Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Deuxième partie : les autres mobiliers

Chapitre 2. Les monnaies médiévales et modernes (Alcazar et Tunnel de la Major)

Joëlle Bouvry

Texte intégral

1La présente étude propose d’apporter un premier regard sur les monnaies (peu nombreuses, disons-le tout de suite) découvertes sur deux des chantiers de fouille choisis pour cette étude : l’Alcazar et le Tunnel de la Major. La présentation s’effectuera par chantier et est suivie par une brève étude de la circulation monétaire. (voir tableau en Annexe 3)

1. Le site de l’Alcazar

2La fouille du site de l’Alcazar a révélé 57monnaies médiévales et modernes, ainsi qu’un méreau qui n’a pu être identifié et un objet monétiforme qui pourrait être un jeton du xviie s. Le mauvais état de conservation de 15pièces (représentant 25,42 % du lot), réduites souvent à des fragments, n’ont pas permis leur identification.

3Près de la moitié de l’ensemble des monnaies exhumées (49,16 %) appartient à la période moderne et le quart (25,42 %) à la période médiévale. A l’exception de trois monnaies en argent, ce sont toutes des monnaies en cuivre ou en alliage cuivreux, fractions des systèmes monétaires alors en usage ; perdues, égarées dans les terrains où elles ont été trouvées. Elles témoignent de la circulation monétaire à Marseille. Toutefois, près de la moitié des monnaies médiévales est restée indéterminée ; les quelques exemplaires identifiés sont représentatifs à la fois des productions et des échanges des xiiie et xive s.

1.1. Les monnaies médiévales

4La présence de la Maison aragonaise est marquée par l’obole du royal coronat d’AlphonseI ou II d’Aragon (1167-1196-1209) (fig. 230, n° 1). Cette petite espèce est frappée à partir de 1186 à Marseille (Rolland 1958, n° 12) et confirmée sous AlphonseII en 1202.

  • 27 Alors que la guerre albigeoise s’achève, le comte affirme ainsi sa suzeraineté retrouvée à Marseill (...)

5Raymond-Bérenger V, dernier comte de Provence de la dynastie catalano-aragonaise, frappe à Marseille une petite espèce en alliage cuivreux, le menut (Poey d’Avant 1858-1862, n° 3935 ; Rolland 1958, n° 18, p. 111) (fig. 230, n° 2) marqué pour la première fois d’un blason, celui de la maison d’Aragon, ici à trois pals. Cette petite monnaie est créée en 1243, deux ans avant la mort du comte. Guère en faveur27, elle s’échange peu. À la même époque circule à Marseille le denier raimondin, frappé à Sorgues par le comte de Toulouse Raymond VII (1222-1249) pour son marquisat de Provence. Cette pièce (Poey d’Avant 1858-1862, n° 3723-3725, pl. XXXI) (fig. 230, n° 3) porte au droit, une étoile à 6rais dans un croissant et au revers, une grande croix évidée, cléchée et pommetée qui coupe la légende D[VX]M[ARCHIOCOMESPALATII]. Selon la chronologie proposée par J.-C. Moesgaard (2004, p. 180), cette émission aurait commencé vers 1250 ce qui correspond à la datation du contexte de découverte.

  • 28 Compte tenu de la complexité de la désignation successorale liée à la situation juridique de la pri (...)

6À la mort de Raymond-Bérenger V en 1245, le comté passe, à la faveur du mariage de l’héritière Béatrice de Provence avec Charles Ier d’Anjou, sous l’autorité de la dynastie angevine. Charles Ier bat monnaie à Marseille dès 1248-1249. Une obole de Marseille (Rolland 1958, n° 26 ou 28, p. 206) (fig. 230, n° 4), frappée à partir de 1257, a été mise au jour en zone4, dans une unité stratigraphique de la première moitié du xive s., où a été également découverte une obole (Poey d’Avant 1858-1862, n° 4490, pl. XCVII, n° 9) (fig. 230, n° 5) au nom de Raymond IV (III)28 (1314-1340), prince d’Orange.

7Un autre exemplaire (inv. 24.99.502, Poey d’Avant 1858-1862, n° 4490, pl. XCVII, n° 9) a été trouvé en zone11 dans une fosse de récupération datée du moment de la destruction du faubourg, vers 1360. Autre monnaie du xive s., frappée entre 1330 et 1337 à Avignon et révélée dans une terre de jardin rapportée postérieurement en zone 3, l’obole (inv. 24.99.892) de Robert d’Anjou (Rolland 1958, n° 54).

8Une seule monnaie (inv. 24.99.462) atteste de relations extérieures, celle de Gênes (Lunardi 1975, p. 105). En argent, elle a été frappée au nom du doge Tommaso de Campo fregoso entre 1436 et 1442.

