Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Troisieme partie : la mise en œuvre du calcaire de la couronne

Chapitre 1. Introduction

Texte intégral

1Quoique la pierre de La Couronne soit présente dans le paysage urbain marseillais depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXe s., sa mise en œuvre est très inégale selon les périodes. Son utilisation est fonction du programme architectural de la ville, des moyens financiers dont elle dispose au moment de la construction, mais également des ressources minérales immédiatement disponibles. Ces éléments suffisent à expliquer sa disparition à certaines époques et son utilisation systématique à d’autres.

2La découverte du site archéologique de la Bourse en 1967, lors de la construction de l’actuel centre commercial, a suscité un réel intérêt pour ce matériau. Sa mise en œuvre dans les constructions antiques (hellénistiques et romaines) est depuis attestée grâce à la découverte de nombreux vestiges dans les chantiers de fouilles archéologiques menés à Marseille ces quinze dernières années.

3Plusieurs chercheurs se sont depuis intéressés à la provenance de ces matériaux et aux modalités d’exploitation et de diffusion. Des études de terrain ont notamment été réalisées dans les années 1981-1982, d’abord dans le cadre des recherches sur les vestiges de la Bourse (Guéry, Trousset 1981, Guéry et al. 1981, Guéry et al. 1985) puis lors de la découverte de l’épave de Carry-le-Rouet (L’Hour, Long 1985 et 1986, Long 1986a et b).

4On fera ici un bilan de l’utilisation de ce matériau à Marseille et dans sa région, sans prétendre à l’exhaustivité. On sait notamment que de nombreuses maisons édifiées à Marseille au XIXe s. ont utilisé le calcaire de La Couronne. Elles n’apparaissent bien entendu pas individuellement dans cette étude, mais de manière globale, par le biais même de l’utilisation du matériau dans l’ensemble architectural (Leroy 1847, p. 14).

5On se proposera donc d’observer d’abord l’utilisation de ce matériau dans le temps par l’intermédiaire des monuments encore en élévation, des vestiges issus des chantiers de fouilles archéologiques et de la documentation d’archives (fig. 135).

6On s’intéressera ensuite à l’usage précis que l’on fait de la pierre de La Couronne en fonction de ses qualités techniques et mécaniques. Cette approche permettra aussi d’apprécier les différents faciès utilisés dans des niveaux ou des ouvrages spécifiques.

7La définition des cadres chronologiques de mise en œuvre de ce matériau met en avant pour certaines périodes une diminution de son emploi et parfois même sa disparition totale, ce qui, bien évidemment, est fonction des ressources disponibles au moment de l’édification. Nous allons donc nous intéresser aux raisons qui peuvent être à l’origine d’une intensification ou d’une diminution de l’utilisation de la pierre de La Couronne. Les monuments encore visibles et les études du mobilier lapidaire issu des chantiers de fouilles archéologiques de Marseille permettent d’observer l’importance qu’ont revêtue certaines roches à un moment donné, par rapport à d’autres, qui sont utilisées de manière plus confidentielle. Il est bien évident que le contexte économique joue un grand rôle dans cette approche.

8Enfin, nous refermerons la question de la mise en œuvre des matériaux de La Couronne par la délimitation de l’espace dans lequel ils se diffusent.

Fig. 135. Carte de diffusion du calcaire de la Couronne (C.P).

Fig. 135. Carte de diffusion du calcaire de la Couronne (C.P).

Table des illustrations

Titre Fig. 135. Carte de diffusion du calcaire de la Couronne (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search