Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Première partie : les carrières de la couronne

Chapitre 5. Conclusion

Texte intégral

1L’exploitation des carrières de La Couronne s’étale donc sur une période extrêmement longue, plus de 2000 ans. Selon toute vraisemblance, les carrières les plus anciennes sont situées sur le littoral, alors que les carrières modernes et contemporaines sont le plus souvent installées dans les plaines de La Couronne et Carro. Toutefois, ce n’est pas vrai pour tous les sites puisque nous avons évoqué la possibilité d’avoir dès l’époque romaine des carrières exploitées dans les terres. Le cas de la carrière des Arqueirons mérite une attention particulière puisqu’elle livre des traces d’occupation dès le Ier s. av. J.-C. et qu’elle n’a quasiment pas été contaminée par notre monde actuel. La majeure partie du site est conservée sous plusieurs dizaines de centimètres de terre, il y a très peu de constructions à proximité et l’exploitation la plus récente est certes intensive, mais remonte au XVIIe s. Un travail de terrain peut être plus facilement mené et plus fructueux dans ce site qu’une étude de la carrière des Auffans. Il est bien évident que la création d’un réseau de circulation plus praticable et structuré à l’époque romaine a pu faciliter une implantation sur place.

2La doyenne des carrières de La Couronne reste actuellement l’Arquet qui livre des traces d’exploitation dès le IV e s. av. J.-C. Les grands chantiers de l’époque hellénistique conditionnent l’ouverture et l’exploitation intensive de plusieurs carrières. L’emplacement de la carrière de La Beaumaderie lui confère naturellement une place privilégiée parmi les premières exploitations ouvertes. Au cours de l’Antiquité grecque, on recherche les affleurements en priorité sur des zones qui facilitent au maximum le transport des matériaux.

3On recense actuellement, à La Couronne et Carro, huit carrières à fleur d’eau et deux à proximité immédiate de la côte (Arnette et la Pinède). Ces affleurements offrent donc, dès le départ, un emplacement de choix, ce qui n’implique pas qu’elles soient toutes à mettre en relation avec l’époque hellénistique. On extrait en série des blocs de grand appareil de module prédéfini et le front le plus proche de l’eau est très souvent laissé en élévation, d’abord pour y aménager un quai, mais aussi pour protéger et maintenir les fonds de carrière hors de l’eau. La carrière de La Beaumaderie offre toutes les conditions et les caractéristiques d’une exploitation antique, auxquelles s’ajoute le niveau de submersion de + 40 cm en moyenne. Les traces de l’exploitation antique grecque de Baou Tailla ont probablement en grande partie été détruites par les exploitations qui ont suivi, mais les résultats du sondage suffisent à attester l’occupation du site par une population grecque d’époque hellénistique. Les rebuts de forge pourraient permettre une mise en relation de cette installation avec l’exploitation de la carrière, au moment justement où Marseille se dote de nouveaux édifices (et notamment le rempart de la Bourse). Les traces relevées dans les carrières de Verdon 3 et de Sainte-Croix pourraient également évoquer cet approvisionnement. Les blocs extraits sont de dimensions variables mais appartiennent tous à du grand appareil. L’impact d’outil repéré dans la carrière de Verdon 3 pourrait toutefois correspondre à la trace d’une escoude à deux dents. Si l’utilisation de cet outil se vérifiait, la carrière pourrait alors être datée de l’époque romaine. L’impact d’un outil tranchant très fin, découvert, dans une tranchée de la carrière de Sainte-Croix permettrait aussi de rattacher la carrière à l’époque grecque. Il faudrait néanmoins pour cela démontrer d’abord que les parties actives d’outils subissent une modification entre chacune des périodes, puis que l’évolution des outils à La Couronne est semblable à celle que J.-C. Bessac a mise en évidence dans les carrières du bois de Lens (Gard). Ce n’est pas possible à ce jour.

