Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Troisieme partie : la mise en œuvre du calcaire de la couronne

Chapitre 6. Les matériaux concurrents du calcaire de La Couronne

Texte intégral

1Nous avons vu que le choix d’un matériau dépend de ses qualités physiques et mécaniques et de l’usage qu’il est prévu d’en faire. Les bâtisseurs se tournent généralement vers une carrière, la moins éloignée possible, qui fournit le matériau le plus apte à répondre aux besoins de la construction. La mise en œuvre du calcaire de La Couronne est directement liée aux autres ressources immédiatement disponibles. De nombreuses carrières ont été ouvertes dans les sous-sols de Marseille dès les origines de la cité phocéenne. Le calcaire de La Couronne n’a été mis en œuvre qu’à partir du IIe s. av. J.-C., essentiellement dans les bâtiments publics.

2Au Moyen Âge, le calcaire de La Couronne est utilisé presque exclusivement dans l’architecture religieuse et militaire. Pour les constructions courantes (architecture privée), les bâtisseurs portent à nouveau leur choix vers des matériaux de proximité, faciles à extraire, à rassembler sur le chantier et surtout moins onéreux. Ils se tournent naturellement vers les matériaux disponibles au sein même de la ville. Cette tendance est observable à Marseille jusqu’au début du XVIe s. Ensuite, le calcaire de La Couronne est utilisé presque exclusivement jusqu’à la fin du XVIIIe s.

3Néanmoins à partir du XIXe s., on assiste, à Marseille, à une diversification des matériaux (fig. 172) qui se traduit par une diminution progressive de l’utilisation du calcaire de La Couronne.

Fig. 172. Carte des matériaux importés par Marseille au XIXe s.

(Fond de carte P. Arcelin ; CCJ).

  • 130 Le devis estimatif de ces éléments du palais Longchamp a aimablement été communiqué par C. et Dl. (...)

4La diversité des pierres mises en œuvre dans la construction du palais Longchamp (1869) illustre bien cette multiplication des matériaux. On trouve plus de dix roches différentes dans l’enceinte de l’édifice. La pierre de Saint-Just est utilisée dans la confection des grandes corniches, bâtiments et parements, celle de Tarascon dans la corniche et le couronnement du château d’eau, les pierres de Baruthel et Calissanne dans les sculptures. Les pierres de La Couronne sont utilisées pour les chaînes et libages en fondation et celles de Cassis pour les parements. On trouve aussi des matériaux de Beaucaire, Miramas et Arles dans les ravalements ainsi que de la pierre du Bois de Lens.130

6.1. Le calcaire de Saint-Victor (fig. 173 a et b)

5Il s’agit d’un calcaire lacustre tertiaire de l’oligocène, étage Stampien. Il existe deux faciès principaux de ce matériau, l’un tendre, l’autre dur, et quelques variantes de ces deux types.

6Le premier est un calcaire tendre, d’indice de taille de 2 à 3, de couleur blanche à jaunâtre. Ce matériau offre une résistance à la compression assez similaire à celle du calcaire de La Couronne. En revanche, il se montre sensible aux eaux de ruissellement et vulnérable aux chocs. Il prend l’adouci mais pas le poli. Ce faciès semble avoir été extrait dans des bancs peu épais issus des couches superficielles de la formation. La technique d’extraction est simple, par tranchées et décollement, avec une utilisation des diaclases (Vacca-Goutoulli 1994, p. 132). Il existe une variante de ce matériau de forme plus massive.

7Le calcaire dur de Saint-Victor est de couleur jaunâtre à beige, parfois café au lait. Il s’agit d’un matériau plus dense que le précédent et dont l’indice de taille est de 4 à 5, ce qui le place dans la catégorie des pierres demi-fermes. Il a presque un aspect de pierre froide, au grain fin et serré, sa porosité est faible et sa capillarité nulle. Il résiste par conséquent mieux aux eaux de ruissellement. Il présente une bonne résistance à la compression, mais on ne le trouve jamais en fondation (Vacca-Goutoulli 2001, p. 6).

8Un troisième faciès a été employé, de couleur très blanche, à grain fin homogène et au calcin peu épais. Il ne présente pas de lits de sédimentation visibles. Les fissures sont bien distribuées indiquant qu’il s’agit d’un faciès oligocène en plaquette (laminites calcaires).

  • 131 Etudiées par G. Demians D’Archimbaud et M. Fixot à partir de 1972.

9Le calcaire de Saint-Victor tient son nom de l’exploitation dès l’Antiquité des sous-sols de l’actuelle abbaye. Ces carrières seraient essentiellement localisées dans l’ancienne sacristie des cryptes.131 Ce matériau affleure toutefois dans trois ensembles distincts de la ville. On le trouve depuis la rive sud du Vieux Port jusqu’au flanc de la colline Notre Dame de la Garde puis à l’Estaque et enfin à Saint-Antoine (Marseille nord).

10Le faciès tendre serait plutôt localisé en bordure du massif de Notre-Dame de la Garde alors que sa variante plus massive serait issue de l’Estaque (Vacca-Goutoulli 1995a, p. 9).

