Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Glossaire

Texte intégral

ACIÉRÉ  : se dit des outils dont la partie active a été dotée d’un apport de fer enrichi en carbone.

ACROTÈRE  : socle disposé au sommet et à parfois à chacune des extrémités d’un fronton ou d’un pignon et portant le plus souvent un ornement.

AFFLEUREMENT  : zone rocheuse accessible à l’air libre susceptible d’être exploitée en carrière à ciel ouvert convenant à la production de pierres de taille.

ANATHYROSE  : surface de contact entre deux pierres en œuvre.

ANGLARS  : terme qui apparaît dans les statuts municipaux de Marseille et qui pourrait désigner des pierres d’angle. Leur module n’est pas donné.

AGRÉGAT  : provient de l’union d’éléments originellement distincts (graviers, sables…).

ALVÉOLISATION  : maladie de la pierre qui se manifeste par la présence d’alvéoles à la surface de l’épiderme.

ANGULARES  : terme lié aux pierres de construction qui apparaît dans les statuts municipaux de Marseille. Il s’agirait d’éléments de chaînage d’angle dont le module donné est de 50 x 25 x 12,5 cm minimum.

APPAREIL  : type de taille et d’agencement des éléments d’une maçonnerie. Un bloc est dit en grand appareil quand il mesure au minimum 70 x 50 cm. Néanmoins nous avons considérés ici les blocs de grand appareil comme étant de longueur supérieure à 80 cm, en raison de la tendresse de la roche. Les blocs de petit appareil sont ordinairement ceux qui sont inférieurs ou égaux à 30 x 15 cm, et le moyen appareil se situe entre les deux autres. Comme dans le cas du grand appareil, le choix a été fait ici en raison de la nature du matériau de classer les blocs de module égal ou inférieur à 50 x 25 cm dans le petit appareil, et les blocs qui lui sont compris entre cette dernière valeur et 80 x 50 cm dans la catégorie du moyen appareil. Ce choix est largement conditionné aussi par les observations faites sur l’utilisation du calcaire de La Couronne.

ARC  : membre architectonique franchissant un espace en dessinant une ou plusieurs courbes. Dans l’architecture ancienne, l’arc est composé de claveaux.

ARCADE  : baie libre faite d’un arc reposant sur deux piédroits, des piliers ou des colonnes partant du sol.

ARC EN PLEIN CINTRE  : cet arc est composé d’une clef au sommet et centre, de claveaux, de sommier au dessus de l’imposte et repose sur deux piédroits.

ARC BRISÉ  : arc à deux branches concaves se rejoignant en pointe. Il est composé de claveaux sans clef de voûte.

ARCHITRAVE  : partie inférieure d’un entablement, linteau ou plate-bande, reposant directement sur les supports.

ARRIÈRE-VOUSSURE DE MARSEILLE  : petite voûte concave, segmentaire, à base plein-cintre.

ATLANTES  : statue virile servant de support vertical. On trouve aussi des CARIATIDES  : support féminin.

AUTEL  : table destinée à la réception des offrandes, à la célébration des sacrifices à la divinité. Dans le christianisme, il s’agit de la table où l’on célèbre l’eucharistie.

BALANES  : petits crustacés d’une espèce vivant dans une zone ou prédomine une alternance exondation- inondation.

BANC DE CARRIÈRE  : strate rocheuse bien délimitée au-dessus et au-dessous par un joint de stratification ou par un changement de nature de la roche.

BARDAGE  : opération de manutention des blocs de pierre sur le sol ou les murs en construction.

BARD  : appellation d’un type de bloc correspondant à une dalle et fréquemment mentionné dans la documentation d’archive moderne.

BAR DE FIOC  : terme trouvé dans la documentation d’archive de la foin du Moyen age et semblant désigner une dalle sans que l’on puisse apporter plus de précisions.

BASALTE  : roche grenue d’origine magmatique.

BASE  : pied d’un support vertical formé le plus souvent de moulures.

BAS-RELIEF  : sculpture adhérant à un fond dont elle se détache en faible saillie.

BÂTIÈRE  : élément à deux versants. On trouve dans cette étude des chaperons et des couvercles de sarcophages en bâtière.

