5. L’oppidum ibérique de Sant Julià de Ramis

Josep Burch, Josep Maria Nolla et Jordi Sagrera

Résumé

L’oppidum de Sant Julià de Ramis se trouve à l’extrême nord de la Péninsule Ibérique. Cet oppidum était situé au sommet d’une colline, à 203 m au-dessus de la mer. Le fleuve Ter, en provenance des Pyrénées et délimitant la montagne, se dirige vers la mer où il débouche près du site grec d’Emporion. Les fouilles effectuées au cours des dernières années ont permis remonter la chronologie initiale jusqu’à arriver à la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Au début du IVe siècle av. J.-C, le noyau réduit de la phase antérieure connut une croissance notable jusqu’à atteindre une surface d’environ 3/4 hectares. Les données apportées par les fouilles de ces dernières années nous permettent de constater qu’après la conquête romaine il y a non seulement la continuité de l’occupation du lieu mais aussi que le site occupe une situation privilégiée par rapport aux autres oppida. A partir de la troisième décennie du Ier siècle av. J.-C., on constate que Sant Julià n’a connu qu’une continuité d’habitat ponctuelle.

The oppidum of Sant Julià de Ramis is at the northeast of the Iberian Peninsula. This oppidum was located atop a hill 203 m above the sea. The river Ter, from the Pyrenees, delimitates the mountain of Sant Julià de Ramis and towards to the sea, near to the Greek site of Emporion. Excavations carried out in recent year’s shows that the original chronology of Sant Julià is since first half of the sixth century BC. During the first half of fourth century BC the oppidum growth, reaching an area of about 3 / 4 acres. Also, the data from excavations carried out in recent years show that the place is privileged compared to other near oppida. Since the third decade of the first century BC, it is clear that Sant Julià was inhabited only sporadically.

1. Introduction

1Dans son travail intitulé Geographike Hyphegesis, Ptolémée situe Gerunda, zone dans laquelle se trouvent l’oppidum de Sant Julià de Ramis et Aquae Calidae, sur les terres du populus des Ausetani (peuplement ibère du nord-est de la Péninsule Ibérique) et, par conséquent, séparés de Deciana, Iuncaria, Rhode ou Emporiae qui seraient intégrés dans le territoire des Indigetes. Cette affirmation a été étudiée et discutée par de nombreux spécialistes aux opinions divergentes (Burch, Nolla 1996 pour la bibliographie et le compte rendu de ce d ébat). Nous n’essayerons pas d’analyser cette affirmation mais voulons remarquer que tous les autres auteurs antiques (Aviénus, Ora maritima, vers 523-524  ; Salluste, Hist., II, 98  ; Strabon, III, 4 et III, 48 et Pline, Nat. Hist., III, 21) situent cette zone à l’intérieur du populus des Indigetes, dans des limites territoriales peu précises.

2La culture matérielle et plus particulièrement la numismatique sont plus concluantes. Les productions céramiques sont presque identiques sur tout ce territoire, avec bien sûr des différences locales, de pâte ou de finitions  : les céramiques ibériques décorées avec de la peinture blanche (Martín 1988) ou les céramiques grises qui ont un répertoire et des ateliers répartis sur l’étendue nord-est de la péninsule ibérique (Barberà, Nolla, Mata 1993). Il faut aussi remarquer que dans une vaste partie de ce territoire on n’a fabriqué qu’une seule et unique monnaie portant la légende ibérique Untikesken (“des indigètes”), fabriquée à Empúries (Vilallonga 1982).

3En fin de compte, l’archéologie et la numismatique ébauchent une unité territoriale située à l’extrême nord-est de la péninsule ibérique, dont ferait partie l’oppidum de Sant Julià de Ramis. Il nous semble donc logique de penser que le territoire archéologiquement bien défini qui englobe une bonne partie du nord-est de la Péninsule Ibérique, y compris Sant Julià, est le territoire du populus des Indigetes auquel font références les sources utilisées.

2. Situation géographique

4L’oppidum de Sant Julià de Ramis se trouve à l’extrême nord de la Péninsule Ibérique (fig. 48). La principale caractéristique du relief de ce territoire est sa diversité. Celle-ci est favorisée par l’existence de plusieurs chaînes de montagnes, dont la hauteur est peu significative –les Pyrénées, la Chaîne Littorale Catalane et la Chaîne Pré-littorale– qui le traversent autant d’est en ouest que du nord au sud. Le résultat est l’existence de petites unités géographiques parsemées sur toute cette zone, autant sur les terres de l’intérieur que sur celles du littoral. Une autre caractéristique est l’existence de fleuves – notamment le Ter et le Fluvià – qui ont un cours d’eau modéré, un débit très saisonnier et un parcours, toujours d’ouest en est, compris dans les limites de la zone à laquelle nous nous rapportons.

Fig. 48. Carte générale Empurdan.

Fig. 48. Carte générale Empurdan.

