Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Deuxième Partie. Chronologies, paléo-environnement, modalités de fréquentation et d’exploitation de la moyenne et de la haute montagne

Recherches archéologiques dans les régions du Simplon et de l’Albrun (Valais et Piémont), du Mésolithique à l’époque romaine

Archaeological survey aroud the Simplon and Albrun passes (Valais, Piemont), from Mesolihic to Roman period

Philippe Curdy, Jérôme Bullinger, Pierre Crotti, Veruchka Valsecchi et Willy Tinner

Résumé

Un programme de recherches archéologiques italo-suisse a impliqué les régions des cols du Simplon et de l’Albrun. Malgré des moyens modestes, les travaux de prospection de surface, entrepris de 2003 à 2005, permettent de localiser un nombre conséquent d’indices d’occupation datés principalement du Mésolithique et des âges des Métaux. Quelques sondages archéologiques permettent de compléter les premières observations. Les indices les plus anciens remontent au Mésolithique moyen (datations 14C effectuées sur des foyers et artefacts en cristal de roche) ; ces découvertes illustrent une fréquentation remarquable des replats et plateaux d’altitude situés vers 2 000 m d’altitude. Les témoins archéologiques d’occupations néolithiques font quasiment défaut ; les données palynologiques indiquent une intensification de la présence de l’homme à l’étage alpin dès le Néolithique. Dans les analyses palynologiques, la fin du Néolithique et l’âge du Bronze sont marqués par un impact humain prononcé. Le contrôle des débouchés des cols, confirmé par l’implantation de sites fortifiés sur collines, semble jouer un rôle important dès cette époque et plus encore à l’âge du Fer. Les résultats du programme de recherches corroborent les modèles de peuplement proposés pour les régions des sources du Rhône (canton du Valais) et confirment l’importance du peuplement mésolithique en haute altitude dans les Alpes centre-occidentales.

An Italo-Swiss Interreg project focused on the regions around the Simplon Pass and the Albrun Pass. Despite the modest means available, the surface prospections carried out from 2003 to 2005 yielded a number of traces of settlement, mostly dating back to the Mesolithic period and the Metal ages. A few archaeological searches have yielded some complementary information. The oldest findings date back to the middle Mesolithic period; these findings reflect a remarkably high rate of frequentation of the high-altitude shoulders and plateaus around altitudes of 2000 meters. Few Neolithic archaeological findings have been made at these sites, however, although the palynological data have indicated that human settlers were probably increasingly present in the Alpine zone during the Neolithic period. Palynological data suggest rather a strong human impact during the Late Neolithic and the Bronze age. The close watch kept on the mountain passes, as suggested by the presence of fortified sites on the hills, seems to have played an important role at this time, and even more so during the Iron age. The results obtained in this research project confirm the validity of the models previously put forward to account for patterns of settlement in the region around the sources of the Rhône (in the Valais canton) and suggest that Mesolithic settlers played an important role at high altitudes in the central western Alps.

Texte intégral

1. Introduction

1Les travaux menés au Simplon et à l’Albrun entre 2003 et 2005 s’inscrivent dans le cadre du programme Inter­reg IIIA italo-suisse « Premières traces de l’homme dans les vallées alpines ». Ce projet est coordonné par la Région Piémont (Ente Parco Alpe Veglia-Devero) et par le Canton du Valais (Musée cantonal d’archéologie), avec la collaboration du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (Lausanne) et l’appui scientifique de l’Université de Berne.

  • 1 Diverses personnes ont participé à des degrés divers à ces travaux de terrain : Céline Andrey, Alai (...)
  • 2 Travaux dirigés sur le terrain par le professeur Antonio Guerreschi, Dipartimento di Scienze Geolog (...)

2En 2003 et 2004, les recherches se déroulent dans les environs du col du Simplon et dans la région de l’Albrun (fig. 1). En 2005, le versant italien du col de l’Albrun fait l’objet de recherches limitées1. Ces derniers travaux visent à compléter les données des fouilles entreprises par l’Université de Ferrare à l’Alpe Veglia (fig. 1)2.

Fig. 1. Carte de la région et localisation des sites mentionnés dans le texte. Dessin A. Benkert, Ph. Curdy et A. Guerreschi.

Fig. 1. Carte de la région et localisation des sites mentionnés dans le texte. Dessin A. Benkert, Ph. Curdy et A. Guerreschi.

3Dans la région du Simplon, les principales zones étudiées s’étagent entre le fond de la vallée de la Doveria au sud (Simplon Dorf, 1 470 m alt.) et les environs du col, au-dessus de 2000 m d’altitude. Dans la vallée de Binn, les territoires de moyenne et haute altitude sont concernés entre la région d’Ausserbinn (1 100 m alt.) et le col de l’Albrun (2 600 m alt., fig. 1).

  • 3 Dans le cadre de ce projet, aucune investigation n’a été entreprise sur ce genre de structure ; leu (...)

4Au Simplon, les alentours du col s’inscrivent dans une ensellure de 300 ha, à l’altitude de 2 000 m environ. Elle abrite plusieurs petits lacs dont certains aujourd’hui asséchés (fig. 2). En direction du sud, on retrouve, en contrebas du col, un second replat d’une centaine d’hectares (Ancien Hospice) à l’altitude de 1 850 m, bordé au sud par la colline de Gampisch (fig. 1, n° 10). À l’Albrun, au pied du col, sur le versant suisse, un premier replat (Oxefeld) d’environ 40 ha (2 200 m alt.) est marqué par la présence de nombreux blocs, dont plusieurs aménagés avec des murets de pierres sèches3. Plus bas, la zone de Blatt (9 ha, 2 100 m alt.) présente de bonnes potentialités pour des occupations saisonnières (pieds de paroi ou blocs, fig. 1, n° 5 et fig. 4).