BATTIPORTA  : terme lié aux pierres de construction qui apparaît dans les statuts municipaux de Marseille. Il pourrait correspondre au «  bâti des portes  » c’est à dire aux pierres utilisées pour construire les contours de portes, ou encore à des piédroits de module 62,5 x 50 x 12,5 cm.

BIOCLASTIQUE  : s’applique aux roches sédimentaires composées pour une bonne part d’organismes appelés bioclastes. Ce terme regroupe tout élément fossile, entier ou fragmentaire, d’origine animale ou végétale ayant été transporté ou non. S’applique particulièrement aux débris de fossiles à tests carbonatés.

BIODÉGRADATION  : décomposition de la matière sous l’action de champignons ou de micro-organismes.

BIVALVES  : mollusque composé d’une coquille à deux valves.

BORNE  : pierre levée marquant une limite (de propriété souvent).

BOSSAGE  protubérance brute ou taillée sur le nu d’une pierre de taille. Ils ont souvent un effet décoratif. On trouve par exemple le bossage en pointe de diamant, c’est à dire que les blocs sont taillés en pyramide.

BOUTISSE  : élément de construction dont la plus grande dimension est placée dans l’épaisseur du mur et qui présente une de ses extrémités en parement.

BRAZONETUS  : terme utilisé dans les statuts municipaux de Marseille pour le commerce des pierres, et dont la fonction architecturale n’a pu être définie. Son module est de 37,5 x 37,5 x 25 cm.

BRAZONI  : terme utilisé dans les statuts municipaux de Marseille pour le commerce des pierres, et dont la fonction architecturale n’a pu être définie. Son module est de 62,5 x 37,5 cm.

BRAZONUS  : terme utilisé dans les statuts municipaux de Marseille pour le commerce des pierres, et dont la fonction architecturale n’a pu être définie. Le module de ce bloc est de 62,5 x 50 x 12,5 cm.

BRUT  : bloc extrait n’ayant reçu aucun dégrossissage et aucune préparation des surfaces.

BRYOZOAIRES  : organismes marins constructeurs vivant en colonies.

BUGET  : terme désignant un type de bloc que l’on trouve au XVIIe s.  ; et qui mesure 75 x 37,5 cm. Sa hauteur est probablement de 25 cm. Cette appellation existe également à la fin du Moyen Age.

BURDIGALIEN  : étage géologique de l’ère cénozoïque, système tertiaire, série Miocène, d’âge compris entre 15,8 et 20,3 millions d’année.

CABASSUDA  : appellation d’un type de bloc évoqué dans les statuts municipaux de Marseille et peut être destiné à recevoir un bossage. Son module est de 62,5 x 37,5 x 25 cm.

CAIRADO  : terme utilisé dans l’acte de commande des blocs de l’église de La Seyne sur Mer au XVIIe s. et dont la sonorité rappelle fortement l’appellation marseillaise QUEYRADE au XIXe s. Le cairado se décline en deux modules  : 75 x 50cm et 75 x 75 cm. La Hauteur d’assise est supposée être de 25 cm.

CALCAIRE  : roche sédimentaire carbonatée contenant au moins 50 % de calcite (carbonate de calcium) pouvant être accompagnée de dolomite (carbonate de calcium et de magnésium), d’aragonite (variété de carbonate de calcium de l’Aragon  : Espagne) et de sidérite (FeCO3). Les carbonates comprennent calcite, dolomite et aragonite.

CALCIN  : dépôt fin de carbonate de calcium.

CAPILLARITÉ : étude du comportement des liquides dans la roche.

CARA  : terme lié aux pierres de construction qui apparaît dans les statuts municipaux de Marseille. Aucune définition n’a été trouvée mais dans le glossaire de P. Bernardi (Bernardi 1995, p 457) il fournit l’appellation «  Quar  » ou même «  quarreau  » qui correspondent à des éléments équarris pour la ville d’Aix en Provence. «  Cara  » signifie en latin face, ce qui laisse supposer qu’il s’agit d’un bloc dont une face est visible, ce qui pourrait rejoindre la définition du quarreau de Bernardi, un bloc équarri. Le module de ce bloc, donné en 1350, est de 50 x 1 «  torni  » x 25 cm.

