Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Deuxième partie : les autres mobiliers

Chapitre 1. Les verres médiévaux des fouilles de Marseille

Danièle Foy et Denis Michel

Texte intégral

1. Introduction

1.1. L’artisanat du verre

  • 20 Délibérations de la commune de Marseille en 1331 interdisant la sortie du verre brisé et fixant son (...)

1À l’époque médiévale, l’artisanat du verre est principalement une activité forestière, le premier déterminant de l’implantation des ateliers étant le combustible. Il existait pourtant, dans les villes d’importance, des officines urbaines ou périurbaines dont les textes ont gardé le souvenir. À Marseille, dès le tout début du xive s., plusieurs artisans sont mentionnés et le métier est, en partie au moins, contrôlé et protégé par la cité qui réglemente la vente du verre cassé destiné au recyclage20.

2La production locale était cependant insuffisante pour répondre aux besoins des consommateurs. Une partie des verres (probablement la plus grande) utilisés dans les maisons provenait des ateliers fixés dans les collines boisées au nord du bassin de Saint-Maximin et dans le massif de la Sainte-Baume, le plus étendu de tous les chaînons provençaux, situé à une vingtaine de kilomètres de la Méditerranée.

  • 21 Baratier, Reynaud 1951, p. 264, note 5  ; Foy 1988, p. 249-250. Ces amphores sont probablement des (...)

3Les officines installées dans cette zone forestière sont documentées par l’archéologie et les sources écrites. Celles-ci rendent compte des liens qui unissaient la métropole marseillaise et cette aire artisanale. Des marchands spécialisés investissaient dans l’artisanat verrier en apportant les capitaux initiaux et les matières premières entrantes dans la composition du verre. En échange ils recevaient des cargaisons de produits finis que les muletiers ramenaient dans la cité après avoir déchargé les saumées de soude et de verre brisé. Ces mêmes verriers recevaient de Marseille des commandes publiques concernant la fabrication d’« amphore » à mesurer le vin, telle celle qui fut passée en 1338 pour 3 ans (Baratier, Reynaud 1951, p. 830 ; Foy 1988, p. 379)21. À la fin du Moyen Âge, le savoir faire et probablement la compétitivité des artisans marseillais était reconnue : c’est ce que reflète la transaction passée, en 1480, entre l’un d’eux et un marchand vénitien pour la fabrication (contrefaçon ?) de mille aiguières qui devaient être les copies des deux modèles fournis par le marchand (Baratier, Reynaud 1951, p. 830 ; Foy 1988, p. 379). À Marseille, transitaient donc d’énormes quantités de verre destinées à une consommation locale, mais aussi vouées à l’exportation. De ces milliers d’objets que Marseille retirait de ses fabriques urbaines et surtout de son hinterland provençal, il ne reste que de maigres témoignages matériels.

1.2. Les découvertes archéologiques à Marseille

4Les seuls verres médiévaux de Marseille publiés proviennent des fouilles de Saint-Victor et du quartier artisanal de Sainte-Barbe. Le premier site a livré des vitraux décorés et une lampe, datés des xiie-xiiie s. Le mobilier en verre très fragmenté du quartier Sainte Barbe appartient aux différentes phases d’occupation datées entre le xiie et la fin du xive s. Les formes reconnues sont celles que l’on retrouve dans les neuf sites marseillais étudiés ici : l’Alcazar, rue Jean-FrançoisLeca, rue JeanTrinquet, Tunnel de la Major, place Général-de-Gaulle, place Villeneuve-Bargemon, place Jules-Verne, îlot Puget III et îlot 24 N.

5Ce mobilier bien qu’en quantité réduite est répétitif et ne comprend aucune pièce d’époque carolingienne ou du xie s. ; presque tous les fragments appartiennent au xiiie ou au xive s. Les formes ne sont pas inédites, mais certaines pièces offrent des variantes dans les gabarits et les motifs décoratifs. Deux pièces de la fin du Moyen Âge ont été prises en compte ainsi que cinq verres décorés d’Époque moderne. Le corpus comprend 87 objets.

1.3. Les contextes utilisés

- Les fragments de verre médiévaux des fouilles Puget III semblent antérieurs au milieu du xiiie s. et viennent de trois contextes différents.

- Les deux fragments issus des fouilles de la rue Leca proviennent d’un niveau de surface (2001) dans lequel était un mobilier de datation hétérogène.

- Les deux verres du chantier du Tunnel de la Major sont issus de niveaux bien datés par la céramique du xiiie et du début du xive s.

- Les verres des fouilles de l’Alcazar, un peu plus nombreux mais tout aussi fragmentés, ont été collectés dans 12contextes souvent datés par la céramique. Très peu sont en position résiduelle et quelques-uns forment de très petits assemblages homogènes (US 4348 et 4276).

- De la fouille de la place Général-de-Gaulle, provient une vingtaine de pièces qui sortent d’autant de contextes datés du milieu du xiiie s. au xve s. (Bouiron 2001). La plupart de ces fragments sont datés de la fin du xiiie s.

- Le puits PT2017 des fouilles de la rueTrinquet a fourni un petit lot de quatre objets datables du courant du xive s., probablement de la première moitié de ce siècle.

- Les trois chantiers de fouilles qui se sont succédé sur la place Villeneuve Bargemon en 1995, 1996-97 et 2002 ont mis au jour du verre médiéval. Le mobilier le plus riche est celui de la fouille de 1996-97 (MCR96) : il forme deux ensembles homogènes du début du xive s. Trois contextes des fouilles de 2002 (BRG02) ont également fourni des verres ; peu nombreux et de très petite taille, ces fragments proviennent de niveaux de rue constitués au cours du xiiie s. Des quatre fragments de verres médiévaux des fouilles de 1995 (CSR95), l’un est en position résiduelle (n° 14, US3011) ; les trois autres sortent de strates constituées au cours du xiie s., mais l’un d’eux (n° 15) est semblable aux types attribués au xiiie s.

- Deux niveaux de la fin du xiiie et du xive s. des fouilles de la place Jules-Verne, zone5 ont livré trois pièces.

6On voit donc que ces éléments, peu nombreux (81 pièces), sont très dispersés. Les associations de mobilier ne sont notables que dans le comblement du puits PT2017 de la rue Trinquet, (4objets) ; dans deux contextes de la place Villeneuve Bargemon (MCR96), US2464 (6 objets) et US2439 (7 objets) et dans le niveau 4348 de l’Alcazar (4 verres).

2. Les séries de verres médiévaux

7Nous avons choisi de présenter le mobilier par types et non par sites ou par contextes. Neuf séries ont été constituées : la première comprend le mobilier du xiie et du début du xiiie s. ; les deux groupes suivants, gobelets et verres bicolores, sont des objets de la seconde moitié ou de la fin du xiiie s. Viennent ensuite les verres à tige et les gobelets à côtes hélicoïdales qui se situent à la fin du xiiie et au début du xive s. Les autres pièces (gobelets divers, guttrolfs, bouteilles soufflées dans un moule) peuvent être contemporaines des précédentes, mais sont en usage durant tout le xive s. Des éléments de vaisselle de la fin du xve s. et quatre verres de la fin du xvie et du début du xviie s. ferment cet inventaire. Le tableau mis en annexe (voir Annexe 2) permet de reconstituer les assemblages.

