Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Quatrième partie : les carriers de la couronne : d’une occupation occasionnelle à la sédentarisation d’une population de carriers à l’époque moderne

Chapitre 1. L’occupation occasionnelle du site

Texte intégral

1.1. Vie et condition des carriers dans l’Antiquité grecque et romaine

1.1.1. Contexte de l’exploitation des carrières

1Le sondage fait en 2002 sur le plateau qui surmonte Baou Tailla a permis d’identifier les traces d’une occupation occasionnelle du site dès le IIe s. av. J.-C. (supra, p. 18, 36). La céramique ramassée en surface du site des Arqueirons (supra, p. 11, 78) suggère également une installation ponctuelle entre le Ier s. av. J.-C. et le Ier s. de notre ère. En revanche, la construction de la villa gallo-romaine mise au jour à l’arrière de l’anse de Couronne-Vieille, datée du Ier s. de notre ère (supra, p. 18, 52), pourrait correspondre à une installation plus durable, probablement en rapport avec la surveillance ou la gérance des exploitations romaines. Ces trois occupations coïncident parfaitement avec les deux grandes phases de constructions mettant en œuvre de la pierre de La Couronne à Marseille. Nous serions donc, dans les deux premiers sites, face à une occupation temporaire, correspondant plus à des abris qu’à un réel habitat (foyer, céramique et déchets culinaires) alors que le troisième constitue un véritable lieu de vie. Les vestiges de cette villa témoignent de l’utilisation de matériaux nobles (marbres, mosaïques…), ce qui évoque plutôt l’installation sur place d’une personnalité importante, que l’on a du mal à imaginer en rapport avec autre chose que l’exploitation des carrières. Les sous-sols de La Couronne sont assez similaires à ceux de Marseille dans le sens où les possibilités agricoles y sont semblables : vignes, oliviers, figuiers et blés (document n° 16). Il n’y a donc apparemment aucun intérêt pour un citoyen à s’installer sur place (plutôt qu’à Massalia) dans un but agricole. Il paraît donc plus vraisemblable que l’occupant de cette habitation soit un personnage important qui administre ou contrôle le bon fonctionnement des exploitations actives à cette époque.

1.1.2. Le statut des carriers : esclaves ou hommes libres ?

2Aucun document n’évoque de manière précise l’organisation des carrières de La Couronne et la main d’œuvre qui fut employée pour l’exploitation. Les vestiges hellénistiques mis au jour jusqu’aujourd’hui à Marseille sont exclusivement des monuments publics : le rempart de la cité, les caves de Saint-Sauveur, un complexe hydraulique, du mobilier issu vraisemblablement de plusieurs édifices publics et des bassins. Les matériaux approvisionnent donc des chantiers publics importants qui ont nécessité une fourniture constante et massive et, par là même, une main d’œuvre appréciable. On imagine donc une organisation rigoureuse, structurée et hiérarchisée dans laquelle la cité gère le chantier, depuis l’extraction jusqu’à la mise en œuvre. Les vestiges romains retrouvés appartiennent à la même catégorie de constructions (théâtre, thermes, quais du port et bassins).

3La confrontation des vingt-quatre blocs retrouvés dans l’épave de Carry-le-Rouet et de ceux mis en œuvre dans le rempart hellénistique (la Bourse et les Carmes) met en évidence un marquage des blocs à différents stades de la chaîne opératoire, et ce dès l’extraction (Long 1986c, p. 11) . Cela témoigne donc d’une organisation structurée entre l’extraction en carrière et la mise en œuvre dans la construction. Nous avons vu dans le chapitre consacré au devenir des matériaux après leur extraction (supra, p. 111 sqq.), mais aussi dans l’étude de l’organisation du transport (supra, p. 121 sqq., 131 sqq.), que la main d’œuvre présente en carrière allait bien au-delà des seuls carriers (Bedon 1984, p. 148).

4L’ouverture, et donc l’enlèvement de la découverte, impose la présence d’ouvriers, pas forcément spécialisés, qui exécutent probablement aussi toutes les tâches de manutention sur le chantier. Le tracé du canevas de découpage est ordinairement fait par le « chef de chantier » qui gère également l’ensemble du travail des ouvriers au sein de l’exploitation. Les carriers pratiquent les extractions de pierre et leur travail génère un grand nombre de déchets (éclats) qu’il est impératif d’évacuer au fur et à mesure. Cette tâche incombe aux manœuvres, qui vont à la fois nettoyer le site et se charger des opérations de manutention (bardage, levage, chargement) : ce sont peut-être les mêmes que ceux qui ôtent la découverte. Nous avons vu que les blocs étaient le plus souvent préparés à même la carrière, il est donc nécessaire qu’un atelier de taille y soit installé et cela requiert la présence de tailleurs de pierre. Les outils de carriers et de tailleurs s’émoussent très rapidement au contact de la pierre, il est donc important qu’un forgeron soit présent sur le site, pour en assurer l’entretien.

5La possibilité d’une vérification de la qualité des pierres avant leur expédition et après le marquage, avait été évoquée par J.-C. Bessac en raison de la présence de défauts sur des blocs marqués retrouvés dans la carrière de Matthieu (Bois de Lens) et abandonnés sur place. Il est donc possible qu’un « contrôleur de la qualité » des matériaux soit aussi présent sur le site.

6Tous ces professionnels sont nécessaires au bon fonctionnement du chantier d’extraction, quelle que soit la période considérée.

7Dans les exploitations grecques et romaines qui appartiennent à la cité, la main d’œuvre est le plus souvent d’origine servile. Dans le cas où la cité est propriétaire et exploite par ses propres moyens les carrières, la main d’œuvre peut être presque exclusivement servile, que les esclaves appartiennent au concessionnaire ou qu’il les loue. On ne peut en revanche exclure que les postes les plus importants au sein de la carrière soient occupés par des hommes de condition libre ou des esclaves de plus haut rang. La cité pourrait être aussi propriétaire des carrières et faire appel à des entreprises privées pour l’exploitation, ou encore louer les carrières à un propriétaire privé, citoyen ou entrepreneur. Dans tous les cas, la main d’œuvre qui travaille dans les carrières est généralement composée d’hommes libres de couche humble et/ou d’esclaves.

