Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Marseille et le réseau phocéen

La terre des ancêtres : à propos des nécropoles antiques de Marseille

Manuel Moliner

Résumé

This paper presents a general survey on the necropoleis of Massalia/Massilia (ancient Marseilles) and focuses on the ‘Sainte-Barbe’necropolis, extensively excavated twenty years ago, and published in 2003. Several aspects of ritual practices are examined, as well as the topographical development of the funerary areas, before and after the conquest of the city by Caesar (49 B.C.).

Texte intégral

  • 1 On signalera que, depuis cette date, plusieurs découvertes de gisements funéraires viennent complét (...)

1À partir des résultats d’une grande fouille de sauvetage réalisée il y a vingt ans, nous nous proposons de dresser un état des connaissances sur les nécropoles de Massalia/Massilia, à la lumière des découvertes inédites et de la relecture des fouilles anciennes à laquelle nous avons été conduit au fur et à mesure de l’avancement de nos recherches1.

2Nous commencerons par un rapide bilan de l’histoire des découvertes funéraires à Marseille, puis nous rappellerons les principaux caractères de la nécropole de Sainte-Barbe mise au jour en 1991, avant une présentation de certains aspects de ces fouilles anciennes et récentes, pour terminer sur un aperçu de la topographie funéraire antique de cette cité grecque en Occident, fille de Phocée prise par César.

L’archéologie funéraire à Marseille

  • 2 À la fois pour l’esprit général de ces maquettes pertinentes et, tout dernièrement, pour les sépult (...)

3Des objets issus de tombes sont signalés à Marseille depuis le XVIIe s., il s’agit surtout de belles pièces comme des inscriptions ou des urnes céramiques. Au XVIIIe s. les amateurs d’antiquités font état de sépultures et de leur mobilier, dont seuls certains objets complets sont conservés : ils sont relativement rares, mais des lampes, des monnaies et des bijoux complètent les collections (fig. 1). L’épigraphie funéraire est peu représentée, le corpus n’atteindra qu’une centaine d’inscriptions à la fin du siècle suivant, et beaucoup sont hélas perdues depuis. À partir du XIXe s., des ensembles sépulcraux groupés sont signalés, mais il n’y a pas de fouilles méthodiques. Cependant, si le mobilier récolté est plus fréquent selon l’inventeur du site, ce sont souvent de simples ramassages et parfois il s’agit de véritables recherches. Deux découvertes sont exemplaires – et capitales – à cette époque : en 1831-32 la « surveillance archéologique » – autorisée par la municipalité – du creusement du nouveau bassin de Carénage sur la rive Sud du port (actuel Vieux-Port) et en 1880, au Nord de la ville, dans le quartier de Saint-Mauront, une intervention ponctuelle mais méticuleusement observée lors de travaux privés. Dans les deux cas, le matériel est prélevé, mais la documentation graphique relative aux plans est rare, voire inexistante, tandis que le mobilier est fidèlement dessiné (fig. 2). D’autres trouvailles sont exhumées au cours de ce siècle de transformations urbaines majeures dans cette ville, sans véritables investigations et sans documentation pendant ou après les travaux. Seuls quelques rapides articles de journaux relatent la multitude de sépultures exhumées, comme par exemple au Nord de la ville sur l’ancienne butte du Lazaret (vers 1865), ou bien au Sud, à l’entrée du port, dans l’emprise du palais de Pharo (à partir de 1876). Bien d’autres gisements confirment ainsi l’implantation de nécropoles denses aux alentours de la ville antique, de l’époque grecque à la période chrétienne. Une dizaine de maquettes très réalistes sont exécutées à l’occasion de ces découvertes par un modeste employé de l’ancien musée d’Archéologie, mais on ignore quelles sources ont été utilisées. Ces superbes et uniques documents – dont la valeur scientifique à longtemps été mise en doute, mais que nous proposons de réhabiliter2 – sont de nos jours conservés au Musée d’Histoire de la ville. Ces maquettes se rapportent à des nécropoles d’époque grecque, romaine et chrétienne, certaines sont implantées au Sud-Est de la ville, zone quasiment inconnue du point de vue de la topographie funéraire jusqu’à la seconde moitié du XIXes.

Fig. 1. Objets funéraires découverts à Marseille au XVIIIe s. D’après Grosson 1773, pl. 33.

Fig. 1. Objets funéraires découverts à Marseille au XVIIIe s. D’après Grosson 1773, pl. 33.

Fig. 2. Objets funéraires découverts au bassin de Carénage au XIXe s. D’après Villeneuve-Bargemon 1834, pl. XI.

Fig. 2. Objets funéraires découverts au bassin de Carénage au XIXe s. D’après Villeneuve-Bargemon 1834, pl. XI.
  • 3 Parue en 2003, la monographie sur la nécropole gréco-romaine de Sainte-Barbe ((Moliner et al. 2003) (...)
  • 4 Pour ces découvertes non publiées se reporter aux notices nos 195, 199 et 155 dans la Carte Archéol (...)

4Depuis la seconde guerre mondiale, de grands travaux ont à nouveau transformé Marseille, mégapole de plus de 15 000 hectares urbanisés, et plus précisément le centre ville où se situe la ville antique, dont la superficie n’excéda jamais 50 hectares. À l’occasion de ces programmes d’urbanisme, les archéologues, qui succèdent enfin aux érudits et aux membres de sociétés savantes, mettent au jour des ensembles funéraires inédits pour le secteur oriental de Massalia. On assiste véritablement à la naissance de l’archéologie funéraire comme discipline scientifique, les initiateurs en seront L. Chabot et J.-B. Féraud en 1953 sur un gisement exigu, mais qui compte 22 tombes cependant, dégagé rue Tapis-vert (quartier Belsunce), et F. Benoit sur le site de Saint-Victor dans les années 1960 (pour des sépultures d’époque chrétienne sur la rive Sud du port). Ces précurseurs seront suivis dans les années 1970-80 par les travaux de G. Demians d’Archimbaud, à nouveau sur Saint-Victor (plus de 210 tombes) et de G. Bertucchi sur le chantier de la Bourse (mise au jour de deux enclos funéraires d’époque grecque). Enfin, en 1991, lors de nos propres investigations sur le site de Sainte-Barbe, où plus de 500 sépultures ont été exhumées puis publiées intégralement3. Depuis 20 ans, d’autres espaces funéraires ont été également mis au jour sur la rive Sud, qui complètent encore le champ des explorations du monde des morts : citons rapidement les petits ensembles de 17 et 43 tombes fouillés au Bas-fort Saint-Nicolas en 1988 et au Palais du Pharo en 1994 (il s’agit alors de sépultures d’époque antique tardive). Plus récemment, des vestiges ponctuels – sépultures et éléments architecturaux – mis au jour sur le site de l’ancien Alcazar (quartier Belsunce) apportent leur contribution à l’analyse du paysage funéraire devant l’entrée de la cité gréco-romaine4.

5Nous présenterons les principaux résultats de ces dernières découvertes, en excluant de notre propos la période chrétienne : d’abord la période romaine, puis la période grecque. Le rappel de nos propres recherches de terrain réalisées en 1991 s’imposera, lesquelles ont permis de poser de nouveaux jalons pour une étude actualisée de certaines découvertes. Il s’agit ici d’un bilan synthétique de quelques aspects particuliers qui sont développés dans la publication de la nécropole de Sainte-Barbe dont le dernier chapitre est consacré aux nécropoles de Marseille antique (fig. 3).

