Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Première partie : les carrières de la couronne

Chapitre 3. Inventaire des carrières de La Couronne

Texte intégral

Fig. 5. Localisation de la carrière de la pointe de Carro (C.P).

Fig. 5. Localisation de la carrière de la pointe de Carro (C.P).

1L’inventaire qui suit reprend pour chacune des carrières les caractéristiques géologiques, l’état de conservation, la superficie, les traces d’extraction, les vestiges connexes (aménagements divers, gravures, marques) et la documentation d’archives liée à la carrière traitée.

2Les exploitations sont présentées dans un ordre géographique en commençant par les carrières littorales, d’ouest en est, puis en terminant par les carrières de plaine de La Couronne vers Carro (fig. 2).

3.1. La carrière de la pointe de Carro

3Cette carrière se situe dans le village de Carro (x = 819,290 ; y = 3117,910), sur la pointe, à l’extrémité ouest du port (fig. 5).

4L’affleurement appartient au Burdigalien supérieur. La pierre est rose franc à rougeâtre et ne contient quasiment pas de coquilles de grandes dimensions. Il s’agit d’un matériau relativement dur, mais grossier et assez poreux, à cause de la dissolution précoce des coquilles. Il est néanmoins d’excellente qualité, à joint fin, présente une bonne compacité et offre ainsi à la taille une bonne tenue d’arêtes.

5Cette carrière est dans un état de conservation médiocre, lié à son exposition permanente à la houle du large (fig. 6). Elle se trouve à fleur d’eau, ce qui explique que le damier soit partiellement recouvert d’eau plus ou moins stagnante, algues et plaques de sel assez compactes. Le front de taille n’excède pas la hauteur de deux assises, c’est à dire 1,20 m. La facilité d’évacuation, liée à la situation littorale du site, explique en partie l’absence de déchets d’extraction. La superficie de la partie conservée est évaluée à 640 m2 et le volume extrait estimé à 768 m3. L’état de conservation n’a pas permis d’identifier d’autres traces d’extraction hors de cette zone, mais il est envisageable que sa superficie soit légèrement supérieure.

Fig. 6. Vue des traces d’exploitation conservées dans la carrière de la pointe de Carro (C.P).

Fig. 6. Vue des traces d’exploitation conservées dans la carrière de la pointe de Carro (C.P).

6On trouve, en bordure du rivage, une laisse de carrière probablement destinée à protéger le fond de l’exploitation des montées et projections d’eau ; elle est d’autant plus nécessaire que le site est soumis à des vents violents venant principalement du large.

7Les traces au sol sont très érodées mais témoignent toutefois d’un débitage en série de blocs de très grandes dimensions (fig. 7).

8La stratégie semble répondre à une organisation des extractions qui s’inscrit dans un système cohérent mais difficile à cerner, en raison de l’absence de traces sur une grande partie du site. Le relevé et les observations faites sur le sol de carrière révèlent un canevas d’extraction homogène et d’apparence orthonormée.

9Les saignées conservées mesurent toutes 10-11 cm de large et ne détourent que des blocs de très gros gabarit.

10L’étude des dimensions des blocs conservés en négatif sur le sol met en évidence l’extraction de trois types modulaires. Le plus petit est de dimension 150 x 140 cm (3 blocs, soit 13,6 % des blocs observés). Le module le plus représenté mesure en moyenne 190,5 x 147 cm (9 blocs, soit 40,9 % de la totalité). Le troisième est de dimension 227,5 cm x 160-190 cm (4 blocs) et représente 18,18 % de l’échantillon (fig. 8). Trois négatifs présentent des dimensions extrémement importantes : 310 cm à 730 cm de longueur pour une largeur comprise entre 170 et 230 cm.

11Si l’extraction de blocs de ce gabarit n’est pas extrêmement courante, la pointe de Carro n’est néanmoins pas un cas isolé. On trouve dans la carrière de l’Estel (Vers-Pont du Gard) une extraction de blocs de dimensions similaires qui peuvent atteindre jusqu’à 8 tonnes de cubage et mesurer près de 5 mètres de long. Le calcaire de La Couronne et celui de la carrière de l’Estel sont de même formation géologique et possèdent de ce fait des qualités assez proches qui autorisent l’extraction de blocs de très gros gabarits (Vacca-Goutoulli 2002, p. 25).

12Le fait que nous n’ayons jamais trouvé en œuvre des blocs issus des carrières de La Couronne présentant un tel module permet de supposer un débitage de chacun des blocs en plusieurs unités pour lesquels tous les appareils et toutes les dimensions pourraient être envisagés. Le module de 227,5 x 190 x 60 cm pourrait fournir huit blocs de 113, 75 x 47,5 x 60 cm mais aussi 16 blocs de 67 x 47 x 60 cm et ainsi de suite. De la même façon, on peut produire dans un module de 190,5 x 147 x 60 cm, quatre blocs de 95 x 73 x 60 cm, mais aussi huit de 73 x 47,5 x 60 cm. Il existe donc de multiples possibilités de découpages modulaires.

Fig. 7. Traces d’extraction de blocs de grand appareil dans la carrière de la pointe de Carro (C.P).

Fig. 7. Traces d’extraction de blocs de grand appareil dans la carrière de la pointe de Carro (C.P).
  • 14 Comme il a été dit précédemment, le calcaire de l’Estel mis en œuvre dans le pont du Gard et celu (...)

13On sait que les Romains comme les Grecs préféraient augmenter la dimension des blocs plutôt que multiplier les éléments de construction (Bessac 1999, p. 77). Le Pont du Gard illustre la possibilité de mettre en œuvre des blocs pouvant atteindre 6 tonnes de cubage, soit des modules six fois plus lourds que ceux retrouvés dans le rempart hellénistique de Marseille14. On ne peut donc exclure la mise en œuvre de ces blocs tels qu’ils ont été extraits, même si le re-débitage reste actuellement la proposition la plus plausible, en l’absence de constructions en calcaire de La Couronne utilisant de tels modules.

Fig. 8. Représentation graphique de l’exploitation de la pointe de Carro (C.P).

Fig. 8. Représentation graphique de l’exploitation de la pointe de Carro (C.P).

14A l’emplacement de ces enlèvements, le sol de carrière est affecté d’importantes irrégularités, qui permettent de supposer qu’il n’a subi aucune rectification après l’extraction. Cette absence de préparation du sol peut révéler soit que les carriers sont arrivés au terme d’un programme précis, soit que les défauts de stratification ou de compacité du matériau à cet endroit ne permettaient pas de poursuivre l’extraction des modules prévus (fig. 9).

15Ces irrégularités pourraient aussi être le signe de la présence d’un second joint de stratification qui aurait entraîné, lors du détachement aux coins, un arrachage de matière. Dans ce cas précis, les extractions n’auraient pu être poursuivies plus profondément, puisque le fond de carrière est déjà quasiment au niveau de la mer.

Fig. 9. Absence de rectification et mauvais état du fond de la carrière de la pointe de Carro (C.P).

Fig. 9. Absence de rectification et mauvais état du fond de la carrière de la pointe de Carro (C.P).

16Les blocs extraits sur la partie centrale sont intégrés dans un même réseau mais présentent des modules hétérogènes de grand appareil. Les blocs extraits au niveau du front, sur la partie septentrionale du site, témoignent du traçage d’un réseau d’orientation différente mais dans lequel les blocs extraits sont proches du module majoritaire.

17On trouve sur la partie sud-est de l’exploitation, un débordement de saignées en quart de rond, allant bien au-delà des blocs disparus (Guéry, Trousset 1981, p. 55).

18Il reste à cet emplacement un bloc incurvé détouré par cette saignée, mais non extrait. Il pourrait s’agir de la fin de l’exploitation marquée par le fait que l’escoude est obligée d’aller au-delà du dernier bloc à extraire. On peut donc proposer une orientation de l’exploitation d’ouest en est et la présence de la laisse de carrière permet d’envisager que la progression de départ s’est faite du sud vers le nord. L’absence de traces d’emboîtures, du fait de la dégradation du sol, ne permet pas de vérifier cette hypothèse.

19A l’extrémité sud, une sorte de chenal pourrait avoir été aménagé dans le but de stabiliser une embarcation lors du chargement ou de faciliter le passage d’un radeau pour déplacer les matériaux. Comme nous l’avons vu, l’accès à cette zone était rendu complexe par les courants et vents qui s’y engouffrent puisqu’elle est : « complètement ouverte au sud (…) exposée à toutes les violences de la houle du large (…) » (Batard-Razelière, Denizet 1922, p. 658).

20On ne relève sur le site la présence d’aucune bitte d’amarrage taillée dans la roche, en revanche, on en trouve une en métal vers la fin du chenal. On ne peut néanmoins exclure la possibilité que des encoches d’amarrage aient été creusées dans le substrat et qu’elles aient disparu sous les effets de l’érosion.

21La carrière n’apparaît dans aucun texte et n’est répertoriée ni dans le cadastre napoléonien de 1817, ni dans la carte géologique de 1843. L’architecte V. Leroy ne la mentionne pas en 1847 et le répertoire des carrières de France de 1889 n’en fait pas état non plus.

22La présence de plaques de sel sur une grande partie du sol pourrait suggérer l’utilisation du site après abandon comme bassin de salaison, mais aucune vérification n’a pu être faite.

3.2. La carrière de Baou Tailla

23La carrière de Baou Tailla [x = 819,650 ; y = 3117,950] est située sur un promontoire, à l’est du port de Carro et à l’ouest de l’anse du Verdon, sur le littoral (fig. 10).

Fig. 10. Localisation de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 10. Localisation de la carrière de Baou Tailla (C.P).
  • 15 Appelée aussi Cotailla : contraction de Enco de Tailha.

24L’appellation de cette carrière ne laisse subsister aucune ambiguïté sur son activité, puisque « Baou Tailla », appelée parfois aussi « Roquetaillade », signifie la falaise ou la roche taillée15 (fig. 11).

Fig. 11. Vue générale de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 11. Vue générale de la carrière de Baou Tailla (C.P).
  • 16 Ces analyses sont inédites et ont été faites par Pierre Gaudon dans le cadre du PCR sur la pierre (...)

25La roche qui affleure appartient à l’étage supérieur du Burdigalien et offre plusieurs teintes variant du beige rosé au jaune et du rougeâtre au rose clair. Il s’agit d’un matériau à grain fin, qui présente une bonne tenue d’arêtes, et qui contient peu de coquilles de grandes dimensions. En 1981, deux analyses pétrographiques ont été faites, l’une portant sur un fragment de calcaire rose clair et l’autre sur du calcaire beige clair (Guéry, Trousset 1981, p. 71). Le matériau semble analogue quelle que soit la teinte. « C'est également ce qu'ont confirmé les analyses faites par P. Gaudon en 2002. » Ce dernier a prélevé trois échantillons sur trois niveaux différents de la carrière. L’échantillon n° 7 est issu d’un niveau situé à -1,50 m par rapport à la route, le n° 8 à -2 m et le n° 9 à +0,50 m au-dessus du niveau de la mer. Les trois fournissent les mêmes résultats16. Le matériau est de couleur rose franc, dur et scintillant, grossier à localement très grossier (pectens). La porosité provient pour l’essentiel de la dissolution précoce des coquilles. Les bioclastes sont majoritairement sparitiques. La coloration rose de la pâte est relevée par des tâches rouges plus intenses qui correspondent à la partie interne du moule externe d’une coquille dissoute. Il s’agit quasiment du même matériau que celui extrait à la pointe de Carro.

26La carrière de Baou Tailla se présente sous la forme d'un vaste plateau qui surplombe la mer de plusieurs mètres, et sur lequel des laisses de carrières séparent les différents secteurs exploités. Ces « murs » peuvent révéler, soit un cloisonnement volontaire, soit un défaut du matériau justifiant l’abandon de fronts rocheux sur l’emplacement (Bessac 2000, p. 10).

27La carrière est affectée d’importantes fissures, dues à la dissolution du matériau en raison de la pénétration d’eau, entraînant progressivement le détachement d’une partie du plateau qui s’enfonce dans la mer.

28Sur certains secteurs, un réseau orthogonal de saignées atteste l’enlèvement en série de blocs de moyens ou grands gabarits. Des traces similaires se retrouvent sur des quartiers de rochers aujourd’hui effondrés dans la mer.

29D’autres vestiges d’extraction sont visibles sur un sol plus morcelé à proximité du bord de mer, mais ils ne permettent pas de fournir une étude détaillée.

30La découverte est d’environ un mètre à un mètre cinquante et la superficie globale de la carrière est estimée à environ 8 000 m2, répartie sur onze secteurs. Les fronts mesurent en moyenne 3 m de hauteur, ce qui permet d’estimer le volume moyen extrait à 24 000 m3.

31Les secteurs 6, 8 et 9 sont recouverts par d’importants amoncellements de déchets d’extraction, correspondant probablement à la dernière période d’activité du site. On y trouve également de nombreux blocs abandonnés parmi lesquels certains sont à demi enterrés dans les déchets.

  • 17 Ce dernier est néanmoins incomplet, certaines traces d’extraction, dont le secteur 11, sortent du (...)

32Le service archéologique de la ville de Martigues a fait réaliser un levé topographique en 200117. Le plan des sols de carrière que j’ai réalisé a été calé sur ce dernier (fig. 12). La numérotation de chacun des secteurs a été conditionnée par la présence d’un mur de « cloisonnement ». À partir de ce travail, une étude statistique a été faite sur la dimension des blocs extraits qui couplée au relevé permet de déterminer l’organisation de l’extraction.

Fig. 12. Représentation graphique de la carrière de Baou Tailla (fond topographique cabinet Micheletti ; DAO C.P).

Fig. 12. Représentation graphique de la carrière de Baou Tailla (fond topographique cabinet Micheletti ; DAO C.P).

33Le secteur 1 se situe à l’extrémité Est du site. Il présente une superficie restreinte (35 m2) sur laquelle la totalité des dimensions a pu être restituée. Il s’agit presque exclusivement de blocs détourés mais non extraits (fig. 13).

Fig. 13. Vue sur le secteur 1 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 13. Vue sur le secteur 1 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

34Les hauteurs d’assise présentent une homogénéité remarquable : environ 30 cm. Les douze blocs se répartissent en trois modules de dimensions différentes. Le premier concerne le détourage de blocs de moyen appareil de dimensions (Lxlxh) 72 x 50 x 32 cm (5 blocs). Le deuxième correspond à un bloc de grand appareil de (Lxl) 108 x 70 cm (4 blocs). Enfin, le troisième mesure (Lxlxh) 60 x 50 x 32 cm en moyenne (3 blocs).

35Il n’y a aucune trace d’emboîtures puisque les blocs n’ont pas été enlevés. On ne peut alors que s’interroger sur les raisons qui ont poussé les carriers à abandonner ces blocs en cours d’extraction alors qu’ils avaient déjà réalisé la plus lourde tâche. Peut-être se sont-ils rendus compte tardivement de la mauvaise qualité du banc qui affleure à cet endroit, à moins qu’il ne s’agisse d’une extraction de la fin du XIXe s. brutalement interrompue.

36Le secteur 2 est accolé au précédent qu’il jouxte depuis l’ouest. Il est de superficie plus importante (75 m2) et semble être divisé en trois parties distinctes ; les plus gros modules ont été extraits sur la partie la plus au nord, qui est surélevée d’une assise par rapport au deuxième palier (fig. 14).

Fig. 14. Traces d’extraction en série dans le secteur 2 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 14. Traces d’extraction en série dans le secteur 2 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

37Les négatifs confirment l’extraction de trois modules différents, chacun extrait sur un secteur bien défini.

38On trouve au nord huit blocs de grand appareil dont le module moyen est de 100-117 x 60 cm (secteur 2A). On compte sur ce secteur trois à quatre empreintes d’emboîtures par blocs ; leur emplacement révèle une extraction depuis le front Nord en direction du littoral et du front Ouest vers l’Est. On trouve sur la partie centrale de la parcelle, en proportion similaire (huit blocs), un deuxième module mesurant en moyenne 85 x 60 cm (fig. 15).

Fig. 15. Traces d’emboîtures dans le secteur 2 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 15. Traces d’emboîtures dans le secteur 2 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

39Enfin, le dernier tiers du secteur atteste l’extraction en série de blocs de module 75 x 55 ou 25 cm et représente environ un tiers des dimensions observées (neuf blocs). Un seul bloc mesure 60-61 x 27 cm, deux font 140 cm de long pour une largeur de 56 et 80 cm, et enfin deux mesurent 94-96 x 56 et 78 cm.

40Tous sont extraits en série à l’aide de saignées de détourage dont la largeur est comprise entre 3 et 8 cm. L’organisation du réseau d’extraction est parfaitement orthonormée et témoigne d’une réflexion préalable sur la répartition des modules nécessaires à la construction.

41Le secteur 3 se situe au sud-ouest du secteur 2 (40 m2). Le fond de carrière est endommagé par l’érosion et recouvert de déchets actuels (bouteilles, emballages divers et variés). La présence de quelques saignées a toutefois permis d’identifier l’extraction de vingt blocs restés imprimés en négatif (fig. 16).

Fig. 16. Plancher d’extraction du secteur 3 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 16. Plancher d’extraction du secteur 3 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

42Les modules ne paraissent pas s’inscrire dans un débitage en série, puisqu’ils sont très hétérogènes. On trouve, au nord, sur un front de taille dont la hauteur est limitée à deux assises, les traces de l’enlèvement de quatre blocs dont deux mesurent 130 x 50- 70 cm et deux 80 x 50-60 cm. Sur le fond, les empreintes des blocs livrent trois unités modulaires distinctes. La première est de dimension 70 x 50-60 cm (cinq blocs), la deuxième de module moyen 80 x 50 cm (quatre blocs) et la dernière de 100 x 65 cm se trouve exclusivement sur la partie occidentale de la parcelle (cinq blocs). On note une répartition équitable des blocs de 90-100 x 60-75 cm et de 70-80 x 50-70 x 50 cm ainsi qu’une faible représentation des blocs de petit gabarit.

43L’organisation de l’extraction sur cette moitié ouest semble s’inscrire davantage dans une stratégie de débitage en série d’une même unité modulaire. Malgré la diversité des modules extraits, le réseau de saignées ne paraît pas se désorganiser. En regardant le plan de ce secteur, il apparaît plus clairement que les extractions sont structurées dans un système dans lequel les saignées sont tracées d’Est en Ouest sur chacune des deux moitiés de parcelle et que dans ce réseau se dessinent des tranchées Nord-Sud, adaptées au module que l’on souhaite extraire. La stratégie d’exploitation de cette parcelle paraît donc s’organiser dans un système cohérent, avec à l’ouest des blocs de même type modulaire extraits plus ou moins en série, et à l’est une répartition de différents modules qui s’inscrivent dans un même canevas d’extraction.

44La cloison qui sépare le secteur 4 du précédent est formée par une laisse de carrière d’environ 1,30 m de hauteur (fig. 17). Le sol de carrière souffre d’une érosion particulièrement marquée sur la partie septentrionale de la parcelle. Il n’a pas été possible de localiser les saignées de détourage et de mettre en évidence la dimension des blocs extraits et donc d’en faire un plan précis.

Fig. 17. Laisse de carrière et fond très érodé du secteur 4 de l’exploitation de Baou Tailla (C.P).

Fig. 17. Laisse de carrière et fond très érodé du secteur 4 de l’exploitation de Baou Tailla (C.P).

45Il a toutefois été possible de relever les modules restés imprimés sur le front de la partie la plus au nord, ainsi que ceux insérés dans les saignées du fond de carrière méridional (fig. 18).