11Un quart du mobilier lapidaire mis au jour sur le site de l’Alcazar (cours Belsunce) est en calcaire de Saint-Victor, et remonte à l’Antiquité. On le trouve dans la confection de sarcophages (IV e s. av. J.-C.), d’orthostates (VIe s. av. J.-C.), de dalles de couvertures et dans la réalisation de parements. Un bassin grec du V e s. av. J.-C. est construit avec les différents faciès. Le faciès le plus dur a été observé dans une construction romaine sous forme de moellons de parement et dans le blocage des murs (Vacca-Goutoulli 2001).

12Sur le site de la Bourse, il est mis en œuvre dans la construction des soubassements du rempart du IV e s. av. J.-C. (faciès dur) et dans les avant-murs de la fortification sous forme de grand appareil (faciès tendre, Tréziny 1990, p. 90). Lors de la découverte de la nécropole antique, rue Tapis Vert à Marseille, on a mis au jour plusieurs sarcophages en calcaire de Saint-Victor.

13On le trouve également en abondance dans les vestiges médiévaux mis au jour lors de la fouille « César » (place Villeneuve-Bargemon). Ce matériau est fréquemment utilisé sous forme de petit appareil, particulièrement dans la construction privée et publique médiévale (Vacca-Goutoulli 1995a). Il a servi également à la construction d’un complexe hydraulique du XIIe s., mis au jour sur le site de l’Alcazar (cours Belsunce).

14Il est associé, en quantité plus restreinte, au calcaire rose de La Couronne dans le rempart littoral mis au jour rue Vaudoyer et daté du XIV e s. (Bouiron 2001, p. 75).

Fig. 173. a) Tambour de colonne, découvert place Jules Verne, en calcaire dit de Saint-Victor dont le faciès s’apparente à celui de l’Estaque

(cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille)

Fig. 173. b) Bloc creusé en U, découvert sur le site de La Bourse, en calcaire dit de Saint-Victor dont le faciès s’apparente à celui de l’Estaque

(cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille)

  • 132 Vacca-Goutoulli 1995a.

15L’abondance du calcaire de Saint-Victor dans les niveaux médiévaux observés lors de la fouille archéologique « César » implique que les constructeurs ne se contentaient pas de matériaux de remploi, mais que de nouvelles exploitations ont été ouvertes.132 Le faciès le plus dur supporte l’érosion mais, trop cassant, résiste assez mal à la pression des assises supérieures et pas du tout aux chocs frontaux : cela explique que, dans le rempart de la fin du IV e s. av. J.-C. à la Bourse, on le trouve dans les fondations, mais pas dans l’élévation où est mise en œuvre une autre roche, le travertin de Marseille).

6.2. Le travertin (fig 174 a et b)

16Souvent appelé tuf calcaire, le travertin est une roche de couleur grise à jaunâtre, parfois ocre-rouge, d’aspect concrétionné, plus ou moins vacuolaire (Foucault, Raoult 1995, p. 306). Il est issu d’une formation quaternaire du Pliocène, étage Villafranchien. La composition marno-argileuse du dépôt ainsi que les variations rapides de faciès nécessitent une division en quatre formations : sableuses (le sédiment lui donne une couleur blanche, grise, jaune ou rouille), bréchiques (ravinantes, donc brèches et conglomérats à la base), roselières (végétaux) ou encore de calcaire massif (compactes).

17Ce matériau a un indice de taille 2 (roche tendre), une porosité importante (estimée à 40 %) et une densité faible, ce qui compromet sa durabilité. Il est léger, mais résiste à l’écrasement et à la compression. Il a une capacité d’absorption des chocs importante. Cette élasticité justifie son utilisation dans les élévations (Vacca-Goutoulli 1995a).

18Les quatre formations évoquées précédemment se répartissent en deux grandes unités, l’une dans les quartiers nord-ouest de Marseille, l’autre dans les quartiers sud-est. Ce matériau est aussi particulièrement présent jusqu’à la basse vallée de l’Huveaune, à l’est. Il existe des lieux d’exploitation récente (XIXe et XXe s.) dans les quartiers des Camoins et des Aygalades, mais les anciennes carrières ne sont pas identifiées.

19On le trouve du travertin dès le V e s. av. J.-C., sur le site de l’Espace Bargemon, à l’est de l’Hôtel de Ville, dans une structure qui vient remplacer un empierrement interprété comme un aménagement de berge. Cette nouvelle construction est composée de dalles de travertin bréchique, posées à plat (Rothé, Tréziny 2005, p. 381). Il est également utilisé sur le site de La Bourse dans l’élévation du rempart du IV e s. av. J.-C. sous forme de blocs de grand appareil irrégulier (fig. 174 a).

Fig. 174. a) Travertin utilisé dans l’élévation du rempart du IVe s. à la Bourse (cl. H. Tréziny) ; b) travertin

Fig. 174. a) Travertin utilisé dans l’élévation du rempart du IVe s. à la Bourse (cl. H. Tréziny) ; b) travertin

(cl. A. Mezzoud, Inrap)

20Au Ier s., le travertin est utilisé pour la construction des parements, des piédroits et du caniveau appartenant au collecteur de l’Espace Bargemon, sous forme de moellons équarris, associés à d’autres calcaires (Mellinand 2005, p. 271). Il est très abondant sur la fouille « César », le plus souvent employé sous forme de moellons.

21Ce matériau est très utilisé au Moyen Âge, notamment dans la construction de murs de maisons. Lors de la fouille de l’espace du Vieux Port, des moellons de travertin, conservés en élévation, ont été mis au jour à l’angle de la rue de la Guirlande (Vacca-Goutoulli 1995a).

