Version classiqueVersion mobile

LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea

 | 
Sophie Bouffier
, 
Antoine Hermary

Préface

Sophie Bouffier et Antoine Hermary

Texte intégral

1Heureux les archéologues et historiens occidentalistes ! Henri Tréziny aurait pu se diriger vers la mer Égée lorsqu’à 20 ans, il espérait intégrer l’École française d’Athènes. Son entrée à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud en 1968 le détourna vers les rivages de la Grande Grèce et de la Sicile archaïques, au grand bénéfice de la recherche dans ces régions considérées longtemps comme périphériques et marginales. Agrégé de Lettres classiques, Henri Tréziny fit ses premières armes archéologiques sur le chantier de la Bourse à Marseille, en 1969 avec Roger Guéry et en 1970 sous la houlette de Guy Bertucchi. Puis ce fut Métaponte sous la direction d’Yvon Garlan et en 1973, le premier contact avec la Sicile où Georges Vallet et Giuseppe Voza le chargeaient de sondages à Mégara Hyblaea. Début d’une longue histoire, émaillée de ruptures, mais qui dure toujours… Il commençait ainsi à fouiller sur ce qui deviendra son terrain de prédilection italien, avec les maîtres de la grande époque, Georges Vallet et François Villard, puis avec ses complices mégariens, Michel Gras et Henri Broise, qui l’ont accompagné jusqu’à la publication en 2004 de Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque, à l’École française de Rome. Aujourd’hui il poursuit l’œuvre des pionniers avec une équipe enrichie de jeunes doctorants et de chercheurs aguerris qui favorise la publication des dossiers anciens, lance de nouvelles perspectives de travail et accélère l’ouverture, à la communauté scientifique, de ce site qui représente encore un des grands jalons de l’historiographie et met en lumière l’originalité du monde grec occidental.

2Il est un de ceux qui ont su le mieux donner à cette recherche ses lettres de noblesse et montrer que la Grèce d’Occident n’était pas le reflet des métropoles égéennes mais un laboratoire de création et d’innovation, notamment dans les domaines de l’urbanisme et de l’architecture, sur lesquels ont porté une bonne partie de ses travaux.

3Il débuta comme assistant de latin à l’université de Rouen (1974-1977), parenthèse qu’il ne renia jamais, comme le souligne sa contribution à un ouvrage de Troisième, avec des collègues latinistes Jacques Gason et Alain Lambert (1990). L’une des grandes ­qualités d’Henri est précisément son ouverture à toutes les formes de public sans sectarisme universitaire et sa disponibilité pour ce qu’on appelle aujourd’hui la valorisation scientifique.

4Élève de François Villard, puis de Paul Courbin et de Roland Martin qui le rallia définitivement à l’étude de l’architecture et de l’urbanisme, Henri Tréziny défendait en 1977 un Mémoire de l’École Pratique des Hautes Études (IVe section), intitulé « Recherches sur les coûts des grands programmes de construction en Italie du Sud et en Sicile ».

5Son séjour à l’École française de Rome entre 1977 et 1980 l’orienta vers l’étude des fortifications grecques d’Occident, au sujet desquelles il rédigea son mémoire de troisième année de l’EfR (1980), puis une thèse de doctorat (1997) et une HDR (2000) à l’université d’Aix-Marseille où il a assuré la totalité de sa carrière. Ce séjour romain lui offrit également l’opportunité de diversifier ses terrains et d’asseoir sa stature scientifique dans les domaines de l’architecture militaire et de l’urbanisme : le site de Punta Tresino à Agropoli entre 1978 et 1980, avec Xavier Lafon, Gilles Sauron et Dinu Theodorescu, où il devait espérer découvrir le sanctuaire de Poséidon ou la Trézène d’Italie et où il fouilla en réalité les structures d’une villa romaine et expérimenta des rapports tumultueux avec le ‘contadino’ local ; Crotone en 1983, où les fouilles clandestines sur la colline de Santa Lucia provoquèrent l’intervention de l’EfR, mandatée par la Surintendance de Calabre, et où Henri Tréziny put réfléchir à l’évolution du système défensif de la ville achéenne. Enfin, de 1982 à 1987, la ville italiote de Kaulonia, où une collaboration franco-italienne avec la Surintendance de Calabre lui réserva l’étude de la fortification, tandis que la Dottoressa Maria Teresa Iannelli se consacrait à l’habitat. Leurs travaux croisés éclairaient sous un jour nouveau l’urbanisme de cette fondation crotoniate durant ses principales phases d’existence, depuis l’époque archaïque jusqu’à l’époque hellénistique, et l’organisation progressive de ses fortifications, érigées dès l’époque archaïque. Si la prise de la ville par Denys l’Ancien en 389 av. J.-C. représente une rupture importante, elle ne scelle pas le destin de Kaulonia dont les fouilles ont alors révélé la ­prospérité à partir de sa refondation dans la seconde moitié du IVe siècle.

