Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Deuxième partie : les autres mobiliers

Chapitre 3. Quelques pipes en terre issues des fouilles de Marseille

Peter J. Davey
Traduction de Véronique Abel

Texte intégral

1Ce texte présente une collection de quelque 28 fourneaux de pipes en terre issus des fouilles de Marseille. Des tuyaux ont aussi été recueillis mais ils ne sont pas pris en compte dans cette étude. La majorité des pipes provient du site de la Bourse (fig. 231), complétée par les collections plus restreintes de l’Alcazar et de la place Villeneuve-Bargemon, et quelques découvertes de la rue de l’Évêché, de l’Hôtel-Dieu, de la Charité, de la Parette et de la rue Leca. Presque toutes ces pipes ont une forme et une pâte blanche caractéristiques des productions d’Europe du Nord à partir du xviie s.

Fig. 231. Pipes trouvées à la Bourse (cl. M. Raphaël).

Fig. 231. Pipes trouvées à la Bourse (cl. M. Raphaël).

1. Présentation générale

2La plupart de ces pipes étaient associées à des céramiques de la fin du xviie ou du xviiie s. Une seule découverte isolée concerne une pipe à tuyau court d’Europe du Sud, de type ottoman.

1.1. Les pipes hollandaises exportées

3L’identification et la datation des pipes de style hollandais retrouvées en dehors des Pays-Bas sont d’une grande complexité. En premier lieu, il existe dans ce pays de nombreux centres de production, variant les formes, les décorations et les marques (van Oostveen, Stam 2011). Alors que les principaux centres que sont Amsterdam à partir du début du xviie s., et Gouda principalement après la fondation de sa corporation, restent les provenances les plus probables des objets retrouvés à l’étranger, c’est la production dans son ensemble qui doit être prise en compte. Les fabricants hollandais ont produit des pipes techniquement et stylistiquement tellement supérieures par rapport aux autres centres d’Europe du nord, que leurs formes et leurs marques furent largement copiées de la Scandinavie à l’Allemagne. Bien que de nombreuses copies soient grossières et facilement reconnaissables, certaines sont d’excellente qualité et ne peuvent être identifiées en l’absence de découvertes de référence sur les sites de production.

1.2. Les marques sur pipe

4L’identification des marques sur les talons pose un problème particulier. À Gouda, la question du nombre distinctif, des marques initiales ou du symbole était étroitement contrôlée par la Guilde. Toutes ces marques ont fait l’objet d’une série d’études sérieuses (par exemple Goedewaagen, Helbers 1942 ; van der Meulen 1988, 2003 ; Duco 2003). Elles furent cependant largement copiées dans d’autres villes hollandaises et au-delà. Les historiens et les archéologues les représentent habituellement de manière graphique stylisée qui ne reflète pas les changements de poinçons qui furent fréquents (cf. infra §2.1.2.). L’étude la plus récente sur les ateliers de Gouda (Duco 2003) a tenté, en partie, de tenir compte des variantes de marques les plus évidentes, mais les dessins sont toujours ceux de poinçons-type, plutôt que de poinçons particuliers (par exemple Duco 2003, p. 130, n° 88). Tant que tous les poinçons hollandais ne seront pas répertoriés de manière extrêmement précise, il restera difficile d’être sûr qu’une marque donnée est de Gouda, des Pays-Bas ou d’origine étrangère.

5Une tentative a été faite dans les années 1980 pour représenter les détails des marques et des décors hollandais par photographie. Krommenhoek et Vrij (1986, p. 31-63) présentent 400 photographies agrandies de timbres de talons néerlandais dont de nombreux sont très ressemblants entre eux mais différents dans le détail. Malheureusement, les provenances ne sont pas indiquées et les marques ne sont pas reliées à des formes précises de pipes.

6Même si les photos sont bien meilleures que les dessins, car elles montrent les plus petites différences entre les poinçons, une méthode plus précise en trois dimensions, qui n’est pas soumise aux aléas de l’ombre, est encore préférable.

1.3. La datation

7Un autre problème connexe est la datation des pipes de Gouda en utilisant le nom du fabricant et la date d’enregistrement de la marque dans les archives de la Guilde. S’il est à peu près certain que les marques étaient en usage avant leur approbation, la difficulté la plus persistante est que, une fois autorisées, elles peuvent avoir eu cours pendant deux siècles ou plus. Quand les marques déposées ont été utilisées sur le long terme, les indices donnés par la forme et d’autres éléments décoratifs doivent passer en priorité. La méthode de datation déductive de Don Duco, qui tient pleinement compte de toutes les variables observables, reste la seule méthode satisfaisante de datation (Duco 1987, p. 141-146).