CARRIER  : spécialiste de l’extraction en carrière et du dégrossissage des matériaux.

CARRIÈRE A CIEL OUVERT  : on appelle carrière à ciel ouvert un gisement dont l’exploitation a été faite en plein air, par opposition aux carrières souterraines, dans lesquelles l’exploitation se fait sous galeries.

CHAMBRANLE  : encadrement d’une fenêtre, d’une porte ou d’une cheminée.

CHANCEL  : clôture basse en avant du chœur, dans les églises paléochrétiennes.

CHAPERON  : couronnement formé par une surépaisseur plus ou moins mouluré.

CHAPITEAU  : élément qui forme le sommet d’une colonne ou d’un pilier. Il est constitué d’un corps et d’un couronnement.

CHÈVRE  : engin de levage.

CIMAISE  : corps qui couronne une corniche et comprenant une moulure principale entre des moulures secondaires. Beaucoup de corniches ne sont en fait composées que d’une cimaise.

CIMENT  : matière qui lie entre eux les éléments constitutifs d’une roche. Il remplit les espaces intergranulaires et correspond à une précipitation chimique plus ou moins cristallisée, de calcite, silice, oxydes de fer….

CIPPE  : petite stèle funéraire ou votive, en forme de colonne courte ou de pilier quadrangulaire toujours ornée d’une inscription.

CLAVEAU  : chacune des pierres en forme de coin qui s’appuyant les unes contre les autres constituent une plate-bande, un arc ou une voûte.

CLEF : claveau central d’un arc, d’une voûte qui bloque les autres pierres dans la position voulue.

COEFFICIENT D’IMBIBITION  : il s’agit de la quantité d’eau dont le matériau peut s’imbiber.

COEFFICIENT DE TAILLE  : il est calculé sur le temps de taille de divers échantillons et déterminé sur une échelle allant de 1 (pierre très tendre) à 14 (pierre froide).

COIN  : outil métallique en forme de prisme que l’on place dans des emboîtures ou une encoignure et que l’on percute à l’aide d’une masse. L’onde engendrée par cette action permet de déloger le bloc du substrat.

COLONNE  : support architectural vertical composé d’un fût dont la section est soit un cercle soit un polygone régulier à plus de quatre côtés et généralement d’une base et d’un chapiteau. La colonne engagée est construite dans un mur et apparaît comme noyée dans ce mur.

CONGLOMÉRAT  : roche sédimentaire détritique formée pour 50 % de débris de roches de dimension supérieure à 2mm liées par un ciment. Adj.  : conglomératique.

CORNICHE  : ensemble des moulures en surplomb les unes sur les autres qui constituent le couronnement d’un entablement, d’une façade, d’un piédestal…

COURONNEMENT  : élément décoratif plus long que haut qui garnit la partie supérieure d’une façade de bâtiment.

CUVELAGE  : revêtement destiné à rendre étanche la structure.

DÉBITAGE  : action de débiter des blocs. On parle de débitage en série lorsque l’on extrait des blocs de module similaire dans l’emprise d’une même saignée.

DÉCHETS D’EXTRACTION  : éclats produits par la fracturation des matériaux au moment de l’extraction.

DÉCHETS DE TAILLE  : éclats plus ou moins gros selon le type de matériaux produits au moment de la taille. Dans le cas du calcaire de La Couronne, on les distingue des déchets d’extraction par leur plus petite dimension et la poussière que ce travail produit en quantité importante.

DÉCOUVERTE  : matériaux superficiels qui forment la couche supérieure d’une formation et qu’il faut enlever pour atteindre la bonne pierre de taille massive.

DÉLIT  : une pierre est en délit lorsqu’elle est placée perpendiculairement au sens naturel de la sédimentation.

DENSITÉ  : rapport de la masse de la roche à son volume apparent, vides compris.

DÉSAGRÉGATION SABLEUSE  : maladie de la pierre qui se manifeste par une décohésion du matériau et un aspect pulvérulent crayeux de la surface de la pierre.

