Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Chapitre 6. Les productions naissantes des ateliers de la vallée de l’Huveaune face aux importations, milieu du XVIIe s

Véronique Abel

Texte intégral

1L’étape suivante se situe directement autour du milieu du XVIIe s., la continuité avec la précédente étant pour l’instant encore impossible : aucune donnée céramologique n’a été livrée par l’archéologie marseillaise pour l’intervalle entre les années 1610 et 1640 environ. On peut d’autant plus le regretter, qu’à l’abord du milieu du XVIIe s., le contraste est saisissant avec la période précédente.

2Un bouleversement de taille affecte les approvisionnements en céramique peu avant le milieu du XVIIe s. Si les courants d’importations observés pour le XVIe s. sont pour la plupart maintenus, l’événement majeur consiste en l’apparition de la production de proximité de la vallée de l’Huveaune dans un contexte général d’exploitation plus systématique des argiles non réfractaires. Les importations traditionnelles italiennes, de vernissées (Pise essentiellement) et faïences (Ligurie et Toscane), se maintiennent encore bien à Marseille, de même que les vernissées de Fréjus. Le domaine de la cuisine voit l’apparition des productions de Vallauris dont l’importance est grande sur toute la période.

3Trois ensembles retrouvés en fouille, l’un de l’Hôtel Bargemon, le deuxième de la placeVilleneuve-Bargemon et le troisième de la place des Pistoles sont de chronologie globalement semblable mais diffèrent par certains points. C’est la raison pour laquelle nous les étudierons de manière distincte car ils peuvent servir de contextes de référence pour le milieu du XVIIe s.

1. Le contexte « Pavillon Bargemon »

4Au printemps 1994, Frédéric Raynaud (Inrap, alors Afan) a recueilli au fond d’une profonde excavation sous le Pavillon Bargemon attenant à l’Hôtel de ville, alors en phase de confortement, un ensemble de céramiques dont un rapide examen révélait dès l’abord un ensemble à la fois homogène et varié (tableau II). Les vases ont pu être reconstitués rapidement et avec un certain succès, pour une présentation au grand public. Cet avantage s’est actuellement mué en inconvénient puisque le mobilier est scindé en deux lots, l’un à notre disposition au dépôt municipal de Marseille, l’autre au Musée d’histoire dont l’accès est difficile (en travaux au moment de la rédaction du manuscrit). Plusieurs vases sont en outre demeurés introuvables à l’automne 2010 (une assiette et deux vases fermés en faïence italienne).

Tableau II : le contexte de la fouille « Pavillon Bargemon » (unité stratigraphique 147).

Catégories

Fragments

%

NMI

%

Faïence de Ligurie

8

3

1

2

Faïence de Montelupo

1

0,3

1

2

Faïence de Valence

0

/

/

/

Terre vernissée de Pise

44

15

6

13

Terre vernissée de Manosque

0

/

/

/

Terre vernissée de Type Fréjus

43

14

7

16

Terre vernissée de Biot

5

2

1

2

Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

70

23

16

36

Terre vernissée indéterminée

1

0,3

1

2

Culinaire de Ligurie

19

6

1

2

Culinaire de Vallauris

36

12

5

11

Culinaire noire (post-cuisson réd.)

60

20

4

9

Culinaire rouge

11

4

2

4

Réfractaire de type Uzège

0

/

/

/

Total

298

45

Fragments en dépôt secondaire

4

1

1.1. Les faïences et les terres vernissées

5La faïence décorée est représentée par le plus bel exemplaire retrouvé à Marseille d’assiette ligure à décor de palmettes (fig. 110, n° 2). Un pot de pharmacie assorti est à retrouver, ainsi qu’un vase à médaillon et qu’une assiette toscane à décor de feuilles de chêne dont le profil avait heureusement été relevé (fig. 110, n° 1).

Fig. 110. Faïences italiennes (milieu du XVIIe s.).

Fig. 110. Faïences italiennes (milieu du XVIIe s.).

1-2 : Pavillon Bargemon. 3 : place des Pistoles.

6La vaisselle vernissée pisane (fig. 111, n° 2-4 et fig. 112, n° 3) associe ici le dernier avatar des céramiques a stecca, le modèle dit a girandola et le début des incisées polychromes tardives (graffita tarda). Elle date donc approximativement le lot du deuxième quart du XVIIe s.

Fig. 111.Terres vernissées de Pise (Val d’Arno) (milieu du XVIIe s.).

