Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Conclusion générale

Texte intégral

1Les carrières de La Couronne appartiennent à l’histoire de Marseille. Leur exploitation pour les besoins de la cité phocéenne s’étend sur 2200 ans et peut être qualifiée d’importante pendant au moins 1500 ans. L’activité réellement intensive du site ne commence vraisemblablement pas avant le IIe s. av. J.-C., c’est-à-dire au moment de la construction du rempart hellénistique. A partir de cette époque, le calcaire de La Couronne ne va cesser d’être employé à Marseille. On le trouve dans la construction monumentale publique jusqu’à la fin de l’Antiquité romaine. Dans l’Antiquité tardive, son usage est attesté dans la construction des premiers édifices chrétiens (Malaval, Vieille-Major, Saint-Victor), mais son utilisation est encore plus remarquable dans la production de sarcophages, particulièrement au V e s. On assiste ensuite à une diminution de l’usage de ce matériau dans la construction qui peut être liée en réalité, non pas forcément à l’absence d’utilisation du calcaire de La Couronne dans la construction, mais peut-être plus simplement à un manque de vestiges parvenus jusqu’à nous. Entre le VIIe s. et le XIe s., peu de vestiges ou traces archéologiques témoignent de l’utilisation du calcaire de la Couronne. Néanmoins, les investigations archéologiques portant sur cette période concernent essentiellement l’habitat, et, dans ce type de construction, on ne fait pas venir de la pierre de La Couronne, mais on privilégie plutôt les ressources locales (travertin et calcaire de Saint-Victor notamment).

2A partir du XIIe s., les chantiers de construction s’enchaînent à Marseille et, avec eux, l’activité des carrières de La Couronne prend un essor considérable. À partir des années 1650, l’activité s’organise plus strictement en rapport avec les grands chantiers de Louis XIV : le village est alors essentiellement composé de carriers qui choisissent très clairement de se sédentariser à La Couronne pour travailler dans les carrières. Le village, se dote alors des structures les plus importantes à l’époque : l’église et le travail. Toute cette organisation se développe par et autour de la confrérie des traceurs de pierre de La Couronne. Cette confrérie de carriers, sous la protection de Notre Dame, semble représenter la plus importante autorité du village, et ses membres les plus influents endossent un rôle extrêmement fort dans le développement même des cadres sociaux, religieux et professionnels.

3Les carrières actives à cette époque sont nombreuses et exploitées simultanément par plusieurs équipes de carriers, propriétaires de parcelles, qui embauchent des ouvriers. On compte un nombre très important de peyrerons qui résident à La Couronne entre la deuxième moitié du XVIIe et la fin du XIXe s.

4On peut cependant s’interroger sur l’implantation si tardive d’une population de carriers à La Couronne (vers 1650) alors que l’activité intensive des carrières est attestée dès le XIV e s.

5Le village est occupé au XIV e s., puis déserté entre la fin du XV e s. et le début du XVIe s. En 1418, le village ne compte quasiment plus d’habitants et, en 1477, il est dit que « les enemis venaient y faire leur course ». En 1545, les différents témoignages s’accordent sur l’abandon du village, alors en ruine, en raison des invasions et des guerres, et particulièrement celle des Catalans. Il semble donc qu’une population était sédentarisée à La Couronne jusqu’à la fin du XV e s., c’est-à-dire au cours d’une période où l’activité des carrières est importante (édifices religieux du XIIe s., statuts municipaux de Marseille en 1350, tour du Lauret et fortifications au XIV e s., XV e et XVIe s.). Les actes de commande de matériaux retrouvés dans la documentation d’archives témoignent pourtant de l’envoi de carriers, souvent marseillais, par les constructeurs, pour extraire les pierres de La Couronne. La confrontation de tous les documents met donc en évidence qu’il y a une population à La Couronne, mais qu’elle n’est vraisemblablement pas en rapport direct avec l’activité des carrières. Le système même d’exploitation des carrières pourrait expliquer l’absence d’une population de carriers installée de manière permanente à La Couronne. L’exploitation des carrières est, à cette époque, liée aux besoins d’un édifice particulier alors qu’au XVIIe s., la ville de Marseille, en pleine restructuration, nécessite un approvisionnement quasiment en continu.

