Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Troisieme partie : la mise en œuvre du calcaire de la couronne

Chapitre 3. Mise en œuvre caractéristique du matériau

Texte intégral

1La diversification des matériaux au XIXe s. accroît la spécialisation de la pierre en fonction de ces caractéristiques mécaniques, techniques et esthétiques. Aussi pour bien comprendre les qualités du calcaire de La Couronne, il est nécessaire de reprendre les principales constructions et d’observer l’emplacement exact de ce matériau dans le monument.

3.1. Maçonnerie « traditionnelle » : fondations et élévations

2Le calcaire de La Couronne est le plus souvent utilisé pour la réalisation de maçonneries que l’on pourrait qualifier de « traditionnelles », c’est à dire dans les fondations et les élévations appareillées et parementées. Le grand nombre d’édifices construits avec ce matériau, à Marseille et dans le Var, permet d’attester cet usage aux époques médiévale et moderne. Les nombreux chantiers de fouilles archéologiques, menés depuis le XIXe s., et surtout depuis la mise au jour des vestiges de la Bourse (1967), ont permis également d’identifier cet usage dans les monuments antiques.

3.1.1. Les fondations

3Les édifices antiques retrouvés lors des chantiers de fouilles ne sont, la plupart, conservés qu’en fondation. C’est le cas par exemple de la partie nord du rempart hellénistique de Marseille. Il n’apparaît donc pas nécessaire de revenir sur les constructions datées de l’Antiquité, puisqu’elles ont été traitées dans le chapitre précédent.

4Un grand nombre de blocs, issus du démontage des monuments antiques, se trouvent en remplois dans les fondations des édifices paléochrétiens de la Vieille-Major (Rothé, Tréziny 2005, p. 456, 462) et de la basilique funéraire de Malaval (Moliner 2004, p. 164) au V e s.

5L’utilisation en fondation est également attestée par les édifices médiévaux et modernes encore observables comme la Vieille-Major, l’église Saint-Laurent, la Commanderie de Saint-Jean ou l’église des Chartreux. Elle est clairement évoquée, par V. Leroy, comme le principal usage de la pierre de La Couronne dans la construction des maisons de Marseille au XIXe s. (Leroy 1847, p. 14). Aussi la trouve-t-on dans les chaînes et libages en fondation du palais Longchamp en 1862.

3.1.2. Les élévations

6Dès la période hellénistique, on trouve des élévations en pierres de taille de grand appareil, assemblées à joints vifs.

7Le rempart hellénistique mis au jour sur le site de la Bourse (Guéry et al. 1985, p. 25) met en évidence l’usage de blocs normalisés, qui mesurent soit 156 x 52 x 52 cm soit 104 x 78 x 52 cm. La tranche du rempart découverte rue des Grands Carmes (Gantès 1992, p. 86) témoigne du même assemblage des blocs, qui sont solidaires d’un remplissage composé d’un agrégat de calcaire blanc ou rose et de déchets de taille. Les différentes études menées sur les caves de Saint-Sauveur (Tréziny 2001, p. 213) attestent le même type d’appareillage à la fin de l’époque hellénistique.

8L’utilisation de ces gros modules est confirmée par la découverte de l’épave de Carry-le- Rouet en 1982. Le poids de chacun des blocs avoisine la tonne et la superficie longueur- hauteur d’assise se situe en moyenne autour de 0,800 m2 (Long 1986, p. 55a).

  • 106 Sur l’appareillage des quais de la Bourse, cf. Guéry et al. 1985, p. 25) ; sur le mur de la rue H (...)

9Ce type d’appareillage est employé à l’époque romaine, comme en témoignent les soubassements des thermes (Gantès et al. 2001, p. 211) mis au jour place Villeneuve-Bargemon, ou encore la construction des quais, découverts rue de la République et sur le site de la Bourse.106

10La construction du bassin d’eau douce (la Bourse) confirme la continuité de cette technique de construction et révèle en même temps l’usage du moyen appareil (Guéry et al. 1981, p. 12).

  • 107 Le détail des dimensions de blocs mis en œuvre dans cette construction m’a aimablement été commun (...)

11À partir de l’époque romaine, les matériaux de La Couronne sont utilisés dans les élévations sous forme de blocs de différentes dimensions. Toute l’Antiquité est marquée par l’usage du grand appareil, dont les blocs sont assemblés à joints vifs, mais l’apparition des mortiers à l’époque romaine entraîne une diversification des modules, et la transformation du type d’appareillage, comme l’illustre la villa de Saint-Julien les Martigues107.

12Les normes imposées par les statuts municipaux de Marseille (document n° 1) confirment cette multiplication des dimensions à l’époque médiévale. Les appellations battiporta, ursonus, cara, scimas et angulares évoquent un emploi spécifique du matériau et une dimension qui lui est attachée. Ces blocs sont mis en œuvre dans la construction des tours de porte, des parements, de cimaises, de pierres d’angle et des murs.

  • 108 Ces pièces ont été étudiées par Mireille Vacca-Goutoulli et sont détaillées dans le rapport 2001 (...)
  • 109 Archives municipales de Marseille DD48.

13Plusieurs fragments de chambranles ont été découverts lors de la fouille archéologique de l’Alcazar (cours Belsunce), certains mis en œuvre à l’époque moderne, d’autres malheureusement indatables108. Les chambranles de l’Hôtel de Ville de Marseille sont réalisés en 1742 avec ce même matériau109, qui pourrait correspondre au battiporta de 1350.

14Cette diversité modulaire semble s’atténuer aux époques moderne et contemporaine.

  • 110 Fiches d’analyse technique du mobilier lapidaire (Vacca-Goutoulli 1995a ; Vacca-Goutoulli 2001).

15Les chantiers de fouille de la place du général de Gaulle, de l’Alcazar et de César ont mis au jour pour l’époque moderne des blocs standardisés.110 dont la dimension est située autour de 62 x 25 x 25 cm. Ils sont fréquemment mentionnés dans la documentation d’archives sous l’appellation queyron. Ce module trouve probablement son origine au Moyen Âge, sous l’appellation ursonus ou ossorium, de même dimension, évoqués respectivement en 1350 (document n° 1) et 1385 (document n° 2). On retrouve ce module sur le parement du fort Saint-Jean ou dans la construction de l’Hôtel de Ville.

  • 111 Vacca-Goutoulli 2001, fiches d’analyse technique, bloc 63.

16Les actes de vente de matériaux de la deuxième moitié du XVIIe s. assurent l’utilisation de deux types de blocs, le queyron et le bard (dalle). Dans la deuxième moitié du XIXe s., le queyron perdure, mais il est associé aux queyrade et queyradette. Victor Leroy précise que la queyrade est la forme de bloc ordinaire la plus couramment utilisée à Marseille (Leroy 1847, p. 16). Cette apparente unité modulaire est toutefois incertaine. La réalité est vraisemblablement très différente, puisque plusieurs dimensions de blocs ont été relevées dans le fort Saint-Nicolas, qui varient du petit au grand appareil. L’usage du grand appareil est également attesté sur le site de l’Alcazar grâce à la découverte de blocs de 103 x 61 x 24 cm.111

17La réalité semble donc bien moins figée que ce que les textes pourraient laisser croire.