8La datation par le diamètre du trou des tuyaux pour les pipes hollandaises a depuis longtemps été reconnu comme insatisfaisant et très trompeur (Duco 1987, p. 135-136). Le système a été modifié de manière spécifique pour les pipes hollandaises par la formule « ABO » de Friederich. Il a pu conduire à des résultats « impossibles » (Duco 1987, p. 136-138). Ainsi, les dates proposées par M. Raphaël en 1994 pour le lot présenté ici sont en grande partie erronées.

9Comme la datation des assemblages de céramiques associées aux pipes est essentielle, il ne faut pas oublier que les pipes, contrairement à la plupart des céramiques, ont une durée de vie très courte. Leur survie se mesure en jours plutôt qu’en semaines ou en années. Compte tenu de l’évolution rapide de leurs formes et de leurs décors, ces pipes sont donc intrinsèquement plus fiables en tant qu’indicateur chronologique que la poterie qui a une plus longue durée de vie et qui est souvent ménagée.

1.4. Méthodologie

10Sur proposition de V. Abel, l’auteur a pu examiner la quasi-totalité des pipes en octobre 2010. Les objets en argile blanche de style hollandais sont étudiés dans l’ordre suivant : chiffres, initiales et symboles.

11Dans chaque cas, une tentative a été faite pour déterminer si le fourneau est néerlandais, la copie d’une pipe néerlandaise ou un produit local. Cette évaluation est basée sur la méthode Duco, tenant compte notamment de la forme (basistype), de la marque, de la fabrication, de la finition et de la qualité générale. Les marques sont analysées en utilisant les références les plus récentes (van der Meulen 2003, Duco 2003) croisées avec l’ensemble des photographies publiées (Krommenhoek, Vrij 1986). Le cas échéant, une certaine considération est donnée à des exemples similaires d’autres sources.

2. Le catalogue des pipes

12Nous étudierons ici d’abord les pipes présentant des marques avec des lettres ou des chiffres, puis des symboles. Enfin, nous sortirons de l’Europe du Nord pour l’étude d’une pipe provenant du monde ottoman.

2.1. Les marques avec des lettres ou des chiffres

13Les marques avec des lettres et des chiffres sont bien représentés dans le corpus étudié ; nous en avons repéré six différentes.

2.1.1. « 82 » couronné

14Un grand fourneau globulaire, avec un talon prononcé, bien fini et dont le polissage est très poussé, porte une empreinte en relief « 82 » couronnée sur le dessous du talon (fig. 232, n° 1). De chaque côté du talon est moulée une représentation des armoiries de Gouda surmontée par la lettre « S ».

Fig. 232. Marques sur talon de pipes

Fig. 232. Marques sur talon de pipes

« 82 » couronné (n° 1), « HG » couronné (n° 2), « IVL » (n° 3), « L » couronné (n° 4), « WS » couronné (n° 5) (cl. V. Abel). 1-2, 4-5 : la Bourse ; 3 : la Charité.

15Il s’agit d’une forme Duco Basistype3 qui se situe entre 1725 et 1800 et même au-delà (Duco 1987, p. 44-45, p. 141). La marque « 82 » couronnée a été enregistré à Gouda par Thomas Soufree en 1734 et détenue par la famille Goedewaagen à partir de 1850 jusqu’en 1945 (Duco 2003, p. 196 ; van der Meulen 2003, p. 96). Duco a deux versions de la marque : l’une a un cercle continu sur le bord et l’autre, comme dans l’exemple de la Bourse, un cadre circulaire défini par des points. La lettre « S » sur les armes de Gouda est l’abréviation de « slechte », mot hollandais qui signifie « ordinaire » ou « inférieur ». Elle fut introduite en 1740 pour désigner des produits de second choix (Van Oostveen, Stam 2011, p. 90).

16Dans un contexte européen, la pipe est de bonne qualité et elle est presque à coup sûr un produit de Gouda postérieur à 1740. Compte tenu de la poterie associée, elle semble susceptible d’avoir été produite par Thomas Soufree (1734-1743) ou Willem Schippers (1743-1791) durant la période 1740-1790. Une pipe similaire a été trouvée dans le port de la quarantaine à Pomègues (Gosse 2007, p. 134).

2.1.2. Les marques « EB »

17Huit des pipes considérées ici portent la marque en relief « EB » sur le dessous du talon (fig. 233). Les formes des pipes et leurs marques sont très variées. Les premières formes de cette marque sont associées à un fabricant anglais, Edward Bird, qui s’établit à Amsterdam en 1630 et y mourut en 1665 (Duco 1981, p. 306). La marque a d’abord été enregistrée à Gouda en 1672 et est restée en usage jusqu’en 1725. van der Meulen (2003, p. 66) a publié une version simplifiée et couronnée, tandis que Duco (2003, p. 155) a un type ordinaire et deux couronnes, l’une avec un point entre les lettres. Ces pipes sont décrites ci-dessous dans un ordre chronologique approximatif.

