Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Introduction générale. L’objet quotidien devient mobilier archéologique

Véronique Abel et Florence Parent

Note de l’éditeur

Avec la coll. de Marc Bouiron. Directeur du Service Archéologie de la Ville de Nice, chercheur associé au CEPAM, UMR 7264.

Texte intégral

1Nous accordons rarement beaucoup d’attention aux objets qui nous accompagnent au quotidien. Un faux mouvement et l’assiette se brise au sol, la pièce de monnaie roule sous un meuble, nous arrachant tout au plus un soupir d’exaspération à l’idée de se courber pour aller récupérer celle-ci ou les morceaux de celle-là. Nous utilisons, usons et jetons nombre d’ustensiles sans même leur accorder une pensée.

2Si en revanche au détour d’un étal de brocante tintent des pièces de vingt centimes de francs ou revient entre nos mains un mazagran identique à celui dans lequel notre grand-mère servait le café, une bouffée de nostalgie nous envahit, renaissent intactes les joies ou les craintes de jadis. Ces objets, leur bruit ou leur toucher, sans parler bien sûr de leur image, nous replongent en un instant dans le passé tant ils nous ont aidés et suivis, tous les jours et tant de temps.

  • 4 Voir l’article que Jean-Paul Demoule consacre à cette fouille (http://jeanpauldemoule.wordpress.com (...)

3Si les objets ordinaires savent faire renaître en un clin d’œil les souvenirs de la mémoire de chacun, peuvent-ils témoigner, à leur mesure, de notre passé collectif ? Sont-ils suffisamment solides, explicites et fiables ? Un artiste s’était posé ces questions en 1983, et il prépara une réponse pour les chercheurs à venir, désormais archéologues d’aujourd’hui. Ainsi fut fouillé par l’Inrap en 2010 le Déjeuner sous l’herbe de Daniel Spoerri démontrant un apport qui est loin d’être anecdotique sur les durées de conservation des matériaux et en comparaison avec d’autres disciplines4.

4Avant lui, mais étranger à cette démarche artistique, Jerome K. Jerome, prophète à sa manière et moqueur comme à son habitude, se demandait en 1889 dans son célèbre Trois hommes et un bateau si les tasses ordinaires cassées à son époque seraient « recollées avec soin puis amoureusement exposées sur des étagères par des maîtresses de maison qui, seules, auront le droit de les épousseter »… Le romancier anglais était visionnaire, et en effet « les gobelets en faïence des auberges de campagne » du XIXe s. sont bel et bien « la proie des collectionneurs ». Il n’avait cependant pas imaginé l’intérêt que les archéologues porteraient aux vieilles tasses cassées ou à leur équivalent médiéval ou baroque.

5En effet, une fois lui-même ou ses quelques restes abandonnés, jetés ou perdus, l’objet quotidien se retrouve orphelin de propriétaire et entre dans une nouvelle dimension. Lentement (ou promptement) enfoui dans la terre, son statut change radicalement. N’étant plus le bien de personne, il devient le patrimoine de tous si l’injure du temps l’épargne un tant soit peu. Il s’est métamorphosé en mobilier archéologique.

6Ajoutés les uns aux autres et au fil des siècles, ces objets de la vie quotidienne forment des masses parfois imposantes à récolter pendant le chantier, à gérer et à traiter pour les conserver dignement et à étudier alors que l’acte de fouille archéologique est définitivement terminé et tout empilement stratigraphique disparu. Ils créent un lien indéfectible de responsabilité entre leurs inventeurs et eux, parfois transférés pour un temps à ceux qui les étudient.

1. L’étude des mobiliers archéologiques

7L’étude du ou des mobiliers archéologiques est en premier lieu tributaire des conditions de conservation, puis de découverte et soumis au bon vouloir des « inventeurs ». Ainsi, les périodes médiévale et moderne ont longtemps été considérées comme trop récentes pour faire l’objet d’investigations archéologiques, d’autant qu’on les pensait suffisamment documentées par les archives pour alimenter la recherche historique. Elles ont donc été largement délaissées par les archéologues français et européens déjà fort préoccupés par les périodes antiques et pré ou protohistorique. En France, il a fallu attendre la sortie de la Seconde guerre mondiale pour que naisse enfin une nouvelle forme d’archéologie médiévale, qui ne soit plus une histoire de l’art mais un outil essentiel pour mieux comprendre l’histoire de l’homme et de son habitat. Le fondateur de cette discipline, Michel de Boüard, en Normandie, avec ses importants travaux au château de Caen à partir de 1949, fut rapidement suivi par Gabrielle Démians d’Archimbaud et ses recherches sur l’habitat perché de Rougiers dans le Var, entreprises dans les années 1960, auxquelles succédèrent celles dans l’abbaye Saint-Victor de Marseille. La région provençale peut donc s’enorgueillir d’être le second berceau de l’archéologie médiévale en France.