6Il est donc probable que la sédentarisation d’une population de carriers soit à mettre en relation avec la multiplication des programmes architecturaux de Louis XIV, non seulement à Marseille, mais aussi dans le Var (rade de Toulon particulièrement).

7Le calcaire de la Couronne compte parmi les matériaux les plus employés à Marseille depuis l’Antiquité (IIe s. av. J.-C.) et ce jusqu’à la première moitié du XIXe s. On le trouve dans la plupart des grandes constructions monumentales publiques antiques grecques (rempart, caves de Saint-Sauveur) et romaines (quais du port, rempart littoral, théâtre, forum, par exemple), mais aussi dans plusieurs constructions dont la nature exacte nos échappe encore, puisqu’elles ne sont conservées que sous forme d’éléments architecturaux isolés.

8Il est toujours employé dans l’Antiquité tardive comme nous l’avons vu avec les premiers édifices chrétiens et les nombreux sarcophages mis au jour à Marseille. Par ailleurs, l’étude de ceux mis au jour sur le site de Malaval met en évidence une standardisation de leur fabrication, perceptible non seulement par les modules dans lesquels ils sont produits, mais aussi par la réalisation des décors, et particulièrement des couvercles en bâtière à acrotères. Cette découverte et le nombre important de sarcophages mis au jour aux alentours de Marseille, et jusqu’à La Ciotat, permettent de proposer l’existence d’ateliers spécialisés dans la réalisation d’éléments particuliers. Ces ateliers pourraient également avoir existé à l’époque hellénistique, pour la réalisation de pièces particulières vendues probablement à l’unité. Cette hypothèse mérite encore d’être étayée, mais c’est ce que tendent à indiquer la découverte d’un bloc de contrepoids d’huilerie sur le site d’Entremont et de plusieurs dalles de couverture, s’apparentant à des tuiles, sur le site d’Olbia. Ces éléments, retrouvés en très petite quantité, pourraient avoir été confectionnés à Marseille, alors unique destination du calcaire de La Couronne, puis achetés et envoyés vers ces sites plus lointains et surtout dans lesquels la présence de ce matériau, en dehors de ces pièces spécifiques, n’est pas avérée.

9Nous ne reviendrons pas sur le hiatus qui affecte la période du VIIe au XIe s., nous l’avons déjà amplement abordé.

10La pierre de La Couronne est fréquemment employée au Moyen Âge à Marseille pour la construction des ouvrages les plus prestigieux. On la trouve donc naturellement dans les édifices religieux et militaires, et presque jamais dans la construction privée « populaire ». L’habitat utilise plus fréquemment les matériaux issus des affleurements marseillais, comme le travertin ou la pierre de Saint-Victor. Ce n’est qu’à partir du XVIe s. que son utilisation s’étend au domaine privé, mais elle reste réservée à des habitants fortunés pour la construction d’hôtels particuliers (Maison Diamantée et Hôtel de Cabre). L’importance de son utilisation est difficile à quantifier à cette époque sur les seuls témoins en notre possession actuellement, qui sont étalés sur trois siècles (Cathédrale de la Vieille-Major, église Saint-Laurent, La commanderie, tour du Lauret, tour du roi René, fragments de fortifications, château d’If et fort Notre-Dame). Néanmoins, la documentation d’archives tend à indiquer que la plupart des constructions faites entre le XIIIe et le XV e s. sont en calcaire de La Couronne et qu’il s’agit du matériau le plus employé Marseille (Baratier, Reynaud sd [1952]). C’est également ce que semblent corroborer les statuts municipaux de Marseille, dont la simple rédaction en 1350 est révélatrice de l’usage intensif de ce matériau.