22Sur le site de l’Alcazar (cours Belsunce), l’usage du travertin couvre 55 % des matériaux employés dans la construction du bâtiment 1 de la tannerie (fin du XIIe s.). Il est largement mis en œuvre aussi dans le bâtiment à l’extérieur de la tannerie (faciès ocre rouge). Les vestiges de l’installation du faubourg témoignent de l’usage massif de ce matériau fin XIIIe s.-mi XIV e s. Il représente 25 % des matériaux employés dans l’îlot II, est absent dans l’îlot III, mais utilisé de manière significative dans l’îlot IV et faible dans l’îlot V (Mezzoud 2001).

23On en trouve également, mais de manière restreinte, dans le rempart du XIV e s., dans sa partie qui fait face à la mer.

6.3. Le poudingue (fig. 175 a et b)

24Il s’agit d’une roche détritique formée à 50 % minimum d’éléments arrondis de type galets, de diamètre supérieur à 2 mm, liés par un ciment d’une grande dureté. Cette « pierre de roche » est une formation tertiaire de l’Oligocène étage Stampien ou Chattien supérieur. Le faciès le plus fréquemment utilisé est un micro-poudingue, composé de galets mesurant moins de 4 cm, liés par un ciment très dur jaune ou gris, de composition plutôt gréseuse. En raison de sa structure, le poudingue est considéré comme un « béton naturel ».

25Ce matériau a un indice de taille élevé, évalué à 12, lors de la fouille de l’Alcazar. Sa porosité est quasiment nulle, il présente une bonne résistance à la compression, mais il n’est pas facile à mettre en œuvre, ce qui explique l’utilisation fréquente de pierres à peine dégrossies (Vacca-Goutoulli 2001).

26Ce matériau affleure dans trois grands ensembles, l’Huveaune au sud, puis dans la partie entre Notre-Dame de la Garde et le massif d’Allauch, et enfin dans le nord-ouest du bassin, entre le cap Janet et la bordure méridionale du massif de l’Étoile.

27Son extraction est plus assimilée à un ramassage de surface qu’à une exploitation organisée.

28On trouve ce matériau dès le IV e s. av. J.-C. au moins, dans le remplissage du rempart de la Bourse et dans la construction de la partie basse des fondations de la tour Nord (fig. 175 a).

Fig. 175. a) Poudingue utilisée dans les fondations d’une tour de l’enceinte du IVe s. av. J.-C. la Bourse

Fig. 175. b) Poudingue (cl. A. Mezzoud, Inrap).

29Le poudingue est utilisé en remplissage dès l’époque archaïque et dans la plupart des constructions médiévales et modernes.

30Au Moyen Âge, il est utilisé dans les bâtiments de la tannerie mise au jour sur le site de l’Alcazar. Il représente moins de 10 % des matériaux employés dans l’ensemble des constructions (Mezzoud 2001, DFS).

31Il est aussi mis en œuvre dans les niveaux médiévaux et modernes de la place Villeneuve Bargemon (« César ») sous forme de micropoudingues dans certaines élévations de murs. Il est parfois utilisé en fondation, mais complété d’un placage de petit appareil de calcaire blanc de type Saint-Victor (Vacca-Goutoulli 1995a).

32Son usage est également attesté dans l’élévation de la fortification mise au jour place du général de Gaulle et dans le quartier Sainte-Barbe (îlot Puget III), où il est mis en œuvre sous forme de blocs de moyen appareil lié au mortier. Ce rempart correspondrait à l’extension de du XIIIe s. (Moliner 1990, p. 171). On le trouve aussi de manière plus sporadique dans la portion de rempart fouillée rue Vaudoyer (Bouiron 2001, p. 75).

6.4. Les grès de Marseille

33Les grès de Marseille appartiennent à une formation lacustre de l’ère secondaire, étage Trias ou crétacé supérieur. Cette roche est composée de grains de quartz liés par un ciment de type variable (siliceux, calcaire, argileux, ferrugineux…). La composition du liant détermine la compacité de la roche

34Les grès de Marseille sont de couleur grise à jaunâtre et riches en matières organiques. Ils sont plus ou moins compacts selon les faciès.

35Ils ont des qualités d’adouci mais ne prennent pas le poli. La densité de ce matériau est comprise entre 2150 et 2600 kg/m3 et sa résistance à l’écrasement varie de 450 à 1400 kg/cm2. Son indice de taille doit donc, selon les faciès, se trouver entre 8 et 11, c’est à dire dans la catégorie des pierres dures à froides pour les plus denses et résistantes. Sa capillarité est faible, ce qui lui confère une grande qualité d’étanchéité. Il n’est pas gélif (Vacca-Goutoulli 1995a).

36Ces grès affleurent sur le territoire de Marseille depuis le massif de Notre-Dame de la Garde jusqu’à Allauch. Ils sont directement liés à la formation des poudingues.

37Ce matériau convient à tous les niveaux architecturaux. La fouille de l’espace Bargemon a livré des dalles de grès datées du VIe s. av. J.-C. (Rothé, Tréziny 2005, p. 379). À la période grecque, des moellons ont été utilisés dans la réalisation des conduites et canalisations mises au jour sur le site de l’Alcazar (cours Belsunce). Leur usage sous cette forme s’intensifie pendant la période tardo-républicaine. Ils sont toujours utilisés en quantité non négligeable à l’époque paléochrétienne.

