Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Chapitre 9. La fin d’un monde, le dernier quart du XVIIIe s

Véronique Abel

Texte intégral

1La céramique utilisée à Marseille vers la fin du XVIIIe s. était très mal connue jusqu’à la fouille de la place Villeneuve-Bargemon qui a livré deux lots de mobilier provenant de deux unités stratigraphiques, proches mais non connexes, d’un peu moins de cinq cents fragments qu’un intéressant élément de datation a permis de placer dans les dernières années de ce siècle (tableau VII).

Tableau VII : le contexte de l’Hôtel-Dieu du début du XVIIIe s. (unité stratigraphique 2153).

Catégories

Fragments

 %

NMI

 %

Faïence de Ligurie

1

0,21

1

1,18

Faïence de Montelupo

2

0,43

1

1,18

Faïence de Provence

51

10,85

12

14,11

Pipe d’Europe du Nord

1

0,21

1

1,18

Poterie réfractaire de la Drôme/Nord-Vaucluse

1

0,21

1

1,18

Poterie réfractaire de Vallauris

14

2,98

4

4,71

Terre vernissée d’Albisola

16

3,4

4

4,71

Terre vernissée de Biot

3

0,64

2

2,35

Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

372

79,15

51

60

Terre vernissée de Ligurie

3

0,64

2

2,35

Terre vernissée dite « faïence fine » de Marseille

6

1,28

6

7,06

Total

470

85

1. Les terres vernissées dites « faïence fine »

2Durant cette période apparaît une nouvelle catégorie de terre vernissée plus fine qui se rapproche de la faïence et que l’on appelle ainsi « faïence fine ». On la retrouve aussi bien dans les productions locales que plus éloignées, dont témoigne l’archéologie marseillaise.

1.1. Les productions marseillaises

3L’étude du mobilier des deux contextes de la place Villeneuve-Bargemon avait révélé une nouvelle catégorie dans le mobilier moderne de Marseille. Quelques années plus tard, la fouille de l’Hôtel-Dieu est venue confirmer l’homogénéité de ce mobilier par un dépotoir relativement riche, avec la présence d’une terre vernissée dite « faïence fine de Marseille » pour laquelle deux rappels sont nécessaires : l’un sur la nature exacte de cette catégorie et l’autre sur sa « nouveauté ». Cette céramique, dont la pâte est claire à cassure granuleuse après cuisson donc fort différente de celle de la terre vernissée et de la faïence locales, est façonnée selon des techniques qui semblent issues ou inspirées pour l’essentiel des techniques faïencières, comme le moulage et le calibrage, alors que son revêtement est un vernis transparent en tonalités de jaune couvrant tout l’objet. Longtemps en Provence, terre vernissée et faïence semblent vivre dans des mondes séparés, ne partageant que peu en techniques ou matières premières, tout au moins en apparence.

4La rareté et l’originalité des objets, leur absence avant l’extrême fin du XVIIIe s. dont les niveaux archéologiques sont assez peu exploités, expliquent qu’elle soit passée inaperçue ou mal identifiée jusqu’à la découverte de la « boîte à épices » de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 201, n° 1). Échappant de justesse à un obscur destin de cendrier contemporain, cet objet était identique à deux autres conservés dans les collections du Musée de la faïence (Maternati-Baldouy 1997, p. 289), dont l’une était signée par Martin, faïencier « hors la Porte d’Aix, 1791 ». Joseph-HenriMartin était mentionné par l’abbé G.Arnaud d’Agnel dès 1910 (Arnaudd’Agnel 1910, p. 163, 456, 461) qui ne pouvait alors lui attribuer de pièce, mais qui le faisait dans un ouvrage postérieur.

Fig. 201. Terre vernissée « faïence fine » de Marseille. Boîte à épices (n° 1), écuelles (n° 2-3) (fin du XVIIIe s.).

Fig. 201. Terre vernissée « faïence fine » de Marseille. Boîte à épices (n° 1), écuelles (n° 2-3) (fin du XVIIIe s.).

1 : place Villeneuve-Bargemon° ; 2 : place Général-de-Gaulle ; 3 : la Fourragère ; 4 : la Parette.

5Cette « boîte à épices » de forme ovale et imitant un panier d’osier, en terre vernissée dite « faïence fine » a été fabriquée à Marseille à la fin du XVIIIe s. Celle-ci mesure 4 cm de haut sur 11 cm d’ouverture dans sa plus grande largeur. L’extérieur est décoré d’une imitation de vannerie en léger relief. Trois compartiments déterminés par deux parois divisent l’intérieur de l’objet, le premier compartiment équivalant aux deux autres réunis. Le bord droit à canal intérieur était sans doute destiné à supporter un couvercle. Quatre traces d’attaches sur la lèvre témoignent de l’existence de deux anses latérales, recouvertes de vernis plus foncé, de tonalité brun-verdâtre. Un éclat situé près du pied permet de comprendre la mise en œuvre de cet objet exceptionnel : la paroi extérieure, en deux plaques préalablement moulées en relief, a été posée autour du fond et des parois des compartiments déjà en place, les extrémités des parois se trouvant réunies sur les petits côtés.

6Alors que la terre de cet objet est très claire, presque blanche, le pied porte une trace d’arrachement d’un objet en pâte rouge dont le vernis s’est collé à celui de la boîte à épices pendant la cuisson. Il pourrait s’agir d’une pernette, ou de l’appendice d’un autre objet en cas de cuisson en échappade, ce type de disposition des pièces dans le four étant plutôt le fait des potiers. Une signature a été gravée sous le fond. Hélas, elle demeure en grande partie illisible, car elle s’est empâtée dans l’argile fraîche et a été recouverte de vernis jaune. On pense pouvoir y distinguer : « L … /…ort ».

7Deux objets identiques à celui de la fouille de la place Villeneuve-Bargemon, conservés jusqu’à récemment au musée de la Faïence de Marseille à la Campagne Pastré, sont à l’origine de l’identification de la pièce du chantier. Ces pièces remarquables sont signées et permettent d’attribuer la pièce archéologique à un atelier marseillais de la fin du XVIIIe s., celui de Joseph-HenriMartin situé près de la porte d’Aix (Maternati-Baldouy 1997, 289). L’un des objets exposés au musée de la Faïence a des reliefs moulés à effets de vannerie en panneaux verticaux et l’autre des reliefs fleuris, très prononcés, évoquant les tissus imprimés. Leurs dimensions sont communes et identiques à l’exemplaire de la fouille de Bargemon. Leurs bords sont en lobes festonnés. Selon le catalogue, le premier, à panneaux, porte au revers l’inscription « fabrique de …in° » et le second « fabrique de Martin hors la porte d’Aix, 1791 ». Selon les cartels des vitrines du musée, cette marque plus explicite se trouve sous l’exemplaire à vannerie en panneaux verticaux, l’exemplaire à reliefs fleuris portant « fabrique de Martin° ». La tonalité du vernis des deux pièces n’est pas semblable. L’exemplaire à vannerie est plus foncé et plus rouge, des taches d’oxyde de fer étant visibles à l’intérieur. Les restaurations, à l’identique, subies par les objets ne sont pas mentionnées. On peut cependant les déceler : la base de la boîte à décor fleuri est en grande partie reconstituée et les traces d’arrachement des préhensions des deux boîtes ont été dissimulées par une reprise à l’identique du bord ondé. On remarque aussi une couleur plus foncée dans cette partie des vases. Les anses semblent avoir été façonnées dans une terre plus foncée, ou recouvertes d’engobe rouge. Aucun autre objet, couvercle ou pièce de vaisselle ne se trouve exposé ou publié. Joseph-HenriMartin est signalé dès 1810 par Arnaudd’Agnel (Arnaudd’Agnel 1910, p. 165 notamment) qui ne peut cependant lui attribuer de pièce. Il signale sa présence à des assemblées de corporation pendant la Révolution et les mentions de ses ateliers jusqu’au milieu du xixe s.