11A partir du XVIe s., la pierre de La Couronne se diffuse hors des frontières marseillaises et principalement en direction du Var, avec pour limite orientale les îles d’Hyères. Cette nouvelle destination, dont de nombreux édifices témoignent encore, concerne essentiellement les XVIe et XVIIe s. On la trouve d’abord en œuvre à la Cadière d’Azur, puis à Toulon (tour royale, église Saint François de Paule, Hôtel de Ville, corderie et porte de l’arsenal), La Seyne-sur-Mer (forts et églises), et dans les îles d’Hyères pour la construction de certains éléments architecturaux des forts dès le XVIe s. et au XVIIe s. (Alycastre par exemple). Son utilisation à l’époque moderne devient à Marseille quasiment systématique et réservée aux constructions publiques, religieuses et militaires. Il est toujours très rare de la trouver dans les constructions privées. Au XIXe s., elle reste la pierre la plus importée dans la ville, mais son usage se limite souvent à certains niveaux architecturaux des maisons de Marseille, fondations notamment. Cette modification de l’utilisation de la pierre de La Couronne, limitée à un emploi spécifique et non plus à tous les niveaux des édifices, trouve son origine dans la diversification des matériaux importés par Marseille. Cette multiplication est en grande partie liée à la facilité d’approvisionnement de ces « nouveaux » matériaux, la plupart issus du pourtour arlésien et à leur coût de revient similaire à celui de ceux importés de La Couronne. Chacune de ces pierres est alors utilisée au meilleur de ses qualités, la pierre de Cassis est employée en placage pour les socles des maisons, ou sous forme de parpaings, la pierre de Ponteau, comme celle de La Couronne, sert à la construction des socles et fondations, mais elle est en sus utilisée pour réaliser des marches d’escaliers et des seuils de porte. La pierre de Beaucaire est employée pour les marches d’escaliers et saillies des balcons, celle de Barbentane pour les fourneaux à feu modéré et les chenets de cheminée, celle de Saint-Rémy-de-Provence pour les corniches à moulures, sculptures et ornements, et celle de Fontvieille est employée dans les élévations. Néanmoins, dans la première moitié du XIXe s., le calcaire de La Couronne reste toujours le matériau le plus vendu à Marseille, devant Fontvieille.

12La pierre de La Couronne a été choisie par les constructeurs dès l’époque hellénistique en raison de son caractère universel, qui offrait en un seul matériau les qualités des quatre pierres qui affleurent localement et qui étaient utilisés jusqu’alors dans la construction (Saint-Victor, travertin, poudingue, grès). Elle autorise de nombreux usages et convient à quasiment tous les niveaux architecturaux. Il s’agit une pierre facile et rapide à mettre en œuvre. Ses qualités mécaniques sont particulièrement appréciées des bâtisseurs, puisqu’elle résiste à l’écrasement et peut donc supporter le poids des assises supérieures, elle est élastique et convient particulièrement à la construction de fortifications, mais surtout à la mise en œuvre en élévation ; elle est apparemment résistante à l’usure puisqu’elle a souvent été utilisée pour confectionner dallages et escaliers, et elle résiste au feu modéré, ce qui explique la possibilité de la trouver au moment de la réalisation de fourneaux. Ces caractéristiques expliquent donc en grande partie qu’on l’utilise aussi fréquemment et presque exclusivement sur une période aussi longue. Elle permet toutes les réalisations, à l’exception peut-être des moulures trop fouillées ou des sculptures, en raison notamment de la présence parfois en grand nombre, de coquilles, et de son grain, qui peut s’avérer grossier. Néanmoins, il s’agit d’un matériau de construction de bonne qualité, facile à utiliser et à travailler.

