Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Chapitre 8. Du début au milieu du XVIIIe s. : le règne des productions de la vallée de l’Huveaune

Véronique Abel

Texte intégral

1. L’installation de la faïence régionale dans la première moitié du XVIIIe s

1À partir des années 1720, la créativité des ateliers de l’Huveaune décline nettement alors que son rôle de céramique d’usage quotidien n’est que peu contesté. Un virage va s’amorcer dans la consommation de céramiques avec une plus grande utilisation de la faïence et un rééquilibrage des terres vernissées entre les produits locaux et les importations.

2L’émergence de la faïence régionale est la préoccupation majeure des historiens des arts décoratifs dans la région. S’il est difficile d’appréhender précisément la date de naissance de cette production par le mobilier de fouille, l’apport de l’archéologie est pourtant exceptionnel car il montre la diffusion progressive dans la vie quotidienne des faïences non prestigieuses qui formaient sans doute la plupart des produits. Les conséquences de la production et diffusion de la faïence régionale sur la terre vernissée ne sont pas négligeables, qu’il s’agisse de la vernissée locale ou extra locale (restriction des formes et limitation des décors notamment). L’apparition de la terre d’Albisola serait un événement d’importance mais le rôle exact sur les tables marseillaises et sur la production locale de cette catégorie sera réévalué par l’analyse précise des comptages dont nous disposons et non par approximations partiales. Les céramiques venant de l’ouest du Rhône sont davantage présentes (type « Uzège », Gard) que dans la période précédente.

3Pour cette période, nous étudierons de manière spécifique un contexte issu de chacun des deux chantiers suivants : la rue Leca et l’Esplanade Major (fig. 188 à fig. 195).

4Rue Leca, plus de 1200fragments sur 1920 ont été recueillis en contexte, les fragments en dépôt secondaire constituant un tiers du lot (tableau V). Le mobilier provient dans l’ensemble du comblement d’une vaste fosse où avaient été inhumés des pestiférés. Ce creusement a été réalisé dans les jardins du couvent de l’Observance, où une sédimentation datant de l’Époque moderne s’était vraisemblablement opérée. Seule une partie de la fosse a été utilisée : il a donc été estimé que ce creusement datait de la fin de l’épidémie, en 1722.

Tableau V : le contexte de la rue Leca du début du XVIIIe s. (unité stratigraphique 1151).

Catégories

Fragments

 %

NMI

 %

Faïence de Ligurie

36

3

8

10

Faïence de Montelupo

10

1

1

1

Faïence de Provence

64

5

5

6

Terre vernissée de Pise

55

4

1

1

Terre vernissée de Type Fréjus

79

5

1

1

Terre vernissée de Biot

10

1

1

1

Terre vernissée de type Meynes

206

16

28

35

Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

458

35

17

21

Culinaire de Ligurie

25

2

1

1

Culinaire de Vallauris

80

6

5

6

Culinaire rouge

67

5

1

1

Réfractaire de type Uzège

110

9

12

15

Céramique ottomane

2

0,15

2

2

Pipes

86

7

2

2

Total

1288

85

Fragments en dépôt secondaire

630

33

5La céramique avait permis, en 1994, de confirmer que cet ensevelissement, prévu comme massif, de victimes d’une épidémie s’était bien produit au début du XVIIIe s. et non précédemment car Marseille a connu plusieurs épisodes de peste dans le XVIIe s., notamment en 1633.

6Les céramiques résiduelles sont très nombreuses, environ le tiers des fragments, peut-être même davantage. En effet, s’il est relativement aisé de discriminer des tessons de l’Antiquité ou même du XVIe s. de ce lot, distinguer des céramiques de la fin du XVIIe s. en dépôt secondaire d’objets encore produits ou utilisés une génération plus tard est moins évident. Les terres vernissées de Fréjus sont présentes dans ce lot, alors qu’elles sont absentes de celui de l’Esplanade de la Major. De nombreux fragments présentent des traces de recuisson (noircis, vernis recuit). C’est en particulier le cas des assiettes du bas Rhône, certains tessons de couleur différente, vernis tressaillant).

7Peu volumineux car non totalement fouillé par respect des contraintes du site, le contexte du début du XVIIIe s. de l’Esplanade de la Major est cependant très caractéristique. Le mobilier (tableau VI) y était associé à des sépultures en nombre, là encore probablement en lien avec l’épidémie de peste. Les trois cents fragments proviennent de 110objets, les fragments en dépôt secondaire sont en quantité très limitée (moins de 1 %). Les faïences sont peu présentes, mais la production locale ou régionale, Marseille, Moustiers, Varages ou autres sont présentes dans la vie quotidienne, de manière discrète. Faïences ligures et toscanes sont mieux représentées. Les terres vernissées de Fréjus sont absentes de ce lot et les pipes en terre sont rares.