38L’usage de ce matériau est également attesté au Moyen Âge sur le site de l’Alcazar. On le trouve essentiellement dans les mêmes constructions que le poudingue, en quantité similaire, à la fin du XIIe, au XIIIe et au début du XIV e s. Ils représentent à eux deux 15 à 20 % des matériaux employés dans l’îlot VI du faubourg (Mezzoud 2001, DFS Alcazar).

39Les grès sont particulièrement en œuvre aux époques médiévales et modernes dans les fondations pour les plus résistants et dans les élévations pour les faciès les plus tendres, sous forme de blocs de moyen appareil. Cet usage est attesté sur le site César médiéval et moderne (Vacca- Goutoulli 1995a). Certains sont également utilisés dans la réalisation de pavés, comme nous l’avons vu dans l’Antiquité.

6.5. La pierre de Ponteau

40Il s’agit d’un matériau de nature similaire au calcaire de La Couronne (fig. 176a). Il s’agit donc d’un calcaire du Miocène, étage Burdigalien de couleur blanche ou jaune. Ses qualités techniques et mécaniques sont identiques à celles de la pierre de La Couronne. Il serait cependant plus résistant aux intempéries de l’air et particulièrement moins sensible aux vents de mer (Leroy 1847, p. 17). En 1688, il est cependant jugé de « méchante qualité » par les constructeurs de la corderie de l’arsenal de Toulon (Cros 1998, p. 55). Cette formation se développe particulièrement dans le domaine de Ponteau, à l’arrière du château, dans la plaine Saint-Martin, sur la commune de Martigues (fig. 176b).

Fig. 176. a) Calcaire de Ponteau (C.P).

Fig. 176. b) Parcelle anciennement exploitée dans les carrières de Ponteau (C.P).

41On a évoqué, à plusieurs reprises, la difficulté de distinguer les matériaux extraits à Ponteau des pierres de La Couronne ayant subi une altération due à la circulation de l’eau. L’identification de la première utilisation dans l’Antiquité est donc malaisée. Il pourrait avoir été mis en œuvre dans certaines constructions romaines, mises au jour lors de la fouille de la Bourse (quai romain du Ier s., bassin d’eau douce du IIe s.). Nous n’avons aucune preuve d’utilisation à Marseille au cours de l’Antiquité de pierres extraites des carrières situées plus au nord, comme celles du fort de Bouc. Il est donc probable que les deux épaves retrouvées dans l’anse des Laurons transportaient effectivement des pierres extraites à Ponteau.

  • 133 Le Rhône trop capricieux compromettait le bon déroulement du chantier de construction.

42Ce matériau ne paraît plus être utilisé jusqu’à l’époque moderne. Au moment de la construction de la corderie de l’arsenal de Toulon en 1686, il est question de remplacer les pierres de Fontvieille par de la pierre de Ponteau.133 15000 quartiers de pierres sont alors extraits des carrières de Ponteau et transportés jusqu’à Toulon, mais restent inutilisés dans l’arsenal, à cause de leur mauvaise qualité (Cros 1998, p. 55). La réouverture des exploitations est datée d’après la documentation d’archives de l’année 1783. Au XIXe s. la pierre de Ponteau est utilisée dans la construction des maisons de Marseille pour les fondations et socles des édifices, mais aussi pour faire des marches d’escaliers et seuils de portes (fig. 177).

Fig. 177. Cadastre napoléonien, recensant plusieurs parcelles de Ponteau comme active en 1817 (REf).

6.6. La pierre de Cassis

43Il s’agit d’un calcaire récifal dur de l’ère secondaire, du crétacé inférieur, étage Barrémien ou Urgonien-Néocomien. Sa couleur est blanche à beige, son grain est très serré et compact (fig. 178). C’est une pierre froide, d’indice 13, densité de 2654 à 2689 kg/m3 ; sa résistance à la compression est de 1074 à 2101 kg/cm2. Elle n’est pas gélive et sa porosité est pratiquement nulle (Collectif 1976, p. 31). Elle peut donc être employée de tous les niveaux architecturaux et dans la construction de divers objets domestiques en contact avec l’eau (baignoire, éviers, abreuvoirs, piles…).

Fig. 178. Calcaire de Cassis (C.P).

44Elle affleure sur les communes de Cassis et de Roquefort-la-Bédoule. Plusieurs carrières ont été exploitées, dont les principales au XIXe s. sont Fontblanche, Bestouan, Gambi dans la première commune et Trione dans la seconde (Vacca-Goutoulli 1994, p. 79).

45Son prix est élevé en 1847 puisqu’elle coûte, rendue sur le port de Marseille, 45 francs le mètre cube pour les dimensions courantes, et 50 à 60 francs pour les dimensions particulières (Leroy 1847, p. 12).

46La pierre de Cassis est utilisée à Marseille dès l’Antiquité romaine (fig. 179). Elle a été identifiée par exemple sur le site de l’Alcazar, dans lequel son usage est considérable au IIe s. de notre ère, ou dans le dallage de la voie d’Italie sur le site de la Bourse. Sur le site de l’Alcazar, ce matériau semble peu utilisé utilisé au V e s. de notre ère, puis de manière plus importante au VIIe s., et son usage s’atténue au Moyen Âge excepté dans l’îlot V où elle représente 10 % des matériaux employés (Mezzoud 2001).