5C’est dans ce contexte que se trouve l’oppidum de Sant Julià de Ramis. Cet oppidum était situé au sommet d’une colline, à 203 m au-dessus de la mer, et était entouré de zones montagneuses et de plaines, dont les dimensions étaient extrêmement modérées. Le Ter, en provenance des Pyrénées et délimitant la montagne, se dirige vers la mer où il débouche près du site grec d’Empúries (fig. 84).

Fig. 84. La plate forme supérieure de la montagne de Sant Julià de Ramis avec le Ter au fond.

Fig. 84. La plate forme supérieure de la montagne de Sant Julià de Ramis avec le Ter au fond.

Photo : Laboratoire d’Archéologie et Préhistoire. Université de Girona.

6Cette situation explique pour quelle raison, dans l’Antiquité, un vaste habitat y fut bâti au cours de l’époque ibérique. En effet, la colline de Sant Julià de Ramis est le point stratégique où s’assemblent les différents paysages dont se compose la zone. Ce point permet, non seulement de contrôler visuellement le bassin inférieur du Ter, à l’est de l’oppidum, et les plaines du sud-ouest, mais aussi le passage frayé par le Ter entre les montagnes qui permettait la communication entre les deux zones.

7Il ne faut pas oublier que l’utilisation de ce passage comme chemin naturel transformé ensuite en véritable voie de communication remonte à des époques très anciennes et qu’il sert, encore de nos jours, de lieu de passage pour les routes modernes et les voies de chemin de fer. Il s’agissait donc d’un endroit stratégique d’une importance primordiale et c’est ainsi que les Ibères surent l’apprécier. Cet endroit permettait, non seulement de contrôler le passage mais surtout de le contrôler depuis une position surélevée et donc favorable à ses occupants. De plus, les caractéristiques de la montagne de Sant Julià de Ramis, avec une terrasse supérieure étroite mais allongée, permettaient l’établissement d’un habitat qui disposait, ainsi, grâce aux pentes abruptes, d’une défense naturelle considérable.

8Les plaines et les forêts des alentours offraient, en sus, les ressources nécessaires pour assurer le ravitaillement des habitants de Sant Julià de Ramis.

3. Histoire de la recherche

9C’est en 1932, au cours de la visite d’une des grottes préhistoriques situées dans la montagne, que Francesc Riuró et Carles de Palol, surpris par l’abondance de céramique ibérique à cet endroit, découvrirent le site archéologique. C’est au cours de cette même année que commencèrent, dans cette zone, des fouilles archéologiques qui se poursuivirent jusqu’en 1936. Les vestiges des premières maisons furent identifiés pendant ces années et c’est aussi à cette époque que furent publiées les premières informations sur ce site, qui définissaient d’ores et déjà certaines idées qui deviendraient communes aux publications postérieures et qui ont déterminé le discours historique sur ce site jusqu’aux années 1990 (Riuró 1934  ; Riuró 1995). Le soulèvement militaire contre la République espagnole et la Guerre Civile qui s’ensuivit portèrent un coup d’arrêt terrible à la recherche.

10En 1939, malgré certaines difficultés, y compris personnelles, Riuró fut capable, en obtenant des résultats remarquables, de reprendre la tâche antérieure jusqu’en 1945. Ce n’est qu’en 1964 que la montagne de Sant Julià de Ramis devient à nouveau objet de nouvelles fouilles. C’est au cours de cette même année que Maluquer de Motes commença de nouveaux travaux qui permirent la récupération de plusieurs demeures partiellement construites dans le sous-sol de la montagne (Maluquer de Motes 1972). Nous n’en connaissons pas la raison, mais l’oppidum cessa d’être un sujet d’intérêt jusqu’au début des années soixante dix, date à laquelle il fut à nouveau exploré par M. Oliva et I. Rodà, en particulier au niveau du centre de la terrasse supérieure. Cette campagne fut suivie par un nouvel arrêt des travaux sur le terrain, même si de nombreuses publications relatives au site apparurent au cours des années suivantes (Rodà 1973).

11En relation directe avec le site de Sant Julià de Ramis, il faut évoquer la découverte et la fouille d’un intéressant ensemble de silos trouvés, en 1972, au Camp dels Escalers et situé dans la partie inférieure de la montagne, pas très loin du lit du fleuve, près de l’endroit où furent découverts les restes de trois fours en terre cuite, d’une chronologie incertaine et qui auraient produit des tegulae et des imbrices (Tremoleda 2000). Beaucoup plus tard, la zone fut l’objet de nouveaux travaux pendant lesquels trois nouveaux silos furent mis au jour (Llinàs, Merino 1998). Dans l’ensemble, la chronologie du lieu est située entre le IIIe siècle et la première moitié du IIe siècle av. J.-C.