8La boîte à épice de la place Villeneuve-Bargemon identifiée, une série « d’objets » (en réalité des tessons de très petite taille), provenant de ce chantier ou de fouilles antérieures et dont l’origine restait mystérieuse, a pu lui être rattachée. Il en va de même pour quelques restes d’objets archéologiques similaires en pâte, façonnage et revêtement, représentant peu de volume dans le mobilier de la fin du XVIIIe s. de la place Villeneuve-Bargemon (2,3 % des fragments des deux contextes de la même date, 11 % des objets recensés).

9Un fragment de couvercle a été associé hypothétiquement à la boîte à épices (fig. 201, n° 1). Il n’est pas possible de déterminer si ce couvercle, très fragmentaire, était rond ou ovale. Il est surmonté d’un frétel, très partiellement conservé, semblant figurer des végétaux. Une oreille de forme triangulaire a une surface granuleuse, signe par exemple d’un vernis mal tamisé ou d’un accident de cuisson (inv. 52.02.10740). Une seconde oreille, particulièrement fragmentaire, a bénéficié d’un décor en relief, imprimé ou moulé, en forme de croix (inv. 52.02.10741).

10Bien que discrète sur le site de l’Hôtel-Dieu aussi (1,3 % des fragments, 7 % des objets), cette production est désormais très significative et permet de dater avec davantage de certitude les mobiliers de la fin du XVIIIe s. Les écuelles sont un peu plus présentes (fig. 202). Le profil de l’une d’entre elles est complet, bien que manquent centre et oreille (fig. 202, n° 1) ; le large fond est légèrement dégagé et creux, les parois peu épaisses et à courbe continue, le travail manifestement très soigné. Deux appendices issus d’autres écuelles disparues permettent d’appréhender plus complètement ces objets si courants pendant la période moderne dans leur version en terre vernissée fine de Marseille (fig. 202, n° 2-3) : l’oreille de forme globalement triangulaire est large et plate et légèrement festonnée.

11Encore dénommé « écuelle », par défaut et par parenté avec ce récipient, un petit vase d’environ 5 cm de haut et 9,5 cm de diamètre à pied dégagé, est agrémenté d’une queue tubulaire, incomplète ici, et d’un bec pincé sur la gauche (fig. 202, n° 4). L’objet est très soigné aussi. Deux autres pièces très lacunaires, à bord mouluré identique, potentielles écuelles verseuses, sont recensées (inv. 155.09.2671 et 2726). La fonction de ce petit récipient n’est pas des plus claires. Bec pincé et queue évoquent une utilisation plus pratique que décorative et si la finesse des appendices démontrent que l’élégance était recherchée, on peine à trouver une explication satisfaisante tenant compte de ces deux observations.

12Le fond d’une tasse à paroi verticale, de forme dite « litron° » est malheureusement très morcelé (fig. 202, n° 5) mais une pièce de comparaison est connue dans les niveaux supérieurs du chantier de Saint-Jean-du-Désert de 1994 (par l’auteur) (inv. 53.94.201) et une autre tasse litron est issue de la place Villeneuve-Bargemon (inv. 52.02.10739). Cette tasse a pu être utilisée avec une soucoupe de ce même mobilier, de forme droite elle aussi (inv. 52.02.10738). Ces types de tasse et de soucoupe sont connues dans les répertoires de faïence de la seconde moitié du XVIIIe s. (Maternati-Baldouy 1997, p. 171-172, 276-277).

13On peut adjoindre à cette liste un vase sur pied mouluré dont l’intérieur a été recreusé au tournage et par tournassage, puis recouvert de vernis jaune (fig. 202, n° 6). Aucun autre fragment récolté ne peut faire entrevoir le reste de la forme, qu’il s’agisse d’un chandelier ou toute pièce à tige.

Fig. 202. Terre vernissée « faïence fine » de Marseille.

Fig. 202. Terre vernissée « faïence fine » de Marseille.

Écuelles (n° 1-3), écuelle verseuse (n° 4), fond de tasse-litron (n° 5), pied de vase de forme (n° 6) (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

14Ces productions marseillaises semblent au total assez modestes par rapport à ce qui commence à se faire dans le reste de l’Europe : les seuls objets identifiés dans les collections publiques ne sont pas très recherchés et les témoignages archéologiques sont minces. L’argile est très claire, de couleur blanche à sable clair. Or l’argile locale, chargée en oxyde de fer, cuit rouge, et la terre des faïences stannifères marseillaises n’est pas blanche. Comment un atelier marseillais a-t-il pu produire des objets à pâte cuisant blanc ? Plusieurs explications sont à envisager : l’importation de terre, l’adjonction d’un additif qui rendrait la terre claire à la cuisson, une improbable cuisson spécifique sans oxydation du biscuit.

15Aucun objet, de collection publique ou privée, exposé ou publié, ne permet pour l’instant de compléter virtuellement l’ébauche de typologie de la terre vernissée fine de Marseille fournie par l’archéologie et entamée précisément grâce à un catalogue de musée. Bien des points restent à élucider au-delà de la typo-chronologie sur laquelle nous fondons de raisonnables espoirs, comme l’approvisionnement en terre blanche qui vient d’être évoqué ou encore l’emplacement de l’atelier dans le quartier marseillais de la porte d’Aix, en pleine restructuration urbaine à l’heure actuelle.

16L’examen de cet embryon de série conduit aussi au constat d’une parenté technologique manifeste avec la faïence stannifère. La faïence de France méridionale s’est principalement développée au XVIIIe s., chronologie particulière qui l’a sans doute conduite à privilégier des techniques de façonnage proto-industrielles par moules et calibres notamment. Ce sont ces choix de façonnage qui se retrouvent dans les terres vernissées dites « faïence fine de Marseille ».