Fig. 3. Les découvertes funéraires à Marseille. L’étoile signale la nécropole de Sainte-Barbe fouillée en 1991. Infographie M. Moliner.

Fig. 3. Les découvertes funéraires à Marseille. L’étoile signale la nécropole de Sainte-Barbe fouillée en 1991. Infographie M. Moliner.

La nécropole de Sainte-Barbe

6Ce riche gisement funéraire a été découvert lors d’une fouille d’urgence, sous des immeubles d’époque moderne qui avaient succédé, lors du lotissement des terrains gagnés intra-muros dans les nouveaux remparts agrandis sur l’ordre de Louis XIV en 1660, à un quartier de potiers du Moyen Âge (Marchesi, Thiriot, Vallauri 1997). 547 tombes retrouvées sur une surface de 1 500 m2 sont précisément datées entre la fin du Ve s. av. J.-C. et la fin du IIe s. apr. J.-C. Méticuleusement fouillées, en tant qu’ensembles clos ainsi que dans leur environnement stratigraphique, ces tombes ont été installées dans un vallon à régime torrentiel, qui a aujourd’hui disparu dans la topographie urbaine. Ces sépultures avaient en partie souffert de la densité des ensevelissements, les recoupements sont fréquents sur cette zone réservée aux morts, car le site est occupé depuis l’époque grecque classique jusqu’au Haut Empire, puis par la mise en place des quartiers ultérieurs dont les fondations ont perturbé des strates anciennes. En dépit de ces bouleversements, certains secteurs étaient bien préservés en raison du comblement progressif de cette dépression naturelle située, d’une part, en contrebas de la fortification antique qui courait sur la butte des Carmes à l’Ouest, et, d’autre part, au Nord immédiat du fond de calanque du Lacydon. C’est-à-dire à proximité de la rive Nord du plan d’eau où prenait place le port antique dont la complexe histoire et l’imbrication des aménagements commencent à être perçues depuis les fouilles de la Bourse et celles tout dernièrement engagées autour de l’Hôtel de Ville (Parcours de villes 1999).

Au temps de Rome

7Pour la nécropole de Sainte-Barbe, sont attribuées à l’époque romaine 436 tombes réparties entre deux tiers d’inhumations et un tiers de crémations, présentes sur la totalité du site exploré (fig. 4). Les modes d’ensevelissements – rite choisi pour la mise en terre et choix de la protection du cadavre – révèlent une certaine conformité au modèle romain dans un groupe humain aux caractères sociologiques homogènes se traduisant par une certaine rusticité des usages et des pratiques funéraires. Nous ne donnerons pas le détail de l’évolution chronologique de ces comportements mise en évidence pour cette période comme pour la période grecque, nous avons choisi une approche globale destinée à situer ces découvertes dans le cadre général des nécropoles antiques.

Fig. 4. La nécropole de Sainte-Barbe, les rites d’ensevelissements des sépultures d’époque romaine. Infographie M. Moliner.

Fig. 4. La nécropole de Sainte-Barbe, les rites d’ensevelissements des sépultures d’époque romaine. Infographie M. Moliner.
  • 5 Aujourd’hui H. Duday propose de reconnaître les acteurs de l’archéologie funéraire dans une discipl (...)

8Les sépultures à inhumations dont l’état de conservation était satisfaisant ont fait l’objet d’une approche anthropologique de terrain in situ (plus de 200 cas), basée sur les préceptes développés par H. Duday et son équipe5. Ces méthodes, dont l’apport est capital dans le domaine de la taphonomie (étude de la décomposition du corps) ou la paléodémographie, et en particulier la diagnose sexuelle, étaient d’autant plus nécessaires que de nombreux squelettes étaient particulièrement fragiles ou fragmentés. L’architecture funéraire se traduit par des réceptacles divers au répertoire sobre où prédominent la fosse en pleine terre (couverte ou non par des planches de bois ou des dalles) et le cercueil de bois clouté. Des assemblages hétéroclites formant un coffre, parfois bien agencé avec des tegulae droites et des amphores, sont aussi mis en œuvre pour la maison du mort (fig. 5). La population étudiée montre, en dépit d’un léger déséquilibre en défaveur de la classe d’âge des enfants (nous n’avons qu’une partie de l’espace sépulcral qui s’étend hors des limites de la fouille), des « humatio » où hommes, femmes et enfants sont enterrés sans espaces réservés. Il y a de rares cas de sépultures doubles : il s’agit alors, un cas est certain, d’une mère et d’un nouveau-né (Moliner 2012a, p. 497, fig. 30 ). De rares cas d’inhumations secondaires ou de réductions sont attestés, qui témoignent du respect des morts antérieurs dans cet espace densément occupé, mais dont l’organisation est fonction de la topographie naturelle des lieux et non pas d’un schéma interne. L’orientation privilégiée, Nord-Sud, s’adapte à la morphologie du terrain, dans le sens des pentes du vallon ou sur des perpendiculaires à celles-ci pour les orientations Est-Ouest.

Fig. 5. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’époque romaine (T14). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 5. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’époque romaine (T14). Photo Fr. Cognard et St. Bien.
  • 6 A. Richier, archéo-anthropologue à l’Inrap, qui avait en charge la fouille et l’étude avec I. Ville (...)

9Les sépultures à crémations sont de deux types : des dépôts d’incinération secondaires et des fosses à incinération primaire. Dans le premier cas (110 tombes), le mode principal de dépôt des cendres est le vase en terre cuite (fig. 6), qui emprunte des formes au répertoire funéraire mais aussi au vaisselier de table et de cuisine. Le vase en verre, en plomb, mais aussi en matériau périssable (bois) est utilisé. Certains sont contenus dans des coffres de plomb et les aménagements enterrés destinés à protéger le réceptacle sont fréquents. Une aire rubéfiée de grande dimension, plus de 25 m2, mais totalement nettoyée dès l’Antiquité, peut signaler un espace destiné à la crémation du cadavre, le bûcher qui n’était pas recoupé par des fosses contemporaines. Le second type est attesté dans 52 tombes, la crémation dans la fosse destinée à devenir la sépulture – le corps n’est pas déplacé – a été clairement identifié lors de la fouille sur le terrain des restes osseux par un anthropologue6 (fig. 7). Ces investigations particulières ont à nouveau permis une compréhension immédiate des gestes liés à ce mode particulier d’incinération qui succède dans le temps aux dépôts d’incinération secondaire : il est alors quasi exclusif dans la seconde moitié du IIe s. apr. J.-C. L’archéologue spécialiste sur le terrain, au moyen, entre autres, de repérage quadrillé et de photos-relevés, a pu directement étudier la position du défunt, l’entretien du foyer et donc de la crémation, la disposition des offrandes primaires (celles-ci sont brûlées) et secondaires, déposées après l’incinération. Un cas de diagnose sexuelle a pu être clairement déterminé, une femme, dans la sépulture T328.

