Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Troisieme partie : la mise en œuvre du calcaire de la couronne

Chapitre 2. Durée d’utilisation de la pierre de La Couronne

Texte intégral

1Le calcaire de La Couronne est très présent dans le paysage marseillais. Il est identifié dès l’époque hellénistique et de nombreux édifices témoignent encore de l’importance de ce matériau jusqu’au XIXe s. Cette mise en œuvre, que l’on peut qualifier d’intensive, n’est pas pour autant homogène sur les deux mille deux cent ans de construction qu’elle couvre.

Fig. 136. Mur de « Crinas » appartenant au rempart hellénistique de Marseille (Photothèque CCJ).

Fig. 136. Mur de « Crinas » appartenant au rempart hellénistique de Marseille (Photothèque CCJ).

2.1. Antiquité grecque et romaine

  • 89 Le remplissage est composé dans la partie sud, entre la tour Carrée et la tour Sud de matériaux l (...)

2Dans l’Antiquité grecque, la ville se développe sur la rive nord du Vieux-Port et occupe essentiellement la butte Saint-Laurent, la butte des Moulins et la butte des Carmes (Rothé, Tréziny 2005, p. 234). La mise en œuvre du calcaire de La Couronne commence vraisemblablement avec la construction vers 150-100 av. J.-C. du rempart hellénistique découvert à la Bourse, en 1967, lors de la construction du centre commercial du même nom (fig. 136). La partie nord de cette fortification (fondations et élévations) est construite presque exclusivement89 avec des matériaux de La Couronne, alors que l’élévation de la partie sud est posée sur les fondations d’un rempart du IV e s. av. J.-C., lui même appuyé sur celles d’un rempart d’époque archaïque. On retrouve un autre tronçon de cette fortification, rue des Grands Carmes. La longueur totale du rempart est estimée par H. Tréziny à 1100 m pour une épaisseur de 3,20 m. Il évalue le cubage entre 20 000 et 30 000 m3 (Tréziny 2000, p. 275).

3Une deuxième construction, datée de la fin de la période hellénistique a été étudiée au XVIIe s. Il s’agit des caves de Saint-Sauveur, qui ont été dans un premier temps intégrées au couvent, puis en grande partie détruites au XIXe et au XXe s. Quelques parties ont pu être observées en 1946 puis en 1977. Ce bâtiment, composé d’un long couloir voûté en pi entourant un ensemble de sept pièces rectangulaires dont il semble assurer l’aération, est interprété par H. Tréziny comme un lieu de stockage de denrées ou d’éléments divers (bois, corde, toile pour les navires ou machines de guerre), de type grenier ou arsenal (Tréziny 2001a, p. 214).

4Outre ces deux constructions, les restes d’un complexe hydraulique, composé de deux bassins adossés, ont été mis au jour sur la butte des Carmes (Gantès 1992, p. 86). L’ensemble est interprété comme une fontaine publique qui aurait autrefois été protégée par une toiture.

5De nombreux éléments architecturaux ont également été mis au jour dans plusieurs chantiers de fouilles archéologiques, particulièrement dans le secteur du tunnel de La Major (Rothé, Tréziny 2005, p. 452). Des éléments de podium, une corniche de style corinthien, une frise et des tambours de colonnes cannelées et à facettes sont remployés dans des murs médiévaux et modernes. Trois tambours de colonnes à double fût accolé qui associent une colonne cannelée à une colonne à facettes ont été mis au jour sur le même site. Nous ne connaissons pas l’édifice auquel ces éléments se rapportent, mais leur forme permet d’envisager leur pose uniquement dans un portique, un portail monumental ou une intersection entre nef latérale et nef centrale. Des fragments de tambours de colonnes de grande dimension ont été retrouvés en plusieurs points du chantier. Ils se rapportent à plusieurs monuments publics, mais on n’en connaît ni le nombre ni le type (Bouiron 2001, p. 422).

6Ces éléments attestent toutefois la présence d’édifices publics en calcaire de La Couronne sur le secteur compris entre La Major et la rue Four-du-Chapitre.

7Le chantier de La Major a livré les restes d’un bassin dans lequel les dalles de fond sont en calcaire de La Couronne et dont les dimensions et la qualité de construction suggèrent qu’il pourrait s’agir d’un monument public (Rothé, Tréziny 2005, p. 440).

8D’autres éléments, dont la fonction exacte n’est pas clairement définie, ont été mis au jour sur le site de la Bourse (Rothé, Tréziny 2005, p. 546), du cours Belsunce (Alcazar) et à Saint-Laurent. Il s’agit de restes de murs, de nombreux déchets de taille et d’un tambour de colonne.

9Les vestiges hellénistiques témoignent donc de l’usage de la pierre de La Couronne dans la construction de monuments publics. Ce matériau a probablement été utilisé par les Grecs dans une proportion encore plus importante qu’il n’y paraît. Bien des monuments doivent nous échapper encore en raison de la destruction et de la transformation en carrière de nombreux édifices grecs à l’époque romaine.

10Ce matériau était vraisemblablement toujours très présent dans la construction romaine, particulièrement entre le Ier s. av. J.-C. et le Ier s. ap. J.-C.

11L’implantation de la ville se fait toujours sur la rive nord du Vieux Port, mais commence à s’étendre vers la rive sud, comme l’atteste la découverte des premiers vestiges d’occupation de ce secteur. De nombreux monuments publics romains ont mis en œuvre de la pierre de La Couronne, la plupart sur la butte Saint-laurent.

12Le théâtre témoigne de l’utilisation de ce matériau pour la construction à l’époque augustéenne d’un mur en grand appareil reposant sur un lit de déchets de taille qui pourrait correspondre à la limite ouest du bâtiment de scène (Gantès, Moliner, Tréziny 2001, p. 208). Les vestiges de l’hémicycle du théâtre ont permis d’identifier ce même matériau dans la réalisation des dallages et des gradins d’époque julio-claudienne, vers 20-50 de notre ère. Les gradins sont adossés à la butte et descendent jusqu’à l’orchestra. L’appareillage se fait à joint vif et un cadre d’anathyrose a été ciselé pour faire adhérer les blocs (fig. 137). Cette technique et le profil en encorbellement des banquettes sont de tradition grecque, toutefois les irrégularités évoquent une époque plus tardive (Rothé, Tréziny 2005, p. 328).

Fig. 137. Gradins du théâtre (archives Benoit, S.R.A. PACA, photo 35.8).