Fig. 18. Partie méridionale du plancher d’extraction du secteur 4 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 18. Partie méridionale du plancher d’extraction du secteur 4 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

46L’étude métrologique souligne l’extraction de blocs de module 66-75 cm x 40-60 cm (dix blocs sur les seize mesurés). Les autres fournissent des dimensions trop hétérogènes pour évoquer le débitage en série d’un second type modulaire. Les traces d’enlèvement conservées sur le front sont de dimensions très variables, puisqu’on trouve des modules de 70 x 40-45 x 38-40 cm (Lxlxh), deux de 80 x 40-50 cm (Lxh) et un de 95 x 50 cm. Deux blocs de grand appareil ont été extraits, l’un mesure 160 x 40 x 35 cm et l’autre est de module 130 x 40 cm. Une seule trace atteste l’extraction d’un bloc de petit appareil presque carré de dimension 40 x 40 x 38 cm.

47En dépit de la variation modulaire, on voit très nettement que les hauteurs d’assise et les largeurs des blocs détourés sur le front sont similaires, seule la longueur varie. On peut donc supposer que, comme dans le cas précédent, les saignées est-ouest ont été tracées et les blocs répartis ensuite en fonction du module à extraire par les saignées nord-sud.

48Le sol de carrière de la partie sud révèle en revanche l’extraction en série d’un type modulaire particulier, bien intégré dans un réseau de découpage orthonormé. Seul un ou deux petits décrochements sont observables, mais ils pourraient être liés à la présence d’un défaut, ayant contraint les carriers à modifier légèrement leur trajectoire.

49Le secteur 5 jouxte la partie méridionale du secteur 4, il pourrait s’agir d’une même parcelle (fig. 19).

Fig. 19. Front du secteur 5 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 19. Front du secteur 5 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

50Au pied du front nord, les saignées ont laissé une empreinte assez nette sur le fond de carrière. On peut encore observer sur trois tranches de progression nord-sud l’extraction en série de blocs de module 60-70 x 50 cm (douze blocs sur les dix-huit relevés). Il semble que cette dimension soit extraite sur l’ensemble de la parcelle, puisque on parvient à distinguer l’emplacement des saignées tracées depuis le nord vers le sud jusqu’au rebord de la falaise. Elles semblent s’inscrire dans l’alignement des saignées relevées sur les trois lignes de blocs depuis le front. Il s’agit de la même unité modulaire que celle observée sur le secteur sud de la parcelle 4. On note également la présence de blocs de petit appareil de module 45-50 x 44 cm (deux blocs). Un seul bloc semble correspondre à du grand appareil, mais il pourrait en réalité s’agir de deux blocs dont la saignée de séparation a disparu sous l’érosion (fig. 20).

Fig. 20. Plancher d’extraction du secteur 5 de Baou Tailla (C.P).

Fig. 20. Plancher d’extraction du secteur 5 de Baou Tailla (C.P).

51L’organisation de cette parcelle montre la mise en place d’une stratégie d’extraction claire, dans laquelle la dimension des blocs est prédéterminée. Deux modules sont extraits en série dans des saignées probablement tracées à l’avance. On note toutefois une perturbation du réseau sur la deuxième rangée de blocs extraits en partant du nord. Les saignées ouest-est s’alignent de manière imparfaite sur la première et la troisième rangée. Cette anomalie pourrait évoquer l’intégration d’un défaut de la roche dans le réseau de découpage.

52La parcelle suivante est beaucoup plus étendue que celles traitées jusqu’à présent (fig. 21). Elle a donc été divisée en trois secteurs 6, 7A et 7B en rapport avec la conservation des traces d’extraction. Les parties nord-est et nord-ouest de la parcelle sont recouvertes d’un important amoncellement de déchets d’extraction. Le front de taille nord mesure entre 3 et 4 m de hauteur. Les extrémités orientale et occidentale sont séparées des secteurs 5 et 8 par une laisse de carrière pour la première et un front de taille pour la seconde. L’extrémité sud-est est complètement ouverte sur le large et était à l’origine rattachée au secteur que nous appellerons 10, qui s’est détaché en raison des pénétrations d’eau et s’enfonce aujourd’hui dans la mer. On relève à cet égard la présence d’une importante fissuration de la roche qui part depuis la bordure sud jusqu’à la cuvette appelée secteur 6. L’extrémité sud-ouest est matérialisée par un front de carrière, derrière lequel se trouve la mer. On peut imaginer que l’extraction n’y a pas été complète afin de laisser une barrière de protection, peut-être contre les vents du large.

Fig. 21. Vue sur le secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 21. Vue sur le secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

53Le secteur 6 se situe dans la partie sud-est de la parcelle et forme une sorte de cuvette, indiquant une extraction plus profonde d’une assise de 30 à 40 cm (fig. 22). Il est accolé au secteur 5 duquel il est séparé par une laisse de carrière très mince. Un fragment de roche s’est effondré sur son extrémité sud.

Fig. 22. Emplacement du sondage 1 dans la carrière de Baou Tailla (H.Tréziny).

Fig. 22. Emplacement du sondage 1 dans la carrière de Baou Tailla (H.Tréziny).

54Les modules attestent le débitage en série de deux unités modulaires intégrées dans un même réseau orthonormé. On trouve d’abord en majorité des blocs de 72 x 50 cm (13 blocs) puis de 63 x 50 cm (5 blocs).

55On note encore une fois le décalage des saignées à certains endroits sans toutefois qu’ils n’affectent le réseau de découpage. L’organisation est donc bien structurée et les défauts intégrés dans une stratégie d’extraction orthonormée, matérialisée par la présence de saignées de 6 à 10 cm de large. Plusieurs débordements indiquent l’interruption de l’exploitation, et une orientation des extractions selon un axe nord-sud/est-ouest.

56Le secteur 7 A est situé à l’extrémité ouest de la parcelle, sur le front de taille qui sert de cloison entre ce plateau et le secteur 8. Plusieurs niveaux sont conservés sur une longueur d’environ huit mètres, orientée sud-nord.

57Les traces de découpage sont restées imprimées d’abord sur la face du front d’extraction, mais aussi sur la plate-forme qui se développe sur sa partie sommitale.

58Tous les blocs extraits l’ont été sur une hauteur d’assise et une largeur quasiment identique, qui mesurent en moyenne 40 cm pour la première et 40 à 45 cm pour la seconde.

59La plupart des blocs ont une longueur comprise entre 60 et 80 cm, parmi lesquels six mesurent 78 cm de long et quatre font 62 cm en moyenne. On note toutefois que deux blocs ont une longueur de 86 cm et autant de 132 cm.

60Le sondage 1, fait en 2001 au pied du front nord-ouest de la parcelle et qui sera décrit en détail plus loin, a permis la mise au jour d’une partie du fond de carrière qui était recouvert de déchets d’extraction. Il témoigne de l’extraction de deux rangées de blocs de module 63 x 52 cm et d’une rangée de blocs de dimension 72 x 52 cm. Ces modules correspondent à ceux relevés dans le secteur 6, mais aussi en partie à ceux qui ont pu être observés sur la partie méridionale du secteur 4 et sur le secteur 5.

61Le secteur 7B correspond au front situé à l’extrémité sud-ouest de la parcelle, sur l’éperon rocheux qui surplombe la mer.

62Les dimensions relevées sont très hétérogènes, mais on peut évoquer la prédominance des blocs de très grand appareil puisque six des huit blocs mesurés ont une longueur supérieure à 110 cm, dont trois de plus de 215 cm. Les hauteurs d’assise et les largeurs sont toutes plus ou moins égales à 50 cm. Les extractions observées sur ce front semblent être dépourvues d’organisation, ce qui pourrait révéler une pratique parasitaire, quasiment au coup par coup.

63Le secteur 8 est un vaste plateau rectangulaire cerné par de hauts fronts de taille et situé sur le versant ouest du secteur 7 A. Il n’a pas été possible de faire de relevé du réseau d’extraction de ce secteur pour deux raisons. La roche est dans un état d’érosion très avancé sur le tiers sud de la parcelle et en partie recouvert de déchets d’extraction sur les deux tiers nord. Aucun module n’a donc pu être restitué, et on ne peut qu’observer l’importante hauteur d’assise des blocs extraits sur les fronts.

64On est quasiment confronté au même problème sur le secteur 9, situé immédiatement à l’ouest de la parcelle précédente à laquelle on accède grâce à l’enlèvement d’une assise supplémentaire. Les amoncellements de déchets sont beaucoup plus nombreux que sur les autres parcelles et atteignent des hauteurs extrêmement élevées (fig. 23). Aucun relevé de détail n’a été fait, il a toutefois été possible de mesurer des négatifs de blocs extraits d’abord sur le front est et ensuite au centre de la parcelle, sur une partie du sol de carrière. L’étude de la première série révèle l’extraction de blocs de modules moyens 80 x 45 x 30 cm et 75 x 40 cm. On trouve également quelques extractions de blocs de grand appareil de dimensions 105 x 80 x 40-50 cm et 100 x 50 x 40 cm. Les saignées ont une largeur comprise entre 5 et 8 cm. A la base du front, deux types modulaires très proches ont été extraits, le premier mesure 90 x 48 x 45 cm et le second 97 x 40 x 34 cm, tous deux enserrés dans des saignées de 9 cm de large. Le front présente des traces d’extraction désorganisées, qui ne s’intègrent pas dans une stratégie appréciable. Les différents niveaux d’exploitation, différentes largeurs et profondeurs semblent indiquer que les extractions ont été faites bloc à bloc sans s’intégrer dans une même stratégie.

Fig. 23. Déchets d’extraction et fronts de taille du secteur 9 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 23. Déchets d’extraction et fronts de taille du secteur 9 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 24. Vue sur le secteur 11 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 24. Vue sur le secteur 11 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

65La seconde série se trouve dans l’emprise d’une cuvette, formée par l’extraction d’un niveau supplémentaire. Onze blocs ont été relevés et fournissent des dimensions relativement homogènes, à l’image de celles qui ont été observées sur les secteurs 4, 5, 6 ainsi que dans le sondage 1. On y trouve donc des blocs détourés par des tranchées périphériques de 3 à 5 cm de large, et de modules 70 x 52 cm et 60 x 50 cm. On ne relève qu’un seul bloc de grand appareil 130 x 50 cm. En dépit de l’absence de relevés, l’exploitation de ce secteur paraît s’intégrer dans une stratégie de découpage dans laquelle on intègre les différents modules à extraire. Les saignées nord-sud paraissent s’aligner sur toute cette partie. Une longue saignée parcourt la totalité de la parcelle selon une orientation nord-sud, en direction de la mer et s’arrête au niveau de la falaise. Il pourrait s’agir en fait de la trace laissée sur le sol par le passage répétitif d’une roue d’engin, peut-être de type brouette, utilisée pour l’évacuation des déchets. Rien ne permet aujourd’hui de le confirmer.

66Le secteur 11 est situé en bord de mer, à l’ouest de celui que nous venons d’évoquer, mais n’est pas porté sur le relevé topographique (fig. 24). Le sol est encore plus érodé que celui des autres parcelles et n’a donc permis aucun relevé de détail mais seulement la prise de quelques dimensions. On trouve des modules très différents de ceux que nous avons relevés dans les secteurs 4, 5, 6 et 9. En revanche, les modules sont assez proches de ceux observés dans les secteurs 2 et 3. La partie sud-est atteste l’extraction de blocs de dimension 80 x 60 cm quasiment à fleur d’eau. La partie sud-ouest livre des blocs dont le module varie du simple au double puisqu’on en trouve de 50 x 50-60 cm et de 95 x 55 cm. Sur la partie nord-est, l’extraction concerne des modules de 100 x 60 cm et 85 x 60 cm alors que ceux extraits sur la partie nord-ouest correspondent tous à du grand appareil (122 x 50- 60 cm), détourés avec des saignées relativement étroites de 6 à 7 cm. On a donc sur ce secteur une diversité modulaire assez marquée, mais le morcellement et l’érosion du damier ne permettent plus d’obtenir d’informations sur l’organisation des extractions.

67Le secteur 10 s’enfonce dans la mer (fig. 25). Il n’a pas été possible, pour des raisons techniques, de faire le relevé des dimensions extraites. Il semble toutefois s’agir de modules de grand appareil (fig. 26).

68Sur l’ensemble de la carrière, les traces d’outils les plus fréquemment observées correspondent à des escoudes qui laissent des impacts punctiformes sur les fronts et pour lesquelles on peut supposer une forme pointue de la partie active. Cependant, l’identification de l’impact de l’outil et donc la détermination de la forme exacte de sa partie active est rendue difficile par le mauvais état de conservation des traces d’extraction. Le sondage 1 a cependant permis de mettre au jour des traces de pic et des empreintes d’emboîtures d’une dizaine de centimètres de long (10-15), presque jointives. Les saignées sont de dimensions hétérogènes, entre 4 cm et 8 cm de large, ce qui correspond aux observations faites sur l’ensemble de l’exploitation. La partie nord du secteur 2 livre également des traces d’emboîtures de forme assez similaire. On en compte dix-huit, réparties en moyenne à 3 par blocs et présentant chacune une longueur de 14 cm.

Fig. 25. Vue générale du secteur 10 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 25. Vue générale du secteur 10 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 26. Traces d’extraction de blocs de grand appareil dans le secteur 10 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 26. Traces d’extraction de blocs de grand appareil dans le secteur 10 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

69L’embarquement des matériaux se faisait vraisemblablement in situ. Le secteur 10 livre les restes de deux bittes d’amarrage semi-circulaires creusées dans le substrat et une troisième en métal. Elles sont situées à l’extrémité sud de cette parcelle. Le site pourrait également avoir servi de port d’embarquement à l’époque moderne. Nous reviendrons sur cette question lorsque nous aborderons le transport des matériaux.

Graffiti

70Les carriers de Baou Tailla ont laissé des traces plus personnelles de leur activité sous forme de marques et graffiti. Elles ont toutes été observées sur les secteurs 6 et 7, à proximité du sondage 1. Les premières ont été découvertes sur le front de taille sud, secteur 7a. Il s’agit des marques T et ∆, ainsi que du même symbole qui pourrait être doté d’une ligne verticale sur le triangle (fig. 27).

Fig. 27. Marque T sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 27. Marque T sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

71Elles ont été apposées sur la paroi, l’une à côté de l’autre. On les retrouve dans le registre de la confrérie des traceurs de pierres de La Couronne, en guise de signature, suite à un accord de protection mutuelle passé en 1863, puis sur le clocher de l’église construit et financé, en 1859, par les carriers. Elles paraissent être individuelles et seraient donc, si tel est le cas, attribuées par la confrérie et liées au statut social. Il pourrait donc d’agir de la signature des derniers exploitants de la carrière.

Fig. 28. Visage d’homme à moustache sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 28. Visage d’homme à moustache sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
  • 18 J’ai fait venir sur le site plusieurs compagnons tailleurs de pierre qui m’ont confirmé la qualit (...)

72A l’est du sondage 1 et sous le sondage 2, un visage d’homme moustachu à la chevelure très cernée a été réalisé sur le front de taille (fig. 28). Les arcades sourcilières et le contour des yeux sont très marqués, les joues sont en relief ainsi que l’opulente moustache qui se prolonge de part et d’autre, au-delà du contour de visage. Le menton est long, le front large, et la totalité est encadrée dans une forme de cloche qui pourrait correspondre à la (longue) chevelure du personnage. L’œuvre est de belle facture et le geste sûr, ce qui suppose que l’auteur a une parfaite connaissance du matériau et du maniement des outils18.

73Une seconde représentation est apposée sur le front perpendiculaire à celui que nous venons de citer. Il s’agit dans ce cas des initiales « BF » encadrées dans un motif de double cœur qui s’apparente à un blason (fig. 29). Les traits de contours sont très marqués et mesurent de 2 à 3 cm de large. L’intérieur est laissé en semi relief et les lettres sont incisées au centre de ce « cartouche ». Ces initiales pourraient correspondre à celles de plusieurs carriers, tels que Baptiste (des Arqueyrons) Fouque, Battistin Fouque ou encore Barthélémy Félin. La production est également de belle facture et atteste la réalisation par une main maîtrisant le maniement des outils.

Fig. 29. Initiales BF dans un genre de blason sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

Fig. 29. Initiales BF dans un genre de blason sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).

74Le visage s’apparente à une représentation humoristique alors que la deuxième est en revanche plus nominative mais étonnante par la rareté de ce type de marque lettrée. Elle ne fait référence à aucune marque répertoriée jusqu’aujourd’hui dans les carrières de La Couronne.

Les sondages de 2002

  • 19 Intervenants : Jean Chausserie-Laprée archéologue de Martigues, Henri Tréziny directeur de recher (...)

75L’occupation du site est attestée dès l’Antiquité grecque par les sondages 1 et 2, faits respectivement en novembre et mai 2002. Le sondage 1 a été fait sur le secteur 7, au pied du front de taille Nord19, à l’emplacement des premières observations de R. Guéry en 1979. Il a permis la mise au jour dans la couche 002 en grande quantité de tessons de céramique hellénistique d’importation proche (Marseille) et lointaine (Campanie, Grèce). Cette couche est malheureusement perturbée par la présence d’objets plus récents tels que des tessons de verre et de céramique vernissée. Sur la couche 003, la présence de fragments de céramique moderne évoque la décharge de matériaux depuis la surface du plateau.

76Le sondage 2, juste au-dessus du front de taille, a en revanche livré les traces d’une occupation sur un site très perturbé. Trois phases sont attestées à cet emplacement, la plus ancienne vers le IIe ou Ier s. av. J.-C., la deuxième au XVIIIe et/ou à l’époque contemporaine et la dernière au cours de l’occupation allemande. A la surface, un mur (MR002) a été dégagé, conservé sur 1,40 m de long, et pourrait être lié, par sa maçonnerie, à la dernière phase d’exploitation de la carrière. Cette hypothèse semble appuyée par la présence de céramique vernissée datée entre le XVIIIe s. et XIXe s. Les niveaux hellénistiques ont été mis au jour sur 20 m2, sous les déblais contemporains. La terre noire (001), retrouvée sur la surface de la partie centrale, témoigne de la présence d’un foyer. Le mobilier (1214 tessons) est composé de 2 % de céramique non tournée, 63,5 % de céramique claire de Marseille et 34,5 % de céramique d’importation (dont italiques, puniques et grecques communes, employées pour la cuisine). Certaines formes de céramique, comme les petits cratères skyphoi décorés par exemple, ne se trouvent pas dans le milieu indigène, ce qui tend à exclure la possibilité d’une occupation protohistorique. L’occupation hellénistique est donc attestée sur le site et pourrait être corroborée par la présence de deux graffiti, inscrits après cuisson, sur la céramique à vernis noir d’importation italienne. La qualité graphique suppose que la main du scripteur est grecque (Chausserie-Laprée 2002, p. 121).

77De nombreux déchets culinaires ont été mis au jour : esquilles d’os d’animaux, charbons de bois et coquillages marins parmi lesquels les espèces de petites dimensions vivant sur les rochers, telles que bigorneaux et troques, sont abondantes. Quelques objets métalliques ont également été découverts parmi lesquels deux tiges en bronze liées à la pêche (hampes d’hameçon munies d’une palette de fixation du fil), deux objets en plomb, un clou de section carrée et deux fragments informes, qui pourraient être interprétés comme des rebuts de forge. Si cette hypothèse se vérifie, elle pourrait permettre de relier l’occupation du plateau à l’exploitation de la carrière. Les carrières antiques étaient le plus souvent dotées d’un atelier de forge pour assurer l’entretien des outils. On l’identifie généralement par la présence d’un foyer et de scories (Adam 1984).

  • 20 ADBdR 378 E 1061.

78Cette exploitation n’apparaît pas dans la documentation d’archives moderne. Elle n’est pas répertoriée comme carrière en 1817 (cadastre napoléonien) mais comme « batterie », installée à l’initiative de Napoléon pour surveiller la côte. Les restes de construction identifiés dans le sondage 2 pourraient correspondre soit à l’installation de cette batterie soit à celle des carriers à partir de 1857, puisque cette parcelle est vendue aux enchères (cette même année) et acquise par Antoine Reymondon, carrier de profession20.

  • 21 Ces données sont issues du rapport, fait suite aux sondages pour le SRA, par J. Chausserie-Laprée (...)