Fig. 6. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération secondaire d’époque romaine (T386 en vase céramique à cuisson oxydante). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 6. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération secondaire d’époque romaine (T386 en vase céramique à cuisson oxydante). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 7. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération primaire d’époque romaine (T138). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 7. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération primaire d’époque romaine (T138). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

10Les pratiques funéraires ont pu être étudiées dans leur nature et leur fonction ainsi que dans leur évolution grâce à l’importante série statistique que constitue cet ensemble sépulcral dont la chronologie s’étend sur plus de deux siècles ; nous n’en présenterons ici que quelques caractères généraux. Le dépôt d’offrandes n’est certain que dans un tiers des tombes et nous avons constaté que ces gestes destinés au mort sont plus fréquents dans les crémations ; la moyenne du nombre d’objets entrant dans la sépulture est cependant inférieure à deux pièces (fig. 8). Les éléments de parure, qu’il est nécessaire de distinguer de la catégorie précédente d’objets, car il ne s’agit plus d’une offrande mais d’un artefact destiné à la préparation ou à la présentation du défunt, sont majoritairement attestés chez les femmes et les enfants. Dans l’ensemble, ces bagues ou colliers sont très sobres, souvent composés de matériaux hétéroclites ; il y a peu de pièces spécifiques ou de qualité ; on signalera, hormis des parures en verroteries, des amulettes phalliques à vertu prophylactique en ambre. L’obole à Charon est peu fréquente (une dizaine de cas), mais les monnaies accompagnant le mort sont très souvent des espèces usées. On les retrouve près du corps ou dans la bouche, aussi bien dans les inhumations que dans les crémations (fig. 9). L’essentiel des offrandes consiste en des vases à boire et à manger qui assurent la subsistance du mort dans l’Au-delà. Des objets personnels entrent dans la tombe, comme des strigiles ou des peignes, un exemplaire en ivoire, hélas très dégradé, est issu d’une tombe de femme. Le mobilier en métal précieux est inexistant. Très peu d’éléments végétaux ou animaux ont été mis en évidence, mais il s’agit peut-être d’un défaut de traces archéologiques et non pas d’une absence véritable. Un cas particulier est à mettre en exergue : un œuf de poule placé dans une valve de coquillage déposée dans une tombe d’enfant.

Fig. 8. Nécropole Sainte-Barbe, mobilier de sépultures d’époque romaine. Dessins d’auteurs divers.

Fig. 8. Nécropole Sainte-Barbe, mobilier de sépultures d’époque romaine. Dessins d’auteurs divers.

Fig. 9. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’époque romaine (tombe T144). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 9. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’époque romaine (tombe T144). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

11La sépulture est inscrite dans le paysage de la nécropole au moyen de marqueurs de surface très rustiques, de simples pierres dressées sur le tertre ; un seul exemplaire doté d’une inscription nous est parvenu parmi les 5 % de tombes dotées de stèles. L’épitaphe de Syriské (fig. 10) confirme la permanence de la langue grecque durant le Haut Empire, elle est également révélatrice d’anthroponymes grecs, qui ne sont pas encore latinisés selon la formulation des tria nomina, cependant bien attestée à Marseille durant cette période.

Fig. 10. Nécropole Sainte-Barbe, stèle funéraire de Syriské (T236), 1ère moitié du IIe s. apr. J.-C. Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 10. Nécropole Sainte-Barbe, stèle funéraire de Syriské (T236), 1ère moitié du IIe s. apr. J.-C. Photo Fr. Cognard et St. Bien.

12On citera rapidement d’autres pratiques funéraires en usage dans cette portion de nécropole, certaines se rapportant aux commémorations comme les conduits à libations, ou à l’installation du cadavre dans la tombe tels les coussins funéraires. Des éléments propres à la présentation du défunt, comme les traces d’habillement, ont été reconnus sous forme de pièces de cuir ou de chaussures aux semelles cloutées, portées ou placées à côté du mort : plus de 30 cas en tout ont ainsi été mis en évidence.

13La chronologie de cet ensemble sépulcral est comprise entre le début de l’époque augustéenne, époque où la crémation est quasi-dominante, et la fin du IIe s. apr. J.-C. où l’inhumation est alors exclusive. Ces tombes sont installées sans ordre apparent – aucune organisation interne n’a pu être clairement établie – dans un vallon drainé aux alentours du changement d’ère et précédemment occupé par des sépultures d’époque grecque.

  • 7 Sommairement présenté dans la publication de la nécropole de Sainte-Barbe (Moliner et al. 2003, p.  (...)

14De grands travaux édilitaires sont en effet entrepris pour réguler les écoulements d’eaux qui, en ruisselant dans cette dépression – et en entraînant de grandes quantités de matériau – s’écoulent vers le port antique situé à moins de 300 m au Sud et participent de son comblement progressif. Un ouvrage maçonné enterré, de grand gabarit7, est enfoui dans l’axe du thalweg : sa tranchée de fondation, large de plus de 20 m, et sa profondeur d’enfouissement, qui dépasse les 3 m, ont sans doute provoqué la disparition d’une partie de l’occupation précédant l’époque romaine, c’est-à-dire des sépultures d’époque grecque installées de part et d’autre du ruisseau. Cet aqueduc, au mode de construction caractéristique de l’art des ingénieurs hydrauliciens romains, sera rapidement comblé et perdra son utilité, sans doute dans le courant du Ier s. apr. J.-C. Une sépulture s’implantera dans l’ouverture d’un des deux regards aériens retrouvés sur l’emprise de la fouille.

Avant Rome

15Durant l’époque grecque classique, puis dans la première partie l’époque hellénistique, plusieurs séquences d’ensevelissements dûment analysées en stratigraphie ont livré une centaine de tombes réparties entre la fin du Ve s. av. J.-C. et le milieu du IIe s. av. J.-C. Les deux tiers des tombes consistent en des inhumations et le tiers restant en des dépôts d’incinération secondaire. Il n’y a pas de crémation in situ, mais en revanche des bûchers individuels, soigneusement nettoyés après utilisation, ont été reconnus. Ces tombes sont implantées sans ordre précis et, à nouveau, les orientations dominantes tiennent compte du relief. En raison de la présence du ruisseau qui s’écoulait du Nord vers le Sud, les sépultures se répartissent de part et d’autre des flancs du vallon, sur des espaces exigus provoquant un certain nombre de recoupements de tombes (fig. 11). L’espace sépulcral n’excède pas alors 250 m2, soit une superficie bien moindre qu’à l’époque romaine, le taux d’occupation des terrains est alors d’une tombe pour 2,6 m2, alors qu’il sera d’une tombe pour 3,5 m2 par la suite. Les inhumations sont généralement installées dans de simples fosses en pleine terre, mais le cercueil de bois ou le coffre fruste (dalles par exemple) sont attestés. Des cas de sépultures doubles sont à signaler. Le recours à de grands récipients utilisés comme enchytrismos est fréquent, c’est quasiment la règle pour les mises en terre de nouveau-nés et, dans ce cas, c’est l’amphore massaliète – production locale – qui est utilisée. Son ouverture est agrandie, le col est brisé, pour faciliter l’introduction du jeune cadavre dans ce réceptacle.

Fig. 11. Nécropole Sainte-Barbe, les rites d’ensevelissements des sépultures d’époque grecque. Infographie M. Moliner.

Fig. 11. Nécropole Sainte-Barbe, les rites d’ensevelissements des sépultures d’époque grecque. Infographie M. Moliner.

16Les sépultures à incinérations se caractérisent par le dépôt des cendres recueillies sur le bûcher dans des vases cinéraires en terre cuite, mais deux cas d’urne en plomb sont connus. Quelquefois, la fosse de crémation sert de lieu de sépulture et le réceptacle est enfoui dans les résidus du foyer (fig. 12). Les urnes céramiques sont en majorité des productions locales, dites en céramique massaliète à pâte claire, des hydries ou des cruches ; un seul cas de vase importé a été retrouvé, une cruche en provenance de la région d’Ibiza en Espagne (fig. 13). Ces réceptacles sont fermés par des objets divers, simples pierres ou poteries ouvertes, ils sont maintenus droits dans la fosse par de petits aménagements.