DESQUAMATION  : maladie de la pierre qui se manifeste une perte de matière par plaque en surface.

DESSICCATION  : élimination de l’humidité d’un corps.

DÉTOURER  : action de délimiter par le creusement de tranchées le contour du bloc que l’on souhaite extraire. On isole ainsi ses quatre côtés.

DÉTRITIQUE  : roche formée en totalité ou en partie de débris.

DIACLASE  : ce terme est utilisé pour désigner le moment au cours duquel une roche se fend, sans éloignement des parties ni remplissage de l’espace.

DRESSER  : syn. tailler.

ECHINODERMES  : organismes marins de la famille des oursins.

ÉDICULE  : couronnement imitant une petite construction.

EMBOÎTURES  : logements creusés à la base du bloc pour y disposer les coins et permettre par percussion de l’arracher du substrat. Les emboîtures sont le plus souvent de forme triangulaire ou rectangulaire. On en utilise toujours plusieurs pour un seul bloc.

ENCOIGNURE  : elle a la même finalité que l’emboîture à la différence qu’un seul logement, long, est creusé et que l’on y dispose plusieurs coins.

ENDUIT  : couche de mortier utilisée soit pour dresser un mur soit pour le peindre.

ENTABLEMENT  : couronnement horizontal d’un ordre d’architecture composé d’une corniche qui surmonte une frise ou une architrave, parfois les deux.

ÉPANNELAGE  : ébauche des moulures et sculptures destiné à approcher la forme finale.

ÉPROUVETTE  : morceau de roche qui va être soumis à différents essais pour en déterminer les caractéristiques.

ÉQUARRISSEMENT  : ÉQUARRIR. Opération visant la mise d’équerre plus ou moins sommaire des six faces d’un bloc.

ESCOUDE  : variété traditionnelle très commune de pic d’extraction servant à creuser des tranchées étroites dans les masses de pierre, excepté pour les roches dures.

EYGUIE  : terme employé dans l’acte de commande des blocs pour la construction de l’église de La Seyne sur Mer au XVIIe s. le module est de 100 x 75 cm pour une hauteur non communiquée, probablement voisine de 25 cm.

FACIÈS  : ensemble des caractéristiques pétrographiques ou paléontologique d’une roche.

FONDATION  : partie inférieure d’une construction, cachée dans le sol ou l’eau.

FORAMINIFÈRES  : organismes marins unicellulaires à coquille.

FOND DE CARRIÈRE  : sol de la carrière ayant, dans le cas d’une bonne conservation, conservé en négatif le réseau d’extraction, et parfois des blocs détourés mais non extraits. Sur ce dernier s’inscrivent la plupart des traces archéologiques du travail en carrière.

FONT  : source en provençal.

FRISE  : partie de l’entablement, décorée, comprise entre l’architrave et la corniche.

FRONT DE CARRIÈRE  : paroi approximativement verticale limitant l’extension maximale de la carrière.

FRONT DE TAILLE  : petite paroi verticale limitant temporairement l’arrêt de l’extraction en cours au sein d’une exploitation.

FRONTON  : couronnement à tympan, et cadre mouluré.

GÉLIVITÉ  : comportement d’un matériau en présence de gel.

GLISSIÈRE  : creusement pratiqué dans le substrat et destiné à guider les roues d’un chariot ou d’une charrette. La découverte de glissières permet d’attester la présence d’une ancienne voie de circulation terrestre.

GRAFFITO  : représentation figurative incisée sur la paroi d’une carrière.

GRASO  : terme utilisé dans l’acte de commande des pierres pour la construction de l’église de La Seyne sur Mer (Var) au XVIIe s. et dont la sonorité rappelle l’appellation médiévale GRAZA. Le «  graso  » se décline en deux modules assez proches des modules médiévaux  : 100 x 37,5 cm et 125 x 37,5 cm, la hauteur d’assise n’est pas communiquée, on la suppose donc usuelle (25 cm  ?).

GRAZA  : terme apparaissant dans les statuts municipaux de Marseille en 1350 et qui semble désigner une dalle ou marche d’escalier. Le module de ce bloc est de 100 x 37,5 x 12,5 cm.

