Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Chapitre 7. La céramique d’usage quotidien à Marseille de 1660 à 1710 : la créativité exceptionnelle des ateliers de l’arrière-pays marseillais

Texte intégral

1Il faut, d’emblée et nécessairement, identifier ces années 1660 à 1710. Le critère retenu pour circonscrire cette période est la présence de vaisselle vernissée à décor incisé et polychrome provenant de la vallée de l’Huveaune dans l’arrière-pays marseillais. Une description rapide de ce marqueur chronologique peut être faite : sur un vase dont l’argile est rouge orangé, les potiers passent une couche d’engobe blanc qu’ils incisent de traits fins faisant réapparaître la couleur de la pâte et qu’ils rehaussent de taches rouges et vertes issues respectivement d’engobe rouge chargé en fer et d’une préparation à base d’oxyde de cuivre.

2Si les débuts de cette production de la vallée de l’Huveaune sont encore mal connus car les mobiliers archéologiques marseillais de la première moitié du XVIIe s. sont rares et le milieu du XVIIe s. reste encore un peu flou, la période autour des années 1670 est plus riche d’enseignements céramologiques. L’ensemble de la Charité notamment a fourni vers 1983 (L.-F. Gantès) des informations pionnières ayant permis la détermination (par nos soins dans un cadre universitaire, sous la direction de Mlle Démians d’Archimbaud) de cette production. Il faut le souligner ici car nous n’y reviendrons plus, aucune structure de fabrication antérieure au xixe s. n’a été trouvée dans la vallée de l’Huveaune. Ce n’est donc que par le mobilier des sites de consommation, et en premier lieu celui de Marseille, que ces produits sont connus. Les premiers ensembles ont été complétés avantageusement par les lots de la Bourse issus des fouilles de 1967 à 1984 et ils ont permis l’établissement d’une typologie et d’une « cartographie » des approvisionnements extérieurs utilisées pour les chantiers postérieurs : ce n’est souvent, dans le cas de courtes séries notamment, que grâce à ces études antérieures que le mobilier de cette période peut être daté, compris et analysé.

3L’apport du chantier de l’Alcazar (M. Bouiron) à la connaissance des ateliers de l’arrière-pays marseillais est resté limité. Quelques pièces et certaines associations sont intéressantes, leur apport est davantage perçu grâce aux travaux précédents que par leur valeur propre. Pour la période étudiée ici, les niveaux de l’Espace Bargemon (P. Mellinand) ne sont pas très nombreux, mais 176objets dont 28formes archéologiquement complètes en ont été extraits (avec toutefois 45 % de tessons résiduels sur 1182fragments, ce qui en limite clairement l’intérêt).

4Quant au Tunnel de la Major (O. Maufras) aucun mobilier n’est utilisable pour la période traitée (8unités stratigraphiques totalisant à peine 18fragments).

5L’absence, sur ces deux grands chantiers marseillais, de périodes relativement bien représentées par ailleurs, prouve s’il en était besoin que le hasard des découvertes préside à nos modestes recherches, influe sur notre perception et crée des hiatus qu’il faut se garder de combler artificiellement en tirant les datations. Sur la place Villeneuve-Bargemon, le chantier César1 n’a pas fourni de mobilier utilisable pour cette période. Le mobilier du chantier César2 n’a pas été étudié lors des temps de post-fouille, aucun moyen n’ayant été consacré à cette céramique, de même que celui de la place Jules-Verne. Compte tenu du volume total de ces deux collections, il n’était pas envisageable de l’explorer pour cette synthèse.

6Les chantiers plus récents (collège Vieux-Port, opérations de la rue de la République, opérations du fort Saint-Jean, ZAC de la Bourse, etc.) n’offrent pas de nouvelles données pour la céramologie de la seconde moitié du XVIIe s. Des objets particulièrement significatifs, caractéristiques ou insolites, pourront cependant être cités ponctuellement.

7Les vases fabriqués dans cet arrière-pays, entre 10 et 30 km à l’est de la ville de Marseille, sont considérés pour la cité marseillaise comme des productions locales, d’usage commun, façonnés et utilisés sans délai. Certaines formes et quelques types de revêtements et de décors ont démontré qu’ils étaient des indices particulièrement pertinents, dont la fiabilité est encore renforcée en croisant les deux informations de forme et de décor. Le décor incisé et polychrome, dans ses aspects les plus soignés en particulier, est intensément diffusé pendant cette période se situant entre les années 1660 et les années 1710 environ. Les céramiques ainsi décorées sont extrêmement répandues dans une période relativement courte, de quelques dizaines d’années vraisemblablement, correspondant sans doute à quelques générations d’artisans tout au plus.

8Cette vaisselle vernissée constitue au minimum la moitié des objets et des fragments significatifs de la seconde moitié du XVIIe s. issus des chantiers marseillais, parfois davantage allant jusqu’aux deux tiers ou aux trois quarts du mobilier. Elle ne sait assurer tous les besoins : elle est façonnée en terre non réfractaire, on ne peut l’utiliser au feu ; sa présence sur les tables modestes signe son statut de vaisselle commune. Il reste quelque place sur le marché des céramiques pour les faïences tant que les provençaux ne les produisent pas (après les années 1680), pour les vases à cuire et les pipes, devant être tournés dans des argiles réfractaires, et pour quelques terres vernissées proches de celles de l’arrière-pays marseillais qui parviennent à s’infiltrer ça et là.

1. Les importations au long cours : Orient et Europe du Nord

9Les pièces les plus rares se retrouvant dans les intérieurs marseillais pendant les périodes qui nous préoccupent ici sont évidemment celles ayant voyagé au long cours. Les provenances lointaines sont finalement peu nombreuses sur toute la période moderne. Elles sont diverses, et sauf une exception, relativement anecdotiques dans le sens où elles ne sont pas de véritables approvisionnements en marchandises à l’échelle de la cité mais plutôt des choix personnels de quelques habitants fortunés ou aventureux.

1.1. L’Orient

  • 14 La Bourse D IV 13, inv. 30830, fig. 1498.

10Les céramiques de provenance la plus lointaine seraient, dit-on, celles qui proviennent de Chine, mais aucun tesson de ce type n’est recensé dans la période en question à l’exception d’un bord de bol à décor de lustre métallique interne et revêtement bleu extérieur14.

11Un fragment isolé de l’Alcazar (fig. 122, n° 1) est issu d’un vase ayant été fabriqué en Turquie. Il s’agit d’une anse de section ronde appartenant à un vase fermé, animée de filets noirs longitudinaux encadrant des traits transversaux. Il est d’une taille regrettablement réduite. Son état de conservation est, comme souvent dans le cas de ces céramiques à pâte siliceuse synthétique, assez mauvais. Malgré ces réserves d’interprétation, nous avancerons l’hypothèse d’un fragment de pichet ou d’aiguière produit à Iznik dans le XVIe s. Ces types de vases sont en effet très richement et très diversement décorés sur leurs panses (nuages, style aux quatre fleurs, etc.) mais sont affublés d’anses extrêmement stéréotypées dont le système décoratif du fragment de l’Alcazar se rapproche étroitement (Atasoy, Raby 1990, p. 271, 296…).

Fig. 122. Céramique d’Iznik (n° 1) et céramiques d’Espagne (n° 2-3) (fin du XVIIe s.). 1-2 : Alcazar ; 3 : la Bourse.

Fig. 122. Céramique d’Iznik (n° 1) et céramiques d’Espagne (n° 2-3) (fin du XVIIe s.). 1-2 : Alcazar ; 3 : la Bourse.

1.2. L’Europe du Nord

12Les contrées d’Europe du Nord sont aussi très peu représentées sur la période strictement Moderne : nulle vaisselle n’en parvient. La Hollande fournit deux produits très différents et très contrastés, les carreaux de Delft et les pipes blanches hollandaises. Les carreaux de Delft sont très prisés aux XVIIe et XVIIIe s. en Europe, mais ils resteront inconnus ici jusqu’au XVIIIe s. pour ce qu’en laisse voir le mobilier archéologique marseillais.

  • 15 Nous ne détaillons pas plus cette production particulière et renvoyons, dans cet ouvrage, à la part (...)

13À l’opposé de cette production de revêtements muraux, on trouve celle des pipes, qui se classe bien évidemment parmi les céramiques. Les pipes en terre blanche d’Europe du Nord sont assez emblématiques d’une période allant approximativement à Marseille de la deuxième moitié du XVIIe s. à la fin du XVIIIe s. Leur production débute en Angleterre à la fin du XVIe s. et se poursuit de manière importante en Hollande (Raphaël 1991). Les fragments de pipes sont au nombre de 89 sur l’ensemble du chantier de l’Alcazar, soit environ 1,7 % de l’ensemble des fragments en contexte. Parmi ceux-ci, figure un seul talon marqué d’un oiseau. Un seul fourneau est décoré, alors qu’une autre pipe porte un monogramme fragmentaire dans un médaillon en relief face au fumeur. Un fourneau d’une pipe de Bargemon (inv. 52.02.11616) est marqué sur son talon du monogramme « EB » assez répandu dans les productions hollandaises15.

14L’inventaire des céramiques de provenance septentrionale est relativement rapide à faire sur la période concernée. Cette faible présence interroge. La voie terrestre était moins évidente que la voie maritime qui est certainement celle qui a été empruntée pour l’importation de pipes. Si la quantité de celles-ci, bien que faible, n’est pas négligeable, elle est sans doute due à l’absence de production proche qui oblige à des importations lointaines. La voie que les pipes ouvraient n’a pas facilité par exemple l’importation des carreaux hollandais. La qualité et certainement le coût de ceux-ci ne ciblait évidemment pas le même public. Les vaisselles d’autres zones européennes sont totalement absentes de Marseille pour l’image qu’en donne l’archéologie.

2. Les importations des pays voisins : Espagne et Italie

15L’hétérogénéité des importations marseillaises se remarque pour des origines moins lointaines. Même du sud de l’Europe, certaines provenances sont préférées au détriment d’autres. Ainsi l’Espagne est toujours assez négligée.

2.1. L’Espagne

16Une assiette de faïence à décor de lustre seul (fig. 122, n° 2) a été recueillie dans un contexte du troisième quart du XVIIe s. Cette assiette se trouvait en compagnie d’une seconde assiette, de plus petite taille, de profil différent, dont le décor était entièrement effacé (inv. 24.99.1710). Cette forme à aile est caractéristique de la production moderne. Le décor est constitué de volutes dans le bassin et de traits larges et épais sur l’aile. L’état de conservation de l’objet ne permet pas d’interpréter avec certitude ce décor (figuratif ou purement ornemental ?). Cette assiette pourrait dater du début du XVIIe s. et avoir été utilisée, davantage en tant qu’élément de décor et de prestige que comme vaisselle jusque dans la période qui est traitée ici.

17L’Italie en revanche, guère plus proche que l’Espagne, est représentée, sans commune mesure. Se sont en réalité plusieurs provinces italiennes qui sont ainsi totalisées, les plus généreuses (ou celles avec lesquelles les Marseillais se sont montrés les plus généreux) étant la Ligurie et la Toscane. Les produits en sont variés puisqu’ils vont de la faïence à la poterie culinaire pour la première, de la faïence à la terre vernissée pour la seconde.

2.2. La question de la Ligurie et de l’ancien type « génois »

18Les faïences ligures étaient jusqu’il y a peu considérées depuis la Provence comme diverses, étonnamment diverses : certaines pouvaient être richement décorées (fig. 123, n° 1-2) d’autres au contraire se rapprocher par leur facture de la céramique commune. Les faïences ligures du XVIe s. étaient rares à Marseille. Elles semblaient simplement s’affirmer davantage sur le marché marseillais pendant le XVIIe s.

Fig. 123. Faïence de Ligurie (fin du XVIIe s.). 1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.

