Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Chapitre 5. Le flou du XVIe s. marseillais : de la fin du XVe s.au début du XVIIe s.

Véronique Abel

Texte intégral

1Les fouilles de Marseille ont fourni quelques lots de céramiques, diverses mais récurrentes, d’une période allant approximativement de la fin du XV e s. au premier quart du XVIIe s. Ces ensembles parfois très réduits, étaient en grande partie datés au moment de la fouille par les importations qu’ils comptaient. S’y retrouvent des faïences dont le revêtement stannifère est total ou partiel, de la vaisselle vernissée dont la surface vitrifiée contient du plomb, et des vases culinaires dont la terre est réfractaire.

2La connaissance des céramiques de l’arc méditerranéen au début de l’Époque moderne progresse mais pas aussi rapidement qu’on aurait pu le souhaiter. Rien n’est venu contredire au fil du temps les hypothèses formulées vers le milieu des années 1980 selon lesquelles la céramique et sa consommation à Marseille demeureraient en ce XVIe s. dans la tradition médiévale, tout en accueillant quelques nouveautés significatives et en faisant renaître d’apparents archaïsmes.

3Jusqu’il y a peu, les données étaient si minces que, tout comme aux premières lueurs de l’aube les détails des choses les plus familières restent encore imperceptibles, la céramique du XVIe s. restait à Marseille nimbée d’un flou handicapant qui interpellait les fouilleurs et pourrait étonner l’historien.

4Que la fin du Moyen Âge soit placée à la conquête de Constantinople par les Ottomans ou à la découverte de l’île d’Hispaniola par Christophe Colomb, elle n’est évidemment qu’un découpage décidé par commodité de langage et ceci est tout aussi vrai pour la céramique. Loin d’un réel tournant, le début des Temps modernes est dans ce domaine plutôt une période de continuité que de bouleversements. Dès les années 1980 nous avions remarqué grâce au chantier de la Bourse (Abel 1988) que les technologies de la céramique et les objets du quotidien des populations du XVIe s. demeuraient dans la tradition médiévale. À l’échelle du continent européen, ou plus modestement de la partie nord occidentale du bassin méditerranéen, bon nombre de transformations technologiques et morphologiques ont déjà été effectuées progressivement durant le Moyen Âge : revêtements vitrifiés, marginalisation des post-cuissons réductrices, division fonctionnelle des vases, etc. D’autres mutations restent à venir, qui interviendront bien plus tard.

5Des pointillés supplémentaires ont été tracés par le mobilier du Musée César en 1995, celui du Fort Saint-Jean en 1994 et en 2005, mais pas de contextes homogènes et suffisamment bien fournis, malgré une étude assez systématique des mobiliers modernes de Marseille. Les découvertes importantes et bien datées ayant eu lieu sur d’autres chantiers de France méditerranéenne et dont l’étude nous échut permettent d’évacuer assurément l’hypothèse d’une chronologie trop « tassée » vers le XVIIe s.

6Une hypothèse pourtant, avancée pour expliquer le peu de données céramologiques et l’obscurité régnant aujourd’hui encore sur le XV e s., verrait une contraction de la ville autour du port et en particulier sur sa rive nord, hélas peu prise en compte pour cette époque. Cette période de presque 150 ans a été caractérisée par des travaux sur des mobiliers archéologiques exhumés à la fin des années 1960 et en 1984 du site de la Bourse. L’étude de la céramique en usage au XVIe s. à Marseille, qui faisait suite à celle du XVIIe s. dans le cadre de nos travaux universitaires sous la direction de MlleDémians d’Archimbaud, a été entreprise en 1988 et rapidement publiée (Abel 1988) afin de mettre à la disposition d’autres chercheurs des premières données et susciter des investigations sur une période jusque là ignorée par l’archéologie en France méditerranéenne.

7Il faut souligner que les productions sont peu connues, rarement localisées, leur typologie à construire. Parfois l’origine de groupes d’objets aux caractères bien cernés n’est pas établie, ceux-ci sont alors identifiés par leur pâte ou autre critère significatif, faute de mieux ; l’écueil principal de l’accès à cette connaissance étant l’absence presque totale d’ateliers reconnus archéologiquement.

8Il n’était pas imaginable en 1988 que, deux décennies plus tard, la plupart des observations formulées sur la céramique de Marseille ne seraient pas vraiment complétées honorablement par quelques contextes de référence, milieux clos, formes complètes, identifications d’origine, et il aurait d’ailleurs été décourageant de le penser. Seuls quelques nouveaux points d’accroche se sont fait jour à travers les fouilles engagées depuis, ils en sont d’autant plus précieux.

9D’autant que l’analyse de la céramique moderne de la récente fouille de l’Hôtel-Dieu a généré de séduisantes hypothèses qui semblent se vérifier rétroactivement pour les niveaux étudiés après 1988. La céramique du secteur de l’atelier de bronzier repéré en 2008 a été placée dès le départ dans le large créneau du XVIe s. comprenant la fin du XV e et le début du XVIIe s. La fouille, outre les intéressants résultats sur le travail du métal (Thomas 2011), a permis d’établir à propos de la céramique de nouveaux constats basés sur les données stratigraphiques, d’en affiner la perception et d’ainsi cliver hypothétiquement la période allant de la fin du XV e s. au premier quart du XVIIe s. en deux parties dont la frontière se situerait très approximativement vers 1570.

10Cette période céramologique, dont les informations sont ténues et pourtant récurrentes, manque cruellement des précisions typo-chronologiques les plus élémentaires, ceci malgré l’image de dynamisme que conserve le XVIe s. pour les historiens. Il reste surprenant que le fonds archéologique pour cette longue période ne dépasse pas quelques centaines de fragments à Marseille et ne réussisse pas vraiment à s’étoffer. Il est difficile d’estimer le nombre de fragments et d’objets du XVIe s. recueillis à travers les sites marseillais car les données sont excessivement fugaces, les stratigraphies presque toujours aphasiques, les contextes de référence absents (notre motivation intacte cependant !).

1. Le premier XVIe s.

11Si les séries de la fouille de l’Hôtel-Dieu sont hélas trop courtes pour bien préciser et fixer cette chronologie des céramiques du XVIe s., elles confirment cependant que le comblement du puits de la Bourse était bel et bien un contexte de référence, désormais plus nettement fixé vers le dernier quart du XVIe s. Les deux autres lots de la Bourse sont alors pour l’un d’une date équivalente, tandis que l’autre trouve correspondance dans la céramique antérieure et contemporaine du four. Ces niveaux, dits désormais du « premier XVIe s. », affichent suffisamment de points communs pour offrir une continuité à rebrousse-temps aux séries plus tardives et permettre des précisions chronologiques pour d’autres ensembles du large XVIe s. C’est le cas, particulièrement intéressant, du mobilier du fort Saint-Jean (église de la Commanderie, 1994, Philippe Mellinand ; chapelle 2005, Françoise Paone).

1.1. Les faïences

12La faïence, à revêtement essentiellement blanc, plus rarement coloré – stannifère –, brillant et opaque, est une vaisselle de luxe, volontiers décorée. Au-delà de sa fonction utilitaire presque secondaire, son rôle ne s’arrête pas au plaisir de son utilisateur : elle constitue aussi un marqueur social à connotation ostentatoire.

13Cette catégorie demeure aujourd’hui un indice chronologique intéressant mais relatif. Un décalage est souvent observé entre ces importations de luxe et les céramiques communes. La faïence compense une masse généralement très faible (quelques % à peine) par une grande lisibilité à travers les mobiliers archéologiques. Celle d’Italie et celle d’Espagne se côtoyaient dans les maisons.

