Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Architecture et urbanisme

L’abbé Fourmont, inventeur de Messène

Pierre Moret

Résumé

This paper deals with a collection of documents, some of them unpublished (correspondence, original travel journals, drawings), that shed light on the discovery of the site of the Greek city of Messene by the Abbé Fourmont in 1730. We discuss the problems raised by the low reliability of Fourmont’s successive descriptions. These documents are re-contextualized in the history of the first explorations on the Messene site, in particular regarding the defensive wall and its state of conservation between the 18th and the early 19th century.

Texte intégral

  • 1 C’est la vertu des recueils d’hommages que d’obliger parfois le chercheur à sortir de l’ornière de (...)
  • 2 Pour ne citer que quelques-unes des mentions les plus anciennes : Barthélemy 1788, II, p. 452 ; Pou (...)

1On doit à l’abbé Michel Fourmont d’avoir reconnu le premier le site de Messène, en février 1730, et d’avoir donné la première description de son enceinte fortifiée, l’une des plus belles et des mieux conservées du monde grec1. Mais son nom, quoique régulièrement cité2, n’occupe qu’une toute petite place dans l’historiographie de ce site archéologique. Il y a deux raisons à cet effacement. L’abbé Fourmont n’a consacré que quelques lignes à Messène dans la Relation abrégée qu’il publia en 1733 au retour de son voyage en Grèce, son projet de publication d’un récit plus détaillé n’ayant jamais pu être mené à son terme ; d’autre part, le caractère fantaisiste d’une bonne partie de ses descriptions, s’ajoutant à des accusations de falsification et de vandalisme sur lesquelles je reviendrai, eut tôt fait de détourner de lui l’attention des archéologues.

2Les coups de sonde que j’ai pu donner dans la partie inédite de l’œuvre de cet étrange savant ne font que confirmer ce que la lecture de la Relation abrégée laissait entrevoir : la contribution de Fourmont à la connaissance objective des fortifications et des monuments de Messène est minime. En revanche, les surprenantes contradictions qui existent entre ses premières observations, faites sur le terrain ou peu de temps après son retour en France, et la reconstruction délirante d’une Messène imaginaire qu’il échafauda à la fin de sa vie, sont à livrer au dossier d’une personnalité hors du commun qui mériterait une étude non point d’archéologie, mais, si cela était possible, de psychologie rétrospective.

  • 3 Claude-Louis Fourmont (1703-1780), dit « le gros Fourmont », neveu d’Étienne et de Michel Fourmont. (...)
  • 4 « Pendant que je cherche, que je copie les inscriptions, mon neveu, compagnon de mes voyages, dessi (...)
  • 5 Date connue par des lettres écrites « du mont Ithome proche de l’ancienne Messène » et « du monastè (...)

3Né à Herblay en 1690, mort à Paris en 1746, Michel Fourmont était le frère cadet de l’orientaliste Étienne Fourmont qui l’initia à l’étude du grec et de plusieurs langues orientales. Alors qu’Étienne se consacrait, sur ordre du roi, au déchiffrement des idéogrammes chinois, Michel obtint en 1720 la chaire de syriaque au Collège royal. Versé également dans l’arabe et dans l’éthiopien, il fut admis comme associé à l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres en 1724 (Fréret 1753 ; Omont 1902, p. 433). Le grec était loin d’être la langue qu’il possédait le mieux : ce n’est donc pas comme helléniste, mais pour ses connaissances en syriaque, en hébreu et en arabe qu’il fut attaché à la mission en Orient que le comte de Maurepas confia à la fin de 1728 à l’abbé Sevin (Omont 1902, p. 409). Il s’agissait de se rendre à Constantinople et dans le Levant pour y faire moisson de manuscrits anciens. Pendant que Sevin menait ses recherches à Constantinople, Fourmont parcourut l’Attique et la Morée pendant près d’un an et demi, de février 1729 à juin 1730 ; déçu par le petit nombre et le faible intérêt des manuscrits qu’il dénichait à grand peine dans les monastères orthodoxes, il ne tarda pas à abandonner leur recherche et se rabattit sur les inscriptions grecques qu’il tâcha de se procu rer par tous les moyens possibles, y compris la fouille, sur de nombreux sites grecs : Athènes, Éleusis, Sparte, Amyclées, Argos, Trézène, Messène… Il était accompagné dans ses expéditions par son neveu, Claude-Louis Fourmont3, en qualité de dessinateur et de cartographe4. La durée exacte de son séjour à Messène, autour du 21 février 17305, n’est pas connue. Elle fut probablement beaucoup plus courte qu’à Nauplie (19 jours) ou à Sparte (plus d’un mois). Rentré en France en 1730, il mourut quinze ans après, à 55 ans, sans avoir pu mener à bien la publication du récit de son voyage et des centaines d’inscriptions qu’il avait copiées.

4Les informations aujourd’hui disponibles sur le séjour de Fourmont à Messène sont contenues dans quatre documents : une lettre à Maurepas, en partie inédite, écrite le 21 février 1730 ; la relation abrégée publiée en 1733 ; un récit manuscrit plus développé, inédit en ce qui concerne Messène, rédigé semble-t-il par son neveu à une date ultérieure ; enfin, une vue cavalière du site de Messène reliée dans le même volume que le récit de Claude-Louis Fourmont, mais qui n’est ni mentionnée ni commentée dans ce dernier. Je les présenterai dans cet ordre.

La lettre à Maurepas

  • 6 Bibliothèque nationale, ms. Supplément grec 295, fol. 9-10 v° (non consulté) ; Omont 1902, p. 602-6 (...)

5Une des trois lettres écrites par Fourmont lorsqu’il fit halte au couvent de Vourcano, à proximité immédiate du site de Messène, contient une description des restes de la ville antique. Adressée au comte de Maurepas en date du 21 février 1730, elle a été publiée par Henri Omont dans une relation détaillée de la mission Sevin-Fourmont qui s’appuie pour l’essentiel sur la correspondance reçue et envoyée par ces deux savants6. On y lit cette phrase (Omont 1902, p. 604) :

« Je suis icy sur le mont Ithomé un peu malade des fatigues précédentes ; au dessous de nous, et dans l’enfoncement que forment et cette montagne et d’autres, est l’ancienne Messène. Ses murs dont Pausanias ne parle qu’avec une espèce de surprise, subsistent encore en partie, mais le prodigieux nombre d’habitans qu’ils renfermoient ne s’y voit plus. Il y a seulement 26 petites cases de bois entrelassez et couvertes de terre. »

  • 7 Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825), géographe, élève de Barthélémy et de d’Anville, spécialist (...)
  • 8 On sait par un récépissé conservé dans les archives du département des Manuscrits de la Bibliothèqu (...)
  • 9 Copie conservée dans la liasse C du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum. La vérification sur l’ori (...)

6Telle qu’elle est reproduite par Omont, la lettre paraît complète à l’exception de la formule de politesse finale. Il y manque en réalité un passage sur l’enceinte et l’urbanisme de Messène dont j’ai découvert l’existence par hasard dans un document méconnu, le manuscrit 230 de la Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle qui rassemble des copies d’un grand nombre de papiers de Michel Fourmont relatifs à son voyage en Grèce : notes, inventaires, lettres, dessins. Ces copies ont été réalisées par Barbié du Bocage7 entre 1794 et 17978, en vue d’une publication qui ne vit jamais le jour. Celle de la lettre à Maurepas du 21 février 1730 contient notamment cette phrase, omise par Omont9 :

« De l’occident où l’on voit encore la porte qui menait à Leontari ou Megalopolis, dont parle Pausanias, jusqu’au midi où on ne voit plus que les fondemens des murs, il y a bien ¾ de lieue. (…) Le théâtre qui subsiste encore en partie n’est nullement comparable à d’autres que j’ai vus dans la Morée. Ce n’est qu’un colifichet en comparaison de ceux de Tiryns, de Phlius, d’Hermione et de Trézène. On voit bien que ce sont des pauvres gens revenus d’un long exil qui l’ont fait. »

  • 10 Modestie qu’il attribue curieusement au dénuement supposé des Messéniens exilés qui fondèrent la vi (...)

7Quoique brefs, ces éléments de description appellent plusieurs commentaires. Fourmont écrit du couvent de Vourcano (ou Voulcano), situé sur le versant Nord-Est du mont Évan, à l’Est du site de Messène, non loin de la porte de Laconie de l’enceinte grecque (fig. 1). Dans son esprit il s’agit du même ensemble montagneux, c’est pourquoi il dit se trouver « sur le mont Ithomé ». Comme tous les voyageurs qui lui succèderont, Fourmont a été impressionné par une enceinte dont les vestiges ne déçoivent pas le lecteur de Pausanias. Le caractère monumental de cette vaste fortification rend d’autant plus frappante, comme d’autres le relèveront après lui, la pauvreté du hameau de Mavromati dont les « cases » de torchis étaient regroupées au milieu du site autour de la source Clepsydre. Un seul monument du centre urbain retient son attention : le théâtre, dont il souligne la petite taille et la modeste apparence10.

  • 11 Ce sera encore le nom employé par Blouet et al. (1831, p. 24). Pausanias parle de « la porte d’Arca (...)

8Fourmont est un peu plus disert sur l’enceinte, distinguant les parties bien conservées, au Nord et au Nord-Ouest du site (dans ses termes : à l’occident), autour de la porte d’Arcadie qu’il nomme de Mégalopolis comme dans la relation de 173311, et les parties méridionales dont on ne voyait que les fondations. Il évalue ici à trois quarts de lieue, soit environ trois kilomètres, la longueur de la portion d’enceinte la mieux conservée. Si l’on s’en remet à l’état actuel de l’enceinte, la muraille n’est réellement bien conservée que sur une longueur de 1,3 km dans le secteur Nord-Ouest (fig. 1), soit moins de la moitié du chiffre avancé par Fourmont.

Le récit de la Relation abrégée12

  • 12 Fourmont 1733, p. 355.

« De Nisy, il prit le chemin qui conduit àAndroussa, et aux monastères de Samari et d’Andromonastiri. Il apprend dans ce dernier qu’il y avait autrefois, dans les montagnes qui en sont proches, une ville que l’on nommait Mavromatia, les beaux yeux, ou la Belle ; il y alla, et à la vue de ses murailles et de son étendue, à la vue des monceaux du marbre le plus beau, il fit fouiller, et les inscriptions qu’il trouva ne lui permirent pas de douter que ce ne fût l’ancienne Messène.

« Cette ville, à ce que l’on en voit, a été la plus grande du Péloponnèse. Ses murailles, ouvrages d’Épaminondas ont fait l’étonnement de Pausanias ; cet auteur les compare à celles de l’ancien Byzantium, de Rhodes et de Babylone : il en reste encore 38 tours dans leur entier. M. Fourmont suivit pendant une heure de chemin la partie de ces murailles qui comprenait la moitié du mont Ithôme, et d’une autre montagne qui lui est opposée à l’orient. Il trouva ensuite la porte de Mégalopolis avec des inscriptions qui la désignaient. Au-delà de cette partie, sont les 38 tours en question, éloignées les unes des autres de 150 pas, ce qui forme une enceinte de cinq quarts de lieue au Nord de la ville. La muraille s’étendait encore davantage à l’occident et au midi dans des vallons où l’on voit les débris du stadium, de beaucoup de temples, et d’autres édifices publics.

« Il resta quelque temps dans le monastère de Vulcano situé sur la pointe du mont Ithomé : il sortit de Vulcano pour aller à Calamata. »

9Rédigée très certainement après le retour en France des Fourmont, cette description complète la lettre à Maurepas, tout en en modifiant la tonalité. En 1730, la première impression de Michel Fourmont n’était enthousiaste qu’à l’égard de l’enceinte, et il passait presque entièrement sous silence un centre monumental qui l’avait tant déçu qu’il l’avait jugé bâti par de « pauvres gens » ; trois ans plus tard, le tableau se pare avantageusement « des monceaux du marbre le plus beau » et de « beaucoup de temples ». Mais tout cela reste vague, et seul le stade est identifié.

  • 13 Copie conservée dans la liasse C du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum. Y figurent les salaires j (...)
  • 14 Le pluriel de Fourmont est emphatique : la porte d’Arcadie ne porte qu’une seule inscription, d’ail (...)