Fig. 123. Faïence de Ligurie (fin du XVIIe s.). 1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.

19Longtemps ces faïences sans décor, aux parois plutôt épaisses et aux formes simplissimes reçurent dans nos travaux, à l’imitation de certains de nos formateurs, une identification « ligure ». Il était parfois des cas, comme dans le mobilier d’une séquence stratigraphique du début du XVIIIe s. du chantier de la Source du Pré à La Ciotat (P. Mellinand) où la discrimination de tessons à revêtement blanc sans décor entre les origines « ligure » et toscane relevait du casse-tête et finissait en migraine.

20Ce n’est que récemment, et grâce au travail de synthèse requis pour cet ouvrage que l’historiographie précise de cette attribution a été reprise. Plusieurs indices troublants sont alors relevés. Les publications italiennes relativement récentes ne mentionnent pas cette production, bien reconnaissable, dans les études de faïences de Ligurie. L’absence n’apportant cependant pas de preuve dans un sens quelconque, remontons le fil de l’histoire pour voir comment s’est forgée cette « certitude ». C’est dans une publication, datant des balbutiements de la céramologie « post medievale » et résumant les premiers travaux de notre éminent collègue Marco Milanese, qu’apparaît un plat à paroi épaisse légendé « maiolica italiana » (Milanese 1976, p. 280-281, 300, tav. III, fig. 39). Ce terme vague fut certainement choisi avec soin par l’auteur et contraste avec la précision d’autres attributions, qui se sont par la suite avérées, à la Ligurie de céramiques de la même étude.

21Dix ans plus tard, des chercheurs provençaux utilisent cette référence pourtant explicite dans son imprécision afin d’identifier comme ligure une série d’assiettes blanches retrouvées sur un site artisanal varois du XVIIIe s. (Foy et al. 1986, p. 143, 145 fig. 10-1 à 4). Prenons un indulgent raccourci, ouvrons l’ouvrage de Fausto Berti qui présente des vases ouverts de Montelupo non décorés : ce sont, à s’y méprendre, des « assiettes de Gênes » provençales (Berti 1998, p. 405-406). La perplexité est le minimum que l’on puisse alors ressentir.

22Que faire désormais, après cette remise en question ? Tout d’abord garder à l’esprit qu’il ne s’agit que d’une question, parvenue tardivement à la conscience embrumée d’une céramologue iconoclaste, trop tardivement hélas pour user d’archéométrie. Ensuite constater que la faïence ne dépasse jamais quelques unités pour cent d’un mobilier céramique urbain domestique. Les batailles entre provenances, si passionnantes qu’elles soient à l’intérieur d’une catégorie céramique, deviennent presque dérisoires à l’échelle d’un quotidien des Temps modernes, celui que nous tentons de comprendre.

23Voici qu’un tas de récipients au rebut, que s’arrachaient des affamés à l’intérieur d’une véritable prison, permet aujourd’hui de dire que dès le dernier quart du XVIIe s. les faïences que nous disions jadis génoises et sans doute plutôt toscanes font leur première apparition, sous la forme de quelques vases d’un blanc immaculé, contrastant parmi de nombreux autres aux couleurs voyantes qui les datent et les font comprendre. Les deux objets de La Charité sont remarquables de clarté si l’on choisit notre interprétation « toscane » : si tant est que l’on puisse interpréter des typologies, il suffit de comparer celle des vases ouverts de Pise et celle des assiettes blanches. Les tailles sont les mêmes, les formes identiques, les pieds et bases tournassés. Seules les parois sont plus fortes, la terre claire de la vallée de l’Arno restant crayeuse après cuisson, tout à l’inverse de la terre rouge dure et sonore utilisée pour les céramiques vernissées qui leur sont contemporaines (cf. infra § 2.3.).

24Ces faïences italiennes sont presque les seules céramiques de luxe présentes sur la fouille de l’Espace Bargemon, et parmi celles-ci, la Ligurie a une place de choix (7 à 8 % du mobilier). Elles sont, avant l’apparition de la faïence régionale dans le courant de cette période, à peu de chose près les seules faïences connues. Le dépotoir de la place Villeneuve-Bargemon offre ce type luxueux et un autre fort différent : trois autres assiettes et plats représentent le type ligure décoré. Les deux plats ont un bord déversé et un fond dégagé en anneau (inv. 52.02.11506, paroi absente, et 11507) ; il faut y adjoindre une aile d’assiette (inv. 52.02.11508). Les décors sont différents d’un vase à l’autre, mais restent dans le même esprit : palmettes, croisillons et grandes ferronneries.

25La vaisselle vernissée de cette région de Ligurie parvenait à Marseille au XVIe s. ; elle est déjà absente du mobilier marseillais de la seconde moitié du XVIIe s. pour ce qui peut en être identifié.

26Une autre catégorie intéressante par sa masse en provenance de Ligurie est constituée par les poteries réfractaires qui, si elles sont restées d’une remarquable discrétion sur le site de l’Alcazar tout comme à l’Espace Bargemon, sont bien présentes dans la cour de la Charité, à la Bourse (fig. 124, n° 1-3). Parmi les vases culinaires de Bargemon, dont la relative rareté (13 %) demeure inexpliquée à travers ce dépotoir, nous trouvons trois marmites de Ligurie de forme courante, très appréciées à Marseille mais pendant un temps assez bref (inv. 52.02.11520 à 11522) et côtoyant des objets moins connus comme une petite forme à bord en canal de Vallauris (inv. 52.02.11527).

27Ces vases culinaires de Ligurie sont caractéristiques et relativement bien datés. La faible présence des vases à cuire ligures dans l’ensemble de ce mobilier ne s’explique pas sur le chantier de l’Espace Bargemon (5 % des fragments significatifs et 3,5 % des formes). Cela vient-il d’une rareté des niveaux stratigraphiques des périodes relativement courtes où ils sont les plus utilisés, ou d’une moindre habitude de consommation de ces articles sur toute la période ? Les marmites de Ligurie ont un bord obtenu par simple changement de l’orientation de la paroi, elles ont de petites anses de section circulaire caractéristiques (Cameirana, Varaldo 1976). Elles sont fréquemment accompagnées de jattes (fig. 124, n° 4-6).

Fig. 124.Céramiques culinaires de Ligurie.

Fig. 124.Céramiques culinaires de Ligurie.

1, 3-5 : la Bourse ; 2 : fort Saint-Jean ; 6 : la Charité.

2.3. La Toscane

28La Toscane bénéficie d’une certaine primauté sur le marché marseillais ; ses faïences, à décor vert et brun par exemple, étaient appréciées à Marseille depuis le Moyen Âge classique et pendant une longue période : les faïences décorées de Montelupo restent présentes du XV e s. jusqu’au milieu du XVIIIe s. environ. Elles sont souvent peu nombreuses en nombre de fragments mais de plus de poids dans le dénombrement par objets ce qui semble indiquer une bonne (ou trop grande) lisibilité de cette catégorie.

29Dans le XVIIe s., la faïence de Montelupo est fréquemment représentée à Marseille par la série à décor de « feuilles de chêne » (foglia verde ; Berti 1998, p. 397) que l’on retrouve sur plusieurs fragments de l’Alcazar dont un bord d’assiette et un fond (fig. 125, n° 1-2).

30Trois assiettes du dépotoir de la place Villeneuve-Bargemon appartiennent au fameux type anciennement dit « génois », caractérisé par des objets assez lourds, dont l’émail est peu soigné et reste sans décor. Ce groupe apparaît donc vers la fin du xviie s. et se maintient fortement pendant le xviiie s. En effet, parallèlement à des faïences historiées, la faïence commune fait son chemin. On retrouve ces assiettes blanches à l’Alcazar (inv. 24.99.1492 et 1503) et en grand nombre sur le site de la Bourse.

31Parallèlement à cette production à revêtement stannifère se développent en Toscane de fortes séries de céramiques vernissées mettant particulièrement à l’honneur le travail sur les engobes (incisions, rehauts, mélanges). Parmi les premières remarquées à Marseille sur la période Moderne figurent les vernissées de Pise dites a stecca et les graffitta tarda, qui présentent une surface d’engobe décorée de fines incisions. Les écuelles (fig. 126, n° 1-5), les assiettes (fig. 127, n° 1, 4-5), les plats à bord déversé à sillon (fig. 127, n° 2 et 6) et les plats à aile (fig. 127, n° 7 et 128, n° 6-7) sont bien illustrés par plusieurs chantiers de la cité marseillaise.

Fig. 125. Assiettes de Montelupo : faïence à décor de feuilles de chêne – assiettes (fin du XVIIe s.). Alcazar.

Fig. 125. Assiettes de Montelupo : faïence à décor de feuilles de chêne – assiettes (fin du XVIIe s.). Alcazar.

Fig. 126. Terres vernissées de Pise - écuelles (fin du XVIIe s.).

Fig. 126. Terres vernissées de Pise - écuelles (fin du XVIIe s.).

1-2, 5 : la Bourse ; 3-4 : la Charité.

32Comme il est ordinaire dans cette série, les œillets placés au centre du vase animent le plat, le reste étant occupé par des incisions concentriques, des remplissages et quelques rehauts de couleur (Berti 1994, fig. 17 et 18). Une seconde série de même origine et utilisant les mêmes techniques laisse toutefois davantage d’espace libre dans le vase. Sur ces pièces, on rencontre occasionnellement des oiseaux et d’autres décors figurés, ainsi que des décors héraldiques. Le blason central, qui a perdu alors toute signification politique pour n’être plus qu’un thème ornemental, est animé d’une série de points ou de simples traits transversaux (Berti 1994, fig. 19).

33Cette céramique vernissée est l’une des rares à pouvoir être formellement reconnue dans une œuvre picturale. Giovanna Garzoni (1600-1670) vécut en Toscane et s’est consacrée à la représentation de natures mortes agrémentées de petits animaux. Le « plat au melon et tranche de pastèque » conservé à la galerie des Offices de Florence est un plat de Pise parfait de forme et de décor (fig. 128).

34Une exceptionnelle série de petites assiettes à décor d’engobes jaspés a été recueillie sur le chantier de l’Alcazar (fig. 128, n° 1-3). Ces objets n’étaient pas réellement inconnus à Marseille. Leur forme et leur revêtement sont courants sur leur lieu de production (Berti 1994, fig. 33). Leur bord déversé à sillon fait déjà partie des trois types de bords répertoriés à Marseille pour les assiettes et plats pisans tardifs. C’est plutôt leur taille réduite qui fait leur originalité, ainsi que leur nombre qui tend à évoquer un système de service, rarement perceptible dans du mobilier archéologique, en particulier celui de Marseille.

35Les céramiques vernissées de Pise, bien que toujours peu nombreuses (sauf dans les contextes particuliers comme celui de l’abbaye Saint-Victor et pour une date légèrement plus haute), sont en général assez courantes dans cette période. Dans le mobilier de la fosse de l’Espace Bargemon, un unique tesson témoigne de cette catégorie (inv. 52.02.11515). Il s’agit d’un bord d’assiette sans doute décorée d’incisions et polychromie, mais le bord est trop fragmentaire pour laisser voir le moindre décor.