8Dans le cas d’une main d’œuvre servile, l’origine des esclaves n’est pas connue, mais on sait qu’une cité évitait généralement de concentrer des esclaves de même origine sur un même site, en raison de la possibilité de révolte. Beaucoup étaient originaires d’Afrique, ce qui soulève la question du visage incisé sur un galet dans la carrière de La Beaumaderie, dont le profil présente des traits de type africain.

9A l’époque impériale, quand les carrières appartiennent à la cité, elles sont souvent administrées par un procurator, représentant l’Empereur et qui avait en général un statut d’affranchi ou d’esclave impérial (Bedon 1984, p. 148). Il est probable que plusieurs officinae, c’est-à-dire entreprises ou équipes, fonctionnent simultanément sur un même chantier. Les différents marquages découverts sur les blocs de l’épave de Carry-le-Rouet et sur plusieurs blocs d’édifices grecs ou romains de Marseille, pourraient par ailleurs être interprétés en ce sens. Cela signifierait alors que, tant à l’époque grecque qu’à l’époque romaine, on trouve différentes équipes coordonnées par un officinator, c’est à dire un chef de chantier ou conducteur de travaux, qui supervise tout le travail en carrière. Son statut ne peut être déterminé avec précision, toutefois, compte-tenu de son importance au sein de l’exploitation, on l’imagine plutôt de condition libre ou bien esclave au statut élevé (Bedon 1984, p. 149). Dans l’ensemble des carrières étudiées en Gaule romaine, il s’agit le plus souvent d’un civil, à l’exception bien sûr des exploitations par l’armée, dans lesquelles il est militaire. Les soldats qui travaillaient dans les exploitations laissaient souvent des marques sur les fronts, en rapport avec leur régiment. Comme nous n’en avons pas de traces dans les carrières de La Couronne, on peut exclure la présence de ce type de main d’œuvre.

10Le probator, chargé de contrôler la qualité des matériaux produits et de les rejeter en cas de défaut, doit avoir un statut élevé, mais aussi connaître la pierre avec précision. Il doit être capable de déceler un défaut interne, comme une micro-fissure ou une infiltration, ce qui nous renvoie à la question de la formation du personnel de carrière, qui n’a malheureusement pas pu être traité dans le cadre de ce travail, mais qui reste néanmoins essentielle.

11Il en est de même du faber (forgeron), en charge de la maintenance des outils, qui possède un statut qui nous échappe complètement (Bedon 1984, p. 149). Compte-tenu de la considération pour les métiers manuels dans l’Antiquité, sa condition ne doit guère être très élevée, mais on ne saurait dire en dire davantage.

12Enfin, les carriers et les manœuvres sont soit des esclaves publics, soit des mercenarii, mais il arrive aussi, particulièrement dans le monde romain de trouver de la main d’œuvre pénale. Les condamnés à l’opus metallici ou metallum (mort civile) étaient envoyés dans les carrières, après confiscation de leurs biens, rupture de leur mariage et interdiction de possession. La présence de cette main d’œuvre est difficile à identifier parmi les traces archéologiques. Leurs conditions de « détention » devaient néanmoins être encore plus pénibles que celles des esclaves. Nous y reviendrons dans la présentation de la condition de vie des carriers de l’Antiquité (Daremberg, Saglio 1877-1919, col. 1867).

13On peut donc envisager, dans le cas où les carrières seraient la propriété de la cité, une organisation en partie similaire au modèle évoqué par Bedon (Bedon 1984, p. 150) avec la cité à la tête des carrières plutôt que l’Empereur.

14Dans le cas où la carrière serait privée, et donc non rattachée à la cité, on peut imaginer qu’elle soit dirigée par un chef de chantier, équivalent de l’officinator peut-être, qui se trouve sous l’autorité du propriétaire. La composition des équipes devait néanmoins rester à peu près similaire à celle d’une « entreprise » liée à la cité.

15La présence de la villa de Couronne-Vieille pourrait indiquer celle d’un homme de rang plus élevé qui ne gère pas simplement une officina, mais administre l’ensemble des carrières en activité, sous l’autorité de la cité qu’il représente sur place. Il pourrait également être perçu comme le propriétaire des carrières dans le cas où la cité les louerait.

1.1.3. Conditions de travail des carriers de l’Antiquité

16On n’en sait évidemment pas beaucoup plus sur les conditions de travail des carriers de la Couronne dans l’Antiquité. Dans les carrières de Boulouris (Var), on a retrouvé des anneaux de fer fixés sur les fronts de taille (Bedon 1984, p. 161). Ils ont été interprétés comme un témoignage de leur utilisation, à l’époque romaine, pour attacher les condamnés pendant la nuit (Léger 1875, p. 705). En l’état actuel des découvertes archéologiques, il est difficile de le vérifier.

17Il n’en demeure pas moins que les conditions de vie des esclaves et condamnés dans les carrières devaient être extrêmement éprouvantes. L’opus metallici étant le pire châtiment romain, on ne peut imaginer que de manière inévitablement euphémique la pénibilité des conditions auxquelles ces hommes étaient soumis. Les auteurs antiques contribuent à créer une image assez précise de la dureté de leur condition. Saint-Cyprien (Epistulae, 76, II, 4. Dans Bedon 1984, p. 200) évoque la demi-tonte que le crâne des carriers recevait, l’hygiène déplorable (les « membres, enlaidis par le manque de soin et la saleté, sont négligés faute de bains »), le manque de nourriture parce que le « pain là-bas, est mesuré » et le manque de vêtements lors des saisons froides.