Fig. 137. Gradins du théâtre (archives Benoit, S.R.A. PACA, photo 35.8).

13Les éléments de quatre dallages ont été découverts dans le même secteur. Ils ont connu plusieurs réfections dans l’Antiquité, mais sont vraisemblablement à mettre en rapport avec le forum. Ils témoignent d’un vaste ensemble dallé depuis les caves Saint-Sauveur jusqu’à la rue Servian-de-la-Figuière, puis de la rue Servian à la rue Saint-Laurent, qui pourrait constituer la limite des dallages au sud. Les limites est et ouest sont difficiles à cerner, principalement à cause de la présence des différents « bétons » sur lesquels ils reposent.

14Le premier dallage, situé au sud des caves de Saint-Sauveur, semble tardif puisqu’un denier melgorien a été découvert lors de son démontage. F. Benoit y voyait toutefois le remaniement tardif d’un dallage romain. Le deuxième, en bordure de la rue Servian-de-la-Figuière, au sud du premier, est à peu près dans le même axe que le précédent (7° nord-est), mais présente toutefois un net changement d’orientation à son extrémité sud-est. Le plan des troisième et quatrième dallages est plus difficile à cerner. Sur le dallage III, des traces de voies à ornières indiquent une orientation dans l’axe de la rue Servian. Elles se prolongent visiblement en direction de la Grand-Rue pour aboutir vers l’ouest au niveau du théâtre. Le quatrième correspondrait, d’après les notes de fouilles, à un empierrement en bordure d’une dépression ou d’une voie, interprété par H. Tréziny comme un « trottoir ». Ce dallage pourrait être plus ancien que les précédents (Tréziny 2001, p. 217).

  • 90 Nous avons évoqué précédemment lors de l’introduction la difficulté de distinguer le calcaire bla (...)

15Les quais du port mis au jour rue de la République et à la Bourse ne semblent pas contemporains : celui de la République semble augustéen (Sillano et al. 2007) alors que celui de la Bourse date de l’époque flavienne (fig. 138). Ces deux structures posent un problème d’identification du matériau. La couleur blanche des pierres du quai de la Bourse avait permis d’attribuer leur provenance aux carrières de Ponteau. Certains blocs de calcaire blanc, issus de l’épave de Carry-le Rouet ont été accidentellement cassés, laissant apparaître le cœur rose vif du matériau (supra, fig. 124). L’épiderme de la pierre s’est altéré au contact (prolongé) de l’eau, qui a lessivé les oxydes de fer lui donnant sa couleur rose. Ce phénomène remet donc en cause l’attribution des blocs du quai de la Bourse aux carrières de Ponteau, puisqu’on ne sait dans ce cas précis si la pierre est naturellement blanche ou si sa couleur est due à une altération (Guéry et al. 1981, p. 11).90

16Le fond et les murs du bassin d’eau douce de la Bourse sont constitués de calcaire blanc et posent par conséquent cette même question de l’identification du matériau (Guéry et al. 1981, p. 13).

  • 91 Tréziny 2001b, p. 211 et Mellinand 2005, p. 270-275.

17Les thermes mis au jour place Villeneuve-Bargemon témoignent également de l’emploi de calcaire de La Couronne (fig. 139) non seulement par l’utilisation de blocs de grand appareil pour les thermes eux-mêmes mais également pour la construction du collecteur des égouts.91

18Un bâtiment en calcaire de La Couronne, appelé bâtiment N, qui daterait de l’époque augustéenne, a été retrouvé lors de la fouille archéologique du tunnel routier de la Major. Il ne reste de cette construction que les quelques murs et le négatif de son emprise. La division de l’arrière du bâtiment en plusieurs espaces longs et étroits a permis de l’interpréter comme un ensemble de boutiques ouvrant au nord sur une place. Il englobait notamment une construction hellénistique (H) conservée en l’état et une porte monumentale qui pourrait correspondre à une ancienne entrée de la ville. Il pourrait s’agir par conséquent d’une limite urbaine de la cité (Rothé, Tréziny 2005, p. 444).

  • 92 Rothé, Tréziny 2005, p. 590, 155C, 546-547. Paillet 2001, p. 249-256. Vacca-Goutoulli 2001, fiche (...)

19De nombreux éléments architecturaux ont été mis au jour ces dix dernières années dans les chantiers de fouilles archéologiques de la place Jules Verne, de la place de Lenche, du cours Belsunce (Alcazar), de la place Villeneuve-Bargemon, de la butte Saint-Laurent, de la rue de la République et du centre Bourse.92 Ils témoignent soit du remploi de matériaux appartenant à des édifices plus anciens, soit d’une nouvelle mise en œuvre, et de toute façon d’un usage intensif de la pierre de La Couronne.

Fig. 138. Quai ouest du port – la Bourse (Photothèque CCJ).

Fig. 138. Quai ouest du port – la Bourse (Photothèque CCJ).

20Elle est aussi utilisée dans la réalisation de mobilier funéraire. Cinq stèles, dont certaines sont en remploi, ont été découvertes sur le site de l’Alcazar, cours Belsunce. Trois sont des stèles à fronton et deux portent une inscription. La datation est large pour deux d’entre elles (« époque romaine ») et trois sont datées entre 20 et 70 ap. J.-C. (Vacca-Goutoulli 2001, fiche 25).

21Une pierre tombale, portant une inscription, a également été mise au jour dans les déblais de Saint-Victor. Elle est utilisée en remploi dans un mur dont la construction remonte au XIIIe s. (Decourt, dans Rothé, Tréziny 2005, p. 181). Cette pierre tombale est datée de la fin de la République ou du début de l’Empire.

Fig. 139. Blocs de grand appareil issus des thermes de Marseille (C.P).

Fig. 139. Blocs de grand appareil issus des thermes de Marseille (C.P).
  • 93 La lecture la plus simple est to stadion, le stade. En l’absence de monument identifié, H. Trézin (...)

22Un bloc taillé (à l’époque paléochrétienne ?) en forme de sarcophage a été découvert à la Vieille Major. Il est connu principalement pour son inscription ΟΣΤΑ∆ΙΟ93 et pourrait provenir de l’entablement d’un édifice romain, un stade par exemple (fig. 140).

Fig. 140. Bloc taillé en forme de sarcophage portant l’inscription « ΟΣΤΑΔΙΟ » (Cl. C.C.J.).

Fig. 140. Bloc taillé en forme de sarcophage portant l’inscription « ΟΣΤΑΔΙΟ » (Cl. C.C.J.).