18La plus ancienne forme est un fourneau Duco Basistype1 de la Bourse, qui n’est pas poli et qui a été assez grossièrement taillé. Son rebord semble avoir été ébréché intentionnellement, peut-être pour réduire sa taille (fig. 233, n° 1). Le lettrage de la marque EB, qui est située dans un cercle de corde moulé, est aussi un peu maladroit. Sur la base de sa forme, cette pipe peut se situer entre 1625 et 1675 environ (Duco 1987, p. 26-27). Compte tenu de la qualité moyenne de la finition, elle semble plus susceptible d’être un produit d’Edward Bird d’Amsterdam, que l’on date entre 1650 et 1665.

19Une autre forme ancienne a été récupérée dans la rue de l’Évêché (L.-F. Gantès 1985) (fig. 233, n° 2). Elle est polie et bien finie avec polissage de bonne qualité. C’est une forme Basistype1 datant de 1660-1690 environ (Duco 1987, p. 141), donc probablement un produit de Adriaen Van der Cruis qui travailla à Gouda à partir de 1672 et jusqu’en 1719 (Duco 2003, p. 155).

20Un dernier fourneau Basistype2 a été trouvé dans la ville dans un contexte contenant des céramiques du début du xviiie s. (fig. 233, n° 4). La marque EB plutôt rudimentaire est fixée dans un simple cadre de corde moulé, mais la qualité générale est bonne avec un polissage très bien exécuté. Pour ce qui est de la forme, dont le bord est légèrement pincé, elle se situe au début de la série et date probablement des environs de 1675 à 1690.

21Un autre fourneau de Basistype1 de la Bourse est de bonne qualité, poli et abondamment décoré à la roulette autour de la tige (1971 FIII 11) (fig. 233, n° 5). Celle-ci aussi est presque certainement une pipe d’Adriaen van der Cruis produite dans les dernières années du xviie s., entre 1680 et 1700 environ.

22Le dernier fourneau « EB » de Basistype1 a été trouvé dans la fouille de la rue Leca (fig. 233, n° 3). Il est de bonne facture, tiré à partir d’un moule de bonne qualité et finition. Le bord est endommagé. Le cachet en relief sur le talon a clairement un lettrage « EB » rustique situé dans un cercle de corde moulé. Cette pipe est moins certainement un produit Gouda que les deux précédentes ; elle est probablement datée des environs de 1680 à 1700.

23Un fourneau de bonne qualité, en forme d’entonnoir (Trechter kopf) avec un talon endommagé et polissage de bonne qualité a été trouvé à la Charité avec des céramiques de la fin du xviie s. (fig. 233, n° 6). Le cachet « EB » du talon est situé dans un cercle de petits points espacés. Cette forme Basistype2 est généralement datée de 1675 à 1740 (Duco 1987, p. 27). La forme fine et assez étroite mais sophistiquée de cet exemple suggère un produit de Gouda et une date dans la première partie de cette série, disons de 1680 à 1710.

24Un autre fourneau Basistype2 de bonne qualité a été retrouvé lors des fouilles de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 233, n° 7). Il semble poli et fini avec soin. Le talon « EB » est légèrement endommagé, le timbre est clair et ne dispose pas d’un cadre autour. En termes généraux, il est très proche de la découverte de la Charité et de date similaire, entre 1680 et à 1710 environ.

25Un seul fourneau Basistype3 ovoïde a été récupéré à la Bourse (fig. 233, n° 8). Ce fourneau est bien façonné avec un polissage très poussé et le tampon pour la marque est propre et net, avec un lettrage de type serif dans un cercle de corde moulé. La forme du fourneau est assez mince et doit dater de la période ancienne du type, probablement de 1700 à 1720 (Duco 1987, p. 44-47).

Fig. 233. Marques sur talon de pipes

Fig. 233. Marques sur talon de pipes

« EB » (cl. V. Abel). 1, 4-5, 8 : la Bourse ; 2 : rue de l’Evêché ; 3 : rue Leca ; 6 : la Charité ; 7 : place Villeneuve-Bargemon.