Fig. 179. Bloc en calcaire de Cassis (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

47Elle est particulièrement présente sur le site « César », place Villeneuve-Bargemon, dans la réalisation de marches d’escaliers et bordures de trottoirs à l’époque contemporaine. Elle est très utilisée aussi dans la confection de piles et d’éviers à l’époque moderne (Goutoulli DSF 1995).

48Au XIXe s., elle est fréquemment utilisée dans la production d’objets domestiques, pour les socles de maisons ordinaires, en placage, en parpaing, pour les marches extérieures et seuils de porte ainsi que pour les parements. On la trouve également en œuvre sur le mur de clôture de la nouvelle Major, et, comme nous l’avons évoqué, dans le palais Longchamp.

49La pierre de Cassis est un des rares matériaux extraits dans l’aire géographique de Marseille qui soit mis en œuvre dans la ville.

6.7. La pierre de Calissanne

50Elle appartient à une formation secondaire, d’âge Crétacé, étage Urgonien. Il s’agit d’un calcaire de couleur blanchâtre à beige, à grain inégal fin ou moyen. Sa densité est de 2217 kg/m3 et sa résistance à l’écrasement varie de 144 à 288 kg/cm2. Son indice de taille est en moyenne de 7, il s’agit donc d’un matériau ferme, dont la porosité peut être estimée à 20 %, par analogie avec d’autres matériaux de densité et de résistance équivalente (Collectif 1976, p. 29). Elle ne prend donc pas le poli mais l’adouci et possède une bonne tenue d’arête. Elle supporte la taille en ronde-bosse et haut-relief.

51Les carrières de Calissanne se situent sur la commune de Lançon de Provence, dans les Bouches-du-Rhône (fig. 180, 181). Elles sont en activité depuis l’Antiquité. Un matériau de ce type est reconnu dans la terrasse funéraire dite « monument aux triglyphes » sur le site archéologique de la Bourse. On peut voir un bel exemple de construction antique en calcaire de Calissanne à Saint Chamas. On le trouve à l’époque moderne à Toulon sur une partie de la porte de l’arsenal, mais il a aussi été utilisé pour confectionner les atlantes de P. Puget visibles sur ce qu’il reste de la façade de l’Hôtel de Ville, à Marseille dans la façade de l’église des Chartreux. Notre Dame de la Garde met en œuvre un mélange de pierres de Calissanne et de Golfalina italienne, association que l’on retrouve à la même époque dans la nouvelle cathédrale de la Major. Ce matériau est également mis en œuvre au XIXe s. dans la gare Saint Charles, dans certains immeubles qui bordent la rue de la République et bien évidemment au palais Longchamp (grande colonnade, escalier et sculptures de l’arrivée des eaux de la Durance).

Fig. 180. Fronts des carrières de Calissanne (Ph. Bromblet, CICRP).

Fig. 181. Calcaire de Calissanne (Ph. Bromblet, CICRP).

6.8. La pierre de Fontvieille

52La pierre de Fontvieille appartient à une formation calcaire tertiaire d’âge Miocène, étage Burdigalien, tout comme celui de La Couronne (fig. 182). Il existe trois dénominations commerciales qui découlent de ses caractéristiques techniques : Fontvieille doux (indice de taille 3, densité de 1700 à 1804 kg/m3, résistance 112 à 186 kg/cm3, porosité 31,2 à 34,1 %), Fontvieille tendre et Fontvieille très tendre (indices de taille 2 à 1, densité de 1600 à 1716 kg/m3, résistance 62 à 116 kg/cm3, porosité 31,9 à 37,9 %). Il s’agit d’un calcaire non gélif à fond blanc jaunâtre uni, dont le grain est moyen et fin, plus ou moins coquillier et qui ne prend ni le poli ni l’adouci (Vacca-Goutoulli 1994, p. 85).

Fig. 182. Calcaire jaune de Fontvieille (C.P).

53Déjà utilisée au Moyen Âge (fig. 183), cette pierre est souvent décrite comme bien plus belle que la pierre de La Couronne. Néanmoins, elle résiste moins au poids des assises supérieures. Il est dit dans la notice de construction des maisons de Marseille qu’elle s’écaille si elle doit supporter trois ou quatre étages (Leroy 1847, p. 21).

Fig. 183. Calcaire de Fontvieille en oeuvre dans le cloître Saint-Trophime d’Arles (C.P).

54Elle affleure sur le territoire de la commune de Fontvieille, entre Arles et Tarascon. Plusieurs carrières y sont exploitées : les Taillades, sous le village, le Castelet et le Montpaon. Elle est acheminée depuis les carrières jusqu’au canal « dit le Vigueirat » par charrettes et, de là, elle est transportée jusqu’à Arles, puis d’Arles à Marseille par le Rhône et la mer. Son prix, transport compris, est de 23 à 24 francs/m3, soit 3 à 4 francs la queyrade, qui se décomposent ainsi : extraction 0,50 à 0,60 francs, transport à Arles 0,50 à 0,60, puis 1,50 à 2 francs pour le transport d’Arles à Marseille (Leroy 1847, p. 21).

