Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Annexes

Texte intégral

Document 1. Statuts municipaux de Marseille. Pernoud 1949, p. 241, article 63, De lapidibus

1Ad evitandas fraudes et machinationes que huc usque comisse sunt in commercio lapidum qui vendentur civibus et habitatoribus Massilie, pro communi et ùtilitate duximus a modo statuendum quod omnes et singuli lapides, qui a modo aportabuntur ad hanc Massilie civitatem vel ejus territorium venales de peireria Columpne seu de quocumque alio loco, sint a modo de bona et sufficienti fuerint lapidea materia, ad cognitionum et arbitrium illorum proborum virorum extimatorum parietum nunc et pro tempore successive constituendorum in predicta civitate vicecomitali Massilie, destruantur seu diruantur. Et Nichilominus precium inde pro eisdem lapidibus soluturum ille vel etiam illis qui predictos lapides sic ut prefertur insufficientes emerint per venditorem eorum lapidum restituantur protinus et integre. Et insuper quod nullus lapicida (lapicide) seu operarius lapidis operetur seu edificet de dictis insufficientibus lapidibus ut premittitur nec etiam operari seu etiam edificari faciat. Quod si dictus operarius faceret, hoc presenti statuto compellatur ad restitutionem dampni dati pro edificio, sicut premittitur de insufficientibus lapidibus facto, dampnum passo pro edificio prelibato.

2Item statuimus similiter et firmiter observandum quod omnes et singuli lapides infrascripti, qui vendentur in predicta civitate vel ejus territorio deinceps, sint de mensuris, formis et conditonibus singulis inferius expressatis, et vendi debeant precio seu preciis ut specificaliter et capitulatim inferius subsequitur, et aliter non videlicet debeat esse quilibet ursonus 2 palmorum canne et medii in longitudinis et 1 palmi in alto et lecto, ad minus.

3Item lapides angulares vocati debeant esse 2 palmorum in longo et 1 palmi in alto et capite, et in cauda medii palmi ad minus.

4Item lapides vocati de cara debeant esse 2 palmorum in longitudine et 1 palmi in alto ad minus, et 1 torni de lecto.

5Item quod 2 lapides vocati de cara debeant dari pro uno ursono.

6Item lapis vocatus battiporta debeat dari pro uno/ursono et quod battiporta debeat esse in longo 2 palmorum et medii, et in amplo 2 palmorum et in spissitudine medii palmi largi.

7Item lapis vocatus vulgariter lauzeta de terrassa debeat esse longitudine 2 palmorum et medii, et in amplo 2 palmorum et quod dicta lauzeta vendendo debeat dari pro uno obolo minus quam battiporta prescripta, et quod dicta lauzeta sit de solita spissitudine.

8Item quod 2 lapides vocati scimas vendendo debeant dari precio dicte battiporte et quod dictus scimas debeat esse ad minus in longo 2 palmorum et la spicitudine ad minus medii palmi et debeat esse de lecto 1 palmi et 4e parti palmi canne.

9Item quod lapis vocatus brazonetus debeat esse in alto ad minus 1 palmi canne et in longitudine et amplitudine, scilicet quadrative 1 palmi et medii, et quod dictus brazonetus debeat dari seu vendi tantum precio 1 ursoni 2 palmorum et medii longitudinis.

10Item quod lapis vulgariter vocatus cabassuda debeat esse in longitudine ad minus 2 palmorum et medii, et in alto 1 palmi, et in capite grossiori 1 palmi et medii, et in capite minori medii palmi, et dicta cabassuda debeat dari seu venditantum precio 1 ursoni 2 palmorum et medii longitudinis.

11Item 3 lapides vulgariter appellati anglars debeant dari pro 2 ursoni.

12Item lapis brazoni debeat esse in longitudine 2 palmorum canne et medii et in lecto 1 palmi et medii ; et ille brazonus debet vendendo dari pro ursono et medio vel ejus precio.

13Item dictus brazonus debeat esse in longitudine 2 palmorum et medii et in lecto 2 palmorum et in alto unius palmi canne, et debeat dari pro 2 ursonis.

14Item lapis vulgariter dictus graza (grès) debeat esse in longo 4 palmorum et in lecto 1 palme et medii ad minus, et in alto medii palmi et debeat dari pro 2 ursonis.

15Item lapis vocatus vulgariter mieia graza debeat esse in /longo 2 palmorum et medii ad minus, et in lecto 1 palmi et dimidii, et talis lapis debeat esse quadrate ab utra(s)que parte, et quod etiam 3 tales lapides debeant dari vendendo pro 2 ursonis, seu etiam pro precio eorumdem.

16Item lapis vocatus lauza magna debeat esse 4 palmorum ad minus in longo, et in amplo 2 palmorum et medii, et in spicitudine medii palmi et 2 digitorum, et quod talis lauza debeat dari vendendo precio 4 ursonorum.

17Item ursonus, longitudinis 2 palmorum canne, et lecti, et altitudinis 1 palmi debeat dari vendendo minus 1d. quam ursonus longitudinis 2 palmorum et medii non vendetur.

18Item ursonus, longitudinis 3 palmorum, et lecti et altitudinis 1 palmi debeat vendi tantum 1 d. quam dictus ursonus 2 palmorum et medii longitudinis non vendetur.

19Item quod lapides vocati vulgariter de cara et scimas debeant signari in capitibus tantum et non alibi, et si alibi signarentur seu reperirentur signati, auctoritate presentis hujus statuti decernimus quod ab illo seu ab illis qui eos in capitibus (non) signatos vendant amittantur, et amissi seu comissi sic operi ecclesie beate Marie de Acuis civitatis predicte totaliter applicentur.

20Item lapides duppli vocati vulgariter de tuver debeant esse longitudinis ad minus unius palmi et medii et altitudinis et lecti unius palmi et quod non debeant esse de minori forma predicta et quod debeat esse ad voluntatem emptoris vel etiam emptorum ipsorum lapidum accipere dictos lapides ad numerum vel etiam per duodecim cannas milliarium.

21Item quod lapides de milliario debeant esse in longo et lecto unius palmi et in alto unius torni et quod ulterius sit in voluntate emptoris vel etiam emptorum (eosdem) lapides de miliario accipere emendo ad numerum vel etiam per sex cannas quadratas milliarium, et etiam quod lapides predicti de milliario non debeant esse de minori forma proxime dicta.

22Item addimus insuper similiter et firmiter perpetuo observandum quod/peirerii extrahendes lapides vel lapidum extractores de Collumpna seu de quocumque alio loco, extradentes nunc vel in futurum lapides vendibiles in civitates vicecomitali Massilie vel ejus territorio, teneantur promittere et jurare in curia civitatis predicte semel annis singulis attendendi complendi omnia et singula contenta tam la forma proxime precedentis statuti presciptos capitulos continentis quam in forma predicta antiqui statuti alias ut pretangitur facti super lapidibus vendendis in massilia et ejus territorio et se bona sua obligare habita et habenda curie civitatis predicte et ejus statutis factis et faciendis et etiam se supponere perpetuo predictis curie et statutis, prout etiam se supposuerint aliqui certi de predictis extrahendibus et continentur inter cetera quodam documento scripto manu Johannis de Gompnia notarii Massalie publici, sub anno domini millesimo trecentesimo Quinto decimo, indictione tertia decima, ydibus aprilis, hora ipsius diei circa tertiam.

23Item et pari modo hujus presentis forme statuti predictos capitulos continencia vigore jurare teneantur semel annis singulis in dicta curia et ad requisitionem predicte curie venditor lapidum predictorum in Massilia et ejus territorio ut omnia et singula contenta tam in proxime scripta forma precedentis statuti quam in alia predicta forma antiqua inviolabiliter attendat et observet sub omni renunciatione juris et obligatione et cauteli.

24Item tenore presentis statuti duximus ordinandum et perpetuo observandum quod quicumque in civitate Massilie vel ejus suburbiis vendet vel tenebit ad vendendum mensurando calcem, teneat mensuras consuetas et legales videlicet eminam panalam et carteriam, mensurando cum emina ementibus eminam et cum panali ementibus panalam et cum carteria ementibus carteriam ; nec liceat vendentibus pro duabus panalibus mensurare eminam, vel e converso duas panalas per une emina et sic de carteriis scilicet carterias quatuor pro emina neque duas carterias pro panali.

25Afin d’éviter les fraudes et machinations qui en ce lieu furent sans cesse commises dans le commerce de la pierre vendue à la ville de Marseille et à ses habitants, pour la communauté et dans son intérêt nous ordonnons en statuant sur chacune des pierres, qui seront apportées à Marseille ou sur son territoire en provenance des carrières de La Couronne ou de quelque autre lieu, dans la mesure ou elles sont bonnes et auront été jugées comme des matériaux adéquats, pour leur connaissance et leur appréciation, les murs seront examinés, estimés et agrées, et pour les temps à venir, il sera fondé dans la dite ville un comité composé de citoyens de Marseille (qui en jugera). Et néanmoins, après que le prix pour les mêmes pierres soit payé ou encore si les pierres précitées sont délaissées pour être inadéquates (non conformes), les pierres seront renvoyées intégralement et immédiatement vers le vendeur.

26Et de plus, qu’aucun tailleur de pierre ou ouvrier de pierre ne travaille ou construise avec de la pierre dite non conforme, comme il l’aurait annoncé. Que s’il fait lesdits travaux, dans ce lieu, il soit attaqué en justice par les présents statuts, qu’il soit condamné le plus souvent à remettre en état l’édifice de même qu’il a annoncé le fait des pierres non conformes, une condamnation sera déployé pour leur mise en œuvre.

27De même, nous statuons, en surveillant fermement et semblablement, que chacune des pierres inscrites ci-dessous, qui seront vendues dans la ville, mais aussi dans son territoire, seront de mesures, formes et de préparation (conditionnement) particulières, plus bas exprimées, elles devront être vendues au prix comme spécifié sommairement plus bas, et autrement, il va de soi qu’il ne devra pas être suivant n’importe quel ursonus mais suivant celui de 2 palmes canne et demi de longueur et une palme de hauteur et lit au minimum.

28De même, les pierres appelées angulares (d’angle ?) devront être de 2 palmes de long pour 1 palme de haut et de tête et en queue une demi palme au moins.

29De même, les pierres appelées de cara (chère ? de tête ?) devront être de 2 palmes de longueur et une palme de hauteur au moins et de 1 torni (tour) de lit.

30De même, deux pierres appelées de cara devront être données pour un ursonus.

31De même, les pierres appelées battiporta devront être données pour un ursonus et cette battiporta devra être de 2 palmes et demi de long et de 2 palmes de largeur et en épaisseur large d’une demi palme.

32De même, la pierre appelée communément dalle de terrasse devra être de 2 palmes et demi de long et de 2 palmes de large et cette dite dalle vendue devra être donnée pour une obole de moins que la battiporta pré inscrite, et cette dite dalle devra être d’épaisseur habituelle.

33De même, que deux pierres appelées scimas devront être données pour le prix de ladite battiporta et ladite scimas devra être au minimum de 2 palmes de long et son épaisseur d’au moins une demi palme et devra être d’une palme de lit (haut) et 4e parti palme canne.

34De même que la pierre appelée brazonetus devra être d’au moins une palme canne en hauteur et en longueur et largeur, bien entendu quadrative (carrées) de 1 palme et demi et cette dite brazonetus devra être donnée ou vendue au prix de 1 ursonus de 2 palme et demi de longueur.

35De même que la pierre appelée communément cabassuda devra être de 2 palmes et demi de long au minimum et en hauteur d’une palme et en tête grosse de 1 palme et demi, et en tête mineure (plus petite) d’une demi palme, et ladite cabassuda devra être donnée ou vendue au prix d’un ursonus de 2 palme et demi de long.

36De même, trois pierres communément appelées anglars devront être données pour deux ursoni.

37De même, la pierre brazoni devra être de 2 palmes canne et demi de longueur et en lit de 1 palme et demi et devra être vendue pour un ursonus et demi ou son prix.

38De même, ladite brazonus devra être de longueur de 2 palmes et demi de long et en lit de 2 palmes et en hauteur une palme canne et devra être donnée pour deux ursoni.

39De même, la pierre appelée communément dalle devra être de 4 palmes de long et dans le lit d’une palme et demi au moins, et en hauteur une demi palme et devra être donnée pour deux ursoni.

40De même la pierre appelée communément demi dalle devra être de 2 palmes et demi de long au moins et en lit de 1 palme et la moitié et une telle pierre doit être carrée des deux côtés et qu’encore trois pierres telles que celle ci devront être données vendues pour deux ursoni, ou pour leurs prix.

41De même, la pierre appelée grande dalle devra être de 4 palmes au moins en longueur et en largeur 2 palmes et demi et en épaisseur d’une demi palme et 2 doigts et que la dalle de qualité doit être vendue au prix de 4 ursoni.

42De même, l’ursonus de 2 palmes canne et en lit et en hauteur une palme devra être donné vendu 1d. de moins que l’ursonus de 2 palmes et demi de long non vendu.

43De même, l’ursonus de 3 palmes de long et de lit et hauteur de 1 palme devra être vendu 1d. de plus que celui dit ursonus de 2 palmes et demi de long non vendu.

44De même, les pierres appelées communément de cara et scimas devront toutes être marquées sur la tête et non ailleurs, et si il est signé en un autre endroit ou si la signature est repérée, l’autorité de ces mêmes statuts décidons que celui qui ne les a pas signé en tête perdra sa vente, et (les pierres seront) renvoyées soit accompagné, toutes les fois que cela couvrira les prescriptions appliquées aux citoyens de l’église de Notre Dame de la Nativité.

45De même, les pierres doubles appelées communément de tuver devront être de une palme et demi de long au moins et de hauteur et lit d’une palme qui ne devront pas être inférieures à la forme minimale prédite et qui devra être de la volonté de l’acheteur ou même l’acheteur de la pierre lui même disant recevoir de ladite pierre lié au nombre ou encore pour 12 cannes (de mille) ? ? ? ?

46De même que les pierres de borne, colonne ou pierre miliaire (milliario) devront être d’une palme de long et de lit et d’un torni de haut, que après s’il est de la volonté de l’acheteur soit de rectifier les pierres miliaires qu’il vient de recevoir vers un nombre soit pour six cannes carrée de milliaires et encore que les pierres prédites de milliaire ne doivent pas être inférieure à la forme dernièrement dite.

47Nous ajoutons en outre pareillement et fermement continuer d’observer pour cela la pierre extraite en carrière et à La Couronne et dans quelque autre lieu, maintenant extraites et les futures pierres qui se vendent aisément aux citoyens de Marseille ou dans son territoire, en tenant la promesse et jurant dans l’assemblée des citoyens prédites une fois pour chaque année que (les pierres) seront observées attentivement, complètement toute et chacune avec attention, tant dans la forme dernièrement prescrite dans les statuts, que la forme prévue par les statuts anciens autrement dit de la manière qui fut prétendue « de la grande pierre vendue dans Marseille et son territoire » et elle se doit d’être de bon (aspect) et ayant pris soin des prévisions de la ville et ces statuts faits et faisant et continuellement encore elle doit se mettre au pied des consignes des statuts et de l’assemblée, dans la mesure où encore elles se mettent au pied des quelques sortes de prédictions extraites et conservées parmi quelques documents écrits de la main de Johannis de Gompnia notaire public de Marseille, sous l’année 1350, il déclare la (troisième dizaine), de ce mois d’avril, cette heure autour de 10h30.

48De même et pareille manière ces présentes formes prédites sommairement par les statuts du continent, il sera tenu de jurer tenir en vigueur une fois chaque année dans ladite assemblée et vers la réquisition prévue avec soin par l’assemblée de la vente des pierres à Marseille et dans son territoire de manière que tous et chacun appliquent autant les derniers écrits des formes des statuts que toutes les formes prescrites dans les anciens qui ne sont pas respectés et observe tous les serments, renonciations et obligations et défiance.

49De même en continuité des présents statuts ordonnant et observant continuellement que quiconque dans la ville de Marseille ou sa banlieue vend ou est sur le point de vendre des pierres à chaux mesurées, il y a des mesures d’usage et légales il va de soi émine panel et carteria, mesurant avec l’émine eminentibus eminam et avec le panel ementibus panalam et avec cartera ementibus carteriam ; et non pas être vendu pour deux panel la mesure de l‘emine ou en convertissant deux panel pour une emine et ainsi de carteria il va de soi que ce sont quatre carteria pour une émine et non pas deux carteria pour un panel.

Document n° 2. Extraits de documents d’archive évoquant l’usage du calcaire de La Couronne à Marseille entre le XIVe et le XVIe s. (Archives Départementales BdR)

501384, EE 9 f°74, 76
Nolis de 100 ossorium et autres apportés de la Couronne par bateau pour l’œuvre de la Tour du Lauret.

511406, 355 E 61 f°137v°
Contrat de livraison de pierres de la Couronne pour Marseille
« Lapidibus albi… dictis vulgariter ossors longitudinis duorum palmorum et medii et latitudinis et grossitudinis unum plamum precio videlicet septem grossorum et medii pro qualibet duodena posita et conducta in port Coronne ad caricatorum est moris fierim in porto loco Coronne…

52Item de lansis bonis et sufficientibus longitudinis duorum palmorum et grossitudinis et consuete precio unum florenum pro qualibet duodena posita ad predictum caricatorum »

5315 janvier 1407, 355 E 61 f°137v° [Roberty 22 F 69]
Approvisionnement de pierres taillées de La Couronne

541443, 3 B 44 f°111
Déchargement de pierres de la Couronne à la Calade
« Anno que supra [1443] die V febroarii supradictus domini vicarius ad justiciam et requisitionem Raymundi de Moysaco, Petri Olivarii et Radulphi Francisi peyreriorum de Massilia suorum nomine et aliorum peyreriorum civitatis Massilie pertentium pro communi utilitate totius rei presentis civitatis ipsius Massilie precipit et pertinenx Raymundo Arquerii nuncio jurato civitatem Massilie presentis et audienti aceriant ad uxor Raymundus Johannis fusterii quondam et Anthonio Olivarii eius pen de Massilie quorum dicuntur esius barchie portantes in hac civitate Massilie lapides venales de Corona eiusque percipiat ut ipsos lapides discaricare faciat in loco solito in ripa Callate ubi dictim lapides ab antiquo in presentis discaricantur ubi quilibet ipsos lapides emere volentes valeant et non alibi II C in alio loco sub pena .X. libris curis regie tam contrario aplicanda »

558 janvier 1453, 373 E 15 [Fond Roberty 22 F 71]
« Perrinet Sarcleris, tailleur de pierre de Bourgogne habitant de Pernes diocèse de Carpentras vend à Jaume de Passis, clavaire [trésorier] royal 100 cannes carrée de pierres de La Couronne appelées cartiers pour l’oeuvre et ouvrage de la tour du port de Marseille »

563,5 Florins la canne carrée.
12 mai 1496, Notaire Raphael d’Aix 1496-1497, ADBdR Ma. 381 E 161 f°6
Achat de pierres (buges, cayrons, pessas de tres pals et alterius sortis) par Johan Blecherie peyrier de Marseille pour un portique de la maison de Servian située près de la place des Augustins

5730 août 1497, Notaire Raphael d’Aix 1496-1497, a. 381 E 161 f°200
Servian, associé à un autre marinier Anthoni Besson, achète 200 pierres de taille de La Couronne qui seront chargées par barques au port de Carro pour la chapelle, ND de Grâce, fondée par eux dans l’église des Augustins

581501, 378 E 6 f°515
Nolis pour le transport de 15 douzaines de bars de fioc de la Corona a Masselhe par une barque de Berre de 150 quintaux. Nolisée par Giraudus peyrerius.

Document n° 3. Prix fait de l’église de La Cadière, A.C. La Cadière, DD 65

596 juin 1508,

60« (…) L’abside de l’église de la cadière tombe en ruine. Si on ne la refait pas entièrement de haut en bas et si on n’agrandit pas l’église, il fauit s’attendre à de graves inconvénients car l’édifice est en mauvais état et beaucoup trop petit, à tel point que la moitié de la population à peine u peut prendre place aux offices solennels. En conséquence, pour mieux assurer la célébration du culte divin et éviter les inconvénients, les syndics et particuliers de La cadière, au nom de la communauté et des habitants présents et futurs, ont conclu avec maître Peire Gagnot, maçon, habitant de Marseille, un prix fait pour la reconstruction de l’abside et de la sacristie de leur église. Les termes du contrat ont été mis par écrit sur un document présenté à moi, notaire, dont la teneur est la suivante :

61Prix fait de l’abside de l’église Saint André de la Cadière donné à Maître Peire gagnot, maçon de Marseille

62Premièrement, le maçon construira l’abside avec une sacristie contigüe du côté de la Palun (nord) ; cette abside aura trois cannes de long et trois cannes deux pans de large en œuvre ; les murs auront trois pans d’épaisseur et serony soutenus par des ancoules, celles du côté de la rue (au sud) avec des cjaînes d’angle en pierre de taille et les autres, du côté de la maison de monsieur Berthomieu Gayroart (au nord), en blocage de moellons bruts

63Deuxièmement, la voûte sera une croisée d’ogives moulurées en double lancette retombant sur des culots sculptés

64Troisièmement, la clef de la croisée sera faite selon le désir de la communauté

65Quatrièmement, l’arc doubleau mouluré en double bandeau retombera avec les formerets sur des pilastres

66Cinquièmement, l’abside aura deux fenêtres, l’une au sud à remplage, de deux cannes de haut et trois pans de large, l’autre au nord toute simple

67Sixièmement, le maçon fera une porte en pierre froide pour entrer dans la sacristie

68Septièmement, l’abside aura quatre cannes et six pans (de hauteur)

69Huitièmement, pour l’arc triomphal, les ogives et les formerets, qu’il taillera et appareillera comme il faut jusqu’à la clef, le maçon fera venir à ses frais de la pierre de La Couronne jusqu’au débarcadère de la Lèque, où la commaunauté la fera prendre et transporter jusqu’au chantier

70Neuvièmement, la communauté fournira à ses frais sur le chantier tous les matériaux, bois de charpente, chaux, sable et eau

71Dixièmement, le maçon travaillera de ses mains et fournira à ses frais la main d’œuvre

72Onzièmement, le maçon s’engage à réaliser et achever l’ouvrage dans l’espace d’un an à compter du premier août prochain

73Douzièmement, le maçon s’engage à travailler dans les règles de l’art

74Treizièmement, le maçon ira dégrossir à la carrière les moellons d etuf nécessaires pour la voûte de l’abside et la communauté lui donnera pour sa peine 4 florins et fera transporter les moellons jusqu’à l’église

75Quatorzièmement la communauté louera à ses frais une maison pour le logement du maçon

76Quinzièmement, la sacristie sera voûtée en blocage de moellons bruts, et aussi grande que le permettra l’espace situé au nord de l’abside à côté de la maison de monsieur Berthomieu gayroart ; la voute sera enduite

77Seizièmement, la vopute de l’abside sera aussi enduite

78Dixseptièmement, les murs de la sacristie auront quatre pans d’épaisseur depuis le clocher jusqu’à celui de la maison de monsieur Berthomieu gayroart

79Dixhuitièmement, pour la facture de l’abside et dela sacristie, la communauté paiera au maçon la somme de 201 écus ou 603 florins, compris quatre florins pour l’extraction du tuf

80Dixneuvièmement, sur ces six cent trois florins, la comunauté en versera d’entrée 100 au maçon, qui devra fournir une caution suffisante ; le reste de la somme sera payée en versements echelonnés tous les trois mois, au fur et à mesure de l’avancement du chantier (…)

81Fait à la cadière, sur la place devant l’église, en présence de Berthomieu, marin d’Ollioules, Jean Rostan de Brignoles et Claude Jaquet d’Auriol (…) »

829 Octobre 1508

83« (…) Dans l’église paroissiale Saint André, il y a une clef qui, par la vertu de Dieu et de la bienheureuse Vierge Marie et par l’intercession du glorieux Saint André, guérit tous ceux qui ont contracté la rage par la morsure d’un chien ou d’un autre animal, ce qui amène dans l’église à chaque fête de Saint André, une foule de fidèles. Or, comme on l’a déjà exposé dans le premier prix fait, la moitié à peine des paroissiens trouve place dans l’église lors des offices solennels. Si l’on n’agrandit pas l’édifice, l’affluence causera de graves inconvénients. L’espace disponible est très étroit et la seule possibilité qui s’offre est de construire trois chapelles du côté nord et une autre du côté sud entre les ancoules de l’abside.

