Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Troisieme partie : la mise en œuvre du calcaire de la couronne

Chapitre 4. Les différents faciès mis en œuvre dans ces productions

Texte intégral

1Comme nous l’avons vu dans la présentation des sites, la pierre de La Couronne est un calcaire du Miocène étage Burdigalien, extrait le plus souvent de la couche supérieure, parfois de la couche inférieure et plus rarement dans la couche moyenne (Verdon 2 et La Beaumaderie). Elle est constituée de dépôts calcaires ou calcaréo-gréseux formés par les débris de la faune pullulant dans les mers chaudes du Miocène : il s’agit donc d’une roche sédimentaire.

2Au sein de cette formation, plusieurs faciès diffèrent selon des critères qui vont être présentés dans ce chapitre. Les différences portent surtout sur la couleur, le grain, la présence plus ou moins importante de coquilles et la finesse du matériau.

4.1. La couleur

3La première distinction se fait tout naturellement par la couleur de la roche.

4La pierre rose est la plus répandue. Elle affleure en grande quantité et fait quasiment partie de l’appellation. Elle doit sa couleur caractéristique à la présence plus ou moins importante d’oxydes de fer. L’abondance ou la déficience de cet élément va lui conférer une couleur plus ou moins soutenue. On trouve une pierre appelée « beige rosée », qui présente une pigmentation légèrement rosée, mais dont la teinte principale reste le beige, comme une partie des matériaux mis en œuvre dans le fort Saint-Nicolas. Elle peut être rose clair, comme c’est le cas de la pierre du rempart hellénistique de la Bourse, d’un tambour de colonne mis au jour au cours Belsunce (Alcazar), d’un cylindre romain issu de la fouille du même site, ou encore de certains monuments de Marseille comme le fort Saint-Nicolas. Dans ce cas, la dominante reste le rose. Une roche rose franc, c’est-à-dire présentant une teinte très soutenue, a également été identifiée sur plusieurs sites, comme par exemple lors de la découverte de l’épave de Carry-le Rouet. Le matériau retrouvé était à première vue de couleur blanche. Le bloc accidentellement cassé a permis de révéler une teinte rose franc. Il pose la question de la teinte réelle des matériaux mis en œuvre dans des ouvrages en contact avec l’eau. On a déjà évoqué, dans le chapitre sur la durée d’utilisation de la pierre de La Couronne (supra, ch. 2), le problème de distinction entre le calcaire blanc de Ponteau et le calcaire rose, lié justement à l’altération de l’épiderme de la roche. Cela soulève plus largement la question de la teinte initiale des matériaux mis en œuvre dans les ouvrages hydrauliques (quai, bassins, fontaines…). Une pierre « rouge » est plusieurs fois mentionnée dans les textes modernes (document n° 14), d’abord dans l’achat d’une parcelle de carrière appelée « peyrière rouge » (document n° 25), et ensuite, dans l’achat d’une carrière qui possède des fronts rouges (document n° 23). Dans le devis d’agrandissement de l’Hôtel de Ville de Marseille, on utilise de la pierre de taille rouge dans le parement de la façade extérieure. Les observations faites sur cet édifice nous amènent à considérer la pierre rouge comme un matériau rose franc, qualifié peut-être de rouge dans les contrats pour s’assurer d’avoir un matériau de teinte soutenue (fig. 166). On trouve plus rarement une pierre de teinte rose-violet, comme c’est le cas par exemple d’un claveau retrouvé à la Bourse. Ce dégradé de teinte ne peut être interprété comme une altération de l’épiderme du matériau, mais plutôt comme une concentration différente des oxydes de fer.

Fig. 166. Calcaire rouge de La Couronne (Cl. M. Vacca-Goutoulli - Atelier du patrimoine de Marseille).