12La découverte et la fouille, en 1991, du champ de silos du Bosc del Congost, situé sur le versant de la montagne, juste à côté du Ter, au beau milieu du passage de ce fleuve entre les montagnes, eut plus d’envergure et des résultats beaucoup mieux connus. 119 silos furent découverts, appartenant pour la plupart au IIe siècle av. J.-C., même si certains remontaient au IV e siècle av. J.-C. et d’autres au Ier siècle av. J.-C. Autant leur découverte que l’analyse effectuée servirent à jeter une nouvelle lumière sur la position et l’importance de Sant Julià à l’époque républicaine tardive.

13Vingt-deux ans après, la découverte de restes archéologiques lors de travaux d’agrandissement du cimetière municipal donna lieu à une nouvelle fouille de l’oppidum. Deux grands murs, dans un premier temps identifiés comme des murs faisant partie des murailles de la cité, furent alors trouvés (Burch 1994). Il fut ensuite prouvé que ces murs avaient une autre fonction. En 1994, le Centre d’Investigacions Arqueològiques et la Mairie du village menèrent à bien de nouvelles fouilles dans la zone d’habitat de l’ancien oppidum. La campagne archéologique, inachevée, fut publiée de manière ponctuelle (Caravaca, Teixidor 1996).

14Deux ans plus tard, en 1996, l’Université de Girona et la Mairie de Sant Julià de Ramis débutèrent une nouvelle phase d’interventions qui s’est poursuivie jusqu’à nos jours, à travers des campagnes annuelles de fouilles, réalisées en été. Au cours de cette période, les zones de fouilles se trouvaient aux alentours de l’ancienne église paroissiale et des murailles du nord du village, zone encore en fouille actuellement (Burch et al. 2001  ; Burch, Miquel, Sagrera 2008). Ce projet, actuellement en cours, reçoit le soutien de la Députation de Girona, du Ministère de la Science et d’Innovation, projet HUM2207-62486/HIST. et de la Généralité de Catalogne, programme EXCAVA06.

4. Les origines

15On croyait encore il n’y a pas si longtemps, que le peuplement ibérique de Sant Julià avait des origines qui ne remontaient pas au-delà du IV e siècle av. J-C. Les recherches effectuées par Francesc Riuró depuis les années 30 puis poursuivies par de nombreux chercheurs, n’apportèrent pas de matériau permettant de remonter cette chronologie jusqu’à la période ibérique antique.

16Cependant, les fouilles effectuées au cours des dernières années, dans la zone située derrière le cimetière paroissial, ont permis de modifier cette chronologie initiale et de la remonter de deux siècles, jusqu’à arriver à la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Ces dates situent donc les origines du peuplement au moment de la formation de la culture ibérique à l’extrême nord de la Péninsule Ibérique (milieu du VIe siècle av. J.-C.) et de la fondation continentale du peuplement phocéen d’Emporion.

17La plupart des données que nous avons sur cette époque proviennent surtout de sites de la région de l’Empordà (Martín 2005). La nécropole du Pla de l’Horta à Sarrià de Ter est le seul site situé dans les environs proches de Sant Julià qui peut appartenir, sans l’ombre d’un doute, à la période de formation de la culture ibère (Martín 1994, p. 99), mais une étude approfondie d’autres sites nous permettrait certainement de les inclure dans cette même étape.

18Les fouilles effectuées jusqu’à ce jour à Sant Julià de Ramis ont permis de localiser quelques structures d’habitat antérieures au début du IV e siècle av. J.-C. Elles sont caractérisées par la présence de bases de pierres schisteuses provenant du sous-sol de la montagne et de murs construits en brique. Au dessus, le plafond était fait de poutres de bois, recouvertes de branches, de terre glaise et de paille, comme c’est le cas dans l’ensemble du monde ibérique septentrional documenté (Belarte 1997). L’élément le plus caractéristique est l’utilisation de la paroi rocheuse comme mur de fond. Cependant, les données dont nous disposons sur cette période sont très pauvres et ne permettent pas d’envisager un aménagement plus ou moins régulier de l’espace à travers un réseau de rues. En tous cas, l’existence de ces habitats au cours de cette période rattache Sant Julià au moment de formation mentionné plus haut.

19C’est à partir des travaux réalisés au cours des dernières années que nous avons appris que durant cette période, ce noyau de population occupait une surface réduite située au sommet de la montagne, beaucoup moins étendue que celles occupées lors des périodes postérieures. Les fouilles effectuées plus récemment ont daté les restes de structures défensives situées au centre de la plate forme supérieure de la montagne à un moment imprécis du VIe siècle ou à la première moitié du V e siècle av. J.-C. Un remblai fait de pierres et de terre, de plus de deux mètres d’épaisseur à certains endroits, servait à égaliser le terrain et à adoucir le fort dénivelé qu’il y avait entre le promontoire situé à l’ouest et le tracé de la muraille qui suivait la pente naturelle vers l’est. Il formait une sorte de plate forme élevée, plus ou moins rectangulaire, d’environ 18 m de long d’est en ouest et d’à peu près 15 m du nord au sud. Elle constituait la base sur laquelle reposaient les fondations de toutes les parties et structures de défense de cette période. Différents types de pierres étaient utilisés pour sa construction  : des gros galets calcaires provenant de rivières, certains issus des montagnes situées aux alentours de Sant Julià, et de schistes du sous-sol lui même.