55En 1783, il est précisé dans une lettre écrite au révérend de l’abbaye de Montmajour que tous les carriers de « Fontvieille som de La Couronne » (document n° 48). Elle entre réellement en concurrence avec la pierre de La Couronne à l’Époque Moderne, particulièrement au XVIIIe s., comme par exemple à Toulon au moment de la construction de la corderie de l’arsenal en 1686 (Cros 1998, p. 54). À Marseille, elle est surtout mise en œuvre au XIXe s. En 1821, 24000 m3 de ce matériau ont été importés par Marseille contre 27000 m3 pour la pierre de La Couronne. En 1847, elle est vendue pour la construction des maisons de Marseille sous forme de queyrade (62 x 50 x 40-48 cm), de trespanière (90-100 x 52 x 45 cm) ou de cannée (75 x 75 x 45 cm). La pierre extraite dans la carrière du Castelet est plus blanche, plus serrée et plus dure et surtout utilisée dans la confection de marches d’escaliers et seuils.

6.9. La pierre de Barbentane

  • 134 Valeur donnée dans l’essai de nomenclature des carrières françaises édité par le Mausolée (collec (...)

56La pierre de Barbentane (fig. 184) est un calcaire gréseux tertiaire d’âge Miocène, étage Helvétien gris à blanc à grain fin (collectif 1976, p. 24). C’est une roche demi-ferme (indice de taille 5), qui ne prend pas le poli. Sa densité est autour de 2000 kg/m3134, sa résistance oscille de 183 à 238 kg/cm2 et sa pososité est de 24 %. Extraite au nord-est du village du même nom, est de 15 km au sud d’Avignon, elle est transportée de la carrière à Tarascon par charrette, puis jusqu’à Port de Bouc par le Rhône et le canal d’Arles, puis à Marseille par la mer. En 1847, elle coûtait, transport compris, 26 francs par mètre cube (Leroy 1847, p. 18).

Fig. 184. Calcaire de Barbentane (Ph. Bromblet, CICRP).

57Nous n’avons pas d’exemples à Marseille d’utilisation de ce matériau avant la deuxième moitié du XVIIIe s. Il est à cette époque mis en œuvre dans l’escalier du palais de justice.

58Entre 1830 et 1845, 18000 m3 de ce matériau ont été vendus à Marseille (collectif 1926, p. 121).Il est essentiellement utilisé dans la construction des murs porteurs et autoporteurs, les marches d’escaliers intérieurs et sous forme de moellons pré-sciés. Résistant à un feu modéré, il est parfois utilisé aussi pour la confection des fourneaux et chenets de cheminée.

6.10. La pierre de Saint-Rémy-de-Provence

59La pierre de Saint-Rémy est un calcaire tertiaire d’âge Miocène, étage Burdigalien, comme les pierres extraites de Fontvieille et La Couronne (fig. 185). C’est une roche à grain fin qui ne prend ni le poli ni l’adouci, tendre (indice de taille 3), de densité 2000 kg/m3, de résistance comprise entre 72 et 128 kg/cm2 et de porosité 32,1 à 38,8 %. On peut lui attribuer par analogie une vitesse de propagation du son de 2452 à 2789 m/s et une largeur de la rayure de 1,7 à 2,250 mm (Collectif 1976, p. 108).

Fig. 185. Calcaire de Saint-Rémy de Provence (Ph. Bromblet, CICRP).

60Ce matériau était extrait au sud-est de la commune de Saint-Rémy, dans plusieurs carrières dont la plus connue est celle du quartier des Antiques. Il en existe différentes qualités,de couleur blanche à grise. Ce sont surtout les pierres blanches de Saint-Rémy qui sont utilisées à Marseille (fig. 186). Exploité dès l’Antiquité, comme l’atteste le site gallo-romain de Glanum et notamment l’arc de triomphe daté des années 30-20 av. J.-C. et le mausolée des Iulii (20 ap. J.-C.) restauré au XVIIIe s., le calcaire de Saint-Rémy ne semble pas avoir été mis en œuvre à Marseille avant le XIXe s. Il est à cette époque transporté par voie terrestre sur 26 km puis d’Arles à Port-de-Bouc sur 38 km par le Rhône, et à Marseille par la mer sur environ 25 km (Leroy 1847, p. 19).

Fig. 186. Escalier en calcaire de Saint-Rémy de Provence au musée des Alpilles (Cl. A. Effimief).

61Il est fréquemment utilisé pour la confection de corniches à moulures, pour les sculptures et ornements. Il offre une durabilité importante face aux intempéries. Il est également utilisé pour construire les murs porteurs, autoporteurs, les marches d’escaliers et bancs. 9000 m3 de ce matériau ont été vendus à Marseille entre 1830 et 1845 (Collectif 1926, p. 121).

62La pierre de Saint-Rémy est un matériau de choix pour les constructeurs marseillais. Elle est considérée comme « la meilleure qualité de pierre employée aux constructions » (Leroy 1847, p. 19).

6.11. La pierre de Beaucaire

63Il s’agit d’un calcaire coquillier tertiaire d’âge Miocène, étage Helvétien. Les extractions sont faites en souterrain et à ciel ouvert (fig. 187). Cette pierre non gélive, qui ne prend pas le poli, durcit à l’air.

