Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Chapitre 4. Les derniers siècles du Moyen Âge : de la lumière à l’ombre

Florence Parent et Véronique Abel

Texte intégral

1Le contraste est saisissant entre d’une part la fin du xiiie et le xive s., qui constitue certainement la période la mieux documentée archéologiquement et le xve s. qui apparaît comme totalement absent des grandes fouilles marseillaises.

1. La fin du xiiie et le xive s. : vers l’hégémonie de quelques grands centres ? (Fl. Parent)

2Cette période ne sera pas abordée suivant le schéma adopté dans les précédents, une description détaillée d’un mobilier déjà maintes fois documenté pour cette période serait superflue. En effet, le faciès observé sur les quelques chantiers évoqués dans ce recueil obéit à un schéma désormais classique en Provence. Cette période est donc déjà très bien renseignée, ne serait-ce que par certaines des publications concernant des fouilles plus anciennes en Provence mais également dans la cité phocéenne, publications auxquelles nous renvoyons (notamment : Marchesi et al. 1997 ; Démians d’Archimbaud, Vallauri 1995 ; Vallauri 1998 ; Parent 2001 ; Bouiron 2001). L’exposé, au travers d’un bref aperçu des assemblages de chaque site (certes de qualités inégales), nous a semblé plus judicieux pour illustrer la manière dont ce mobilier s’intègre ou parfois se singularise du vaisselier provençal « ordinaire » de cette période qui s’étend de la fin du xiiie s. à la fin du xive s. Quelques fragments éloquents, provenant des fouilles du parvis de l’église Saint-Laurent, viennent compléter le panel de ceux des sites évoqués tout au long de ce volume.

1.1. La rue Trinquet

  • 9 Ce comblement a été dégagé à l’aide de la pelle mécanique. Autant dire qu’il devait en contenir plu (...)

3Un puits, construit au cours du haut Moyen Âge, a vraisemblablement été « reconverti » en dépotoir dans sa dernière phase d’utilisation, au début du xive s. Son comblement a livré près de 200 fragments, 198 pour être précis, équivalant au minimum à 71 vases différents9. Ces récipients étaient accompagnés de plusieurs objets en bois, dont l’étude n’a pu être intégrée dans ce volume, la fouille étant encore trop récente par rapport à l’écriture du manuscrit. Il s’agit d’un des rares ensembles clos de la période médiévale à Marseille, avec ceux de la place Jules-Verne à proximité de la Mairie. Près du tiers de ces vases provient d’importations ; en toute logique, les productions locales et régionales sont donc largement majoritaires.

1.1.1. Les céramiques locales et régionales

4Les rares fragments recensés de céramiques communes à pâte brune correspondent vraisemblablement à un seul pot ou pégau. Il provient de centres de production identiques à ceux évoqués dans les chapitres précédents (cf. supra ch. 2 § 1.1. et ch. 3 § 1.1.3.), sans doute le bassin de l’Argens. Les céramiques communes à pâte grise locales comptabilisent 2 individus : un gros pot et une marmite à bord rectangulaire porté par un col sinueux. Ils s’accompagnent d’une marmite varoise (Ollières) en pâte grise également, dont le bord triangulaire évoque une datation plus tardive que les marmites du chapitre précédent (cf. supra ch. 3 § 1.1.1.) (Démians d’Archimbaud 1980). Le puits contient également quatre pièces en pâte rouge diffusées par les ateliers varois : les fragments de deux marmites à glaçure transparente (dont une avec anses verticales), un fond annulaire à glaçure verte interne pouvant appartenir à une forme ouverte ou à un gros vase à liquide, enfin un téton de préhension perforé pourrait provenir d’une lampe. Elles ne sont en général présentes que de manière ponctuelle sur les sites marseillais où la concurrence de produits languedociens analogues les dessert (Pelletier 1997b, p. 79).

5D’ailleurs ces céramiques communes à pâte claire glaçurée dites de l’Uzège sont de loin la catégorie de céramiques communes la mieux représentée dans ce puits, et suivent en cela un schéma familier à Marseille et plus largement en Provence au xive s. Seize individus ont ainsi pu être recensés, parmi lesquelles au moins onze marmites. Ces récipients globulaires offrent une relative variété dans la forme de leur lèvre : triangulaire, plus ou moins carrée ou encore en amande, parfois soulignée d’une gorge, autant d’éléments typologiques qui, associés à la présence d’anses verticales, évoquent les productions de la première moitié du xive s. (Leenhardt et al. 1996, p. 113). Aux côtés de ces vases, apparaissent un fond de cruche, un fragment de petit pégau, un autre de couvercle et deux bords de jattes.

6Un bord de plat en pâte rouge grossière glaçurée était vraisemblablement pourvu de tétons de préhension. Cette forme est attestée dans les ateliers et le faubourg de Sainte-Barbe tout au long du xiiie s. (Vallauri etal., p. 209). Cinq vases en pâte calcaire non glaçurées sont issus des mêmes ateliers marseillais : deux bords et un fond proviennent de coupelles de type 1, qui sont fabriquées au cours du xiiie s. (Vallauri et al. 1997, p. 225-228). En revanche, les exemplaires similaires mais de plus grand diamètre (coupe de type 1), dont un exemple figure dans ce puits, perdurent jusque dans le premier quart du xive s. (Vallauri et al. 1997, p. 217-220). Enfin, un bord droit à lèvre simplement arrondie pourrait s’apparenter à une marmite, de type 4 marginal, produite dans les premières années du xive s. (Vallauri et al. 1997, p. 203 et fig. 175-12).