2.1. Le verre potassique xiie-xiiie s.

8Sous ce titre, nous avons rassemblé des verres friables et d’aspect noirâtre qui sont probablement fabriqués avec des cendres végétales potassiques (fig. 213). Aucune analyse de composition n’a cependant pu être faite sur ce mobilier, mais la mauvaise conservation de ces objets laissent penser qu’ils contiennent des cendres potassiques et qu’ils sont vraisemblablement antérieurs au xiiie s., ce que confirment parfois les contextes de découverte et/ou la forme de l’objet. L’évolution de la composition des verres en Provence, connue par des recherches antérieures, montre que les verres de tradition antique (fabriqués avec une soude minérale, le natron) sont présents jusqu’au viiie s. au moins. Les verres des xe, xie et xiie s. sont élaborés à partir de cendres potassiques, venant de divers végétaux en particulier de fougères. L’introduction des cendres sodiques se fait à un moment imprécis, mais sans doute vers la fin du xiie s. ou au début du xiiie s. L’utilisation de ce nouveau fondant (cendres de plantes halophytes, principalement des salicornes croissant en Camargue) et probablement aussi le choix de la silice, permet d’obtenir un verre clair qui (mais cela les verriers ne pouvaient le savoir) résistera bien mieux que le verre potassique aux outrages du temps.

9Extrêmement fragile le mobilier médiéval le plus précoce ne subsiste que sous forme de débris sur trois sites marseillais.

10- Deux fragments des fouilles de Puget III (fig. 213, n° 1-2) appartiennent à la partie médiane reliant la coupe et le pied d’un récipient de profil non restituable : il pourrait s’agir de verres bitronconiques (Foy 1988, p. 196 et 199-200, forme A3) en usage aux xiie ou au début du xiiie s. Le troisième témoin (fig. 213, n° 3), un fond annulaire creux (Foy 1988, p. 195-196, forme A1), pourrait être contemporain des précédents. Les deux pièces de la fouille de la place Villeneuve-Bargemon, conduite en 1995, sont issues de recharges de rue datables du courant du xiie s. : l’une (fig. 213, n° 4) est identifiable à un verre bitronconique ou bien caliciforme (Foy 1988, p. 197-198, forme A2) ; l’autre (fig. 213, n° 5) est la base d’une tige creuse torsadée. Ce dernier fragment est comparable à du mobilier retrouvé à l’abbaye de Psalmody (Foy 1988, fig. 49-4,5 et 11 et fig. 50) et dans le comblement de deux puits languedociens sis à Roujan (À travers le verre 1989, notices105 et 106) et à Montpellier (Foy 1995 ; et Deguara 2007, fig. 131). Ce support pourrait cependant renvoyer à des vaisselles dont la coupe est beaucoup plus large (Penna 2003, fig. 171, n° 84).

Fig. 213. Verres à cendres potassiques ( ?) XIIe s. ?

Fig. 213. Verres à cendres potassiques ( ?) XIIe s. ?

Verres bitronconiques (n° 1-2 et 4), pied annulaire (n° 3), pied d’un verre à tige (n° 5). 1-3 : Puget III ; 4-5 : place Villeneuve-Bargemon (D. Foy/CCJ).

2.2. Les gobelets à gouttes étirées de la seconde moitié du xiiie s.

11L’ornementation qui consiste à déposer sur les parois d’un verre des nodules de matière vitreuse de forme grossièrement pyramidale n’est pas une invention des verriers médiévaux, mais cette technique décorative jouit d’une grande faveur du xiiie au xvie s. dans plusieurs pays, avec une chronologie qui diffère d’une région à l’autre.

12Ce décor rapporté probablement au bout d’une tige métallique est déposé en vrille ou bien appliqué comme une pastille, puis étiré de façon à former des aspérités pointues ; la goutte de verre peut aussi être pincée pour accentuer la pointe sommitale. Cette ornementation, formée de protubérances régulièrement disposées sur 2, 3 ou 4 rangs horizontaux afin de couvrir presque toute la panse du récipient, est le dénominateur commun d’une catégorie de verres nommée dans la littérature archéologique Nuppenbecher (Baumgartner, Krueger 1988, p. 192-217).

  • 22 C’est le cas à Tuscania où furent trouvés, dans le comblement de fosses daté de la fin du XIVe s., (...)
  • 23 En 1406 à Murano, parmi plusieurs milliers de verre provenant d’une saisie et mis aux enchères appa (...)

13En Provence et en Languedoc, ce décor semble uniquement – ou principalement présent – sur des gobelets à corps cylindrique et rebord droit ou au contraire au rebord en entonnoir (fig. 214 et 215). Leur fond est cerné d’un cordon de verre rapporté, lisse ou dentelé et un filet de verre de même teinte que l’objet ou coloré en bleu cobalt est habituellement appliqué au-dessus des gouttes en relief ; plus rarement les filets de verre peuvent dessiner une résille ou des zigzags entre les globules de verre. Ces formes qui sont communes à plusieurs pays, de la Syrie à l’Allemagne, en passant par la Grèce, les Balkans et l’Italie sont en usage au cours du xiiie s. Plusieurs centres producteurs ont été identifiés notamment à Corinthe (Weinberg 1975 et 1981 ; Whitehouse 1991 et 1993), mais aussi en Provence, à Planier, sur la commune de Signes, dans le département du Var (Foy 1988, p. 148-158 et 209-211). Ce décor est un bon marqueur dans le Midi de la France car il a été utilisé sur une assez courte durée qui n’excède guère la fin du xiiie s. ou le premier quart du xive s. Ce n’est pas le cas partout. En effet, un grand nombre de verreries du courant du xive s. mises au jour en Italie centrale et méridionale portent encore ces aspérités22 et au tout début du xve s. encore, l’appellation ciatis imperlatis est réservée à ces objets23. Cette technique ornementale a également eu la faveur des ateliers septentrionaux comme en témoignent les vestiges de la verrerie de Herbeumont (Luxembourg) qui fonctionnait dans le courant du xive s. (Fontaine-Hodiamont, Hossey 2010, pl. xiv). L’iconographie confirme l’usage de ces verres « perlés » durant cette même période (Whitehouse 2010, fig. 4, 5). En Allemagne, ce décor se transformera en grosses aspérités et persistera jusqu’à l’époque post médiévale sur des verres de formes diverses.

Fig. 214. Gobelets à gouttes appliquées.

Fig. 214. Gobelets à gouttes appliquées.

Parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 1-4, 16-17), parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 5-6, 11-15), fonds de gobelet (n° 8-10), gobelets à décor de gouttes appliquées (n° 7, 18). 1-4, 8 : Alcazar ; 5-6, 9-10 : place Villeneuve-Bargemon ; 7 : Tunnel de la Major ; 11-17 : place Général-de-Gaulle ; 18 : rue Trinquet. (D. Foy/CCJ).

Fig. 215. Gobelets à gouttes appliquées.

Fig. 215. Gobelets à gouttes appliquées.

Parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 1-4, 16-17), parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 5-6, 11-15), fonds de gobelet (n° 8-10), gobelets à décor de gouttes appliquées (n° 7, 18). 1-4, 8 : Alcazar ; 5-6, 9-10 : place Villeneuve-Bargemon ; 7 : Tunnel de la Major ; 11-17 : place Général-de-Gaulle ; 18 : rue Trinquet. (D. Foy/CCJ).

14En revanche, en Provence, on constate que les ateliers du xive s. ont délaissé ce procédé ornemental puisque ni l’officine de Rougiers active dans le second quart du xive s., ni celle de Cadrix située à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume et datée du troisième quart du xive s. (Foy 1988) ne produisent ces décorations. Les deux fragments trouvés lors des fouilles des fours de La Seube à Claret, datés du tout début du xive s. (Lambert 1972, pl. viii, n° 7 ; id. 1982), ne sont pas suffisants pour prouver une production locale, mais il est fort possible que la fabrication de ces gobelets « perlés » se soit poursuivie dans les deux premières décennies du xive s. On ne peut pour autant penser que tous les verres à gouttes rapportées découverts dans le Midi méditerranéen de la France proviennent forcément des officines régionales ; certains peuvent relever d’importations. On remarque en effet des différences dans le mobilier marseillais. Les pièces soufflées dans un verre fin et décorées de cabochons assez peu saillants sont proches des fabrications de l’atelier de Planier. En revanche, les fragments qui sont dotés de protubérances très étirées rappellent nombre de trouvailles italiennes.

