Version classiqueVersion mobile

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Architecture et urbanisme

Réflexions sur l’architecture politique en Grèce d’Occident

Marie-Christine Hellmann

Résumé

This article concerns monumental political architecture in Western Greece (Sicily, South Italy and Provence) : the assembly place or ekklesiasterion, the Council house or bouleuterion, and the Prytaneum. The former identifications are reexamined, as many are too hypothetical, but it is certain that this western group has specific features.

Texte intégral

  • 1 L’expression vient de Ginouvès 1998, p. 81-82 (section « architecture civile et édilitaire »).

1Les particularités de l’architecture de la Grèce d’Occident, par rapport à celles de la métropole, ont déjà été soulignées, qu’il s’agisse d’éléments de la construction (ainsi, les terres cuites architecturales) ou d’un type d’édifice : on pense bien sûr aux temples, mais les « bâtiments à fonction politique »1 – par ordre de grandeur : les bâtiments d’assemblée du type ekklèsiastèrion, ceux du Conseil ou bouleutèrion, enfin les prytanées, tous situés de préférence sur l’agora ou à proximité – ont aussi fait l’objet de quelques constatations.

  • 2 Ci-dessous : CPC. En dépit de son titre, l’article de Hansen, Fischer-Hansen 1994 va au-delà des ép (...)
  • 3 J’ai plaisir à offrir cette étude à Henri Tréziny, en souvenir d’une amitié qui remonte aux séminai (...)

2Il m’a paru souhaitable de faire le point sur l’architecture politique en Grèce d’Occident, car elle est relativement mal connue en dehors de quelques archéologues et d’historiens, si l’on en juge d’après les listes de « monumental political architecture » publiées en 1994 par le « Copenhague Polis Center »2. Ce commode point de départ sera confronté ici à des analyses et des publications plus récentes, d’où il ressort que ce domaine est encore grevé de bien des spéculations hâtives3.

Les bâtiments d’assemblée

  • 4 Ghinatti (Fr.) – Assemblee greche d’Occidente. Turin, Società editrice internazionale, 1996.

3En relevant les attestations textuelles et épigraphiques des assemblées politiques de Sicile et de Grande Grèce, Franco Ghinatti a rappelé que le cadre institutionnel des colonies grecques d’Occident4 n’était pas comparable à celui d’Athènes ni d’autres villes démocratiques, précisé par Aristote dans sa Constitution des Athéniens : l’oligarchie étant le régime habituel en Occident, il ne faut pas y chercher partout une ekklèsia qui rassemblerait tous les citoyens. L’assemblée populaire la plus courante est l’halia, et une synklètos – le terme finira par désigner le senatus romain – peut aussi se réunir en Occident. Cette situation explique en partie le caractère conventionnel de la dénomination d’ekklèsiastèrion pour quelques grandes structures mises au jour en Grèce d’Occident.

  • 5 Hansen, Fischer-Hansen 1994, surtout p. 44-75, où l’on revient sur les conclusions de Kolb (F.) – A (...)

4Très peu d’ekklèsiastèria ont été identifiés avec certitude dans le monde grec et les attestations écrites du terme sont aussi rares que problématiques, pour la simple raison que l’assemblée du peuple ne disposait pas toujours d’un édifice spécial pour ses réunions5. On sait d’après Homère que l’ekklèsia a pu se réunir sur l’agora, puis dans un lieu susceptible de porter un autre nom que celui d’ekklèsiastèrion (Pnyx à Athènes, Skias à Sparte), mais, surtout, des sources littéraires et épigraphiques prouvent que l’ekklèsia s’est volontiers approprié des théâtres, qui n’étaient pas monopolisés par des représentations dramatiques ou musicales. Comme la construction et l’entretien d’un théâtre étaient une lourde charge pour les finances publiques, on comprend bien que chaque polis n’ait pas souhaité aménager en plus un monument séparé à fonction uniquement politique. L’identification plausible d’un ekklèsiastèrion repose alors sur plusieurs critères conjugués (outre l’emplacement) : l’architecture, qui doit permettre à un grand nombre de personnes de « faire cercle » vers un orateur debout au centre, la capacité – sachant, toutefois, que le nombre de votants à l’assemblée populaire est malaisé à estimer, car très variable d’une cité à l’autre –, des trouvailles (inscriptions) ou la proximité d’autres bâtiments pouvant être mis en rapport avec un ekklèsiastèrion.

5Il est d’autant plus remarquable que trois de ces lieux d’assemblée aient été reconnus en Occident (à Agrigente, à Métaponte et à Poseidonia), où deux autres identifications ont aussi été proposées, à Rhégion et à Morgantina. Mais ces dernières sont bien moins convaincantes que celles des trois premières villes, qui ont en commun des rangées de gradins dessinant un cercle complet ou juste diminué d’un quadrant, un plan non attesté à ce jour en Grèce continentale et en Asie Mineure, où il semble qu’on ait préféré s’en tenir, pour quelques ekklèsiastèria assurés, au demi-cercle, parfois légèrement réduit (à Athènes) ou à peine agrandi (à Kassopè).

  • 6 La datation a été confirmée par des sondages plus récents.
  • 7 Greco (E.) L’ekklesiasterion di Poseidonia-Paestum. In : Verger (St.) dir., Rites et espaces en p (...)

6Commençons par « l’édifice circulaire » de l’agora de Poseidonia, car il est exemplaire d’une certaine difficulté à distinguer un ekklèsiastèrion d’un bouleutèrion, avant tout à cause de divergences sur le calcul du nombre des places. Les fouilleurs avaient d’abord publié cet édifice à degrés concentriques taillés dans le rocher (diamètre maximal 35 m, diam. de l’orchestra 7,50 m), datable6 des années 480-470, en le restituant de deux manières possibles : dans la restitution A, six rangées de gradins audessus d’un diazôma occupaient la partie supérieure, mal conservée sur le terrain, et dans B elles étaient remplacées par un portique, toujours avec deux étroits passages d’accès non symétriques, dont un seul est attesté (Greco, Theodorescu 1983, p. 39-49 et 79-83). Dinu Theodorescu a compté 1100 à 1400 places pour la restitution A (fig. 1), en prévoyant 0,60 m à 0,80 m de largeur pour un siège (hauteur des degrés 0,32 m, profondeur totale 0,72 m), ce qui lui faisait supposer un bouleutèrion. Mais ce mode de calcul, trop moderne, ne convient pas : d’après les repères gravés sur les gradins de quelques théâtres antiques, une largeur réduite, entre 0,36 et 0,41 m, était accordée autrefois aux spectateurs, qui devaient accepter de se serrer si nécessaire (Ginouvès 1998, p. 133 n. 41). Avec une assise large de 0,40 m, 1700 personnes pouvaient donc prendre place dans la restitution A de Poseidonia, la seule finalement retenue par Emanuele Greco, qui a également accepté l’interprétation comme ekklèsiastèrion7, par comparaison avec les édifices similaires dégagés à Métaponte comme à Agrigente, et parce qu’un bouleutèrion serait mal envisageable en Occident à une date aussi haute (cf. ci-dessous, p. 144). L’édifice paraît avoir gardé une fonction civique au IVe s. : un autel et une stèle de la période lucanienne étaient dressés à l’intérieur, la stèle étant peinte d’une dédicace à « Juppiter » (correspondant à Zeus agoraios ?) en osque.

Fig. 1. Poseidonia, agora, restitution A de l’ekklèsiastèrion

Fig. 1. Poseidonia, agora, restitution A de l’ekklèsiastèrion

D’après Greco, Theodorescu 1983, fig. 31.

  • 8 De Miro (E.) – L’ekklesiasterion in contrada di San Nicola di Agrigento. Palladio, 17, 1967,
  • 9 Hansen, Fischer-Hansen 1994, p. 55-57 n. 128. Cf. Mertens 2006, p. 318 et fig. 576 p. 319, fig. 608 (...)