84En conséquence, pour remédier aux inconvénients prévisibles et agrandir l’église tout en supprimant pour longtemps la nécessité de faire des réparations, les syndics et particuliers de la Cadière, au nom de la communauté et de tous les habitants présents et futurs, ont conclu avec maître Peire Gagnot, maçon, habitant de Marseille, un prix fait pour agrandir l’église après achèvement de l’abside, c’est à dire construire trois chapelles aux endroits ci-dessus désignés. Les termes du contrat ont été mis par écrit sur un document présenté à moi notaire et dont voici la transcription mot à mot :

85Premièrement, le maçon doit faire trois chapelles, deux du côté de la Palun et une au sud, entre les ancoules de l’abside ; les chapelles du côté nord s’ouvriront entre la sacristie et le clocher par deux arcades retombant au centre sur un pilier en pierre froide de trois pans au carré

86Deuxièmement, le maçon construira du côté nord trois arcades, la première tendue entre l’angle de la sacristie et le pilier, la deuxième entre le pilier et l’angle du clocher, la troisième entre le même pilier et le mur nord

87Troisièmement, la chapelle sud s’ouvrira par une arcade tendue entre les deux ancoules de l’abside et assise de part et d’autre sur de pilastres en pierre de La Couronne

88Quatrièmement, pour faire les arcades des chapelles et le piliers et pilastre, la maçon fera venir à ses frais la pierre de La Couronne jusqu’au débarcadère de la Lèque, d’où la communauté la fera transporter jusqu’au chantier

89Cinquièmement, à la Lèque, la communauté mettre à disposition du maçon huit hommes pour décharger chaque barque chargée de pierre de La Couronne destinée au chantier

90Sixièmement, la communauté fournira au maçon sur le chantier tous les matériaux nécessaires, pierre, sable et autres comme pour l’abside

91Septièmement, la communauté paiera au maçon pour la facture des trois chapelles, pilliers et arcades, la somme de 125 florins, dont 25 aujourd’hui, 40 dans huit jours et les reste après achèvement de l’ouvrage (…) ».

9219 Février 1510

93« (…) Comme l’ont assuré les contractants, depuis que l’abside et la sacristie, qui menaçaient ruine, et trois chapelles matérales ont été construites, l’église demeure ouverte à tous les vents et le culte est perturbé par la pluie et les courants d’air, au grand préjudice du respect dû à Dieu.

94Pour remédier à ces inconvénients, les syndics et particuliers de La Cadière, au nom de la communauté et de tous les habitants présents et futurs, ont conclu avec maître Peire Gagnot, maçon, habitant de Marseille, un prix fait pour la construction d’une croisée d’ogives et la couverture des chapelles. Les articles de ce contrat ont été mis par écrit comme suit :

95Prix fait convenu entre la communauté de la Cadière et maître Peire Gagnot pour la croisée et les quatre chapelles de l’église Saint André le 19 février 1510

96Premièrement, le maçon construira une croisée tout de suite après l’abside de plan carré de trois cannes deux pans de côté

97Deuxièmement, cette croisée sera plus haute que [celle de] l’abside de cinq pans c’est à dire que sa clef dépassera celle de l’abside de cinq pans.

98Troisièmement, les piliers ou pilastres de cette croisée seront assis plus bas de deux pans que ceux de l’abside, auxquels ils seront liés, épaulés du côté du Pati par des ancoules et du côté de l’abside par les ancoules de l’abside qui seront rehaussés en conséquence ; Du côté de l’abside, les ogives prendront naissance sur desculots.

99Quatrièmement, le maçon posera sur chaque pilier ou pilastre une imposte bonne et suffisante pour recevoir le départ des ogives

100Cinquièmement, le maçon montera la croisée et les [voûtes des] quatre chapelles jusqu’au niveau de la toiture, qu’il couvrira de tuiles scellées au mortier ; la communauté fera faire à ses frais l’enduit de finition au plâtre et la charpente et mettra à disposition du maçon des manœuvres pour l’aider à poser la couverture

101Sixièmement, le maçon enduira [les voûtes de] la croisée et des quatre chapelles de la même manière que l’abside

102Septièmement, le maçon fera l’arc doubleau semblable à celui de l’abside

103Huitièmement, les piliers ou pilatsres de la croisée seront de pierre froide, comme ceux de l’abside qui reçoivent l’arc triomphal, et l’arc doubleau, les ogives et les formerets, tant de la croisée que des chapelles, seront en pierre de la Couronne

104Neuvièmement, la chapelle de la croisée ouvrira sur la nef par une arcade de l’épaisseur du mur, c’est à dire trois pans ; les chapelles auront chacune quatre formerets et une croisée d’ogives proportionnée à ses dimensions, avec une clef sculptée d’armoiries au choix de la communauté et une petite fenêtre de quatre pans de haut et un pan et demi de large ; les ogives retomberont sur des culots et les voûtes seront enduites comme dessus

105Dixièmement, au dessus de l’arcade d’entrée de la nouvelle chapelle, vers le Pati, le maçon construira une fenêtre à remplage aussi haute que possible, identique à celle qui est au côté sud de l’abside ; du côté du Palun, il n’y aura pas de fenêtre car ce n’est pas nécessaire.

106Onzièmement, Dans la petite chapelle de l’abside, le maçon fera une fenêtre de trois pans de haut et un pan et demi de large ; la voûte de cette chapelle comme celle des autres chapelles sera d’une hauteur proportionnée à l’ensemble de l’édifice

107Douzièmement, à la chapelle contigüe à la sacritie, il y aura une fenêtre de six pans de haut et de même largeur que celle de la sacristie

108Treizièmement, à la chapelle contigüe au clocher, il y aura une fenêtre de trois pans de haut et un pan et demi de large ; toutes les chapelles seront enduites comme dessus.

109Quatorzièmement, la communauté fera démolir et nettoyer à ses frais la place où le maçon bâtira les murs de la croisée et de la chapelle contigüe

110Quinzièmement, la communauté fournira au maçon tus les matériaux nécessaires à l’ouvrage, sauf la pierre de La Couronne, que maître Peire achètera et fera transporter à ses frais par mer jusqu’à la Lèque, où la communauté la fera prendre et transporter jusqu’à l’église, en fournissant en outre huit hommes pour aider au déchargement de chaque barque

111Seizièmement, le maçon extraira lui-même la pierre froide et le tuf qui lui seront nécessaires et la communauté les fera transporter jusqu’à l’église

112Dixseptièmement, la communauté fournira au maçon l’eau nécessaire au chantier, de même que le sable, la chaux, le bois de charpente et tout le reste, excepté la main d’œuvre, que le maçon devra fournir

113Dixhuitièmement, la communauté paiera au maçon pour la facture de l’ouvrage huit cent florins, payables comme suit : tout de suite dix florins ; quinze jours après Pâques prochaines cent florins ; ensuite tus les trois mois cent florins jusqu’à versement total de la somme et achèvement de l’ouvrage

114Dixneuvièmement, le maçon devra réaliser et achever l’ouvrage dans les deux ans qui viennent

115Vingtièmement, la dernière payue ne sera versée ay maçon qu’après achèvement total de l’ouvrage

116Vingtéunièmement, la communauté louera à ses frais une maison pour y loger la maçon et sa famille durant les deux années de son prix fait

117Vingt-deuxièmement, le maçon s’engage à faire l’ouvrage dans les règles de l’art (…) »

Document n° 4. Extrait de Rigaud 2006, pièces justificatives

118Procès entre les habitants de Jonquieres et Honorat Porcelet de Fos : extraits de l’enquête interrogatoire de témoins agés sur le site de Saint-Geniès et de La Couronne

1191545, ADBdR Aix B 1261
f°45v° « (Jehan Lebre marchant 70 ans)

120Et premierement interrogé sur le premier article juste au proces commun feuillet XXXV apres luy avoir esté leu et donné a entendre a dict du contenu en icelluy scavoir qu’il a veu allant de Jonquieres a la Torre de Bouc une maison faicte en sorte de chasteau que s’apelle le chasteau de St Genies lequel chasteau de St Genies est distant de l’Isle du Martegue et aussi de la ville de Jonquieres envyron la VIe partie d’une lieue et dans ycelle n’y a veu jamais aucungs habitans hormis les prebstres que servoient l’eglise de Jonquieres qui soulloient demeurer audict St Genies et venoient servir l’eglise a Jonquieres ainsi que a veu jusques a ce que l’abitacion ou ilz demeuroient dans ledict St Genies a esté ruyné que les prebstres susdicts que faisoient le service dudict audict Jonquieres se sont retirés de tout audict Jonquieres »

121f°48 « (Robert Casteaunou 91 ans)
Et premierement interrogé sur le premier des premiers articles juste au proces commun feuillet XXXV apres luy avoir esté leu et donné a entendre a dict du contenu en icelluy scavoir que a de toute son ancienneté veu allant de Jonquieres a la Tour de Bouc loin une mille ou envyron dudict Jonquieres une tour sive chasteau envyronné de creneaulx dans laquelle tour y a veu aultreffes habiter seullement le seigneur de St Genies et moynes que faisoient le service tant en l’esglise de Jonquieres que a celle que est dans ledict chasteau sans jamais y avoir veul aultres habitans

122Scavoir et avoir veu a la tour du chasteau qui est maintenant de St Genies certaine ruyne de pierres que monstroient que aultreffes y a eu ediffices.

123Sur le VIIe desdicts articles et IIIe des nouveaulx acollés ensemble a luy leu et donné a entendre dict du contenu en icelluy scavoir qu’il a ouy dire a son pere qui luy disoit que avoit ouy dire a ses predecesseurs que a cause de la guerre les habitans que soulloient estre au chasteau de St Genies s’en vont foir les ungs partirent et les aultres parmis qui dessa que della »

124f°48v° « Sur le VIIIe desdicts premiers articles dict du contenir en icelluy apres luy avoir esté donné entendre scavoir que une grand lieue distant du chasteau de St Genies tirant vers midy et aussi distant de la Tour de Bouc une aultre grande lieue y a une petite esglise que s’apelle Nostre Dame de la Couronne la ou appert avoir ruyne de maisons que monstre que aultreffois y a eu habitans

125Sur le IXe desdicts articles dict du contenir et icelluy que le lieu que il a parlé desus s’est tousjours appellé la Couronne et au temps passé se soulloit fere la garde de la mer comme si faict encores au jour d’uy »

126f°51 « (Ollivier Capart 65 ans)
Et premierement interrogé sur le premier des premiers articles juste au proces commun feuillet XXXV apres luy avoir esté leu et donné a entendre a dict du contenu en icelluy scavoir qu’il est une chose notoyre que en allant de Jonquieres a la Tour de Bouc y a en derniere a main gauche pres de l’estang de Courente ung chasteau deshabité lequel n’est gueres loing dudict Jonquieres et de l’isle du Martegue que l’on voict actuellement »

127f°52 « Sur le XIIe et le XIIIe desdicts presents articles acollés avec le IIIIe de nouveaulx a pres avoir esté leus et donnés a entendre audict tesmoing dict de contenir en icelluy scavoir qu’il a ouy que aux autres du nom desquelz ne se recorde quy disoint avoir ouy dire que apres que le chasteau de la Couronne fust gasté pour cause des guerres les habitans que y estoient s’en vindrent a foyre et qui dessi qui della et qu’elz emigs en vindrent habiter a Jonquieres »

128f°53v° « (Davi Roque 70 ans)
Et premierement interrogé sur le premier des premiers articles juste au proces commun f° XXXV donné a entendre audict tesmoing dict du contenu audict article scavoir qu’il y a ung chasteau deshabité de gens lequel est distant non loin de Martegue et allant de Jonquieres a la Tour de Bouc devers a main gauche la ou y a encores debout le chasteau et une partie de l’eglise »

129f°60 « (Romy Barcillon 60 ans)
Sur le VIIIe desdicts nouveaux articles apres luy avoir esté leu et donné a entendre dict du contenu en icelle qu’il a ouy dire que la ou est aujourdhuy edifié une eglise de Nostre Dame appellée Nostre Dame de la Couronne soulloit estre un chasteau apellé de la Couronne que soulloit estre habité et dudict chasteau ses predecesseurs sont partis ainsi qu’il a ouy dire a son pere qui luy disoit l’avoir aussi ouy dire a ses predecesseurs »

130f°60v° « Sur le I, II, III, IIIIe articles dis advoir maulx dict du contenu ez iceulx articles apres les avoir entendus ne scavoir sinon ce que a dict dessus et que son pere luy disoit qu’il l’avoit ainsi ouy dire a ses predecesseurs et que la verité estoit telle que les habitans de la Couronne estoient venus habiter a Jonquiere a cause de la guerre des Cathellans »

Document n° 5. Prix fait du fort Saint-Nicolas (Marseille, 3 février 1660), ADBdR 380 E 156 f°147

131« Promesse pour le Roy nostre Sire

132L’an mil six cens soixante et le troisième jour du mois de febvrier advant midy par devant nous notaire royal héréditaire en ceste ville de Marseille soubsigné et tesmoins susnommés ont esté présants Jean-Baptiste et Jean Meollans père et filx et Pierre Beaumont, Mes maçons de ceste dite ville, lesquels de leur gré ont promis au Roy notre Sire, entre les mains de hault et puissant prince monseigneur Louis de Vandosme, duc de Mercoeur et d’Estempes, pair de France, gouverneur de Prouvance, vice-roy et cappitaine général des armées de sa Majesté en Catalougne, Rossillon et Sardeigne, ayant ordres du Roy, icy présant stipullant,

133Et iceux promettent par ces présantes, solliderement, l’ung pour l’autre et l’ung d’eulx seul pour le tout sans division ny discution quelconque, ledit Meollan filx deubement authorisé de sondit père de fere et parfaire bien et deubement au dire d’ouvriers et gens à se coignassant, au plus tard dans le dernier jour du mois d’octobre prochain toute et chacune les ouvrages de massonneries et autres à plain mantionnés en chacung article du devis signé par les parties que sera remis rière nous estre cy ataché et aux places et lieux désignés dont les vrayes places et scituations particulières leur seront monstrées sur les lieux par le Sr de Clerville, Mareschal des camps et armées de Sa Majesté, Lieutenant de l’artillerie quy a fait et dressé ledit devis, et à ces fins, lesditz entrepreneurs seront teneu comme ils promettent de commancer lesditz ouvrages par tout demain pour les conduire avec toute la dilligence qu’en icelle pourra, de telle sorte que lesditz ouvrages seront parachevés dans leur perffection entre cy et ledit jour denrier du mois d’octobre prochain,

134Seront pareillement teneu lesditz entrepreneurs de faire faire voiturer tant par mer que par terre, charrier sur les lieux et mettre en œuvre tous les matériaux nécessaires auxditz ouvrages bons et à ceux convenables comme pierre de taille de la Corone de la plus fine et non point de celle quy est appelée dessolade et pierre de feu, chaux de celle de la Colle, brique de crote de celle du cartier de Séon, et tuilles du mesme cartier et non de celle de Terreaux, sable de Montredon ou de Luveaune et non autres, bonne pierre pour la massonnerie aussy bien que pour la taille et parrements des fassades et autres ouvrages de taille, moyennant quoi leur sera payé, comme mon dit Seigneur le duc promet, pour chacune canne cube mesure du pais, icelle de massonnerie dans laquelle entreront cinq charges de nonne chaux, la somme de vingt six livres ; pour chacune canne quarrée de taille tant unie que celle qui sera faite de bossage pour les chaisnes ou pillatsres pareille somme de vingt six livres ; pour chasque canne quarrée de pavé de pierre de taille duquel seront couverte les voultes tant des magasins que des logementz la somme de quatorse livres ;

135Et en cas que par dessus lesdites voultes soit treuvé à propos de fere une seconde couverture de brique, sera payé pour icelle lamesme somme que celle du pavé d’en bas des logements, et aussy en cas qu’il soit jugé nécessaire d’employer soubs les platesformes de l’artillerie du pavé d’une plus grande largeur que celluy quy est stipullé cy-dessus, en sera payé à proportion de la différence qu’il y a du prix et valleur ordinaire de l’ung et de l’autre,

136Et pour ce quy est des voultes susdites, lesquelles seront faites de brique de crotte ainsin que dessus est dit et aura par dessus un get de mortier de massonnerie sans aulcune terre, icelluy bien aplany que sera cané comme le reste de la massonnerie, leur sera payé la somme de souze livres, Et pour chacune canne courante de cordon rond en forme de corniche ainsin qu’il est marqué et déssigné audit devis leur sera payé la somme de cinq livres cinq soulx, Et pour chascune canne de couverture de taille et pavé bas des logements, leur sera payé la somme de quatre livres dix soulx

137Mais pour leur donner moyen de fere les préparatifs nécéssaires pour la fabrique cy dessus mantionnée, leur sera payé par advance la somme de trois mille trois cent livres par tout le jour et tout le reste au fur et à mesure que lesdits ouvrages seront achevés, lesquels ne pourront faire qu’avec d’eau douce et non sallée et dont le canage et mesurage leur sera fait tant plain que vuide à l’estille du pais, heu égard aux portes, fenestres et ambrazeurez qu’ils seront obligés de fere moyennant ledit canage et mesurage

138Toutesfois pou accellérer davantage les ouvrages quy seront à fere et obliger les présents entrepreneurs à une plus grande dilligence, il a esté stipullé avec eux qu’en cas que ceux dont ils se sont chargés par le présent contract quy sont ceux du quarré du Faro ne soient achevés dans la fin dudit mois d’octobre prochain, il ne leur sera payé par canne que la somme de vingt cinq livres, et sy encore ils ne sont achevés dans ce temps là, il ne leur sera payé que la somme de vingt quatre livres pour l’achèvement quy sera à parffaire le moys suivant ou enfin y seront constraints par toutes voyes deubes et raisonnables ; et mesmes en cas de trop grand retardement, dellaissement d’ouvrage, abus, mauvaise conduite d’œuvre, et contreventions aux conditions cy dessus desnommés, il sera loisible au Roy de révoquer le présent contract pour en user ainsin qu’il jugera bon estre, sauf audit cas à fere compte des payements advancés et ouvrages parfaits pour ensuite poursuivre lesditz entrepreneurs à tout ce quy sera de droit,

139Comme réciproquement promet mon dit Seigneur le duc au nom de Sa Majesté de leur fere règlement du payement desdits ouvrages à proportion et à mesure qu’ils seront achevés, affin qu’ils puissent satisfere à tout ce qu’ils se sont cy dessus obligés, ainsin le tout convenu, accordé et stipullé réciproquement entre mon dit Seigneur et lesditz entrepreneurs,

140Et icy présents Jean Audibert merchand à Bouc et Jean Puget, Me masson dudit Marseille, de leur gré tous deux ensemble l’ung pour l’autre et l’ung d’eulx seul pour le tout sollideremant sans division ny discussion à la prière et requeste desdits entrepreneurs, ce sont pour eux envers le Roy notre Sire, mondit Seigneur tousjours stipullant et acceptant pour sa Majesté, rendus et constitués pléges et principalx observateurs de tout ce que lesdits entrepreneurs ont promis er se sont obligés cy-dessus, renonçant pour ce à la loy du principal et voullant estre les premiers constraints et comminés, duquel plégement lesdits entrepreneurs sollideremant ont promis er promettent de rellever et entièrement indempniser leurs dits pléges et à tous despans, dommages et inthérets qu’ils pourroient souffrir et endurer pour ce subgect,

141Et au surplus, les parties ont promis et promettent avoir ferme et agréable tout le contenu au présent contract, l’observer, garder et accomplir de point en point sans y pouvoir contravenir à peyne de tous despans, dommages et intherets que l’une pourroit souffrir par la faute et coulpe de l’autre,

142Et à l’entière observation ont obligé et obligent, scavoir Mon dit Seigneur les biens et teneures de Sa majesté, et lesdits entrepreneurs et leur pléges, leurs personnes et bien meubles, immeubles présents et advenir l’ung pour l’autre et l’ung d’eulx seul pour le tout sollideremant sans division ny discussion comme dit est, et comme pour les propres afferes de Sa majesté à toutes cours des submissions et autre à ce requises et nécéssaire, et ainsin l’ont promis et juré

143Fait et publié à Marseille dans l’hostel de Mon dit Seigneur, présnets Messire Pierre de Villeray, cappitaine au régiment de mondit Seigneur, et Sr Gilles Marc de Gatsines, escuyer dudit Marseille, tesmoins à ce requis, appellés et signés avec les parties excepté ledit Beaumont qui a dit ne scavoir escripre (…) »

Document n° 6. Premier bail signé par Claude Taupin pour l’exploitation des carrières de La Couronne en 1663, ADBdR 2 H 432. Livret 1 (extrait)

144« Teneur de lacte de nouveau bail

145L’abbaye St Pierre de Montmajour les Arles ordre de Saint Benoist et le vénérable chappittre et monastère de ladite abbaye en (telles) qualités seigneurs (…)de Saint Geniès Jonquières les martigues et de La Coronne et leurs dépendances ayam et possedam les carrières et peyrières situées au cartier de La Coronne terroir de jonquières ausquel lesdits seigneurs permettem de tirer la pierre de taille pour bastir et que de cest permission jusquau présent en ont retiré un petit proffit soist pour la négligence et conivence des rantiers que pour la mauvaise saison qui a randu presque inuttile les dites carrières et peyrières et cestam maintenam présentés les sieurs Pierre et claude Taupins père et fils bourgeois de la ville de Marseille qui pour le proffict et avantage esvident de ladite abbaye et chappitre auroint demandé la faculté privativemam a tous autre que lesdits seigneurs abbé et chappitre ont et peuvem avoir de fere tirer la pierre de taille auxdites carrières et peyrières dans tout le cartier de La Coronne et leurs dependances pour en user et disposer à leurs plaisirs et vollonté moyennam la cens annuelle et perpetuelle de 120 livres de vingt (…) tam celles qui ce tiennem descouverte que celles quilz pourrom fere descouvrir a ladvenir et lesdites pierres fere conduire par le chemin plus comode jusqu’au bord de la mer par charettes ou autremam comme bon leur semblera et en (jouir) fere et disposer pour cest affairt (…) en fasson que personne autre ne puisse tirer ny fere tirer ladite pierre au préjudice desdits Taupin (…) Neanmoins quem face des troubles et empechemam dom les seigneurs abbé et chappitre ne pourrom garantir et deffandre lesdits sieurs aquerreur du tout ou en partie le présent contrat demeurera résolu et lesdites parties remise en leur premier estat sans estre tenu daulcung domage et interets (…) »

Document n° 7. 1664, exploitation et vente de pierres issues des carrières des « sollades » et d’Arnette, ADBdR 378 E 635 f°11