20A ce site de sommet était associée une petite nécropole dont seuls étaient préservés quelques restes d’objets nobles, qui faisaient parti des ensembles funéraires qui accompagnaient l’urne.

21Pour la même phase, on a retrouvé hors contexte, divers fragments de céramique d’origine grecque occidentale ainsi que quatre boucles de ceintures de bronze appartenant aux VIe et V e siècles av. J.-C. Dans tous les cas de figure et mises à part les questions chronologiques, ce matériel nous permet de constater l’existence d’un échange de produits et l’intégration de Sant Julià de Ramis aux routes commerciales, rendus possible grâce à la Via Heraclea, qui atteignait même l’autre côté des Pyrénées, tout particulièrement en longeant le Ter jusqu’à Emporion.

22Cet ensemble de données met donc en évidence l’établissement définitif de la population sur le territoire, comme on peut le constater à partir de la découverte de diverses structures de défenses et de vestiges de maisons rectangulaires ainsi que de l’utilisation de solins de pierre. La découverte d’objets associés à l’usage exclusif des élites de ces communautés nous indique qu’il s’agit aussi d’une période de consolidation de hiérarchies sociales. Pour finir, la présence de matériaux d’importation et leur quantité fait penser qu’il s’agit plus d’un échange de produits monopolisé par les élites indigènes qui trouvent, en ces biens étrangers, les biens de prestiges qui renforcent leur rôle au sein des communautés qui s’étaient formées et dont le noyau d’Emporion était devenu fondamental pour canaliser ces produits vers l’arrière-pays, que d’un commerce de grande envergure. L’ensemble de ces données situe Sant Julià dans le processus de formation des sociétés ibères de ce territoire et met en évidence le rôle fondamental d’Emporion dans ce processus.

5. L’oppidum, de la deuxième moitié du V e siècle à la fin du IIIe siècle av. J.-C.

23Au cours du V e siècle et au début du IV e siècle av. J.-C., le noyau réduit de la phase antérieure connut une croissance notable jusqu’à atteindre une surface de 3 à 4 hectares. Une bonne partie du sommet de la montagne fut, de ce fait, incluse dans la zone de l’oppidum, ce qui provoqua, certainement au cours du V e siècle av. J.-C., l’oblitération de l’ancienne nécropole.

24Nous avons pu observer, dans la zone fouillée, qu’au début du IV e siècle av. J.-C. il y avait des différences significatives par rapport à la période antérieure. L’une d’entre elles étant l’existence de l’aménagement de l’espace à partir d’une structure de rues longues et parallèles qui se prolongeaient longitudinalement du nord-est au sud-ouest. D’autres, perpendiculaires, plus abruptes, les reliaient entre elles. Il s’agissait, en définitive, de rues tortueuses et d’une largeur variable, adaptées aux courbes de niveau mais qui indiquent, pour la première fois, l’existence d’un aménagement évident de l’intérieur de l’espace de l’oppidum s’adaptant à la topographie du sommet de la montagne, tel que ce fut le cas pour d’autres oppida de ce territoire (Llorens, Mataró, 1999).

25L’apparition d’habitats plus complexes que ceux de la phase antérieure est une autre grande nouveauté. En témoigne la construction d’une maison complexe formée d’au moins sept pièces. Cela n’annonce pas la disparition des habitats plus simples, unicellulaires, qui continueront d’exister jusqu’au Ier siècle av. J.-C., mais met en lumière une réalité architectonique plus riche et plus variée qu’on ne pouvait le supposer. Pendant de longues années, l’oppidum de Sant Julià de Ramis fut le paradigme d’un type de maison simple et distribuée en terrasses sur le versant de la montagne. Cet espace présente des caractéristiques multifonctionnelles  : habitat et repos, d’un côté, production et travail, de l’autre. La présence de meules pour l’élaboration de la farine ou de pondera et de bobines pour tisser, nous rapprochent d’une réalité et d’une activité domestique développées au sein d’unités familiales. Cependant, l’existence d’un grand four circulaire conservé pendant toute la période ibérique puis d’un four plus petit, jusqu’à la fin du IIe siècle av. J.-C., relie ce bâtiment à une zone de travail qui dépasse, très certainement, le domaine domestique (fig. 85). L’articulation de la zone productive avec la non productive au sein d’un même édifice et l’articulation de cet espace complexe avec d’autres plus simples, nous laissent entrevoir une réalité sociale riche et complexe.

Fig. 85. Four circulaire situé à l’intérieur d’un espace domestique.

Fig. 85. Four circulaire situé à l’intérieur d’un espace domestique.

Photo : Laboratoire d’Archéologie et Préhistoire. Université de Girona.