7Ces mêmes ateliers marseillais ont fourni une dizaine de pièces glaçurées sur pâte calcaire : plusieurs fonds plats et divers fragments émanent d’au moins six cruches ou pichets. Les mini-coupelles 3, auxquelles appartient un bord à glaçure très fine, font partie des dernières productions des ateliers marseillais, celles du premier quart du xive s. La même chronologie s’applique pour la mini-coupelle de type 2 dont deux bords nous sont parvenus (Vallauri et al. 1997, p. 238-239, fig. 205). Quelques faïences viennent compléter cet éventail des produits marseillais. Pour l’essentiel, il s’agit de coupes tronconiques à lèvre repliée formant un bourrelet interne. Ces coupes de type 8 portent un décor vert et brun géométrique dont la caractéristique principale est l’organisation quadrilobée ou en registre horizontaux. Elles appartiennent aux dernières productions des officines de Sainte-Barbe (Vallauri et al. 1997, p. 233), comme la cruche de type 3 à l’anse rubanée caractéristique (Vallauri et al. 1997, p. 247-249).

1.1.2. Les céramiques importées

8Un tiers des céramiques abandonnées dans ce puits provient d’horizons méditerranéens divers où l’Espagne tient une place de choix. Effectivement, la moitié des exemplaires étrangers est importé de Catalogne, phénomène surprenant dans la cité phocéenne et plus généralement en Provence, dans une période où les produits italiens obtiennent la faveur. L’absence de produits ligures, notamment de sgraffito archaïques, une des importations italiennes les plus précoces dans notre région puisque introduite dès le début du xiiie s., confirme la chronologie évoquée par les produits régionaux du contexte.

9Les majoliques pisanes à décor vert et brun sont introduites dès le début du xive s. en Provence (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998, p. 86). Vu leur qualité et leur finesse, les six exemplaires décomptés ici appartiennent à ces premières importations. Les formes sont façonnées avec soin, leurs parois sont fines, et les décors sont réalisés avec précision, que ce soit pour la coupe à rebord étiré et paroi carénée que pour les trois bols à décor dit « à la croix ». Les deux fonds de cruche ne présentent pas trace de décor.

10Comme nous l’avons signalé, l’Espagne tient une place importante dans la vaisselle de ce comblement, notamment la Catalogne qui totalise au moins douze vases. Deux fonds plat et un bord en « crochet » appartiennent à de grands bassins glaçurés (ou lebrillo en catalan) que l’on retrouve sur la majorité des sites provençaux. Apparaissant dès la fin du xiie s., ces produits deviennent plus fréquents au cours du xiiie s. et perdurent encore quand leurs compatriotes émaillés et souvent décorés sont introduits dans les vaisseliers à la fin du xiiie s. Une dizaine d’objets appartiennent ici à cette dernière catégorie, tous issus de formes ouvertes : coupes, coupelles et bols. Les coupes portent un décor polychrome vert et brun géométrique ou végétal stylisé (fig. 79, n° 1-2). Les éléments de petite taille, bol à lèvre simple et coupelle à marli, sont revêtus uniquement d’un émail monochrome blanc, parfois rehaussé au centre d’un simple motif brun (ici une étoile). Ces importations de la région de Barcelone tombent en désuétude dès le milieu du xive s. au profit des majoliques pisanes.

Fig. 79. Faïences à décor vert et brun en provenance de Catalogne, importées à Marseille de la fin du XIIIe s. au milieu du XIVe.

Fig. 79. Faïences à décor vert et brun en provenance de Catalogne, importées à Marseille de la fin du XIIIe s. au milieu du XIVe.

1-2 : rue Trinquet ; 3 : rue de la République (Surverse Vieux-Port, diagnostic) ; 4-6 : parvis de l’église Saint Laurent.

11Toujours en provenance de l’Espagne, trois fragments d’un même bol recouvert d’émail sur les deux faces et d’un décor bleu à l’intérieur évoquent les productions de l’aire valencienne. Le décor bleu s’accompagne le plus souvent de motifs au lustre métallique qui a pu disparaître sur cet exemplaire comme sur ceux découverts à l’église Saint-Laurent (fig. 80). Ces produits sont très fréquents en Provence dans la seconde moitié du xive s., mais apparaissent déjà dans la première moitié de ce siècle (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998, p. 88).

Fig. 80. Faïences à décor de cobalt et/ ou lustre en provenance de la région de Valence (Espagne) au XIVe s. Parvis de l’église Saint-Laurent.

Fig. 80. Faïences à décor de cobalt et/ ou lustre en provenance de la région de Valence (Espagne) au XIVe s. Parvis de l’église Saint-Laurent.