18L’emploi de moellons de calcaire de La Couronne est attesté dès le Ier s. au quartier des Carmes dans un empierrement (Rothé, Tréziny 2005, p. 526 n° 109). Le chantier de fouilles archéologiques de César (place Villeneuve-Bargemon) a aussi livré un grand nombre de moellons, mis en œuvre aux époques médiévale et moderne (Vacca-Goutoulli 1995a). La dimension de ces blocs est relativement hétérogène, mais n’excède pas 40 cm de long.

19Elle est mise en œuvre de façon plus décorative sur les parements de certains édifices, en recevant une taille ornementale particulière de type bossage. Le clocher de La Couronne édifié en 1859 a reçu un bossage de type « rustique », c’est à dire présentant un aspect brut.

20La façade de la maison diamantée construite en 1570 a été ornée d’un bossage en pointe de diamant, c’est à dire qui présente des saillies en forme de pointe pyramidale.

3.2. Les pièces de maçonnerie à support

21On trouve fréquemment ce matériau dans la construction d’ouvrages maçonnés plus « complexes », nécessitant des qualités de matériau plus performantes. Il s’agit des voûtes, arcs, arcades ou entablements, dont la réalisation implique la mise en œuvre de nombreux composants. On trouve donc des éléments de soutien, tels que les piliers, les pilastres, les piédroits, les colonnes sur lesquels reposent des chapiteaux, mais aussi des claveaux qui se logent entre la clef de voûte et le sommier. Dans le cas d’un entablement, on trouve une architrave, une frise et une corniche (Pérouse de Montclos 1972, p. 360).

22Toutes ces pièces ont été mises au jour dans plusieurs chantiers de fouilles archéologiques et sont encore visibles dans certains monuments encore en élévation.

3.2.1. Les éléments de soutien

23L’appellation « élément de soutien » englobe tous les composants sur lesquels va s’appuyer la voûte, l’arcade, l’arc ou l’entablement.

  • 112 Cette étude a été réalisée par M. Vacca-Goutoulli 2001, fiche 57) et J.-L. Paillet 2001, p. 249.

24Un tambour de colonne, attribué à l’époque hellénistique, portant une marque lapidaire sur son lit, a été découvert sur le site de l’Alcazar.112

25Trois tambours de colonnes à double fût accolé associant une colonne cannelée à une colonne à facettes, peut-être en remploi, ont été mis au jour sur le site du tunnel de La Major. Ils sont attribués à la fin de la période hellénistique ou début principat (Bouiron 2001, p. 422). Sur le même site, des fragments de tambours de colonnes de grande dimension ont été retrouvés en remploi dans des murs plus récents.

26La fouille de la place Jules Verne a livré trois tambours de colonne engagée datés de l’époque romaine (fig. 155). L’étude du matériau a mis en évidence que le choix des bâtisseurs s’est orienté vers une pierre offrant une bonne qualité technique, mais esthétiquement grossière. Elle est donc clairement employée pour sa résistance à la compression et aux eaux de ruissellement (Vacca-Goutoulli 2006a, p. 42).

Fig. 155. Tambour de colonne engagée découvert place Jules Verne (Cl. M. Vacca-Goutoulli-Atelier du patrimoine de Marseille).

  • 113 Ces blocs n’ont fait l’objet d’une étude lapidaire qu’en 2006 au moment du déménagement du dépôt (...)

27Plusieurs piédroits en grand appareil d’une arche de couverture datée de l’époque romaine ont été découverts sur le site de la Bourse.113

28Le chantier du musée César (place Villeneuve-Bargemon) a livré des piédroits modernes qui semblent être en remploi.

29L’étude faite sur la construction de l’église de La Commanderie a révélé la présence de calcaire de La Couronne dans le piédroit de l’arcade, sous forme de blocs à bossage.

30Dans l’abbaye Saint-Victor (Rothé, Tréziny 2005, p. 646), des fragments de pilastres de chancel datés du V e s. de notre ère ont été utilisés en remploi comme dalles de couverture. On en trouve bien entendu dans la plupart des édifices encore observables à Marseille et dans le Var. Ils seront détaillés ultérieurement.

31Signalons un chapiteau dorique du Ier s. av. J.-C. dans la fouille des caves Saint-Sauveur au pied de la place de Lenche (Rothé, Tréziny 2005, p. 336) et deux chapiteaux ornés d’un rang de billettes et perles, d’oves et rais de cœur datés du Ier s. de notre ère rue des Ferrats dans le secteur du théâtre (ibid., p. 328). Deux blocs antiques ont été remployés comme chapiteaux dans l’abbaye Saint-Victor au cours du haut Moyen Âge. Le premier est un chapiteau de pilastre à épannelage cubique et l’autre est en remploi dans un mur.

3.2.2. Sommiers, clefs de voûte et claveaux

32Deux sommiers de voûte d’une arche de couverture et quatre claveaux, datés de l’époque romaine ont été mis au jour sur le site de La Bourse (Vacca-Goutoulli 2006a, p. 25). Tous sont en grand appareil (fig. 156 et 157).

Fig. 156. Claveau de l’arche de couverture de la façade ouest du bassin nord de La Bourse (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

Fig. 157. Claveau mis au jour sur le site de La Bourse (cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

33Six claveaux et deux sommiers ont été découverts lors du chantier de fouilles de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiches techniques). Trois claveaux et un sommier sont datés de l’époque moderne, les autres ne sont pas datés. Les claveaux modernes sont de grand appareil, tout comme le sommier non daté. Les trois claveaux non datés présentent des dimensions hétérogènes, du petit au grand appareil.

34Enfin, des claveaux, appelés aussi « arrière-voussures de Marseille », ont été mis au jour dans les chantiers archéologiques de l’Alcazar et César datés de l’époque moderne. Ceux du premier site sont de petit module. On peut également voir ce type de claveaux au château d’If (fig. 158).

Fig. 158. Arrière-voussure de Marseille–Château d’If (Cl. A. Effimief)

3.2.3. Les entablements

35Un seul bloc, mis au jour sur le chantier de la Bourse, a été interprété comme étant probablement une architrave, cette fonction n’est néanmoins pas confirmée (fig. 159). Plusieurs fragments de frises ont été découverts lors de la fouille du tunnel de la Major et de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiches techniques). Dans le premier site, une frise architravée en remploi daterait soit de l’époque hellénistique soit du principat. Un fragment de frise à denticules sciés ainsi qu’une frise rampante présentant un travail similaire (utilisation du foret, denticules sciés et usage du ciseau et marteau taillant pour la finition) ont été mis au jour sur le site de l’Alcazar. Les deux éléments sont datés du Ier s. de notre ère.