15Plus d’une vingtaine de découvertes sont signalées en plusieurs points de Marseille. Ces témoignages modestes ne permettent pas d’avoir une idée de la forme générale de ces verres à boire qu’il faut restituer sur le modèle des trouvailles faites en Languedoc, à Saint-Laurent-le Minier dans le Gard (gobelet à bord largement évasé) et dans le comblement d’un puits montpelliérain (gobelet à bord droit ; Plaisirs et manières de table, p. 185 ; Foy 1995). Ces deux types de gobelets sont également produits et utilisés en Grèce et en Italie, par exemple au château de Lucera, dans les Pouilles (Whitehouse 1966, p. 127-129, fig. 31, reproduit ici fig. 214, A) ou dans l’abbaye de Farfa, dans le Latium (Newby 1987, p. 263-265 ; reproduit ici fig. 214, B).

16La plupart des attestations marseillaises sont des débris de parois portant une goutte de verre étirée et parfois vrillée. Les fouilles du quartier Sainte-Barbe ont déjà fourni plusieurs pièces dont la plus précoce (Foy 1997, p. 61, fig. 39, n° 10), se rencontre dès le début du xiiie s. (Foy 1997, p. 61, fig. 39, n° 10). L’aspect noirâtre de ce fragment le différencie des autres découvertes. En effet, toutes les autres pièces marseillaises ou plus largement provençales et languedociennes sont fabriquées dans un verre incolore légèrement jaunâtre. Bien conservée cette matière a gardé sa brillance ; elle a été probablement élaborée en utilisant des cendres végétales sodiques provenant de salicornes ou autres plantes halophytes comme cela a été démontré pour les productions de l’officine de Planier. Ces verres sodiques, décorés de gouttes étirées, sont présents en Provence dans les contextes de la seconde moitié du xiiie s. de l’atelier de Planier, dans deux niveaux du castrum de Rougiers et dans divers sites religieux et d’habitats (castrum de Rougiers, Prieuré de Saint-Symphorien-de-Buoux, synagogue de Carpentras et motte de Cadarache : Mouton 1994). En Languedoc, on les signale à Montpellier, sur l’atelier de verrier de La Seube et à Montségur (Tricoire, Matthieu, 1974, p. 24). À Marseille, ils ont été exhumés, outre du quartier Sainte-Barbe (Foy 1997, p. 61, fig. 39, n° 11, 17), dans les chantiers de la place Général-de-Gaulle (fig. 214 et 215, n° 11-16) et de l’Alcazar (fig. 214 et 215, n° 1-4).

17Dans les mêmes contextes se trouvent parfois des éléments de base de gobelet cernées d’un cordon lisse ou dentelé (fig. 214 et 215, n° 8 et 17). Des cabochons identiques ont été mis au jour lors des excavations de la place Villeneuve-Bargemon réalisées en 2002 (fig. 214 et 215, n° 5-6) et du Tunnel de la Major (fig. 214 et 215, n° 7). Ce dernier fragment, un des mieux conservés, est la base d’un gobelet dont le pied est constitué d’un filet de verre lisse. Les gouttes étirées, disposées en quinconce, sont préservées sur deux rangs. Les verres extraits des fouilles de 1995 de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 214 et 215, n° 9-10) sont également des bases de gobelets à anneau lisse et l’un d’eux (fig. 214 et 215, n° 10) est dans un niveau contenant des céramiques du xiie s. : c’est l’élément le plus précoce qui pourrait laisser penser que ce décor apparaît avant le xiiie s. Cette datation haute n’est pas confirmée par d’autres trouvailles extérieures à Marseille.

18Les six exemplaires des fouilles de la place Général-de-Gaulle ont des cabochons peu saillants (fig. 214 et 215, n° 11-12, 15) ou au contraire très étirés. Ces derniers pourraient( ?) être des importations italiennes (fig. 214 et 215, n° 13-14, 16). La qualité du verre verdâtre ou jaunâtre, robuste est remarquable ; la brillance est très bien conservée. À ces fragments, il faut rajouter un pied formé d’un cordon dentelé qui supportait probablement un gobelet à gouttes étirées (fig. 214 et 215, n° 17).

19Le chantier de la rueTrinquet a fourni un exemplaire qui présente une pastille inhabituelle par sa taille importante et son façonnement : ce cabochon n’est pas fait par étirement de la matière vitreuse mais par enroulement en colimaçon pyramidal d’un filet de verre (fig. 214 et 215, n° 18). Ce fragment de paroi appartient à une toute autre forme, sans doute plus grande que celle du gobelet.

2.3. Les verres bicolores de la seconde moitié du xiiie s.

20Deux verres colorés dans la masse en bleu cobalt et décorés en surface de filets de verre blanc décrivant des motifs dits « de plume d’oiseau » sont présents dans des niveaux d’occupation clairement datés de la fin du xiiie s. ou du début du xive s. des fouilles de l’Alcazar (fig. 216 et 217, n° 1-2). Ces fragments de panse dont un renvoie à une petite bouteille cylindrique, évoquent directement une des productions de l’atelier varois de Planier. Ils sont donc contemporains des gobelets décrits ci-dessus. Ces verres, rarement attestés, sont vraisemblablement des objets semi-luxueux.

Fig. 216. Verres bicolores.

Fig. 216. Verres bicolores.

Vaisselle bleu cobalt à filets blancs marbrés. Alcazar. (D. Foy/CCJ).

Fig. 217. Verres bicolores.

Fig. 217. Verres bicolores.

Vaisselle bleu cobalt à filets blancs marbrés. Alcazar. (D. Foy/CCJ).

  • 24 Le saffre per colorar veyre est mentionné au début du XIVe s.à l’entrée d’Avignon, mais son origine (...)

21Les verriers provençaux utilisaient très peu de colorants. Les données des textes, de l’archéologie et de l’archéométrie nous apprennent pourtant que le cobalt était employé pour obtenir la couleur bleue. Désigné sous le nom de safre, ou de chafarone24 dans les sources italiennes, la substance colorante commercialisée était obtenue en mélangeant du minerai de cobalt grillé avec de la silice et parfois un fondant. Ce verre (peut-être à l’état de fritte) contenant une forte proportion de cobalt était vendu sous forme de petites pierres ou de poudre. Onéreux, ce safre, importé d’Allemagne et plus précisément des Monts métallifères, comme le révèlent les analyses chimiques, était utilisé avec parcimonie car son pouvoir colorant était puissant. Les filets de verre bleu qui décorent de nombreuses verreries provençales du courant du xive s. sont obtenus par un cobalt de même origine (Gratuze et al. 1992).

2.4. Les verres à tige de la fin du xiiie et du xive s.

22Les verres à boire portés par une tige (ou jambe) séparant la coupe du pied, plus élégants que les simples gobelets, sont, à la fin du xiiie s. et au xive s., peu utilisés dans le midi méditerranéen. Quelques éléments de cette forme recueillis dans les fouilles de la place Général-de-Gaulle, de l’Alcazar, de la place Jules-Verne et de la rueTrinquet font apparaître plusieurs modèles incomplètement définis.

  • 25 Fouilles de la place Camille-Jullian à Bordeaux dans des contextes du XIIIe s. ; inédit.