Fig. 2. Vue du Simplon depuis l’ouest. Les numéros renvoient à la fig. 1. Photo Ph. Curdy.

Fig. 2. Vue du Simplon depuis l’ouest. Les numéros renvoient à la fig. 1. Photo Ph. Curdy.

5Les travaux de terrain se sont limités à des observations de surface, complétées par des forages à la tarière et de petits sondages de un à deux mètres carrés. Outre les prospections archéologiques, une analyse palynologique a été entreprise au col du Simplon par l’Université de Berne (W. Tinner et V. Valsecchi) et l’un des sondages ouvert sur le site du Rötelsee a fait l’objet d’une étude sédimentologique (E. Fierz-Dayer).

2. Mésolithique

  • 4 Châble-Croix : traces d’occupations mésolithiques répétées entre 8500 et 7000, voire 6000 av. J.-C. (...)

6Avant les résultats des prospections menées au Simplon et à l’Albrun, les indices de peuplement du Valais, entre le retrait glaciaire et les premiers établissements néolithiques (fin du vie millénaire av. J.-C.), concernaient uniquement deux sites : l’abri sous roche de Châble-Croix (ou de Vionnaz) en plaine du Rhône (388m alt.) et l’abri de haute altitude de Alp Hermettji (2 600 m alt.) au pied du Cervin4.

7Les recherches entreprises dans le monde alpin montrent qu’après le retrait glaciaire les chasseurs-cueilleurs inves­­tissent progressivement les secteurs d’altitude : l’étage montagnard (900-1 400 m) dès l’Épipaléolithique, puis les étages subalpin et alpin (1 400-2 400 m) au cours du Mésolithique. Dans les Alpes centrales, les données sur les occupations d’altitude restent encore peu étoffées (Crotti 1998 ; Pignat, Crotti 2002 ; Crotti, Bullinger 2001).

8En Valais, il demeure aléatoire, voire impossible, de repérer des sites au niveau de la plaine, en raison d’un intense alluvionnement durant l’Holocène ; en revanche, la prospection des zones d’altitude s’avère plus propice, grâce à une couverture sédimentaire très faible. Les travaux menés dans le cadre du programme Interreg IIIA ont rapidement mis en évidence des vestiges mésolithiques ; leur localisation confirme que l’association entre cols ou zones de passage et petits lacs ou marais constitue un critère prioritaire dans le choix de l’implantation des campements. Les industries lithiques récoltées sont constituées de cristal de roche, comme sur le site tout proche de l’Alpe Veglia (IT, VB ; Guerreschi, Pizziolo, Vullo 2002).

2.1. Prospections et sondages

9Au Simplon, les témoins matériels mis au jour lors des prospections de surface sont regroupés dans trois secteurs proches du col : aux abords du vaste marais qui s’étend à l’ouest de l’Hospice et de deux petits lacs, le Rötelsee au sud-est (fig. 1, n° 8), et le Hopschensee, au nord-ouest du col (fig. 1, n° 7). Une quinzaine de points de découverte ont pu être identifiés : il s’agit parfois de véritables concen­trations d’artefacts, témoignant de l’installation de campements, comme au bord du Rötelsee, ou d’indices plus discrets, voire isolés. L’outillage lithique se rapporte au Mésolithique avec, en particulier, une micropointe effilée à retouche unilatérale, attribuable au Sauveterrien (fig. 3. n° 4).

Fig.3. Col du Simplon. Microlithes en cristal de roche. Sauveterrien. 1-3. Rötelsee ; 4. Marais de l’Hospice. Photo S. Ansermet.

Fig.3. Col du Simplon. Microlithes en cristal de roche. Sauveterrien. 1-3. Rötelsee ; 4. Marais de l’Hospice. Photo S. Ansermet.

Fig. 4. Vue plateau de Blatt (Albrun). Photo Ph. Curdy.

Fig. 4. Vue plateau de Blatt (Albrun). Photo Ph. Curdy.
  • 5 Datations 14C : UtC-12674, 7650±70 et UtC-13455, 7490±50 BP, soit 6637-6409 et 6438-6246 av. J.-C. (...)

10En contrebas du col du Simplon, sur le versant sud, l’exploration d’un abri sous bloc (1 940 m alt.), surplombant le replat de l’Ancien Hospice, a révélé un niveau riche en charbons de bois, daté du viimillénaire av. J.-C. (fig. 1, n° 9 ; Crotti, Curdy, Leuzinger 2004, p. 275, fig. 8)5. Un sondage d’un quart de mètre carré a mis au jour quelques artefacts en cristal de roche dont un microlithe géométrique (trapèze) qui confirme une occupation au cours du Mésolithique récent.

  • 6 UtC-13456, 7990±50 BP, soit environ 7058-6700 av. J.-C. (dates calibrées 2 sigma, Calib 5.0.2, Stui (...)

11Dans la région de l’Albrun, sur la colline qui domine le replat de Blatt (2 100 m alt.), une concentration d’éclats et d’esquilles en cristal de roche est apparue immédiatement sous la surface du sol, associée à un niveau de charbons de bois, daté du viimillénaire av. J.-C. (fig. 1, n° 5, fig. 4)6. Cette découverte, malgré l’absence de pièces caractéristiques, atteste probablement d’une occupation mésolithique.