23Les constructeurs marseillais ont donc, à l’époque romaine, presque exclusivement mis en œuvre la pierre de La Couronne. Ils ne se sont pas contentés de remployer les matériaux des édifices grecs, mais ont également fait usage de pierres fraîchement extraites.

24On trouve également des pierres de La Couronne à Saint-Julien-les-Martigues, au nord de La Couronne, soit en premier emploi, soit en remploi dans une villa, dont la construction s’échelonne entre le Ier et le IIIe s. et dont l’occupation s’étend jusqu’au VIe s. (Rivet 1993, p. 1). Deux panneaux sculptés en bas-relief provenant sans doute d’un mausolée et un autel ont également été retrouvés à Saint-Julien. Ils sont datés par Lucien Rivet de la fin de l’époque d’Auguste ou du début de la période tibérienne (Gateau et al. 1996, p. 244-254). La scène est composée de huit personnages sculptés en bas relief, sans doute sur deux faces différentes du mausolée (Rivet 1979, p. 64). Qu’il s’agisse du même bâtiment est prouvé par l’usage du même matériau, la dimension, l’échelle de représentation, l’organisation du relief et la technique utilisée (Rivet 1987, p. 120). Le site de Saint-Julien est le seul qui atteste à ce jour la mise en œuvre de ce matériau ailleurs qu’à Marseille dans l’Antiquité romaine.

2.2. Antiquité tardive et Haut Moyen Âge

25Pendant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, la pierre de La Couronne est essentiellement utilisée sous deux formes différentes, en remploi ou en première utilisation. On la trouve d’abord à partir du V e s., souvent sous forme de remploi, dans la construction des premiers édifices chrétiens de Marseille.

26A la Vieille-Major, elle est utilisée pour les libages sur lesquels reposaient les bases de colonnes (Rothé, Tréziny 2005, p. 456). Plusieurs remplois d’éléments architectoniques d’un édifice romain ont été mis en évidence dans sa construction.

  • 94 Observations de P. Gaudon (école des Mines d’Alès) et A. Hartmann-Virnich (Université d’Aix-Marse (...)

27A Saint-Victor, elle semble également être utilisée sous forme de remploi d’éléments antiques. À l’angle de la chapelle Saint-André, un sarcophage a été incorporé dans le mur latéral. Deux chapiteaux de pilastre, retrouvés dans la chapelle Saint-Blaise, ont été taillés dans des blocs antiques. Quelques piliers de la basilique, en grand appareil, ont été incorporés dans l’église inférieure. Les matériaux de couleur jaune en œuvre dans la corniche de la voûte pourraient être en premier emploi.94 Plusieurs fragments de pilastres et de dalles de chancel, datés du V e s., ont été remployés plus tardivement.

28Enfin, sur le site de la rue Malaval, a été mise au jour une église funéraire de plan basilical orienté, dotée d’une grande abside semi-circulaire. Les fondations ont pu être retrouvées en dépit des importants épierrements qui semblent avoir eu lieu vers le VIIe s. et qui sont à l’origine de la disparition de l’élévation. Dans le chœur, des sarcophages sont groupés autour d’une sépulture « vénérée ». Au centre du chœur, un autel, supportant une table disparue, protégeait un caisson à relique en calcaire rose. Les deux moitiés d’une base d’autel primitive en calcaire de La Couronne ont été réutilisées pour le second état de l’autel. On trouve là encore de nombreux remplois d’éléments antiques, mais également des éléments extraits spécialement pour la construction (Moliner 2006, p. 131). Il s’agirait à première vue de l’un des rares édifices du V e s. qui mettent en œuvre des matériaux de La Couronne en premier emploi.

29Le calcaire de la Couronne est aussi intensément utilisé pour la production de sarcophages, particulièrement au V e s. (fig. 141). Plus de 160 sarcophages en calcaire rose ont été mis au jour sur différents sites archéologiques à Marseille et aux alentours.

Fig. 141. Sarcophages issus de la fouille de Malaval (C.P).

Fig. 141. Sarcophages issus de la fouille de Malaval (C.P).

30Peu de vestiges témoignent de son utilisation entre le VIIe s. et jusqu’au XIIe s. Un fragment de dalle de chancel, daté de la fin du VIIIe s. ou début du IXe s., a été retrouvé dans les reins de la voûte de la chapelle Saint-André dans l’abbaye Saint-Victor (Fixot, dans Rothé, Tréziny 2005, p. 649).

2.3. Le Moyen Âge

31La pierre de La Couronne est à nouveau très présente à partir du XIIe s., particulièrement dans la réalisation de constructions monumentales telles que la cathédrale de La Vieille-Major, l’église Saint-Laurent et pour quelques ajouts sur l’abbaye Saint-Victor.

32Plusieurs observations ont été faites par A. Hartmann-Virnich et P. Gaudon sur les matériaux de la Vieille-Major. Le calcaire de La Couronne est mis en œuvre de manière importante non seulement lors de la construction du XIIe s. (fig. 142), mais également lors des diverses modifications ultérieures.

33On le trouve dans les chaînages entre les pans du polygone, pour l’embrasure de la fenêtre axiale, ainsi que dans les réfections gothiques, et notamment celles des fenêtres des chevets latéraux. Elle est enfin mise en œuvre dans les restaurations d’époque contemporaine, et particulièrement dans la construction des contreforts. L’extérieur de l’édifice met en évidence par endroit une diversification des matériaux. On trouve, entre autres, une quantité importante de pierres issues de La Couronne, de Cassis ou de Calissanne.

34L’église Saint-Laurent a fait l’objet de nombreux remaniements pendant l’époque moderne (fig. 143). On y trouve essentiellement du calcaire rose mais également dans une moindre mesure du calcaire jaune. L’absidiole méridionale présente des faciès différents (Hartmann-Virnich 2001, p. 279). L’enveloppe de l’abside principale a été chemisée au XVIIe s. avec ce même matériau.

35Dans l’abbaye de Saint-Victor, on le trouve au XIIIe s. dans la base de la tour d’Isarn et des piliers romans de la croisée. Dans les deux cas, il est associé au calcaire de Saint-Victor, association que l’on retrouve dans le mur gouttereau sud de la nef, le pilier de l’église inférieure, et dans un des piliers de l’arcade de la chapelle Saint-Mauront, datés du XIIIe s. (Hartmann-Virnich 2001, p. 279), ainsi que dans le talus du chevet fortifié, daté de la seconde moitié du XIV e s.