146« Ledit jour apprès midy par devant moy notaire royal de la ville du Martigues soulssigné présents les tésmoings bas nommés et présents en personne de Guilheaume de Coutteau, peyreron de ceste ville lequel de son gré pure et franche vollonté a vandu et le vant toutes les pierres de taille quil faira aux Sollades et an Arnette au sieur Claude Taupin bourgeois de la ville de Marseille et que ledit de Coutteau a promis luis faire venir (…) le debarquer à la ville de Marseille les pierres contées au compte de la barque et véritables et ce moyennant le prix scavoir icelle des Sollades a 25 livres (le cent) et icelle Darnette à vingt deux livres dix sous et ce pour une année tant seulement du jourd’huy contable promettant ledit de Coutteau (les amener) dans le dict tamp à son chantier et (…) ne pourra ledit de Coutteau donner ni vandre lesdites pierres quil faira dans ledit tamp (…) a paine de tous despans dommages et inthérets sont daccord lesdits partis que lors que ledit Taupin aura reçu lesdites pierres de taille ainsi come a este dict sera tenu de le payer suivant le (…) pacte dedit contrat que celle des sollades a 25 livres et celles darnette a 22 livres 10 sous quil fasse venir ledit payement a sa (paine) le conduire dans le cartier de La Couronne (…) le dit de Coutteau avoir reçu dudit Taupin la somme de 45 livres (…) en présence de moy notere et témoin que promets ledit de Coutteau luy préconté scavoir 15 livres aux 5 premières barquades quil (a envoyé) et 30 livres restant le sieur Taupin ne le pourra prétendre en fin de l’année et sur la dernière barquade de pierre que ledit de Coutteau luy (enverra)… »

Document n° 8. Fourniture de pierres de taille pour la constuction du fort Saint Nicolas en 1664, ADBdR 378 E 635 f°14

147« Ledit jour par devant moi notaire royal de la ville du Martigues, soussigné présents les tesmoings bas nommés présents en personne Philippe Jacquier et barthélémy Claude peyrerons associés lesquels de som gré pure et franche vollonté om vandu et vandem toutes les pierres de taille quil fairon dans la peyrière au chantier dudit Jacquier (pour) le Sieur Claude Taupin bourgeois de la ville de Marseille marchand, le prix et somme de 22 livres dix souls de cent des cairons Darnete pour le fort Saint Nicollas de ladite ville de Marseille et ce pour une année tout seulement du jourd’huy contable

148promettam docuper lesdits Jacquier et Claude quatre hommes à présant stipulam dans ledit chantier se chargeant de faire (mener) lesdits cairons de taille dans ladite ville de Marseille et au cas dicelle et débarqué compté au compte de la barque (…) et ledit sieur Taupin promet après avoir fait ladite ressive luy fere venir le payement de ladite pierre au cartier de La Collonne à son risque péril et fortune

149ledit Jacquier et Claude (confesse) avoir reçeu dudit sieur Taupin la somme de 30 livres en escu blanc de France et autre monnaie courante pardevant moi notaire et tesmoings lesdites 30 livres seront précontées à la fin de l’année et sur la dernière barquade que lesdits sieurs Jacquier et Claude luy avansseront (…) »

Document n° 9. 16 mars 1665, sommation pour Jean Roubaud contre Joseph et leonard Degoua frères, ADBdR 378 E 635 f°416v°

150« Comme faict que Jean Loubaud peireron de cette ville du Martigues avoit nolisé Joseph et Leonard Degoua frères avec leur barque, patrons de la ville de Berre, pour aller faire chargement des cairons que ledit Loubaud a au Cargadou et port de Carro, quartier de La Couronne dont lesdits Degoua seroient esté et auront faict chargement de cinq cens cairrons ou environ et aud lieu de faire son chargement parfaict pour le porter aux lieux dont ils estoint convenus, quest d’en descharger partie dans cette dite ville et une partie au descargadou de Marignanne quest pour l’usage de Monseigneur le Marquis et l’autre partie au descargadou des cabanes de Berre lesdits Degoua seroint venus en cette ville seulement avec lesdits cinq cents cairons et parce que ledit Loubaud pourroit soufrir de grands dommages et interets et notamment de la pierre qui regarde Monseigneur le Marquis de Marignanne quest la cause qu’estait la pire de toute, et auxdits Degoua vous somme, requiert et interpele a ce quaye a me decharger lesdits cinq cent cairrons que aves dans lesdites barques et deschargement faict vous offre en deniers le prix que nous en avons convenus quest 7 livres quatre sols le cens de queirons deschargés en cette dite ville et encore a ce qu’ayes a fere querir le reste des cairons quarre laissés audit cargadou de Carro que sont au nombre d’environ neuf cent autrement et a faute de ce faire vous proteste de tout despans dommages et interets et de tout ce que je puis et doibs vous protester tant d’un chef que d’autre (…) »

Document n° 10. 8 avril 1665, obligation de payement pour le charriage des matériaux extraits par Guillaume Decoutel et charriés par Jean Fouque majeur, ADBdR 378 E 635 f°446v°

151« Dudit jour et an avant midy pardevant moy notaire royal soussigné et tesmoins bas nommé constitué en personne Guilheaume Decoutel peireron de La Coronne lequel de son gré confesse de debvoir et estre tenu de payer à Jean Fouque majeur mesnager de cette ville présent stipulant la somme de 49 livres 16 sols et cest scavoir trante trois livres contenues en une promesse privée qui a este présentement declinée pour charriage des pierres que la charrette dudit Fouque a faict pour ledit de Coutel et le restant quest 16 livres 16 sols est aussi pour semblable travail faisant en tout ladite somme de 49 livres 16 sols laquelle somme ledit decoutel a promis et promet payer audit Fouque ou aux siens au jour et feste de la St Michel prochaine à paine de tous despens dommages et interets obligeam a ses fins sa personne et ses biens aux cours de submission de provence et autres avec deue renonciation et seremant requerant acte fait et publié audit Martigues (…) »

Document n° 11. 15 mai 1666, fourniture de pierres de taille pour l’ouvrage que le Roy faict faire à la ville de Marseille, ADBdR 378 E 636 f°129

152« L’an 1666 et le 15e jour du mois de May, François Nicollas et Louis Gay maîtres trasseurs de cette ville du Martigues cartier de la Colomne lesquels de leurs grès pure et mutuelle stipulation entre eux (…) ont promis et promettent à Jean Leydet aussi maître trasseur de ladite ville (…) de luy faire des pierres de taille audit quartier de La Colomne suivant la qualité telle que ledit Leydet leur ordonnera et cest moyennant le prix et somme scavoir les quairons quils fairont aus Arquairons 25 livres le cent desdits quairons et les bars quils feront au mesme lieu trante livres le cent redivisés en petits bars et les cairons quils fairont au quartier Darnette leur seront payés au prix de 23 livres 10 sols le cent, ne pourront iceux faire des cairons audit quartier Darnette que par ordre dudit Leydet fort que pour l’ouvrage que le Roy faict faire il luy en fust commandé et cest pour le tamps et terme d’une année huy contable et à pareil jour finissant sont dacord que moyennant le susdit prix lesdits Nicollas et Gay randront toutes lesdites pierres au port de Marseille comptés au nombre et compte de la barque bons et de recepte, quils seront iceux payés 15 jours après la recepte faicte

153que acompte desdits cairons lesdits Nicollas et Gay ont confessé d’avoir receu dudit Leydet (…) au veu de nous dit notaire et tesmoings la somme de 30 livres en piastres escus blancs de France et autre monnoye courante dont lenquitte, promettant preconter ladite somme sur les dernières barquades, sont dacort lesdites parties que en cas que le Roy commandat auxdits Nicollas et Gay de faire des pierres pour son service ledit Leydet ne pourra prétandre aucun dommages et intherets ainsi seulement iceux luy donneront audit cas 10 sols pour cent des cairons a lacharge que ledit Leydet sera obligé recepvoir largeant pour eux(…) »

Document n° 12. 22 octobre 1665, contrat d’approvisionnement en pierres de taille pour les fabriques qui se font à Marseille, ADBdR 378 E 635 f°729

154« L’an 1665 et le 22e jour du mois d’octobre avant midy pardevant moi notaire royal soussigné et tesmoins bas nommés constitués en personne Baqui Bouquier, Jacques Delueil et Honnoré Maziens maitres trasseurs originaires de la ville Daix lesquels de leur gré pure et franche vollonté, en qualité de l’un pour l’autre et un deux seul pour le tout, se sont obligés et sobligent de travailler aux perrières de cette ville et cartier Darnette et Sollades et cest pour le service de sa majesté aux fabriques qui se font dans la ville de Marseille et cest pour le temps et terme de 3 mois comptables de la Toussaint prochaine et toute la pierre qu’iceux fairont pendant lesdit tamps combien quils occupassem des compagnons avec eux (…) vendem ladite pierre et cairons à Sr Pierre Taupin bourgeois de la dite ville de Marseille ci présent stipulant suivam lodre que luy sera donné par icelluy et cest pour et moyennam ledit prix et somme de 24 livres le cent des cairons dudit cartier Darnette vandu et portés dans ladite ville receus et receptes au port dicelle et descharges à terre et que ladite pierre sera comptée au compte de la barque et charrette

155Et moyennant ce ledit Sr Taupin sera obligé leur faire apporter provenant desdit cairons au cartier de La Colonne à ses risques périls et fortunes comme aussi le compte desdits 24 livres pour cent de cairons

156Ledit sieur Taupin payera le charriage des charettes et barques et par ainsi icelluy sera obligé les louer à ses frais despens desdits constituants

157Sont d’accord lesdites parties que au cas quils ne peussent atreuver chantier aux peyrières des Sollades seront en ce cas obligés de travailler et faire des bars pendant le susdit tamps pour ledit Taupin moyennant le prix et somme de 30 livres le cent desdits bars vendus et receptes au mesme pacte et condition cy dessus esnoncées au chef des cairons et ce bon compte desdits cairons et bars quilceux fairont

158ont lesdits Bouquier Delueil et Maziens confessé et confessent davoir heu et receu dudit sieur Taupin la somme de 36 livres tout présantement en realles et austres monnoigs courante au veu de nous dit notaires et tesmoings dont lenquittent. Laquelle somme receue sera déduite 6 livres ce chasque barquade quilceux envoierom audit Taupin (…) ».

Document n° 13. Statuts de la confrérie des trasseurs de pierre enregistrés par le parlement de Provence, à Aix le 18 Août 1666, A.M. Aix en Provence. B 3361 f° 786

159« Articles pour la confrairie de la nativité nostre dame de l’esglise de la Colonne terroir de Jonquières, Diocèse D’Arles

160Premièrement le va esleu deux prieurs pour avoir soin de faire ladite confrérie toute l’année laquelle election se faira le dernier dimanche du mois d’Aoust toutes les années

161Dans la maison claustre et faces fins desquels tous les maistres trasseurs de pierre de ladite confrérie (devront être présents) et sera faict en présence du sieur curé de ladite esglise de la Colonne et les maistres qui ny adcisteront pas ayant advertis lors de legitimes excuses payeront une demie livres sierge pour le luminaire de ladite confrairie

162Lesdits prieurs feront dire et celébrer dans ladite esglise le jour et feste de la nativité de nostre dame une grande messe, procession, vespres (…) le lendemain pour le repos des âmes des confrères décédés auxquels tous les maistres et compagnons seront obligés d’adcister et d’accompagner le (carrier ?) à la maison des vieux prieurs à paine d’aumosne trois sols pour chascung qui seront dans ledit quartier de la Colonne

163Lesdits prieurs exorteront tous les confrères de la confession et communion ledit jour de feste de la nativité Nostre dame et faceupro de regn du jour de dévotion et toutes les bonnes (œuvres) s’abstiendront de travail à paine d’aumosne chascung des contrevenant d’une livre de cire au profit de ladite confrérie

164Tous ceux qui ouvriront le chantier pour trasser des pierres payeront dans ledit mois six livres une fois pour toutes à ladite confrairie

165Tous les compagnons qui entreront de nouveau chez les maistres payeront une livre dix sols une fois our toutes à ladite confrairie

166Tous les apprantis payeront (une fois pour toute) entrée une livre cierge a ladite confrairie

167Et finallement tous les maistres et compagnons payeront toutes les années a ladite confrairie le jour de la feste de la nativité nostre dame six sols (…)

168De plus, les prieurs fourniront deux flambeaux toutes les fois qu’il portera co s sacrement ecclesiastique aux malades et adcisteront avec deux flambeaux et les (csensions) de la confrairie aux sacrements des confrères décédés sans (est) pour prendre aucune des (cevoirs) avesq ces confraires sous quelques présents que ce soit

169Nous permettront aussi de faire ouvrir (une urne ?) dans l’esglise pour recevoir les aumosnes que les fidéles leur voudront faire et prendre soin d’adcister alors qu’il y aura des pauvres confraires malades fils out de l’argent de ladite confrairie

170Les présents statuts ainsi accordés pour la taxe cy dessus du consantement et (a la) acquisition desdy confraires et le claus sera ainsi exécuté et observé à paine decassation de ladite confrairie, faicte à Arles ce 18éme jour d’Aoust mil six cent soixante six signé Gerard vicaire et official general (…) »

Document n° 14. Contrat de fourniture de pierres de taille pour Jean Trévan et Michel Dubois, marchands de Marseille. 12 septembre 1667, ADBdR 378 E 636 f°716 v°

171« Pierre Maiffren et Jacques Roubaud peirerons la Colomne S’obligent solidairement, et ont promis et promettent à Jean trevant et Michel Dubois marchands patrons de la ville de Marseille tout autant de pierre de taille qu’ils pourront pendant 3 années suivant lhordre quil sera donné Du jourdhuy contable et à pareil jour finissant, La pierre des Arcairons et autre pierre dure (…) 26 livres le cent des quairons randus sur le quai de Marseille bons et receptables à compté au compte de la barque, Les bars seront payés à raison de 30 livres le cent au compte de ladite barque, La pierre quil sera faicte à Arnette au prix de 24 livres le cent au mesme compte que dessus

172Sont dacort que la pierre quil sera employée à lhotel de ville de Marseille lesdits Trevant et Dubois promettent la luy payer au prix de 27 livres le cent à la (reserve) que la pierre rouge quil sera employée sera payée à raison de 30 livres le cent letout au mesme conte ci dessus sont aussi d’accord que la ou il sera employée lesdites pierres de taille pour le service du sa majesté il sera randu par le conte desdits Maiffren et Roubaud audit cas ledit Trevant ne pourra prétandre que 10 sols le (cent) pour toutes les paines accondition que ledit Trevan luy fera tenir son argean au cartier de la Colomne au retour de la barque

173et moyennant et acompte desdites barques de pierres que lesdits Maiffren et Roubaud ont confessé et confessent avoir heu et receu ci devant la présante desdits trevant et Dubois la somme de 50 livres laquelle somme ne pourront luy mestre en comte que a la dernière année comme (…) ont convenu et som dacord que lesdits Trevant et Dubois seront tenu payer lesdits maiffren et Roubaud le payement desdites pierrres quils auront resseues au retour de la barque faira audit lieu de La colomne sans contredict

174Promettant lesdits Trévan et Dubois que en quas autre lesdits Maiffren et Roubaud fussent troublés pour lusage des perrières se joindra (…) pour deffendre son droict tant (contre) le sieur Taupin que autre particulier (…) »

175Trois autres contrats rigoureusement similaires passés le même jour par Trévan et Dubois et enregistrés sous les Folios 719, 721 et 724.

Document n° 15. Convention faicte entre Trevan et Dubois, François Nicollas, Pierre Maiffren et autres. 12 septembre 1667, ADBdR 378 E 636 f°724v°

176« Trevan et Dubois marchands patrons de la ville de Marseille et François nicollas, Pierre Maiffren, Spérit Reymondon, Jean Roubaud, Jacques Roubaud, Michel Soubrat, Jean Venture, Louis Gay, tous maître peirerons de ladite ville et quartier de La Colomne, ont convenu et accorder unanimement tous ensamble que la ou quelqu’un d’eux fut troublé et mis en (péril) par le sieur taupin ou autre particulier de ladite ville pour raison de la jouissance des perrières audit cas promettent (…) les huns et les autres se joindre (…) et quil pourra sen suivre et contribuer a tout ce quil sera hutille et nécessaire pour raison des frais quil pourroit se faire (…) »

Document n° 16. Bail et enquête de Montmajour sur l’exploitation des carrières de la Couronne en 1667, f°93

177N° 425. 1667. f°5

178« Inféodation des carrières de pierres à La Couronne faite par le monastère de Montmajour à Pierre et Claude Taupin père et fils avec lenqueste de commodo et in commodo fut ce faite et la sentence du subdélégué de la vicelégation Davignon qui homologue ladite inféodation (…)

179Requeste présentée par messire Charles de Birchy, abbé commanditaire de l’abbaye St Pierre de Montmajour les Arles et le prieur (Claustries) économe dudit monastère rendant a son devoir lettre dannexe pour lescription de la (bulle) quilz om obtenu du sieur Vicelegat Davignon portam comission aux cy desnommée de proceder a la confirmation du nouveau bail de location par eulx passé en faveur de Pierre et Claude Taupin père et fils bourgeois de la ville de Marseille en faict que ledit acte soist a levidente utillité dudit monastère ainsi qu’apparait de ladite bulle donné en Avignon le 24 ce mois douste (…) veu aussi la responce de nostre procureur nempechant lannexe requise sans abbus scavoir raisonné que nostre dite cour par son ordonnement du jour et datte (présente) octroye comme nous octoyons audit seigneur abbé de Birchy prieur et econome lannexe par eux requise sans abbus et témoings de quoy nous avons faict mettre nostre (sceau) a cest presente donné a aix en nostre parlemam le trentième jour du mois de mars lan de grace 1667 (…)

180En vertu de nostre susdite ordonnance dudit jour seze may lesdits sieurs demandèrent à voir pour proceder au rapport porté par icelle pour lexcercion de laquelle ayam obtenu (paveatis) dudit lieutenant de sénéchal au siège Darles, ils auroint faict assigné le procureur juridictionnel de ladite abbaye de Montmajour le segond juing de ladite année a comparaitre pardevam les estimateurs du lieu de Marignanne pour proceder audit rapport (…)

181Veu par nous licentié en droit enquesteur commissaire examinateur pour le roy au siège ressort et juridiction de cest ville Darles et procureur audit sieur procureur juridictionnel de labbaye St Pierre de Montmajour les Arles lacte de nouveau bail de question receu par Me Combe et La Roche notaires de ceste ville Darles dans le (compte rendu) joint et après avoir esté plusieurs fois dans les endroits des peyrières designées dans ledit acte et nous a este plainemem informé dailheurs de la qualité, valleur, et revenu icelles, disons ledit nouveau bail avoir este faict et passé pour le (grand) avantage et utillité de ladite abbaye et par ainsi nempechon lexcercice de la dite comission et en tam que de besoin et de requisition l’exercion et au moyen de lassignation quon vient de nous donner nestre necessaire pour navoir autre chose a dire contre ladite comission que le sudit conssantemem a lexercion dicelle delibéré à Arles ce segond juing mil six cent soixante sept (…)

182Et mesme assignation ayam este donnée à mosieur le procureur du Roy au siège general de la ville Daix dans le ressort duquel lesdites peyrières se trouvem situées à comparoir pardevam les estimateurs de Marignane le dixième dudit mois de juing pour voir proceder au susdit rapport (…) les estimateurs de Marignane lesquels en exercion de ce sestand portée aud lieu de la Coronne ledit jour dixième de juing a lindication et compagnie desdit sieurs Taupin ou estan arrivé a lheur de lassignation en presence desdits sieurs Taupin et en absance dudit dudit procureur du roy et procureur juridictionnel, auroint visité lesdites carrières et peyrières procéder à la description d’icelle et de lavantage faict à lesglise au moyen dudit nouveau bail (…)

183Teneur du susdit rapport

184L’an mil six cens soixante sept et le dixième jour du mois de juin nous Jacques Amard, Vallantin Amard et Michel Lambiut estimateur (…) du lieu de Marignane satisfeson au commandemam a nous faict (…) aux carrières siné peyrières qui se trouvem dans le cartier de La Corone terroir de Jonquières et visiter icelles ensamble et fere description de lestat et qualité icelles et de ce quelles pourrient randre annuellement aud seigneurs abbé et monastère (…) ce jourd’hui aud cartier de la Coronne en compagnie des dits Taupin ou (…) avons veu et visité lesdites carrières et peyrières de La Coronne terroir de Jonquières et disons que lequel cartier de La Coronne est esloigné de la ville de Martigues denviron une lieue et demi, lequel est désert et estérile et là où sont lesdites peyrières ny a que des terres incultes et non labourables fort de quelques petits hameaux de terres que nous avons trouvé sepmés de bled et segle en quelques petits endroits ou a été tiré des pierres de taille, que sur le débris dicelles peyrières a esté planté quelques souches de vigne et figuière, au moyen de ce ledit cartier de La Coronne ou sont lesdites carrières siné peyrières ne pourroient donner qu’un fort petit proffit et revenu auxdits seigneurs abbé et monastère de Montmajour (…) Et mesme attandu que ceux qui les possedem som de pauvres gens qui gagem leur vie du jour à la journée et qui habitem la plus grande partie des huttes de pierres sèches ou lieux souterrains et nous estam informé iceux sils avoint payé quelque chose par le passé des pierres de taille quil om prise et tiré desdites peyrières, nous om dict navoir jamais payé ny antandu dire que aucung ayam pris des pierres de taille auxdites peyrières ayem payé aucune chose a qui que ce soict et sur les peyrières om esté de tout tamps (libres) a chascung pour y prandre et tirer des dites pierres de taille et les porter ou bon leur samble et lesquelles pierres tiréesd icelles peyrières les peyrerons s’approprioint le débrit dicelles pour y planter quelques souches de vigne quelques figuières et autres petits arbres, que pour la ville du Martigues les habitants dicelle ne sen servent que fort peu attandu quilz om des peyrières toutes proches leur ville et par ainsi lesdites peyrières estoint tout à faict inutilles et infructueuses au seigneur abbé et monastère (…)

185Teneur des dits articles et briefs intendis

186Nous le procureur du Roy au siège général de la ville Daix et le procureur juridictionnel de ladite abbaye deffandeurs

187Et premieremam, mest en faict positif et veritable que ledit seigneur abbé et monastère de Montmajour tiennem (…) en paréage St Geniès, Jonquières les Martigues, La Coronne et leurs deppandances ils possedoint certaines carrières et peyrières qui sy trouve dans le cartier et terroir de La Coronne proche de Jonquières

188Deuxièmement, que le lieu de la est un lieu escarté de la ville de Martigues denviron 1lieue et demy proche de la mer tant garny de rochers et terres incultes y ayam fort peu de terres cultes et habité par de pauvres gens (…) habitan dan des huttes de pierres sèches ou lieux souterrains qui ne gagne leur vie que par moyen desdites peyrières

189Troisièmement, que de toute ancienneté qui voulloit fere (arracher) desdites pierres leur estoit loisible et de les porter ou bon leur sembloit et les peyrerons s’appropriam le debrist pour y planter quelques souches de vignes quelques figuiers ou petits arbres et par moyen lesdites peyrières ne randoient aucune chose aud seigneur abbé et monastère

190Quatrièmement, que les habitants du Martigues et autres lieux voisins sen souciem fort peu se servam raremam de ladite pierre attandu de lesloignement d’aultam que le charriage en est difficile et d’une grande dépenses pour en avoir de plus proche

191Cinquièmement, que par moyen dudit acte de nouveau bail lesdits Taupin père et fils quiz om prise lesdites peyrières à la cens de 120 livres toutes les années om faict (…) advantage trè considérable pour lesglise moint que cestam lesit seigneur abbé et monastère (re…) à leur successeur la directe et majeur seigneurie avec le droit de retantion atout cas de vante ou le droit de lods cela faict leur condition meilheure avec la faculté qui ce sont (reservé) de prandre lesdites pierres pour lusage de lesglise (…)

192Le quatrième du mois il a faict donné assignation à Mr le procureur du Roy au siège général de Montmajour a comparaitre demain à huit heure du matin pardevan nous aud nom de lesglise du lieu de La Coronne (…) sommes partis de la ville de Marseille jourd’huy à quatre heure (…) serions arrivé aud lieu de La Coronne environ vers les sept heures du matin et avions pris retraite dans la bastide du sieur Pierre (alphand ?) bourgeois de Marseille quy est la plus proche et la plus comode des dites peyrières (…) serions monté aud peyrières (…) y avons trouvé quelques peyrerons qui y travailloint pour ledit sieur Taupin. Nous a faict voir divers huttes de pierres sèches et lieux souterrains ou lesdits peyrerons habitent comme aussi les chemins ou passem les charettes qui portent les pierres qui som couppés dans lesdites peyrières sur le rivage de la mer qui est esloigné que denviron ½ quart de lieue pour de la les porter par barques en la ville de Marseille (…) et après avons remarqué que (..) lesdites peyrières som de difficile accès pour estre entouré de (hautes) montagnes (…) que du village voisin on ne peut charrier desdites pierres par charettes ny ne fere a dos de betail a faire quil faut grimpé des lieux et des montagnes (…) et desandre ensuite dans la colline proffonde qu’une beste chargée desdites pierres seroit en payne den sortir et on ne peut fere le transport desdites pierres que sur la mer qui est d’une grande despence nous ayan esté dict par les peyrerons quon en porte quelques barques aud Martigues comme bards a pierre de feu et que le transport couste aultam que si on les portait a Marseille quest la cause quom en porte fort raremam.