Fig. 111.Terres vernissées de Pise (Val d’Arno) (milieu du XVIIe s.).

1 : place des Pistoles ; 2-4 : Pavillon Bargemon.

Fig. 112. Terres vernissées de Pise (Val d’Arno) (milieu du XVIIe s.).

Fig. 112. Terres vernissées de Pise (Val d’Arno) (milieu du XVIIe s.).

1-2 : la Bourse ; 3 : Pavillon Bargemon. « Assiette au melon et tranche de pastèque », tableau de Giovanna Garzoni (1650), Palais Pitti, galerie Palatine, Florence © akg-images/Orsi Battaglini : rare exemple de terre vernissée représentée en peinture.

7Les céramiques de Fréjus sont encore bien représentées : assiette à marli court, grand tian, pichets, et pot de chambre (fig. 113, n° 1 et fig. 114 n° 1). Cette vaisselle vernissée, très utilisée à Marseille au XVIe s. rentre déjà en concurrence avec les premières productions des ateliers de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune), ici débutantes, mais laissant déjà percer des idées originales (fig. 115 à fig. 119). On remarque des décors recherchés, tels les mélanges d’engobes, et formes nouvelles, telles ces assiettes (fig. 117, n° 3-4) qui semblent à l’origine de deux formes postérieures dans le répertoire (fig. 117, n° 5-6) et une écuelle (fig. 115, n° 1), nettement hémisphérique et à bord épaissi à l’intérieur, qui se distingue ainsi de celles de Fréjus.

Fig. 113. Terres vernissées de type Fréjus (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon.

Fig. 113. Terres vernissées de type Fréjus (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon.

Fig. 114. Terres vernissées de type Fréjus (milieu du XVIIe s.).

Fig. 114. Terres vernissées de type Fréjus (milieu du XVIIe s.).

1 : Pavillon Bargemon ; 2 : place des Pistoles.

Fig. 115. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - écuelles (milieu du XVIIe s.).

Fig. 115. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - écuelles (milieu du XVIIe s.).

1 : Pavillon Bargemon ; 2-4 : place des Pistoles ; 5 : la Bourse.

Fig. 116. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - assiettes (milieu du XVIIe s.).

Fig. 116. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - assiettes (milieu du XVIIe s.).

Les Catalans (fouille sous-marine Luc Long, 2005).

Fig. 117. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - assiettes et plats (milieu du XVIIe s.).

Fig. 117. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - assiettes et plats (milieu du XVIIe s.).

1-2, 5-6 : place des Pistoles ; 3-4 : Pavillon Bargemon.

8Un vase à liquide original, une cruche refermée (fig. 118, n° 3), révèle la grande habileté de l’artisan qui l’a confectionné.

Fig. 118. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - cruches et pichet (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon

Fig. 118. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - cruches et pichet (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon

Fig. 119. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - pots de chambre et taraïette (milieu du XVIIe s.). Place des Pistoles.

Fig. 119. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - pots de chambre et taraïette (milieu du XVIIe s.). Place des Pistoles.

1.2. Les marmites noires

9Il faut souligner pour ce milieu de XVIIe s. les éléments particulièrement intéressants que constituent les marmites uniformément noires, de différentes tailles (fig. 120, n° 1-3), dont la production n’est toutefois pas encore localisée. Ces objets, déjà mentionnés pour le second XVIe s., sont ici encore présents, récurrents et bien dans leur contexte d’utilisation, et ils attestent un maintien ou une résurgence inattendue d’une technique de cuisson des céramiques que l’on pensait abandonnée dès le XIV e s. : la post-cuisson réductrice. L’utilisation d’un four à flamme nue autorise, à la fin de la cuisson, l’enfumage des vases qui prennent une couleur noirâtre caractéristique en s’imprégnant de carbone, élément qui leur donne une couleur noire contrastant avec la vaisselle de table de la même période, et les imperméabiliserait à la place d’un vernis (Picon 1973), cette opération économisant matériaux, temps et combustible. Cette technique est « archaïsante » dans le sens où les potiers ont réutilisé d’anciens procédés, mais elle pourrait dénoter une certaine recherche d’artisans qui, à une époque où la cuisson oxydante est la seule utilisée, maîtrisent la post-cuisson réductrice et produisent des poteries aux formes nouvelles (marmites nettement globulaires, de taille moyenne et sans col vertical). Ceux-ci ne semblent pas négligés par la clientèle puisqu’on les rencontre, en nombre limité mais de manière constante dans le XVIIe s. et sur une large aire géographique. Leur forme moderne n’est pas sans rappeler les poteries culinaires de Vallauris dont les marmites font une entrée remarquée dans les foyers marseillais, alors que les poteries réfractaires de Saint-Quentin (Gard) sont tout simplement absentes ici et à ce moment.