GRÈS  : roche sédimentaire détritique composée à 85 % de grains de quartz plus ou moins arrondis. Adj.  : gréseux.

HAUT-RELIEF  : relief dont les figures sont fortement saillantes et presque indépendantes du fond.

HAVAGE  : tranchée étroite creusée surtout perpendiculairement au sol et au front de carrière pour isoler la pierre du substrat.

IMPACT  : trace de la partie active de l’outil sur la pierre.

JOINT DE STRATIFICATION  : nette séparation vide ou terreuse entre deux bancs de carrière.

JOINT VIF  : joint d’épaisseur presque nulle selon la définition de J.-C. Bessac, mais employé dans cette étude pour désigner les blocs appareillés sans aucun joint, par simple contact des faces.

KARSTIQUE  : calcaire attaquée par l’eau s’infiltrant dans les fissures et formant des poches.

LAISSE DE CARRIÈRE  : dans une carrière, il s’agit de la zone inexploitée, souvent assez haute et étroite, abandonnée la plupart du temps suite à l’identification d’un défaut important de la roche.

LAMELLIBRANCHE  : synonyme de BIVALVE. Mollusques typiquement à symétrie bilatérale, protégés par une coquille calcaire formée de deux valves.

LAPIS DUPPLEX  : syn. TUVER. Terme désignant vraisemblablement une pierre double dont le module fournit par les statuts municipaux de Marseille est de 37,5 x 25 x 25 cm.

LAUZA MAGNA  : terme utilisé dans les statuts municipaux de Marseille et désignant une grande dalle, s’apparentant au terme BARD, de module 100 x 50 x 62,5 cm et deux doigts.

LAUZETA DE TERRASSA  : terme utilisé dans les statuts municipaux de Marseille en 1350, vraisemblablement pour désigner de petites dalles de module 62,5 x 50 x hauteur usuelle (25 cm  ?).

LIT D’ATTENTE  : face supérieure de la pierre qui va servir d’appui à un nouveau bloc.

LIT DE CARRIÈRE  : sens naturel de la sédimentation des pierres même lorsque celle-ci n’est pas bien horizontale en carrière.

LIT DE POSE  : face inférieure de la pierre qui va venir reposer sur la face d’un bloc déjà en place.

LITHOSTRATIGRAPHIQUE  : caractère stratigraphique fondé essentiellement sur les différences de nature entre les bancs de carrière.

MARTEAU TAILLANT  : outil à percussion lancée doté de deux tranchants droits à chaque extrémité et parallèles au manche. Il est utilisé pour rectifier la surface en enlevant les irrégularités et excédents et pour dégrossir des blocs.

MATRICE  : géol. Partie d’une roche qui englobe les éléments de grande taille.

MÉLOBESIÈES  : famille d’algues marines rouges.

MICRITE  : calcite finement cristalline qui constitue la totalité ou une partie de certaines roches (adj. MICRITIQUE).

MIEIA GRAZA  : désignation d’un type de bloc dans les statuts municipaux qui correspond vraisemblablement à une demi dalle de 62,5 x 25 et 2 doigts x 25 cm et deux doigts.

MILLIARIO  : terme employé dans les statuts municipaux de Marseille pour désigner un bloc dont la fonction exacte n’a pu être déterminée. Il pourrait s’agir ou d’une borne ou d’un élément de colonne. Son module est de 25 cm x un «  torni  ».

MODULE  : mesures arbitraires et souvent approximatives données aux blocs afin de pouvoir communément pré-fabriquer des pierres de construction en série. Le terme concerne aussi des parties d’architecture et leurs rapports précis entre eux.

MOELLON  : pierre de petite dimension brute ou à peine dégrossie.

MOLASSE  : formation sédimentaire détritique. Adj.  : molassique.

MONOLITHE  : élément constitué d’une seule pierre.

MORTIER  : mélange d’eau, de chaux et d’agrégat, destiné à faire adhérer les matériaux entre eux.

MOULURATION  : ensemble des profils d’un corps de moulures.