23- Un verre à tige de teinte bleu-vert (fig. 218, n° 1) dont la coupe évasée était ornée de nervures très épaissies à leur base est sans doute à rapprocher de plusieurs pièces à coupe large et basse, découvertes dans diverses régions du territoire français, en particulier à Besançon, en Île de France (À travers le verre 1989, notices149-156), mais aussi en Poitou (Berthon, Zélie 2010, p. 122-125) et en Aquitaine25. On ne sait si la tige était creuse ou pleine. Ce verre, qui est peut-être une importation provient du comblement du puits PT2017 de la rueTrinquet, daté de la première moitié ou du milieu du xive s. Il était associé à un gobelet et une bouteille, formes habituelles dans le courant du xive s. La tige rectiligne et massive issue des fouilles de l’Alcazar (fig. 218, n° 2), également de teinte bleu-vert soutenu, pourrait correspondre au même type de verre, lequel se sépare des nombreux exemplaires avignonnais dotés d’une tige en verre massif, mais fabriqués dans un verre très clair (Foy 1988, p. 205-209).

24- Le second verre à tige creuse provient d’un sol du début du xive s. des fouilles de l’Alcazar ; un filet de verre bleu pâle à peine perceptible indique que le verre devait être rehaussé d’une décoration bleue rapportée sur toute la coupe et fondue dans la matière vitreuse incolore (fig. 218, n° 3).

25- Les quatre fragments de la place Général-de-Gaulle révèlent trois autres variantes de verre à tige réalisées dans un verre clair plus ou moins bien conservé. Le cordon festonné à la base d’une coupe supportée par une tige pleine (fig. 218, n° 4) est une ornementation qui se retrouve sur des types très différents les uns des autres et originaires de diverses régions : l’est de la France et la Rhénanie (À travers le verre 1989, notice140 ; Cabart 2010, p. 340), la région toulousaine et la Provence. Le fragment marseillais agrémenté de ce feston se différencie du modèle à tige creuse de Toulouse et d’Aix-en-Provence (À travers le verre 1989, notice167 ; Lagrue 2004, p. 11). Sa matière très irisée contraste avec celle des deux autres pièces incolores et lumineuses. Ces deux derniers exemplaires ne paraissent pas décorés : l’une est la base tronconique d’une coupe à tige massive (fig. 218, n° 5) l’autre au profil plus évasé et galbé est séparé de la tige par un anneau plat (fig. 218, n° 6).

26- La tige creuse baguée d’un cordon ondé bleu appartient à un modèle non identifié ; c’est un des rares fragments de verre médiéval des fouilles de la place Jules-Verne (fig. 218, n° 7). Ce décor rappelle celui des goulots des petites fioles côtelées utilisées vers la fin du xiiie s. (Foy 1988, fig. 96). Un fragment de large pied en forme de disque est le support de ces vaisselles (fig. 218, n° 8).

Fig. 218. Verres à tige.

Fig. 218. Verres à tige.

Fragment d’une coupe côtelée d’un verre à tige, bleu-vert (n° 1), tige pleine, bleu-vert (n° 2), base de la coupe d’un verre à tige creuse, décor appliqué bleu, verre incolore (n° 3), verre à tige pleine, base de la coupe évasée entourée d’un cordon plissé, verre incolore, très irisé (n° 4), verre à tige pleine, verre verdâtre lumineux (n° 5), verre à tige à coupe très évasée reposant sur un bouton plat, incolore (n° 6), verre à tige creuse entourée d’un cordon plissé bleu (n° 7), fragment d’un pied de verre à tige ? (n° 8). 1 : rue Trinquet ; 2-3 : Alcazar ; 4-6, 8 : place Général-de-Gaulle ; 7 : place Jules-Verne. (D. Foy/CCJ).

2.5. Les gobelets

27On ignore quelles étaient les vaisselles de verre les plus communes durant l’époque carolingienne et les xiie et xiiie s. en Provence. Le simple gobelet cylindrique ou tronconique apparaît dans le courant du xiiie s. et sera le verre à boire le plus fréquent durant le xive s., en Italie comme en France méditerranéenne. Après les fabrications de vases à décor de gouttes rapportées, d’autres verres soufflés à la volée ou, le plus souvent, soufflés dans un moule, sont réalisés dans une matière mince et très claire. D’autres encore reçoivent un décor appliqué de filets de verre bleu couvrant les parois ; ils sont moins fréquents que les pièces moulées qui peuvent recevoir en haut des parois, et en guise de lèvre, un filet bleu appliqué. Nous ignorons tout des moules utilisés par les artisans provençaux. Cependant, l’examen du mobilier assure qu’il s’agit de moule univalve dans lequel le verrier introduisait une ébauche du verre, formée de la paraison (petite masse de verre prélevée du four), régularisée sur le marbre et légèrement soufflée pour avoir une taille convenable. Ce type de moule servait à imprimer les décors gravés sur les parois internes du moule, mais ne conditionnait pas le profil exact ni le gabarit de l’objet. C’était une sorte de pré-moulage : en effet une fois sortis du moule, les verres étaient re soufflés ce qui explique que les motifs décoratifs soient déformés, dilatés ou resserrés, surtout dans la partie haute du verre. Les objets étaient ensuite repris au pontil pour le façonnement final.

28Nous distinguerons plusieurs types de gobelets en fonction des décors ; la mauvaise conservation ne permet pas de reconnaître les profils et de séparer les objets en fonction de ce paramètre ; nous savons toutefois que plusieurs gabarits existaient. La hauteur moyenne se situe entre 6 et 10 cm pour une largeur maximale de 5,5 à 8 cm. Les profils sont cylindriques ou tronconiques, trapus ou plus élancés. Le fond refoulé porte la marque du pontil et le rebord à lèvre arrondi est dans le prolongement des parois. Dans certains cas, un filet bleu rapporté forme la lèvre.

2.5.1. Gobelets à côtes hélicoïdales épaissies à leur base

29Un petit lot de fonds de gobelets se caractérise par son décor de côtes courtes et en fort relief formant, à leur base, des S ou des sortes de virgules qui se prolongent par des nervures hélicoïdales très fines qui s’enroulaient sur les parois pour se terminer à quelques millimètres du rebord. Ce type de gobelet, présent sur plusieurs sites provençaux (Foy 1988, fig. 58), est contemporain des verres à gouttes rapportés ou immédiatement postérieur. À Marseille, on le connaît dans les fouilles de Sainte-Barbe (Foy 1997, fig. 39, n° 22-23), dans deux contextes de la zone2 de la place Général-de-Gaulle (fig. 219, n° 1-2), dans l’îlot 24N dit îlot des Phocéens (fig. 219, n° 3) et dans deux contextes de l’Alcazar : les deux fragments de l’unité stratigraphique 4348 (fig. 219, n° 5-6) sont dans un niveau de destruction contenant de la céramique et plusieurs verres du premier tiers du xive s. ; l’unité stratigraphique4520 (fig. 219, n° 4), où est un troisième fond, contient du mobilier résiduel du début du xive s. Des gobelets présentant le même aspect sont encore utilisés à la fin du Moyen Âge (À travers le verre 1989, notice255), mais en Provence ces objets paraissent de bons marqueurs pour la période de transition entre le xiiie et le xive s. Plusieurs découvertes, hors Provence, mais dans le midi méditerranéen, sont signalées (Alessandri 2000, fig. 152, 3).

Fig. 219. Gobelet à côtes hélicoïdales.

Fig. 219. Gobelet à côtes hélicoïdales.

Rebord (n° 1), base (n° 2-6). 1-2 : place Général-de-Gaulle ; 3 : Îlot 24N ; 4-6 : Alcazar. (D. Foy/CCJ).