Fig. 12. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération secondaire d’époque grecque (T55), cruche à pâte claire massaliète contenant les restes d’un adulte âgé. Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 12. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération secondaire d’époque grecque (T55), cruche à pâte claire massaliète contenant les restes d’un adulte âgé. Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 13. Urnes cinéraires de la nécropole Sainte-Barbe : cruches et hydries en pâte claire massaliète ; au centre (sans anse), une cruche de la région d’Ibiza (Espagne). Photo Fr. Cognard.

Fig. 13. Urnes cinéraires de la nécropole Sainte-Barbe : cruches et hydries en pâte claire massaliète ; au centre (sans anse), une cruche de la région d’Ibiza (Espagne). Photo Fr. Cognard.

17Dans le domaine des pratiques funéraires, de nombreux gestes inscrivent les comportements autour du mort, mais aussi autour des vivants dans l’aire culturelle d’une ville grecque. Nous ne signalerons ici que quelques exemples significatifs de cette grécité, surtout révélateurs, en dépit d’une certaine austérité des traces matérielles, de comportements communs aux habitants de cette cité, pratiques bien souvent passées inaperçues dans les trouvailles anciennes.

18Le dépôt d’offrandes est peu fréquent, un tiers des sépultures en sont dotées et l’on constate que ce geste est plus souvent mis en œuvre dans les crémations (fig. 14). Ce constat préfigure le schéma d’époque romaine qui se retrouvera jusqu’au nombre d’objets déposés, deux en moyenne. Il s’agit essentiellement de vaisselle en terre cuite où le vase à boire est prédominant et les pièces ouvertes rares. Le mobilier est en majorité composé de productions locales, mais quelques importations nous rappellent les liens de Marseille avec la Méditerranée, l’Attique, l’Espagne, l’Italie. Les objets se rapportant à la toilette sont fréquents, comme les strigiles, toujours en fer, et surtout les unguentaria déposés le long du corps. Nous avons pu constater la spécificité des objets attribués aux dépouilles d’enfants comme des biberons ou guttus et, plus spécialement, des valves de coquillages marins (Moliner 2012b, p. 182, fig. 15). De petits bijoux de bronze, frustes, sont également attestés dans ces tombes, tandis que dans les tombes d’adultes la parure est plus diversifiée, avec des bracelets ou des bagues. La présence de couronne funéraire, portée par le mort ou déposée sur le vase cinéraire, a été mise en évidence au moyen de petites pièces de terre cuite, certaines portant des traces de dorure imitant les belles pièces d’orfèvrerie de Tarente (Grande Grèce). Aucune monnaie n’a été retrouvée, ce qui fait de l’obole à Charon attestée à l’époque romaine un « vecteur de romanisation » des pratiques funéraires. Également absente du corpus des offrandes dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe, la lampe à huile, cet autre marqueur caractéristique de l’empreinte de Rome, est néanmoins attestée dans d’autres tombes d’époque grecque à Marseille. D’autres pratiques ont été signalées lors de ces fouilles, comme la présence de foyers rituels, sans doute liés à l’exposition du corps (fig. 15), ou bien l’enfouissement dans une amphore marseillaise d’une main coupée : les ossements avaient conservé leur connexion anatomique, c’est un cas d’os resectum.

Fig. 14. Nécropole Sainte-Barbe, mobiliers de sépultures d’époque grecque. Dessins de divers auteurs.

Fig. 14. Nécropole Sainte-Barbe, mobiliers de sépultures d’époque grecque. Dessins de divers auteurs.

Fig. 15. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’une jeune femme de 21-25 ans (T49, fin du IIIe-milieu du IIe s. av. J.-C.). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

Fig. 15. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’une jeune femme de 21-25 ans (T49, fin du IIIe-milieu du IIe s. av. J.-C.). Photo Fr. Cognard et St. Bien.

19Des zones rubéfiées correspondant à des bûchers funéraires ont été retrouvées sur le côté Ouest du vallon, c’est-à-dire sur la rive opposée aux enfouissements de vases cinéraires contemporains d’après les données stratigraphiques. Ces espaces protégés – mais on ne sait comment – des mises en terre seront ultérieurement perturbés par des tombes à inhumation. L’organisation de cette nécropole nous échappe à nouveau, bien qu’un nombre relativement important de stèles, anépigraphes, montre que ces tombes (plus de 15 % en étaient dotées) étaient inscrites dans un paysage précis où les vivants rendaient leurs devoirs aux défunts (Moliner 1994).

20Pour conclure cette présentation générale des pratiques funéraires dans la nécropole de Sainte-Barbe, nous préciserons deux aspects, le premier sur l’évolution des rites d’ensevelissement et le second sur la population enterrée. Nous n’avons pas développé ici l’étude topo-chronologique du site, qui connaît une évolution de la répartition des mises en terre dans le temps, avec des pulsations tant à l’époque grecque qu’à l’époque romaine, mais en revanche il nous semble important de présenter la courbe de l’évolution des rites pratiqués en raison des correspondances établies avec les autres nécropoles de Marseille – en dépit de certaines absences. L’inhumation, majoritaire dans les premières phases du gisement (période grecque classique) est progressivement rejointe par la crémation. À l’époque hellénistique, une parité est certaine, mais l’interruption de l’information pour la deuxième partie de cette époque ne permet pas de fixer avec certitude la tendance observée. Bien que la reprise des sépultures à la fin du Ier s. av. J.-C. s’inscrive dans des pratiques caractéristiques des mœurs romaines – est-ce là une des conséquences de la défaite de Massalia, prise par Jules César quelques décennies plus tôt ? –, les rites pratiqués semblent perpétuer l’évolution mise en évidence à l’époque précédente. Ainsi, la crémation qui l’emportait alors – exemple de pratiques aristocratiques issues du modèle macédonien – est quasiment exclusive au temps d’Auguste. Puis, durant les deux siècles qui suivent, le modèle de Rome l’emporte et le recours à l’incinération décroît régulièrement, avec, pour un temps, un phénomène particulier bien attesté, l’incinération en place, qui est remplacée à nouveau par l’inhumation, exclusive sur ce gisement à la fin du Haut Empire (fig. 16).

Fig. 16. Graphique de l’évolution des rites d’ensevelissements dans la nécropole de Sainte-Barbe. Infographie M. Moliner.

Fig. 16. Graphique de l’évolution des rites d’ensevelissements dans la nécropole de Sainte-Barbe. Infographie M. Moliner.

21S’il n’y a pas lieu de dresser ici le détail des recherches sur les restes osseux de cette grande fouille, on se doit de rappeler que, à partir de méthodes de terrains et de laboratoire rigoureuses, les anthropologues ont mis en évidence des caractères généraux et des aspects particuliers de ces populations enterrées, dont on se bornera à signaler dans cet article trois points fondamentaux. D’une part, malgré un échantillon restreint, ces études ont mis en exergue pour la période grecque un groupe humain homogène, aux classes d’âge équitablement réparties, qui montrent l’égalité du traitement du défunt devant la mort, homme, femme et enfant étant parfaitement intégrés au groupe concerné. Pour l’époque romaine, l’échantillon est bien plus important, mais en revanche un certain déséquilibre, en ce qui concerne l’âge, laisse envisager que des secteurs étaient réservés aux enfants. Les pathologies observées sur les squelettes sont plus nombreuses et spécifiques pour certains, tandis que les recherches spécialisées sur les modes de crémations en fosse primaires ont livré des résultats inédits (Richier 2005).

