Version classiqueVersion mobile

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Marseille et le réseau phocéen

« Ainsi la main humaine a introduit la mer dans la terre » … Réflexions sur les carrières d’argile de Marseille grecque archaïque

Marc Bouiron

Résumé

The excavation at the Alcazar’s site revealed a series of pits in the deepest levels (second half of the sixth century BC), which correspond most likely to small pilot holes to verify the presence of clay in the subsoil. The largest are attributed to clay quarries, divided into three distinct spaces. The limit of the extraction area exceeds by far the limits of the Alcazar’s excavation, and suggests that more than about 200 000 m3 of clay were excavated. This clay was probably used for the production of bricks (10 million ?) destined for the building of fortifications walls and urban dwellings, that were in rapid expansion.

Texte intégral

  • 1 Voir le cliché qu’il a pris, publié dans Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 80.
  • 2 Bouiron (M.), Tréziny (H.) – L’espace périurbain de Marseille antique et médiévale. In : Bouffier ( (...)

1Tout au long des deux dernières décennies passées d’abord à fouiller le sous-sol marseillais, puis à en analyser les données et à réfléchir à l’histoire de cette ville, nous avons eu le plaisir de croiser de nombreux archéologues avec lesquels nous avons eu de longues discussions. Henri Tréziny est certainement celui avec lequel les échanges ont été les plus suivis, les collaborations les plus nombreuses. Notre premier contact remonte à la découverte d’un niveau d’amphores grecques1 sur le site de la place Général-de-Gaulle, en 1993 ; les années qui ont suivi nous ont amené à nous côtoyer, à défaut de véritablement travailler ensemble. C’est la mise en place, sous l’égide du Service régional de l’archéologie, du colloque pour le 26e centenaire de la fondation de la ville, sous le titre Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, qui a consacré notre collaboration. À cette occasion, le travail préparatoire du colloque (en particulier sur le fond d’archives de Fernand Benoit) mais plus encore les relectures communes avec Jean Guyon et les collègues du Service régional de l’archéologie (Bruno Bizot, Armelle Guilcher et Mireille Pagni) nous ont amenés à un travail régulier, que renforçait encore une proximité géographique de nos domiciles. Depuis, c’est toujours avec plaisir que nous nous sommes retrouvés pour des collaborations scientifiques, comme ce fut le cas pour le colloque tenu récemment à Lyon sur l’espace périurbain, sous la direction de Sophie Bouffier2.

2Dans le cadre de ces hommages, nous avons choisi de revenir sur une des découvertes importantes réalisées ces dernières années : les carrières d’argile de l’Alcazar (fig. 1), témoins d’une époque privilégiée, celle de Marseille archaïque.

Fig. 1. Plan des fosses d’extraction sur le site de l’Alcazar (DAO J. Isnard, F. Guériel/Inrap).

Fig. 1. Plan des fosses d’extraction sur le site de l’Alcazar (DAO J. Isnard, F. Guériel/Inrap).

Les carrières d’argile de la fouille de l’Alcazar

  • 3 Sous notre direction en tant qu’archéologue de la Ville de Marseille, avec une équipe Afan (devenu (...)
  • 4 Il s’agit de la partie la plus basse nécessaire à la future construction, que les archéologues doiv (...)

3La fouille de l’Alcazar3 a constitué l’une des plus grandes fouilles de ces dernières décennies : sur plus de 4 000 m2 sont apparus les vestiges d’un espace suburbain dont la « pulsation » (pour reprendre une expression chère à Henri Tréziny) a été bien mise en évidence sur les presque vingt-six siècles d’histoire du site. On retiendra, pour le sujet qui nous intéresse, que les creusements des carrières d’argile étaient en grande partie situés audelà de la cote de fin de fouille4 et que leurs fonds n’ont pu être atteints bien souvent que grâce à la construction de piliers profonds supportant la future bibliothèque.

Une première série de fosses

  • 5 Les données stratigraphiques sont issues du rapport de fouille, rédigé par C. Barra, P. Chevillot, (...)

4Les données stratigraphiques sont évidemment la base de départ de notre propos5. Point central de notre étude, les creusements des carrières d’argile ont profondément entamé le substrat marneux (argile stampienne), sur la quasi-totalité du site de fouille. Seule une étroite banquette, d’une largeur comprise entre 11 et 17 m et d’orientation Nord-Sud, a été préservée. Elle permet de restituer un terrain initial relativement plan, en légère pente vers le Sud-Ouest. Dans cette bande de terre, deux fosses ont été fouillées (cf. fig. 1). Comblées dans le courant du VIe s., elles ont été préservées d’une disparition totale grâce à la conservation de l’espace situé entre les creusements. La distance entre les deux, de centre à centre, est de 17,5 m, ce qui correspondrait à 50 pieds ioniens de 35 cm.

5Nous avons repéré une troisième fosse (cf. fig. 1) qui pourrait rentrer dans ce système ; elle a été dégagée au Nord-Est du site et avait, lors de la phase d’étude pour le rapport, été comprise comme une des fosses de récupération de l’argile. Elle est malheureusement peu documentée, mais il est certain que son faible diamètre (entre 2,90 et 3,20 m) l’apparente aux deux précédentes et la différencie nettement des fosses d’extraction. Elle est globalement alignée avec les précédentes (un peu plus au Sud par rapport à l’axe théorique) et à peu de choses près dans le même rythme. Elle est distante d’environ 62 m par rapport à la fosse similaire la plus proche ; on peut ainsi restituer environ 3 fosses intermédiaires qui auraient disparu du fait des grands creusements.

