Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Quatrième partie : les carriers de la couronne : d’une occupation occasionnelle à la sédentarisation d’une population de carriers à l’époque moderne

Chapitre 3. Conclusion

Texte intégral

1L’occupation des villages de La Couronne et de Carro évolue donc au rythme des chantiers de construction qui mettent en œuvre les matériaux qui sont extraits de ces carrières.

2Les premières occupations du sol paraissent être en relation avec l’exploitation de la pierre. On l’a évoqué dans le cas de l’occupation de l’Arquet au V e s. av. J.-C. dans laquelle on relève les premières traces d’exploitation de calcaire de La Couronne ou encore, au moment de la découverte de la villa gallo-romaine de Couronne-Vieille. Les vestiges de Baou Tailla au IIe s. av. J.-C., et ceux des Arqueirons datés entre le Ier s. av et Ier s. ap. J.-C. témoignent en revanche d’une occupation plus ponctuelle et probablement en rapport avec l’implantation d’une équipe de carriers, pour l’approvisionnement d’un chantier de construction. L’occupation de la période hellénistique peut être directement mise en relation avec l’extension du territoire de Marseille et sa nouvelle richesse, qui lui permettent ainsi de s’approvisionner en pierres de construction sur une zone plus étendue. Aussi, n’est-il pas surprenant qu’au moment de la construction du nouveau rempart, ils envoient sur place plusieurs équipes de carriers pour approvisionner les chantiers. Les occupations de l’Antiquité, grecque ou romaine, sont, selon toute vraisemblance, occasionnelles et en relation avec l’activité constructive de Massalia. Cette tendance s’étend probablement à la période paléochrétienne au cours de laquelle on relève surtout un travail en rapport avec l’industrie du sarcophage (V e - VIe s.). On suppose donc que ces carriers et/ou tailleurs de pierre sont envoyés sur place pour faire face à la demande. L’occupation médiévale est certaine, mais on ne sait réellement à quel moment le village s’organise et si la population qui s’y rattache peut avoir un lien avec l’exploitation de la pierre. De manière certaine, on envoie toujours des équipes de carriers, souvent marseillais, pour un besoin précis, il est par conséquent peu plausible que l’on trouve à La Couronne ou à Carro des traceurs de pierre installés de manière permanente. Nous savons également, grâce notamment à l’enquête de 1545, que les villages sont déserts entre la fin du XIV e s. (pas de contribuables) et une grande partie du XVIe s. Les grands chantiers de Louis XIV ont engendré l’installation d’une population de carriers sur place, probablement séduits par les besoins en pierres de construction et par la réponse qu’ils pouvaient y apporter.

3Le métier de carrier a connu une évolution considérable entre les premières exploitations de l’Antiquité et l’interruption de l’activité à la fin du XIXe s. Comme souvent dans les sociétés de l’Antiquité, le travail manuel est assez mal perçu et réservé plus favorablement aux couches sociales les basses, aux esclaves, ainsi qu’aux prisonniers (de condition humble) qui y étaient envoyés pour purger leur peine. On imagine donc assez bien les conditions de vie et de travail de cette main d’œuvre. Cette époque est donc celle d’une vie laborieuse, difficile, sans avoir, probablement sans respect, et d’un métier exercé dans des conditions qui, dans l’ensemble, devaient être déplorables. Néanmoins, comme nous l’avons évoqué, le travail de carrier nécessite une bonne connaissance du matériau et du maniement des outils, et particulièrement dans le cas de l’extraction de modules de grand appareil. Cette compétence implique que le carrier ait reçu une formation, qu’il est actuellement difficile d’approcher. L’exemple de l’extraction de blocs d’environ 6 tonnes dans la carrière de l’Estel au Pont du Gard met en évidence cette connaissance et cette maîtrise des techniques d’extraction. Il paraît donc difficile de cerner leur statut réel parce que d’une part ils appartiennent vraisemblablement aux couches les plus humbles de la société mais surtout parce que, en même temps, il s’agit d’une main d’œuvre extrêmement qualifiée et donc inévitablement formée.