79On trouve un mur construit en pierres liées avec un ciment gris appliqué de manière grossière, dont seule la face du parement tournée vers le nord et l’ouest est régulière, sans être vraiment parementée. Le caractère curviligne de la construction paraît s’adapter au tracé de l’excavation sans que l’on puisse y attribuer de fonction. Les tranchées sont creusées dans la partie nord et pourraient être mises en relation avec les travaux entrepris en 1941-1942 à l’initiative de l’armée allemande d’occupation (défense de la bande côtière). Les témoignages oraux récoltés auprès des habitants du village ont confirmé la présence d’un important blockhaus à moins de 20 m au nord de l’aire fouillée, aujourd’hui recouvert par une villa récente21.

80Les traces de foyer et dépôts divers tels que le mobilier céramique et les déchets culinaires pourraient néanmoins évoquer une utilisation de l’emplacement comme abri de chantier dès l’époque hellénistique. Les fragments interprétés comme des rebuts de forge pourraient confirmer cette hypothèse.

3.3. La carrière de Verdon 1

81La carrière de Verdon 1 se situe au nord-est de l’anse, entre la plage, au nord, et la carrière de Verdon 2, plus au sud [x = 820,110 ; y = 3118,135] (fig. 30). Elle est cernée à l’est par une falaise de plusieurs mètres de hauteur et à l’ouest par la mer qui recouvre un tiers de l’exploitation (fig. 31).

Fig. 30. Localisation de la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 30. Localisation de la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 31. Vue sur la carrière de Verdon 1 depuis Baou Tailla (C.P).

Fig. 31. Vue sur la carrière de Verdon 1 depuis Baou Tailla (C.P).

82Les trois étages du Burdigalien affleurent sur le site mais les extractions n’ont porté que sur l’étage inférieur. La pierre est rose, compacte, à grain fin et régulier et comporte des joints de stratification minces, ce qui en fait un matériau de bonne qualité. Le fond de carrière témoigne d’une altération et d’une recalcification qui suggère la grande ancienneté des extractions de surface (Guéry et al 1982, p. 18).

83Cette carrière mesure 200 m de long par 10 m de large pour une hauteur de fronts moyenne de 1,35 à 1,50 m. La superficie de l’exploitation est donc estimée à 2 000 m2 et le volume moyen extrait est évalué à 8 000 m3. Cette carrière, longue et étroite, est à fleur d’eau sur sa moitié septentrionale et ennoyée sur sa moitié méridionale (fig. 32). Ce secteur, immergé sous une trentaine de centimètres d’eau, livre des traces de détourage relativement lisibles, dans lesquelles se sont logées des algues et des petits coquillages. La surface du secteur nord est en revanche très érodée et ne permet plus d’observer le découpage modulaire ; quelques données ont toutefois pu être collectées sur le front de taille.

Fig. 32. Vue générale de la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 32. Vue générale de la carrière de Verdon 1 (C.P).

84On note sur la falaise, en plusieurs endroits, des traces de tubes à poudre noire qui pourraient évoquer le délogement volontaire d’une partie de l’étage supérieur de la formation. On peut imaginer, en observant le creusement que l’étage moyen a subi (fig. 33), que l’effondrement de la falaise a pu être provoqué afin d’éviter un éventuel accident. Lorsqu’on voit le résultat de ce même creusement par les vents et les embruns dans la carrière de La Beaumaderie, on peut aisément envisager que les habitants n’ont pas souhaité que cela se produise à nouveau. On trouve d’ailleurs au pied de la falaise plusieurs masses informes laissés à même le site sur une aire qui semble correspondre à la zone d’effondrement. Mais on ne peut exclure que de la poudre noire ait également été utilisée à une époque récente pour extraire de la pierre.

Fig. 33. Creusement de la falaise dans la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 33. Creusement de la falaise dans la carrière de Verdon 1 (C.P).

85La restitution des modules extraits n’a été possible que sur le front de taille central, sur le sol de carrière ennoyé (secteur sud-ouest) et aux abords des fronts de la partie sud-est du site (fig. 34 et 35).

Fig. 34. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 34. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 35. Découpage modulaire très lisible dans la partie ennoyée de Verdon 1 (C.P).

Fig. 35. Découpage modulaire très lisible dans la partie ennoyée de Verdon 1 (C.P).

86La première série livre essentiellement des blocs de grand appareil, mais sans aucune homogénéité de dimension (longueur et hauteur d’assise en front de taille). On trouve des blocs de dimension 85-90 x 30-50 cm (quatre blocs) un bloc qui mesure 105 x 60 cm et un autre de 120 x 60 cm, quatre blocs de module 130-140 x 30-40 cm, un de 140 x 80 cm et trois de 170 x 35 cm. On ne compte que deux blocs de petit appareil 50 x 35 cm et un bloc de moyen appareil 70 x 35 cm. Les fronts témoignent toutefois d’une organisation du découpage. La dimension des hauteurs d’assise varie, mais chacune est intégrée à un niveau d’extraction distinct. Le front n’apparaît donc pas désorganisé et les différents modules s’inscrivent dans une stratégie d’extraction tout à fait cohérente.

87La deuxième série, relevée dans la partie immergée, atteste l’insertion de blocs de dimensions hétérogènes dans un réseau de débitage en série. Les modules (longueur et largeur en fond de carrière) sont intégrés dans des saignées qui s’inscrivent dans un système orthonormé. On trouve deux types modulaires, l’un de moyen appareil, l’autre de grand appareil. La première catégorie reste largement minoritaire et comprend un bloc de module de 80 x 50 cm, un autre de 70 x 50 cm et l’extraction de blocs de 65 x 50 cm (trois blocs). La seconde catégorie représente plus de la moitié des blocs extraits sur ce secteur. On trouve des modules de 90-100 x 60 cm (quatre blocs) et des blocs qui mesurent en moyenne 120 x 60 cm (cinq blocs). Deux blocs ne sont connus que par l’empreinte de leur largeur, qui mesure entre 70 et 80 cm, ce qui permet de supposer qu’il s’agit, là encore, de modules de grand appareil.

88La troisième série de dimensions a été prise sur le secteur sud-est et plus rarement sur le sol de carrière de la partie nord (deux blocs). Certains découpages modulaires observés sont nets, d’autres sont en revanche plus incertains, soit parce qu’ils sont moins bien conservés soit parce que la présence d’une saignée intermédiaire (scindant le bloc en deux) ne peut être exclue. Les blocs dont l’extraction est sûre sont de dimensions hétérogènes. On trouve un bloc de petit appareil 50 x 45 cm, un bloc carré de 70 x 70 cm, deux blocs de 70 x 50 cm et deux blocs de grand appareil 110-125 x 70 cm. Les blocs de longueur 70 cm sont tous extraits sur le secteur sud-est. Les dimensions incertaines ne livrent que du grand appareil. On trouve des modules de 120-130 x 30-50 cm et 150-160 x 40-50 cm (sept blocs).

89Les traces d’extraction mettent d’abord en évidence une diversité modulaire importante, qui varie du petit au grand appareil. On constate que quasiment la moitié des modules ont une longueur supérieure ou égale à 120 cm (vingt-deux blocs), sept blocs mesurent entre 90 et 100 cm de long, mais qu’on trouve en quantité significative, environ un tiers, des dimensions plus restreintes (de 50 et 80 cm de longueur). Les largeurs et hauteurs d’assise attestent aussi cette diversité des modules puisqu’elles peuvent varier du simple au double : 21 mesures sont comprises entre 50 et 60 cm, seize entre 30 et 40 cm et cinq supérieures à 60 cm.

90L’organisation de l’exploitation et l’intégration des modules dans un repère orthonormé sont particulièrement perceptibles sur le sol de carrière de la partie sud. Les extractions conservées en négatif sur le front ne semblent pas être désorganisées, mais s’inscrivent plutôt dans une stratégie cohérente. On note toutefois, en certains points une saillie importante du front et quelques extractions d’apparence ponctuelle sur le front sud-ouest.

91Les matériaux extraits ont été transportés par voie maritime et chargés in situ comme l’atteste la présence de deux bittes d’amarrage creusées dans la roche (fig. 36). La première, bien conservée, se trouve sur le secteur nord-ouest, la seconde est en revanche difficile à identifier, mais se situe dans le secteur immergé. Une bitte d’amarrage en métal a été installée sur le site à une époque indéterminée.

Fig. 36. Encoche d’amarrage creusée dans la roche dans la carrière de Verdon 1 (C.P).

Fig. 36. Encoche d’amarrage creusée dans la roche dans la carrière de Verdon 1 (C.P).

92Cette carrière pourrait avoir été utilisée au XIXe s. comme port d’embarquement. En 1821, un texte évoque le transport des matériaux extraits dans les carrières de La Couronne et précise que les pierres sont acheminées par charrette « au petit port du Verdon qui est tout près et où on les embarque pour Marseille » (Villeneuve-Bargemon 1821, p. 539). Il existe une voie à ornières qui longe toute l’anse du Verdon, quasiment depuis la route goudronnée (près de l’actuel sémaphore) jusqu’à la carrière de Verdon 3. Il paraît néanmoins difficile d’imaginer que l’on puisse embarquer les matériaux dans le site de Verdon 1, principalement en raison de l’aplomb de la falaise. On peut toutefois supposer que les opérations de manutention sont réalisées à l’aide d’un engin de levage, posté en haut de la falaise et les blocs réceptionnés en bas. On ne peut raisonnablement exclure cette hypothèse. Nous reviendrons sur cette question dans la partie suivante, consacrée au transport. Enfin, une inscription a été vue en lumière rasante sur le front nord-est de la carrière. Malgré un très mauvais état de conservation de la pierre, on croit lire les lettres grecques ΒΦΔΧΓ (fig. 37).

Fig. 37. Restes d’inscriptions potentielles, mais très peu lisibles, sur le front de Verdon 1 (C.P).

Fig. 37. Restes d’inscriptions potentielles, mais très peu lisibles, sur le front de Verdon 1 (C.P).

93L’exploitation de cette carrière n’est pas évoquée dans la documentation d’archives des XVIIe-XVIIIe et XIXe s. Elle n’est pas non plus répertoriée en 1817 dans le cadastre napoléonien, ni sur la carte géologique de 1843 et n’est pas mentionnée non plus en 1847, par Victor Leroy, comme carrière fournissant les matériaux pour la construction des maisons de Marseille.

3.4. La carrière de Verdon 2

94Cette exploitation se situe entre les sites de Verdon 1 et de Verdon 3 [x = 820,075 ; y = 3118, 050] (fig. 38 et 39). Quelques saignées d’extraction ont été observées sur le plateau entre Verdon 1 et Verdon 2. Elles ne peuvent actuellement être reliées à l’une ou l’autre des carrières.

Fig. 38. Localisation de la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 38. Localisation de la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 39. Vue générale de la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 39. Vue générale de la carrière de Verdon 2 (C.P).

95On trouve, sur le site de Verdon 2, deux étages de la formation du Burdigalien (fig. 40). L’étage supérieur couvre environ un tiers de la carrière. Il s’agit d’un matériau de couleur rose clair à rose vif qui contient un grand nombre de fossiles marins. Les parties centrale et septentrionale présentent un sol de carrière de couleur jaune très érodé pouvant évoquer l’exploitation de la couche moyenne de la formation.

Fig. 40. Affleurement dans la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 40. Affleurement dans la carrière de Verdon 2 (C.P).

96On note de nombreuses pistes de vers fouisseurs sur le fond des joints de stratification. Sur la partie centrale, une fine couche de calcaire rose (15 cm) se poursuit et se réduit à mesure qu’on approche du secteur nord, pour ne laisser au final qu’un sol de roche jaune. La pierre exploitée sur ce site est donc le calcaire rose du Burdigalien supérieur et le calcaire jaune de la couche moyenne. On trouve le premier essentiellement sur les fronts de taille, au pied des fronts dans la partie nord (15 cm d’épaisseur), et sur le dernier quart sud.

97Le sol de carrière, dont la superficie est estimée à 350 m2 environ (55,7 m de long pour une largeur de 5 à 8 m selon les secteurs), est dans un état de conservation très médiocre (fig. 41).

Fig. 41. Vue sur le sol de carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 41. Vue sur le sol de carrière de Verdon 2 (C.P).

98Le front de taille est conservé sur une hauteur qui varie de 56 cm dans le secteur sud et 160 cm dans la partie nord. Le volume extrait est donc évalué, à partir de ces données, à 400 m3. La roche est très délitée au-dessus de 1,50 m, mais cette détérioration pourrait être due à des modifications thermiques qui auraient entraîné l’éclatement de la roche.

99Sur le sol de carrière, il ne reste que quelques saignées de détourage qui ne permettent pas d’évaluer la dimension des blocs extraits. L’arrivée sur la couche moyenne du Burdigalien pourrait être à l’origine de l’abandon de la carrière. En dépit de la mauvaise conservation du sol, quelques traces ont pu être observées. Les mesures relevées sont essentiellement localisées sur les contours du sol de carrière, la partie centrale étant trop endommagée pour en permettre une bonne lecture (fig. 42).

Fig. 42. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 42. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 2 (C.P).

100Les négatifs de saignées de détourage livrent des largeurs de dimensions différentes. Dans la partie nord, elles sont comprises entre 5 et 13 cm, et plus fréquemment entre 5 et 9 cm. Dans la partie centrale, elles oscillent entre 3 et 12 cm, avec une prédominance des saignées entre 4 et 9 cm. Au sud, elles mesurent entre 5 et 13 cm avec une proportion égale entre 5-7 cm et 11-13 cm. L’érosion a très probablement déformé certaines traces, il est donc malaisé d’en tirer des conclusions.

101Seuls deux modules de petit et moyen appareil ont été identifiés, l’un de 50 x 50 cm et le second 60 x 52 cm. Les autres ne peuvent faire l’objet d’une étude puisqu’ils ne sont connus que par une seule côte.

102Les dimensions mesurées peuvent correspondre soit à la largeur, soit à la longueur de bloc extrait. On constate que la majeure partie de ces dimensions est comprise entre 50 et 80 cm (41 côtes sur 56 relevées). Parmi les négatifs observés dans cette carrière, dix évoquent l’extraction de blocs de grand appareil, puisque la dimension mesurée est comprise entre 90 et 135 cm. Il est plus difficile de proposer d’autres rapprochements puisque les dimensions peuvent autant correspondre à des longueurs qu’à des largeurs. On note toutefois que les deux seuls modules complets correspondent à des blocs de dimensions assez restreintes et que l’hétérogénéité des côtes mesurées évoque l’extraction des trois appareils.

103La détérioration du sol de carrière ne permet plus d’observer l’organisation de l’exploitation par le biais du réseau de découpage. On ne peut, par conséquent, évaluer la cohérence de la stratégie. Toutefois, en dépit de l’érosion du sol de carrière, il semble que, dans la partie méridionale, l’extraction a été organisée dans l’emprise de saignées nord-sud et est-ouest (fig. 43). Les traces sont très élargies et détériorées, ce qui ne permet pas d’obtenir plus de précisions. On remarque, en plusieurs endroits, la présence de « cuvettes », formées par l’extraction de blocs sur un niveau supplémentaire par rapport à la bande littorale. On note également que la pierre jaune, particulièrement présente sur la partie nord du site, a été probablement exploitée, mais ne livre plus aucune trace lisible. Il est assez surprenant que l'exploitation se soit portée sur ce matériau, de qualité médiocre et mal cimenté et donc probablement moins résistant dans la construction. On relève également la présence de plusieurs débordements de saignées en plusieurs points distincts de l’exploitation.

Fig. 43. Traces d’exploitation visibles dans la partie sud de la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 43. Traces d’exploitation visibles dans la partie sud de la carrière de Verdon 2 (C.P).

104Les blocs ont été transportés par voie maritime et embarqués à même le site. Seule une bitte d’amarrage en métal est conservée, mais l’état d’érosion avancé du site ne nous permet pas d’exclure la présence d'encoches d'amarrage creusée dans la roche. Ce site pourrait, comme Verdon 1, avoir été utilisé comme port d’embarquement au XIXe s ; la voie à ornières qui passe au dessus semble y descendre et se poursuit en direction de Verdon 3.

105Une marque a été découverte sur un bloc de forme oblongue, dans la partie sud de la carrière. Cette inscription HN n’est pas répertoriée parmi les marques modernes et contemporaines des carriers de La Couronne (fig. 44). Elle est assez profondément incisée dans la roche, toutefois le grand nombre de prénoms contemporains présents sur le fond de carrière nous incite à remettre en cause son ancienneté.

Fig. 44. Marque HN incisée sur un bloc dans la carrière de Verdon 2 (C.P).

Fig. 44. Marque HN incisée sur un bloc dans la carrière de Verdon 2 (C.P).

106Cette carrière n’est jamais mentionnée dans la documentation des XVIIe, XVIIIe et XIXe s.

3.5. La carrière de Verdon 3

107L’exploitation de Verdon 3 est située à l’extrémité sud de l’anse du Verdon (fig. 45), à l’ouest du phare de Cap Couronne, en bordure du littoral [x = 820,050 ; y = 3117,925]. (fig. 46)

Fig. 45. Localisation de Verdon 3 (C.P).

Fig. 45. Localisation de Verdon 3 (C.P).

Fig. 46. Vue générale de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 46. Vue générale de la carrière de Verdon 3 (C.P).

108Les extractions ont été faites dans la couche supérieure du Burdigalien. Le pendage naturel fait que la hauteur de la formation se réduit au fur et à mesure que l’on avance vers le sud. On observe également un pendage ouest-est, c’est-à-dire en direction de la mer.

109La pierre est de couleur rose et contient une importante quantité de fossiles marins dont certains sont de grandes dimensions.

110La carrière se développe selon un axe nord-est/sud-ouest sur une longueur de 35,5 m pour 8,5 m de large environ. L’abondance de déchets d’extraction, qui jonchent le sol de la partie nord, permet de supposer que le fond de carrière se trouve légèrement en-dessous de son niveau actuel (fig. 47). La présence d’une trace de détourage au pied de ce front, 15 cm en dessous du niveau de déchets, permet de considérer la hauteur réelle du front à environ 1,50 m.

Fig. 47. Déchets d’extraction recouvrant le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 47. Déchets d’extraction recouvrant le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).

111Deux fronts de taille marquent la limite septentrionale de la carrière. À partir de cet emplacement, le sol est couvert de déchets de petites et moyennes dimensions, plus nombreux sur la partie centrale, et que l’on retrouve sur une bonne moitié du site. Dans la partie septentrionale, il s’agit de gros éclats, mesurant jusqu’à 20 x 18 cm, et dans la cuvette, on retrouve à la fois des déchets de dimension similaire mais aussi des fragments de taille plus restreinte (8 x 6 cm).

112Cette couverture empêche la restitution de l’organisation modulaire du sol. La moitié sud de la carrière forme une cuvette, dans laquelle l’eau stagne, faute de pouvoir s’évacuer naturellement, sur une pellicule de déchets, il n’a par conséquent été possible d’en relever qu’une petite partie.

113Quelques fragments de roche issus d’un effondrement recouvrent le sol de carrière de la partie méridionale, ce qui a également limité la collecte de données (fig. 48). Il est toutefois assez bien conservé au pied du front central et sur une partie de l’extrémité ouest, orientée nord/sud, ce qui a permis d’observer en partie l’organisation du réseau de détourage. Il livre les traces d’un débitage en série de plusieurs blocs de dimensions normalisées (fig. 49).

Fig. 48. Vue sur le front de taille et gros blocs de pierres sur le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 48. Vue sur le front de taille et gros blocs de pierres sur le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 49. Traces d’extraction de blocs de grand appareil, conservées en négatif sur le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 49. Traces d’extraction de blocs de grand appareil, conservées en négatif sur le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).

114Cette étude a permis de restituer une partie des dimensions extraites dans cette exploitation (fig. 50). Les modules sont exclusivement de grand appareil, puisque on ne compte que deux blocs dont la longueur est inférieure à 100 cm.

Fig. 50. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 50. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 3 (C.P).