6Le tableau ci-dessous (Tableau 1) donne les indications chiffrées disponibles pour ces premiers creusements. Les trois fosses conservées sont à peu près alignées dans le sens de la pente. Tout ceci va dans le sens d’une hypothèse proposée dès l’étude des données de fouille et présentée dans le rapport de fouille : il s’agirait d’avanttrous destinés à repérer le toit du substrat marneux (elles ne dépassent pas la surface de l’argile stampienne). Elles témoigneraient d’une recherche systématique d’un matériau important aussi bien pour la construction que pour la production utilitaire de vases, nous y reviendrons.

Tableau 1. Les fosses de repérage d’après les données stratigraphiques.

N° creusement

alt. sup.

dimensions et description

profondeur

alt. inf.

FS 10380

env. 5 m NGF

circulaire, diam. entre 3,10 et 3,40 m

2 m

env. 3,15 m NGF

FS 10412

2,60 x 1,80 m

1,90 m

FS 9234

env. 8 m NGF

diam. entre 2,90 et 3,20 m

Les creusements de la partie occidentale

7Nous allons étudier de façon spécifique les trois grands ensembles de creusements, deux situés de part et d’autre de la bande de terre conservée et la troisième plus à l’Est.

8À l’Ouest, le bord d’un très vaste creusement a pu être observé sur une grande partie de ses faces Est et Nord. La limite méridionale est perceptible par la forme des sédiments qui la comblent, qui présentent une pente compatible avec la limite restituée que nous proposons. Nous ne savons pas en revanche jusqu’où elle se développait vers l’Ouest.

  • 6 La nature sédimentologique en a été étudiée lors de la fouille par Pascale Chevillot, géomorphologu (...)

9Si ce creusement est relativement rectiligne en plan, les bordures en partie haute sont plutôt évasées du fait d’une érosion qui a pu être importante. Ce creusement a en effet la particularité d’être resté à l’air libre durant plusieurs siècles ; son comblement intervient seulement à l’époque tardo-républicaine (fig. 2). Durant toute la période grecque, c’est un véritable étang qui a existé ici, la présence de marnes sur les bords ayant assuré une étanchéité à ce creusement. Le type de milieu est certain par la nature des sédiments, caractéristiques de dépôts lacustres en milieu calme6, qui se sont déposés progressivement au fond. Pour en revenir au creusement original, il faut probablement imaginer une bordure un peu plus verticale, dont la limite correspondrait au trait plein que nous restituons.

Fig. 2. Coupe de la fosse d’extraction occidentale (DAO J. Isnard/Inrap).

Fig. 2. Coupe de la fosse d’extraction occidentale (DAO J. Isnard/Inrap).

10Ce creusement général a été l’objet de surcreusements plus petits, qui ont pu être mis en évidence dans la moitié Nord. Ils apparaissent comme une extension de la grande excavation mais ne constituent en fait que les traces d’un approfondissement qui devait se faire par trous successifs.

11Du fait des conditions de fouille, ils n’ont pu être appréhendés que de façon très partielle. Nous avons regroupé les informations dont nous disposons dans le tableau qui suit (Tableau 2).

Tableau 2. Les creusements de la partie occidentale.

N° creusement

alt. sup.

dimensions et description

profondeur

alt. inf.

Creusement général FS 17516

6 m NGF au Nord, 4,50 m NGF au Sud.

bord oriental rectiligne

env. 5 m

env. 0,70 m NGF

surcreusement FS 17538

5,20 m

4,50 m NGF

surcreusement FS 17524

fond à peu près horizontal et très accidenté

0,10 m NGF

surcreusement FS 17520

paroi rectiligne

1,10 m NGF

surcreusement FS 17522

surcreusement FS 15538

surcreusement FS 17539

0 m NGF

surcreusement non numéroté

2,40 m NGF

12Ces surcreusements sont de taille et de formes inégales. Certains sont très petits (fosse 17522), d’autres beaucoup plus profonds, comme la fosse 17538, qui descend 3,50 m plus bas que la fosse voisine 17520.

  • 7 L’aire est calculée avec l’outil permettant cette mesure dans le logiciel Adobe Acrobat Pro, sur la (...)

13Compte-tenu de la pente, on peut admettre une cote de départ moyenne voisine de 5 m NGF. Le fond peut être situé, en moyenne, autour de 0 m NGF. L’aire7 du grand creusement, dans les limites de la fouille, est de 1 185 m². La bordure n’est certes pas verticale mais, compte-tenu des dimensions moyennes que nous prenons, cela n’amène pas de grande différence dans l’approximation que nous faisons. Nous sommes ici en présence d’une fosse d’environ 5 925 m3, affectée de surcreusements dont le plus important repéré (la fosse 17538) a une surface de 188 m² et une profondeur de 4,50 m. Compte-tenu de la forme en entonnoir de ces surcreusements, cette dernière doit avoir un volume d’environ 405 m3.

14Nous l’avons dit, nous ne connaissons pas la limite occidentale du creusement général. Si l’on se base sur celui qui existe plus à l’Est et que nous étudions cidessous, il faut peut-être restituer une largeur similaire d’environ 38 m, au contact des bordures des surcreusements. Ceci nous amènerait entre la limite orientale de la fosse 17538 et la limite occidentale de la fosse non numérotée débordant de la paroi Nord-Ouest de la fouille. Il faudrait alors restituer une limite plus régulière (et orthonormée par rapport à la limite Nord) de la fosse à l’Est. Selon cette hypothèse, la fosse aurait une surface d’environ 1 530 m², soit un volume moyen d’environ 7 650 m3, avec des surcreusements que l’on estimera à environ 10 % du volume, soit 765 m3. Si l’on enlève un bon demi-mètre de terre (765 m²) surmontant l’argile, cette fosse aurait pu au total représenter une extraction d’environ 7 650 m3 d’argile.