26Au cours de la deuxième moitié du V e siècle av. J.-C., les habitants de l’oppidum refirent entièrement les murailles du secteur septentrional (fig. 86). La réfection du tronçon nord se concrétisa par la construction d’une nouvelle muraille d’une largeur totale de 5,1 m. Elle était formée de deux murs, de 120 cm de large, qui constituaient les parements extérieurs de la structure défensive et qui contenaient un noyau interne de terre. La partie orientale de ce mur double se fermait au moyen d’un autre mur qui, lui, était encore situé sur la plate forme. A partir de cet endroit, la muraille se prolongeait par un mur massif, qui donnait, en comparaison avec la phase antérieure, une extraordinaire solidité à l’ensemble.

Fig. 86. Murailles nord de l’oppidum (toutes les époques).

Fig. 86. Murailles nord de l’oppidum (toutes les époques).

Photo : Globus Visió. Laboratoire d’Archéologie et Préhistoire. Université de Girona.

27Le fait est qu’en 1991, près de Sant Julià, dans ce que nous pouvons considérer comme la zone suburbaine de l’oppidum, le Bosc del Congost, un vaste champ de silos fut exploré. Distribués sur 2000 m2, 119 silos furent fouillés et datés entre le IV e siècle et le Ier siècle av. J.-C. Il faut remarquer, en plus de la proximité avec le noyau ibère, la proximité avec le Ter, ce qui permettait un contact direct avec Emporion. Cependant, des 119 silos, seuls 14 auraient été utilisés et installés au cours du IV e siècle et du IIIe siècle av. J.-C. Si nous ajoutons à ce fait la quantité, réellement faible, d’importations enregistrées lors des fouilles, nous pouvons en déduire qu’il s’agissait d’un commerce d’une envergure relativement faible bien que l’on disposât, grâce au fleuve, d’une communication directe avec Emporion.

28Dans les alentours immédiats de Sant Julià de Ramis, le peuplement ibérique de cette période est bien fixé et défini (Alberch, Burch 2002). Les oppida se situent, comme c’est le cas pour Sant Julià, sur des collines, près de cours d’eau, certains plus importants que d’autres, bordant et délimitant la plaine agricole où sont distribués, de manière irrégulière, les champs de silos. Malheureusement, nous ignorons totalement la nature et les caractéristiques de ces peuplements du IV e et IIIe siècle av. J.-C.

29Comme on l’a dit plus haut, les vestiges retrouvés à Sant Julià sont comparables à ceux que l’on a retrouvés dans d’autres sites ibères situés à l’extrême nord-est de la péninsule ibérique. Par exemple, bien que l’on trouve à peu près le même type d’importations que sur d’autres sites, ces importations ne sont comparables ni par la quantité ni par la qualité à celles d’un site comme Mas Castellar de Pontós (Pons 2002, et supra dans ce volume, p. 105-118). Malgré la découverte d’une maison d’une certaine complexité et de solides structures de défense, celles-ci ne sont pas non plus comparables à la sophistication architectonique présente dans d’autres endroits comme par exemple la zone 14 du Puig de Sant Andreu ou encore les magnifiques défenses de ce même site (Martín 2005 et dans ce volume p. 89-104). Il s’agit évidemment de structures politiques et sociales peu connues dans l’état actuel de nos connaissance.

6. La dernière étape

30Le rôle joué par Emporion sur le front hispanique de la deuxième guerre Punique fut déterminant. Cependant, au cours des années allant de 218 à 197 av. J.-C., la présence romaine ne semble pas représenter une rupture par rapport aux périodes antérieures. Les changements qui marquèrent profondément l’histoire des sociétés ibères de l’extrême nord-est de la péninsule ibérique, eurent lieu à partir de la grande révolte et de l’intervention du consul Marcus Porcius Caton en 195 av. J.-C. (Martínez Gázquez 1974  ; Nolla 1984). Après avoir vaincu l’armée ibère près d’Empúries, et pris le campement ennemi, le magistrat laissa du temps aux vaincus pour qu’ils implorent clémence et demandent la paix. Les sources rappellent que cette dernière fut accordée sous des conditions d’une extrême dureté, qu’ils acceptèrent, et qui comprenait, entre autres, le démantèlement des murailles et des fortifications et le dépôt des armes. Rome traita donc les vaincus et ses alliés de manière inégale, en s’imposant différemment aux uns et aux autres, en favorisant les uns et en tenant à distance les autres, en appliquant donc à la perfection la vieille et efficace politique diuide et impera pratiquée dans la Péninsule Italique depuis des siècles.

31Parmi les oppida traités avec plus d’égard, nous trouvons celui de Sant Julià de Ramis. L’oppidum ne fut pas démantelé et la population ne fut pas dispersée. Bien au contraire, les données apportées par les fouilles de ces dernières années nous permettent de constater non seulement la continuité de l’occupation du lieu mais aussi la position privilégiée de l’endroit par rapport aux autres oppida.