115Les observations mettent en évidence l’extraction de modules de dimension 105 x 65 cm (quinze blocs sur les vingt et un restitués), essentiellement localisés sur les secteurs centre-ouest (en série) et sur toute la partie sud. Les blocs extraits dans la partie centre-est de la carrière, c’est-à-dire dans la cuvette près de la bordure littorale, mesurent 158 x 65 cm (trois blocs). Les dimensions semblent donc normalisées autour d’un module de grand appareil.

116L’extraction de certains blocs n’a pu être supposée que par l’existence d’une seule cote. Ainsi, sur le secteur sud-ouest, six saignées sont alignées dans ce qui semble être un même réseau, puisque trois sont horizontales et trois sont verticales. Il manque à chacun de ces blocs deux saignées, toutefois, si on part du principe qu’ils sont inscrits dans un même détourage, on obtient trois modules de dimensions 94 x 76 cm, 89 x 76 cm et 82 x 76 cm. À proximité immédiate, se trouve un bloc qui n’est conservé que sur sa longueur, égale à 95 cm, ce qui paraît assez proche des trois mesures évoquées précédemment. Au sud-est, dans le secteur recouvert d’eau, on peut supposer l’extraction de deux blocs de module 162 x 63 et 166 x 80 cm, qui se rapprochent du module de 158 x 62 cm.

117L’abandon de trois blocs dans la « cuvette », dont les modules respectifs sont de 71 x 60 cm, 95 x 66 x 28 cm et 75 x 66 x 40 cm évoque l’extraction de blocs d’appareils différents, dont la longueur est inférieure à 100 cm.

118Les traces d’impacts sur le front de taille sont dans un très mauvais état de conservation et permettent difficilement d’identifier la partie active de l’outil employé. Une saignée sur le front central livre toutefois une trace d’impact qui pourrait correspondre à celle d’une escoude à deux dents, mais qu’il paraît difficile de confirmer en raison de sa faible lisibilité. Les saignées de détourage conservées dans le secteur nord mesurent toutes 9 cm au pied du front, et varient sur l’ensemble du site de 5 à 9 cm. Dans le secteur sud, elles sont comprises entre 8 et 10 cm.

119On observe également deux débordements de saignées relativement importants (fig. 51). Le premier se trouve sur le secteur sud-est, orienté nord-sud, et se prolonge sur 3,74 m.

Fig. 51. Débordement de saignée visible dans la partie méridionale de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 51. Débordement de saignée visible dans la partie méridionale de la carrière de Verdon 3 (C.P).

120Aucune trace d’exploitation n’a été repérée au-delà du point de départ de ce débordement. Il évoque l’interruption de l’exploitation et indiquerait donc un sens de progression depuis le nord vers le sud. Le second est conservé sur la partie centre-ouest du site. Il se prolonge au-delà des dernières exploitations, en direction de la bordure littorale. Il témoignerait donc d’un sens de progression depuis le front vers le bord de mer. Ces indices paraissent relativement compatibles avec l’accumulation de déchets d’extraction sur la partie nord du site, qui serait, selon toute vraisemblance, la partie la plus ancienne de la carrière.

121L’exploitation de la partie centrale semble s’inscrire dans une organisation cohérente, matérialisée par la présence de saignées de détourage qui forment un réseau homogène. On note une correspondance entre la plupart des saignées orientées est-ouest, entre le front oriental et la partie occidentale de l’exploitation. On relève en revanche quelques décalages dans la partie sud-ouest, alors que le réseau nord-sud de la partie orientale paraît s’intégrer parfaitement à l’ensemble. Les fronts de taille sont bien organisés, aucune extraction d’aspect parasitaire ou opportuniste n’est à noter.

122Les matériaux extraits dans cette carrière ont été transportés par bateau, comme l’atteste la bitte d’amarrage semi-circulaire creusée dans la roche sur la partie sud du site (fig. 52).

Fig. 52. Bitte d’amarrage semi-circulaire aménagée dans le substrat de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 52. Bitte d’amarrage semi-circulaire aménagée dans le substrat de la carrière de Verdon 3 (C.P).

123Deux autres sont creusées dans le substrat, alignées selon un même axe sud-nord. La première est de forme oblongue et se situe à 9,25 m au nord de la bitte semi-circulaire (fig. 53).

Fig. 53. Elément de forme oblongue s’apparentant à un système d’amarrage aménagé dans le substrat de la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 53. Elément de forme oblongue s’apparentant à un système d’amarrage aménagé dans le substrat de la carrière de Verdon 3 (C.P).

124La seconde, de forme presque carrée, a été creusée à une distance de 7,53 m au nord de la précédente (fig. 54).

Fig. 54. Elément de forme carrée de type amarrage dans la carrière de Verdon 3 (C.P).

Fig. 54. Elément de forme carrée de type amarrage dans la carrière de Verdon 3 (C.P).

125Elles s’apparentent à première vue à des bittes d’amarrage, mais présentent toutefois des angles susceptibles d’user très rapidement les cordages. Il n’est donc pas certain que ces systèmes soient à mettre en relation avec le transport. Aucune autre proposition ne peut néanmoins être envisagée pour le moment.

126Cette carrière est totalement absente de la documentation d’archives des XVIIe, XVIIIe et XIXe s. Pourtant, d’après la Statistique des Bouches-du-Rhône, un des sites de l’anse du Verdon servait de port d’embarquement au XIXe s. (Villeneuve-Bargemon 1821, p. 539). Ce pourrait être Verdon 3 puisque la voie à ornières mentionnée lors de la présentation des sites de Verdon 1 et 2 se prolonge jusqu’à cette exploitation qui semble offrir une plus grande accessibilité et plus de facilités de chargement que les deux autres.

3.6. La carrière de Couronne-Vieille

127La carrière de Couronne-Vieille se situe sur la bordure ouest de l’anse du même nom, à proximité d’un petit port (x = 820,42 ; y = 117,16) (fig. 55 et 56).

Fig. 55. Localisation de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 55. Localisation de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 56. Vue sur la carrière de Couronne-Vieille depuis la bordure ouest de la carrière de la Pinède (C.P).

Fig. 56. Vue sur la carrière de Couronne-Vieille depuis la bordure ouest de la carrière de la Pinède (C.P).

128La roche extraite appartient à l’étage supérieur du Burdigalien. On y trouve différentes teintes allant du blanc grisâtre au blanc rosé, parfois rose franc, qui reposent sur une couche de calcaire jaune. Il s’agit d’un matériau à grain grossier, poreux et contenant de nombreux débris de coquillages, parfois entiers.

129La carrière est actuellement conservée sur une superficie de 1 200 m2 et sur une hauteur d’extraction de deux mètres ce qui permet d’estimer le volume moyen extrait à un minimum de 2 400 m3 (fig. 57).

Fig. 57. Vue générale de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 57. Vue générale de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

130Elle a été ouverte sous une couche de marne et de pierre qui mesure environ un mètre de hauteur. La mer pénètre très profondément dans l’exploitation et la recouvre parfois jusqu’au front de taille, c’est-à-dire sur toute sa largeur. Les traces d’extraction se développent du sud-est vers le nord-ouest ; elles sont ennoyées au sud-est, en alternance dans la partie centrale, et s’étendent jusqu’au pied des maisons qui bordent le petit port (fig. 58).

Fig. 58. Ennoyage partiel de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 58. Ennoyage partiel de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

131Un tapis de déchets de taille recouvre le damier situé hors de l’eau et crée un petit monticule dans la partie nord. Il s’agit essentiellement de fragments de petite et moyenne dimensions qui ne présentent, en surface, aucun indice de concrétion (fig. 59). On trouve enfin plusieurs traces de petits effondrements, particulièrement visibles sur la pointe sud de la carrière.

Fig. 59. Déchets d’extraction couvrant le fond de la partie nord de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 59. Déchets d’extraction couvrant le fond de la partie nord de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

132Le relevé n’a pu porter que sur le secteur hors d’atteinte de l’eau, c’est-à-dire sur la moitié septentrionale de l’exploitation (fig. 60). Tous les fronts ont en revanche été positionnés sur le plan. Le relevé du sol et les empreintes de détourage observés sur les fronts de taille ont permis de restituer la dimension de quelques blocs extraits (cinquante). Les hauteurs d’assises mesurent toutes en moyenne 50 cm. Six blocs de dimension moyenne 72 x 53 x 30 cm ont été abandonnés dans une sorte de cuvette, au pied d’un front au nord-ouest du site.

Fig. 60. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 60. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

133Dans le secteur nord-est, le négatif des blocs atteste l’extraction de modules de grand appareil, puisque vingt et un blocs ont une longueur supérieure à 100 cm, parmi lesquels la moitié mesure plus de 140 cm de long. Sur le même secteur, six blocs correspondent à du moyen appareil rectangulaire, parfois carré, de 60-70 x 30-70 cm.

134Sur le front de la partie centrale, les blocs extraits mesurent tous 65-75 x 50 cm (cinq blocs restitués).
En revanche, les traces au sol témoignent de l’extraction de modules de dimensions hétérogènes parmi lesquels quatre blocs mesurent 80-90 x 70-75 cm et six font 105-110 x 70 cm. Les autres vestiges d’extraction ne sont connus que par une seule dimension, que l’on suppose, compte-tenu du découpage au sol, être la longueur (six blocs). La plus représentée mesure entre 65 et 70 cm. Les saignées de détourage ont toujours une largeur comprise entre 5 et 10 cm.

135Comme dans l’ensemble des carrières de La Couronne, il est difficile d’identifier la partie active des outils employés, en raison du mauvais état de conservation des traces. Les impacts observables sur le front de taille de la partie située à proximité des blocs abandonnés évoquent l’utilisation d’un outil muni d’un tranchant étroit et non pointu (fig. 61). L’espacement des stries est régulièrement compris entre 1,5 et 2 cm.

Fig. 61. Impact d’escoude dans une saignée d’extraction dans la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 61. Impact d’escoude dans une saignée d’extraction dans la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

136Aucune trace d’emboîture n’a été repérée, ce qui compromet la compréhension de la stratégie d’exploitation. Il faut toutefois signaler la présence d’un débordement de saignée qui se prolonge jusqu’au rivage. En observant la carrière, depuis la falaise qui la surmonte, il apparaît assez clairement que l’organisation n’est pas homogène sur l’ensemble de l’exploitation. D’abord, le sol de carrière de la partie nord-ouest a été remblayé, il pourrait donc s’agir d’un secteur d’exploitation soit plus ancien, comblé par les déchets des dernières extractions, à partir de l’amoncellement que l’on remarque près des blocs abandonnés, soit remblayé par les habitants des maisons. Sur la partie haute de ce secteur, on note la présence en négatif de modules de grand appareil. Le secteur central présente des divergences de stratégie d’exploitation particulièrement remarquables sur les fronts de taille. Ils sont, sur la majeure partie du site, très rectilignes et ont visiblement été rectifiés. On note toutefois une extraction d’apparence plus parasitaire sur le petit front qui se trouve en recul sur la partie centrale du site. L’enlèvement de la découverte paraît peu soigné et le débitage dépourvu d’organisation. On constate en revanche que le sol de carrière de la zone qui se développe à partir de la ligne formée par les fronts droits témoigne d’une organisation bien structurée, dans un réseau de saignées orthonormé (fig. 62). À mesure que l’on avance vers le sud-est, on trouve à nouveau les traces d’un travail plus désordonné. Il est difficile de comprendre la manière dont se sont articulées les extractions sur cette partie. Des blocs, voire même des masses difformes, ont été extraits visiblement à partir d’un premier découpage structuré, mais sur des niveaux qui deviennent ensuite différents, avec des décalages de hauteur, et ne paraissant plus s’intégrer dans un même canevas. On y trouve des modules variables, allant du petit appareil à de grands gabarits (dont la dimension pourrait être compatible avec l’extraction de sarcophages : 2 x 0,70 m). (fig. 63)

Fig. 62. Fond de carrière présentant un aspect moins organisé (C.P).

Fig. 62. Fond de carrière présentant un aspect moins organisé (C.P).

Fig. 63. Blocs de gabarit important détourés dans la partie ennoyée de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 63. Blocs de gabarit important détourés dans la partie ennoyée de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

137Enfin, la présence de blocs abandonnés et l’accumulation de déchets d’extraction sur la partie centrale permettent de supposer que nous sommes, à cet endroit, dans la dernière phase de l’exploitation. Ce secteur livre des traces normalisées et intégrées dans un réseau d’extraction bien défini.

138On peut déduire de ces observations la possibilité que la carrière soit exploitée au cours de trois périodes distinctes.

  • 22 La pointe Riche et le Cap Couronne correspondent aujourd’hui au même emplacement, ce qui n’était (...)

139Les matériaux étaient embarqués in situ comme en témoignait la bitte d’amarrage semi-circulaire, aujourd’hui effondrée dans la mer, signalée lors des travaux de recherche menés dans les années 1980
(Rivet 2008, 3). La carrière a peut-être également servi de lieu d’embarquement des pierres provenant d’autres carrières, non littorales, et particulièrement à l’époque moderne. La mention « Couronne Vieille ou l’on embarque la pierre » sur une gravure du XVIIIe siècle semble le confirmer (Bellin 1764). Toutefois, et nous reviendrons sur cette question dans le dossier consacré au transport, il est plus probable que le chargement soit effectué au Cap Couronne plutôt que dans cette carrière qui est en grande partie inondée. C’est ce que tendent à confirmer les deux séries de voies à ornières qui bordent la carrière, à l’est du phare. Cette double voie, de deux fois deux roues, longe Couronne-Vieille, mais se prolonge en direction de la pointe Riche,22 sur laquelle aucun système d’amarrage n’a cependant pu être identifié. L’absence de recalcification dans les ornières permet de les considérer comme plutôt récentes, c’est-à-dire modernes ou contemporaines (Guéry, Trousset 1981, p. 64).

140Une villa gallo-romaine, datée du Ier s. de notre ère, a été mise au jour en 1920 à l’arrière de la plage de Couronne-Vieille, non loin de la carrière. Il s’agissait d’une structure bâtie associée à un système d’égout, munie d’un escalier en pente douce qui permettait d’accéder au rivage. Elle était également dotée d’un bassin et d’une riche mosaïque en marbre. Il est difficile de dire si la présence de la villa était liée ou non à l’activité extractive.

141On note enfin la présence d’un visage incisé sur le front qui jouxte les blocs abandonnés (fig. 64). Il se trouve à cheval sur les bancs jaune et beige rosé et mesure 23 cm de hauteur pour 19 cm de large. Le traitement est sommaire, un seul trait fin délimite le contour, marque la position des yeux et de la bouche, mais le nez n’est pas visible ; des oreilles pointues s’élèvent au-delà du point le plus haut du visage. Le travail n’est pas de bonne qualité et peut difficilement être mis en relation avec l’exploitation de la carrière.

Fig. 64. Visage très sommaire incisé sur un front de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).

Fig. 64. Visage très sommaire incisé sur un front de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
  • 23 ADBdR 1 Fi 889.

142La documentation d’archives ne mentionne pas l’activité de la carrière aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elle semble être répertoriée en 1817 dans le cadastre Napoléonien parmi les carrières actives. Il existe une parcelle, n° 1451, située, d’après le plan, juste au nord des maisons qui bordent aujourd’hui le petit port (fig. 65). Elle se trouverait donc juste à l’arrière du port, dans l’alignement des autres traces d’exploitation. Sur la carte géologique des Bouches-du-Rhône de 1843, deux carrières sont recensées sur le secteur de Couronne-Vieille, mais aucune ne paraît être clairement littorale23. Toutefois, en 1847, dans la notice de construction des maisons de Marseille, Leroy précise que : « L’extraction se fait près du Cap Couronne, sur le bord de la mer, à 4 lieues nord-ouest de la ville de Marseille (...) qu’elle est de couleur jaune tirant sur le roux. »

Fig. 65. Parcelle de la carrière de Couronne-Vieille, active en 1817, figurée sur le cadastre napoléonien (C.P).

Fig. 65. Parcelle de la carrière de Couronne-Vieille, active en 1817, figurée sur le cadastre napoléonien (C.P).

143A ceci, il ajoute qu’il existe une « autre qualité de pierre d’un grain plus fin, plus serré et plus dur, de couleur plus rousse désignée sous le nom de pierre de Couronne-Vieille (…) » (Leroy 1847, p. 15).

144Enfin, les baux de location, retrouvés aux archives de Martigues, mettent en évidence l’existence de carrières communales exploitées à l’extrême fin du XIXe s., alors qu’en 1889 une seule carrière est répertoriée comme active à La Couronne. Un premier contrat est passé en 1898, puis renouvelé en 1902 pour une période de 12 ans (document n° 58). Il concerne plusieurs carrières dont celle de Couronne-Vieille « qui doit être exploitée sur 100 m ». On ne sait toutefois s’il s’agit de la carrière littorale de Couronne-Vieille ou de celle qui se trouve au nord-est, un peu plus dans les terres (la Pinède). Il est difficile d’imaginer en l’état actuel la possibilité d’extraire au XIXe s. sur 100 m, mais l’exploitation de la parcelle n° 1451 en 1817, vers le nord, ne permet pas d’exclure cette possibilité. On ne sait toutefois pas ce qu’ils entendent par cette mesure : est-ce sur 100 m de long ou sur 100 m2 ?

3.7. Les traces d’exploitation de la pointe de l’Arquet

145La pointe de l’Arquet est située sur le promontoire rocheux qui surmonte la carrière de La Beaumaderie, à l’est de l’anse de Couronne-Vieille [x = 820,80 ; y = 117,85] (fig. 66 et 67). Il ne s’agit pas réellement d’une carrière mais d’un habitat dont le flanc oriental fut détruit par des extractions (voir supra p. 8). La pointe est orientée nord-sud, huit à dix mètres au-dessus du niveau de la mer.

Fig. 66. Localisation de la pointe de l’Arquet (C.P).

Fig. 66. Localisation de la pointe de l’Arquet (C.P).

Fig. 67. Vue sur la partie ouest de la pointe de l’Arquet (C.P).

Fig. 67. Vue sur la partie ouest de la pointe de l’Arquet (C.P).

146La roche qui affleure sur le site est un calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur de couleur jaune. Ce matériau semble fin et homogène, peu poreux, tendre et poudreux à la cassure. Il contient des bioclastes pluri-centimétriques parfaitement enrobés dans la matrice. Le ciment est une micrite ocre jaune. Ce faciès s’apparente à celui qui affleure à la base des carrières de Couronne-Vieille et des Pignons d’olive (Gaudon 2002, rapport du PCR la pierre à Marseille).

147La pointe de l’Arquet est d’un intérêt considérable dans l’étude des carrières de La Couronne puisqu’on y trouve les traces d’extraction les plus anciennes. Au V e s. av. J. -C. des dalles plates, de module 15-20 cm x 40-50 cm et 50-70 cm, auraient été extraites des strates de surface de l’affleurement. L’exploitation se serait poursuivie au IV e s. av. J.-C., dans une strate plus profonde, pour la production de blocs de dimension 30-50 cm × 50-70 cm et 70-100 cm, et de seuils monolithes. L’exploitation sur ce site semble davantage répondre aux besoins de matériaux pour la construction et l’aménagement de ce site.

3.8. La carrière de La Beaumaderie

148La carrière de La Beaumaderie se situe à La Couronne, entre l’anse de Couronne-Vieille et celle de Sainte-Croix, sous l’habitat de l’Arquet [x = 820,900 et y = 3118,100]. (fig. 68)

Fig. 68. Localisation de la carrière de La Beaumaderie (C.P).

Fig. 68. Localisation de la carrière de La Beaumaderie (C.P).
  • 24 R. Guéry et P. Trousset ont fait plusieurs observations en 1981 dans les carrières de La Couronne (...)

149Le site est marqué par la présence de deux affleurements différents. Le premier, au nord du site, est matérialisé par la fin de la formation du Burdigalien, en biseau au-dessus de l’Urgonien et de la brèche aquitanienne, et ne peut être exploité (Guéry, Trousset 1981, p. 60)24.