7C’est une structure circulaire aux trois quarts seulement, pour un diamètre maximal de 48 m, qui fut découverte peu après 1960 par Ernesto De Miro8 sur l’agora supérieure d’Agrigente (fig. 2). Autour d’une orchestra dont le diamètre atteint 5,60 m, dix-neuf à vingt rangées de gradins ont été taillées dans le rocher en pente, sauf au Sud où il a fallu les construire ; elles sont coupées par trois escaliers dans la seule partie Nord-Est et couronnées par un déambulatoire large d’1 m, bordé d’un parapet ou peut-être même d’un portique, d’après des mortaises dans le rocher. Les dimensions des gradins, distants de 0,45 m et profonds de 0,33 m, pour une hauteur de 0,30 cm, font estimer la capacité du koilon à environ 3000 personnes, disposant chacune d’un espace large de 0,45 cm. Le quart non aménagé en gradins a été occupé par des structures romaines, mais en comparant ce dessin avec celui des édifices de Métaponte et de Poseidonia, il est bien possible, comme l’ont suggéré plusieurs spécialistes, que le cercle fût à l’origine complet9. L’identification de ce monument comme lieu de l’assemblée des citoyens n’est pas seulement fondée sur sa belle capacité : un bouleutèrion et une halia sont épigraphiquement attestées à Agrigente, or nous verrons (p. 144) qu’un édifice identifiable comme bouleutèrion, par son plan comme par sa capacité, a été dégagé dans le même secteur, qui peut alors être interprété comme un secteur civique. E. De Miro avait d’abord daté cet « ekklèsiastèrion » du IIIe s., avant d’opter pour la seconde moitié du IVe s., avant tout pour des raisons historiques (De Miro 2006, surtout p. 70-72).

Fig. 2. Agrigente, agora supérieure (San Nicola), plan de l’ekklèsiastèrion

Fig. 2. Agrigente, agora supérieure (San Nicola), plan de l’ekklèsiastèrion

D’après De Miro 2006, p. 71.

  • 10 Mertens 2006, p. 156-163 et 334-337, résume ses articles publiés depuis 1982 sur ce monument, avec (...)
  • 11 Mitens 1988, p. 140-144 ; Mertens (D.) – Schnurkonstruktionen. In: Hoffmann (A.), Schwandner (E.-L. (...)

8Tout en étant par certains côtés un unicum, l’édifice fouillé sur la vaste agora de Métaponte10 se rattache au même groupe architectural. Sa première phase consistait en une tribune de gradins en bois (des ikria, donc), tournée vers le grand sanctuaire occidental ; elle fut détruite par un incendie à la fin du VIIe s. Au même emplacement, sans doute vers le milieu du VIe s., un espace libre de 12-14 x 18-20 m fut entouré d’un terrassement retenu par un mur circulaire, sur un sol en très légère pente vers le rectangle central, dans l’axe duquel avaient été tracés deux larges passages symétriquement opposés. Cette construction d’un diamètre de 62 m pouvait accueillir, sur des bancs (en bois, en pierre ?) ou à même le sol, environ 7 500 personnes. La proximité du sanctuaire occidental suggère une destination en premier lieu « théâtrale » (au sens originel du terme : « le lieu pour regarder »), pour des concours musicaux ou même athlétiques, convergeant vers l’« orchestra » rectangulaire, mais les dimensions et la capacité exceptionnelles de l’édifice, ainsi que la création, à peu près en même temps, d’un petit sanctuaire de Zeus Agoraios quasi contigu au côté Nord du mur de soutènement poussent à lui accorder une fonction politique concomitante, d’où son nom désormais courant de « théâtre-ekklèsiastèrion », voire ekklèsiastèrion tout court – quand bien même nous ne connaissons pas plus les institutions de Métaponte que celles de Poseidonia. Dans la première moitié du Ve s., le hiéron de Zeus fut agrandi et l’édifice monumental réaménagé (fig. 3) : le mur de soutènement circulaire en pierre de taille fut rehaussé afin d’installer des gradins concentriques en pierre sur une pente accrue (en passant de 4° à 7°) et l’orchestra fut délimitée à 12,80 x 19,05 m par trois rangs de gradins, entre les deux corridors larges de 8 m. Dans cette phase la capacité serait, selon Dieter Mertens, de 7 500-8 000 personnes. Vers la fin du IVe s., un théâtre de plan plus classique, doté d’un bâtiment de scène devant une orchestra circulaire, en bas d’un hémicycle toutefois divisé en sections irrégulières, succéda à l’édifice fait de deux demi-cercles opposés11 ; il n’y a aucune raison de penser que ce théâtre ne fut pas, lui aussi, multifonctionnel.

Fig. 3. Métaponte, agora, plan restitué du théâtre-ekklèsiastèrion circulaire (phase du Ve s.) sous l’hémicycle théâtral du IVe s.

Fig. 3. Métaponte, agora, plan restitué du théâtre-ekklèsiastèrion circulaire (phase du Ve s.) sous l’hémicycle théâtral du IVe s.

D’après Mertens 2006, p. 156 fig. 270, avec légendes traduites.

  • 12 Rappel de la définition dans Daehn 1991, p. 52.
  • 13 Orsi (P.) – Reggio Calabria. Scoperta di antico odeon. NSc, 1922, p. 168-171.
  • 14 Martorano (F.) – Il porto e l’ekklesiasterion di Reggio nel 344. Ricerche di topografia e di archit (...)
  • 15 Voir Mitens 1988, p. 145-147, et Andronico (E.) – Topografia archeologica di Reggio Calabria. In : (...)
  • 16 Discussion de l’article de Fr. Martorano dans Todisco (L.) – Teatro e theatra nelle immagini e nell (...)

9À Reggio Calabria, Paolo Orsi avait décrit en 1922 quelques rangées des gradins latéraux d’un monument bâti contre une légère pente naturelle, au centre de l’antique Rhégion (fig. 4). Il y voyait un odéon (soit un petit théâtre couvert, suivant la terminologie retenue à partir du Ier s. av. J.-C.12) plutôt qu’un véritable théâtre13, car selon lui les susbstructions ne pouvaient pas supporter un koilon étendu. Il le datait au plus tard du début du IIIe s., d’après la technique de construction et le style de trois chapiteaux ioniques en terre cuite, supposés provenir du décor de la skènè. Soixante ans plus tard, sans fouilles complémentaires (rendues impossibles par la présence de la ville moderne) mais à partir d’un nouveau relevé, Francesca Martorano en proposa une restitution différente14, alors que la date de l’ensemble avait déjà été remontée au IVe s. par d’autres savants, pour les mêmes raisons que P. Orsi. Au-dessus d’une orchestra de 21,90 m de diamètre, quinze rangées de sièges ont été réparties sur six kerkidés, pour 1 500 à 1 600 personnes, d’où l’idée d’un ekklèsiastèrion et non en cercle complet – ou presque complet, si l’on veut laisser à Agrigente ses trois quarts de cercle. La proposition de Fr. Martorano a laissé les commentateurs sceptiques ; ils préfèrent généralement attribuer ces gradins au théâtre de la ville, vainement cherché ailleurs, plutôt qu’à un odéon15, étant donné sa date et le fait que le diamètre restitué du koilon est vraiment faible par rapport à celui de l’orchestra, si bien qu’on imagine a priori un koilon plus vaste, pour un nombre supérieur de personnes16. On pourrait alors songer à une utilisation conjointe du théâtre de Rhégion pour des représentations dramatiques et pour des réunions politiques.

Fig. 4. Rhégion, plan des gradins incurvés dégagés, avec un essai de restitution

Fig. 4. Rhégion, plan des gradins incurvés dégagés, avec un essai de restitution

D’après P. Orsi, NSc, 1922, fig. 18.

  • 17 Voir par ex. Sjöqvist (E.) – Excavations at Morgantina (Serra Orlando) 1963, Preliminary Reports II (...)
  • 18 Becker (Th.) – Griechische Stufenanlagen. Untersuchungen zur Architektur, Entwicklungsgeschichte, F (...)
  • 19 Références dans Moreau (Ph.) – Corps romains. Grenoble, éditions J. Millon, 2002, p. 193.
  • 20 Voir Mitens 1988, p. 105-108, et Sposito (A.) – Morgantina, il teatro ellenistico. Storia e restaur (...)
  • 21 Résumé dans Nielsen (I.) – Cultic Theatres and Ritual Drama, A Study in Regional Development and Re (...)