1.1.1. La faïence « de Pise » et de la basse vallée de l’Arno de tradition médiévale

14La faïence dite « de Pise » est diffusée dans notre région dès la seconde partie XIV e s. (cf. supra ch. 4 § 1.4.3.). La plupart des études semblent privilégier la production plus nettement médiévale (Berti et al. 1986) ; les références pour les périodes plus récentes ne sont pas très nombreuses. Comme précédemment, à la fin du Moyen Âge et pendant la période intermédiaire du XV e s., l’utilisation conjointe de revêtements stannifère et plombifère sur les mêmes récipients est la signature de cette production à émail monochrome ou décoré en vert et brun. Face interne des vases ouverts et flancs de pichets, zones les plus offertes au regard, bénéficient de revêtements émaillés, tandis que les extérieurs de vases ouverts et intérieurs et bases des vases fermés sont recouverts de vernis dans un second temps et parfois assez largement.

15La pâte est généralement rouge, brique ou orangé, sans éléments non plastiques visibles. Certaines de ces céramiques ont sans doute été produites hors de Toscane, en Ligurie par exemple, mais leur distinction n’est pas actuellement possible à travers le mobilier marseillais où cette catégorie est alors en net déclin.

16Dans l’une des recharges du four de bronzier de l’Hôtel-Dieu se trouve un fond d’écuelle très fragmentaire (fig. 94, n° 1), mais dont l’extérieur est vernissé et l’intérieur émaillé en blanc grisé sans décor est d’un type connu dans le XV e s. et au début du XVIe s. environ. On trouve des pièces semblables dans les niveaux de la place Général-de-Gaulle, où un ensemble stratigraphique avait été interprété comme une sédimentation dans une rue après le changement d’axe en 1524 (Abel 2001, p. 174). Dans la chapelle du fort Saint-Jean en 2005 (F.Paone), une écuelle laissait voir un vestige non interprétable de décor de manganèse (fig. 94, n° 2).

17Les autres pièces (plats à aile, ou à carène et lèvre aplatie, fig. 94, n° 3-7) sont plus fragmentaires encore et n’offrent qu’un fragment de décor, rayonnant le plus souvent, sur un émail pauvre en étain, pulvérulent ou presque transparent. Cette qualité moindre est souvent interprétée comme le signe de la fin de cette production précise. Des pichets accompagnaient les vases ouverts, il ne nous en parvient que des tessons très limités. La chronologie de ces objets en est d’autant plus difficile à percevoir, que ce soit de manière relative sur la fouille ou grâce aux références bibliographiques. Cependant, une présence persistante parmi les mobiliers du premier XVIe s. qui n’incluent pas d’autres céramiques plus anciennes en dépôt secondaire, permet de déduire qu’il s’agit véritablement d’une catégorie sinon toujours produite tout au moins encore en usage, peut-être conservée longtemps grâce à sa solidité évidente, et ceci pour bien peu de temps.

Fig. 94. Productions ligures (premier XVIe s.).

Fig. 94. Productions ligures (premier XVIe s.).

1 : Hôtel-Dieu ; 2-6 : Fort Saint-Jean ; 7 : la Bourse.

18Ce sont en fin de compte deux pièces recueillies au sein du même contexte en 1994 (mais étudié récemment) dans l’église de la Commanderie du fort Saint-Jean qui vont peut-être expliquer la « disparition » de cette catégorie. La première écuelle (fig. 95, n° 2) est d’une mise en œuvre classique (pâte rouge brique foncé, très dure ; hémisphérique sur pied annulaire), sa face interne émaillée et sa face externe vernissée comme de coutume. À l’intérieur se voit un arrachement de pernette « très italien ». L’émail une fois cuit n’a pas réussi à masquer parfaitement la tonalité rouge foncé de la pâte, et il en devient rosé.

19Est associée à cette écuelle une seconde (fig. 95, n° 1), quasiment identique, à peine plus grande, plus large et plus blanche, témoignant du même arrachement de pernette. Là où cette seconde écuelle se distingue nettement de la première, c’est en sa face externe : l’émail ne s’interrompt pas sur la lèvre, mais revêt au contraire les deux tiers supérieurs du vase, tandis que la partie inférieure est laissée sans aucun revêtement. Cette absence de vernis permet de voir une finition extrêmement soignée, où le tournassage du pied annulaire et de la base du vase ne laisse aucune aspérité, tout comme les céramiques vernissées à décor a stecca de même provenance.

Fig. 95. Écuelles pisanes (n° 1-2), écuelles et pichets d’origine incertaine (n° 3-4) (premier XVIe s.). Fort Saint-Jean.

Fig. 95. Écuelles pisanes (n° 1-2), écuelles et pichets d’origine incertaine (n° 3-4) (premier XVIe s.). Fort Saint-Jean.

20Un autre fragment d’écuelle (église de la Commanderie, inv. 8507), manifestement retaillé pour un usage secondaire, associe un revêtement interne stannifère peu opaque, un vernis plombifère externe recouvrant une coulure d’émail et une zone non revêtue en partie basse. Ce tesson, d’apparence anodine, annonce les choix que feront peu après les céramistes de Pise dont les argiles se révèlent après cuisson rouge vif et dures (« fermées »). La faïence de la même région de la vallée d’Arno, mais utilisant des bancs d’argile cuisant clair, Montelupo, prenant un essor remarquable depuis quelques décennies, celle qui était faite à partir d’argile cuisant rouge est abandonnée au profit d’une technologie plus adaptée à cette matière première, à savoir l’association d’engobe blanc et de vernis, coloré ou non.

1.1.2. La faïence de Montelupo

21Cette faïence toscane à pâte claire et souvent crayeuse est quant à elle connue depuis la fin du Moyen Âge et étudiée avec une certaine constance en Italie où elle est bien sûr très fréquente. Elle compense dans le mobilier archéologique marseillais son petit nombre de tessons par un aspect voyant, voire bariolé, accentuant sa lisibilité. Sa chronologie est plus accessible car elle peut se baser sur les décors, identifiables même sur des fragments de taille limitée. D’un attrait certain par ses décors chatoyants, cette céramique privilégie les formes qui laissent le plus de surface disponible, assiettes et plats, pichets dans une moindre mesure.

22L’église de la Commanderie du fort Saint-Jean (fouille de P.Mellinand) a livré en 1994 un ensemble de vaisselle de la période comprenant quelques pièces de faïence. Une assiette polychrome, dans un état de conservation exceptionnel parmi les mobiliers marseillais (fig. 96), illustre cet accent mis sur le décor. D’un diamètre plutôt moyen (22 cm), la forme est des plus simples : ample bassin peu creusé, aile très plate bien développée, large fond plat. Un décor a fascie geometriche, généralement daté de l’extrême fin du XV e s. (Berti 1998, genere 18) s’y développe largement. Séparés par des chevrons bleus, onze losanges bicolores verts et rouges se répartissent sur l’aile. Si la couleur verte est habituelle dans la palette de Montelupo, le rouge y est rare. Il ne semble pas s’agir d’un remplissage orange (la couleur attendue pour les losanges des fascie geometriche) qui aurait mal tourné. Le pigment rouge n’a pas pénétré dans la couche d’émail, à l’inverse des autres couleurs. Il pourrait s’agir d’un rouge posé sur émail cuit, qui expliquerait sa détérioration plus importante que les autres couleurs de la même assiette.

Fig. 96. Assiette de Montelupo. Fort Saint-Jean (V. Abel/Inrap).

Fig. 96. Assiette de Montelupo. Fort Saint-Jean (V. Abel/Inrap).

23D’autres assiettes de même provenance accompagnaient la première : à motivi vegetali della « famiglia bleu » (inv. 45.93.8509 ; Berti 1998, genere 40) ; à ovali e rombi (inv. 45.93.8510 ; Berti 1998, genere26) ; à bleu graffito (inv. 45.93.8515 ; Berti 1998, genere34).