Fig. 159. Bloc découvert à La Bourse interprété comme étant une architrave (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

Fig. 159. Bloc découvert à La Bourse interprété comme étant une architrave (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

36Sur le site de La Major, une corniche corinthienne était remployée dans des murs médiévaux (Bouiron 1994, p. 133), ainsi que deux fragments de corniche rampante et un bloc de corniche horizontale datés du Ier s. (Vacca-Goutoulli 2001, fiches techniques) ont été mis au jour sur le site de l’Alcazar. Enfin, lors de la fouille de la villa de Saint-Julien-les-Martigues (Rivet 1993, p. 1), on a retrouvé un fragment de corniche, daté entre le Ier et le IIIe s.

37Lors de la fouille du tunnel de La Major, un couronnement de podium, daté de l’époque hellénistique se trouvait en remploi dans un mur médiéval ou moderne.

38Parmi les vestiges mis au jour à la Bourse, se trouvait un couronnement arrondi, portant une inscription datée de la fin de l’Empire (Rothé, Tréziny 2005, p. 182 n° 20).

39Deux fragments d’acrotère ont été découverts lors de la fouille de l’Alcazar et sont datés de l’époque romaine. Le premier était un acrotère d’angle sur lequel le relief est donné par un jeu de contrastes avec les noirs. Comme l’a souligné M. Vacca-Goutoulli dans l’étude du mobilier lapidaire du site (Vacca-Goutoulli 2001), la recherche, dans ce cas, est la lisibilité du relief depuis un point bas. La résistance aux intempéries dont le matériau a fait preuve ici est importante, elle souligne la pertinence du choix de la pierre. Le second acrotère est fragmentaire.

40Lors de la découverte de l’église funéraire de la rue Malaval, treize éléments architectoniques appartenant à cette catégorie ont pu être mis au jour (Rothé, Tréziny 2005, p. 566). On compte, parmi ce mobilier, deux claveaux, une rosace, deux fragments de colonnes torsadées, deux fragments de frise, un fragment de corniche, ainsi que des petits éléments lapidaires qui pourraient être rattachés à la construction d’un pilier.

3.2.4. Confirmation des usages dans les monuments

41La plupart des constructions encore en élévation aujourd’hui permettent de confirmer l’importante utilisation de la pierre de La Couronne dans la construction de voûtes et d’arcades. Au XIIe s., la cathédrale romane de la Vieille-Major et l’église Saint-Laurent témoignent de la réalisation de voûtes et donc de piliers avec ce matériau. Dans ce deuxième site, on a des piliers cruciformes et des voûtes en berceau brisé.

42Au XIIIe s., les piédroits de l’arcade de la commanderie de Saint-Jean mettent en œuvre le calcaire de La Couronne, tout comme les voûtes et la coupole sur pendentifs de la tour du roi René en 1447.

43En 1508, le prix-fait de l’église de La Cadière d’Azur prévoit l’emploi de ce matériau pour faire les voûtes « taillées et appareillées jusqu’à la clef », d’une croisée d’ogives, de la couverture de la chapelle, d’un arc doubleau, de quatre formerets par chapelle et d’une croisée avec une clef sculptée. Une arcade est ensuite tendue entre les deux contreforts de l’abside, et assise, de part et d’autre, sur des pilastres. Elle est aussi utilisée pour réaliser les arcades des chapelles, les piliers et pilastres.

44Notre Dame de Grâce, chapelle des pénitents bleus, édifiée en 1626 à La Ciotat, possède également des voûtes en calcaire rose de La Couronne, tout comme la voûte d’ogives avec clefs de croisillons, les arcs et pilastres de l’église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne sur Mer, en 1674.

45A Marseille, la colonnade de la façade de l’église des Chartreux (1680) est également en calcaire de La Couronne comme les arcades et galeries voûtées d’arêtes, de la chapelle à coupole elliptique et du porche à colonnes corinthiennes de la Vieille-Charité ou encore des renforts, arcs, berceaux, intrados, piliers et chapiteaux de l’Hôtel de Ville (Bouyala d’Arnaud 1969, p. 97, 193). Le devis d’agrandissement de ce dernier édifice en 1742 prévoit de la pierre de La Couronne pour la réalisation des architraves, des corniches de croisées, des corniches, des frises croisées et des tympans. Enfin, la plupart des caves des maisons sont également voûtées en calcaire jaune de La Couronne au XIXe s. (Leroy 1847, p. 15).

3.3. Les ornements en relief ou en creux : moulures et bas reliefs

3.3.1. Les moulures

46La majeure partie des blocs moulurés a été mise au jour sur le chantier de l’Alcazar, cours Belsunce (Vacca-Goutoulli 2001). Le plus ancien remonte à l’époque hellénistique, deux fragments de moulure de petit module datés de l’époque julio-claudienne présentent seulement quelques traces d’égrisage. Cinq blocs moulurés de module moyen ont été attribués à l’époque moderne. Plusieurs moulures ont également été retrouvées lors de la fouille de la Bourse (Vacca-Goutoulli 2006a, fiches techniques). On en trouve aussi dans les édifices encore élévation comme par exemple dans l’église Saint-François de Paule à Toulon et dans l’église de La Seyne sur Mer (fig. 160).

Fig. 160. Mouluration dans l’église Notre Dame de Bon Voyage à la Seyne-sur- Mer (C.P).

3.3.2. Les sculptures en bas-relief

47Un bloc formant un acrotère d’angle a été mis au jour sur le site de l’Alcazar. Il représente un masque tragique, daté de l’époque julio-claudienne. Le relief est marqué par un jeu de contrastes avec les ombres. Les formes, malgré le manque d’épaisseur, sont relativement approfondies. La bonne tenue d’arête du matériau a permis ce traitement.

48Des deux bas-reliefs de Saint-Julien-les-Martigues (supra, p. 161), le premier est un panneau composé de plusieurs blocs mesurant chacun 1,40 x 0,51 x 0,43-45 m (Rivet 1987, p. 120). Il présente une épaisseur de relief de 4,5 à 8 cm. Le trépan a été utilisé pour le traitement des vêtements et des contours. Le second, composé de trois assises en grand appareil, est encastré dans un mur (Rivet 1979, p. 64). Il mesure 3,80 x 1,55 m. Le style est sobre et marqué par une raideur technique dans le rendu de certains détails.

49On pourrait bien entendu joindre à cette catégorie les chapiteaux ornés, découverts sur de nombreux sites archéologiques, mais également dans plusieurs édifices encore en élévation (église de La Seyne sur Mer par exemple).

3.3.3. Les sculptures en « ronde-bosse »

50On connaît un seul exemple de statue en ronde-bosse, le buste dit « de Milon », daté du IV e s. de notre ère, trouvé en remploi dans la façade d’une maison médiévale rue des Grands Carmes (Rothé, Tréziny 2005, p. 510). Elle représente un homme barbu et chevelu et reposait sur une demi-colonne.

51La pierre de La Couronne est d’ordinaire réputée pour être inapte à recevoir une taille trop fouillée. Elle convient donc en règle générale à la confection de bas-reliefs mais rares sont les faciès qui autorisent la sculpture.

3.4. Les dalles

52La pierre de La Couronne a été utilisée dans la réalisation de plusieurs types de dalles, du pavement à la couverture. Nous avons déjà évoqué avec les statuts municipaux de Marseille qu’il existait, en 1350, des lauzeta de terrassa, lauza magna, et mieia graza.