10Le cas de Morgantina est très différent. Au centre de l’agora allongée, un escalier monumental large d’environ 52 m permettait de passer d’une partie haute à une partie basse. Reliées en angle très ouvert, trois sections de degrés rectilignes en calcaire (tantôt 15 degrés, tantôt 13), à la surface mal lissée et dépourvue de crampons, sont datées par des monnaies vers le deuxième quart du IIIe s. av. J.-C. L’interprétation comme ekklèsiastèrion a été proposée dès le début de la fouille américaine17, parce que nous sommes sur l’agora, où l’on a cru distinguer la trace d’un bèma en contrebas, vers l’Est – une hypothèse contestable, car un bèma aurait été attendu au centre géométrique de cet espace, non sur le côté (fig. 5). Les participants (environ 1000 personnes, selon les fouilleurs) auraient alors dû rester debout, puisque la hauteur des marches est aussi faible (0,19-0,24 m) que leur profondeur totale est restreinte (0,40-0,45 m) ; nul « repose-pieds » n’avait été prévu pour une personne placée à l’arrière. L’identification comme ekklèsiastèrion a été reprise plusieurs fois par Malcolm Bell III (ainsi dans Bell III 2005a, surtout p. 163) ; de son côté Barbara Tsakirgis est un peu plus prudente, en parlant de « Great Steps » (Tsakirgis 1995, surtout p. 129). Comme Thomas Becker18 nous nous en tiendrons à un escalier monumental, nécessaire pour compenser la dénivellation à cet endroit et bien dans le goût des programmes de l’époque hellénistique, puisque des degrés du même type facilitaient l’accès à la longue stoa qui bordait cette agora à l’Est, avec un curieux « édifice public » ou, plus précisément, du lieu d’assemblée contenant un bèma auprès duquel Timoléon s’était placé en 344 (selon Diodore, XVI, 68, 4-5, et Plutarque, Timoléon, 10, 4-5). Mais si l’on accepte cette interprétation, ce serait à ce jour le seul ekklèsiastèrion d’Occident planifié en hémicycle, dans son prolongement (ci-dessous, fig. 10). De toute façon, les participants à l’assemblée populaire étaient sûrement assis : ce sont les Romains qui se vantaient de rester debout devant leurs magistrats, contraire ment aux Grecs19. En fait, comme dans les autres villes grecques, les citoyens de Morgantina avaient la possibilité de s’asseoir sur des gradins courbes : ceux du théâtre au Sud-Ouest de l’agora, dont le premier état20 remonte au IVe s. Rappelons, enfin, que d’autres antiquisants ont voulu prendre les escaliers de l’agora de Morgantina pour un « théâtre cultuel »21 (toujours à station debout !) en rapport avec le sanctuaire des divinités chthoniennes, qui n’était pourtant pas à proximité immédiate.

Fig. 5. Morgantina, secteur Sud-Est de l’agora, restitution axonométrique des escaliers, d’un bèma et d’« un édifice public » à cour péristyle accolé au grand portique Est

Fig. 5. Morgantina, secteur Sud-Est de l’agora, restitution axonométrique des escaliers, d’un bèma et d’« un édifice public » à cour péristyle accolé au grand portique Est

D’après Bell III 2005a, p. 162.

Fig. 10. Morgantina, agora : coupe restituée sur la cour de « l’édifice public », montrant le mur aux cuves sous des fentes

Fig. 10. Morgantina, agora : coupe restituée sur la cour de « l’édifice public », montrant le mur aux cuves sous des fentes

D’après Bell III (M.) – In: Minà 2005, p. 143.

Les salles du Conseil

  • 22 Souvent décriée, la monographie de Doris Gneisz reste utile si on l’aborde avec précaution : Gneisz (...)
  • 23 Ainsi, l’édifice A à l’Est de l’Asclépieion de Messène, d’abord qualifié de bouleutèrion, fut ensui (...)

11Les salles du Conseil certainement identifiées, ou seulement probables, sont beaucoup plus nombreuses que les ekklèsiastèria. Car il fallait un édifice pour les séances de la boulè, qui fait en principe partie de l’exercice du gouvernement d’une polis, que celle-ci ait adopté des principes démocratiques ou oligarchiques, ou qu’elle soit soumise à un prince, le nombre des bouleutes, qui dépend de la constitution de chaque ville, étant rarement supérieur à 500 et pouvant être très inférieur à 100. En 1994 le CPC a inventorié soixante-douze bouleutèria, dont quarante-quatre connus par des vestiges archéologiques, la plupart de date hellénistique, l’Asie Mineure étant la mieux représentée (Hansen, Fischer-Hansen 1994, p. 37-44). Comme les publications de bouleutèria ne manquent pas, des synthèses ont suivi, plus ou moins développées, qui visent souvent à établir une typologie22, d’où s’écartent inévitablement des exceptions. Les auteurs s’accordent pour juger que les bouleutèria, étant a priori moins grands que les bâtiments pour l’assemblée du peuple, devaient être couverts, et que le type à gradins courbes inscrits dans un rectangle, comme à Milet (fig. 6), est le plus courant dans tout le monde grec à partir de la basse époque hellénistique. D’où la confusion possible avec un odéon, un problème qui entretient les contestations et les repentirs23.

Fig. 6. Milet, bouleutèrion, plan restitué

Fig. 6. Milet, bouleutèrion, plan restitué

D’après Krischen (F.) – Antike Rathäuser, 1941, pl. 25, 1.

  • 24 Giacobbi-Lequément (M.), Lambert (N.), Roth-Congès (A.) – Le centre monumental gallo-grec. Glanum. (...)
  • 25 Delestre (X.), Salviat (Fr.) – Glanum antique. Paris, éditions du Patrimoine, 2011, p. 88 et plan p (...)

12Alors qu’aucun bouleutèrion n’a été mentionné ni identifié à ce jour en Italie du Sud – l’édifice circulaire de Poseidonia, d’abord pris pour un bouleutèrion, devant être un ekklèsiastèrion –, on pense depuis longtemps en avoir trouvé un sur la commune de Saint-Rémy-deProvence, à Glanon, devenue Glanum dans l’Empire. Le dernier guide archéologique édité reprend cette interprétation qui remonte à la mise au jour, sur ce que H. Rolland considérait comme l’agora, d’un « auditorium de plein air, entouré de gradins droits sur trois côtés autour d’un autel circulaire, [adossé] à un vaste portique à deux nefs »24 : « construit en grand appareil au IIIe s. av. J.-C., c’est un édifice d’un type bien connu à l’époque hellénistique en milieu grec (Priène, Notion, etc.) sous le nom de bouleutèrion. C’est un local de réunion et de délibération pour les corps officiels. Son existence pose le problème de l’organisation politique des Glaniques dans la période qui précède l’installation romaine ; son oblitération définitive par les monuments de l’époque augustéenne est comme le symbole de l’avènement de l’ordre nouveau »25. Mais la ressemblance avec les bouleutèria de Priène et de Notion n’est que superficielle, les gradins de ces derniers, qui montent plus haut, étant entourés à l’arrière par les supports d’une charpente à grande portée. Qu’il s’agisse d’un auditorium est la seule chose certaine, le reste relève avant tout de l’enchaînement d’hypothèses, parce qu’on attend un bouleutèrion sur l’agora, comme en témoigne cette autre phrase du numéro des Dossiers d’archéologie « Glanum » : « Tout à côté, l’édifice XXVIII, avec ses deux chambres et son vestibule, pourrait lui être lié : peut-être abritait-il les archives et le trésor de la communauté ? ». Nous partageons le scepticisme du CPC, qui ne retient pas dans sa liste (Hansen, Fischer-Hansen 1994, p. 38 n. 62) ce « bouleutèrion » supposé, dont la date n’est d’ailleurs pas vraiment fixée, entre le IIIe et le IIe s.

  • 26 Sur cette série, dont la date a été controversée (dans la première moitié ou le milieu du IIIe s., (...)
  • 27 De Miro (E.) – Il bouleuterion di Agrigento, Aspetti topografici, archeologici e storici. Quaderni (...)
  • 28 Comme le théâtre, voisin : Bernabò-Brea (L.) – Akrai. Catane, Regione Siciliana, 1956, p. 44-53. Cf (...)
  • 29 Pour le bouleutèrion ouvrant sur le Portique Ouest de l’agora, voir Daehn 1991, p. 52-64 ; pour le (...)
  • 30 Sjöqvist (E.) Excavations at Morgantina (Serra Orlando) 1963, Preliminary Reports VIII. AJA, 68, (...)
  • 31 Daehn 1991, p. 53-59, surtout 58-59 : avec ses deux escaliers radiaux il ressemble à l’édifice d’Ak (...)

