Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Troisieme partie : la mise en œuvre du calcaire de la couronne

Chapitre 7. Aire de diffusion du matériau

Texte intégral

1Nous avons vu dans l’étude de la durée d’utilisation de la pierre de La Couronne que ce matériau est employé également hors de Marseille. L’étude de sa diffusion fait appel aux mêmes sources documentaires. La diffusion des matériaux est à diviser en trois catégories, la diffusion locale, la diffusion régionale directe et la diffusion indirecte.

7.1. La diffusion locale

2La diffusion locale est limitée à une aire géographique restreinte. Les premières extractions à La Couronne sont datées du IVe s. av. J.-C. sur le site de l’Arquet (supra p. 53) et destinées à l’habitat de l’Arquet.

3À l’époque romaine, la diffusion s’étend au nord de La Couronne, dans les villages avoisinants. Au Ier s., elle est utilisée à Saint-Julien-les-Martigues dans la construction d’une villa et pour la réalisation de deux panneaux sculptés en bas-relief appartenant à un mausolée (supra, p. 161). On la trouve également au village de Châteauneuf-Les-Martigues (Gateau et al. 1996, p. 164) en remploi dans un mur.

  • 135 ADBdR 2 H 432 n° 443.

4Elle est ensuite largement employée dans le bâti à La Couronne tout au long de la période d’occupation du village et d’exploitation des carrières. Les habitants ont visiblement toujours extrait des matériaux et ramassé les pierres « pastouires ». Dans un texte de 1785135, il est débattu de l’autorisation ou non d’extraire ces matériaux. Dans la définition d’origine des autorisations concédées par l’abbaye de Montmajour, les habitants peuvent ramasser le bois, cueillir le vermillon, faire paître dans les terres, mais la faculté d’extraire des pierres n’avait pas été précisée. Ce texte, rédigé par un avocat, précise que cette autorisation est « pour leur usage particulier et personnel mais non pour le porter et le faire consommer hors du fief et pour l’appliquer à des besoins étrangers à ceux de l’habitation il est en effet bien simple et bien naturel de se dire que l’usage concédé aux habitants du lieu ne peut pas servir à ceux des lieux circonvoisins et autres qui n’ont pas le même droit d’usage ». Ils ne sont autorisés à prendre des matériaux à « Jonquières et à La Couronne (…) que pour la construction de leurs murs et ediffices ».

5On en trouve par conséquent dans toutes les constructions du village et à toutes les époques.

6En revanche, on trouve peu de matériaux dans la ville de Martigues, en raison de la présence de carrières de pierre dans la ville dont les qualités sont comparables (pierre de la Baume).

7.2. La diffusion indirecte

7Lors de l’étude de la durée et du type d’utilisation des matériaux de La Couronne, nous avons fait l’hypothèse de l’existence, dès l’Antiquité grecque, d’ateliers spécialisés (installés à Marseille ?) dans la confection de pièces particulières. C’est par le biais de ce type d’installation que l’on peut parler de diffusion indirecte. A ce dossier contribueraient des pièces isolées comme le contrepoids d’Entremont (supra, p. 184), l’épitaphe de Peypin (supra, p. 181) et les sarcophages paléochrétiens présents en grand nombre à Marseille ou en plus petite quantité dans de nombreux sites régionaux comme Saint-Mandrier (supra, p. 185).

7.3. La diffusion directe « régionale »

8Depuis l’Antiquité, et pendant tout le Moyen Âge, la pierre de La Couronne alimente essentiellement Marseille, et ce jusqu’au début du XVIe s.

9À partir de là, on peut réellement commencer à parler de diffusion. La pierre de La Couronne est toujours largement envoyée vers Marseille, mais son exportation s’étend vers le Var, dès 1508, avec la construction de certains éléments architecturaux de l’église de La Cadière d’Azur (document n° 3). Elle est ensuite expédiée à Toulon pour la construction de la tour Royale, et probablement vers les îles d’Hyères pour la construction de certains éléments architecturaux des forts dès le règne de François Ier (supra, p. 166). Sa diffusion se poursuit dans cette direction tout au long du XVIIe s. avec pour limite orientale les îles d’Hyères. Elle est très fréquemment utilisée à La Seyne sur Mer et à Toulon dans la construction d’édifices militaires et religieux (supra, p. 166-168).

10À l’ouest, on ne trouve presque pas de calcaire de La Couronne, au delà de La Couronne. Au nord, on note une faible utilisation de ce matériau autour de l’étang de Berre (Marignane et Berre) qui peut être expliquée par la plus grande facilité de transport offerte par les matériaux de Martigues.

11On remarque finalement que la diffusion directe des pierres de La Couronne se concentre sur des sites littoraux, ce qui est probablement lié à la commodité de transport maritime et à l’avantage économique qu’il représente. On le perçoit relativement bien lors de la construction de la corderie de l’arsenal de Toulon. On renonce, dans un premier temps, à faire venir de la pierre de Fontvieille car la navigation sur les canaux d’Arles est rendue aléatoire par le bas niveau d’eau et que le transport par mer est peu pratiqué, car l’embouchure du Rhône est peu sûre (Cros 1998, p. 55).