12Un autre fragment de coupe à marli aux parois très fines, auquel peut probablement être associé un fond annulaire à décor radial bleu, pourrait se rattacher aux productions andalouses diffusées en Provence à l’extrême fin du xiiie s. et au début du siècle suivant (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998, p. 88) et un bord de bassin de profil carré et à décor très érodé (sans doute vert et brun) trouve probablement son origine en Afrique du Nord. Un bord de panse de pichet, très globulaire, a sans doute été fabriqué dans la même aire d’influence. Sa pâte rouge, dure et sonore, recouverte d’une belle glaçure verte à l’extérieur est caractéristique des productions attribuées aux régions siculo-maghrébines. Nous avons déjà vu que ces productions se retrouvaient en Provence, et à Marseille, dès le xiie s. (cf. supra ch. 3 § 2.2.). On les rencontre encore de manière exceptionnelle en ce début de siècle, comme l’atteste le récipient quasi complet dégagé d’un puits de la place Jules-Verne (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998, fig. 47-7 ; Capelli et al. 2006 ; Capelli et al. 2010).

1.2. Le collège Vieux-Port

13Ici encore, le seul mobilier archéologique illustrant cette période provient d’un puits. Malheureusement celui-ci n’a pu être fouillé entièrement – la fouille ayant été interrompue avant sa fin pour permettre la conservation des vestiges : le comblement de ce puits a pu être dégagé sur 1 m de profondeur tout au plus. C’est dire que les céramiques qui en sont sorties ne sont qu’un pâle reflet de celles qu’il peut encore receler : les plus belles pièces presque intactes se trouvent généralement dans le fond, qu’elles y soient tombées par accident ou qu’elles y aient été mises volontairement au rebus.

14Le comblement matérialisant son abandon contient essentiellement des céramiques communes : quelques fragments de cruches vernissées jaune en provenance de l’Uzège, d’autres à glaçure verte sur pâte calcaire attribuables aux ateliers marseillais, tandis que les fragments de plats et les fragments de tians, tous glaçurés, proviennent respectivement d’Italie (Ligurie) et d’Espagne (Catalogne). Ajoutons à ces produits, quelques fragments de coupes ou de plats décorés en vert et brun pour les faïences de production marseillaise ou pisane (fig. 81, n° 2), par des incisions rehaussées de vert et jaune pour la graffita arcaica tirrenica. Ce maigre assemblage paraît donc se constituer à l’extrême fin du xiiie ou au tout début du xive s.

Fig. 81. Faïences monochromes ou à décor vert et brun produites dans la région de Pise au XIVe s.

Fig. 81. Faïences monochromes ou à décor vert et brun produites dans la région de Pise au XIVe s.

1, 4, 6 : parvis de l’église Saint-Laurent ; 2 : collège Vieux-Port ; 3 : Alcazar ; 5 : rue de la République (Surverse Vieux-Port).

1.3. La rue de la République (Surverse Vieux-Port)

15Comme précédemment, les niveaux de cette époque ont livré un mobilier bien chiche : ce ne sont que 25 fragments qui révèlent ce faciès. Les céramiques communes à pâte claire glaçurée de l’Uzège y sont prépondérantes, une douzaine de fragments : une marmite à bord triangulaire (fig. 82) et un bord de poêlon sont caractéristiques des productions de la première moitié du xive s. (Leenhardt 1995, p. 113, 115). De rares fragments de céramique commune grise (une panse de pégau à décor à la roulette) et de céramique commune brune (deux panses de pot) y sont associés.

Fig. 82. Marmite glaçurée, fabriquée dans les ateliers de l’Ouest rhodanien dans la première moitié du XIVe s.

Fig. 82. Marmite glaçurée, fabriquée dans les ateliers de l’Ouest rhodanien dans la première moitié du XIVe s.

1-5 : parvis de l’église Saint-Laurent ; 6 : Rue de la République (Surverse Vieux-Port).

16Les productions proprement locales des ateliers de Sainte-Barbe sont également représentées au travers d’un bord de pégau en pâte rouge glaçurée. Son grand diamètre à l’ouverture (13 cm) tendrait à le rapprocher du type 3 des pots à une anse (Marchesi et al., p. 193, fig. 169), produits déjà rares dans la deuxième moitié du xiiie s. (fig. 83, n° 1). Les faïences issues des mêmes ateliers adoptent sensiblement la même chronologie. Un fragment de bord de coupelle de type 2 (Marchesi et al. 1997, p. 228, fig. 198) porte un décor sinusoïdal caractéristique de ces productions dans la première moitié du xiiie s. Mais il est accompagné d’un fragment de coupe à décor de quadrillage serré brun organisé en registre concentrique agrémenté d’une ébauche de décor vert (fig. 83, n° 2). Cette organisation du décor et ce répertoire sont typiques du style régional assez répétitif de la première moitié du xive s. (Marchesi et al. 1997, p. 223).

Fig. 83. Céramiques produites à Marseille dans les ateliers de Sainte-Barbe.

Fig. 83. Céramiques produites à Marseille dans les ateliers de Sainte-Barbe.

1-2 : Rue de la République (Surverse Vieux-Port) ; 3-5 : parvis de l’église Saint-Laurent.

17Les importations ne figurent ici qu’à la marge, bien que celles en provenance de la région pisane, faïences à décor vert et brun ou tout simplement monochromes (fig. 81, n° 5), soient de consommation courante dans toute la Provence de la seconde moitié du xiiie s. jusqu’au milieu du xive s. (Leenhardt 1995, p. 128 ; Leenhardt et al. 1996).