  • 25 Ces informations sont présentes dans deux rapports d’étude lapidaire de M. Vacca-Goutoulli. Le pr (...)

150Le second, dans lequel les matériaux ont été extraits, est un calcaire d’époque Miocène, étage Burdigalien inférieur de couleur beige rosé à rose franc. Il s’agit d’un matériau vacuolaire et grossier qui contient de nombreux fossiles marins, et plus particulièrement de grandes huîtres. Cette abondance de coquilles, ajoutée à la porosité de la roche, empêche la réalisation de moulurations trop profondes (Vacca-Goutoulli, 1995a et 2001)25. Cette pierre convient donc essentiellement à la construction de murs (modules d’usage) et pour la production de bas-reliefs.

151Le vaste sol de carrière est conservé, mais se trouve aux trois-quarts immergé (fig. 69).

Fig. 69. Vue générale de la carrière de La Beaumaderie (C.P).

Fig. 69. Vue générale de la carrière de La Beaumaderie (C.P).

152La falaise s’est en grande partie effondrée, ce qui explique la difficulté d’observer les fronts de taille et compromet l’évaluation du volume extrait au sein de l’exploitation (fig. 70).

Fig. 70. Erosion et éboulements sur la partie ouest de la carrière de la Beaumaderie (C.P).

Fig. 70. Erosion et éboulements sur la partie ouest de la carrière de la Beaumaderie (C.P).
  • 26 Une étude a été réalisée en 1982 par R. Guéry, G. Hallier et P. Trousset. Elle compte parmi les p (...)

153Les rares parties qui sont conservées, particulièrement sur le secteur méridional, se limitent à une hauteur de 1,40 m. Le pendage de la formation fait que l’extrémité méridionale du chantier, recouverte par les effondrements, n’offre guère la possibilité d’y détacher plus de deux assises (Guéry et al 1982, p. 27).26 La superficie de la carrière est estimée à 2 000 m2, nous pouvons donc supposer, en prenant en considération les observations précédentes, que le volume de matériaux extraits devait être au minimum de 2 000 m3. Le grand nombre de rochers, issus des éboulements, ne permet pas d’identifier la présence de déchets de taille sur la moitié sud. On en trouve en revanche disséminés en plusieurs points de l’exploitation.

154Les parties visibles du fond de carrière, c’est-à-dire non recouvertes par les éboulements, ainsi que les secteurs ennoyés, attestent un découpage modulaire régulier (fig. 71).

Fig. 71. Découpage modulaire dans la partie ennoyée de la carrière de La Beaumaderie (C.P).

Fig. 71. Découpage modulaire dans la partie ennoyée de la carrière de La Beaumaderie (C.P).

155Il apparaît toutefois plus morcelé et moins net dans les zones émergées, ce qui est probablement à mettre en rapport avec la plus forte exposition que la roche a subie. La majeure partie de l’exploitation se trouve aujourd’hui sous une trentaine centimètres d’eau et, comme nous l’avons déjà évoqué, le niveau de la mer est monté de 40 cm environ entre l’Antiquité et nos jours à Marseille. L’immersion de la carrière de La Beaumaderie impliquerait par conséquent une certaine ancienneté du site. Il est peu envisageable que les carriers l’aient exploitée dans cet état de submersion. La présence d’une laisse de carrière de plusieurs dizaines de centimètres en bordure du littoral évoque la volonté de maintenir le sol de l’exploitation hors d’atteinte de l’eau. Cette dernière constatation ne signifie pas que la carrière a été exploitée en l’état actuel, mais simplement que le site étant très exposé aux vents de mer, les jours de « tempête », l’eau envahit la totalité de la carrière, jusqu’à la falaise, ce qui devait déjà rendre l’exploitation difficile. On comprend alors mieux la nécessité de laisser un « muret » de protection.

156Les vestiges de l’extraction sont essentiellement matérialisés par les modules imprimés en négatif sur le sol de carrière. Si le découpage apparaît encore aujourd’hui assez clairement, les parties actives d’outils ne sont en revanche plus identifiables (fig. 72). L’utilisation d’une escoude est attestée pour détourer les blocs, mais il est difficile de préciser le type ou la dimension de la partie active sur l’ensemble du site. Toutefois, l’impact d’un tranchant plat, d’environ 2 cm de large, a pu être identifié sur un morceau de rocher effondré dans la partie méridionale de l’exploitation. Les traces de détourage sont assez nettes et relativement larges. La nature et le positionnement du support soulèvent cependant la question de l’emplacement initial du rocher. On ne peut à l’heure actuelle le replacer à son niveau d’origine, il est donc considéré comme « hors contexte archéologique ».

Fig. 72. Traces du réseau d’extraction dans la carrière de La Beaumaderie (C.P).

Fig. 72. Traces du réseau d’extraction dans la carrière de La Beaumaderie (C.P).

157Les traces de détourage conservées sur l’ensemble du site témoignent de l’utilisation de saignées de 3 à 10 cm de large, pour isoler verticalement les blocs. La dimension des modules extraits dans l’emprise de ces tranchées a pu être déterminée grâce au relevé dressé par G. Hallier en 1982. Deux cent vingt six blocs ont été mesurés dont cent soixante fournissent à la fois longueur et largeur. La hauteur d’assise est en moyenne de 50 cm sur le front partiellement conservé (Guéry et al 1982, p. 27) (fig. 73).

Fig. 73. Relevé dressé par G. hallier dans la carrière de La Beaumaderie en 1982.

Fig. 73. Relevé dressé par G. hallier dans la carrière de La Beaumaderie en 1982.

158L’étude statistique met en évidence l’extraction, en série, de deux types modulaires. Le premier module, de dimension 71-77 x 54-57 cm, est représenté par 84 blocs sur les cent soixante relevés. On le trouve essentiellement sur la partie centrale et sur la bande littorale de l’exploitation. Le deuxième module mesure 98-102 x 57-60 cm et compte quarante quatre blocs. Il a été extrait sur la bordure méridionale du site, selon un axe ouest-est, ainsi que sur le dernier tiers du damier septentrional qui longe la falaise.

159Les blocs de moyen appareil sont essentiellement localisés sur le secteur central et littoral, et les plus grands blocs sur la partie à pied de falaise et au sud de la carrière.

160On note également la présence d’autres modules de longueur comprise entre 80 et 100 cm et au-delà de 120 cm, mais ils sont plus faiblement représentés.

161L’exploitation s’intègre dans un réseau parfaitement orthonormé, dans lequel on distingue plusieurs enlèvements en série d’un même module. Les légers décalages dans le canevas pourraient être liés à la présence de défauts qu’il a été nécessaire de contourner.

162On trouve également sur le sol de carrière des espaces de forme quadrangulaire matérialisés par des murets d’une dizaine de centimètres de hauteur, surnommés par les habitants de La Couronne « les baignoires romaines ». Il pourrait s’agir d’aménagements liés à la récupération des eaux de pluie pour approvisionner le chantier en eau douce ou de délimitation de parcelles, rien ne permet aujourd’hui de le préciser.

163À cet aménagement, on doit ajouter les structures liées au transport des matériaux. Comme on le verra plus loin (p. 122-125), plusieurs voies à ornières partent de l’extrémité septentrionale du site en direction de la pinède et de l’anse de Sainte-Croix. Les matériaux sont embarqués in situ puisqu’une bitte d’amarrage creusée dans le substrat a été repérée sur la partie nord du site, à l’aboutissement d’un chenal de 3 m de profondeur, au fond duquel gisaient des blocs de module 60 x 30 x 30 cm (fig. 74).

Fig. 74. Bitte d’amarrage aménagée dans le substrat dans la carrière de La Beaumaderie (C.P).

Fig. 74. Bitte d’amarrage aménagée dans le substrat dans la carrière de La Beaumaderie (C.P).

164La voie isolée prend son origine sur ce même secteur, en direction de Sainte-Croix, et paraît s’interrompre, ou du moins s’atténuer, sur une falaise, sur laquelle le sol, extrêmement usé, s’est détaché. On ne peut donc que s’interroger sur l’existence d’un second point de chargement, qui serait situé plus au nord. Nous reviendrons plus en détail sur ce sujet dans le dossier sur le transport. La dimension des blocs retrouvés au fond du chenal ne correspond pas à celle des modules conservés en négatif sur le fond de carrière. Ils évoquent par conséquent l’utilisation du site comme port d’embarquement à une période différente. Cette utilisation paraît être confirmée par la présence de blocs abandonnés à proximité du point d’embarquement et par le nombre important de voies à ornières présentes sur le site mais aussi par la documentation d’archives.

  • 27 Elle était adossée mais lors de ma visite sur le site en juillet 2007, j’ai constaté qu’elle avai (...)

165Outre les vestiges clairement liés à l’exploitation, on trouve un bloc en forme de galet, de 80 cm de hauteur environ, adossé à un morceau de rocher effondré, celui même sur lequel la trace d’outil a été signalée, à l’extrémité de la partie méridionale du site27. Il a servi de support à la gravure d’un visage de profil aux lèvres charnues et au nez épaté (fig. 75). Un deuxième bloc, de forme similaire, a été disposé de la même façon sur la gauche. Ses dimensions sont approximativement les mêmes, mais il ne possède aucune trace d’ornement. Ce positionnement, assez particulier, pourrait correspondre à un agencement volontaire, dont la finalité nous échappe à l’heure actuelle.

Fig. 75. Visage gravé de profil sur un bloc en forme de gros galet (H.Tréziny).

Fig. 75. Visage gravé de profil sur un bloc en forme de gros galet (H.Tréziny).

166Deux autres gravures ont été découvertes à proximité immédiate, sur le même secteur (fig. 76).

Fig. 76. Visages incisés sur un morceau de paroi effondré (H.Tréziny).

Fig. 76. Visages incisés sur un morceau de paroi effondré (H.Tréziny).
  • 28 En Août 2003, un moulage de ces visages, au polyester et fibre de verre, a été réalisé par Denis (...)
  • 29 Renseignement oral de M. Vacca-Goutoulli.
  • 30 Je me suis permis de montrer ces graffiti à des compagnons tailleurs de pierre, les mêmes que ceu (...)

167Elles ont été réalisées sur un morceau de rocher, qui provient aussi de l’effondrement de la falaise. Sa position permet de supposer que la face d’ornement constituait le sol de l’Arquet28. Les deux graffiti représentent un visage de face, de facture relativement sommaire. Le premier pourrait être muni d’un casque, puisqu’on peut voir un genre de retour légèrement rectangulaire sur le front. Le second est composé d’un trait de contour, de deux yeux décalés l’un par rapport à l’autre, d’une bouche large, qui paraît crier, et d’un nez grossièrement ébauché. Sur le dessus de la tête, se trouve une grosseur qui, contrairement au précédent, ne vient pas se déposer sur le front, mais s’apparente plus à une bosse. Il présente de ce fait un aspect assez difforme. Les deux personnages semblent lever les bras vers le ciel. Ce type de production se rencontre assez fréquemment dans les carrières, particulièrement lorsqu’un accident a perturbé l’exploitation. C’est le cas par exemple dans les carrières de Saint-Rémy de Provence, dans lesquelles des gravures de même typologie ont été faites, probablement suite à un accident de chantier29. On pourrait, dans ce cas, les mettre en relation avec l’effondrement de la falaise, qui aurait pu occasionner soit des blessés, soit des morts. Il s’agirait alors d’un ornement commémoratif. Il paraît bien entendu extrêmement difficile et prématuré de confirmer cette dernière proposition30.

168La cavité, qui se trouve à proximité immédiate de ces gravures, a été creusée par l’érosion (eau-vent) et semble être à l’origine des effondrements. Le sol y apparaît comme lissé. L’abondance de petits déchets fins, s’apparentant plus à des éclats de taille qu’à des déchets d’extraction, permet d’envisager l’utilisation de cette « baume » pour établir un atelier, peut-être de mise en forme des blocs (fig. 77).

Fig. 77. Paroi creusée par les embruns, formant une cavité, et petits déchets pierreux fins (C.P).

Fig. 77. Paroi creusée par les embruns, formant une cavité, et petits déchets pierreux fins (C.P).

169La carrière de La Beaumaderie ne fait l’objet d’aucune mention d’exploitation aux époques moderne et contemporaine. Elle n’est pas référencée sur le cadastre napoléonien de 1817, ni sur la carte géologique de 1843 et V. Leroy ne l’évoque pas dans la notice de construction des maisons de Marseille. Elle n’apparaît dans aucun bail de location ou acte notarié de commande de matériaux, d’achat de carrières, etc.

3.9. La carrière de Sainte-Croix

  • 31 Il existe en réalité deux chapelles Sainte-Croix qui se font face. La chapelle «  actuelle » cons (...)

170Cette carrière est située dans l’anse de Sainte-Croix, à l’est de La Beaumaderie [x = 821,70 ; y = 3118,05] (fig. 78). Elle marque la limite orientale de l’appellation « calcaire de La Couronne ». Elle se trouve à proximité de la chapelle dédiée à la Sainte-Croix, sur une falaise qui surmonte la mer de 3 à 4 m environ31 (fig. 79).

Fig. 78. Localisation de la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 78. Localisation de la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 79. Vue de la carrière de Sainte-Croix depuis La Beaumaderie (C.P).

Fig. 79. Vue de la carrière de Sainte-Croix depuis La Beaumaderie (C.P).

171Les blocs ont été extraits dans un affleurement de calcaire du Miocène, dans l’étage du Burdigalien supérieur. Ce matériau, de couleur rose clair, contient de nombreuses coquilles, et plus particulièrement des huîtres. Il présente un aspect délité et possède un grain grossier, ce qui lui confère une qualité relativement médiocre.

  • 32 Ce sondage a été réalisé par Henri Tréziny, Jean Chausserie-Laprée et Jean-Claude Bardzakian (ser (...)

172Il s’agit d’un vaste plateau sur lequel la surface d’extraction paraît étendue, mais dont la hauteur des fronts de taille ne paraît pas excéder un mètre, soit une à deux assises de blocs. La partie sud-est de l’exploitation est dans un état d’érosion très avancé, ce qui n’a pas permis de faire d’observations (fig. 80). La partie nord-est a été protégée par une couche de déchets d’extraction qui fut dégagée lors d’un sondage en mai 200332.

Fig. 80. Partie sud-est de la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 80. Partie sud-est de la carrière de Sainte-Croix (C.P).

173Ce nettoyage a été fait sur une superficie d’environ 60 m2 et a permis la mise au jour d’une partie du sol de carrière (fig. 81). La bonne conservation, la clarté du réseau de saignées et la lisibilité des emboîtures ont permis de restituer une partie de la stratégie d’exploitation du site (fig. 82).

Fig. 81. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 81. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 82. Réseau d’extraction mis au jour dans la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 82. Réseau d’extraction mis au jour dans la carrière de Sainte-Croix (C.P).

174Le sondage met d’abord en évidence l’extraction de trois types modulaires de grand appareil.

175Le premier module, représenté par sept blocs, mesure en moyenne 126,5 x 76 cm. Il a été extrait depuis l’extrémité septentrionale selon un axe nord-sud à l’aide de saignées de détourage de 7 à 8 cm de large et de trois emboîtures en forme de U par blocs.

176Quatre blocs ont des dimensions moyennes de 233 x 78 cm. Ces blocs ont été simplement détourés, on ne relève donc pas de traces d’emboîtures, mais l’extraction pourrait être orientée selon un axe est-ouest. On peut supposer qu’ils étaient destinés à être à nouveau débités, ou qu’il s’agit d’éléments particuliers, sarcophages ou très gros modules d’appareillage. Néanmoins, dans la carrière de La Beaumaderie, on trouve un détourage similaire sur une longue distance qui évoque plutôt un tracé d’ensemble, dans lequel on va insérer des saignées transversales, pour délimiter l’extraction de plusieurs blocs.

177Le dernier module est représenté par trois blocs et mesure 85 x 70 cm. On compte deux emboîtures par bloc, dont les empreintes attestent une extraction selon un axe est-ouest. La largeur des tranchées est similaire à celle de la première série.

178Quelques tranchées ont été mesurées hors du champ d’investigation, elles affichent parfois une largeur plus étroite, de 5 à 8 cm.

179Le nettoyage d’une saignée creusée très profondément a permis d’identifier la partie active de l’escoude utilisée. Il s’agit d’un petit tranchant pyramidal, autrement dit d’une pointe.

180La stratégie d’extraction paraît s’organiser dans un réseau d’orientation différente, mais très bien structuré. Le réseau des tranchées est homogène et bien défini. Il évoque donc une réflexion et un traçage préalable à l’extraction.

181Deux bittes d’amarrage de forme semi-circulaire ont été creusées dans la roche (fig. 83). La première est placée à l’extrémité septentrionale et l’autre plus au sud, à l’emplacement où la côte commence à s’avancer vers la mer. Ce positionnement permet de supposer que le navire était placé parallèlement à la côte, afin de le stabiliser au moment du chargement des matériaux.

Fig. 83. Bitte d’amarrage creusée dans le substrat dans la carrière de Sainte-Croix (C.P).

Fig. 83. Bitte d’amarrage creusée dans le substrat dans la carrière de Sainte-Croix (C.P).

182Les différentes prospections faites sur le site n’ont révélé la présence d’aucune autre structure liée à l’activité. On note toutefois le ramassage en surface de tessons d’amphores africaines, signalé par F. Gateau à l’occasion d’une prospection, ainsi que la présence d’un fragment de meule en basalte (Gateau et al 1996, p. 262).

183La documentation d’archives moderne et contemporaine n’évoque pas son exploitation. Elle n’apparaît pas non plus dans les cartes et cadastres du XIXe s.

3.10. La petite Beaumaderie

184Cette petite parcelle d’exploitation est située au nord de la carrière de La Beaumaderie et à l’est de la carrière dite des « pignons d’olive », dans un terrain privé (fig. 84). La carrière est répertoriée dans le cadastre napoléonien sous la lettre H, parcelles 1322 et 1318, toutes deux situées à la frontière de l’actuel camping de « Marius ». La superficie des deux parcelles a été estimée, à partir du plan cadastral de 1817, à 850 m2, dans le cas de la première, et 175 m2 pour la seconde (fig. 85). Il n’existe aucune autre référence à ce site en dehors de cette date.

Fig. 84. Localisation de la carrière dite « Petite Beaumaderie » (C.P).

Fig. 84. Localisation de la carrière dite « Petite Beaumaderie » (C.P).

Fig. 85. Cadastre napoléonien localisant les parcelles dites « Petite Beaumaderie ».

185L’emplacement précis de la carrière n’a pu être déterminé, elle n’a par conséquent fait l’objet d’aucune étude de terrain.

186L’affleurement géologique dans lequel les extractions ont été faites appartient, selon la carte géologique du B.R.G.M. à l’étage inférieur du Burdigalien. Il s’agit en outre de la même formation que celle évoquée pour la carrière de La Beaumaderie.

3.11. La carrière de la Pinède

187Cette carrière est située entre l’anse de Couronne-Vieille et celle de La Beaumaderie, à proximité du littoral et sous l’actuel camping dit de l’Arquet [x = 820,560 ; y = 3117,935] (fig. 86). Elle n’a pas de nom reconnu, l’appellation « la Pinède » a été choisie en raison de l’épaisse végétation qui recouvre aujourd’hui les traces d’exploitation et du nombre important de pins qui ont poussé dans les déchets d’extraction.

Fig. 86. Localisation de la carrière de la Pinède (C.P).

Fig. 86. Localisation de la carrière de la Pinède (C.P).

188Il s’agit d’un affleurement de calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur, de couleur rose à grain serré. Cette pierre contient une quantité importante de fossiles marins et particulièrement de coquilles. Elle n’a pas énormément souffert de l’érosion dans la cuvette, mais les fronts présentent de nombreuses traces de moisissures dues à l’humidité.