2.5.2. Autres gobelets

30Au cours du xive s., les motifs imprimés sur les fonds et les parois des gobelets se diversifient. Ce mobilier est fabriqué dans une matière souvent très mince, de teinte légèrement bleutée, verdâtre ou jaunâtre, mais qui paraît assez claire du fait de la minceur du verre. Les nervures verticales fines ou plus épaisses sont visibles à l’Alcazar, sur un fond jaunâtre, relativement épais (fig. 220 et 221, n° 1) et sur des parois verdâtres (fig. 220 et 221, n° 2). D’autres décors rayonnants formant des pétales ou un grenetis sous les fonds, se transforment généralement sur les parois en petites pastilles rondes ou en motifs losangés : plusieurs exemplaires ont été collectés dans des contextes de la première moitié du xive s. à l’Alcazar (fig. 220 et 221, n° 3-5), mais aussi à sur la place Général-de-Gaulle (fig. 220 et 221, n° 6-9) et dans le puits PT2017 de la rue Trinquet (fig. 220 et 221, n° 10). Les gobelets non décorés sont également observés à l’Alcazar (fig. 221, n° 12) et dans un bel assemblage de la première moitié du xive s. à la place Villeneuve-Bargemon (fig. 220 et 221, n° 13-15). Un fond, provenant du Tunnel de la Major, est entouré d’un filet bleu : il appartient à un gobelet ou à une coupelle (fig. 220 et 221, n° 16).

Fig. 220. Gobelets.

Fig. 220. Gobelets.

Fond de gobelet jaunâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 1), paroi de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 2), paroi de gobelet incolore, soufflé dans un moule, décor de pastilles rondes (n° 3-4), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales puis de grenetis (n° 5), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales (n° 6), fond de gobelet bleuté, soufflé dans un moule, décor de grenetis en cercle (n° 7), fond de gobelets respectivement incolore et bleuté, soufflés dans un moule, décor rayonnant de nervures fines et grenetis en cercles concentriques (n° 8-9), fond degobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales sous le fond et de petites pastilles rondes sur les parois (n° 10), rebord de gobelet incolore, lèvre formée d’un filet bleu appliqué (n° 11), fond et rebord de gobelets verdâtres, non décoré (n° 12-14), fond bleuté d’un gobelet non décoré (n° 15), base d’un gobelet formé d’un cordon bleu (n° 16). 1-5, 11-12 : Alcazar ; 6-9 : place Général-de-Gaulle ; 10 : rue Trinquet ; 13-15 : place Villeneuve-Bargemon ; 16 : Tunnel de la Major. (D. Foy/CCJ).

Fig. 221. Gobelets.

Fig. 221. Gobelets.

Fond de gobelet jaunâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 1), paroi de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 2), paroi de gobelet incolore, soufflé dans un moule, décor de pastilles rondes (n° 3-4), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales puis de grenetis (n° 5), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales (n° 6), fond de gobelet bleuté, soufflé dans un moule, décor de grenetis en cercle (n° 7), fond de gobelets respectivement incolore et bleuté, soufflés dans un moule, décor rayonnant de nervures fines et grenetis en cercles concentriques (n° 8-9), fond degobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales sous le fond et de petites pastilles rondes sur les parois (n° 10), rebord de gobelet incolore, lèvre formée d’un filet bleu appliqué (n° 11), fond et rebord de gobelets verdâtres, non décoré (n° 12-14), fond bleuté d’un gobelet non décoré (n° 15), base d’un gobelet formé d’un cordon bleu (n° 16). 1-5, 11-12 : Alcazar ; 6-9 : place Général-de-Gaulle ; 10 : rue Trinquet ; 13-15 : place Villeneuve-Bargemon ; 16 : Tunnel de la Major. (D. Foy/CCJ).

2.6. Les guttrolfs

31On désigne par guttrolf plusieurs récipients : les plus anciens dont le corps comprend deux parties reliées par plusieurs canaux souvent torsadés font partie du répertoire de la verrerie mérovingienne. Les guttrolfs médiévaux sont des flacons pansus, sortes d’ampoules, dotés d’un goulot divisé en plusieurs canaux. La panse n’est pas forcément partagée en deux contenants comme c’est le cas pour les huiliers-vinaigriers modernes. Le goulot des guttrolfs médiévaux est souvent composé de deux ou plusieurs tubes séparés qui se rejoignent dans la partie supérieure pour ne former qu’une seule embouchure. Ces contenants sont connus dans plusieurs régions : dans les pays germaniques, ils sont essentiellement datés de la fin du xive et xve s. (Baumgartner, Krueger 1988, p. 320-325), dans l’atelier d’Herbeumont au Luxembourg (Fontaine-Hodiamont, Hossey, fig. 23 et pl. IV-12), probablement en activité dans le courant du xive s., un exemplaire est signalé sans que l’on puisse dire s’il fait partie des fabrications locales ; d’autres pièces sont mentionnées en Île-de-France et Périgord. Les découvertes provençales, relativement nombreuses dans les contextes d’habitats et d’ateliers (Foy 1988, p. 240-241) sont considérées comme des produits des officines régionales du xive s., mais les trouvailles signalées de longue date dans les nécropoles de la région bordelaise laissent penser que ces flacons, simples ampoules sphériques emmanchées d’un goulot simple ou double et torsadé, étaient déjà en usage au cours du xiie ou du xiiie s. (Marysse 1986).

32Utilisés pour boire ou pour verser très lentement, voire goutte à goutte (d’où le nom dérivant du latin gutta, goutte ou très petite quantité) ces flacons-guttrolfs sont, comme le suggèrent les trouvailles fréquentes, des objets relativement communs, faisant partie du mobilier du service de table, mais on pourrait aussi imaginer qu’ils servent pour garnir les luminaires d’huile. Ils apparaissent dans les sources écrites provençales sous le nom de cotofle ou cotifle (Foy 1988, p. 240).

33À Marseille, quatre éléments de goulot sont apparus dans des contextes datés de la fin du xiiie et du xive s. Nous en connaissons un à l’Alcazar dans un niveau d’occupation contenant du mobilier de la fin du xiiie s. (fig. 222, n° 1), deux autres dans les fouilles de la place Général-de-Gaulle (fig. 222, n° 2-3) et un dernier à Villeneuve-Bargemon (fig. 222, n° 4), dans un bel assemblage de céramiques et de verres que nous pouvons dater de la première moitié du xive s. Dans ce contexte se trouvent à la fois un goulot formé de deux canaux entrelacés, un goulot avec embouchure (fig. 222, n° 5) qui pourrait être la partie supérieure d’un guttrolf ainsi qu’un fond à culot rentrant et effilé (fig. 222, n° 6). Bien que découverts dans un même niveau, ces éléments peuvent appartenir à des pièces différentes.

Fig. 222. Guttrolfs.

Fig. 222. Guttrolfs.

goulot à deux canaux, verre jaunâtre bien conservé (n° 1), goulot à deux canaux, verre incolore légèrement jaunâtre, irisé (n° 2), goulot à deux canaux, verre incolore légèrement verdâtre, irisé (n° 3), goulot à deux canaux, verre incolore, jaunâtre, terne (n° 4), embouchure d’un goulot verdâtre et fond verdâtre (n° 5), base d’un guttrolf (n° 6). 1 : Alcazar ; 2-3 : place Général-de-Gaulle ; 4-6 : place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).

2.7. Les bouteilles soufflées dans un moule

34Le récipient en verre qui semble le plus usité en Provence et Languedoc méditerranéen, durant tout le xive s., est une bouteille à panse grossièrement sphérique, sans anse et au goulot cylindrique (fig. 223 à 227). Fabriqués dans un verre bleu-vert non décoloré et relativement robuste, ces vases étaient soufflés dans un moule qui a imprimé un décor du fond jusqu’à l’épaulement de la pièce. Le goulot est très souvent agrémenté d’une bague ou de multiples bagues de verre formées en enroulant un cordon de verre laissé lisse ou bien incisé à l’outil pour apparaître godronné. Ces récipients que l’on connaît également en Ligurie (Fossati, Mannoni 1975) en Catalogne (Mach, à paraître) et à Majorque (Capellà Galmès 2002, p. 38-39 et notice 14) sont fabriqués dans des gabarits divers ; nous proposons de voir en eux les « amphores » à mesurer et servir le vin mentionnées dans les textes provençaux (cf. note 21, p. 259), bien qu’ils ne soient pas dotés d’anse. Les modèles les plus réduits, tels ceux que nous connaissons par plusieurs découvertes nîmoises, n’excèdent pas une quinzaine de centimètres de hauteur ; d’autres atteignaient vraisemblablement 35 à 40 cm. Aucune pièce de grand gabarit ne nous est parvenue complète, mais les goulots retrouvés dans les fouilles urbaines d’Avignon et à Marseille laissent imaginer des contenants de grande capacité (Foy 1988, p. 241-250).