1.4. L’Alcazar

18Le site de l’Alcazar (fig. 84) est de loin le chantier qui a livré le plus de mobilier pour cette période. Ici, les dernières décennies du xiiie s. et les premières du siècle suivant sont marquées par l’occupation du bourg de Morier, juste avant la destruction volontaire des maisons. Cette période réunit la part la plus importante de mobilier médiéval pour le site, un peu plus de 2500 tessons. On assiste alors à l’implantation plus marquée de certains centres. Les ateliers de Marseille (Sainte-Barbe) occupent une part du marché de plus en plus importante, ils dépassent les 15 %, cependant que les ateliers de l’Uzège commencent à se tailler la part belle en assurant plus du tiers de l’approvisionnement du faubourg. Cet essor se fait inévitablement au détriment de certains centres auparavant plus importants : la consommation de céramiques communes à pâte brune et à pâte grise régresse nettement (d’un peu plus de 5 % chacune) alors que les communes modelées et glaçurées à pâte rouge grossière ont tendance à se raréfier (elles chutent à 3,9 %). La proportion de céramiques plus luxueuses, dont l’essentiel est importé, reste quasiment analogue (aux environs de 15 %), mais les apports se renouvellent : alors que dans les siècles précédents, les deux tiers provenaient des mondes byzantin et islamique, l’essentiel provient maintenant de pays limitrophes, Espagne et Italie, tandis qu’une part toujours aussi infime est attribuée aux majoliques locales (4 % du total). Ces constatations pourraient témoigner du niveau de vie peu élevé des résidents de ce faubourg, ou du fait que les habitants ont eu le temps d’emporter leurs biens, au moins les plus précieux, avant l’incendie des îlots, les deux hypothèses n’étant pas incompatibles et d’autres pouvant exister.

Fig. 84. Répartition des productions de l’Alcazar entre le XIIIe et la première moitié du XIVe s.

Fig. 84. Répartition des productions de l’Alcazar entre le XIIIe et la première moitié du XIVe s.

19À la destruction du faubourg et la récupération des vestiges à partir des premières décennies du xive s., succèdent l’établissement et l’entretien de jardins dans la deuxième moitié du siècle (et peut-être encore au cours du xve s.). Ces épisodes totalisent une masse de fragments médiévaux nettement moins considérable que la phase précédente (environ 1500 fragments). Ici s’illustre le problème de la datation par la céramique de l’incendie du faubourg, car le faciès céramique situerait cet événement dans les premières décennies du xive s. alors que les textes d’archives qui le mentionnent le place juste après le milieu du siècle, vers 1357-1358. Le déclin de certaines productions auparavant majoritaires, déclin déjà nettement perceptible à la fin du xiiie s. et au début du xive s., s’accentue encore et elles disparaissent presque totalement avant le milieu du xive s. : c’est le cas des céramiques communes à pâte brune et de celles modelées à pâte rouge glaçurées, qui atteignent à peine 1 %, et, dans une moindre mesure, des céramiques communes à pâte grise dont la proportion chute de moitié. Parallèlement, les produits en provenance de l’Uzège ne cessent d’augmenter puisqu’ils totalisent presque 50 % du vaisselier. Dans les niveaux d’incendie du faubourg, apparaissent les toutes dernières productions des ateliers de Sainte-Barbe, en biscuits majoritairement, accompagnées de rares majoliques de la Vallée du Rhône. Les importations de céramiques de table conservent les mêmes proportions qu’auparavant, soit près de 15 %. Mais, tandis que les importations italiennes et espagnoles se répartissaient presque équitablement (aux environs de 5 %) dans la phase précédente, ici les produits italiens prennent davantage d’importance, au détriment des productions espagnoles.

1.4.1. Les céramiques communes

20Parmi la catégorie des céramiques communes, les ateliers de l’ouest rhodanien se taillent donc la part du lion : marmites, jattes, gargoulettes occupent une très grande place. Signalons également la présence d’une trompe d’appel peinte à l’ocre (fig. 85) dont les caractéristiques de pâte rappellent les productions à pâte claire glaçurées des ateliers varois. De tels objets, aux usages bien spécifiques puisque destinés à émettre un signal sonore puissant, sont connus depuis le haut Moyen Âge (Démians d’Archimbaud 1981, p. 308-310) jusqu’au xiiie s., époque où les ateliers marseillais de Sainte-Barbe en ont également fabriqué (Vallauri, Leenhardt 1997, p. 289). Les ateliers de l’Uzège en confectionnent aussi au xive s., glaçurés ou uniquement peints à l’ocre comme ici (Leenhardt 1995, fig. 75).

Fig. 85. Trompe d’appel peinte à l’ocre, en pâte réfractaire d’origine régionale. Alcazar.

Fig. 85. Trompe d’appel peinte à l’ocre, en pâte réfractaire d’origine régionale. Alcazar.

21Les céramiques communes en provenance d’Espagne sont en nette minorité au sein des importations. Comme à la période précédente, il s’agit majoritairement de grands bassins aux fonctions domestiques multiples. L’intérieur de ces pièces est couvert d’une glaçure plombifère épaisse, le plus souvent de couleur miel ; l’extérieur est laissé nu et porte toujours des traces de tournassage. Leur fond est plat et l’élément le plus caractéristique est leur lèvre en massue, très proéminente vers l’extérieur, ce qui devait assurer une meilleure préhension de l’objet.