1.1.3. La faïence de Ligurie

24Seul un fragment de faïence (inv. 134.05.1384) provient d’Italie dans le contexte du XVIe s. fouillé au fort Saint-Jean en 2005. Il appartient à une assiette ligure à décor calligrafico a volute ou a fiori sparsi. Très fragmentaire il ne permet pas une identification claire du décor.

25Une telle rareté, malgré la relative proximité de ce lieu de production de vases bien identifiables, reste sans explication. Nous rencontrerons plus tardivement des terres vernissées de même provenance géographique, ce qui ne fait qu’accroître les questions.

1.1.4. La faïence de Valence

26La faïence de Valence est produite depuis le Moyen Âge, variablement diffusée et utilisée selon les périodes et le niveau de vie des habitants. Elle est plutôt discrète à Marseille au XVIe s., mais assidue. Les formes ouvertes sont toujours les plus courantes à l’exportation, les vases fermés rares.

27Comme souvent dans la faïence, les décors sont plus propices aux datations, avec un écueil pour celle-ci, la fragilité du décor de lustre métallique, souvent disparu au cours de son utilisation. À cette technique s’apparente le « petit feu » des faïenciers du XVIIIe s. : dans les deux cas le décor est posé sur un émail déjà vitrifié par une cuisson puis recuit à température plus modérée. Pour les lozas doradas, les pigments sont fixés par une cuisson conduite jusqu’à son refroidissement (post-cuisson) en atmosphère réductrice qui conserve leur aspect métallique. Comme ils ne pénètrent pas dans le revêtement, ils sont particulièrement fragiles.

28Issue de l’un des niveaux les plus anciens du secteur du four de l’Hôtel-Dieu, une écuelle de faïence de la région valencienne (fig. 97, n° 2) a été décorée selon le procédé du « pinzell-pinta de tres puntes ». Des faisceaux de trois tracés parallèles rectilignes ou sinueux sont réalisés d’un seul mouvement à l’aide d’un pinceau à trois brins, deux traits fins encadrant un trait central plus épais (Llorens 1989, p. 177-183 ; Cerdà i Mellado p. 252, fig. 15, p. 165 et 209, taula xix).

29Dans de nombreux cas, les tessons sont de taille trop réduite pour permettre une interprétation du décor. Dans le contexte de l’Hôtel-Dieu et de même provenance hispanique se trouvait un plat, très mal conservé, décoré d’un large cercle bleu sur l’émail blanc qui a pu recevoir des reflets dorés aujourd’hui disparus (fig. 97, n° 1). L’émail peu opaque d’un fond de plat, à décor bleu très limité, permet de penser qu’il a été produit dans le XVIe s. ou plus tard, de même que le revêtement « maigre » d’un fond d’écuelle).

30Du site du fort Saint-Jean, qui a livré en 2005 un ensemble de céramiques caractéristiques du XVIe s. comparable aux niveaux antérieurs et contemporains du four de bronzier de l’Hôtel-Dieu, provient une écuelle de faïence à décor de reflets métalliques dans un état remarquable par rapport aux autres restes de provenance espagnole à cette époque. La forme en est complète à l’exception de l’oreille (fig. 97, n° 5). Cette écuelle hémisphérique apode mesure 5,5 cm et environ 13 cm de diamètre externe. À l’extérieur, le fond est concave et étroit (4,5 cm de diamètre) et légèrement bombé en face interne. Après un angle marqué se développe la paroi qui s’épaissit à mi-hauteur et s’amincit à nouveau vers la lèvre sans carène nettement marquée. L’oreille, disparue, devait être assez large par rapport au reste de l’objet et pouvait mesurer environ 7 cm de large. La partie restante laisse voir un bord polylobé en relief.

31L’émail blanc est « crémeux » et non pas transparent comme cela se remarque souvent dans les productions du XVIe s. Le décor, en grande partie effacé, est entièrement réalisé par lustre métallique brun doré sur les deux faces. L’extérieur de l’écuelle est simplement animé de deux registres horizontaux de boucles ovales non fermées, accolées à une seconde boucle, bien plus petite, ronde et fermée, une dernière boucle étant placée sous le fond. À l’intérieur, le décor est constitué d’au moins trois bandes linéaires traversant le bassin parallèlement à l’axe des oreilles lorsque l’objet est appréhendé en vue zénithale.

32Chaque bande ou registre est traité indépendamment pour un effet de patchwork. Le registre supérieur, aujourd’hui le plus lisible et qui forme en réalité une demi-lune sur la paroi, est rempli de plusieurs motifs hétéroclites. Une guirlande de « perles enfilées » part de la lèvre et descend vers le centre du vase. À droite (et peut-être à gauche) est placée une palmette horizontale qui rappelle les feuilles de certains végétaux de ces répertoires décoratifs relativement stéréotypés. De part et d’autre de la guirlande de perles, l’espace sous la lèvre est occupé par de fines hachures horizontales et de courts et plus larges traits verticaux. Le deuxième registre accueille des motifs ondoyants, sortes de volutes tracées à l’aide d’un pinceau épais à partir des deux larges lignes de bordure du registre complétées de lignes très fines. Le troisième registre occupe approximativement la moitié inférieure du vase, partie la moins lisible. Un quatrième registre, entièrement effacé n’est pas à exclure. On reconnaît tout de même à nouveau le motif des perles enfilées descendant de la lèvre et des motifs sinueux sur la paroi, alors qu’au fond du bassin est placée une fleur stylisée, rosette ou œillet. Le reste du décor a disparu.

33Cette mise en scène par bandes linéaires brise visuellement la courbe de l’écuelle. Cette répartition est différente du schéma décoratif de la période « haute » (du XIV e au début du XVIe s.) des lustres métalliques du nord-est de l’Espagne dont les décors sont volontiers rayonnants à partir du centre ou développés en registres concentriques, basés par conséquent sur le cadre circulaire imposé par le vase. Une organisation dissidente paraît déjà inspirer à la fin du XV e s. les décors en « fers à cheval imbriqués » recueillis notamment à Avignon (Carru 1989, Carru 1995).

34Cette écuelle présente des similitudes de décors avec des objets de la collection du musée des Beaux-arts de Lyon publiés à l’occasion d’une exposition en 2002. Ainsi, se remarque une guirlande de perles enfilées sur un plat attribué aux ateliers de Muel en Aragon, au nord-ouest de Valence (le Calife 2002, p. 248). Sa forme n’est en revanche pas directement documentée par une pièce précise à travers cette exposition. Elle s’apparente à d’autres trouvées à Avignon pour le deuxième quart du XVIe s. (Carru 1995, p. 73), mais sans comparaison très nette, en particulier car sa paroi est épaisse et presque rectiligne à l’intérieur du vase.

35Le reste du contexte de la chapelle du fort Saint-Jean comprend d’autres fragments provenant d’Espagne : une écuelle de Valence (forme complète, inv. 134.05.1410) est animée d’un décor rayonnant et filets sous la lèvre en bleu seul. Un fragment d’écuelle à petite oreille triangulaire laisse voir sous la lèvre une tache bleue ayant peut-être été enrichie de lustre (inv. 134.05.1390).

36Une écuelle à décor de bleu seul est issue de la fouille du fort en 1994. Elle est animée d’un décor rayonnant de 14 arcs qui se rejoignaient au centre du bassin
(fig. 97, n° 3). Une pièce semblable est issue de la fouille du même site en 2005 (fig. 97, n° 4). Dans la même période, était retrouvée une pièce identique à Avignon (Carru 1995, p. 71).

Fig. 97. Productions de Valence (premier XVIe s.).

Fig. 97. Productions de Valence (premier XVIe s.).

1-2 : Hôtel-Dieu ; 3-5 : Fort Saint-Jean.