193A ce faict nous estans retirer en ladite bastide ledit Taupin pour preuve du contenu (…) nous a produict en tesmoings Trophime Laurens, mesnager du lieu de Carry (…) et sieur Silvestre (…),François Menard mesnager habitant aud lieu de La Coronne, Anthoine Lieutaud, mesnager du même lieu, Guilheaume de Coutel peyreron habitant aux Martigues, Dominique Reymondon, peyreron de La Coronne, Sauvaire Nicollas, leonard Senequié et Dominique Rindollet, autres peyrerons du lieu de La Coronne quilz a faict assignés a ceste affairt pardevan nous (…) et nous a requis les voulolir admettre en tesmoings les fere jurer de dire et deposer (…) sur le contenu desdits articles et briefs intendis (…)

194Teneur de lenqueste

195Enqueste prise par nous Jacques De Vega docteur en droit chanoine cabissol en lesglise cathedralle de Marseille compare apliqué en cest partie especiallement delégué à la requête de messire Charles de Birni marquis de Roche albine abbé commandataire de labbaye St Pierre de Montmajour les Arles ordre de St Benoit leconome du vénérable chapitre du monastère de ladite abbaye St Pierre et Pierre et Claude Taupin père et fils bourgeois de la ville de Marseille dmandam en exercion de rescript aplir et autorisation de lacte de nouveau bail cy mantione (…)

196Du 14 juillet 1667 pardevan nous monastère constitué en la personne Trophime Laurens mesnager du lieu de Carry eage denviron soixante deux ans aus tesmoings produict de la part dudit sieur demandeur lequel moyennam sou sermen examine le contenu aux articles et briefs intendis (…) dict que faict environ vingt années quil s’occupe du charriage des pierres qui ce tirem des peyrières du terroir de la Coronne dependam du terroir de Jonquières les Martigues conduisam la charrette jusqu’au bord de la mer (…) habite que de pauvres gens qui pour gagner leur vie coupent lesdites pierres et habitent dans des huttes et lieux souterrains (...) A dict quil a tousjours veu despuis quil frequante ce jour la mesure du tamps quil y charriait des pierres qui estoient loisible de prandre des pierres ausdites peyrières et que pour cella il ne payaient aucune chose aux seigneurs abbé et monastère veu mes (…) quon ne leur en demandoit rien et que dans le debrist (…) desdites peyrières les peyrerons y plantaient quelques souches de vignes (…) dict que toutes les pierres qui sarrachoint desdites peyrières som portées par mer à la ville de Marseille, que pour les habitants de la ville du Martigues il y en a parvenu fort peu, d’aultam que ce terroir de La Coronne est esloigné d’environ une lieue et demy du Martigues et les charrette ne peuvent y aller en point de fasson par la difficulté du chemin veu quilz en om de fort proche de leur ville et d’une fort belle pierre blanche (…) A dict que au moyen de la cens que lesdits Taupin père et fils font au seigneur abbé et monastère il est tiré un certain quilz om faict cy advantage a lesglise très considérable (…)

197Dudit jour constitué en la personne Pierre Silvestre, mesnager du lieu de Carry residan a la bastide quil a aquis de la dame de Muret de Marseille au terroir de Chateauneuf eage denviron soixante ans autre tesmoing produict de la part de (qui) dessus lequel moyennam son sermant examine sur le contenu desdits articles (…) A dict quil a souvam ouy dire aux peyrerons qui habitem aud terroir de La Couronne quilz non jamais rien payé à ladite seigneurie abbé et monastère de Montmajour pour larrachemam quil faict des pierres desdites peyrières de La Coronne et que (mesme) de tout tamps on ne leur a jamais rien demandé que dailleurs le terroir est stérile et garny tout de rochers (ou ronces) y ayam fort peu de terres cultes aux endroits desdites peyrières. Il est vray que les peyrerons dans le débrist de leurs arrachemam quilz sapropriem ils y plantem quelques souches de vigne. A dict qui ne croit pas que les habitants du Martigues se souciem desdites pierres d’aultam quilz om des peyrières proche de leur ville fort belle et qui leur coustoint beaucoup davantage veu la difficulté de chemin (…)

198Dudit jour constitué en la personne François Menard mesnager habitan a une bastide au terroir de La Coronne eage denviron cinquante ans autre tesmoing produict de la part de qui dessus lequel moyennam son serment examine sur le contenu desdits articles (…) A dict quil est véritable que les peyrières de La coronne som esloignées de la ville du Martigues denviron une lieue et demy et de très mauvais et difficiles chemins que ce terroir est infertile garny de rochers et terres incultes habité par de pauvres gens qui ne travaillem qu’a couper des pierres quilz (…) à leurs vallons et ne payem aucune chose auxdits seigneurs abbé et monastère de Montmajour et dans les débris y plantem quelques souches de vignes et petits arbres fruitiers qui ne (som point) que les habitans du Martigues se servem desdites pierres veu quilz omdes peyrières plus proche de leur ville (…) A dict que (…) que lesdits seigneurs abbé et monatsère ne tirem aucung proffit desdites peyrières (…)

199Dudit jour constitué en la personne Anthoine Lieutaud mesnager habitant aud terroir de La Coronne eage denvirons septante an autre tesmoing produict de la part de qui dessus lequel moyennam sonserment examine sur ce que dessus (…) a dict que personne nignoré que le terroir de La Coronne est un lieu escarté de la ville du Martigues denviron une lieue et demi proche de la mer tout garny de rochers et terres incultes habité par de pauvres gens qui habitent dans des huttes de pierres sèches ou en des lieux souterrains qui ne gagnem leur vie que par moyen des peyrières quilz om tousjours (prises) et coupés des pierres ou bon leur a samblé fait rien payé auxdits seigneur abbé et monastère de Montmajour ne croyam point que les habitants du Martigues se servem desdites pierres puisquil en om de plus belle fort proche de leur ville leur coust beaucoup moing que cella veu la difficulté des chemins que par mer le charriage coustoit aultam que de la porter à Marseille (…)

200Du jour constitué en sa personne Guilheaume de Cottes peyreron habitam au Martigues eage denviron trante cinq ans utre tesmoing produict de la part de qui dessus lequel moyennam son serment examine sur le contenu desdits articles aluy sera suivam le susdit ordre (…) A dict ne savoir autre chose du contenu aux articlessinon que despuis environ huit ans quil esst retire en ce pais il a travaillé aux peyrières du terroir de La Coronne et na jamais veu ny ouy dire que les peyrières du terroir ayam jamais rien payé aux seigneurs abbé et monastère de Montmajour seigneur tamporel dudit lieu pour larrachemam desdites pierres ny quon leur aye jamais rien demandé disan en outre que les habitants du martigues se servem fort peu de ladite pierre de La Coronne par ce quilz om des peyrières plus proches de leur ville et d’une plus belle pierre ny prenam que quelques bards (…) ou pierres de feu (…)

201Du jour constitué en la personne Dominique Reymond peyreron du lieu de La Coronne eage denviron soixante deux ans autre tesmoing produict de la part de quy dessus lequel moyennam son serment examine sur ce que dessus. Dict que le lieu de La Coronne est esloigné de la ville de Marseille denviron six lieues et du Martigues une et demy proche de la mer tout garny de rochers et terres incultes habité par de pauvres gens que pour luy tout

202sa vie na faict autre mestier qua travailler lesdites pierres et quil est véritable quil a prise et coupées desdites pierres par tous les endroits du cartier de La Coronne sans quil aye jamais rien payé audit seigneur abbé et monastère de Montmajour qui som seigneur aud lieu de La Coronne et que mesme om ne luy a jamais rien demandé pour cella et que les habitans du Martigues se servent fort peu desdites pierres veu quilz en om de plus belle proche de leur ville ou seroit quelques bards et pierres de feu qui non pas à leurs peyrières (...)

203Du jour constitué en sa personne Sauveur Nicollas peyreron du lieu de La Coronne eage denviron cinquante cinq ans autre tesmoings produicts de par qui dessus lequel moyennam son serment examine sur le contenu desdits articles ensamble combinés. A dict que despuis quil travaille de son mestier de peyreron dans le terroir de La Coronne il na jamais rien payé pour la prix desdites pierres auxdits seigneurs abbé et monastère de Montmajour qui som seigneur dudit lieu ny mesme om ne luy a jamais rien demandé pour raison de ce les peyrerons estam en liberté de prandre des pierres par tout ou il om voulleu et a tousjours veu

204quon le pratiquoit ainsi que le terroir de La Coronne est esloigné de Martigues denviron une lieue et demi ce terroir estant estérile tout garny de rochers et terres incultes habité de pauvres gens qui ne travailloint qu’aux peyrières et que la pierre quilz coupem est portée par mer à marseille et fort peu au martigues (…)

205Du jour constitué en la personne Leonard Sénéquier peyreron habitanb au terroir de La Coronne eage denviron quarante deux ans autre tesmoing produict de la part de quy dessus lequel moyennam son serment examine (fere) le contenu desdits articles ensamble combinés

206A dict que depuis environ cinq ans quil habite aud terroir il a tousjours travaillé aux peyrières de La Coronne et il a prise et couppe des pierres aux peyrières de La Coronne sans que pour ce il aye jamais rien payé auxdits seigneurs abbé et monastère de Montmajour ny mesme cy ne luy a jamais rien demandé que le terroir est esloigné du Martigues denviron une lieue et demy de fort mauvais chemin quon ny poerte presque point desdites pierres pour este le charriage difficile et d’une grande despense (…)

207Du jour constitué en la présence Dominique Rindollet peyreron du lieu de La Coronne eagé denviron cinquante ans tesmoing produict de la part de qui dessus moyennam son sermen examine sur le contenu dudit article ensamble constitué a dict que le lieu de La Coronne est escarté de la ville du Martigues denviron une lieue et demy proche de la mer garny de rochers et terres incultes et que depuis environ vingt six ans quil habite aud lieu il a toujours prise et couppé des pierres aux peyrières sans quil aye jamais rien payé aud seigneur abbé et monastère de Montmajour qui en som seigneur (…) du bien quil y posséde que les peyrières sont habitées par de pauvres gens qui s’occupe de couper la pierre qui som portée presque toute à Marseille par mer, seu portam quelque peu au Martigues ayam ouy dire que de toute ancienneté lesdites peyrières ne randroint rien aud seigneur abbé et monatsère par lindigence des habitants (…)

208Et ainsi que dessus a est par nous procédé a la déposition desdits neufs tesmoings et nous sommes sous(signés) avec nostre greffier de Vega cabissol et comissaire André greffier ainsi signé à loriginal

209Et ce faict ledit sieur Pierre Taupin nous a dict et remonsté quil est necessaire que nous alloins (couché) à la ville du Martigues tam pour voir lestat du chemin la qualité d’icelluy que encore les peyrières de ladite ville (…) Nous avons pris le chemin du Martigues quavons trouvé estre un mauvais chemin raboteux (…) après recommanssan jusqu’aux peyrières dudit Martigues qui ne sont esloignées dudit Martigues que denviron ½ quart de lieu ou estans avons treuvé des peyrerons qui couppoint des pierres aux dites peyrières ayam remarqué qui se tire icelle de fort belle et bonne pierre blanche quon employe dans ce Martigues a la construction des maisons et de fort belle esglise aussi que nous a este dict par les peirerons. Et ayam continue appre nostre chemin serion arrivé aud Martigues sur les 4 heures du soir et prise retraite dans la bourgade dans laquelle en passan ledit sieur Taupin nous a faict voir la nouvelle esglise que les prêtres cappucins qui som a ladite bourgade de Jonquières font construire des arcs doubleaux et fenestres de laquelle esglise avec du (amroullas) qui som faicte à la pierre blanche quom tire des peyrières de Martigues qui est fort belle et bien dure et manque destre meilheure que celle de La Coronne (…) lesdits sieur Taupin nous ont requis (d’aller) dans Jonquières pour voir la nouvelle église paroissiale quon y faict construire et y estam allé ladite esglise (..) y ayam six chapelles de chasque cousté avec la grande porte garnie darchitecture avec de grandes coulonne et courte colonne le tout bastit et construit de ladite pierre blanche qui est tiré aux peyrières du Martigues fort quelque soubassin de la fassade de ladite esglise avec ledit sieur Taupin nous a faict remarque estre des pierres de La Coronne qui este tout à faict differante de celle du martigues croyan quon nez a (pascoustume) soict quelle nest pas si belle que parce quelle coustoit davantage ayan aussi veu plusieurs autres bastimands comme la porte de Jonquières les arcs doubleaux et chapelle paroissiale de lisle de Martigues qui som de la mesme pierre blanche (…) »

Document n° 17. Procuration pour Jean Loubaud par les habitants de la Couronne le 24 février 1669, ADBdR 378 E 638 f°86v°

210« L’an 1669 et le 24e jour du mois de febvrier avant midy par devant moy notaire royal soussigné présents les tesmoings bas nommés constitués en leurs personnes Honnoré Baudillon mesnager de La Coronne, un des margailliers de lesglise audit quartier et Jean et Matthieu Fouques frères, Nicollas Chouquet, Barthélémy Veran, Laurens Fouque, Jean Leydet, Pierre Meiffren, Honnoré venture, Espérit reymondon, Pierre Fouque, Dominique Rindollet , Jacques Roubaud, Jean Fouque mineur mesnager de ladite Coronne lesquels de leur grés pures et franches vollonté tant en leur noms que pour et au nom de tous les autres manants et habitans de ladite Coronne ont faict et constitué leur procuration special et général (…) à Jean loubaud peireron de ladite Coronne autre margailliers de ladite esglise présent et ladite charge acceptant pour et au nom desdits constituants et de tous les habitans dudit quartier se porter à la ville Daix et la transiger et accorder avec monseigneur de (Butty) agissant de monseigneur l’abbé de Birchy commandataire de l’abbaye St Pierre de Montmajour s’ils y rencontrent iceux seigneurs en paréage de Jonquières et ladite Coronne que moyennant la somme de 160 livres qu’iceux donneront toutes les années à perpétuité par quartiers anticipées et par avance audit quartier de la Coronne iceux habitans seront tenus de faire le service divin dans ladite esglise ordonnée par la visitte de monseigneur larchevéché Darles (…) »

Document n° 18. Prix fait de l’église de La Couronne. 26 mars 1669, ADBdR 378 E 638 f°111

211« Les temoings bas nommés et constitués en deux personnes Jean Loubaud et Honoré Baudillon en qualité de prieurs et margaillard de l’église de La Couronne terroir de Jonquières, Jean et Matthieu Fouques frères, Barthélémy Veran, Jean Leydet... et Jacques Roubaud mesnagers et habitants de ladite Couronne lesquels leur grès pures et franches volonté et pour et au nom de tous les manants et habitants de ladite (…) ont donné et donnent a prix faict à Jean Jourre, Philippe Abeilhe et Claude (Tourenne ?) maîtres massons de la ville de Tarascon résidant en cette ville presants stipulants est la batisse de l’église parrochialle de La Couronne au lieu et place et en la forme et manière que signé dans le plan et dessain qu’en a esté faict et signé par les prix factiers (…) aux pactes et conditions faisant premièrement que ladite église nouvellement bastide fera la longueur de huit cannes et trois cannes de largeur. Le tout suivant lesdits dessain et plan et pour juillet sera faicts et une.muraille de trois cannes de hauteur jusqu’a la naissance de la voûte (…) suivant ledit dessain

212Le couvent de ladite église sera voûter (d’une) voute en berceau de pierres pastouires, le presbitaire sera faict suivant ledit dessain comme aussi fairont des arcs doubleau portes

213Et vitrail au taille qui seront necessaires (...)

214Et les pierres pastouires prandront celle la ou elle est de presant proche de l’église sans toucher pourtant à la muraille qu’est au devant de la dite église et la ou ne suffiroit pas de pierres pastouires joignant ladite église (…) la leur feront porter (…) jusque à pied d’œuvre,

215Fourniront lesdits prix fachiers tout le bois qu’il sera nécessaire pour faire les étagères et cintres servant à leur prix faicts sans qu’ils en puissent en prétandre

216Comme aussi feront lesdits prix fachiers enduire et blanchir toutes les murailles de ladite bastisse au dedans (…) le tout des matériaux qui leur seront donnés pour les dits confraires

217Seront aussi obligés les prix fachiers de (fournir) toutes sortes de Ferrennant, portes et vitrails et choses nécessaires à ladite bastisse... que leur feront fournir pour lesdits confraires, lesdit seront tenu d’égaliser la crotte de terre pour faire le fondement de ladite église si bon semble (…)

218Les vitrails avec doubleaux, portes et autres choses qui seront faict de taille necessaire à ladicte église seront canés et toizée à tout paremant

219Sera permis auxdits confraires d’augmenter ou de diminuer ladite fabrique aussi que bon leur semblera sans que lesdits prix fachiers puissent prétandre aucuns dommages et interets si ce n’est que les prix cy appres entre les parties (…) cinq livres la canne carrée afin qu’est dict cy dessus, les murailles pastouires à trante cinq sols la canne aussi carrée reduicte à deux pans et les couverts de tuiles à quinze sol la canne pareillement carrée (…)

220Laquelle besongne et prix faict promettent lesdits prix fachiers commancer tout prestemant (…) Et avoir achevée à perfection d’œuvre au jour et fête de la Saint-Michel prochain (…) promette lesdits confraires (…) aux prix fachiers (leur payer) dans la quinzaine la somme de soixante livres à-compte de ladite besoigne et à proportions d’œuvre (…) »

Document n° 19. Contrat d’apprentissage. 24 juin 1669, ADBdR 378 E 638 f°339

221« L’an 1669 et le 24 jour du mois de juin apprès midy pardevant moy notaire royal soulssigné présents les tesmoings bas nommés constitue en personne Bertrand Gautier fils de feu Claude vivant mesnager de cette ville du Martigues lequel de son gré pure et franche vollonté a loué à ses œuvres utilles et nécessaires à Dominique Rimondon peireron du quartier de La Corone présent stipulant pour (qu’il) luy apprenne et enseigne ledit estat et mestier de peireron et c’est durant le temps terme espace d’une année du jourd’huy comptable pendant laquelle ledit Reymondon a promis et promet de l’employer, (luy apprendre) son mestier et le nourrir et entretenir comme sa famille, saing et malade, et en cas de maladie ledit Gautier sera obligé de payer les frais tant du médecin que du chirurgien et ledit Rimondon le nourrir comme dict

222à la charge que revenant en santé sera icelluy Gautier tenu de replacer et refaire le temps perdu à son maistre promettant audit Gautier son apprantis la somme de 30 livres en 2 payes qui se fairont de 6 en 6 mois (…) et qui seront de 15 livres chascunes et a esté à lui donné une paire de soliers et un tablier de peau pour le chantier dans la huictaine aussi jourd’huy comptable et luy apprandre son mestier de peireron avec fidellité (…) »

Document n° 20. Endettement des habitants de La Couronne pour construire l’église. 21 décembre 1669, ADBdR 378 E 638 f°661

223« L’an 1669 et le 21e jour du mois de décembre apprès midy pardevant moy notere royal soulssigné présents les tesmoings bas nommés constitués en personne Jean Fouque majeur et matthieu Fouque frères mesnager, Pierre Meiffren, Jean leydet et Espérit Reymondon peirerons tous du quartier de La Coronne, terroir de Jonquières lesquels de leurs grès pures et franche vollonté sollidairement l’un pour l’autre un deux seul pour le tout sans division daction ni ordre de discution ont confessé et confessem de devoir estre tenu payer noble Alexandre Dedons de la ville Daix résidant en cette ville du Martigues présent stipulant la somme de 200 livres quils ont receues tout presantement réellement en piastres et autres monnoyes courantes au veu de moy notere et tesmoings et cest pour survenir en la bastisse de leglise que les habitants de ladite Couronne font construire audit quartier et lesquelles 200 livres lesdits Fouques frères, Meiffren, Leydet et Reymondon en ladite quallité de sollidaire ont promis et promettent payer audit Dedons et aux siens dans une année du jourd’huy comptable à paine de touts despens dommages et intêrets obligeant pour l’observation de ce en ladite quallité de sollidaire tous leurs biens présents et advenir (…) »

Document n° 21. Convention sur l’établissement d’une forge à La Couronne le 7 juillet 1670, ADBdR 378 E 639 f°333v°

224« L’an 1670 et le 7e jour du mois de Juillet apprès midy pardevant moy notaire royal soussigné présents les tesmoings bas nommés establis en personne Pierre Meiffren, Jean Loubaud, Jean leydet, Esprit Reymondon, tant en son nom que de Dominique son père auquel se faict fort de faire agréer les présents, Simon Cournasson, Guilheaume Decoutel, Michel Soubrat, Anthoine Hugues, Dominique Ollive, Pierre Gay, ( ?) Tourre, Jacques Armand, Pierre Martel, Arnoux Maissonnier tous maîtres peirerons résidant aud quartier de La Coronne, terroir de Jonquières d’une part et Jean-Baptiste Farnay maitre tailladier de la ville de Marseille résidant en la ville du Martigues d’autre

225Lesquels de leurs grès pures et franches vollontés ont convenu et accordé entre eux mutuellement et réciproquement scavoir que

226Ledit Farnay sera tenu establir aud quartier de La Coronne une forge pour lusage desdits maîtres peirerons durant le temps et terme de cinq années commanssans ledit à présent et à pareil jour finissant

227Pendant lequel temps lesdits maîtres peirerons seront aussi tenus de se servir dicelluy à ladite forge pour luy faire éguiser et accomoder leurs marteaux et escoudes et autre ferremants servant à leur usage sans pouvoir le faire ailleurs et cest moyennant le prix scavoir des marteaux trois sols et des escoudes deux sols quest un sol chasque pointe desdites escoudes et six (liards) de chascun desdits marteaux et lhors que lesdits peirerons fairont accomoder des coignets de fer et autres ferremants pour leur usage sera payé a raison de 2 sols la livre en fournissant le fer audit Farnay item que les marteaux escoudes et masses que ledit Farnay faira de neuf pour lusage desdits maîtres peirerons estant le tout assiéré seront iceux obligés de les luy payer à raison de 5 sols le livre le tout bon et receptable et la ou lesdits ferremants se trouveroient estre (mals) ledit farnay sera obligé les accomoder à ses despens et ne pourront lesdits maîres peirerons se pourvoir diceux d’autre (…) que ledit Farnay et finallement que de chasque caussadure tant aux marteaux que escoudes et le tout aciéré sera payé à raison d’une livre 16 sols chascun desdits marteaux et escoudes lhors que les cassadures seront aux 2 bouts, Tant lequel travail estant faict ont promis lesdits maîtres peirerons le payer audit Farnay lhors qu’il y en aura 3 livres a la re(faire) des ferremans neufs qui luy seront payés lhors quils les prandront et à ce qui se treuveront montés (…) »

Document n° 22. Acte de commande des matériaux pour la construction de Notre Dame de Bon Voyage à la Seyne Sur Mer le 25 mai 1674, Notaire Joseph Darbès, ADBdR 306 E 856 f°318

228« (…) Esprit Reymondon et Simon Carnasson, Peyrerons de La Couronne du Martigues (promettent à) Pierre et Jean Delvoux frères, maitres massons de cette ville Daix préfachiers de la besongne de leglise du lieu de La Seyne proche de Thoullon (...) de fournir la pierre de taille de La Couronne que luy sera de besoing necessaire pour ladite besongue et eglise de La Seyne bonne fine merchante et de recepte et commanceront a fere ladite fourniture le 1er du mois de juin at après continueront sans dicontinuer durant le temps et espace de quatre année moyennant le prix de vingt quatre livres le cent de queyron de deux pans et demy de long et ung pan au carré de large la pierre randus aux despans desdits Reymondon er carnasson au port de La Seyne et mis a terre sur le port, laquelle dite pierre sera comptée scavoir les cartiers de quatre pans long et deux pans et demy large reduicts à quatre cairons, les cartiers de quatre pans de long et deux pans de large reduicts à trois cairons, les cartiers de cinq pans de long et deux pans de large réduicts a quatre cairons, les grazes de quatre pans long et un pan et demy large reduicts a deux cairons et demy, celle de cinq pans trois cairons, les cairades de trois pa,ns long, deux pans large reduictes a quatre cairons, les bugets de trois pans long un pan et demy large, reduicts a deux cairons, les eyguiers de trois pans large et quatre pans long reduicts a cinq cairons (...) »

229Les ouvriers reçoivent 600 livres d’acompte et le reste leur être payé au fur et à mesure des livraisons.