Fig. 5. Rötelsee. Vue des fouilles (sondage 2). Photo Ph. Curdy.

Fig. 5. Rötelsee. Vue des fouilles (sondage 2). Photo Ph. Curdy.

2.2. Le Rötelsee

12Deux petits sondages ont été ouverts en 2004 en bordure du Rötelsee (fig. 5). Tout le sédiment a été tamisé à l’eau (maille : 2mm). Le sondage 2 a permis de localiser précisément une couche d’occupation mésolithique asso­ciée à une structure de combustion (fig. 6, couches d et e).

13L’industrie lithique du Rötelsee (654 pièces) est composée exclusivement de cristal de roche. Un premier ensemble (67 pièces), est issu des prospections de surface. Dans le sondage 1 (50 x 100 cm), on décompte 71 artefacts, dont 20 prélevés in situ, et dans le sondage 2 (100 x 100 cm) 516, dont 85 in situ.

Fig. 6. Rötelsee, sondage 2. Coupe stratigraphique sud. Dessin Ch. Gaudillère. a : humus (horizon Ah du sol actuel) ; b : sables moyens (colluvionnement) ; c : sables moyens à fin, (foyer/niveau d’incendie, période néolithique) ; d : sable limoneux (sommet d’un sol enfoui, occupation mésolithique) ; e : sable fin (occupation mésolithique avec foyer) ; f : sables avec blocs altérés (dépôt morainique).

Fig. 6. Rötelsee, sondage 2. Coupe stratigraphique sud. Dessin Ch. Gaudillère. a : humus (horizon Ah du sol actuel) ; b : sables moyens (colluvionnement) ; c : sables moyens à fin, (foyer/niveau d’incendie, période néolithique) ; d : sable limoneux (sommet d’un sol enfoui, occupation mésolithique) ; e : sable fin (occupation mésolithique avec foyer) ; f : sables avec blocs altérés (dépôt morainique).

14Une première analyse de l’ensemble de l’industrie lithique montre que tous les éléments de la chaîne opératoire sont présents sur le site. Les nucléus (6 pièces) et quelques gros fragments de prisme montrent que le débitage commence par des enlèvements à partir du sommet du prisme, en utilisant comme crête l’arête naturelle formée par la rencontre de deux faces. Le débitage est réalisé en percussion directe dure, à la pierre. La majorité des talons sont fortement écrasés ; les bulbes présentent quelques ondes de choc bien visibles. Le débitage est orienté vers la production de petits éclats lamellaires ou de lamelles. Les cassons et les esquilles constituent une part importante de l’industrie (près de 35 %). La forte proportion de ces éléments est liée à la nature du cristal de roche, qui produit de nombreux débris lors de son débitage ou de la mise en forme des prismes. Les dimensions de l’ensemble de l’industrie sont réduites, limitées par la taille des prismes.

  • 7 UtC-14649 : 7875 ±41 BP et UtC-14650 : 7909±43 BP

15La série compte 14 pièces retouchées. Le groupe des armatures est composé d’un triangle isocèle et d’un triangle scalène ainsi que de cinq fragments (fig. 3, nos1-3). Les outils communs comprennent un petit grattoir, 5 éclats retouchés et un éclat à enlèvements irréguliers. Cet ensemble est homogène et peut être rattaché au Sauveterrien. Deux datations radiocarbone, réalisées sur des charbons de bois, situent cette occupation entre 7000 et 6600 av. J.-C.7. Ces datations, relativement récentes, indiqueraient une phase tardive du Sauveterrien.

  • 8 UtC-13453 : 4142±40 BP et UtC-13454 : 4199±41 BP

16Par ailleurs, dans le sondage 2, un foyer situé dans la partie supérieure de la séquence témoignerait d’une occupation au Néolithique final (fig. 6, couche c), même si aucun artefact ne le confirme8.

3. Néolithique

17Le Néolithique est plus ou moins bien représenté dans les Alpes suisses. Le Valais dévoile une densité assez conséquente d’établissements de plaine et quelques traces d’occupation sous abri en haute altitude (Curdy 2007) ; le territoire semble être organisé sur la base d’une agriculture concentrée aux abords de la plaine du Rhône et d’un élevage qui utiliserait déjà les prairies naturelles d’altitude pour l’estivage. Les contacts avec le Sud, bien attestés et réguliers, se font par les passages alpins dont vraisemblablement ceux de la région du Simplon-Albrun. Cependant, les données sur le Néolithique y sont totalement lacunaires et les travaux de prospection n’ont rien apporté de neuf. Seules les datations radiocarbone effectuées dans le niveau supérieur du Rötelsee (voir plus haut) et les résultats des analyses palynologiques menées au Hopschensee ont révélé des indices de présence humaine à cette période (voir plus bas). De ces dernières, on peut faire l’hypothèse que les alentours du col ont été fréquentés tout au long du Néolithique, probablement de manière plus conséquente durant le iiimillénaire av. J.-C.

4. Âge du Bronze

  • 9 Carte des matières premières minérales de la Suisse, 1/200 000, « Valais-Oberland bernois », Commis (...)