Fig. 223. Bouteille soufflée dans un moule.

Fig. 223. Bouteille soufflée dans un moule.

Fond, panse et épaulement d’une bouteille. Décor moulé en creux : sous le fond rosace à 16 pétales ; sur la panse résille composée de grands motifs hexagonaux renfermant un ovale pointé. Sur l’épaulement, ces motifs se rétrécissent. Tout autour se développe un décor de grands motifs hexagonaux renfermant un ovale pointé qui couvre la panse. Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).

Fig. 224. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fig. 224. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fond, panse et épaulement et fragment de goulot d’une bouteille, décor moulé : sous le fond rosace à 12 pétales en relief ; sur la panse treillis de grands losanges emboîtés ; sur l’épaulement : pointillés. Verre bleu-vert,lumineux (n° 1), fond bleu-vert soufflé dans un moule : décor en creux d’une rosace à 12 pétales entourée de petites pastilles rondes disposées en cercles concentriques. La marque du pontil couvre le décor (n° 2). Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).

Fig. 225. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fig. 225. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fond, panse et épaulement et fragment de goulot d’une bouteille, décor moulé : sous le fond rosace à 12 pétales en relief ; sur la panse treillis de grands losanges emboîtés ; sur l’épaulement : pointillés. Verre bleu-vert,lumineux (n° 1), fond bleu-vert soufflé dans un moule : décor en creux d’une rosace à 12 pétales entourée de petites pastilles rondes disposées en cercles concentriques. La marque du pontil couvre le décor (n° 2). Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).

Fig. 226. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fig. 226. Bouteilles soufflées dans un moule.

Goulot tronconique, épaulement et fragments de panse bleu-vert d’une bouteille. Décor d’une résille de motifs hexagonaux et d’ovales sur la panse et l’épaulement. Au deux-tiers de la hauteur du goulot : bague incisée (n° 1), fond bleu-vert à décor obtenu au moule : rosace à 12 pétales entourée de motifs circulaires disposés en cercles concentriques. Le pontil est au-dessus du décor en creux. Ce fond pourrait être associé au goulot précédent (n° 2), fragment de goulot bleu-vert entouré d’un cordon de verre sur deux rangs : ces bagues sont incisées (n° 3). Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).

Fig. 227. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fig. 227. Bouteilles soufflées dans un moule.

Fond bleu-vert soufflé dans un moule, décor en creux d’une rosace entourée de petites pastilles rondes disposées en cercles concentriques (n° 1), goulot à décor rapporté, filet de verre rapporté en zig-zag ou bien filet formant une double bague dont on voit ici le raccord d’un rang à l’autre (n° 2), goulot à décor rapporté, bague incisée (n° 3), fond à décor moulé, rosace entourée de pastilles en cercles concentriques (n° 4, 6), fragment de fond à décor moulé, pastilles en cercles concentriques (n° 5), goulot à double bague rapporté, épaulement d’une bouteille probablement soufflée dans un moule (n° 7), fragments d’un fond à décor moulé, rosace (n° 8), goulot et fond non décorés (n° 9-10). 1 : place Villeneuve-Bargemon ; 2 : Alcazar ; 3-5, 9-10 : place Général-de-Gaulle ; 6 : rue Trinquet ; 7-8 : place Jules-Verne. (D. Foy/CCJ).

35Ces bouteilles qui apparaissent probablement à la fin du xiiie s. semblent toujours utilisées au xve comme en témoignent plusieurs trouvailles italiennes. Les décors sont invariablement des rosaces imprimées sous les fonds, mais sur les panses et jusqu’à l’épaulement, les résilles sont formées de motifs plus variés. Les plus fréquentes sont composées de cellules hexagonales qui se dilatent dans la partie supérieure en ovales ; les treillis de losanges et les cannelures sont plus rares. Les deux bouteilles de grand format provenant de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 223, fig. 224, n° 1 et 225) offrent un décor jusqu’ici non observé de très grands motifs de losanges ou de figures hexagonales emboîtés. Douze pièces au minimum sont comptabilisées dans les fouilles marseillaises, toujours dans des contextes du début du xive s. La moitié a été exhumée des fouilles de la place Villeneuve-Bargemon. Ces vases sont plusieurs fois découverts associés par deux ou trois (fig. 223 à 226 et fig. 227, n° 1) ; un fond au décor caractéristique fait partie du comblement du puits PT2017 de la rue Trinquet (fig. 227, n° 6) ; trois pièces au moins sont dénombrées sur le chantier de la place Général-de-Gaulle par un goulot (fig. 227, n° 3) et deux fonds (fig. 227, n° 4-5) venant de contextes différents ; un second goulot et un fond non décorés pourraient également appartenir à un gros contenant, mais nous ne pouvons pas assurer qu’il s’agit d’une forme identique (fig. 227, n° 9-10). En revanche, un goulot à double bague du chantier de l’Alcazar identifie une bouteille probablement décorée par soufflage dans un moule (fig. 227, n° 2). Deux autres pièces proviennent de la place Jules-Verne : un col à double bague godronnée attenant à un épaulement signale une bouteille probablement de très grand gabarit (fig. 227, n° 7). Des fragments d’un fond orné d’une rosace à 12 pétales en creux, très altérés identifient peut-être un second récipient (fig. 227, n° 8).

2.8. Autres flacons

36Quelques rares éléments signalent des contenants ne formant pas de série. Deux goulots en verre incolore parfaitement transparent sont bagués : l’un provenant de la rue Leca, dans un niveau de surface, est cerclé d’un double filet bleu cobalt ; la qualité du verre et le décor renvoient probablement à une vaisselle du xive s. (fig. 228, n° 1) ; le second, place Villeneuve-Bargemon, dans le contexte du début du xive s. dans lequel sont associés plusieurs verres (fig. 228, n° 2) porte un large cordon festonné de teinte sombre, probablement bleu foncé, veiné de rouge, couleur traduisant le cuivre. En verre incolore verdâtre relativement robuste et bien conservé (fig. 228, n° 3), un goulot à bord légèrement évasé peut être daté du xive s. car il a été trouvé associé au fond moulé de la fig. 227, n° 4.

Fig. 228. Autres flacons.

Fig. 228. Autres flacons.

Goulot large, incolore transparent décoré d’une double bague bleu foncé (n° 1), goulot incolore, transparent, bagué d’un cordon ondé bleu foncé et veiné de rouge (n° 2), goulot cylindrique, bord évasé, verre verdâtre (n° 3). 1 : rue Leca ; 2 : place Villeneuve-Bargemon ; 3 : place Général-de-Gaulle. (D. Foy/CCJ).

3. Les verres de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne

37Le mobilier des derniers temps du Moyen Âge est quasiment absent des chantiers de fouilles de Marseille étudiés : seuls quelques fonds tronconiques sont révélateurs de la vaisselle de table de la fin du xve s. ou du xvie s. Deux pièces provenant de deux contextes de la place Général-de-Gaulle ont été sélectionnées (fig. 229, n° 1-2).

38Les verres d’Époque moderne, relativement peu nombreux, n’ont pas été étudiés dans leur totalité. Seules, quelques pièces décorées ont retenu notre attention ; elles témoignent de l’uniformité de la vaisselle luxueuse dite « façon de Venise » qui se développe à partir du xvie s. Quatre pièces appartenant à cette série sont présentées.