Fig. 120. Marmites noires (n°1-3) et marmite vernissée (n°4) (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon.

Fig. 120. Marmites noires (n°1-3) et marmite vernissée (n°4) (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon.

10Ce contexte de référence combine originalité, variété et homogénéité. Originalité, car il est le premier à se placer dans le deuxième quart du XVIIe s. Variété, car tous les types de céramiques y sont représentés, des luxueuses faïences aux simples pots à cuire, en passant par la vaisselle intermédiaire vernissée, elle même déclinée en plusieurs catégories. Homogénéité chronologique, qui ne peut être décelée qu’en perspective avec les situations précédente et suivante. On constate ainsi que ce lot est plus récent que les très rares ensembles marseillais du XVIe s. et un peu plus ancien que ceux de Saint-Victor ou de la rue des Pistoles que nous entamerons ci-dessous et où la place des poteries de la vallée de l’Huveaune sera nettement plus affirmée.

2. Le contexte « place Villeneuve-Bargemon »

11Dans le comblement d’une fosse (unité stratigraphique5319) de la place Villeneuve-Bargemon, les trois quarts de la petite centaine de fragments sont en contexte (tableau III). Malgré cette masse limitée, ce mobilier est caractéristique des années 1640-1650. Cette couche recelait d’une part du mobilier pouvant être rattaché à la première partie du XVIIe s. et d’autre part deux objets de la vallée de l’Huveaune dont la production démarre peu avant le milieu du siècle. La très forte fragmentation du mobilier de ce comblement a certainement occulté une bonne partie des informations qu’un lot de cette date pourrait apporter. On peut cependant remarquer d’originales associations de formes et de provenance, ainsi que des objets non identifiés parmi les céramiques culinaires ou des groupes identifiés sans origine déterminée.

Tableau III : le contexte de la fouille « Espace Bargemon » (unité stratigraphique 5319).

Catégories

Fragments

%

NMI

%

Faïence de Ligurie

4

4,5

1

5,6

Faïence de Montelupo

1

1,4

1

5,6

Faïence de Valence

0

/

/

/

Terre vernissée de Pise

2

2,7

2

11

Terre vernissée de Manosque

2

2,7

1

5,6

Terre vernissée de Type Fréjus

25

34

5

28

Terre vernissée de Biot

0

/

/

/

Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

12

16

2

11

Culinaire de Ligurie

1

1,4

1

5,6

Culinaire de Vallauris

11

15

1

5,6

Culinaire noire (post-cuisson réd.)

10

14

3

16

Culinaire rouge

5

7

1

5,6

Réfractaire de type Uzège

0

/

/

/

Total

73

18

Fragments en dépôt secondaire

25

25

2.1. Les faïences et les terres vernissées

12L’un des deux objets de la vallée de l’Huveaune est une cruche du milieu du XVIIe s. dont il ne reste que le bec et un départ de décor caractéristique d’engobe blanc sur fond d’engobe rouge (inv. 52.02.10687). Le second est une écuelle à engobe blanc représentée par son oreille (inv. 52.02.10688).

13Les céramiques classiques de Fréjus restent présentes avec deux écuelles (inv. 52.02.10680 et 10682), un plat (inv. 52.02.10681), un pot de chambre (inv. 52.02.10679) et un vase à liquide (inv. 52.02.10683). L’aile du pot de chambre est plus longue que dans les exemplaires antérieurs : elle mesure 4 cm, du marli au bord.

14Les terres vernissées de Pise restent elles aussi dans l’ambiance de la période précédente. Deux fonds vernissés de Pise à paroi très épaisse pour les fragments conservés, correspondent sans doute à de grandes pièces, l’une décorée a stecca classique sous vernis jaune-miel (inv. 52.02.10667), l’autre à incision de type « a girandola » sous vernis vert (inv. 52.02.10666). En l’état des connaissances, ces objets ne fournissent pas de datation très précise, les décors dits a girandola étant généralement datés du début du XVIIe s.

15Le seul fragment de faïence de Montelupo (inv.52.02.10665) est décoré sur les deux faces, l’extérieur étant animé d’un remplissage de filets, hachures, volutes en bleu, jaune, orange, noir, l’intérieur figurant des feuilles bicolores bleues et blanches, jaune et orange. Ce tesson rappelle le décor59 « foglia con frutta policroma » de F.Berti (Berti 1998) daté du premier tiers du XVIIe s.