3.4.1. Dalles de cuvelage

53Ce type de dalle est utilisé essentiellement pour assurer l’étanchéité des bassins. On en trouve donc dès l’époque hellénistique dans le grand bassin rectangulaire, mis au jour lors de la fouille du tunnel de La Major (Rothé, Tréziny 2005, p. 440). Les dalles de grand appareil sont juxtaposées et bien alignées. Le contact s’effectue à joint vif par des cadres d’anathyrose en Π ou par des arêtes.

54Le fond du bassin d’eau douce de La Bourse est également recouvert de dalles de grand appareil de calcaire blanc, issu soit des carrières de La Couronne soit de celles de Ponteau (supra, p. 160). Il est daté de la fin du Ier ou début du IIe s. de notre ère (Guéry et al. 1981, p. 12).

3.4.2. Les dalles de pavement

55Nous avons évoqué lors de la présentation de la durée d’utilisation des matériaux de La Couronne l’existence de plusieurs dallages antiques.

56A la Bourse, au Ier s., toute une plate-forme dallée a été mise au jour en avant de la tour Penchée (Tréziny 2001, p. 56). Elle est comparable à la plate-forme aux autels qui s’élève à la même époque en avant de la muraille (démilitarisée) de Glanum.

57Au sud des caves Saint-Sauveur se trouvaient, à l’époque romaine quatre dallages, pas forcément contemporains les uns des autres (supra, p. 159).

58Le dallage découvert sur la place de Lenche met en œuvre des dalles de très grande dimension jetées à 6 m de profondeur (Tréziny 2001, p. 216), ce qui ne permet pas de proposer de datation.

59Après 1524, non daté précisément, un dallage a été posé à proximité immédiate du rempart du château d’If.

60Enfin, dans le devis d’agrandissement de l’hôtel de ville de Marseille en 1742, de la pierre de La Couronne est préconisée pour la réalisation du pavement du premier étage.

3.5. Les escaliers

61Un seul élément d’escalier a été mis au jour à Marseille dans le théâtre (Gantès et al. 2001, p. 205). Il devait y en avoir six qui descendaient entre les gradins vers l’orchestra.

62Les graza mentionnées vers 1350 dans les statuts municipaux de Marseille sont en général des dalles utilisées comme marches d’escalier (Pernoud 1949, p. 240), bien qu’on n’en ait pas d’attestation archéologique.

63Les marches d’escaliers sont souvent élaborées avec ce matériau à l’époque moderne. Comme en témoignent les chantiers de l’Alcazar et de César (cours Belsunce et place Villeneuve-Bargemon). Deux types d’escaliers ont été identifiés sur ce dernier chantier (Vacca-Goutoulli 1995a). Les marches d’escaliers droits, dont certaines seraient des remplois, sont supposées recevoir un carrelage afin d’éviter une usure trop rapide. Une seule marche d’escalier à vis a été découverte, elle est monolithe.

64Plusieurs monuments, encore en élévation, confirment l’utilisation de ce matériau dans la réalisation des escaliers. En 1645, on le trouve dans l’escalier de la chapelle Notre Dame de Grâce à La Ciotat. L’église Notre Dame de Bon Voyage à la Seyne sur Mer (1674) pourrait avoir utilisé ce même matériau pour l’escalier également, mais les réfections de 1860 ont détruit toutes traces de l’escalier et du pavement d’origine. En 1742, lors de l’agrandissement de l’Hôtel de Ville de Marseille, on utilise le calcaire rose pour les marches de l’escalier qui mène au premier étage. C’est le cas également en 1753, de l’Hôtel Dieu.

65En revanche, en 1847, V. Leroy n’évoque pas cet usage dans sa notice de construction des maisons de Marseille.

3.6. Gradins et consoles de banc

66Nous n’avons qu’un seul témoin de l’utilisation de ce matériau pour la réalisation de gradins, dans le théâtre romain de Marseille (Gantès et al. 2001, p. 205). Deux supports de banc, datés de l’époque romaine (Vacca-Goutoulli 2001, fiches techniques), ont également été mis au jour lors de la fouille de l’Alcazar.

3.7. Les éléments de couverture

3.7.1. Les chaperons

67Plusieurs blocs de chaperons en bâtière ornés d’une frise dorique, provenant d’un monument qui reste encore inconnu, ont été mis au jour sur le site de la Bourse (Rothé, Tréziny 2005, p. 543). Ils avaient été au départ interprétés comme des blocs du parapet de la fortification hellénistique (fig. 161).

Fig. 161. Chaperon en bâtière avec moulures doriques mis au jour sur le site de La Bourse (Cl. M. Vacca-Goutoulli-Atelier du patrimoine de Marseille).

68Deux fragments d’un même bloc, interprété comme un chaperon de couverture de mur, d’époque julio-claudienne, ont été mis au jour lors de la fouille de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiches 23, 24). Il s’est fracturé au niveau du trou de préhension.

69La fouille de la place Jules Verne a livré six blocs de chaperon en chapeau de gendarme (fig. 162).

Fig. 162. Chaperon en chapeau de gendarme mis au jour place Jules Verne (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

3.7.2. Les dalles de couverture

70Au Ier s. av. J.-C., plusieurs dalles ont été remployées, rue Sainte, pour couvrir un aqueduc et protéger ainsi la canalisation (Sénépart 2001, p. 447). Elles sont situées sur la partie septentrionale.

71Au V e s., six éléments de couverture de caniveau ont été mis au jour dans l’église funéraire de Malaval.

72Plus tardivement au XIIIe s., on en trouve, sur la toiture de la nef de l’église de la commanderie de Saint-Jean à Marseille. Il s’agit de dalles rectangulaires qui se chevauchent sur une chape de mortier.

3.7.3. Les « tuiles »

73Sur le site d’Olbia, cinq fragments de « tuiles » ont été découverts, hors stratigraphie et hors contexte. Il s’agit d’éléments de couverture en pierre de La Couronne, dont les rebords sont à angle droit. Compte-tenu de la faiblesse de l’échantillon, il est difficile de se faire une idée de la quantité de matériaux utilisés pour ces toitures. Elles sont fragmentaires, ce qui ne permet pas de se faire une idée de leur gabarit (Excoffon 2011, p. 255). Elles sont datées de l’Antiquité, peut-être de la fin de la République.

3.8. Le mobilier funéraire et liturgique

74L’utilisation de la pierre de La Couronne dans la production de mobilier funéraire et liturgique est largement attestée entre l’Antiquité romaine et le VIe s.

75Le mausolée découvert à Saint-Julien-les-Martigues a déjà été évoqué, nous ne reviendrons par conséquent pas dessus.

3.8.1. Le mobilier liturgique

76Dès l’Antiquité romaine, on utilise ce matériau pour produire des autels avec ou sans dédicaces.

77Un autel à dédicace du Ier s. a été découvert à Saint-Julien-les-Martigues (Gateau et al. 1996, p. 244). Il est composé d’une base moulurée et d’un couronnement à double rang de feuillages stylisés et porte une inscription. Il rejoint de ce fait la réalisation de moulures et bas-reliefs.