10On note ensuite que Fourmont dit avoir fait fouiller à Messène. Je n’ai pas trouvé trace des dépenses afférentes à ces fouilles dans la copie faite par Barbié du Bocage d’un « État des recettes et dépenses faites pendant le voyage de Grèce de la main de Fourmont l’oncle »13. Non qu’il faille mettre en doute cette affirmation. Mais il est probable que si fouilles il y eut, elles furent de bien moins grande ampleur qu’à Nauplie, Argos ou Sparte. Preuve en est le très petit nombre d’inscriptions que Fourmont a copiées à Messène, en comparaison de ses moissons d’Argolide et de Laconie (cf. Boeckh 1828 ; Le Bas 1835 et 1836). Et il n’était pas besoin de fouiller pour trouver l’inscription qu’il dit avoir lue sur le mur de la porte de Mégalopolis14 : elle était bien visible sur la face de la corniche qui couronne une des deux niches de l’intérieur de la cour circulaire.

  • 15 Il s’agit du mont Évan.
  • 16 Cf. Müth 2007, pl. hors texte, et informations complémentaires aimablement fournies par Silke Müth. (...)

11Le circuit de l’enceinte est décrit un peu plus précisément qu’en 1730, mais pas de façon plus exacte : prétendre que la muraille « comprenait la moitié du mont Ithomé et d’une autre montagne qui lui est opposée à l’orient »15 n’est pas conforme à la réalité. L’Ithôme était bien inclus dans le circuit fortifié, mais ce n’était pas le cas de l’Évan (fig. 1). Autre précision, souvent reproduite depuis lors car c’est le seul élément chiffré, apparemment objectif, que comporte la description de Fourmont : « 38 tours dans leur entier » se succèdent à l’Ouest de la porte d’Arcadie, « éloignées les unes des autres de 150 pas, ce qui forme une enceinte de cinq quarts de lieue au Nord de la ville ». Notons en passant une première contradiction (le manuscrit de Claude-Louis Fourmont nous en livrera d’autres) : les trois quarts de lieue de la lettre de 1730 sont devenus cinq, soit 5 km environ. Des souvenirs sans doute de moins en moins précis font insensiblement passer Fourmont dans le registre de l’hyperbole. On est en effet loin de la réalité, puisque le périmètre complet de l’enceinte est d’environ 8,8 km16, et que si l’on retire les parties escarpées de l’Ithôme où la courtine s’interrompait, on obtient un développement des murailles qui n’excédait pas 7,7 km, y compris tous les secteurs du Sud et de l’Est que Fourmont n’inclut pas dans son calcul.

Fig. 1. Plan schématique du site de Messène.

Fig. 1. Plan schématique du site de Messène.

Fond de carte d’après Müth 2007, plan h.t. (modifié). Sont représentés les principaux vestiges archéologiques qui étaient visibles avant les fouilles au début du XIXe s.

d’après Blouet et al. 1831, pl. 22. Les croix signalent des chapelles indiquées sur le plan de Blouet.

12Reste le nombre de 38 tours. Le calcul de Fourmont semble irréprochable : si cinq quarts de lieue peuvent être ramenés à 5 km, et si 150 pas peuvent correspondre à 130 m, on arrive bien à 38. Il est d’ailleurs fort possible que ce soit ainsi – sur le papier – que Fourmont ait trouvé ce nombre de tours, car la réalité du terrain est toute autre. Revenons sur ce que nous savons du tracé de l’enceinte : 7,7 km en continu. Dans la partie bien conservée du secteur Nord et Nord-Ouest, huit intervalles peuvent être mesurées entre les tours les mieux conservées. La distance moyenne (à l’entraxe des tours) est de 98 m. Extrapolé à l’ensemble du circuit, ce chiffre laisse supposer l’existence, à l’origine, d’un nombre de tours compris entre 75 et 80. Fourmont en aurait vu debout la moitié, parfaitement conservées : c’est tout à fait improbable.

  • 17 Blouet et al. 1831, pl. 22 : 33 tours présentées comme sûres et 14 tours hypothétiques, représentée (...)
  • 18 Mes observations déjà anciennes (Moret 1983, p. 147-151) seront certainement corrigées par les résu (...)

13Certes, la plupart des études publiées au XIXe s., et quelques-unes plus récentes, semblent étayer le témoignage de Fourmont, en faisant état d’un nombre de tours qui se rapproche de son estimation17. Mais un examen attentif montre que les chiffres que l’on trouve dans cette littérature trahissent une surévaluation constante, due à une confusion entre les tours attestées sur le terrain et les tours placées hypothétiquement sur le tracé de l’enceinte dans les plans de Blouet, Leake ou Bory. Dans les faits, une petite vingtaine de tours sont aujourd’hui repérables, parmi lesquelles 9 seulement sont bien ou assez bien conservées18.

  • 19 C’est par exemple l’opinion avancée par J.-P. Adam (1982, p. 174).
  • 20 En 1829, la population de Mavromati n’était encore que de « 140 et quelques habitants » (Bory de Sa (...)
  • 21 Chateaubriand passa en vue de l’Ithôme le 12 août 1806, mais il ne visita pas le site de Messène. E (...)
  • 22 Service historique de la Défense (Vincennes), Anonyme (« officier d’état-major français »), 1829, m (...)

14On pourrait objecter que des observations anciennes, faisant état d’un nombre de tours en bon état de conservation très supérieur à celui que nous connaissons, peuvent s’expliquer par la dégradation accélérée du site dans ses parties les moins escarpées, du fait de nouvelles mises en culture19. À cela deux réponses. La première, c’est que la pression démographique est restée faible dans ce secteur de la Messénie, au moins jusqu’au milieu du XIXe s.20. La seconde, c’est que ces prétendues observations sont contredites par deux témoignages contemporains méconnus qui restituent une image du site très semblable à celle du début du XXe s. En 1806, un certain Vial apprenait à Chateaubriand que l’enceinte de Messène possédait neuf tours bien conservées21, et c’est précisément le total auquel on parvient aujourd’hui. En 1829, un officier d’état-major français anonyme, attaché à l’expédition de la Commission scientifique de Morée, dessina un plan de Messène resté inédit22, beaucoup moins détaillé que ceux de Blouet (1831, pl. 22) et de Bory de Saint-Vincent (1832, pl. 4). Schématique et erroné sur certains points, ce plan donne en revanche une vision d’ensemble plus fidèle de l’état de conservation global de l’enceinte (fig. 2). Il ne fait apparaître en tout et pour tout que 18 tours, dont 9 sur les fronts Nord et Ouest. Il peut difficilement s’agir d’une coïncidence.

Fig. 2. Plan de Messène par un officier d’état-major français anonyme, 1829

Fig. 2. Plan de Messène par un officier d’état-major français anonyme, 1829

Service historique de la Défense, ms. R.18.C.3.38 (détail)

  • 23 Le Bas (1845, p. 422) avait déjà souligné le rôle des roches tendres dans la perte du secteur mérid (...)

15La ruine des parties Sud-Ouest, Sud et Sud-Est de l’enceinte est certainement antérieure au voyage de Fourmont et doit être imputée, pour une large part, à des motifs lithologiques (Ktenas 1908 ; Negris 1906). Sur les pentes de l’Ithôme et dans la partie Nord-Ouest de l’enceinte, la construction fait appel aux calcaires lithographiques très résistants de l’Ithôme, gages d’une excellente conservation des structures bâties. À l’Ouest apparaissent dans les appareils de l’enceinte des calcaires plus fragiles, de teinte grise ou jaunâtre, qui proviennent de la série triassique. Enfin, la ruine généralisée du secteur méridional trahit l’emploi de grès et de tufs peu homogènes23. La Messène aux 38 tours entières n’a sans doute existé, du moins au XVIIIe s., que dans l’imagination de l’abbé Fourmont.

La description du manuscrit n.a.fr. 1892

16L’unique exemplaire manuscrit de cette relation est un épais volume, petit in-quarto (23 x 20 cm), relié en cartonnage d’époque couvert d’un papier bleu à mille fleurs, passablement usé. Il porte au dos une étiquette ronde de la BnF avec sa cote actuelle : « n.a.fr. 1892 ». Ce manuscrit se compose de 463 feuillets tous du même papier, numérotés au recto à l’encre rouge. Au recto du premier feuillet se lit un titre d’une main différente, sans doute postérieur à la rédaction du manuscrit : Voyage en Grèce par l’abbé Fourmont, et en bas à gauche sa cote ancienne : 1374. Le titre original se trouve à la page 1 : Voyage fait en Grèce par les ordres du Roi et sous les auspices du comte de Maurepas, Pendant les années 1729 et 30.

  • 24 Barbié du Bocage, entre 1794 et 1797 (voir infra, note 29) ; Omont 1899, p. 301 ; Omont 1902, p. 66 (...)
  • 25 On peut noter à ce sujet qu’il existe, parmi les papiers laissés par l’abbé Fourmont après sa mort, (...)
  • 26 BnF, ms. suppl. grec 855, f° 322 : Mémoire des manuscripts que le sieur Fourmont le neveu a mis au (...)
  • 27 La disgrâce de Maurepas, relevé de sa charge de ministre de la Marine en 1749, est antérieure au re (...)

17Le nom de l’auteur ne figure nulle part dans le volume, mais le catalogue de la BnF l’a enregistré sous les noms des « abbés Étienne et Claude-Louis Fourmont » (Omont 1899, p. 301). La mention d’Étienne Fourmont est évidemment erronée, mais plusieurs sources s’accordent à attribuer ce manuscrit à Claude-Louis Fourmont, neveu de l’abbé Michel Fourmont24. Cette attribution, qu’il n’y a pas de raison de mettre en doute, peut conduire à penser que sa rédaction est postérieure au décès de Michel Fourmont en février 1746, sans permettre cependant de présenter Claude-Louis comme son unique auteur : il peut aussi bien s’agir d’un texte copié – avec beaucoup de négligence, on le verra – sur un original perdu de la main de Michel25, ou d’une synthèse malhabile des notes de ce dernier. Quoi qu’il en soit, ce volume faisait certainement partie d’un ensemble de pièces réunies par Claude-Louis Fourmont à la demande expresse du comte de Maurepas, très probablement après le décès de son oncle, comme en témoigne un mémoire publié par Henri Omont26. Fin 1746, Claude-Louis Fourmont partait pour l’Egypte où il résida pendant les quatre années suivantes (Fourmont 1755). C’est donc dans l’intervalle de quelques mois qui sépare la mort de Michel Fourmont du départ de son neveu qu’il paraît possible de placer la mise en forme de ce manuscrit27.

  • 28 Pouqueville 1827, t. VI, p. 31, note 2.
  • 29 Sous la lettre F du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum, « Extrait d’un volume in 4° manuscrit, co (...)
  • 30 Donaldson 1830, p. 20, note 1. Tout en citant sa cote ancienne, 1374, qui est encore aujourd’hui vi (...)
  • 31 Omont 1902, p. 661, n. 1 : « On ne peut voir le texte du Voyage en Grèce de Michel Fourmont que dan (...)
  • 32 Legrand 1905.
  • 33 Malakis 1946, p. xxi et 119, n. 164.

18Il est surprenant qu’un manuscrit déjà présent dans les collections nationales au début du XIXe s. (et s’y trouvant sans doute alors depuis plus d’un demi-siècle), soit aujourd’hui catalogué parmi les nouvelles acquisitions du fonds français. Il a été cité à plusieurs reprises : par Pouqueville peut-être lorsque cet auteur fait allusion au plan de Messène « qui se trouve dans son manuscrit déposé au cabinet des Ms. de la bibliothèque du roi »28, par Barbié qui en fait l’abrégé dans son recueil de copies des papiers de Fourmont29, par Donaldson qui l’avait consulté avant 183030, par Omont31, par Legrand qui reproduit la description de Trézène32 et par Malakis33.