13Mais si la pierre de La Couronne a eu autant de succès tout au long de l’histoire de Marseille, ce n’est pas seulement en raison de son universalité, mais aussi, et, peut-être surtout, grâce à sa proximité et sa facilité d’accès et d’importation. Les carrières de La Couronne sont situées immédiatement face à Marseille et la majeure partie du transport de pierres se fait par voie maritime. En outre, il est facile de la transporter depuis les carrières vers le chantier de construction. Cette pierre est assez facile à extraire et les carrières commodes à ouvrir, en raison de la faiblesse de la découverte à enlever. Elle est donc très rentable d’autant que le transport terrestre, quatre fois plus onéreux que le transport maritime, y est limité à la liaison entre les exploitations de « plaine » et le port d’embarquement. Cette distance de charriage excède rarement un kilomètre. Il est vraisemblable que la facilité de transport et d’approvisionnement des chantiers a largement contribué au choix des constructeurs pour ce matériau. De nombreuses pierres du pourtour arlésien, de l’étang de Berre, ou près d’Aix-en-Provence possèdent des qualités similaires à celles du calcaire de La Couronne. La plupart de ces matériaux sont d’ailleurs très utilisés localement, et ce dès l’Antiquité, néanmoins, on ne les trouve pas, ou très peu, en œuvre entre Marseille et Toulon, pour les mêmes raisons que l’on ne trouve pas de calcaire de La Couronne à Aix, Arles et Martigues. Le choix d’un matériau se fait selon deux critères essentiels : sa qualité et sa proximité. Dès le moment où une ville dispose d’un matériau facile à manipuler, il n’y a strictement aucune raison d’en utiliser un autre, d’origine plus lointaine et donc fatalement plus coûteux. En outre, si des villes comme La Seyne sur Mer, La Ciotat, La Cadière, Toulon ou Hyères ont fait venir de la pierre de La Couronne pour certaines constructions, cela procède tout simplement du fait que les matériaux qu’ils ont à disposition ne sont pas faciles à mettre en œuvre et ne répondent pas forcément aux impératifs dictés par la construction. Or, dans ces cas là, nous n’avons aucun affleurement de matière première tendre ou demi-ferme à proximité, mais seulement des calcaires très durs ou des roches volcaniques. Néanmoins, même dans ce cas, la notion de transport reste primordiale, nous l’avons vu dans le cas de la construction du bâtiment de la corderie de l’arsenal de Toulon. Les constructeurs avaient au départ opté pour l’utilisation de la pierre de Fontvieille à l’extérieur du bâtiment et pour celle de La Couronne à l’intérieur. On retrouve donc, ici, le premier critère de choix, la capacité du matériau, on ne dispose pas la pierre de La Couronne à l’extérieur, en raison de sa résistance moins importante à l’air qui est dit « plus dévorant qu’à Marseille ». Néanmoins, ils vont essayer de remplacer le calcaire de Fontvieille par un autre matériau, en raison de problèmes de navigation sur le Rhône, qui, capricieux dit-on, la rend très aléatoire. La facilité de transport constitue donc un critère important dans le choix d’un matériau.

14Les carrières ont donc été nombreuses et beaucoup fonctionnent simultanément. Alors que sait-on aujourd’hui réellement de la datation des exploitations de La Couronne ? Le site de l’Arquet livre les traces d’extraction les plus anciennes.

15Le plateau qui surmonte la carrière de Baou Tailla est ponctuellement occupé au cours de la période hellénistique, comme l’attestent les résultats du sondage mené en 2002, et qui font remonter cette occupation au IIe s. av. J.-C., c’est-à-dire au moment des premières importations de calcaire de La Couronne à Marseille. On sait également que la carrière des Arqueirons est vraisemblablement exploitée à l’époque romaine, entre le Ier s. av. J.-C et le Ier s. ap. J.-C,. comme en témoigne le ramassage sur une surface de 5000 m2 de tessons de céramique datés de cette époque.