78Un élément mal identifié a été découvert lors de la fouille archéologique de la Bourse (Rothé, Tréziny 2005, p. 178). Il pourrait s’agir d’un fragment d’autel, de borne ou de dédicace. Ce bloc porte une inscription et date de la fin du IIe s. ou début du IIIe s. de notre ère.

79Dans l’abbaye Saint-Victor, un élément interprété comme un autel ou un cippe a été découvert remployé dans un tombeau (Froehner 1897, p. 45). Il est daté du IIe s. et porte un décor et une inscription.

80Un autel inscrit daté entre le Ier et le IIIe s. de notre ère a été découvert dans la corne du port, en remploi dans une construction tardive (Rothé, Tréziny 2005, p. 190 et 550). On ne connaît malheureusement pas son emplacement d’origine (fig. 163).

Fig. 163. Autel aux mères découvert dans la corne du port de Marseille (Cl. CCJ).

81Deux blocs appartenant à la base d’un autel ont été mis au jour lors dans l’église funéraire de Malaval.

82Deux caissons destinés à la conservation des reliques ont été retrouvés à Marseille. Le premier a été retrouvé dans l’église funéraire de Malaval (Moliner 2003, p. 127). Dix-sept éléments du reliquaire ont été mis au jour dont deux dalles, le reliquaire et le caisson à relique.

83Le deuxième, décoré, vient de Saint-Victor. Il s’agit sans doute d’un remploi daté du VIe s. (Rothé, Tréziny 2005, p. 645).

84Un fragment de bénitier moderne a été découvert en remploi lors de la fouille de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, bloc 162).

3.8.2. Le mobilier funéraire

85Plusieurs stèles ont été mises au jour lors de la fouille de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiche 25). Trois stèles à fronton, datées entre 20 et 70 ap. J.-C., réutilisent des blocs plus anciens : une stèle plus ancienne, une dalle, un élément non identifié. Une autre stèle romaine a été mise au jour sur le site. Il s’agit dans ce cas d’un premier emploi. Elle présente une excellente qualité de réalisation.

86Une stèle portant une inscription a été remployée dans la construction d’un mur entre la salle capitulaire et la sacristie de l’abbaye Saint-Victor au XIIIe s. (Rothé, Tréziny 2005, p. 207 et 650). Elle porte au sommet un fronton dont il manque la partie supérieure. L’origine exacte de cette stèle est inconnue, elle est toutefois datée du IIe ou IIIe s.

87Une pierre tombale, datée de l’époque romaine (Grosson 1773, p. 241), utilisée en remploi et portant une inscription, a également été retrouvée dans les déblais de Saint-Victor.

88Enfin, un cippe funéraire a été retrouvé à Saint-Victor (Rothé, Tréziny 2005, p. 635), remployé comme couvercle de tombe, daté du VIe s.

89Hors Marseille, une inscription funéraire a été mise au jour à Peypin (Rothé, Tréziny 2005, p. 851). Elle date de la fin du Ier s. ou début du IIe s.

90Nous avons vu, lors de la présentation chronologique de l’utilisation de ce matériau, qu’il est, au V e s., particulièrement utilisé pour la confection de sarcophages. Un grand nombre a été découvert à Marseille, mais également aux alentours.

91Huit sarcophages à couvercle en bâtière et ornés d’acrotères du IIIe ou IV e s. ont été mis au jour à Saint-Jean de Garguier (Euzennat 1967, p. 403).

92Une cuve monolithe et un couvercle en bâtière à acrotères, attribués à l’Antiquité tardive, ont été trouvés à Roquevaire (Rothé, Tréziny 2005, p. 863). Deux autres sarcophages ont été mis au jour en 1988, mais leur provenance est inconnue et le matériau utilisé pour ces exemplaires n’a pas été vérifié.

93Un autre sarcophage a été mis au jour à La Ciotat dans la rue du Grand Madier. La cuve est monolithique et rose, et le couvercle est en bâtière orné d’acrotères et de couleur grise (Rothé, Tréziny 2005, p. 803). Un second sarcophage aurait été découvert dans ce secteur, mais la provenance du matériau n’est pas assurée.

  • 114 On trouve aussi des informations sur ces sépultures dans Epérandieu 1907, p. 346. Fabre 1867-1870 (...)

94A Marseille, trente-six sarcophages en calcaire rose ont été trouvés parmi 126 inhumations d’une nécropole sur les anciens terrains du Lazaret, rue de la République (Rothé, Tréziny 2005, p. 563).114 Ce sont des sarcophages rectangulaires, à couvercles en bâtière ornés d’acrotères, datés de l’Antiquité tardive.

95Plusieurs sarcophages ont été mis au jour dans les fondations du chœur de l’église Saint-Giniez à Marseille, parmi lesquels un exemplaire était en calcaire de La Couronne et de même typologie que ceux que nous venons d’évoquer (Rothé, Tréziny 2005, p. 681). Il est daté de l’Antiquité tardive.

96Plusieurs sarcophages auraient été découverts dans la Vieille-Major, puisqu’ils sont représentés sur une planche de l’ouvrage de F. Roustan sur le groupe épiscopal paléochrétien. Il a noté la présence de 15 tombes en pierres de La Couronne (Rothé, Tréziny 2005, p. 460). Elles se trouveraient dans l’angle sud-ouest de la Vieille-Major.

97Vingt-deux sarcophages ont été mis au jour entre le chantier de la Bourse et le cours Belsunce en 1954 (tour Labourdette). Ils sont dotés de couvercles à deux pentes et acrotères, à l’exception d’un seul exemplaire muni d’un couvercle à quatre pentes sans bossage d’angle (Guyon 2001b, p. 305). En 1974, dix-huit autres sarcophages ont été mis au jour sur le site de la Bourse. La provenance du matériau n’est pas certaine, mais il pourrait s’agir du même ensemble. Les sarcophages sont datés du V e s.

98L’abbaye Saint-Victor a livré un grand nombre de sarcophages, divisés en trois groupes. Onze sarcophages étaient dispersés et un douzième est connu par son emprise. Une vingtaine de sarcophages ont été découverts autour de la chapelle Saint-André. Enfin, au moins 13 sarcophages ont été retrouvés à l’est de Notre Dame de Confession (Rothé, Tréziny 2005, p. 631). Ils sont datés du VIe s. Un autre sarcophage, plus inhabituel, a été découvert dans le porche d’Isarn. Il est doté d’une cuve en marbre et d’un couvercle à acrotères en calcaire de La Couronne. Il est daté de 400.

99Enfin, soixante-trois sarcophages ont été découverts rue Malaval. Ils sont répartis dans et autour de l’église funéraire (Moliner 2006, p. 131). L’étude de leurs dimensions met en évidence une certaine standardisation dans leur fabrication. Même si quelques divergences ont été observées, elles excèdent rarement 10 cm. Il semble par conséquent que les sarcophages de Malaval sont standardisés et donc « produits en série ».

100Il faut signaler enfin la découverte de plusieurs tombeaux fabriqués en pierres de La Couronne assemblées sans mortier rue Rouge, près de la Major (Rothé, Tréziny 2005, p. 464).