16L’unique fragment de faïence de Ligurie de ce comblement est mal conservé (inv. 52.02.10664), son émail a presque totalement disparu. Il se rapproche du type à palmettes dans une variante à croisillons. Aucune terre vernissée ne provient de cette région de la Ligurie, la seule céramique culinaire n’est pas vraiment identifiable, alors qu’un bord sans canal de marmite de Vallauris signe l’apparition de cette catégorie céramique réfractaire, appelée à se développer rapidement.

2.2. Les marmites noires

17Trois bords différents de marmites noires démontrent l’importance de cette catégorie particulière de céramiques de cuisine dans la première moitié du XVIIe s. (inv. 52.02.10674 à 10676). L’aspect de ces céramiques, dénuées de tout revêtement et remarquablement noires, peut étonner dans un contexte du XVIIe s. Il est dû à la technique de post-cuisson réductrice que nous avons évoquée ci-dessus : vers la fin de la cuisson, le potier a volontairement enfumé l’atmosphère du four. La tranche de tessons laisse voir, outre de très nombreux éléments non plastiques de gravier roulé, régulièrement répartis mais de toutes tailles allant jusqu’à 5 mm de côté, une pâte brun-rouge. Une zone de couleur rougeâtre au cœur de la tranche dénote donc une atmosphère de cuisson oxydante pouvant indiquer une bonne maîtrise de l’opération, qui se termine par une obstruction des ouvertures du four, un enfumage volontaire à l’aide de combustibles spécifiques étant envisageable.

18Les fragments présents laissent percevoir toujours une forme unique : sur une panse globulaire, absente ici, est aménagé un col étranglé et un bord en amande sous lequel sont attachées des anses tournées à simple ou double canal. Cette forme est très nettement une forme de marmite moderne, dépourvue du haut col des marmites de tradition médiévale. L’origine géographique de ces marmites pourtant si caractéristiques n’est pour l’instant pas déterminée avec certitude alors que nous avons pu les mettre en évidence dès 1988 sur le site de la Bourse dans un contexte de « large XVIe s. ». Une carte de répartition des sites consommateurs indiquerait certainement une origine régionale côtière.

2.3. Des écuelles à oreille

  • 12 OpérationarchéologiquedeManosque-Observantins,parCatherineBarra/Inrap.

19Dans un cas comparable à celui des marmites noires (très bien identifiables, présentes sur une durée relativement courte et cependant d’origine toujours hypothétique) se trouve un groupe de terres vernissées incisées polychromes dont un exemplaire figure dans le mobilier de l’unité stratigraphique5319 (fig. 121, n° 4). D’autres exemplaires du même groupe céramique sont issus de la place Villeneuve-Bargemon (fig. 121, n° 1-2). Une seule forme, l’écuelle à oreilles, est recensée dans le mobilier actuellement connu à Marseille. La pâte de ces objets est rose clair, dure et bien qu’homogène, elle contient de nombreux éléments non plastiques visibles à l’œil. L’origine géographique de ces écuelles demeure incertaine, bien que quelques hypothèses soient nées de recensements rapides et de récentes découvertes dans les Alpes-de-Haute-Provence12. Sur un pied dégagé plutôt étroit, et très légèrement concave, se développe une paroi dont la courbe interne est continue alors qu’à l’extérieur une carène se forme dans le tiers supérieur. La lèvre est soulignée à l’extérieur par un sillon horizontal pratiqué à quelques millimètres du bord lors du tournage. Une oreille est conservée dans une autre unité stratigraphique, elle n’est pas moulée mais découpée pour former trois pointes.

Fig. 121. Terres vernissées attribuées à la Haute-Provence (milieu du XVIIe s.).

Fig. 121. Terres vernissées attribuées à la Haute-Provence (milieu du XVIIe s.).

1-2, 4 : place Bargemon ; 3 : place des Pistoles ; 5 : la Charité ; 6 : Saint-Victor.