189Les premières traces d’extraction sont visibles sur le plateau en bordure du littoral. Cette partie semble avoir été remblayée par des déchets, présentant aujourd’hui une concrétion importante (fig. 87).

Fig. 87. Partie littorale remblayée de la carrière de la Pinède (C.P).

Fig. 87. Partie littorale remblayée de la carrière de la Pinède (C.P).

190On peut donc aisément imaginer que le niveau réel du sol se trouve plusieurs mètres en dessous de ce qu’il est aujourd’hui. On trouve également à proximité du petit parking, situé juste à l’arrière, un reste de front de taille d’une hauteur de 30 cm environ et recouvert de végétation. Il semble par conséquent que l’exploitation occupait un espace bien plus important que celui dont les vestiges d’extraction témoignent aujourd’hui.

  • 33 On trouve à cet emplacement le camping municipal de l’Arquet ainsi qu’à la limite de l’exploitati (...)

191C’est aussi ce dont témoigne le cadastre Napoléonien de 1817 (fig. 92). La carrière couvre sur ce plan une superficie d’environ 90 000 m2. L’exploitation est figurée dès la pointe du plateau (à l’extrémité sud) et se prolonge vers le nord et l’ouest, dans un camping, quasiment jusqu’au croisement de la traverse de la Pointe Riche et du chemin de la Batterie33. Sur le côté est de la rue du Phare, on note la présence, dans un terrain privé, de nombreux monticules de déchets qui s’apparentent à des éclats d’extraction. D’après le cadastre de 1817, cette carrière trouve sa limite nord-ouest à cet emplacement.

192Il reste de cette exploitation une grande cuvette au sud, dans laquelle la végétation recouvre la totalité du sol de carrière. La hauteur de cette couche végétale est importante puisque le front de taille le plus au nord ne mesure plus que 88 cm de haut (fig. 88). Le site est essentiellement identifiable par la présence de plusieurs fronts qui s’élèvent au milieu des pins.

Fig. 88. Sommets de fronts de taille dans la partie sud est, remblayée, de la carrière de la Pinède (C.P).

Fig. 88. Sommets de fronts de taille dans la partie sud est, remblayée, de la carrière de la Pinède (C.P).

193De nombreux déchets sont également présents, plus particulièrement sur le secteur oriental de l’exploitation. Ceux issus de l’extraction forment des monticules pierreux composés d’éclats de dimensions importantes
(20 à 40 cm). Les autres déchets proviennent essentiellement du récent rôle de décharge publique que semble jouer la carrière.

194Le secteur méridional livre quelques vestiges de l’exploitation sur plusieurs paliers (fig. 89). Le relevé illustre bien le nombre restreint d’indices matériels aujourd’hui disponibles dans ce secteur. Six niveaux d’extraction sont conservés et permettent de déterminer le type de modules extraits (fig. 90).

Fig. 89. Paliers d’extraction de la carrière de la Pinède encore visibles à proximité du littoral (C.P).

Fig. 89. Paliers d’extraction de la carrière de la Pinède encore visibles à proximité du littoral (C.P).

Fig. 90. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de la Pinède (C.P).

Fig. 90. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de la Pinède (C.P).

195Les dimensions sont homogènes, dix des onze hauteurs d’assise relevées sont comprises entre 25 et 38 cm et dix des douze longueurs restituées mesurent de 60 à 68 cm. Les largeurs sont en revanche plus hétérogènes : trois sur sept sont comprises entre 53 et 60 cm, trois entre 29 et 40 cm et une entre 40 et 50 cm.

196On trouve donc en moyenne des blocs de modules (Lxlxh) 64 x 57 x 32 cm, 64 x 35 x 32 cm et 64 x 45 x 32 cm.

  • 34 L’attribution de ces marques a été faite par les descendants des carriers dans un document conser (...)

197Sept blocs ont été abandonnés dans la carrière et sont aujourd’hui semi-enterrés, ce qui empêche de restituer la hauteur d’assise. Les deux autres dimensions sont approximativement similaires à celles retrouvées sur le front sud. Ces blocs étaient visiblement prêts à être embarqués comme l’atteste la présence de la marque Λ sur un des lits (fig. 91). Elle ressemble à certaines marques de carriers identifiées sur le clocher de La Couronne, et plus particulièrement à celles de la famille Gonfard34.Ce symbole n’est néanmoins jamais représenté seul mais toujours associé à un autre signe.

Fig. 91. Marque lapidaire observée sur un bloc abandonné (C.P).

Fig. 91. Marque lapidaire observée sur un bloc abandonné (C.P).

Fig. 92. Extrait du cadastre napoléonien- carrière de la Pinède, parcelles n° 1408-1409-1411 et 1674 (A.D.B.d.R 3 P 1293).

Fig. 92. Extrait du cadastre napoléonien- carrière de la Pinède, parcelles n° 1408-1409-1411 et 1674 (A.D.B.d.R 3 P 1293).

198On observe quelques impacts de pic sur les fronts de taille, dont la partie active mesure généralement entre 17 et 19 mm et dont les traces présentent un espacement d’environ 2 cm.

199La stratégie d’exploitation n’a pu être déterminée, puisque nous n’avons plus de sol de carrière et que les traces relevées sur les différents blocs du front sud ne fournissent pas suffisamment d’éléments.

200Lors d’une prospection archéologique en 2009, trois parcelles accolées ont été ajoutées au recensement des traces d’exploitation. Elles se trouvent au nord-ouest de la carrière de La Beaumaderie et pourraient correspondre à la parcelle cadastrale 1674, inscrite comme carrière active dans le cadastre napoléonien de 1817 (fig. 88). Les trois zones exploitées s’alignent d’ouest en est. La première parcelle se distingue par la présence au milieu des pins de deux fronts rocheux très abimés (fig. 93). Il s’agit d’un épais banc de calcaire jaune très désagrégé surmonté d’un banc moins important de calcaire rose.

Fig. 93. Fronts de taille de la carrière « 1674 » (C.P).

Fig. 93. Fronts de taille de la carrière « 1674 » (C.P).

201La première parcelle présente une superficie d’environ 100 à 150 m2 pour une hauteur de fronts moyenne de 2,50 m. Une maison a été adossée à un front de taille à l’aide. La partie supérieure et les tours de fenêtre ont été maçonnés en béton ; il s’agit donc d’un aménagement assez récent.

202La qualité de la roche exploitée est très inégale. Les fronts qui se trouvent à gauche de la maison sont constitués de bancs compacts, bien conservés et homogènes (fig. 94). La pierre est essentiellement rose, néanmoins la couche noirâtre qui recouvre les fronts rend difficile la détermination d’une teinte uniforme sur la totalité de cette partie. Ils présentent une belle rectitude, accentuée par des impacts d’escoude encore très nets et réguliers. En partie haute, on voit très clairement les négatifs de blocs extraits dont la hauteur d’assise n’excède pas 30 cm.

Fig. 94. Traces d’exploitation dans la carrière « 1674 » (C.P).

Fig. 94. Traces d’exploitation dans la carrière « 1674 » (C.P).

203Le front situé à droite de la maison présente d’importantes fractures, désagrégations et une légère desquamation. Les impacts, bien que visibles par endroit, sont assez mal conservés. Le calcaire jaune a été exploité en dépit de sa mauvaise qualité apparente.

204Le front qui fait le lien entre ces deux secteurs a été utilisé pour la construction d’une maison. Le calcaire est rose et assez hétérogène. Les bancs qui se trouvent en partie basse semblent être assez compacts et de bonne qualité alors que la partie centrale présente de nombreuses diaclases. La partie supérieure du front paraît être de meilleure qualité. Le front qui fait office de mur interne porte des impacts très nets d’escoude, particulièrement visibles en partie basse. Ils sont régulièrement espacés, indiquant donc un travail mécanique et maîtrisé. On relève ces mêmes impacts sur le retour du front qui est complété par une maçonnerie composée de déchets d’extraction, moellons assemblés au mortier.

205La deuxième parcelle est accolée à la parcelle 1. Elle est dans un état de conservation très médiocre. Le cœur est inaccessible en raison d’une végétation importante et de nombreux déchets. Le calcaire exploité est, sur les fronts visibles, de couleur rose. La roche est très délitée, et supposée de mauvaise qualité. La superficie paraît être approximativement similaire à la précédente. Les pins ont poussé à l’intérieur et sur les fonts de taille. On relève tout autour de la parcelle des monticules de déchets d’extraction. La hauteur des fronts est estimée à 4-5 m.

206La dernière parcelle repérée se trouve à gauche de la parcelle 2. Seule une petite partie est visible, dont la hauteur de front n’excède pas 2 m. Le calcaire extrait est de couleur rose. Il est dans un état de conservation médiocre et recouvert d’une croûte noirâtre, liée à l’humidité. Il est envisageable que cette parcelle soit plus étendue puisqu’on observe dans son alignement un monticule très imposant de déchets d’extraction. Le grand nombre d’arbres empêche d’accéder à ce secteur et compromet donc pour le moment l’identification de traces d’exploitation supplémentaires. On note néanmoins la présence sur le front visible d’impacts d’escoude assez réguliers et aucun indice de désorganisation des extractions.

207Ces traces d’exploitation ne peuvent vraisemblablement se limiter à la parcelle 1674 du cadastre napoléonien. Il est vraisemblable qu’au XIXe s., seule une infime partie de l’exploitation repérée sur le terrain est active. Ces parcelles appartiennent probablement à l’exploitation de la Pinède, même si on ne peut exclure qu’elles constituent la limite nord-est de la carrière du cimetière.

208La présence d’un chemin sans ornières près du plateau qui se trouve au nord de l’anse de Couronne-Vieille et les traces de voies observées au nord ouest de la carrière de La Beaumaderie permettent de supposer que les matériaux pouvaient être acheminés vers La Beaumaderie puis embarqués par bateaux. La convention de transport passée en 1751 entre les maîtres carriers et un transporteur précise que les queyrons doivent être charriés par les peyrerons « sois a Boumandariel ou autres endroits a La Couronne, jusqu’aux rivages de la mer les plus commodes » (document n° 44). Nous reviendrons sur cette question dans la deuxième partie de cette étude.

  • 35 Nous avons déjà évoqué le nom de Gonfard au moment de la découverte de la marque de carrier qui s (...)

209Bien qu’elle n’ait pas de nom officiel, la carrière de la Pinède paraît être à plusieurs reprises évoquée dans la documentation d’archives. Elle pourrait être mentionnée pour la première fois dans un registre de notaire, issu des fonds de Martigues et conservé aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (document n° 40). Il s’agit d’une quittance rédigée en 1752, entre un père et son fils, tous deux carriers, suite à la vente verbale d’un coin de carrière situé au quartier de « Baumadalier, terroir de La Couronne ». Il semble s’agir d’une parcelle, puisqu’elle « confronte de midi » une carrière appartenant à Jean Gonfard35. La carrière de la Pinède est recensée, 65 ans plus tard, dans le cadastre napoléonien comme étant située au quartier de La Beaumaderie, ce qui nous conforte dans l’idée que l’acte de vente concerne bien ce site. Il n’existe que très peu de carrières dans ce quartier ayant une superficie qui autorise une exploitation en parcelles, par plusieurs carriers simultanément.

210L’exploitation est répertoriée en 1817 et divisée en trois grandes parcelles (1408-1409-1411).

211En 1821, la Statistique des Bouches-du-Rhône recense huit carrières en activité, pour les besoins de Marseille, toutes situées à Couronne-Vieille (Villeneuve-Bargemon 1821, p. 539). Aucun nom en particulier n’est donné mais, compte-tenu du nombre de carrières retrouvées dans le secteur de Couronne-Vieille, la carrière de La Pinède devait très probablement en faire partie et pouvait même compter pour trois ou quatre, selon le mode de comptage adopté à l’époque du recensement (carrières ou parcelles ?).

212Les deux carrières en activité répertoriées sur la carte géologique des Bouches-du-Rhône de 1843 sont situées sur cet emplacement. Enfin, pour clore les références à la documentation écrite, Victor Leroy attribue la provenance des matériaux mis en œuvre en 1847 dans la construction des maisons de Marseille aux carrières de Couronne-Vieille « à proximité du Cap Couronne, sur le littoral ». Il est tout à fait plausible que cette carrière qui n’était pas attribuée au quartier de La Couronne-Vieille au début du XIXe s. le soit après 1843.

  • 36 Une fouille archéologique a été réalisée fin 2012-début 2013 dans la partie nord est du camping d (...)

213L’emprise de cette carrière, reportée dans le cadastre napoléonien, soulève quelques questions sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement36.

3.12. La carrière du Sémaphore

214Cette parcelle, répertoriée dans le cadastre napoléonien sous la parcelle n° 1679, au quartier du sémaphore à La Couronne semble être une parcelle isolée de 1395 m2, qui ne serait rattachée à aucune grande exploitation (fig. 95). Elle se trouve à l’ouest du chemin de la Batterie qui constitue la ligne de démarcation entre les carrières de l’ouest (Verdon, fontaine Saint-Jean…) et les carrières de l’est (La Pinède, les Pignons d’olive etc.) (fig. 96).

Fig. 95. Extrait du cadastre napoléonien- carrière du sémaphore, parcelles n° 1699 (A.D.B.d.Rh. 3P1293).

Fig. 95. Extrait du cadastre napoléonien- carrière du sémaphore, parcelles n° 1699 (A.D.B.d.Rh. 3P1293).

Fig. 96. Localisation de la carrière du Sémaphore (C.P).

Fig. 96. Localisation de la carrière du Sémaphore (C.P).

215Si l’on se fie au plan cadastral, on peut situer la parcelle au bord de la route qui relie la carrière de la Pinède à celle des Pignons d’olive. La présence de nombreux déchets d’extraction en bordure du chemin tendrait à confirmer ce positionnement.

216Sur le cadastre napolénien, la parcelle est supposée se trouver à l’ouest du sémaphore, ce qui est impossible par rapport au sémaphore actuel. Il s’agit donc probablement de deux sémaphores distincts. La parcelle n° 1679 dite du Sémaphore est néanmoins à rechercher entre la Pinède et les Pignons d’olive, peut-être dans le secteur aujourd’hui construit.

217On n’en trouve aucune référence dans la documentation d’archives en dehors du cadastre de 1817.

3.13. Les Pignons d’olive

218Cette carrière est accolée à l’ancien moulin d’huile de La Couronne, entre le nouveau cimetière et le petit sentier qui traverse la pinède [x = 820,725 ; y = 3318,100] (fig. 97).

Fig. 97. Localisation de la carrière des Pignons d’olive (C.P).

Fig. 97. Localisation de la carrière des Pignons d’olive (C.P).

219On y accède soit en traversant le cimetière, qui possède un portail ouvert directement sur le site, soit en empruntant le sentier qui longe le cimetière et passe au cœur de l’exploitation (fig. 98).

Fig. 98. Fronts de taille de la carrière des Pignons d’olives visibles dans et aux abords du cimetière de La Couronne (C.P).

Fig. 98. Fronts de taille de la carrière des Pignons d’olives visibles dans et aux abords du cimetière de La Couronne (C.P).

220On trouve deux faciès de calcaire du Miocène appartenant à l’étage Burdigalien supérieur dans cette exploitation (Gaudon 2002, rapport du PCR). À la base, le calcaire est jaune, fin et homogène, peu poreux et poudreux à la cassure. Il contient des bioclastes bien cimentés, parfois de grande dimension. Au-dessus, on trouve un calcaire plus dur, rose franc, grossier à localement très grossier qui présente une porosité importante, due à la dissolution précoce des coquilles après moulage (fig. 99).

Fig. 99. Calcaire rose et jaune de la carrière des Pignons d’olive (C.P).

Fig. 99. Calcaire rose et jaune de la carrière des Pignons d’olive (C.P).

221La carrière est divisée en plusieurs grandes « cuvettes » séparées par des chemins. Le sol de chacune des parcelles est recouvert d’une végétation extrêmement dense qui ne permet plus de pénétrer à l’intérieur, ou du moins d’approcher les fronts (fig. 100).

Fig. 100. Imposants fronts de taille et enfouissement total des sols dans la carrière des Pignons d’olive (C.P).

Fig. 100. Imposants fronts de taille et enfouissement total des sols dans la carrière des Pignons d’olive (C.P).

222Son activité est aujourd’hui attestée par la présence de nombreux fronts de taille et de plusieurs amoncellements de déchets pierreux, parfois de grande dimension. La superficie et le volume sont particulièrement difficiles à estimer, en raison de l’impossibilité d’accéder au fond de carrière et parce que le site a été amputé par l’installation du nouveau cimetière. On trouve d’ailleurs à l’intérieur du cimetière les restes de plusieurs fronts de taille.

223On peut toutefois supposer à partir des données fournies par le plan cadastral de 1817 que sa superficie était d’environ 34 000 m2, puisqu’elle se développe sur une ligne nord-sud d’environ 240 m et un axe est-ouest de 140 m (fig. 101).

Fig. 101. Extrait du cadastre napoléonien- carrière des Pignons d’olive, parcelles n° 1599-1618-1620-1623-1624-1625-1627,1633,1696-1697 et 1698 (ADBdR 3 P 1293).

Fig. 101. Extrait du cadastre napoléonien- carrière des Pignons d’olive, parcelles n° 1599-1618-1620-1623-1624-1625-1627,1633,1696-1697 et 1698 (ADBdR 3 P 1293).

224La hauteur des fronts oscille entre 5 et 10 m, on peut donc estimer le volume moyen de matériaux extraits à 255 000 m3. Les vestiges du site s’observent aujourd’hui sur une superficie comprise entre 6 000 et 9 000 m2. On note encore la présence des traces d’escoude sur des fragments rocheux quasi à ras de terre, ce qui tend à indiquer un remblai important de la carrière. Le vallonnement du sol situé aux alentours des parcelles paraît être lié à la présence d’amoncellement de déchets d’extraction (fig. 102).

Fig. 102. Vallonnement lié à l’amoncellement de déchets d’extraction-Pignons d’olive (C.P).

Fig. 102. Vallonnement lié à l’amoncellement de déchets d’extraction-Pignons d’olive (C.P).

225Un bloc abandonné porteur d’une marque « J » a été repéré dans la partie occidentale de la carrière (fig. 103). Enfin, une structure en pierre sèche, un bâtiment en ruine et une petite construction pouvant potentiellement correspondre à un abri ont été repérés.

Fig. 103. Marque J sur un bloc abandonné dans la carrière des Pignons d’olive (C.P).

Fig. 103. Marque J sur un bloc abandonné dans la carrière des Pignons d’olive (C.P).

226Le plan cadastral révèle que cette carrière était divisée en parcelles, ce qui correspond à l’aspect sous lequel elle se présente aujourd’hui.

227La définition de la stratégie d’exploitation ne peut être envisagée actuellement que par l’observation de l’organisation des fronts de taille. Il n’a pas été possible de les étudier de près, mais ils présentent, quelle que soit la parcelle dans laquelle on se trouve, un aspect extrêmement homogène, d’une rectitude quasi parfaite, sans le moindre espace d’aspect destructuré.

228Les matériaux étaient vraisemblablement transportés par charrette vers Couronne-Vieille et/ou La Beaumaderie. Le cadastre indique l’emplacement des voies charretières qui desservaient chaque zone d’exploitation. On en remarque une première qui longe toute la partie ouest du site et se divise à chacune des intersections de parcelles, ce qui fait au total quatre voies. À la limite orientale, une voie monte vers le nord de la carrière et croise un second chemin plus à l’est. On compte donc six chemins qui desservent cette carrière dont la moitié s’enfonce jusqu’au cœur de l’exploitation. Les deux chemins qui la cernent de part et d’autre se rejoignent plus au sud, pour ne suivre qu’une seule voie. Cette route part en direction du sud, passe au centre de la carrière de la Pinède, entre deux parcelles, pour aboutir à proximité du port de Couronne-Vielle, où la voie se poursuit visiblement vers la pointe Riche. Sur le terrain, plusieurs anciens chemins ont été repérés en plein cœur de la carrière. Les témoignages collectés auprès des habitants de La Couronne tendent à indiquer l’utilisation de ces chemins pour le transport des pierres mais plutôt en direction du port de la Beaumaderie. L’exploitation de cette carrière étant arrêtée depuis plus d’un siècle, cette dernière hypothèse ne peut être accréditée.