1.2. Le Vaucluse

17Un autre type de « faïence fine » (de terre vernissée fine) serait produit depuis les années 1730 à Castellet dans le Vaucluse, puis à Apt selon les historiens de l’art. Ces productions sont connues dans le monde de l’histoire de l’art car elles sont caractéristiques et très recherchées (terres mêlées, vases à reliefs rappelant l’argenterie) et auraient duré assez longtemps. Elles sont cependant très peu documentées par l’archéologie. Un bord d’assiette très simple figure dans le mobilier de la place Villeneuve-Bargemon (inv. 52.02.10357).

2. Les faïences

18La faïence stannifère traditionnelle est encore relativement présente à cette époque. Avec un peu plus du dixième du mobilier environ, elle se maintient à peu près au niveau qu’elle avait tout au long du XVIIIe s. dans le mobilier archéologique. La production « régionale » (les origines marseillaise et provençale indistinctes car non distinguables selon nos critères) est préférée à l’italienne qui n’est mentionnée que grâce à un bord de plat non décoré pour la Ligurie (inv. 155.09.2632) et un fond de vase fermé, potentiellement résiduel, pour celle de Montelupo (inv. 155.09.2631).

19La faïence stannifère de tradition provençale (11 % des fragments, 14 % des objets), bien que tout autant morcelée, est toutefois un peu plus perceptible que la « terre vernissée fine de Marseille » car elle est étudiée et répertoriée depuis la fin du xixe s. par les amateurs d’art (fig. 203). Ce sont toutefois plus souvent les décors qui ont suscité les passions et rares sont les pièces de l’Hôtel-Dieu qui ont reçu autre chose qu’un émail immaculé ; les rapprochements sont donc difficiles.

2.1. La vaisselle

20Deux écuelles sont connues toutes deux par une seule de leurs oreilles auxquelles était encore raccroché un vestige de bord. Ces appendices sont moulés, très plats et à bord légèrement sinueux (fig. 203, n° 1-2). Le bord du bassin est des plus simples.

21Simples aussi sont les assiettes blanches sans décor, que ce soit les formes complètes (fig. 203, n° 4 et inv. 52.02.10353) ou le bord à émail très légèrement gris bleuté (inv. 155.09.2675), de même que le très grand plat blanc non décoré dont ne subsiste qu’un fond, de 8 mm d’épaisseur, une très forte assise pour une faïence (inv. 155.09.2707). D’autres assiettes n’ont pas de décor peint, mais sont animées de reliefs sur l’aile, un bord ondulé ou chantourné (inv. 52.02.10425 et 10355).

22Un bord d’assiette est orné d’une classique frise de bâtonnets bleus (inv. 52.02.10350). Cette frise connaît un succès certain depuis son apparition à la fin du XVIIe s. On la retrouve sur un plat dont le fond dégagé de 11 cm de diamètre est classique, mais dont les parois à courbe continue sont terminées par une aile très courte d’un centimètre et demi de large à bord en accolades qui en fait l’originalité. Sur un émail d’une blancheur laissant à désirer s’organisait un décor floral jaune, aujourd’hui des plus fragmentaires, auquel la frise de bâtonnets fait écho le long de la lèvre sinueuse (inv. 52.02.10347).

23Un plat a été décoré d’une frise de broderies polychromes dont le cerne n’est pas tracé au traditionnel manganèse, mais chatironné en jaune (52.02.10349).

24On remarque enfin un fragment de couvercle à décor polychrome dans le goût de ce qui a fait la réputation de Marseille dans le domaine de la faïence, un décor floral rappelant ceux qui sont attribués au faïencier Fauchier (inv. 52.02.10348).

25Rappelant la tasse en « terre vernissée fine de Marseille » (fig. 203, n° 5), une tasse-litron blanche n’est pas mieux conservée (inv. 155.09.2667). Cette forme droite est bien identifiée dans les répertoires de faïence stannifère de la seconde moitié du XVIIIe s. (Maternati-Baldouy 1997, p. 171-172, 276-277).

26Grâce à la présence du départ d’un opercule partiel sur la lèvre d’une écuelle, celle-ci a pu être identifiée comme un biberon de malade (fig. 203, n° 3), une forme inconnue jusque là dans la céramique issue des fouilles de Marseille.

2.2. Les pots de pharmacie

27Nouveaux aussi parmi le mobilier archéologique marseillais se trouvent deux pots de pharmacie à spécialité mentionnée sur le vase.

28Le premier fragment est un tesson de panse globulaire à décor bleu sur émail blanc (fig. 203, n° 8). L’orientation hypothétique envisagée en l’absence de tout bord ou fond le ferait classer parmi les pots de monstre (du verbe monstrare) ou les chevrettes (une variété de cruche), ceci sous toutes réserves, car on remarque un départ d’appendice dans la zone supérieure du tesson. Un décor très couvrant au bleu de cobalt s’étend de part et d’autre d’une zone réservée où n’est placée que la mention de la spécialité que le pot était destiné à conserver.

29Un blason figure sous ce bandeau. Il ne correspond pas à celui de l’Hôtel-Dieu de Marseille qui regroupe la colombe du Saint-Esprit et les coquilles de saint Jacques de Galice, symboles des deux ordres religieux qui y sont rassemblés, à moins que les deux objets figurant de part et d’autre de la croix à double traverse (ou croix archiépiscopale) ne soient des coquilles Saint-Jacques librement interprétées.

30Les pots de pharmacie ont su très tôt intéresser les amateurs d’art qui les ont plus volontiers considérés sous l’angle des arts décoratifs que pour leur fonction, pourtant accessible grâce à l’indication de leur contenu porté par le fabricant sur le vase dès le milieu du XV e s. environ, en Espagne et en Italie (Drey 1984, p. 11). Les vases sans inscription restent toutefois les plus courants, car ils autorisent l’apothicaire à changer le contenu à sa guise.

31La partie la plus significative de la spécialité du premier pot de l’Hôtel-Dieu de Marseille posée par le faïencier avant cuisson du vase a été par chance conservée. « …Lilior. » indique vraisemblablement l’Oleum liliorum alborum, macérât huileux de fleurs de lys (dont un exemple sur pot de faïence est donné par Drey 1984, p. 120). Le lilium candidum offre vers la fin du mois de mai en Provence ses pétales qui, mis à tremper dans de l’huile (parfois aussi dans de l’alcool), sont réputés guérir de nombreuses affections de la peau.

32Un second vase (fig. 203, n° 9), interprété comme un pot de pharmacie, tronconique à paroi rectiligne dans la partie conservée, est orné d’une frise végétale horizontale en bleu de cobalt, placée sous une inscription fragmentaire « phe » au manganèse.

Fig. 203. Faïences provençales.

Fig. 203. Faïences provençales.