1.4.2. Les faïences espagnoles

22Les 4/5 des faïences espagnoles sont issus de Catalogne. Ce sont en majorité des coupes en faïence blanche portant un décor vert et brun. Ce décor est géométrique ou végétal, les deux tendances pouvant se combiner comme le montrent certains vases mieux conservés. Ces faïences polychromes sont importées dès la fin du xiiie s. en Provence et encore au siècle suivant mais, dès la première moitié du xive s., le décor devient de moins en moins élaboré se réduisant souvent à un simple motif central (géométrique ou héraldique) tracé au manganèse, quand il ne disparaît pas totalement. Curieusement, cette restriction dans le décor semble s’accompagner d’une légère diversification dans les formes importées, plats et coupes, bols et écuelles, plus ou moins évasés, à marli ou non, alors que les éléments à décor polychrome appartiennent tous ici à des coupes tronconiques à lèvre simple. Cette évolution a déjà été signalée place Général-de-Gaulle (Richarté 2001). Dès la seconde moitié du xive s., les importations de Barcelone disparaissent presque totalement. À cette époque et au siècle suivant, les préférences semblent se tourner vers les faïences à décor de bleu et lustre de la région de Valence que les ateliers catalans ont tenté d’imiter comme en témoigne un fragment de coupelle, à décor bleu mais avec une pâte de toute évidence catalane.

23Les premiers produits valenciens à décor de lustre apparaissent avec l’installation du faubourg, mais ils sont peu nombreux (au total à peine plus d’une trentaine de fragments) aussi bien pendant l’occupation de ce faubourg que dans les couches qui matérialisent ou qui scellent sa destruction. De plus, comme le reste du matériel, ils sont extrêmement fragmentés et de petite taille, ce qui ne donne qu’une vue extrêmement réduite de leur décor. Il est ainsi impossible de savoir dans la plupart des cas si les fragments qui ne présentent qu’un décor monochrome, soit au cobalt seul soit au lustre seul, sont significatifs de l’ensemble de la pièce ou si le reste du vase qui a disparu associait les deux couleurs. Les éléments retrouvés appartiennent tous à des formes ouvertes de coupes ou de bols. Un seul tesson fait exception : il s’agit d’un fragment de pied de chandelier dont la partie conservée porte un décor lustré. Les ateliers de Paterna, dans la région de Valence (Espagne), ont simultanément fabriqué des faïences à décor de cobalt (bleu) et de lustre et des faïences à décor vert et brun et ce, dès la seconde moitié du xiiie s. Les pièces à décor vert et brun sont très peu diffusées en Provence : les 4 fragments retrouvés à l’Alcazar sont donc exceptionnels (fig. 86) et pourraient provenir du même chargement que la cruche découverte à proximité du port place Jules-Verne (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1997, fig. 35). Deux sont en position résiduelle dans un contexte d’Époque moderne, les deux autres ont été découverts dans des contextes datés du premier tiers du xive s. Les formes sont fines et élégantes, de même que les décors. Ces coupelles ont une lèvre simplement effilée (fig. 86, n° 3) ou biseautée (fig. 86, n° 1), les fonds annulaires sont légèrement surcreusés (fig. 86, n° 2, 4). D’une manière générale, ce groupe est toujours très minoritaire par rapport aux autres importations hispaniques, aussi bien en Languedoc qu’en Provence (Amouric, Richez, Vallauri 1999, p. 50 ; Richarté et al. 2005).

Fig. 86. Faïences à décor vert et brun en provenance de Paterna (Espagne). Alcazar.

Fig. 86. Faïences à décor vert et brun en provenance de Paterna (Espagne). Alcazar.

1.4.3. Les majoliques pisanes

24Les premières majoliques pisanes apparaissent pendant l’occupation du faubourg et sont encore plus abondantes pendant et après sa destruction. Elles consistent essentiellement en fragments de bols et de cruches, à décor d’émail monochrome blanc ou rehaussé de vert et de brun. Quelques fragments de coupes apparaissent parfois dans les niveaux d’occupation du faubourg, tel un bord de coupe carénée à décor d’écailles identique à celui retrouvé à Olbia (Parent 1991, fig. 23 n° 1) et à ceux des bacini du début du xive s. ornant certaines églises pisanes (Berti, Tongorgi 1981, tav. clxiii-clxxxi). Cependant, la majorité des éléments de formes ouvertes porte un décor classique dit « à la croix », décor fréquemment rencontré sur les majoliques de ce type au cours du xive s. et que les ateliers ligures copient amplement à cette période et au début du siècle suivant comme l’illustre le bol n° 3 de la fig. 81, découvert sur le sol d’une maison du faubourg (Berti 1997).

25Les dernières et rares productions engobées et glaçurées de Méditerranée orientale se rencontrent encore dans l’ultime occupation du faubourg, telle une coupe à bord redressé et glaçure verte (fig. 87, n° 1) ou une exceptionnelle cruche au décor incisé rehaussé de vert et de brun (fig. 87, n° 2), qui semblerait provenir de Chypre. Plus aucune n’apparaît dans les niveaux succédant à la destruction du faubourg.

Fig. 87. Céramiques engobées et glaçurées, en provenance de Méditerranée orientale au début du XIVe s. Alcazar.