Tableau VI : le contexte de l’Esplanade de la Major du début du XVIIIe s. (unité stratigraphique 2007).

Catégories

Fragments

 %

NMI

 %

Faïence de Ligurie

20

7

8

7

Faïence de Montelupo

6

2

3

3

Faïence de Provence

12

4

6

5

Terre vernissée de Pise

3

1

1

1

Terre vernissée de Type Fréjus

0

/

/

/

Terre vernissée de Biot

0

/

/

/

Terre vernissée de type Meynes

27

9

13

12

Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

138

46

55

50

Culinaire de Ligurie

4

1

1

1

Culinaire de Vallauris

71

24

13

12

Réfractaire de type Uzège

17

6

8

7

Porcelaine asiatique

1

0,3

1

1

Pipes

2

0,6

1

1

Total

301

110

8Le contexte de la Rue Leca est étudié ci-dessous de manière plus approfondie, l’ensemble de l’Esplanade de la Major, aux séries plus courtes mais plus homogènes permet de relire le contexte de la Rue Leca sous un nouveau jour, confirmant la plupart des hypothèses émises lors de son étude. Pour ces deux sites, des illustrations restent à faire afin que la typo-chronologie de cette période-clef de l’histoire marseillaise soit la plus complète possible et serve réellement de référence à l’archéologie des Temps modernes.

9La céramique turque ne comporte que deux fragments à glaçure alcaline caractéristique : un fond de petite tasse décorée et un fragment de vase à émail turquoise. Enfin, une quarantaine de fragments de pipes dont deux fourneaux à talon marqué de deux monogrammes EB.

1.1. Les faïences

10Les faïences italiennes (fig. 188, n° 4-7) regroupent ici dans les comptages de fragments les productions toscanes et ligures, ainsi que les objets monochromes ou décorés. Les faïences toscanes sont encore bien représentées ici. Leur datation habituelle ne correspond pourtant pas avec les fragments les plus récents du contexte. Le décalage observé est important : plus d’un demi-siècle. Il est identique pour des faïences ligures à décor a foglie, mais un peu moins important pour des faïences toscanes à décor de feuilles de chêne.

11À côté de ces catégories « anciennes », des faïences ligures à décor bleu datées du début du XVIIIe s. s’intègrent en revanche très bien à l’ensemble des céramiques les plus récentes.

12Les lourdes faïences monochromes aujourd’hui atribuées à la Toscane demeurent encore très discrètes, alors que dans le courant du XVIIIe s., elles occupent une part importante du marché marseillais de vaisselle commune.

13Pour les faïences provençales (fig. 188, n° 2-3), on ne peut distinguer, dans l’état actuel de nos connaissances sur les faïences archéologiques, les différentes productions régionales. Les individus-objets sont nombreux, mais le recollage ne fut pas exceptionnel pour une fragmentation aussi importante.

Fig. 188. Faïences (début du XVIIIe s.).

Fig. 188. Faïences (début du XVIIIe s.).

Bougeoir à émail turquoise (n° 1), écuelle et assiette de Provence (n° 2-3), plat de Ligurie (n° 4), écuelle et assiette anciennement dites de Gênes (n° 5-6), plat de Montelupo (n° 7). 1, 5, 7 : Esplanade de la Major ; 2-4, 6 : rue Leca.

1.2. La vaisselle et la poterie culinaire vernissées

14Les poteries vernissées pisanes font partie des catégories que nous pourrions qualifier d’« anachroniques ». Il est cependant important de signaler que la catégorie de céramiques vernissées italiennes, la poterie brune à taches noires d’Albisola, qui lui succède au XVIIIe s. est ici absolument absente. Cette information est sans doute l’une des plus intéressantes fournies par cette fouille.

15Les céramiques culinaires de Ligurie (exemple fig. 189) (marmites et jattes) sont encore régulièrement exportées vers Marseille à la fin du XVIIe s., mais elles ne se sont jamais rencontrées au delà du tournant du siècle. Cette catégorie est ici relativement marginale, représentée par 25fragments à peine. La durée de vie de ces vases culinaires de Ligurie, aux parois minces et soumis à la contrainte de cuissons quotidiennes, ne peut raisonnablement excéder quelques mois, voire quelques années. Il y aurait ici un écart de plusieurs dizaines d’années entre ces vases culinaires et les céramiques les plus récentes du lot.

Fig. 189. Marmites en poterie réfractaire de Vallauris (début du XVIIIe s.). Les Carmes.

Fig. 189. Marmites en poterie réfractaire de Vallauris (début du XVIIIe s.). Les Carmes.