8La publication des résultats de la fouille de Rougiers par Mlle Démians d’Archimbaud en 1981 fait date. En donnant une large place aux mobiliers archéologiques, elle est pionnière dans l’étude de la culture matérielle du Moyen Âge en Provence. Trois décennies plus tard, et toujours sous son impulsion intellectuelle, les recherches n’ont cessé de progresser dans le sud-est de la France et les publications de se multiplier. Le développement assez récent des « fouilles de sauvetage » (aujourd’hui appelées fouilles préventives), spécialement en milieu urbain, a permis d’augmenter considérablement la documentation en la matière. Axé dans un premier temps essentiellement sur la période médiévale, le champ de la recherche a rapidement englobé celle des Temps modernes. Les découvertes de Fréjus font entrer la céramique moderne dans la recherche provençale dès 1982.

  • 5 Concernant l’histoire de l’archéologie préventive du Moyen Âge aux Temps modernes à Marseille, nous (...)

9Initiée à la fin des années 1960, l’archéologie préventive a presque toujours été la grande, voire la seule pourvoyeuse de mobilier médiéval et moderne à Marseille, mobilier au sein duquel les céramiques ont toujours pris la part dominante. Néanmoins, les résultats sont très irréguliers suivant les chantiers car, pendant longtemps, priorité a été donnée aux niveaux antiques5, dont l’étendue chronologique et stratigraphique est sans pareille dans les autres villes de France. Les niveaux supérieurs sont souvent partis en vrac à la décharge, soit par crainte de ne pas venir à bout de cet empilement archéologique, soit par ignorance des problématiques, soit par simple désintérêt. Quelques lots de mobilier de périodes plus récentes ont cependant échappé à ce funeste destin grâce à l’indulgence, à « l’ouverture d’esprit » ou à la pugnacité d’une poignée d’archéologues. Ce fut le cas notamment d’un lot de céramiques modernes qui sera présenté plus loin, recueilli entre 1967 et 1984 sur le site de la Bourse. Ce fut encore le cas, plus récemment, de la fouille de la place Jules-Verne (dans les années 1990) où seules réchappèrent les céramiques médiévales et modernes presque intactes conservées au fond des puits se trouvant au même niveau que les vestiges antiques. Non loin de là, et quasiment au même moment, deux gros chantiers entreprenaient la fouille exhaustive des niveaux médiévaux et modernes, avec récolte du mobilier en stratigraphie : la fouille des ateliers de potiers du quartier Sainte-Barbe et celle du bourg Sainte-Catherine sous la place Général-de-Gaulle, ces deux sites ayant donné lieu à des monographies intégrant l’étude des mobiliers (Marchesi et al. 1997 ; Bouiron 2001). Dès lors, l’archéologie préventive marseillaise a plus volontiers intégré ces périodes qu’elle avait longtemps malmenées.

10Dans l’esprit de beaucoup d’archéologues cependant, l’étude du mobilier archéologique se résume à celle de la céramique, probablement parce que ces témoins sont toujours beaucoup plus abondants et les « séries » plus rapidement constituées. En outre, l’observation peut se faire dans un délai assez court après leur découverte, un simple nettoyage à l’eau se révélant généralement suffisant pour entamer les analyses. La recherche en ce domaine est aussi beaucoup plus avancée que pour d’autres matériaux. L’archéologue « de terrain » (dit aussi « fouilleur ») travaillant dans l’urgence est préoccupé par la datation des vestiges et privilégie l’étude de la céramique pour y parvenir, négligeant ou sacrifiant non seulement l’apport d’autres types d’objets mais aussi les autres apports de la céramique. L’étude des autres catégories ne doit pas être oubliée, même s’ils sont d’un abord infiniment plus ingrat et leur connaissance bien moins avancée.