19Avant de reproduire les pages (inédites à ma connaissance) qui concernent Messène, quelques précisions sont nécessaires, touchant les caractéristiques matérielles du texte et son établissement. Le texte de la relation ne commence qu’au f° 32 ; les feuillets 4 à 31 sont vierges. Les feuillets portent à partir du trente-deuxième une seconde numérotation, à l’encre noire, apparemment contemporaine de la rédaction (alors que la numérotation en rouge date de la reliure), par pages et non plus par feuillets, la page 1 correspondant au f° 32 recto. On compte 607 pages écrites recto verso ; dans le courant du texte s’intercalent un nombre assez important de cartes, de plans, de vues et de dessins coloriés ; il s’en trouve d’autres reliés à la suite du récit, en fin de volume ; toutes ces illustrations sont numérotées normalement en rouge et occupent toujours le seul recto des feuillets. Elles ont le format du volume à l’exception du f° 170 qui est une grande carte sur vélin, pliée en quatre, représentant le Péloponnèse dans son ensemble. Messène y est figurée par une petite ruine stylisée, au pied d’une montagne également stylisée que surmonte un temple, avec la légende « Hithome M. ». La description de Messène occupe les pages 575 à 596. S’y rapportent deux plans placés à la fin de volume : l’un représentant la vallée du Pamisos, intitulé Plaine de Nisy et ses environs, au f° 453 ; l’autre, f° 454, est un Plan des débris de la ville de Messène.

  • 34 On reconnaît deux mains différentes dans la rédaction des pages qui nous intéressent ; jusqu’à la p (...)

20Le style, et plus encore l’orthographe sont extrêmement négligés dans la plus grande partie du manuscrit34. J’ai pris le parti de corriger, d’harmoni ser et de moderniser l’orthographe, en ne signalant que les obscurités et les lectures difficiles. Seuls les noms propres sont reproduits tels quels. Toutes les notes en bas de page sont de l’éditeur. Les crochets obliques indiquent des mots restitués, là où j’ai cru constater une omission ; les crochets droits signalent des corrections que je propose lorsqu’il m’a paru que le texte contenait un lapsus calami, la leçon du manuscrit étant alors donnée en note. La ponctuation est inexistante ou quasi sous la plume du premier copiste (une ou deux virgules par page !) : je l’ai systématiquement restituée et modernisée, tout en créant des alinéas qui manquent complètement dans le manuscrit. Les numéros placés entre crochets droits correspondent à la pagination à l’encre noire du manuscrit.

21[p. 573] « (…) M. l’évêque d’Androussa (…) avait visité son diocèse plusieurs fois pour se faire payer les 22 sols que chaque âme lui doit, et dans ses visites il n’avait pas oublié de remarquer les villes ruinées de sa province ; aucune ne lui parut plus digne de nos recherches que Mavromitia, et sur son témoignage nous crûmes qu’il était de notre devoir de la visiter (…) ».

  • 35 Épaminondas.
  • 36 La comparaison renvoie à Andania, l’ancienne capitale Messéniens, d’après les lignes qui précèdent.

[p. 575] « (…) Messène, commencée à bâtir par les ordres d’Épaminondas. Je dis commencée à bâtir, parce qu’il faut supposer que vraisemblablement [p. 576] il a fallu plus de temps qu’il n’a vécu depuis qu’il a rétabli les Messéniens pour la mettre en <l’> état qu’il paraît qu’elle a été par les restes qu’on en voit encore aujourd’hui (…) » [p. 576] « (…) Il35 voulut que sa capitale fût à l’abri de tout. L’Ithomé lui parut plus propre pour cela36 non seulement pour sa hauteur plus grande qu’aucune montagne des environs, mais à cause qu’il était muni du mont Eva qui lui servait [p. 577] comme de murailles, <et> qu’il s’y trouvait une fontaine nommée Clepsydra, si abondante que je ne me souviens pas d’en avoir vu une pareille, car celle de Kiffissa dans l’Attique ne lui est pas comparable.

  • 37 Mot illisible.

22« Cette ville, quoique exposée au midi, n’en est pas moins saine : la hauteur de son terrain devait l’exempter des extrêmes chaleurs qu’Andania avait du ressentir et il ne s’y trouve que peu de …37. Toutes ces raisons, et peut-être bien d’autres encore plus sages, lui firent choisir ce terrain, et on peut dire que les Messéniens ont rempli les vues de ce grand homme.

  • 38 On compte effectivement 2 km en ligne droite de la porte d’Arcadie à la porte Sud-Est, et à peu prè (...)

23« Leur ville se trouva fortifiée non seulement par l’Ithomé et l’Eva du côté du septentrion ; ils y construisirent encore des murailles d’une épaisseur et d’une hauteur <telles> que le laps de temps, la fureur des guerres des chrétiens entre eux et l’appréhension des Turcs n’a (sic) [p. 578] pu détruire entièrement cette ville qui contient une grande demie-lieue38.

  • 39 Cette forme prétendument triangulaire ne correspond à aucun des deux plans tracés par Claude-Louis (...)

24« La ville, qui s’étendait à l’occident et à l’orient, en s’élargissant jusqu’au midi à une distance encore plus grande, formait une espèce de triangle39 renfermé de murailles plus solides que celles qui étaient sur l’Ithomé ; en sorte qu’en considérant les tours dont ces murailles étaient accompagnées de cent en cent pas, et que le tout est du plus beau marbre, on peut s’assurer que peu de villes étaient comparables à la Messène d’Épaminondas, et qu’il a tout lieu de s’étonner qu’un peuple nouvellement de retour d’un long exil, encore peu assuré du succès de son État qui ne possédait pas un pays deux fois grand comme le Vexin, ait pu faire une dépense aussi immense que Pausanias les a comparées à celles d’Ambrisos, de Byzance [p. 579] et de Rhodes.

25« 24 de ces tours, à l’occident, subsistent encore dans leur entier, et la porte qui conduisait à Mégalopolis est encore comme du temps de Pausanias ; des niches où il y a vu les figures de quelques divinités s’y voient et l’on y lit les inscriptions auxquelles il fait allusion dans sa narration. Lisez la description que Pausanias fait des cérémonies qui s’observent lorsque Épaminondas jeta les fondements de ces murailles.

26« Les Messéniens ne furent pas seulement curieux d’entourer leur ville de murailles aussi superbes, ils voulurent que les bâtiments qu’elles renfermaient ne <le> fussent pas moins. À la vue de leurs débris, on est encore plus étonné que l’on ait porté dans un lieu aussi élevé, et d’un accès très difficile de tous les côtés, une aussi prodigieuse quantité de marbre de toute espèce ; car ce n’était pas seulement les bâtiments publics qui en [p. 580] étaient construits : les maisons des particuliers n’étaient pas d’une autre espèce de pierre. Je ne crois pas qu’il se trouve dans le monde entier un lieu où l’on en ait fait tant de dépense.

27« Pour nous reconnaître plus aisément dans ces débris, nous nous transportâmes d’abord à la fontaine Clepsydra. Elle est a mi-côte de l’Ithomé ; elle sort d’un rocher noir formant une cascade de 32 pieds de haut qui produit un bruit épouvantable. Les Messéniens l’avaient ornée de colonnes de jaspe qui sont encore sur pied. Ils avaient intercepté une partie des eaux au milieu de cette cascade, de l’un et de l’autre côté, pour en fournir aux lieux hauts de la ville ; et ce qui en restait pour couler dans les lieux bas était reçu dans un canal dans lequel ils avaient ménagé des digues, de distance en distance et par étages, d’où partaient d’autres canaux pour en fournir tous les autres [p. 581] quartiers de la ville.

  • 40 Un groupe nominal a été oublié à cette place ; la restitution que je propose n’offre aucune certitu (...)
  • 41 Texte : « ses ».
  • 42 Je n’ai pas cru devoir corriger ce dernier membre de la phrase dont on pourrait difficilement justi (...)
  • 43 Cette orientation est impossible dans la mesure où Fourmont lui-même place la porte d’Arcadie ou de (...)

28« Après avoir considéré la disposition du terrain, nous <ne> nous imaginâmes pas que le marché eût été placé plus bas dans la ville, les places publiques des Grecs n’ayant jamais été dans des endroits qu’on aurait peine à apercevoir ; ils y élevaient les statues des dieux tutélaires de leur ville ; <des temples>40 consacrés à [ces]41 mêmes dieux y étaient construits ou assez proches42. Ainsi nous crûmes que pour trouver ce marché il fallait que nous suivissions l’un ou l’autre aqueduc qui interceptait l’eau au milieu de la cascade. Celui qui en part pour aller à l’orient de la ville ne pouvait pas nous y conduire : il y a deux collines, comme des racines de l’Ithomé, qui n’en font pas un terrain propre à faire la place publique d’une ville comme Messène ; nous suivîmes donc l’autre, en allant de l’occident vers la porte de Mégalopolis43, et nous trouvâmes cette place.

  • 44 Il faut sans doute comprendre : le choix des marbres pour la construction de chaque colonne, d’une (...)

29« C’est un carré oblong de 600 pas de [p. 582] long sur 400 de large. Sa longueur est de l’orient à l’occident. Quatre rues y aboutissaient ; elle paraît avoir été ornée de bâtiments très spacieux au midi et au septentrion. Le coin des rues qui y venaient de l’occident et de l’orient paraissent (sic) avoir été occupées (sic) par d’autres, mais avec un intervalle sans bâtiments entre eux et ceux du midi et du septentrion. Ils devaient être les uns et les autres d’une grande magnificence, car les fondements ne sont que de marbre ; ceux du midi et du septentrion étaient construits de marbre blanc entremêlé de marbre tacheté ; ceux de l’occident et de l’orient l’étaient de marbre noir entrelacé de marbre blanc qui nous parut semblable à celui de Paros. Nous en jugeâmes ainsi par ce qui en reste sur pied et par la plus ou moins grande quantité de ces différentes espèces de marbre que l’on voit étendue sur le terrain [p. 583]. Des péristyles relevaient encore la beauté de ces bâtiments et le choix des marbres pour ces colonnes et pour les placer44 en achevait l’ornement car des colonnes de jaspe, de marbre rayé, de marbre piqueté formaient ceux du midi et du septentrion, et celles des bâtiments de l’Ouest et de l’occident étant blanches, la vue devait être extrêmement satisfaite.

  • 45 Texte : « qu’ils ».
  • 46 Ce pronom relatif restera en suspens. Mais nous avons préféré conserver l’anacoluthe plutôt que de (...)

30« Nous ne trouvâmes rien qui pût nous indiquer la hauteur de ces bâtiments dans leur total. Une seule colonne entière de 22 pieds de fût et de l’ordre dorique peut la faire soupçonner, car cette colonne, accompagnée de sa base, de son chapiteau et d’autres ornements qui accompagnent ordinairement cet ordre, peuvent (sic) déterminer à peu près cette hauteur. En supposant que rien n’excédait au-dessus de ces bâtiments [qui]45 n’étaient que pour l’ornement de la place, 35 ou 40 pieds [p. 584] sont tout ce qu’ils pouvaient avoir de haut. Cela ne fait pas des bâtiments colossaux ; on en voit rarement dans la Grèce : une grande régularité dans le dessin, une proportion parfaitement gardée était le goût en général des Grecs qui46, n’habitant pas un pays qui leur permette de faire des bâtiments plus hauts (les tremblements de terre y sont fréquents), le marbre, la pierre dont ils se servaient plus volontiers pour construire leurs bâtiments, se liant peu sans l’aide des crampons de fer, il n’était pas sûr pour eux de se promener sous des péristyles plus exhaussés. D’ailleurs, ces péristyles étant destinés pour les promenades publiques, s’ils les avaient faits plus hauts, ils n’auraient en dessous que peu ou point d’ombre, ce que dans un pays aussi chaud on doit observer et rechercher surtout.

  • 47 Il s’agit des Messéniens.

31« Pausanias a vu dans cette place une statue de Jupiter Sauveur : on peut penser qu’elle y fut érigée, et sous ce nom, [p. 585] pour marquer d’une manière plus distinguée la protection particulière de ce dieu pour leur47 retour dans leur patrie après environ trois cents ans d’exil, car auparavant ils ne lui donnaient que le nom de Jupiter Ithomate ; c’est sous ce dernier nom qu’ils lui firent des sacrifices lors de la conservation (sic) de leur ville par Épaminondas, dans laquelle ils en firent aussi à Castor et à Pollux, qu’ils croient Messéniens et dont ils avaient placé les statues dans le temple de Cérès qui était chez eux en grande vénération.

  • 48 Ces deux derniers mots sont d’une lecture très difficile : je les donne sous toute réserve, d’autan (...)
  • 49 Texte : « a souffert ».
  • 50 L’adjectif manque.