36Mais à côté de ces trois monuments majeurs, le calcaire de La Couronne reste peu visible au Moyen Âge. Sur le Vieux-Port, la commanderie de Saint-Jean, édifiée au XIIIe s., utilise le calcaire blanc de Saint-Victor, mais le piédroit de l’arcade est composé de blocs à bossage de calcaire rose, ainsi que le mur gouttereau et la maçonnerie qui bouche l’accès de la chapelle (enduit). La toiture de la nef montre une couverture de dalles rectangulaires en calcaire coquillier moderne, se chevauchant sur une chape de mortier. La commanderie, qui avait succédé à la tour Maubec, rejoignait le rempart de la ville et complétait ainsi le système de défense (Reynaud 2001, p. 118). La tour du roi René viendra la remplacer dans son rôle défensif en 1447.

37Le rapport de la fouille de la place Villeneuve-Bargemon (1993) fait état d’une quasi-absence des pierres de La Couronne dans les constructions du Moyen Âge.

38Cette carence peut s’expliquer par la présence de matériaux disponibles à proximité immédiate, ne nécessitant donc pas de faire venir de la pierre depuis La Couronne. On peut considérer alors que les constructeurs ont fait le choix de ce matériau uniquement parce qu’il était le plus à même de répondre aux capacités mécaniques imposées.

Fig. 142. Cathédrale de la Vieille-Major (C.P).

Fig. 142. Cathédrale de la Vieille-Major (C.P).

Fig. 143. Eglise Saint-Laurent (C.P).

Fig. 143. Eglise Saint-Laurent (C.P).

Fig. 144. Tour du roi René accolée au Fort Saint-Jean (H. Tréziny).

Fig. 144. Tour du roi René accolée au Fort Saint-Jean (H. Tréziny).

39Il faut cependant relativiser cette première impression pour le XIV e s. à la lecture de l’extrait « de lapidibus » des statuts de la ville de Marseille rédigés en 1350 (document n° 1). Le texte statue, comme nous l’avons vu supra (p. 114), sur les normes modulaires des pierres issues des carrières de La Couronne, qui doivent être vendues à Marseille et dans son territoire (Pernoud 1949, p. 240) dans le but de réduire les « fraudes et machinations » qui ont cours dans le commerce de la pierre. Il met en évidence une utilisation du calcaire de La Couronne pour la réalisation d’éléments de dallage (mieia graza et lauzeta de terrassa), de couverture (lauza magna), de maçonnerie « classique » (de cara), des cimaises (scimas), des pierres d’angles (anglars et angulares) et le bâti des portes (battiporta), mais aussi pour la production de colonnes (milliario).

40Ce texte met donc en avant une continuité dans l’utilisation des pierres de La Couronne, d’une telle importance, qu’il fut nécessaire de statuer sur les dimensions et prix de chacun des éléments architecturaux mis en œuvre, alors même que seule la tour du Lauret est recensée comme mettant en œuvre de la pierre de La Couronne (Bouiron 2001a, p. 93-97). L’Histoire du commerce de Marseille (Baratier, Raynaud sd [1952]) attribue néanmoins la provenance des matériaux utilisés entre 1291 et 1490 aux carrières de La Couronne. Un embarcadère aurait même été spécialement aménagé pour le déchargement de ces matériaux à la Calade et à Saint Augustin. Le texte mentionne simplement la construction en 1357 de l’hôpital St Jacques de Galice, qui fait partie depuis le XVIe s. de l’hôpital du Saint-Esprit, lui-même inséré dans l’Hôtel Dieu. On retrouve cette même carence de vestiges au XV e s. puisque seule la tour du Roi René (1447-1453) est recensée comme étant construite en calcaire de La Couronne (fig. 144).

41Toujours selon l’Histoire de Marseille, la tour de l’Horloge est construite en 1418, mais son matériau n’est pas connu. Dans cet ouvrage, il est également rappelé qu’en 1423, une partie de la ville de Marseille a été détruite, ce qui a eu pour conséquence l’ouverture de nombreux chantiers de reconstruction pendant une période relativement longue (25 ans minimum). Ces bâtisses étaient, pour la plupart, en pierres de taille ou en moellons, qui seraient issus des carrières de La Couronne (Baratier, Reynaud sd [1952], p. 821).

42Cet approvisionnement en matériaux est d’ailleurs perceptible dans la documentation d’archives du XV e s., et ce dès les premières années du siècle.

43En 1406, un contrat atteste la livraison de pierres (blanches) de La Couronne de 2 palmes et demi de long pour 1 palme d’épaisseur et de largeur, soit un ossorium qui est l’équivalent de l’ursonus des statuts municipaux puis du queyron moderne (document n° 2).

44En 1443, des matériaux de La Couronne doivent être déchargés à La Calade (ibid.) On ne sait pour ces documents à quel(s) édifice(s) les matériaux se rapportent.

  • 95 ADBdR 391 E 159 f°79 [Fond Roberty 22 F 15].
  • 96 ADBdR 355 E 128.
  • 97 ADBdR 391 E 57 f°44v°.

45La tour Saint-Jean a nécessité un volume important de matériaux comme l’attestent les actes de commande. Des pierres de La Couronne sont commandées le 15 janvier 1407 (ibid.) et en 1425 pour les anti- barri de l’église (contrefort ?)95. L’année suivante plusieurs propositions de travaux sont faites sur la tour et la chapelle Saint-Jean.96 Le 15 juin 1450, « Me Mermet Negreis lapicide » passe un contrat « auprès de Mateo Garneri marin » pour le transport de pierres pour l’œuvre de la tour neuve construite auprès de Saint-Jean (tour du roi René ?).97

46Le 8 janvier 1453, « Perrinet Sarcleris, tailleur de pierre vend à Jaume de Passis, clavaire [trésorier] royal, 100 cannes carrées de pierres de La Couronne appelées cartiers pour l’œuvre de la tour du port de Marseille », vraisemblablement toujours celle du roi René (document n° 2).

  • 98 ADBdR B 1951 [Roberty 22 F 68].

47Le 11 juin 1466, il est question de nouvelles dépenses pour la construction de la tour neuve à l’entrée du port.98

48Enfin, en 1496, un « peyrier » achète des « buges, cayrons… » pour la construction d’un arc de la maison de Servian (place des Augustins) et, l’année suivante, le même Servian achète 200 pierres de taille de La Couronne (chargées au port de Carro) pour la chapelle Notre Dame de Grâce, dans l’église des Augustins (ibid.).