101Soixante-dix éléments architecturaux en calcaire rose de La Couronne ont été mis au jour lors de la découverte de l’église funéraire de Malaval (Moliner 2006, p. 121). Six bases de chancel sont clairement interprétées comme des remplois de blocs antiques (Blocs n° 51 et 362 à 366).

102Treize dalles, une plaque appartenant au socle et quatre blocs de la base de chancel appartenant à la memoria ont été façonnés dans ce même matériau.

103Des dalles de chancel, utilisées comme clôture basse en avant du chœur dans les églises paléochrétiennes, ont été retrouvées dans l’abbaye Saint-Victor (Rothé, Tréziny 2005, p. 646, 649). On compte actuellement trois fragments, dont deux sont datés du V e s., l’un étant remployé comme orthostate de tête de coffrage, l’autre décoré. Le dernier est plus tardif, puisqu’il est daté de la fin du VIIIe ou du début du IXe s.

3.9. Les éléments en contact avec l’eau

104Un recoupement peut être fait avec certains éléments maçonnés présentés au début de cette étude et qui sont destinés à être en contact avec l’eau. Les bassins, les quais du port, couvertures d’aqueducs, bénitiers ou encore les édifices dans lesquels la pierre est utilisée pour protéger la façade des ruissellements ne seront pas à nouveau traités.

3.9.1. Bassins et fontaines

105Un ensemble hydraulique, interprété comme une fontaine publique, a été découvert sur la butte des Carmes. Il se présente sous la forme de deux bassins non solidaires de dimensions différentes. Ils étaient adossés et le plus petit semble avoir alimenté le plus grand (placé en contrebas). Les deux assises conservées attestent l’usage de blocs de grand appareil assemblés à joint vif (Gauthier 1986, p. 418). L’ensemble aurait été construit au IIe s. av. J.-C. et détruit au IIe s. de notre ère. Un bassin monolithique (Vacca-Goutoulli 2006a, p. 37), daté de l’époque romaine, été retrouvé sur le site de la Bourse (fig. 164). Ce bloc semble être brut d’extraction, puisqu’il porte encore des traces d’escoude.

Fig. 164. Bassin monolithe mis au jour sur le site de La Bourse (Cl. M. Vacca-Goutoulli-Atelier du patrimoine de Marseille).

106Un fragment de vasque a été mis au jour sur le site de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, fiche 27). Il s’agit du remploi à l’époque moderne d’un bloc façonné à l’époque romaine.

107Des « éviers » ou piles étaient fabriqués dans ce matériau. On a retrouvé des piles lors de la fouille de César (place Villeneuve-Bargemon), particulièrement dans les caves. Un évier, ou peut être une pile, a été retrouvé dans une des carrières de La Couronne (site des Arqueirons). La pièce était façonnée et les trous percés. La raison de cet abandon n’est pas identifiée.

3.9.2. Les blocs de canalisation

108Le collecteur des thermes a été mis au jour sur la place Villeneuve-Bargemon (Mellinand 2005, p. 270). Le soubassement des deux piédroits du conduit était composé de blocs de grand appareil, assemblés à joints vifs. Il était rejoint par deux égouts construits en matériaux composites (fragments de dolium, moellons de calcaire, cailloux liés à la terre…). Il aurait servi à assainir la voie de circulation et l’ensemble thermal. La pierre est affectée d’une décoloration de l’épiderme, due à la circulation de l’eau dans le conduit. Ce système est daté de la deuxième moitié du Ier s. de notre ère.

109Des blocs de canalisation d’époque romaine ont également été découverts sur le chantier de la Bourse (Vacca-Goutoulli 2006a, p. 33). Il s’agit de deux blocs de grand appareil creusés en U et portant des mortaises (fig. 165). La pierre présente une bonne conservation.

Fig. 165. Bloc de canalisation en grand appareil mis au jour sur le site de La Bourse (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).

110Deux blocs appartenant également à des canalisations ont été mis au jour lors de la fouille de l’Alcazar (Vacca-Goutoulli 2001, blocs 49 et 99). Ils ne sont malheureusement pas datés.

3.10. Les éléments en contact avec le feu : les fourneaux

111Nous avons plusieurs exemples d’utilisation de ce matériau pour la production de fourneaux.

  • 115 ADBdR Marseille 363 E 169 f°1513 et Reynaud 2002, p. 191.

112En 1672, lors de la construction des « baignoirs » de Marseille (bains), la pierre de La Couronne est commandée spécialement pour la construction du fourneau.115

113En 1847, dans la notice de construction des maisons de Marseille, il est spécifié que les fourneaux ordinaires, et particulièrement les fours à pains, sont fabriqués avec de la pierre jaune de Couronne-Vieille (Leroy 1847, p. 16).

3.11. Les contrepoids de pressoir

114Les contrepoids de pressoir (huilerie) sont nettement moins représentés dans les différents chantiers.

115Un premier contrepoids en calcaire de La Couronne a été retrouvé, parmi quinze autres, dans l’oppidum d’Entremont (Brun 1987, p. 103). Ce bloc est l’unique élément lapidaire du site fabriqué dans ce matériau, ce qui permet de présumer qu’il provient d’ailleurs, de Marseille probablement. Il n’est pas concevable qu’un seul bloc soit commandé directement à la carrière.

116Un deuxième bloc de contrepoids a été mis au jour à Saint-Pierre-les-Martigues, à l’ouest du temple octogonal (Gateau et al. 1996, p. 243). Il porte une profonde rainure sur deux de ces faces contiguës et deux entailles. Il a été interprété comme un élément de contrepoids de pressoir.

3.12. L’utilisation des déchets de taille

117Le dernier usage concerne l’utilisation des déchets de taille, appelés brasier ou radier, dans la fondation de dallages ou de murs et dans le remplissage de maçonneries.

118Ils sont fréquemment utilisés à Marseille pour installer les dallages, en fabriquant une sorte de « béton » mêlant déchets de taille et sable. Lors de la fouille du tunnel de La Major, une couche de brasier de calcaire rose a été retrouvée sur 3 m2. Elle évoque l’existence à cet emplacement d’un dallage (Rothé, Tréziny 2005, p. 444). Les vestiges trouvés sur ce secteur sont datés de la période augustéenne. Dans la fouille du théâtre, les restes de l’orchestra ont livré une surface composée de déchets de taille de calcaire de La Couronne (Gantès et al. 2001, p. 205), sur laquelle reposait un dallage en marbre polychrome. Au pied des caves Saint-Sauveur, plusieurs dallages antiques ont été mis au jour au cours de différents sondages menés entre 1947 et 1948 (Tréziny 2001, p. 213). Le dallage I est posé sur un mélange de déchets de calcaire rose et de terre, le dallage II repose sur un radier rose et le dallage IV sur un sol sablonneux et 10 cm de déchets.