Écuelles (n° 1-3), assiette (n° 4), fond de tasse-litron (n° 5), pots (n° 6-7), pots à pharmacie (n° 8-9) (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

33Deux chevrettes pharmaceutiques, attribuées à Montpellier (Drey 1984, p. 71, 73) arborent des feuilles identiques à celles du fragment de l’Hôtel-Dieu. Le fruit charnu placé sous le bandeau semble assez couramment utilisé pour orner les bandeaux d’indications de substances.

34Les lettres « phe » sont moins explicites que la mention « Lilior » portée sur le pot précédent. Il s’agit de l’attaque d’un mot car la lettre P est précédée d’une zone laissée blanche sur 7 mm, les deux espaces séparant les trois lettres présentes n’étant que de 1,6 et 2,3 mm. Cette première syllabe potentiellement fragmentaire est assez peu répandue tant en français qu’en latin, les deux langues également utilisées pour désigner les simples ou les préparations pharmaceutiques, parfois complétées par noms vernaculaires. Les plantes médicinales constituent l’essentiel de l’arsenal thérapeutique du XVIIIe s., mais d’autres substances, minérales ou animales sont utilisées dans la pharmacopée.

35La syllabe « phe » pourrait appartenir à plusieurs mentions de substances. La datte, utilisée dans la pharmacopée moderne provient du Phoenix dactylifera dont on tire aussi le « vin de Palmier » (Fournier 2010-1947, p. 337). Il existe aussi une plante nommée « phénope » (Fournier 2010-1947, p. 545), la laitue des murailles. Si l’eau de laitue figure bien par exemple dans l’inventaire de l’Hôtel-Dieu Saint-Nicolas de Tarascon, elle est orthographiée « eau de leteu » (Desnuelle 1995, p. 57). L’hypothèse d’un pot de faïence dédié à la phénope paraît moins convaincante, et bien sûr moins séduisante, que celle qui verrait enfin le pot abriter de la phellandre, Œnanthe phellandrium (Fournier 2010-1947, p. 690-692). Cette plante, hautement toxique aussi appelée « ciguë aquatique » intéressa la thérapeutique à partir du XVIIIe s. où elle est d’abord préconisée contre la fièvre et la tuberculose, puis volontiers prescrite contre la phtisie (tuberculose pulmonaire) et de nombreuses autres affections.

36La fouille de ces niveaux archéologiques de la fin du XVIIIe s. offre-t-elle une illustration inattendue des pratiques médicales de l’établissement de santé de l’Hôtel-Dieu de Marseille, parfaitement en accord avec ce qui se pratiquait à cette époque ? On peut l’envisager.

37Un fragment de panse et de base ou d’épaule de vase ne présente en revanche aucun décor sur son émail blanc et pourrait être un autre pot de pharmacie ou, selon la représentation que nous avons privilégiée, le couvercle d’un de ceux-ci (fig. 203, n° 6). Un vase fermé à col, sans décor sur son émail blanc (fig. 203, n° 7), pourrait être un autre pot de pharmacie ou encore un urinoir.

Fig. 203. Faïences provençales.

Fig. 203. Faïences provençales.

Écuelles (n° 1-3), assiette (n° 4), fond de tasse-litron (n° 5), pots (n° 6-7), pots à pharmacie (n° 8-9) (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

38Le mobilier archéologique exhumé récemment pour la fin du XVIIIe s. ne donne pas d’exemple de décor au petit feu tel qu’avait pu le faire la place du Général-de-Gaulle. Cette technique est-elle déjà en cours d’abandon ou trop recherchée pour se trouver dans les deux mobiliers analysés ici ? La question reste en suspens.

39La petite collection de faïence stannifère de l’Hôtel-Dieu, modeste et morcelée, apporte des informations nouvelles. La confection de vases à fonction pharmaceutique par les faïenciers régionaux était connue, mais n’avait encore jamais été documentée par l’archéologie à Marseille. Elle l’est dans le milieu particulier de son utilisation première et se trouve accompagnée de vases destinés à l’assistance aux malades, un aspect de la production en revanche parfaitement ignoré jusque là et que l’archéologie seule, proche du quotidien des populations de jadis, sait documenter.

3. La céramique culinaire

40Si les céramiques culinaires formaient 46 % des fragments et – seulement – 18 % des individus de l’ensemble de la place Villeneuve-Bargemon, elle frappe paradoxalement par sa discrétion sur le site de l’Hôtel-Dieu, présente en proportion infime (3 % des fragments, 6 % des objets).

3.1. Vallauris

41La marmite est une des formes de Vallauris (36 % des fragments, 15 % des individus) les plus répandues dans ce mobilier. Pour l’une d’entre elles, la hauteur totale est d’environ 23 cm (inv. 52.02.10332). Le fond, bombé, a suivi un autre chemin et reste absent. La paroi, très droite et verticale, finit en « carré » : un léger relief est obtenu à l’extérieur par un bandeau d’un centimètre de haut, la lèvre est légèrement déprimée et horizontale. Cet exemplaire est engobé, comme souvent à partir du milieu du XVIIIe s. ; l’engobe interne est rosé avec quelques discrètes taches de fer. Le diamètre d’ouverture est d’environ 22 cm ; l’anse, sans canal, est en point d’interrogation, attachée sur le bandeau extérieur, avec une nette marque de doigt bien formée.

42Une deuxième marmite de Vallauris (inv. 52.02.10327) est à peu près identique, mais se distingue par sa forte taille (diamètre d’environ 29 cm) et l’absence d’engobe. L’anse est large et un cordon digité d’un centimètre de large, interrompu par la cassure du fragment, descend le long de la paroi. Sa fonction était sans doute davantage d’assurer la préhension que de renforcer la solidité du vase.

43Une marmite semblable se retrouve à l’Hôtel-Dieu (fig. 204, n° 1). La partie inférieure du vase (carène et fond bombé) est là aussi perdue, la paroi est très droite et légèrement rentrante et finit abruptement à l’extérieur par un petit bandeau à lèvre déprimée. Cet exemplaire n’est pas engobé. Le diamètre d’ouverture est d’environ 13 cm, l’anse plutôt plate et sans canal, est en forme de point d’interrogation, attachée sous le bandeau extérieur, avec une empreinte de doigt bien marquée à la jonction avec le bord.

44Une nouvelle forme apparaît, annonçant déjà le xixe s. : la marmite droite. La courbe de la panse de cette forme reste continue depuis la base de la paroi jusqu’à la lèvre, simplement arrondie sans épaississement.

45Le poêlon est aussi un des vases classiques de Vallauris sur le marché marseillais dans le XVIIIe s. Les poêlons de l’Hôtel-Dieu sont très mal conservés, le plus complet n’a plus qu’un appendice tronqué (fig. 204, n° 2) placé juste au niveau du bord qui est arrondi et légèrement plus épais que la paroi galbée et ouverte.