MOULURE  : ornement allongé et dont toute ligne d’architecture est exprimée par le relief.

MUR GOUTTEREAU  : mur extérieur sous les gouttières ou les chéneaux d’un versant de toit.

ŒUVRE (EN)  : matériaux en place dans une construction.

OGIVE  : arc diagonal de renfort bandé sous la voûte gothique dont il facilite la construction et dont il reporte la poussée vers les angles.

ORNIÈRES  : traces imprimées dans le substrat par le passage des roues d’un chariot ou d’une charrette permettant d’identifier la présence d’une ancienne voie de circulation.

OSSORIUM  : terme utilisé au XV e s. dans plusieurs actes notariés, pour désigner un type de blocs acheté dont le module correspond à celui de l’ursonus de 1350 et du queyron moderne (62,5 x 25 x 25 cm).

OSSORS  : syn. OSSORIUM.

PANNERESSE  : pierre de taille (ou brique) d’un mur ayant une de ses faces longues en parement. Synonyme de carreau.

PAREMENT  : face extérieure et apparente d’un ouvrage de maçonnerie. (Convient aussi à la menuiserie).

PASTOUIRES  : terme utilisé pour désigner les pierres ramassées dans les carrières, gisantes ou brutes.

PAUMELLE  : cale en bois ou en fer, utilisée pour bloquer les coins pendant l’extraction. On utilise deux paumelles par coin.

PERCUSSION LANCÉE (outil à)  : ensemble des outils ne nécessitant aucun autre outil pour être actifs. On trouve dans ce groupe les pics, les marteaux (taillants, têtu, grain d’orge) ou encore la boucharde.

PERCUSSION POSÉE (outil à)  : ensemble des outils que l’on pose sur le matériau pour le travailler. Ils peuvent être à percussion posée avec percuteur, comme c’est le cas du ciseau ou de la gouge, que l’on percute avec une massette, ou sans percuteur, comme les racloirs, chemin de fer… que l’on passe en surface de la pierre.

PERCUTEUR  : ensemble des outils utilisés pour frapper sur un autre, tels que la massette ou le maillet.

PEYRERON  : syn. CARRIER.

PIC DE CARRIER  : outil emmanché dont la partie active est dotée d’une pointe ou d’un tranchant à chaque extrémité et qui permet l’isolement périmétrique du bloc.

PIÉDROITS  : chacune desparties latérales verticales qui supportent la naissance d’un arc.

PIERRE DE TAILLE  : pierre destinée à faire partie intégrante d’une construction dont les éléments sont assemblés en fonction de la place qu’ils occupent dans le bâtiment.

PILASTRE  : membre vertical formé d ‘une faible saillie rectangulaire d’un mur, généralement muni d’une base et d’un chapiteau similaires à ceux de la colonne.

PILIER  : support vertical dont le corps a un plan massé quelconque. Le terme pile sera employé plutôt pour désigner un pilier massif.

PINCE DE CARRIER  : longue barre de fer forgée en coin à son extrémité et que l’on utilise pour faire levier. Il est souvent employé au moment du bardage.

POROSITÉ  : rapport du volume des vides d’une roche à son volume total.

POUDINGUE  : roche sédimentaire détritique formée à 50 % d’éléments arrondis (galets) de diamètre supérieur à 2 mm liés par un ciment.

PUNCTIFORME  : trace sous forme de points.

QUARTIER  : appellation d’un type de pierre de taille que l’on trouve au XVIIe s. et qui se décline en trois modules. 100 x 62,5 x 25 cm  ; 100 x 50 x 25 cm et 125 x 50 x 25 cm. On trouve au XV e s. le CARTIER.

QUEYRADE  : CAIRADE- QUEIRADE. Module fréquemment utilisé au XIXe s. 62 x 50 x 32-33 cm.

QUEYRADETTE  : module fréquemment utilisé au XIXe s. 62 x 50 x 22-26 cm.

QUEYRON  : QUEIRON. Module le plus fréquemment utilisé dans les actes notariés pour désigner un bloc de pierres de taille de 62 x 25 x 25 cm, commercialisé particulièrement aux époques moderne et contemporaine. Il correspond à une appellation plus récente de l’ursonus et de l’ossorium, qui sont de même module, mais le terme est employé au Moyen Age. Les pierres de taille de la Couronne sont vendues par cent de queyrons.

