Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Première partie : les céramiques

Introduction à l’étude des céramiques médiévales et modernes de Marseille

Véronique Abel et Florence Parent

Texte intégral

1Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de signaler plusieurs difficultés majeures rencontrées dans l’étude de ces lots de céramiques, certaines d’ordre méthodologique, d’autres d’ordre plus général.

2La céramique n’est qu’un mobilier archéologique parmi d’autres, que sont le verre, le métal ou les matières organiques. Ce qui la distingue de ces derniers dès la fouille, et qui parfois la rend malaisée à gérer, c’est sa masse. Les objets en terre cuite, sous une apparente fragilité, sont presque indestructibles rendus à l’état de tessons. Ils sont par conséquent bien plus nombreux que n’importe quel autre mobilier archéologique à nous parvenir pour le Moyen Âge et les Temps modernes. L’étude de ces tessons, autrement dits céramiques archéologiques, ne va pas sans l’acquisition et la conscience de notions primordiales sur les technologies utilisées pour les mettre en œuvre à l’état d’objets.

3L’argile est une roche détritique composée de très fines particules minérales (des silicates d’aluminium) arrachées à d’autres roches par l’érosion et déposées dans des zones lacustres de l’ère tertiaire. Ces minéraux se présentent sous forme de feuillets microscopiques qui, par une architecture et des empilements variés notamment, constituent des types d’argiles différents ; l’eau qui peut se glisser entre eux donne sa plasticité à la roche. L’illite est l’argile la plus courante, la kaolinite est plus recherchée. Les potiers de jadis n’en avaient qu’une connaissance empirique : les propriétés de l’argile n’étaient reconnues qu’après avoir vu comment se comportaient les objets lors de leur cuisson et de leur utilisation.

4L’argile est souvent mélangée naturellement avec d’autres minéraux (sable, oxyde de fer, calcaire, etc.) ou d’autres matériaux (débris végétaux, fragments de coquillages). Hydratée, elle devient malléable. Le potier améliore son aspect ou sa tenue par malaxage, tamisage, lavage ou rajout d’autres matériaux dits « dégraissants » qu’il est parfois difficile de distinguer des éléments non plastiques inclus naturellement.

5Les poteries, nées du besoin de cuire et de conserver des aliments dans le cadre d’un mode de vie qui se sédentarisait au Néolithique, sont devenues une infinité dont la vision très large ne sera sans doute jamais exhaustive. Les vases en terre cuite de la période historique sont, dans leur grande majorité, obtenues au tour par un véritable potier formé à cette activité pendant des années d’apprentissage. Cette technique n’est cependant pas la seule : modelage strict ou complété par un tour lent ou une tournette, moulage d’objets ou appendices complexes, et plus tard coulage en grandes séries sont d’autres modes de mise en œuvre qu’il importe de discerner dans le cadre d’une histoire des techniques.

6Une fois l’objet façonné et avant la cuisson, plusieurs possibilités s’offrent à l’artisan, selon la fonction que remplira la céramique ou les moyens disponibles. Certains vases vont ainsi être laissés sans revêtement, comme les premières marmites médiévales et quelques-unes de la période moderne. Les revêtements vont devenir de plus en plus fréquents et couvrants tout au long de la période que nous présentons ici, jusqu’à devenir une règle, qui bien sûr connaît quelques exceptions, comme par exemple les tirelires.

7Dans l’Antiquité, ce sont les revêtements argileux qui furent privilégiés, depuis les vernis noirs attiques jusqu’aux engobes des Dérivées des Sigillées Paléochrétiennes car bien filtrés et passés en couche mince, les engobes grèsent et se vitrifient en une surface brillante ou métallescente. Après quelques essais sans lendemain, les revêtements non argileux sont adoptés progressivement.

8Dans nos régions, ils ne sont que sable (silice) pulvérisé qui doit fondre lors de la cuisson de l’objet. Ils réussissent à bien imperméabiliser les vases et à leur procurer un bel aspect brillant, mais ils sont plus onéreux et plus difficiles à réussir. Le fondant qui doit être ajouté à la silice est de la galène (sulfure de plomb) dont les mines principales se trouvent en Espagne et dans le sud du Massif Central pour la France méditerranéenne.