18On suppose enfin que ces carriers ne résidaient pas en permanence à La Couronne puisque nous n’avons jusqu’aujourd’hui découvert aucune trace indiquant l’installation d’un village et aucune nécropole d’époque grecque ou romaine qui soit en rapport avec l’exploitation des matériaux. En revanche, la présence de deux campements frustes livrant des traces de foyer et du mobilier céramique semble évoquer plutôt une occupation ponctuelle à proximité immédiate des carrières et donc probablement en relation directe avec leur exploitation.

1.1.4. Rendement et temps de travail dans les carrières antiques

  • 137 ADBdR 378 E 635 f°93.

19La durée annuelle de travail avait été estimée à neuf mois, avec une interruption pendant l’hiver, et une durée quotidienne de dix heures environ, correspondant aux heures de jour (Bedon 1984, p. 164). Toutefois, la question mérite d’être à nouveau soulevée dans le cas des carrières de La Couronne en raison de deux facteurs. La plupart des sites utilisés en référence par R. Bedon se trouvent dans le nord de la France et ne sont pas, de ce fait, soumis aux mêmes contraintes climatiques que les carrières avoisinant Marseille. Les actes de fourniture de matériaux qui sont passés entre le XV e et le XIXe s. ne nous permettent pas de supposer d’interruption hivernale dans les exploitations de La Couronne. On le voit par exemple dans un acte de fourniture de pierres daté du 5 février 1443 (document n° 2), mais aussi le 22 octobre 1665 (document n° 12), ou le 7 janvier de la même année137, ou encore, dans l’acte de commande de matériaux pour l’église de La Seyne sur Mer (document n° 22) qui prévoit un approvisionnement du chantier à partir de juin 1674 et « sans discontinuer pendant quatre années ». Il pouvait en être de même pendant l’Antiquité. Un arrêt provisoire de l’activité peut bien entendu être envisagé, mais il serait plutôt à mettre en rapport avec les besoins de la construction qu’avec des impératifs météorologiques. Il demeure toutefois une différence considérable entre les carrières de l’Antiquité et celles des périodes qui lui succèdent. Les carrières sont plus généralement ouvertes en bordure du littoral, et particulièrement à l’époque hellénistique, alors que la plupart des sites actifs à l’époque moderne sont situés en plaine. Nous avons déjà évoqué précédemment le problème des carrières du littoral qui, en automne et en hiver, reçoivent des projections d’eau importante, en raison des fréquentes tempêtes qui frappent la Méditerranée. De ce fait, on pourrait supposer une interruption de l’activité extractive dans le cas des carrières littorales. En revanche, les sites de plaine comme les Arqueirons ne peuvent être contraints à cette trêve. Parmi les sites du littoral qui sont supposés avoir connu une activité dans l’Antiquité, la carrière de Baou Tailla est un exemple à part qui n’impose aucune interruption, en raison de son emplacement à plusieurs mètres au dessus du niveau de la mer. Il en va de même des carrières de Sainte-Croix et de Verdon 3, et ce pour les mêmes raisons. En revanche, les sites de La Beaumaderie, Couronne-Vieille, Verdon 1 et 2 et la pointe de Carro, si exploitation antique il y a, auraient nécessité sans nul doute une trêve hivernale, même si l’on considère le niveau marin à 40 cm en-dessous de son niveau actuel. On peut donc tout à fait imaginer que les carriers soient envoyés tout simplement dans une autre exploitation pendant la saison d’hiver.

20En ce qui concerne le temps de travail journalier, on le suppose en relation avec la durée de jour. À la Couronne, le temps de travail journalier paraît donc être plus longue l’été (estimée à 14h) que l’hiver (environ 9h).

  • 138 Plaute, Captifs, vers 721-726 dans Bedon 1984, p. 201 (traduction et édit. A. Ernout, Théâtre, to (...)

21La quantité de matériaux à extraire par jour semble être différente selon le statut du carrier. Selon Plaute (Captifs, vers 723-726)138 , un esclave est soumis à un rendement plus important qu’un homme de condition libre puisque « de huit blocs de pierre que les autres ont à extraire par jour, il faudra que tu fasses moitié plus d’ouvrage ». On en déduit donc qu’un esclave aura à extraire douze blocs quand les autres devront en sortir huit. Bien entendu, le rendement est d’abord fonction de la nature du matériau à extraire, mais aussi du type d’appareil nécessaire. Le carrier va extraire plus rapidement un bloc de petit appareil qu’une pierre de grand module. L’étude de l’enceinte de Nîmes a permis d’évaluer la production journalière moyenne d’un ouvrier sommairement formé à environ 7 ou 8 m3 pour du petit appareil, alors que la production de matériaux de moyen appareil le fait chuter à 1 ou 2 m3 (Bessac 2000, p. 25). L’usage du grand appareil nécessite une main d’œuvre très spécialisée qui, dans de bonnes conditions, doit sortir individuellement 1 m3 tous les 4 jours, comme dans les carrières de Lens (indice de taille 6) ou de Baruthel (indice de taille 8), et on pourrait avoir des chiffres comparables dans le cas du calcaire de La Couronne (indice de taille 5).

1.2. L’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge : des époques peu documentées

22Ces époques sont assez difficiles à cerner, d’abord en raison de la difficulté d’identifier les traces archéologiques des extractions faites à cette période, souvent disparues sous les exploitations ultérieures, mais aussi à cause de la faible quantité de vestiges marseillais actuellement connus mettant en œuvre ce matériau.

1.2.1. Contexte historique de l’exploitation des carrières

23L’histoire de Marseille est, pendant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, assez bien connue en raison de l’abondance de documentation ecclésiastique. La chute de l’Empire romain est effective en 476, Marseille appartient alors à la Province de la Viennoise (fin IV e s.), elle-même issue du démantèlement de la Narbonnaise (créée sous Auguste).