46Un exemplaire de la place Villeneuve-Bargemon (inv. 52.02.10333) est de forme semblable, à paroi régulière et bord en léger épaississement. Sa queue a disparu, de même que son fond plat, non dégagé à l’extérieur et sans rupture de la courbe de la paroi. La couleur blanche de l’engobe, peu fréquente, donne un jaune soutenu sous le vernis. Quatre autres exemplaires trouvés au même endroit ne sont pas engobés, alors qu’un cinquième est engobé en rose, couleur plus commune. Nous aurions pu aussi rencontrer un engobe rouge.

Fig. 204. Céramiques culinaires de Vallauris.

Fig. 204. Céramiques culinaires de Vallauris.

Marmite (n° 1), poêlon (n° 2) (fin du XVIIIe s.).1 : place Villeneuve-Bargemon° ; 2 : Hôtel-Dieu

3.2. Dieulefit (Drôme)

47La céramique réfractaire de Dieulefit et du nord du Vaucluse (fig. 205) est particulièrement discrète (0,2 % des fragments, 1,2 % des objets) dans le contexte de l’Hôtel-Dieu. Un seul « toupin° », à engobe rose sous vernis jaune a été recensé, et encore ne se remarque-t-il que par un fragment de panse auquel reste attaché un départ de queue (inv. 155.09.2666). Les céramiques culinaires de la Drôme font leur apparition sur le marché marseillais quelque part dans la seconde moitié du XVIIIe s. Certainement façonnées de manière mécanique (par calibrage notamment), elles ont des parois minces rendant les objets légers. Ces céramiques sont toutes engobées, en rose, en rouge, en blanc ou en nuances intermédiaires, sur une terre très claire presque blanche, comportant de petites taches rose foncé. Elles ont un profil anguleux dont la mise en œuvre doit sûrement à des techniques préindustrielles, pour des aménagements fonctionnels, même pour les formes simples. Une jatte a par exemple un listel extérieur prononcé devant certainement favoriser la prise en main (fig. 205, n° 4). La paroi galbée d’une autre jatte finit en forme d’angle droit, la paroi rabaissée à l’horizontale puis redressée à la verticale sur 1 cm (fig. 205, n° 3). Cet aménagement peut laisser supposer un couvercle, mais on n’en dispose pas dans le fonds du mobilier de la place Villeneuve-Bargemon.

48Un toupin présente les mêmes caractéristiques techniques d’engobe, de paroi mince, et de bord recherché. Un étranglement est pratiqué à 2 cm de la lèvre (fig. 205, n° 2). La queue, tournée, a des parois minces. De large section, elle serait pratique, mais on ne peut la serrer avec plus de deux doigts car elle est très courte.

Fig. 205. Production de Dieulefit (fin du XVIIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 205. Production de Dieulefit (fin du XVIIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

49Dans des milieux domestiques marseillais, à peu près contemporains ou plus anciens que le contexte de l’Hôtel-Dieu, la poterie culinaire constitue environ un tiers de l’équipement en céramique et à peu près autant des tessons qui nous en sont parvenus. Pour cette catégorie se pose de manière pressante la question de l’utilisation d’autres matériaux ; on s’interroge aussi sur un contexte qui serait plutôt lié aux soins apportés aux malades (thérapeutique et assistance), où la pratique de la cuisine serait exceptionnelle voire exclue, et où même les vases culinaires pourraient par conséquent avoir été détournés de la fonction à laquelle on les destinait originellement.

4. Les terres vernissées

50La vaisselle vernissée de conception traditionnelle (par opposition à la terre vernissée fine évoquée plus haut et en excluant les vases polyvalent confectionnés en terre réfractaire) atteint classiquement des proportions très importantes (84 % des fragments, 68 % des objets du dépotoir de l’Hôtel-Dieu ; la moitié du nombre d’objets et 40 % des fragments pour la place Villeneuve-Bargemon). Parmi cette catégorie, les provenances sont cependant très déséquilibrées, la part belle étant faite comme on s’y attend aux productions locales et proches.

4.1. La Ligurie

51Parmi les importations, déjà connues dans le courant du siècle, se trouvent les céramiques brunes « à taches noires » d’Albisola (fig. 206) utilisées à Marseille depuis le deuxième quart du siècle et comptant pour 3 % des fragments et moins de 5 % des objets recensés dans le contexte de l’Hôtel-Dieu et 6 % des fragments et moins de 10 % des objets de la place Villeneuve-Bargemon, soit au total très peu sur l’un et l’autre site.

52Les assiettes simples à bord droit sont les plus nombreuses. L’une d’entre elle est d’un diamètre très réduit (fig. 206, n° 1). Une assiette est revêtue d’un vernis assez clair où le décor noir contraste (fig. 206, n° 2) alors que deux autres ont un revêtement plus foncé (fig. 206, n° 3 et 155.09.2615). Inversement, une assiette de la place Villeneuve-Bargemon est revêtue d’un vernis assez clair, rouge-jaune, ce qui accentue le contraste avec le décor noir (inv. 52.02.10339). Plusieurs objets issus du même contexte présentent les mêmes tonalités de vernis.

Fig. 206. Terres vernissées d’Albisola.

Fig. 206. Terres vernissées d’Albisola.

Assiettes (n° 1-3), cafetière (n° 4) (fin du XVIIIe s.). 1-3 : Hôtel-Dieu ; 4 : la Bourse.

53Un plat, plus large et plus profond, a un marli assez anguleux, le bord est droit mais travaillé en ondes régulières (inv. 52.02.10340). Le vernis extérieur, peu épais, a pris un aspect grésé. Il est passé en couche plus importante depuis le dessous de la lèvre jusqu’à l’intérieur du vase, où il est de tonalité foncée. Un petit fragment témoigne de l’utilisation d’un plat non-circulaire (inv. 52.02.10424).

54Les écuelles et les tasses sont moins fréquentes et très fragmentaires dans ces mobiliers. L’une d’entre elles a un bord épaissi (inv. 52.02.10344) ; une seule autre écuelle, sous la forme d’un petit fragment de bord, se remarque à l’Hôtel-Dieu (inv. 155.09.2614). Un petit vase ouvert, dont le vernis est opacifié au manganèse, a été rattaché hypothétiquement à la production d’Albisola pour des critères de pâte et de façonnage (inv. 52.02.10745).

55Une vaisselle vernissée assez discrète (0,6 % des fragments, 2 % des objets), à pâte rouge, engobe blanc interne et vernis jaune entièrement couvrant, est attribuée à la même région ligure par analogie apparente de pâte avec la terre vernissée d’Albisola. Une assiette à aile animée de reliefs (inv. 155.09.2668) et un plat d’assez bonne taille (inv. 155.09.2669) à l’Hôtel-Dieu sont trop fragmentaires pour bénéficier d’une représentation graphique, tandis qu’un exemplaire de la place Villeneuve-Bargemon a un profil presque complet : fond plat non dégagé et large et se poursuivant en courbe continue jusqu’à un marli amorçant une aile légèrement incurvée et terminée par un bord découpé en accolades et souligné d’un filet en creux (inv. 52.02.10366). Cette assiette, d’un diamètre semblable aux assiettes de faïence stannifère et calibrée selon les mêmes techniques, est d’une finition extérieure très nette. Un engobe blanc recouvre parfaitement l’intérieur et laisse cependant quelques taches à l’extérieur. Toute la pièce est soigneusement revêtue d’un vernis jaune. L’ensemble donne un objet séduisant, mais lourd à manier. Les parois sont épaisses, laissant penser que la terre utilisée n’était pas vraiment adaptée à ces techniques de façonnage.