9Nous les nommons ici de deux manières, recouvrant la même réalité, glaçure (pour les céramiques médiévales) ou vernis (pour les céramiques modernes), ces noms communs ne valant en principe que s’ils sont suivis du bel adjectif qualificatif plombifère, que nous éludons cependant bien souvent contrairement à ce que préconisait Maurice Picon dans un ouvrage essentiel sur les technologies de la céramique destiné aux archéologues (Picon 1973).

10Entre la surface de la pâte et les revêtements vitrifiés transparents s’intercale souvent, et de plus en plus tout au long des deux périodes, une couche fine de revêtement argileux, l’engobe. Préparé à base d’argile, il en garde les couleurs, blanc, rose, rouge, orangé, mais dans une version unifiée car filtrée par le potier. Contrairement au vernis, il est mat et opaque. Il nappe l’objet qui peut recevoir un décor mis en valeur par un fond homogène.

11Les inconvénients des revêtements vitrifiés sont, nous l’avons dit, un coût élevé, mais aussi le risque que les objets ne se soudent entre eux pendant le processus de fusion de la silice. Le potier doit donc en tenir compte et charger son four très soigneusement, parfois en utilisant des sortes de cales, les pernettes.

12Les revêtements vitrifiés, s’ils sont toujours plombifères, ont parfois également d’autres composants : transparents même s’ils sont colorés, on les dit plombifères, mais s’ils sont opaques, de couleur blanc laiteux, bleue, verte ou autre, ils contiennent souvent une part d’étain. Cet apport fait de la céramique une majolique (période médiévale) ou une faïence (période moderne), ces deux termes signifiant que le revêtement est stannifère.

13Les céramiques archéologiques conservent en elles des indices concernant la cuisson et la solidification de leur âme d’argile. Si l’on croit qu’une céramique noire a cuit dans un four plein de fumée et une céramique claire parmi de gaies flammes rouges et jaunes, la réalité est toute autre et un chapitre entier ne suffirait pas à expliquer ce qui peut se passer lors d’une cuisson au bois. Pour résumer, disons que celle-ci dure des heures voire des jours, temps pendant lequel le potier et ses aides ne cessent d’alimenter le feu, qu’elle doit atteindre 900°C mais ne pas aller trop haut sinon la céramique se déforme puis coule comme de la lave et que son refroidissement est très lent. Celui-ci a été appelé post-cuisson par M.Picon : les céramiques sont, à ce stade, encore très réceptives à divers échanges gazeux car non encore solidifiées. Ainsi, les grises médiévales ou noires modernes prennent leurs tons charbonneux définitifs en post-cuisson, sur décision du potier, qui enfume son four et en bouche les ouvertures, et non parce que l’artisan l’a laissé s’enfumer imprudemment.

14Deux à dix siècles plus tard, les fouilleurs trouvent, ramassent, étiquettent les tessons et le travail des céramologues commence. Le lavage fait partie de celui-ci, et désormais les fouilles urbaines ont conduit à adopter d’autres outils que la brosse à dents en mécanisant cette étape.

15Le tri est une des étapes primordiales de l’étude puisqu’elle revient à scinder des ensembles de céramiques en plusieurs groupes distincts sur la base de critères technologiques, de critères de provenance, etc., en essayant d’écarter le mobilier considéré comme résiduel, c’est-à-dire notoirement plus ancien que le reste des céramiques du contexte parmi lequel il a été recueilli. L’identification du mobilier résiduel repose sur la connaissance préalable des céramiques, dans le cas de mobilier peu connu ces proportions sont toujours sujettes à caution. Les fragments antiques sont, après décompte, systématiquement extraits des ensembles. Après un examen rapide et une première analyse chronologique basée sur notre connaissance des céramiques archéologiques de la période, l’homogénéité d’un lot est posée comme hypothèse de travail lorsque rien ne s’y oppose manifestement. La proportion de céramiques dites résiduelles dans les contextes archéologiques marseillais est impressionnante, elle frôle souvent les 80 % pour les périodes concernées ici. Ce phénomène est bien sûr lié aux nombreux remaniements et réaménagements effectués au cours des siècles, chaque campagne de travaux bouleversant et brassant amplement les terrains et les constructions plus anciennes et/ou les remblayant avec des apports de terre provenant d’autres lieux.