11La céramique est effectivement le premier argument, en liaison avec la stratigraphie, qui permet la datation des contextes de toute fouille archéologique. Les monnaies apportent aussi des informations, mais leur rareté et leur durée de circulation, parfois très longues, relativisent leur contribution. Les études sur les mobiliers autres que céramiques, moins fréquentes et sur des corpus fatalement moins importants, peuvent toutefois procurer d’autres indices chronologiques comme l’illustre l’exemple d’une boucle en métal du Tunnel de la Major (cf. 2e partie, ch. 4 § 2.3). L’étude des mobiliers ne s’arrête pas à une simple datation, elle ne s’attache pas non plus à des considérations esthétiques et artistiques. L’objet en tant que tel, et ceci est particulièrement vrai pour la céramique, n’est en fait qu’un ambassadeur. En étudiant un objet, après toutes les étapes techniques inhérentes à son étude, il nous revient de passer outre cet objet et d’essayer de décrypter le message qu’il véhicule. Ce questionnement permanent qui nous habite lors de toute étude de mobilier, c’est à Mlle Démians d’Archimbaud que nous le devons. Conscientes de cette dette, nous voudrions aujourd’hui lui dédier ce volume.

2. Les sources archéologiques

12Cette publication s’inscrit dans une collection de plusieurs volumes destinée à enrichir la connaissance historique de Marseille à travers l’archéologie récente (fig. 1). Elle suit et complète un premier volume consacré à la ville médiévale et moderne (Bouiron et al. 2011). Nous donnons ci-dessous le contexte archéologique des fouilles ayant livré du mobilier présenté dans ce volume, sans entrer dans le niveau de précision que l’on trouve dans l’ouvrage que nous venons de mentionner.

Fig. 1. Plan de situation des différents chantiers archéologiques mentionnés dans l’ouvrage en jaune, les chantiers étudiés dans ce volume

Fig. 1. Plan de situation des différents chantiers archéologiques mentionnés dans l’ouvrage en jaune, les chantiers étudiés dans ce volume

1 : collège Vieux Port, 2 : parking Jules Verne, 3 : place Bargemon, 4 : espace Bargemon, 5 : tunnel de la Major, 6 : esplanade de la Major, 7 : place des Pistoles, 8 : RHI Bon Jésus, 9 : rue Leca, 10 : parking des Phocéens, 11 : parking République, 12 : les Carmelins, 13 : les Carmes, 14 : îlot N, 15 : rue Trinquet, 16 : Bernard Dubois, 17 : Sainte Barbe, 18 : Puget III, 19 : BMVR (Alcazar), 20 : la Bourse, 21 : République, surverse Vieux Port,22 : 25 rue Thubaneau, jeu de paume, 23 : place Général de Gaulle, 24 : Vieille Charité, 25 : église Saint-Laurent, 26 : Fort Saint-Jean, 27 : rue Malaval, 28 : Hôtel-Dieu, 29 : place de la Madeleine, 30 : place du Refuge (DAO B. Sillano/Inrap, M. Bouiron/SAVN).

2.1. Les chantiers étudiés

13Ambitieux au départ, le projet prévoyait de synthétiser toutes les données des opérations d’archéologie préventive marseillaises. La réduction de temps de recherche octroyé nous a conduits finalement à délaisser tous les sites qui nécessitaient une étude complète des mobiliers archéologiques et une relecture de la stratigraphie, pour nous concentrer sur ceux dont l’étude était déjà bien entamée, voire presque aboutie. Pour l’essentiel, les mobiliers présentés dans ce volume proviennent de gros chantiers urbains, un seul ensemble d’un chantier suburbain. Ils sont complétés par des lots issus d’autres opérations de moindre envergure dont la plus récente a eu lieu en 2009. Ont donc été laissés de côté les chantiers antérieurs à 1995, quand ils n’avaient pas donné lieu à des études préalables des mobiliers médiévaux et modernes.

2.1.1. Les abords du Port

14Ce quartier a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles préventives entre 1992 et 2002. Sur la première, occasionnée par la construction d’un parking souterrain place Jules-Verne, les vestiges médiévaux et modernes n’ont quasiment pas été observés. Seuls ont été prélevés les éléments de mobilier les mieux conservés, c’est-à-dire ceux enfouis au fond des puits. Une grande partie de cette collection, principalement des vases à liquide, a rapidement été confiée au Musée d’Histoire de Marseille, étant donnée son exceptionnelle qualité de conservation : bien souvent les récipients ne s’étaient même pas brisés au fond des puits. Quelques objets ont été ponctuellement publiés, figurant en guise de comparaisons avec d’autres vaisseliers. Un seul comblement de puits, daté de la fin du XIIIe au début du XIV e s., a fait l’objet d’une publication dans son ensemble (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998).