18Cette période est l’une des mieux connues dans le massif alpin. Si l’on se restreint à la vallée du Rhône en amont du Léman, les informations – au demeurant assez denses – ont été relativement bien exploitées (David-Elbiali 2000). Dans la zone d’étude, les vestiges se concentrent au pied nord et sud des cols du Simplon et de l’Albrun, en particulier à l’étage montagnard. Par contre, la carte archéologique du Valais est presque muette pour tout ce qui concerne les hautes altitudes. La région prospectée présente des potentialités non négligeables qui permettraient de préciser certains aspects tels que les échanges par les cols, l’utilisation des pâtures d’altitude et l’exploitation minière. Dans ce cadre, le Simplon, malgré la présence de gisements aurifères sur le versant sud, ne livre que très peu d’indices métallifères9. Quant à l’Albrun, la découverte sur le versant italien du col d’une lame de poignard du Bronze moyen, fichée dans une faille de rocher (filon de quartz), soulève plus de questions qu’elle n’en résout (Morand et al. 1986, p. 302 ; Gambari in Di Maio 2007, p. 30-31).

  • 10 UtC-12709, 3179±53 BP, soit 1607-1316 av. J.-C. (dates calibrées, 2 sigma, Calib 5.0.2, Stuiver et (...)
  • 11 UtC-13457, 3622±40 BP, soit environ 2132-1887 av. J.-C. (dates calibrées, 2 sigma, Calib 5.0.2, Stu (...)

19Lors des travaux de prospection en altitude, les seuls résultats probants concernent des datations radiocarbone obtenues dans des structures de combustion, sans mobilier archéologique. Au sud du col du Simplon, un foyer a été daté du Bronze moyen ou final sur la colline de Gampisch (1 880 m alt., fig. 1, n° 10)10. Un niveau de charbons daté du Bronze ancien a été observé dans un abri au pied du col de l’Albrun à 2 110 m d’altitude (secteur de Blatt, fig. 1, n° 5)11.

20La découverte la plus importante faite lors des travaux de prospection en moyenne altitude est celle d’un site fortifié au pied nord du col du Simplon (fig. 1, n° 4 ; Crotti, Curdy, Leuzinger 2004, p. 276, fig. 10). Au-dessus de la ville de Brigue, un replat d’environ 4 kilomètres carrés, à environ 900m d’altitude, a livré des sépultures de l’âge du Fer et de l’époque romaine.

  • 12 UtC-13955, 3389±49BP, soit 1873-1531 av. J.-C. en dates calibrées, 2 sigma (Calib 5.0.2, Stuiver et (...)
  • 13 Couche h, datation sur os : UtC-13956, 3288±44BP, soit 1683-1457 av. J.-C. en dates calibrées, 2 si (...)
  • 14 Charbons dans la couche m : UtC-13958, 3100±60 BP, soit 1380-1260 av. J.-C. en dates calibrées, 2 s (...)

21Surplombant ce replat, la colline du Burgspitz (1 100 m alt.) a fait l’objet d’un petit sondage de 3m2 (fig. 1, n° 6, fig. 7 et 8). La coupe dévoile une première couche anthropique (couche i) datée du xviie-xvie s. av. J.-C.12 La date est confirmée par la présence de fragments d’une jarre à cordon et languettes de préhension (fig. 9a). Cette occupation est scellée par deux horizons datés du début du Bronze moyen13. Par la suite, on aménage un rempart matérialisé par un remblai (couche f), une berme (A8) et un parement (A7). L’abandon de la fortification (couches n et m) est daté de la fin du Bronze moyen/début du Bronze final14. À ce niveau correspond une jarre à cordon à rebord déversé et lèvre digitée (fig. 9b). Les niveaux qui scellent les vestiges du parement livrent du mobilier de l’âge du Fer et de l’époque romaine.

Fig. 7. Vue du sondage 1 sur la colline du Burgspitz. Photo A. Benkert.

Fig. 7. Vue du sondage 1 sur la colline du Burgspitz. Photo A. Benkert.

Fig. 8. Burgspitz, sondage 1. Coupe stratigraphique ouest. Dessin Ch. Gaudillère.

Fig. 8. Burgspitz, sondage 1. Coupe stratigraphique ouest. Dessin Ch. Gaudillère.

a : humus ; b : humus ancien mal dégradé ; c : limon sableux, fragments de mortier et céramiques (colluvionnement) ; d : limon sableux avec mobilier archéologique (colluvionnement) ; e1, e2 : sables limoneux gravilloneux, charbons et esquilles osseuses (colluvionnement) ; f : sable limoneux avec cailloutis, sans mobilier, (remblai artificiel) ; g : limon gras charbonneux (occupation du début du Bronze moyen) ; h : limon sableux avec rares charbons et esquilles osseuses, fragments de céramique (colluvionnement, début du Bronze moyen) ; i : limon très charbonneux (occupation du Bronze ancien) ; k : sable gravilloneux, quelques pierres roulées (dépôt fluvio-glaciaire) ; m et n : sables limoneux légèrement humifères, mobilier céramique (colluvionnement) ; n : limon sableux légèrement lité (colluvionnement).

22Un autre site fortifié du début du Bronze final, le Schloss­hubel (commune de Grengiols, fig. 1, n° 3 ; David-Elbiali 2000, p.442), est connu au pied nord du col de l’Albrun. Ces éléments démontrent que, pour les communautés alpines, le contrôle du débouché des cols alpins a joué un rôle de plus en plus important au cours de l’âge du Bronze.

5. Âge du Fer

23Dans la zone prospectée, l’âge du Fer est représenté en basse altitude par de nombreuses sépultures, en particulier le long des vallons qui mènent au col de l’Albrun. Signalons la présence du site de Waldmatte près de Gamsen, au pied nord du Simplon, un village occupé presque sans discontinuité entre le viis. av. J.-C. et la fin de l’âge du Fer (Benkert, Nicoud 2008). Au tournant de notre ère, les trouvailles semblent s’intensifier dans le Binntal, avec la présence de tombes à Mülebach près de Ernen, Ausserbinn et Schmidigenhäusern (fig. 1, nos 1, 2 et 4 ; Morand et al. 1986, p.302-313 ; Paccolat 1998). Le passage par l’Albrun pourrait avoir été préféré à la voie du Simplon. Ici, les trouvailles se limitent à un fragment de bracelet en pierre (schiste) récolté dans un talus sur la rive sud du Rötelsee (fig. 1, n° 8 ; Crotti, Curdy, Leuzinger 2004, fig. 9 ; Curdy in Di Maio 2007, p.48-51).