37Ces céramiques de la région de Valence sont plutôt rares dans les courtes séries du XVIe s. marseillais vu dans son ensemble, et essentiellement constituées d’écuelles. Elles sont davantage présentes dans le contexte de la chapelle du fort Saint-Jean au détriment des faïences italiennes, ce rapport inversé pouvant tenir à la chronologie, ceci sans certitude possible.

1.1.5. Les faïences de provenance indéterminée : une éventuelle production du terroir marseillais ?

38Un pichet lacunaire à décor bleu trouvé sur le fort Saint-Jean en 1994 (fig. 95, n° 4) est un objet unique pour l’instant dans le corpus marseillais. Pouvant passer de prime abord pour un produit espagnol, cette attribution ne résiste pas à un second coup d’œil plus acéré porté sur sa pâte et sa mise en œuvre. Sa terre est très rouge, d’un ton plus attendu pour des terres vernissées que pour des faïences. Bien que le fond en soit absent, on peut estimer qu’il s’agit de l’œuvre d’un tourneur expérimenté et non d’un essai ou d’une production marginale. La partie de panse restante est approximativement globulaire, le col est plutôt large et de hauteur moyenne, une légère arrête souligne la lèvre, simple. Le bec est pincé pour être fonctionnel et sans exagération. Une anse obtenue par tournage et soigneusement façonnée est attachée sous l’arête du bord et se termine au niveau du diamètre maximal de la panse.

39L’impression de maîtrise de la matière que donne la forme ne se retrouve nullement dans le décor. Sorte d’hybridation entre le bleu de cobalt valencien et les schémas décoratifs des pichets de Montelupo, on peine à voir dans ces quelques motifs équivoques la main d’un vrai peintre en faïence. L’essentiel du décor se place autour et sous le bec dans une large zone, divisée en quartiers rapidement remplis de quelques hachures réparties au hasard du pinceau. La partie absente semble avoir vu s’incurver les deux traits démarrant de la lèvre et réunis par d’autres traits, courts et irréguliers. Deux feuilles lancéolées d’une extrême simplicité encadrent l’œuvre et la séparent de l’anse dont la discrète cannelure a été soulignée en bleu. Les traits sont tous épais et hésitants, les remplissages aléatoires, le message du manieur de pinceau reste indéchiffrable, de même que reste mystérieuse l’origine géographique de ce vase contradictoire.

40Aucun tesson de faïence issu des fouilles de Marseille dans leur ensemble ne peut jusqu’aujourd’hui être attribué à l’atelier que le marquis de Forbin aurait installé en 1526 sur son domaine des bords de l’Huveaune (Arnaud d’Agnel 1912) aujourd’hui quartier de Saint-Marcel. Cette pièce est pour l’instant la seule dont la provenance reste mystérieuse. Sa pâte rouge ressemble à celle des productions locales. Peut-on dès lors émettre l’hypothèse d’une production locale ? Ce serait prématuré en l’état actuel des connaissances, mais non déraisonnable.

1.2. Les terres vernissées

41Selon les choix que nous avons faits et pour une meilleure distinction des catégories entre elles, le terme de « terres vernissées » se rapporte aux céramiques à revêtement plombifère mais ne comprend pas (de manière un peu artificielle) les vases destinés à la cuisson ou façonnés en argile notoirement réfractaire.

1.2.1. La terre vernissée de Pise et Valdarno

42Les terres vernissées enregistrées sous la dénomination de « Pise », et cela vaudra pour toute la période moderne, proviennent vraisemblablement d’une zone plus large que la ville de Pise elle-même et correspondant à la basse vallée de l’Arno, dite Valdarno en Italie.

43Elles sont peu fréquentes dans les rares niveaux datés du premier XVIe s., pour une raison inexpliquée et qui peut tenir au simple hasard de l’échantillonnage. Une écuelle vernissée blanche très fragmentaire, issue du contexte du fort Saint-Jean, semble devoir être attribuée à ces ateliers ; elle n’est pas décorée (inv. 134.05.1386). Un bord d’écuelle à vernis vert incisé a stecca provient du comblement du puits DI14 de la Bourse qui resterait dans ce premier XVIe s. (fig. 94, n° 7). De la fouille de l’église de la Commanderie en 1994, proviennent deux pièces.

44Les deux « provenances » suivantes sont assez proches géographiquement et les terres vernissées qui en sont issues au XVIe s. se ressemblent parfois beaucoup sur des tessons de taille très réduite. La répartition entre les deux zones de production s’effectue souvent par défaut. Fréjus est connu pour des productions plus sommaires, les vases plus soignés sont plus volontiers attribués à la Ligurie, l’incertitude demeurant pour des vases de facture intermédiaire ou des tessons de taille trop réduite.

1.2.2. La terre vernissée de Ligurie

45Les céramiques vernissées de Ligurie sont peu utilisées à Marseille au XVIe s. dans son acception large. Des couches archéologiques de l’Hôtel-Dieu provient, attribué à la Ligurie, un fragment de panse de plat dont l’extérieur est tournassé, l’intérieur revêtu d’engobe blanc et de vernis incolore (inv. 155.09.2840). La panse nettement carénée d’un autre plat à engobe blanc laisse voir une sommaire tache verte (inv. 155.09.2834). Le puits DI14 de la Bourse avait recueilli un bord de plat jaune à aile de 3 cm (inv. 86.67.1057).

46Une dizaine de plats et assiettes différents sont issus des niveaux explorés dans l’église de la Commanderie du fort Saint-Jean en 1994 (fig. 94, n° 2-6). Cinq plats et assiettes différents sont répertoriés dans les niveaux fouillés en 2005 dans la chapelle du fort Saint-Jean. Tous sont animés d’incisions variées sur engobe blanc recouvert de vernis jaune (inv. 134.05.1373 et 1393 à 1395). Une rare écuelle à oreille figurerait parmi ce mobilier (inv. 134.05.1407).

1.2.3. La terre vernissée de Fréjus

47Les céramiques vernissées de Fréjus (fig. 98), présentes à Marseille dès le début des Temps modernes, sont d’aspect assez proche des productions ligures, mais leurs décors sont rares et les incisions exceptionnelles. Elles constituent en principe une part importante des objets usuels à Marseille pendant le XVIe s. et pour plus d’un demi-siècle encore. Malgré la place de choix que ceux-ci occupent, il est parfois difficile de les appréhender clairement en typologie et chronologie tant les séries sont courtes.

48Le modèle de l’écuelle de Fréjus est simplement et approximativement hémisphérique, tourné à partir d’un fond plat. Elle ne semble être conçue que comme un instrument servant à se nourrir, dénuée de fioriture et de décor, « basique » comme on pourrait le dire aujourd’hui. Le vernis de certaines d’entre elles est incolore sur engobe blanc, en particulier dans cette période. Il est de tonalité miel pour d’autres, ou vert pour des exemplaires encore moins nombreux.

  • 10 La seconde porte le n° d’inventaire 86.67.1053.

49Issus de la phase d’utilisation du four de l’Hôtel-Dieu, deux écuelles (inv. 155.09.2838 et 2841) et un pichet (inv. 155.09.2827) sont connus mais leur état ne permet ni représentation graphique ni commentaire. Le comblement du puits DI14 de la Bourse qui resterait dans ce premier XVIe s. a livré deux écuelles (fig. 98, n° 5)10. Deux écuelles morphologiquement intéressantes figurent dans le mobilier des deux unités stratigraphiques du fort Saint-Jean, dont l’une (fig. 98, n° 2) est intacte et rappelle l’absence d’oreille sur une partie de la production alors que la seconde (fig. 98, n° 1) est munie d’une oreille très courte, faite d’un rectangle de terre terminé en biseau et découpé de deux encoches.

Fig. 98. Terres vernissées de Fréjus (premier XVIe s.).