15La place Villeneuve-Bargemon a été le lieu de multiples opérations consécutives à des projets municipaux plusieurs fois modifiés. Les niveaux médiévaux et modernes sous la place ont été examinés sur 1700 m2 par une première équipe : il s’agit de l’opération « César 1 » réalisée en 1995. L’opération « César 2 » concernait les niveaux antiques et a été conduite par une autre équipe en 1996 sur 2500 m2. À cette occasion, une partie des vestiges médiévaux et modernes, qui n’avait pu être observée durant la première opération pour diverses raisons, a été étudiée et intégrée au rapport de la première opération. Il n’en a pas été de même des mobiliers. Alors que l’étude du mobilier céramique avait été permise pendant la première phase de travaux, aucun délai n’a été accordé pour effectuer celle de la seconde phase, qui ne figure donc que ponctuellement dans ce volume. L’excavation destinée à la construction d’un musée souterrain s’est ensuite vu changer d’affectation (annexes de la Mairie et salles d’exposition), nécessitant des explorations archéologiques additionnelles. En 2002, a donc eu lieu un complément de fouilles intitulé Espace Bargemon. Les lots étudiés à l’occasion des campagnes César 1 et Espace Bargemon forment un ensemble cohérent et sont désignés dans ce volume sous l’appellation générique de « place Villeneuve-Bargemon ».

16La conservation des vestiges médiévaux et modernes sous cette place est très inégale (Bouiron et al. 2011, p. 241-336). Outre le creusement systématique de caves à l’époque Moderne, le dynamitage méthodique du secteur en 1943 et le déblaiement des décombres ont pour partie perturbé le sous-sol. Les différentes fouilles ont mis cependant en évidence que ce secteur stratégique de la ville, puisqu’à proximité immédiate du port, est occupé depuis la fin du VIe s. avant notre ère. Aux chantiers navals de la période hellénistique, au complexe thermal et aux entrepôts de stockage de l’époque romaine, aux nouvelles créations de l’Antiquité tardive, succède une campagne de démolition et de récupération de matériaux qui s’étend du VIIIe jusqu’au XIIe s. Au cours du XIIe s., les espaces vacants sont investis par un artisanat de métallurgie suivi rapidement par la création d’un quartier d’habitations et de ses rues. L’essentiel du mobilier médiéval recueilli provient des sols et rechapages de ces rues : la rue de la Guirlande, la rue du Petit-Mazeau conservée sur près de 2 m de haut équivalant à près d’un siècle d’occupation, la rue de la Taulisse à la stratigraphie moins dense. Les sols postérieurs au XIIIe s. ont tous disparu. Au nord-est du site, un espace ouvert accueille une noria. L’intérieur des maisons d’habitation n’a pu être observé qu’au travers des constructions et de quelques sols épargnés par le creusement de caves plus tardives. En effet, à partir de l’extrême fin du XVIe s., les caves se généralisent et occupent tout l’espace bâti intérieur, effaçant donc toute trace d’occupation, et empiétant même parfois sous les rues. La conséquence en est l’absence quasi totale de mobilier archéologique à ces endroits.

2.1.2. Les abords de la Cathédrale

17Les alentours de la Cathédrale ont vu se succéder plusieurs interventions archéologiques de 1995 à 2008.

18La plus importante (celle du Tunnel de la Major) a eu lieu dans les années 2000-2001, dans le quartier du groupe épiscopal, à l’ouest de la ville médiévale, à proximité de la mer et des remparts. Occasionnés par le percement d’un tunnel reliant le Vieux-Port à la Joliette, ces travaux concernaient une bande étroite de terrain de 350 m de long pour seulement 10 m de large. Les vestiges médiévaux et modernes ont été fortement arasés, notamment par la création du boulevard Robert Schuman à la fin du XIXe s. Toutefois, cette fouille a permis de cerner l’évolution du quartier autour du groupe épiscopal de Marseille. Elle a montré que, si les abords immédiats de la Cathédrale sont occupés jusqu’à l’époque Moderne par un cimetière, ailleurs l’habitat ne cesse de se densifier et d’évoluer. Les apports de cette fouille ont été récemment complétés par une intervention réalisée à proximité immédiate, en vue du réaménagement de l’esplanade autour de la Cathédrale (opération Esplanade de la Major). Bien que l’étude de ces vestiges n’apparaisse pas dans le premier volume de cette collection, puisqu’en cours de réalisation au moment de son écriture, les premiers résultats de l’étude céramologique sont intégrés dans le présent volume, en raison de leur intérêt majeur.