Fig. 9. Burgspitz, sondage 1. Jarres de l’âge du Bronze. Dessin Ch. Gaudillère.

Fig. 9. Burgspitz, sondage 1. Jarres de l’âge du Bronze. Dessin Ch. Gaudillère.

6. Époque romaine

24À l’époque romaine, tant le Haut-Valais que le Val d’Ossola se signalent par une assez forte densité de vestiges, principalement des tombes isolées ou des nécropoles. Sur le versant valaisan, les traces d’habitat sont assez discrètes, à l’exception remarquable de l’agglomération « indigène » de Brig-Glis/Waldmatte qui succède au site protohistorique implanté au pied du col (Paccolat 1998 ; 2008).

  • 15 Pour les occupations de la vallée de Binn, voir Paccolat 1998.
  • 16 Monnaies du Bas-Empire, près de Blatt, (inédit) et plus haut en aval de la Binntalhütte (Wiblé 2000 (...)

25Le col du Simplon se distingue de celui de l’Albrun tout proche par la quasi-absence de trouvaille de monnaies d’époque romaine (Wiblé 1998, p. 81 ; Wiblé 2000)15. Les prospections menées dans le cadre du projet Interreg III n’ont également rien donné. On ne constate ainsi aucun indice de l’existence d’une voie romaine par le Simplon. Le trafic devait sans doute passer presque exclusivement par le col de l’Albrun sur le versant nord duquel plusieurs trouvailles de monnaies ont été faites16.

7. Données palynologiques provenant du Hopschensee

  • 17 Diagramme 34, Hopschusee, DA7 : deux dates 14C, dans une fourchette située entre 4000 et 3000 av. J (...)

26En 2004, afin de compléter les données archéologiques, une colonne palynologique a été prélevée par l’Université de Berne au Hopschensee (fig. 1, n° 7), un lac qui a fait l’objet de plusieurs études paléobotaniques au cours du xxs. (Welten 1982)17. Dans le carottage, d’une puissance de 585cm, 102 échantillons ont été prélevés et 12 datations radiocarbone effectuées en particulier dans la fourchette chronologique correspondant au Néolithique (fig. 10 et11).

Fig. 10. Hopschensee. Diagramme palynologique général (2004).

Fig. 10. Hopschensee. Diagramme palynologique général (2004).

Fig. 11. Hopschensee. Diagramme palynologique (2004). Séquence 5000-2000 BC.

Fig. 11. Hopschensee. Diagramme palynologique (2004). Séquence 5000-2000 BC.

27Le début de la séquence sédimentaire concerne le Tardi­glaciaire, vers 11000 av. J.-C. (fig. 10). À ces altitudes, on observe des saules/Salix, genévriers/Juniperus et bouleaux/Betula. Dès 9500 av. J.-C., au début de l’Holocène, de nouvelles essences prennent de l’importance, en particulier le mélèze/Larix vers 9000 av. J.-C. puis, quelques siècles plus tard, l’arole/Pinus cembra. Vers 8000 av. J.-C. (Boréal), la forêt atteint son apogée.

28Plus tard, dès 5000 av. J.-C., le développement de l’épicéa/Picea abies et surtout celui de l’aulne vert/Alnus viridis, marquent une rupture ; il semble que ce phénomène puisse avoir été causé par la présence de troupeaux de ruminants.

29Dans la séquence néolithique (fig. 11), l’étude des concentrations de charbons de bois témoigne d’incendies de forêt causés en partie par l’homme. Entre 5000 et 2300 av. J.-C., cinq pics d’herbacées sont visibles (5020-4900 av. J.-C., 4400-4300 av. J.-C., 3600-3340 av. J.-C., 2890-2630 av. J.-C. et 2580-2360 av. J.-C.). La deuxième et la quatrième de ces phases de « déforestation » coïncident avec des pics de densité de charbons (incendies volontaires en vue d’entretenir les clairières ?).

30Vers 5000 av. J.-C., les premiers indices d’agriculture en relation avec des champs présents dans les étages inférieurs font leur apparition. Mais c’est seulement entre 3600 et 3400 av. J.-C., en parallèle avec une forte diminution de la forêt, que cette présence est plus évidente.

31Remarquons que, d’une manière plus générale, il n’est pas totalement exclu que ces variations soient aussi influencées par des péjorations du climat, comme par exemple, la phase froide CE-5, entre 4200 et 3700 av. J.-C. Les autres périodes de déprise ne sont pas corrélées strictement avec des phases climatiques froides et humides : CE-4 (5550-5150 av. J.-C.), CE-6 (3400-3000 av. J.-C.), CE-7 (1800-1500 av. J.-C.) ou CE-8 (800-400 av. J.-C. ; Haas et al. 1998). Des résultats comparables ont été obtenus dans d’autres études paléobotaniques, aux Grisons par exemple (Gobet et al. 2004). En Valais, dès 3000-2000 av. J.-C., l’influence anthropique, plus importante que celle du climat, va entraîner un abaissement définitif de la limite supérieure de la forêt d’environ 300m, ce qui correspond en gros à ce qui est observé de nos jours. Relevons que pour les époques plus récentes, d’autres indices encore plus nets de déboisement apparaissent à l’âge du Bronze ou au haut Moyen Âge, vers 600 apr. J.-C. (fig. 9).