6Sa sortie de l’EfR en 1980 lui ouvre les portes du CNRS alors qu’Henri Tréziny souhaita d’abord entrer à l’université. Petite déception, avoue-t-il, sur le coup, mais il ne regretta plus jamais cette orientation, car ses qualités de chercheur, curieux de tout, profondément sceptique et presque allergique au dogmatisme épistémologique, trouvent leur épanouissement dans la liberté de ses terrains et de son action. D’abord nommé au Centre Jean Bérard à Naples, il rejoint finalement les grandes personnalités de l’histoire et de l’archéologie aixoises, Jean-Paul Morel, Pierre Gros, André Tchernia, Claude Vatin et François Salviat, et va contribuer à l’essor de la recherche méridionale. Son retour en Provence le mène sur les sites de Saint-Blaise, de Glanum, des Mayans, des Tours de Castillon au Paradou, où il offre son regard d’archéologue classique à la compréhension des fortifications indigènes et interroge les interactions culturelles entre les deux communautés grecques et indigènes. Mais c’est surtout dans la cité phocéenne qu’il va développer son activité, lorsqu’il se voit confier par Maurice Euzennat et André Tchernia la publication des fouilles de la Bourse dans le cadre de la mise en place d’une Action Thématique Programmée « Archéologie Métropolitaine » à partir de 1985 : archivage des fouilles publiques de la Bourse, nouveaux sondages de 1988-1990 sur les fortifications. Dès lors il devient le Sage de Marseille, que l’on consulte lorsqu’une fouille d’urgence s’ouvre dans la cité phocéenne, le Passeur qui met en liaison les chercheurs et les étudiants, les acteurs de l’archéologie préventive et les universitaires, les Français et les Italiens autour des thèmes de la ­colonisation phocéenne, mais aussi, depuis une quinzaine d’années, autour des relations entre Grecs et indigènes dans le monde grec d’Occident. Cette ouverture d’esprit, doublée d’une malléabilité toute méridionale apprise de notre Maître Georges Vallet, cachent en réalité une opiniâtreté et une ténacité que l’on a pu déceler lorsqu’il défendait ses convictions au sujet de la métrologie ou d’un lotissement colonial fondé sur la répartition des oikopeda, remettant en question les théories mises en place depuis les années 1960. Ou lorsqu’il avait à mettre en place des programmes nationaux et européens. Ainsi lorsqu’en 2006, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme lance le programme européen Ramses2 autour des axes ‘Mémoires, Conflits, Échanges’, il permet aux Antiquisants de tenir toute leur place, en organisant un réseau de collaborations à travers la Méditerranée sur les échanges entre Grecs et indigènes et en réussissant à fédérer les compétences de toute la Méditerranée d’époque préromaine.

S. B.

7Depuis plus de trente ans, Henri Tréziny a joué également un rôle essentiel dans le développement et les activités scientifiques du Centre Camille Jullian.

Henri Tréziny à Mégara Hyblaea (2011)

8Rappelons, en premier lieu, les tâches d’administration qu’il a accomplies lorsqu’il a été directeur adjoint du laboratoire, de 1994 à 1999. Il a alors fallu prévoir et organiser le transfert de l’équipe, des locaux ­universitaires de l’avenue Robert Schuman vers le nouveau bâtiment de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (l’installation a eu lieu en septembre 1997) et, parallèlement, gérer l’intégration de l’équipe « Antiquités Africaines » au sein du Centre Camille Jullian. En m’épaulant dans ces tâches difficiles, comme dans bien d’autres activités administratives, Henri Tréziny a tenu une place centrale au cours de cette période essentielle dans l’évolution du Centre Camille Jullian.

9La bibliographie qui fait suite à cette préface montre l’apport d’Henri Tréziny aux recherches sur Mégara Hyblaea et la colonisation grecque en Occident, sur Marseille et son territoire, et sur les fortifications dans le monde grec. Sophie Bouffier et Michel Gras rappellent ici l’importance de son travail en Italie du Sud et en Sicile, et Xavier Delestre retrace l’essentiel de ses activités marseillaises : sur ce dernier point, je souhaite insister sur l’énorme travail qu’il a accompli sur les archives et les collections issues des fouilles de la Bourse, et sur l’aide qu’il a constamment accordée aux collègues qui ont fouillé à Marseille au cours des deux dernières décennies. Au sein du Centre Camille Jullian, ces deux grands volets de son activité sont associés dans un programme sur Marseille et la colonisation grecque – les noms ont varié d’un quadriennal à l’autre – dont il est le principal animateur, et qui reste un axe de recherche central de notre laboratoire.