Fig. 187. Calcaire de Beaucaire (C.P).

64Le premier faciès (« demi-ferme ») est un calcaire coquillier de couleur blanche à grisâtre à grain fin et moyen. C’est une roche demi-ferme (indice de taille 3), de densité 1780/2047 kg/m3, de résistance 102 à 251 kg/cm2, porosité 23,9 à 34,2 %, rayure de 1,2 à 1,725 mm, vitesse de propagation du son de 2600 à 3680 m/s, et qui ne prend pas le poli (Collectif 1976, p. 25).

65Le deuxième faciès (« doux ») est un calcaire coquillier de même teinte (Vacca-Goutoulli 1994, p. 90), moins dense (1855 à 1923 kg/m3), moins résistant (141 à 223 kg/cm2), plus porux (28,6 à 31,88 %).

66Ce matériau est extrait dans le Gard à l’ouest de Beaucaire. De nombreuses carrières ont été exploitées à ciel ouvert et en souterrain. Vingt cinq mètres de hauteur sont exploitables, dans lesquels on distingue trois variétés. La Roquepartide est difficile à tailler et employée essentiellement pour les travaux publics. La pierre blanche de construction courante est la grisette, variété très fine, transportée par bateaux sur le Rhône et le canal d’Arles jusqu’à Port- de-Bouc, puis à Marseille par la mer. Son prix de revient, transport compris, est en 1847, de 22 à 25 francs/m3 (Leroy 1847, p. 17).

67L’exploitation des carrières de Beaucaire remonte à l’Antiquité romaine. Le village a été renommé Beaucaire (« belle pierre ») en 1067. La pierre a été utilisée au XIIIe s. dans la construction du château et des remparts de Beaucaire et des remparts d’Aigues-Mortes, dans le cloître de Saint-Trophime d’Arles (fig. 188). On la trouve également en œuvre au XIXe s. à Perpignan dans la préfecture et le palais de justice et, début XXe s., dans la gare. À Marseille, ce matériau est essentiellement utilisé au XIXe s. dans les murs porteurs et autoporteurs, les rez-de-chaussée, élévations et revêtements. Elle est adaptée à tous les usages, mais elle est plus fréquemment utilisée pour la construction de la saillie des balcons et les marches extérieures (Leroy 1847, p. 17).

Fig. 188. Utilisation du calcaire de Beaucaire dans le cloître St Trophime (CP).

6.12. Conclusion

68Dans l’Antiquité grecque archaïque et au début de la période hellénistique, on utilise essentiellement dans la construction des matériaux locaux affleurant : calcaire oligocène de Saint-Victor, travertin, poudingue et grès de Marseille.

69A partir du IIe s. av. J.-C., on utilise la pierre de La Couronne dans les nouvelles constructions. L’innovation est liée à la nouvelle prospérité de la cité qui peut, à présent, se permettre d’ouvrir plusieurs carrières et de faire transporter les matériaux. L’origine de cette introduction ne peut toutefois pas découler uniquement du seul fait économique. Il paraît peu probable que l’on recherche des matériaux plus lointains simplement parce qu’on a les moyens de le faire. L’introduction de la pierre de La Couronne dans les chantiers marseillais procède inévitablement des qualités techniques, mécaniques et esthétiques du matériau, qui offraient un éventail plus large de possibilités architecturales. Elle comporte à elle seule l’ensemble des compétences fournies par les quatre autres (travertin, grès, poudingue et calcaire de St Victor). Cela signifie que pour les besoins d’une construction, au lieu d’extraire en quatre points différents, on peut limiter l’exploitation à une seule zone. Le travertin est un matériau intéressant dans la construction des élévations parce qu’il est léger (densité faible), en revanche, il est très poreux, ce qui compromet sa durabilité. La pierre de La Couronne offre une porosité moins élevée et convient tout autant, par son élasticité, sa résistance à la compression et sa densité à la construction de niveaux élevés. Le poudingue est un matériau qui présente une porosité et une capillarité nulle, ce qui lui confère une excellente résistance dans les soubassements et des qualités d’étanchéité remarquables. En revanche, il est plus difficile à mettre en œuvre que le calcaire de La Couronne, qui est caractérisé par un indice de taille de 5 contre 12 pour le poudingue. Enfin, le calcaire de Saint-Victor offre une bonne résistance à la compression, mais son utilisation dans les élévations s’avère plus délicate, car il est sensible aux ruissellements et très vulnérable aux chocs. La pierre de La Couronne offre à la fois la même qualité de résistance, mais en sus, une bonne élasticité et résistance aux chocs. Sa facilité de mise en œuvre, ses qualités de résistance et sa porosité moyenne justifient son emploi dans tous les niveaux architecturaux et fait d’elle un matériau universel. Son introduction au IIe s. av. J.-C. pourrait donc simplement procéder d’une meilleure rentabilité.

70A partir du XIIe s., les matériaux de La Couronne sont utilisés essentiellement dans les constructions nobles, principalement religieuses, tandis que l’architecture privée met en œuvre plutôt la pierre de Saint-Victor.

71A partir du XVIIe s., la pierre de la Couronne est de plus en plus utilisée dans toutes les constructions de manière exclusive.