36Un autre objet, exceptionnel pour notre cité, consistait en un pichet pisan à décor incisé et polychrome (fig. 127, n° 3). Un fragment est suffisamment caractéristique par sa pâte, son aspect extérieur et son décor pour se signaler clairement. Les vases fermés d’origine pisane ne sont jamais exportés vers Marseille, alors que les vases ouverts le sont couramment. Le fragment de l’Alcazar est un vestige de panse dépourvu de toute ébauche de bord, de fond ou d’appendice, toutes choses auxquelles il a pu être rattaché. L’intérieur de l’objet n’est que sommairement revêtu d’un vernis maigre. L’extérieur a reçu une couche d’engobe blanc qui a été incisée rapidement de traits verticaux et d’une onde large de même orientation. Des taches de couleurs, verte pour l’essentiel et jaune par endroits, sont posées de manière approximative. Le vernis de bonne qualité a conservé toutes ses qualités de brillance et de transparence. Ce seul témoignage à travers les mobiliers archéologiques d’un second vase fermé pisan parvenu à Marseille pendant la période moderne est en fait doublement exceptionnel (le premier vase à liquide pisan, une simple cruche non décorée revêtue de vert, a été recueilli dans l’un des puits de la Bourse, accompagnée de céramiques du XVIe s. ; Abel 1988). Les « boccali graffiti tipo pisano (tipo63) », attribués au XVIe s. ont été déterminées par Tiziano Mannoni dès 1968 (Mannoni 1975, p. 82), mais leur rareté ne les fait apparaître que très rarement en bibliographie. L’objet de l’Alcazar conserverait le décalage chronologique généralement observé entre les importations luxueuses et les productions locales.

Fig. 127. Terres vernissées de Pise - assiettes (n° 1-2, 4-7) et pichet (n° 3) (fin du XVIIe s.).

Fig. 127. Terres vernissées de Pise - assiettes (n° 1-2, 4-7) et pichet (n° 3) (fin du XVIIe s.).

1, 3 : Alcazar ; 2, 4-5 : la Bourse ; 6-7 : la Charité.

Fig. 128.Terres vernissées de Pise - assiettes et plats (fin du XVIIe s.).

Fig. 128.Terres vernissées de Pise - assiettes et plats (fin du XVIIe s.).

1-3 : Alcazar ; 4, 6 : la Bourse ; 5, 7 : la Charité.

3. Les productions régionales : Languedoc, Provence rhodanienne et Provence orientale

37Nous avons vu que les importations au long cours privilégient les origines « orientales », préférant les produits des états italiens aux céramiques espagnoles. Nous retrouvons, en réduction, un schéma globalement semblable pour les importations moins lointaines, celles de Provence occidentale et Languedoc étant moins répandues dans les mobiliers archéologiques marseillais que celles de Provence orientale.

3.1. Le Languedoc et la Provence rhodanienne

38Les poteries vernissées dites « du Bas-Rhône » sont encore aujourd’hui en attente d’identification exacte et formelle. Ce terme vague avait été choisi au début de cette recherche car la pâte de ces objets présentait des analogies visuelles avec celle des productions de faïences médiévales avignonnaises. Cette hypothèse ne s’est pas vue contredite. Plus nombreuses dans le Gard, elles semblent devoir être rattachées à la ville de Meynes. Un pichet de l’Alcazar, à large col, pâte jaune et vernis jaune décoré d’une lourde traînée de manganèse sur l’épaule, a été placé à l’actif de cette « production ». C’est aussi le cas d’un vaste pot de fleurs à bord caractéristique qui se trouvait décoré d’appliques en relief semblant imiter un étrange tressage.

39Deux fragments de l’Espace Bargemon, fond et bord replié appartiennent à un même plat creux à engobes jaspés sur fond blanc formant un large pétale (inv. 52.02.11516). Le vernis est agrémenté de taches vertes.

40L’essentiel de la typologie est fournie par les puits de la Bourse où plusieurs assiettes (fig. 129, n° 1-3) et plats à bord replié (fig. 129, n° 4-5), entiers, viennent offrir des compléments de choix à des vases à liquide en nombre relativement important (fig. 130), parmi lesquels des cruches à décors d’applique en relief sont très originales (fig. 130, n° 2-5).

Fig. 129. Céramiques de Provence rhodanienne - vases ouverts (fin du XVIIe s.).

Fig. 129. Céramiques de Provence rhodanienne - vases ouverts (fin du XVIIe s.).

1-2, 4-5 : la Bourse ; 3 : les Carmes.

Fig. 130. Céramiques de Provence rhodanienne - vases à liquide (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 130. Céramiques de Provence rhodanienne - vases à liquide (fin du XVIIe s.). La Bourse.

41Tout à l’inverse des incertitudes pesant sur la catégorie précédente, les poteries réfractaires de type Uzège sont bien connues (exemple Thiriot 1985). Elles sont présentes à Marseille de manière à peu près continue, mais presque insignifiantes avec 3 % de l’ensemble des fragments. Aucun objet de « type Uzège » n’est représenté dans le mobilier de l’Alcazar de la fin du XVIIe s. et ils sont anecdotiques place Villeneuve-Bargemon, alors qu’on rencontre ailleurs des toupins, couvercles et des pièces de vaisselle comme des plats à aile. La cour de la Charité avait livré quelques éléments de formes et deux fragments issus d’un puits de la Bourse ont été rassemblés graphiquement.

3.2. La Provence orientale

42Les céramiques de Provence orientale sont bien présentes dans les intérieurs marseillais sur toute la période considérée. Dès le XVIe s., les ateliers de Fréjus fournissent Marseille en vaisselle commune, écuelles, plats, et pot de chambre pour l’essentiel.

43À partir du milieu du XVIIe s. de manière très nette, les poteries culinaires de Vallauris (fig. 131) s’imposent aux consommateurs marseillais. Les pièces de vaisselle de table (fig. 131, n° 5-7), aussi produites à Vallauris, sont peu utilisées à Marseille, où la marmite (fig. 131, n° 1-4) reste la pièce culinaire essentielle sur toute la période moderne. Dans la seconde moitié du XVIIe s. arrivent les formes à col court, à canal interne marqué pour certaines. Quelques objets un peu plus rares sont aussi recueillis sur l’ensemble de la ville, comme les jattes à lèvres triangulaires les « toupins » à bords sinueux.

Fig. 131.Céramiques réfractaires de Vallauris (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 131.Céramiques réfractaires de Vallauris (fin du XVIIe s.). La Bourse.

44Les poteries vernissées de Fréjus de la place Villeneuve-Bargemon sont plus nombreuses que celles de Pise, bien qu’assez discrètes, avec un bord d’écuelle (inv. 52.02.11535), deux ailes courtes de plats (inv. 52.02.11536 et 11537) et deux bords de pots de chambre (inv. 52.02.11533 et 11534). Un troisième pot de chambre est archéologiquement complet (inv. 52.02.11532). Les parois sont épaisses, à peu près verticales jusqu’à une aile aménagée sans rupture de courbe. Les anses, en paire, sont de forte section, tournées et à plusieurs canaux, posées en forme de point d’interrogation, évolution marquante depuis les anses en parenthèses des modèles antérieurs.

45Près de Vallauris se trouve le centre de Biot, que la géologie n’a pas doté d’argiles réfractaires mais simplement calcaires. Dans cette ville sont produites, depuis le XVIe s. dit-on, les célèbres jarres du même nom. D’autres villages de potiers de la même région ont produit des jarres mais les origines ne sont pas discernables. Sur le site de l’Alcazar, une petite dizaine de fragments seulement se répartissent en trois jarres et cinq pots.

46Malgré cette dernière note discordante, on constate plutôt une forte présence des céramiques de Provence orientale, qui constituent environ un cinquième de l’ensemble du mobilier, là où les zones occidentales de France méditerranéenne ne représentent qu’une part presque négligeable et remplaçable dans tous les cas.

4. La production locale et assimilée : la terre vernissée de l’arrière-pays marseillais et la faïence régionale

47Comme cela a été dit en introduction, il s’agit de céramiques fabriquées entre 10 et 30 km à l’est de la ville, dans la zone de la vallée de l’Huveaune. Elles sont considérées pour la cité marseillaise comme des productions locales.

4.1. Les caractéristiques générales

48L’Huveaune prend sa source dans la région de Saint-Zacharie, village de l’ouest du département actuel du Var, et coule vers l’ouest en direction de Marseille, tout en traversant une région appelée par les géologues « bassin de Marseille et de la Haute-Huveaune », une zone riche en argile exploitée par des potiers jusque dans les années 1930 et encore aujourd’hui par des tuileries. Quelques sondages dans les archives de Saint-Zacharie en dépôt à Draguignan (Var) ont permis de situer approximativement les débuts de cette production vers 1630 (Abel, Amouric, 1991) et selon le mobilier archéologique, les terres vernissées de l’arrière-pays apparaissent sur les tables marseillaises vers le milieu du XVIIe s. Des analyses pratiquées en 1990 par Maurice Picon ont confirmé les « très fortes analogies » physico-chimiques des argiles géologiques du secteur avec les groupes de céramiques constitués lors des études des mobiliers de la Charité et de la Bourse.

49La vaisselle de cet arrière-pays marseillais se signale clairement par une pâte rouge orangée, dure et contenant peu ou pas d’éléments non plastiques. Dans certains cas, la pâte peut prendre des tonalités plus claires, moins ferriques en tranche ou en surface, sous l’action d’une cuisson ou post-cuisson moins oxydante. Cette production est déclinée en de très nombreuses formes, dont certaines fort courantes comme les écuelles ou les assiettes. D’autres sont rares, et bien d’autres sans doute nous restent encore à découvrir. Les caractéristiques communes à tous ces objets sont des épaisseurs de parois bien adaptées à la taille de la forme, des centres de gravité bien placés rendant les manipulations aisées, un engobe systématique sous le vernis, une certaine attention à la mode, particulièrement perceptible au travers des décors, conjuguée à la volonté de couvrir au maximum les besoins des consommateurs.

4.2. Les écuelles et les tasses

50Au premier plan des formes produites dans la vallée de l’Huveaune se trouve l’écuelle (fig. 132 à 136). Les plus anciennes de ces formes avaient des oreilles découpées de forme rectangulaire, des parois galbées et un fond creux. Dans le troisième quart du XVIIe s. est mis au point un moule d’oreille décorative comportant quatre volutes et un pendentif central. Ce modèle est longtemps utilisé, en original ou copie au relief émoussé. Le schéma de l’oreille polylobée est très en vogue pendant toute la deuxième moitié du XVIIe et au tout début du XVIIIe s. L’écuelle de l’Huveaune, à l’exception d’un modèle particulier peu usité et d’un modèle à fond dégagé, est toujours munie de deux oreilles de bonne largeur et d’épaisseur à peu près équivalente à celle de la panse. Celle-ci, verticale ou courbe, prolonge un fond généralement plat, parfois creux, jamais annulaire. La lèvre est terminée en amande dans la plupart des cas. La forme n’est pas rigoureusement fixée. Toutes les écuelles ont approximativement le même aspect, mais rares sont celles qui sont absolument identiques entre elles. La pose des oreilles déformait systématiquement le travail, certainement déjà très rapide, des tourneurs répartis dans différents ateliers.

Fig. 132. Écuelles à fond plat de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 132. Écuelles à fond plat de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1-2 : place Villeneuve-Bargemon ; 3, 5, 6-8 : la Bourse ; 4 : la Charité.

Fig. 133. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 133. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 134. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.

Fig. 134. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.

Fig. 135.Écuelles « champ de tulipes » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 135.Écuelles « champ de tulipes » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1-3, 6, 8 : la Bourse ; 4-5 : place Villeneuve-Bargemon ; 7 : fort Saint-Jean.

Fig. 136. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.

Fig. 136. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.

51De manière attendue et nettement accentuée sur la place Villeneuve-Bargemon, on retrouve la nette prééminence de l’écuelle avec 18exemplaires sur 47objets. L’instantané qu’offre ce mobilier gomme la variété des formes des productions de l’Huveaune remarquée à travers le mobilier archéologique marseillais.