32Le champ de silos du Bosc de Congost, lieu où la majorité d’entre eux fut installée au cours de ces années, la construction d’un temple, la réfection des défenses septentrionales du village et la quantité extraordinaire de céramique récupérée lors des fouilles archéologiques prouvent le dynamisme dont fait preuve l’oppidum de la montagne de Sant Julià de Ramis.

33Au tournant des années 120 av. J.-C., la zone centrale de l’oppidum, lieu où fut bâtie, au IV e siècle av. J.-C., la grande maison mentionnée supra, fut touchée par un important réaménagement de l’espace. C’est à cet endroit qu’un temple fut construit, sur un emplacement bien choisi si l’ouvrage à bâtir devait avoir une relation avec le vieux chemin d’Héraclès ou le cours du Ter, qui menait à Empúries. Pour ce faire, l’occupation et la démolition d’un quartier du vieux centre urbain furent nécessaires. Une fois le lieu abandonné, il fut procédé au démantèlement des anciens habitats qui étaient un obstacle pour les nouveaux besoins. Les décombres résultant de l’opération furent utilisés pour remblayer la zone. La construction à l’origine de ce changement n’est que partiellement connue  : un imposant ouvrage de soutènement de plus de 5 m de largeur sans compter les murs des contreforts intérieurs. Il s’agit d’un parement de doubles murs-rideaux, parallèles, avec des tirants équidistants. La face extérieure du mur a une certaine qualité avec un parement d’opus polygonal relativement régulier, de dimension très variée tout en essayant de former des files rectilignes. Ces éléments donnent à l’apparence extérieure une certaine monumentalité. Le résultat final est que nous nous trouvons devant un ouvrage réalisé selon les techniques largement documentées, à l’époque hellénistique et de la basse République, de l’emplecton.

34Le tronçon conservé, d’environ 40 m, est délimité, à chacune de ses extrémités, par des angles qui marquent un changement de direction des murs. Les dimensions, la situation et les caractéristiques de l’ouvrage permettaient de justifier la fonction d’un grand mur de soutènement d’une plate forme qui se voulait suffisamment grande et située en fonction de sa visibilité depuis la voie et du contrôle, probablement symbolique, qui pouvait être exercer d’en haut.

35Nous ne connaissons que partiellement le temple, étant donné que sa partie supérieure, la partie centrale de la prétendue plate forme, nous met en contact direct, en de nombreux endroits, avec la roche naturelle ou encore avec de nombreux bâtiments de grande valeur construits à l’époque de la haute Antiquité et du Moyen Age. Cependant, ces édifices remployèrent des blocs de grès qui, selon nous, faisaient partie des éléments de construction du temple républicain tardif disparu sans laisser de traces. C’est à partir de ces éléments qu’il a été possible de reconstituer partiellement le temple, un bâtiment de 8 à 10 mètres de hauteur, élevé sur un podium, prostyle et pseudo périptère (fig. 87).

Fig. 87. Restitution du temple de l’époque républicaine.

Fig. 87. Restitution du temple de l’époque républicaine.

Photo : Laboratoire d’Archéologie et Préhistoire. Université de Girona.

36Ce grand temple, sans doute successeur d’une tradition religieuse située au même endroit, devait établir les fondements de l’intégration culturelle des indigènes à la nouvelle réalité politique, renforcer le rôle de Sant Julià sur le territoire et devenir, en même temps, un signe, une référence pour le contrôle symbolique du territoire.

37Il faut mentionner, comme témoignage du syncrétisme culturel qui se produit lors de cette phase républicaine, la récupération de divers fragments d’un cratère dans le silo 53 du champ de silos du Bosc del Congost (fig. 88). Un relief qui représente une figure humaine assise sur un trône ailé tiré par des serpents fut appliqué sur la paroi extérieure du vase. Il s’agit là de l’iconographie typique du héros grec Triptolème, bien qu’il présente des traits caractéristiques de l’époque hellénistique. Un visage féminin aux traits faciaux très marqués, situé sous une anse tressée, est une gorgone. La chronologie du vase est incertaine mais le niveau dans lequel elle fut trouvée peut être daté de la fin du IIIe siècle et du début du IIe siècle av. J.-C.

Fig. 88. Représentation de Triptolèmee apposé sur la paroi extérieure d’un cratère.

Fig. 88. Représentation de Triptolèmee apposé sur la paroi extérieure d’un cratère.

Photo : Laboratoire d’Archéologie et Préhistoire. Université de Girona.

38Dans le même temps, ou juste avant la construction de ce temple, il convient également de mentionner les importantes réfections qui eurent lieu dans le secteur des défenses septentrionales de l’oppidum (fig. 89). C’est alors que fut construit un grand bastion qui scellait l’une des anciennes portes de l’enceinte. L’élément central était une grande tour rectangulaire partiellement recouverte d’un pavement de tegulae. Au même moment, une nouvelle porte était construite au nord-est de la muraille. L’entrée formait un palier d’accès de guère plus de 2 m. de largeur. Chacun de ses murs latéraux formait une sorte d’entonnoir, au fond duquel se trouvait une porte. Un espace, certainement lié contrôle de la porte, fut aménagé à l’ouest. Sa base, un pavement de mortiers de chaux, était rectangulaire et reposait contre la muraille et contre l’un des murs qui flanquait le portail.