5Il existe à La Couronne une deuxième teinte, moins répandue dans les affleurements, mais très utilisée au XIXe s. Il s’agit de la pierre jaune, parfois jaune clair, mais qui est le plus souvent jaune franc, voire orangée (fig. 167). Elle est très faiblement utilisée dans l’Antiquité. Le premier usage d’un matériau de teinte orangée a été observé sur un seul bloc du quai romain lors du chantier de fouille rue de la République. La roche est toutefois décrite comme rose avec par endroit une coloration orangée claire. On trouve ensuite un tambour de colonne romain place Jules Verne (Vacca-Goutoulli 2006a, p. 42) en calcaire jaune clair de La Couronne. Il s’agit des seuls usages attestés pour l’Antiquité. L’usage de ce faciès a ensuite été observé au XIIe s. dans la construction de l’église Saint-Laurent. On le trouve ensuite dans le château d’If, le fort Saint-Nicolas, la Vieille-Charité, et pour les marches d’escaliers mises au jour lors de la fouille de la place Villeneuve-Bargemon. Il est très employé au XIXe s., d’après V. Leroy, essentiellement pour la construction des caves, rez-de-chaussée et premières assises des fondations des maisons de Marseille. Il décrit dans sa notice de construction la pierre de La Couronne comme étant jaune tirant sur le roux. Il en mentionne une autre de teinte plus rousse encore (appelée pierre de Couronne-Vieille) qui coûte le double de la précédente et qui est utilisée pour la confection des fours (Leroy 1847, p. 14). Le calcaire jaune est toutefois moins présent dans la mise en œuvre, probablement parce qu’il est un peu moins affleurant à La Couronne que le calcaire rose. Néanmoins, le lycée Montgrand (rue Montgrand) à Marseille est, à cette époque, essentiellement édifié à partir de ce matériau.

Fig. 167. Calcaire jaune-orangé de La Couronne (C.P).

6Enfin, il existe une teinte moins connue et très rarement identifiée dans les carrières. Il s’agit de la pierre blanche de La Couronne. On retrouve beaucoup de matériaux gris clair dans le site archéologique de la Bourse, mis en œuvre essentiellement à l’époque romaine et notamment dans des ouvrages hydrauliques. Le faciès blanc est quasiment absent de la construction après l’Antiquité.

7S’il est vrai, comme on l’a vu plus haut, que le calcaire de La Couronne s’altère en surface au contact (prolongé) de l’eau, il n’en demeure pas moins qu’il existe réellement à La Couronne un calcaire blanc. Il est assez rarement identifié soit parce qu’il est plus rare, soit parce que la pierre beige rosé s’éclaircit au terme d’une longue exposition.

8L’existence d’une pierre blanche est par ailleurs suggérée par la mention « lapidibus albi » (document n° 2, 1384) dans un acte de commande de matériaux de La Couronne (document n° 26) et dans l’acte de vente d’une parcelle de carrière permettant de produire de la pierre blanche (document n° 16). Il existe donc bien une pierre blanche qui n’est pas extraite à Ponteau et qui n’est pas un matériau roses altéré.

4.2. Les débris coquilliers

  • 117 Ces analyses peuvent être consultés dans le rapport du PCR La pierre de construction à Marseille, (...)
  • 118 Ces matériaux sont décrits dans Vacca-Goutoulli 2006b pour le quai romain de la République (rappo (...)

9Les différences de faciès de calcaire de la Couronne sont également liées à la présence plus ou moins abondante de coquilles. On trouve plusieurs espèces marines fossilisées telles que les foraminifères, bryozoaires, échinodermes (famille des oursins) et des mollusques, huîtres particulièrement. Certains matériaux en sont totalement dépourvus alors que d’autres sont pulvérulents. Les analyses pétrographiques faites par P. Gaudon (école des mines d’Alès) montrent l’abondance de ces organismes dans le rempart, le bassin, le quai et un des sarcophages mis au jour à la Bourse.117 Certains matériaux présentent des tests de coquillages plus ou moins fins. On le voit par exemple sur le bloc de grand appareil, non daté, et l’acrotère du Ier s., retrouvés sur le site de l’Alcazar (cours Belsunce). C’est le cas également de certains blocs mis en œuvre dans le quai romain rue de la République dans lesquels les tests sont de l’ordre du millimètre.118 En revanche, sur le même site, une partie des blocs a été taillée dans un faciès dans lequel les tests de coquilles sont centimétriques, voire même décimétriques, ce qui bien entendu lui confère une plus grande fragilité. Certains contiennent d’ailleurs de nombreuses huîtres, parfois entières (fig. 168).