24L’installation progressive, dans le courant du V e s., des peuples barbares ne touche quasiment pas la Provence et la ville de Marseille, car elles s’y trouvent peu exposées. Néanmoins, le souci de sécurité se matérialise par la construction de l’avant-mur tardif découvert sur le site de la Bourse et daté aux environs de 475. La cité est alors sous la domination des Wisigoths (419-478), puis des Ostrogoths (Guyon 2005, p. 225). Cette époque est florissante pour Marseille qui se dote de plusieurs édifices consacrés au culte chrétien comme par exemple les baptistères de Malaval, Saint-Victor et la Vieille-Major. Comme dans de nombreuses villes, les bâtisseurs, au V e s., privilégient l’utilisation de matériaux issus d’édifices plus anciens pour construire les monuments plutôt que procéder à de nouvelles extractions. L’activité des carrières de La Couronne ne peut donc être mise en rapport avec ces édifications que de manière très relative.

25En revanche, le grand nombre de sarcophages, datés pour la plupart du V e s. mis au jour à Marseille et aux alentours de la cité témoigne de la nécessité d’utiliser des matériaux fraîchement extraits, essentiellement en raison de la forte dimension de blocs que leur caractère monolithique impose. La similitude observée dans la réalisation des sarcophages suppose qu’il existait à cette époque des ateliers spécialisés dans leur confection. On note que les modules, le creusement et les décors répondent rigoureusement à une normalisation de cette production.

26A partir de la fin du VIe siècle, une période de troubles s’installe dans la cité (Bouiron, 2011). Elle se matérialise par des conflits incessants entre notables, puis contre les Lombards et par de multiples épidémies de peste (en 591, puis 599 et 650). L’activité de la ville ne s’interrompt toutefois pas, comme en témoignent les activités portuaires et l’occupation des sols, mise en évidence lors de l’étude du quartier de l’Alcazar (cours Belsunce).

27La construction en calcaire de La Couronne est marquée par un important hiatus entre le VIIIe s. et le XIIe s., qui pourrait trouver une explication dans les nombreux pillages que la ville a subis (Francs en 736 et 739 puis Sarrasins en 838 et 848).

28Vers 739, Charles Martel et Childebrand sont maîtres du pays, Marseille est mise à sac et pillée, ce qui marque la fin d’une certaine tradition héritée de l’Antiquité pour amorcer des temps nouveaux à l’époque carolingienne. Ce n’est qu’au moment des croisades (XIIe et XIIIe s.) que Marseille recouvre une activité portuaire florissante qui s’accompagne alors du retour de la pierre de La Couronne dans la construction.

  • 139 Ce hiatus peut néanmoins comme nous l’avons vu être plus lié à un manque de données archéologique (...)

29La quasi-absence de ce matériau dans le paysage marseillais entre le VIIIe et le XIIe s. suggèrerait donc une interruption de l’exploitation des carrières à cette époque ou du moins une activité plus limitée.139

1.2.2. La main d’œuvre potentiellement mise à contribution dans l’exploitation des carrières entre le IVe s. et le IXe s.

30L’activité des carrières de La Couronne, que l’on suppose plus morcelée, presque au coup par coup, rend difficile la détermination de la main d’œuvre mise à contribution dans l’exploitation. L’essentiel des matériaux extraits à cette époque correspond à de grands modules destinés à la production de sarcophages et plus rarement à de la pierre de construction.

31La régression de l’activité extractive, que l’on peut observer au cours du haut Moyen Âge, est attribuée aux changements des procédés de construction. L’utilisation de moellons « noyés » dans du mortier et la récupération, quasi systématique, des matériaux ont pour conséquence une chute importante de l’activité des carrières. Les exploitations actives à cette époque ne sont le plus souvent qu’une poursuite des chantiers déjà existants, et donc ouverts dans l’Antiquité.

32L’observation des traces d’extraction dans les carrières du bois de Lens avait permis de mettre en évidence une absence de professionnalisation du métier de carrier à cette époque dont témoignent, selon J.-C. Bessac, la désorganisation des extractions et l’inexistence de stratégie de découpage (Bessac 2000, p. 8).

33La question paraît se poser différemment dans le cas des carrières de sarcophages de La Couronne en raison de la présence probable d’ateliers spécialisés dans la confection de ce type de pièces. Il s’agit en effet d’une production en série, normalisée et structurée, presque calibrée au centimètre près, qui devait utiliser une main d’œuvre qualifiée et destinée à les produire rapidement.

34La deuxième constatation découle de l’absence quasi totale de négatifs en carrière pouvant potentiellement correspondre à une extraction de sarcophages. On est actuellement dans l’incapacité de déterminer la provenance exacte des matériaux utilisés pour cette production. Or, cette absence ne peut signifier que deux choses : soit les carrières de sarcophages ont été exploitées à une époque plus récente, soit les matériaux utilisés pour leur confection sont des remplois. La première, que l’on privilégie pour le moment, implique que l’extraction de ces modules n’a pas empêché la poursuite de l’exploitation. Elle n’a par conséquent pas désorganisé les fonds de carrière, ce qui implique d’une part que la main d’œuvre maîtrise parfaitement les modalités d’extraction et d’autre part qu’elle est parfaitement consciente de la possibilité d’extractions à venir.

35L’approvisionnement de Marseille en sarcophages paraît être assez incompatible avec une exploitation parasitaire et occasionnelle. On peut envisager soit que l’atelier envoie des carriers, sûrement professionnels, pour fournir les gros modules dont il a besoin, soit que l’atelier est directement aménagé dans les carrières. L’étude des sarcophages mérovingiens en Gaule, menée par S. Lebel, évoque leur production en série à même la carrière et la possibilité de trouver aussi sur place des sculpteurs (Lebel 2000, article en ligne). La fouille de la « cave à sarcophages » de Douces (près de Doué) et l’étude du site de Doué-la-Fontaine (Maine et Loire), menées par M. Cousin entre 1991 et 1998, tendent à confirmer cette hypothèse puisque 35000 pièces auraient été extraites en série sur le premier site (Cousin 1991, p. 351). La standardisation et la production en série des sarcophages est une réalité que l’on retrouve dans l’ensemble du territoire et qui impose la présence d’une main d’œuvre très spécialisée, par conséquent incompatible avec des carriers occasionnels (Henrion 2004 et 2006, articles en ligne).