Fig. 89. Plan de la muraille nord de l’oppidum au IIe siècle av. J.-C.

Fig. 89. Plan de la muraille nord de l’oppidum au IIe siècle av. J.-C.

Photo : Laboratoire d’Archéologie et Préhistoire. Université de Girona.

39Ces grandes constructions publiques ne signifièrent pas la fin de la construction de nouveaux habitats. Bien au contraire, d’autres habitats furent bâtis, simples, rectangulaires ou quadrangulaires, avec une claire vocation ibérique mais qui se distinguent par l’utilisation d’éléments typiquement italiques comme par exemple les tegulae et les imbrices, éléments qui témoignent des effets de la romanisation sur la population ibère.

7. L’abandon

40Ce processus se paralyse brusquement  : les données archéologiques mettent en évidence un abandon rapide et apparemment pacifique du lieu. L’abandon eut lieu au cours de la troisième décennie du Ier siècle av. J.-C. coïncidant dans le temps avec la fondation d’une cité, Gerunda, située à un peu plus de 3 kilomètres du vieil oppidum. Cette cité de plan orthogonal, sur une base nouvelle, structurée à partir d’un cardo maximus, tronçon interne de la voie, fut conçue comme une forteresse solide et basée sur l’utilisation intelligente des excellentes conditions topographiques. L’endroit choisi pour son emplacement peut, dans un premier temps, sembler peu indiqué, cependant, si on l’observe attentivement, il met en évidence une connaissance détaillée et précise de l’environnement et un choix parfait. En effet, Gerunda est située sur une pente prononcée, avec un dénivelé de 60 mètres, sur le versant de la montagne, sur les derniers contreforts des Gavarres, encaissée entre deux cours d’eau, la petite rivière Galligants au nord et l’Onyar à l’ouest, très près du lieu où les eaux rejoignent celles du Ter. Le choix de cet endroit peu fonctionnel pour y situer une cité régulière, conçue suivant la manière italique, est compréhensible si nous prenons en compte que le chemin nord-sud et les grands axes qui lui sont perpendiculaires passaient précisément par le point où la fondation fut établie. Les montagnes d’un côté et les rivières de l’autre conditionnaient la voie qui devait obligatoirement traverser cet espace. (Nolla, Palahí 2007).

41La décision politique de la fondation entraîna le réaménagement du territoire. L’oppidum de Sant Julià ainsi que les autres peuplements ibères mineurs durent céder une partie considérable de leur population qui habiterait alors dans la nouvelle ville (Nolla 1999). Cette décision, qui devait rapidement toucher les élites indigènes, s’étendit immédiatement au reste de la communauté. La concession du droit latin dans la ville de Gerunda, sous le règne d’Auguste, met en évidence cette nouvelle situation. La fondation de la ville coïncide avec la disparition des anciens oppida, dont beaucoup furent abandonnés dès la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. Le modèle de peuplement avait considérablement changé, avec un point central urbain qui servirait, dès lors, de capitale indiscutable d’un vaste territoire.

42A partir de ce moment, situé dans la troisième décennie du Ier siècle av. J.-C., on constate que Sant Julià n’a été habité que ponctuellement jusque vers 60-50 av. J.-C. Par la suite, seul l’extrême nord de l’oppidum aurait été occupé, sans doute par une tour de guet et de communications qui aurait été située sur ce sommet pendant quelques décennies, peut être jusqu’à la fin du Ier siècle av. J.-C.

Bibliographie

Alberch, Burch 2002 : ALBERCH (X.), BURCH (J.) – El món antic. In : Alberch (X.), Burch (J.), Història del Gironès, Girona, 2002, 901, p.131-211.

Barberà, Nolla, Mata 1993 : BARBERÀ (J.), NOLLA (J.M.), MATA (C.) – La ceràmica grisa emporitana, Barcelona, 1993, p.97 (Cuadernos de Arqueología, 6).

Belarte 1997 : BELARTE (M.C.) – Arquitectura doméstica i estructura social a la Catalunya protohistòrica, Barcelona, 1997, p.242.

Burch 1994 : BURCH (J.) – Excavacions arqueològiques al poblat de Sant Julià de Ramis. Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXXIII, 1994, p.75-87.

Burch, Miquel, Sagrera 2008 : BURCH (J.), MIQUEL (I.), SAGRERA (J.) – El poblat ibèric de Sant Julià de Ramis. In : Soler (J.) coord. Novenes Jornades d’Arqueologia de les Comarques de Girona, vol. I, L’Escala-Empúries, 2008, 720, p.151-157.

Burch, Nolla 1996 : BURCH (J.), NOLLA (J.M.) – Gerunda i els ausetans. Una qüestió recurrent. Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXXV, 1996, p.9-26.