8. Conclusions

  • 18 Les équipes de terrain se composaient de 4 à 8 collaborateurs ; on décompte au total 75 jours de pr (...)

32Ces campagnes de prospection se sont révélées très riches en informations malgré la modestie des moyens engagés18. Il est bien établi que les zones du Simplon et de l’Albrun ont été fréquentées par les communautés de chasseurs-cueilleurs au Mésolithique. Une fois de plus, l’association étroite entre cols ou zones de passage et petits lacs ou marais, comme critère prioritaire dans le choix de l’emplacement de campements, s’est vu confirmée (Crotti, Bullinger 2001). Quant aux périodes plus récentes, le Néolithique et les âges des Métaux en particulier, les données demeurent lacunaires. Il semble que les emplacements naturellement protégés aient pu servir de gîte saisonnier à des pasteurs, mais leurs traces restent encore à découvrir. Les données palynologiques montrent cependant un impact humain marqué au cours du Néolithique et plus précisément au Néolithique final. La présence d’un puissant site fortifié de l’âge du Bronze au pied nord du Simplon serait peut-être l’indice de l’importance de cette voie au cours de la Protohistoire. Pour les périodes postérieures, l’âge du Fer et l’époque romaine, l’Albrun semblerait avoir été le passage privilégié reliant Piémont et Haut Valais.

33En bref, les résultats des travaux sont en parfaite confor-mité avec ce que livrent les autres régions alpines. Au plan des méthodes de recherche, la prospection de surface s’avère assez performante dans les zones situées au-dessus de la limite supérieure de la forêt. Par contre, les forages à la tarière à main se révèlent indispensables en cas de couverture sédimentaire plus importante, en pied de paroi ou dans des abris sous blocs. Enfin, nous sommes conscients que l’absence de fouilles sur les constructions en pierres sèches, très nombreuses, relevées dans les secteurs prospectés, constitue une lacune dans le bilan de nos recherches ; ces ruines ne livrent quasiment jamais d’indices en surface et seuls des travaux de terrain d’une certaine ampleur permettraient de les dater.

Bibliographie

Baudais et al. 1990 : BAUDAIS (D.), CURDY (P.), DAVID-ELBIALI, (M.), MAY (O.) – La néolithisation du Valais, modèles de peuplement et premier bilan de la Prospection Archéologique du Valais (Suisse). In : BIAGI (P.) ed., The Neolithisation of the alpine region, papers delivered at the international round table held at Brescia (1988), Brescia, Museo civico di scienze naturali, 235 p. (Monografie di Natura Bresciana, 13), 1990, p. 159-174.

Benkert et al. 2003 : BENKERT (A.), EPINEY-NICOUD (C.), DAYER (V.), GENTIZON (A.), HALLER (M.), MARCHI (S.), WAGNER (C.) – La séquence chronostratigraphique de Brig-Glis/Gamsen Waldmatte (Valais, CH). In : BESSE (M.), STAHL-GRETSCH (I.), CURDY (P.) dir., ConstellaSion, Hommage à Alain Gallay, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 496 p. (CAR, 95), 2003, p. 291-306.

Benkert, Nicoud 2008 : BENKERT (A.), NICOUD (C.) – Gamsen, une agglomération de l’âge du Fer. In : JOSPIN (J.-P.), FAVRIE (T.) dir., Premiers bergers des Alpes, de la préhistoire à l’Antiquité, catalogue de l’exposition, Grenoble, Musée dauphinois, 2008, p. 109-114.

Chaix, Crotti, Pignat 2003 : CHAIX (L.), CROTTI (P.), PIGNAT (G.) – Un exemple d’économie en milieu alpin, l’abri de Châble-Croix, près de Vionnaz (Valais, Suisse). In : BESSE (M.), STAHL-GRETSCH (I.), CURDY (P.) dir., ConstellaSion, Hommage à Alain Gallay, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande (CAR, 95), 2003, p. 59-72.

Crotti 1998 : CROTTI (P.) – Mesolithic settlement of the Central Alps and the use of the mountain sectors. Preistoria alpina, 34, 1998, p. 119-128.

Crotti, Bullinger 2001 : CROTTI (P.), BULLINGER (J.) – Campements mésolithiques d’altitude sur le Jaunpass (Simmental, canton de Berne, Suisse). Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 84, 2001, p. 119-124.

Crotti, Curdy, Leuzinger 2004 : CROTTI (P.), CURDY (P.), LEUZINGER (U.) – La région du Simplon, (Valais) du Mésolithique à l’époque romaine, campagne de prospection 2003, Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 87, 2004, p. 271-278.

Curdy 2007 : CURDY (P.) – Prehistoric settlement in middle and high altitudes in the Upper Rhone Valley (Valais-Vaud, Switzerland), a summary of twenty years of research. Preistoria Alpina, 42, 2007, p. 129-141.

Curdy, Leuzinger-Piccand, Leuzinger 2003 : CURDY (P.), LEUZINGER-PICCAND (C.), LEUZINGER (U.) – Zermatt Alp Hermettji et les cols secondaires du Valais. In : BESSE (M.), STAHL-GRETSCH (I.), CURDY (P.) dir., ConstellaSion, Hommage à Alain Gallay, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande (CAR, 95), 2003, p. 73-88.