12La présence de matériaux disponibles à proximité, nous l’avons vu dans le cas de Martigues, est d’un intérêt considérable. Si des affleurements de pierres de qualités similaires existent aux environs, il n’est pas intéressant de faire venir un matériau plus lointain.

13À Aix-en-Provence, on extrait localement du calcaire coquillier du Miocène dans les carrières de Bibemus (au pied de la Sainte Victoire). Il s’agit d’un matériau à grain fin, régulier de couleur sable, facile à tailler et extrait à ciel ouvert et en souterrain (Collectif 1976, p. 96).

  • 136 A.M. Martigues 012 1 A 4 1852-1857 226.

14À proximité de Martigues il existe de nombreuses carrières de calcaires du Burdigalien. Dans une série de baux d’exploitation de carrières communales, plusieurs sites sont mentionnés milieu XIXe s. On trouve par exemple la Gacherelle (au sud de Martigues), les Escudelles, Bonnieu. On trouve également la mention pierre de la Baume dans une note qui précise : « on devra considérer comme carrière de la commune celles comprises entre la Méditerranée et la chaîne de montagne de Tabouret touchant au nord les vallons de Saint-Pierre et Saint Julien, et comme carrière de La Baume celles (…) entre ladite chaîne du Tabouret et les étangs de Caronte et Berre ».136

15Au nord-ouest de Martigues, il n’était pas nécessaire de faire venir des matériaux de La Couronne, d’abord parce que ceux de Martigues étaient moins éloignés et donc plus facile à transporter par le canal de Marseille, et ensuite parce qu’ils avaient des ressources minérales importantes et suffisantes. Au nord et autour de l’Étang de Berre, on trouve également des matériaux tendres, comme par exemple la pierre de Rognes à La Fare les Oliviers. Il s’agit d’un calcaire coquillier jaunâtre extrait en souterrain et à ciel ouvert (Collectif 1976, p. 66). On trouve aussi du calcaire Miocène du Burdigalien à Salon-de-Provence et Saint-Chamas (Collectif 1976, p. 74). Dans le répertoire des carrières de France de 1889, ces carrières n’apparaissent plus, mais on signale l’existence de deux exploitations de calcaire similaire à Cornillon (carrière de Devens) et Pélissanne (carrière Saint-Joseph). Cela justifie encore une fois que l’on ne trouve pas de pierres de La Couronne dans ce secteur. C’est le cas également des Alpilles dans lesquelles les matériaux tendres abondent (Saint-Rémy de Provence, Les Baux de Provence, Barbentane).

16Il n’existe en revanche pas d’affleurements de calcaire tendre dans le Var. On trouve des calcaires marbriers du secondaire, comme par exemple à Sainte-Anne d’Evenos (Collectif 1976, p. 126). Il existe aussi des carrières qui fournissent un calcaire froid, appelé pierre de Tourris, dont les qualités et compétences sont similaires à celles de la pierre de Cassis. Il est extrait au nord de Toulon sur la commune du Revest-les-Eaux (Collectif 1976, p. 79). Tous les calcaires pouvant être extraits sont durs à froids, comme par exemple la pierre de Lagoubran à La Seyne-sur-Mer. On trouve ensuite des roches volcaniques comme le basalte de Sainte-Anne d’Evenos, à l’ouest de Toulon et les Rhyolites de l’Estérel. Plus à l’est, vers Hyères, les matériaux disponibles sont essentiellement des roches métamorphiques faillées similaires à celles que l’on trouve dans le massif des Maures, qui s’étend sur la côte de Toulon à Fréjus. Entre Sanary et le Cap Sicié, les affleurements de grès arkose ont fourni les matériaux utilisés pour réparer les pavements de Marseille (Vacca-Goutoulli 1994, p. 93).

17Ces matériaux ne sont donc pas des pierres de construction usuelles, mais plutôt à usage décoratif, de toute manière difficiles à exploiter et à travailler. Cette carence en matériaux tendres de construction explique que les constructeurs se soient tournés vers des carrières plus éloignées (Fontvieille, La Couronne, Ponteau pour la corderie de l’arsenal) dès le XVIe s.

18Il est probable qu’on a utilisé d’abord les matériaux disponibles dans le sous-sol des bâtiments. La construction de la tour royale de Toulon s’est faite dans un premier avec un creusement du substrat pour jouer le rôle de fondations et une élévation en calcaire de La Couronne. Les carrières de Lagoubran ou celles à proximité du fort Napoléon, à La Seyne sur Mer, permetttent d’extraire des moellons ou petits blocs, mais ne conviennent pas à la production de pierres de taille. La volonté de construire en pierre de taille et la recherche de certaines qualités mécaniques obligent les constructeurs, quelle que soit la ville dans laquelle on se trouve, à chercher les matériaux les plus adéquats, parfois dans des territoires plus lointains. C’était le cas de Marseille au IIe s. av. J.-C. ou de La Ciotat pour la confection de sarcophages, plus faciles à mettre en œuvre et plus beaux en calcaire de La Couronne qu’en poudingue, et sûrement moins onéreux qu’en calcaire de Cassis.

Notes

135 ADBdR 2 H 432 n° 443.

136 A.M. Martigues 012 1 A 4 1852-1857 226.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search