20Très soigneusement et entièrement revêtues d’engobe blanc, ces écuelles sont décorées d’incisions en face interne, dans la zone centrale et en bandeau dans le tiers supérieur. Les oreilles et la face externe ne sont pas décorées sur les exemplaires actuellement connus. Les incisions, peu profondes et très régulières, privilégient les lignes courbes et sinueuses organisées en motifs rayonnants et ne sont pas figuratives. Les deux formes complètes de Bargemon (fig. 121, n° 1-2) laissent voir deux décors différents mais sur ce même principe, avec un bandeau non décoré au tiers supérieur. En revanche le bord encore pourvu d’une oreille montre un bandeau à remplissage d’incisions en forme de S (inv. 52.02.10525). Des rehauts aux oxydes colorants, fer et cuivre en l’occurrence, sont ensuite posés en traits et petites taches régulièrement réparties. Ces écuelles ne se rencontrent que vers le milieu et le troisième quart du XVIIe s. dans l’état actuel de nos minces connaissances à leur sujet. Des réserves doivent être émises car le mobilier du premier quart du XVIIe s. est presque inexistant à Marseille.

3. Le contexte « Place des Pistoles »

21L’ensemble de céramiques a été recueilli par L.-F. Gantès et Manuel Moliner de l’Équipe archéologique municipale en 1987 sur le chantier de la place des Pistoles, situé devant la Charité dans le quartier du Panier. Il est constitué de plus d’un millier de fragments issus de plusieurs dizaines d’objets dont le décompte n’a pas pu être opéré précisément pour l’instant, une partie du mobilier étant en dépôt au Musée d’histoire de Marseille (tableau IV).

Tableau IV : le contexte de la place des Pistoles (unité stratigraphique 294).

Catégories

Fragments

%

Faïence de Ligurie

11

1

Pas de NMI

Faïence de Montelupo

15

1,2

Faïence de Valence

6

0,5

Terre vernissée de Pise

88

7

Terre vernissée de Manosque

8

0,7

Terre vernissée de Type Fréjus

224

18

Terre vernissée de Biot

3

0,25

Terre vernissée de l’arrière-pays marseillais

346

28

Culinaire de Ligurie

40

3

Culinaire de Vallauris

388

32

Culinaire noire (post-cuisson réd.)

21

2

Culinaire rouge

70

6

Réfractaire de type Uzège

0

/

Pipes

0 ?

Total

1220

0

22Cet ensemble a été identifié comme lot de référence depuis son exhumation en 1987, daté du milieu du XVIIe s. à la fois par la céramique et par cinq doubles-tournois frappés entre 1620 et 1639. Il a été montré au public lors de l’exposition « Itinéraire d’une mémoire » (Abel 1990). Le travail de céramologie ayant précédé notre intervention de 2010, réalisé à la fin des années 1980 par l’Équipe archéologique municipale, avait consisté en la reconstitution de quelques objets dans l’objectif de les exposer. Depuis lors, une partie des objets se trouve en dépôt au Musée d’histoire de Marseille, certains d’entre eux exposés au public. La part la plus importante du lot est conservée au dépôt archéologique municipal. Cette scission a généré quelques difficultés, conjuguées au récent projet de rénovation du Musée d’histoire de Marseille pour 2013, impliquant un vaste programme muséographique (en cours au moment de la rédaction de cet ouvrage).

23Des incisées polychromes pisanes, sont déjà présentes (fig. 111, n° 1), mais on remarque encore la fin des céramiques a stecca, qui semblent être conservées longtemps, précieuses et/ou à fond solide et souvent retaillés.

  • 13 En dépôt dans les réserves du Musée d’histoire.

24Des terres vernissées de type Manosque, sont en contexte et acquièrent donc un nouveau point d’ancrage chronologique (fig. 121, n° 3) 13.

25Parmi les fabrications locales, celles de l’arrière-pays marseillais, aucun décor incisé rehaussé de polychromie n’est recensé. Cette technique décorative devient extrêmement populaire dans les années 1670 ; cette absence est donc considérée comme un indice chronologique. Sont en revanche au goût du jour les décors d’engobe clair sur fond d’engobe rouge (fig. 115, n° 2-4 et fig. 117, n° 5-6). Ces décors sont posés en série à l’aide d’outils adaptés tels que des cylindres formant des cercles, ou des cylindres déformés réalisant des navettes. Ces décors d’engobe, presque exclusivement en blanc sur rouge, devenant jaune sur marron, existent en deux autres versions : un fond de cruche en négatif, et un fragment de panse de cruche revêtue de vernis vert, très détériorée. Autres vases, les pots de chambre (fig. 119, n° 1-2) et les cruches qui reçoivent des décors semblables.