David-Elbiali 2000 : DAVID-ELBIALI (M.) – La Suisse occi­dentale au IIe millénaire av. J.-C., chronologie, culture et intégration européenne. Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, XXI (CAR, 80), 2000, 570 p.

Di Maio 2007 : DI MAIO (P.) – Prime impronte dell’uomo nella regione Sempione-Arbola. Torino, Celid (I quaderni del Parco, 3), 2007, 55 p.

Endrizzi, Marzatico 1997 : ENDRIZZI (L.), MARZATICO (F.) – Ori delle Alpi, Catalogo della Mostra. Trento, Museo Castello del Buonconsiglio, 1997, 591 p.

Gobet et al. 2004 : GOBET (E.), HOCHULI (P.A.), AMMANN (B.), TINNER (W.) – Vom Urwald zur Kulturlandschaft des Oberengadins, Vegetationsgeschichte der letzten 6200 Jahre, Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 87, 2004, p. 255-270.

Guerreschi, Pizziolo, Vullo 2002 : GUERRESCHI (A.), PIZZIOLO (G.), VULLO (N.) – Il sito mesolitico d’altura di Alpe Veglia (Verbania), Analisi GIS per uno studio intra-site. In : PERETTO (C.) éd., Analisi informatizzata e trattamento dei dati delle struttura di abitato della preistoria e protostoria italiana, Pisa, Edizioni ETS, 2002, p. 135-145.

Haas et al. 1998 : HAAS (J.-N.), RICHOZ (I.), TINNER (W.), WICK (L.) – Synchronous Holocene climatic oscillations recorded on the Swiss Plateau and at timberline in the Alps, The Holocene, 8, 1998, p. 301-309.

Morand et al. 1986 : MORAND (M.C.) dir.- Le Valais avant l’Histoire, catalogue de l’exposition. Sion, Musées cantonaux du Valais, 1986, 379 p.

Paccolat 1998 : PACCOLAT (O.) – L’agglomération de Waldmatte près de Brigue. In : CURDY (P.) dir., Vallis Poenina, le Valais à l’époque romaine, Catalogue de l’exposition, Sion, Musées cantonaux du Valais, 1998, p. 204-208.

Paccolat 2008 : PACCOLAT (O.) – Le pastoralisme dans l’agglo­mération historique de Gamsen/Waldmatte. In : JOSPIN (J.-P.), FAVRI (T.) dir., Premiers bergers des Alpes, de la préhistoire à l’Antiquité, catalogue de l’exposition, Grenoble, Musée dauphinois, 2008, p. 125-128.

Pignat 2002 : PIGNAT (G.) – L’abri sous roche de Châble-Croix, un camp de chasse et de pêche en plaine du Rhône. In : CROTTI (P.), PIGNAT (G.), RACHOUD-SCHNEIDER (A.-M.) dir., Premiers Hommes dans les Alpes de 50000 à 5000 avant Jésus-Christ, Catalogue d’exposition Musée cantonal d’archéologie Sion, Lausanne, Payot, 2002, p. 165-169.

Pignat, Crotti 2002 : PIGNAT (G.), CROTTI (P.) – Le peuplement des Alpes. In : CROTTI (P.), PIGNAT (G.), RACHOUD-SCHNEIDER (A.-M.) dir., Premiers Hommes dans les Alpes de 50000 à 5000 avant Jésus-Christ, Catalogue d’exposition Musée cantonal d’archéologie Sion, Lausanne, Payot, 2002, p. 69-86.

Vallis Poenina 1998 : Vallis Poenina, le Valais à l’époque romaine, Catalogue de l’exposition, Sion, Musées cantonaux du Valais, 1998, 231 p.

Welten 1982 : WELTEN (M.) – Vegetationgeschichtliche Untersuchungen in den westlichen Schweizer Alpen, Bern-Wallis. Basel, Birkhäuser, 1982, 2 vol. (Denkschriften der Schweizerischen Naturforschenden Gesellschaft, 95).

Wiblé 1998 : WIBLE (F.) – Cols et communications. In : Vallis Poenina, le Valais à l’époque romaine, Catalogue de l’exposition, Sion, Musées cantonaux du Valais, 1998, p. 75-82.

Wiblé 2000 : WIBLE (F.) – Binn, chemin de l’Albrun. Vallesia LV, 2000, p. 611.

Notes

1 Diverses personnes ont participé à des degrés divers à ces travaux de terrain : Céline Andrey, Alain Benkert, Jérôme Bullinger, Yann Buzzi, Pierre Crotti, Nicole et Christophe Cupillard, Philippe Curdy, Vincent Dayer, Elisabeth Fierz-Dayer, Christian Gaudillère, Gabriele Giozza, Serge Hofer, Renata Huber, Tobias Imboden, Urs Leuzinger, Catherine Leuzinger-Piccand, Patricia Meyer, Patrick Moser et Gervaise Pignat.

2 Travaux dirigés sur le terrain par le professeur Antonio Guerreschi, Dipartimento di Scienze Geologiche e Paleontologiche, Université de Ferrare. Guerreschi, Pizziolo, Vullo 2002.

3 Dans le cadre de ce projet, aucune investigation n’a été entreprise sur ce genre de structure ; leur étude et leur datation restent donc à faire.

4 Châble-Croix : traces d’occupations mésolithiques répétées entre 8500 et 7000, voire 6000 av. J.-C. (Pignat 2002 ; Chaix, Crotti, Pignat 2003) ; Alp Hermettji : campement saisonnier, 8000-7500 av. J.-C. (Curdy, Leuzinger-Piccand, Leuzinger 2003).