39- Une jambe soufflée dans un moule est composée d’un bulbe à quatre faces décorées : les motifs décoratifs alternent avec deux mufles de lion (fig. 229, n° 3). La base de la jambe comprend dix godrons allongés et la calotte bulbe 17perles. Cet élément a été découvert dans un niveau de la place Villeneuve-Bargemon contenant des céramiques du courant du xvie s. Les verres à jambe à mufle de lion (stelo a protomi leonine) sont fréquemment retrouvés dans toute l’Europe jusqu’en Angleterre (Willmott 2000) et en France ils sont plus particulièrement attestés dans l’est du territoire (Goetz 1990), dans des niveaux de la fin du xvie et du début du xviie s. Ils ont été produits dans plusieurs ateliers aux mains de verriers émigrés d’Altare, mais ils ont fait également l’objet d’importations comme en témoigne leur présence dans la cargaison de l’épave de Gnalic en Adriatique (Lazar, Willmott 2006, p. 35-39). Ces produits n’étaient pas encore signalés en Provence.

40Les multiples moules dédiés à l’image du lion permettaient d’obtenir de nombreuses variantes. Celui qui fut utilisé pour la pièce marseillaise offre un beau relief : les joues, la truffe et le menton du fauve accentués sont presque des demi sphères, les arcades sourcilières très marquées se prolongent en volutes qui signifient les oreilles, la barbe bien dessinée est divisée en six lobes. Les motifs décoratifs qui séparent les mufles sont composés d’une olive flanquée de quatre lignes en accolade formant un cartouche. Cette composition est proche de certaines pièces de Montbéliard (Goetz 1990), et du typeV défini dans les collections des musées royaux de Bruxelles (Lefrancq 2010), mais elle s’en sépare par le motif décoratif plus complet (4lignes sinueuses en accolades contre 2 dans les collections belges) et la base à 12godrons bien séparés.

41- Les trois autres verres à jambe sélectionnées viennent d’un même contexte de la place Jules-Verne regroupant une dizaine de verres du xviie s. Une pièce au profil complet présente une coupe conique portée par une jambe à double bulbe côtelé, soufflée dans un moule (n° 84). Les deux autres pièces, des tazza, ont une jambe massive moulurée. La coupe plus évasée que celle de l’exemplaire précédent devait être tronconique (fig. 229, n° 5) ou bien très large et basse (fig. 229, n° 6).

42Un fragment de rebord vertical soufflé dans un verre émeraude est doté d’un décor gravé dont le style (rayures parallèles remplissant les motifs) et l’iconographie (feuillages stylisés) rappellent les productions de la fin du xvie et de la première moitié du xviie s. (fig. 229, n° 7) émanant de plusieurs ateliers européens.

Fig. 229. Verres de la fin du XVe s. et de l’époque Moderne.

Fig. 229. Verres de la fin du XVe s. et de l’époque Moderne.

Pied tronconique refoulé, incolore, irisé (n° 1), pied tronconique refoulé, grisâtre (n° 2), jambe incolore soufflée dans un moule portant deux motifs décoratifs alternant avec deux mufles de lion ; la suture du moule passe sur les motifs décoratifs (n° 3), verre conique à jambe soufflée dans un moule (n° 4), jambes pleines et moulées de verres à large coupe (n° 5-6), rebord vert émeraude à décor incisé, probablement XVIIe s. (n° 7). 1-2 : place Général-de-Gaulle ; 3 : place Villeneuve-Bargemon ; 4-6 : place Jules-Verne ; 7 : rue Leca. (D. Foy/CCJ).

Notes

20 Délibérations de la commune de Marseille en 1331 interdisant la sortie du verre brisé et fixant son prix avec obligation de le vendre à la ville ou au four du verrier  : Foy 1988, 39 et Annexe s 4 à 6.

21 Baratier, Reynaud 1951, p. 264, note 5  ; Foy 1988, p. 249-250. Ces amphores sont probablement des carafes de divers gabarits et dont la capacité est certifiée. Elles étaient utilisées chez les taverniers, mais sans doute aussi pour acheter au détail divers liquides  : huile, sauces, vins

22 C’est le cas à Tuscania où furent trouvés, dans le comblement de fosses daté de la fin du XIVe s., divers gobelets à gouttes appliquées et étirées : Whitehouse 1987.

23 En 1406 à Murano, parmi plusieurs milliers de verre provenant d’une saisie et mis aux enchères apparaissent ces gobelets « imperlatis » : Zecchin 1987, p. 36.

24 Le saffre per colorar veyre est mentionné au début du XIVe s. à l’entrée d’Avignon, mais son origine n’est pas indiquée : Pansier 1926, À travers le verre, p. 40. Le terme chafarone tantôt assimilé au saffre ou zaffera (Zecchin 1987, vol. 1, p. 108-113) ou bien au saphir (Bienvenu, Lautier, p. 73, note 28) est mentionné dans le traité d’Antoine de Pise, verrier en activité en Italie à la fin du XIVe s. et au début du siècle suivant ; sa provenance allemande est clairement notée  : « L’accurro si se fa d’una pietra che se porta de la Magna che à se nome chafarone ».