4Les indices collectés sur le site de Verdon 1 témoignent du débitage en série de blocs de grandes dimensions, mais d’appareils hétérogènes dans la partie ennoyée. L’immersion du site sous-entend sa grande ancienneté, au même titre que la recalcification des extractions de surface, et l’organisation de l’exploitation nous pousse à exclure une exploitation d’Antiquité tardive ou du Haut Moyen Âge. La diversité des modules extraits évoquerait plutôt une exploitation romaine, puisque l’apparition des mortiers a entraîné l’usage dans la construction des trois types d’appareil, même si la préférence reste au grand appareil assemblé à joint vif. Il est cependant difficile de dater précisément le site sur ce seul critère. Le cas est similaire dans la carrière de Couronne-Vieille qui livre des traces d’extractions de modules variables en négatif sur le fond de carrière ennoyé à l’extrémité sud. La présence à proximité d’une riche villa romaine du Ier s. permet de proposer qu’il puisse y avoir un lien entre les deux sites, mais il paraît difficile à l’heure actuelle d’étayer cette hypothèse. On ne peut exclure de l’Antiquité grecque ou romaine la carrière de la Pinède qui est littorale, mais non à fleur d’eau.

5Certains de ces mêmes sites, et on pensera surtout à ceux qui ont été exploités jusqu’à une époque récente, ont peut-être été exploités au cours de l’époque paléochrétienne et du haut Moyen Âge. L’exploitation de la pierre connaît à cette période une régression qui se matérialise dans le bâti par l’utilisation de « tout-venant » plutôt que de belles pierres de taille. On récupère plus de blocs dans les édifices antérieurs que l’on en extrait. Seuls les sarcophages peuvent nécessiter l’extraction de matériaux frais, en raison du module qu’ils imposent. Les prospections et observations faites dans les carrières de La Couronne ne livrent que très rarement des empreintes compatibles avec l’extraction de sarcophages. On note dans la carrière de Sainte-Croix, la présence de blocs de 233 x 70 cm qui paraissent plutôt destinés à un nouveau débitage que correspondre réellement à des sarcophages, si l’on se fie au réseau et à la stratégie d’extraction. On trouve sur le front du secteur 7b de la carrière de Baou Tailla, des blocs de 215 cm de long pour une hauteur de seulement 50 cm, ce qui paraît un peu restreint, si l’on considère la perte de matériau au moment de la taille définitive. La hauteur moyenne des cuves de sarcophages du V e s., mises au jour sur le site de la rue Malaval est comprise entre 50 et 55 cm (infra III et IV). On peut donc difficilement imaginer que, pour obtenir cette hauteur, on ne prévoit pas quelques centimètres supplémentaires. On ne peut néanmoins exclure que cette trace corresponde à l’enlèvement d’un couvercle. La seule trace de détourage d’un élément pouvant correspondre à une cuve de sarcophage se trouve dans la partie centrale (partiellement ennoyée) de la carrière de Couronne-Vieille. L’aspect des extractions à proximité de ce bloc évoque plus une exploitation parasitaire de la pierre qu’une activité raisonnée qui s’insère dans une stratégie d’ensemble. Il est donc tout à fait possible que cette partie du site soit exploitée aux alentours du V e s. On peut exclure d’ores et déjà certaines carrières dont la dernière activité ne peut être attribuée à l’Antiquité tardive ou au début du Moyen Âge pour ces mêmes questions d’organisation. C’est le cas des carrières de La Beaumaderie, Verdon 1 et Verdon 3. On peut également isoler la pointe de Carro dont les traces d’extraction révèlent une organisation de l’extraction incompatible avec le caractère très ponctuel des pratiques d’époque paléochrétienne. La carrière de la pointe de Carro est donc plutôt supposée active dans l’Antiquité ou vers la fin du Moyen Age (XIV e XV e s.).

6On ne peut donc à contrario exclure une activité en début de Moyen Âge des carrières de Baou Tailla, Couronne-Vieille. L’implication des carrières de plaine, supposées non ouvertes avant l’époque moderne, ne peut être envisagée à cette époque où l’on préfère extraire dans des exploitations déjà ouvertes, afin d’engager le moins de travaux possible, puisqu’on travaille de manière plus occasionnelle.

7Une seule carrière peut être proposée de manière raisonnable pour une activité médiévale. Les mentions d’extraction de blocs dans la carrière de la font (source) en 1479 permettent de proposer que la carrière de la Fontaine Saint Jean soit active à cette époque.