32« Proche de là, selon Pausanias, que nous suivons, il y avait deux temples, l’un dédié à Neptune, l’autre à Vénus. Une église d’Agios Christophoros, qui est située au bout de l’aqueduc qui conduisait de l’eau de la fontaine Clepsydra vers le marché, me parut être48 la place, d’où saint Christophe [p. 586] apparut aux Grecs avec quelque chose de ressemblant à Neptune. Cela n’est pas aisé à deviner, à moins qu’ils n’aient pensé que saint Christophe, [ayant]49 souffert beaucoup de persécutions que l’écriture nous désigne sous le nom de grandes eaux, était le saint le plus propre à placer à l’endroit où Neptune, le dieu des ondes ou les ondes mêmes, avait un temple chez les païens. Quoi qu’il en soit ce temple était petit, mais bâti du plus <beau>50 marbre blanc ; les Grecs, pour en faire une église, en ont abattu la muraille pour la faire en demi-cercle pour y placer l’autel.

  • 51 Un mot manque ici ; peut-être « petits », d’après la fin de la phrase.

33« Celui de Vénus était, comme partout ailleurs dans la Grèce, des plus aisés à découvrir. Les temples de cette déesse sont toujours bâtis ou de marbre noir non poli, ou de pierres ordinaires [p. 587] du pays sur lesquelles le ciseau n’a point passé. On ne les trouve que par ces signes, et ils sont les plus <… >51 de tous (il y a des sacellums qui sont beaucoup plus grands). Un monceau de marbre noir non poli qui n’est qu’à 20 pas à l’orient de celui de Neptune me parut n’être que les débris de ce temple de Vénus. Il y avait un péristyle autour, ce que nous n’avons vu à aucun autre temple de Vénus.

  • 52 Il manque ici un membre de phrase, mais le contexte ne livre pas assez d’éléments pour tenter quelq (...)

34« De là, descendant 400 pas, on trouve une petite place de cent pas au carré, au milieu de laquelle est une base carrée de marbre de Paros haute de cinq pieds, large de six pieds. Il y a eu des inscriptions autour de cette base, mais que le laps des temps a effacées, de façon que nous n’en pûmes rien découvrir qui pût faire un sens tant soit propre à faire des conjectures un peu solides. [p. 588] Pausanias parle d’une statue de la Mère des dieux qui n’était pas éloignée des temples de Neptune et de Vénus ; si c’était là la base qui la soutenait il fallait que cette statue fût beaucoup plus haute que nature, car les trous pour mettre les crampons qui devaient la maintenir en équilibre sont à plus de quatre pieds les uns des autres, et presque sur les bords de la base. C’était un ouvrage de Damophon Messénien, illustre statuaire qui fit aussi pour ses compatriotes la statue de Diane Laphrienne, ainsi surnommée par les Messéniens d’après les Calydoniens qui les premiers avaient donné ce surnom à Diane <…>52 avait été placée ; c’est pourquoi nous remontâmes pour chercher les autres temples qui étaient dans cette ville.

35« Il y en avait un dédié à Ilithya avec une statue de marbre qui représentait cette déesse. Cette dévotion à Junon sous ce nom [p. 589] était des mieux inventées chez un peuple revenu depuis peu d’un long exil, et qui avait besoin plus qu’aucun autre que les femmes enfantassent heureusement, pour se multiplier et devenir de plus en plus en état de se défendre contre les Lacédémoniens qui ne perdirent que bien tard l’espérance de reprendre la Messénie. Nous ne pûmes découvrir la place de ce temple. Nous entrâmes dans une église dédiée à Dieu sous l’invocation des 12 apôtres : c’est peut-être là le temple des Curètes. Vers la fontaine Clepsydra est une autre église, plus grande et plus ornée de peintures <qui> représentaient l’histoire du patriarche Joseph, son dépouillement par ses frères, la vente qu’ils en firent avec les Ismaélites, etc. Nous soupçonnâmes que cette église était bâtie sur le temple de Cérès.

36« Pausanias fait mention de beaucoup d’autres temples que nous ne retrouvâmes point, ainsi [p. 590] excepté que nous crûmes que l’église de Panagios de tous les Saints, qui est située au bas de la ville, et assez proche de la porte qui conduit à Coron, pouvait fort bien être ce Hiérothysion dont parle Pausanias, où les Messéniens avaient placé toutes les statues des dieux auxquels les différentes villes de la Grèce avaient dévotion.

  • 53 La lecture de ce mot me paraît quasi certaine ; son sens l’est beaucoup moins. S’il s’agit de l’esp (...)

37« En remontant de là et suivant le ruisseau qui forme la fontaine Clepsydra, nous trouvâmes les débris d’un très grand bâtiment. On y entre par une porte posée au midi, et après dix pas entre deux murailles qui formaient une allée, tout ce bâtiment se présente à la vue, car il n’est point carré mais triangulaire. Les deux côtés sont partagés entre différentes salles égales : on en compte 24 de chaque côté. On entrait dans chacune de ces salles par une porte qui donnait sur la cour, ornée de deux [p. 591] colonnes de chaque côté. Les salles étaient voûtées de briques et de chaînes de pierre de marbre pour soutenir ces voûtes. On n’entrait point d’une salle dans une autre et on n’y aperçoit aucun vestige d’escalier pour monter au-dessus, aussi paraît-il qu’il n’en était pas de nécessaire. Au-dessus de ces salles était seulement un caenacle (sic) avec des garde-fous de deux pieds de haut, sur lesquels il paraît qu’il y avait des statues. Le fond de la cour est différemment bâti ; 22 degrés de plus beau marbre, noir et blanc entremêlés, c’est-à-dire un degré noir et un degré blanc ainsi alternativement, en font tout l’ornement. Ces degrés mènent à une esplanade de 22 pieds de large dans toute la longueur, au fond de laquelle il paraît qu’il y a eu des sièges ; de cette esplanade on communique sur les caenacles par des portes en montant 4 degrés. [p. 592] Au milieu de la cour est une base triangulaire de 8 pieds de face sur laquelle il paraît qu’il y a eu plusieurs statues. Les trous des crampons sont disposés de manière à faire croire que tout ce superbe édifice n’était que le gymnase de Messène, car Pausanias, parlant du gymnase de Messène, assure qu’il y avait dedans trois principales statues : une de Mercure, une d’Héraclès et une de Thésée, que tous les Grecs et même les Barbares regardaient comme ceux qui devaient présider aux exercices de la jeunesse. Entre cette base et les degrés, il y <a> un très grand marbre noir qui excède le parc53 de deux pieds ; il n’est pas entier mais il y a eu dessus une figure. Dans le gymnase était, selon Pausanias, le tombeau honoraire d’Aristoménès et je ne crois pas qu’il empêcherait que l’on ne crût que ce marbre n’est pas autre chose, et que ce fût là même qu’on sacrifiait aux mânes de ce généreux prince avec des cérémonies toutes particulières, et où ils lisaient les présages des choses heureuses ou malheureuses qui devaient leur arriver, en attachant un bœuf indompté à une pierre qui était proche <de> ce tombeau : si ce bœuf, en s’efforçant de se délier, emmenait cette pierre, ils espéraient des choses heureuses ; mais s’il ne la remuait point ils n’attendaient que des calamités.

  • 54 Ici un mot illisible (apparemment un terme transcrit du grec).

38« Plus proche de la porte de Coron est un stadium. Il a la mesure ordinaire des autres stades ; il ne paraît pas qu’il y ait eu de …54. Il y a 25 degrés pour placer les spectateurs. Le trône de ces (sic) juges est abattu. Tous ces degrés sont de marbre grisâtre. Les écuries sont vis-à-vis, séparées du stadium par une place [p. 594] de 100 pas en carré. On avait placé dans ce stadium une statue d’Aristoménès, mais faite d’airain.

  • 55 Un membre de phrase manque peut-être après ce verbe.
  • 56 L’écriture change ici, probablement d’une autre main, plus lisible.

39« Le théâtre est dans le milieu de la ville, au bout d’une grande place de 200 pas en carré qui paraît avoir été ornée de très beaux bâtiments, mais ils sont aujourd’hui si détruits, que nous ne pûmes en reconnaître la véritable grandeur ni en soupçonner même les visages ; ils étaient comme le reste de la ville de plusieurs espèces de marbre. Nous n’y vîmes point de colonnes, ni chapiteaux, ni frises, et cette simplicité nous parut affectée pour mieux faire revoir la magnificence du théâtre. C’est un demi-cercle régulier dont le bas a 60 pieds de long ; il a 22 degrés et avant d’arriver55 il faut en monter douze. Les 6 [p. 595]56 premiers ont un palier de 10 pieds de large ; les six derniers en forment un autre d’autant de largeur.

40« De là, en suivant la rue qui mène à la fontaine, il y a une petite église qui peut être le temple de Sérapis et d’Isis que Pausanias y a vu. Un peu plus haut est un bâtiment duquel il est difficile de deviner l’usage. C’est une grosse masse de pierre (car ce n’est point de marbre que sont ses degrés) et qui ne tient à aucun autre bâtiment. Toutes les pierres en sont parfaitement bien liées. C’est peut-être une tribune aux harangues, car vis-à vis est une place pour contenir un grand nombre d’auditeurs.

41« Voilà ce que nous avons vu dans cette ville. Nous montâmes sur le mont Ithomée (sic) pour voir les restes du temple de Jupiter, qui du nom de cette montagne avait le surnom d’Ithoméen. [p. 596] C’est aujourd’hui une chapelle dédiée à saint Elie. De cette hauteur on voit toute la Messénie, et c’est de là qu’après avoir cherché les marbres inscrits, nous étions à portée de faire une description du pays et un plan des débris de cette célèbre ville. »

  • 57 J’emploie le nom de famille sans autre précision, dans l’impossibilité de savoir si cette descripti (...)

42À la première lecture de cette description, on ne peut manquer d’être ébahi devant l’invraisemblance flagrante du tableau dressé par Fourmont57. D’un champ de ruines sans éclat particulier il tire une ville imaginaire dont les vestiges rêvés ont un air de villa d’Hadrien vue par Piranèse. La bucolique source Clepsydre devient comme par magie une cascade de dix mètres de haut et se pare d’un portique de « colonnes de jaspe qui sont encore sur pied » (p. 580) que personne d’autre n’a vu. Une débauche des matériaux les plus nobles et les plus choisis couvre le site : « marbre blanc entremêlé de marbre tacheté », « marbre noir entrelacé de marbre blanc semblable à celui de Paros », « colonnes de jaspe, de marbre rayé, de marbre piqueté » (p. 582 sq) ; « le plus beau marbre blanc » (p. 586) ; et ailleurs encore des degrés qui sont alternativement « du plus beau marbre, noir et blanc entremêlés » (p. 591). Des monuments extraordinaires, presque intacts, surgissent de nulle part, comme cet invraisemblable gymnase : « un très grand bâtiment » auquel on accède « entre deux murailles qui formaient une allée », qui n’est « point carré mais triangulaire » et possède un étage ou « cénacle » (p. 590-591). La vision est si naïve dans son excès qu’on a peine à imputer à Fourmont je ne sais quelle entreprise de mystifica tion. La mettre sur le compte d’un esprit dérangé, sans autre forme de procès, n’est pas non plus satisfaisant. J’y reviendrai.

43On est également frappé par les différences et les contradictions avec la description de 1733. Dans cette dernière Fourmont ne s’intéressait quasiment qu’aux fortifications, tandis que la ville elle-même ne recevait en partage qu’une allusion incidente de deux lignes ; ici, en revanche, c’est l’enceinte qui est négligée, tandis que les monuments qui avaient été passés sous silence sont copieusement détailles. Le plus étonnant est que le stade, seul édifice mentionné dans la version de 1733, n’est que brièvement évoqué dans le manuscrit (p. 593). Les contradictions concernent uniquement l’enceinte, puisque aussi bien c’est la seule partie de Messène à propos de laquelle la relation abrégée fournit quelques détails. De 38 tours entières dans la partie Nord-Ouest et Ouest de l’enceinte, on est passé à 24, et ce qui est encore plus déroutant, malgré cette diminution du nombre de tours, leur intervalle moyen s’est également réduit de 150 à 100 pas (p. 578-579)… Il faut plus que de la nonchalance pour se permettre de telles incohérences. Autant la version de 1733 paraît fidèle dans ses grandes lignes, tout comme la lettre à Maurepas, à l’image réelle du site, privilégiant les monuments qui sont effectivement les plus remarquables – l’enceinte en premier lieu, et secondairement le stade qui devait s’avérer, pour les voyageurs du début du XIXe s., le plus reconnaissable des vestiges urbains de Messène –, autant l’auteur du manuscrit semble avoir perdu tout sens des proportions entre ses souvenirs brouillés.