3.14. La carrière de Notre Dame

229Cette exploitation était située à La Couronne, dans le quartier appelé Notre Dame, qui se trouve aux alentours de l’actuelle rue du Moulin [x = 820,350 ; y = 3119,160]. (fig. 104)

Fig. 104. Localisation de la carrière de Notre Dame (C.P).

Fig. 104. Localisation de la carrière de Notre Dame (C.P).

230L’affleurement rocheux de ce secteur correspond à un calcaire du Miocène, étage Burdigalien Supérieur, comme sur la majeure partie du territoire de La Couronne.

231Cette exploitation a été complètement recouverte par la construction d’un quartier résidentiel, on ne peut donc en évaluer ni la superficie ni le volume extrait. On note toutefois tout autour de ces habitations un nombre important de monticules de déchets pierreux qui s’apparentent à des éclats d’extraction. La plupart des maisons sont également clôturées par des murs de moellons, probablement collectés sur place.

232Il n’a donc pas été possible de faire d’observations sur le terrain. Aucun front de taille n’a été repéré à proximité. La présentation de cette exploitation repose donc essentiellement sur la documentation d’archives.

233La première mention remonte à 1678 et concerne la vente d’« une perrière et fronts dicelle qui se trouve déjà ouvertes à la Coronne et cartier appelé Notre Dame » (document n° 24). L’année suivante, deux carriers signent un contrat de charriage de matériaux avec un transporteur. Ce dernier s’engage à : « Charrier toute la pierre que lesdit Reymondon et Vachier fairont à leurs chantiers (…) le tout portés et rendus au port de Carro et Coronne-Vieille pris aux Arqueirons et au cartier de Nostre Dame aux peyrières que lesdits Reymondon et Vachier ont ouvertes. »

234Il indique clairement qu’il y a un chemin à proximité de la carrière qui mène jusqu’à l’anse de la Couronne-Vieille, port dans lequel les matériaux sont embarqués et que l’exploitation est faite par deux carriers qui travaillent sur les parcelles de deux carrières distinctes (document n° 29).

  • 37 Un tarron est un petit morceau de terre.

235Cette activité est appuyée par un acte passé la même année dans lequel un carrier cède sa parcelle située « sur le bout du clos (…) a ladite Coronne en Nostre Dame appelée le tarron37 de la pistolle » à deux entrepreneurs qui apparaissent systématiquement dans les actes de commande de matériaux des années 1666-1667, correspondant à l’agrandissement de Marseille et à l’édification de monuments tels que l’Hôtel de Ville (document n° 27).

  • 38 ADBdR 378 E 642 f°337. Debte pour Jean Trevan contre Joseph Gay Le 6 Novembre 1680.

236Un nouvel intervenant est mentionné en 1680. Il a une dette, envers les deux entrepreneurs, dont il doit s’acquitter dans les trois mois et pour laquelle il engage « lesdites peyrières seiches tant au cartier Notre Dame qu’à la cabane de la Garde »38.

  • 39 ADBdR 378 E684 f°486 Accord entre Jean et Guillaume Chouquet. 22 août 1720.

237Les mentions de cette carrière disparaissent totalement des actes jusqu’au 22 août 1720, date à laquelle un carrier achète une parcelle à un autre et n’honore pas sa dette. Il lui remet donc pour payement la moitié d’une carrière qu’il possède au quartier de La Couronne, quartier de notre Dame39. Trois ans plus tard, on retrouve les deux mêmes carriers dans un acte dans lequel le débiteur remet à son créancier : « La faculté de faire des pierres ou autres sur un front de peyrières aud quartier de Nostre Dame qu’est une moitié de ladite peyrière la même que ledit Jean Chouquet avait désemparé audit Guillaume Chouquet » (document n° 37).

238Cette carrière disparaît ensuite totalement de la documentation d’archives.

3.15. La carrière de la Fontaine Saint-Jean

239Cette carrière se situait dans un quartier aujourd’hui résidentiel, à l’ouest de l’église de La Couronne, entre la place des Traceurs de pierres et la route qui descend à la plage du Verdon [x = 820,175 ; y = 3118,850] (fig. 105).

Fig. 105. Localisation de la carrière de la Fontaine Saint-Jean (C.P).

Fig. 105. Localisation de la carrière de la Fontaine Saint-Jean (C.P).

240Le choix de son appellation vient de l’existence, à proximité, d’une source, qui coule aujourd’hui souterrainement, dont l’eau aurait eu des vertus thérapeutiques. Elle formait un ruisseau traversant la Jonquière marécageuse et la plage puis se jetait dans mer. Elle aurait été située en bordure du marais qui occupe la partie basse du Verdon. La fontaine qui lui est associée se situait au quartier Saint-Jean, à l’ouest de l’église, c’est- à-dire dans l’actuel quartier du « Quarré ».

241L’affleurement rocheux est d’après la carte géologique du B.R.G.M. un calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur. La couleur de la roche est supposée rose, d’après les murets que l’on peut observer en grand nombre dans ce quartier. La réutilisation des moellons, comme dans le quartier de Notre-Dame, suppose une collecte de proximité. Un morceau de carrière a été retrouvé près de l’actuel sémaphore de La Couronne, sur la rive est du Verdon. Il reste sur le terrain des traces d’exploitation sous forme de fronts de taille, situés dans le parking d’une copropriété (fig. 106).

Fig. 106. Restes de fronts de carrière dans le parking d’une copropriété-Fontaine Saint-Jean (C.P).

Fig. 106. Restes de fronts de carrière dans le parking d’une copropriété-Fontaine Saint-Jean (C.P).

242On trouve des traces d’exploitation correspondant à cette carrière dans le quartier résidentiel situé juste au nord du sémaphore de La Couronne, en bordure du chemin du phare [x = 820,225 ; y = 3118,425].

243Le matériau extrait à cet endroit est un calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur de couleur rose. La roche présente un aspect extrêmement délité et peu homogène sur la majeure partie des fronts. Ils sont également couverts par endroit d’une croûte noirâtre liée probablement à l’humidité du lieu et au gaz des pots d’échappements.

244Seuls quelques fronts de cette exploitation ont pu être observés ; ils mesurent de 1 à 2 m de hauteur selon les emplacements. On peut encore y observer des traces d’outils, orientées sud-nord et est-ouest. Les stries sont bien parallèles et livrent encore des traces d’impacts punctiformes permettant de supposer que l’outil utilisé est une escoude à petit tranchant pyramidal. Les vestiges ne permettent pas de déterminer avec précision la hauteur des blocs enlevés, mais elle pourrait être comprise entre 30 et 50 cm (fig. 107).

Fig. 107. Front de taille de la carrière de la fontaine Saint-Jean sur lequel on voit nettement l’altération de la roche (C.P).

Fig. 107. Front de taille de la carrière de la fontaine Saint-Jean sur lequel on voit nettement l’altération de la roche (C.P).

245Il ne reste quasiment plus de traces de la partie nord de cette exploitation, puisque le quartier est à présent intégralement bâti, il est par conséquent difficile d’en évaluer la superficie ni d’estimer le volume extrait.

246L’emplacement de la carrière permet de supposer que les matériaux étaient charriés soit jusqu’à l’anse du Verdon (sites de Verdon 2 ou 3) soit jusqu’à la Pointe Riche et ensuite embarqués par bateaux. Dans la Statistique des Bouches-du-Rhône de 1821, il est fait allusion à une exploitation dont les produits seraient embarqués dans l’anse du Verdon. Cette carrière n’est pas clairement mentionnée, mais la description du site paraît correspondre à ce qui a été retrouvé sur cet emplacement. Nous l’avions évoqué lors de la découverte de la voie à ornières qui longe Verdon 1 et 2 pour aboutir dans la carrière de Verdon 3. L’auteur du texte évoque la carrière en précisant que : « La roche est en bancs massifs presque horizontaux et d’une très grande épaisseur. Les ouvriers taillent à volonté dans les bancs les pierres dont ils ont besoin (…) Les pierres détachées de la carrière sont transportées au petit port du Verdon qui est tout près et où on les embarque pour Marseille (Villeneuve-Bargemon 1821, p. 539).

247Cette description correspond assez bien aux observations faites sur le terrain (bancs massifs et proximité du port de Verdon).

248L’approche de la carrière n’est réellement envisageable que par le biais de la documentation d’archives, et plus particulièrement des actes notariés.

  • 40 A.C. Martigues CC 13 f°128, 133v°, 141v°.

249Cette carrière pourrait avoir été active dès la fin du Moyen Âge puisqu’on trouve plusieurs mentions en 1479 de l’exploitation de la pierre de « la font », ce qui signifie la source. Il paraît vraisemblable que le site de la source corresponde à celui de la fontaine Saint-Jean, néanmoins on manque encore d’informations pour en être totalement sûr40.

250La première mention claire de cette exploitation est faite dans un acte de vente de 1678 qui porte sur deux carrières, dont l’une est appelée « peyrière de la fontaine » (document n° 25). Elle n’est ensuite plus évoquée jusqu’en 1720, date à laquelle on vend une carrière située dans un clos au « quartier de la fontaine du Verdon » (document n° 35).

251En 1751, un acte est passé entre un père et son fils pour la vente d’une carrière qui pourrait être localisée à cet emplacement. Elle n’est pas clairement mentionnée, mais la description du lieu semble correspondre avec celui de la carrière de la Fontaine Saint-Jean. Elle possède des « frons silicées aud terroir de La Couronne, quartier de Carro, confrontant de levant Verdon » (document n° 40). Dans cet acte, la carrière est donnée comme faisant face à l’anse du Verdon depuis l’est, ce qui correspond tout à fait à la carrière de la Fontaine, mais en revanche il la localise dans le village de Carro. Or, Carro « confronte » l’anse du Verdon depuis l’ouest, il paraît donc improbable qu’une carrière située à Carro se trouve face à l’anse depuis l’est. En ne tenant compte que de la position donnée par rapport à l’anse du Verdon, la carrière évoquée correspond bien à la Fontaine Saint-Jean. On peut néanmoins envisager qu’il y ait une erreur d’orientation et de positionnement de la carrière : dans ce cas, il pourrait s’agit de la carrière de Baou Tailla qui se trouve à Carro et « confronte » depuis l’ouest l’anse de Verdon. Il paraît difficile de trancher.

252Deux ans plus tard, on trouve un acte qui évoque ce site lors de l’achat d’un terrain pour bâtir une maison dans le « quartier proche de Saint Jean à La Couronne, confrontant de levant l’église ». Le vendeur autorise son acheteur à : « Prendre toutes les pierres qui leur seront nécessaires pour la construction de la maison et autres bastisses dans l’enceinte de la place, autant de pierres en clappiers qui sont dans la propriété et ceux placés du côté du couchant de ladite bastide dudit Nicolas sans pourtant toucher aux murailles » (document n° 45).

253On pourrait y voir la fin de l’activité de la carrière, puisque, en 1753, plusieurs parcelles sont vendues pour la construction de maisons. Antoine Gay vend par exemple à Jeanne Gouiran, sa mère, veuve de Joseph Gay, peireron, « une salle dans le bas, au quartier de Saint-Jean à La Couronne (…) confrontant de levant la rue, de midi une rue, de couchant la maison à Jean Chouquet, et de septentrion les heoirs de Joseph Gay (le frère d’Antoine et fils de Jeanne Gouiran) et une terre de 2 panaux complantée de 500 souches de vignes, trois figuiers, confrontant de couchant, Jean Chouquet peireron , de levant les heoirs de Joseph gay, de midi la propriété de Jean Joseph Simon, murailles et pierres sèches entre deux et de septentrion la propriété à Jean Gay (le troisième fils de Jeanne et Joseph Gay) » (document n° 35).

254Cette carrière paraît donc être démantelée et vendue sous forme de lots pour la construction de maisons et la culture de figuiers, oliviers et vignes, suite à l’abandon de l’exploitation. C’est également ce dont témoignait l’enquête de 1667, ordonnée par l’abbaye de Montmajour. Les témoins évoquaient tous que « là où sont lesdites peyrières (…) sur le débris dicelles pierres y a été planté quelques souches de vigne et figuiers » (document n° 16).

255Cette carrière n’apparaît plus dans la documentation d’archives à partir de cette date. Le cadastre napoléonien ne la répertorie pas et les registres de commerce ne la mentionnent pas, elle n’apparaît pas non plus sur la carte géologique des Bouches-du-Rhône en 1843, ni dans la notice de Leroy en 1847.

3.16. Les Auffans

256La carrière des Auffans se situe au village de Carro, immédiatement après le pont de la voie ferrée [x = 819,885 ; y = 3119,560] (fig. 108). Elle tient son nom du sieur Alphand, écuyer, qui avait sa bastide en ce lieu au XVIIe s. (fig. 109).

Fig. 108. Localisation de la carrière des Aupphands (C.P).

Fig. 108. Localisation de la carrière des Aupphands (C.P).

Fig. 109. Carrière des Auffans (cl. Lucien Rivet).

Fig. 109. Carrière des Auffans (cl. Lucien Rivet).

257On extrait aux Auffans un calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur, de couleur rosé à rougeâtre ou jaune à gros grains (collectif 1976, p. 99). Il contient de nombreux coquillages parfois entiers, ce qui lui confère un aspect irrégulier. Il s’agit d’une roche vacuolaire et poreuse de mauvaise qualité mais qui présente toutefois une bonne cimentation. Ce matériau paraît convenir à la construction de murs porteurs sous forme de blocs ou moellons mais également à la réalisation de bas-reliefs (Vacca-Goutoulli 2001).

258Aucun travail de terrain n’a été fait dans cette carrière. Elle est la seule exploitation de La Couronne à avoir connue une activité jusque très récemment (2003). Elle a fourni pendant plusieurs années (1950-2003) les matériaux pour la restauration d’édifices en calcaire de La Couronne. La qualité de la roche actuellement exploitable étant très médiocre, on se tourne aujourd’hui vers des carrières étrangères qui fournissent une roche assez similaire (Espagne notamment).

259L’essentiel de cette étude repose donc sur la documentation d’archives, malheureusement assez rare. Cette carrière n’apparaît dans aucun texte des XVIIe et XVIIIe s. et n’est pas répertoriée en 1817 dans le cadastre napoléonien. Leroy n’évoque pas non plus le site comme lieu de provenance des matériaux en œuvre dans les maisons de Marseille en 1847. Les textes étudiés font référence à l’activité de cette carrière à la fin du XIXe s. et au XXe s. En 1889, elle apparaît dans le répertoire des carrières de France comme la seule exploitation active à La Couronne. Les carriers Chouquet, Gonfard, Gay et Roubaud se partagent l’exploitation. Deux baux de location attestent l’activité du site à une époque tardive, puisque les contrats ont été signés pour les années 1852-1877 (document n° 58).

260En 1948, une correspondance témoigne de la demande de réouverture de la carrière des Auffans par un architecte nommé Ker Suzan. Il demande le monopole sur les extractions de matériaux pour un loyer de 1 franc symbolique et une taxe sur les pierres de 50 francs/m3. La mairie de Martigues refuse ses conditions, ce qui met un terme au projet. Dans le compte-rendu de cette affaire, la mairie note que « Le marché n’est avantageux que pour lui. (…) Sa demande d’ouverture de nouvelles carrières aux points ou il le jugera bon revient en fait à demander le monopole de l’extraction de la pierre sur les terrains communaux (…) Le plan joint à la lettre est absolument inexact et situe de façon qui pourrait devenir dangereuse pour les intérêts communaux la carrière des Auffans, le chemin à entretenir et la partie du terrain destinée à entreposer les pierres (…). »

  • 41 Dans un extrait du registre de délibération du conseil municipal de la commune de Martigues.

261En 1950, les entreprises Pilati et Girard demandent à leur tour l’autorisation d’exploiter la carrière, pour approvisionner les chantiers de restauration du Vieux Port et de l’Hôtel de Ville de Marseille, qui nécessitent respectivement 150 m3 et 50 m3 de matériaux41. Ils sont dans un premier temps simplement autorisés à prendre les blocs déjà extraits lors de la dernière exploitation.

262L’utilisation de ces blocs a permis de connaître les modules extraits au cours de la dernière activité (XIXe s. ?), puisque les nouveaux exploitants les ont relevés (document n° 60).

263On note donc l’extraction de deux modules, l’un de 75 x 40 x 40 cm et l’autre de 100 x 60 x 40 cm. Ce relevé est l’un des rares témoins de l’exploitation ancienne.

264D’autres vestiges archéologiques ont été signalés, mais ils ne sont pas liés directement à l’exploitation du site. J.-L. Jouanaud a repéré au début des années 1980 au cours d’une prospection, un habitat d’époque romaine, il n’a cependant pas été possible de vérifier cette information avec les prospections menées ultérieurement (Gateau et al 1996, p. 261).

265L’emplacement de la carrière nous permet enfin de proposer un transport des matériaux par charrette jusqu’à Carro, soit au port de Baou Tailla, soit au port de Carro.

3.17. Les Arqueirons

266Cette carrière est située au village de Carro, sur la butte qui surplombe la D49, au quartier des Arqueirons [x = 819,719 ; y = 3119,011 et x = 819,492 ; y = 3118,992] (fig. 110).

Fig. 110. Localisation de la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 110. Localisation de la carrière des Arqueirons (C.P).
  • 42 Une queyrade est un module de bloc, utilisé principalement au XIXe s. qui mesure 62 x 50 x 32 cm.
  • 43 Le mot clapier est issu du provençal clap qui signifie tas de pierres.

267Son appellation est issue d’une contraction de « ar-queirons » qui signifie « aux queyrons ». Le choix des noms de rues qui avoisinent le site est également très significatif, puisque il est en rapport avec l’activité extractive. On trouve par exemple la rue des Arqueirons, l’allée des Queyrades,42 l’impasse et le chemin des Clapiers.43

268On extrait sur ce site un calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur, de couleur beige rosé à rose franc. Un faciès jaune, de très mauvaise qualité, s’intercale entre deux couches roses sur 50 cm environ, on le remarque particulièrement à la limite orientale de l’exploitation (fig. 111).

Fig. 111. Calcaire jaune et rose dans la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 111. Calcaire jaune et rose dans la carrière des Arqueirons (C.P).

269Le matériau offre, selon l’emplacement, des teintes et des qualités différentes. Selon les faciès, il contient peu de coquilles, voire pas du tout, le grain est plus ou moins grossier, mais présente en général une bonne compacité. Elle s’avère toutefois très délitée sur certains secteurs. On remarque également une fine croûte noirâtre sur les fronts, plus ou moins importante selon l’orientation, ce qui peut lui conférer un aspect blanc grisâtre. Cette altération est très certainement liée à l’humidité.

270L’exploitation forme aujourd’hui un immense vallon recouvert d’une importante végétation, composée de ronces, broussailles et vignes, au milieu duquel s’imposent de hauts fronts et des monticules de déchets d’extraction pouvant atteindre plusieurs mètres de hauteur. La superficie est estimée à 170 000 m2 et le volume extrait peut être évalué à 340 000 m3 minimum.

271Une étude des sols de carrière exigerait un débroussaillage complet de la zone. Il a été cependant possible de localiser les fronts de carrière à la suite de l’incendie de 2005, qui a éliminé une partie de la végétation du site, le rendant un peu plus accessible (fig. 112).

Fig. 112. Représentation graphique de la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 112. Représentation graphique de la carrière des Arqueirons (C.P).

272Les premiers fronts observés se situent dans le quartier résidentiel, et plus particulièrement au croisement du chemin et de l’impasse des clapiers (fig. 113). Une habitation a d’ailleurs conservé un ancien front de taille comme mur de clôture. L’allée des Queyrades ainsi que le chemin des Soubrats correspondent à la limite occidentale de la carrière.