230Jacques Antheime « patron de la Barque de Six-Fours » qui était témoin au moment du contrat, s’engage à fournir envers « lesdits Reymondon et Carnasson a leur porter et conduire avec sa barque toute la pierre que iceux sont obligés fournir auxdits Delvoux et durant la mesure temps de quatre années, de commancer a la porter ledit jour premier juin prochain et continuer sans discontinuer pour quelle cause que ce soit durant ledit temps et ce jour et moyennant le prix et somme de quinze livres le cent desdits cairons de deux pans et demy de long et ung pan de large de la fasson cy dessus dite randus aux despans dudit Antheime audit port de La Seyne... »

231Le transporteur touche 200 livres d’acompte.

Document n° 23. Vente de parcelles de carrières le 28 janvier 1678, ADBdR 378 E 642 f°10

232« (…) la veuve d’Anthoine Jaurras a vendu à Jean Roubaud aussi peyreron de La Couronne stipulant scavoir deux perrières (…) que feu son mary possédait… (la première) appelée la perrière de la fontaine et l’autre aux Arqueirons appelée (frons) rouges (…) avec tout ses droits et dépendances (…) et cest pour le prix et somme de 3… livres que ledit Loubaud luy fournit et expedit pour survenir aux frais funéraires et enterrement et autres dudit feu Jaurras (…) a aussi vendu et remis audit Roubaud toujours présent une autre perrière quelle possède à ladit Coronne confrontant perrières et heoirs de Jean Gay et André Martel et autres et cest moyennant le prix de 10 sols le cent de tous les quairons que ledit (Jaurras avait tiré)… » Page difficile à lire car la moitié est dévorée par les vers à papier.

Document n° 24. Achat de parcelle de carrière le 26 mars 1678, ADBdR 378 E 642 f°32

233« Dominique Reymondon peireron La Couronne a vendu ceddé et remis à Pierre Jourre aussi peireron de ladite Couronne présent stipulant a scavoir les fruits et une perrière et front dicelle qui se trouve dejja ouvertes a la Coronne et cartier appelé Notre Dame (…) et qui se trouve confrontant de levant et septentrion terre et vigne de Etienne Roubaud, de midi et couchant terres gastes et terres de Barthélémy Veran et cest moyennant le prix et somme de 36 livres desquelles ledit Jourre a payé comme il promet a la descharge et aquittement dudit Reymondon et Honnoré venture de La Coronne (…) »

Document n° 25. Achat de parcelle de carrière le 20 juin 1678, ADBdR 378 E 642 f°103

234« Jean Trevan et Michel Dubois patron de Marseille ont vendu et remis par ces présentes à François Nicollas et Esprit Reymondon peyrerons de La Coronne présents stipulant à scavoir une perrière que lesdit Trevan et Dubois ont acquis de Claude Vachier peyreron La Coronne par acte receu par me Arniel notaire de cette ville (…) appelée la perrière rouge (seiche) dans le clos que ledit Vachier avoit acquis appartenant à Honnoré Vachier et autrement avec la mesme quallité conditions entrées et issues que lesdits Trevan et Dubois lont aquises et portée par ledit acte (…) lesdits achepteurs seront tenus et obligés de coucher et poursuivre ladite perrière pour en retirer toutes les pierres quils pourront dans le temps que lesdit Trevan et Dubois estoint obligés par le mesme acte qui estoit dans 9 années et par aussi lesdits achepteurs n’auront plus que 7 années et 10 mois à compter du jourd’huy… (ils seront aussi tenus de) jetter la desfarde 3 cannes alentours (…) Pendant ledit temps lesdits Nicollas et Reymondon seront obligés de donner et expédier auxdits Trevan et Dubois toutes les pierres quils fairont et couperont à ladite perrière rouge au prix courant suivant la quallité des pierres promettant lesdits Trevan et Dubois fere jouir et tenir les achepteurs de ladite perrière(…) »

Document n° 26. Fourniture de pierres de taille le 12 Janvier 1679, ADBdR 378 E 642 f°11

235« Guilheame Decoutel peyreron résidant au cartier de La Couronne (…) a promis et soblige en face d’Anthoine Roux host du logis qui a pour enseigne St Joseph de cette ville du Martigues présent stipulant de luy livrer et expédier toute la pierre de taille quil faira en ladite Coronne et telles pierres que ledit Roux lui ordonnera et cest pendant le temps et terme de 2 années qui compteront du jourdh’huy et finiront a pareil jour et sans que ledit Decoutel puisse pendant ledit temps vendre aucune pierre a qui que ce soit à paine de tout despens, dommages et inthérets et cest moyennant le prix de 25 livres le centenal de cairons vendues à la ville de Marseille au despans risc et fortune dudit Decoutel comptés et payés au compte de la barque huit jours apprès l’embarquement faict à Carro. Bien entendu que lesdites 25 livres sont pour les pierres de Solade, 24 livres pour celles Darnette et 25 livres la pierre blanche des clapiers de la Garde et les bars 28 livres a compte du prix desquelles pierres ledit Decoutel confesse avoir receu peu avant la présente dudit Roux en avance la somme de 30 livres lesquelles seront précontées à la fin desdites 2 années sur les pierres qui seront envoyées par ledit Decoutel et au surplus pour lobservation de ce que dessus lesdites parties ont obligés (…) »

Document n° 27. Achat de perrière le 19 janvier 1679, ADBdR 378 E 642 f°16

236« André Martel peireron au cartier de La Coronne avendu ceddé remis par ce contrat à Jean Trevan marchand et Michel Dubois patron et Jean Leydet, peyreron de la ville de Marseille à savoir un front de perrière quest sur le bout du clos que ledit Martel possède a ladite Coronne en Nostre Dame appelée le tarron de la pistolle et cest contre le front que Honnoré Ollive a poursuivi consistant ce qu’on vend en 21 pans de long du costé de levant tirant vers le chemin et jusques à la longueur de six cannes et ensuite aussi poursuivi vers le midy pendant toute la longueur dudit clos et cest avec les entrées et issues droicts et appartenances et cest pour et moyennant le prix et somme de soixante livres desquelles en a este deduict et compancé au proffit dudit Martel la somme de 40 livres 10 sols que ledit Martel le doit par acte receu par Me Malle notere le 12 du courant au veu de moy (…) »

Document n° 28. Achat de pierres en partie au port de Carro le 20 janvier 1679, ADBdR 378 E 642 f°17

237« Jean Loubaud peireron de La Couronne a vendu à Jean Trevan marchand de la ville de Marseille scavoir la quantité de 450 cairons que ledit Loubaud a la plus grande partie sur le port de Carro et le reste a la perrière Darnette le tout veu et recepté par ledit Trevan dont sen contente et cest pour le prix et somme de 108 livres de laquelle somme a este deduict 18 livres pour le droict de charriage de ladite pierre audit port que ledit Trevan a payé et luy aussi sera deduict le droict des nolis pour le port de ladite pierre et le restant ledit Trevan promet audit Loubaud les compancer sur la somme des 128 livres que ledit Loubaud luy doit (…) »

Document n° 29. Obligation de remboursement pour l’achat d’une charrette utilisée pour le charriage des matériaux extraits à Notre Dame le 31 mars 1679, ADBdR 378 E 642 f°71

238« A.Tardieu mesnager de Martigues a confessé devoir à Esprit Reymondon et Pierre Vachier peirerons du cartier de La Coronne (…) la somme de 100 livres quest 50 livres chascung quils luy ont fourni pour survenir à l’achat d’une charrette neuve que ledit Tardieu a faict ces jours passés et avec laquelle il travaille déjà à charrier des pierres de ladite Coronne ainsin quil a dict et lesquelles 100 livres ledit Tardieu a promis payer auxdits Reymondon et Vachier la moitié à la feste Ste Marie Madeleine et l’autre moitié à la feste de St Michel (…)

239Et a esté accordé entre les parties que ledit tardieu sera obligé de charrier toute la pierre que lesdit Reymondon et Vachier fairont à leurs chantiers sans pouvoir en charrier pour d’autres à paine de tous despans dommages et inthérets à moins qu’ils n’eussent pas de travail pour les employer et cest maintenant le prix de 6 florins et demy le tout portés et rendus au port de Carro et Coronne-Vieille pris aux Arqueirons et au cartier de Nostre Dame aux peyrières que lesdits Reymondon et Vachier ont ouvertes et cest pendant le temps et terme de 2 années (…) »

Document n° 30. Vente de queirons le 4 mai 1679, ADBdR 378 E 642 f°135

240« Jean Loubaud peyreron de La Couronne vand à Jean Trevan, Michel Dubois, et Jean Leydet marchands de Marseille 800 queirons qui se trouvent une partie sur le port de Carro qu’en la peyrière Darnette pour le prix de 14 livres le cent après avoir déduit le prix de la charrette se montant lesdits 800 queirons à la somme de 112 livres (…) »

Document n° 31. Achat de fruits de peyrière le 17 février 1680, ADBdR 378 E 642 f°36

241« Dominique Meiffren peireron La Couronne, cedde par contrat à Jean Trevan et Michel Dubois les fruicts et usufruicts d’une peyrière et fronts d’icelle qui est desjà ouverte à la propriété dudit Meiffren à ladite Couronne et aux Arqueirons, du costé du chemin charretier (…)

242La propriété contient avec ses entrées et ses issues tirant ladite peyrière vers le midy…

243(Elle a pour) confronts, de levant, reste de propriété de Meiffren, de midy, terres et vignes de Reymondon, de couchant, Anthoine Roux acquises de Loubaud, de septentrion, chemin charretier (…) de ladite peyrière lesdits Trevan et Dubois (pourront) en jouir et en tirer autant de fruits et pierres de taille quils pourront et cest pandant 9 ans (…) Les déchets (devront être) jettés en poursuivant la carrière au lieu le plus proche (…) moyennant le prix et somme de 75 livres (…) Ledit Meiffren permet à H. Venture de passer avec la charrette dans son fond pour charrier les pierres quil pouvoit fere (…) »

Document n° 32. Arrantement de carrière le 12 août 1680, ADBdR 378 E 642 f°197

244« Pierre Ollivier arrante à Jean Loubaud une bastide terres vignes arbres cartier de fonds sollades et sur le chemin qui va de droit à chapelle Saint Pierre (…) pendant 1 année (…)

245A arranté audit Loubaud les peyrières qui sont à ladite propriété autres que celles quil a ci devant arranté à Eloy Achard, situées sur un penchant qui regarde de septentrion pour en retirer toutes les pierres (…) 3 livres le cent des queyrons payables à chaque barcade ou compte de la charrette (…) Ollivier pourra fere des pierres dans la même peyrière et contre cela sera obligé fere decouverte (…) »

Document n° 33. Convention de transport maritime le 22 janvier 1718, ADBdR 378 E 683 f°843

246« Par devant nous monseigneur royal de la ville de Martigues (…) les témoins bas nommées estably en la personne Eloy Fouque, mesnager de la contée de La Couronne d’une part et Jean Tourre, Jean Reymondon, Joseph Reymondon son fils, Jacques Couteau, Jean son fils, Jean Chouquet, Joseph Gay, Jean Gay son fils, Honnoré Gay, Joseph Roubaud, Joseph Bœuf, tous les peirerons de la contrée de La Couronne lesquels de leurs pures et libres volontés ont convenus que Fouque (s’occupera du) charriage de toutes les pierres que les pairerons feront dans leur chantier des plaines ensamble (…) jusque au bors de lamer (…) Lequel charriage ledit Foquue (…) est obligé de faire moyennant le prix et somme de 3 livres 6 sols et pour chaque cent de queirons des autres chantiers aux prix accoustume moyennant quoi les maîtres peirerons ne pourront se servir d’autres charrette que celle dudit Fouques ny se servir d’autres pierres qu’ils travaillent sur mesure sur leurs chantiers. La présente convention est faicte pour le temps et termes de quatre années qui commancetront au mois de may prochain (…) finies en l’année 1722.

247(Si vient) amourir une mule ou la charrette dudit Fouque pendant lesdites quatre années luy devra donner un delay par les maîtres pêirerons de quinze jours pour en avoir une autre sans pouvoir prétandre contre luy aucun dommage (…) »

Document n° 34. Convention pour la fourniture de pierres du 5 janvier 1725. ADBdR 378 E 696 f°690. Acte annulé le 3 mars 1725 (f°726)

248« Antoine, Simon et Jean Gay, père et fils,Jean Antoine Jourre père et fils, Jean Venture, Michel Roubaud tant en son nom que pour Jean et Jacques Roubaud ses enfants absents pour lesquels il se fait fort, Barthélémy et autre Jean Roubaud père et fils, Balthazar et Joseph Venture père et fils, (…) Les maîtres peirerons dénommés et leurs enfants, toujours autorisés de leurs pères, sont tenus d’expédier, comme ils s’obligent chacun en ce qui les touche, audit Bresson et de lui rendre à bon port à Marseille à leurs risques et dépenses ainsi qu’ils conviendront avec le patron Casson, toute la pierre de taille que chacun d’eux pourra travailler, conditionnée de recepte et sur le plan que le sieur Bresson leur en donnera sans pouvoir la vendre à d’autres pendant le temps du traité (…) Laquelle pierre de taille sera tirée des carrières du susdit quartier de La Couronne.

249Ledit Bresson sera tenu d’en payer le prix courant à chaque jour de la réception soit que ledit prix augmente ou diminue sera de même, tenu ledit patron Casson toujours suivant ledit traité de faire le transport avec sa tartane du nom Saint-Jean du port d’environ 1000 quintaux équipée et munie de ce qui sera nécessaire et de faire deux voyages par semaine si le temps le permet et que ledit bâtiment subsistera sans pouvoir le vendre pendant le cours du traité au nolis du bourg ordinaire qui sera le jour de chaque débarquement de la pierre de taille avec cette condition le prix de la pierre a augmenté ou diminué dans l’intervalle du voyage que Casson fera audit cas celui-ci ne pourra profiter ou souffrir que par rapport à la moitié de l’augmentation ou de la diminution du susdit prix.

250Se réserve ledit Casson du consentement du sieur Bresson et des maîtres peirerons sus nommés 4 voyages avec son bâtiment pendant chacune année du présent traité dont le temps sera fixé.

251Ne pourra ledit patron pour raison des susdits voyages aller plus loin que le port de Toulon, comme aussi le faire avec sa tartane le charroi de la pierre de taille travaillée seulement des propres mains de Jacques Couteau et Joseph Roubaud maîtres peirerons dudit quartier non compris dans le traité lors de leur rang ainsi qu’il sera amiablement réglé entre les peirerons susnommés et ledit Bresson

252Ledit charroi avec toutefois frais et dépens desdits Couteau et Roubaud ainsi qu’ils conviendront avec ledit Casson

253Le présent traité entre les maîtres peirerons sus nommés, leurs enfants et ledit Bresson et ledit Casson est passé pour le temps et terme de 3 années sous les conditions énoncées.

254Aussi expressément convenu que (si) venant des enfants des sus nommés ou quelqu’un d’eux à quitter son père, établir une carrière à son propre ou travailler a son particulier, en ce cas les pierres provenant dudit travail pendant le cours du traité ne pourront être vendu ou expédié qu’audit seul Bresson au prix stipulé ci devant

255Et est en plus convenu que, comme Balthazar Venture et Antoine Gay du nombre des traitants ont passé pareils pour la vante de leurs pierres de taille aux entrepreneurs de la bastisse de l’église de Férréol de Marseille, dans le travail discontinué depuis quelque temps que venant le travail de (parfaire) batisse a estre repris et continué et sera permis audit Venture et Gay et enfants d’iceux d’expédier suivant le présent traité les pierres de taille qu’ils sont obligés de fournir sans que Bresson ne puisse prétendre aucuns dommages ou intérêts (…) »

Document n° 35. Revente de parcelles de la carrière de Saint Jean à partir des années 1720, pour y installer maisons et cultures

25617 avril 1720, ADBdR 378 E 684 f°219v°. Partage entre Jean Joseph et Antoine Veran frères

257« Une terre au quartier de la fontaine de Verdon, confrontant de levant Jean Reymondon, de midy et couchant Balthazar Venture, de septentrion labreuvoir (…) Plus le restant de la susdite propriété de terre et vigne, figuiers et autres arbres fruitiers et le clos (dans lequel il y a ?) une carrière (...) »

25824 février 1753, ADBdR 378 E 738 f°66v°

259« Barthélémy Nicollas, peireron du quartier de La Couronne a vendu (…) à Barthélémy Chouquet aussi peireron du quartier (…) une place pour y bâtir une maison de 7 cannes et demi carrée faisant le triangle située audit quartier proche de l’église de Saint Jean confrontant de levant ladite église, chemin entre les deux, de couchant terre et maison du vendeur et de septentrion ledit vendeur a ses autres confrons plus véritables s’il y en a sous la directe de la seigneurie de Jonquières, à la cause que ladite place de maison se trouva faite par les anciennes reconnaissances (…) pour le prix et somme de 70 livres (…) et permettant ledit Nicolas audit Chouquet de prendre toutes les pierres qui leur seront nécessaires pour la construction de la maison et autres bastisses dans l’enceinte de la place autant de pierres en clappiers qui sont dans la propriété et ceux placés du côté du couchant de ladite bastide dudit Nicolas sans pourtant toucher aux murailles (…) »

260Avril 1753, 378 E 738 f°146v°

261« Antoine Gay vend à Jeanne Gouiran, veuve de Joseph Gay peireron, une salle dans le bas au quartier de Saint-Jean à La Couronne (…) qui cnfronte de kevant la rue, de midi la rue, de couchant la maison de Jean Chouquet, et de septentrion les heoirs de Joseph Gay (…) et une terre de 2 panaux (…) complantée de 500 souches de vignes, 3 figuiers (qui confronte) de couchant Jean Chouquet peireron, de levant, les heoirs de Joseph Gay, de midi la propriété de Jean Joseph Simon, murailles et pierres sèches entre deux, et de septentrion la propriété de Jean Gay (le tout) sous la directe de Montmajour (…) »

262Déclaration Barthélémy Nicolas en faveur de Barthélémy Chouquet 12 juin 1754, 378 E 739 f°479v°

263« (…) Barthélémy Nicolas, peireron La Couronne vend à Barthélémy Chouquet peireron (…) une place située au quartier Saint-Jean (…) de 8 cannes 6 pans de long faisant 46 cannes six pans carrée (…) pour le prix et somme de 70 livres (…) pour y bâtir une maison »

Document n° 36. Demande d’un prêtre par les habitants de la Couronne en mars 1723, ADBdR 378 E 684 f°844

264« (…) Estienne Fouque, mesnager, et Jean Roubaud, peireron, margaillers et tous les habitant rassemblés, Barthélémy Fouque, Jean Fouque, Barthélémy Roubaud, Antoine Camoin, Jacques Coutteau, Valantin Fouque, Jean Gide, Dominique Felix, Eloy Fouque, Laurens Fouque, Honnoré Gay, Jean Jourre, Jean reymondon, Simon Fouque, Balthazar Baudillon, Sébastien Vachier, Jean Couteau, Jean Joseph Veran, Jean Fouque majeur, autre Jean Fouque, Antonin Gay, Jean Leydet, Esprit Leydet, Barthélémy Nicolas, Joseph Roubaud, Joseph Bœuf, Jean Claude Gonfard, Jacques Baudillon, Joseph Gay, Antoine Fouque, autre Jean Fouque de la Baume tant pour eux que pour les autres habitants de La Couronne (…)

265Depuis la maladie contagieuse au Martigues et ses dépendances et que messire leur curé qui mourut de la maladie est décédé (…) les habitants demande à l’archevêque d’Arles d’envoyer un prêtre car plusieurs sont passés et repartis faute de moyens pour subsister (…) Nombre de paroissiens sont morts sans confession et (les habitants se trouvent aujourd’hui) obligés d’aller à Martigues pour les baptêmes (…) les habitants depuis plusieurs années sont devenus aun nombre de 474 familles (…) ».

Document n° 37. Achat d’une parcelle dans la carrière de Notre Dame, le 31 décembre 1723, ADBdR 378 E 684 f°1015

266« (…) Guillaume Chouquet, peireron (…) a vendu remis par le présent acte à Jean Chouquet aussi peireron du même quartier la faculté de faire des pierres ou autres sur un front de peyrières aud quartier de nostre dame qu’est une moitié de ladite peyrière la même que ledit Jean Chouquet avait désemparé audit Guillaume Chouquet … »

Document n° 38. Convention de transport lapidaire maritime du 8 décembre 1727, ADBdR 378 E 685 f°671

267« (…) Jean Digre, patron de la ville de Marseille (…) et Jacques Leydet, François Rindollet, Jean Venture, Jean-Baptiste Roubaud, Jacques Roubaud, Charles Venture, Jean Roubaud, Joseph son fils, Jean Reymondon, Joseph et « magin » Reymondon ses enfants, Laurens Fouque, Gaspard Gay, Michel Roubaud, Jean Joseph Roubaud, tous peirerons de La Couronne (…) ont convenu que ledit patron Digre sera tenu de porter avec sa barque dans les ports de Marseille et autres endroits qui lui seront indiqués, toutes les pierres que les peirerons sus nommés lui fourniront audit La Couronne et a l’endroit accoutumé et c’est pendant le temps et terme de deux années qui commenceront au 1er jour de l’année prochaine et sans que pendant le temps le dit patron puisse porter d’autres pierres ni autres négoces mais de satisfaire a ladite obligation, ni lesdits peirerons de donner à embarquer leurs pierres sur d’autres barques que celle du patron Digre, lequel embarquera au port desdites pierres suivcant l’odonnance (…) payent au patron 7 livres par cent de queirons payables à chaque voyage après avoir débarqué

268Le patron sera obligé de charger les pierres hors du ponton quil en sera requis par les peirerons et que le temps le lui permet, audit ca luy sera payé 7 livres 10 sols par cent de queirons (…) »

Document n° 39. Réoccupation des sols de la carrière des Arqueirons à partir de 1723

26931 décembre 1723, ADBdR 378 E 684 f°1014

270« (…) Joseph Rindollet, peireron, (…) vend à Joseph Mégy, berger, (…) une terre vigne avec un bâtiment situé au quartier des Arqueirons, confrontant de levant du midy, du couchant et du septentrion terre gaste et propriété de Joseph Rindollet, du côté de septentrion un petit morceau en (hormas) entouré de murailles qui avait appartenu à Joseph Rindollet (…) sous la majeure directe de Montmajour (…) ».