4Il paraît tout aussi difficile de préciser les statuts des carriers de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. La documentation d’archives fait défaut, l’esclavage est toujours une pratique courante et nous nous trouvons à l’aube d’un changement important, dont on ne connaît ni les tenants ni les aboutissants. Tout ce que nous savons, c’est qu’au Moyen Âge apparaissent les corporations et les confréries, dont le rôle religieux, économique et social paraît croître au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. Néanmoins, ne peut-on pas envisager l’apparition des confréries, probablement sous une autre forme, dès l’Antiquité ? La découverte d’une inscription dans les carrières de Saint-Béat permet en tout cas de proposer l’existence dans les exploitations de Gaule romaine d’un certain esprit de corporatisme. Il est écrit : « Natalis, Martialis et Sintus, chefs de chantier, avec leurs collègues, se sont acquittés de leur vœu, de bon cœur et à juste titre (Bedon 1984, p. 218) ».

5En supposant que les collègues auxquels ils font allusion soient les carriers et/ou tailleurs de pierres, on pourrait alors y voir une certaine fédération du corps de métier. On sait que les bateliers étaient regroupés en corporation, on ne peut donc exclure que ce soit également le cas des carriers de condition libre. Cette question mériterait d’être approfondie dans les années à venir, car, sans la considérer comme une preuve de l’existence d’un corporatisme, il émane de cette inscription une certaine fierté du travail accompli. Si l’existence d’une corporation de carriers et tailleurs de pierre peut être supposée, en raison aussi de l’existence très probable de formation à ces métiers, on ne peut en revanche en imaginer les cadres ou le champ d’investigation réel.

6Au Moyen Âge, la confrérie est une véritable autorité à la fois professionnelle, parce qu’elle structure et contrôle le métier, mais aussi religieuse, parce qu’elle s’assure de la bonne foi et de la pratique du culte. C’est avec ces confréries que l’on voit naître les statuts de maître, compagnons et apprentis, que le savoir se transmet de génération en génération, qu’apparaissent les marques identitaires qui permettent de déterminer la production d’un artisan, mais qui revêtent en sus une véritable reconnaissance de leur profession. On n’obtient pas une marque sans que son travail soit estimé de qualité, elle se mérite et ne peut être usurpée, un rejet de la communauté est d’ailleurs préconisé dans le cas où l’artisan ferait l’acquisition d’une marque de manière illégitime. On constate qu’il y a donc une véritable évolution de la perception du métier avec des cadres plus stricts engageant la responsabilité de chacun quant à la bonne qualité de l’exercice de son travail. Il semble y avoir à la fois une plus grande reconnaissance et une organisation plus stricte du métier. Cette tendance poursuit son évolution à l’Époque Moderne où l’on retrouve dans le cas des carrières de La Couronne, une confrérie toujours sous un patronage religieux, qui gère à la fois l’entretien de l’église, mais aussi le bon fonctionnement du village et des exploitations. Parmi les membres les plus influents de la communauté, on compte une grande majorité de carriers, qui reçoivent les procurations des habitants, s’expriment en leur nom, aménagent et organisent le village ou sont les témoins dans le cas d’actes importants. Ils sont par conséquent à La Couronne d’une importance capitale pour la vie du village, peut-être parce que sur eux reposent la quasi-totalité de l’économie, puisque les carrières constituent la principale source de revenu du village. Il est toutefois intéressant de relever qu’à partir de la deuxième moitié du XIXe s., en même temps que l’on recense une diminution du nombre de carriers, on commence à trouver au sein de la confrérie de nombreux cotisants qui sont pécheurs, mais fils de carriers, et qui peut-être deviennent un pilier économique équivalent à celui que représentent les carriers. Néanmoins, en 1884, soit peu avant l’interruption de l’activité extractive, la confrérie disparaît, ou du moins le registre s’interrompt, et, avec elle, toute son influence. On amorce alors une nouvelle étape dans l’histoire de La Couronne, qui se fait sans les exploitations, et sans les carriers. Les carrières seront pourtant rouvertes dans les années 1950, mais à l’ère industrielle, nous n’entendons plus à La Couronne les cris d’escoude qui ont financé la construction de l’église et de son clocher.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search