1.2. Les monnaies modernes

9Près de la moitié des monnaies trouvées sur le site, datent de la période moderne. Elles sont au nombre de28 ; un cinquième d’entre elles restent indéterminées et presque la moitié des monnaies identifiées datent du xviie s. Ce sont des doubles tournois en cuivre (fig. 230, n° 8) frappés à la fin du règne de Louis XIII (1610-1643) : inv. 24.99.578, 24.99.579, 24.99.504 (Duplessy 2001, II, n° 1378), 24.99.550, 24.99.512, 24.99.510, 24.99.554 (Duplessy 2001, n° 1372) mais aussi des liards et des doubles tournois émis à Trévoux par les princes de Dombes, Henri (1592-1608) - inv. 24.99.517 (Poey d’Avant 1858-1862, n° 5155, pl. CXVI, 13), Marie de Montpensier (1608-1626) (Poey d’Avant 1858-1862, n° 5172, pl. CXVII, 2) (fig. 230, n° 9) et Gaston d’Orléans (1627-1650) inv. 24.99.824, 24.99.511 (Poey d’Avant 1858-1862, n° 5200, pl. CXVII, 17), 24.99.818 et 24.99.553 (Poey d’Avant 1858-1862, n° 5201, pl. CXVII, 17).

10Trouvées en remblais ou en situation sur les parcelles fouillées (inv. 24.99.550, parcelle19 ; inv. 24.99.553 et 24.99.554 parcelle 28), elles correspondent généralement bien aux datations proposées par l’archéologie. Seule la monnaie (fig. 230, n° 10) datée de 1642, inciterait à proposer une datation postérieure pour le remblai sous la calade de la parcelle 22.

  • 29 La nouvelle monnaie ordonnée le 16 octobre 1709 ayant été fabriquée grâce à la fonte des canons mis (...)

11Les 8 pièces retrouvées datant du xviiie s. sont des productions locales. Cinq dardennes29, monnaies en alliage cuivreux de six deniers frappées dans l’atelier d’Aix entre 1709 et 1712 ont été mises au jour dont une en zone1 (inv. 24.99.826) et une seconde en zone3, dans la couche antérieure à la reconstruction de la parcelle18 datée du début du xviiie s. (fig. 230, n° 11). La couche immédiatement antérieure au réaménagement de l’auberge du Petit-Saint-Jean (après 1754) a livré deux dardennes (inv. 24.99.513, Duplessy 2001, n° 1593, et 24.99.514) ainsi qu’un double sol en billon, émis à Dijon en 1739 (Duplessy 2001, n° 1690) (fig. 230, n° 12). Le remblai dans la parcelle28, daté de la fin du xviiie s., a également livré une dardenne (inv. 24.99.817).

12Indépendamment du groupe précédent, deux autres pièces ont été révélées par la fouille ; un plomb de scellement, encore non identifié (inv. 24.99.508), trouvé dans le sol de la parcelle18 daté de la première moitié du xviiie s. et une pièce de 5centimes datée de 1796 (inv. 24.99.461 : Mazard 1965, I, n° 274), découverte dans le comblement du puits ovoïde de la parcelle21.

2. Les monnaies du Tunnel de la Major

13Les 12monnaies médiévales et modernes mises au jour lors de la fouille présentent 6monnaies indéterminées et donc 6monnaies identifiées dont 4médiévales et 2modernes.

  • 30 Première monnaie frappée en Provence par Charles Ier d’Anjou, à partir de 1249.

14Deux royaux coronats frappés sous Alphonse Ier ou Alphonse II d’Aragon (1167-1196-1209) ont été découverts dans le sol de la maison3B datée du xiiie s. Cette monnaie émise à partir de 1186 a circulé au xiiie s. (Rolland 1958, n° 13) (fig. 230, n° 7). Le deuxième exemplaire a pu être reconnu dans le fragment exhumé dans le remblai de préparation du sol du deuxième état moderne de la maison du chapitre. Il partageait le même contexte (US3129) que deux autres monnaies frappées à Marseille sous CharlesIer d’Anjou : un tournois provençal (inv. 50.99.004 : Rolland 1958, n° 20 ou 22)30 en trois fragments et une obole marseillaise (Rolland 1958, n° 26) (fig. 230, n° 6).

Fig. 230. Monnaies médiévales.

Fig. 230. Monnaies médiévales.

1 : obole coronat d’Alphonse Ier ou II d’Aragon, comte de Provence ; 2 : menut marseillais de Raymond-Bérenger V, comte de Provence ; 3 : denier raimondin de Raymond VII, comte de Toulouse ; 4, 6 : obole de Marseille de Charles Ier d’Anjou, comte de Provence ; 5 : obole de Raymond IV (III), prince d’Orange ; 7 : royal coronat d’Alphonse Ier ou II d’Aragon, comte de Provence. Monnaies modernes. 8 : double tournois de Louis XIII, roi de France ; 9 : liard de Marie de Montpensier, princesse de Dombes ; 10 : double tournois de Gaston d’Orléans, prince de Dombes ; 11 : six deniers dits dardennes de Louis XV, roi de France ; 12 : double sol tournois de Louis XV, roi de France. 1-5, 8-12 : Alcazar. 6-7 : Tunnel de la Major.