Les creusements de la partie centrale

15La partie centrale a fait l’objet du même type de creusements. Tout d’abord est mise en place une vaste excavation dont seule la bordure occidentale est pleinement attestée (fig. 3). Nous n’avons pas réellement la limite au Nord, mais l’arrêt de plusieurs surcreusements dans le prolongement de la limite Nord du creusement occidental permet de proposer avec vraisemblance un arrêt au même emplacement. Au Sud en revanche, le creusement général se prolonge au-delà de la paroi de la fouille. Compte-tenu de la pente et la cote du fond qui se situe autour de 0 m NGF, nous sommes peut-être en présence d’une fosse un peu plus profonde que la précédente (moyenne de 5,50 m ?). Nous considérerons de la même manière qu’il faut enlever en surface un demimètre de terre pour le calcul du volume d’argile extrait. Le fond de ce grand creusement est l’objet de surcreusements (voir Tableau 3) qui semblent moins irréguliers (pour ce que l’on peut en restituer, donc avec une certaine marge d’incertitude).

Fig. 3. Bord de la fosse d’extraction d’argile centrale sur le site de l’Alcazar (cl. Fr. Parent/Inrap).

Fig. 3. Bord de la fosse d’extraction d’argile centrale sur le site de l’Alcazar (cl. Fr. Parent/Inrap).

Tableau 3. Les creusements de la partie centrale.

N° creusement

alt. sup.

dimensions et description

profondeur

alt. inf.

creusement général FS 14417

Bordure Ouest reconnue sur 30 m de long

surcreusement FS 9465

2,35 m NGF (+ 2,50 m)

3 x 2 m

2 m (+ 2,50 m)

0,34 m NGF

surcreusement FS 9466

2,06 m NGF

12,70 x 2,50à 3,50 m

1,90 m

0,18 m NGF

surcreusement sans n° à l’Est

surcreusement FS 9468

3,01 m NGF

11,60 x 6,50 m

2,50 m

0,46 m NGF

surcreusement sans n° au Nord-Est

0,50 m NGF

surcreusement FS 14417

3,16 m NGF

7 m (E.-O.)

3 m

0,10 m NGF

surcreusement FS 14487

3,28 m NGF

diam. env. 5 m

0,70 m

2,56 m NGF

surcreusement FS 14488

3,26 m NGF

diam. env. 7 m

surcreusement FS 18393

3,26 m NGF

-0,30 m NGF

surcreusement sans n° 

+ de 6 m

4,50 m

16Les plus profonds atteignent la cote de -2,50 m NGF. Comme pour la fosse occidentale, on peut proposer un surcreusement de l’ordre de 10 % du creusement principal, ce qui, pour le calcul du volume extrait, compense le demi-mètre non productif en surface. Dans l’emprise de la fouille (et en restituant l’angle Nord-Est de la fosse), on peut donc restituer une surface d’environ 1 610 m², soit 8 855 m3 utiles si l’on compte une profondeur moyenne de 5,50 m depuis la surface.

La partie orientale

17Le dernier ensemble de fosses est très différent des précédents. D’abord par sa taille, car il est étroit ; cela témoigne peut-être d’une contrainte particulière en surface au Sud-Est, ou bien d’une limite d’exploitation qui ne permettait pas de creuser de façon aussi large que dans les zones les plus proches de la cité. On retrouve là encore un vaste creusement, cette fois-ci bien délimité, sauf à l’Ouest, mais la limite est là assez vraisemblable. Par ailleurs, les niveaux sont surtout beaucoup moins profonds et les différents surcreusements ne dépassent pas la cote de -0,65 m NGF (Tableau 4).

Tableau 4. Les creusements de la partie orientale.

N° creusement

alt. sup.

dimensions et description

profondeur

alt. inf.

creusement général FS9136

entre 5,90 m au Nord et 5,50 m NGF au Sud et entre 5,40 m et 5,20 m NGF à l’Ouest

longue d’au moins 28 m ; largeur de 16 m ; fond plat

env. 3 m

3,80 m NGF

4 surcreusements FS9464

entre 2,20 et 4,50 m pour la largeur ; 2,85 et 6 m pour la longueur

1,90 m en moyenne ; 0,90 m au Sud

3,10 m NGF

2 surcreusements FS9463

oblongue au Nord (5,60 x 9 m) ; plus régulière au Sud (5 x 6,10 m)

1,35 m NGF au Nord, -0,07 m NGF au Sud

2 surcreusements FS9462

fosse FS 9234

18Le fond général est à environ 3,80 m, soit entre 1,50 m et 2 m de profondeur environ. La surface de la fosse générale est de 380 m², ce qui est effectivement bien inférieur à celle des deux autres. Le volume excavé peut donc être estimé à 760 m3 au maximum. La fouille ayant été totale ici, nous avons pu identifier avec précision l’ensemble des surcreusements. Ils ne présentent pas tous la même taille et sont véritablement constitués de fosses quasi jointives (fig. 4). L’ordre de creusement n’est pas restituable.

Fig. 4. Coupe de la fosse d’extraction orientale (DAO G. Frommherz/Inrap).