52Les formes novatrices du XVIIe s. sont assez peu représentées sur le chantier de l’Alcazar : les tasses identifiées sont par exemple au nombre de cinq seulement dont aucune n’est dessinable. Vers la fin du XVIIe s., on rencontre à l’Alcazar les écuelles à fond creux dont le bord est légèrement épaissi en face interne à l’approche de la lèvre, et les écuelles à fond plat dont la lèvre est simplement arrondie. Une taraïette (jouet en terre cuite) reprend exactement la forme de la pièce de vaisselle de table.

53Seul un bord de tasse signale place Villeneuve-Bargemon la présence des formes « alternatives », adaptations aux goûts et usages du temps, remarquable pour la date à laquelle elle est créée et pour le monde de la terre vernissée (inv. 52.02.11570). Les chantiers plus anciens de la Bourse et de la Charité ont en revanche permis de mettre en lumière ces formes particulières.

54On a pu constater jusqu’ici dans cet ouvrage que l’écuelle s’est imposée comme contenant en terre cuite pour la part de nourriture individuelle. À peu près hémisphérique et plus ou moins creux, c’est l’élément de vaisselle typique des Temps modernes sans doute car il est certes adapté aux préparations liquides, mais éventuellement à d’autres plus solides. De plus aucune céramique à boire à usage individuel ne se rencontre dans le mobilier archéologique de Marseille. On se sert à l’occasion d’écuelles vernissées pisanes, de forme plus élancée mais de même capacité. Les potiers de l’arrière-pays marseillais imitent franchement et pour un temps, dans le dernier quart du XVIIe s., cette écuelle de la basse vallée de l’Arno : à partir d’un pied creux dégagé, les parois sont légèrement évasées et ne portent aucun appendice de préhension (fig. 137), les décors privilégiant incisions et polychromie particulièrement évocateurs. Cette écuelle de type italien constitue une exception dans le répertoire de l’Huveaune dont les inspirations sont si mystérieuses qu’elles semblent n’être que créations pures.

Fig. 137. Écuelles à fond dégagé type « Pise » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 137. Écuelles à fond dégagé type « Pise » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1-6, 8 : la Bourse ; 7 : la Charité.

55Une autre pièce du répertoire des terres vernissées de l’aire marseillaise, contemporaine de la précédente, est en revanche plus inattendue et illustre précisément ce processus de création. Il s’agit de la tasse « véritable », proche de la nôtre (fig. 138). Ses parois sont plus verticales et plus courtes, elle est agrémentée de deux petites anses opposées en forme de point d’interrogation et sa contenance est plus faible. On ne lui connaît aucun précédent ou précurseur dans les productions de céramiques locales. Même si ce récipient n’est pas le plus courant dans cette production vernissée locale de Marseille, les exemplaires en sont suffisamment nombreux pour constituer une référence typologique.

Fig. 138. Tasses de l’arrière-pays marseillais : (n° 1-7) ; tasses en faïence supposées marseillaises : (n° 8-9) (fin du XVIIe s.).

Fig. 138. Tasses de l’arrière-pays marseillais : (n° 1-7) ; tasses en faïence supposées marseillaises : (n° 8-9) (fin du XVIIe s.).

3-5 : la Charité ; 2, 6-7 : la Bourse ; 8-9 : Alcazar.

56L’originalité de sa forme laisse penser que la tasse répond à l’envie d’utiliser un récipient se démarquant de la solide écuelle à bouillie. Les décors ne sont cependant pas vraiment différenciés du reste de la production : bien que plus rares, les incisés et polychromes figuratifs ou géométriques alternent avec les engobes monochromes ou jaspés et des vernis tachetés. Cette tasse atteste sans doute de la diffusion dans la société marseillaise de la consommation du café et du chocolat auquel le sucre est associé par nécessité gustative.

57La tasse en terre vernissée n’a pas eu une vie très longue, elle disparaît dans le deuxième quart du XVIIIe s., sans doute reléguée par la faïence. Elle acquiert donc un statut de marqueur chronologique. Bien qu’éphémère, cette céramique archéologique rend possible la perception à Marseille et dans sa proche région de l’arrivée et de l’usage dans la vie quotidienne des produits exotiques (café, sucre, chocolat).

4.3. Les assiettes et les plats

58L’une des assiettes de l’Huveaune développe rapidement une aile rectiligne s’accrochant directement sur le fond plat et large formant une cuvette interne (inv. 24.99.1456). La forme est produite dans toute la seconde moitié du XVIIe s. (fig. 139). L’aile était de longueur moyenne au début de la production, elle s’allonge ensuite, et s’incurve légèrement. Ce modèle disparaît vers le début du XVIIIe s.

Fig. 139. Assiettes à aile de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 139. Assiettes à aile de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

59D’autres assiettes ont vu le jour (fig. 140 à 143). Les principales sont les formes à pied plein dégagé de la panse dont la paroi à courbe interne régulière est terminée par un bord déversé soigné. Très courantes, elles sont abondamment illustrées par la Charité et la Bourse mais très peu par le chantier de l’Alcazar. Les deux formes coexistent dans la seconde moitié du XVIIe s. Avec 17 exemplaires sur 47 objets, les assiettes sont quasiment aussi nombreuses que les écuelles parmi les productions de l’Huveaune issues du dépotoir de l’Espace Bargemon. Si les constantes de la forme sont un pied plein et dégagé, l’approximation dans le tournage, remarquée pour les écuelles, règne aussi parmi les assiettes. Le diamètre du pied, qui est plus ou moins bien dégagé, varie, le bord est plus ou moins déversé, etc. La première forme est relativement mieux fixée. Les assiettes ne sont en principe pas tournassées. En revanche, les plats qui les accompagnent, dont certains déclinent la forme de la première assiette (à aile) de manière plus vaste et plus creuse, voient leur pied dégagé par tournassage.

Fig. 140. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 140. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1-3 : la Bourse ; 4 : la Charité.

Fig. 141. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, à décor incisé polychrome de tulipes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 141. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, à décor incisé polychrome de tulipes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1-2 : la Bourse ; 3 : la Charité.

Fig. 142. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, à décor incisé polychrome, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 142. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, à décor incisé polychrome, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1-3 : la Bourse ; 4 : la Charité.

Fig. 143. Assiettes à fond dégagé de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 143. Assiettes à fond dégagé de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

60Les formes des plats « de service » suivent pour la plupart de près l’évolution de l’assiette. Le plat le plus courant dans la seconde moitié du XVIIe s. a une vasque ni très profonde ni très large, alors que son aile se développe amplement (fig. 144 à 149). Cette forme recherchée et virtuose, malgré le peu de soin qui est, là encore, accordée aux détails, fait partie du cortège d’objets novateurs produits dans un laps de temps relativement bref. Elle est abandonnée au début du XVIIIe s., au profit des plats à bord déversé qui sont bien présents dans la période dont il est ici question (fig. 150). Le petit « tian » (jatte profonde à parois évasées et bord replié) est aussi proposé aux consommateurs (fig. 151 et 152).

Fig. 144. Assiettes à ailes de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 144. Assiettes à ailes de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 145. Assiettes à ailes à fond plat, aile pour seule paroi, décorées de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 145. Assiettes à ailes à fond plat, aile pour seule paroi, décorées de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 146. Plats à aile de l’arrière-pays marseillais : vert sur jaspé (n° 2-3, 5), jaspé (n° 6) (fin du XVIIe s.).

Fig. 146. Plats à aile de l’arrière-pays marseillais : vert sur jaspé (n° 2-3, 5), jaspé (n° 6) (fin du XVIIe s.).

1-4 : la Bourse ; 5-7 : la Charité.

Fig. 147. Plats à aile de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 147. Plats à aile de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1 : Hôtel-Dieu ; 2, 4 : la Bourse ; 3 : la Charité.

Fig. 148. Plats à aile, bassin creux et aile ample, à décors incisés et polychromes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 148. Plats à aile, bassin creux et aile ample, à décors incisés et polychromes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.

Fig. 149. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 149. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 150. Plats creux de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 150. Plats creux de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1, 3 : la Bourse ; 2 : la Charité ; 4 : Hôtel-Dieu.

Fig. 151. Petits « tians » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 151. Petits « tians » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.

Fig. 152. Petits « tians » à décors incisés et polychromes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.

Fig. 152. Petits « tians » à décors incisés et polychromes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.

61Sur des modèles courants d’assiettes ou de plats, parfois exceptionnellement amincis par tournassage, sont posés des décors plus recherchés. Une gamme de plats plus luxueux est donc proposée, vraisemblablement pour des occasions particulières (fig. 153 à 157).

Fig. 153. Plat exposé au Musée de la faïence jusqu’en 2012 « aujourd’hui au Musée d’histoire ».

Fig. 153. Plat exposé au Musée de la faïence jusqu’en 2012 « aujourd’hui au Musée d’histoire ».

Mention « I R … 1676 » de part et d’autre du bouquet central (cl. Musées de Marseille).

Fig. 154. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 154. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Plat appartenant à une famille aubagnaise, exposé en 1993 à Aubagne (Argilla) et en 1994 à Savone, forteresse du Priamar (coll. part.), (cl. V. Abel/Inrap).

Fig. 155. Plat exposé au Musée de la faïence jusqu’en 2012 (anc. Musée Cantini).

Fig. 155. Plat exposé au Musée de la faïence jusqu’en 2012 (anc. Musée Cantini).

Mention « Joseph Roubaud » sous la terrasse, pouvant être le nom du potier et/ou du décorateur (cl. V. Abel/Inrap).

Fig. 156. Plats et assiettes à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 156. Plats et assiettes à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1, 3 : la Bourse ; 2 : Alcazar.

Fig. 157. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 157. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

4.4. Les vases à liquides : cruches et pichets

62Le site de la Bourse a livré le mobilier nécessaire (fig. 158 à 173) pour établir une typologie des vases à liquides, alors qu’ils sont difficilement perceptibles dans des niveaux d’habitat hors puits et autres structures du même type. Ce site a largement contribué à la connaissance des vernissées locales et, plus largement des céramiques d’usage quotidien par un unique type de structure, les puits, qui restent encore aujourd’hui presque les seuls de Marseille pour cette période. Vingt-quatre puits modernes ont été vidés de leur comblement pendant les chantiers de la Bourse et leur mobilier plus ou moins récupéré. L’ensemble le plus complet est issu d’un puits du carré virtuel F-I 9 et dépasse 3000 fragments, soit le quart du total des tessons de modernes étudiés pour ce site.

Fig. 158. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à vernis vert et pichet à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 158. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à vernis vert et pichet à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 159. Pichets à vernis jaspé (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 159. Pichets à vernis jaspé (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Maître de l’almanach, Damien Lhomme (attribué à), École Française, « Vanité », vers 1640. Peinture. Huile sur toile. 50,5 x 60,5 cm. (Musée d’art moderne de Saint-Étienne, DR).

Fig. 160. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.).

Fig. 160. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.).

1 : la Charité ; 2-4 : la Bourse.

Fig. 161. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 161. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 162. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 162. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 163.Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 163.Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 164. Vases à liquides de l’arrière- pays marseillais : pichet (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 164. Vases à liquides de l’arrière- pays marseillais : pichet (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 165. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : grands pichets à vernis vert (fin du XVIIe s.). La Bourse

Fig. 165. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : grands pichets à vernis vert (fin du XVIIe s.). La Bourse

Fig. 166. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : aiguières (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 166. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : aiguières (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 167. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à système de charnière et couvercle s’y adaptant (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 167. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à système de charnière et couvercle s’y adaptant (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 168. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 168. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 169. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor d’applique avec fleur de lys (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 169. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor d’applique avec fleur de lys (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 170. Vases à liquides de l’arrière- pays marseillais : cruches à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse

Fig. 170. Vases à liquides de l’arrière- pays marseillais : cruches à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse

Fig. 171. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 171. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 172. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 172. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 173. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches de barque à vernis vert (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 173. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches de barque à vernis vert (fin du XVIIe s.). La Bourse.