8Au cours du Moyen Âge, l’organisation des exploitations revient progressivement à la stratégie de découpe orthogonale, probablement en raison de l’importante quantité de matériaux à extraire, et assurée par des carriers plus organisés. On recommence à extraire des blocs de modules prédéfinis, particulièrement à partir du XIV e s. (statuts municipaux de Marseille). Toutefois, les carriers évitent au maximum d’avoir à ôter la couche de découverte, ils poursuivent le plus souvent les chantiers déjà existants. Il existe cependant à La Couronne des carrières littorales qui ne présentent quasiment pas de découverte. C’est le cas de la carrière de la pointe de Carro qui est installée sur un plateau rocheux homogène. Sans pouvoir le confirmer, on peut supposer que cette exploitation réponde aux besoins d’un chantier précis qui n’est pas incompatible avec cette période. Les carrières de Baou Tailla, de Couronne-Vieille, de la Pinède et Verdon 2 peuvent avoir été exploitées au cours du Moyen Âge. Il est difficile de l’attester pour les trois premiers sites parce que les extractions de la dernière exploitation compromettent l’identification des traces clairement médiévales, d’autant que la plupart des modules employés à cette époque peut être confondus avec certains usages plus récents. Il paraît néanmoins douteux que les carriers du Moyen Âge aient ouvert des carrières dans des sites qui nécessitent une préparation importante avant l’exploitation, si ceux déjà ouverts n’étaient pas épuisés. De ce fait, on peut se poser la question de l’emplacement des carrières médiévales qui répondent non plus, sur le modèle antique ou moderne, à l’approvisionnement simultané de plusieurs chantiers, mais plutôt aux besoins d’une construction précise. Elles seraient peut être à chercher en priorité sur le littoral, bien que l’on soit certain que deux exploitations étaient actives en plaine (probablement la Fontaine Saint-Jean à La Couronne, et une des trois carrières de Carro- infra II.3.2).

9Les carrières exploitées entre le XVIIe et le XIXe s. ne posent pas de problèmes de localisation, puisqu’elles sont mentionnées dans les textes, voire reportées sur des cartes. Il ne paraît donc pas utile de revenir sur ces exploitations (Arnette, Arqueirons, Notre Dame, la Fontaine Saint-Jean à l’époque moderne et les Pignons d’olive, la Pinède, la petite Beaumaderie, le Sémaphore, Baou Tailla et Couronne-Vieille, les Auffans au XIXe s.).

10La confirmation de la datation, et particulièrement dans le cas des carrières les plus anciennes, est freinée par la mauvaise conservation ou l’inaccessibilité des sites. Ces données paraissent toutefois pouvoir être confortées notamment par l’étude des sites dits de plaine et particulièrement par une étude plus poussée des carrières de Baou Tailla et des Arqueirons qui présentent un potentiel d’exploitation sur une longue durée. L’étude des carrières mérite donc d’être approfondie. Les sites du littoral sont très endommagés et peuvent difficilement livrer plus d’indices que ceux jusqu’aujourd’hui collectés. On peut toutefois envisager un nettoyage des tranchées d’extraction dans les secteurs ennoyés des exploitations de Verdon 1, Couronne-Vieille et La Beaumaderie qui pourrait peut être permettre d’identifier les impacts de la partie active des outils employés. Un sondage sur le site de Verdon 3 et Couronne-Vieille serait intéressant également, car il nous permettrait de mettre au jour le sol de carrière de la partie nord des deux sites. Ces traces « fraîches » pourraient fournir des indices d’exploitation plus pertinents et potentiellement datables. La carrière de la pointe de Carro est sans nul doute la plus endommagée, il paraît donc impossible de pousser l’étude au delà des quelques observations faites. Toutefois, une opération de plongée, inévitablement assurée par des professionnels pourrait permettre la découverte de blocs tombés pendant le chargement et ainsi de déterminer d’abord si les gros modules extraits étaient ensuite débités en plusieurs unités, et si oui, quels en sont les modules.

11Dans le cas de Baou Tailla, on ne peut que prescrire une poursuite des sondages, d’une part sur le plateau, à proximité du sondage 2, et d’autre part dans les zones couvertes de déchets, qui pourraient correspondre à des zones d’extraction antérieures à la dernière activité (secteur 9 par exemple).