16La documentation d’archives nous révèle ensuite que les carrières d’Arnette et des Arqueirons sont exploitées simultanément entre 1664 et 1686 (1680 pour la seconde) et les carrières de la Fontaine Saint-Jean et de Notre Dame entre 1678 et 1720. L’exploitation de la carrière des Pignons d’olive paraît débuter vers 1675 et s’interrompre après 1817, puisqu’il s’agit de la dernière évocation de cette exploitation et qu’on ne la retrouve pas en 1843 dans la carte géologique parmi les sites actifs. Les parcelles dites de « la petite Beaumaderie » et du « Sémaphore » ne sont évoquées qu’en 1817. La carrière de la Pinède est de manière certaine en activité entre 1817 et 1847. La carrière de Couronne-Vieille est active entre 1817 et 1847, puis entre 1898 et 1912. Enfin, l’exploitation de la carrière des Auffans est attestée, en 1889, entre 1898 et 1912, puis à partir de 1950.

17Ces informations constituent les seules certitudes chronologiques en notre possession aujourd’hui. Néanmoins, nous avons vu que toutes les carrières actives à partir du XVIIe s., sont systématiquement nommément citées dans les actes de fourniture de pierres. Cela tend donc à indiquer que les carrières littorales de la pointe de Carro, Verdon 1, 2 et 3, La Beaumaderie et Sainte-Croix ne sont pas exploitées aux époques moderne et contemporaine et donc inéluctablement plus anciennes.

18Les carrières exploitées dans l’Antiquité paraissent à l’heure actuelle, et en l’absence d’investigations plus poussées très difficiles à identifier. L’activité de la carrière de Baou Tailla est fortement supposée en raison de l’occupation grecque sur le plateau qui surmonte la carrière, et parce qu’il n’y a, en l’état des connaissances, pas de population sédentarisée à La Couronne au IIe s. av. J.-C. En toute logique, on peut supposer que cette occupation soit en relation avec l’exploitation de la pierre.

19L’état d’immersion des carrières de la Beaumaderie, Couronne-Vieille et Verdon 1 permet de proposer une exploitation au plus tard dans l’Antiquité tardive pour les parties submergées. Or, dans l’Antiquité tardive, nous n’avons que peu de preuves de l’extraction de matériaux frais pour répondre aux besoins des constructions, mais plutôt des témoins de la production de très gros blocs, que l’on ne peut confondre avec ceux extraits dans l’Antiquité grecque ou romaine, et destinés à la fabrication des sarcophages. En outre, nous n’avons, dans les parties ennoyées de ces carrières, aucune trace d’enlèvement de ce gabarit de bloc. La remontée positive du niveau marin implique une grande ancienneté des carrières, qui ne peut être considérée que comme antérieure au Moyen Âge classique, en raison de la trop grande augmentation du niveau d’eau. La diversité modulaire observée sur le fond de carrière de La Beaumaderie pourrait évoquer plutôt une exploitation romaine, sans pour autant exclure que son ouverture soit plus ancienne.

20En outre, l’attribution d’une datation est difficile, tant dans le cas des carrières antiques que dans celui des exploitations médiévales. La carrière de Couronne-Vieille l’illustre assez bien puisqu’elle a probablement connu plusieurs périodes d’activité, la première probablement dans l’Antiquité (partie sud) et la dernière au XIXe s. (extrémité nord). Dans ce cas, comme dans celui de Verdon 1, l’immersion d’une bonne moitié de la carrière est un indice d’ancienneté, voire même d’Antiquité (grecque, romaine, ou tardive) mais on ne peut, sur certaines parties non ennoyées, exclure une activité médiévale. Il en est de même des carrières de Verdon 2, 3, la pointe de Carro et Baou Tailla. Les modules observés en négatif sur le fond de la carrière de Verdon 3 témoignent de l’extraction exclusive de blocs de grand appareil, et particulièrement la présence du module de 156 x 52 x 52 cm que l’on ne trouve quasiment que dans l’Antiquité.

21La carrière de Baou Tailla a très vraisemblablement été exploitée dès l’Antiquité, mais on peut supposer qu’elle soit également active au Moyen Âge, en raison notamment de la grande diversité modulaire, néanmoins organisée, qui caractérise le sol de carrière. On sait qu’elle n’est pas active à l’Époque moderne, mais qu’elle l’est très certainement, et pendant peu de temps, à partir de 1857. Il en est de même de la carrière de Couronne-Vieille, qui en plus d’une activité contemporaine avérée, a, s’il l’on se fie au niveau de submersion de la partie sud du site, été exploitée dès l’Antiquité, et probablement plus tardivement aussi.