Le paysage funéraire suburbain

22Après ce bilan de nos dernières recherches, nous proposons de présenter quelques découvertes un peu plus anciennes, certaines publiées, d’autres simplement présentées dans divers articles, dont la qualité des vestiges exhumés complète le panorama initial dressé à partir de nos fouilles ; puis nous terminerons par un survol de ces territoires mal connus réservés aux défunts.

Deux explorations capitales

23En 1953, sur la fouille de la rue Tapis-vert, L. Chabot et son équipe, véritables précurseurs de l’archéologie funéraire à Marseille, mettent au jour une portion de nécropole antique (fig. 17). La chronologie, mais aussi les pratiques funéraires sont très proches de celles de la nécropole de Sainte-Barbe, à l’exception d’une sépulture qui pourrait être placée au début du Ve s. av. J.-C. (Chabot, Féraud 1959 ; Moliner 1999). En dépit des difficiles conditions de l’exploration, ils mettent au jour 14 tombes romaines, des inhumations en pleine terre et en coffre de tegulae, et des crémations en urnes céramiques dotées pour certaines de dépôt d’offrandes frustes : vases à pâte claire, sigillées et monnaies de cuivre.

Fig. 17. Plan de la nécropole de la rue Tapis-vert, d’après Chabot 1953. Infographie M. Moliner.

Fig. 17. Plan de la nécropole de la rue Tapis-vert, d’après Chabot 1953. Infographie M. Moliner.

24Ce lot d’ensevelissements, essentiellement des adultes, se superpose à une aire sépulcrale d’époque grecque. Une inhumation en pleine terre et un groupe de six sarcophages – la plupart pillés anciennement –, ainsi qu’un dépôt de crémation en urne de plomb constituent un groupe humain où adultes et enfants sont enterrés dans un même espace. On notera que la taille des sarcophages est adaptée à la classe d’âge du mort. Les rares offrandes retrouvées se distinguent par un mobilier importé de belle facture dans un sarcophage avec deux défunts, mais également par la présence d’éléments de terre cuite imitant les motifs floraux tarentins. Ces tombes s’inscrivent dans la continuité topographique des ensembles mis au jour à Sainte-Barbe, 300 m plus au Nord, mais avec quelques sépultures plus « richement » dotées, lesquelles expriment peut-être un caractère sociologique à mettre en relation avec la proximité des voies de circulation conduisant à l’entrée de la cité, comme cela sera démontré avec les découvertes de la Bourse quelques années plus tard.

  • 8 L’érudit N. F. de Peiresc y signale et dessine la toute première épitaphe d’époque romaine, mais en (...)
  • 9 Nous tenons à remercier chaleureusement le fouilleur, G. Bertucchi qui nous a ouvert sa documentati (...)
  • 10 Depuis 2008, par décision du Conseil Municipal de la Ville de Marseille, la dénomination officielle (...)

25À une centaine de mètres à l’Ouest de ce gisement, la Direction des Antiquités de PACA et plus particulièrement G. Bertucchi, exhument puis fouillent, lors de ce premier grand chantier urbain de Marseille, deux terrasses funéraires exceptionnelles d’époque grecque classique (Bertucchi 1992). Cette zone, l’ancien quartier de la Bourse (actuel quartier Belsunce), était connue depuis l’époque moderne pour avoir livré des vestiges épars de sépultures8, la plupart d’époque romaine, comme de nombreuses inscriptions ou des vases cinéraires, ou bien des sépultures d’époque chrétienne essentiellement en sarcophage. Entre 1974 et 1984, d’autres sépultures de ces périodes sont reconnues sur le site, mais sans qu’aucune organisation ne se dégage. En revanche, les deux enclos de forme rectangulaire, d’environ 100 m2 chacun, se caractérisent par des architectures et des occupations distinctes et particulières9. Le premier, l’enclos Nord, a été rapidement expertisé en raison de contingences de travaux publics draconiennes, il a aujourd’hui disparu ; le second, l’enclos Sud, qui a été fouillé en partie, est de nos jours conservé et visible dans un secteur protégé : le Jardin des Vestiges10 (fig. 18).

Fig. 18. Plan de répartition des sépultures des enclos funéraires de la Bourse, d’après G. Bertucchi. Infographie M. Moliner.

Fig. 18. Plan de répartition des sépultures des enclos funéraires de la Bourse, d’après G. Bertucchi. Infographie M. Moliner.
  • 11 Identification proposée lors d’un séminaire de recherche au centre Camille Jullian d’Aix-en-Provenc (...)

26L’enclos Nord recelait 13 sépultures, 12 dépôts d’incinérations en vases de terre cuite, de plomb ou en bronze, ainsi qu’une inhumation de nouveau-né. Le mur d’enclos bâti en moyen appareil était couronné d’un chaperon. Cette structure, incomplète en raison de destructions ultérieures, n’a pas livré la totalité des mises en terre et aménagements qui constituaient un ensemble sépulcral fermé. Les réceptacles cinéraires se répartissent en vases de productions locales comme à Sainte-Barbe et de beaux exemplaires d’hydries ou de pélikés attiques dont deux portaient un décor d’amazonomachie. Si les urnes en plomb à profil galbé étaient directement enfouies dans le sol, celles en bronze (dont au moins une situle étrusque selon St. Verger11), étaient protégées par des coffres calcaires dont l’un était doté d’un complexe système de pièces mobiles permettant les libations. Des offrandes accompagnaient le défunt : vases à parfums en terre cuite ou en albâtre, objets manufacturés en os et une magnifique feuille d’or miniature représentant une double tête janiforme contenue dans une pyxide en os (inédit).

  • 12 S’agit-il de Dionysodoros (Rothé, Tréziny 2005, p. 177) ?

27L’enclos Sud a livré pour la partie étudiée, un quart du gisement selon le fouilleur, six sépultures à crémations. Ici, seuls les vases en pâte claire massaliète et les vases en plomb, mais avec un type nouveau à col haut, sont attestés. Les dépôts d’offrandes sont proches de ceux de l’enclos voisin, on y ajoutera la mention de perles en terre cuite dorées appartenant à des couronnes funéraires. Cet édifice, à l’inverse du précédent, a très peu souffert des remaniements ultérieurs du site, il comporte en son centre un aménagement bâti et des espaces rubéfiés que l’on doit mettre en relation avec la fonction des lieux : emplacement de stèles, foyers cultuels ou bûchers ? Un fragment de dalle calcaire brisée, retrouvée dans les sédiments du port tout proche, comportait une inscription incomplète (…IONYSO…), qui, s’il s’agit d’un anthroponyme, pourrait prendre place dans cet environnement funéraire12. La particularité principale de cette terrasse réside sans doute dans son décor architectural. En effet, le mur d’enceinte porte sur les faces externes donnant sur la voie, située à quelques mètres seulement, une frise dorique basse décorée de métopes et triglyphes qui ont donné leur nom au monument.

28L’implantation de ces édifices juste devant la porte principale de la cité constitue un élément spectaculaire dont la signification reste à éclaircir par une publication détaillée des découvertes à laquelle nous nous attachons. Bien d’autres gisements funéraires souvent ponctuels nous permettent d’entrevoir les principales tendances des mœurs funéraires au temps de Marseille grecque et romaine. Nous avons choisi de conclure sur un survol de la géographie funéraire de cette grande ville méditerranéenne en intégrant certaines données inédites issues de la relecture des trouvailles anciennes, afin de situer dans la ville actuelle, urbanisée sur plus de 15 000 hectares, ce monde des morts, véritable témoin des pulsations de l’histoire de cette cité, redécouvert à la lumière de nouvelles investigations méthodiques (fig. 19).