Fig. 168. Calcaire rose de La Couronne comportant de nombreuses coquilles (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

10On retrouve cette même opposition dans la composition des matériaux mis en œuvre dans le fort Saint-Nicolas, dans lesquels on remarque la présence de coquilles pulvérulentes, alors que d’autres en sont totalement dépourvus.

11Certains blocs utilisés pour la confection des marches mises au jour dans le chantier César (Vacca-Goutoulli 1995, fiches techniques) contiennent également de nombreux bioclastes de grande dimension.

12La taille et l’abondance de ces fossiles vont déterminer la facilité de mettre en œuvre le matériau. Plus les coquilles sont nombreuses et de grande dimension, plus la taille est délicate puisqu’elles peuvent entraîner une fracturation du bloc. Si les bioclastes présentent un défaut de remplissage, la porosité intragranulaire est importante, ce qui a pour conséquence d’affecter la durabilité du matériau.

4.3. Les pistes de vers fouisseurs

13La présence ou non de pistes de vers fouisseurs est aisément repérable à l’œil nu. Certains faciès sont remarquables par l’abondance de pistes qui forment des sortes de boudins pierreux qui apparaissent à la surface de la roche. Le tambour de colonne mis au jour lors de la fouille de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiche 57) en présente une grande quantité. Sur le même site, ils ont carrément été intégrés au décor d’une stèle à fronton. Ce sont les seuls blocs retrouvés qui sont marqués par la présence de ce type de « défaut ». On en repère assez fréquemment en surface des sols de certaines carrières.

4.4. Le grain

14Le grain est un élément de petite taille arrondi ou anguleux dont la dimension influe sur la finesse de la pierre (Foucault, Raoult 1995, p. 140). Il est très important, puisqu’il lui confère un aspect plus ou moins ferme et détermine son aptitude à recevoir certaines tailles.

15Les études lapidaires de ces dernières années ont permis d’identifier des faciès plus ou moins fins.

  • 119 Il s’agit des matériaux qui ont été étudiés suite au déplacement du dépôt lapidaire de Clérissy p (...)

16Sur le site de La Bourse, le bloc n° 16 de l’enceinte nord met en évidence une qualité de roche demi-ferme présentant un grain fin alors que le matériau du bloc n° 17 est caractérisé par un grain grossier et irrégulier. On le constate aussi dans la mise en œuvre des claveaux pour lesquels la roche est demi-ferme, alors que les faciès utilisés dans la réalisation des chaperons sont plus variés, grossiers mais demi-fermes, parfois à grains irréguliers.119

  • 120 Ces analyses sont consultables dans le rapport d’étude lapidaire des blocs de République-Surverse (...)

17Parmi les blocs mis en œuvre dans le quai du port romain (rue de la République), on retrouve la même inégalité qualitative avec d’un côté l’utilisation d’une roche à grain très fin (blocs 1 à 4, 6 et 7 puis 9 à 12 et 16 à 31), d’un calcaire très dur à grain serré pour bloc n° 36 et à contrario d’une roche d’aspect crayeux pour le bloc n° 13.120

18Le matériau mis en œuvre dans les caves de Saint-Sauveur est décrit comme un calcaire à grain grossier, tout comme les blocs de l’épave de Carry-le-Rouet. En revanche, l’acrotère mis au jour à l’Alcazar présente un grain tellement serré qu’il lui confère un aspect de pierre ferme et permet au tailleur de pierre d’approfondir les formes.