16Les bords des vases de céramiques culinaires de Vallauris (fig. 190) sont généralement de bons indices chronologiques bien que manquant de précision. Les marmites se répartissent ici en deux types : le premier à bord allongé ou en canal, le second à bord carré. Le premier se rencontre, notamment à la Charité (fig. 190, n° 3), dans des contextes de la deuxième moitié du XVIIe s. ; quant au second, il est caractéristique du XVIIIe, sans toutefois que sa typo-chronologie ne soit vraiment précise (fig. 190, n° 1, 2-4). Pour cette catégorie aussi, se pose la question de la cohabitation de deux types habituellement considérés comme successifs dans la production. Si, pour les catégories de luxe, les objets peuvent avoir eu une durée de vie plutôt longue, cela paraît peu vraisemblable pour des vases soumis aux règles d’usage des culinaires. La présence des bords les plus récents dits rapidement « carrés » par commodité est particulièrement intéressante : leur date d’apparition se voit ici située avant 1720. Un contexte de la butte des Carmes fouillé en 1982 (M. Willaume) offrait une large déclinaison de ce modèle de marmite et contenait des terres vernissées leur apportant un tribut chronologique (fig. 189).

Fig. 190. Marmites en poterie réfractaire (début du XVIIIe s.).

Fig. 190. Marmites en poterie réfractaire (début du XVIIIe s.).

1-3 : Esplanade de la Major ; 4 : rue Leca.

17Les céramiques culinaires de Saint-Quentin-la-Poterie (fig. 191) constituent une catégorie généralement assez marginale dans les contextes modernes marseillais. Elle est ici plutôt bien représentée, mais en fait plus par des vases de table que par les traditionnels pots à cuire. Un pichet et des vases ouverts, écuelles, assiettes, sont toutefois complétés par des toupins (pots à une anse).

Fig. 191. Céramiques réfractaires de Languedoc (type Uzège) (début du XVIIIe s.).

Fig. 191. Céramiques réfractaires de Languedoc (type Uzège) (début du XVIIIe s.).

Écuelle (n° 1), couvercle (n° 2), pichet (n° 3) et toupin (n° 4). 1, 3 : rue Leca ; 2 : Esplanade de la Major ; 4 : la Bourse.

18La production de céramiques vernissées de Fréjus disparaît quasiment, dans les contextes marseillais étudiés jusqu’ici, vers le milieu du XVIIe s., alors que Fréjus fournissait la plus grande partie de la vaisselle de table marseillaise au XVIe s. Vers la fin du XVIIe s. sont pourtant utilisés de grands vases, tians (bassines) et petites jarres à bec et anses, qui se rapprochent de la production de Fréjus. Ce ne sont pas ces derniers types qui pourraient être attribués aux productions fréjussiennes de la fin du XVIIe s., qui sont présents ici, mais au contraire ceux rencontrés vers le milieu du siècle. Une fois encore, si l’on peut admettre que des céramiques de luxe survivent assez longtemps, puisque le cas a été rencontré précédemment, cela paraît plus difficilement envisageable pour des céramiques communes.

19Les jarres de Biot sont les vases de stockage de denrées les plus utilisées à Marseille, où elles sont présentes dès la deuxième moitié du XVIIe s., et jusqu’à l’Époque contemporaine. Leur chronologie, en contexte archéologique, n’est pas encore déterminée car leur « immobilité » en réduit la casse, donc le nombre de restes archéologiques et les éléments servant à établir les typologies périodisées.

1.3. Les céramiques à pâte calcaire de la basse Vallée du Rhône dites « de type Meynes »

20Une catégorie qui est ici particulièrement bien fournie est la poterie vernissée attribuée à la basse vallée du Rhône, dite « de type Meynes ». Cette attribution est faite en fonction de trouvailles importantes de poteries de type identique dans le secteur du nord-ouest des Bouches-du Rhône et de l’ouest du Vaucluse, et plus particulièrement dans la région de Meynes, encore totalement inexplorée en matière de céramologie.

21Cette production est pour le moment absente des contextes de la deuxième moitié du XVIIe s. à Marseille. Elle se rencontrait déjà dans ceux du début du XVIIIe s., en particulier ceux de la Bourse où quelques puits avaient fourni les premiers spécimens marseillais, malheureusement sans datation très précise, et, sur les vases ouverts, un décor d’engobe géométrique organisé. Le mobilier de la fosse de la rue Leca comprend :

  • Neuf assiettes, dont une seule à décor d’engobe organisé (cercles clairs et des points verts sur fond rouge), les autres décorées d’engobe jaspé (fig. 192).

  • Six plats creux : trois à décor organisé de cercles rouges sur fond clair et pites vertes, deux à décor jaspé de trois couleurs, le dernier à revêtement monochrome clair.

  • Un seul fragment indique la présence d’une écuelle.

  • Un grand plat, de forme tronconique, très fragmentaire, à fond plat, parois rectilignes, bord à marli et lèvre bifide ; il est revêtu d’engobe blanc supportant un décor d’engobe et d’oxydes rapportés.

  • Deux cruches signalées par quelques tessons seulement, à vernis vert et l’autre à vernis jaune ; une applique de fleur de lys appartient à un vase de ce type à vernis vert.