49Ces textes témoignent donc de l’usage de ce matériau d’une manière appréciable au XV e s. Le chantier de construction de la tour du roi René et les divers travaux réalisés sur la chapelle et la tour (de la commanderie ?) ont nécessité un grand nombre de matériaux et donc suscité un approvisionnement important.

50A partir du XVIe s., l’utilisation de la pierre de La Couronne s’intensifie et se diffuse.

51La documentation d’archives en atteste l’emploi à Marseille dès 1501 (document n° 2).

52Dès 1508, elle est mise en œuvre dans des constructions religieuses et militaires du Var. C’est le cas par exemple à La Cadière d’Azur où plusieurs éléments architecturaux de l’église Saint-André sont réalisés avec et dans ce matériau (document n° 3).

53Le programme défensif de la côte entraîne la construction de plusieurs édifices à vocation défensive. C’est le cas de la tour Royale de Toulon édifiée en 1514. Il s’agit de la première tour à canon construite dans la rade (Delattre 1997, p. 119). Elle est en partie creusée dans le substrat et son élévation est en calcaire de La Couronne.

54En 1524, François Ier ordonne la construction de deux forts, l’un sur la colline de Notre Dame de la Garde, l’autre sur l’île d’If (fig. 145) pour assurer la défense maritime de Marseille (Bouyala d’Arnaud 1969, p. 406). L’actuelle basilique de N.-D. de la Garde est édifiée sur les soubassements de l’ancien fort, qui était en calcaire rose de La Couronne.

55Mentionnons également l’hôtel de Cabre, édifié en 1535 (fig. 146), puis la maison diamantée, construite en 1570, mais remaniée par la suite (fig. 147).

56Un grand nombre de constructions militaires du XVIIe s. vont mettre en œuvre des matériaux de La Couronne. Sa diffusion vers le Var s’inscrit de manière importante dans le renforcement de la défense du littoral (Cros 1998, p. 55).

Fig. 145. Château d’If (Cl. A. Effimief).

Fig. 145. Château d’If (Cl. A. Effimief).

Fig. 146. Hôtel de Cabre (C.P).

Fig. 146. Hôtel de Cabre (C.P).

Fig. 147. Maison diamantée (C.P).

57Les îles d’Hyères ont très tôt mis à contribution ce matériau dans la réalisation de certains éléments architecturaux des forts (tours de fenêtres par exemple), sur lesquels aucune étude n’a encore été faite. Les premiers auraient été édifiés sous François Ier. En 1643, le fort de l’Alycastre sur l’île de Porquerolles vient améliorer le système de défense des îles et utilise en partie du calcaire de La Couronne.

58A la Seyne-sur-Mer, le fort de l’Eguillette renforce en 1672 la protection de la rade de Toulon, et une grande partie de l’Arsenal, édifié en 1680, met aussi en œuvre la pierre de La Couronne, essentiellement en intérieur, comme par exemple dans le bâtiment de la Corderie.

Fig. 148. Appareillage en calcaire de la Couronne dans le fort Saint-Nicolas (H. Tréziny).

Fig. 148. Appareillage en calcaire de la Couronne dans le fort Saint-Nicolas (H. Tréziny).

Fig. 149. Notre Dame de Grâce à La Ciotat (Cl. A. Effimief).

Fig. 149. Notre Dame de Grâce à La Ciotat (Cl. A. Effimief).

59A Marseille, la sécurité est renforcée par la construction des forts Saint-Nicolas (fig. 148), en 1660, et Saint-Jean en 1668. Les deux édifices sont destinés à la fois à interdire l’accès au port, à repousser tout débarquement dans la baie des Catalans et à maîtriser une possible révolte de la ville (Bouyala d’Arnaud 1969, p. 97).

60Le calcaire de La Couronne est donc un matériau de choix dans la réalisation d’ouvrages défensifs, mais reste très utilisé dans la construction d’édifices religieux. En 1626, des matériaux sont envoyés à La Ciotat pour l’édification de certains éléments architecturaux de l’église Notre Dame de Grâce (fig. 149). L’église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne sur Mer et son presbytère mettent aussi en œuvre en 1674 ce même matériau (fig. 150). Il est encore visible à l’intérieur dans de nombreux éléments architecturaux tels que les tours de fenêtres, piliers, voûtes (Baudoin 1975, p. 17). En 1675, une partie de l’église Ferrières (Martigues) utilise également ce même matériau.

61L’église de La Couronne est construite en 1669, bien entendu en pierres locales. Dans le prix-fait, il est entendu que les carriers prendront la pierre « pastouire » à proximité de l’église sans toucher aux murailles (document n° 18).

  • 99 L’église des Chartreux a été étudiée par R. Bertrand et ces données sont consignées dans le rappo (...)

62A Marseille, entre 1680 et 1702, les constructeurs de l’église des Chartreux l’utilisent pour la réalisation de certaines parties de l’édifice.99

Fig. 150. Pilier de l’église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne Sur Mer (C.P).

Fig. 150. Pilier de l’église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne Sur Mer (C.P).

Fig. 151. Hôtel de ville de Marseille – façade nord (C.P).

Fig. 151. Hôtel de ville de Marseille – façade nord (C.P).

Fig. 152. Atlantes de Puget sur l’ancienne façade de l’Hôtel de Ville de Toulon (C.P).

Fig. 152. Atlantes de Puget sur l’ancienne façade de l’Hôtel de Ville de Toulon (C.P).

63Outre son utilisation dans les édifices militaires et religieux, elle est à nouveau employée dans la construction monumentale publique. En 1653, l’Hôtel de Ville de Marseille est construit intégralement en calcaire rose de la Couronne (fig. 151). Il a également été utilisé en 1635 dans la construction de l’Hôtel de Ville de Toulon. Cet édifice ayant été détruit sous les bombardements de 1943, seules les atlantes de sa façade (Puget) ont été conservés, ils ne sont malheureusement pas en calcaire de La Couronne, mais en calcaire de Calissanne (fig. 152).

64Enfin, des « hospices » sont édifiés tel que celui de la Vieille-Charité de Marseille (Bouyala d’Arnaud 1969, p. 193) en 1671.

65Cet usage se poursuit au XVIIIe s., notamment avec les travaux d’agrandissement en 1742 de l’Hôtel de Ville, du palais de justice et la construction de l’Hôtel Dieu en 1753, à Marseille.