27130 mai 1753, ADBdR 378 E 738 f°148v°

272« (…) Jean Boeuf peireron achète à Antoine Gay une propriété de terre au quartier de La Couronne quartier des arqueirons (…) de 5 panaux (…) complantée de 3000 souches de vignes, 10 figuiers, (…) et une bastide deux bas de salle par dessus, une cuve de pierre et une pile pour fouler les raisins (…) qui cofronte de levant la propriété Balthazar Venture, peireron, de midy, Venture, chemin entre les deux, de couchant, terre gaste et de septentrion, terre gaste (…) Sous la directe de Montmajour (…) »

Document n° 40. Extraits de la revente de plusieurs carrières d’Antoine Gay, carrier, à ses fils Gaspard et Simon, carriers aussi, entre 1750 et 1752

27321 Août 1750, ADBdR 378 E 738 f°573v°

274« Une carrière avec des fronts silicée aud terroir de La Coronne quartier de Carro confrontant de levant Verdon, de midi, de couchant la Baume (…) Sous la directe des seigneurs de Montmajour »

2759 février 1752, quittance pour l’achat d’une parcelle de carrière au quartier de La Beaumaderie, ADBdR 378 E 738 f°341v°

276« (…) Gaspard Gay (rachète à) Antoine Gay, son père, (…) un coin de carrière situé au quartier de Baumadalier terroir de La Couronne que son père lui a vendu verballement (…) qui confronte de midi une carrière à Jean Gonfard, de levant et couchant terre gaste et de septentrion Jean Gay, possesseurs des carrières (..) ».

Document n° 41. Devis estimatif des ouvrages à faire pour la construction de l’escalier du pont de communication avec le pavillon existant de l’hôtel de ville de Marseille pour la construction de la tour de son horloge le 22 mai 1742, A.M. Marseille DD38

277Pierre de taille ordinaire de La Couronne taillée seulement entre 2 lits à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

278Au fondement de la façade au midi

long : 62

Larg : 6

1488 pans

Haut : 4

279A celui du mur du vestibule

long : 52

Larg : 5 ¼

2002

Haut : > 1/3

280A celui du mur au milieu de la loge de l’escalier

long : 52

Larg : 5 ¼

2548

Haut : 9 ½

281A celui des murs latéraux du… l’escalier

long ens : 142

Larg : 6

7668

Haut : 9

282A celui des murs …marches de la rampe

long ens : 64

Larg : 2

384

Haut : 9

28314090 pans cubes de pierre de maître taillée entre 2 lits faisant 220 cannes 1 pans 2 men à raison de 11 livres lun ( ?) :

2842421.14.4
11100.7.8

285Pierre de taille rouge de La Couronne en parement…renfort à la canne carrée d’un pan d’épaisseur

286122 x 15 = 1995
3451
104 x 14 = 1456

287De l’ancienne Couronne en parement…renfort à la cane

15 x 14 ½

 = 217 ½

14 x 13 ¼ x 1 ½

 = 278 ¼

51 x 4

 = 204

51 ½ x 44

 = 2266

49 x 39 x 1

 = 1911

51 ½ x 8

 = 412

53 x 1 ½ x 2

 = 159

54 x 1 ¾ x 3

 = 283 ½

2885731 ¼ pans cubes de pierres de taille rouge anc Couronne : 89 cannes 4 pans 3 m à raison de 23’’ la canne
2060’’13.1.

289Pierre de taille ordinaire de La Couronne taillée seulement entre 2 lits à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

29057 x 11 x 1 2/3 = 1045

2911045 pans cubes faisant 16 cannes 2 pans 5 m à raison de 11’’ la canne.

292Pierre de taille grasse de l’ancienne Couronne parement canne carrée d’un pan d’épaisseur

293Dessus de portes

51 x 23 =1173

49 x 18 = 882

Cubage

58 x 13 = 495

2943304 pans cubes de pierre de taille grasse de l’ancienne Couronne faisant 51 cannes 5 pans d’1 pan d’épaisseur à raison de 23’’ la canne.

295Pierre de taille rouge de l’ancienne Couronne en renfort à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

Long

Haut

Epais

Total

Lieu

43

12

3

172

pilastres

145

1 ¾

1/3

84,53

chambranles

34

2/3

1

22,6

51

1 ½

1 ½

38,23

296Pierre rouge de l’ancienne Couronne en parement …renfort à la canne carrée d’un pan d’épaisseur

297Enfourchem porte de milieu
15 x 14 ½ = 217 ½
Renformés… Partie ( ?)
14 x 13 ¼ x 1 ½ = 218 ¼
Plinthe jusqu’aus détours de corniche
51 ½ x 44 = 2266
Renformés dans le… parties ( ?)
49 x 39 x 1 = 1911
A la corniche
51 ½ x 8 = 412
Renformés corniche
53 x 1 ½ x 2 = 159
Autres parties renformés de la corniche
54 x 1 ¾ x 3 = 283 ½

2985731 ¼ pans cubes de pierre de taille rouge de l’ancienne Couronne. 89 cannes 4 pans 3 à raison de 23’’ la canne.
Le montant des parties en devises.

299Pierre rouge de La Couronne en parement … renfort à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

300Façade extérieure : 43 x 12 x 1/3 = 172
Montants en chambranle : 145 x 1 2/3 x 1/3 = 84 :5 :3
Corniches de croisées : 34 x 2/3 x 1 = 226
Cours de plinthe : 51 x 1 ½ x ½ = 38 :2 :3

301317 :4 :6 de pierres de taille …. Faisant 4 cannes 6 pans 5… à raison de 23 ‘’ la canne

302Pierre de taille ordinaire taillée seulement entre 2 lits à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

303Place intr cachée par le plafond du grand palais :
57 x 11x 1 2/3 = 1045
1045 pans cubes … faisant 16 cannes 2 pans 5 … à raison de 11’’ la canne.
Au mur qui sépare le vestibule avec la cage d’escalier

304Pierre rouge le L’ancienne Couronne en parement en renfort à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

305Face côté vestibule : 58 x 26 ½ = 1537
Face dans cage d’escaliers : 58 x 33 = 1914
Mur entre les deux faces : 56 2/3 x 29 x 3 = 4930
8381 pans cubes ….faisant 130 cannes, 7 pans 5 m à raison de 23’’ la canne.
Le montant des parties cy dernier (mur d’escalier)

306Pierre rouge le L’ancienne Couronne en parement en renfort à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

307Face inter des murs : 229 ½ x 33 1/3 = 7656
Dessus de partie précédentes : 117 x 1 = 117
Renfort parties précédentes : 163 ½ x 3 2 2/3 = 5341 ¾
13108 ¾ pans cubes faisant 204 cannes, 6 pans, 4 m à raison de 23 ‘’la canne.
Montant des parties cy derniers

308Pierre de taille ordinaire, parement, renfort canne carrée d’un pan d’épaisseur.

309Face inter renfort des 3 murs de la cage (nv pavé 1er étage)
200 x 29 x 2 = 11600
Face inter depuis 1er étage jusque dessous de la corniche qui couronne les murs
200 x 58 x 1 ¾ = 20300
A la corniche 260 x 5 = 1300
Renfort dans la ville : 256 x 2 x ½ = 256
33486 pans cubes…. Faisant 523 can carrée 1 pan 6 ms à raison de 16’’ la canne.

310Pierre de taille ordinaire de la Couronne, seulement entre 2 lits à la canne carrée d’un pan d’épaisseur.

311Dans la partie de ces murs entre le 1er étage et le pavé de la cage entre les pierres de maîtres des parements
163 ½ x 32 2/3 x 1 ½ = 8011
8011 pans cubes de pierres du maîtres ordinaires …. fait 125 cannes 1 pan 3 mς à raison de 11 livres la canne.
Le montant des parties cy-contre

312Pierre rouge de La Couronne …. d’un pan d’épaisseur
A la partie sud des 3 murs
232 x 16 x 1 = 3712.
3712 pans cubes faisant 58 cannes de maitres ville à raison de 23’’ la canne
A la communication de l’escalier avec le pavillon existant ;

313Pierre de taille rouge de La Couronne … d’un pan d’épaisseur
Enfourchem d’une part du berceau qui porte en communication
33 x 19 = 627
À l’autre côté ?
Intrados d’un front à l’autre archivolte
44 x 28 = 1232
Renforts dans les arcs ?
48 :6 x 5 x 6 = 1460
3946 à déduire de ces parties
Des arcs qui portent en communication
48 ¼ x 7 ¾ x 2 = 747
3946 - 747 = 3199
Au socle entre 2 d’un des 2 murs qui portent communication
32 1/9 x 28 ¾ = 987…9
A l’autre mur ? 987 9
Aux chapiteaux les ? 2 d’un côté
36 x 4.6 = 168
A l’autre côté 168
A l’architrave et à la frise d’une part :
30 x 6 ¼ = 187.4.6
A l’autre côté : 187.4.6
27 x 8’’ 6 = 234

314678.2.6.10.

315A déduire
Pour les croisées à balcon
16 x 20 = 320
Soit un total = 6462.10

316Derrière les socles des 2 murs :
36 x 4 = 144
Derrière les bases ? :
29 x 1.6 = 48.3
Derrière les chapiteaux ? :
29 x 3 ½ = 101.4.6
Derrière l’architrave .frise et corniche :
60 x 8.6 x 6 = 346.6
Dans la corniche :
60 x 2 = 120
A la queue de la corniche :
60 x 2 x 3 ½ = 420
Entre face exte et inter :
60 x 22 x 1 ¼ = 720
Autre partie au-dessus des croisées :
60 x 12.3 x 1 = 740
A la face inter des murs de la communication :
62 x 24 = 1488
11521.2..4
Soit 11521 pans cubes de pierre de maître rouge de l’ancienne Couronne faisant 180 cannes 1 m à 23’’ la canne.

317Pierre de taille ordinaire en parement … d’un pan d’épaisseur
Partie des murs qui ferment la communication entre et au dessus du plafond du vestibule de communication
62 x 21 x 2 ¼ = 2929..4..6
2929 pans cubes de pierres de maître ordinaire …faisant 45 cannes 6 pans 1 m à raison de 16’’ la canne.
Avril 1743. Devis estimatif des ouvrages de maçonneries.

318« 160 cannes carrées d’un pan d’épaisseur de pierre de taille de La Couronne seulement taillées entre 2 lits, posées sur un bon lit de mortier….
165 cannes carrées d’un pan d’épaisseur de pierre de taille de l’ancienne Couronne tout le parement…
500 cannes carrées de pierre de taille ordinaire de La Couronne proprement taillées…
746 cannes carrées d’un pan d’épaisseur de pierre de taille de L’ancienne Couronne ».

Document n° 42. Convention de transport lapidaire maritime le 9 septembre 1745, ADBdR 378 E 736 f°465v°

319« (…) Louis Casson patron de la ville de Marseille (…) et Barthélémy Nicolas peireron du quartier de La Couronne agissant tant pour lui que pour Nicolas Nicolas son fils, ont convenu que ledit Casson s’oblige comme il s’y soumet de porter audit Marseille avec sa tartane toutes les pierres que lesdits Nicolas père et fils feront aux carrières audit quartier de la Couronne dans les mêmes conditions que l’acte passé le 25 Février 1743 (…) ».

320Acte non retrouvé.

Document n° 43. Extraits de ventes et achats de différents bateaux par Gaspard Gay, peireron, 1751-1756

321Août 1751, ADBdR 378 E 778 f°574

322« (…) par devant nous monseigneur royal a Martigues et témoins soussignés a été présentée en personne la personne d’Antoine Gay, peirerons du quartier de La Coronne, terroir de Martigues lequel de souligné et vendues et transporté, vend et transporte par les actes à Gaspard Gay, son fils, aussi peireron du quartier present stipulant acceptant, une carrière avec des frons silicée aud terroir de La Coronne, quartier (ou quarré)) de carro, confrontant de levant Verdon, (…) sous la directe des seigneurs de Jonquières (…) Celle ci est faite et passée par ledit Gay père aud Gay son fils pour les prix et somme de 30 livres, que ledit Gay dadone par ci-devant en monnaie de cours, de quoi satisfaire et payer a tenu quite »

3233 décembre 1751, ADBdR378 E 778 f°293

324« (…) les témoins soussignés et présents en personnes Antoine Gay peireron du quartier de La Coronne, terroir de Martigues lequel de bon gré et vandu et transporté (…) par les actes à Simon et Gaspard Gay, ses deux fils ainés aussi peirerons dudit quartier presents et stipulant et acceptans tous les frons n(…) qu’il a sur les carrières situées dans la plaine de (Aintartra) terrain de La Coronne, et finallement tout ce qu’il y a (…) sur les carrières en quoi que le tout puisse consister, la présente vente en partie par mr Antoine Gay aud deux Gay ses fils ainés pour le prix et somme de 60 livres qu’il recoi tou presentement et réellement lesdits Gay ses fils montré chacung en monnaye de cours (…) »

3257 avril 1753, ADBdR 378 E 738 f°98

326« Gaspard Gay, peireron de La Couronne et Félix Bounand, patron du lieu de castillane en Catalogne son associé ont vendu un bateau qu’ils possèdent en commun au port d’environ soixante quintaux, muni de ses agues, filets de pesche, confins et palongues au prix de 416 livres. »

32714 septembre 1754, ADBdR 378 E 739 f°526

328« (…) Gaspard Gay trasseur de pierre La Couronne a vendu à Felix Boureau originaire de (Callila) en Catalogne (…) la moitié du bateau 60 quintaux amarré à Carro avec tous les attraits de pesche (…) pour le prix et somme de 208 livres (…) »

32926 mars 1755, ADBdR 378 E 739 f°658

330« (…) Gaspard Gay traceur de pierre de La Couronne vend à Jaime Champpin patron du lieu de Saint Paul de la province de Catalogne, royaume d’Espagne, (…) un demi bateau de 60 quintaux du nom de la Sainte Vierge du salut, amarré au port de Carro (…) ».

33125 mai 1756, ADBdR 378E 739 f°328v°

332« Pierre Venel ancien patron de bâtiment de mer de cette ville vend sa tartane à Gaspard Gay, de pesage du port d’environ 1500 quintaux, ancrée dans le canal de la bourdigue du port (…) moyennant le prix et somme de 2100 livres »

Document n° 44. Convention de transport lapidaire maritime, le 20 septembre 1751, ADBdR 378 E 778 f°610

333« (…) par devant nous monseigneur royal à Martigues les témoins soussignés ont été présentés en personnes, Blaise Gillous, patron de la ville de Marseille, d’une part, Joseph Roubaud, Joseph Fouque, Jean Bœuf, Benoit et Felix Bœuf ses deux fils, Joseph Bœuf et Claude et Claude Bœuf ses deux fils, Michel Chouquet, Jean Chouquet, Thomas Blanc, François Roubaud, Jean-Baptiste Roubaud, Antoine Barthélémy, Fouque frères (…) Simon Gay et François Gay son fils, (…) tous peirerons du quartier de La Coronne, terroir de Martigues, lesquels de leur gré ont communément accordé par le présent acte, savoir que tous les peirerons susnommés, nolisent ledit Claire Gillous avec sa tartane appelé St francois du port d’environ quinse cent quintaux équipée de cinq personnes luy compris pour le temps estimé à trois années qui prendront leur commancement ce jourd’huy et finiront à pareil de l’année 1753, aux conditions qui suivent, Toutes les fois que les peirerons appelleront ledit patron Gillous il sera obligé de se rendre avec sa tartane et équipage a La Couronne pour charger les queirons (…) a raison de 7 livres le cent qui paieront à leur patron pour les nolis, apprés que lesdits peirerons auront été payé de prix, celui par les marchands, lesquels ne pourront se servir d’autres patrons que dudit Gillous, sois a Boumandariel ou autres endroits a la Couronne, autant de queirons accostés portés jusqu’au rivages de la mer les plus commodes (…)

334(…) ledit Gillous (ne pourra) ny ne travaillé pour autres personnes, non pas même pour luy, excepté en certains cas qui seront déclinés cy apprés et lorsqu’il aura besoin de charger lesdits queirons, lesdits peirerons ne le pourront faire que la partie de l’un apprés l’autre (…) pour alléger le chargement suivant l’ordonnance qui sera délivré entre eux par le sors et le patron, Qui s’il s’était rendu avec (sa tartane et équipage) sur les lieux, ne trouvant pas de queirons près a etre embarqués et pour charger (…), dans ce cas il luy sera permis d’embarquer de tous autres peirerons que ceux (mentionnés) ci dessus (…) lesquels queirons (…) ledit patron Gillous les débarquera tous les voyage sur le quai ordinaire, (…) (en cas) que le mauvais temps ne permis pas audit Gillous de faire le débarquement au jour prescrit pour le manque de place sur le quay dans ce cas il serai obligé d’attendre sans qu’il pus nous demander aucun rebordement contre les peirerons (…)sera obligé ledit patron Gillous d’embarquer (…) dans sa tartane toutes les provisions (…) qui seront necessaires aux peirerons denomés cy dessus pour les apporter aud quartier de La Coronne sans pouvoir le refuser ny prétandre aucun nolis desdites provisions (…) »

Document n° 45. Convention de transport lapidaire maritime le 27 Février 1756, ADBdR 378 E 739 f°330

335« (…) Blaise Gilloux patron de bâtiment de mer de la ville de Marseille et Joseph Claude

336Autre Claude leur père et ses deux fils, Joseph Beraud, Jean Denis et Matthieu Beraud ses deux fils, Thomas Blaise, Barthélemy Nicolas père, Autre Nicolas, Joseph Nicolas fils, André Rindollet,Honnoré Rindollet, Honnoré Venture, Joseph Venture fils, Jacques Roubaud, Joseph et Augustin Roubaud et ses deux fils, Matthieu Rimondon, Sauveur Joseph Rimondon fils, Joseph et Jean Fouque, Joseph fils, et Joseph Chouquet tous peirerons de La Couronne nolisent ledit Blaise Gilloux avec sa tartane du port de 1700 quintaux du nom de la Sainte Famille, de laquelle l’équipage est composé de 5 personnes, compris le patron pour le temps et terme de 3 ans (à partir d’octobre prochain)

337Toutes les fois que lesdits peirerons l’appellerons ledit Gilloux sera obligé de se rendre avec sa tartane et son équipage à La Couronne pour charger lesdits queirons (…) 7 livres le cent qu’ils paieront pour les nolis après que les peirerons auront été payés du prix d’iceux par les marchands lesquels ne pourront se servir d’autres patrons que dudit Gilloux sois à Baumadalier ou autres endroits du quartier de La Couronne, (les peirerons) aurons porté au rivage le la mer le plus commode à pouvoir être embarqué

338Sans que le patron Gilloux ne puisse se noliser pour autres personnes, non pas même pour lui, excepte en certains cas qui seront déclarés ci après ou lorsqu’il sera question de charger lesdits queirons les peirerons ne pourront le faire que la partie de l’un après l’autre suivant l’ordre décidé, Joseph Beraud, Nicolas Nicolas, Joseph Venture fils, Barthélémy Nicolas père, Joseph Chouquet, Joseph Nicolas fils, Joseph (B ?), Claude Bœuf, Matthieu Beraud, André Rindollet, Augustin Roubaud, Joseph Roubaud, Honoré Venture, François Nicolas, Sauveur Joseph Reymondon fils, Jean Denis Béraud, Matthieu Reymondon, Thomas Blaise, Jean Joseph Chouquet, Jacques Roubaud, Claude Roubaud ainé et Jean Chouquet (… s’ils n’ont pas de queirons quand il vient il embarquera les queirons d’un autre peireron, et s’ils ont moins de 40 queirons, les peirerons seront obligés de les embarquer les uns avec les autres) … ».

Document n° 46. Convention de transport lapidaitre maritime du 26 mai 1756, ADBdR 378 E 739 f°330

339« Simon Noyane maître maçon de la ville de Marseille et Gaspard Gay peireron de La Couronne, propriétaire de la tartane de pesche du nom Sainte-Barbe, (passent un contrat avec) Jean et Felix Bœuf, Jean Joseph Bœuf, Benois Bœuf et ses fils, Jean Antoine Chouquet, Jean Etienne Chouquet et Lazare Chouquet, ses deux fils, Pierre Venture, François et Jacques Gonfard, son fils, Joseph Gonfard, son autre fils, Jean Rimondon, Joseph Rindollet, Jean Louis Fouque, Simon et Antoine Gay fils, Pierre Turq, Joseph Roubaud fils de Jean, Jean François Roubaud son fils, Michel Chouquet, Antoine Chouquet, François Roubaud, Jean Baptiste Roubaud son fils, Antoine Gouin, tous peirerons de la Couronne nolisent ladite tartane appartenant à Noyane et Gay dont l’équipage sera composé de 5 personnes en tout, compris le patron, commandée à présent par Jean Joseph Tourre que lesdits Noyane et Gay ont choisi pour la patronie pour 5 ans (…) Toutes les fois que les peirerons appelleront Tourre il sera obligé de se rendre avec sa tartane et son équipage à La Couronne pour charger les queirons (…) 7 livres le cent payés audits Noyane et Gay pour le nolis après qu’ils auront été payés par les marchands (…) Ne pourront se servir d’autres patrons que celui qui commande la tartane utilisée

340Sois à Boumandariel ou autres endroits au quartier de La Couronne ou lesdits queirons auront été portés au rivage de la mer les plus commodes à pouvoir faire embarquer (selon un ordre de passage prédéterminé)

341Le patron ne peut noliser avec sa tartane autre personne et pour lui-même sauf certains cas (…) ».

Document n° 47. Convention de transport du 28 mai 1756, ADBdR 378 E 739 f°333

342« Simon Roustan, patron de la ville de Marseille et Jean Joseph et Michel Gonfard, son fils

343Jean Gonfard et Felix, son fils, Jean Roubaud, Barthélemy, Jean Simon, Jean Roubaud ses fils, François Rindollet, Antoine, Jean-Baptiste, Honoré et Simon Rindollet, ses fils, Antoine Gay, Joseph Gay et Jean, fils de Joseph, Joseph et Jean Joseph Rimondon fils, Joseph Rimondon, autre fils, Jean-Baptiste Roubaud, Jérôme Roubaud, Jean Venture, Jean André Gay, Nicolas Gay son fils, tous peirerons à La Couronne nolisent Roustan avec sa tartane 1500 quintaux du nom de Jésus Marie Sainte Anne équipé de cinq personnes, y compris le patron, (…) Toutes les fois que les peirerons l’appelleront il sera obligé de se rendre avec sa tartane et son équipage à La Couronne pour charger les queirons à Boumandariel ou autres endroits plus comodes (…) »

Document n° 48. Lettre du 22 mars 1783 de Mr Roustan concernant l’exploitation des carrières de Ponteau, ADBdR 2 H 432.