13Les salles du Conseil fouillées en Sicile forment un groupe particulier, qui a bénéficié de plusieurs analyses récentes. On ne signalera donc qu’en passant les bouleutèria siciliens juste connus par des attestations littéraires ou épigraphiques : Diodore nous informe (XVI, 83,3) de la construction d’un bouleutèrion à Agyrion, à la suite d’une réforme politique due à Timoléon ; des décrets de proxénie26 devaient être placés dans le bouleutèrion d’Entella, et celui de Rhégion est connu par un décret honorifique du IIe s. (IG XIV, 612, 5). Enfin, Cicéron fait plusieurs fois allusion à celui de Syracuse dans Contre Verrès ; de son temps c’était en réalité la curie, très probablement située près du temple de Zeus. Dans un court article consacré aux bouleutèria siciliens, Hans Peter Isler a mentionné et commenté toutes ces attestations, à l’exception de l’inscription concernant Rhégion et en ajoutant l’épigraphie en relation avec deux bouleutèria dégagés, à Agrigente et à Ségeste (Isler 2003). Il retient les vestiges matériels d’une salle du Conseil dans six villes de Sicile ; en laissant de côté l’édifice de Ségeste, trop récemment dégagé, ces salles étaient alors datées ainsi : celle de l’agora supérieure d’Agrigente, probablement au tournant des IVe-IIIe s. selon E. De Miro27 ; Akrai (fig. 7), de l’époque de Hiéron II ou de la fin du IIIe s. selon Luigi Bernabò-Brea, pour des raisons historiques28 ; Iaitas, deux édifices successifs autour de l’agora (fig. 8) : celui du Nord, pour 70 places au maximum, serait de la fin du IVe s., et celui de l’Ouest, pouvant accueillir jusqu’à 120 personnes, de l’époque républicaine avancée (deuxième moitié ou dernières décennies du IIe s.)29 ; au Nord-Ouest de l’agora de Morgantina, le bâtiment a été daté par des monnaies de la seconde moitié du IIIe s.30 ; à Solonte le bouleutèrion31 est jugé contemporain du théâtre, rapporté à la fin du IVe s. par Vincenzo Tusa. Dans une très petite synthèse, M. Bell III complète les remarques de H. P. Isler (Bell III 2005a, p. 163) : les sept bouleutèria mis au jour, dont deux à Iaitas, sont datés entre la fin du IVe s. et le IIe s. av. J.-C., avec une capacité qui va de 70 places (Iaitas 1) à ca 300 places pour celui d’Agrigente, et environ 100 places pour ceux d’Akrai, Morgantina et Solonte.

Fig. 7. Akrai, le bouleutèrion à proximité du théâtre

Fig. 7. Akrai, le bouleutèrion à proximité du théâtre

D’après Bernabò-Brea (L.) – Akrai. Catane, 1956, pl. A.

Fig. 8. Iaitas, l’agora hellénistique : contre le portique Nord, le premier bouleutèrion ; à l’Ouest, le second bouleutèrion

Fig. 8. Iaitas, l’agora hellénistique : contre le portique Nord, le premier bouleutèrion ; à l’Ouest, le second bouleutèrion

D’après Isler (H. P.) – In : Minà 2005, p. 165.

  • 32 Campagna 2006, surtout p. 25-28, où il revient aussi sur Iannello (A.) – I bouleuteria in Sicilia, (...)
  • 33 Parra (M. C.) – Note di architettura ellenistica a Segesta, intorno all’agorà. In : Osanna, Torelli (...)
  • 34 La date précise de la série monétaire a été discutée, tout comme la relation exacte entre son lieu (...)
  • 35 Un portique, au fond d’une cour fermée, donne accès à une pièce de ca 8,60 x 9,60 m qui comprend de (...)

14Ce bilan sicilien a été discuté par Lorenzo Campagna32, puisque la moitié de ces monuments n’est datée que par des « considérations externes » et que seuls deux le sont par la céramique : le second bouleutèrion de Monte Iato et celui de Ségeste (dimensions de la salle : 13,20 x 18,50 m)33, tous deux assignables aux dernières décennies du IIe s., tandis que le bouleutèrion de Morgantina pourrait bien ne pas être antérieur à la fin du IIIe s., contrairement à la date d’abord avancée pour les monnaies sorties du mur Sud34. Il faudrait pouvoir mieux assurer les datations de l’ensemble de ces édifices, car malgré des publications insuffisantes (pour Akrai, Morgantina et Solonte) L. Campagna et quelques autres spécialistes leur ont reconnu des caractères assez homogènes : étant de dimensions modestes ils ne nécessitent pas de soutiens internes (sauf celui d’Agrigente, où la cavea semi-circulaire est prise dans un rectangle de 12,50 x 20,50 m) ; les gradins incurvés (en arc de cercle, en demi-cercle simple ou encore outrepassé, le cas de Morgantina restant douteux)35 sont inscrits dans un rectangle ou dans un carré et l’ensemble est précédé (sauf à Solonte) d’un portique, qui prend la forme d’une cour péristyle à Iaitas 1 ; alors que ce plan fait aussi a priori songer à un odéon, l’absence de bâtiment de scène oriente vers une fonction politique.

  • 36 Isler (H. P.), recension de Wiegand (A.) – Das Theater von Solunt. Ein besonderer Skenentyp des Spä (...)

15Il faut convenir que la parenté avec le plan du bouleutèrion de Milet, érigé entre 175 et 163, est évidente. Comment et pourquoi ce type micrasiatique se retrouverait-il en Sicile avant le milieu du IIe s., c’est la question qui s’impose – et elle reste posée, même si l’on a tenté de descendre les dates hautes avancées dans certains cas, sans raisons vraiment probantes. La date du bouleutèrion de Solonte est traditionnellement alignée sur celle du théâtre, dont la première phase a récemment été placée au IIe s., après une étude approfondie de son bâtiment de scène ; l’argumentation a été contestée par H. P. Isler, qui n’exclut pas, cependant, que ce théâtre puisse « ne pas remonter plus tôt que la deuxième moitié du IIIe s. »36. Et L. Campagna a préféré abaisser nettement la datation de Iaitas 1 (pas avant le début du IIe s.), en raison de la mosaïque de son orchestra et aussi de sa cour péristyle, mitoyenne du mur de fond du portique Nord de l’agora : mais ce portique a été très remanié et le moment de sa construction reste incertain, puisque l’équipe suisse, qui estime que rien ne permet de conforter une date dans le courant du IIe s., suggérait en 2011 « peut-être le milieu du IIIe s. », sans argumenter (Reusser 2011). La chronologie « haute » de l’édifice d’Agrigente n’est pas non plus assurée, le fouilleur, qui avait d’abord penché pour le IIIe s., ayant choisi de remonter sa date pour des raisons surtout « historiques » (De Miro 2006, surtout p. 70-72).

16Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’un certain flou entoure encore les bouleutèria occidentaux.

Les prytanées

  • 37 Hansen, Fischer-Hansen 1994, p. 30-37 : depuis, cette liste a pu être complétée avec plusieurs pryt (...)

17La synthèse américaine sur les prytanées d’époque grecque (Miller 1978), qui reste pour la plus grande part d’actualité, avait été mise à jour par le CPC : celui-ci avait comptabilisé jusqu’à quatre-vingt-quatorze prytanées connus par des sources archéologiques, littéraires ou épigraphiques, parmi lesquels seuls trois (Délos, Latô, Olympie) étaient identifiés avec assurance, en combinant des indices archéologiques et épigraphiques, tandis que quelques autres ruines peuvent être considérées comme de probables ou très probables prytanées (ainsi, à Kassopè, à Cyrène, à Magnésie du Méandre)37. La récente publication du prytanée d’Éphèse, que Miller 1978 (p. 98-109) appelait de ses vœux car les ruines ne présentent que l’état impérial de ce prytanée jugé « très probable », a établi que, contrairement à ce qu’on a longtemps cru, il n’existait pas ici de phase antérieure à l’époque augustéenne (Steskal 2010) ; en faisant ensuite le point sur d’autres prytanées plus ou moins assurés, Martin Steskal a souligné combien règnent ici les spéculations et les raisonnements circulaires ou tout simplement imprudents.

18Oui, les prytanées sont particulièrement difficiles à identifier avec certitude, plus que les édifices pour une ekklèsia ou pour la boulè. D’après les nombreuses sources textuelles ou épigraphiques, toute ville grecque, quel que fût son régime politique, devait anciennement posséder un prytanée, où était conservé le feu perpétuel d’Hestia, représentant la cité. Ces testimonia révèlent aussi que deux salles sont attendues dans un prytanée (Miller 1978, p. 36-37, confirmé par le CPC) : l’une qui contient le foyer d’Hestia, l’autre pour les banquets – ce qui suppose une cuisine ou, plutôt, le recours à réchauds mobiles – dont sont gratifiés les bienfaiteurs de la cité et tous les personnages qu’elle veut honorer. Il s’y ajoute parfois d’autres pièces (pour du stockage d’objets divers ou pour les archives qui, néanmoins, peuvent être conservées ailleurs) et une cour, où sont érigées des statues. Le paradoxe veut que seule soit bien connue l’institution athénienne des prytanes, ces hauts magistrats qui administrent à tour de rôle la cité, et qu’en même temps l’emplacement du prytanée d’Athènes ne fasse pas l’unanimité. En effet, la tholos édifiée en bordure Ouest de l’Agora est bien la salle de banquet des prytanes, mais non le prytanée lui-même, ce qui a brouillé les cartes : d’une part nous ne pouvons pas être certains que seule Athènes aurait « délocalisé » la salle de banquet de son prytanée, d’autre part des archéologues ou des historiens persistent à prendre la tholos d’Athènes pour le prytanée, et même à penser que la forme circulaire évoquerait en priorité un prytanée. Or la comparaison des cas de Délos, Latô et Olympie donne l’impression qu’il n’existe pas d’architecture type pour un prytanée et qu’elle ne semble pas, de toute façon, être vraiment monumentale. On a parfois cru discerner une tendance à l’insertion d’une cour, péristyle ou non, dans les prytanées à partir de l’époque hellénistique, mais ce n’est là qu’un trait général de l’architecture hellénistique. Qu’en est-il en Occident ? Des prytanées – ou, au moins, des sanctuaires d’Hestia – n’y sont attestés que par des textes : à Entella (SEG, 30, 1122, l. 18 ; cf. n. 26), à Lipara (Diodore, XX, 101, 2 ; 304 av. J.-C.), à Rhégion (Dessau, ILS, 5471 ; Ier s. av.- Ier s. apr. J.-C.), à Syracuse (Cicéron, Verr., IV, 53, 119 ; 70 av. J.-C.), à Tarente (Athénée, XX, 700 d ; vers 360). On a plusieurs fois cru reconnaître les restes d’un prytanée à Héraclée de Lucanie et, surtout, en Sicile, à Agrigente, Mégara Hyblaea, Morgantina, Paliké près de Catane, enfin Iaitas. Mais ce ne sont là, nous le verrons, que des hypothèses hâtivement formulées.