26Bien que les huit fourneaux marqués « EB » soient probablement d’origine hollandaise, ils sont issus de huit poinçons différents. Leur chronologie va de 1650 jusqu’à une date aussi tardive que 1720. Cette importation plus ou moins continue se reflète dans le matériel du port de la quarantaine à Pomègues où 271pipes d’Europe du Nord à talon estampillé ont été récupérées (Gosse 2007, p. 120-149). Sur 29pipes portant la marque EB, onze sont couronnés, avec apparemment un point entre les lettres. Alors que Gosse a mis un dessin stylisé de chaque timbre à côté d’une photo du fourneau, il est clair à partir de l’image agrandie du timbre qu’un certain nombre de matrices différentes sont représentées. En réalité, de nombreux exemplaires couronnés semblent ne pas comporter de point entre les lettres ; cependant les dessins en montrent un pour chaque marque (Gosse 2007, p. 127-129). Gosse suggère également que onze des pipes sont des copies probables ou possibles, le plus souvent en se basant sur leur qualité inférieure. Alors que deux ou trois des pipes sont de forme inhabituelle et de mauvaise qualité, il semble plus que probable qu’elles sont d’origine néerlandaise plutôt que française. Bien que la guilde de Gouda ait passé beaucoup de temps à essayer de contrôler l’utilisation de ses marques (Duco 2003, p. 254-255), il est clair que cela ne fut pas du tout un succès complet (par exemple van Oostveen, Stam 2011, p. 124-126). À l’heure actuelle, il n’est pas possible, parmi le grand nombre de pipes de style Gouda, de piètre qualité et marquées, de distinguer avec certitude celles qui ont été produites à Gouda de celles d’un autre centre néerlandais.

27Les pipes dont le talon est estampillé « EB » sont les plus courantes de style hollandais trouvées à Marseille ; elles sont aussi souvent recueillies aux États-Unis, en particulier dans les colonies néerlandaises telles que la Nouvelle-Amsterdam (New-York). Comme pour Marseille, les tuyaux ont de nombreuses moisissures et utilisent différentes matrices (Mc Cashion 1979, p. 92-102). Cette marque est aussi la plus fréquente parmi celles trouvés aussi loin que le nord-est du Brésil (Mello, Punambucano, 1983).

2.1.3. « HG » couronné

28Un talon légèrement endommagé provenant de la Bourse a une empreinte en relief sur la face inférieure dans laquelle les lettres HG surmontées d’une couronne sont conformes à une corde circulaire cadre moulé (fig. 233, n° 2). S’il s’agit d’un produit des ateliers de Gouda, il a été produit par Hendrick Gloudijse Marté qui y travaillait de 1694 à 1715 (Duco 2003, p. 159). Si le tuyau est plus ancien, il peut être le produit de Hendrick Gerdes d’Amsterdam (1668-1684). Trois exemples de ce timbre ont été recueillis sur un site indien Mohawk de l’État de New-York qui est précisément daté de 1667 à 1693 et qui inclut un fourneau sans talon d’« exportation ». Pour cette raison et vu leurs formes, ces pipes furent attribuées à Amsterdam (Mc Cashion 1979, p. 128-132). En d’autres termes, cette pipe a probablement été faite à Amsterdam entre 1670 et 1690, ou à Gouda entre 1690 et 1715.

2.1.4. « IVL »

29Un fourneau Basistype2 avec polissage soigné présente sur le talon une marque en relief de trois lettres, « IVL », dont la lettre centrale (V) est placée entre et au-dessus des autres (fig. 232, n° 3). C’est la marque du fabriquant de Gouda, Jacob Dircksz van Leeuwen, qui a travaillé de 1676 à 1700 (Duco 2003, p. 177). D’après la forme du tuyau, elle doit dater de 1680 à 1700 (Duco 1987, p. 44-45). On ne connaît aucun autre exemple à Marseille et dans sa région.

2.1.5. « L » couronné

30Cinq fourneaux Basistype2 de style hollandais estampillés d’un « L » couronné en relief sur le talon ont été recueillis dans un même contexte lors des fouilles de la Bourse (Inv. MB75 GVI - 15-25.05.76) (fig. 232, n° 4). Ils sont très ressemblants dans leur forme et les détails de leur marque et proviennent certainement d’un même lot. Ils conservent tous une partie de tuyau dont la longueur varie de 52 à 124 mm (Raphaël 1994, p. 17-20). Le plus long des tuyaux (102 mm) est décoré à la roulette. Du même contexte est issu un fourneau d’un caractère différent (cf. infra § 2.2.4.) et 24fragments de tuyaux, dont quatre porte-parole et trois autres exemplaires à décor de roulette. L’estampille est bien exécutée, avec un « L » élégant à empattements, une couronne soignée et un cercle de corde moulé. La marque « L » couronné a été enregistrée à Gouda par Cornelis Luijnenburg en 1726, elle fut utilisée jusqu’en 1925 et, de 1753 jusqu’en 1821, elle appartient aux membres de la famille Verzijl qui étaient de grands exportateurs de pipes (van der Meulen 2003, p. 76 ; Duco 2003, p. 152). D’après la forme élancée qui commence à être ovoïde (Duco a Basistype 3), ce groupe est susceptible de dater de 1720 à 1750 environ.