63La question que posent ces céramiques est celle de leur homogénéité chronologique. Un puits contient en majeure partie des poteries directement en rapport avec sa fonction : des cruches et pichets pour puiser et transporter l’eau brisés dans la manœuvre. Il peut rester en service très longtemps, mais comme il est régulièrement nettoyé, notamment en période de sécheresse où le niveau de la nappe phréatique baisse, les vases qui y sont retrouvés témoignent de la dernière période d’utilisation. Le puits est abandonné à la suite d’un tarissement, d’une pollution ou d’une modification du bâti. Il sert alors de dépotoir et concentre les déchets domestiques de tous ordres en plus des vases à liquide, puis parfois des décombres. Son comblement témoigne donc d’une période d’utilisation assez courte en tant que puits et en tant que dépotoir. Sur le site de la Bourse, les différentes terres vernissées italiennes, pisanes graffita a stecca, puis graffita tarda ensuite et enfin vaisselle à taches noires d’Albisola, n’étaient pas associées dans les même puits, confirmant l’homogénéité des comblements.

64Au premier rang des vases les plus utilisés pour le transport et le service des liquides se distinguent toujours la cruche et le pichet. La première est cordiforme plus que piriforme, elle a une forte anse supérieure rappelant celle des paniers, aux attaches de laquelle sont placés une petite anse latérale et un bec tubulaire opposé.

4.5. Les récipients pour l’hygiène

65D’autres vases peuvent être rapidement passés en revue : le grand tian aux multiples fonctions de bassine à vaisselle, toilette ou lessive (fig. 174).

Fig. 174. Grands tians (bassins) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 174. Grands tians (bassins) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1 : la Charité ; 2-3 : la Bourse.

66Sans doute à la faveur de la grande densité urbaine de la cité, les potiers proches ont fait du pot de chambre un de leurs articles à succès. Ils se plient aux contraintes de la fonction tout en adaptant la forme à leurs « principes » : parois sans épaisseur inutile, dimensions revues pour une meilleure ergonomie (fig. 175 à 178). C’est ainsi que dès le milieu du XVIIe s., le pot de chambre de l’Huveaune s’allège par rapport au schéma des premiers exemplaires reconnus à Marseille venant de Fréjus, se raccourcit, perd une anse et développe celle qui reste, et surtout se pare volontiers de décors identiques à la vaisselle de table… Ces choix correspondent-ils à une évolution des mœurs, à une mode ou au hasard d’une conjoncture ? Peut-être faudrait-il trancher cette question en la replaçant dans son contexte historique.

Fig. 175. Pots de chambre à vernis vert de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 175. Pots de chambre à vernis vert de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1 : la Charité ; 2-3 : la Bourse.

Fig. 176. Pots de chambre de l’arrière-pays marseillais : décor polychrome, filets sans incisions, engobes jaspés et taches vertes (fin du XVIIe s.).

Fig. 176. Pots de chambre de l’arrière-pays marseillais : décor polychrome, filets sans incisions, engobes jaspés et taches vertes (fin du XVIIe s.).

1-3 : la Bourse ; 4 : la Charité.

Fig. 177. Pots de chambre de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 177. Pots de chambre de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

67La fin du XVIIe s. reste dans l’impulsion décoratrice précédente. Rares sont les exemplaires sans décor, ils sont de plus grande taille, non revêtus à l’extérieur et un cordon d’argile digité en renforce l’aile (fig. 178). Ils se rencontrent surtout à la Charité, et peut-être faut-il y voir des récipients communs à plusieurs utilisateurs.

Fig. 178. Pots de chambre à cordon digité renforçant le bord, extérieur non revêtu (fin du XVIIe s.). La Charité.

Fig. 178. Pots de chambre à cordon digité renforçant le bord, extérieur non revêtu (fin du XVIIe s.). La Charité.

4.6. Les tirelires, jouets, et divers autres objets

68Le pot de fleurs est exceptionnel en milieu urbain. Celui de l’Huveaune est orné d’appliques en fleurs de lys et revêtu de vernis vert. Un exemplaire décoré d’incisons et polychromie est en situation de dépôt secondaire dans la fosse des pestiférés de la rue Leca.

69Les jouets, dînettes (« taraïettes ») ou sifflets sont les seuls objets directement en rapport avec l’enfance dans ce mobilier. Les formes des vaisselles miniatures sont les mêmes que les productions d’usage (fig. 179). En revanche aucun décor d’incisions et polychromie n’est connu sur ces supports. Quelques cruches peuvent avoir connu une fonction ludique, mais quoique de taille réduite, elles peuvent remplir une fonction de vase à liquide utilisé avec parcimonie (fig. 180). Les tirelires sont parfois considérées comme des jouets. Rien n’est moins sûr. La tirelire de l’Huveaune, assez pansue et terminée par un bouton qui la referme, reste obstinément sans revêtement (fig. 181).

Fig. 179. Taraïettes (dinettes) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 179. Taraïettes (dinettes) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 180. Cruches miniatures (taraïettes) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 180. Cruches miniatures (taraïettes) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 181. Tirelires (n° 1-4) et diverses pièces (n° 5-7) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

Fig. 181. Tirelires (n° 1-4) et diverses pièces (n° 5-7) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).

1 : La Charité ; 2-7 : la Bourse.

70Le sucre laisse à Marseille des indices de sa consommation, mais pour l’instant aucune trace de sa fabrication et ce jusque dans le courant du XVIIIe s. Malgré les masses de mobilier étudiées, seuls trois fragments de formes à sucre ont été récoltées en tout et pour tout. Ils se placent dans cette période (1670 à 1710 environ). Ces objets ne conservent quasiment que leur pointe et leur petit orifice caractéristique. Ils ont été prélevés par Fernand Benoît en 1950 dans le secteur de l’Hôtel-Dieu, donc relativement près du port, et non dans le quartier de l’Observance où se trouverait alors une raffinerie (Raveux 2010). Leur pâte les rattacherait aux ateliers de l’arrière-pays marseillais. Les céramiques associées indiquent un équipement domestique de l’extrême fin du XVIIe s. : quelques vases à cuire importés et de la vaisselle de table en terre vernissée et en faïence d’origine locale et d’Italie. Les formes à sucre ont pu avoir une fonction secondaire (entonnoir par exemple) avant de se retrouver dans un dépotoir de quartier. Seul le chantier de la Major pour les XVIIIe et xixe s. a livré quelques vases assez nombreux pour indiquer une activité de raffinage de sucre.

4.7. Les décors de la terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

71Cette vaisselle, fréquemment décorée depuis son apparition jusque vers le milieu du XVIIIe s., l’est particulièrement et avec recherche dans cette période, et c’est l’une des caractéristiques de cette production à ce moment de son histoire. Engobes posés, engobes jaspés et incisions rehaussées de couleurs sont les trois types d’animation de la surface des vases adoptés par les potiers de l’Huveaune et il est possible d’établir pour son analyse une typologie des décors parallèle à celle des formes. Ces techniques sont déclinées au fil du temps, parfois couvrantes, parfois discrètes, parfois figuratives ou strictement géométriques.

72Nés vers le milieu du XVIIe s., les décors d’engobes mêlés, aussi appelés jaspés, donnent un effet jaspé, volontiers rehaussé de taches vertes à l’oxyde de cuivre. Une évolution dans leur exécution est perceptible depuis les plus anciennes versions (peignées) aux versions de la fin du XVIIe s. souvent en rouge sur fond blanc. Les décors d’engobes mêlés sont appliqués plus volontiers sur les écuelles à fond creux, les tasses, les assiettes plates, les plats à aile, les petits tians, les pichets et les pots de chambre.

73Bien que les marbrures qui leur sont contemporaines soient souvent d’une grande virtuosité, les réalisations les plus réussies des ateliers de la vallée de l’Huveaune restent les décors incisés et polychromes. Le chantier de l’Alcazar illustre mal la variété et la créativité qui s’expriment alors, le chantier Bargemon un peu mieux ; les premières découvertes de la Bourse et de la Charité ont été primordiales pour en comprendre la richesse. Les décors floraux, naturalistes ou stylisés sont les plus fréquents, et parmi ceux-ci la tulipe (fig. 135 et 136, n° 2-4), fleur emblématique du XVIIe s., a une place de choix. L’une des assiettes de l’Alcazar était une pièce de qualité (fig. 156, n° 2), reconnue grâce à un plat de même facture trouvé dans un puits du site de la Bourse en 1969 (fig. 156, n° 1). Le temps devra être pris pour analyser le message de cette fleur sur une production de terres vernissées, mais il est clair que ce sujet passionnant est significatif des implications que peut avoir une étude de céramiques archéologiques modernes. La tulipe est particulièrement prisée puisqu’elle est identifiée sur le tiers des décors incisés polychromes de l’Espace Bargemon. Elle repose toujours sur une tige encadrée de feuilles. Elle est interprétée de manières variées selon les décorateurs, fleur plus ou moins fermée, tige souple ou raide, faite d’un seul trait ou de deux traits parallèles, extrémité des feuilles pointue ou arrondie… Après les incisions, de larges traits d’engobe rouge et de vernis vert sont appliqués, parfois assez grossièrement sur un dessin simple mais très évocateur.

74Une demi-douzaine de vases ouverts de la place Villeneuve-Bargemon dont les décors sont identifiables porte une fleur stylisée à cœur hachuré appelée « marguerite » (fig. 132, n° 2), dont la forme se rapprocherait cependant plutôt d’une anémone. Ce type de fleur a volontiers un cœur quadrillé. D’autres stylisations de fleurs se retrouvent en nombre plus limité dans l’Espace Bargemon. Une fleur en vue zénithale à petit cœur peut occuper tout le centre d’une écuelle (fig. 132, n° 1), schéma reproduit sur une écuelle à petit fond dégagé de la Bourse, (fig. 137, n° 2). Une fleur, dite « dahlia », est constituée de pétales placés au-dessus seulement du cœur, celui-ci étant directement attaché à une tige sinueuse (fig. 140, n° 4).

75Rares sont les décors animaux. Les oiseaux sont les plus courants. Le mobilier de l’Espace Bargemon en donne deux exemplaires très fragmentaires, alors que le site de la Bourse en offre un grand nombre (fig. 137, n° 4-5, fig. 139, n° 1 et fig. 142, n° 3-4). Un exceptionnel poisson figure au centre d’une assiette et d’une écuelle à fond dégagé de la Bourse (fig. 137, n° 3 et fig. 144).

76Les décors incisés et polychromes sont placés préférentiellement sur les écuelles à fond plat, celles à fond dégagé, les assiettes plates et à bord déversé, les plats à aile et à bord déversé, les pichets et les cruches, les pots de chambre.

4.8. Un objet d’exception : le bénitier

77Ce chapitre sur les terres vernissées de l’arrière-pays marseillais peut se clore avec une pièce exceptionnelle issue du chantier César 2, auquel quelques fragments du même ordre sont associés. L’extrême rareté des bénitiers dits « de chevet » à travers les mobiliers archéologiques tient certainement à leur fonction, ne les soumettant à aucun choc, et leur évitant d’être cassés et jetés. Moins de dix fragments en terre vernissée étaient connus à travers le mobilier des fouilles de Marseille avant cette découverte, et plus récemment par des exemplaires réalisés par un faïencier marseillais (cf. infra § 5.2.).