36Il est donc peu envisageable que les carriers qui ont extrait les sarcophages à La Couronne, et que l’on retrouve en quantité significative à Marseille et aux alentours, ne soient pas des professionnels. Cette production impose la mise en œuvre en carrière d’une stratégie réfléchie et rigoureuse qui ne compromette pas l’extraction de nouveaux sarcophages par la suite. On imagine donc l’emploi dans ces carrières d’une main d’œuvre spécialisée à la fois capable d’extraire les matériaux mais probablement aussi de leur donner leur forme définitive (évidés, couvercle taillé en bâtière…).

37Il paraît difficile d’imaginer que l’on envoie un homme ou deux pour extraire un seul sarcophage. Le fait qu’ils soient transportés par voie maritime et que, en dehors de la pierre, rien ne soit exporté de La Couronne vers Marseille à cette époque, nous pousse à conclure qu’ils sont produits en série et entreposés à Marseille soit dans des entrepôts soit chez un marchand.

38On ne peut toutefois étendre cette spécialisation à l’ensemble des personnes qui exploitent les carrières au cours du haut Moyen Âge. Les extractions au coup par coup de matériaux de construction, en quantité plus restreinte, en raison du remploi quasi systématique des pierres des anciens monuments, peuvent évoquer l’emploi de carriers occasionnels puisque nous sortons du cadre d’une production en série. Il n’est donc pas exclu qu’en marge, et/ou après l’extraction intensive de sarcophages, on trouve une main d’œuvre moins spécialisée qui exploite des carrières pour des matériaux peu standardisés et de manière très ponctuelle.

39L’origine sociale des carriers à cette époque est actuellement presque impossible à aborder. Nous n’avons aucune indication particulière sur leur condition, mais les deux types d’exploitation que nous venons d’évoquer pourraient indiquer la présence de deux types de carriers.

40Les premiers liés à la production de sarcophages pourraient entretenir un lien particulier avec le clergé qui, bien souvent, est à l’origine de la demande de ce type de produit. Ils pourraient s’agir également de carriers et/ou tailleurs de pierre « salariés » d’un atelier marseillais, qui auraient été envoyés sur place pour l’établissement d’un atelier spécialement dédié à la production de sarcophages.

41Les seconds, en revanche, pourraient être des travailleurs issus d’autres secteurs (maçons par exemple) qui exercent cette activité de manière plus ponctuelle. Cependant, la condition exacte, dans un cas comme dans l’autre, reste difficile à cerner. Rien ne permet de déterminer s’il s’agit d’hommes de condition libre ou si, comme ce fut le cas dans l’Antiquité romaine, ils sont issus à la fois de l’esclavage et des couches humbles de la population. J’écarterai volontiers la main d’œuvre servile compte-tenu du caractère ponctuel et particulier des exploitations de cette époque, bien que rien ne permette de le confirmer. La faveur est plutôt donnée à l’hypothèse d’une main d’œuvre de condition libre, sans toutefois être en mesure d’aller au-delà et par là même de préciser leur statut social.

1.3. Les carriers du Moyen Âge

42On est légèrement mieux documenté sur les carriers qui ont travaillé dans les carrières de La Couronne aux alentours du XIV e s., en raison de quelques mentions dans la documentation d’archives. On peut également supposer une certaine évolution de la condition des métiers du bâtiment à cette époque, grâce au développement des corporations, et surtout de leur importance sociale et religieuse, mais aussi en raison du contexte général de l’exploitation des carrières de La Couronne.

1.3.1. Contexte de l’exploitation médiévale des carrières

43On ne relève quasiment aucun usage de la pierre de la Couronne à Marseille entre le IXe s. et le XIIe s. Cette période correspond à l’occupation franque et à une ère relativement peu faste pour la ville. Les activités portuaires sont ralenties, les conditions de vie visiblement difficiles, en raison des conflits incessants et pillages divers. Au Xe s., Marseille est sous l’autorité des comtes de Provence et plusieurs travaux sont entrepris, comme le renforcement des systèmes défensifs, mais rien ne dit que l’on utilise la pierre de La Couronne. Il faut attendre le XIIe s. pour trouver à nouveau ce matériau dans la construction d’édifices, la plupart religieux, sans doute en relation avec la nouvelle prospérité de Marseille, liée aux croisades. La ville s’enrichit grâce à la domination d’une bourgeoisie marchande qui commerce notamment avec le Levant. Cette croissance économique a pour conséquence une augmentation de la population et de nouvelles constructions. En dépit des divers traumatismes que la cité rencontre entre le XIV e et la fin du XV e s., tels que la grande épidémie de peste de 1347, la guerre civile de 1383 ou la mise à sac de la ville en 1423, Marseille connaît une expansion économique très importante. En 1482, le roi René, dernier comte de Provence, la lègue à sa mort au roi de France, elle rejoint ainsi le royaume et devient en cette fin de XV e s. un important port de guerre.

44Le calcaire de La Couronne est à nouveau utilisé dans la construction religieuse du XIIe s. (cathédrale de la Vieille-Major et église Saint-Laurent). Au XIV e s., son emploi s’étend au domaine militaire dans certains pans des fortifications et dans la tour du port (Saint-Jean). On sait également grâce aux statuts municipaux de Marseille de 1350 (document n° 1) qu’il existe un important commerce de ce matériau (Pernoud 1949, p. 240). A partir du XVIe s., l’utilisation de la pierre de La Couronne s’étend au domaine privé, en tout cas à quelques riches demeures comme la maison Diamantée et l’hôtel de Cabre (supra, p. 165).