31La marque « L » couronné fait partie d’un petit groupe qui était à l’origine attribué à un fabricant qui eut une telle réussite que ses productions sont devenues des modèles de qualité des pipes en terre et ont été utilisées dans de nombreux autres centres. Par exemple, la marque TD qui semble avoir son origine chez Dormer Thomas à Londres dans les années 1740 a été largement utilisée au xixe s. en Écosse (Gallagher, 1987), dans le nord et le sud de la France (Tymstra 1981 ; Leclaire, Leclaire 2008, p. 73-75), aux États-Unis (Sudbury 1979, p. 206) et au Canada (Walker 1983, p. 84-87 ; Ritchie 1983, p. 117-120). De même Vandenbosche à Arras produisit des copies de pipes de Verzyl, y compris le décor imprimé à la roulette et la marque du talon (Deloffre et Jacques 2006, p. 56). Le cachet « L » couronné est devenu très apprécié en Irlande, où il a été utilisé par un certain nombre de fabricants sur les très grossières « formes néerlandaises » (Norton 2009, p. 78-79).

32Gosse (2007, p. 132-147) comptabilise 26 exemplaires de la marque « L » couronné à Pomègues. Là aussi, il utilise un dessin unique pour représenter le poinçon, mais leur pluralité est mise en évidence par les photographies. Ces différences se traduisent dans les formes, qui sont très variées. En utilisant ces critères, il a classé les pipes comme étant soit « Gouda », soit « possible Gouda », soit « probables produits français ». Ces derniers sont souvent associés à des lettres moulées à l’avant du fourneau et sont très peu susceptibles de venir des Pays-Bas. Les pipes de la Bourse sont similaires aux six premiers exemplaires de Pomègues ; elles ont des formes standard de Gouda et sont plus susceptibles d’être d’origine néerlandaise.

2.1.6. « WS » couronné

33Deux pipes portant ce timbre ont été trouvées à la Bourse.

34Un fourneau élancé Basistype 2 au polissage soigné, portant sur le talon une marque endommagée « WS » couronné en relief a été retrouvée à la Bourse (inv. MB DIII 6, 4Mai 68). Selon Duco (2003, p. 167). La marque a été enregistrée à Gouda en 1652 par Willem Stevensz de Jonge et son utilisation a continué jusqu’en 1925. Van der Meulen (2003, p. 86) fournit une typologie de 1668 jusqu’en 1955. Un seul objet identique a été recueilli à Pomègues et il est daté de 1670 à 1690 (Gosse 2007, p. 121). Compte tenu de la grande qualité de celui découvert à Marseille, une origine à Gouda et une date de 1675 à 1700 est la plus probable.

35Le second talon imprimé « WS » est de qualité inférieure. Il porte les armes de Gouda et la lettre S posée sur le côté du talon (fig. 232, n° 5). Il s’agit probablement d’un produit de Gouda qui doit dater de la période de 1740 à 1760, voire plus tard.

2.2. Les marques avec symboles

36Huit symboles différents ont été retrouvés sur les pipes marseillaises.

2.2.1. Calice

37Deux exemples de pipes de style hollandais portant un calice en relief sur le talon figurent d’une part dans la collection de la Bourse (fig. 234, n° 1), d’autre part dans celle de La Parette (fig. 234, n° 2). Cette dernière est une forme tardive de Basistype2, datant de 1720-1740 environ. De qualité modeste, elle est très grossièrement finie, sans aucun polissage. Le timbre est en relief et peu net. L’exemplaire de la Bourse est tout à fait différent (inv. MB DIII 4-6 Mai 68). Il est poli, bien fini et agrémenté d’un décor à la molette et d’un « anneau de perles ». Il semble aussi avoir été intensivement utilisé. La forme n’est pas typique des pipes hollandaises, mais remonte probablement aux alentours de 1730-1750.

38Gosse (2007, p. 123-139) répertorie 15marques de calice à Pomègues. Il les identifie comme étant la marque d’un roemer enregistré à Gouda en 1676 par Willem Claesz Boot et utilisée jusqu’en 1914 (Van der Meulen 2003, p. 49 ; Duco 2003, p. 142). Si l’on confronte les marques de Marseille aux registres néerlandais, il est clair qu’il ne s’agit pas de la même estampille. Une comparaison par dessin et photos est très parlante. Le roemer néerlandais – un récipient à boire en verre ou en grès – a une tige convexe et un bassin en forme de coupe. Sur tous les exemplaires de Marseille, l’estampille est tripartite sous forme d’un bossage central au-dessus de la tige, ce qui suggère un calice, plutôt qu’un récipient à boire ordinaire. Se basant sur des critères de forme et de qualité, Gosse a suggéré que 11 de ses 15exemplaires furent produits soit à Arras par Vandenbosche, soit à Dunkerque par Pierre de la Ruelle (Gosse 2007, p. 137). Bien qu’il n’ait pas pu trouver de correspondance exacte, cela reste envisageable, étant donné que la marque ne figure pas dans les listes néerlandaises et que les formes des pipes ne sont pas typiques de la production néerlandaise.