Fig. 98. Terres vernissées de Fréjus (premier XVIe s.).

1-2, 4, 6 : Fort Saint-Jean ; 3 : Hôtel-Dieu ; 5 : la Bourse.

50Les plats sont de deux sortes : ceux à aile, courte en cette période (inv. 86.67.1054 et 1055), ou en bandeau externe (inv. 86.67.1058).

51Le fond d’un pot de chambre de l’Hôtel-Dieu est suffisamment conservé pour laisser voir son diamètre réduit (7,7 cm) et l’attache basse d’une anse dont on ne peut savoir si elle était unique (fig. 98, n° 3). Cet objet serait, en l’état actuel de nos connaissances, le plus ancien vase de ce type livré par les fouilles de Marseille, avec le bord à aile étroite (2 cm) du fort Saint-Jean (inv. 134.05.1376) où se trouvent les mêmes associations (sur lesquelles on ne peut cependant pas s’appesantir tant elles perdurent).

1.2.4. Les terres vernissées d’identification incertaine ou absente

52Une production de terre vernissée à pâte claire, finement mais densément micacée, se remarque parmi les céramiques du large XVIe s., sans qu’il puisse être pour l’instant répondu à la plupart des interrogations nées des premières études céramologiques des années 1980. Leur origine géographique n’est pas même l’objet d’une hypothèse. Les vases, aux parois très amincies, sont généralement tournés avec beaucoup de grâce et de soin. Elles semblent appartenir davantage au second XVIe s. au vu des résultats de la fouille de l’Hôtel-Dieu, hypothèse qui se confirmerait rétrospectivement avec le contexte du fort Saint-Jean ; mais le comblement DI14 de la Bourse recelait un exemplaire, limité donc incertain, de vase fermé engobé en rouge.

1.3. Les poteries réfractaires

53Pendant cette période de premier XVIe s., bien des incertitudes demeurent et la poterie de cuisine, loin de faire exception à cette règle vient plutôt la renforcer. Une variété certaine règne, dont les différentes composantes sont difficiles à cerner clairement dans un contexte de mobilier rare et dispersé. Quelques tessons de vases culinaires appartiennent à des groupes ou des ateliers relativement bien définis, d’autres ont vu récemment leur origine géographique rectifiée.

1.3.1. La poterie réfractaire de type Uzège

54Connus et très fréquents en Languedoc et Provence occidentale dès le Moyen Âge, les vases culinaires de l’Uzège sont si rares à Marseille qu’ils en sont presque anecdotiques.

55À travers les niveaux antérieurs et contemporains du four de bronzier de l’Hôtel-Dieu, quelques tessons de panses à peine témoignent de cette production et des ateliers apparentés, accompagnés par une large anse (inv. 155.09.2842) dont la couleur de pâte pourrait orienter vers le début du XVIe s., une même indigence s’observant au fort Saint-Jean. Un bord triangulaire caractéristique du XVIe s. a été recueilli dans le comblement du puits DI14 de la Bourse (fig. 99, n° 1).

1.3.2. Les poteries réfractaires d’identification incertaine ou absente

56Parmi les céramiques culinaires du contexte du fort Saint-Jean, figure un bord triangulaire à bandeau (inv. 134.05.1408), classique de la période pour les ateliers en activité depuis le Moyen Âge comme l’Uzège et Ollières. Quelques fragments sont de type Uzège, d’autres à pâte blanche ou rose et grossière restent indéterminés. Deux marmites semblent pouvoir être attribuées à la Ligurie dont elles ont l’argile orangée fine caractéristique. Leur col ouvert est aménagé sur la panse sans recherche formelle (inv. 134.05.1400 et 1401). Un fragment de petite taille est animé d’un cordon de pâte non digité mais scarifié.

57Le comblement DI14 de la Bourse a livré un « toupin » (pot à cuire à une anse) à pâte claire, non micacée, et à vernis limité à la partie centrale interne. Il possède une anse plate façonnée au tour, attachée sous le bord et non pas sur la lèvre, et un bec pincé (fig. 99, n° 2). Ces éléments en font un vase caractéristique de cette période, d’une forme se retrouvant très fréquemment sur d’autres sites à travers Provence et Languedoc.

Fig. 99. Productions réfractaires : marmite de type « Uzège » (n° 1), toupin d’origine inconnue (n° 2) (premier XVIe s.). La Bourse.

Fig. 99. Productions réfractaires : marmite de type « Uzège » (n° 1), toupin d’origine inconnue (n° 2) (premier XVIe s.). La Bourse.

2. Le second XVIe s.

58C’est le comblement de l’un des puits du site de la Bourse (fouille Michel Bonifay, secteur de Sylvie Grange, 1983) qui a amorcé véritablement le travail sur la céramique du « large XVIe s. » à Marseille. Les 240 fragments de céramique proviennent d’une quarantaine d’objets variés, comprenant de la vaisselle de table et des poteries culinaires en plus des quelques vases à liquide attendus dans ce type de contexte. Ils étaient restés jusqu’il y a peu flottant dans une période de près de 150 ans, trop longue pour que les datations en soient bien crédibles et utiles. On peut désormais les confronter aux récentes données de l’Hôtel-Dieu en 2009. « L’apparition » (ainsi qu’on se plaît à le dire…), dans ce comblement 5026 de la Bourse, de marmites obtenues en post-cuisson réductrice semble alors un indice de choix. En effet, ces vases culinaires inattendus se rencontrent, en nombre raisonnable et constant, dans les lots du XVIe s. et se maintiennent clairement jusqu’au milieu du XVIIe s. Il n’est donc pas question de voir en elles des vases anecdotiques, mais plutôt des céramiques d’usage, et par conséquent des marqueurs chronologiques à prendre en compte.

59Malgré les réserves qui doivent être faites eu égard à la faible masse de céramiques disponibles à travers la séquence stratigraphique du four de bronzier de l’Hôtel-Dieu, les résultats tendent à prouver que le comblement du puits de la Bourse était bien un contexte de référence, désormais plus nettement fixé vers le dernier quart du XVIe s. Les céramiques les plus marquantes de ce puits trouvent pour la plupart des correspondances dans le mobilier de l’abandon du four de bronzier, notamment les fameuses marmites noires.

60Un mobilier homogène recueilli sur le site de la place Villeneuve-Bargemon (Musée César, us11082) contient des associations identiques parmi lesquelles à nouveau ces marmites noires. Il se placerait dans la même chronologie tout en complétant notre connaissance des objets d’usage courant à cette époque.

61Des objets isolés sont à l’occasion mentionnés ou illustrés afin de compléter la vision parfois étriquée donnée de certaines productions.

2.1. Les faïences : la production de Montelupo

62Bien que toujours très minoritaires en nombre, les faïences, dont le revêtement comprend une partie de sels d’étain et devient opaque à la cuisson, restent un mobilier attachant, par sa fragilité et dans de nombreux cas, des décors voyants mais évocateurs. Les provenances assez peu nombreuses permettent souvent des identifications claires et des datations semblant aisées, mais celles-ci doivent être relativisées par la durée de vie plus longue d’objets plus précieux et les imitations entre producteurs. L’Italie semble désormais privilégiée.

63Le comblement 5026 du puits de la Bourse a livré un grand plat peu profond à large fond plat, lèvre légèrement épaissie arrivant à l’horizontale par une ample courbe continue de grande élégance (fig. 100, n° 2). Cette forme, courante dans la production, ménage une large surface à décorer : des volutes orangées alternent avec des traits courbes de même couleur, entre lesquels de fins traits en bleu remplissent l’espace. La fouille de la Crypta Balbi à Rome a daté un plat semblable dans sa forme et son décor des deux derniers tiers du XVIe s. (Ricci 1985).