  • 140 ADBdR 2 H 430 et 2 H 442.

45Le village de La Couronne est vraisemblablement peu peuplé entre le début du XIV e s. et le tout début du XVIIe s. En 1308, trente maisons y sont recensées et seulement quinze en 1323, cernées par une muraille non défensive, qui ne mérite même pas d’être fortifiée. Il est même écrit dans les rapports de cette époque « qu’à La Couronne, les ennemis venaient faire leurs courses ».140 À partir du premier quart du XIV e s., et jusque au début du XV e s., la côte est particulièrement troublée par des risques d’attaques, d’enlèvements et de destructions, liés aux nombreuses guerres : guerre de succession du comté (mi XIV e s.), guerre des Routiers, guerre de l’Union d’Aix (1383 –1388), puis celle de Raimond de Turenne jusqu’en 1400. On note en sus les nombreuses incursions navales des ennemis Maures, Catalans ou Génois (document n° 4). On comprend alors mieux dans ce contexte hostile que ce village, littoral et sans défense, soit déserté dans le courant du XIV e s.

46L’enquête faite sur les farots en 1545 (document n° 4) confirme que le village n’a toujours pas recouvré de population. Ce document contient plusieurs témoignages d’une tradition transmise de génération en génération. Ainsi plusieurs témoins signalent qu’on trouve à La Couronne une église et des ruines qui montrent que le village était autrefois habité, et que ses habitants se sont « réfugiés » à Jonquières à cause de guerres et particulièrement de celle des Catalans.

47Lors de son étude sur le Mourre de Bœuf en 2006, P. Rigaud soulevait à la fois la question de la date de cette désertion, mais aussi celle du nombre de générations auquel il fallait faire remonter cette mémoire. Ainsi a-t-il mis en avant qu’il est question, dans ces documents, de la guerre des « Cathellans », mais qu’il est difficile d’y associer une chronologie, puisque ce conflit est quasi permanent depuis le milieu du XIIIe s. (Grava 1978, p. 180). On ne sait donc pas à quel moment précis le village se dépeuple complètement, mais on peut supposer grâce aux registres d’impositions que le processus d’abandon, amorcé entre 1308 et 1323, est total après cette date.

1.3.2. Une évolution de la condition du métier de carrier

48Entre le XIIe et le XIV e s., on emploie la pierre de la Couronne dans plusieurs édifices importants, mais aucun témoignage écrit ne permet de déterminer la nature de la main d’œuvre. La documentation d’archives témoigne d’abord de l’appartenance des terres de La Couronne, et donc des carrières, à l’abbaye de Montmajour-les-Arles depuis le Xe s. Toutefois, on suppose, en raison de la documentation d’archives du XVIIe s., qu’elle ne s’est absolument pas préoccupée de l’exploitation des carrières. Elle perçoit des taxes sur les terres, mais aucune ne semble être en rapport direct avec la pierre. L’enquête qu’elle ordonne en 1667 a été faite dans le cadre d’un bail de location des carrières à un marchand de Marseille qui demande à les exploiter de manière exclusive sur tout le territoire de La Couronne. Dans ce document, il est précisé que les carriers ont toujours extrait des pierres dans les carrières et qu’on ne leur a jamais rien demandé en retour. Par conséquent, la plupart s’opposent au bail du marchand marseillais et refusent de travailler pour lui (document n° 6).

49Dans les commandes de matériaux des XIV e et XV e s., le commanditaire paraît mandater un ou deux carriers de Marseille pour exploiter les carrières. Le commanditaire, parfois l’entrepreneur, envoie des carriers qui sont nommément cités pour lui fournir les matériaux. L’essor considérable des corporations de métier sur l’ensemble du « Royaume de France » met aussi en évidence l’évolution des métiers du bâtiment. Il ne s’agit plus d’une tâche « d’esclave », mais d’une profession structurée dans laquelle on trouve une hiérarchie, un système de formation, des « assurances » professionnelles et une certaine reconnaissance sociale. Certes, ils ne sont pas non plus considérés comme l’élite, mais bon nombre de corporations avaient pignon sur rue dans les villes. L’octroi des marques identitaires, véritables signatures d’un travail et logo d’appartenance à une corporation, met aussi en avant la qualification des hommes à qui on l’attribue. Ces corporations apparaissent partout au même moment et se développent de manière assez similaire que l’on soit en Provence, en Normandie, en Belgique… Elles font leur apparition entre 1120 et 1150, on est en revanche très peu documenté sur leur évolution entre 1250 et 1350. Elles se multiplient de manière considérable au XIV e s., si l’on en juge des registres de comptes que l’on trouve dans de nombreuses villes, comme c’est le cas en Arles par exemple (Stouff 1997a, p. 13). L’hypothèse que leur multiplication soit à mettre en relation avec l’urbanisation avait été soulevée par Vénard dans son étude de la sociabilité en Normandie (Vénard 1983, p. 39). L’apparition ensuite des confréries est tout aussi intéressante. Elles se mettent en place pour deux raisons, la première, dans une optique funéraire (accompagnement des défunts), englobe une forte vocation religieuse et la seconde, plus discrète, voire même plus secrète, lie les hommes issus d’un même corps de métier dans une réalité plus professionnelle. Les couches sociales les plus importantes rejoignent ces confréries, parce qu’elles ne sont pas simplement des associations religieuses, mais constituent en plus un important instrument de combat politique. Elles seront d’ailleurs à maintes reprises interdites puis ré-autorisées, et il plane de manière constante un certain « mystère » sur ces dernières. Il semble qu’il y ait une façade religieuse et un instrument à vocation plus matérielle, c’est-à-dire politique ou économique selon les cas. Taillepied écrivait d’ailleurs en 1587 « Il n’y a mestier ou estat qui ne soit de quelque confrairie ». Elle regroupe donc surtout des gens exerçant un même métier, sans toutefois exclure les autres individus. Elles sont obligées d’enregistrer leurs statuts et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur lecture nous laisse pantois. Ceux des confréries arlésiennes au XIV e s. (Stouff 1997, p. 13) ou ceux de La Bauhütte au XV e s (Ržiha 1993, p. 33) ou encore les statuts normands (Venard 1983, p. 39) et enfin ceux de La Couronne au XVIIe s. (document n° 13) s’avèrent rigoureusement similaires, mot pour mot. La vocation est clairement religieuse, puisque le nouveau confrère promet d’abord fidélité et obéissance. Il verse, à son entrée, une somme « pro fine », inscrite dans le livre des comptes de l’association, et qui est vraisemblablement toujours payée après son décès par son héritier, ce qui explique que certains défunts cotisent encore après leur mort, dans la confrérie des traceurs de pierres de La Couronne à l’Époque Moderne. Ils se réunissent, une fois par an, en assemblée générale et prennent les décisions qui concernent l’organisation et l’activité du groupe. Le but de ces associations est d’abord l’activité charitable (célébration, distribution de pains…), puis l’organisation d’un banquet, pour renforcer la cohésion des membres, et les préoccupations funéraires y occupent une part très importante (accompagnements du défunt, aide aux familles…). Entre 1350 et 1500, elles n’ont plus aucun lien politique, mais se concentrent sur la solidarité entre membres d’une même organisation (banquet et défunt…).