39Ainsi, les deux pipes au calice provenant de la fouille terrestre de Marseille sont probablement des produits de fabricants du Nord de la France pendant la période 1720-1750.

2.2.2. Un renard à l’affût

40Un fourneau Basistype2 très finement réalisé, élégant et poli de la Bourse porte une empreinte en relief indistincte sur le talon (fig. 234, n° 3). Il a été poli avec une grande compétence et bien fini. La marque appartient presque certainement au groupe enregistré à Gouda en 1674 par Jacob Hendrikz de Vos et représentant un renard campé dans diverses attitudes.

41La marque fut utilisée jusqu’en 1866. Deux versions d’un renard sur ses gardes, dans lesquelles l’animal regarde dans deux directions différentes, sont enregistrées par Duco (2003, p. 130). L’estampille de la Bourse montre le renard tourné vers la gauche avec une grande queue courbe sur la droite. Sa forme et sa qualité suggèrent que la pipe a été faite par De Vos à Gouda entre 1680 et 1700.

2.2.3. Blason de Gouda

42Un fourneau Basistype3 un peu endommagé et finement exécuté a été récupéré sur le chantier de l’Hôtel-Dieu (fig. 234, n° 4). Il ne porte qu’un blason de Gouda moulé surmonté par la lettre S sur le côté du talon. Cette pipe est presque certainement un produit de Gouda postérieur à 1740 (cf. supra §2.1.1.), elle est susceptible de se placer dans le créneau 1760-1800.

2.2.4. Cœur inversé

43Un seul fourneau et une partie de tuyau ont été trouvés dans le même contexte que le groupe « L » couronné de la Bourse (fig. 234, n° 5) (cf. supra §2.1.5.). Un cœur inversé formé par deux séries de points se remarque sur le fourneau. Son moule est lâche, et les bords du motif ne se rejoignent pas précisément. Le polissage remonte haut vers le bord mais par ailleurs l’objet n’est pas marqué. Cette pipe est presque certainement produite à Saint-Quentin-La-Poterie (Gard) où un certain nombre de fabricants ont utilisé ce type de décor (Leclaire, Leclaire 2008, p. 10-13). Les exemplaires dont les fabricants peuvent être identifiés datent de 1760 environ (Gabriel Deleuze), 1773 (Pierre Abauzit) et 1784 (Jean-Henri Taulon). Il est peu probable que cet objet, auquel manque le monogramme, puisse être antérieur à 1750. C’est donc lui qui fournira un terminus post quem pour l’ensemble du contexte de la Bourse.

2.2.5. Étoile

44Le site de l’Alcazar a livré une portion de tuyau poli et talon endommagé portant une grossière estampille en forme d’étoile (fig. 234, n° 6). Même si un certain nombre de marques d’étoiles a été enregistré à Gouda dès 1628 (Duco 2003, p. 149), cet objet semble trop grossier pour un produit néerlandais. Il est très différent des deux découverts à Pomègues qui portent des étoiles à six branches à la manière de Gouda (Gosse 2007, p. 124). L’épaisseur relative de la tige et la forme du talon suggère une date dans la dernière partie du xviie s., c’est à dire autour de 1680-1700.

2.2.6. Soleil

45Un fourneau fragmentaire Basistype2 de la Bourse a un talon marqué d’un soleil à 24rayons et visage humain (inv. MB DI-8 25/09/69) (fig. 234, n° 7). Le tuyau est bien fait et terminé ; il est poli. La marque au soleil, enregistrée à Gouda en 1667 par Pieter Dominikus, est restée en usage jusqu’à 1842 (van der Meulen 2003, p. 56 ; Duco 2003, p. 148). Il en existe au moins quatre modèles différents : Duco en connaît deux avec une série de rayons serrés et un très proche de celui de la Bourse avec une conception beaucoup plus simple. Van der Meulen a aussi publié ce type ainsi qu’une version couronnée. Une photographie de cette conception plus simple figure dans Krommenhoek et Vrij (1986, p. 56-57, n° 327).

46Dix exemples ont été récupérés à Pomègues (Gosse 2007, p. 124-141). Ceux-ci incluent des versions plus ou moins complexes de la marque, réparties sur une gamme de formes. Comme pour les autres types communs, un grand nombre de matrices est représenté.

47La qualité et la forme de la pipe de la Bourse suggère une origine de Gouda et une date dans la période 1680-1720.