119Lors d’un diagnostic sur la colline Saint-Laurent, le négatif d’un mur en grand appareil a été mis au jour rue du collège du Vieux-Port. Il était posé sur un radier de déchets de taille de calcaire de La Couronne (Rothé, Tréziny 2005, p. 329). Il pourrait s’agir d’un mur de scène du théâtre. La découverte d’un empierrement en moellons sur la butte des Carmes a permis de mettre en évidence l’usage d’un radier de déchets de taille pour installer la construction (Rothé, Tréziny 2005, p. 526). Il était percé de plusieurs trous de poteaux. La couche est datée du Ier s.

120Les déchets de calcaire rose sont enfin utilisés à l’époque hellénistique dans le remplissage des maçonneries, par exemple le rempart mis au jour rue des Grands Carmes (Gantès 1992, p. 86). Il était composé d’un agrégat de calcaire rose et blanc.

3.13. Conclusion

121Le calcaire de La Couronne autorise quasiment tous les usages, ce qui justifie sa longue période d’utilisation. Néanmoins, certaines découvertes soulèvent des questions. La présence d’un bloc de contrepoids de pressoir de l’huilerie d’Entremont permet de poser la question des ateliers, qui travaillent à la réalisation de pièces spécifiques. Comme nous l’avons vu, seuls deux exemplaires en calcaire de La Couronne ont été retrouvés. Néanmoins, plusieurs autres contrepoids ont été découverts sur différents sites aux alentours de Marseille. La provenance du matériau n’est pas précisée, mais ils sont tous datés de l’époque gallo-romaine. Deux ont été mis au jour en 1933 au quartier de Carpiagne, au nord d’un baraquement militaire (Rothé, Tréziny 2005, p. 692), un autre a été découvert dans les années 1930, lors de la fouille des Baou de Saint-Marcel parmi le mobilier rattaché à l’activité agricole de l’oppidum (ibid., p. 714). En 1982, un contrepoids a été retrouvé à Marseille, à l’angle des Boulevards Pignol et Barra (13e arrondissement). Il mesurait 56 cm de large pour une épaisseur de 57 cm, la longueur est inconnue. À Aubagne, sur la rive droite de l’Huveaune, au quartier Beaudinard, un contrepoids a été découvert dans une huilerie antique, parmi les vestiges d’un établissement rural gallo-romain. Il mesurait 138 x 75 x 46 cm et portait deux mortaises en queue d’aronde (ibid, p. 764 n° 14). À Encoron (commune d’Auriol), deux pressoirs à levier ont été mis au jour dans les vestiges d’une huilerie antique située dans le vallon de la Gastaude (ibid., p. 773 n° 3) et un fragment en calcaire a également été mis au jour sur la butte des Tourraques. Il mesurait 73 x 80 x 60 cm (ibid., 775 n° 8). À Cuges les pins, deux contrepoids de grande dimension ont été trouvés dans un monument antique à proximité d’une huilerie. Ils mesuraient 146 x 90 et 120 x 71 cm (ibid., p. 808 n° 10). À Gémenos, la fouille d’un établissement rural gallo-romain a permis la découverte d’un bloc de pressoir en remploi dans des murs de terrasse du XVII ou XVIIIe s. Ce bloc mesurait 130 x 75 x 60 cm et portait une rainure à deux mortaises (ibid., p. 819 n° 20). Dans la commune de Peypin, les restes d’un contrepoids ont été découverts à Valdonne dans les vestiges d’un établissement rural gallo-romain (ibid., p. 850 n° 4). A la limite entre la commune de Roquefort-la-Bédoule et celle de Cuges, un exemplaire a été identifié en 1979. Il est à mettre en relation avec les découvertes de Cuges-les-Pins (ibid., 854 n° 3). Enfin, à Roquevaire, un contrepoids avec des mortaises en queue d’aronde et cupule centrale a été découvert entre le lieu dit de la Bégude et la Reiraille à Auriol. Il mesurait 130 x 65 x 58 cm et était utilisé comme borne entre les deux communes (ibid., 865 n° 16).

122À l’exception de celui de Saint-Pierre-les-Martigues, nettement plus petit, ces contrepoids ont des dimensions très proches, autour de 130 x 70 x 50-55 cm. Leur présence dans des points dispersés pourrait évoquer, malgré la méconnaissance de l’origine du matériau, l’existence à Marseille d’ateliers spécialisés dans la confection de pièces particulières. Ils ne semblent pas être façonnés dans des matériaux locaux, en tout cas ce n’est pas indiqué. Il parait prématuré de les relier à ceux pour lesquels l’utilisation de la pierre de La Couronne est certifiée. Néanmoins, le contrepoids d’Entremont permet de poser la question de l’existence de ces ateliers, en raison d’abord de l’éloignement du site mais surtout de la présence d’un seul élément confectionné dans ce matériau. L’exemplaire de Saint-Pierre-les-Martigues nous amène en sus à soulever une autre question concernant l’approvisionnement en matériaux. Ce site est situé entre deux petites zones de formation Miocène du Burdigalien supérieur. Il n’est donc pas exclu que les matériaux mis au jour dans ce village soient extraits à proximité immédiate et non à La Couronne même.

  • 116 Il y en a cependant à Marseille, sur divers chantiers dont la Bourse, toutes inédites (informatio (...)

123La question des ateliers est également apparue avec la découverte des cinq « tuiles » en calcaire de La Couronne sur le site d’Olbia. La faible quantité d’individus retrouvés et l’absence de ce type de production sur d’autres sites suscitent un intérêt particulier116. Pourquoi n’a t- on que cinq « tuiles » à Olbia ? D’où sont-elles issues ? Retrouvées hors contexte et sans stratigraphie, elles n’autorisent actuellement aucune hypothèse (Excoffon, à paraître). D’autre part, il paraît évident que cinq « tuiles » n’ont pas été commandées pour faire une toiture. Or, aucun autre fragment n’a été mis au jour, il pourrait en outre s’agir de remplois, mais la question de l’origine se pose néanmoins, puisque nous n’avons aucun vestige antique en calcaire de La Couronne sur ce site. Ces cinq « tuiles », à la différence du bloc de contrepoids ne suffisent pas à proposer l’existence d’un atelier spécialisé dans la production de « tuiles en pierre ». Il est concevable de commander un bloc de contrepoids pour une huilerie, mais cinq tuiles en pierre, cela parait assez insolite.

124En revanche, l’existence des ateliers est envisagée de manière plus pertinente par la découverte des 194 sarcophages à couvercle en bâtière et acrotères en calcaire de La Couronne. L’hypothèse est confortée par la présence d’exemplaires uniques ou en très petite quantité aux alentours de la ville. Cette question avait déjà été évoquée par M. Quiviger (Quiviger 1983, fasc. 4) lors de la découverte de deux sarcophages, de même typologie, datés du V e s., dans l’hôpital de Saint-Mandrier (Var). Cette hypothèse est également renforcée par les premiers résultats de l’étude des sarcophages de Malaval et la comparaison des dimensions avec ceux des autres sites (infra IV). La vérification de cette hypothèque passera sans nul doute, dans le cadre de l’étude des sarcophages de Malaval, par le relevé de toutes les dimensions des sarcophages découverts dans d’autres sites.