Fig. 87. Céramiques engobées et glaçurées, en provenance de Méditerranée orientale au début du XIVe s. Alcazar.

1.5. La place Villeneuve-Bargemon

26Les fouilles de la place Villeneuve-Bargemon n’ont livré qu’une très faible quantité de matériel pour cette époque. Dans les quelques contextes préservés de l’ultime occupation médiévale du site, les productions de céramiques communes grises et brunes tendent à disparaître – elles peuvent même être considérées comme résiduelles – au profit de céramiques en pâte claire réfractaire glaçurées en provenance de l’Uzège ou de ses environs et d’autres en pâte calcaire des ateliers marseillais. Les formes à usage culinaire sont diversifiées : marmites, jattes, bassins, cruches… En ce qui concerne les importations, les grands centres d’approvisionnement se sont rapprochés –Catalogne, Ligurie, Toscane– mais quelques échanges avec le monde islamique perdurent. Ces importations concernent maintenant essentiellement des céramiques de table émaillées.

27La fouille des niveaux antiques sous cette place a révélé quelques fragments intéressants mais pour lesquels nous ne possédons pas les contextes. Il s’agit notamment d’une marmite glaçurée complète fabriquée dans les ateliers de l’Uzège. Sa typologie renvoie à des exemplaires de la seconde moitié du xive s. : larges anses verticales et cannelées et rebord triangulaire (fig. 88, n° 3). Le dégagement du fond d’un puits a permis de mettre au jour un assemblage remarquable d’objets et de récipients. Remarquable dans le sens où les récipients, essentiellement des vases à liquide, sont encore entiers et accompagnés d’un attirail d’objet de toutes sortes : dés en os, gobelets et bouteilles de verre, accessoires en métal. Tous ceux-ci seront détaillés en seconde partie, dans les chapitres alloués à leur catégorie.

Fig. 88. Marmites en pâte réfractaire, glaçurées, fabriquées dans les ateliers de l’Ouest rhodanien au XIVe s. Place Villeneuve- Bargemon.

Fig. 88. Marmites en pâte réfractaire, glaçurées, fabriquées dans les ateliers de l’Ouest rhodanien au XIVe s. Place Villeneuve- Bargemon.

28Revenons-en à la quinzaine de poteries rejetées ou perdues dans ce puits. Une majorité écrasante appartient à la vaisselle dite de service (11 objets sur 16). Deux cruches produites dans la Basse Vallée du Rhône portent pour tout décor leur émail blanc (fig. 89, n° 1 et 2). De formes trapues, elles sont analogues aux séries de l’extrême fin du xive ou du début du xve s. découvertes dans la fouille des jardins de l’Hôtel de Brion à Avignon (Démians d’Archimbaud et al. 1980b, fig. 19). Vraisemblablement de même provenance, une mini-coupelle (fig. 89, n° 3) est elle aussi émaillée sans décor et deux fonds de jarre ou de pot de grande contenance dont l’un porte des taches accidentelles d’émail blanc sur leur pâte nue (fig. 89, n° 4) et l’autre une glaçure interne. Ils ont pu servir au stockage de l’eau. Autres céramiques utilitaires, deux bords de marmites glaçurées sur leur pâte réfractaire émanent de la même région (fig. 88, n° 1-2).

Fig. 89. Céramiques en pâte calcaire fabriquées dans la région vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits.

Fig. 89. Céramiques en pâte calcaire fabriquées dans la région vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits.

Cruches et coupelle émaillées en blanc sans décor (n° 1-3), céramique sans revêtement (n° 4). Place Villeneuve-Bargemon.

29Deux coupelles à marli en provenance d’Espagne (région de Valence) présentent un décor couvrant et élaboré, tracé au lustre métallique. La première (fig. 90, n° 1) mêle de fines spirales entrelacées à des feuilles de chêne et de lierre, le tout organisé en plusieurs registres délimités par des filets et des aplats. La seconde, beaucoup moins bien conservée (fig. 90, n° 2), conjugue décor métallisé et aplat au cobalt sur le marli. Le même motif de traits verticaux ponctués de spirales se retrouve sur les deux coupelles. Il s’agit d’un motif récurrent dans les productions de Paterna (Espagne) dans la seconde moitié du xive s. et encore courant au début du xve s. (Mesquida Garcia 2006, p. 15, fig. 12). Toujours issus d’Espagne mais cette fois de Catalogne, ont été découverts un grand bassin à glaçure vert olive (fig. 91, n° 1) et un fond de coupelle émaillée portant pour seul décor, au centre, une étoile brune tracée hâtivement. Nous avons vu supra, en évoquant les céramiques du bourg de Morier (Alcazar), que les décors de ces productions deviennent de moins en moins élaborés au cours du xiVe s. ; nous en avons encore un exemple ici.

Fig. 90. Faïences à décor de cobalt et/ou lustre en provenance de la région de Valence (Espagne) à la fin du XIVe s. et retrouvées au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 90. Faïences à décor de cobalt et/ou lustre en provenance de la région de Valence (Espagne) à la fin du XIVe s. et retrouvées au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 91. Céramiques commune en provenance de Catalogne vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 91. Céramiques commune en provenance de Catalogne vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.