64Un décor identique (les traits courbes décroissants y sont bleus) est posé sur un plat creux (fig. 100, n° 3) trouvé isolé sur le même site. Un bord redressé de vase ouvert tronconique (fig. 100, n° 1), mal conservé mais décoré d’une frise d’arabesque en bleu, fournit la même date (Ricci 1985).

Fig. 100. Faïences italiennes : Montelupo (n° 1-3), Pise ? (n° 4) (second XVIe s.).

Fig. 100. Faïences italiennes : Montelupo (n° 1-3), Pise ? (n° 4) (second XVIe s.).

1-3 : La Bourse ; 4 : place Villeneuve-Bargemon.

65Les vases fermés sont bien moins nombreux, situation habituelle pour des importations. L’exemplaire le plus marquant de céramique de Montelupo parmi ce mobilier est sans doute le spectaculaire et attachant pichet orné d’un profil de personnage féminin placé dans un médaillon polychrome. Cette pièce fort séduisante bien que très fragmentée et lacunaire, recueillie sur le site de l’Hôtel-Dieu, est sans rapport avec le four de bronzier (fig. 101). Les seize fragments, tous connexes mais d’une grande fragilité et n’offrant pas suffisamment de matière pour le collage, laissent apparaître un boccale (pichet) de Montelupo orné d’un profil féminin traité en polychromie, d’à peine 17,5 cm de haut et dont la morphologie piriforme met en valeur la zone décorée de la panse sous le bec pincé. Dans un médaillon déterminé par deux cercles orangés concentriques rattachés par de larges hachures est placée une figure féminine d’exécution rapide mais sûre. Un seul trait de manganèse dessine un visage au front haut et dégagé ainsi que l’exigeait la mode de la Renaissance. La coiffe, aujourd’hui incomplète, dépassait du cadre du médaillon.

Fig. 101. Pichet de Montelupo (second XVIe s.). Hôtel-Dieu.

Fig. 101. Pichet de Montelupo (second XVIe s.). Hôtel-Dieu.

66Le « ritratto » (portrait) est un thème décoratif apprécié dans la céramique italienne de la période. Attesté dès les années 1420-1440, il s’affirme durant le XV e s. dans la production toscane et correspond au développement du portrait proprement dit dans la peinture, magnifié par La Joconde : les peintres traitent des personnages sans destinée remarquable, suffisamment nantis cependant pour commander des tableaux à leur effigie. La céramique haut de gamme est souvent un reflet de la peinture de chevalet, mais paradoxalement dans ce cas, son caractère spécifique de production de masse gomme les particularismes propres au portrait dont elle se fait l’écho. Traitées aussi bien dans la faïence que dans la terre vernissée, de grandes séries d’objets (Ravanelli Guidotti 2000) montrent que le visage de face ou de trois quarts, qui demande davantage de maîtrise, est moins courant que le profil, tourné indifféremment vers la droite ou la gauche, tandis que nos sociétés contemporaines privilégient le regard vers la droite, censé représenter l’avenir.

67Sur la plupart des vases de faïence du Valdarno, le profil est mis en valeur par un fond sombre en bleu de cobalt, masquant judicieusement les reprises du trait, laissant le visage en réserve. En revanche, le fond du médaillon du pichet de l’Hôtel-Dieu est jaune, couleur plus volontiers attribuée à la seconde moitié du XVIe s., de même que l’orangé. Seuls deux traits de l’épaule droite du personnage subsistent, le reste du buste, le cou et l’arrière du crâne sont perdus, limitant d’autant les interprétations mais non l’imagination. Le XVIIe s. préfèrera sur la faïence des personnages en pied et en pleine action, soldats, cavaliers ou comédiens. Faut-il y voir un signe des temps ? Il reste ici indéchiffrable.

68Une tentative de réparation, dont on ne sait si elle réussit, fut pratiquée en perçant la paroi, un seul trou subsiste sur l’un des tessons du bord proche de l’anse. Ce type de réparation ne semble pas signifier davantage que ce qui peut être déduit de la provenance et de la richesse du décor.

2.2. Les terres vernissées

69On retrouve pour ce second XVIe s. les mêmes catégories que précédemment, avec une nette prédominance pour les productions de Fréjus.

2.2.1. La terre vernissée de Pise et Valdarno

70Après les derniers avatars des céramiques « vertes et brunes » médiévales dont le vaste mais très fragmentaire plat du site du Musée César serait une ultime illustration (fig. 100, n° 4), les terres vernissées pisanes du XVIe et début du XVIIe s. parvenant à Marseille sont presque exclusivement des formes ouvertes décorées de larges incisions a stecca (Berti, Tongiorgi 1982). Le plus souvent ces objets sont recouverts de vernis vert, comme plusieurs issus du comblement de puits 5026 de la Bourse (fig. 102, n° 1-3).

71Les autres couleurs et tonalités de vernis, du marron presque noir au vernis incolore, semblent signe de postériorité dans les niveaux archéologiques de Marseille. Une panse de plat à vernis marron (inv. 155.09.2816) orienterait vers la fin du XVIe s., date confirmée par un bord de plat plus légèrement incisé sous un vernis incolore qui met en valeur la blancheur de l’engobe semblant annoncer les graffitta tarda du XVIIe s.

72Fait extrêmement rare, une cruche du puits de la Bourse est attribuable à Pise (fig. 102, n° 4), ainsi qu’un pied de vase sur tige courte peu interprétable, tous les deux recouvertes en vert.

Fig. 102. Terres vernissées pisanes (second XVIe s.).

Fig. 102. Terres vernissées pisanes (second XVIe s.).

1-4 : la Bourse ; 5 : Hôtel-Dieu.

2.2.2. La terre vernissée de Ligurie

73Un fragment très limité de la place Villeneuve-Bargemon (Musée César) (fig. 103, n° 3) est décoré en vert et brun rappelant la mode du bas Moyen Âge, mais il s’agit dans ce cas d’un décor posé sur engobe blanc recouvert de vernis incolore. Le motif, récurrent, des incisions doubles en croix se retrouve sur un plat creux du même contexte, qui a aussi livré un bord de plat caréné, sans doute comparable (fig. 103, n° 1-2).

Fig. 103. Terres vernissées de Ligurie et apparentées (second XVIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 103. Terres vernissées de Ligurie et apparentées (second XVIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.

2.2.3. La terre vernissée de Fréjus

74La terre vernissée de Fréjus reste la vaisselle d’usage commun mais nous parvient très dégradée, peut-être suite à un usage intensif. Il est donc difficile de percevoir nettement une évolution, qui n’a pas dû manquer de voir le jour en trois quarts de siècle, dans les productions de ces ateliers.

75L’écuelle, comme l’exemple à engobe blanc sous vernis incolore (fig. 104, n° 1), reste l’objet le plus fréquent. Elle est accompagnée des mêmes plats que quelques décennies plus tôt, comme celui à bandeau externe (fig. 104, n° 2). Un possible « plat creux » postérieur au four de bronzier de l’Hôtel-Dieu est revêtu d’engobe rose sous vernis jaune, le tesson restant est trop limité pour bien en comprendre la forme (fig. 104, n° 4). L’éventuelle évolution, que nous n’avions pas décelée en 1988, reste pour l’instant imperceptible à travers le mobilier des fouilles de Marseille. À peine pourrait-on dire que le bord des plats à aile semble se redresser et s’épaissir (fig. 104, n° 3). Un bord de très grand plat a été terminé par une lèvre bifide pincée en onde régulière (fig. 104, n° 5), un type apparemment absent précédemment.

76Un autre plat se distingue par la taille de son fond annulaire massif et des parois particulièrement épaisses qui évoquent un vase très puissant (fig. 104, n° 6).

Fig. 104. Terres vernissées de Fréjus, formes ouvertes (second XVIe s.).