Les limites de la zone excavée et le volume total

19Lors de l’étude qui avait suivi la fouille de l’Alcazar, nous nous étions attachés à mieux comprendre la nature des fosses que nous avions dégagées ainsi que les modalités d’extraction de l’argile, puisque c’était l’hypothèse que nous avions privilégiée. Il nous a semblé plus intéressant ici de tenter une approche quantitative des volumes extraits et de l’usage que les Massaliètes ont pu en faire.

Les limites des carrières et le volume total

  • 8 On sait que la dernière glaciation a constitué une période propice aux creusements profonds de lits (...)

20Dans le cadre de l’étude de la fouille de la Bourse, Henri Tréziny a pu mettre en évidence voici quelques années de grands creusements très profonds situés partiellement dans l’emprise du site archéologique. Attribués d’abord à des canyons antérieurs à la fondation grecque8, ils ont été ensuite, par rapprochement avec la fouille de l’Alcazar, assimilés à de très grandes fosses d’extraction d’argile (Tréziny 2011, p. 290-291). Sur le site de la Bourse, le début de la zone d’extraction, vers l’Ouest, semble correspondre approximativement à l’emplacement du futur rempart de calcaire blanc. Ceci nous donne très probablement la limite occidentale de la vaste zone de creusements, puisqu’on ne retrouve plus ces fosses au-delà.

21La limite Nord de la zone de creusement nous échappe. On a toutefois un indice grâce à des découvertes du XIXe s. Alfred Verdillon, dans sa Dissertation sur l’ancienne topographie de Marseille à son origine et au temps du siège de cette ville par Jules César… (1872, p. 12) nous donne en effet un renseignement précieux. Il indique que « sous la rue d’Aix, on a fait un souterrain, et il a été constaté qu’entre la rue des Dominicaines et le bas de la rue d’Aix, on avait fait un énorme remblai dont la puissance n’était pas moindre de 12 m (…). Au-delà de la rue des Dominicaines on est entré dans le terrain vierge ». Cette information n’a jamais été exploitée au cours du XXe s. ; en effet, il était difficile, avant la fouille de l’Alcazar, de comprendre la nature de ces énormes remblais. Si l’existence de creusements pour les carrières d’argile ne peut être prouvée en l’absence de fouille, c’est l’hypothèse la plus vraisemblable. Nous sommes ici à environ 100 m au Nord-Ouest de l’Alcazar. La limite orientale nous est donnée par la fouille de l’Alcazar ; il manque alors une indication pour la limite méridionale. Tout au plus peut-on noter que la fouille de la place Général-de-Gaulle n’a livré aucune trace de tels creusements. On considère que l’axe de la Canebière actuelle correspond à l’écoulement d’un fleuve. Pour l’extraction, il est clair que l’on ne peut pas envisager d’arriver trop près d’une rivière ou d’un fleuve. Ainsi, les écoulements que l’on observe à d’autres époques sur le site de l’Alcazar ont été très certainement canalisés en surface afin de les détourner de la zone d’extraction.

22Au final, il est possible que la zone s’étende entre la rue du Beausset et celle des Incurables (soit environ 330 m) sur une largeur d’environ 270 m (entre la Bourse et la limite de la fouille de l’Alcazar). C’est donc une surface totale d’environ 90 000 m² qui a pu être concernée par ces carrières. Il est vraisemblable que les excavations aient respecté des bandes de terrain destinées à la circulation des personnes et des véhicules, et aient comporté des bords non verticaux. C’est peut-être au total environ 20 % du volume de la zone qui n’a pas été touché. On peut considérer que la profondeur moyenne (entre les fosses les plus profondes et celles qui sont en limite de la carrière) se situe aux environs de 3,50 m. Si l’on garde l’emprise maximale définie plus haut, le volume excavé pourrait correspondre à (90 000 – 18 000) x 3,50 = 252 000 m3.

23Si l’on veut s’en tenir aux certitudes, nous sommes certains qu’une zone plus petite (d’environ 270 m de côté) a réellement été excavée, ce qui implique au minimum environ (73 000 – 14 600) x 3,50 = 204 400 m3.

L’usage de l’argile extraite

  • 9 Voir en particulier l’étude de Guy Bertucchi (1992).
  • 10 Voir la synthèse de la période grecque rédigée par LucienFrançois Gantès et Michel Bats dans Rothé, (...)
  • 11 L’abandon du four de la rue Négrel est daté par L.-Fr. Gantès des années 520/515-500 av. J.-C. (Rot (...)

24Ce volume d’argile, probable bien qu’hypothétique, est absolument considérable. Deux usages principaux peuvent être envisagés : soit l’argile a été utilisée pour la production céramique soit pour la réalisation de briques. Pour la production de vases, nous savons que, durant le dernier tiers du VIe s., Marseille produit des amphores9. De la vaisselle de table, en pâte claire, est également fabriquée à cette époque10. On connaît, toujours pour cette période, un four de potiers rue Négrel (Rothé, Tréziny 2005, p. 395-399)11.

25Compte-tenu des volumes excavés et de la période assez courte (pas plus d’un demi-siècle) durant laquelle les creusements fouillés à l’Alcazar semblent avoir été effectués, il est très peu vraisemblable que l’argile ait servi à des potiers, si ce n’est de façon annexe.

  • 12 Les constructions de briques crues sont très fréquentes, surtout pour les périodes les plus ancienn (...)
  • 13 Voir en particulier les travaux de Claire-Anne de Chazelles (2010 pour un résumé actualisé de la re (...)
  • 14 Pour ne citer qu’un exemple Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 43.
  • 15 Martin 1974, p. 197 : « A l’époque archaïque, il y avait plus de remparts en brique qu’en pierre ».