30Les derniers vases proviennent de Toscane et constituent à eux seuls le tiers de ce petit lot. Leur séjour au fond du puits, entourés d’éléments organiques en décomposition dans de l’eau saumâtre, a fortement altéré les décors des cruches polychromes émaillées. Il se devine cependant en négatif, l’émail blanc est devenu noir, le brun de manganèse est devenu blanchâtre, le vert de cuivre s’est affadi et n’est pas toujours perceptible (fig. 92). Les cruches ou pichets offrent les formes et les décors caractéristiques du xive s. Le fond peu dégagé, la forme un peu trapue d’un exemplaire pourraient évoquer la seconde partie du siècle (fig. 93, n° 1 à 3). Apparaît aussi un exemplaire miniature, émaillé mais non décoré. Il possède la particularité d’être entièrement glaçuré, la glaçure plombifère recouvrant même l’émail, d’où les nuances vertes à certains points de contact. D’après certaines recherches, ces répliques de cruches en miniature ne seraient produites qu’à partir de l’extrême fin du xive ou le début du xve s. (Giorgio 2010, p. 221).

Fig. 92. Quelques unes des céramiques découvertes au fond d’un puits.

Les décors de certaines cruches ne sont plus visibles qu’en négatif après leur séjour dans l’eau saumâtre et dans les déchets organiques. Place Villeneuve-Bargemon. Cl. T. Maziers/Inrap.

Fig. 93. Faïences monochromes ou à décor vert et brun produites dans la région de Pise vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.

Fig. 93. Faïences monochromes ou à décor vert et brun produites dans la région de Pise vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.

1.6. Regard sur un xive s. riche en mobilier céramique

31Le vaisselier marseillais au seuil et dans le courant du xive s. se conforme dans les grandes lignes au vaisselier provençal. Ceci est surtout vrai pour les approvisionnements locaux et régionaux. Sur la table, comme à la cuisine, les vaisselles sont alors toujours glaçurées. La diffusion de récipients varois est très restreinte à Marseille, presque anecdotique, et sans commune mesure avec la commercialisation par ces mêmes ateliers, dans les siècles précédents, de céramiques cuites en atmosphère réductrice. Sont largement préférés les produits de même catégorie du Languedoc, qui sont distribués dans toute la Provence et le Languedoc, et constituent l’essentiel des ustensiles. À cet égard, on peut considérer que les ateliers de l’Uzège, à partir de la fin du xiiie s., exercent une espèce d’hégémonie sur le marché de la vaisselle en terre. Leur renommée dépasse même les frontières, leurs produits étant transportés jusqu’à Saint-Jean d’Acre (Stern 2009, p. 230).

32Le bilan des importations est plus nuancé. Leur proportion et leur répartition varient d’un site à l’autre et semblent fonction du contexte de leur découverte. Les observations effectuées sur les ensembles clos que sont les puits de la rue Trinquet et du collège Vieux-Port ne concordent pas avec celles de l’ensemble stratifié du faubourg de l’Alcazar. Dans les premiers cas, les importations espagnoles sont majoritaires et se démarquent de la vision d’ensemble où les importations espagnoles sont généralement deux fois moins nombreuses que les importations italiennes. En revanche, la répartition Italie-Espagne est conforme sur le site de l’Alcazar et identique à celle des récipients abandonnés au fond d’un puits de la place Jules-Verne au début du xive s. (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998, p. 95-99). Cette répartition obéit à une réalité géographique : plus on se rapproche des frontières italiennes et plus les produits ligures et toscans sont présents, plus on se dirige vers l’Espagne et plus la tendance s’inverse au profit des produits de Catalogne et d’Aragon. Les sources d’approvisionnement extérieures sont donc plus proches mais, à côté de ces importations pouvant être considérées comme massives, apparaissent toujours des produits plus rares, plus lointains, plus exotiques qui indiquent que le port de Marseille continue d’être une plaque tournante du commerce maritime en Méditerranée.

2. La céramique du xve s. (Fl. Parent, V. Abel)

33De nombreuses incertitudes demeurent dans la connaissance des céramiques de Méditerranée nord occidentale à l’extrême fin du Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Les productions sont plus ou moins bien connues, plus ou moins bien localisées, leur typologie rarement bien établie, malgré une attention désormais attirée sur cette période.

2.1. La nuit marseillaise du xve s.

34À Marseille, la période s’étendant de l’extrême fin du xive à la fin du xve s. constitue encore une grande nébuleuse. Si a pu tenir un temps l’hypothèse d’une méconnaissance où les modernistes auraient jugé cette céramique trop ancienne et les médiévistes trop récente pour lui accorder leur attention, force est de constater que leur rareté demeure malgré des recherches particulièrement assidues à travers les sacs de tessons livrés par les fouilles de notre cité. Une exception de taille cependant relativise cette affirmation : la réalité de l’archéologie marseillaise fait qu’aucune étude de la céramique moderne n’a été réalisée pour la place Jules-Verne et pour le chantier César 2. À travers une masse excessivement importante (informe et négligée) de mobilier générée par la fouille de ces deux sites très proches l’un de l’autre, retrouver les hypothétiques niveaux des xve et xvie s. aurait été irréaliste pour ce volume.