12Les travaux d’investigations dans les carrières de plaine ne peuvent qu’engager des moyens onéreux, particulièrement sur des sites tels que les Pignons d’olive. L’exploration et le nettoyage des alentours des vestiges de la carrière d’Arnette pourraient également fournir de précieuses informations. La proximité du littoral soulève toutefois la question de la date d’ouverture de la carrière. On ne peut exclure que ce site ait été ouvert bien avant l’époque moderne. Les carrières de la Fontaine Saint-Jean, de Notre Dame et du Sémaphore posent un problème insoluble, du fait de la récente construction de ces quartiers résidentiels. Seul le secteur situé à l’est du chemin du phare peut être éventuellement prospecté et fournir des informations. Cet emplacement est privé et enfermé dans une clôture, la possibilité d’y effectuer des recherches n’est pas assurée.

13La propriété des carrières, sur laquelle nous reviendrons dans la dernière partie de ce travail, est aussi difficile à percevoir, particulièrement pour les périodes les plus anciennes.

14On sait que pendant l’Antiquité, elles sont considérées comme les carrières de Marseille qui en serait donc la « propriétaire ». À partir du IIe s. av. J.-C. Massalia puise effectivement la plupart de ses ressources minérales à La Couronne pour alimenter les grands chantiers de construction qui témoignent de sa nouvelle richesse. L’implantation d’une population à Baou Tailla pourrait témoigner de l’envoi de plusieurs équipes de carriers sur le site. Cet usage se poursuit dans l’Antiquité romaine. On suppose qu’une population romaine a occupé les Arqueirons, puisqu’on en a des traces significatives (céramique). On peut même supposer qu’un haut dignitaire soit envoyé à La Couronne pour contrôler le travail des carriers, puisqu’on a une villa datée du Ier s. à proximité de la carrière de Couronne-Vieille. Il n’est cependant pas possible, à l’heure actuelle, d’attester que sa construction soit motivée par la possibilité d’exploiter la pierre.

15Entre cette époque et le Xe s., il semble que Marseille puise toujours de manière sporadique dans les carrières de La Couronne les matériaux dont elle a besoin. Au Moyen Âge, il ne semble pas y avoir de population de carriers installée sur place, puisqu’on envoie des carriers originaires de Marseille extraire les matériaux nécessaires à la construction d’un édifice précis. Depuis le Xe s., l’abbaye de Montmajour-les-Arles en possède les terres et donc les carrières. Cependant, elle ne paraît jouer qu’un rôle très limité dans l’exploitation des carrières. Le documentation d’archives du XVIIe s., période à laquelle l’abbaye tient toujours La Couronne en paréage, démontre que les carriers payent un impôt, la directe, sur la terre mais non sur l’exploitation des carrières et sur le rendement. Elle tente toutefois d’imposer le commerce de la pierre en octroyant des baux de location à certains marchands et carriers qui, en contrepartie, doivent payer une taxe. Cette tentative reste infructueuse puisque la population de carriers, qui s’est sédentarisée dans la première moitié du XVIIe s., a mis la main sur les carrières sans ne rien payer à l’abbaye. Ils refusent donc toutes modifications du fonctionnement des exploitations.

16Au XIXe s., la commune de Martigues est propriétaire de la plupart des carrières actives. Le cadastre témoigne de plusieurs exploitations communales, mais il existe toujours des carrières privées. L’exploitation ne s’achève pas aux alentours de 1889, comme il a été supposé mais bien plus tardivement, sûrement vers 1912. La cessation d’activité reste de courte durée puisque la carrière des Auffans est rouverte vers 1950.

17Les causes de l’abandon de l’exploitation pour la restauration des édifices en calcaire de La Couronne sont clairement mentionnées dans la nomenclature des carrières de roches de construction et de décoration, éditée en 1976 par le Mausolée. « La pierre de La Couronne est exploitée à la carrière des Aupphands sur le territoire de la commune de Martigues. Ce matériau, abondamment utilisé à Marseille, n’est plus susceptible d’être exploitée de façon rentable » (Collectif 1976, p. 99).

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search