15Deux monnaies modernes ont été identifiées, un douzain (inv. 50.99.001 ; Duplessy 2001, n° 1251) frappé sous Henri IV, en 1593, à Montpellier et mis au jour lors de la démolition de l’îlot devant la cathédrale vers 1855 et un double tournois (inv. 50.99.002), trouvé dans un contexte de sépulture au chevet de la cathédrale et daté fin xiie-xive s. (contexte 7014).

16Toutes les monnaies retrouvées et identifiées sont des monnaies divisionnaires locales en cuivre ou en alliage cuivreux. Leur mauvais état de conservation restreint malheureusement l’identification et donc leur exploitation archéologique.

3. La circulation monétaire

17Aux xiiie et xive s. comme aux xviie et xviiie s., ce sont de petites monnaies divisionnaires en cuivre, sans grand pouvoir d’achat, pour la plupart fabriquées en Provence, qui circulent et sont perdues dans les terrains fouillés. Les trois monnaies contenant une proportion d’argent sont le raimondin de 1250, la monnaie génoise de 1436-1442 et le double sol tournois de 1739.

18Il est à noter qu’au xiiie-xive s., les princes d’Orange imitent certaines des monnaies des comtes de Provence. Or, nous constatons, en zone4 et même contexte (inv. 24.99.581), dans le premier sol de l’espace 2H2 daté de la première moitié du xive s., la présence de la monnaie de Raymond IV (III) d’Orange (inv. 24.99.577) et de l’obole de Marseille de Charles Ier d’Anjou (inv. 24.99.576) émise en 1257. Ce type, imité dans la Principauté, était encore familier au xive s.

19Au xviie s., les Princes de Dombes imitent des monnaies des rois de France. Leurs doubles tournois circulent ensemble et sont découverts dans la même terre fouillée ; ainsi, le double tournois de 1642 au nom de Gaston d’Orléans (inv. 24.99.511) et celui de Louis xiii (inv. 24.99.512) trouvés en même contexte (261) dans le remblai sous la calade de la parcelle22.

20Au xviiie s., les fouilles archéologiques mettent en évidence la forte présence des pièces de six deniers dites dardennes. Trois ateliers furent chargés de cette fabrication La Rochelle, Montpellier et Aix. La proximité de ce dernier atelier et la grande quantité d’exemplaires frappés de 1709 à 1712 (39 millions : Ganne 2008, p. 43) justifient la bonne représentation de cette monnaie sur le site.

21Si l’étude numismatique apporte les précisions chronologiques, diplomatiques, historiques à un règne, elle est corroborée par la confrontation aux trouvailles archéologiques, convaincants témoignages de l’usage et de la circulation des monnaies.

Notes

27 Alors que la guerre albigeoise s’achève, le comte affirme ainsi sa suzeraineté retrouvée à Marseille et scellée par un traité de paix signé à Tarascon le 22 juin 1243.

28 Compte tenu de la complexité de la désignation successorale liée à la situation juridique de la principauté, je suivrai les derniers travaux de Jean-Louis Charlet 2006 [2008], p. 13.

29 La nouvelle monnaie ordonnée le 16 octobre 1709 ayant été fabriquée grâce à la fonte des canons mis au rebut à l’arsenal de Toulon, il a été considéré comme plus pratique de fondre sur place le métal des canons. Ce qui fut fait au hameau de Dardennes, près de Toulon.

30 Première monnaie frappée en Provence par Charles Ier d’Anjou, à partir de 1249.

Table des illustrations

Titre Fig. 230. Monnaies médiévales.
Légende 1 : obole coronat d’Alphonse Ier ou II d’Aragon, comte de Provence ; 2 : menut marseillais de Raymond-Bérenger V, comte de Provence ; 3 : denier raimondin de Raymond VII, comte de Toulouse ; 4, 6 : obole de Marseille de Charles Ier d’Anjou, comte de Provence ; 5 : obole de Raymond IV (III), prince d’Orange ; 7 : royal coronat d’Alphonse Ier ou II d’Aragon, comte de Provence. Monnaies modernes. 8 : double tournois de Louis XIII, roi de France ; 9 : liard de Marie de Montpensier, princesse de Dombes ; 10 : double tournois de Gaston d’Orléans, prince de Dombes ; 11 : six deniers dits dardennes de Louis XV, roi de France ; 12 : double sol tournois de Louis XV, roi de France. 1-5, 8-12 : Alcazar. 6-7 : Tunnel de la Major.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3658/img-1.png
Fichier image/png, 229k

Auteur

Conservateur du Patrimoine, Chargée du Cabinet des Monnaies et Médailles de Marseille.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search