  • 100 Il est encore visible dans les parties hautes de cet édifice, le reste étant enduit.

66A Toulon, l’église Saint-François de Paule est édifiée intégralement en calcaire de La Couronne (fig. 153), ainsi qu’une partie de la porte de l’Arsenal de Toulon, aujourd’hui porte du Musée de la Marine (fig. 154)100 et la porte de l’Hôpital Maritime.

Fig. 153. Église St François de Paule à Toulon (C.P).

  • 101 Ce matériel a fait l’objet d’une étude lapidaire réalisée par M. Vacca-Goutoulli.

67Les chantiers de fouilles archéologiques menées à Marseille ces dix dernières années ont également fourni énormément de mobilier lapidaire, particulièrement dans les sites de l’Alcazar (cours Belsunce), de la place du général de Gaulle et de César (Place Villeneuve-Bargemon). Ils seront détaillés dans les différents usages autorisés par ce matériau101.

68Cette utilisation massive de la pierre de La Couronne transparaît aussi de manière importante dans la documentation d’archives des XVIIe et XVIIIe s.

69Les contrats de fourniture de matériaux concernent particulièrement les années 1664 à 1678 qui correspondent à la construction des forts, mais aussi à la poursuite du chantier de l’Hôtel de Ville de Marseille. Les actes ne mentionnent pas systématiquement la destination du matériau, mais se contentent simplement d’évoquer Marseille et les « ouvrages du Roy » ou les « fabriques que le Roy fait faire » (voir en annexe les documents n° 7 et 8, 9 [1664], 11 [1665]).

  • 102 Il est mentionné que moyennant le prix qu’ils payent à l’abbaye de Montmajour elle doit faire ces (...)

70Quelques mois plus tard, Pierre Taupin (associé de Claude) passe un contrat avec des carriers aixois pour qu’ils viennent extraire la pierre pendant trois mois, au service de sa majesté, pour « les fabriques qui se font à Marseille » (document n° 12). Il semble soit que le village de La Couronne ne compte pas assez de carriers pour couvrir les besoins de Marseille, soit que Taupin rencontre un problème d’approvisionnement. Il a passé un contrat d’exclusivité avec l’abbaye de Montmajour (propriétaire des terres) pour pouvoir extraire à La Couronne. Les carriers semblent néanmoins poursuivre leurs chantiers, sans se soucier de sa présence.102 Preuve en est avec la reconduction du bail en 1667 (document n° 16) qui n’empêche pas les carriers de s’associer à deux marchands concurrents (documents n° 14 et 15). Jean Trévan et Michel Dubois passent quatre contrats de fourniture de matériaux avec huit carriers (associés deux par deux), pour une durée de trois ans. Ils s’engagent à fournir des pierres de taille et bars extraits dans deux carrières. Il est précisé que les pierres utilisées pour la construction de l’Hôtel de Ville seront payées différemment. Les quatre contrats passés sont rigoureusement identiques.

Fig. 154. Ancienne porte de l’arsenal de Toulon (C.P).

Fig. 154. Ancienne porte de l’arsenal de Toulon (C.P).

71De la pierre de taille des Arqueirons et d’Arnette, ainsi que des bars (divisés en petits bars) sont ensuite commandés pour l’ouvrage que le Roi fait faire en 1666 (toujours pour le fort Saint-Nicolas ?). En 1676, un autre contrat est passé pour deux ans précisant qu’il s’agit de la fourniture de pierres blanches de La Couronne (document n° 7).

  • 103 ADBdR 378 E 642 f°133.

72En 1679, Trévan achète à un carrier 450 queyrons qui sont en partie au port de Carro, et l’autre dans la carrière d’Arnette (document n° 28). Un autre acte, de la même année reconnaît sa dette pour les pierres de taille, vendues pour les « ouvrages du Roy »,103 ainsi que pour 523 queyrons qu’il achète le même jour et 800 queyrons qui sont au port de Carro (document n° 29). Dans plusieurs actes, il est précisé que les pierres achetées sont déjà sur le port, ce qui nous permet de supposer que le besoin de Marseille était tel à l’époque que les carriers tiraient les pierres et les faisaient transporter directement au port, certains qu’elles y trouveraient un acheteur.

73Cette activité intensive a des répercussions directes sur la population des villages de La Couronne et Carro. Beaucoup de carriers sont venus s’installer pour les besoins des grands chantiers de Louis XIV et se sont sédentarisés.

74Au XVIIIe s., la fourniture de pierres de La Couronne continue à transparaître de manière significative dans les actes notariés, particulièrement par le biais des conventions de transport lapidaire (supra, partie 2). En 1718, onze carriers s’accordent avec un charretier pour qu’il transporte les pierres extraites dans leur chantier vers le port le plus proche pour une durée de 4 ans. Il s’agit d’un contrat d’exclusivité (document n° 33). En 1727, quatorze carriers s’associent à un transporteur pour qu’il amène par barque leurs pierres soit à Marseille soit dans le lieu qu’ils lui indiqueront et ce pendant deux ans (document n° 38). Le même type de convention est passé en 1745 (document n° 42), puis en 1751 entre un transporteur et dix-sept carriers pour trois ans (document n° 44) et enfin, en 1756, deux conventions sont passées n’engageant pas les mêmes carriers mais en concernant plus de cinquante (documents n° 45, 47).

75Vers la fin du XVIIIe s., la pierre de La Couronne connaît une légère régression dans son utilisation à Marseille. En témoigne un texte de 1786 (document n° 52), délibération de la confrérie des traceurs de pierre de La Couronne, dans lequel quarante carriers sont mentionnés. Ils témoignent du manque de travail pour tous ceux qui se sont installés à La Couronne, au moment des grands chantiers de Marseille. Il est précisé que « les profits diminuent de jour en jour par le concours des autres carrières que le sieur Guieu, négociant de Marseille, a fait ouvrir depuis quelques temps dans le fief de Ponteau. »

76Le XIXe s. est celui du déclin progressif de l’utilisation de la pierre de La Couronne dans la construction, au point que de nombreux carriers sont obligés de quitter le site pour aller travailler dans d’autres carrières.