344« Mon très réverend père

345J’ai reçu l’honneur de votre lettre du 14 et celle pour le sieur Reybaud qui a payé les 166 livres 14 sols du lods de son legs faite du tiers suivant vos ordres le produis des carrières de pierres de Jonquières est tel que je l’ai mandé il ne faut pas les assimiler avec celles de Fontvieille la différence est immense. Les votres som des pierres douces qui durcissem à l’air belles et les plus recherchées pour les édifices, les notres au contraire som dures, cassantes et difficile à tirer et de plus très communes. Le produict des carrières de Jonquières tous petits qu’il est consideré au sol est considérable parce qu’elles ne sont ouvertes que dans des terres rocheuses de nulle valeur, à quelque bien peu d’herbes près dans le printemps seulement. Il n’y a pas même le plus petit bois sauvage ces rochers som pelés.

346De ce que les carrières souviem dans un terrain de nulle valeur il suis que les particuliers qui possedem de pareils terrains sestimem fort heureux quon y trouve à ouvrir et exploiter des carrières par 2 raisons.

347La première parce qu’après l’épuisement de la carrière ce qui forme à la fin un grand circuit le sol leur reste et leur donne des carrés des bonne terre ou ils platem des vignes des oliviers et semence tels som aujourd’hui la plupart des biens du quartier de La Couronne portant fruits et la seconde parce que pendam la durée de l’exploitation qui traine des années le propriétaire retire par cens queirons vingt sols sil fourni le chemin pour le charroi et quinze sols sil ne le fournit pas ce qui luy donne un revenu certain d’un sol nul.

348Les endroits à ponteaux ou l’on a ouvert et l’on pourrait ouvrir des carrières de pierres ne portem point ou que bien peu de diminution aux herbages pour le présent. Ils donneront dans la suite des deffrichements qui augmenterom les terres à fermer et consequemem les herbages et en attendant ces carrières donneron à la seigneurie un revenu en sus decelui du bail de 200 à 300 livres et plus annuellemem surtout si l’entrepreneur comme on le dit augmente les ouvriers jusqu’au nombre de 25 à 30 et qu’il leur fasse un logement latout près dans la terre gaste : ce transport des habitans de La Couronne à Ponteau ne diminueroit pas le travail des carriers de la Couronne ou tous les habitans pour ainsi dire som peirerons et dons la plupart faute de travail s’exportent.

349Tous ceux de Fontvieille som de La Couronne et ceux qui nen son pas sil y en a som leurs éléves. Nous en avons plusieurs aux lieux circonvoisins à la barben Charleval et autres lieux.

350Il parait de la que les carrières de Ponteaux ne (pourraient pas) nuire aux revenus de la seigneurie et que par contraire elles ne feuroint que les augmenter ce qui mérite faveur.

351Depuis des siècles que la seigneurie dans les baux de Ponteau se réserve d’y faire à son seul profis des carrières de pierres cette réserve luy a été inutile par la difficulté du transport par terre à la ville ou à la mer pour les embarquer et les frais considérables qui sensuivem.

352Aujourd’hui que par hasard un entrepreneur se présente et franchi toutes ses difficultés il paroi devoir être favorablement acceuilli soi pour linteret presem de la seigneurie soi pour son interet futur en mettam en réputation les pieres de Ponteau jusqu’à ce jour inconnues à Marseille et de tous nos voisins.

353Pardon mon trés reverend père la liberté de mes observattions mes pourtem se semble la nature des choses et surtous de mon intention continuelle à tous ce qui peus tourner au profit de la seigneurie et mériter confiance (…)

Document n° 49. Mémoire pour leconome de Montmajour et le fermier de la manse abbatiale au sujet de l’exploitation des pierres de Ponteau en août 1783, ADBdR 2 H 432.

354« Au mois d’Août 1783 leconome du chapitre de Montmajour et le Sr Légier fermier de la manse abbatiale furent informés par mr Roustan leur préposé à Jonquières les Martigues dont l’abbaye à la seigneurie et la directe universelle que le sieur Guieu negociant de la ville de Marseille se proposait de tirer des pierres de Ponteau si elles lui convenaient, domaine dépendant de la même abbaye et située dans ladite terre de Jonquières çou on n’avait jamais fait de semblable exploitation depuis un temps immémoré il ajoutait qu’il etait avantageux de donner les (mains) à une pareille entreprise et que suivant lusage du pais le sieur Guieu payerait une redevance de 20 sols par cent de queirons si on lui fournissait le chemin pour le charroi ou 15 sols si on le lui fournissait pas. Sur cet avis les propriétaires du domeine de Ponteau répondant qu’ils trouvaient la redevance bien modique ainsi que beaucoup d’embarras pour le prouver, le nombre de queirons que d’ailleurs ils ne vouloient point se charger ni de fournir le chemin ni destre dans le cas d’aucune indemnité vis avis le nommé Fouques, fermier de leur domaine.

355Cest dans ces circonstances et sans que rien fut précisément déterminé soit pour l’étendue de surface à découvrir et à exploiter soit pour la durée et la redevance d’une semblable faculté que le sieur Guieu commence son entreprise vers le mois de juillet 1783.

356En attendant qu’il peut se rendre à Montmajour pour convenir par les différents accessoires d’une pareille entreprise il prommit plusieurs fois de faire le voyage mais il prétexta souvent de nouvelles affaires (…) de Marseille qui le retenait et dont il était un des adjudicataires cependant les propriétaires de Ponteau se plaignirent de son retard et le Sr légier lui en ecrivit d’une manière pressente et cest ce qui résulte ainsi que tous les faits ci dessus de la réponse du sieur Guieu en datte du treize août 1784 qui demonstre que jusque là, il n’existait ni obligation ni convention entre les parties, il y offrit une somme de 300 livres à compte des queirons tirés ou à tirer de Ponteau, et le Sr Légier en l’acceptant le pressa de nouveau d’arriver mais ce fut que quand il sut que d’autres setoient présentés pour une semblable application qu’il donna de ses nouvelles en escrivant au Sr Roustan le onze février P ou il lui marqua de la manière la plus décidée, sa résolution de quitter et de cesser de tirer des pierres à Ponteau si quelque autre dit aussi y avoir la même faculté ajoutant encore qu’il est juste que les propriétaires acceptent les conditions des autres si elles leur sont profitables et pour se procurer encore une permission exclusive et illimitée il offre de prendre la ferme du domaine avec une pareille faculté. Le Sr Guieu écrivit une 2e lettre à mr Roustan le 14 mars ou il assure qu’il se randra fixement à Montmajour le 25 mars pour traitter une fois pour toutes avec les propriètaires de Ponteau il y parut en effet il y fit part à leconome de ses intentions et de la résolution de cesser de faire des pierres à Ponteau et de se retirer sil devoit avoir des concurrents à quoi il fut très affirmativement répondu quom ne pouvoit tirés une faculté exclusive et illimitée dans aucun cas ni consenti quil continuat (…) tant qu’il ne voudrait pas souffrir que quelquautre ait la même faculté que lui dimportance le sieur Guieu répond toujours faire dans sa résolution, leconome lui ajouter que la redevance de 20 sols étant trop modique il ne pouvoit même lui permettre d’en tirer des nouveaux queirons que par le prix de 5 livres le cent, comme les autres qui sétoient présentés devaient en payer que néanmoins il n’exigeront ceux qu’il avait tiré jusqu’ici qu’à raison de 20 livres ainsi que ceux qui se trouvaient faicte sur le chantier dont mr Roustan prendrait le compte et le montant et le sr Guieu persistant de nouveau dans ses refus il fut convenu verbalement qu’il cesserait des ce moment de faire de nouvelles pierres sauf à faire charger celles qui se trouvaient faites sur le chantier et ce fut en queste de ces conventions que le sieur Guieu prommit d’apporter le lendemain la notte des queirons qu’il auroit levés jusqu’alors et qu’il en payerait le montant il réparut en effet le 25 mars persistant dans les mêmes dispositions de la vaille et sans présenter en notte, en compte il suppose que les queirons faits depuis 71783 jusqu’à ce jour sevaloit à 43000 livres à raison de quoi il payera une somme de 135 livres que leconome (venit) à compte le sieur Guieu passa de Montmajour à Fontvieille il y vit le Sr Légier qui l’assura quil ne pouvoit consantir à une faculté exclusive et illimitée ni souffrir qu’il continue d’exploiter tant qu’il ne vaudrait pas souffrir lui-même (…) ni payer les queirons à venir 5 livres le cent, comme les autres, le sr Guieu annonce qu’il ne pouvait se soumettre à ces conditions puis le sieur Légier d’écrire à Mr Roustan pour prendre compte des quairons qui resteroient sur place et il lui propose alors un voyage sur les lieux avec leconome de Montmajour après la 15e de pâques, ses effaires demandant sa présance à Marseille jusqu’alors ou lon pourroit convenir de lui céder une certaine étendue de surface à exploiter à ses périls risques moyennant une somme fixe en faveur des propriétaires le sieur Légier prommit d’en conferer avec leconome et de lui fere part par le 1er courrier à laddresse qu’il lui indiquait à Marseille de ce qui serait determiné.

357Au retour de Fontvieille le sr Guieu répassa à Montmajour il informa leconome du voyage projetté sans lui en dire l’objet et il le prevint de la visite du sieur Legier leconome lui repondit quil ne voyait aucune utilité a fere ce voyage et qu’il ne pourroit consentir a aucun arrangement tant il ne voudrait lui même avoir de concurrent et payer a ladvenir des queirons comme les autres à raison de 5 livres le cent quil verrait le sieur Legier et quil serait informé du résultat de la conférence par le 1er courrier que par la même voye il enverrait à Mr Roustan pour prendre le compte et le montant des queirons (exploités) par le… et lui annoncer que dès ce jour le sieur Guieu ne pouvoit en faire de nouveaux comme il avait été convenu. Cest ainsi que cet entrepreneur se retire avec Fouque fermier de Ponteau qui l’avait toujours accompagné et le sieur Légier ayant prévu le lendemain 26 à Montmajour et fait part de l’objet du voyage projetté, leconome lui dit que la proposition d’un forfait ne convenait à aucune des parties qu’il les aurait (ou il trouvait) une espèce d’injustice d’exposer un autre entrepreneur à perdre et d’exiger de lui une somme assurée pour une surface de rochers qui quelque fois et souvent après les frais de descouverte et d’un commencement d’exploitation se trouve peu propre à fournir des pierres qu’il y auroit plus degalité dans les propositions déjà faites qu’il falloit donc écrire au sieur Guieu que l’arrangement ainsi que le voyage qu’il avait en vue ne pourrait avoir lieu et que tant qu’il ne serait pas décidé à souffrir de (concurrence) et à se fixer l’exploitation d’une surface qui lui seroit assignée, en payant comme les autres les queirons à raison de 5 livres le cent on ne pourroit consentir qu’il tirat des nouvelles pierres à Ponteau sauf à retirer ceux qui se trouvoient dans ce moment faits sur le chantier aprsè que le compte an auroit été pris par mr Roustan et cept ce qui est mandé par courrier du même jour au sieur Guieu pour Légier suivant l’addresse qu’il avait indiqué à Marseille. Les mêmes choses furent escrites le même jour à Mr Roustan, par la voye d’une commodité en lui faisant part de tout ce qui setait passé (…) leconome et le sieur Légier ayant à fixer depuis aux nouveaux entrepreneurs les surfaces de roches qu’ils pouvoient exploiter voulurent scavoir quelles seraient celles qui seraient moins préjudiciables à la culture du domaine pour cet effet ils deportèrent sur les lieux une personne expérimentée qui fit les observations le 3 avril mais ils furent bien etonnés quant à son retour elle leur annonça que le sieur Guieu avait ouvert non une ou deux carrières comme ils lavaient imaginé mais qu’il y en avait 16 ou 17 chantiers comprenant une surface extrêmement étendue et dans lesquels même depuis Pâques une infinité d’ouvriers avaient été occupés d’extraire de nouvelles pierres qu’ils avaient trouvé le sieur Guieu en personne lui qui avait assuré devoir être retenu à Marseille jusqu’à la 15e de Pâques que cet entrepreneur pretendait continuer à defoncer jusqu’à épuisement lesdites carrières par lui ouvertes en nen payant toujours les quairons qu’à raison de 20 sols le cent comme auparavant cest en cette conduite aussi indécente qu’irrégulière qui engagea les propriétaires de Ponteauy à lui signifier le 26 avril un acte (…) ajudiciaire pour l’obliger à se retirer de Ponteau et a en payer les quairons à raison de 20 sols pour ceux faicts jusqu’à la Pâque et sur le prix de 5 livres ceux faits depuis lors et de se rendre à cet effet pour faire son compte dans l’étude de Mr Villeneuve notaire de Martigues mais le sieur Guieu répondant fort longuement au bas de (arete) en dénaturant ou déviant plusieurs fois à prétendre être en droit de defoncer les carrières par lui ouvertes den payer toujours les queirons à raison de 20 sols le cent à moins quen conformité de lusage des lieux on ne l’indemnisat des frais considérables quil avait faict sous la bonne foy offrant en attendant qu’il peut exhiber ses livres de commerce une somme de 84 livres (…) à augmenter ou retrancher s’il y avait lieu.

358Le sieur Guieu continuant à agir en maître dans Ponteau depuis cette reponse, l’econome et le sieur legier de lavis de mr greffier se sont addressés au lieutenant des Martigues pour ajourner cette entreprenant pour se voir faire deffenses de continuer et d’avoir se retirer de Ponteau et pour obtenir en même temps des inhibitions provisoires la permission d’ajourner fut accordée et les fins en prévisions injustement renvoyées à la 1ère audience à laquelle le sieur Guieu sest presenté le onze juillet 1785 par le ministère d’un procureur et cest alors que les propriétaires de Ponteau (par) requete incidente ont demandé la (coordination) contre le sieur Guieu le 16 juillet pour le paiement des quairons scavoir à raison de 20 sols le cent jusque la Pâque et pour le prid de 5 livres le cent depuis lors. Cette requête renvoyée en jugement et signiffié au procureur du sieur Guieu celui ci a donné deffense declinatoires le 1er août tendant à prouver que le lieutenant de Martigues est incompétent et que Ponteau est dans la juridiction de Jonquières, on (…) auroit dû même s’addresser au juge du sr Guieu domicilié à Marseille etant question d’une action réelle ou tout au plus mixte.

359Tel est lestat de la (coupe) que le sieur Guieu a l’intention et interet de perpetuer, comme il sen est après expliqué et il est encore à remarquer que le sieur Guieu abuse de la complaisance du juge qui na pas accordé comme il devoit les inhibitions (…) cet entrepreneur ne se contente pas aujourd’hui de poursuivre l’extraction des pierres dans l’étendue des chantiers ouverts jusqu’au moment de (comptance) mais il fait de nouvelles descouvertes en allongeant la surface desdits chantiers depuis un mois, ce qui est contraire à son propre aveu consigné dans sa reponse à lacte extrajudiciaire du 26 avril ou il ne pretendait qu’un defoncement des carrières par lui ouvertes ce qui paraît être une nouvelle entreprise de sa part dans ces circonstances leconome de Montmajour et le sieur Legier pour prévenir des fausses démarches désirent de savoir

360Premièrement, quelles ont été les obligations qu’ils ont contractés avec le sr Guieu et quels en ont du être les effets depuis le mois d’août 1783 jusqu’à la pâque

361Deuxièmement, si à cette dernière époque ils ont pu exiger que le sieur Guieu cessat de tirer des pierres dans leur domaine tant qu’il ne voudroit pas souffrir de concurrent et payer à ladvenir les queirons à raison de 5 livres le cent.

362Troisièmement, le sieur Guieu a t il été sondé depuis d’exiger un dédomagement des despenses par lui faites à raison de cette exploitation si on ne lui permettait pas de defoncer en entier les carrières qu’il a ouverte dit il dans la bonne foy et peut il porter en compte les faveurs du batiment qu’il a construit pour loger les traceurs.

363Quatrièmement, les propriétaires ne sont ils pas en droit de demander que le sieur Guieu soit condamné à leur payer depuis Pâques les queirons non à 5 livres le cent comme ils lont fixé dans leur acte extrajudiciaire et dans leur requête incidente mais à due d’experts suivant la valeur réelle dextraction faite jusqu’au moment de la vente à Marseille.

364Cinquièmement, Ont ils (peu) saddresse fait pour la requête principale, fait pour la requête incidente au lieutenant de Martigues ou ont ils du porter l’un et l’autre au juge de Jonquières ou à celui de Marseille.

365Sixièmement, y aurait il quelque moyen par saddresser au parlement et y obtenir au moins et provisoirement les inhibitions contre la continuation de l’exploitation du sr Guieu

366Exposé des faits relatifs à l’exploitation des carrières de Ponteau entreprise par le sr Guieu negociant de la ville de Marseille Ponteau forme un domaine dépendant de labbaye de Montmajour il fait partie de la terre de Jonquières les Martigues dont l’abbé et le chapitre de ladite abbaye som seigneurs en paréage ils jouissent en cette qualité et par égales portions de tout les droits fruits et revenus de ladite terre quils regissent dans ce moment à l’exception du domaine de Ponteau quils ont affermé au nommé Fouques sous la reserve néanmoins de pouvoir y faire des carrières si bon leur semble.

Document n° 50. Acceptation que Blaise Nicolas ouvre une carrière à Ponteau le 3 mai 1785, ADBdR 2 H 432.

367« Il est convenu entre nous (…) du vénérable chapitre de l’abbaye royale St Pierre de Montmajour les Arles et Jean François Légier fermier de la manse abbatiale de la même abbaye seigneurs en paréage de la terre et lieu de Jonquières d’une part et Jean nardy de la ville de Marseille en qualité de procureur général (….) Mr Blaise nicolas marchand de pierres de taille de ladite ville de Marseille par acte du 19 mars dernier (…) que nous dicts seigneurs et fermiers de Jonquières avons permis comme nous permettons par la présente audit Sr Nicolas la stipulation dudit Sr Nardy son procureur général pour lui intervenant et acceptant d’ouvrir à ses dépens dans ladite seigneurie de Jonquières une carrière de pierre de taille partant de la terre gaste attenant de levant ledit domaine tirant au couchant jusqu’à la terre labourable dicelui et de (….) a septentrion pendant l’espace de 20 cannes seulement le tout du côté de la chapelle et la carrière cy déjà ouverte par ledit Sr Guieu et ce à compter des aujourd’hui jusqu’au dernier jour de décembre de l’année prochaine 1786.

368En second lieu, que ledit Nicolas promet et s’oblige ainsi que pour lui le promet et s’oblige son dit procureur scavoir toujours pendant tout le tamps au moins douze ouvriers à la dite carrière

369En troisième lieu qu’il payera à la seigneurie 5 livres pour chaque cens de queirons de pierres qui seront eux séparés de la longueur de 2 pans ½ x 1 pan épaisseur et les quairons en masse et non séparés d’un pan cube.

370En quatrième lieu que lesdits quairons seront comptés en cubage sur les frons de la carrière et la quantité fixée en conséquence

371Et finallement en cinquième et dernier lieu que le prix desdits quairon sera payé à la seigneurie par quartiers de 3 en 3 mois sur le cubage qui en sera faict a la fin de chaque trois mois et ainsi continuer jusques audit jour dernier decembre 1786.

372Et pour l’observation de tout ce que dessus nous dicts (…) avons obligé touts les biens présents et avenir du chapitre et le Sr Légier fermier les sieurs propres et le dit Nardy en (…) de sa procuration tous les biens présents et avenir dudit Sr Nicolas le tout de pacte exprès et à peine de tout depens dommages et interets fait double à Martigues le 26e jour du mois d’avril 1785 (…)

373J’approuve les conventions et lecriture cy dessus et cy dernier bien entendu que le sieur Blaise Nicolas payera comme il est porté dans l’article 3, cinq livres le cent de queirons de pierre de 2,5 pans par 1 et ceux qui seront livrés en masse ou en plus gros volume seront évalués pour être payés conformément aux mêmes dimensions

374A Montmajour ce 3 mai 1785,

375Signé Dully sindic et econome du chapitre de Montmajour

376L’econome de Montmajour et le Sr Légier fermier de la manse abbatiale setant rendu le 29 août de la présente année au domaine de Ponteau avec les Sr Nicolas et Nardy gouverneur et (…) y ont vu que les traceurs employés par le Sieur Nicolas a lextraction des pierres des carrières dudit Ponteau (sétaient) esloignés de la surface du rocher à exploitter qui avait été cédé par la susdite convantion entre lesdits economes et le Sr Legier ayam égard à la prière qui leur a été faicte par ledit Nicolas et Nardy ils ont bien voulu (…)faire extraire par leurs traceurs dans les nouvelles carrières dans la longueur de 22 cannes sans le commencement se trouve esloigné de 24 cannes de (…) la chapelle (…) ».

Document n° 51. Bail donné à Nicolas Cauchoix pour l’exploitation des carrières de Ponteau le 16 juin 1785, 2 H 432

377« Nous Guillaume Roustan notaire royal de la ville de Martigues régisseur des droits es revenus de la seigneurie de Jonquières les Martigues appartenant par indivis moitié au vénérable chapitre de l’abbaye royale St Pierre de Montmajour les Arles es l’autre moitié au Sr Jean François Legier négocian de la ville Darles en qualité de fermier de la manse abbatiale de ladite abbaye, Monsieur Roustan agissans pour les dits seigneurs de Jonquières en suite de leurs ordres à vous adresser par les lettres des très révérends pères Doms Fouques es du (fait) prieur et sindic dudit chapitre et ledit Legier des 3 et 4 juin mois courans 1785 d’une part et sieur Etienne Nicolas Cauchoix Bourgeois de la ville de Mareille d’autre.

378Il est convenu entre nous dit Roustan (…) et nous dit Cauchoix mutuelle et réciproque stipulation et acceptation entre nous intervenant que nous dit Cauchoix ferons ouvrir ainsi que nous nous obligeons de faire ouvrir à nos frais despens risques périls et fortunes une carrière de pierre de taille dans les terres gastes du domaine de Ponteau dépendant de ladite seigneurie de Jonquières et ce à la (base) de rochers de septentrion de la petite goüergue dite du puy et dans la distance de 20 cannes longueur qui formerons le frons en façade de la carrière sans pouvoir exéder lesdites 20 cannes longueur et que par permission de la seigneurie laquelle carrière ainsi limitée confronte de levans la pointe de ladite goüergue de midi inclinant à levant autres borne du domaine ou se trouvent les carrières ouvertes par le sr Nicolas de Marseille la même goüergue entre 2 de couchant terres gastes du domaine et de sptentrion autres terres gastes laquelle carrière de pierres de taille est en outre connectée par la seigneurie es acceptée par nous dis Cauchoix sous les autres pactes es conditions cy après stipulées et accordées

379Premièrement que ladite carrière sera ouverte et défoncée en tirant toujours du côté de septentrion jusqu’aux limites de la terre gaste du domaine que dans la façade de la carrière ou des carrières serons faites les ouvertures les plus larges et icelles continües de même tam que la qualité de la pierre propre à l’exploitation de l’entrepreneur le permettra pour faire le moins de cloisons possibles : que ledis entrepreneur sera obligé de faire jetter dans la carrière ou les carrières defoncées et ay etendre grossièrement les débris de pierres ainsi que les terres decouvertes amoins qu’en vue d’un plus grand bien je n’en sois dispensé par la seigneurie propriétaire du domaine et que la concession ou permission ci dessus d’ouvrir et défoncer la carrière ou les carrières dans lesdites 20 cannes long tirant de midi à septentrion es d’en enlever les pierres de taille cessera pour le plus tard le 15 décembre de l’année prochaine 1786.