26Il faut donc certainement se tourner vers des usages liés à la construction. On sait qu’à cette époque l’emploi de l’adobe est fréquent. Que cela soit en Grèce12, dans le Midi de la Gaule13 ou dans le monde ibé rique (Benoit 2009), les découvertes archéologiques l’attestent largement. Sur les différents sites fouillés, ce sont généralement les enceintes et l’habitat qui en font le plus grand usage. Nous commencerons donc par examiner ici le volume d’argile nécessaire à la construction de l’enceinte. On sait depuis longtemps (et Henri Tréziny l’a souvent rappelé14) que les enceintes des villes grecques archaïques avaient une élévation en briques crues15.

  • 16 On renverra également au plan publié dans Tréziny 2005, p. 22 et aux actes à paraître du colloque
  • 17 Le sondage de l’avenue Vaudoyer semble l’attester, mais la fouille, très étroite (quelques mètres c (...)

27La mesure même de l’enceinte n’est évidemment pas assurée. La partie délimitant la ville du reste du territoire ne pose guère de problème. Il paraît certain maintenant que la partie Nord de la cité, correspondant aux espaces des fouilles de la rue Leca ou du Parking République, n’était pas incluse dans l’enceinte à l’époque archaïque (fig. 5)16. D’après les restitutions d’Henri Tréziny, la longueur du tracé terrestre est d’environ 1 390 m. Nous savons par les fouilles de la Bourse que l’assise du rempart est comprise entre 2,50 et 3 m de large (Rothé, Tréziny, 2005, p. 535-536). Nous retiendrons la valeur inférieure pour l’élévation. Pour une hauteur de 6,50 m (et avec un socle de pierre d’environ 0,50 m), nous pouvons calculer un volume d’argile nécessaire à son édification : 20 850 m3. Pour la partie longeant le bord de mer, dont on peut supposer l’existence17, la longueur est d’environ 2 020 m, soit un volume d’argile nécessaire de 30 300 m3. L’ensemble exige donc un volume utile de 51 150 m3. Et encore faut-il tenir compte du fait que les adobes contiennent obligatoirement de la paille ou du sable (jusqu’à 25 % du volume de la brique).

Fig. 5. Plan de Marseille vers 500 av. J.-C. avec localisation de la fouille de l’Alcazar (DAO M. Bouiron/SAVN, H. Tréziny/CCJ).

Fig. 5. Plan de Marseille vers 500 av. J.-C. avec localisation de la fouille de l’Alcazar (DAO M. Bouiron/SAVN, H. Tréziny/CCJ).

28Quelles que soient les approximations qui entachent nos calculs, elles ne suffisent pas à expliquer la différence de volume entre les besoins de l’enceinte et celle de l’argile extraite. La seule fortification ne suffit donc pas à expliquer les excavations énormes que l’on perçoit à l’extérieur de la cité. Si l’on retranche le volume d’argile nécessaire à la fabrication de l’enceinte, il reste au moins 153 250 m3.

29Une part importante (mais difficile à quantifier) a pu servir également à sa réfection car il est vraisemblable que l’on a dû l’entretenir soigneusement.

30Peut-on aller au-delà et envisager l’emploi de la brique crue pour la construction domestique ?

  • 18 Voir les plans publiés par Henri Tréziny (2001, repris dans ses articles plus récents).
  • 19 Pour tous ces sites, nous renverrons pour plus de commodité à Rothé, Tréziny 2005.
  • 20 Information orale Philippe Mellinand.

31La superficie de la cité est à cette époque d’environ 34,3 ha (343 110 m2)18 ; si l’on retranche environ 10 % de la surface pour les espaces non bâtis (rues, places, zones non bâties), on obtient une surface bâtie d’environ 339 700 m2. Le volume d’argile extrait rapporté à cette surface est d’environ 0,45 m3 par m2. L’habitat de cette époque est malheureusement très mal connu19 ; sur le parvis de l’église Saint-Laurent, la maison grecque archaïque, remontant aux premières années de la fondation, ne peut pas faire moins que 40 m2 (la maison se poursuivait au-delà des limites de la fouille). Les autres maisons connues (fouilles de l’îlot 55 ou de l’îlot des Pistoles) présentent des plans extrêmement incomplets ; les surfaces semblent au moins comparables. Si l’on revient à notre estimation de volume moyen d’argile, on peut considérer qu’une maison de 40 m2 peut avoir utilisé jusqu’à 18 m3 d’argile, ce qui semble plus que suffisant pour la construction. L’usage domestique a pu également se faire (bien que nous n’en ayons pas de trace archéologique pour cette période) pour le pavement de sols, comme on trouve à l’époque hellénistique sur la fouille de l’esplanade de la Major20.

  • 21 Réalisée en 1986-1987. Voir Gantès, Moliner 1990, p. 9-10.
  • 22 Pied ionien de 34,9 cm : Donnarumna, Greco-Maiuri, La Genière 1997, p. 337 ; Auberson 1968, p. 15 ; (...)
  • 23 Au village de l’Île à Martigues, des briques de 0,40 x 0,30 x 0,09 m ont été découvertes (voir Chau (...)

32Enfin, il est possible de tenter une quantification du nombre de briques produites avec un tel volume d’argile. La fouille du parvis de Saint-Laurent21 a montré la présence de briques d’argile crue (adobes) dont a retrouvé les dimensions de deux des côtés (la hauteur avait disparu, la brique étant en partie arasée) : 0,44 x 0,34 m. Cette dernière mesure correspond probablement au pied ionien qui, suivant les auteurs, varie de 33 à 34,9 cm22. Le rapport entre la longueur et la largeur est de 0,75 (soit les 3/4). La hauteur de la brique peut être, avec quelque vraisemblance23, d’environ 1/4 de la longueur, soit 11 cm. L’ensemble fait donc un volume de 16,456 dm3.