125On recense aujourd’hui pour le V e s. la nécropole du Lazaret, à laquelle se rattache peut-être Malaval, la nécropole de la Bourse (incluant peut être Belsunce), celle de Saint-Victor sur la rive sud et enfin, au sein de l’espace fortifié, celle du groupe épiscopal de La Major. Marseille est l’unique cas connu, en Europe, où l’espace funéraire est aussi structuré et important au sein d’un groupe épiscopal. Ces derniers éléments justifieraient donc l’existence d’un atelier spécialisé dans la production de sarcophages, bien que tous les habitants ne soient pas chrétiens et ne soient pas inhumés dans des sarcophages. Ces parties de nécropoles mises au jour soulèvent également la question de l’échantillon sur lequel nous raisonnons. Marseille comptait de nombreuses nécropoles au cours de l’Antiquité tardive, qui n’ont pas été retrouvées systématiquement dans leur intégralité. On s’interroge donc sur la superficie réelle des « cimetières » et sur la quantité concrète de sarcophages qu’ils contenaient. Seules les recherches et découvertes futures permettront d’approcher la réalité de ces nécropoles.

126L’utilisation des matériaux de La Couronne dans les éléments de maçonnerie ordinaire (blocs) soulève la question des normes modulaires en usage au cours des différentes périodes historiques. L’Antiquité, nous l’avons vu, met en œuvre une majorité de blocs de grand appareil assemblés à joint vif. L’apparition des mortiers entraîne une diversification des modules utilisés, palpable tant dans l’Antiquité romaine qu’au Moyen Âge. Une première question est soulevée par les appellations grand, moyen et petit appareil. Comment peut-on parvenir à une classification des modules par cette caractéristique. Les trois termes sont souvent employés sans limites ou définitions concrètes. J.-Cl. Bessac définit l’appartenance à l’une ou l’autre des catégories par leur volume. Cela ne me semble pas applicable dans le cas des pierres de La Couronne. Cela aboutit pour ces matériaux à un regroupement des trois quarts des modules employés dans la catégorie du grand appareil et aucun dans le petit (même pas les moellons !). Par conséquent, dans ce cas précis, j’adopterai pour une meilleure lecture un système fondé sur la surface en parement (longueur x hauteur d’assise). Dans ce principe, les blocs de grand appareil seraient supposés supérieurs à ½ m2, les blocs de moyen appareil seraient inférieurs à ½ m2 et supérieurs à 1/8 m2. Les blocs de petit appareil seraient alors inférieurs à cette dernière valeur.

127La mise en œuvre des blocs de grand et très grand appareil offre plus de possibilités que celle de blocs de moyen ou petit appareil, qui nécessitent souvent soit un mortier soit un calage de tout venant (terre et déchets). Il paraît déraisonnable de considérer la mise en œuvre d’un bloc de 150 x 50 x 50 cm de la même façon que celle d’un bloc de 70 x 50 x 50 cm et encore moins de juger le travail similaire selon que le bloc mesure 70 x 50 cm ou 40 x 30 cm. La multiplication des modules de dimensions plus restreintes, au moment de l’apparition des mortiers, tend à prouver qu’il est plus rapide et plus simple de mettre en œuvre des blocs de taille plus réduite et de les sceller au mortier plutôt que d’utiliser des blocs de grande dimension et de les appareiller à joints vifs. Si tel n’était pas le cas, l’appareillage sans mortier aurait perduré et les modules de grandes dimensions auraient été préférés aux autres. Or, ce n’est pas ce qui ressort de l’étude de la mise en œuvre des matériaux entre l’Antiquité et le XIXe s. La période hellénistique est la seule à faire exclusivement usage du grand appareil assemblé à joint vif, on voit nettement que l’apparition des mortiers à l’époque romaine a favorisé l’utilisation de modules plus restreints. Cette diversification est particulièrement évidente lorsque l’on observe à l’époque romaine les dimensions des blocs retrouvés dans la villa de Saint-Julien-les-Martigues ou au Moyen-Âge les statuts municipaux de Marseille dans lesquels les trois types d’appareil sont représentés. Les lapis angular, cara, scimas mieia graza et milliari appartiennent au petit appareil, la lausa magna au grand appareil et tous les autres à la catégorie intermédiaire. Les appareils employés à l’époque moderne semblent être plutôt moyens. Toutefois, la diversité modulaire semble toujours de mise en dépit de l’absence de mentions dans la documentation d’archives. L’observation des modules utilisés entre l’Antiquité et le XIXe s. permet toutefois de confirmer la possibilité de produire tous types de blocs, de petits ou de grands modules, avec la pierre La Couronne.

128Enfin, la question des sculptures est d’un intérêt considérable, puisque le matériau, par ses compétences, ne permet pas, à priori, de travail trop fouillé. Le buste de Milon soulève donc la question de la possibilité de sculpter la pierre de La Couronne. Il est donc vraisemblable que le faciès utilisé est un des rares à autoriser la réalisation de ce type d’éléments. Il s’agit très probablement d’un calcaire à grain fin, non coquillier, dont l’indice de taille est parmi les plus élevé de La Couronne (indice 6). Cela nous amène donc à l’étude des différents faciès qui ont été observés dans les différentes études lapidaires et monuments en élévation.

Notes

106 Sur l’appareillage des quais de la Bourse, cf. Guéry et al. 1985, p. 25) ; sur le mur de la rue Henri Tasso, Rothé, Tréziny 2005, p. 345).

107 Le détail des dimensions de blocs mis en œuvre dans cette construction m’a aimablement été communiqué par Lucien Rivet.

108 Ces pièces ont été étudiées par Mireille Vacca-Goutoulli et sont détaillées dans le rapport 2001 de la fouille de l’Alcazar.

109 Archives municipales de Marseille DD48.

110 Fiches d’analyse technique du mobilier lapidaire (Vacca-Goutoulli 1995a ; Vacca-Goutoulli 2001).

111 Vacca-Goutoulli 2001, fiches d’analyse technique, bloc 63.

112 Cette étude a été réalisée par M. Vacca-Goutoulli 2001, fiche 57) et J.-L. Paillet 2001, p. 249.

113 Ces blocs n’ont fait l’objet d’une étude lapidaire qu’en 2006 au moment du déménagement du dépôt lapidaire de Clérissy. Ils ont alors été étudiés par M. Vacca-Goutoulli.

114 On trouve aussi des informations sur ces sépultures dans Epérandieu 1907, p. 346. Fabre 1867-1870, p. 414. Froehner 1897, p. 20 et 22.

115 ADBdR Marseille 363 E 169 f°1513 et Reynaud 2002, p. 191.

116 Il y en a cependant à Marseille, sur divers chantiers dont la Bourse, toutes inédites (information H. Tréziny).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-2.png
Fichier image/png, 535k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-6.png
Fichier image/png, 820k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-8.png
Fichier image/png, 559k
Titre Fig. 159. Bloc découvert à La Bourse interprété comme étant une architrave (Cl. M. Vacca-Goutoulli- Atelier du patrimoine de Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-9.png
Fichier image/png, 2,6M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-11.png
Fichier image/png, 311k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-13.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-15.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-17.png
Fichier image/png, 502k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-19.png
Fichier image/png, 337k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3396/img-21.png
Fichier image/png, 498k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search