Fig. 104. Terres vernissées de Fréjus, formes ouvertes (second XVIe s.).

1-3 : place Villeneuve-Bargemon ; 4, 6 : Hôtel-Dieu ; 5 : la Bourse.

77Un pot de chambre est issu d’un comblement d’un puits de la Bourse ; un fragment de panse et d’épaule témoigne d’une production de cruches parvenue jusqu’à Marseille, tandis que seul subsiste le fond d’un grand vase fermé d’aspect rustique et puissant (fig. 105, n° 4). Le comblement du puits5026 de la Bourse a permis de reconstituer, au moins graphiquement, un pichet de Fréjus, à décor vert en fleur de lys sur engobe blanc (fig. 105, n° 3), ainsi que de voir une certaine variété des objets avec un petit vase sur tige (salière ? fig. 105, n° 1) et un vase fermé à bord enroulé (fig. 105, n° 2).

Fig. 105. Terres vernissées de Fréjus, formes fermées (second XVIe s.). 1-3 : la Bourse ; 4 : Hôtel-Dieu.

Fig. 105. Terres vernissées de Fréjus, formes fermées (second XVIe s.). 1-3 : la Bourse ; 4 : Hôtel-Dieu.

2.2.4. Les terres vernissées d’identification incertaine ou absente

78Bien que sans revêtement décelable, un fond de vase est placé parmi les terres vernissées (fig. 106, n° 1). Sa pâte est rouge brique à brun rouge et inclut de gros éléments non plastiques mis en évidence par un tournassage du fond pratiqué jusqu’à 7 cm de haut, dégageant un pied annulaire peu fréquent dans les vases fermés. Il était et demeure jusqu’à aujourd’hui le seul exemplaire de sa catégorie.

Fig. 106. Productions indéterminées (n° 1) (second XVIe s.). La Bourse.

Fig. 106. Productions indéterminées (n° 1) (second XVIe s.). La Bourse.

79Une écuelle provenant de l’église de la Commanderie du fort Saint-Jean (fig. 95, n° 3) pose quelques problèmes d’attribution. Sa terre est rouge orangé soutenu, sableuse, à éléments non plastiques fins et noirs. Sur un fond creusé par le fil de découpe du potier, se développe une paroi assez mince dont le galbe est interrompu par une puissante carène externe peu sensible à l’intérieur. Aucun engobe ne semble lui avoir été appliqué avant le vernis auquel la cuisson a donné une tonalité verdâtre peu séduisante qui n’était peut-être pas le but recherché. Ce vernis conserve la trace des trois pieds de la pernette qui indique un mode d’enfournement des céramiques relativement élaboré.

80Une production de terre vernissée à pâte claire, finement mais densément micacée, se distingue très nettement parmi le mobilier tout au long du XVIe s., sans qu’il puisse être pour l’instant répondu à la plupart des interrogations nées des premières études céramologiques des années 1980. Les vases, aux parois très amincies, sont généralement tournés avec beaucoup de grâce et de soin. Elles semblent appartenir davantage au second XVIe s. au vu des résultats de l’Hôtel-Dieu, hypothèse qui se confirmerait rétrospectivement avec le comblement DI14 de la Bourse et les contextes du fort Saint-Jean.

81Leur typologie se dessine en pointillés, leur origine géographique est inconnue. Les comblements5026 et 1984 de la Bourse ont fourni l’essentiel de l’information les concernant, complété par le contexte de la place Villeneuve-Bargemon (Musée César). Dans le premier comblement se trouvaient cinq fonds de vases à liquide (fig. 107) et quatre becs tubulaires ; le second comblement témoignait d’un reste de tirelire et d’un plat à engobe rose sous vernis incolore. Une très belle cruche, aux parois minces malgré sa grande taille, a pu être reconstituée graphiquement. Une jatte est extraite du contexte du Musée César (fig. 108, n° 3), tendant à prouver qu’il nous reste une grande partie du répertoire de cette « pâte claire micacée » à retrouver, d’autant que celle-ci sert aussi à façonner des vases culinaires qu’elle nous permet d’aborder.

Fig. 107. Vases à liquide en pâte claire micacée (second XVIe s.). La Bourse.

Fig. 107. Vases à liquide en pâte claire micacée (second XVIe s.). La Bourse.

82Depuis les grandes marmites à col haut restant encore dans le schéma médiéval, mais adoptant de nouveaux bords comme le bord triangulaire à ressaut (Musée César fig. 108, n° 2, puits 1984 de la Bourse, fig. 108, n° 1), jusqu’au plus petit des toupins (fig. 108, n° 5-7) et même « taraïettes » les imitant (jouet en terre, fig. 108, n° 8), l’éventail est large. Cette production semble utiliser une matière première de qualité permettant à des artisans soigneux et virtuoses de d’exprimer leur savoir-faire.

2.3. Les poteries culinaires

83Les poteries culinaires sont pour l’essentiel revêtues de vernis plombifères, vernissées elles aussi mais par commodité elles sont ici distinguées des terres vernissées, d’autant qu’une partie de ces vases culinaires sont dépourvus de revêtement et obtenus en post-cuisson réductrice.

2.3.1. La poterie réfractaire de type Uzège

84La production réfractaire de la région de l’Uzège et ateliers apparentés est peu rencontrée à Marseille sur toute la période moderne (fig. 108, n° 4). Seuls quelques tessons de panses la rappellent sur le site de l’Hôtel-Dieu.

Fig. 108. Production à pâte claire micacée (second XVIe s.).

Fig. 108. Production à pâte claire micacée (second XVIe s.).

1, 4, 8 : la Bourse ; 2-3, 5-7 : place Villeneuve-Bargemon.

85Deux vases, ayant servi au feu et graphiquement complets, issus des comblements5026 et 1984 de la Bourse n’ont pas vu leur groupe s’étoffer. L’un (fig. 106, n° 3) est un vase aux parois très légèrement évasées qui se referment à angle droit avant de se terminer par une lèvre redressée. Sous la rupture de courbe est fixée une épaisse et courte anse en point d’interrogation. Sa pâte rouge et fine, vernissée, semble la rattacher aux ateliers de réfractaires ligures. L’autre (fig. 106, n° 2) est un vase massif à queue tubulaire. Sa pâte rose et fine n’a reçu aucun revêtement. La paroi, épaisse pour tout le corps du vase, s’amincit radicalement pour former un bord redressé. Aucune hypothèse d’origine géographique ne peut être émise.

2.3.2. Les marmites noires, la post-cuisson réductrice

86La poterie réfractaire à post-cuisson réductrice est relativement plus parlante. La problématique des « marmites noires » et de leur apport à la connaissance de la chronologie, non seulement à Marseille mais sur un horizon plus large, demeure à l’ordre du jour. Sous ce terme de « marmites noires » (nom générique qui traduit l’aspect des vases et se démarque de la « céramique grise » plus particulièrement médiévale) se trouvent des vases culinaires sans revêtement dont la post-cuisson a été menée en atmosphère réductrice (Abel 2011). Elles ont été remarquées pour la première fois sur le site de la Bourse (Abel 1988, fig. 109, n° 4), contemporaines de productions du XVIe s.

87Les niveaux directement postérieurs à l’utilisation du four de bronzier de l’Hôtel-Dieu en contenaient trois alors que les niveaux antérieurs n’en ont pas livré un seul fragment. La pâte d’une première marmite noire (fig. 109, n° 1) comporte de nombreux éléments non plastiques pris dans une matrice lisse, fine, de tonalité gris mat, donnant une grande rugosité à la surface de l’objet, tant en face interne qu’en face externe puisque aucun traitement de surface n’est appliqué. L’anse est épaisse mais apparemment tournée pour ce vase aussi ; elle est légèrement dissymétrique. Un objet identique a été recueilli sur le site de la place Villeneuve-Bargemon (Musée César) sans contexte (fig. 109, n° 3) et un autre à pâte identique mais au profil différent sur le site de la Bourse (fig. 109, n° 6).