50L’étude des confréries normandes a mis en évidence ce lien étroit qu’elles entretiennent avec les pratiques religieuses et a permis de les définir comme étant « l’annexe religieuse du métier » (Venard 1983, p. 39). Elles sont plus souvent sous le patronage d’un saint et sous la tutelle du curé, au service de la paroisse et mettent l’accent sur les gestes de piété et la pratique du sacrement. Elles s’orientent sur les pratiques funéraires et la protection de l’âme des défunts.

51Les membres ne sont pas pour autant de même niveau social, car, dans un même temps, une hiérarchie se développe dans les métiers du bâtiment. L’étude de P. Bernardi sur l’époque gothique à Aix-en-Provence met en évidence l’existence de trois statuts au sein des métiers, et donc de la confrérie ou de la corporation. Les maîtres en sont l’élite, ils embauchent des compagnons (ouvriers) et prennent sous tutelle des apprentis (Bernardi 1995, p. 27 et 79). Les textes de réglementation de l’octroi des marques des tailleurs de pierre de la confrérie de la Bauhütte mettent en évidence une organisation extrêmement structurée du métier (Ržiha 1993, p. 33). Par exemple, dans le règlement de 1462, si un maître ou compagnon « connaissant le métier ou l’art » demande l’octroi d’une marque, le maître d’œuvre doit la lui donner (art. 25) dans un délai de deux semaines (art. 26). Le maître ne peut réclamer que du spirituel en contrepartie de cet octroi, mais il peut aussi demander « l’offrande d’un petit pain blanc, d’un pfenning, d’un rôti et de deux mesures de quatre livres de vin, faite devant sept compagnons. Si le goujat peut acheter davantage, le maître n’a rien à dire » (art. 27).

52En règle générale, seuls les maîtres et compagnons peuvent demander une marque, mais un apprenti peut se la voir octroyer pour qu’il puisse voyager (art. 30).

53La marque n’est pas un dû, il s’agit d’un élément de reconnaissance pour la qualité du travail, ainsi, il est interdit de la donner à « son goujat si celui-ci n’a pas satisfait à ses devoirs » (art. 31). Enfin, l’article 94 met en évidence la possibilité d’obtenir une marque de manière illégitime, ce qui est bien entendu fortement condamné puisque « Si un compagnon (…) a acheté sa marque sans l’avoir méritée (…) que tout le monde s’éloigne de lui. »

54L’octroi de cette reconnaissance est important puisque, quelques années plus tard, en 1563, le règlement de Bâle précise, dans son article n° 50, que « personne ne doit changer de sa propre autorité, la marque d’honneur qui lui aura été décernée par son corps de métier. Si toutefois il a l’intention de la changer, il doit le faire avec l’assentiment, la volonté et la connaissance de tout le corps de métier. »

55Il s’agit donc de signes d’appartenance à l’ordre, attribués au cours de cérémonies solennelles. Les marques ne sont décernées que par les maîtres et ne peuvent être refusées à un ouvrier honnête. Elles ne doivent subir ni modification, ni cession, « bues ou vendues d’un compagnon à un autre », et être préservées comme signes honorifiques.

56Par l’étude de cette pratique, la confrérie apparaît comme une association qui structure le métier tant professionnellement qu’humainement. Elle organise, contrôle, gère et assure le bon fonctionnement du travail et prévoit en même temps des actions solidaires (protection mutuelle, aide aux familles d’un confrère décédé…). Elle préconise un travail sérieux et bien fait, car « si un compagnon n’a pas fait son service, (…) s’il engage quelqu’un qui travaille à sa place ou un aide et leur apprend la taille de pierre, que tout le monde s’éloigne de lui » (Ržiha 1993, p. 33).

57La main d’œuvre est donc de plus en plus qualifiée, fournit un travail de plus en plus contrôlé, jugé par ses pairs, et donc nécessairement mieux organisé par et pour les travailleurs eux-mêmes. Cette nouvelle organisation doit être mise en relation avec l’urbanisation et les importants chantiers de construction des édifices religieux du XIIe s. qui ont obligatoirement imposé une organisation plus rigoureuse qu’au cours des six siècles précédents.