16Une fois triés, les tessons toujours en vrac sont scrutés par les céramologues lors des séances extrêmement chronophages de recollage. Certes l’œil et le cerveau exercés peuvent devenir assez performants à la reconstitution de ces milliers de petits puzzles formant un puzzle gigantesque, l’opération n’en demeure pas moins très longue à chaque fois. Sans celle-ci pourtant, que présenterions-nous aux collègues, aux lecteurs, aux visiteurs d’expositions… ? Des « cruches » de 3 cm2, des « assiettes » pas plus volumineuses. Le céramologue arrive à discerner l’objet dans le tesson, mais il est bien le seul quand les formes ne sont pas reconstituées.

17Les pièces plus complètes permettent des identifications plus aisées mais aussi plus sûres, nul besoin de l’expliquer davantage.

18Passée cette étape, vient le problème de la quantification au sein de chaque catégorie et de chaque contexte, quand la plupart des lots ne constituent pas encore de véritables séries et sont dans des états de conservation très divers, de l’infime fragment à la pièce complète. Le problème du comptage est, et sera encore longtemps, sujet de réflexions et de débats pour tous ceux qui ont eu, ont, ou auront à étudier un lot de mobilier archéologique : certains penchent pour le pesage, d’autres dissertent sur les différentes méthodes d’étalonnage pour parvenir à un nombre minimum d’individus... Le problème est ici flagrant, car nous ne disposons pas d’ensembles clos et homogènes, les fragments d’un même objet peuvent se répartir sur une hauteur stratigraphique qu’il est impossible d’évaluer ou de visualiser et donc impossible de prendre en compte. Point n’est besoin ici d’entrer dans le débat général, bien qu’à notre avis chacune de ces méthodes conduise à une distorsion de la réalité. Aussi, nous avons pris le parti, dès le début de nos études sur ce type de mobilier, de comptabiliser le nombre de fragments présents dans chacune des unités stratigraphiques, en les répartissant à chaque fois à l’intérieur de catégories. Dans le cas d’ensembles clos (situation extrêmement rare à Marseille), un comptage par nombre d’individu a pu être effectué parallèlement au comptage par fragment. Sont alors pris en compte, dans l’ordre, les critères typologiques, morphologiques et décoratifs.

19Mais en fin de compte, pourquoi passe-t-on tant de temps sur cette matière réputée ingrate ?

20En premier lieu certainement parce que la céramique est l’un des éléments les plus fiables pour dater les niveaux archéologiques. Rappelons cependant que si ces céramiques sont datées, et qu’elles permettent la datation des vestiges, c’est précisément parce que des études céramologiques précédentes ont permis, par comparaisons, croisements des données et des sources, etc. de déterminer leur âge avec une précision maximale. Il importe donc de ne point adopter une logique de prédateur et de rendre à la connaissance de la céramique ce qu’elle apporte à l’étude d’un site. On ne peut se contenter de prendre des renseignements sans en apporter à son tour. On analyse donc du mieux possible et avec les moyens dont on dispose les masses fournies par un chantier archéologique. Naissent des typologies périodisées, les typo-chronologies. Des rapprochements sont tentés avec des lots antérieurs, avec ceux d’autres sites, avec des publications plus lointaines. Des hypothèses sont émises, sur des provenances, des pratiques, des transferts de technologies. Vient le temps des interprétations, puis de la communication, dans des rapports de fouille, des colloques, des revues de chercheurs ou d’amateurs. Un jour vint le temps de cet ouvrage.

21Que nous dit la céramique récoltée à Marseille sur cette cité marseillaise ? Par sa masse permet-elle d’accéder à des données économiques comme l’approvisionnement d’un grand nombre d’habitants sur une très longue durée, à une plus grande échelle que d’autres mobiliers, mais aussi, grâce à des pièces plus rares à des aspects peut-être anecdotiques ou plus inédits ?

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search