25 Fouilles de la place Camille-Jullian à Bordeaux dans des contextes du XIIIe s. ; inédit.

Table des illustrations

Titre Fig. 213. Verres à cendres potassiques ( ?) XIIe s. ?
Légende Verres bitronconiques (n° 1-2 et 4), pied annulaire (n° 3), pied d’un verre à tige (n° 5). 1-3 : Puget III ; 4-5 : place Villeneuve-Bargemon (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Titre Fig. 214. Gobelets à gouttes appliquées.
Légende Parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 1-4, 16-17), parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 5-6, 11-15), fonds de gobelet (n° 8-10), gobelets à décor de gouttes appliquées (n° 7, 18). 1-4, 8 : Alcazar ; 5-6, 9-10 : place Villeneuve-Bargemon ; 7 : Tunnel de la Major ; 11-17 : place Général-de-Gaulle ; 18 : rue Trinquet. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 215. Gobelets à gouttes appliquées.
Légende Parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 1-4, 16-17), parois de gobelets décorées d’une goutte de verre appliquée et étirée (n° 5-6, 11-15), fonds de gobelet (n° 8-10), gobelets à décor de gouttes appliquées (n° 7, 18). 1-4, 8 : Alcazar ; 5-6, 9-10 : place Villeneuve-Bargemon ; 7 : Tunnel de la Major ; 11-17 : place Général-de-Gaulle ; 18 : rue Trinquet. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-3.png
Fichier image/png, 589k
Titre Fig. 216. Verres bicolores.
Légende Vaisselle bleu cobalt à filets blancs marbrés. Alcazar. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 217. Verres bicolores.
Légende Vaisselle bleu cobalt à filets blancs marbrés. Alcazar. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-5.png
Fichier image/png, 394k
Titre Fig. 218. Verres à tige.
Légende Fragment d’une coupe côtelée d’un verre à tige, bleu-vert (n° 1), tige pleine, bleu-vert (n° 2), base de la coupe d’un verre à tige creuse, décor appliqué bleu, verre incolore (n° 3), verre à tige pleine, base de la coupe évasée entourée d’un cordon plissé, verre incolore, très irisé (n° 4), verre à tige pleine, verre verdâtre lumineux (n° 5), verre à tige à coupe très évasée reposant sur un bouton plat, incolore (n° 6), verre à tige creuse entourée d’un cordon plissé bleu (n° 7), fragment d’un pied de verre à tige ? (n° 8). 1 : rue Trinquet ; 2-3 : Alcazar ; 4-6, 8 : place Général-de-Gaulle ; 7 : place Jules-Verne. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-6.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 219. Gobelet à côtes hélicoïdales.
Légende Rebord (n° 1), base (n° 2-6). 1-2 : place Général-de-Gaulle ; 3 : Îlot 24N ; 4-6 : Alcazar. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-7.png
Fichier image/png, 155k
Titre Fig. 220. Gobelets.
Légende Fond de gobelet jaunâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 1), paroi de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 2), paroi de gobelet incolore, soufflé dans un moule, décor de pastilles rondes (n° 3-4), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales puis de grenetis (n° 5), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales (n° 6), fond de gobelet bleuté, soufflé dans un moule, décor de grenetis en cercle (n° 7), fond de gobelets respectivement incolore et bleuté, soufflés dans un moule, décor rayonnant de nervures fines et grenetis en cercles concentriques (n° 8-9), fond degobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales sous le fond et de petites pastilles rondes sur les parois (n° 10), rebord de gobelet incolore, lèvre formée d’un filet bleu appliqué (n° 11), fond et rebord de gobelets verdâtres, non décoré (n° 12-14), fond bleuté d’un gobelet non décoré (n° 15), base d’un gobelet formé d’un cordon bleu (n° 16). 1-5, 11-12 : Alcazar ; 6-9 : place Général-de-Gaulle ; 10 : rue Trinquet ; 13-15 : place Villeneuve-Bargemon ; 16 : Tunnel de la Major. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-8.png
Fichier image/png, 573k
Titre Fig. 221. Gobelets.
Légende Fond de gobelet jaunâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 1), paroi de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor de nervures verticales (n° 2), paroi de gobelet incolore, soufflé dans un moule, décor de pastilles rondes (n° 3-4), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales puis de grenetis (n° 5), fond de gobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales (n° 6), fond de gobelet bleuté, soufflé dans un moule, décor de grenetis en cercle (n° 7), fond de gobelets respectivement incolore et bleuté, soufflés dans un moule, décor rayonnant de nervures fines et grenetis en cercles concentriques (n° 8-9), fond degobelet verdâtre, soufflé dans un moule, décor rayonnant de pétales sous le fond et de petites pastilles rondes sur les parois (n° 10), rebord de gobelet incolore, lèvre formée d’un filet bleu appliqué (n° 11), fond et rebord de gobelets verdâtres, non décoré (n° 12-14), fond bleuté d’un gobelet non décoré (n° 15), base d’un gobelet formé d’un cordon bleu (n° 16). 1-5, 11-12 : Alcazar ; 6-9 : place Général-de-Gaulle ; 10 : rue Trinquet ; 13-15 : place Villeneuve-Bargemon ; 16 : Tunnel de la Major. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-9.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 222. Guttrolfs.
Légende goulot à deux canaux, verre jaunâtre bien conservé (n° 1), goulot à deux canaux, verre incolore légèrement jaunâtre, irisé (n° 2), goulot à deux canaux, verre incolore légèrement verdâtre, irisé (n° 3), goulot à deux canaux, verre incolore, jaunâtre, terne (n° 4), embouchure d’un goulot verdâtre et fond verdâtre (n° 5), base d’un guttrolf (n° 6). 1 : Alcazar ; 2-3 : place Général-de-Gaulle ; 4-6 : place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-10.png
Fichier image/png, 162k
Titre Fig. 223. Bouteille soufflée dans un moule.
Légende Fond, panse et épaulement d’une bouteille. Décor moulé en creux : sous le fond rosace à 16 pétales ; sur la panse résille composée de grands motifs hexagonaux renfermant un ovale pointé. Sur l’épaulement, ces motifs se rétrécissent. Tout autour se développe un décor de grands motifs hexagonaux renfermant un ovale pointé qui couvre la panse. Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-11.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig. 224. Bouteilles soufflées dans un moule.
Légende Fond, panse et épaulement et fragment de goulot d’une bouteille, décor moulé : sous le fond rosace à 12 pétales en relief ; sur la panse treillis de grands losanges emboîtés ; sur l’épaulement : pointillés. Verre bleu-vert,lumineux (n° 1), fond bleu-vert soufflé dans un moule : décor en creux d’une rosace à 12 pétales entourée de petites pastilles rondes disposées en cercles concentriques. La marque du pontil couvre le décor (n° 2). Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-12.png
Fichier image/png, 149k
Titre Fig. 225. Bouteilles soufflées dans un moule.
Légende Fond, panse et épaulement et fragment de goulot d’une bouteille, décor moulé : sous le fond rosace à 12 pétales en relief ; sur la panse treillis de grands losanges emboîtés ; sur l’épaulement : pointillés. Verre bleu-vert,lumineux (n° 1), fond bleu-vert soufflé dans un moule : décor en creux d’une rosace à 12 pétales entourée de petites pastilles rondes disposées en cercles concentriques. La marque du pontil couvre le décor (n° 2). Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-13.png
Fichier image/png, 135k
Titre Fig. 226. Bouteilles soufflées dans un moule.
Légende Goulot tronconique, épaulement et fragments de panse bleu-vert d’une bouteille. Décor d’une résille de motifs hexagonaux et d’ovales sur la panse et l’épaulement. Au deux-tiers de la hauteur du goulot : bague incisée (n° 1), fond bleu-vert à décor obtenu au moule : rosace à 12 pétales entourée de motifs circulaires disposés en cercles concentriques. Le pontil est au-dessus du décor en creux. Ce fond pourrait être associé au goulot précédent (n° 2), fragment de goulot bleu-vert entouré d’un cordon de verre sur deux rangs : ces bagues sont incisées (n° 3). Place Villeneuve-Bargemon. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-14.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 227. Bouteilles soufflées dans un moule.
Légende Fond bleu-vert soufflé dans un moule, décor en creux d’une rosace entourée de petites pastilles rondes disposées en cercles concentriques (n° 1), goulot à décor rapporté, filet de verre rapporté en zig-zag ou bien filet formant une double bague dont on voit ici le raccord d’un rang à l’autre (n° 2), goulot à décor rapporté, bague incisée (n° 3), fond à décor moulé, rosace entourée de pastilles en cercles concentriques (n° 4, 6), fragment de fond à décor moulé, pastilles en cercles concentriques (n° 5), goulot à double bague rapporté, épaulement d’une bouteille probablement soufflée dans un moule (n° 7), fragments d’un fond à décor moulé, rosace (n° 8), goulot et fond non décorés (n° 9-10). 1 : place Villeneuve-Bargemon ; 2 : Alcazar ; 3-5, 9-10 : place Général-de-Gaulle ; 6 : rue Trinquet ; 7-8 : place Jules-Verne. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-15.png
Fichier image/png, 161k
Titre Fig. 228. Autres flacons.
Légende Goulot large, incolore transparent décoré d’une double bague bleu foncé (n° 1), goulot incolore, transparent, bagué d’un cordon ondé bleu foncé et veiné de rouge (n° 2), goulot cylindrique, bord évasé, verre verdâtre (n° 3). 1 : rue Leca ; 2 : place Villeneuve-Bargemon ; 3 : place Général-de-Gaulle. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-16.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 229. Verres de la fin du XVe s. et de l’époque Moderne.
Légende Pied tronconique refoulé, incolore, irisé (n° 1), pied tronconique refoulé, grisâtre (n° 2), jambe incolore soufflée dans un moule portant deux motifs décoratifs alternant avec deux mufles de lion ; la suture du moule passe sur les motifs décoratifs (n° 3), verre conique à jambe soufflée dans un moule (n° 4), jambes pleines et moulées de verres à large coupe (n° 5-6), rebord vert émeraude à décor incisé, probablement XVIIe s. (n° 7). 1-2 : place Général-de-Gaulle ; 3 : place Villeneuve-Bargemon ; 4-6 : place Jules-Verne ; 7 : rue Leca. (D. Foy/CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3646/img-17.png
Fichier image/png, 113k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search