33Nous considérerons ici que le séchage, qui fait perdre entre 2 et 8 % du volume (nous prendrons une valeur de 6 %) dans la phase de fabrication, intervient avant la découverte archéologique des briques ; le volume initial avant séchage était plus proche de 26,33 dm3. La technique de l’adobe nécessite la présence de paille ou de sable, qui représente jusqu’à un quart du volume total. Le volume d’argile nécessaire à notre brique « type » est donc de 19,7472 dm3.

  • 24 Le calcul donne le nombre théorique de 10350834.

34Sur la base du volume total excavé, on peut estimer le nombre de briques produites à environ 10 millions24.

  • 25 Chazelles 2006, p. 197. Sur ce site, la construction d’adobes se fait également, de façon minoritai (...)

35Notons que sur le site du Collège Vieux-Port25, la fouille a mis en évidence un autre module, un peu plus carré, de 34-35 cm x 39-40 cm, avec une faible épaisseur de 4,5 à 5 cm ou de 7 cm. Avec une épaisseur deux fois moins importante, c’est le double de briques qui auraient été produites.

Pour conclure

36En conclusion, il nous faut insister sur la valeur relative des nombres que nous avons manipulés. Nous savons pertinemment que tout ceci ne constitue qu’une approximation, qu’un ordre de grandeur. Bien sûr, le volume total excavé nous échappe ; nous ne le connaîtrons jamais avec précision. De même, nous ne pouvons être suffisamment précis pour calculer le volume d’argile utilisé dans la construction, même du rempart qui reste pourtant mieux documenté que l’habitat. Malgré tout, ces approximations apportent des informations.

  • 26 Nous avons repris ici la traduction de M. Bats dans Rothé, Tréziny 2005, p. 146. La traduction « cl (...)

37La première est que le volume d’argile extrait est très important. Cette extraction a entraîné l’ouverture de profondes excavations qui ont modelé un paysage particulièrement différent de celui qui existait précédemment. Ainsi, la citation de Festus Avienus que nous avons placée en exergue dans le titre de cet article, et qu’a retraduite Henri Tréziny26, est un témoignage de l’ampleur de ces travaux : « … devant la façade de la ville s’étend le rivage ; une voie étroite s’ouvre à travers les flots ; la mer baigne ses flancs ; l’eau stagnante longe la ville, et l’onde, partout répandue, longe la ville haute et les maisons. La cité est une presqu’île. Ainsi la main humaine a introduit la mer dans la terre, la forme des lieux et la nature du sol ont été modifiées par le labeur diligent des fondateurs ».

38Sans nul doute, ces excavations ont été positionnées volontairement à l’extérieur de la cité, de façon à constituer une protection renforcée pour la ville, la dotant ainsi d’étangs fonctionnant comme de très larges douves.

39La date de l’extraction, comprise au plus large entre le milieu du VIe s. et le début du siècle suivant sur le site de l’Alcazar, montre la rapidité de cette extraction. Le paysage, profondément remodelé (fig. 6), portera cette empreinte durant des siècles (jusqu’à l’époque augustéenne pour l’Alcazar).

Fig. 6. Restitution des carrières en cours de fonctionnement (G. Frommherz/Inrap).

Fig. 6. Restitution des carrières en cours de fonctionnement (G. Frommherz/Inrap).

40La seconde conclusion est d’avoir pu montrer que la finalité de cette extraction est très probablement la nécessité de construire en adobes. Avec le volume extrait, on pouvait à la fois bâtir une nouvelle enceinte faisant le tour de la totalité de la ville (y compris sur sa façade maritime), et doter l’ensemble de la cité de maisons et d’édifices divers. Dans une ville qui se développe rapidement, et qui n’a pas encore les ressources en pierre utiles pour la construction, c’était là un atout majeur.

41Enfin, même évalué de façon approximative, le nombre de briques d’adobe qui ont pu être façonnées était particulièrement important. Cela implique toute une activité liée à la fabrication elle-même, donc des espaces de travail et de séchage, sans compter l’organisation ensuite de l’acheminement peut-être dans des entrepôts avant redistribution sur des chantiers.

  • 27 Les archéologues utilisent le terme technique de « négatif ».

42Ainsi, l’étude de simples creusements27 lors de la fouille de l’Alcazar, menée dans les conditions difficiles des chantiers d’archéologie préventive, a livré une information de première importance. Sur cette fouille comme sur d’autres, Henri Tréziny a su être à nos côtés pour analyser les vestiges appartenant à la période grecque. Qu’il en soit ici remercié.

Bibliographie

Auberson 1968 : AUBERSON (P.) – Eretria I. Temple d’Apollon Daphnéphoros. Architecture. Berne, Francke, 1968.

Barra et al. 2001 : BARRA (C.), CHEVILLOT (P.), DE LUCA (B.), VALOUR (N.) – Les niveaux antérieurs à la fin du VIe s. av. J-C. In : Bouiron 2001, p. 67-70.

Benoit 2009 : BENOIT (D.) – L’utilisation de la brique crue dans la Péninsule ibérique durant la protohistoire et la période romaine. In : 3e échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue. Table-ronde de Toulouse. Montpellier, Éd. de l’Espérou, 2009, p. 13-32.