  • 38 Reusser 2011, avec un renvoi à une simple hypothèse de H. P. Isler en 1990.

19Passons sur l’idée, non fondée mais réactivée dernièrement par les fouilleurs suisses, que la cour péristyle attenante au koilon du bouleutèrion Iaitas 1 (fig. 8) serait « möglicherweise ein Teil des Prytaneions »38, et venons-en à l’édifice de Mégara Hyblaea, une des « deux seules structures de Sicile grecque […] identifiées comme prytaneia » (selon Bell III 2005a, p. 163).

  • 39 Gras (M.), Tréziny (H.), Broise (H.) – Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une (...)
  • 40 Vallet (G.), Villard (Fr.), Auberson (P.) – Mégara Hyblaea 1. Le quartier de l’agora archaïque. Rom (...)
  • 41 Antonaccio (C.) – Urbanism at Archaic Morgantina. In: Andersen (H. D.) et al. dir., Urbanization in (...)
  • 42 Pianu (G.) – Spazi e riti nell’agora di Eraclea Lucana. In : Etienne (R.), Le Dinahet (M.-Th.) dir. (...)
  • 43 Pianu (G.) – L’agorà di Eraclea Lucana. In: Greco (E.) dir., Siritide e Metapontino. Storie di due (...)
  • 44 Maniscalco (L.), McConnell (B. E.) – The Sanctuary of the Divine Palikoi (Rocchitella di Mineo, Sic (...)

20M. Bell III reprenait alors l’idée première de Georges Vallet et François Villard, qui n’a pas été retenue dans Mégara 5, où il est expliqué39 que le « bâtiment b », un rectangle en bordure de l’agora archaïque, comprenant trois pièces et un possible « portique » (qui n’appartient peut-être pas au même état que le reste) avait été identifié comme un « hestiatorion » dans Mégara 1, après avoir été qualifié de « prytanée » dans deux articles parus respectivement en 1967 et 1969, puis à nouveau dans Mégara 3, en 198440. On s’en tiendra aux remarques de Miller 1978 (p. 229-230) : les dimensions des trois salles ne conviennent pas à l’installation de lits et il n’y a pas de trace d’un culte d’Hestia ; on ne saurait non plus adhérer à la conclusion de M. Bell III : « dotato di corte e portico, l’edificio megarese sembra anticipare, in certo senso, gli sviluppi dei bouleuteria di IV e III sec. a.C. ». En réalité, en Occident comme en Grèce continentale, les archéologues ont tendance à glisser de l’hestiatorion au prytanée. Sur le plateau supérieur de Morgantina, les Américains ont brièvement cru tenir le prytanée archaïque de la cité, qui n’était pourtant pas encore, à cette époque, structurée comme une polis grecque : pour un bâtiment à quatre pièces, qui contenait de nombreux restes de vases de banquets (mais aussi des pithoi et des amphores), a été supposée la fonction de prytanée, à cause de son contenu, de sa situation en bordure de ce qui pourrait être l’agora archaïque ( ?) et de sa relative bonne construction, surtout si l’on y replace, toujours par hypothèse, un lot de belles terres cuites architecturales trouvées dans le secteur. Ces spéculations ont été balayées en 1997 : ces petites pièces appuyées contre une pente et mal adaptées à des banquets étaient mieux destinées à du stockage en sous-sol41. À Héraclée de Lucanie, une « place supérieure », qui est peut-être l’agora car elle est vide en son centre et bordée en partie de constructions sacrées, est aussi délimitée par des structures très ruinées qui ont d’abord été prises pour des portiques, mais dans l’un d’eux des restes de repas et de céramique ont fait songer à un hestiatorion pour des banquets publics42, et finalement à un possible « prytanée »43. L’hypothèse devrait être argumentée, afin d’être plus convaincante que celle formulée pour un bâtiment du Ve s. à Palikè44 : dans le sanctuaire des dieux Palikoi, un hestiatorion à sept pièces autour d’une cour, dont quatre à portes décentrées (fig. 9), a été pris pour un prytanée, mais l’absence d’indices d’un culte d’Hestia est gênante et, contrairement à ce qu’écrivent les auteurs, le plan n’est pas « typique » d’un prytanée et ne saurait être rapproché du « prytanée » ( ?) de Mégara Hyblaea.

Fig. 9. Palikè, sanctuaire des dieux Palikoi, plan de l’hestiatorion

Fig. 9. Palikè, sanctuaire des dieux Palikoi, plan de l’hestiatorion

D’après Maniscalco (L.), McConnell (B. E.) In : Minà 2005, p. 123.

  • 45 Allen (H. L.) – Excavations at Morgantina (Serra Orlando), 1967-1969. Preliminary Report X. AJA, 74 (...)
  • 46 Miller 1978, p. 115-117 (suivi par Steskal 2010, p. 218). « Public Building » était déjà le terme e (...)
  • 47 Tsakirgis 1995, p. 124 fig. 1 (cf. M. Bell III, AJA, 92, 1999, p. 338 et plan).

21En effet, ce genre d’idée a plusieurs fois été lancé par comparaison avec un bâtiment d’une autre ville, dont l’identification comme prytanée est pourtant loin d’être assurée. E. De Miro (2006, p. 73 et fig. 7) voudrait reconnaître le prytanée d’Agrigente dans un grand édifice (28,50 x 18,30 m) qui occupe un îlot à l’Est de l’agora inférieure, car il possède plusieurs pièces de taille différente où l’archéologue voit des salles de banquets et des chambres à coucher autour d’une cour, tandis que la grande pièce au Sud semble bien avoir abrité des pratiques rituelles, d’après les trouvailles. Suit un renvoi aux prytanées de Délos, de Néapleuron, de Kassopé et de Morgantina ; or leurs plans ne sont pas comparables, il n’y a pas de traces d’un culte d’Hestia dans la pièce Sud du bâtiment d’Agrigente et, surtout, ni à Néapleuron ni à Morgantina le prytanée n’a été reconnu avec certitude. C’est prudemment que Hans Lauter a supposé qu’un édifice à cour près de l’agora de Néapleuron pourrait être le prytanée (Lauter 1986, p. 149, 203, 239, et plan 17), et le CPC ne l’a pas suivi. Quant à l’édifice à l’angle Sud-Est de l’agora de Morgantina, qu’on avait envisagé d’attribuer aux prytanes à l’issue des premières fouilles45, son identification comme prytanée de la seconde moitié du IIIe s. avait déjà été mise en doute par Miller, qui n’admettait qu’un « édifice public », à cause de sa situation46. Cette extension de la grande stoa orientale comprend plusieurs pièces autour d’une cour à portiques sur trois côtés, le quatrième étant un mur percé d’une porte sur l’agora (fig. 5). Le tout rappelle l’architecture domestique ; en tout cas, rien, pas même un foyer dans un angle, ne suggère des salles de banquets ni un culte d’Hestia. En 1995, B. Tsakirgis reprenait l’expression employée par M. Bell III dans un rapport publié en 1988 : « East Stoa Annex (formerly Prytaneion) »47. Dix ans plus tard, M. Bell III se refusait toutefois à exclure un usage pour des banquets et estimait que le caractère public de l’édifice, où il plaçait volontiers les archives, était confirmé par son implantation dans « l’axe du bèma de l’ekklèsiastèrion » (Bell III 2005a, p. 163) ; or nous avons vu que les degrés en question feraient un lieu d’assemblée malcommode, près d’un bèma ( ?) qui n’a rien de certain. M. Bell III préfère d’ailleurs parler d’un « édifice public à fonctions diverses », y compris une banque publique, une idée lancée dès 2002 et réaffirmée dans deux autres contributions (Bell III 2004, Bell III 2005b) : soit la dèmosia trapéza de Morgantina, soit un bureau de la basilikè trapéza du royaume de Syracuse, sur le modèle de la banque royale lagide connue par des papyrus. Car le mur de la pièce à l’angle Sud-Est de la cour présente une particularité intrigante : de part et d’autre d’une porte étroite ouvrant sur la cour il est restituable avec trois fines fenêtres, sur deux assises (fig. 10), en correspondance avec des cuves de pierre évidées dans le mur et accessibles par l’intérieur.