  • Une cruche de barque dont il ne reste que le fond, a pu être reconnue par comparaison avec d’autres ensembles marseillais.

  • Un pot de chambre est caractéristique de cette production : les parois sont verticales et forment quasiment un angle droit avec le bord, qui n’est que peu épaissi. Sur un engobe monochrome blanc, le vernis est irrégulièrement tacheté d’oxydes de cuivre et de manganèse

Fig. 192. Assiettes en terre vernissée de Languedoc (type Meynes) (début du XVIIIe s.). Rue Leca.

Fig. 192. Assiettes en terre vernissée de Languedoc (type Meynes) (début du XVIIIe s.). Rue Leca.

22La chronologie marseillaise de cette catégorie n’est pas encore très bien connue. Le caractère relativement complet de certains vases, les vases ouverts en particulier, va dans le sens d’une homogénéité chronologique de ces objets, assez rare dans ce contexte pour être signalé.

1.4. Les céramiques vernissées de la vallée de l’Huveaune

23Cette catégorie est considérée à partir du milieu du XVIIe s., comme la céramique locale marseillaise (fig. 193 à 195). C’est en effet le centre le plus proche de Marseille et fonctionnant en grande partie pour le marché marseillais. Nous observons encore, sur cette catégorie mieux connue, du matériel sur une longue période. Cette observation est particulièrement sensible pour les vases ouverts.

24Pour les écuelles de modèle sans pied et avec oreilles (fig. 193, n° 1-5, 7-8), ces derniers appendices sont assez caractéristiques, alors que les bords sont trop irréguliers. Six oreilles appartiennent à des écuelles jaspées ou incisées polychromes, donc « anciennes » (deuxième moitié du XVIIe s.), mais on trouve aussi deux oreilles d’écuelles à décor d’engobe clair, typique du milieu du XVIIe s. Quant aux plus récentes écuelles, au nombre de huit, elles datent du début du XVIIIe s. : elles sont monochromes à fond très plat.

25L’écuelle de modèle à pied dégagé et sans oreille (fig. 193, n° 6), que nous disons « à l’italienne » par référence à l’écuelle pisane de la seconde moitié du XVIIe s., était associée à une sépulture et se trouve absolument intacte. Signalons qu’elle est, à travers ce mobilier, la seule représentante de ce type, si idéalement abâtardi, de l’écuelle à fond dégagé et décor polychrome, apparue dans la deuxième moitié du XVIIe s.

Fig. 193. Terres vernissées de la vallée de l’Huveaune, arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).

Fig. 193. Terres vernissées de la vallée de l’Huveaune, arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).

Écuelles (n° 1-5), écuelle à l’italienne (n° 6), écuelle blanche (n° 7-8). 1-4 : Esplanade de la Major ; 5-7 : rue Leca ; 8 : la Bourse.

26Cette écuelle est assez proche de celle de la fin du XVIIe s., mais elle s’est déjà « avachie ». Une première écuelle identique, issue d’une fouille marseillaise, semblait prouver déjà que la forme n’évoluait que peu, alors que le décor se simplifie radicalement : de la représentation florale élaborée de la fin du XVIIe s., il ne reste plus que les taches de couleur qui rehaussaient les incisions. Elle est ainsi caractéristique de l’abâtardissement du décor incisé polychrome.

27Dans les autres vases ouverts (fig. 194), assiettes et plats, les types incisés polychromes à cercles incisés sur les bords (dernier tiers du XVIIe s.) côtoient les types sans cercles et les types à taches organisées sans incisions, deux séries systématiquement rencontrées dans des contextes du début du XVIIIe s. Peu de fragments de vases à liquide sont recensés, cette catégorie étant fragmentée à l’extrême.

Fig. 194. Assiettes à fond dégagé de l’arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).

Fig. 194. Assiettes à fond dégagé de l’arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).

1 : rue Leca ; 2, 6 : la Bourse ; 3-5 : Esplanade de la Major.

28Pour les pots de chambre (fig. 195, n° 2), la situation est semblable à celle des autres formes. Les types anciens, décorés avec autant de soin que n’importe quel autre vase, côtoient les types nouveaux, dont un spécimen, bien que sa forme ne soit pas archéologiquement complète, est caractéristique de la production du XVIIIe s. Les parois très droites présentent à l’extérieur des stries de tournage qui ne se voient jamais sur ces mêmes objets au XVIIe s. ; le bord est épais, en particulier dans l’angle avec la paroi. L’engobe blanc et le vernis incolore recouvrent bien l’intérieur, alors que l’extérieur est vert et moins soigné.