RELIQUAIRE  : caisson, ici en pierre, destiné à recevoir les reliques.

RONDE-BOSSE  : sculpture développée en trois dimensions.

SAIGNÉES  : syn. TRANCHEES. Creusement appliqué autour du bloc que l’on veut produire qui présente le plus souvent une largeur comprise entre 5 et 20 cm pour une profondeur équivalente à celle du gabarit du bloc souhaité. La saignée est effectuée à l’aide d’un pic ou d’une escoude. Sa trace se repère aisément sur le terrain par l’empreinte qu’elle laisse sur le fond de carrière, en raison des nombreux impacts laissés par la chute de l’outil sur le substrat.

SCIMAS  : terme lié aux pierres de construction qui apparaît dans les statuts municipaux de Marseille. Aucune définition n’a été trouvée. Toutefois dans le glossaire de P. Bernardi, il donne pour l’époque gothique à Aix en Provence l’appellation «  SIMAS  » ou «  SIMASSE  » pour les cimaises. Il s’agit probablement du même mot. Le module donné par les statuts est de 50 x 25 x 12,5 cm.

SÉDIMENTAIRE  : roche formée par accumulation de débris organiques et minéraux, en milieu marin, lacustre ou fluvial.

SOCLE  : massif surélevant un support.

SOMMIER  : claveau qui se pose le premier dans la construction d’un arc ou d’une voûte, sur les piédroits.

SPARITE  : calcite spathique (minéraux à faces cristallines nettes) à cristaux de taille supérieure à 10µm.

STÈLE  : monument monolithe verticale, généralement funéraire et orné.

STRATIFICATION  : disposition des bancs de carrière ou des variétés de pierre par couches superposées.

SUBSTRAT  : abréviation de substratum, terme général désignant la roche principale qui apparaît au-dessous du sol humifère, lorsque ce dernier existe.

SULFIN  : syn. SULFOCALCIN. Il s’agit de la croûte noirâtre qui se forme sur le parement et qui empêche la migration vers l’extérieur. A l’inverse du calcin elle ne protége pas la pierre mais favorise l’apparition d’altérations.

TAMBOURS  : assises monolithes cylindriques que l’on assemble pour former une colonne.

TARRON  : TARREN, TARRAU. Terrain en provençal.

TECTONIQUE  : étude et fonctionnement des déformations naturelles des roches, après leur formation.

TOUT-VENANT  : pierres et cailloux quelconques généralement inutilisables comme pierre de taille.

TRANCHÉES  : syn. SAIGNÉES.

TRANSGRESSIF  : syn. Séquence. Ensemble des niveaux sédimentaires de natures différentes se succédant dans un ordre déterminé.

TRAVERTIN  : syn. TUF CALCAIRE. Roche sédimentaire continentale calcaire à aspect concrétionné.

TROU DE LEVAGE  : trou creusé destiné à recevoir un outil de préhension pour pouvoir le soulever.

TYMPAN  : surface comprise entre le linteau et les deux rampants ou l’arc d’un fronton  ; paroi qui clôt l’arc des portails romans et gothiques.

URSONUS  : terme lié aux pierres de construction qui apparaît dans les statuts municipaux de Marseille. Il s’agit d’un bloc normalisé équivalent du QUEYRON. Il se décline vraisemblablement sous trois modules. Le premier mesure 62,5 x 25 x 25 cm, le deuxième 50 x 50 x 25 cm et le troisième 75 x 75 ou 25 x 25cm.

VACUOLAIRE  : se dit de la structure d’une roche montrant des petites cavités, dues à la présence de bulle de gaz ou à la dissolution de certains de ses éléments.

VOÛTE  : ouvrage de maçonnerie cintré couvrant un espace entre des appuis et formé généralement d’un assemblage de claveaux qui s’appuient les uns sur les autres. Il existe les voûtes en berceau, d’arêtes en plein cintre, d’ogives.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search