  • 48 Wolf (M.) – Die Häuser von Solunt und die hellenistische Wohnarchitektur. Mayence, Philipp von Zabe (...)
  • 49 Hoepfner (W.) dir. – Geschichte des Wohnens 5000 v. Chr. 500 n. Chr. Vorgeschichte – Frühgeschichte (...)

22Ce dispositif est comparé par M. Bell III à celui visible dans des maisons hellénistiques de Solonte (la Maison de Léda) et d’Agrigente (la Maison d’Aphrodite, non publiée), qu’il attribue volontiers à des banquiers exerçant une activité privée, l’association d’ouvertures étroites et de cuves bien construites pouvant servir à échanger de manière sécurisée des petits objets précieux, tels que la monnaie. Il mentionne au passage trois autres habitations de Solonte qui possèdent aussi des cuves en pierre, toutes étant proches les unes des autres. Or Markus Wolf, dans son étude architecturale des riches maisons hellénistiques de la ville48, ne doutait pas que ces cuves étaient des auges d’écuries, dans le secteur de service reconnu en haut de ces maisons édifiées contre une pente (celles de Léda, « del deposito a volta », « del vano circolare », et même celle d’Harpocrate, où les cuves ne sont pas conservées). Pour ces « Trogelemente » il n’évoque même pas un éventuel mur à claire-voie, car pour bien des architectes-archéologues allemands, une pièce d’une maison grecque donnant sur la rue et pourvue d’un mur à simples jours ne saurait être qu’une écurie49. Toutefois, d’accord avec Malcolm Bell III, on peut penser que les équidés auraient préféré pouvoir passer par une porte plus large que celle de la pièce de la Maison de Léda, où le sol est en partie couvert d’opus signinum, inutile dans une écurie. Dans les autres maisons de Solonte concernées le passage est également étroit, comme dans la Maison d’Aphrodite à Agrigente, où la pièce contenant les cuves est nettement séparée de l’espace doté de fines ouvertures, un trait qui se retrouve dans l’édifice public de Morgantina – lequel ne possédait évidemment ni écurie, ni « bar » (sic : le mur à cuves est légendé ainsi sur le plan de Miller 1978, p. 116).

  • 50 Duval (N.), Golvin (J.-Cl.) – Haïdra à l’époque chrétienne. IV : Le monument à auges et les bâtimen (...)
  • 51 Baratte (Fr.), Bejaoui (F.), Ben Abdallah (Z.) dir. – Recherches archéologiques à Haïdra, III : la (...)

23Malcolm Bell III convenait que le tout rappelle irrésistiblement les « bâtiments à auges » de l’Afrique du Nord au Bas Empire, sans s’attarder sur cette similitude. Il faut pourtant y revenir, car il y a longtemps que Noël Duval avait récusé l’idée d’écuries et avancé pour certains de ces monuments une interprétation analogue50 à celle de M. Bell III. Jean-Claude Golvin l’a réaffirmé récemment pour le « petit monument à auges » d’Haïdra51 : à ses yeux, dans un bâtiment public de bonne facture, ce dispositif sécurisé doit garantir des échanges ou des transactions avec un maniement d’objets de valeur ; ces sortes de guichets pourraient alors être liés à la perception d’impôts, soit en nature (pour l’annone), soit en monnaie, les objets étant stockés dans un espace non accessible au public.

  • 52 Cf. Bogaert (R.) – Banques et banquiers dans les cités grecques. Leyde, Sijthoff, 1968.

24À vrai dire, les pièces à cuves ou auges, associées à un mur à claire-voie, n’ont probablement pas la même fonction dans tous les bâtiments ; elles servaient peutêtre tout de même d’écuries dans quelques maisons de Solonte, car même dans une ville prospère on a du mal à imaginer tant de banques privées à faible distance l’une de l’autre52. Mais dans l’édifice public de l’agora de Morgantina, l’hypothèse d’une banque d’État ou d’un local de collecte pour des fonds ne saurait être exclue a priori, en raison de cette architecture si particulière.

25Et voilà pourquoi, à Morgantina comme dans les autres villes de Sicile et de Grande Grèce, nous sommes toujours à la recherche du prytanée.

  • 53 Cf. Donati (J. C.) – Civic Buildings and the Early Greek Agora: The View from the Peloponnese. In: (...)

26Pour conclure, on peut se demander pourquoi tant de bâtiments civiques grecs, sur des agoras ou à proximité, demeurent non identifiés avec assurance : ne serait-ce pas parce que nous cherchons toujours à les ranger dans une typologie architecturale53, alors qu’il faudrait admettre qu’à elle seule l’architecture d’un édifice laisse rarement déterminer sa fonction politique ? La prise en compte d’autres constructions ou des trouvailles associées paraît indispensable, sans oublier les spécificités régionales, surtout en Occident.

Bibliographie

Bell III 1999: BELL III (M.) – Centro e periferia nel regno siracusano di Ierone II. In : La colonisation grecque en Méditerranée occidentale, Actes de la rencontre en hommage à Georges Vallet, Rome-Naples, novembre 1995. Rome, École française de Rome, 1999, p. 257-277.

Bell III 2004 : BELL III (M.) – Una banca pubblica sull’agora di Morgantina ? In : Caccamo Caltabiano (M.), Campagna (L.), Pinzone (A.) dir., Nuove prospettive della ricerca sulla Sicilia del III sec. a.C., Archeologia, numismatica, storia (Atti dell’Incontro di Studio, Messina, 2002). Messine, Dipartimento di Scienze dell̔Antichità, 2004, p. 135-150.

Bell III 2005a : BELL III (M.) – L’architettura civile di età ellenistica : le stoai e gli edifici con funzione politica. In: Minà 2005, p. 159-163.

Bell III 2005b: BELL III (M.) – Bankers’ Houses in Soluntum and Agrigentum. In: Mols (St. T.A.M.), Moormann (E. M.) dir., Omni pede stare, Saggi architettonici e circumvesuviani in memoriam Jos de Waele. Naples, Electa Napoli, 2005, p. 92-99.

Campagna 2006 : CAMPAGNA (L.) – L’architettura di età ellenistica in Sicilia : per una rilettura del quadro generale. In: Osanna, Torelli 2006, p. 15-34.

Daehn 1991: DAEHN (H. S.) – Studia Ietina III. Die Gebäude an der Westseite der Agora von Iaitas. Zurich, Eugen Rentsch Verlag, 1991.

De Miro 2006: DE MIRO (E.) – Agrigento in età ellenistica. Aspetti di architettura. In: Osanna, Torelli 2006, p. 69-81.

Giannikouri 2011: GIANNIKOURI (A.) dir. – The Agora in the Mediterranean, from Homeric to Roman Times, International Conference, Kos, 14‑17 April 2011 [titre bilingue grec/anglais]. Athènes, Institut archéologique des études égéennes, 2011.

Ginouvès 1998 : GINOUVÈS (R.) – Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine III. Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles. Rome. École française de Rome, 1998.

Greco, Theodorescu 1983: GRECO (E.), THEODORESCU (D.) – Poseidonia-Paestum, II, L’agora. Rome. École française de Rome, 1983.

Hansen, Fischer-Hansen 1994: HANSEN (M. H.), FISCHER-HANSEN (T.) – Monumental Political Architecture in Archaic and Classical Greek Poleis, Evidence and Historical Significance. In: Whitehead (D.) dir., From Political Architecture to Stephanus Byzantius. Stuttgart, Fr. Steiner Verlag, 1994, p. 23-90.

Isler 2003: ISLER (H. P.) – Bouleuteria di Sicilia. In: Fiorentini (G.), Calderone (A.) dir., Archeologia del Mediterraneo, Studi in onore di Ernesto de Miro. Rome, L’« Erma » di Bretschneider, 2003, p. 429-433.

Lauter 1986 : LAUTER (H.) – Die Architektur des Hellenismus. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1986.

Mertens 2006 : MERTENS (D.) – Città e monumenti dei Greci d’Occidente, Dalla colonizzazione alla crisi di fine V secolo a. C. Rome, L’« Erma » di Bretschneider, 2006.