26Un seul pichet a été recensé (engobes jaspés). Quelques petits tians (fig. 114, n° 2), plat creux à bord replié (fig. 117, n° 1-2), sont utilisés (à décor d’engobe, à engobe blanc et taches de vernis vert, ou engobes jaspés), de même que des assiettes plates à aile, ou des plats à aile même si ceux-ci sont plus rares. Se rencontrent encore dans ce contexte les écuelles à oreilles carrées découpées mais déjà des oreilles moulées à volutes en relief, la plupart des exemplaires restant monochromes. Une seule marmite noire est recensée et peut-être un couvercle peut-il lui être associé. Les vases culinaires de Vallauris sont bien plus présents que dans le contexte du Pavillon Bargemon. Le travail de céramologie devra être poursuivi sur ce contexte de référence homogène et fourni qui se placerait postérieurement mais peu après le contexte du Pavillon Bargemon.

4. Conclusion sur la céramique du milieu du XVIIe s.

27Ces trois contextes de référence, répartis chacun sur une chronologie située autour de 1650 fournissent des informations largement convergentes. Les catégories de céramiques alors en usage à Marseille ne sont pas encore fixées de manière si tranchée qu’à la fin du siècle. On utilise encore des vernissées communes de plusieurs origines (Fréjus, Haute-Provence supposée, arrière-pays marseillais). Les marmites noires conservent leurs adeptes. Les vernissées de milieu de gamme comportent encore des monochromes (stecca). Les faïences ne sont qu’abondamment décorées et l’émail blanc ignoré.

28Les formes semblent annoncer la période suivante. Les écuelles et les assiettes sont bien caractérisées (massives pour les premières, petites pour les secondes. Cruches, pichets, pots de chambre ont quasiment trouvé leur forme type pour une longue période.

29La présence de céramiques attribuables de manière hypothétique à la Haute-Provence dans les contextes marseillais de cette date précise, absentes auparavant, complètement disparues par la suite, procure à celles-ci un ancrage chronologique plus que crédible.

Notes

12 Opération archéologique de Manosque-Observantins, par Catherine Barra/Inrap.

13 En dépôt dans les réserves du Musée d’histoire.

Table des illustrations

Titre Fig. 110. Faïences italiennes (milieu du XVIIe s.).
Légende 1-2 : Pavillon Bargemon. 3 : place des Pistoles.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-1.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig. 111.Terres vernissées de Pise (Val d’Arno) (milieu du XVIIe s.).
Légende 1 : place des Pistoles ; 2-4 : Pavillon Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-2.png
Fichier image/png, 411k
Titre Fig. 112. Terres vernissées de Pise (Val d’Arno) (milieu du XVIIe s.).
Légende 1-2 : la Bourse ; 3 : Pavillon Bargemon. « Assiette au melon et tranche de pastèque », tableau de Giovanna Garzoni (1650), Palais Pitti, galerie Palatine, Florence © akg-images/Orsi Battaglini : rare exemple de terre vernissée représentée en peinture.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-3.png
Fichier image/png, 156k
Titre Fig. 113. Terres vernissées de type Fréjus (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-4.png
Fichier image/png, 117k
Titre Fig. 114. Terres vernissées de type Fréjus (milieu du XVIIe s.).
Légende 1 : Pavillon Bargemon ; 2 : place des Pistoles.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 115. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - écuelles (milieu du XVIIe s.).
Légende 1 : Pavillon Bargemon ; 2-4 : place des Pistoles ; 5 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-6.png
Fichier image/png, 122k
Titre Fig. 116. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - assiettes (milieu du XVIIe s.).
Légende Les Catalans (fouille sous-marine Luc Long, 2005).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-7.png
Fichier image/png, 157k
Titre Fig. 117. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - assiettes et plats (milieu du XVIIe s.).
Légende 1-2, 5-6 : place des Pistoles ; 3-4 : Pavillon Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-8.png
Fichier image/png, 143k
Titre Fig. 118. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - cruches et pichet (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-9.png
Fichier image/png, 344k
Titre Fig. 119. Terres vernissées de l’arrière-pays marseillais (vallée de l’Huveaune) - pots de chambre et taraïette (milieu du XVIIe s.). Place des Pistoles.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-10.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig. 120. Marmites noires (n°1-3) et marmite vernissée (n°4) (milieu du XVIIe s.). Pavillon Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-11.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 121. Terres vernissées attribuées à la Haute-Provence (milieu du XVIIe s.).
Légende 1-2, 4 : place Bargemon ; 3 : place des Pistoles ; 5 : la Charité ; 6 : Saint-Victor.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3636/img-12.png
Fichier image/png, 120k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search