Bertucchi 1992 : BERTUCCHI (G.) – Les amphores et le vin de Marseille. VIe s. avant J.-C.-IIe s. après J.-C. RAN, Suppl. 25, 1992.

Bien et al. 2001 : BIEN (St.), CHEVILLOT (P.), MAURIN (M.), PLASSOT (E.), PUECH (S.), SILLANO (B.), WEYDERT (N.) – Des creusements de grande ampleur vers 500 av. J.-C. (état 1B). In : Bouiron 2001, p. 71-76.

Bouiron 2001 : BOUIRON (M.) dir. – L’Alcazar (BMVR). 26 siècles d’occupation suburbaine à Marseille (Bouches-du-Rhône). Document final de synthèse. Nîmes, Association pour les fouilles archéologiques nationales, 2001, 7 vol. , 2001.

Chausserie-Laprée, Nin, Domalin 1984 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.), NIN (N.), DOMALIN (L.) – Le village protohistorique du quartier de l’Île à Martigues (B.-du-Rh.), Urbanisme et architecture de la phase primitive (Ve-IIIe s. av. J.-C.) – I. Urbanisme et fortification. DAM, 7, 1984, p. 27-52.

Chazelles 1995 : CHAZELLES (Cl.-A. de) – Les origines de la construction en adobe en Extrême-Occident. In : Arcelin (P.), Bats (M.), Garcia (D.), Marchand (G.), Schwaller (M.) éd. Hommages à André Nickels. Sur les pas des Grecs en Occident. Paris, Errance, et Lattes, A.D.A.M, 1995, p. 49-58 (Études massaliètes 4).

Chazelles 2006 : CHAZELLES (Cl.-A. de) – Observations sommaires sur la construction de quelques murs. In : Mellinand (Ph.), Gantès (L.-Fr.) dir., Collège Vieux‑Port, 2 rue des Martégales. Volume 2 : études spécialisées. Aix-en-Provence, SRA, et Nîmes, Inrap, 2006, p. 195-202 (Rapport final d’opération dactylographié).

Chazelles 2010 : CHAZELLES (Cl.-A. de) – Quelques pistes de recherche sur la construction en terre crue et l’emploi des terres cuites architecturales pendant l’Âge du fer dans le bassin occidental de la Méditerranée. In : Tréziny (H.) éd., Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire. Actes des rencontres du programme européen Ramses2 (2006-2008). Paris, Éditions Errance, et Aixen-Provence, Centre Camille Jullian, 2010, p. 309-318 (BiAMA 3).

Donnarumna, Greco-Maiuri, La Genière 1997 : DONNARUMNA (R.), GRECO-MAIURI (G.), LA GENIÈRE (J. de) – L’Héraion de Foce del Sele, découvertes récentes. CRAI, 141, 1997, p. 333-350.

Gantès, Moliner 1990 : GANTÈS (L.-Fr.), MOLINER (M.) – Marseille : itinéraire d’une mémoire. Cinq années d’archéologie municipale. Catalogue d’exposition, Musée d’Histoire de Marseille, 1990.

Garcia, Tréziny 2010 : GARCIA (D.), TRÉZINY (H.) – Maisons à absides dans le monde grec et en Gaule méditerranéenne. In : Tréziny (H.) éd., Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire. Actes des rencontres du programme européen Ramses² (2006-2008). Paris, Éditions Errance, et Aix-en-Provence, Centre Camille Jullian, 2010, p. 371-378 (BiAMA 3).

Hermary, Hesnard, Tréziny 1999: HERMARY (A.), HESNARD (A.), TRÉZINY (H.) dir. – Marseille grecque, 600-49 av. J.-C. La cité phocéenne. Paris, Éditions Errance, 1999.

Martin 1974 : MARTIN (R.) – L’urbanisme dans la Grèce antique. Paris, Picard, seconde édition augmentée, 1974.

Rothé, Tréziny 2005 : ROTHÉ (M.-P.), TRÉZINY (H.) dir. – Carte archéologique de la Gaule, 13/3. Marseille et ses alentours. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005.

Tréziny 2001 : TRÉZINY (H.) – Les fortifications de Marseille dans l’Antiquité. In : Bouiron (M.), Tréziny (H.) et al. éd., Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, actes du colloque de Marseille, nov. 1999. Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 45-57 (Études massaliètes 7).

Tréziny 2005 : TRÉZINY (H.) – Les colonies grecques de Méditerranée occidentale. Histoire urbaine, 13/2, 2005, p. 51-66. URL : www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2005-2-page-51.htm. DOI : 10.3917/rhu.013.0051.

Tréziny 2006 : TRÉZINY (H.) – L’urbanisme archaïque des villes ioniennes : un point de vue occidental. In : Actes de la table ronde « L’Ionie préclassique. Territoire et organisation de l’espace », Bordeaux, 5 mars 2004. REA, 108, 2006, p. 225-247.

Tréziny 2011 : TRÉZINY (H.) – Fossés et défenses avancées dans les villes grecques d’Occident. Revista d’Arqueologia de Ponent, 21, 2011, p. 287-296.

Varène, Étienne 1995 : VARÈNE (P.), ÉTIENNE (R.) – Vitruve et Claros. CRAI, 139, 1995, p. 495-513.

Verdillon 1872 : VERDILLON (A.) – Dissertation sur l’ancienne topographie de Marseille à son origine et au temps du siège de cette ville par Jules César. Marseille, De Cayer, 1872.