  • 58 Fourmont ne cesse de le citer et de le prendre pour guide, ainsi p. 584 : « Pausanias a vu dans cet (...)

44Autre trait remarquable de cette description : sa dépendance à l’égard de Pausanias que Fourmont suit, si l’on peut dire, aveuglément. Ses fantasmagories deviennent un peu moins incompréhensibles si l’on garde à l’esprit qu’il parcourt la Grèce dans les pas de Pausanias et qu’il ne voit, ou ne croit voir, que ce que décrit la Périégèse58. Il emprunte le même chemin et passe en revue les monuments de la ville dans le même ordre, comme le montre ce parallèle :

Pausanias

Fourmont

Enceinte (IV, 31, 5)

Enceinte

Agora (31, 6)

Clepsydra

Arsinoë et Clepsydre

Marché

Temple de Poséidon

Temple de Neptune

Temple d’Aphrodite

Temple de Vénus

Statue de la Mère des dieux

Statue de la Mère des dieux

Artémis Laphria (31, 7)

Artémis Laphria

Temple d’Eileithya (31, 9)

Temple d’Ilithya

Mégaron des Courètes

Temple des Courètes

Sanctuaire de Déméter

Temple de Cérès

Sanctuaire d’Asclépios (31,10)

« D’autres temples que nous ne retrouvons point »

Temple de Messéné

Hiérothysion (32,1)

Hiérothysion (32, 1)

Gymnase (32,3)

Gymnase (32, 3)

Tombeau d’Aristomène

Tombeau d’Aristomène

Stade (32, 6)

Stadium (32, 6)

Théâtre

Théâtre

Sanctuaire de Sérapis et d’Isis

Temple de Sérapis et d’Isis

Source de Clepsydra (33,1)

Sanctuaire de Zeus Ithomatas

Temple de Jupiter Ithoméen

45La fidélité de Fourmont à son guide antique lui fait même énoncer des absurdités géographiques, comme affirmer que l’Ithôme est plus élevé que les montagnes avoisinantes (p. 576). Comment un voyageur qui sillonna cette contrée peut-il se méprendre à ce point en évaluant la grandeur relative des montagnes de Messénie ? C’est simplement qu’il se fondait sur le passage de Pausanias dans lequel celui-ci présente l’Ithôme comme le plus haut sommet du Péloponnèse (IV, 9, 2). Il faudrait étudier la relation du voyage de Fourmont dans son entier, pour saisir l’ampleur de l’influence qu’exerça le Périégète sur ses recherches en Grèce.

  • 59 Le petit temple in antis étudié par la Commission scientifique de Morée au Sud du stade (Blouet et (...)
  • 60 Fourmont parle il est vrai de « marbre grisâtre », mais il suffit d’examiner l’emploi qu’il fait du (...)

46Nous sommes donc en présence d’un parcours factice, d’une reconstruction qui doit plus à la lecture de Pausanias, une fois rentré en France, qu’au souvenir que Fourmont pouvait garder, dix ou quinze ans après, du site archéologique et de ses vestiges réels. D’où cet étrange paradoxe : tout en décrivant en détail des monuments dont nul autre voyageur n’a vu la trace, il passe sous silence la plupart de ceux qui ont retenu l’attention des premiers visiteurs59. Mais ce constat ne doit pas nous conduire à condamner en bloc la totalité de sa description. À condition de les manier avec la plus grande précaution, il est quelques observations sur lesquelles il semble possible de faire fond. La preuve en est dans les quelques détails, assurément bien rares, dont nous pouvons aujourd’hui contrôler la véracité. Fourmont a bien vu les deux niches de la porte d’Arcadie (p. 579) dont Pausanias ne parle pas ; il a bien vu que les gradins du stade étaient taillés dans une pierre « grisâtre » (p. 593)60 ; cinq chapelles ou petites églises modernes sont situées avec une assez grande précision ; l’estimation à « une grande demilieue » du diamètre de l’enceinte est exacte (p. 578). Cela ne représente pas grand chose par rapport au fatras d’erreurs et d’inventions qui encombre son récit : mais cela suffit pour ne pas le discréditer tout à fait.

47On constate également que Fourmont s’est efforcé, aussi consciencieusement que possible, à rattacher les monuments énumérés par Pausanias à des vestiges précisément localisés sur le site archéologique, pour autant que le lui permettaient ses souvenirs, ou peut-être même des notes prises sur le terrain dont il ne reste rien. Il en résulte un parcours chaotique, fait de zigzags et d’allerretour successifs rendus nécessaires par le souci de suivre rigoureusement l’ordre de la description de Pausanias. Essayons de nous y retrouver.

  • 61 Le premier, Lord Aberdeen (1820, p. 492 sq et 498) a cruellement raillé l’incompétence de Fourmont, (...)

48Le parcours de Fourmont commence à la source Clepsydre (p. 580), centre d’un imaginaire système d’adduction d’eau par des aqueducs rayonnants. De là, il cherche l’agora en se dirigeant vers l’Ouest, et la reconnaît dans un ensemble monumental de 600 x 400 pas (p. 582). Peut-être s’agit-il de la zone à forte densité de débris archéologique indiquée par Blouet au Nord-Ouest du théâtre (1831, pl. 22, lettres y-z, reportées sur notre figure 3). Il décrit ensuite, « au bout de l’aqueduc qui conduisait de l’eau de la fontaine Clepsydra vers le marché », un temple de Neptune qui n’est autre qu’une simple chapelle orthodoxe bâtie en partie avec des spolia antiques (p. 585 sq). Fourmont, qui était coutumier du fait61, se montre persuadé que le plan de la chapelle reprenait exactement celui du temple antique, hormis l’abside « en demi-cercle » pour laquelle on avait « abattu la muraille » du temple (p. 586). « De là, descendant 400 pas, on trouve une petite place de cent pas au carré » (p. 587) : si l’on se fie encore au plan de Blouet, il pourrait s’agir d’une des concentrations de vestiges marquées par les lettres q à x (fig. 1). Fourmont fait ensuite demi-tour et remonte vers Mavromati « pour chercher les autres temples » de Pausanias (p. 588). Il en trouve deux, dans des chapelles modernes dont l’une est proche de la source Clepsydre (p. 589).

  • 62 Porte principale du secteur méridional de l’enceinte, appelée « porte de Messénie » par les archéol (...)
  • 63 À l’appui de cette interprétation, on peut noter que les structures de la partie orientale de l’Asc (...)

49Il descend à nouveau « au bas de la ville », mais cette fois-ci semble-t-il plus à l’est, jusqu’à la porte de Coron62 près de laquelle se trouve « l’église de Panagios de tous les Saints » en laquelle il croit reconnaître le Hiérothysion de Pausanias (p. 590). Revenant sur ses pas « en remontant de là et suivant le ruisseau » issu de la source Clepsydre, il tombe sur ce qu’il pense être le gymnase, « un très grand bâtiment » dont j’ai évoqué plus haut la description fantaisiste (p. 590-591). Ses caractéristiques invraisemblables interdisent toute identification certaine. Les indications topographiques suggèrent cependant que Fourmont pourrait avoir brodé sur des souvenirs des restes de l’Asclépiéion, qui de fait était traversé avant les fouilles d’Orlandos par le ruisseau issu de la Clepsydre63. Il retourne ensuite une deuxième fois vers la porte de Coron pour trouver le stade (p. 593). Son avant-dernière étape, derechef en remontant la pente, est le théâtre (p. 594) ; la dernière, « de là en suivant la rue qui mène à la fontaine », est une petite église « qui peut être le temple de Sérapis et d’Isis » (p. 595). Cet itinéraire compliqué pourrait certainement être précisé si l’on connaissait le nom des quatre chapelles qui sont représentées dans le plan de Blouet au voisinage de la source Clepsydre et du théâtre (fig. 3), car toutes quatre sont citées par Fourmont.

Fig. 3. Détail de la carte de Claude-Louis Fourmont intitulée Plaine de Nisy et ses environs

Fig. 3. Détail de la carte de Claude-Louis Fourmont intitulée Plaine de Nisy et ses environs

BnF, ms. suppl. gr. 853, f° 44 (Gallica, http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b52500094v/​f143).

  • 64 La bibliographie sur ce sujet est abondante mais souvent décevante. L’étude la plus complète et la (...)

50Reste à se demander ce qui a pu conduire Fourmont, en l’espace d’une dizaine ou d’une quinzaine d’années, des descriptions anodines de l’époque de son voyage à une vision si délibérément faussée. « Étant pénétré de la plus grande vénération pour l’ancienne Grèce, son imagination s’enflammait encore depuis son retour toutes les fois qu’il en parlait » (Fréret 1753, p. 443). Mais l’enthousiasme de l’antiquaire suffit-il à expliquer de tels écarts par rapport aux normes du discours savant ? On ne peut évoquer la figure de l’abbé Fourmont sans rappeler d’autres dérives, bien plus graves celles-ci : les actes de vandalisme archéologique dont il s’est luimême glorifié dans des lettres « où l’extravagance le dispute à l’imposture » (Letronne 1821, p. 106), et les falsifications dont on l’a, à juste titre, accusé. Le dossier à charge est complexe et mériterait un réexamen dépassionné64. Je me contenterai ici de signaler un aspect de la personnalité et du parcours de Fourmont sur lequel on ne s’est pas assez penché.

  • 65 Par exemple, le 21 février 1730 : « La seule tour que le woïvode d’Athènes a fait bâtir à Eleusis, (...)

51F. H. S. Delaulnaye, libre penseur proche de la francmaçonnerie, rédacteur de la notice consacrée à Michel Fourmont dans la Biographie universelle de Michaud, imputait son vandalisme « à l’esprit d’intolérance religieuse qu’il avait pris parmi les solitaires d’Anjou » (Delaulnaye 1816, p. 380). Rien dans les écrits de Fourmont ne laisse entrevoir une animosité iconoclaste envers les œuvres du paganisme grec ; tout au contraire, ses lettres sont pleines de lamentations sur l’état d’abandon des antiquités grecques et sur leur continuelle destruction65, et nous venons de voir ce que Fréret disait de lui. L’explication de Delaulnaye ne convainc donc pas, mais ce biographe n’avait cependant pas tort de mettre l’accent sur l’épisode hors-norme de la longue retraite de Fourmont chez les « solitaires d’Anjou ».

  • 66 Fondée vers 1630, les membres de cette congrégation faisaient vœu de chasteté, de pauvreté, d’obéis (...)

52En effet, de 17 à 25 ans, Michel Fourmont passa huit années dans l’ermitage des Gardelles en Anjou (Fréret 1753, p. 433). Cette petite communauté monastique avait été fondée en 1676 par un personnage énigmatique, un certain frère Jean-Baptiste, issu de la congréga tion de saint Jean-Baptiste66, en qui d’aucuns crurent reconnaître le comte de Moret, fils naturel de Henri IV, donné pour mort au combat de Castelnaudary en 1632 ; l’évêque d’Angers, Henry Arnauld, lui avait cédé une pièce de terre abandonnée dans la lande des Gardelles, non loin de Saumur entre les communes du CoudrayMacouard et de Montreuil-Bellay (Grandet 1699, Berger 1861). Au-delà de l’anecdote, il convient de s’arrêter sur le fonctionnement de cette communauté érémitique : ses membres professaient l’austérité et la prière, entendaient mener une vie cachée ponctuée de jeûnes, s’adonnaient aux travaux manuels – en particulier l’apiculture et la vannerie – et s’interdisaient la quête pour ne pas verser dans les excès des ordres mendiants (Grandet 1699, p. 270-277 ; Bonnot 1984, p. 233-236). Ce modèle de vie « pouvait séduire les affamés de solitude, d’austérité et de recherche de Dieu » (Bonnot 1984, p. 235).

