Version classiqueVersion mobile

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 3. Grecs et indigènes autour de Marseille

1. Grecs et indigènes dans le territoire de Marseille

Loup Bernard, Sophie Bouffier et Henri Tréziny

Résumé

Selon les sources littéraires, les Grecs qui fondent Marseille vers 600 le font en accord avec des populations indigènes qui devaient habiter à quelques kilomètres de la nouvelle ville, peut-être dans la vallée de l’Huveaune. Très vite cependant durent éclater des conflits pour le contrôle des terres agricoles, ce qui explique sans doute l’apparition, puis la disparition de sites fortifiés indigènes à une dizaine de kilomètre de la cité grecque. La situation est sans doute comparable au IIIe s. av. J.-C., comme en témoigne le site du Verduron, détruit vers 200 av. J.-C.

Entrées d'index

Mots clés :

territoire, Gyptis

Keywords :

territory, Gyptis

Géographique :

Verduron, Mayans, Marseille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les rapports des Grecs de Marseille avec leur environnement indigène sont très contrastés. Selon les récits de fondation, les premiers colons se seraient installés en plein accord avec les populations locales qui leur auraient cédé le site, et des mariages mixtes pourraient avoir marqué les premières années de la cité. Mais des conflits éclatent rapidement, sans doute parce que les Grecs de Marseille s’intéressent très vite à leur territoire proche.

Malheureusement, la superposition de la ville moderne à la quasi-totalité du territoire de la ville antique n’offre que peu de fenêtres d’observation. La table ronde sur le territoire de Marseille en 1985 (EtMassa 1) avait fait ce triste constat  : nos connaissances commençaient autour de Marseille avec des sites indigènes (Saint-Marcel, Martigues, Saint-Blaise) qui sont sans doute aux marges du domaine marseillais.

Les recherches récentes permettent cependant aujourd’hui d’aller un peu plus loin, que ce soit dans la chora même, avec la dé...

Auteurs

Maître de Conférences en Archéologie, UFR Sciences Historiques, Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace, 5 allée du général Rouvillois, CS 50008, F - 67083 Strasbourg cedex <Loup.Bernard@umb.u-strasbg.fr>

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search