22Il reste un important travail de terrain à accomplir, si l’on veut parvenir à l’attribution d’une datation plus précise de chacune des carrières.

23On connaît finalement assez bien l’emplacement des carrières mises à contribution à partir des grands chantiers de Louis XIV, c’est à dire les sites situés essentiellement en « plaine », tels que les Arqueirons, Arnette, les Pignons d’olive, la Pinède, Notre Dame ou la Fontaine Saint-Jean. Néanmoins, on ne connaît pas leur date réelle d’ouverture, puisqu’on ne saurait dire si ces sites sont ouverts à l’Époque Moderne ou si l’activité y est simplement reprise. Nous l’avons vu avec la présence dans la carrière des Arqueirons de nombreux tessons de céramique d’époque romaine, qui tend à indiquer que la carrière est occupée dès cette époque, et de facto potentiellement active. Rien ne nous permet alors d’exclure que ce site, dont l’activité n’est réelle, à l’époque moderne, que sur une très courte durée, ne soit exploitée également à l’époque médiévale. Il en est de même du site d’Arnette. Là encore, de nouvelles investigations sur le terrain permettraient, dans le cas de ces deux carrières, d’approcher la réalité de leur exploitation, qui se développe sur une superficie considérable. La carrière de la Fontaine Saint-Jean est très probablement exploitée au Moyen Âge, plus particulièrement à l’époque gothique, si l’on se réfère à la toponymie et donc aux textes de 1479 qui évoquent l’extraction de matériaux dans la carrière de la font à La Couronne. Malheureusement dans ce dernier cas, il paraît difficile d’envisager des vérifications sur le terrain en raison de la destruction quasi totale de la carrière par les maisons du village.

24Les seules carrières dont l’activité semble n’être possible que dans l’Antiquité sont les sites de l’Arquet et La Beaumaderie. Cependant, on peut y ajouter, grâce à des indices archéologiques, certes parfois hors stratigraphie, mais qui paraissent néanmoins pertinents, les carrières des Arqueirons et Baou Tailla. Les indices environnementaux permettent d’y joindre une partie des carrières de Couronne-Vieille et Verdon 1, et l’étude métrologique permet de proposer aussi les carrières de Verdon 3 et Sainte-Croix. Ces sites paraissent donc prioritaires si l’on veut approfondir notre connaissance des carrières antiques de La Couronne.

25En revanche, l’identification des exploitations médiévales paraît plus compromise sans travaux de terrain exhaustifs, car cette activité, en plein cœur de 2200 ans d’exploitation, est souvent reprise ensuite, et ses traces sont donc probablement gommées par les escoudes modernes. Il semblerait cependant intéressant de conduire cette recherche dans les carrières les plus récentes, en plaine. Les mentions d’exploitation pendant l’hiver constituent un indice important, car elles tendent à exclure l’activité littorale, excepté peut être dans le site de Baou Tailla (surélevé), en raison des forts vents qui précipitent l’eau sur les fonds de carrière et rendent donc difficile l’exploitation.

26Il reste donc encore un grand chemin à parcourir dans la connaissance des carrières de La Couronne. L’exploitation pluriséculaire rend très difficile l’approche archéologique en l’absence de sondages et fouilles archéologiques. Comme nous l’avons vu, les carrières littorales ont la plupart conservé les déchets d’extraction de leur dernière exploitation et la nature a repris ses droits sur les carrières de plaine, transformées aujourd’hui en pinèdes, au milieu desquelles on peut encore voir des monticules de déchets d’extraction. Ce sont à la fois des contraintes considérables pour un travail de prospection, mais en un même temps une chance pour les investigations futures puisqu’en recouvrant les traces, la végétation les a protégées, ce qui permettra ainsi par la suite d’approfondir encore nos connaissances du riche passé des carrières de La Couronne.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search