53Au moment où Fourmont rejoint le désert des Gardelles, le frère Jean-Baptiste est mort depuis une quinzaine d’années et la communauté ne compte probablement que quelques ermites ; on sait peu de choses sur cette période, mais tout porte à croire qu’elle fut marquée par un déclin spirituel : les ermites qui se succédèrent au début du XVIIIe s. furent accusés de faire la contrebande du sel, l’ermitage fut détruit en 1738 et les restes du fondateur transportés dans l’église du Coudray (Bodin 1847, p. 407). Rien de ceci n’apparaît dans la biographie de Fréret : il y est seulement dit que Fourmont quitta le « désert des Gardelles » par dépit de n’avoir pas été autorisé à prendre les ordres (Fréret 1753, p. 433). Mais Fourmont s’était bel et bien retiré du monde pendant la plus grande partie de son adolescence et de sa jeunesse, au point que, nous dit Fréret, ses frères et sœurs le croyaient mort quand il revint à Paris. Plus surprenant encore pour un futur professeur du collège royal, à l’âge de 25 ans il n’avait pas encore reçu les premiers éléments de la langue latine (ibid.). S’ensuivit une boulimie de science et un apprentissage frénétique qu’Étienne Fourmont, qui l’avait recueilli, canalisa comme il put ; en moins de trois ans, grâce aux leçons de son frère, il apprend le latin, le grec, l’hébreu et le syriaque ; suivront, une fois sa réputation faite, l’arabe et l’éthiopien (Fréret 1753, p. 434).

54Le contraste est saisissant : sorti du monde pendant huit ans, assujetti à un vœu de pauvreté physique et intellectuelle, sans livres ni maîtres, voici qu’en quelques mois Michel Fourmont se transforme en érudit, et qu’en quelques années il devient professeur de langues orientales, et bientôt académicien. Ce parcours accidenté laisse entrevoir un tempérament entier et exalté, un homme qui se livre tout entier à sa passion – que ce soit, à 17 ans, celle de l’apprenti mystique, ou à 25 ans celle du philologue à l’appétit universel. Le portrait brossé sans grande aménité par Fréret confirme cette impression. « À une certaine fermeté de caractère, qui le rendait incapable de céder, et à laquelle on pourrait peut-être donner un autre nom, il joignait une ignorance complète de la manière dont il faut se conduire avec les hommes en général, et surtout avec ceux de qui on dépend. Le temps qu’il avait passé dans une solitude, son voyage et même la réussite des mesures qu’il avait prises pour en surmonter les obstacles, tout avait servi à augmenter sa fermeté naturelle » (Fréret 1753, p. 443 sq). Ce que l’on peut traduire en termes moins académiques par les qualificatifs suivants : obstiné, brusque, insoumis, ombrageux, misanthrope.

  • 67 Lettres citées par Omont 1902, respectivement p. 434, 547 et 575. La lettre de Maurepas, du 16 nove (...)

55C’est sous l’angle de cette personnalité singulière que doit être relue l’aventure grecque de Fourmont. On devine à travers sa correspondance un homme qui se sent trahi ou abandonné par ses compagnons et ses commanditaires, qui ne trouve autour de lui qu’hostilité et incompréhension – chez les Grecs comme chez les Turcs – et qui se croit investi d’une mission qui dépasse sa personne. Il se jette éperdument dans la quête des inscriptions, alors qu’il n’avait jamais été question de ces matériaux d’étude dans ses lettres de mission, que son compagnon de voyage Sevin lui reproche à mots voilés de ne pas acheter de manuscrits et que le ministre lui même lui intime l’ordre de revenir à l’objet initial de sa mission et d’écourter son voyage67.

  • 68 Omont 1902, p. 577, 591 et 607. Fourmont emploie sur ces chantiers jusqu’à 15 ouvriers pendant 19 j (...)

56Fourmont semble dès lors osciller entre le délire de persécution et la mégalomanie. On le voit d’abord décrire avec orgueil la méthode de fouille qui lui a permis de multiplier les découvertes. Il s’agit d’employer des ouvriers à la démolition de bâtiments de l’époque byzantine ou vénitienne, le plus souvent des éléments de fortification, qui sont construits sur des sites archéologiques et qui contiennent donc des blocs inscrits en réemploi. C’est ce qu’il fait avec succès à Nauplie, à Argos, à Hermioné et à Trézène68. En février 1730, on sent poindre une forme de griserie, celle du pionnier qui a brisé un interdit : « Je ne me souviens pas d’avoir lu dans les relations des voyageurs qui m’ont précédé qu’ils ayent jamais osé abattre des châteaux ou d’autres grands bâtiments ; s’ils l’ont pu, ils sont blâmables, car c’est dans ces sortes de débris que l’on peut trouver quelque chose d’absolument neuf » (Omont 1902, p. 607).

  • 69 Voir aussi, dans une autre lettre, cette phrase saisissante : « Ce chagrin je l’ay jette sur la vie (...)

57Tout s’emballe à Sparte, en avril 1730. Fourmont reçoit des rappels à l’ordre de Paris – on lui ordonne de suivre incontinent Sevin qui vient de partir pour la France –, croit avoir des concurrents anglais (ibid., p. 618) et ne voit que jalousie et perfidie chez les Grecs, « peuple barbare » (ibid., p. 622 et 624). Tout en se targuant d’accomplir des travaux qui sont « moins d’un homme ordinaire que d’un gehant » (p. 620), Fourmont est saisi d’un « chagrin mortel » qui le pousse à « détruire jusques aux fondements les restes de cette superbe ville, et aujourd’huy il n’en reste pas pierre sur pierre » (ibid., p. 631)69. Bien qu’incapable de perpétrer des destructions d’une telle ampleur, Fourmont, sur le seuil de la folie, invente de toutes pièces des inscriptions historiques dont il est persuadé qu’elles lui amèneront la gloire, et brise ou martèle des inscriptions réelles qu’il a d’abord pris soin de copier (Le Bas 1836, p. 96). La description rêvée d’une Messène en marbres polychromes est bien peu de chose, à côté de ce basculement dans la déraison…

Les plans de Messène dessinés par Claude-Louis Fourmont

  • 70 Lui-même a évoqué sa participation au voyage de son oncle et a plus particulièrement rappelé « avoi (...)

58On l’a dit, c’est Claude-Louis Fourmont qui est l’auteur de tous les dessins et plans réalisés pendant et après le voyage en Grèce de son oncle70. Concernant Messène, deux illustrations de sa main sont connues. La première est une vignette à l’intérieur d’une carte de la « plaine de Nisy ». On en connaît deux versions : l’une, au format in-quarto, est reliée dans le ms. n.a.fr. 1892, f° 453. L’autre, intitulée Plaine de Nisy et ses environs, se trouve dans le ms. suppl. gr. 853, f° 44, dans un recueil de dessins et de cartes qui sont des versions en grand format, mais pour le reste à peu près identiques, des illustrations jointes au volume du ms. n.a.fr. 1892. L’échelle de cette carte au format in-folio a permis à Claude-Louis Fourmont d’y placer de plus nombreux détails (fig. 3).

59Messène y est représentée en vue cavalière, sous un aspect schématique et fortement stylisé. L’observateur est placé au Sud. Le caractère conventionnel de la représentation est frappant, comme dans la plupart des plans de ville de Claude-Louis Fourmont. On y reconnaît cependant quelques traits individuels qui sont d’autant plus intéressants que les descriptions écrites de son oncle et de lui-même les omettent : l’ébauche d’une forme circulaire qui suggère la cour ronde de la porte d’Arcadie, et les murailles qui escaladent de part et d’autre les versants de l’Ithôme. On reconnaît aussi la petite église de Mavromati, le couvent de Vourcano sur une éminence secondaire (à moins que ce ne soit une chapelle au sommet du mont Evan), et deux ruisseaux courant vers le Sud à l’intérieur de l’enceinte. En revanche, les vestiges antiques (soubassements et colonnes) sont manifestement disposés au hasard dans l’enceinte, et la représentation d’un temple au sommet de l’Ithôme est fictive.

  • 71 La collection de dessins du ms. suppl. gr. 853 est incomplète, et ce qui en reste est en partie mut (...)

60La version in-folio de l’autre plan ne s’est pas conservée71. On n’en connaît donc, sous le titre Plan des débris de la ville de Messène, que la version in-quarto reliée dans le ms. n.a.fr. 1892, f° 454 (fig. 4). Bien que plus détaillée que l’illustration précédente, cette vue cavalière, prise elle aussi du Sud, est beaucoup plus éloignée de la réalité, au point qu’on a peine à y reconnaître le moindre trait topographique pertinent ou le moindre monument. L’enceinte laisse complètement à l’écart et l’Ithôme et l’Evan, ce qui est en contradiction avec les descriptions des Fourmont et fait un contraste surprenant avec la vue précédente.

Fig. 4. Plan des débris de la ville de Messène par Claude-Louis Fourmont

Fig. 4. Plan des débris de la ville de Messène par Claude-Louis Fourmont

BnF, ms. n.a.fr. 1892, f° 454, 230 x 200 mm (cliché Service photographique de la BnF, 1983).

61Six monuments sont signalés dans une légende, en haut et à droite de l’image : 1. Porte de Megalopolis. 2. Porte [de] Steniclaros. 3. Porte de Coron. 4. T. de Jupiter. 5. Place de 400 pas de large et de 600 de long. 6. T. de Neptune. » Un numéro 7 apparaît à la ligne suivante, mais n’est suivi d’aucun texte. Ces légendes renvoient clairement à la description du ms. n.a.fr. 1892, mais seuls les numéros 1, 2, 4 et 6 sont reportés sur le dessin. Le temple de Jupiter (4) est bien au sommet de l’Ithôme, comme le veut le texte, mais l’emplacement du temple de Neptune (6), près de la porte de Stényclaros (probablement la porte de Laconie des auteurs plus récents), est en contradiction avec le texte qui situe ce temple dans la partie occidentale du site (ms. 1892, p. 585). Il faut croire que d’autres incohérences flagrantes entre le texte et le dessin ont empêché le copiste de pousser plus loin son travail.

Bibliographie

Aberdeen 1820: ABERDEEN (G. Hamilton-Gordon, Earl of) – Letter from the Earl of Aberdeen to the editor, relating to some statements made by M. R. Rochette, in his late work, on the authenticity of the inscriptions of Fourmont. In: Walpole (R.), Travels in various countries of the East: being a Continuation of Memoirs relating to European and Asiatic Turkey. Londres, 1820, p. 489-503.

Adam 1982 : ADAM (J.-P.) – L’architecture militaire grecque. Paris, Picard, 1982.

Barthélémy 1788 : BARTHÉLEMY (abbé J.-J.) – Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire, tome 2. Paris, 1788.

Berger 1861 : BERGER (E.) – L’abbaye d’Asnières et l’hermitage des Gardelles. Revue de l’Anjou et de Maine-et-Loire, IIIe série, année 1, tome 1, p. 37-50.

Blouet et al. 1831 : BLOUET (A.), RAVOISIE (A.), POIROT (A.), TREZEL (F.), GOURNAY (Fr. de) – Expédition scientifique de Morée, ordonnée par le gouvernement français. Architecture, sculptures, inscriptions et vues du Péloponèse, des Cyclades et de l’Attique. Premier volume. Paris, 1831.

Bodin 1847 : BODIN (J.-Fr.) – Recherches historiques sur l’Anjou, tome second. Angers, 1847.

Boeckh 1828 : BOECKH (A.) – Corpus Inscriptionum Graecarum, I. Berlin, 1828.

Bonnot 1984 : BONNOT (I.) – Hérétique ou saint ? Henry Arnauld, évêque janséniste d’Angers au XVIIe siècle. Paris, Nouvelles Editions latines, 1984.

Bory de Saint-Vincent 1832 : BORY de SAINT-VINCENT (J.-B.) – Expédition scientifique de Morée, Section des Sciences Physique, Atlas. Paris, 1832.

Bory de Saint-Vincent 1836 : BORY de SAINT-VINCENT (J.-B.) – Relation du voyage de la Commission Scientifique de Morée dans le Péloponnèse, les Cyclades et l’Attique, tome 1. Paris, 1836.

Brillaud 2011 : BRILLAUD (J.) – Sombres lumières. Essai sur le retour à l’antique et la tragédie grecque au XVIIIe siècle. Québec, Presses de l’Université Laval, 2011.

Chateaubriand 1811 : CHATEAUBRIAND (Fr.-R. de) – Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, en allant par la Grèce, et revenant par l’Égypte, la Barbarie et l’Espagne. Paris, 1811.