56Cette assiette est accompagnée dans le même contexte d’une série de bords de facture semblable : un plat et quatre assiettes dont il ne reste plus que des fragments très limités. Seule l’aile de ces objets apporte quelque variété. Ainsi deux assiettes ont une aile découpée en bord ondulé à relief en cupules (inv. 52.02.10368 et 10369) et deux autres un bord travaillé à fine gorge (inv. 52.02.10434) dont un bord chantourné (inv. 52.02.10367). Dans le même groupe, un grand plat a une paroi verticale épaisse et côtelée, terminée par une aile très courte, et un bord découpé en accolades (inv. 52.02.10252).

57D’autres formes furent sans doute produites, comme le laisse penser ce bougeoir à engobe blanc uni sous vernis jaune (inv. 52.02.10245). En effet, d’autres céramiques, issues de quelques us de ce chantier et d’autres sites marseillais, sont façonnées de manière comparable, leurs formes sont identiques. Une constante est la pâte de couleur rouge, qui révèle une matière première de terre vernissée commune. De manière plus modeste, on retrouve ici les constats formulés pour la boîte à épice qui signalait un façonnage influencé par la faïence.

4.2. Biot

58Les grands vases de stockage de Biot sont eux aussi des terres vernissées, exceptionnelles par leur taille. Les deux bords issus de l’Hôtel-Dieu (fig. 207, n° 1-2) ne présentent pas de col, mais leur état de conservation (un unique fragment de panse les accompagne) ne permet de tirer aucune conclusion. Quelques fragments, dont un bord, indiquent la présence d’une jarre de Biot dans le contexte de la place Villeneuve-Bargemon (inv. 52.02.10370).

Fig. 207. Jarres de Biot (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

Fig. 207. Jarres de Biot (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

4.3. La vallée de l’Huveaune, arrière-pays marseillais

59Les terres vernissées, provenant de la région proche de la vallée de l’Huveaune et considérées comme locales (fig. 208 à 212), restent privilégiées ici en cette fin de XVIIIe s. Elles constituent le quart des fragments significatifs, soit un peu plus du tiers des objets de la place Villeneuve-Bargemon et quatre cinquièmes des fragments, presque deux tiers des objets de l’Hôtel-Dieu. Leur typologie précise pour cette fin du XVIIIe s. n’a été vraiment amorcée que sur la place Villeneuve-Bargemon dans les années 2000. Auparavant les informations étaient trop dispersées pour prendre corps et nombre d’interrogations subsistaient après cette étude qui avait ébauché la typologie des céramiques vernissées de la vallée de l’Huveaune à la fin du XVIIIe s.

60De manière intéressante car elle n’est plus en principe la pièce de vaisselle maîtresse à cette époque, l’écuelle est pour la céramique de l’arrière-pays marseillais comme pour la terre vernissée fine de Marseille et la faïence stannifère, une forme bien représentée dans le dépotoir du site de l’Hôtel-Dieu. Elle ne l’était pas place Villeneuve-Bargemon où deux exemplaires étaient extrêmement lacunaires.

61L’écuelle a fait en grande partie le succès de ces ateliers un siècle plus tôt, mais vers la fin du XVIIIe s., elle n’est plus la pièce de vaisselle maîtresse (fig. 208). Des deux exemplaires de la place Villeneuve-Bargemon, la première dont il ne reste qu’un fragment de bord, a des parois plutôt minces et régulières dont le galbe laisse imaginer une forme assez creuse (inv. 52.02.10257). Elle possède une couleur orange résultant d’un engobe rose foncé posé sous un vernis jaune. Le seul indice de la seconde écuelle est l’une de ses deux oreilles (inv. 52.02.10437).

62Sur le site de l’Hôtel-Dieu en revanche, le profil de plusieurs de ces récipients est conservé, dont un toujours pourvu d’une oreille. Deux modèles se côtoient, de manière très déséquilibrée.

63Une écuelle nettement hémisphérique, à parois galbées et assez épaisses (fig. 208, n° 1), dont l’oreille en éventail conserve un certain relief sous l’engobe rose et le vernis jaune donnant un résultat orangé.

64Sous des revêtements identiques mais pour des résultats variés (clair, rosé, moucheté de fer ou taché de cuivre), neuf écuelles recensées, parmi lesquelles quatre sont archéologiquement complètes, présentent des profils identiques se démarquant de la précédente. Elles sont en effet plus tronconiques qu’hémisphériques, leur large fond plat supportant des parois rectilignes plus minces, simplement terminées par une lèvre arrondie (fig. 208, n° 3-6). La dernière forme complète est encore pourvue d’une oreille, différente elle aussi de l’écuelle en calotte (fig. 208, n° 1). L’appendice est moins épais et moins en relief, ses bords ne sont que légèrement sinueux (fig. 208, n° 2). Cinq autres écuelles de ce type sont recensées (inv. 155.09.2731 à 2735).

Fig. 208. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Fig. 208. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Écuelles (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

65Si les écuelles sont moins nombreuses parmi les terres vernissées locales, c’est sans doute parce que les assiettes sont devenues plus creuses que celles qui accompagnaient les écuelles pendant leur âge d’or de la seconde moitié du XVIIe s. (fig. 209). La forme d’assiette à aile apparue dans le courant du XVIIIe s. a été remarquée sur d’autres sites marseillais. Déclinée en tailles et profondeurs variées, elle est venue se substituer (à partir de quand précisément et selon quel rythme, cela reste à évaluer) à toutes les autres formes de platerie de la vallée de l’Huveaune jusqu’aux plats de service. Le fond est plat, sans pied dégagé et large, la paroi s’y attache directement et se termine par une aile courte.