2.2. Une vaisselle en théorie

35À défaut de données tangibles et ne pouvant nous résoudre à cette carence, force a été de réunir les données acquises pour les époques et les villes voisines afin d’ébaucher ce que nous pourrions nommer la « vaisselle théorique du xve s. ». Ainsi peuvent s’échafauder les premières hypothèses sur cette période, prémices de la réflexion et de la recherche.

36Ces hypothèses reposent essentiellement sur le principe de la « présence/absence ». Une partie des céramiques repérées à la fin du siècle précédent, subsisteraient donc quelques temps au cours du xve s., voire pendant tout le xve s. pour celles encore présentes au xvie s. C’est le cas notamment des faïences/majoliques des pays frontaliers : celles à décor de bleu et/ou lustre, dites hispano-mauresques, fabriquées en Espagne dans la région de Valence et celles à décor vert et brun en provenance de Toscane qui continuent à être fabriquées à Pise jusqu’au tout début du xvie s. et qui sont concurrencées à la fin de leur production par les productions engobées et incisées et par les premières majoliques en provenance de Montelupo (Giorgio 2009, Giorgio 2010).

37Il n’est guère risqué non plus de s’avancer au sujet des faïences de la Basse Vallée du Rhône : bien présentes encore dans les contextes marseillais de la fin du xive s. et totalement inexistantes au xvie s., il est légitime d’en conclure que ces productions s’éteignent (doucement ou brutalement ?) au cours du xve s.

38Dans la même logique, certains produits inconnus au xive et présents au xvie s., apparaissent vraisemblablement au cours du xve s. En effet, les sources principales d’approvisionnement en vaisselle utilitaire ont complètement changé au siècle suivant. La consommation des poteries réfractaires glaçurées de la Basse Vallée du Rhône (type Uzège) doit largement décliner au cours du xve s., car elles ne sont présentes que de manière anecdotique au siècle suivant. Où se fournissaient les Marseillais à cette époque, rien ne le laisse supposer : dans des ateliers locaux, auprès de ceux de Provence orientale ?

39Ces quelques bases théoriques servent de point de départ à la réflexion mais nul doute que la découverte de lots de cette époque modulera fortement nos propos actuels.

Notes

9 Ce comblement a été dégagé à l’aide de la pelle mécanique. Autant dire qu’il devait en contenir plus, mais toute fouille comporte son lot d’oubliés.

Table des illustrations

Titre Fig. 79. Faïences à décor vert et brun en provenance de Catalogne, importées à Marseille de la fin du XIIIe s. au milieu du XIVe.
Légende 1-2 : rue Trinquet ; 3 : rue de la République (Surverse Vieux-Port, diagnostic) ; 4-6 : parvis de l’église Saint Laurent.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-1.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 80. Faïences à décor de cobalt et/ ou lustre en provenance de la région de Valence (Espagne) au XIVe s. Parvis de l’église Saint-Laurent.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Titre Fig. 81. Faïences monochromes ou à décor vert et brun produites dans la région de Pise au XIVe s.
Légende 1, 4, 6 : parvis de l’église Saint-Laurent ; 2 : collège Vieux-Port ; 3 : Alcazar ; 5 : rue de la République (Surverse Vieux-Port).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 82. Marmite glaçurée, fabriquée dans les ateliers de l’Ouest rhodanien dans la première moitié du XIVe s.
Légende 1-5 : parvis de l’église Saint-Laurent ; 6 : Rue de la République (Surverse Vieux-Port).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Fig. 83. Céramiques produites à Marseille dans les ateliers de Sainte-Barbe.
Légende 1-2 : Rue de la République (Surverse Vieux-Port) ; 3-5 : parvis de l’église Saint-Laurent.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 84. Répartition des productions de l’Alcazar entre le XIIIe et la première moitié du XIVe s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-6.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 85. Trompe d’appel peinte à l’ocre, en pâte réfractaire d’origine régionale. Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 86. Faïences à décor vert et brun en provenance de Paterna (Espagne). Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-8.png
Fichier image/png, 507k
Titre Fig. 87. Céramiques engobées et glaçurées, en provenance de Méditerranée orientale au début du XIVe s. Alcazar.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-9.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 88. Marmites en pâte réfractaire, glaçurées, fabriquées dans les ateliers de l’Ouest rhodanien au XIVe s. Place Villeneuve- Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-10.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 89. Céramiques en pâte calcaire fabriquées dans la région vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits.
Légende Cruches et coupelle émaillées en blanc sans décor (n° 1-3), céramique sans revêtement (n° 4). Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-11.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 90. Faïences à décor de cobalt et/ou lustre en provenance de la région de Valence (Espagne) à la fin du XIVe s. et retrouvées au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-12.png
Fichier image/png, 184k
Titre Fig. 91. Céramiques commune en provenance de Catalogne vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-13.png
Fichier image/png, 7,2k
Légende Les décors de certaines cruches ne sont plus visibles qu’en négatif après leur séjour dans l’eau saumâtre et dans les déchets organiques. Place Villeneuve-Bargemon. Cl. T. Maziers/Inrap.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-15.png
Fichier image/png, 483k
Titre Fig. 93. Faïences monochromes ou à décor vert et brun produites dans la région de Pise vers la fin du XIVe s., découvertes au fond d’un puits. Place Villeneuve-Bargemon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3626/img-16.png
Fichier image/png, 82k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search