Version classiqueVersion mobile

Fouilles à Marseille

 | 
Véronique Abel
, 
Marc Bouiron
, 
Florence Parent

Avant propos

Marc Bouiron

À Gabrielle Démians d’Archimbaud

Texte intégral

1Avec cet ouvrage prend corps, lentement mais sûrement, la publication d’ensemble des fouilles marseillaises récentes que nous annoncions dans le premier volume, n° 7 de cette même collection. Les objets du quotidien, devenus mobilier archéologique du fait de leur enfouissement dans les couches sédimentaires ou de leur insertion dans des maçonneries, font partie intégrante des données que les archéologues utilisent pour la compréhension d’un site archéologique.

2Ainsi, après avoir donné dans le premier volume le détail de la stratigraphie médiévale et moderne de quelques grands sites fouillés à Marseille, l’évolution de leurs constructions et les avoir replacés dans le contexte plus général de la cité, fallait-il exposer la nature des objets retrouvés. Là encore, il n’était pas possible de décrire précisément le mobilier par unité stratigraphique, ou même de l’indiquer par site archéologique. C’est pourquoi nous avons pris le parti de globaliser ces mobiliers, par grande catégorie en fonction du matériau de fabrication, découpage pratique pour les différents spécialistes qui interviennent dans ce domaine.

3L’ouvrage a été conduit en collaboration étroite avec Véronique Abel et Florence Parent, deux céramologues expertes de l’Inrap, avec lesquelles nous avons eu l’occasion de travailler tout au long de ces années passées à fouiller et à étudier les contextes marseillais. Elles ont toutes deux une vision large de ce mobilier et ont été à même d’appréhender pleinement la totalité du champ d’étude de ces objets de la vie quotidienne. Notre travail a consisté, à leurs côtés, à coordonner et mettre en forme finale ce travail collectif, travail parfois ingrat mais ô combien nécessaire pour que paraisse le présent ouvrage.

4Les spécialistes contactés, chevronnés pour certains (comme Danièle Foy, Peter J. Davey, Catherine Richarté ou Joëlle Pournot), un peu moins pour d’autres (Denis Michel) voire beaucoup plus jeunes pour le « petit mobilier » (Olivier Thuaudet et Marie-Astrid Chazottes), ont tous relevé le challenge que représentait la réalisation de ce volume, qui aura nécessité quatre années d’un travail régulier pour voir le jour. Leurs contributions sont précieuses pour élargir un ouvrage qui aurait autrement concerné uniquement le mobilier céramique.

5Nous voudrions remercier ici les institutions qui continuent à nous faire confiance. Tout d’abord le Ministère de la Culture et de la Communication, puisque ces volumes sont conçus dans le cadre d’un Projet collectif de recherches (PCR), labellisé par ce ministère ; l’appui du Service régional de l’Archéologie (DRAC-PACA), et de Stefan Tzorzis en particulier, sous le direction de Xavier Delestre, est ainsi primordial. Ce volume a aussi bénéficié d’un financement direct de la direction générale des patrimoines (sous-direction de l’archéologie). C’est ensuite, l’Inrap qui, année après année, permet à ses agents, par le biais des moyens annuels scientifiques, de disposer du temps nécessaire à l’écriture des différentes contributions. Que Jean-Paul Jacob, son président, François Souq, son directeur interrégional Méditerranée et Hervé Guy, l’adjoint scientifique et technique soient ici remerciés, de même que Pascal Depaepe et Mark Guillon, de la la direction scientifique et technique parisienne de cet organisme. Troisième partenaire indispensable, le Centre Camille Jullian dont les directeurs successifs, Dominique Garcia puis Marie-Brigitte Carre et les directeurs de la publication, Michel Bats puis Henri Tréziny, ont accepté de publier dans la Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine, tous les volumes de notre série « Fouilles à Marseille » ; volumes mis en page grâce au travail précieux de Véronique Gémonet, responsable de la cellule éditoriale.

6Enfin, il nous est agréable de dédier ce volume à Gabrielle Démians d’Archimbaud, fondatrice du Laboratoire d’Archéologie Médiévale, actuellement placé sous la direction de Henri Amouric avec l’intitulé de Laboratoire d’Archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M). Elle a très largement contribué à susciter, chez Véronique Abel, Florence Parent ou moi-même, le goût de cette archéologie des périodes médiévale et moderne qui a émergé au cours de la seconde moitié du XXe s. Nous lui devons beaucoup.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search