77Le cadastre napoléonien de 1817 recense vingt parcelles exploitées comme carrières réparties sur quatre exploitations, ce qui suppose encore une fourniture de matériaux importante pour les besoins de la construction. Dans les Statistiques des Bouches-du-Rhône, en 1821, huit carrières sont enregistrées à La Couronne comme industries extractives, exploitées par 30 ouvriers pour un volume annuel de 18 000 m3. Il est précisé que « la pierre de La Couronne est utilisée pour les constructions communes car la pierre d’Arles est bien plus belle »

78En 1830, dans l’Encyclopédie des Bouches-du-Rhône (p. 121), la pierre de La Couronne est encore donnée comme la plus usitée à Marseille avec 27 000 m3 de matériaux vendus contre 24 000 m3 pour Fontvieille.

  • 104 Ce document est conservé aux archives départementales des Bouches du Rhône à Marseille et peut êt (...)

79En 1843, la carte géologique des Bouches-du-Rhône ne recense plus que deux carrières à La Couronne .104 La notice de Victor Leroy fait état, en 1847, de l’usage de la pierre de Couronne-Vieille dans la construction des maisons de Marseille. L’emplacement qu’il donne correspond aux mêmes exploitations que celles recensées sur la carte géologique précédemment citée (Leroy 1847, p. 12).

80Entre 1860 et 1869, elle n’apparaît plus dans les industries extractives du département. Elle est pourtant mise en œuvre dans certaines parties du palais Longchamp, pour la réalisation de la façade de l’église Saint-Ferréol et pour la construction du clocher de l’église de La Couronne en 1859, financée par les carriers eux-mêmes.

  • 105 Information orale du 15/04/2007 de Mr. Axel Effimief, tailleur de pierre, qui travaille à la rest (...)

81En 1889, il n’y a plus qu’une seule exploitation enregistrée dans le répertoire des carrières de France. Il s’agit du site des Auffans, toujours exploité pour la restauration des édifices en calcaire de La Couronne par l’entreprise Vivian. Cette carrière n'est plus sollicitée en raison de la mauvaise qualité des bancs exploitables. Un autre matériau est aujourd’hui en cours de test sur le chantier de restauration du fort Saint-Nicolas dans le but de remplacer la pierre de La Couronne dans l’édifice. Cette « nouvelle » roche, importée d’Espagne par Rocamat, est appelée Rosa maria. Elle est de couleur très similaire à celle de La Couronne, mais plus ferme et dépourvue de coquilles.105

82Il semble que l’utilisation de ce matériau diminue avec l’augmentation de l’importation d’autres pierres. Elle a pendant longtemps été la roche la plus facile à extraire et à transporter, ainsi que la plus rentable. Au XIXe s. de nombreux matériaux provenant pour la plupart des alentours d’Arles, vont être importés par Marseille, offrant un meilleur rapport qualité-prix. La pierre de La Couronne est alors reléguée dans des parties moins nobles des bâtiments.

83Dans l’Antiquité donc, la pierre de la Couronne est utilisée dans les constructions publiques dès l’époque hellénistique, mais apparaît peu dans l’habitat. Au Moyen Âge également, le calcaire rose apparaît dans la construction d’édifices de « prestige » entre le XIIe s. et le XV e s. Les fouilles archéologiques des niveaux médiévaux ne permettent pas de supposer une utilisation de ce matériau dans la construction privée (Vacca-Goutoulli 1995a). La majeure partie est toujours d’origine locale, c’est à dire extraits dans le sol de la ville (calcaire de Saint-Victor, poudingue, travertin…). On les trouve également dans certains secteurs des enceintes médiévales de la cité.

84La question des fortifications du Moyen Âge est d’un intérêt considérable dans cette étude. Le rempart antique, renforcé au V e s. par un avant-mur, reste en usage jusqu’au IXe s. Plusieurs enceintes se sont ensuite succédées (Bouiron 2001, p. 75). Au IXe s., Marseille se dote de plusieurs petites fortifications, comme le château Babon par exemple. De nombreuses extensions des enceintes sont ensuite faites. En 1040, une première enceinte accroît la surface de la ville antique, en 1190, un nouveau rempart est construit, et en 1250, il subit plusieurs rénovations et réfections. Les fortifications sont à nouveau remises en état à la fin du XIV e s., principalement à cause des menaces diverses qui pèsent sur la ville (guerre de cent ans, troupes en marche sur la Provence…). La mise en place de ces fortifications pose la question du matériau. Elles sont en grande partie connues par les textes qui ne fournissent pas systématiquement la provenance des pierres. Quelques tronçons ont toutefois été retrouvés au cours de campagnes de fouilles archéologiques. Un fragment du rempart de 1190 a pu être étudié lors de la fouille de l’îlot Puget III, au quartier Sainte-Barbe. Il est essentiellement construit en poudingue (Gantès, Moliner 1990, p. 172). Une portion du rempart du XIIIe s. a été mise au jour sur la place du général de Gaulle. Les matériaux utilisés sont locaux, c’est à dire du calcaire blanc de Saint-Victor, du poudingue et du calcaire froid liés au mortier (Bouiron 2001, p. 83).

85Par contre, le rempart de 1320 mis au jour lors de la fouille de la rue Vaudoyer est essentiellement bâti en calcaire rose de La Couronne, mais on trouve également des matériaux locaux (calcaire de Saint-Victor, poudingue, travertin et grès). Il s’agit de remplois, sous forme de moellons quadrangulaires de petite dimension liés au mortier. L’enceinte est utilisée jusqu’en 1847, date de sa destruction (Gantès et al. 1990, p. 171).

86La porte du Lauret appartient au système défensif oriental de la ville, construit au XIIe et XIIIe s. Elle fait partie de la même fortification que celle mise au jour lors de la fouille de l’îlot Puget III, et sous la place du général de Gaulle (où se trouvait la porte de la Calade). La porte du Lauret est la deuxième porte du rempart, plus au nord, située aux environs du cours Belsunce. Elle était encadrée de deux tours, dont l’une est construite, au moins partiellement, en ossorium de La Couronne (document n° 2, 1385). E. Duprat avait évoqué une tour du Lauret dans le rempart de 1040, mais comme le tracé de cette fortification ne correspond pas à celui de 1190, on ne peut en aucun cas les confondre. La plus ancienne mention de cette porte remonte à 1214. Sa première construction est donc à situer à la fin du XIIe s. ou au début du XIIIe s. Dans les statuts de Marseille, elle est mentionnée en 1253 dans la liste des portes de la ville. La découverte d’une mention évoquant un « vieux portail du Lauret » en 1280 nous suggère la présence de deux portes du même nom. La plus ancienne serait située plus avant. La porte du Lauret fonctionne au moins jusqu’au XVIe s. et reste présente dans le paysage urbain jusqu’au XVIIe s, d’après les gravures anciennes. La date de construction des deux tours qui cernent la porte est assez floue. Il est difficile de savoir si la commande de pierres de 1385 concerne la construction des tours (Bouiron (2001, p. 87) ou leur rénovation (Bernardi 2001, p. 96). L’une des tours, peut-être les deux, est en pierre de La Couronne. Les matériaux utilisés dans la construction des enceintes du XIIe, XIIIe et XIV e s. ne sont en revanche pas connus. L’utilisation de divers matériaux dans la fortification évoque la nécessité de construire rapidement le rempart, sans prendre le temps de commander les pierres. On se tourne visiblement plutôt vers les ressources immédiatement disponibles, ce qui justifie l’usage de pierres locales issues de sous-sols et de blocs en remploi mis au jour rue Vaudoyer.