Christie 1885: CHRISTIE (R. C.) – The Forgeries of the Abbé Fourmont. Quarterly Review 161, 1885, p. 503-530.

Delaulnaye 1816: DELAULNAYE (F. H. S.) – Fourmont (Michel). In : Biographie universelle, ancienne et moderne, vol. 15. Paris, L.-G. Michaud, 1816, p. 378-380.

Dodwell 1819: DODWELL (E.) – A classical and topographical tour through Greece, during the years 1801, 1805 and 1806, Londres, 1819.

Donaldson 1830: DONALDSON (T. L.) – The temple of Apollo at Bassae and other antiquities in the Peloponnesus. In: Antiquities of Athens and other places in Greece, volume 4. Londres, 1830.

Fougères 1909 : FOUGÈRES (G.) – Collection des guides Joanne Grèce. Paris, 1909.

Fourmont 1733 : FOURMONT (abbé M.) – Relation abrégée du voyage littéraire que M. l’abbé Fourmont a fait dans le Levant par ordre du Roi, dans les années 1729 et 1730. In : Histoire de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles‑Lettres, depuis l’année 1726 jusques et compris l’année 1730, Tome septième. Paris, 1733, p. 344-358.

Fourmont 1755 : FOURMONT (Cl.-L.) – Description historique et géographique des plaines d’Héliopolis et de Memphis. Paris, 1755.

Fréret 1753 : FRÉRET (N.) – Éloge de M. l’abbé Fourmont. In : Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, tome dix-huitième. Paris, 1753, p. 432-446.

Grandet 1699 : GRANDET (J.) – La Vie d’un solitaire inconnu qu’on a cru être le Comte de Moret, mort en Anjou, en odeur de sainteté, le 24 décembre 1691. Paris, 1699.

Ktenas 1908: KTENAS (K. A.) – Die Überschiebung in der Peloponnisos, 1der Ithomi Berg. In: Sitzungsberichte der Königl. Preuss. Akademie der Wissenschaften zu Berlin, année 1908, 2e partie, p. 1076-1080.

Leake 1830: LEAKE (W. H.) – Travels in the Morea, tome 1, Londres, 1830.

Le Bas 1835 : LE BAS (Ph.) – Inscriptions grecques et latines recueillies en Grèce par la Commission de Morée et expliquées par Ph. Le Bas. 1er cahier. Messénie et Arcadie. Paris, 1835.

Le Bas 1836 : LE BAS (Ph.) – Inscriptions grecques et latines recueillies en Grèce par la Commission de Morée et expliquées par Ph. Le Bas. 2e cahier. Laconie. Paris, 1836.

Le Bas 1845 : LE BAS (Ph.) – Voyages et recherches archéologiques de M. le Bas, membre de l’Institut, en Grèce et en Asie Mineure, pendant les années 1843 et 1844. Cinquième rapport à M. le ministre de l’Instruction publique. Revue archéologique, Première année, 2nde partie, 1845, p. 421-438.

Legrand 1905 : LEGRAND (Ph.-E.) – Antiquités de Trézène (1). Notes de topographie. BCH, 29, 1905, p. 269-318.

Letronne 1821 : LETRONNE (J.-A.) – [compte rendu de] Travels in various countries of the East, par R. Walpole. Londres, 1820. Troisième article. Journal des Savants, février 1821, p. 100-111.

Malakis 1946 : MALAKIS (E.) – F.R. de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, édité et commenté par -. Paris, Baltimore, Londres, The John Hopkins Press, Oxford University Press, Les Belles Lettres, 1946.

Moret 1983 : MORET (P.) – Recherches topographiques et archéologiques sur l’antique Messène. Université de Paris IV, 1983, mémoire de maîtrise dactylographié.

Moureau 2005 : MOUREAU (Fr.) – Le Théâtre des voyages. Une scénographie de l’Âge classique. Paris, PUPS, 2005 (coll. « Imago mundi » 11).

Müth 2007: MÜTH (S.) – Eigene Wege. Topographie und Stadtplan von Messene in spätklassisch-hellenistischer Zeit. Rahden/Westfalen, VML, 2007.

Negris 1906 : NEGRIS (P.) – Sur la géologie du mont Ithome en Messénie. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 143, juillet-décembre 1906, p. 703-705.

Oikonomakis 1879 : OIKONOMAKIS (S.) – Τὰ σωζόμενα ᾿Ιθώμης, Μεσσήνης καὶ τῶν πέριξ. Kalamata, 1879.

Omont 1899 : OMONT (H.) – Catalogue général des manuscrits français. Nouvelles acquisitions françaises, I. Nos 1-3060. Paris, 1899.

Omont 1902 : OMONT (H.) – Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris, 1902.

Pouqueville 1827 : POUQUEVILLE (Fr.) – Voyage de la Grèce, Tome sixième. Paris, 1827.

Puillon-Boblaye 1835 : PUILLON-BOBLAYE (E. E.) – Recherches géographiques sur les ruines de la Morée (faisant suite aux travaux de la Commission scientifique de Morée). Paris, 1835.

Stoneman 1985: STONEMAN (R.) – The Abbé Fourmont and Greek Archaeology. Boreas, 8, 1985, p. 190-198.

Notes

1 C’est la vertu des recueils d’hommages que d’obliger parfois le chercheur à sortir de l’ornière de sa spécialité pour s’acquitter d’un tribut d’amitié. Pour avoir le plaisir d’offrir à Henri Tréziny une étude qui mît en scène une fortification grecque, j’ai dû remonter le temps jusqu’à mon mémoire de maîtrise, soutenu à Paris IV en 1983 sous la direction de Philippe Bruneau. Sous le titre trop pompeux de Recherches topographiques et archéologiques sur l’antique Messène, j’y avais rassemblé quelques données, inédites ou mal connues, sur l’histoire de la découverte et des premières explorations du site archéologique de Messène (Moret 1983). Le premier chapitre de ce mémoire, consacré à Fourmont, m’a fourni la matière de la présente contribution.

2 Pour ne citer que quelques-unes des mentions les plus anciennes : Barthélemy 1788, II, p. 452 ; Pouqueville 1827, p. 31 ; Blouet et al. 1831, p. xix-xx ; Puillon-Boblaye 1835, p. 107 ; Bory de SaintVincent 1836, p. 450 sq.

3 Claude-Louis Fourmont (1703-1780), dit « le gros Fourmont », neveu d’Étienne et de Michel Fourmont. Il accompagna son oncle Michel en Grèce, puis alla passer quatre ans en Égypte (1747-1750). Il fut attaché comme interprète à la bibliothèque du roi.

4 « Pendant que je cherche, que je copie les inscriptions, mon neveu, compagnon de mes voyages, dessine les bas-reliefs, les arcs de triomphe, les portiques, les aqueducs, fait le plan de la ville dans ses différentes faces, parce que je ne veux pas laisser à faire et à représenter la moindre chose » (à Athènes, lettre de Fourmont citée par Omont 1902, p. 554).

5 Date connue par des lettres écrites « du mont Ithome proche de l’ancienne Messène » et « du monastère de Voulcano sur le mont Ithome », le 21 février 1730 (Omont 1902, p. 604, 606 et 611).

6 Bibliothèque nationale, ms. Supplément grec 295, fol. 9-10 v° (non consulté) ; Omont 1902, p. 602-606.

7 Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825), géographe, élève de Barthélémy et de d’Anville, spécialiste de la cartographie de l’Antiquité.

8 On sait par un récépissé conservé dans les archives du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale (Omont 1902, p. 658, n. 2) que Barbié emprunta le 6 mars 1794 la totalité du dossier Fourmont, constitué de « deux grands cartons et quatre autres plus petits, plus deux portefeuilles et un petit volume de format in-4°, couvert en papier à fleurs, le tout contenant les inscriptions et papiers de Michel Fourmont, relatifs à son voyage en Grèce ». Il le restitua trois ans après, le 14 mars 1797, d’après un autre récépissé de la main de La Porte du Theil, conservateur des manuscrits grecs et latins de la Bibliothèque nationale, qui se trouve dans la liasse C du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum.

9 Copie conservée dans la liasse C du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum. La vérification sur l’original (ms. Supplément grec 295, fol. 9-10 v°) reste à faire.

10 Modestie qu’il attribue curieusement au dénuement supposé des Messéniens exilés qui fondèrent la ville en 369…

11 Ce sera encore le nom employé par Blouet et al. (1831, p. 24). Pausanias parle de « la porte d’Arcadie qui conduit à Mégalopolis » (IV, 33, 3).

12 Fourmont 1733, p. 355.

13 Copie conservée dans la liasse C du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum. Y figurent les salaires journaliers des hommes employés aux fouilles ou à des travaux de démolition de bâtiments modernes, pour y trouver des inscriptions.

14 Le pluriel de Fourmont est emphatique : la porte d’Arcadie ne porte qu’une seule inscription, d’ailleurs tardive et qui ne la « désigne » pas (Dodwell 1819, II, p. 365, qui publie cette inscription d’après le manuscrit de Fourmont ; Le Bas dans Blouet et al. 1831, p. 41 et pl. 47).

15 Il s’agit du mont Évan.

16 Cf. Müth 2007, pl. hors texte, et informations complémentaires aimablement fournies par Silke Müth. Les chiffres publiés au XIXe s. sont assez proches de cette mesure : 8660 m (Puillon-Boblaye 1835, p. 107), 8920 m (Oikonomakis 1879, p. 7 sqq), 9024 m (Fougères 1909, p. 445, suivi par Adam 1982, p. 172), à l’exception des 16 km calculés par Le Bas (1845, p. 422).

17 Blouet et al. 1831, pl. 22 : 33 tours présentées comme sûres et 14 tours hypothétiques, représentées en grisé ; Bory de Saint-Vincent 1832, pl. 4 : 34 tours ; Leake 1830, pl. 3 : 25 tours sûres, 2 restituées ; Oikonomakis 1879, passim : 24 tours sûres et 26 autres restituées ; Adam 1982, p. 62 : 24 tours (mais son plan, p. 172, fig. 103, en représente 33…).

18 Mes observations déjà anciennes (Moret 1983, p. 147-151) seront certainement corrigées par les résultats de l’important projet en cours « Die Stadtmauer von Messene » de l’Institut für Klassische Archäologie der FU Berlin – Gerda Henkel Stiftung (Fr. Fless, W. Hoepfner, D. Sack, S. Müth).

19 C’est par exemple l’opinion avancée par J.-P. Adam (1982, p. 174).

20 En 1829, la population de Mavromati n’était encore que de « 140 et quelques habitants » (Bory de Saint-Vincent 1836, p. 436), soit une quarantaine de feux : l’augmentation reste faible par rapport aux « 26 petites cases » comptées par Fourmont un siècle plus tôt (in Omont 1902, p. 604).

21 Chateaubriand passa en vue de l’Ithôme le 12 août 1806, mais il ne visita pas le site de Messène. En revanche, il nous a conservé le témoignage du consul de France à Coron, Vial : en rapportant le nombre de 38 tours que disait avoir vues Fourmont, Chateaubriand se demande « si M. Vial ne [l’]a point assuré qu’il en existe aujourd’hui neuf entières et un fragment considérable de mur d’enceinte » (Chateaubriand 1811 = Malakis 1946, p. 185). La véracité de cette information isolée nous fait regretter de n’en pas savoir davantage sur la visite que ce résident français avait faite à Messène.

22 Service historique de la Défense (Vincennes), Anonyme (« officier d’état-major français »), 1829, ms. R.18.C.3.38. Première reproduction dans Moret 1983, fig. 3. Trois officiers d’état-major, les capitaines Peytier, Puillon-Boblaye et Servier, étaient spécialement affectés aux opérations géodésiques de la triangulation de la Morée (Bory de Saint-Vincent 1836, p. 26) ; c’est sans doute à l’un d’entre eux qu’il faut attribuer ce plan de Messène. Puillon-Boblaye publia en 1835 des Recherches géographiques sur les ruines de la Morée où il est question de Messène.

23 Le Bas (1845, p. 422) avait déjà souligné le rôle des roches tendres dans la perte du secteur méridional.

24 Barbié du Bocage, entre 1794 et 1797 (voir infra, note 29) ; Omont 1899, p. 301 ; Omont 1902, p. 661, n. 1 ; Legrand 1905, p. 269.