29Plusieurs pots de fleurs (fig. 195, n° 3-4) ont été répertoriés. Ils possèdent un bord triangulaire caractéristique, et l’intérieur des vases n’est jamais revêtu. Ces objets sont relativement rares dans le mobilier céramique des Temps modernes, et présents dans cette zone de jardins ayant juste précédé les inhumations. On peut penser que le type apparaît ou réapparaît à cette époque, car il est absent des contextes marseillais antérieurs étudiés jusqu’ici, et présent, quoique rare dans ceux qui sont approximativement contemporains ou postérieurs. Il est vrai que la plupart des contextes céramiques modernes retrouvés jusque là était en zone purement urbaine dont les jardins sont exclus.

Fig. 195. Pots de l’arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).

Fig. 195. Pots de l’arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).

Pot à conserves (n° 1), pot de chambre (n° 2), pot de fleurs (n° 3-4).1 : rue Leca ; 2 : Esplanade de la Major ; 3 : rue Leca ; 4 : les Carmes.

30L’un de ces pots de fleurs est vernissé en vert à l’extérieur, l’intérieur étant laissé brut. Un autre est sans revêtement, il possède une préhension, posée horizontalement sous le bord, identique à celles des grands tians monochromes. Une applique en forme de fleurs de lys en relief appartient à un vase de ce type.

31Une base de pot de fleur sur pied, ne peut être rattachée aux ateliers de l’Huveaune, ayant une pâte rouge à nombreux éléments non-plastiques blancs. Ce vase est revêtu de vernis taché de cuivre et de manganèse.

32Un fond de vase émaillé à décor vert et brun est inédit, sa provenance n’a pas encore été déterminée avec certitude ; il pourrait s’agir d’un vase d’Anduze (Gard).

1.5. En conclusion

33Le fait marquant observé dans cet ensemble de mobilier moderne est la concomitance de plusieurs types à datation différente dans les séries dont nous connaissons le mieux la chronologie. Il s’agit notamment des productions de luxe d’Italie, des céramiques culinaires en général et des céramiques vernissées locales. Si pour la première catégorie, on peut admettre que les vases ont eu une durée de vie assez longue, il n’en va pas de même pour les céramiques culinaires : elles sont particulièrement sollicitées, et il n’est pas concevable qu’une dizaine de marmites en terre ait pu servir pendant plusieurs dizaines d’années.

34Il faut donc plutôt considérer certaines céramiques, modernes mais antérieures au XVIIIe s., comme du matériel en dépôt secondaire dû au creusement des jardins. Celui-ci constitue environ un tiers du total du mobilier. Il n’est toutefois pas possible d’effectuer un inventaire très précis, isolant les céramiques de la fin du XVIIe de celles du XVIIIe s. : les types en étant évidemment très proches, il est difficile de les distinguer avec une absolue certitude. La chronologie des objets, en particulier des objets non décorés, dans la plupart des catégories est à préciser.

35C’est précisément le cas des productions de la vallée de l’Huveaune, qui sont les céramiques « locales » de Marseille, sa vaisselle quotidienne. La présence systématique et simultanée de types rencontrés habituellement dans la deuxième moitié du XVIIe s. et d’autres au début du XVIIIe s. ne peut, à notre avis, être considérée comme une survivance de vases anciens dans un milieu très conservateur : les objets en question ne sont représentés, pour la plupart, que par un fragment à chaque fois, rien ne réussissant recoller.

36Les céramiques à pâte calcaire attribuées, sous toutes réserves, à Meynes (Gard) dans la basse vallée du Rhône ont pu en revanche être relativement bien reconstituées, ce qui tendrait à prouver qu’il s’agirait bien là de la vaisselle contemporaine de l’enfouissement. Leur chronologie à Marseille n’est pas encore déterminée avec précision, mais il semble certain qu’elles ne sont pas utilisées avant l’extrême fin du XVIIe s., ou de manière très exceptionnelle. Un des apports les plus intéressants de ce contexte est la mise en lumière de leur utilisation certaine dans le premier quart du XVIIIe s. Contrairement à toute attente, elles semblent même plus utilisées que les céramiques de la vallée de l’Huveaune, cette nouvelle donnée pouvant n’être valable que pour une courte période où les ateliers de l’Huveaune auraient été en difficulté, peut-être, mais l’évocation est prudente, à cause de la maladie qui ravage les alentours de Marseille de 1720 à 1722.

37Les ateliers de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) sont ici représentés par des spécimens intéressants, qui confirment les indications d’autres sites : utilisation dans le premier quart du XVIIIe s. du répertoire typologique de la deuxième moitié du XVIIe s., avec cependant une limitation de la variété et un alourdissement des formes ; simplification des décors polychromes, cantonnés sur les vases ouverts, avec limitation du recours à l’incision.