Burch et al 2001 : BURCH (J.), NOLLA (J.M.), PALAHÍ (Ll.), SAGRERA (J.), SUREDA (M.), VIVO (D.) – El sector de l’antiga església parroquial, Girona, 2001, p.161. (Excavacions arqueològiques a la muntanya de Sant Julià de Ramis, 1).

Caravaca, Teixidor 1996 : CARAVACA (J.), TEIXIDOR (M.) – Excavacions arqueològiques l’any 1994 al poblat ibèric de Sant Julià de Ramis (Gironès). In : Terceres Jornades d’Arqueologia de les Comarques de Girona, Santa Coloma de Farners, 1996, p.119-125.

Llinàs, Merino 1998 : LLINÀS (J.), MERINO (J.) – Camp dels Escalers (Sant Julià de Ramis, el Gironès). In : Quartes Jornades d’Arqueologia de les Comarques de Girona, Santa Coloma de Farners, 1999, p.109-113.

Llorens, Mataró 1999 : LLORENS (J.M.), MATARÓ (M.) – La trama urbana i les àrees de circulació. In : Martin, (A.), Buxó (R.), López (J.B.), Mataró (M.) dir, Excavacions arqueològiques a l’illa d’en Reixac (1987-1992), Girona, 1999, 371, p.35- 38 (Monografies d’Ullastret 1).

Maluquer de Motes 1972 : MALUQUER DE MOTES (J.) – El poblado ibérico de San Julià de Ramis (Gerona). Pirineos, 106, p.43-60.

Martín 1988 : MARTÍN (A.) – Algunes precisions més sobre la ceràmica ibèrica indiketa decorada amb pintura blanca. Fonaments. Prehistòria i Món Antic als Països Catalans, 7, 1988, p.47-56.

Martín 1994 : MARTÍN (A.) – Els antecedents ibèrics de la ciutat de Gerunda. Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXXIII, 1994, p.89-108.

Martín 2005 : MARTÍN (A.) – Territori i hàbitat al nord-est català en època ibèrica. In : Món Ibèric als Països Catalans, I (XIII Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, 2003), Puigcerdà, 2005, 1220, p.323-345.

Martínez Gázquez 1974 : MARTÍNEZ GÁZQUES (J.) – La campaña de Catón en Hispania, Barcelona, 1974, p.206.

Nolla 1984 : NOLLA (J.) – La campanya de M. P. Cató a Empúries. Revista de Girona, 108, p.150-157.

Nolla 1988 : NOLLA (J.) – El material ceràmic dels nivells fundacionals de Gerunda. Els estrats inferiors de Casa Pastors. Revista d’Arqueologia de Ponent, 9, 1988, p.181-210.

Nolla, Palahí 2007 : NOLLA (J.), PALAHÍ (LL.) – La fundació de Gerunda. In : Palahí (LL.), Nolla (J.) et Vivo (D.) dir, De Kerunta a Gerunda. Els orígens de la ciutat, Girona, 2007, 254, p.213-234.

Pons 2002 : PONS (E.) dir – Mas Castellar de Pontós (Alt Empordà). Un complex arqueològic d’època ibèrica (Excavacions 1990-1998), Girona, 2002, p.635. (Sèrie Monogràfica, 21).

Riuró 1934 : RIURÓ (F.) – Sant Julià de Ramis. Butlletí del Grup Excursionista i Esportiu Gironí, 114, 1934, p.5-9.

Riuró 1995 : RIURÓ (F.) – Crònica de cinquanta anys d’activitat arqueològica. Quadern de Treball, 8, 1995, p.75-111.

Rodà 1973 : RODÀ (I.) – Nuevas Investigaciones en el poblado ibérico de Sant Julià de Ramis (Gerona), XII Congreso Nacional de Arqueología (1971), Zaragoza, 1973, 881 p.503-512.

Tremoleda 2000 : TREMOLEDA (J.) – Industria y artesanado cerámico de época romana en el nordeste de Cataluña : época augústea y altoimperial, Oxford, 2000, p.341 (BAR international series).

Villaronga 1982 : VILLARONGA (L.) – Les seques ibèriques catalanes : una síntesi. Fonaments. Prehistòria i Món Antic als Països Catalans, 3, 1982, p.135-183.

Auteurs

Josep Burch

Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural/Universitat de Girona, Parc Científic i Tecnològic de la Universitat de Girona, C. Pic de Peguera, 15, porta B, E - 17003, Girona (Catalogne) <josep.burch@udg.edu>

Josep Maria Nolla

Catedràtic d’Arqueologia Universitat de Girona, /Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural, Parc Científic i Tecnològic de la Universitat de Girona, C. Pic de Peguera, 15, porta B, E – 17003, Girona (Catalogne) <jose.nolla@udg.edu>

Jordi Sagrera

Universitat de Girona, P. Ferrater Mora, 1, E - 17071, Girona <jordi.sagrera@udg.edu>