Notes

1 Voir le cliché qu’il a pris, publié dans Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 80.

2 Bouiron (M.), Tréziny (H.) – L’espace périurbain de Marseille antique et médiévale. In : Bouffier (S.), Brelot (Cl.-I.), Menjot (D.) dir., Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations. Actes du colloque international de Lyon, 5-6 mai 2011, à paraître.

3 Sous notre direction en tant qu’archéologue de la Ville de Marseille, avec une équipe Afan (devenu depuis l’Inrap) composée d’une soixantaine d’archéologues professionnels.

4 Il s’agit de la partie la plus basse nécessaire à la future construction, que les archéologues doivent respecter pour ne pas décompacter le terrain destiné à supporter les fondations.

5 Les données stratigraphiques sont issues du rapport de fouille, rédigé par C. Barra, P. Chevillot, B. De Luca et N. Valour (Barra et al. 2001) pour les éléments antérieurs aux creusements, et par St. Bien, P. Chevillot, M. Maurin, E. Plassot, S. Puech, B. Sillano et N. Weydert (Bien et al. 2001) pour les creusements eux-mêmes.

6 La nature sédimentologique en a été étudiée lors de la fouille par Pascale Chevillot, géomorphologue à l’Inrap.

7 L’aire est calculée avec l’outil permettant cette mesure dans le logiciel Adobe Acrobat Pro, sur la base des plans de fouille présentés dans le rapport.

8 On sait que la dernière glaciation a constitué une période propice aux creusements profonds de lits des fleuves, du fait d’un niveau de la mer alors plus bas de 120 m par rapport à l’actuel.

9 Voir en particulier l’étude de Guy Bertucchi (1992).

10 Voir la synthèse de la période grecque rédigée par LucienFrançois Gantès et Michel Bats dans Rothé, Tréziny 2005, p. 252-258.

11 L’abandon du four de la rue Négrel est daté par L.-Fr. Gantès des années 520/515-500 av. J.-C. (Rothé, Tréziny 2005, p. 396). Il faut probablement mettre en relation ce four avec une fosse d’extraction située à proximité (Rothé, Tréziny 2005, p. 249).

12 Les constructions de briques crues sont très fréquentes, surtout pour les périodes les plus anciennes. L’origine grecque de l’adobe a souvent été mise en avant (voir par exemple Chazelles 1995, p. 50), en s’appuyant en particulier sur les plans de maisons à abside (voir la relecture récente de D. Garcia et H. Tréziny 2010).

13 Voir en particulier les travaux de Claire-Anne de Chazelles (2010 pour un résumé actualisé de la recherche).

14 Pour ne citer qu’un exemple Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 43.

15 Martin 1974, p. 197 : « A l’époque archaïque, il y avait plus de remparts en brique qu’en pierre ».

16 On renverra également au plan publié dans Tréziny 2005, p. 22 et aux actes à paraître du colloque

de Lyon, cités en note 2.

17 Le sondage de l’avenue Vaudoyer semble l’attester, mais la fouille, très étroite (quelques mètres carrés en partie basse), ne permet pas d’en être certain.

18 Voir les plans publiés par Henri Tréziny (2001, repris dans ses articles plus récents).

19 Pour tous ces sites, nous renverrons pour plus de commodité à Rothé, Tréziny 2005.

20 Information orale Philippe Mellinand.

21 Réalisée en 1986-1987. Voir Gantès, Moliner 1990, p. 9-10.

22 Pied ionien de 34,9 cm : Donnarumna, Greco-Maiuri, La Genière 1997, p. 337 ; Auberson 1968, p. 15 ; pied ionien de 33 cm : Varène, Étienne 1995, p. 497. Nous avons pris la valeur arrondie de 35 cm au début de notre article.

23 Au village de l’Île à Martigues, des briques de 0,40 x 0,30 x 0,09 m ont été découvertes (voir Chausserie-Laprée, Nin, Domalin 1984). Dans le monde ibérique, une étude récente (Benoit 2009) montre la multiplicité des modules. Les épaisseurs sont souvent comprises entre 8 et 12 cm. Il est difficile de déterminer avec précision cette mesure dans le cas de la fouille de Saint-Laurent, mais nous pensons que la brique était plutôt épaisse.

24 Le calcul donne le nombre théorique de 10350834.

25 Chazelles 2006, p. 197. Sur ce site, la construction d’adobes se fait également, de façon minoritaire, avec une terre noire qui ne correspond pas à l’argile stampienne.

26 Nous avons repris ici la traduction de M. Bats dans Rothé, Tréziny 2005, p. 146. La traduction « classique » est celle d’A. Berthelot.

27 Les archéologues utilisent le terme technique de « négatif ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan des fosses d’extraction sur le site de l’Alcazar (DAO J. Isnard, F. Guériel/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3891/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 2. Coupe de la fosse d’extraction occidentale (DAO J. Isnard/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3891/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 3. Bord de la fosse d’extraction d’argile centrale sur le site de l’Alcazar (cl. Fr. Parent/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3891/img-5.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 5. Plan de Marseille vers 500 av. J.-C. avec localisation de la fouille de l’Alcazar (DAO M. Bouiron/SAVN, H. Tréziny/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3891/img-6.png
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 6. Restitution des carrières en cours de fonctionnement (G. Frommherz/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3891/img-7.png
Fichier image/png, 319k

Auteur

Directeur du Service Archéologique de la Ville de Nice, chercheur au CEPAM (UMR 7264). Je remercie mon ami Philippe Mellinand, responsable Inrap de nombreuses fouilles marseillaises, pour sa relecture et ses remarques bienvenues sur ce texte.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search