiquement très proche de cette Syracuse, qui vint la détruire en 483. Cette référence possible à l’histoire sicilienne devrait inciter à la prudence et à ne pas rejeter une œuvre attribuée à Théognis par la Souda, qui s’intitulait Elégie aux Syracusains sauvés pendant le siège.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Masque en terre cuite du puits 33,8
Crédits (photo Centre Camille Jullian)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 2. Stoa Nord de l’agora de Mégara Hyblaea
Crédits (Vallet, Villard, Auberson, 1976)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3937/img-2.png
Fichier image/png, 62k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search