4.5. La cimentation

19Le ciment est le liant entre deux éléments. Il remplit les espaces entre les grains (intergranulaires). La matière qui le compose a souvent pour origine la dissolution des débris organogènes (Foucault, Raoult 1995, p. 65). Le ciment observé dans les lames minces est le plus souvent sparitique, c’est-à-dire composé de calcite cristalline et, plus rarement, micritique (présence de boue).

20Comme il a été dit précédemment, une mauvaise cimentation a pour conséquence une importante porosité intergranulaire. Autrement dit, elle permet à l’eau de s’infiltrer dans le matériau, comme on peut le voir dans certains blocs utilisés lors de la construction du bassin d’eau douce de la Bourse. Ceux du quai, mis au jour rue de la République, témoignent, à l’exception d’un seul, d’une bonne qualité de cimentation.

  • 121 Vacca-Goutoulli 2006a, p. 26-27, 29-32.

21Sur le site de la Bourse, les chaperons ont été façonnés dans un matériau offrant un ciment très solide (blocs n° 15, 16 et 18). A contrario, sur le même site, les claveaux peuvent présenter une cimentation parfois hétérogène, comme c’est le cas des blocs n° 5 et 6.121

4.6. Conclusion

22Les matériaux extraits à La Couronne présentent donc des divergences de cimentation, composition fossilifère et de grain qui ont pour conséquence une diversification des faciès qui modifie la compétence du matériau. Ces caractéristiques le prédisposent à certains usages ; la taille peut par exemple s’avérer plus délicate si les débris coquilliers sont nombreux et de grande dimension.

23Les constructeurs les ont tous mis en œuvre, non pas par méconnaissance du matériau ou des carrières, mais sûrement parce que la qualité de la roche choisie était suffisante et convenait, la plupart du temps, à l’usage prévu. Il existe donc plusieurs faciès, dont chacun possède ses qualités propres, justifiant son emploi dans tel ou tel niveau architectural. Le prix-fait de l’agrandissement de l’Hôtel de Ville de Marseille met en évidence ce choix par la diversité des matériaux commandés. De la pierre ordinaire de La Couronne est utilisée pour les « fondements », mais aussi pour la maçonnerie classique. De la pierre « grasse » est préconisée pour la construction des dessus de portes et de la pierre de taille rouge de La Couronne, de la pierre de taille rouge de l’ancienne Couronne, et de la pierre grasse de l’ancienne Couronne sont également commandées (document n° 31)

24Les blocs mis en œuvre dans les ouvrages hydrauliques, ou du moins destinés à être en contact avec l’eau, soulèvent, outre le problème d’identification de la provenance, la question du comportement des oxydes de fer. Doit-on voir dans l’altération de l’épiderme un simple lavage des oxydes de fer ou bien s’agit-il d’une migration de ces derniers vers le centre du matériau, ce qui expliquerait alors la teinte franche, presque rouge au cœur des blocs ayant subi cette altération ?

Notes

117 Ces analyses peuvent être consultés dans le rapport du PCR La pierre de construction à Marseille, année 2003.

118 Ces matériaux sont décrits dans Vacca-Goutoulli 2006b pour le quai romain de la République (rapport INRAP) ; Acrotère de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiche 18), mais aussi dans Paillet 2001, p. 249 et dans Rothé, Tréziny 2005, p. 590 n° 155-C.

119 Il s’agit des matériaux qui ont été étudiés suite au déplacement du dépôt lapidaire de Clérissy par M. Vacca-Goutoulli (2006a) dans le cas des blocs 16 et 17 de la Bourse et des claveaux.

120 Ces analyses sont consultables dans le rapport d’étude lapidaire des blocs de République-Surverse (INRAP).

121 Vacca-Goutoulli 2006a, p. 26-27, 29-32.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search