Fig. 19. Carte de répartition périodisée des principaux gisements funéraires de Marseille antique. Infographie M. Moliner.

Fig. 19. Carte de répartition périodisée des principaux gisements funéraires de Marseille antique. Infographie M. Moliner.

Le monde des morts

  • 13 La découverte d’une sépulture à crémation isolée, mal conservée, est peut-être datée de la fin du V (...)
  • 14 Nous rappelons à nouveau la portion de nécropole grecque mise au jour ces derniers mois dans le qua (...)

29Pour l’époque archaïque, aucun fait funéraire n’est connu. Hormis une tombe datée de la fin du VIe ou du début du Ve s. rue Tapis-vert, il n’y a pas de sépulture attestée pour cette période de l’histoire de la ville, richement documentée dans les domaines de l’habitat et du port13. La question des nécropoles primitives reste d’actualité, d’autant plus qu’aucun élément archéologique ne permet de situer le tracé des remparts dont seuls de rares vestiges, également datés de la fin du VIe s. av. J.-C., sont attestés à la Bourse, à nouveau dans le secteur oriental de la cité14. Des trouvailles récentes place des Pistoles, mais dont l’interprétation est délicate, nous ont conduit à suggérer que des éléments se rapportant à une activité funéraire pouvaient avoir pris place sur les flancs occidentaux de la butte des Moulins – actuel quartier du Panier –, dont on ignore s’ils sont contenus alors dans la fortification primitive (Moliner 2000).

  • 15 C’est à ce paysage méconnu de la chôra littorale massaliète qu’il convient de rattacher la nécropol (...)

30À l’époque classique, de nombreux gisements apparaissent et fixent, pour les siècles à venir, l’implantation des aires sépulcrales de Massalia, basée sur deux pôles principaux d’attraction. À l’Est, devant l’entrée principale de la ville, les enclos funéraires de la Bourse et des tombes implantées dans l’ancien vallon Saint-Martin montrent l’émergence de nécropoles liées aux voies de circulation ou installées dans des espaces impropres à d’autres activités humaines. Au Sud, sur la rive opposée à la ville, située de l’autre côté du plan d’eau du Lacydon, plusieurs sites signalent un champ de repos dont l’analyse minutieuse révèle des emplacements spécifiques liés à des particularités du terrain sis en bord de mer. Les morts sont enterrés face à la ville, selon un schéma que l’on retrouve dans d’autres villes grecques, la présence d’une grande étendue d’eau séparant les deux mondes symbolisant sans doute le fleuve des Enfers. Plus au Nord et relativement éloignée de la ville, mais sans doute sur une voie septentrionale, une petite nécropole, Saint-Mauront, suggère une implantation peut être rurale, mais liée à la métropole voisine15.

31Durant l’époque hellénistique, ce schéma d’implantation tripartite se perpétue, mais avec des nuances. Les implantations sont un peu plus dispersées, de nouveaux sites font leur apparition et, pour certains, s’interrompent au cours des IIIe-IIe s. av. J.-C., certains définitivement, d’autres pour renaître plus tard. On notera la création, bien que la preuve archéologique soit fragile, d’une nouvelle nécropole linéaire, appelée à connaître un vif succès aux siècles suivants, le long d’une très probable voie septentrionale – la future via Aquensis –, au temps de Rome, sur les coteaux de la colline du Lazaret qui surplombait la ville au Nord, mais aujourd’hui totalement éradiquée.

  • 16 Il s’agit d’un bloc brisé en deux d’un monument à Etrilia Laeta, sans doute un élément d’architrave (...)
  • 17 On rappellera très brièvement la découverte en 2003-2004 rue Malaval, au Nord de la ville, le long (...)

32Concernant l’époque romaine, les sites funéraires se multiplient de façon exponentielle. C’est une réa lité archéologique confortée par le très grand nombre de trouvailles fortuites qui ont retenu l’attention des érudits des siècles passés : beaux objets – le marbre est recherché –, inscriptions, sarcophages… On s’interrogera à ce titre, au vu des leçons de l’analyse des tombes de la nécropole de Sainte-Barbe mais aussi de la relative austérité des mobiliers déposés dans les autres sites d’époque grecque, sur la possibilité qu’un nombre certain de sépultures sans « belle pièce » aient échappé aux investigations anciennes, provoquant ainsi une sous représentation des sites funéraires de certaines époques et plus particulièrement la période archaïque. Ainsi, durant le Haut Empire, une véritable auréole funéraire comme l’écrivait F. Benoit, se dessine manifestement tout autour de la cité, les nécropoles linéaires se densifient et les espaces apparemment vides se comblent, à petit, mais toujours avec la nécessité d’une occupation « optimisée » des terrains. On ne peut exclure que des aires d’ensevelissement aient fonctionné parallèlement à d’autres activités comme l’artisanat, productions de céramiques ou d’amphores par exemple. Les premiers gisements d’époque augustéenne reprennent ou perpétuent des aires sépulcrales plus anciennes, puis, au cours des Ier et IIe s., de véritables cimetières au sens topographique se matérialisent dans des espaces de grande superficie comme sur la rive Sud du Vieux-Port ou le long de la voie Nord qui ouvre Marseille sur l’arrièrepays, la via Aquensis dont l’existence est connue par une inscription appartenant à un édifice funéraire détruit16. D’autres constructions sépulcrales viennent prendre place au devant de la cité, mais si elles succèdent dans un esprit architectural différent aux enclos d’époque grecque – des mausolées sont certains – elles sont tout aussi silencieuses sur les personnages auxquels elles étaient destinées. Seule la symbolique de leur implantation, destinée à être vue des passants sur les voies principales, est certaine, mais sommes-nous assurés qu’il s’agisse alors d’une classe sociale aisée ? Cette formidable densité d’occupation se poursuit aux premiers temps chrétiens17, à partir desquels de nombreux changements sont attestés, dont l’un, capital, dans le domaine des mentalités avec l’entrée des morts à l’intérieur de la ville, autour du groupe épiscopal situé sous la Vieille Major.

33Durant toute sa longue histoire gréco-romaine, Marseille a respecté ce principe des morts enterrés à l’extérieur des murs, comme il ressort de nos connaissances archéologiques, mais on ne peut exclure que cette règle ait été l’objet de quelques exceptions : d’une part, l’archéologie est encore ignorante de certains domaines, comme l’extension de la ville primitive et des espaces consacrés à ses premiers morts, d’autre part, en raison de la possibilité que Massalia, à l’instar d’autres villes de Méditerranée, ait accordé à ses défunts – les plus illustres ? – une place dans son enceinte même.

34Ainsi, nous avons tenté à partir de travaux récents, mais aussi anciens, de montrer l’extrême fécondité du dossier des nécropoles de Marseille antique. Dans cette ville à la longue histoire urbaine, peu à peu éclairée par une recherche archéologique dynamique et par des publications qui paraissent régulièrement, on assiste, à travers l’intérêt permanent porté par ses habitants à ses morts, à l’expression d’une société dont le respect des traditions et l’austérité étaient célébrés dans l’Antiquité. Aux modes culturelles propres à la koiné du monde grec succèdent les influences des Romains, les nouveaux maîtres de la Méditerranée, mais l’héritage de l’hellénisme ne s’éteint pas immédiatement avec la prise de la cité par Trébonius, le légat de César. En témoigne le maintien de la langue et de l’onomastique grecque aux premiers siècles de notre ère, comme le rappelle, à l’instar des propos des auteurs anciens, la stèle de Kratès à sa pieuse épouse Syriské attribuée à une sépulture du IIe s. sur le site de Sainte-Barbe.