4.8.1. Le contexte archéologique de découverte du bénitier

78La plaque de terre cuite vernissée (fig. 182, n° 1) a été remontée en 1996-1997 d’un puits profond de la place Villeneuve-Bargemon (fouille A. Hesnard) dans lequel elle avait été jetée en compagnie d’un petit cortège de céramiques de l’extrême fin du XVIIe s. Parmi celles-ci, les mieux datées sont un fragment d’assiette de Pise (inv. 52.96.8076) et des vernissées locales, dont un grand pichet vert (inv. 52.96.8088) et un autre à décor incisé et polychromie (inv. 52.96.8087), une écuelle à décor de tulipe (inv. 52.96.8089) et une tasse (inv. 52.96.8090). Une assiette en faïence régionale est décorée d’une frise de courtes guirlandes et d’un motif central simple en fines volutes (inv. 52.96.8093). Moins habituelle est une tasse islamique à décor de lustre métallique dont l’extérieur est revêtu en bleu, et hors du mobilier que nous étudions malgré son nom, un fragment de « porcelaine » (coquillage de genre cypraea).

Fig. 182. Plaques de bénitier moulées de l’arrière-pays marseillais : terre vernissée et faïence issues de la même matrice (fin du XVIIe s.).

Fig. 182. Plaques de bénitier moulées de l’arrière-pays marseillais : terre vernissée et faïence issues de la même matrice (fin du XVIIe s.).

1 : place Villeneuve-Bargemon (cl. Giancatarina/MHM) ; 2 : ancienne collection d’Arthur-Jean Held, Musée de Genève (Suisse) (d’après Les Cahiers de la Céramique).

4.8.2. La plaque de bénitier

79La plaque subsistant du bénitier mesure 24,8 cm de haut, 13,2 cm en son point de plus large, et de 1 à 1,4 cm d’épaisseur. Elle est façonnée dans une terre rouge correspondant en tout point à celle de la vaisselle vernissée de la vallée de l’Huveaune. Cette argile a été appliquée dans un moule d’une grande qualité de composition et de détails représentant le baptême du Christ. Le revers révèle déjà la « main » rapide des potiers de l’Huveaune, peu soigneux des détails : la matière a été rapidement raclée puis découpée sur les côtés de la plaque. La vasque dont il ne reste qu’une trace conservée sur 5,5 cm de haut, était façonnée au tour et fixée avant cuisson dans la partie inférieure de la plaque.

80L’ensemble de la face de l’objet et sans doute aussi l’extérieur de la vasque disparue ont été recouverts d’engobe blanc, tacheté de rouge et de vert, et d’un vernis plombifère. Ce revêtement, aujourd’hui partiellement disparu, empâtait largement les détails du décor en relief, les rehauts de couleurs quelque peu hasardeux signant de nouveau le travail des potiers de l’Huveaune.

81La scène en bas-relief, étonnante de précision et de qualités artistiques, ne peut en revanche être l’œuvre de ces mêmes potiers qui n’ont guère utilisé la technique du moulage que pour les oreilles d’écuelles et des appliques en fleurs de lys ornant parfois les panses de cruches (fig. 169) qui ne parviennent pas au degré de maîtrise nécessaire pour confectionner un moule de la qualité de celui du bénitier. Cette scène prend place dans un cadre évoquant une architecture, baroque par les volutes et la coquille mousseuse qui la surmonte, mais dont la partie supérieure en arc trilobé semble une réminiscence d’un style antérieur. Au premier plan se tient le Christ, un pagne noué autour des reins, mains l’une sur l’autre et non jointes dans une attitude de prière ; il penche la tête et le buste vers sa gauche dans une position d’humilité déterminée par Jean-Baptiste. Jambes décalées, pieds pointés et drapé du manteau suggérant le mouvement ; le saint est placé plus haut que Jésus, sur la tête duquel il vient de verser l’eau du Jourdain. En arrière-plan et équilibrant l’ensemble, l’ange, dont les deux ailes se distinguent nettement, est vêtu et coiffé comme une figure féminine. Il est le témoin de la scène, pour laquelle le Saint-Esprit apparaît sous la forme d’une colombe, bec pointé vers Jésus, dont les pieds, non représentés, sont censés tremper dans la vasque d’eau bénite que le croyant partage ainsi avec lui.

82Les modelés anatomiques, les drapés des vêtements, la composition dissymétrique révèlent un artiste maîtrisant parfaitement son sujet. Plusieurs hypothèses sont envisageables pour expliquer cette production. Une première verrait la création d’un moule obtenu sur une pièce originale, une plaque d’orfèvrerie en bas-relief par exemple. La seconde admettrait l’utilisation par les potiers d’un moule créé par d’autres artisans, tels que les faïenciers.

83Trois autres objets issus du même moule ont été recueillis par les archéologues marseillais. Un premier fragment, où figure le bas du visage, l’aile gauche, et le bras droit de l’ange ainsi qu’une partie de la main de Jean-Baptiste, a été trouvée par Fernand Benoît dans la grotte de l’Hôtel-Dieu il y a plus de cinquante ans (fig. 183, n° 1) ; il est recouvert d’engobe blanc et de vernis vert. Deux fragments proviennent de la fouille de L.-Fr. Gantès dans la cour de la Charité en 1983. L’un ne présente que la volute inférieure gauche du cadre, traitée à l’engobe rouge et au vernis incolore (fig. 183, n° 2). L’autre conserve le buste de celui qui est désormais identifié comme Jean-Baptiste, associé à l’aile de l’ange. Il est recouvert d’engobe blanc tacheté de violet de manganèse (fig. 183, n° 3 ; Abel 1987, fig. 15).

Fig. 183. Plaques de bénitier moulées de l’arrière-pays marseillais

Fig. 183. Plaques de bénitier moulées de l’arrière-pays marseillais

Positionnement des autres fragments trouvés dans les fouilles marseillaises par rapport au bénitier de la place Villeneuve-Bargemon (en haut) ou de l’ancienne collection de David David-Weil, ATP, (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Droits réservés (n° 7, en bas). 1, 4, 6 : Hôtel-Dieu ; 2-3, 5 : la Charité (DAO V. Abel/Inrap).

84Ce bénitier de chevet orné du baptême du Christ est remarquable à plus d’un titre. Ses qualités artistiques et son excellent état de conservation en font une pièce exceptionnelle. Ses caractéristiques techniques signent le travail des artisans de l’arrière-pays marseillais, dont elles dénotent la volonté de diversifier les produits au-delà de la simple poterie. Cette intention se double d’une conscience de leurs propres limites créatives qui conduisit ces derniers, décidés à ne pas se borner à une expérience sans lendemain, à se procurer un outil particulièrement efficace pour mener à bien leur entreprise.

4.8.3. D’autres bénitiers de chevet en terre vernissée ou en faïence

85De cette même fouille est issu un fragment représentant les jambes d’un christ en croix (fig. 183, n° 5 ; Abel 1987, fig. 15) indiquant qu’au moins un autre modèle de bénitier est sorti des fours des potiers de l’Huveaune. Le bénitier du MuCEM (fig. 183, n° 7) semble en effet permettre de rassembler les deux fragments.

  • 16 Cahiers de la céramique et du verre et des arts du feu, 18, 1, 1960.

86Un autre bénitier doit être signalé même s’il sort du cadre spécifiquement archéologique. Revêtu d’émail et de rehauts polychromes, il semble tiré du même moule que celui du puits de la place Villeneuve-Bargemon. Il n’est pas facilement accessible pour les céramologues marseillais car il se trouve dans un musée suisse auquel l’érudit Dr Chompret fit don de sa collection de faïences provençales (fig. 182, n° 2)16. Toutefois, son analyse stylistique laisse penser que sa date de fabrication est postérieure au bénitier vernissé de la place Villeneuve-Bargemon.

87D’autres fragments ont été retrouvés en contexte archéologique (fig. 184).

Fig. 184. Plaques de bénitier en faïence du dépotoir du Pharo (n° 1-2) ou des zones d’habitat (n° 3-4).

Fig. 184. Plaques de bénitier en faïence du dépotoir du Pharo (n° 1-2) ou des zones d’habitat (n° 3-4).

1-2 : le Pharo ; 3 : la Bourse ; 4 : Alcazar.

5. La faïence locale-régionale dans la période 1660-1710

88Selon les historiens de l’art, la Provence verrait naître en 1679 très précisément une production de faïence extrêmement virtuose dès ses premiers jours, dont Marseille et Moustiers se disputent l’aînesse. Ateliers, influences, terres et artisans se croiseraient ou se marieraient, selon les conjonctures… pendant que le mobilier archéologique reste particulièrement avare. La faïence régionale cumule les difficultés pour qui en recherche les traces archéologiques. Elle est absente des mobiliers avant la fin du siècle ; elle ne l’est que sous l’apparence d’objets simples et peu décorés inconnus des répertoires habituels ; il n’est pas possible de distinguer selon des critères de céramologue les produits de Moustiers, de Marseille, de Varages, ou ceux d’autres ateliers encore.

89Jusqu’aux années 1990, aucune des très nombreuses manufactures marseillaises n’avait laissé de trace à travers les chantiers archéologiques, il est vrai plutôt pratiqués dans le centre ancien alors que les faïenceries sont censées prendre place dans les faubourgs (Abel 1993).

5.1. Le chantier près du hameau de Saint-Jean-du-Désert (rocade L2)

90La fouille de l’emplacement supposé de la faïencerie de Saint-Jean-du-Désert sur les travaux de la rocade L2 n’a révélé aucun indice de production, déconvenue certaine. Des résultats inattendus furent cependant obtenus : pour des raisons encore inconnues parmi lesquelles sûrement le manque de main-d’œuvre qualifiée ou de moyens de la rémunérer, certains faïenciers ont adopté des systèmes de report en série pour les décors relativement complexes (Abel 1994c, Abel 1997). L’illusion d’un décor peint à la main était conservée par hasard ou par calcul grâce à des touches de pinceau bien visibles. Aucun exemplaire n’a encore été retrouvé à Marseille intra muros, où ce sont presque toujours des carreaux décorés hispaniques, et en nombre assez restreint, qui ont été exhumés des chantiers archéologiques (la Bourse, les Carmes, fort Saint-Jean, rue Leca, Hôtel-Dieu, la plupart en édifices religieux).

91Les 6000 fragments issus de la fouille de Saint-Jean-du-Désert ont permis de percevoir toute la dimension novatrice d’une partie de la production, dont l’argile a été rattachée au bassin de Marseille et de la Haute-Huveaune par Maurice Picon en 1994. Les archives en revanche n’avaient gardé aucune trace de cette technique reconnue désormais pour des pièces de collections privées ou publiques. L’une des explications de ce prodige serait un transfert de technologie entre les artisans de la faïence et d’autres de métiers différents, tels que les indienneurs ou les cartiers.

5.2. L’atelier de faïence près du Pharo

  • 17 Guy Bertucchi (SRA-PACA), carré D IV 13 inv. 1289 à 1296.

92Les biscuits et faïences archéologiques retrouvés sur le site du Pharo en 1994 (M. Moliner) figurent donc parmi les premières traces archéologiques de la production moderne de faïence à Marseille. Quatre cents fragments de céramique épargnés par la savonnerie postérieure étaient mêlés à des cendres et des charbons dans un dépotoir pris entre des niveaux du xixe s. et le terrain géologique. Y figurent 70 % de biscuits de faïence, 20 % de fragments de vases émaillés, et 6 % de matériel d’enfournement de céramiste. Les 4 % restant sont des poteries vernissées qui se situent à la fin du XVIIe s. ou au tout début du XVIIIe s. : un plat à bord déversé à double engobe (rose puis blanc) et quatre fragments connexes de petit pichet vert. La céramique de la Bourse permet de confirmer cette datation puisqu’une série de sept écuelles monochromes identiques à celles du Pharo (fig. 185) a été recueillie dans l’un des puits17 en 1975 accompagnée de pièces vernissées de la vallée de l’Huveaune et d’Italie de cette date.

Fig. 185. Écuelles en faïence des zones d’habitat (fin du XVIIe s.). La Bourse.

Fig. 185. Écuelles en faïence des zones d’habitat (fin du XVIIe s.). La Bourse.