10En plus de ses activités d’administration et de recherche, Henri Tréziny a joué un rôle fondamental dans la mise en place et le développement des publications du CCJ. L’édition en 1986 avec Michel Bats, sous la forme du premier volume de la collection « Études massaliètes », de la table ronde réunie l’année précédente sur « Le territoire de Marseille grecque » marque le début d’une activité éditoriale dont peu d’autres archéologues ont donné l’exemple. Les dix volumes des « Études massaliètes » publiés entre 1986 et 2011 avec M. Bats (en tant que directeurs scientifiques et éditoriaux) constituent tous, à un titre ou à un autre, des contributions fondamentales à notre connaissance de Marseille antique et médiévale, de son territoire et des « réseaux phocéens ». La quinzaine d’articles qu’il a lui-même donnés dans ces volumes ne constituent cependant qu’une petite partie de son œuvre scientifique sur Marseille, dont l’accomplissement – en attendant la suite – est constitué par le volume de la Carte archéologique de la Gaule (Marseille et ses alentours. 13/3), dirigé avec Marie-Pierre Rothé dans la collection éditée par Michel Provost. Parallèlement aux Études massaliètes et à ses autres publications « marseillaises », Henri Tréziny a régulièrement travaillé pour la collection « Travaux du Centre Camille Jullian » qui, de 1986 à 2002, a regroupé, sous la forme de 30 volumes publiés à Aix et dans d’autres institutions, une bonne partie des recherches effectuées par les chercheurs du CCJ.

11L’expérience acquise par Henri Tréziny dans ces travaux d’édition l’a amené à créer en 2009 une nouvelle collection, la « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine » (BiAMA). La présence d’un « comité de pilotage », composé, avec Henri Tréziny, du directeur du CCJ et du conservateur du Service Régional de l’Archéologie, et celle d’un abondant « comité de lecture » ne doivent pas faire oublier qu’Henri Tréziny a assumé seul le travail éditorial, scientifique et administratif, en s’appuyant sur la convention établie avec les éditions Errance (du groupe Actes Sud). Le résultat est impressionnant : deux volumes publiés en 2009, quatre en 2010, trois en 2011, trois en 2012, plusieurs autres sous presse ou en attente. Il faut citer particulièrement, comme exemple d’une exceptionnelle réussite scientifique et éditoriale, le volume Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire (BiAMA 3), publié en 2010 à la suite des six « ateliers » réunis par Henri Tréziny entre 2006 et 2008 (en France, en Espagne, en Italie et en Grèce), dans le cadre du programme européen Ramses2, sur le thème général « La circulation des modèles technologiques ». Il n’est pas nécessaire d’avoir une longue expérience du milieu archéologique pour comprendre que publier seul, deux ans après la fin du programme, un volume de 727 pages rassemblant 60 contributions constitue un véritable tour de force.

12Ce bilan ne serait pas complet si l’on oubliait de mentionner les activités d’Henri Tréziny liées à l’enseignement et à l’encadrement des jeunes chercheurs dans notre université, qu’il s’agisse des cours donnés en licence, de sa participation régulière aux séminaires de recherche et, surtout, de la direction de doctorants.

13Si un responsable de la direction du CNRS lit un jour ces lignes, il aura l’impression d’avoir affaire au chercheur idéal, qui, au-delà de la reconnaissance internationale de son œuvre scientifique, a su s’impliquer dans l’administration du laboratoire, développer une politique de publication de haut niveau (mais aussi de « valorisation » auprès d’un plus large public), établir un contact étroit avec les étudiants et, dans tous les cas, ­privilégier le travail en équipe. Cette impression sera tout à fait justifiée.

A. H.

14Nombreux sont les collègues qui ont voulu lui rendre hommage : tous n’ont pu participer à ce volume faute de temps, faute de place… Nous remercions tous les auteurs d’avoir accepté d’écrire quelques pages sur les terrains privilégiés d’Henri et de ­parcourir la route qui mène de Marseille à Mégara Hyblaea, des fortifications à l’urbanisme, des Grecs aux indigènes...

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3861/img-2.png
Fichier image/png, 793k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search