2.2.7. Cygne

48Un fourneau endommagé Basistype1, poli, provenant de la Bourse porte un poinçon représentant un cygne qui nage, dans un cercle dentelé (inv. MB71 FIII 11, novembre71) (fig. 234, n° 8). Cette marque a été enregistrée à Gouda en 1660 par Arijen Davidsz Kuijnenbrouck et elle a été utilisée jusqu’en 1808 (Duco 2003, p. 133). Duco recense trois modèles de marques où se trouve le cygne qui nage. L’un est en creux, les deux autres sont en relief. Van der Meulen (2003, p. 42) en présente également deux versions. L’exemple de la Bourse est d’une conception différente car le cygne a un œil large et son dos se creuse. Il est presque certainement produit à Gouda entre 1670 et 1690.

2.2.8. Trompette

49Un tuyau avec fragment de talon poli trouvé à Marseille porte une empreinte en relief complexe qui montre un homme jouant de la trompette (fig. 234, n° 9). Cette marque a été enregistrée à Gouda en 1674 par Aert Poulwelsz Ands Vaeck et utilisée jusqu’en 1919 (Duco 2003, p. 134) ; van der Meulen (2003, p. 37) la fait se poursuivre jusqu’en 1945. Duco montre trois exemples de trompette sous des angles différents. Des clichés de quatre poinçons différents sont illustrés par Krommenhoek et Vrij (1986, p. 35). Trois fourneaux complets ont été récupérés à Pomègues, dont l’un (3F087) est très proche de celui de Marseille ; le fragment peut être marqué par le même poinçon (Gosse 2007, p. 130). Bien qu’il n’en reste qu’un petit fragment, il appartient à une pipe bien façonnée qui est probablement un produit de Gouda, se situant approximativement entre 1680 et 1750.

Fig. 234. Marques sur talon de pipes

Fig. 234. Marques sur talon de pipes

calice (n° 1-2), renard à l’affut (n° 3), blason (n° 4), coeur renversé (n° 5), étoile (n° 6), soleil (n° 7), cygne (n° 9), trompette (n° 10) (cl. V. Abel). 1, 3, 5, 7-8 : la Bourse ; 2 : la Parette ; 4 : Hôtel-Dieu ; 6 : Alcazar ; 9 : rue Leca.

2.3. La pipe ottomane

  • 32 Hôtel-Dieu 2009, us 2001.

50Une pipe en terre rouge (fig. 235) presque complète, à tuyau court, figure dans le mobilier de Marseille32. La moitié inférieure du fourneau est décorée de lignes verticales tracées à la roulette limitées par une ligne horizontale et complétées une ligne autour du bord du fourneau. Sur le côté gauche de la douille par rapport au fumeur, se trouve une estampille en relief de style arabe, présumée être la marque du fabricant. La douille n’a pas de collier – une caractéristique normale pour les formes ottomanes anciennes – et elle est assez grossièrement décorée.

Fig. 235. Pipe ottomane (cl. V. Abel). Marseille.

Fig. 235. Pipe ottomane (cl. V. Abel). Marseille.

51Par sa forme et son décor, cette pipe est typique de la production turque de la première moitié du xixe s. Sa mauvaise qualité peut être confrontée avec la trouvaille de Vranje, aujourd’hui en Serbie, au Novi Sad Museum (Gačić 2011, p. 103, n° 103) de mêmes forme et techniques décoratives. La pièce serbe est polie, et les motifs gravés sont beaucoup plus soignés. Une marque très proche est répertoriée à Novi Sad (Gačić 2011, p. 60, en bas à gauche).

52Gosse (2007, p. 150-314) a comptabilisé un nombre considérable de tuyaux ottomans à Pomègues, y compris un grand nombre semblables par leur forme et leur décor à l’objet recueilli dans la cité marseillaise. Toutes ces pipes ont des colliers. L’absence de comparaison directe avec Pomègues est probablement due à la chronologie des dépôts, qui sont essentiellement de la fin du xviie et du xviiie s. Peu de pipes sont datées du xixe s. dans ce contexte.

3. Discussion

53Les 26 pipes en terre de style hollandais étudiées ici datent de 1650 pour la plus ancienne, et s’échelonnent jusqu’à 1800. L’activité de fumer est davantage représentée pour la période allant de 1680 à 1750 (fig. 236). Malgré la mention d’archive d’un fabricant pipier à Marseille en 1693, la production locale véritable ne commence pas manifestement avant 1775 au plus tôt (Raphaël 2003, p. 14-16).

Fig. 236. Nombre de pipes retrouvées dans les chantiers marseillais par décennie (1650-1800).

Fig. 236. Nombre de pipes retrouvées dans les chantiers marseillais par décennie (1650-1800).

54Pour ce qui est de leur origine, une pipe est un produit d’Amsterdam, une autre provient soit d’Amsterdam soit de Gouda et 19 sont presque certainement issues des ateliers de Gouda. En outre, sont identifiées une pipe française de Saint-Quentin, et trois autres qui semblent être des pipes de formes et marques néerlandaises produites à Arras ou à Dunkerque dans le nord de la France.