93Dès la première étape du façonnage de l’objet, la faïence des XVIIe et XVIIIe s. se distingue de la terre vernissée. L’âme de terre nue subit une première fois l’épreuve du feu, ce qui lui permet d’affronter sans peine celle du bain d’émail. À ce stade, les faïenciers mettent à cuire des objets sans revêtement qui ne risquent pas de se coller à la cuisson. Ils utilisent toutefois pour les séparer des colombins d’argile en guise de cales d’enfournement, dont neuf fragments se trouvent dans le dépotoir du Pharo.

94Plus des deux tiers (264fragments) du mobilier extrait du dépotoir du Pharo sont des tessons de biscuits rejetés après la cuisson de « dégourdi ». Les parois des vases affinées au maximum et les formes très complexes imposent une première cuisson avant l’émaillage. Les assiettes (fig. 186, n° 1) sont d’un type simple, courant de la fin du XVIIe s. à la fin du XVIIIe s. en France méridionale : apodes, circulaires à bord droit, et terminées par une aile légèrement incurvée. Parmi les autres objets moins représentés, se trouvent au moins six écuelles semblables à celles de la Bourse (fig. 187), des pichets (une anse en biscuit et une autre émaillée à décor bleu de petits traits horizontaux, bougeoirs, soucoupes, vase fermé sur tige, cruche miniature, jardinière sur petits pieds, couvercles, nombreuses anses de type « panier » de différentes tailles, torsadées à trois brins, et des bénitiers de chevet portant un Christ en croix (trois biscuit et un exemplaire identique émaillé et décoré en bleu et noir, fig. 184, n° 1-2). Un bec d’aiguière est orné d’un masque d’indien moulé d’une grande précision, un bord de pot de fleurs d’une préhension torsadée.

Fig. 186. Faïences, dépotoir du Pharo (n° 1) et rejets domestiques (n° 2-3) (fin du XVIIe s.).

Fig. 186. Faïences, dépotoir du Pharo (n° 1) et rejets domestiques (n° 2-3) (fin du XVIIe s.).

1-3 : le Pharo ; 4 : la Bourse ; 5 : fort Saint-Jean.

Fig. 187. Écuelles en faïence, dépotoir du Pharo (fin du XVIIe s.). Le Pharo.

Fig. 187. Écuelles en faïence, dépotoir du Pharo (fin du XVIIe s.). Le Pharo.

95Entre les mains du faïencier, le revêtement d’émail cru se présente sous la forme d’un liquide épais contenant des matériaux en suspension. La silice, la galène et l’étain sont réduits en poudre, mélangés et mis au four où ils fondent et s’amalgament en un matériau dur, la fritte dont un petit bloc de 8x2,5x1 cm collé à deux tessons figure dans le mobilier du Pharo.

96Une fois refroidi, ce matériau vitreux est à son tour réduit en poudre pour le bain d’émail. Plusieurs vases, parmi lesquels un plat à fond dégagé, une assiette à aile et un petit vase fermé, ont été trempés dans la solution d’émail, mais n’ont pas été passés au four et conservent encore cette poudre blanchâtre caractéristique.

97La cazette, cylindre de terre cuite à l’intérieur duquel l’artisan dépose les vases et qu’il place ensuite dans le four permet d’éviter que les objets ne se collent entre eux pendant la fusion du revêtement, de rentabiliser l’opération par l’empilement des objets au plus serré tout en les protégeant des cendres et du carbone qui peuvent se diffuser dans le four. Les parois de ces grandes « marmites » à large trou à la base sont percées de petits trous triangulaires où s’engagent les pernettes (cales). Les neuf fragments de cazettes sont les indices les plus évidents d’une production stannifère, dont l’un présente une couche d’émail. Complémentaires des cazettes, cinq pernettes sont aussi tachées d’émail.

98Un bord d’écuelle revêtue d’émail blanc seul est d’une forme connue pour la terre vernissée mais inédite pour la faïence. Les écuelles identiques à celles de la Bourse conservent aussi leur émail sans ornement. Des assiettes sont sommairement décorées d’une frise bleue sur l’aile, des plats sont animés de simples rinceaux évoquant un décor floral grâce à de petites touches de cobalt parfois guidées de manganèse. Une tasse s’orne d’une série d’oves qui rappelant les vases attribués à Saint-Jean-du-Désert sur des critères stylistiques. Les traits du Christ du bénitier sont renforcés de manganèse et de cobalt.

99Un fragment d’assiette, enfin, est décoré selon la technique mise en évidence grâce à l’étude des carreaux du chantier de la rocade L2 à Saint-Jean-du-Désert en 1994 : l’impression des cernes de manganèse et de rehauts de cobalt. Il s’agit du seul tesson recueilli en contexte archéologique en dehors du site originel et sur un autre support qu’un carreau de revêtement. Il est bien sûr tentant de voir dans le site faïencier du Pharo le lieu de production des objets à décor imprimé ; rien ne permet cependant de l’affirmer au vu du mobilier présenté ici.

100Les objets tels que les cazettes, les cales ou les biscuits, fournissent les preuves d’une production les plus fiables possibles après les découvertes de structures bâties en bon état de conservation : le trafic de cazettes usagées, de biscuits ratés ou de cales d’enfournement brisées n’est envisageable que sur de courtes distances mais n’est cependant pas exclu. La question se pose de la localisation précise d’une faïencerie vers la fin du XVIIe s. dans la parcelle du dépotoir ou dans le quartier. Après les découvertes du Pharo, une recherche d’archives, effectuée par AnnickRiani (Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille), a permis de retrouver le nom du propriétaire des lieux à cette date : JosephFabre. Ce personnage est un banquier qui n’est autre que le possesseur du terrain où est censé s’installer JosephClérissy à Saint-Jean-du-Désert en 1679 (Desnuelle 1984, p. 68-69), et où précisément la fouille de 1993-1994 a été pratiquée. Il n’est cependant pas possible d’affirmer que c’est Joseph Fabre qui avait installé une manufacture de faïence près la savonnerie sur son terrain du Pharo. Quoi qu’il en soit, la faïencerie était déjà en ruine en 1739 (Riani 1996, p. 7).

101Les sources archéologiques semblent se compléter parfaitement l’une l’autre. Un contexte où les céramiques étaient consommées (la Bourse) offre une chronologie à un contexte de production (le Pharo), vingt ans après sa fouille. Une fouille du terroir marseillais (Saint-Jean-du-Désert) permet de comprendre ce qui pourrait passer pour un insignifiant petit tesson d’assiette et qui est en réalité de première importance, rattachant des preuves de la présence d’une faïencerie (au Pharo) à des objets en grand nombre (retrouvés à Saint-Jean-du-Désert). Les deux mobiliers prouvent de concert que les artisans marseillais, pour des raisons qui n’étaient peut-être pas avouables et qui leur ont fait garder leur secret, n’hésitaient pas à sortir des sentiers battus. Il semblait, voici quelques années, tout à fait improbable de trouver de la faïence à décor imprimé.

102Le petit ensemble du Pharo donne à voir de manière directe, par des biscuits et des ratés, une partie de la production stannifère marseillaise vers la fin du XVIIe s. ou le début du XVIIIe s. : des assiettes, des écuelles, des vases quotidiens et quelques formes plus recherchées, auxquels sont joint de petits bénitiers de chevet. Ces objets sont modestement revêtus d’émail restant parfois blanc, mais le plus souvent orné de décors très simples au cobalt seul ou associé au manganèse.

5.3. La faïence dans les contextes de consommation

103Ces céramiques sont donc classées ici en production locale marseillaise, à la manière de la vallée de l’Huveaune, érigée par nos soins depuis 1985 à la qualité de production locale de Marseille. On retrouve ces objets nouveaux dans certains contextes archéologiques associés à des terres vernissées de la vallée de l’Huveaune alors qu’elle est absente d’autres. L’hypothèse qui est développée ici est que son « apparition », de quelque centre producteur qu’elle sorte, s’est effectuée à l’époque de floraison des décors incisés rehaussés de polychromie dans l’arrière-pays marseillais.

104Les assiettes « classiques », de forme simple, à bord droit et frise de bâtonnets sur l’aile sont les plus nombreuses, la frise étant en règle générale monochrome bleue. On les retrouve par exemple dans le puits dont a été extrait le bénitier exceptionnel.

105Les tasses sont moins nombreuses que les assiettes, mais le site de l’Alcazar nous en fournit de très intéressants exemples. Le premier fragment est hors contexte. Sa forme (au minimum ce qui nous en est parvenu) est identique aux tasses réalisées en terre vernissée dans la vallée de l’Huveaune dans le troisième quart du XVIIe s. Cette forme munie de deux petites anses en point d’interrogation est inhabituelle dans la terre vernissée en général, elle semble spécifique de ces ateliers (Abel 1987, fig. 7-10 et 13). Trois pièces de l’Alcazar parmi quelques autres possèdent incontestablement ces anses caractéristiques.

106Parmi les premières, le fragment à anse complète est décoré d’ornements bleus sur fond blanc. Le bord (inv. 24.99.1464) reste dans ce schéma classique. Deux autres pièces sont en revanche revêtues d’émail coloré, ce qui n’est pas en soi extraordinaire, bien que rare. Ce qui confère un caractère inédit à ces deux fragments de tasse, c’est le décor qui est appliqué sur ce fond coloré : un effet de marbrures en blanc fixe (le décor en blanc est ainsi nommé dans le domaine de la faïence). Dans les deux cas, des gouttes de pigment blanc ont été jetées de manière informelle sur le fond coloré. On ne peut s’empêcher de se référer à la production locale de terres vernissées qui utilise, comme d’ailleurs les ateliers pisans, les techniques des engobes mêlés et des vernis tachetés. Aucun lien ne peut être actuellement attesté entre ces deux artisanats, mais rappelons qu’ils sont, de manière évidente, géographiquement proches, qu’ils exploitent les mêmes terres et que les amateurs de faïence utilisent obligatoirement des produits vernissés dans leur vie quotidienne.

107Un fragment de bénitier a été peint de manière assez maladroite en bleu et brun sur un relief représentant un christ en croix dont on perçoit l’essentiel. Il vient nous rappeler que toute la production des ateliers locaux de faïence n’était pas à l’image des splendides réalisations des faïenciers prestigieux.

108Le mobilier de faïence local/régional de l’Alcazar, malgré sa dispersion à travers le site et sa faible masse, permet de fait naître d’intéressantes hypothèses, parmi lesquelles se trouvent la possible mise en œuvre d’émaux colorés et la question des rapports que cette production entretient avec l’artisanat local de terres vernissées, toutes choses moins perceptibles à travers le mobilier d’autres sites.

6. Conclusion sur le mobilier céramique marseillais entre 1660 et 1710

109Les décors incisés et polychromes de la production locale de Marseille et les formes associées servent de référence chronologique extrêmement efficace et fiable pour les années 1660 à 1710 environ. Une grande créativité règne alors. Formes et décors se multiplient, se croisent et parviennent à occuper la plupart du marché marseillais, relativement considérable. Cette vaisselle, qui reste quotidienne bien que parée de décors très travaillés, se retrouve en masse dans le mobilier archéologique et permet par conséquent de mieux dater les périodes d’utilisation de céramiques importées parfois mal connues.

110Les importations, oscillant entre un quart et un tiers du mobilier, font apparaître une ville évidemment très tournée vers la mer, approvisionnée essentiellement par l’est, depuis Vallauris jusqu’à la Toscane. Les vents et courants du golfe du Lion et du golfe de Gênes ont certainement contribué à cette préférence, reléguant les importations terrestres (Gard, Uzège) et celles d’Europe du Nord à la portion congrue. Les céramiques dont la place est encore honorable sont des « compléments » à celles de l’arrière-pays marseillais : terres réfractaires et tradition de vases plus luxueux.