25 On peut noter à ce sujet qu’il existe, parmi les papiers laissés par l’abbé Fourmont après sa mort, une description de l’Argolide et de la Phliasie-Titanie dont le texte est presque identique à celui du ms. 1892 (BnF, n.a.fr. 8985, L’abbé Fourmont (I) : Papiers divers, f°s 86 à 108).

26 BnF, ms. suppl. grec 855, f° 322 : Mémoire des manuscripts que le sieur Fourmont le neveu a mis au net par les ordres de Mgr le comte de Maurepas, et qu’il a remis à Sa Grandeur depuis vingt mois (Omont 1902, p. 662). Voir aussi Fréret 1753, p. 446 : « Il laisse un neveu que le Roi, à la recommandation de M. le comte de Maurepas, a attaché à sa bibliothèque, avec le titre d’interprète des langues indiennes. C’est à lui que ses papiers ont été remis ; et c’est lui qui est chargé d’achever et de mettre au net le recueil des Inscriptions dont il avait copié une partie sur les pierres mêmes. »

27 La disgrâce de Maurepas, relevé de sa charge de ministre de la Marine en 1749, est antérieure au retour en France de Claude-Louis Fourmont.

28 Pouqueville 1827, t. VI, p. 31, note 2.

29 Sous la lettre F du ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum, « Extrait d’un volume in 4° manuscrit, composé et écrit par Fourmont le neveu, et intitulé Voyage fait en Grèce par ordre du Roi et sous les auspices de M. le Cte de Maurepas. Ce volume est orné de cartes géographiques, plans, vues et dessins, en général fort mal faits. » Il s’agit d’un résumé détaillé dans lequel Barbié reproduit mot à mot certaines expressions du manuscrit tout en s’efforçant de le rendre plus intelligible. La description de Messène est résumée aux pages 46-48 de cet « extrait ».

30 Donaldson 1830, p. 20, note 1. Tout en citant sa cote ancienne, 1374, qui est encore aujourd’hui visible sur la page de titre, Donaldson lui donne le titre de Journal de Grèce, en deux volumes in-4° dont, d’après lui, il ne subsisterait qu’un seul. Cette dernière assertion est probablement erronée, car le volume ici décrit renferme la narration complète du voyage, depuis le départ de Paris jusqu’au retour à Marseille.

31 Omont 1902, p. 661, n. 1 : « On ne peut voir le texte du Voyage en Grèce de Michel Fourmont que dans une médiocre compilation, de la main de son neveu, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale sous le numéro 1892 du fonds français des nouvelles acquisitions ».

32 Legrand 1905.

33 Malakis 1946, p. xxi et 119, n. 164.

34 On reconnaît deux mains différentes dans la rédaction des pages qui nous intéressent ; jusqu’à la page 594, il s’agit visiblement d’un copiste qui ne comprenait guère ce qu’on lui dictait et qui de ce fait multipliait les erreurs les plus absurdes ; les dernières pages sont en revanche correctement écrites.

35 Épaminondas.

36 La comparaison renvoie à Andania, l’ancienne capitale Messéniens, d’après les lignes qui précèdent.

37 Mot illisible.

38 On compte effectivement 2 km en ligne droite de la porte d’Arcadie à la porte Sud-Est, et à peu près la même distance entre le sommet de l’Ithôme et l’extrémité Sud de l’enceinte.

39 Cette forme prétendument triangulaire ne correspond à aucun des deux plans tracés par Claude-Louis Fourmont (fig. 3 et 4) : bien que différents l’un de l’autre, ces plans présentent l’enceinte de Messène sous la forme d’un polygone irrégulier.

40 Un groupe nominal a été oublié à cette place ; la restitution que je propose n’offre aucune certitude.

41 Texte : « ses ».

42 Je n’ai pas cru devoir corriger ce dernier membre de la phrase dont on pourrait difficilement justifier la syntaxe, le sens en étant au demeurant assez clair.

43 Cette orientation est impossible dans la mesure où Fourmont lui-même place la porte d’Arcadie ou de Mégalopolis à l’occident de la ville (cf. la lettre à Maurepas du 21 février 1730, et ci-dessus le début de la description, p. 578-579 du manuscrit). Peut-être veut-il dire que, partant de la source Clepsydre au milieu du site, il se dirige vers l’occident et vers la porte de Mégalopolis.

44 Il faut sans doute comprendre : le choix des marbres pour la construction de chaque colonne, d’une part, et d’autre part pour la répartition de ces mêmes colonnes sur la place, comme on le voit dans les lignes suivantes.

45 Texte : « qu’ils ».

46 Ce pronom relatif restera en suspens. Mais nous avons préféré conserver l’anacoluthe plutôt que de remanier une phrase qui, telle qu’elle est, se lit très aisément.

47 Il s’agit des Messéniens.

48 Ces deux derniers mots sont d’une lecture très difficile : je les donne sous toute réserve, d’autant que le sens de la phrase est assez confus.

49 Texte : « a souffert ».

50 L’adjectif manque.

51 Un mot manque ici ; peut-être « petits », d’après la fin de la phrase.

52 Il manque ici un membre de phrase, mais le contexte ne livre pas assez d’éléments pour tenter quelque restitution que ce soit. Ce hiatus correspond dans le manuscrit à un changement de ligne.

53 La lecture de ce mot me paraît quasi certaine ; son sens l’est beaucoup moins. S’il s’agit de l’espèce d’enclos que constitue la cour que Fourmont est en train de décrire, sans doute faut-il comprendre que le marbre excède de deux pieds le niveau de la cour.

54 Ici un mot illisible (apparemment un terme transcrit du grec).

55 Un membre de phrase manque peut-être après ce verbe.

56 L’écriture change ici, probablement d’une autre main, plus lisible.

57 J’emploie le nom de famille sans autre précision, dans l’impossibilité de savoir si cette description a été écrite par Claude-Louis sous le contrôle – ou sous la dictée – de son oncle, ou si elle est postérieure à la mort de ce dernier. Dans tous les cas on doit y voir l’expression d’un projet commun.

58 Fourmont ne cesse de le citer et de le prendre pour guide, ainsi p. 584 : « Pausanias a vu dans cette place… » ; p. 585 : « Pausanias, que nous suivons » ; p. 588 : « Pausanias parle d’une statue… », etc.

59 Le petit temple in antis étudié par la Commission scientifique de Morée au Sud du stade (Blouet et al. 1831, p. 31-33 et pl. 30-34) ; le mur de soutènement du théâtre avec ses deux poternes en encorbellement, la ruine sans doute la mieux conservée de la ville ; ou encore les basreliefs que tous les voyageurs du début du XIXe s. ont vus près du stade (Blouet et al. 1831, p. 36). Si la porte d’Arcadie est mentionnée, sa forme ronde, si singulière, n’est même pas évoquée.

60 Fourmont parle il est vrai de « marbre grisâtre », mais il suffit d’examiner l’emploi qu’il fait du mot marbre pour constater qu’il en pare généreusement tous les calcaires durs.

61 Le premier, Lord Aberdeen (1820, p. 492 sq et 498) a cruellement raillé l’incompétence de Fourmont, qui à Amyclées avait pris une chapelle orthodoxe à demi ruinée pour un très antique « temple d’Onga ».

62 Porte principale du secteur méridional de l’enceinte, appelée « porte de Messénie » par les archéologues de l’Expédition de Morée. Le chemin qui conduisait vers le Sud-Ouest de la Messénie traversait autrefois les débris de cette porte ; de nos jours la route moderne passe plus à l’est. Le Bas fit une fouille à cet endroit en 1843 ; il déblaya un pilier qui soutenait selon lui l’architrave d’une double porte (Le Bas 1845, p. 432). Seules de nouvelles fouilles permettraient de se faire une idée juste de son plan, qui paraît assez complexe. Oikonomakis y voyait une avant-cour fortifiée de 17 m en carré, dotée à l’extérieur d’une tour de chaque côté encadrant un vestibule, le tout construit en tuf (Oikonomakis 1879, p. 13-14).

63 À l’appui de cette interprétation, on peut noter que les structures de la partie orientale de l’Asclépiéion, et notamment le petit odéon, étaient plus visibles vers 1805, à l’époque du voyage de Leake, qu’en 1829 à l’époque des fouilles de Blouet (analyse du passage de Leake 1830, p. 381 sq, dans Moret 1983, p. 43).

64 La bibliographie sur ce sujet est abondante mais souvent décevante. L’étude la plus complète et la plus équilibrée reste celle de Christie 1885 ; les travaux récents de Stoneman 1985, Moureau 2005 et Brillaud 2011 n’amènent pas d’éclairages nouveaux.

65 Par exemple, le 21 février 1730 : « La seule tour que le woïvode d’Athènes a fait bâtir à Eleusis, l’année dernière, coûte à la littérature plus de 350 inscriptions ; tous ces marbres ont servi à faire de la chaux. On avoit encore conservé la statue de la déesse adorée dans cette ville, mais je crois fort qu’elle et tous les marbres que j’y ay fait déterrer auront le même sort. Je ne puis refuser mes larmes à une telle perte. » (Omont 1902, p. 609, complété pour la fin grâce à la copie de Barbié conservée à la Bibliothèque du Muséum, ms. 230).

66 Fondée vers 1630, les membres de cette congrégation faisaient vœu de chasteté, de pauvreté, d’obéissance et de stabilité, et étaient placés sous l’autorité diocésaine (Bonnot 1984, p. 234, n. 16).

67 Lettres citées par Omont 1902, respectivement p. 434, 547 et 575. La lettre de Maurepas, du 16 novembre 1729, mérite d’être citée : « Comme l’intention du Roy n’a point esté que l’argent destiné pour en acheter [scil. des manuscrits] fut employé à autre chose, et que le voyage que vous continuez dans toute la Morée, pour chercher seulement des inscriptions, causeroit une dépense que Sa Majesté n’a point eu intention de faire, Elle souhaitte qu’après la réception de cette lettre vous alliez visiter les monastères qui vous ont esté marquez, et où il peut y avoir des manuscrits, et que vous retourniez ensuite à Constantinople, d’où Elle désire que vous reveniez le printemps prochain, avec le sieur Sevin. »

68 Omont 1902, p. 577, 591 et 607. Fourmont emploie sur ces chantiers jusqu’à 15 ouvriers pendant 19 jours.

69 Voir aussi, dans une autre lettre, cette phrase saisissante : « Ce chagrin je l’ay jette sur la vieille Sparte, je n’ay pas voulu qu’il restât rien d’une ville qui avoit été bâtie par les pères de cette canaille » (Omont 1902, p. 624).

70 Lui-même a évoqué sa participation au voyage de son oncle et a plus particulièrement rappelé « avoir formé un ample recueil de tous les dessins que nous eûmes la précaution d’en faire [scil. des monuments de la Grèce] sur les lieux, et avoir dressé des cartes topographiques des endroits les plus remarquables où nous avions passé » (Fourmont 1755, p. xvi).

71 La collection de dessins du ms. suppl. gr. 853 est incomplète, et ce qui en reste est en partie mutilé. Ces dégâts dus à l’humidité sont anciens, car les copies de Barbié du Bocage, faites entre 1794 et 1797, les signalent déjà (ms. 230 de la Bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, liasse E).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan schématique du site de Messène.
Légende Fond de carte d’après Müth 2007, plan h.t. (modifié). Sont représentés les principaux vestiges archéologiques qui étaient visibles avant les fouilles au début du XIXe s.
Crédits d’après Blouet et al. 1831, pl. 22. Les croix signalent des chapelles indiquées sur le plan de Blouet.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3936/img-1.png
Fichier image/png, 150k
Titre Fig. 2. Plan de Messène par un officier d’état-major français anonyme, 1829
Crédits Service historique de la Défense, ms. R.18.C.3.38 (détail)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3936/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 3. Détail de la carte de Claude-Louis Fourmont intitulée Plaine de Nisy et ses environs
Crédits BnF, ms. suppl. gr. 853, f° 44 (Gallica, http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b52500094v/​f143).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 4. Plan des débris de la ville de Messène par Claude-Louis Fourmont
Crédits BnF, ms. n.a.fr. 1892, f° 454, 230 x 200 mm (cliché Service photographique de la BnF, 1983).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 661k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access