  • 18 Nous avons abordé certains aspects de ces questions lors de colloques récents (Moliner 2001, 2003, (...)

35Les fouilles d’urgence générées par les mutations actuelles d’une métropole ont ainsi permis aux archéologues de s’interroger longuement sur le monde des morts18. Mais bien des questions restent posées, que nous espérons voir élucider avec de nouvelles recherches sur le terrain et en laboratoire, tout comme nous formons le vœu de voir publiés les travaux toujours inédits des dernières décennies, en particulier les fouilles des enclos funéraires de la Bourse. Ces ensembles funéraires apporteront leur contribution à l’étude des sociétés anciennes dont l’antique Massalia, fondée vers 600 av. J.-C., constitue sans nul doute une source formidable pour la Méditerranée occidentale.

Bibliographie

Bertucchi 1992 : BERTUCCHI (G.) – Nécropoles et terrasses funéraires à l’époque grecque. Bilan sommaire des recherches. In : Bats (M.) et al. éd., Marseille Grecque et la Gaule. Lattes, A.D.A.M. éditions, et Aix-enProvence, Université de Provence, 1992, p. 123-137 (Études Massaliètes 3).

Chabot, Féraud 1959 : CHABOT (L.), FÉRAUD (J.) – La nécropole du Tapis-Vert à Marseille. Cahiers Ligures, 8, 1959, p. 63-86.

Grosson 1773 : GROSSON (J.-B.) – Recueil des antiquités et des monuments marseillais qui peuvent intéresser l’histoire et les arts. Marseille, Jean Mossy, 1773.

Marchesi, Thiriot, Vallauri 1997 : MARCHESI (H.), THIRIOT (J.), VALLAURI (L.) dir. – Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe s. et le quartier Sainte-Barbe (Ve-XVIIe s.). Paris, MSH, 1997.

Moliner 1994 : MOLINER (M.) – Dispositifs de couverture et de signalisations dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille. In : Structures de couverture et de signalisation des sépultures protohistoriques du Midi de la Gaule et des régions périphériques. DAM, 17, 1994, p. 74-92.

Moliner 1999 : MOLINER (M.) – Données nouvelles sur la nécropole de la rue Tapis-Vert. In : Parcours de villes 1999, p. 121-122 et 164.

Moliner 2000 : MOLINER (M.) – Les niveaux archaïques de la place des Pistoles à Marseille. Un espace cultuel ? In : Hermary (A.), Tréziny (H.) éd., Les cultes des cités phocéennes. Actes du colloque international Aixen-Provence / Marseille, 4-5 juin 1999. Aix-en-Provence, Édisud, 2000, p. 101-117 (Études massaliètes 6).

Moliner 2001 : MOLINER (M.) – Les nécropoles grecques et romaines de Marseille. In : Bouiron (M.), Tréziny (H.), Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d’archéologie, Marseille, 3-5 novembre 1999. Aix-en-Provence, Édisud, 2001, p. 337-354 (Études massaliètes 7).

Moliner 2003 : MOLINER (M.) – La démographie de la nécropole antique de Sainte-Barbe à Marseille : un cas de normalité ? In : Gourevitch (D.), Morin (A.), Rouquet (N.) dir., Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine. Catalogue de l’exposition Bourges, Muséum d’histoire naturelle 6 novembre 2003-28 mars 2004. Éditions de la ville de Bourges, 2003, p. 116-119, et notice 20, p. 130.

Moliner 2006 : MOLINER (M.) – La basilique paléochrétienne de la rue Malaval à Marseille. Gallia, 63, 2006, p. 131-136.

Moliner 2008 : MOLINER (M.) – Un autre regard sur l’aqueduc romain de Sainte-Barbe à Marseille (B.-du-Rhône). In : Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade. Bulletin Archéologique de Provence, Suppl. 5, 2008, p. 533-549.

Moliner 2009 : MOLINER (M.) – Archéologie funéraire à Marseille, l’apport des fouilles récentes des nécropoles de Sainte-Barbe et Malaval (Ve s. av. J.-C.-VIe s. ap. J.-C.). In : Delestre (X.), Marchesi (H.) dir., Archéologies des rivages méditerranéens : 50 ans de recherches. Actes du colloque d’Arles (Bouches-du-Rhône) 28-30 octobre 2009. Arles, éditions Errance, et Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2010, p. 427-438.

Moliner 2010 : MOLINER (M.) – Note sur les fouilles de la rue Malaval à Marseille. Note d’information. CRAI, 2010, p. 1247-1264.

Moliner 2011 : MOLINER (M.) – Les tombes de l’Antiquité tardive dans les maquettes des nécropoles de Marseille d’Hippolyte Augier (1830-1889), observations archéologiques. Provence historique, 61, fasc. 243-244, janvier-juin 2011, p. 157-181.

Moliner 2012a : MOLINER (M.) – Typologie des tombes d’enfant et traitement du corps à l’époque gréco-romaine en Provence, France. Les exemples du Fréjus, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Aix-en-Provence et Marseille. In : Nenna (M.-D.) éd., L’Enfant et la mort dans l’Antiquité II. Types de tombes et traitements du corps des enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Alexandrie, Centre d’Études Alexandrines, 12-14 novembre 2009. Alexandrie, Centre d’Études alexandrines, 2012, p. 471-500.

Moliner 2012b : MOLINER (M.) – Le mobilier déposé dans les tombes d’enfants des colonies grecques de Marseille, Agde et Ampurias. In : Hermary (A.), Dubois (C.) éd., L’Enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à la Maison des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence, 20-22 Janvier 2011. Paris, Éditions Errance, 2012, p. 171-192 (BiAMA 12).

Moliner et al. 2003 : MOLINER (M.), MELLINAND (Ph.), NAGGIAR (L.), RICHIER (A.), VILLEMEUR (I.) et coll. – La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C. IIe s. ap. J.-C.). Aix-en-Provence, Édisud, 2003 (Études massaliètes 8).

Paone 2009 : PAONE (Fr.) – Marseille, esplanade Major. In : Bulletin scientifique 2008 DRAC PACA, Service régional de l’Archéologie. Aix-enProvence, 2009, p. 138-139.

Parcours de villes 1999 : HESNARD (A.), MOLINER (M.), CONCHE (Fr.), BOUIRON (M.) – Parcours de villes. Marseille : 10 ans d’archéologie, 2600 ans d’histoire. Aix-en-Provence, Musées de Marseille et Édisud, 1999.

Richier 2005 : RICHIER (A.) – Sépultures primaires à incinération : nouvelles données et nouvelles problématiques. In : Mordant (Cl.), Depierre (G.) dir., Les pratiques funéraires à l’âge du bronze en France. Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (10-12 juin 1998). Paris, Éditions du CTHS et Société archéologique de Sens, 2005, p. 199-207.

Rothé, Tréziny 2005 : ROTHÉ (M.-P.), TRÉZINY (H.) – Carte archéologique de la Gaule. Marseille et ses alentours, 13/3. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005.