2.1.3. Les abords de la ville

19Certains faubourgs de la ville ont déjà été en partie explorés, le bourg des Olliers par les fouilles de Sainte-Barbe et le bourg Sainte-Catherine par la fouille de la place Général-de-Gaulle. La construction de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (BMVR) à l’emplacement de l’ancien théâtre de l’Alcazar a ajouté le bourg de Morier à ce panel. La fouille, entreprise entre 1999 et 2000, se situe en bordure de la ville, immédiatement à l’est du rempart médiéval. Il s’agit ici du seul site de notre étude situé extra muros. Cette fouille d’une superficie de 4400 m2 a permis de réunir de nombreuses informations, notamment sur les époques médiévale et moderne. À une occupation réduite au cours du XIIe s., succède l’établissement d’un complexe artisanal identifié comme une tannerie. Au cours de la seconde moitié du XIIIe s., cette activité artisanale périclite. Se mettent alors en place, progressivement, un quartier d’habitation et ses rues. Ce faubourg est abandonné vers le milieu du XIV e s., méthodiquement et entièrement détruit, sans doute en prévision des attaques des Routiers. Certaines maisons sont même incendiées. Il faut attendre le courant du XVIIe s. pour que l’urbanisation regagne ces terrains. À la fin du XVIIe s., la construction d’une nouvelle ligne de remparts ceignant les anciens faubourgs et les intégrant intra muros, donne lieu à une importante opération d’urbanisme, la création d’une Ville Nouvelle, dont profite l’ancien bourg de Morier.

2.1.4. Au quartier de Cavaillon (la Vieille Charité) et de la Blanquerie (la Bourse)

20Dans les années 1970, la ville de Marseille décide de réhabiliter l’Hospice de la Charité, construit aux XVIIe et XVIIIe s. pour l’hébergement des sans-abris. Plusieurs sondages, nécessités par le chantier de restauration, révèlent que la vaste cour intérieure conservait, dans ses niveaux supérieurs, des vestiges témoignant de l’activité de l’Œuvre de la Charité aux Temps modernes, qui ont été le point de départ de la recherche sur les céramiques modernes dans notre ville.

21Le quartier de la Bourse a été le point de mire de l’archéologie de sauvetage dans les années 1960-1970. Les vestiges les plus spectaculaires sont ceux de la Corne du Port, les remparts, le bassin d’eau douce, le monument aux triglyphes... Sans oublier la fouille des niveaux de l’Antiquité tardive. Dans les coulisses, les fouilleurs vidaient aussi précautionneusement de nombreux puits modernes, qui ont livré une grande partie des céramiques modernes présentées dans ce volume.

2.2. Les données complémentaires, les données insuffisantes

22Les quantités de mobilier accumulées au fil de ces gros chantiers, certes de qualité inégale et concernant des périodes différentes, ont permis peu à peu la constitution de petites séries. Ces modestes collections sont ponctuellement améliorées par des découvertes d’opérations plus récentes et de moindre envergure. Nous les citons dans l’ordre de leur réalisation : une intervention à chaque extrémité de la rue de la République (Parking République au nord et Surverse Vieux-Port au sud), ZAC de la Bourse, rue Trinquet, collège Vieux-Port et, la dernière en date, Hôtel-Dieu.

23Le projet homérique d’origine s’est donc finalement accompli plus modestement. Certains chantiers devant être intégrés au départ ont rapidement été écartés faute de données suffisantes. D’une manière générale, il s’agit de toutes les fouilles antérieures à 1995, donc à César 1, qui n’avaient pas donné lieu à des études préalables de mobilier pour les périodes médiévales et modernes. Mais il s’agit aussi de la deuxième partie de cette opération (César 2) dont le mobilier médiéval et moderne n’a jamais dépassé le stade de la mise en boites pour stockage.