87Il faut revenir sur l’article « de lapidibus » des statuts municipaux de la ville de 1350 (document n° 1). L’existence de normes commerciales définies pour les matériaux issus des carrières de La Couronne et vendus à Marseille implique un usage suffisamment répandu pour en justifier la rédaction. Il est donc très probable qu’une partie des matériaux mis en œuvre dans les fortifications sont en premier emploi et issus des carrières de La Couronne. Ces matériaux n’excluent nullement la mise en œuvre des pierres locales dans les remparts comme le démontrent les chantiers de fouilles marseillais.

88Au XVIe s., l’usage du matériau se diversifie avec la construction d’hôtels particuliers, propriétés de riches Marseillais. Le calcaire de La Couronne est toujours massivement employé dans les constructions défensives, religieuses et publiques jusqu’au XIXe s. La contribution de la pierre de La Couronne dans l’urbanisation de Marseille est encore très perceptible sur le Vieux port ou dans le quartier du Panier, dans lesquels de nombreuses constructions roses témoignent encore des modifications du XVIIe s. L’utilisation de la fortification de la rue Vaudoyer jusqu’en 1847 et l’ajout de la porte de la Joliette, au XVIIe, illustrent, encore une fois, très bien cette adaptation de l’ancien à un nouvel urbanisme.

89L’utilisation du XIXe s. a, en revanche, laissé très peu de traces observables dans l’environnement actuel. Cela ne provient pas d’un défaut d’utilisation, mais d’une modification des usages, liée à la diversification des matériaux utilisés dans la construction. La pierre cesse d’être utilisée dans l’ensemble architectural, mais se limite à l’emplacement dans lequel elle affirme au mieux ses compétences.

Notes

89 Le remplissage est composé dans la partie sud, entre la tour Carrée et la tour Sud de matériaux locaux dont des petits blocs de calcaire de Saint-Victor.

90 Nous avons évoqué précédemment lors de l’introduction la difficulté de distinguer le calcaire blanc dit de Ponteau du calcaire rose de La Couronne. Ils sont de même nature géologique ce qui ne permet pas d’identifier sur ce critère l’un ou l’autre des deux matériaux. Nous les considérons donc comme le même pour le moment.

91 Tréziny 2001b, p. 211 et Mellinand 2005, p. 270-275.

92 Rothé, Tréziny 2005, p. 590, 155C, 546-547. Paillet 2001, p. 249-256. Vacca-Goutoulli 2001, fiches d’analyse technique. Vacca-Goutoulli 2006b, fiches analyse technique (cf. Sillano et al. 2007, p. 119-133).

93 La lecture la plus simple est to stadion, le stade. En l’absence de monument identifié, H. Tréziny suggère d’autres lectures possibles comme ΟΣ ΤΑ ∆ΙOΝ qui ferait référence au culte de Dionysos (Gantès et al. 2001, p. 209).

94 Observations de P. Gaudon (école des Mines d’Alès) et A. Hartmann-Virnich (Université d’Aix-Marseille) dans le cadre de Projet Collectif de Recherche sur la pierre de construction utilisée à Marseille entre l’Antiquité et le XIXe s. Ces données sont consignées dans le rapport du PCR 2003.

95 ADBdR 391 E 159 f°79 [Fond Roberty 22 F 15].

96 ADBdR 355 E 128.

97 ADBdR 391 E 57 f°44v°.

98 ADBdR B 1951 [Roberty 22 F 68].

99 L’église des Chartreux a été étudiée par R. Bertrand et ces données sont consignées dans le rapport du PCR la pierre à Marseille 2003.

100 Il est encore visible dans les parties hautes de cet édifice, le reste étant enduit.

101 Ce matériel a fait l’objet d’une étude lapidaire réalisée par M. Vacca-Goutoulli.

102 Il est mentionné que moyennant le prix qu’ils payent à l’abbaye de Montmajour elle doit faire cesser tous troubles et empêchements.

103 ADBdR 378 E 642 f°133.

104 Ce document est conservé aux archives départementales des Bouches du Rhône à Marseille et peut être consulté en ligne sur le site archives 13.

105 Information orale du 15/04/2007 de Mr. Axel Effimief, tailleur de pierre, qui travaille à la restauration du fort Saint-Nicolas.

Table des illustrations

Titre Fig. 136. Mur de « Crinas » appartenant au rempart hellénistique de Marseille (Photothèque CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig. 137. Gradins du théâtre (archives Benoit, S.R.A. PACA, photo 35.8).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig. 138. Quai ouest du port – la Bourse (Photothèque CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 139. Blocs de grand appareil issus des thermes de Marseille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 140. Bloc taillé en forme de sarcophage portant l’inscription « ΟΣΤΑΔΙΟ » (Cl. C.C.J.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 141. Sarcophages issus de la fouille de Malaval (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 142. Cathédrale de la Vieille-Major (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 143. Eglise Saint-Laurent (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 144. Tour du roi René accolée au Fort Saint-Jean (H. Tréziny).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 145. Château d’If (Cl. A. Effimief).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 146. Hôtel de Cabre (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-13.png
Fichier image/png, 941k
Titre Fig. 148. Appareillage en calcaire de la Couronne dans le fort Saint-Nicolas (H. Tréziny).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 149. Notre Dame de Grâce à La Ciotat (Cl. A. Effimief).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 150. Pilier de l’église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne Sur Mer (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 151. Hôtel de ville de Marseille – façade nord (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 152. Atlantes de Puget sur l’ancienne façade de l’Hôtel de Ville de Toulon (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-20.png
Fichier image/png, 796k
Titre Fig. 154. Ancienne porte de l’arsenal de Toulon (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3393/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 477k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search