66Un exemple est donné dans le mobilier de la place Villeneuve-Bargemon par une assiette, vaste pour une terre vernissée commune (inv. 52.02.10388). Son diamètre est de 24 cm, ce qui est le diamètre des assiettes de faïence. Le fond plat est ample, la paroi est quasiment inexistante. Après la pose d’un engobe rouge, un ruban ondoyant est dessiné sur l’aile à l’engobe clair. Divers revêtements peuvent être appliqués sur cette même forme d’assiette à aile. Deux tessons ont des engobes unis sans qu’il soit possible de savoir si le vase était orné par ailleurs : un bord à engobe rouge uni sous vernis incolore (inv. 52.02.10385) et un fond à engobe rose uni sous vernis miel (inv. 52.02.10438) ; une petite assiette plus fine et creuse a un engobe rose uni sous vernis jaune (inv. 52.02.10255). Un fragment de fond est décoré d’un ruban rouge sur engobe rose (inv. 52.02.10394) ; une aile, associée à un fond, porte sur engobe rouge des chevrons blancs descendant vers le bassin (inv. 52.02.10389) ; un petit fragment de bord est orné de manière comparable (inv. 52.02.10390).

67On retrouve l’assiette à l’Hôtel-Dieu sous la forme d’une pièce à engobe rose et vernis donnant une tonalité orangé clair agrémenté d’une tache verte pouvant être aussi bien accidentelle qu’intentionnelle (fig. 209, n° 4), accompagnée d’une assiette de base identique et fragmentaire (inv. 155.09.2728).

68Deux pièces à profil incomplet, un bord et un fond, diffèrent de cette forme par une paroi plus développée et incurvée les élevant au statut d’assiette creuse. Le bord de l’un des deux objets est une aile courte et épaisse recouverte d’engobe rose s’ouvrant à 18 cm de diamètre (fig. 209, n° 2), le fond de l’autre est plat et supporte une paroi galbée, le bassin décoré d’un ruban jeté d’engobe blanc sur fond rouge (fig. 209, n° 1).

Fig. 209. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Fig. 209. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Assiettes et plats (fin du XVIIIe s.). 1-2, 4-5 : Hôtel-Dieu ; 3 : la Bourse.

69Le plat creux développe cependant une paroi plus haute et galbée dont la courbe régulière se casse au niveau d’un marli qui détermine une aile incurvée d’à peine 2,5 cm de large pour un diamètre d’ouverture d’environ 30 cm. Sur un engobe rose est appliqué un décor sommaire de rubans d’engobe rouge formant des sortes de pétales limités au centre du vase (inv. 52.02.10391). Semblable au premier, un autre plat a cependant un pied un peu plus étroit. Les engobes de revêtement et de décor sont identiques au précédent, mais pour celui-ci, un ruban court sur l’aile et de gros « pétales » se développent jusqu’au marli depuis un cercle central (inv. 52.02.10392).

70Ce type de décor se retrouve sur un grand plat de l’Hôtel-Dieu recouvert d’engobe blanc agrémenté rubans à l’engobe rouge (fig. 209, n° 4) entourant vraisemblablement un cercle placé dans la zone centrale disparue. Trois fragments non connexes pourraient provenir du même vase, dont un bord à aile courte et épaisse. Un bord de grand plat à engobe blanc et décor rouge révèle une lèvre presque bifide et rappelant celle des pots de chambre (inv. 52.02.10254), tandis qu’un autre, à engobe rose uni a une lèvre ondulée (inv. 52.02.10393).

Fig. 209. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Fig. 209. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Assiettes et plats (fin du XVIIIe s.). 1-2, 4-5 : Hôtel-Dieu ; 3 : la Bourse.

71Les vases à liquide sont relativement bien représentés dans le lot de l’Hôtel-Dieu, complétant opportunément les données presque inexistantes sur ce type de vase de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 210). Un dépotoir domestique ne les concentre généralement pas, ils sont plutôt recueillis dans les puits. Les principaux récipients (et presque les seuls) remplissant cette fonction dans la production de l’arrière-pays marseillais sont le pichet et la cruche, dont les morphologies sont bien distinctes dès le XVIIe s. Depuis lors, l’un ne prend jamais le pas sur l’autre. Ici en revanche, les pichets sont nettement en minorité. Tous trois, identifiés grâce à leur bec pincé, sont revêtus de vernis vert après engobage en rose (inv. 155.09.2717 à 2719) et sont très mal conservés.

72Quelques vases, bien que très lacunaires, ont été dessinés. Cette étape a permis de remarquer que l’appendice supérieur en anse de panier de l’une des cruches à engobe rose sous vernis jaune dont le bec manque est parfaitement circulaire et qu’il a donc été sûrement calibré sur une forme après que le cordon d’argile a été tourné (fig. 210, n° 3). Selon toute vraisemblance, le calibre a dû rester en place sur l’ouverture de la cruche le temps que l’anse ait acquis une certaine résistance, alors que pour faire corps avec le vase l’appendice doit être encore souple lors de la fixation. Le bord du vase est mouluré, il coiffe un col bien marqué et assez haut (bien que la proportion de celui-ci par rapport au reste du vase soit indéterminable comme la taille totale et le diamètre maximal de l’objet) terminant une panse hypothétiquement globulaire. Rappelons que ces récipients relativement récents ne sont pas les mieux connus de la typo-chronologie des céramiques de la vallée de l’Huveaune.

73Revêtue de même manière que la précédente, une cruche ne conserve qu’une anse supérieure fragmentaire, greffée sur un bord simplement épaissi (fig. 210, n° 1). Sa morphologie demeure à peu près semblable à la précédente. Le bord d’une troisième cruche à engobe rose sous vernis jaune est encore différent : un léger canal est aménagé dans l’embouchure, amincissant la lèvre. Aucune anse ne subsiste, un bec tubulaire est en revanche présent dans la partie conservée (fig. 210, n° 2). Quatre becs tubulaires de cruche qui ne peuvent être associés aux objets précédents sont revêtus d’engobe rose sous vernis vert (inv. 155.09.2713 à 2716). Six autres becs tubulaires de cruche sont revêtus du même engobe rose et vernis jaune (inv. 155.09.2610 et 2721 à 2724) et confirment la représentativité de la troisième cruche signalée ci-dessus.

Fig. 210. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais. Cruches (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

Fig. 210. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais. Cruches (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

74Le pot de chambre est l’une des formes les plus pérennes des ateliers de l’arrière-pays marseillais, à la disposition des utilisateurs dès le deuxième quart du XVIIe s. et sur plus d’un siècle et demi (fig. 211). Cet ensemble en recelait plus d’une vingtaine, malheureusement très morcelés. Un seul d’entre eux conserve son profil complet, sur ses 19 cm de haut malgré des lacunes (fig. 211, n° 6). L’anse, toujours unique pour cette forme, est fragmentaire, laissant toutefois la possibilité d’en relever la section, obtenue au tour et agrémentée de deux cannelures peu profondes. L’intérieur des pots de chambre reste immuablement recouvert d’engobe blanc et de vernis incolore. L’extérieur est ici recouvert d’engobe rose au tiers de la hauteur, qui donne un effet brun-vert sombre sous le vernis à l’oxyde de cuivre. Le second pot de chambre à vernis vert représenté graphiquement (fig. 211, n° 5) est semblable à l’objet complet, de même que tous ceux recensés dans ce mobilier (inv. 155.09.2692, 2697 à 2698 et 2700 à 2705).