38L’une des contributions essentielles de ce site à la connaissance de la céramique utilisée à Marseille aux Temps modernes est la révélation de l’absence des céramiques d’Albisola dans le premier quart du XVIIIe s. : ces céramiques brunes à taches noires sont très nombreuses dans les contextes marseillais du XVIIIe s. On sait que la production s’en poursuit jusqu’à la fin du siècle au moins, mais leur date d’apparition sur les marchés marseillais restait assez vague. Bien qu’un argument a silentio ne soit pas totalement satisfaisant, il nous semble cependant intéressant d’y recourir, vu la masse de fragments en présence. La date d’apparition de ces céramiques se situerait donc après 1720.

2. L’équilibre précaire du milieu du XVIIIe s.

39Un virage s’amorce dans la consommation de céramiques dès le deuxième quart du XVIIIe s. à Marseille. D’après les diverses fouilles marseillaises, cette période inaugure notamment une plus grande utilisation de la faïence et un rééquilibrage des terres vernissées entre les produits locaux et les importations.

2.1. Les importations rares

40Certaines importations demeurent, comme précédemment, des raretés. Ainsi quelques fragments de céramiques ottomanes sont reconnus dans le mobilier de la place Villeneuve-Bargemon. L’un d’entre eux a été recueilli dans un contexte céramique du xixe s. comprenant un lot homogène de céramiques du siècle précédent. Ce fragment appartient à une tasse de Kutahya (fig. 196) datée du XVIIIe s., dont la forme est presque complète. La finesse des parois conduirait à la dater de la première moitié du siècle. À cette époque, les ateliers de ce centre de l’Anatolie utilisent des techniques identiques à celles d’Iznik, mais, dirigés par des Arméniens, ils ont varié leur répertoire iconographique et morphologique. Il n’est pas aisé d’interpréter le décor central de la pièce, qu’il s’agisse d’une extrémité pointue de feuille ou autre, encadré d’une frise courant sous la lèvre. Remarquons cependant, aux côtés des couleurs traditionnelles, des rehauts d’un jaune particulièrement vif ou citron, adopté dans les années 1720 (Soustiel 1985, p. 346).

Fig. 196. Faïence de Kutahya (milieu du XVIIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 196. Faïence de Kutahya (milieu du XVIIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

2.2. Les faïences

41La faïence était jusqu’à la fin du XVIIe s. de provenance extrarégionale uniquement. Les faïences décorées de Montelupo n’ont pas complètement déserté le marché marseillais par la suite et résistent encore avec des décors en spirales (Berti 1998, genere72, « spirali verdi ») et en bouquet central (Berti 1998, genere75, « mazzetto fiorito verde ») constituant en moyenne 1 % des objets en usage.

42La Ligurie procure à la marge quelques objets recherchés décorant des maisons du quartier de la place Villeneuve-Bargemon au XVIIIe s.

43L’ensemble des faïences italiennes constitue moins de 5 % des objets en usage dont l’essentiel est constitué d’assettes toscanes lourdes et sans décor que nous avons vues apparaître à la période précédente.

44Dans les années 1670, selon l’histoire de l’art, et à l’extrême fin du XVIIe pour l’archéologie en site consommateurs, la faïence commence à être fournie par des ateliers régionaux. La faïence provençale (fig. 197) et la faïence italienne du milieu du XVIIIe s. sont très différentes l’une de l’autre, alors que les productions des différents centres provençaux (Marseille, Moustiers, Varages, etc.) sont au contraire très semblables entre elles. Sur le chantier de la place Villeneuve-Bargemon, ces dernières représentent entre 10 et 15 % du mobilier, neuf dixièmes des objets stannifères étant provençaux. Il s’agit essentiellement d’assiettes et de plats, les écuelles étant plus rares, de même que les couvercles.

Fig. 197. Faïences régionales (milieu du XVIIIe s.). La Bourse

Fig. 197. Faïences régionales (milieu du XVIIIe s.). La Bourse

45Sur les 18 objets reconnus, sept ne présentaient pas de décor sur les fragments recueillis, l’émail d’une écuelle était resté uni (inv. 52.02.10312), et dix objets portaient encore des traces de décors. Il s’agit pour la plupart (huit d’entre eux) de décors au bleu de cobalt, comme ces frises de bâtonnets ou de broderies, très prisées (inv. 52.02.10315, 10163 et 10568). Un décor en vert et manganèse a été décelé sur un petit fragment d’écuelle à émail blanc (inv. 52.02.10266), pendant qu’un décor aux couleurs semblables était posé sur un objet non identifié à émail jaune (inv. 52.02.10313).

46La masse de cette faïence provençale est relativement faible, mais ses enseignements ne sont pas négligeables pour la céramologie : les produits à revêtement émaillé ont trouvé dans la vie quotidienne une place limitée mais assez constante et sans doute une fonction précise de vaisselle intermédiaire, plus élégante que la terre vernissée et moins onéreuse que les objets très recherchés. Cet aspect, peu documenté dans les études stylistiques, est davantage à la portée de l’archéologie.