Miller 1978: MILLER (St. G.) – The Prytaneion, Its Function and Architectural Form. Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1978.

Minà 2005: MINÀ (P.) dir. – Urbanistica e Architettura nella Sicilia greca. Palerme, Regione Siciliana, 2005.

Mitens 1988: MITENS (K.) – Teatri greci e teatri ispirati all’architettura greca in Sicilia e nell’ltalia meridionale c. 350-50 a.C. Rome, L’« Erma » di Bretschneider, 1988 (Analecta Romana Instituti Danici, Suppl. XIII).

Osanna, Torelli 2006: OSANNA (M.), TORELLI (M.) dir. – Sicilia ellenistica, Consuetudo italica, Alle origini dell’architettura ellenistica d’Occidente, Spoleto, Complesso monumentale di S. Nicolò, novembre 2004. Rome, Edizioni dell’Ateneo, 2006.

Reusser 2011: REUSSER (Chr.) et al. – Forschungen auf dem Monte Iato 2010. AntK, 54, 2011, surtout p. 72-76.

Steskal 2010: STESKAL (M.) et al. – Forschungen in Ephesos IX/4. Das Prytaneion in Ephesos. Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2010.

Tsakirgis 1995: TSAKIRGIS (B.) – Morgantina: A Greek Town in Central Sicily. In: Fischer-Hansen (T.) dir., Ancient Sicily. Copenhague, Museum Tusculanum Press, 1995, p. 123-147.

Notes

1 L’expression vient de Ginouvès 1998, p. 81-82 (section « architecture civile et édilitaire »).

2 Ci-dessous : CPC. En dépit de son titre, l’article de Hansen, Fischer-Hansen 1994 va au-delà des époques archaïque et classique.

3 J’ai plaisir à offrir cette étude à Henri Tréziny, en souvenir d’une amitié qui remonte aux séminaires parisiens de Roland Martin.

4 Ghinatti (Fr.) – Assemblee greche d’Occidente. Turin, Società editrice internazionale, 1996.

5 Hansen, Fischer-Hansen 1994, surtout p. 44-75, où l’on revient sur les conclusions de Kolb (F.) – Agora und Theater, Volksund Festversammlung. Berlin, Gebr. Mann, 1981.

6 La datation a été confirmée par des sondages plus récents.

7 Greco (E.) L’ekklesiasterion di Poseidonia-Paestum. In : Verger (St.) dir., Rites et espaces en pays celte et méditerranéen. Rome, École française de Rome, 2000, p. 337-340. Cf. Mertens 2006, p. 337-339.

8 De Miro (E.) – L’ekklesiasterion in contrada di San Nicola di Agrigento. Palladio, 17, 1967,

p. 164-168.

9 Hansen, Fischer-Hansen 1994, p. 55-57 n. 128. Cf. Mertens 2006, p. 318 et fig. 576 p. 319, fig. 608 p. 339.

10 Mertens 2006, p. 156-163 et 334-337, résume ses articles publiés depuis 1982 sur ce monument, avec de belles illustrations.

11 Mitens 1988, p. 140-144 ; Mertens (D.) – Schnurkonstruktionen. In: Hoffmann (A.), Schwandner (E.-L.), Hoepfner (W.), Brands (G.) éd., Bautechnik der Antike. Internationales Kolloquium in Berlin, Februar 1990. Mayence, Philipp von Zabern, 1991, p. 155-160.

12 Rappel de la définition dans Daehn 1991, p. 52.

13 Orsi (P.) – Reggio Calabria. Scoperta di antico odeon. NSc, 1922, p. 168-171.

14 Martorano (F.) – Il porto e l’ekklesiasterion di Reggio nel 344. Ricerche di topografia e di architettura antica su una polis italiota. Rivista Storica Calabrese, 6, 1985, p. 231-257.

15 Voir Mitens 1988, p. 145-147, et Andronico (E.) – Topografia archeologica di Reggio Calabria. In : Gentili (B.), Pinzone (A.) dir., Messina e Reggio nell’antichità : storia, società, cultura, Convegno della SISAC, 1999. Messine, 2002, p. 197-246, surtout p. 237.

16 Discussion de l’article de Fr. Martorano dans Todisco (L.) – Teatro e theatra nelle immagini e nell’edilizia monumentale della Magna Grecia. In: Pugliese Carratelli (G.) dir., Magna Grecia, IV. Arte e artigianato. Milan, Electa, 1990, p. 137-141.

17 Voir par ex. Sjöqvist (E.) – Excavations at Morgantina (Serra Orlando) 1963, Preliminary Reports II. AJA, 62, 1958, p. 155-164.

18 Becker (Th.) – Griechische Stufenanlagen. Untersuchungen zur Architektur, Entwicklungsgeschichte, Funktion und Repräsentation. Münster, Scriptorium, 2003, p. 70-73.

19 Références dans Moreau (Ph.) – Corps romains. Grenoble, éditions J. Millon, 2002, p. 193.

20 Voir Mitens 1988, p. 105-108, et Sposito (A.) – Morgantina, il teatro ellenistico. Storia e restauri. Rome, L’« Erma » di Bretschneider, 2011.

21 Résumé dans Nielsen (I.) – Cultic Theatres and Ritual Drama, A Study in Regional Development and Religious Interchange Between East and West in Antiquity. Aarhus University Press, 2002, p. 147-148.

22 Souvent décriée, la monographie de Doris Gneisz reste utile si on l’aborde avec précaution : Gneisz (D.) – Das antike Rathaus. Das griechische Bouleuterion und die frührömische Curia. Vienne, VWGÖ, 1990. Le CPC a complété et corrigé son catalogue (des identifications trop contestables ont été retirées, des omissions ou des découvertes récentes ont été ajoutées), pour aboutir à une nouvelle liste qui peut elle aussi être améliorée. Après les typologies de Lauter 1986, p. 164-166, et de D. Gneisz, trois types de bouleutèria ont été distingués par Kockel (V.) – Bouleuteria. Architektonische Form und urbanistischer Kontext. In: Wörrle (M.), Zanker (P.) dir., Stadtbild und Bürgerbild im Hellenismus, Kolloquium München, 1993. Munich, Beck, 1995, p. 29-40 : le type à gradins droits, sur un seul niveau (Sicyone, Assos) ; celui à gradins droits en pente ascendante, sur deux niveaux (Notion, Priène, Héraclée du Latmos, Sagalassos) ; le type le plus fréquent, à gradins incurvés comme au théâtre et inscrits dans un rectangle de murs. Cf. les remarques de Daehn 1991, p. 52-64.

23 Ainsi, l’édifice A à l’Est de l’Asclépieion de Messène, d’abord qualifié de bouleutèrion, fut ensuite considéré comme un ekklèsiastèrion, alors que le koilon ne peut contenir que 500 personnes ; ayant presque toutes les caractéristiques d’un odéon il a finalement été publié comme tel en 2008 (en grec).

24 Giacobbi-Lequément (M.), Lambert (N.), Roth-Congès (A.) – Le centre monumental gallo-grec. Glanum. Dossiers d’archéologie, 140, juil.-août 1989, p. 16-22, surtout p. 20.

25 Delestre (X.), Salviat (Fr.) – Glanum antique. Paris, éditions du Patrimoine, 2011, p. 88 et plan p. 62-63, n° 5.

26 Sur cette série, dont la date a été controversée (dans la première moitié ou le milieu du IIIe s., plutôt que vers 300), voir Dubois (L.) – Inscriptions grecques dialectales de Sicile. Rome, École française de Rome, 1989, p. 253-271, et le catalogue d’exposition, Ampolo (C.) dir. – Da un’antica città di Sicilia. I decreti di Entella e Nakone. Pise, Scuola normale superiore, 2001.

27 De Miro (E.) – Il bouleuterion di Agrigento, Aspetti topografici, archeologici e storici. Quaderni UnivMessina, 1, 1985-1986, p. 7-12 ; cf. Fiorentini (G.) – Le agorai e gli edifici civili di Agrigento. In : Minà 2005, p. 61-63, et Daehn 1991, p. 60.

28 Comme le théâtre, voisin : Bernabò-Brea (L.) – Akrai. Catane, Regione Siciliana, 1956, p. 44-53. Cf. Daehn 1991, p. 59 : on restitue six gradins en arc de cercle autour d’une orchestra de 5,50 m de diamètre.

29 Pour le bouleutèrion ouvrant sur le Portique Ouest de l’agora, voir Daehn 1991, p. 52-64 ; pour le plus ancien, contre le Portique Nord, voir H. P. Isler dans Minà 2005, p. 165, et Id. – L’insediamento a Monte Iato nel IV e III secolo a. C. In : Neudecker (R.) – Krise und Wandel. Süditalien im 4. und 3. Jahrhundert v. Chr. Internationaler Kongress anlässlich des 65. Geburtstages von Dieter Mertens. Wiesbaden, Reichert Verlag, 2011, p. 149-173 : l’agora se date aux alentours de 300, mais plusieurs points restent à préciser.