Fig. 211. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais. Pots de chambre (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

Fig. 211. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais. Pots de chambre (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.

75La plupart des pots de chambre à vernis jaune extérieur posé sur engobe rose (revêtement à aspect orangé déjà rencontré sur la vaisselle) reste identique au « modèle vert » (inv. 155.09.2687 à 2691 et 2693 à 2694). Un de ces vases, fragmentaire, a en revanche, sur une paroi semblable aux précédents, une aile moins épaisse et un marli plus anguleux (inv. 155.09.2696).

76L’un des rares pots de chambre de la place Villeneuve-Bargemon, au profil complet, est étonnant par sa petite taille, son diamètre d’ouverture est de 18 cm au total, incluant une aile de 2,5 cm de large proportionnée à sa taille (inv. 52.02.10374). Il ne possède qu’une seule anse, de manière habituelle. L’extérieur est recouvert d’engobe rose au tiers de sa hauteur, qui donne un effet orangé sous le vernis, l’intérieur étant recouvert d’engobe blanc.

77Ce mobilier a offert une forme sanitaire inédite. Bien que le fond de l’objet soit perdu, la partie inférieure du tesson restant commence à s’incurver, indiquant l’amorce de la base du récipient à 8 cm seulement au-dessous du plan d’ouverture du bord caractéristique des pots de chambre (fig. 211, n° 4). Le récipient ne possède pas d’anse latérale mais un départ de queue tubulaire, dont un second exemplaire est recensé ici (inv. 155.09.2686). Il s’agit vraisemblablement d’un bassin réservé aux malades alités, aménagé spécialement pour être utilisé plus facilement auprès d’eux. L’extérieur du vase n’est pas revêtu.

78Dans cette catégorie de poteries sanitaires sont rangées les bassines dites « tians ». Ces objets ne sont jamais décorés. L’engobe blanc leur est rarement attribué, sans doute par souci économique. Sur la place Villeneuve-Bargemon, ce revêtement est rouge dans cinq cas sur sept, rose dans les deux autres cas.

79Deux couvercles ont été recensés, dont l’un, rouge, présente l’originalité d’une préhension en anse plate et non en bouton (inv. 52.02.10253).

80Trois tirelires dites « cachemaille » se signalent par leur très caractéristique bouton de préhension. Ces objets destinés à être cassé à plus ou moins long terme, ne reçoivent jamais aucun revêtement, ni engobe ni vernis.

81Quelques formes enfin sont présentes en moins grand nombre. Leur fonction est parfois très précise et connue, sans que puisse être exclu le recyclage en utilisation secondaire dans ce milieu particulier de l’Hôtel-Dieu. Deux cruches-jouets (taraïettes) en terre vernissée en vert sont par exemple reconnaissables (inv. 155.09.2729 et 2730), jouets, d’évidence, mais à la base petits vases, de très faible contenance, imperméabilisés avec autant de soin que de grands récipients domestiques. De même ces pots à fraises (inv. 155.09.2681 à 2684) petits récipients fermés, précurseurs des « emballages perdus » (fig. 212, n° 1-2). Apparus dans le courant du XVIIIe s., ils sont les premiers produits de la vallée de l’Huveaune après les tirelires dès le milieu du XVIIe s., à ne recevoir aucun revêtement, ni engobe ni vernis. On peut évoquer dans leur cas la consommation de fraises par agrément, mais aussi par médication, ou la récupération des vases pour des usages secondaires.

82L’encrier pique-plume est en revanche sans doute resté dans la fonction première qui lui était destinée (fig. 212, n° 2). Un objet semblable avait été recueilli lors du chantier de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 212, n° 3) sans qu’on puisse avoir la certitude de sa représentativité. On peut aujourd’hui confirmer celle-ci grâce à l’objet de l’Hôtel-Dieu et mieux comprendre son façonnage : une petite vasque centrale se refermant sur un goulot étroit est entourée, dans la même masse d’argile par le potier, d’une cavité circulaire en bouée refermée et percée dans sa partie supérieure de quatre petits trous, les pique-plume. Si les encriers sont connus depuis longtemps, aucun n’était pour l’instant répertorié dans la production vernissée de l’arrière-pays marseillais avant ces deux pièces de la fin du XVIIIe s.

83Un dernier objet restera au contraire mystérieux car très lacunaire. Sa base est en forme de cône renversé, recreusé à l’estèque et surmonté d’une tige à renflement, brisée à 7 cm de haut (fig. 212, n° 5). Son revêtement est fait de vernis incolore sur un engobe rouge très couvrant.

Fig. 212. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Fig. 212. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.

Pots à fraise (n° 1-2) et encrier (n° 3-4) (fin du XVIIIe s.).1-2, 4-5 : Hôtel-Dieu ; 3 : Espace Bargemon.

Table des illustrations

Titre Fig. 201. Terre vernissée « faïence fine » de Marseille. Boîte à épices (n° 1), écuelles (n° 2-3) (fin du XVIIIe s.).
Légende 1 : place Villeneuve-Bargemon° ; 2 : place Général-de-Gaulle ; 3 : la Fourragère ; 4 : la Parette.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-1.png
Fichier image/png, 254k
Titre Fig. 202. Terre vernissée « faïence fine » de Marseille.
Légende Écuelles (n° 1-3), écuelle verseuse (n° 4), fond de tasse-litron (n° 5), pied de vase de forme (n° 6) (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-2.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 203. Faïences provençales.
Légende Écuelles (n° 1-3), assiette (n° 4), fond de tasse-litron (n° 5), pots (n° 6-7), pots à pharmacie (n° 8-9) (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-3.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 204. Céramiques culinaires de Vallauris.
Légende Marmite (n° 1), poêlon (n° 2) (fin du XVIIIe s.).1 : place Villeneuve-Bargemon° ; 2 : Hôtel-Dieu
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-4.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 205. Production de Dieulefit (fin du XVIIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-5.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 206. Terres vernissées d’Albisola.
Légende Assiettes (n° 1-3), cafetière (n° 4) (fin du XVIIIe s.). 1-3 : Hôtel-Dieu ; 4 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-6.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 207. Jarres de Biot (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-7.png
Fichier image/png, 9,8k
Titre Fig. 208. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.
Légende Écuelles (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-8.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 209. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.
Légende Assiettes et plats (fin du XVIIIe s.). 1-2, 4-5 : Hôtel-Dieu ; 3 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-9.png
Fichier image/png, 155k
Titre Fig. 210. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais. Cruches (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-10.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 211. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais. Pots de chambre (fin du XVIIIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-11.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 212. Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais.
Légende Pots à fraise (n° 1-2) et encrier (n° 3-4) (fin du XVIIIe s.).1-2, 4-5 : Hôtel-Dieu ; 3 : Espace Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3643/img-12.png
Fichier image/png, 29k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search