2.3. Les poteries culinaires

47Les luttes entre approvisionnements, quels que soient leurs moteurs, ont lieu dans tous les domaines de la céramique. Les vases culinaires de Vallauris (fig. 198) prennent alors le pas sur tous les autres dans la cité marseillaise, avec le quart des fragments significatifs pour le XVIIIe s., et 9/10e des fragments réfractaires, constituant les trois quarts des vases culinaires.

Fig. 198. Marmite de Vallauris (milieu du XVIIIe s.). La Bourse.

Fig. 198. Marmite de Vallauris (milieu du XVIIIe s.). La Bourse.

48Ils fournissent des indices chronologiques relativement fiables, mais encore trop peu précis. On peut dire de manière générale que le XVIIIe s. a vu l’avènement des marmites à « bord carré » et des poêlons à lèvre épaissie légèrement déversée et queue en guise de préhension. Ces objets ne sont pas sans poser des problèmes de chronologie tant leur évolution est peu perceptible. C’est plutôt dans les techniques qu’il faut trouver des indices : l’engobe est d’abord absent, il apparaît vers le milieu du XVIIIe s., puis se généralise peu à peu, sans jamais devenir une règle.

49Les céramiques réfractaires de type « Uzège » sont peu utilisées à Marseille pendant toute l’Époque moderne. Dans le courant du XVIIIe s., ce sont les formes de vaisselle (écuelles et grands plats à aile) et les poêlons qui ont les faveurs de quelques rares acheteurs.

50Le phénomène de spécialisation dans les approvisionnements, qui s’est produit dans la seconde moitié du XVIIe s. pour les terres vernissées au profit des ateliers de la vallée de l’Huveaune, se répète au début du XVIIIe s. en faveur des ateliers de Vallauris dans le domaine des vases de cuisine.

2.4. Les terres vernissées

51L’apparition des céramiques vernissées « à taches noires » d’Albisola (fig. 199) constitue le marqueur du plein XVIIIe s. à Marseille. Il s’agit certes d’un indice chronologique intéressant et facilement identifiable. Si les formes sont assez bien répertoriées, leur typo-chronologie reste cependant à affiner. Elles n’apparaissent pas à Marseille avant le deuxième quart du XVIIIe s. et semblent se maintenir jusqu’à la fin du XVIIIe s. Ces trois quarts de siècle restent pour l’instant indistincts, sans aucune typologie précise et périodisée (Cameirana 1970 ; Milanese et al. 1994).

Fig. 199. Céramiques d’Albisola (milieu du XVIIIe s.). La Bourse.

Fig. 199. Céramiques d’Albisola (milieu du XVIIIe s.). La Bourse.

52Malgré une image de catégorie très vigoureuse et très envahissante véhiculée par quelque littérature archéologique, elles ne constituent pourtant, à travers le mobilier de l’ensemble des chantiers marseillais sur cette période guère plus d’un vingtième des fragments et des individus. Assiettes et plats très simples sont les plus courants, suivis par les écuelles et les tasses ; couvercles et grands plats parfois non circulaires, soupières et divers articles de vaisselle circulent aussi.

53Les productions de Biot les mieux connues sont les jarres (Mari 1996) et celles-ci demeurent l’essentiel parmi les objets attribués à ce centre, parfois difficiles à appréhender tant sont rares les fragments de ce « mobilier » si peu mobile. Une bugadière (grand récipient à lessive), bien connue de ce centre mais plus rarement importée, vient varier les inventaires.

54Que devient la terre vernissée de la vallée de l’Huveaune (fig. 200) au delà des années 1720 environ dans les maisons marseillaises ? Il existe deux manières de répondre à cette question : la première prend acte de la masse de tessons et d’objets qui nous parviennent à travers le filtre de l’archéologie, la seconde est un peu plus subjective bien qu’elle soit issue de constats et de l’analyse des objets eux-mêmes.

Fig. 200. Terres vernissées de la vallée de l’Huveaune (milieu du XVIIIe s.).

Fig. 200. Terres vernissées de la vallée de l’Huveaune (milieu du XVIIIe s.).

Assiettes (n° 1-4) et pichets (n° 5-6). La Bourse.

55On peut donc en premier lieu affirmer que la part de ces ateliers dans la consommation marseillaise reste considérable, avec par exemple pour la place Villeneuve-Bargemon le tiers des fragments significatifs et la même proportion des objets.