55La pipe de style ottoman a presque certainement été réalisée en Turquie au début du xixe s.

56Cette collection de pipes archéologiques de Marseille offre des comparaisons intéressantes avec celle du port de la Quarantaine à Pomègues. Les trois marques de style hollandais les plus courantes provenant de la ville (« EB », « L » couronné et calice) sont aussi les plus nombreuses à Pomègues, où l’éventail est cependant beaucoup plus large. Certains exemplaires uniques trouvent leur équivalent à Pomègues (« 82 » couronné, « WS » couronné, étoile, soleil et trompettiste). Les marques « HG » couronné, « IVL », le renard et le cygne n’ont pas été enregistrées à Pomègues.

57La différence la plus importante entre les deux ensembles est qu’aucun produit italien et une seule et unique pipe de style ottoman a été trouvée dans Marseille même, alors que les pièces de ces deux provenances sont largement plus nombreuses que les produits de style hollandais à Pomègues. Il semblerait que les types italien et ottoman, qui ont été largement commercialisés dans la région méditerranéenne dans les xviiie et xixe s., n’étaient pas appréciés dans la cité marseillaise.

58Cela soulève la question du très petit nombre total de pipes recueillies lors des fouilles. Sur trois grands sites dans la ville, un total de 24000 fragments, représentant 3131objets, ont été recensés. Y figurent seulement 206fragments de pipe (0,86 % de l’ensemble), représentant un minimum de 22pipes (0,7 % de la collection). Cela contraste nettement avec les sites d’autres pays, même s’il existe une grande variation de quantités de pipes selon les sites où au moins 5 % des assemblages d’artefacts post-médiévaux se composent de pipes. Le pourcentage est souvent beaucoup plus élevé. Par exemple, les fouilles de la Tour du Connétable à Pontefract Castle dans le Yorkshire (Roberts 2002) ont livré 4910fragments déterminant au moins 2634 objets. Parmi ceux-ci, se trouvaient 2069fragments de pipe (42 %) et au moins 579pipes (22 %). De même, lors des fouilles à Dunbar en Écosse (Perry 2000) on a retrouvé 1512fragments d’artefacts de toutes sortes dont 317fragments de pipes en terre (21 %) ; lors des fouilles urbaines à Cork en Irlande (Hurley 1997), sur 322artefacts récupérés, 76 (24 %) étaient des pipes en terre.

59La longue série de fouilles de Port-Royal, en Jamaïque, qui a été détruite par un tremblement de terre en 1692, a produit un total de 21575pipes (Fox 1999). Bien que leur fréquence varie d’un bâtiment à l’autre ou d’une pièce à l’autre, les pipes forment au moins 10 % de l’ensemble, et dans certaines pièces de boutiques, elles atteignent 75 à 80 % de tous les objets présents.

60L’extrême rareté des pipes de Marseille, la date relativement tardive à laquelle elles apparaissent et leur valeur intrinsèque élevée – la majorité provenant de Pays-Bas – suggèrent fortement que fumer la pipe dans la ville jusqu’à la fin du xviiie s. était l’apanage d’une petite élite fortunée.

Notes

32 Hôtel-Dieu 2009, us 2001.

Table des illustrations

Titre Fig. 231. Pipes trouvées à la Bourse (cl. M. Raphaël).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3668/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 232. Marques sur talon de pipes
Légende « 82 » couronné (n° 1), « HG » couronné (n° 2), « IVL » (n° 3), « L » couronné (n° 4), « WS » couronné (n° 5) (cl. V. Abel). 1-2, 4-5 : la Bourse ; 3 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3668/img-2.png
Fichier image/png, 312k
Titre Fig. 233. Marques sur talon de pipes
Légende « EB » (cl. V. Abel). 1, 4-5, 8 : la Bourse ; 2 : rue de l’Evêché ; 3 : rue Leca ; 6 : la Charité ; 7 : place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3668/img-3.png
Fichier image/png, 318k
Titre Fig. 234. Marques sur talon de pipes
Légende calice (n° 1-2), renard à l’affut (n° 3), blason (n° 4), coeur renversé (n° 5), étoile (n° 6), soleil (n° 7), cygne (n° 9), trompette (n° 10) (cl. V. Abel). 1, 3, 5, 7-8 : la Bourse ; 2 : la Parette ; 4 : Hôtel-Dieu ; 6 : Alcazar ; 9 : rue Leca.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3668/img-4.png
Fichier image/png, 357k
Titre Fig. 235. Pipe ottomane (cl. V. Abel). Marseille.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3668/img-5.png
Fichier image/png, 321k
Titre Fig. 236. Nombre de pipes retrouvées dans les chantiers marseillais par décennie (1650-1800).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3668/img-6.png
Fichier image/png, 17k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search