88La deuxième marmite noire, recueillie dans les premiers niveaux d’abandon du four, est plus complète que la précédente, presque archéologiquement complète même (fig. 109, n° 7). Sa pâte est assez semblable à celle de l’objet n° 1, mais contient un peu plus d’éléments non plastiques. La forme est globulaire, le fond bombé, la paroi légèrement carénée en partie basse. La paroi se resserre puis se rouvre presque à angle droit pour ménager une ouverture terminée par une lèvre aplatie. L’anse, tournée, est posée en point d’interrogation sur l’épaule sans atteindre la lèvre.

89La marmite recueillie lors du diagnostic du site de l’Hôtel-Dieu en 2008 (fig. 109, n° 8), est la plus récente par sa position stratigraphique dans les niveaux au four. Elle se démarque des marmites noires précédentes par sa pâte, tendant vers le gris foncé et contenant peu d’éléments non plastiques qui ne paraît pas (d’après un simple examen à l’œil) façonnée dans une argile semblable. Les flancs de la partie conservée offrent un aspect soigné, d’autant que les stries de tournage, nettes à l’intérieur, sont imperceptibles à l’extérieur.

Fig. 109. Marmites noires (second XVIe s.).

Fig. 109. Marmites noires (second XVIe s.).

1, 7-8 : Hôtel-Dieu ; 2, 4, 6 : la Bourse ; 3, 5 : place Villeneuve-Bargemon.

90Par référence aux objets semblables connus, on imagine un fond bombé à ce récipient. Sans col vertical individualisé, le bord incliné vers l’extérieur se développe sur 3,5 cm de long directement à angle droit après une rupture de la courbe de la panse qui était jusque là régulière.

91Quatre « cordons » d’argile en demi-cercles ouverts vers le bas sont apposés dans la zone entre les anses et à peu près au même niveau que celles-ci. Ces demi-cercles presque parfaits sont agrémentés de quadrillages imprimés mécaniquement ne suivant pas le cercle de pâte et sans reprise visible.

3. Conclusion sur la céramique du XVIe s.

92À l’issue de cette évocation des céramiques utilisées à Marseille au XVIe s., dont l’inventaire est sinon exhaustif du moins le plus complet possible dans le cadre de cet ouvrage, on est en droit de rester sur sa faim. Point de pourcentages ni de proportions, il ne s’agit que d’un millier de tessons à peine qui témoignent à travers les fouilles récentes et plus anciennes, de près d’un siècle et demi de vie quotidienne. Il ne peut, d’un corpus aussi limité, être tiré de véritable conclusion, mais plutôt un bilan d’étape.

93Se confirme la continuité des principales importations déjà connues à la fin du Moyen Âge et encore pour la plupart présentes jusqu’à l’orée du XVIIe s., avec des fortunes diverses : faïence de Valence et de Toscane, d’où viennent aussi des terres vernissées complétées par celles de Ligurie. Que doit-on penser de la préférence affichée sur les tables des mieux lotis pour les écuelles espagnoles d’une part et les assiettes et pichets d’Italie d’autre part ? La question reste en suspens.

94Des nouveautés se sont fait jour, en bas de l’échelle ou dans les arrière-cuisines, comme la vaisselle vernissée de Fréjus, sans doute particulièrement adaptée au marché marseillais ou comblant efficacement la niche des céramiques d’entrée de gamme, les deux choses n’étant pas d’ailleurs contradictoires. L’intérêt de cette production de masse est alors de révéler par petits indices la véritable vie quotidienne, faite de nourriture mangée dans les écuelles et de pots de chambre enfin réinventés…

95Les vases culinaires sont assez hétérogènes et évoquent mieux les techniques des potiers que les comportements ou niveaux de vie des acheteurs de céramiques. Tous les ateliers ne sont pas identifiés, ils sont certainement multiples. Les productions à pâte claire micacée et celles à post-cuisson réductrice indiquent, chacune à leur manière, la vigueur d’un artisanat qui semble limité dans ses moyens (mise en œuvre des vernis par exemple) mais pas dans ses intentions : les objets en sont bien conçus, bien réalisés, bien finis.

96D’autres vases et de nombreux tessons restent en revanche sans identification. Altérés, fragmentaires et dispersés, leur inventaire a été dressé lors des comptages et de la collecte des données mais ne peuvent trouver leur place ici. La céramologie est, en tout premier lieu, attentive aux séries, celle qu’elle sait interpréter et qui renseignent sur des contextes, des ensembles, des tendances. À l’intérieur de ceux-ci, peuvent s’insérer des particularismes, des exceptions et des pépites. Que sont ces objets sans l’environnement humain qui fait leur sens et que sait restituer l’archéologie ? Des objets hétéroclites sans message. Formons par conséquent le vœu que ces tessons puissent retrouver une signification par la fouille de sédiments plus riches en données matérielles sur cette période dans l’avenir.

Notes

10 La seconde porte le n° d’inventaire 86.67.1053.

Table des illustrations

Titre Fig. 94. Productions ligures (premier XVIe s.).
Légende 1 : Hôtel-Dieu ; 2-6 : Fort Saint-Jean ; 7 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-1.png
Fichier image/png, 61k
Titre Fig. 95. Écuelles pisanes (n° 1-2), écuelles et pichets d’origine incertaine (n° 3-4) (premier XVIe s.). Fort Saint-Jean.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-2.png
Fichier image/png, 322k
Titre Fig. 96. Assiette de Montelupo. Fort Saint-Jean (V. Abel/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-3.png
Fichier image/png, 170k
Titre Fig. 97. Productions de Valence (premier XVIe s.).
Légende 1-2 : Hôtel-Dieu ; 3-5 : Fort Saint-Jean.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-4.png
Fichier image/png, 175k
Titre Fig. 98. Terres vernissées de Fréjus (premier XVIe s.).
Légende 1-2, 4, 6 : Fort Saint-Jean ; 3 : Hôtel-Dieu ; 5 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-5.png
Fichier image/png, 90k
Titre Fig. 99. Productions réfractaires : marmite de type « Uzège » (n° 1), toupin d’origine inconnue (n° 2) (premier XVIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-6.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 100. Faïences italiennes : Montelupo (n° 1-3), Pise ? (n° 4) (second XVIe s.).
Légende 1-3 : La Bourse ; 4 : place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-7.png
Fichier image/png, 140k
Titre Fig. 101. Pichet de Montelupo (second XVIe s.). Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-8.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 102. Terres vernissées pisanes (second XVIe s.).
Légende 1-4 : la Bourse ; 5 : Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-9.png
Fichier image/png, 96k
Titre Fig. 103. Terres vernissées de Ligurie et apparentées (second XVIe s.). Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-10.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 104. Terres vernissées de Fréjus, formes ouvertes (second XVIe s.).
Légende 1-3 : place Villeneuve-Bargemon ; 4, 6 : Hôtel-Dieu ; 5 : la Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-11.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 105. Terres vernissées de Fréjus, formes fermées (second XVIe s.). 1-3 : la Bourse ; 4 : Hôtel-Dieu.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-12.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 106. Productions indéterminées (n° 1) (second XVIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-13.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 107. Vases à liquide en pâte claire micacée (second XVIe s.). La Bourse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-14.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 108. Production à pâte claire micacée (second XVIe s.).
Légende 1, 4, 8 : la Bourse ; 2-3, 5-7 : place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-15.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 109. Marmites noires (second XVIe s.).
Légende 1, 7-8 : Hôtel-Dieu ; 2, 4, 6 : la Bourse ; 3, 5 : place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3631/img-16.png
Fichier image/png, 130k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access