Villeneuve-Bargemon 1834 : VILLENEUVE-BARGEMON (Chr., comte de) – Statistique du département des Bouches-du-Rhône. Atlas. Marseille, imprimerie A. Ricard, 1834.

Notes

1 On signalera que, depuis cette date, plusieurs découvertes de gisements funéraires viennent compléter ce panorama du monde des morts. Jusqu’à aujourd’hui, ce sont les périodes moderne et antique tardive qui ont été bien documentées, comme par exemple la nécropole paléochrétienne de la rue Malaval en 2003-2004 (Moliner 2010) ou un charnier de la peste de 1720 près de la cathédrale de la Major en 2008 (Paone 2009). Mais tout récemment, en juin 2012, c’est une petite nécropole grecque qui a été exhumée au Nord de la ville dans le quartier d’Arenc, rue Melchior Quinot (La Provence, éd. Marseille, 4 juin 2012)

2 À la fois pour l’esprit général de ces maquettes pertinentes et, tout dernièrement, pour les sépultures de l’Antiquité tardive (Moliner 2011).

3 Parue en 2003, la monographie sur la nécropole gréco-romaine de Sainte-Barbe ((Moliner et al. 2003) constitue un exemple de publication pluridisciplinaire exhaustive d’un grand gisement funéraire urbain.

4 Pour ces découvertes non publiées se reporter aux notices nos 195, 199 et 155 dans la Carte Archéologique de la Gaule (Rothé, Tréziny 2005, p. 666-667, 669-671 et 581-599).

5 Aujourd’hui H. Duday propose de reconnaître les acteurs de l’archéologie funéraire dans une discipline dorénavant intitulée la thanato-archéologie.

6 A. Richier, archéo-anthropologue à l’Inrap, qui avait en charge la fouille et l’étude avec I. Villemeur des restes humains à SainteBarbe, s’est tout spécialement attachée à ce type de sépulture.

7 Sommairement présenté dans la publication de la nécropole de Sainte-Barbe (Moliner et al. 2003, p. 26-27), cet aqueduc a été publié en détail dans les hommages à Gaétan Congès et Gérard Sauzade (Moliner 2008).

8 L’érudit N. F. de Peiresc y signale et dessine la toute première épitaphe d’époque romaine, mais en langue grecque, au nom de Kleudemos deux fois gymnasiarque ; cette plaque en bronze exhumée en 1590 est perdue.

9 Nous tenons à remercier chaleureusement le fouilleur, G. Bertucchi qui nous a ouvert sa documentation et nous a permis de reprendre ce dossier majeur pour l’approche du monde des morts de Massalia.

10 Depuis 2008, par décision du Conseil Municipal de la Ville de Marseille, la dénomination officielle du site est le Port Antique.

11 Identification proposée lors d’un séminaire de recherche au centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence en mai 1997.

12 S’agit-il de Dionysodoros (Rothé, Tréziny 2005, p. 177) ?

13 La découverte d’une sépulture à crémation isolée, mal conservée, est peut-être datée de la fin du VIe s. par les fouilleurs sur le site du tunnel de la Major en 2000, en contrebas du flanc occidental de la butte des Moulins (Rothé, Tréziny 2005, p. 431-432).

14 Nous rappelons à nouveau la portion de nécropole grecque mise au jour ces derniers mois dans le quartier d’Arenc (époque classique pour les tombes les plus anciennes) : voir ci dessus p. 29 fig. 3. Nous tenons à remercier le fouilleur, M. Ch. Newman, de nous avoir présenté ces fouilles en cours et d’avoir pu aborder avec lui quelques notions importantes à propos de cette découverte, comme l’architecture funéraire, les dépôts des corps ou d’objets, ainsi que la topographie de cet ensemble sépulcral. Il nous semble évident que les détails de ces investigations inédites seront présentés par les archéologues du site, tout particulièrement la stratigraphie et la chronologie des vestiges funéraires.

15 C’est à ce paysage méconnu de la chôra littorale massaliète qu’il convient de rattacher la nécropole du quartier d’Arenc (notes 2 et 12 supra).

16 Il s’agit d’un bloc brisé en deux d’un monument à Etrilia Laeta, sans doute un élément d’architrave, conservé au Musée d’Histoire (Rothé, Tréziny 2005, p. 192).

17 On rappellera très brièvement la découverte en 2003-2004 rue Malaval, au Nord de la ville, le long de la voie romaine, d’une église inédite du Ve s., associée à une importante nécropole avec tombe privilégiée (Moliner 2006 et 2010).

18 Nous avons abordé certains aspects de ces questions lors de colloques récents (Moliner 2001, 2003, 2009), et plus particulièrement ceux organisés dans le cadre du programme financé par l’ANR « L’enfant et la mort dans l’Antiquité », cordonné par le Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence, l’UMR « Archéologies et Sciences de l’Antiquité » de Nanterre et le Centre d’Études Alexandrines d’Alexandrie (Moliner 2012a et b).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Objets funéraires découverts à Marseille au XVIIIe s. D’après Grosson 1773, pl. 33.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-1.png
Fichier image/png, 605k
Titre Fig. 2. Objets funéraires découverts au bassin de Carénage au XIXe s. D’après Villeneuve-Bargemon 1834, pl. XI.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-2.png
Fichier image/png, 966k
Titre Fig. 3. Les découvertes funéraires à Marseille. L’étoile signale la nécropole de Sainte-Barbe fouillée en 1991. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 4. La nécropole de Sainte-Barbe, les rites d’ensevelissements des sépultures d’époque romaine. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 5. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’époque romaine (T14). Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 6. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération secondaire d’époque romaine (T386 en vase céramique à cuisson oxydante). Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 7. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération primaire d’époque romaine (T138). Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 8. Nécropole Sainte-Barbe, mobilier de sépultures d’époque romaine. Dessins d’auteurs divers.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 9. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’époque romaine (tombe T144). Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 10. Nécropole Sainte-Barbe, stèle funéraire de Syriské (T236), 1ère moitié du IIe s. apr. J.-C. Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 11. Nécropole Sainte-Barbe, les rites d’ensevelissements des sépultures d’époque grecque. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-11.png
Fichier image/png, 37k
Titre Fig. 12. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à incinération secondaire d’époque grecque (T55), cruche à pâte claire massaliète contenant les restes d’un adulte âgé. Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 13. Urnes cinéraires de la nécropole Sainte-Barbe : cruches et hydries en pâte claire massaliète ; au centre (sans anse), une cruche de la région d’Ibiza (Espagne). Photo Fr. Cognard.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-13.png
Fichier image/png, 328k
Titre Fig. 14. Nécropole Sainte-Barbe, mobiliers de sépultures d’époque grecque. Dessins de divers auteurs.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-14.png
Fichier image/png, 81k
Titre Fig. 15. Nécropole Sainte-Barbe, sépulture à inhumation primaire d’une jeune femme de 21-25 ans (T49, fin du IIIe-milieu du IIe s. av. J.-C.). Photo Fr. Cognard et St. Bien.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 16. Graphique de l’évolution des rites d’ensevelissements dans la nécropole de Sainte-Barbe. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-16.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 17. Plan de la nécropole de la rue Tapis-vert, d’après Chabot 1953. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-17.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 18. Plan de répartition des sépultures des enclos funéraires de la Bourse, d’après G. Bertucchi. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-18.png
Fichier image/png, 61k
Titre Fig. 19. Carte de répartition périodisée des principaux gisements funéraires de Marseille antique. Infographie M. Moliner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3886/img-19.png
Fichier image/png, 118k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access