30 Sjöqvist (E.) Excavations at Morgantina (Serra Orlando) 1963, Preliminary Reports VIII. AJA, 68, 1964, p. 140-141.

31 Daehn 1991, p. 53-59, surtout 58-59 : avec ses deux escaliers radiaux il ressemble à l’édifice d’Akrai.

32 Campagna 2006, surtout p. 25-28, où il revient aussi sur Iannello (A.) – I bouleuteria in Sicilia, Fonti e monumenti. Quaderni UnivMessina, 9, 1994, p. 63-98. Pour l’exclusion d’un édifice à péristyle partiellement fouillé au Nord de l’agora de Tauromenion, et supposé de manière trop hypothétique être le bouleutèrion, voir Campagna (L.) – The Ancient Agora of Tauromenion (Taormina, Sicily) : New Data from Recent Research. In : Giannikouri 2011, surtout p. 75.

33 Parra (M. C.) – Note di architettura ellenistica a Segesta, intorno all’agorà. In : Osanna, Torelli 2006, p. 107-122, surtout p. 109-113 ; cf. Minà 2005, p. 167. Difficile à restituer, l’édifice pourrait avoir accueilli de 150 à 200 personnes.

34 La date précise de la série monétaire a été discutée, tout comme la relation exacte entre son lieu de découverte et la date de construction du bouleutèrion : Campagna 2006, p. 27.

35 Un portique, au fond d’une cour fermée, donne accès à une pièce de ca 8,60 x 9,60 m qui comprend des structures dont l’interprétation et la datation ne sont pas claires, car elles ont été remaniées ; ainsi, il n’y a pas trace d’une cavea derrière le muret semi-circulaire supposé être la limite d’une orchestra : cf. Campagna 2006, p. 26 n. 5, et déjà le scepticisme de Daehn 1991, p. 60.

36 Isler (H. P.), recension de Wiegand (A.) – Das Theater von Solunt. Ein besonderer Skenentyp des Späthellenismus auf Sizilien. Mayence, Philipp von Zabern,1997. In : RA, 2001, surtout p. 405-406.

37 Hansen, Fischer-Hansen 1994, p. 30-37 : depuis, cette liste a pu être complétée avec plusieurs prytanées identifiés en Grèce, mais il faut aussi en retrancher de pures spéculations, qui ont été démenties (ainsi, Panticapée).

38 Reusser 2011, avec un renvoi à une simple hypothèse de H. P. Isler en 1990.

39 Gras (M.), Tréziny (H.), Broise (H.) – Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale. Rome, École française de Rome, 2004, p. 423-425, fig. 410.

40 Vallet (G.), Villard (Fr.), Auberson (P.) – Mégara Hyblaea 1. Le quartier de l’agora archaïque. Rome, École française de Rome, 1976, p. 202 et n. 3 ; Vallet (G.), Villard (Fr.), Auberson (P.) – Mégara Hyblaea 3. Guide des fouilles. Rome, École française de Rome, 1983, p. 65.

41 Antonaccio (C.) – Urbanism at Archaic Morgantina. In: Andersen (H. D.) et al. dir., Urbanization in the Mediterranean in the 9th to the 6th Centuries BC. Copenhague, Museum Tusculanum Press, 1997, p. 167-193.

42 Pianu (G.) – Spazi e riti nell’agora di Eraclea Lucana. In : Etienne (R.), Le Dinahet (M.-Th.) dir., L’espace sacrificiel dans les civilisations méditerranéennes de l’Antiquité, Actes du colloque de Lyon, 1988. Lyon, Bibliothèque Salomon Reinach, 1991, p. 201-204.

43 Pianu (G.) – L’agorà di Eraclea Lucana. In: Greco (E.) dir., Siritide e Metapontino. Storie di due territori coloniali, Atti dell’incontro di Studio, Policoro, 1991. Naples, Centre Jean Bérard, et Paestum, Fondazione Paestum, 1998, p. 221-232.

44 Maniscalco (L.), McConnell (B. E.) – The Sanctuary of the Divine Palikoi (Rocchitella di Mineo, Sicily), Fieldwork from 1995 to 2001. AJA, 107, 2003, p. 145-179. Cf. Maniscalco (L.), McConnell (B. E.) – Il santuario dei Palici. In : Minà 2005, p. 123.

45 Allen (H. L.) – Excavations at Morgantina (Serra Orlando), 1967-1969. Preliminary Report X. AJA, 74, 1970, surtout p. 364-365.

46 Miller 1978, p. 115-117 (suivi par Steskal 2010, p. 218). « Public Building » était déjà le terme employé dans le premier rapport (E. Sjöqvist, AJA, 62, 1958, p. 161).

47 Tsakirgis 1995, p. 124 fig. 1 (cf. M. Bell III, AJA, 92, 1999, p. 338 et plan).

48 Wolf (M.) – Die Häuser von Solunt und die hellenistische Wohnarchitektur. Mayence, Philipp von Zabern, 2003, surtout p. 74-75.

49 Hoepfner (W.) dir. – Geschichte des Wohnens 5000 v. Chr. 500 n. Chr. Vorgeschichte – Frühgeschichte – Antike. Ludwigsbourg, Deutsche Verlags-Anstalt, 1999, p. 362.

50 Duval (N.), Golvin (J.-Cl.) – Haïdra à l’époque chrétienne. IV : Le monument à auges et les bâtiments similaires. CRAI, 116, 1972, p. 133-172. Depuis cette date, N. Duval a argumenté sur ce sujet dans plusieurs articles.

51 Baratte (Fr.), Bejaoui (F.), Ben Abdallah (Z.) dir. – Recherches archéologiques à Haïdra, III : la Basilique VII, le petit monument à auges, le marché et l’édifice sud, les inscriptions païennes provenant des fouilles franco-tunisiennes (1993-2000). Rome, École française de Rome, 2009.

52 Cf. Bogaert (R.) – Banques et banquiers dans les cités grecques. Leyde, Sijthoff, 1968.

53 Cf. Donati (J. C.) – Civic Buildings and the Early Greek Agora: The View from the Peloponnese. In: Giannikouri 2011, p. 101-112.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Poseidonia, agora, restitution A de l’ekklèsiastèrion
Crédits D’après Greco, Theodorescu 1983, fig. 31.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 2. Agrigente, agora supérieure (San Nicola), plan de l’ekklèsiastèrion
Crédits D’après De Miro 2006, p. 71.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-2.png
Fichier image/png, 552k
Titre Fig. 3. Métaponte, agora, plan restitué du théâtre-ekklèsiastèrion circulaire (phase du Ve s.) sous l’hémicycle théâtral du IVe s.
Crédits D’après Mertens 2006, p. 156 fig. 270, avec légendes traduites.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-3.png
Fichier image/png, 641k
Titre Fig. 4. Rhégion, plan des gradins incurvés dégagés, avec un essai de restitution
Crédits D’après P. Orsi, NSc, 1922, fig. 18.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-4.png
Fichier image/png, 101k
Titre Fig. 5. Morgantina, secteur Sud-Est de l’agora, restitution axonométrique des escaliers, d’un bèma et d’« un édifice public » à cour péristyle accolé au grand portique Est
Crédits D’après Bell III 2005a, p. 162.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-5.png
Fichier image/png, 216k
Titre Fig. 10. Morgantina, agora : coupe restituée sur la cour de « l’édifice public », montrant le mur aux cuves sous des fentes
Crédits D’après Bell III (M.) – In: Minà 2005, p. 143.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-6.png
Fichier image/png, 755k
Titre Fig. 6. Milet, bouleutèrion, plan restitué
Crédits D’après Krischen (F.) – Antike Rathäuser, 1941, pl. 25, 1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-7.png
Fichier image/png, 302k
Titre Fig. 7. Akrai, le bouleutèrion à proximité du théâtre
Crédits D’après Bernabò-Brea (L.) – Akrai. Catane, 1956, pl. A.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-8.png
Fichier image/png, 435k
Titre Fig. 8. Iaitas, l’agora hellénistique : contre le portique Nord, le premier bouleutèrion ; à l’Ouest, le second bouleutèrion
Crédits D’après Isler (H. P.) – In : Minà 2005, p. 165.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-9.png
Fichier image/png, 335k
Titre Fig. 9. Palikè, sanctuaire des dieux Palikoi, plan de l’hestiatorion
Crédits D’après Maniscalco (L.), McConnell (B. E.) In : Minà 2005, p. 123.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3926/img-10.png
Fichier image/png, 276k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search