24Certains lots de mobilier, surtout céramique, ont déjà été sujets de publication : nous avons évoqué plus haut celui d’un puits de la place Jules-Verne (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1998), celui du bourg des Olliers (Marchesi et al. 1997) ou celui de Sainte-Catherine (Richarté 2001, Abel 2001). Ajoutons à ceux-là, le mobilier issu d’un puits du quartier du Panier (îlot 55 de la rue de la Cathédrale : Moliner 1990). Ces articles ou monographies ont parfois servi ici de référence, sans toutefois faire l’objet d’une étude détaillée.

25Aucun des chantiers abordés dans ce volume, quelle que soit sa taille, n’avait donné lieu à une étude de mobilier autre que celle de la céramique avant la rédaction de ce manuscrit. Les dernières études en date concernant les objets non-céramiques remontaient à la publication des fouilles du faubourg Sainte-Catherine, soit à 2001. Saluons les deux jeunes chercheurs dont les contributions figurent en deuxième partie de cette publication, aux côtés des éminents spécialistes du verre ou des monnaies.

3. La publication

26Une grande part de ce volume sur les mobiliers est consacrée à la céramique du Moyen Âge et des Temps modernes. Il ne s’agit pas tant d’une volonté délibérée que du témoignage d’une situation établie depuis longtemps dans le domaine de la recherche archéologique. À l’issue d’une fouille, la céramique constitue généralement le matériel le plus abondant en masse et est considérée comme le premier critère de datation après la stratigraphie relative. Voilà maintenant une trentaine d’années que nous opérons dans la cité et dans ce domaine : l’analyse et la réflexion l’accompagnant sont donc plus abouties que celles des autres catégories de mobilier encore trop délaissées.

3.1. Le plan de la publication

27Dans la première partie de cet ouvrage, concernant le mobilier céramique, la présentation chronologique (et non stratigraphique) s’est imposée comme une évidence, comme le nécessaire passage à une vision plus synthétique. Elle rend compte d’un stade de réflexion avancée. Mais cette réflexion s’est d’abord basée sur les connaissances régionales et locales existantes dans le domaine. Elle s’est placée au plus près de la stratigraphie de chaque chantier ; chacun des rapports rédigés en fin de fouilles en rend compte. Cette étape indispensable, effectuée depuis une vingtaine d’années pour chacun des chantiers, permet aujourd’hui de présenter ces ensembles dans un cadre plus général que celui de la stratigraphie d’un site : celui de son contexte d’utilisation.

28Le passage à un nouveau chapitre s’opère lors de l’arrivée de nouvelles productions en même temps que de nouveaux procédés de cuisson et de décoration des officines provençales. Il ne s’agit en aucun cas d’une rupture brutale dans les procédés de fabrication, ni dans la distribution ou la consommation de produits locaux et importés, mais d’un changement progressif.

29Hasard des découvertes et qualité de conservation des vestiges font que chaque période est focalisée sur un gros chantier de fouilles dans une zone particulière de la ville : le premier Moyen Âge par les fouilles aux abords de la Cathédrale (Tunnel et Esplanade de la Major), le XIIe s. par les différentes opérations en rive nord du Vieux-Port (place Villeneuve-Bargemon). Le chantier de l’Alcazar documente mieux les XIIIe et XIV e s., périodes par ailleurs déjà largement illustrées par d’autres sites publiés (place du Général-de-Gaulle, quartier Sainte-Barbe et rue de la Cathédrale). C’est pourquoi les périodes s’étendant du VIIIe à la fin du XIIe s. seront plus développées dans cet ouvrage que les XIIIe et XIV e s., maintenant bien connus pas les publications déjà citées. L’apport de ces derniers n’est cependant pas négligeable, dans le sens où ils confortent en grande partie les constations déjà effectuées sur de nombreux sites en Provence et à Marseille. La période Moderne a pu bénéficier d’une attention particulière des archéologues sur ces différentes opérations. Malgré des contextes parfois tronqués chronologiquement par des destructions récentes, et des méthodes de fouille, mécaniques, souvent rapides et n’autorisant pas de ramassages exhaustifs du mobilier, les apports de l’archéologie urbaine marseillaise sont nombreux pour cette période. Chacun des gros chantiers urbains évoqués permet par la quantité de matériel exhumé d’appréhender certains aspects de la vie quotidienne à une époque donnée. La réunion de tout ce matériel apporte également un éclairage sur les évolutions technologiques. Elle est aussi le reflet des relations commerciales du port de Marseille au cours des siècles.