5 Datations 14C : UtC-12674, 7650±70 et UtC-13455, 7490±50 BP, soit 6637-6409 et 6438-6246 av. J.-C. (dates calibrées, 2 sigma, Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

6 UtC-13456, 7990±50 BP, soit environ 7058-6700 av. J.-C. (dates calibrées 2 sigma, Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

7 UtC-14649 : 7875 ±41 BP et UtC-14650 : 7909±43 BP

8 UtC-13453 : 4142±40 BP et UtC-13454 : 4199±41 BP

9 Carte des matières premières minérales de la Suisse, 1/200 000, « Valais-Oberland bernois », Commission géotechnique Suisse, Zurich 1998. Voir aussi Endrizzi, Marzatico 1997, p. 59, fig. 5.

10 UtC-12709, 3179±53 BP, soit 1607-1316 av. J.-C. (dates calibrées, 2 sigma, Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

11 UtC-13457, 3622±40 BP, soit environ 2132-1887 av. J.-C. (dates calibrées, 2 sigma, Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

12 UtC-13955, 3389±49BP, soit 1873-1531 av. J.-C. en dates calibrées, 2 sigma (Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

13 Couche h, datation sur os : UtC-13956, 3288±44BP, soit 1683-1457 av. J.-C. en dates calibrées, 2 sigma (Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005). Couche g, charbons : UtC-13957, 3211±41, soit 1606-1411 av. J.-C. en dates calibrées, 2 sigma (Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

14 Charbons dans la couche m : UtC-13958, 3100±60 BP, soit 1380-1260 av. J.-C. en dates calibrées, 2 sigma (Calib 5.0.2, Stuiver et Reimer 1986-2005).

15 Pour les occupations de la vallée de Binn, voir Paccolat 1998.

16 Monnaies du Bas-Empire, près de Blatt, (inédit) et plus haut en aval de la Binntalhütte (Wiblé 2000, p. 611).

17 Diagramme 34, Hopschusee, DA7 : deux dates 14C, dans une fourchette située entre 4000 et 3000 av. J.-C.

18 Les équipes de terrain se composaient de 4 à 8 collaborateurs ; on décompte au total 75 jours de prospection en 2003, 66 en 2004 et environ 30 en 2005.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de la région et localisation des sites mentionnés dans le texte. Dessin A. Benkert, Ph. Curdy et A. Guerreschi.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-1.png
Fichier image/png, 726k
Titre Fig. 2. Vue du Simplon depuis l’ouest. Les numéros renvoient à la fig. 1. Photo Ph. Curdy.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-2.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig.3. Col du Simplon. Microlithes en cristal de roche. Sauveterrien. 1-3. Rötelsee ; 4. Marais de l’Hospice. Photo S. Ansermet.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-3.png
Fichier image/png, 192k
Titre Fig. 4. Vue plateau de Blatt (Albrun). Photo Ph. Curdy.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-4.png
Fichier image/png, 109k
Titre Fig. 5. Rötelsee. Vue des fouilles (sondage 2). Photo Ph. Curdy.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-5.png
Fichier image/png, 725k
Titre Fig. 6. Rötelsee, sondage 2. Coupe stratigraphique sud. Dessin Ch. Gaudillère. a : humus (horizon Ah du sol actuel) ; b : sables moyens (colluvionnement) ; c : sables moyens à fin, (foyer/niveau d’incendie, période néolithique) ; d : sable limoneux (sommet d’un sol enfoui, occupation mésolithique) ; e : sable fin (occupation mésolithique avec foyer) ; f : sables avec blocs altérés (dépôt morainique).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-6.png
Fichier image/png, 115k
Titre Fig. 7. Vue du sondage 1 sur la colline du Burgspitz. Photo A. Benkert.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-7.png
Fichier image/png, 701k
Titre Fig. 8. Burgspitz, sondage 1. Coupe stratigraphique ouest. Dessin Ch. Gaudillère.
Légende a : humus ; b : humus ancien mal dégradé ; c : limon sableux, fragments de mortier et céramiques (colluvionnement) ; d : limon sableux avec mobilier archéologique (colluvionnement) ; e1, e2 : sables limoneux gravilloneux, charbons et esquilles osseuses (colluvionnement) ; f : sable limoneux avec cailloutis, sans mobilier, (remblai artificiel) ; g : limon gras charbonneux (occupation du début du Bronze moyen) ; h : limon sableux avec rares charbons et esquilles osseuses, fragments de céramique (colluvionnement, début du Bronze moyen) ; i : limon très charbonneux (occupation du Bronze ancien) ; k : sable gravilloneux, quelques pierres roulées (dépôt fluvio-glaciaire) ; m et n : sables limoneux légèrement humifères, mobilier céramique (colluvionnement) ; n : limon sableux légèrement lité (colluvionnement).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-8.png
Fichier image/png, 140k
Titre Fig. 9. Burgspitz, sondage 1. Jarres de l’âge du Bronze. Dessin Ch. Gaudillère.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-9.png
Fichier image/png, 158k
Titre Fig. 10. Hopschensee. Diagramme palynologique général (2004).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-10.png
Fichier image/png, 547k
Titre Fig. 11. Hopschensee. Diagramme palynologique (2004). Séquence 5000-2000 BC.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/344/img-11.png
Fichier image/png, 416k

Auteurs

Musées cantonaux du Valais, Sion

Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne

Institut für Pflanzenwissenschaften und Oeschger Zentrum für Klimaforschung, Universität Bern

Institut für Pflanzenwissenschaften und Oeschger Zentrum für Klimaforschung, Universität Bern

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access