380Deuxièmement, qu’à compter dès aujourd’hui es jusqu’alors il sera employé par vous dit Cauchoix entrepreneur es journellement 12 ouvriers au moins pour l’exploitation desdites carrières et qu’un mois entier passé sans qu’il y en ai au moins les 2/3 il sera libre à la seigneurie de délivrer à un autre lesdites carrières en letat qu’elle se trouverons es sans aucune forme de procès après en avoir néanmoins prévenu le premier entrepreneur quinze jours auparavant sois verbalement sois par lettres lequel dans ce cas nemen pourra prétendre aucune indemnité ni dédomagement et de plus sera tenu payer les quairons quil auroit deja tirer es dons le compte ne seroit pas soldé

381Troisièmement, les quairons seront composer de 2 pans ½ de longueur sur 1 pan en quarré depaisseur. Ils seront par vous dis entrepreneur payés à la seigneurie à raison de 5 livres pour chaque cens et ceux tirés en plus grosse masse seront payés au même prix et au prorata de leur épaisseur ou longueur.

382Quatrièmement, le payement dedits queyrons sera fai à la seigneurie toutes les fois qu’elle le désirera es huit jours après lavis donné es pourra si bon lui semble faire cuber de trois en trois mois ou plus souvent les ouvertures des carrières par 1 personne expérimentée qui déduisans les débris et ce qui est à deduire sera en (charge) de reconnaître les quairons qui aurons été enlevés sois à l’entrepreneur lors de cette opération de prendre un autre expert à ses frais et dépens.

383Cinquièmement, et finallement lentrepreneur fera à ses risques et perils et fortune toute lexploitation desdites carrières sans dans aucun cas prévu ou imprévu pouvoir prétendre aucune indemnité ni dédomagement même pour le chemin et le charroy des pierres pour raison de quoi il s’arrangera comme il verra bon être avec qui de droit es de plus il donnera caution pour l’exécution de tous ce que dessus toutes les fois qu’il sera requis par la seigneurie

Document n° 52. Rassemblement des carriers de la Couronne pour lutter contre les problèmes occasionnés par l’exploitation de Guieu aux carrières de Ponteau le 26 janvier 1786, ADBdR 378 E 776 f°870v°

384« Assemblée des peirerons au requis de Matthieu Béraud et Jean-Baptiste Gouin, prieurs, (…) sont présents Jean Joseph Rindollet, Joseph Roubaud, Jean Roubaud, Jean André Gay père, Jean Gonfard, Joseph Fouque de la baume, Antoine Rindollet, François Chouquet, Jean François Gay fils, Antoine Gay, Jean André Roubaud, Antoine ?, Rindollet (sans prénom), Lazare Chouquet, André Bellon, Jean Simon Nicolas, Jean-Baptiste Gay, Honoré Reymondon, Jérôme Roubaud, Joseph Chouquet, Jean Simon Chouquet, Joseph Venture, Jean Michel Nicolas, Jean Joseph Nicolas, Jacques Bœuf, Jacques Nicolas, Vincens Roubaud, Jean Antoine Gonfard, Jean Michel Chouquet, Jean Bœuf, Jean François Nicolas, Michel Nicolas, Jean Joseph Nicolas, Jean-Baptiste Roubaud, Jean-Baptiste Gay, Jean Joseph Roubaud, Jean Roubaud, Jean François Gay, Antoine Vachier, Jean Gay, Jean Joseph Mégi, Augustin Roubaud, Jean-Baptiste Chouquet, Nicolas Gay, Libertin Tourre. Le terroir dudit quartier étant très (estérile) les habitants ont été obligés de tous les temps de recourir à d’autres voies pour pouvoir s’y entretenir ce qu’ils ont fait jusqu’aujourd’hui au moyen des carrières qu’ils ont exploité avec d’autant plus d’avantages que le voisinage de Marseille et la commodité de charroi des pierres par la voie de la mer leurs ont affairé des profits capables de les entretenir eux et leurs familles, ce qui a beaucoup augmenté la population dudit quartier,

385qu’ils voient (aujourd’hui) que les profits diminuent de jour en jour par le concours des autres carrières que le sieur Guieu négociant dudit Marseille a fait ouvrir depuis quelques temps dans le fief de Ponteau, qui confine audit quartier de La Couronne et aux environs, et qui diminue le débouchement des pierres de La Couronne par conséquent la main d’œuvre, et contraint beaucoup des habitants dudit quartier, qui ne sont propres à aucun autre métier, dans la nécessité de ne rien faire ou de s’expatrier (…) que les nouvelles carrières ont attiré dans le fief de Ponteau plusieurs peirerons étrangers (…) au préjudice desdits habitants (de La Couronne), ce qui ne fait qu’augmenter leur misère et accélère leur extraction

386Dans ces circonstances ledit Beraud a fait avertir ces jours passés tous les membres de la confrérie pour délibérer sur les moyens qui peuvent prévenir laugmentation de leur détresse.

387Il s’en (defend) à l’avenir à tous les maîtres peirerons dudit quartier sois à l’heure sois à la journée (…) que des maîtres ou enfants de maîtres dudit quartier de La Couronne (..) leur louer eux ou leurs enfants pour travailler à charger les bateaux qui portent la pierre à Marseille sous peine de contravention (…) »

Document n° 53. Plainte de Blaise Nicolas contre l’exploitation faite par Guieu à Ponteau au réverend père le 16 mai 1786, ADBdR 2 H 432

388« Mon très révérend père,

389jay lhonneur de vous donner avis par la présente que Mr Légier a eu la bonté de menvoyer la convantion que vous aves eu de me passe conjointement avec le dit Sieur légier en mon nom et en ma faveur par lentremise de mon neveu nardy, chargé de ma procuration pour pouvoir exploiter des carrières dans votre domaine de Ponteau dont je vous en fais mes très humbles et sincères remerciements. Soyés assurés que je me conforme exactement à tous les articles de la convantion dont vous naurés jamais lieu de me faire aucuns reproches (…) la grâce que je vous demande sil estoit possible de fere retirer le sieur Guieu de lendroit quil a ouvert malicieusement à côté de la chapelle le tout comme s’il savait que javès choisy cet endroit là pour my placer pour ne pas le gener (…) me gene beaucoup au point que sil continue je ne promet pas y tenir 12 hommes que ji ai mis pour exploiter (…) toutes ces entreprises me genent beaucoup et me portent préjudice (…) il na fait tout ça que par malice, j’espère que vous aurez la bonté dy remédier (…) (il nous a dit) que si nous antrons dans le domaine de Ponteau nous feret tout le mal possible quil pourret nous fere, il nous a bien tenu parole pour son misérable chemin a voulu exiger de moi pour ma part 200 livres qui ma fallut compter tandit quil nen vaut pas la moitié (…) »

Document n° 54. Extraits du registre IV de la confrérie des traceurs de pierres de la Couronne, livre des comptes de La confrérie de Notre Dame de La nativité 1788-1892, Archive du diocèse d’Aix en Provence.

3908 juin 1788

391« Des effets de la confrérie de Nostre Dame de la Nativité,

392Les peirerons scavoir :
2 couronnes d’argent
1 sachet d’argent avec 4 médailles aussi d’argent
1 croix et 1 thon d’argent
Cinq bagues d’or
1 papillon et 1 croix d’or
7 écharpes neuves ou vieilles
4 cubertons (cubertours)
Six rubans argentés
43 rubans de diverses couleurs bons ou mauvais rubans
3 linseuls pour la crache et onze nappes
12 grands bouquets
17 petits bouquets
12 grands vases, 2 petits en bois peints pour les banquets
2 lampes 1 d’Arqueville et 1 en léton
Plus 1 bouquet pour la sainte vierge fin et 4 4 rubans neufs (…)
Les susdits effets doivent être remis des anciens aux nouveaux prieurs successivement

393Despenses faites par les nouveaux prieurs de la confrérie des peirerons
Scavoir
Pour 1 livre de compte : cinq livres dix sols
Pour de la cire : dix sept livres dix sols
Pour la gloire de l’autel de la confrérie : quarante deux livres
Pour de la cire : treize livres quatorze sols
Pour les aumosnes : neuf livres
Donné à la confrérie de St Jean pour les ornement de l’église : soixante-douze livres
Pour des rubans et le blanchissage d’une aube : une livre quatre sols
Pour 1 lampe, 1corbeille, des épingles : une livre douze sols
Pour cire et encens : douze livres
Pour blanchissage : une livre dix sols
Pour des rubans et 1 bouquet en soy : sept livres trois sols
Total : cent quatre vingt trois ivres et trois sols
Pour le menestriel : vingt trois livres et huit sols
Pour le service du prêtre : douze livres
Total : deux cent dix huit livres et onze sols

394Année 1816
« La confrérie des traceurs de pierre sous le titre de Notre Dame de La Nativité a été attaquée par la direction des douanes royales de Marseille à l’effet de lui imposer sur les pierres travaillées un droit qui n’a jamais été payé et qui n’est porté par aucune loi existente. A la même époque ladite confrérie dispose une partie de ses membres pour aller porter ses raisons par devant qui de droit et ses démarches furent tellement suivies et heureuses que ladite direction se débouta spontanément de ses prétentions et laissa tranquille la confrérie qu’elle avait tenté de faire contribuer sur ses pierres.
La Couronne, le 9 septembre 1818.
Jean-Baptiste Gay, Honoré Reymondon, prieurs »

395Année 1835
« Nous sommes tous d’accord les trasseurs de Notre Dame De La Nativité, la maîtrise est à la somme de 150 livres, le compagnonage est à la somme de 100 livres, les apprentissages à la somme de 50 livres signés tous présents… »

396Année 1863
« Les membres de la société des traceurs de pierre réunis en assemblée générale à l’effet de sauvegarder leur marchandise du danger auquel elle périt se trouver exposée par suite d’un accident quelconque arrivé en pleine mer dans son transport, se sont réunis dans un lieu ordinaire de leurs séances et pour les carriers seulement dont les marques suivent il a été convenu et arrété ce qui suit

397Art 1 : si par accident arrivé en pleine mer, la marchandise était complétement perdue chacun contribuerait en espèces à payer le montant de cette marchandise

398Art 2 : l’obligation de cet acte le cesse d’avoir lieu dans le cas où le chargeur se serait associé pour faire son chargement à un individu (…) consentant à cette délibération. Cependant, il lui serait payé la moitié s’il s’était associé à un seul ouvrier, un tiers s’il était associé à 2 et successivement (…) dans ce cas, il ne lui serait payé que le montant de la pierre que les carriers jugeraient avoir été fait par lui depuis son dernier chargement.

399Art 3 : Messieurs les prieurs sont chargés du recouvrement de cet argent dans un délai de 15 jours au plus tard. »

Document n° 55. L’utilisation de la pierre à Toulon, AMT 5 E 180

400« Les meilleures qualités de pierre tendre qu’on ait aux environs de Toulon sont celles qu’on tire de Calissane près d’Aix, ou de Fontvieille au-dessus d’Arles ; celles qu’on tire de La Couronne auprès de Marseille sont ordinairement graveleuses et s’égrènent à l’humidité ; nous en avons des exemples dans cet arsenal partout où on l’avait employée, soit aux lucarnes et oeils de bœuf des magasins particuliers des vaisseaux, aux piliers intérieurs de la Corderie, aux lucarnes de son pavillon oriental, à l’architrave et frise de tout son entablement…. »

Document n° 56. Description des côtes et ports de la Méditerranée. Manuscrit inédit d’une enquête pour le mouillage des galères vers 1793 [Ms. en possession de l’éditeur] publié par Jacques de Lustrac, Hyères, 1987, extraits.

401Cap Couronne

402« Environ 9 milles au SE ¼ S de la tour de Bouc est le cap Couronne avec le cap Croisette qui forme la grande baye de Marseille.

403Entre Bouc et le cap Couronne, le terrein est assez bas et il n’y a point de mouillage le long de cette côte que pour des bateaux. Ce sont deux calanques, dont la première qui est la plus grande est la plus proche de la tour de Bouc n’est propre que pour de petites barques et dans l’autre appellée Darvelli qui est proche du cap Couronne, il n’y peut entrer que des bateaux.

404On reconnaît le cap Couronne en ce qu’il y a une basse pointe fort unie qui fait, comme nous avons dit, une des entrées de la baye de Marseille (c’est d’où l’on tire presque toute la pierre de taille qu’on apporte à Marseille) ».

405Pointe Riche

406« Environ 4 à 500 toises vers l’est du cap Couronne il y a une longue pointe de moyenne hauteur qu’on appelle pointe Riche, entre cette pointe et ce cap il y a un grand enfoncement bordé d’une plage des sable appellée plage de Verdon où l’on pourrait mouiller aussi en attendant le beau temps lorsque les vents sont à terre.

407Au dessus de cette plage à la grande portée du fusil on voit le village de La Couronne. Environ un mille vers l’est de la pointe Riche il y a un écueil plat hors de l’eau qu’on appelle le Ragnon proche duquel il y a une madrague. Il y en a aussi le long de cette côte jusqu’au fond de la baye ; elles s’avancent en mer environ 6 à 700 toises mais on ne les tend qu’en été ».

408Mouillage de la baye de Marseille

409« En venant du coté de l’ouest et ne pouvant gagner le port de Marseille on pourrait (surtout avec deux ou trois galères) mouiller dans une grande calanque qu’on appelle Caro qui est en dedans de la pointe du cap Couronne et du coté de l’est. Il y a dans le milieu 3, 4 et 5 brasses d’eau, fond d’herbe vaseux et à l’entrée 8 à 10 brasses ; en sorte que si l’on voulait y mouiller il ne faudrait pas s’approcher de la pointe de l’ouest du cap Couronne parce qu’il y a des plateaux qui s’avancent sous l’eau mais seulement ouvrir ladite calanque.

410Les vents qui incommodent le plus et qui sont les traversiers sont le SE et le Sud qui y causent une grosse mer, c’est pourquoi ce lieu n’est propre que pour le vent d’ONO jusqu’au NE.

411Dans le fond de cette calanque sur la droite il y a une petite maison qui en donne connaissance ».

Document n° 57. Légende du cadastre napoléonien de 1817 avec propriété des parcelles, A.M. Martigues. et ADBdR

Série

Quartier

N° Parcelle

Propriétaire

Série H

La Baumaderie

1318

Commune

Série H

La Baumaderie

1322

Fouque Gaetan

Série H

La Baumaderie

1408

commune

Série H

La Baumaderie

1409

commune

Série H

La Baumaderie

1411

commune

Série H

Vallon du petit mas

1451

commune

Série H

Sémaphore L.C

1599

Rindollet

Série H

Sémaphore L.C

1618

Fouque Vincent

Série H

Sémaphore L.C

1620

Fouque Vincent

Série H

Sémaphore L.C

1623

Fouque Gem ?

Série H

Sémaphore L.C

1624

Fouque Gem ?

Série H

Sémaphore L.C

1625

Fouque Marie-Antoinette

Série H

Sémaphore L.C

1627

Fouque Marie-Antoinette

Série H

Sémaphore L.C

1633

Fouque Etienne

Série H

Sémaphore L.C

1674

Commune

Série H

Sémaphore L.C

1677

Commune

Série H

Sémaphore L.C

1679

Commune

Série H

Sémaphore L.C

1689

Leydet

Série H

Sémaphore L.C

1696

Commune

Série H

Sémaphore L.C

1697

Commune

Série H

Sémaphore L.C

1698

Commune

Série H

Vallon des Chapats

2625

Fouque Hernest ?

Série H

Vallon des Chapats

2690

Fouque Nicolas, dit le vigoureux

Document n° 58. Baux de location de parcelles de carrière au XIXe s. Carrières de pierres communales,

4121852-1857 (A.M.Martigues 012 1 A 4 1852-1857 226)

413« Bail : Mr Merlat Toussaint (maire de Martigues), avec Mme Michel Alexandre, née Clément, domiciliée à Marseille

414Art 1 : Location pour 12 ans à partir du 1er Janvier 1902. Ce bail concerne les carrières suivantes : Carrière du vallon de Cavalas (dans partie basse à ouvrir), Les escudelles (100 m environ de l’exploitation St Mandine ( ?), Couronne-vieille sur 100 m, Bonnieu, Auffans, Soubrats, Eures, Aubiats, Rouges, Grand Vallat
Art 2 : Bail renouvelé pour 10 ans si carrière exploitée de façon active et convenable
Art 3 : Prix m3 15 cts pour les moellons à bâtir ; 1,25 frs pour pierres dures et demi dures.
Art 4 : Redevance minimale 500 Frs/an
Art 6 : Quantité sortie contrôlée donc doit être déclarée 24 h avant
Art 7 : Contrôle architecte ville »

415Année 1876-1877, A.M.Martigues 012 G 1 A année 1876-1877-226
« Ferme des carrières de pierres de taille 1846-1877 (…) Mairie de Martigues cahier des charges, clauses et conditions pour la ferme des carrières de pierres de taille ouvertes et à ouvrir sur les terres communales de Martigues et des pierres froides du Cavalas (…)
Art 2 : les pierres de taille dont il s’agit sont divisées en 2 classes
celles de la Baume
Celles du quartier de La Couronne dans les lieux autres que le Cavalas.
Le fermier n’aura aucun droit sur les carrières de pierres froides qui pourraient être découverte excepté au Cavalas.
On devra considérer comme carrière de la commune celles comprises entre la Méditerranée et la chaîne de montagne de Tabouret touchant au nord les vallons de Saint-Pierre et Saint-Julien, et comme carrière de La Baume celles (…) entre ladite chaîne du Tabouret et les étangs de Caronte et Berre.
Art 3 : Tous les habitants ont faculté de faire des pierres pastouires
Le fermier n’a à percevoir de drots que sur les pierres de taille.
Art 4 : le droit d’extraction des pierres de taille sur les terres communes et qui sont sa propriété est taxé ainsi qu’il suit savoir à 25 cts/m3 pour les pierres de La Couronne (sauf Cavalas)… Tant employées dans la commune qu’expédiées à l’extérieur.
Art 5 : En payant droits des carrières au fermier, tout individu aura la faculté de faire des pierres de taille où il voudra sauf si déjà occupée par d’autres personnes.
(…)
Art 8 : commune peut vendre parcelle de terrain
Art 9 : 3 ans de contrat à partir de 100 frs/an ». Mise aux enchères
15 mai 1854, prix pour la pierre de La Couronne est de 50 cts/m3
1er avril 1898, « (…) Bail de location pour les carrières de Soubrats, Eure, Aubiats, Couronne-vieille, Rouges, Auffans (…) 0,50 cts/m3 (…) »

Document n° 59. Demande d’exploitation de la carrière des Aupphands en 1948 par l’architecte Ker Suzan, A.M. Martigues 012 1 A 11 1948 226

Lettre du 5 avril 1948

416« Bien que la pierre de La Couronne ne soit plus employée depuis fort longtemps (environ 1850) et que les carrières elles mêmes soient inexploitées depuis cette époque, j’ai l’intention de tacher de faire revivre ces carrières.

Celles ci ont cessé leur exploitation probablement pour une des deux raisons suivantes.

1ère commune hélas à beaucoup de carrières de pierre de taille : prix de revient trop élevé de la construction en pierre de taille.

2ème les carrières n’ont plus assez de bonnes pierres à extraire et que les bancs n’ont plus toutes les qualités requises pour une bonne exploitation et également une bonne construction.

(…) »

Projet de Bail de Ker Suzan du 7 avril 1948

417« La lettre n° 9 de Mr Ker Suzan, un peu cavalière, précise les conditions du marché (les siennes). Le marché n’est avantageux que pour lui. Un (1) franc de loyer symbolique ! 50 frs le m3 de pierres vendues. Quels moyens de contrôle vraiment efficaces aurons nous ?

418Sa demande d’ouverture de nouvelles carrières aux points ou il le jugera bon revient en fait à demander le monopole de l’extraction de la pierre sur les terrains communaux.(toujours pour 1 frs de loyer symbolique).

419Un tel monopole est il souhaitable ? Et quelles pourraient en être les conséquences ?

420Le projet de bail (n° 10) prévoit heureusement à l’article 6, la vente ou cession partielle ou totale des droits d’exploitation conférés par le bail. Cet article 6 est primordial.

421Le plan joint à la lettre 9 est absolument inexact et situe de façon qui pourrait devenir dangereuse pour les intérêts communaux la carrière des Auffans, le chemin à entretenir et la partie du terrain destinée à entreposer les pierres (…) »

Lettre de Ker Suzan du 18 octobre 1948

Pierres demi-dures

422« Les carrières pouvant être je le crains, pratiquement épuisées, il se peut, qu’après essais, je sois dans l’obligation de faire de nombreux sondages dans d’autres terrains communaux »

Dossier Ker Suzan Etienne

22 novembre 1948

423« Dans la carrière des Auffans se trouvent des pierres taillées toutes prétes à être transportées et utilisées. Elles sont au nombre de plusieurs centaines. Elles appartiennent aux héritiers des carriers qui les ont façonnés il y a environ 80 ans ou s’il y a prescription à la commune. »

424Donc clause spéciale de vente car ces pierres n’occasionnent aucuns frais autres que ceux du transport au demandeur.

2° emploi de tracteurs pour transport (à chenilles)

3° Exploitation de nouvelles carrières peut être envisagée. »

Document n° 60. Demande d’exploitation de la carrière des Aupphands en 1950 par les entreprises Girard et Pilati, A.M. Martigues 012 1 A 25 1952 226, extraits du registre de délibération du conseil municipal de la commune de Martigues

25 février 1950 « 200 m3 de blocs délaissés aux Auffans »

28 février 1950, deux demandes d’exploitation des Auffans : « entreprise Pilati de Marseille environ 150 m3, entreprise Girard environ 50 m3 destinés à la remise en état de l’hôtel de ville de Marseille et la construction du Vieux-port, 1800 Frs/m3 »

4 octobre 1951, « Relevé des pierres enlevées de la carrière des Auffans à La Couronne par l’entreprise Girard.

5 septembre 1950 20 demi cairades de 0,120 m, 0,75 x 0,40 x 0,40 (total 2 m 400)

26 septembre 1950 7 demi cairades de 0,120, 3 cairades de 0,240, 1 x 0,6 x 0,4

12 octobre 1950, 27 demi cairades de 0,120

7 décembre 1950, 1 bloc (0,700 m)

8 décembre 1950, 1 bloc (1,500 m)

4 janvier 1951, 1 bloc (2,200 m)

5 janvier 1951, 1 bloc (1,550 m)

(…)

Le document continue ensuite avec des variantes oscillant entre 1 et 2 blocs enlevés. Total enlevé : 51,157 m3 »

Lettre de l’entreprise A. Girard, Monuments historiques et travaux publics, Avignon, Ref : I404, 17 mars 1952

Extraction à la carrière des Auffans,

« 1 cube de pierre réglé conformément à l’accord que nous avons passé avec la municipalité.

425Prix accepté 1800 Frs/m3 étudié pour l’enlèvement de pierres extraites et en dépôt sur la carrière, et cette pierre s’étant révélée defectueuse dès que nous avons commencé à l’utiliser, nous avons été obligés d’extraire de nouveaux blocs et d’engager des frais considérables que nous n’avions pas prévus.

426Les travaux de la mairie de Marseille vont incessament reprendre et réclamer de nouveaux cubes de pierre et les services des monuments historiques nous ont également demandé d’utiliser la pierre de La Couronne pour un autre monument de cette ville de ce fait l’extraction de la pierre être continuée et je vais le signaler afin d’obtenir un nouveau prix non plus pour les blocs à enlever mais pour les droits de carrière au m3 d’extraction (…) 500 frs/m3 ».

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search