72Au XIXe s., la diversification des matériaux en usage dans la construction marseillaise réduit l’usage de la pierre de La Couronne à certains niveaux architecturaux. Fontvieille devient sa principale concurrente. Petit à petit, avec la prolifération des matériaux, essentiellement issus des carrières du pourtour arlésien, son usage diminue lentement jusqu’à la fin du XIXe s.

73Cette concurrence s’explique aisément. L’utilisation de ces matériaux se justifie d’abord par les coûts de mise en œuvre, transport compris, qui sont approximativement similaires à ceux de La Couronne. Les pierres de Fontvieille, Barbentane ou Beaucaire reviennent respectivement à 23-24, 26 et 22-25 francs/m3, alors que celle de la Couronne coûte 24 francs/m3 (Leroy 1847, p. 15).

74Leurs qualités techniques et mécaniques sont équivalentes. La pierre de Fontvieille est toutefois considérée, par Leroy, comme étant en plus « bien plus belle que celle de La Couronne ». La pierre de Barbentane supporte durablement une mise en œuvre en extérieur, alors que celle de La Couronne s’use beaucoup plus rapidement lorsqu’elle est exposée. La pierre de Beaucaire permet tous les usages, ce qui en fait un matériau extrêmement rentable.

75Les autres pierres concurrentes ont un coût plus élevé, mais sont utilisés pour des éléments bien spécifiques, qui sont plus difficilement envisageables avec la pierre de La Couronne. La pierre de Saint-Rémy, par exemple, appartient à la même formation, mais autorise un emploi ornemental (corniches, moulures…). La pierre de La Couronne a été employée pour ces usages mais on a vu que sa surface s’altère au contact de l’eau et des sels marins, et qu’elle est moins durable, particulièrement pour des éléments « sculptés ».

76Le prix du transport et de l’extraction de la pierre de Saint-Rémy pose cependant un problème. Selon les tarifs fournis par Leroy (1847, p. 19) pour l’édification de l’arc de triomphe de la porte d’Aix, le coût de l’extraction des pierres de Saint-Rémy est de 24 francs/m3, soit le double de celui des pierres de Fontvieille. Mais comme il précise que le prix des petits blocs pour les constructions ordinaires est de 10 à 12 francs/m3, ce qui correspond à peu près au coût de l’extraction des matériaux de Fontvieille, le prix excessif pourrait s’expliquer parce qu’il s’agit de pièces particulières. Le coût du transport reste en revanche assez élevé en comparaison de celui des autres sites du pourtour arlésien. Transporter 1 mètre cube de pierres de Saint-Rémy revient quatre fois plus cher que transporter 1 mètre cube de matériaux de Fontvieille. La pierre de Barbentane est transportée par charrette jusqu’à Tarascon sur une distance de 14 km, puis par le Rhône de Tarascon à Arles sur 17 km, puis suit le même itinéraire que Saint-Rémy. La distance à parcourir dans le cas de Barbentane est plus importante que dans le cas de Saint-Rémy, en revanche, il y a pour la première plus de transport fluvial que terrestre. Lorsque Leroy donne le coût constant du transport de Saint-Rémy jusqu’à Marseille (de 50 à 60 francs), il précise que le coût serait similaire si le transport se faisait par voie terrestre.

77Le choix d’un matériau est fondé sur deux principes, le premier concerne ses qualités techniques et mécaniques et le deuxième reste la notion de rentabilité. Les constructeurs ont besoin d’un matériau, ils vont rechercher la qualité de pierre adéquate, et faire leur choix en fonction du rapport qualité-prix. Les matériaux, utilisés au XIXe s. dans la construction marseillaise, reviennent au même prix que ceux extraits à La Couronne, ce qui explique la diversification dans les constructions. On utilise à cette époque le matériau au meilleur de sa capacité.

Notes

130 Le devis estimatif de ces éléments du palais Longchamp a aimablement été communiqué par C. et Dl. Jasmin à l’occasion d’une réunion dans le cadre du PCR La pierre à Marseille.

131 Etudiées par G. Demians D’Archimbaud et M. Fixot à partir de 1972.

132 Vacca-Goutoulli 1995a.

133 Le Rhône trop capricieux compromettait le bon déroulement du chantier de construction.

134 Valeur donnée dans l’essai de nomenclature des carrières françaises édité par le Mausolée (collectif 1976). Victor Leroy donne une densité comprise entre 1800 et 2000 kg/m3.

Table des illustrations

Crédits (Fond de carte P. Arcelin ; CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-2.png
Fichier image/png, 173k
Crédits (cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-4.png
Fichier image/png, 861k
Crédits (cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-6.png
Fichier image/png, 839k
Titre Fig. 174. a) Travertin utilisé dans l’élévation du rempart du IVe s. à la Bourse (cl. H. Tréziny) ; b) travertin
Crédits (cl. A. Mezzoud, Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-7.png
Fichier image/png, 495k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-9.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-11.png
Fichier image/png, 528k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-13.png
Fichier image/png, 759k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-15.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-17.png
Fichier image/png, 378k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-19.png
Fichier image/png, 722k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-21.png
Fichier image/png, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-23.png
Fichier image/png, 814k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-25.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-27.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-29.png
Fichier image/png, 787k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-31.png
Fichier image/png, 1005k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-33.png
Fichier image/png, 1006k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-35.png
Fichier image/png, 609k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-37.png
Fichier image/png, 827k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3406/img-39.png
Fichier image/png, 1,0M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search