30La seconde partie de notre ouvrage évoque un pan souvent occulté de la vie quotidienne des habitants de la cité phocéenne : les vestiges de leur fragile vaisselle en verre, les rares monnaies égarées et une catégorie qu’on a trop souvent tendance à désigner sous le terme de « petits » objets, ce qualificatif montrant bien l’importance accordée par certains chercheurs à ces objets. Ils sont ici présentés au sein de leur catégorie technologique. La présentation diachronique s’attache à faire ressortir l’usage spécifique de chacun : vêtement, ameublement, jeu... L’étude détaillée des rares éléments de vaisselle en verre montre également tout l’intérêt, y compris en termes de datation, que présente la connaissance de ce mobilier. Enfin, nous regretterons que les découvertes de monnaies soient si rares dans les fouilles ; un lot plus important aurait certainement pu conduire à une analyse économique intéressante.

31Si ce n’est leurs différences de présentation, une même question réunit toutes les contributions : le mobilier archéologique peut-il aider à comprendre l’histoire et la vie quotidienne des habitants de Marseille aux époques médiévale et moderne ?

3.2. Le lien entre les volumes

32On l’a dit, cette étude sur les mobiliers médiévaux et modernes à Marseille s’inscrit dans le cadre plus large d’un Projet collectif de recherches (PCR) qui a débuté en 2005. Il s’agit de publier plusieurs fouilles alors récentes (Alcazar, fouilles autour de la mairie, Tunnel de la Major). Un premier volume a mis en place une réflexion d’ensemble de la ville médiévale et moderne. Nous avons pris alors le parti, afin de permettre une meilleure compréhension par les historiens, de ne pas faire apparaître la numérotation des unités stratigraphiques propres aux archéologues. Pour que l’on puisse néanmoins revenir à cette information, nous avons indiqué en annexe dans le présent volume les correspondances entre les numéros d’inventaire des objets (par figure) et les indications stratigraphiques. Le spécialiste pourra dès lors se référer aux différents rapports de fouille qui conservent l’ensemble des informations techniques ; ceux-ci restent disponibles à la consultation au Service régional de l’archéologie ou, pour celui de l’Alcazar, sur l’Intranet de l’Inrap.

33Ce principe sera respecté pour la suite des ouvrages sur les fouilles récentes à Marseille, actuellement en cours : le volume sur les mobiliers antiques et antiques tardifs comprendra également ces annexes, tandis que celui sur la ville antique et antique tardive restera sur le même modèle que celui de Marseille médiévale et moderne. À l’issue de ces travaux, le projet global de publication prendra alors tout son sens.

Notes

4 Voir l’article que Jean-Paul Demoule consacre à cette fouille (http://jeanpauldemoule.wordpress.com/2011/06/13/, consulté le 3 septembre 2013).

5 Concernant l’histoire de l’archéologie préventive du Moyen Âge aux Temps modernes à Marseille, nous invitons le lecteur à se reporter au premier volume de cette série (Bouiron et al. 2011, p. 23-25).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de situation des différents chantiers archéologiques mentionnés dans l’ouvrage en jaune, les chantiers étudiés dans ce volume
Légende 1 : collège Vieux Port, 2 : parking Jules Verne, 3 : place Bargemon, 4 : espace Bargemon, 5 : tunnel de la Major, 6 : esplanade de la Major, 7 : place des Pistoles, 8 : RHI Bon Jésus, 9 : rue Leca, 10 : parking des Phocéens, 11 : parking République, 12 : les Carmelins, 13 : les Carmes, 14 : îlot N, 15 : rue Trinquet, 16 : Bernard Dubois, 17 : Sainte Barbe, 18 : Puget III, 19 : BMVR (Alcazar), 20 : la Bourse, 21 : République, surverse Vieux Port,22 : 25 rue Thubaneau, jeu de paume, 23 : place Général de Gaulle, 24 : Vieille Charité, 25 : église Saint-Laurent, 26 : Fort Saint-Jean, 27 : rue Malaval, 28 : Hôtel-Dieu, 29 : place de la Madeleine, 30 : place du Refuge (DAO B. Sillano/Inrap, M. Bouiron/SAVN).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3593/img-1.png
Fichier image/png, 161k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search