1.3.3. Discussions sur les carriers qui exploitent les carrières de La Couronne

58L’étude de P. Bernardi a mis en évidence l’existence de plusieurs types de carriers et par là même d’exploitations, répondant à une organisation de nature différente (Bernardi 1995, p. 27 et 79). Certains possèdent leur propre carrière, d’autres se louent à la journée ou à la pièce, d’autres vendent leur production aux particuliers ou mènent en parallèle une activité de constructeur. Il est bien évident que le type d’exploitation engendre le recours à des carriers de statuts différents. Un carrier possédant sa propre exploitation aura un statut social plus élevé qu’un travailleur qui loue ses services à la journée et dont la condition paraît plus précaire.

59On trouve, dans tous les corps de métier, une division en trois catégories parmi lesquelles la plus élevée correspond au statut de maître. Il passe lui-même des contrats pour l’approvisionnement des chantiers et engage du personnel sous sa direction (compagnons). Toutefois, P. Bernardi évoque, dans le cas d’Aix en Provence, l’existence de contrats signés par des compagnons à la fin du XV e s. : il n’était donc pas nécessaire d’être maître pour obtenir des contrats. On ne saurait en dire davantage dans le cas de La Couronne, d’abord parce que les carriers qui exploitent n’y résident vraisemblablement pas, et ensuite parce que les contrats de commande ne permettent aucun éclaircissement de cette question, puisque les statuts ne sont pas mentionnés.

60Le compagnon est un ouvrier qui dépend du maître qui l’a embauché, le plus souvent pour une période déterminée. Certains sont itinérants, d’autres en revanche se sédentarisent.

61Enfin, les apprentis passent un contrat pour apprendre leur métier chez un maître pour une période qui couvre généralement 4 ans. Il peut alors devenir compagnon ou, s’il est lui même fils de maître, suivre sa formation avec son père et accéder à la maîtrise.

62Les compagnons sont bien entendu moins bien payés que les maîtres, mais bien plus que les manœuvres. Le maître est assimilable à un chef d’entreprise, le compagnon a reçu une formation, il est donc qualifié, l’apprenti est en cours de formation, alors que le manœuvre n’a aucune spécialisation. Il est généralement engagé pour les opérations de manutention, dans le cas des gros chantiers.

63On suppose qu’au Moyen-Âge, les carrières de La Couronne sont exploitées à la demande, c’est-à-dire pour l’approvisionnement d’un chantier de construction précis. Le commanditaire paye donc le plus souvent des carriers qu’il envoie sur place pour extraire les matériaux nécessaires. Les trois contrats qui concernent les travaux de l’église de La Cadière en 1508, 1509 et 1510 sont intéressants parce qu’ils ne mentionnent absolument pas les carriers. C’est au maçon que revient la charge de l’approvisionnement en pierres de La Couronne. On peut imaginer soit qu’il a dans son équipe des carriers, soit qu’il va les embaucher à Marseille, soit qu’il exploite lui même. P. Bernardi avait souligné l’absence assez fréquente de distinction entre les métiers de carriers et de tailleurs de pierre, auxquels on peut ajouter, dans certains cas, celui de maçon. Tous recevaient initialement la même formation et étaient donc, à priori, aptes à exercer les trois activités. On ne peut évidemment pas aller au-delà de cette constatation dans le cas des extractions faites dans les carrières de La Couronne, faute de documentation. En tous les cas, la désertion du village évoquée plusieurs fois dans des textes des XIV e et XV e s. nous empêche d’imaginer que l’approvisionnement se fasse auprès de carriers sédentarisés et, par conséquent, qu’ils sont envoyés sur place de manière systématique.

64Les carriers qui travaillent à La Couronne, quelle que soit l’organisation de la profession et leur origine territoriale sont bien évidemment de condition libre, mais de statut social divergent. Il est fonction du degré de formation, de l’importance de chacun au sein de la corporation, mais maîtres, compagnons et apprentis paraissent toutefois posséder une reconnaissance que n’avaient pas les carriers de l’Antiquité. Ils sont mieux considérés, parce que sur eux repose le chantier de construction, puisqu’ils en assurent l’approvisionnement et le bon déroulement.

1.4. Conclusion

65Depuis l’Antiquité grecque jusqu’à la fin du XVIe s., les carrières de La Couronne sont exploitées par des carriers qui n’y résident qu’occasionnellement. Dans l’Antiquité, il n’y a pas de village, peu d’habitations en dur, mais seulement des traces de structures éphémères. Seule la villa gallo-romaine, retrouvée à proximité de la carrière de Couronne-Vieille, pourrait témoigner d’une installation permanente, peut-être en rapport avec les carrières.

66Plusieurs documents évoquent ensuite un abandon du village à la fin du XV e s., en raison des invasions, pillages et guerres, et de l’absence de protection qu’il offrait. La documentation d’archives témoigne également de l’envoi au cours de cette période et jusqu’au début du XVIIe s. de carriers originaires d’autres villes pour extraire les matériaux (Marseille, Barbentane, Aix-en-Provence), ce qui suppose qu’il n’y avait pas de carriers sur place.

67L’industrialisation de la production de sarcophages au V e s suppose la présence de carriers très spécialisés à la fois dans l’extraction et dans la taille de ces éléments, qui devaient être évidés en carrière. Leur statut reste néanmoins inconnu. On commence à mieux cerner leur statut à partir de l’apparition des corporations de métier au XIIe s.

Notes

137 ADBdR 378 E 635 f°93.

138 Plaute, Captifs, vers 721-726 dans Bedon 1984, p. 201 (traduction et édit. A. Ernout, Théâtre, tome II, Belles Lettres, 3e tirage, 1957).

139 Ce hiatus peut néanmoins comme nous l’avons vu être plus lié à un manque de données archéologiques parvenues jusqu’à nous, ce qui ne nous permet pas de toute façon d’approcher l’activité des carrières entre le VIIIe et le XIIe s.

140 ADBdR 2 H 430 et 2 H 442.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search