56On ne peut cependant s’empêcher de remarquer en second lieu, grâce au mobilier de l’ensemble des sites marseillais, que le foisonnement des formes et la virtuosité des décors du dernier quart du XVIIe s. ne sont plus atteints dès le début du siècle suivant. Les engobes unis (excepté l’engobe blanc sous vernis vert) étaient exception, ils deviennent la règle, avec les trois quarts des objets reconnus. L’engobe rose, qui n’était utilisé qu’en sous-couche dans la période florissante de l’Huveaune, trouve sa place en revêtant le cinquième des objets et se combine au vernis jaune pour donner des vases à tonalité orangée. Il est parfois posé avant un vernis vert, conférant à ce revêtement une couleur peu flatteuse. Les décors figurés, de fleurs ou d’oiseaux, ont disparu, et avec eux la technique de l’incision et polychromie. Les décors jaspés, plus virtuoses qu’ils ne paraissent, ont considérablement décliné. À la fin du siècle précédent, certains artisans les maîtrisaient à un point tel qu’ils pouvaient couvrir entièrement la surface de vases fermés comme des pichets ou des pots de chambre. Ce savoir-faire se perd dès le premier quart du XVIIIe s. et est peu à peu abandonné. Ces décors jaspés ne savent plus animer que le centre de quelques assiettes et plats, où ils sont faciles à poser, avant de disparaître.

57Les décors d’engobes posés « en rubans » réussissent à survivre, certainement grâce à leur facilité d’exécution qui permet d’animer le vase à peu de frais. Les formes imaginées au siècle précédent sont dans un premier temps partiellement reconduites. Puis vers le milieu du siècle ou peu après, certainement sous l’influence de facteurs multiples, la platerie est simplifiée par l’adoption d’une forme, à base large et aile courte, déclinée en tailles, profondeurs et couleurs variées.

58Les rapports entre la faïence et la vernissée locales ne sont pas à proprement parler perceptibles à travers le mobilier archéologique. Sont-ils faits d’ignorance réciproque ou de liens étroits ? Si aucun vestige ou reste archéologique ne vient encore nous éclairer, gardons-nous cependant d’en déduire une absence totale de rapports. Il serait difficile d’envisager que deux arts de la terre cuite sur une même zone géographique évoluent sans rapports humains ou économiques entre eux. Il n’est cependant pas possible de les imaginer, l’archéologie ne nous menant pour l’instant qu’à des raisonnements par l’absence. Qu’il y ait eu ou pas des transferts, de techniques, de matières premières, de savoir-faire ou de main d’œuvre, ou de marchés, nous n’en avons pas de trace. Pour l’archéologie, cela ressemblerait plutôt à une absence de concertation et une concurrence certaine, résultant ou conduisant à un grignotage de la catégorie de vaisselle intermédiaire par la faïence.

Table des illustrations

Titre Fig. 188. Faïences (début du XVIIIe s.).
Légende Bougeoir à émail turquoise (n° 1), écuelle et assiette de Provence (n° 2-3), plat de Ligurie (n° 4), écuelle et assiette anciennement dites de Gênes (n° 5-6), plat de Montelupo (n° 7). 1, 5, 7 : Esplanade de la Major ; 2-4, 6 : rue Leca.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Fig. 189. Marmites en poterie réfractaire de Vallauris (début du XVIIIe s.). Les Carmes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 190. Marmites en poterie réfractaire (début du XVIIIe s.).
Légende 1-3 : Esplanade de la Major ; 4 : rue Leca.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 191. Céramiques réfractaires de Languedoc (type Uzège) (début du XVIIIe s.).
Légende Écuelle (n° 1), couvercle (n° 2), pichet (n° 3) et toupin (n° 4). 1, 3 : rue Leca ; 2 : Esplanade de la Major ; 4 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 192. Assiettes en terre vernissée de Languedoc (type Meynes) (début du XVIIIe s.). Rue Leca.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-5.png
Fichier image/png, 419k
Titre Fig. 193. Terres vernissées de la vallée de l’Huveaune, arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).
Légende Écuelles (n° 1-5), écuelle à l’italienne (n° 6), écuelle blanche (n° 7-8). 1-4 : Esplanade de la Major ; 5-7 : rue Leca ; 8 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-6.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 194. Assiettes à fond dégagé de l’arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).
Légende 1 : rue Leca ; 2, 6 : la Bourse ; 3-5 : Esplanade de la Major.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-7.png
Fichier image/png, 86k
Titre Fig. 195. Pots de l’arrière-pays marseillais (début du XVIIIe s.).
Légende Pot à conserves (n° 1), pot de chambre (n° 2), pot de fleurs (n° 3-4).1 : rue Leca ; 2 : Esplanade de la Major ; 3 : rue Leca ; 4 : les Carmes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-8.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 196. Faïence de Kutahya (milieu du XVIIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-9.png
Fichier image/png, 428k
Titre Fig. 197. Faïences régionales (milieu du XVIIIe s.). La Bourse
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-10.png
Fichier image/png, 86k
Titre Fig. 198. Marmite de Vallauris (milieu du XVIIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-11.png
Fichier image/png, 123k
Titre Fig. 199. Céramiques d’Albisola (milieu du XVIIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-12.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 200. Terres vernissées de la vallée de l’Huveaune (milieu du XVIIIe s.).
Légende Assiettes (n° 1-4) et pichets (n° 5-6). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3641/img-13.png
Fichier image/png, 49k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search