111Les ateliers de potiers de cet arrière-pays alimentent prioritairement la cité marseillaise, en laquelle ils trouvent des débouchés évidents, facilités par une voie de communication naturelle le long d’une vallée, par une population importante et par des perspectives intéressantes d’exportation à plus long cours offertes par le port. Une part sans doute non négligeable de la production alimente la région proche, puisqu’elle se retrouve aujourd’hui sur les sites d’Aix ou sur la frange côtière de la basse Provence, comme en a témoigné la fouille de la Source du Pré à LaCiotat (P. Mellinand). Elle est pour l’archéologie régionale et méditerranéenne un marqueur chronologique essentiel.

112À l’analyse des productions sorties de ces ateliers entre les années 1660 et les années 1710, il est difficile ne pas envisager un grand dynamisme fermement organisé pour conquérir des marchés. Qu’en était-il réellement, il est évidemment impossible de le savoir. Cette théorisation contemporaine d’un artisanat céramique essentiellement empirique dans ses choix techniques et économiques ne correspond sans doute que peu aux intentions des potiers de l’Huveaune. Il est vraisemblable que ceux-ci aient été davantage attachés à leur survie à court terme qu’animés de grands desseins capitalistes. Quelques artisans, dont les « mains » se retrouvent sur les décors, semblent avoir été particulièrement doués et ont pu servir d’exemple à des collègues moins créatifs, mais il ne s’agit là que de conjectures. L’angle de vue de l’archéologue sur ces objets de vies quotidiennes de producteurs ou de consommateurs fait apparaître en un instantané des laps de temps dont la durée réelle fut variable, de quelques mois de rejets dans une excavation de taille moyenne transformée en dépotoir, à plusieurs années ou quelques dizaines d’années peut-être dans certains cas.

Notes

14 La Bourse D IV 13, inv. 30830, fig. 1498.

15 Nous ne détaillons pas plus cette production particulière et renvoyons, dans cet ouvrage, à la participation de Peter Davey.

16 Cahiers de la céramique et du verre et des arts du feu, 18, 1, 1960.

17 Guy Bertucchi (SRA-PACA), carré D IV 13 inv. 1289 à 1296.

Table des illustrations

Titre Fig. 122. Céramique d’Iznik (n° 1) et céramiques d’Espagne (n° 2-3) (fin du XVIIe s.). 1-2 : Alcazar ; 3 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 123. Faïence de Ligurie (fin du XVIIe s.). 1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-2.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig. 124.Céramiques culinaires de Ligurie.
Légende 1, 3-5 : la Bourse ; 2 : fort Saint-Jean ; 6 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 125. Assiettes de Montelupo : faïence à décor de feuilles de chêne – assiettes (fin du XVIIe s.). Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Fig. 126. Terres vernissées de Pise - écuelles (fin du XVIIe s.).
Légende 1-2, 5 : la Bourse ; 3-4 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-5.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 127. Terres vernissées de Pise - assiettes (n° 1-2, 4-7) et pichet (n° 3) (fin du XVIIe s.).
Légende 1, 3 : Alcazar ; 2, 4-5 : la Bourse ; 6-7 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-6.png
Fichier image/png, 117k
Titre Fig. 128.Terres vernissées de Pise - assiettes et plats (fin du XVIIe s.).
Légende 1-3 : Alcazar ; 4, 6 : la Bourse ; 5, 7 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-7.png
Fichier image/png, 129k
Titre Fig. 129. Céramiques de Provence rhodanienne - vases ouverts (fin du XVIIe s.).
Légende 1-2, 4-5 : la Bourse ; 3 : les Carmes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-8.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 130. Céramiques de Provence rhodanienne - vases à liquide (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-9.png
Fichier image/png, 374k
Titre Fig. 131.Céramiques réfractaires de Vallauris (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-10.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 132. Écuelles à fond plat de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1-2 : place Villeneuve-Bargemon ; 3, 5, 6-8 : la Bourse ; 4 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-11.png
Fichier image/png, 172k
Titre Fig. 133. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-12.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 134. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-13.png
Fichier image/png, 35k
Titre Fig. 135.Écuelles « champ de tulipes » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1-3, 6, 8 : la Bourse ; 4-5 : place Villeneuve-Bargemon ; 7 : fort Saint-Jean.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-14.png
Fichier image/png, 160k
Titre Fig. 136. Écuelles de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-15.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 137. Écuelles à fond dégagé type « Pise » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1-6, 8 : la Bourse ; 7 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-16.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 138. Tasses de l’arrière-pays marseillais : (n° 1-7) ; tasses en faïence supposées marseillaises : (n° 8-9) (fin du XVIIe s.).
Légende 3-5 : la Charité ; 2, 6-7 : la Bourse ; 8-9 : Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-17.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 139. Assiettes à aile de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-18.png
Fichier image/png, 152k
Titre Fig. 140. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1-3 : la Bourse ; 4 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-19.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 141. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, à décor incisé polychrome de tulipes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1-2 : la Bourse ; 3 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-20.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 142. Assiettes à fond dégagé, bord déversé, à décor incisé polychrome, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1-3 : la Bourse ; 4 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-21.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 143. Assiettes à fond dégagé de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-22.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 144. Assiettes à ailes de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-23.png
Fichier image/png, 79k
Titre Fig. 145. Assiettes à ailes à fond plat, aile pour seule paroi, décorées de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-24.png
Fichier image/png, 197k
Titre Fig. 146. Plats à aile de l’arrière-pays marseillais : vert sur jaspé (n° 2-3, 5), jaspé (n° 6) (fin du XVIIe s.).
Légende 1-4 : la Bourse ; 5-7 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-25.png
Fichier image/png, 37k
Titre Fig. 147. Plats à aile de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : Hôtel-Dieu ; 2, 4 : la Bourse ; 3 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-26.png
Fichier image/png, 117k
Titre Fig. 148. Plats à aile, bassin creux et aile ample, à décors incisés et polychromes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-27.png
Fichier image/png, 78k
Titre Fig. 149. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-28.png
Fichier image/png, 255k
Titre Fig. 150. Plats creux de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1, 3 : la Bourse ; 2 : la Charité ; 4 : Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-29.png
Fichier image/png, 168k
Titre Fig. 151. Petits « tians » de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : Alcazar ; 2 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-30.png
Fichier image/png, 22k
Titre Fig. 152. Petits « tians » à décors incisés et polychromes, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-31.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 153. Plat exposé au Musée de la faïence jusqu’en 2012 « aujourd’hui au Musée d’histoire ».
Légende Mention « I R … 1676 » de part et d’autre du bouquet central (cl. Musées de Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-32.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 154. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende Plat appartenant à une famille aubagnaise, exposé en 1993 à Aubagne (Argilla) et en 1994 à Savone, forteresse du Priamar (coll. part.), (cl. V. Abel/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-33.png
Fichier image/png, 514k
Titre Fig. 155. Plat exposé au Musée de la faïence jusqu’en 2012 (anc. Musée Cantini).
Légende Mention « Joseph Roubaud » sous la terrasse, pouvant être le nom du potier et/ou du décorateur (cl. V. Abel/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-34.png
Fichier image/png, 291k
Titre Fig. 156. Plats et assiettes à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1, 3 : la Bourse ; 2 : Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-35.png
Fichier image/png, 178k
Titre Fig. 157. Plats à décor incisé polychrome complexe, de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-36.png
Fichier image/png, 154k
Titre Fig. 158. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à vernis vert et pichet à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-37.png
Fichier image/png, 90k
Titre Fig. 159. Pichets à vernis jaspé (fin du XVIIe s.). La Bourse.
Légende Maître de l’almanach, Damien Lhomme (attribué à), École Française, « Vanité », vers 1640. Peinture. Huile sur toile. 50,5 x 60,5 cm. (Musée d’art moderne de Saint-Étienne, DR).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-38.png
Fichier image/png, 297k
Titre Fig. 160. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : la Charité ; 2-4 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-39.png
Fichier image/png, 235k
Titre Fig. 161. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-40.png
Fichier image/png, 145k
Titre Fig. 162. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-41.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 163.Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-42.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 164. Vases à liquides de l’arrière- pays marseillais : pichet (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-43.png
Fichier image/png, 460k
Titre Fig. 165. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : grands pichets à vernis vert (fin du XVIIe s.). La Bourse
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-44.png
Fichier image/png, 90k
Titre Fig. 166. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : aiguières (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-45.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 167. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : pichets à système de charnière et couvercle s’y adaptant (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-46.png
Fichier image/png, 183k
Titre Fig. 168. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-47.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fig. 169. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor d’applique avec fleur de lys (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-48.png
Fichier image/png, 152k
Titre Fig. 170. Vases à liquides de l’arrière- pays marseillais : cruches à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-49.png
Fichier image/png, 777k
Titre Fig. 171. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor incisé polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-50.png
Fichier image/png, 149k
Titre Fig. 172. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches à décor polychrome (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-51.png
Fichier image/png, 278k
Titre Fig. 173. Vases à liquides de l’arrière-pays marseillais : cruches de barque à vernis vert (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-52.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 174. Grands tians (bassins) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : la Charité ; 2-3 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-53.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 175. Pots de chambre à vernis vert de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : la Charité ; 2-3 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-54.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig. 176. Pots de chambre de l’arrière-pays marseillais : décor polychrome, filets sans incisions, engobes jaspés et taches vertes (fin du XVIIe s.).
Légende 1-3 : la Bourse ; 4 : la Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-55.png
Fichier image/png, 573k
Titre Fig. 177. Pots de chambre de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-56.png
Fichier image/png, 143k
Titre Fig. 178. Pots de chambre à cordon digité renforçant le bord, extérieur non revêtu (fin du XVIIe s.). La Charité.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-57.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 179. Taraïettes (dinettes) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-58.png
Fichier image/png, 158k
Titre Fig. 180. Cruches miniatures (taraïettes) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-59.png
Fichier image/png, 251k
Titre Fig. 181. Tirelires (n° 1-4) et diverses pièces (n° 5-7) de l’arrière-pays marseillais (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : La Charité ; 2-7 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-60.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 182. Plaques de bénitier moulées de l’arrière-pays marseillais : terre vernissée et faïence issues de la même matrice (fin du XVIIe s.).
Légende 1 : place Villeneuve-Bargemon (cl. Giancatarina/MHM) ; 2 : ancienne collection d’Arthur-Jean Held, Musée de Genève (Suisse) (d’après Les Cahiers de la Céramique).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-61.png
Fichier image/png, 827k
Titre Fig. 183. Plaques de bénitier moulées de l’arrière-pays marseillais
Légende Positionnement des autres fragments trouvés dans les fouilles marseillaises par rapport au bénitier de la place Villeneuve-Bargemon (en haut) ou de l’ancienne collection de David David-Weil, ATP, (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Droits réservés (n° 7, en bas). 1, 4, 6 : Hôtel-Dieu ; 2-3, 5 : la Charité (DAO V. Abel/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-62.png
Fichier image/png, 540k
Titre Fig. 184. Plaques de bénitier en faïence du dépotoir du Pharo (n° 1-2) ou des zones d’habitat (n° 3-4).
Légende 1-2 : le Pharo ; 3 : la Bourse ; 4 : Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-63.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 185. Écuelles en faïence des zones d’habitat (fin du XVIIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-64.png
Fichier image/png, 202k
Titre Fig. 186. Faïences, dépotoir du Pharo (n° 1) et rejets domestiques (n° 2-3) (fin du XVIIe s.).
Légende 1-3 : le Pharo ; 4 : la Bourse ; 5 : fort Saint-Jean.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-65.png
Fichier image/png, 190k
Titre Fig. 187. Écuelles en faïence, dépotoir du Pharo (fin du XVIIe s.). Le Pharo.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3638/img-66.png
Fichier image/png, 87k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access