Fig. 113. Premiers fronts de taille visibles à proximité des maisons du quartier des Arqueirons (C.P).

Fig. 113. Premiers fronts de taille visibles à proximité des maisons du quartier des Arqueirons (C.P).

273Le site des Arqueirons comporte des vestiges d’habitat clairement identifiés. On distingue trois types d’habitations construites en plein cœur de l’exploitation, et aujourd’hui en partie ruinées. Toutes sont situées au niveau du front d’orientation nord-sud, sur la partie orientale du site et quasiment alignées sur l’accès A.

274On trouve d’abord trois maisons construites à partir des fronts de taille (fig. 112, M). La première est composée de deux fronts qui ont été surmontés et complétés par des moellons. Elle comportait probablement deux étages. La porte a été bâtie avec des blocs quadrangulaires non taillés superposés de part et d’autre de l’ouverture et de deux grands blocs qui forment un linteau. Les pierres disposées dans les angles ont un aspect moins difforme que celles utilisées pour compléter l’élévation. Aucun mortier n’a été utilisé (fig. 114).

Fig. 114. Maison adossée à un front de taille dans la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 114. Maison adossée à un front de taille dans la carrière des Arqueirons (C.P).

275On trouve ensuite une construction dont on ne sait réellement s’il s’agit d’une deuxième maison ou du prolongement de la première. Elle se trouve au nord, presque accolée, et comporte vraisemblablement deux pièces. Il ne reste que deux pans de murs et une cloison. Elle est édifiée à partir des fronts et complétée de moellons qui, cette fois-ci, sont badigeonnés de mortier. Elle est plus haute que la première et se développe tout en longueur. Plusieurs trous de formes rectangulaires ont été creusés sur le front ouest-est, mais étant de taille et localisation différentes, ils ne permettent pas d’en déterminer la fonction. En revanche, le front nord-sud porte une trace d’ancrage sur toute sa longueur ainsi que des trous de section rectangulaire juste en dessous. Ils permettent de supposer l’existence d’un plancher. Elle est dotée d’un passage entre deux pièces, formant comme un couloir, extrêmement étroit et haut, et comportant une partie sommitale incurvée. La raison de cette physionomie est inconnue.

276Enfin, une (troisième) maison est située juste au nord de la deuxième. Elle est adossée à un front de taille dont la couleur du matériau est presque rouge-brun. Les quatre murs sont conservés et composés de moellons agrémentés de mortier. L’intérieur a également été enduit. Elle possède une porte, composée de deux piédroits élevés à l’aide de blocs quadrangulaires non équarris et d’un linteau composé de petits moellons posés de champ. Une ouverture est percée au-dessus de la porte. Les murs intérieurs sont affectés de trous de section quadrangulaire, probablement destinés à un encastrement de poutres (plancher ?). La totalité de la façade semble avoir reçu un enduit qui s’est considérablement désagrégé.

277Ces constructions nous renvoient à l’utilisation faite des carrières après leur abandon. Il paraît vraisemblable que ces maisons ont été construites suite à l’arrêt de l’exploitation. Il est toutefois difficile de leur attribuer une datation précise.

278On remarque également une maison en ruine, de dimensions plus restreintes située quasiment à l’entrée orientale de la carrière.

279On trouve ensuite deux abris souterrains. Le premier se situe au nord-est de la maison 3, dans la partie septentrionale du site. L’accès se fait par une porte construite selon le même procédé que les deux premières maisons (fig. 115). La partie formant le toit était recouverte de pierres lors d’une de mes premières visites, elle est aujourd’hui protégée par une plaque de plexiglas, ce qui montre que le site est toujours utilisé. Le sol paraît avoir été fouillé sur une surface de 2 ou 3 m2.

Fig. 115. Accès d’abri actuellement en souterrain-Carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 115. Accès d’abri actuellement en souterrain-Carrière des Arqueirons (C.P).

280Il existe un second souterrain dont la typologie est différente. Il est situé à l’extrémité nord-ouest du site. Il s’agit de deux fronts perpendiculaires, à l’intersection desquels se trouve un morceau de bois scellé au mortier dans une partie relativement basse, servant d’entrée. On descend dans un souterrain dans lequel les traces d’extraction sont nettes et forment deux pièces. Sur la partie haute, on trouve des moellons assemblés au mortier. Il est difficile de proposer une hypothèse sur la fonction du lieu, puisque le niveau du sol n’a pu être déterminé.

281Quand à l’occupation, on ne saurait dire à l’heure actuelle si elle est contemporaine de l’exploitation ou si elle remonte à une période plus ancienne ou très récente.

282Enfin, une borie est visible à l’extrémité nord-est du site. L’entrée est constituée d’un linteau composé de deux blocs et de deux piédroits assemblés en pierres sèches. L’ensemble de la construction est faite de pierres sèches (fig. 116).

Fig. 116. Borie conservée dans la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 116. Borie conservée dans la carrière des Arqueirons (C.P).

283La présence d’abris souterrains et bories est clairement évoquée lors de l’enquête ordonnée par l’abbaye de Montmajour en 1667. Sept témoins, parmi lesquels trois carriers de La Couronne, confirment que « Là où sont lesdites peyrières il n’y a que des terres incultes et non labourables (…) que ceux qui les possèdent sont de pauvres gens (…) qui habitent la plus grande partie des huttes de pierres sèches ou lieux souterrains (document n° 16).

284A cela, il faut ajouter que la carrière contient, certes un grand nombre de monticules de déchets d’extraction, mais aussi une quantité très élevée de moellons empilés ça et là (fig. 117).

Fig. 117. Fronts de taille et déchets d’extraction visibles dans la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 117. Fronts de taille et déchets d’extraction visibles dans la carrière des Arqueirons (C.P).

285On peut supposer que les bories sont les « huttes » mentionnées par le texte et qu’elles furent épierrées au moment de la construction des maisons. Il existe également beaucoup de murets en pierres sèches qui viennent parfois combler un espace entre deux fronts de taille, d’autres forment des sortes d’enclos devant les maisons, ou encore des restanques ou des murailles (fig. 118). On trouve d’ailleurs dans la documentation d’archives des mentions de ces murs. Ainsi en 1723, une terre est vendue avec « vigne, bâtiment située au quartier des Arqueirons, confrontant de septentrion un petit morceau entouré de murailles » (document n° 39).

Fig. 118. Maison adossée à un front de taille avec des restes d’enclos devant dans la carrière des Arqueirons (C.P).

Fig. 118. Maison adossée à un front de taille avec des restes d’enclos devant dans la carrière des Arqueirons (C.P).

286Ce site était desservi par plusieurs chemins orientés nord-sud pour la plupart. Toutes devaient descendre en direction du « port de Carro ».

287Outre ces vestiges, on trouve des traces irréfutables de l’exploitation de la pierre. Les outils ont laissé des impacts sur les fronts qui, ne sont pas suffisamment bien conservés pour permettre de déterminer le profil de la partie active.

288On trouve d’abord des traces de rectifications des fronts de taille, particulièrement visibles dans la partie orientale du site. Les impacts laissés par le travail d’extraction témoignent d’un espacement régulier entre deux passages, d’environ 2,5 cm. Quelques largeurs de saignées de détourage ont pu être mesurées sur les fronts des secteurs sud-ouest, nord-ouest et nord-est du site. Elles sont relativement homogènes sur l’ensemble puisqu’elles sont systématiquement comprises entre 5 et 8 cm. Le quart sud-ouest est trop endommagé, il n’a donc pas été possible de mesurer les saignées.

289Quelques hauteurs ont également pu être évaluées à partir des fronts de taille, particulièrement sur le secteur occidental de la carrière. Elles sont ordinairement comprises entre 35 et 45 cm, à l’exception de certaines, au nord, qui peuvent atteindre 80 cm.

290Enfin, plusieurs blocs ont été abandonnés dans tous les secteurs de l’exploitation. On les trouve majoritairement de part et d’autre du front nord-sud sur lequel les maisons ont été aménagées. Ces blocs attestent l’extraction de plusieurs types modulaires. On trouve soit des modules de type queyron, c’est-à-dire mesurant 65 x 25 x 35 cm, soit des modules de grand appareil mesurant en moyenne 110 x 40 x 25 cm. L’un des blocs porte encore assez nettement des traces d’équarrissement au marteau- taillant. Un « évier » en calcaire de La Couronne, façonné et percé d’un trou d’évacuation, a également été abandonné à proximité de la maison 2 (fig. 119). Cet abandon pourrait ne pas être en rapport avec l’exploitation. La difficulté de manipulation de ces blocs n’a pas permis de déterminer la cause de l’abandon.

Fig. 119. Elément lapidaire de type évier abandonné près de l’enclos en pierres sèches (C.P).

Fig. 119. Elément lapidaire de type évier abandonné près de l’enclos en pierres sèches (C.P).

291L’observation générale de l’aspect des fronts de carrière met en évidence une organisation des extractions. On ne relève aucun élément permettant de douter de la mise en œuvre d’une stratégie.

  • 44 Taureau passant et tête casquée.
  • 45 J’ai montré ces tessons à E. Pellegrino (CCJ) qui a pu déterminer le type et me donner une datati (...)

292Outre les vestiges d’extraction, des fragments de céramique, datés des Ier s. av. et Ier s. ap. J.-C., « dispersés sur 5000 m2 » ont été ramassés en surface lors de la prospection de F. Gateau. Elle signale la présence de tessons de céramique calcaire micacée, sableuse oxydo-réductrice et commune grise et surtout d’amphores marseillaises (col Bertucchi 7, variante C) et italiques accompagnées de quelques tegulae (Gateau et al 1996, p. 258). Elle signale également la présence d’un niveau archéologique sur environ 5 m2 d’une épaisseur de 50 cm, dans le secteur sud-est de la carrière, à proximité de la zone aujourd’hui construite, juste au-dessus d’un front de carrière. Ces vestiges sont composés de quelques pierres alignées et de mobilier daté des Ier s. av. et ap. J.-C. Elle a identifié par exemple des fragments de céramique de type campanienne A, sigillée italique, amphores marseillaises et un chalque massaliète en bronze44. Des tessons de Bétique ont également été ramassés en surface de ce secteur, dont le faciès exact n'a pu être précisé, néanmoins la date de production serait comprise entre le Ier et le IIIe s.45 On trouve enfin, toujours dans le même secteur, un creusement de type ornières au sommet d’un front, dont la fonction n’est pas déterminée.

  • 46 ADBdR 378 E 635 f°420.

293L’exploitation peut également être approchée par les nombreuses mentions retrouvées dans la documentation d’archives. Elles attestent l’importance que revêt cette carrière à l’époque moderne et particulièrement au moment des grands chantiers du XVIIe s. (1660-1680). La première mention remonte à 1664. Il s’agit d’une promesse de fourniture de pierres de taille extraites dans la carrière des Sollades (document n° 26). L’appellation « arqueirons » n’est pas évoquée dans ce texte, mais on la trouve le 19 mars 1665 dans un acte de vente de carrière. Le propriétaire cède à Esprit Reymondon, carrier, les « peyrières et fronts qu’il a faict aux sollades des Arqueirons ». Il précise aussi qu’il a fait le chemin qui descend à Carro.46

  • 47 ADBdR 378 E 636 f°129, 716 (documents n° 11 et 14), 719, 721, 724. Les documents se suivent et co (...)

294Dans les années 1666-1667, l’exploitation est intensive puisque son nom apparaît dans la majeure partie des actes de commande de matériaux pour les « fabriques du Roy », l’Hôtel de Ville, les « autres ouvrages que le Roy faict faire ». On apprend dans ces documents que les commandes sont passées pour des queyrons et des bars extraits aux « Arqueirons et autres pierres dures ».47 Enfin, la commande est aussi passée pour de la « pierre rouge », bien plus onéreuse que les autres, puisqu’elle est vendue 30 livres le cent alors que les autres n’en coûtent que 26. De la même manière, la pierre utilisée pour l’Hôtel de Ville sera payée 27 livres le cent, sous réserve qu’elle soit de bonne qualité.

295Les actes de 1667 nous confirment également la division de la carrière en plusieurs parcelles, exploitées simultanément par plusieurs associés. Tous les contrats sont passés entre les mêmes entrepreneurs et quatre équipes de deux carriers. On retrouve aussi ce parcellaire par les appellations mentionnées dans les contrats de commande. On trouve les sollades des arqueirons, la peyrière rouge ou les fronts rouges, et les clapiers de la Garde dans lesquels on exploite de la pierre blanche.

296Le dernier acte est passé en 1678 entre deux carriers et deux entrepreneurs pour poursuivre et retirer toutes les pierres qu’ils pourront. Le contrat est signé pour neuf années, mais il leur reste 7 ans et 10 mois « pour jeter la desfarde (déchets de taille) 3 cannes alentours » (document n° 25).

297A partir de cet acte, le site n’est plus mentionné comme carrière, il apparaît en revanche dans les ventes de terres plantées de vignes, figuiers et autres arbres fruitiers (document n° 39). On trouve par exemple un acte dans lequel un carrier achète « une propriété de terre au quartier des arqueirons, complantée de 3000 souches de vignes, 10 figuiers (…) » dans laquelle il y a une « bastide (…) une cuve de pierre et une pile pour fouler le raisin. »

298L’activité de ce site n’est évoquée ni au XVIIIe ni au XIXe s.

299La parcelle ou carrière des Soubrats a été ajoutée au catalogue au cours d’une prospection thématique en 2009 (fig. 120). Elle se trouve à l’ouest de la carrière des Arqueirons et se développe selon un axe nord/sud.

Fig. 120. Localisation de la carrière des Soubrats (C.P).

Fig. 120. Localisation de la carrière des Soubrats (C.P).

300Elle est délimitée au nord et à l’est par le chemin des Soubrats, à l’ouest par une densification de la végétation au milieu de laquelle aucune vérification n’a pu être faite, et au sud par les premières maisons du quartier des Arqueirons.

301Plusieurs fronts de taille se détachent à peine de la végétation, dans lesquels on peut encore voir les impacts d’escoude. Le calcaire est similaire à celui observé dans la carrière des Arqueirons c’est à dire beige rosé, tirant sur le blanc.

302On y remarque de nombreux aménagements en pierres sèches, de type enclos notamment, qui rappellent ceux déjà observés dans la carrière des Arqueirons et qui sont vraisemblablement liés à la réutilisation des sols suite à l’interruption de l’exploitation des carrières (fig. 121).

Fig. 121. Fronts de taille dans la carrière des Soubrats (C.P).

Fig. 121. Fronts de taille dans la carrière des Soubrats (C.P).

303Seules deux mentions de cette parcelle ont été retrouvées dans la documentation d’archives. Il s’agit de baux de location de carrières communales en 1898 et 1902 (pour 12 ans), ce qui pourrait en attester l’exploitation entre 1898 et 1914 (document n° 58). Aucune mention de ce site n’est faite à l’époque moderne. Il existait au XVIIe s. un carrier à La Couronne qui s’appelait Michel Soubrat et dont la famille est probablement à l’origine de l’appellation du quartier. Les Soubrats étaient peut-être une parcelle de la carrière des Arqueirons exploitée tardivement à une époque où la carrière principale était abandonnée. On remarque sur les photographies aériennes, la présence d’une voie à ornières orientée sud-nord le long de la limite ouest de la carrière. Aucune vérification n’a pu être faite sur le terrain en raison de la végétation.

3.18. Arnette

304Cette carrière se situait au nord-ouest du port de Carro, au quartier d’Arnette [x = 818,115 ; y = 3118,675] (fig. 122). La prospection de ce site a été limitée. L’emplacement exact a toutefois pu être retrouvé grâce à l’observation de plusieurs saignées d’extraction, traces de fronts de taille et blocs abandonnés (fig. 123).

Fig. 122. Localisation de la carrière d’Arnette (C.P).

Fig. 122. Localisation de la carrière d’Arnette (C.P).

Fig. 123. Saignées d’extraction repérées à Arnette (C.P).

Fig. 123. Saignées d’extraction repérées à Arnette (C.P).

305Elle se situait dans la zone couverte aujourd’hui de broussailles, peu après le croisement entre le boulevard de la Vigie et le boulevard de la Mer. On rejoint la carrière en empruntant la route qui mène à la station d’épuration, sur environ 300 m. Elle se situe au nord de la route.

306La roche qui affleure est un calcaire du Miocène, étage Burdigalien supérieur de couleur rose. Le grain semble relativement serré et la roche faiblement coquillière.

307Les traces de cette carrière ont été observées en trois groupes répartis dans un même périmètre peu étendu (environ 50 m). Elles sont principalement composées de saignées d’extraction sur une seule assise de hauteur. Il paraît difficile d’étudier l’exploitation sans envisager au préalable un nettoyage complet du site.

308Cette carrière est cependant fréquemment mentionnée dans la documentation d’archives de la seconde moitié du XVIIe s, pour les mêmes chantiers que la carrière des Arqueirons. L’approche repose donc exclusivement sur les actes notariés.

309Le calcaire d’Arnette est, de manière certaine, mis en œuvre en association avec le calcaire des Arqueirons, dans les édifices construits ou modifiés sous Louis XIV. La première mention remonte à 1664 dans un acte dans lequel « Philippe Jacquier et Barthélémy Claude peyrerons associés (…) om vandu et vandem toutes les pierres de taille quil fairon dans la peyrière et carrière dudit Jacquier au sieur Claude Taupin et cest moyennant le prix et somme de 22 livres dix souls le cent des cairons darnete pour le fort Saint Nicollas de ladite ville de Marseille et ce pour une année tout seulement du jourd’huy contable » (document n° 8).

310La même année, « Guilheaume de Coutteau, peyreron de ladite ville, le vant toutes les pierres de taille quil faira aux Sollady et Arnete au sieur Claude Taupin bourgeois de la ville de Marseille (…) les pierres contées au compte de la barque (…) scavoir icelle des Sollady a 25 livres (le cent) et icelle Darnette à vingt deux livres dix sous » (document n° 26).

311On ne sait dans ce cas à quelle construction sont destinées les pierres.

312L’année suivante, les « Maitres trasseurs se sont obligés et sobligent de travailler aux perrières de cette ville et cartier Darnette et Sollades et cest pour le service de sa majesté aux fabriques qui se font dans la ville de Marseille » (document n° 12).

  • 48 ADBdR 378 E636 f°721v°. 1667 On retrouve les mêmes contrats avec les mêmes modalités pour Pierre (...)

313On trouve plusieurs autres mentions dans les quatre accords passés la même année entre deux entrepreneurs et quatre équipes de deux carriers différents qui exploitent conjointement des parcelles dans les carrières des Arqueirons et d’Arnette. Dans les quatre contrats, qui sont rigoureusement identiques, deux carriers « promettent solidairement l’un pour l’autre à Jean Trevan et Michel Dubois marchands patrons de la ville de Marseille luy faire des pierres de taille suivant son ordre pour le tamps et terme de 3 années duy contable et à pareil jour finissant pour le prix et somme scavoir (…) la pierre d’Arnette au prix de 24 livres le cent le tout randu sur le quay de ladite ville. »48

  • 49 ADBdR 378 E 639 f°205.

314La fourniture de matériaux se poursuit jusqu’en 1679 pour divers ouvrages sur lesquels on n’a pas de précisions particulières. Ainsi, « Simon et Pierre Gay frères peirerons de La Couronne (…) promettent à Anthoine Leydet aussi peireron de ladite Couronne (…) la pierre qui sera faite a Arnete a 24 livres toutes lesdites pierres seront portées et déchargées au port et quai de la ville de Marseille. »49

315La même année, « Jean Loubaud peyreron de La Couronne vend à Jean Trevan, Michel Dubois, et Jean Leydet marchands de Marseille, 800 queirons qui se trouvent une partie sur le port de Carro et en la peyrière Darnette » (document n° 30).

316En plus de la mention claire de l’utilisation de la pierre d’Arnette dans la construction marseillaise du XVIIe s., ce texte nous indique que l’exportation des matériaux d’Arnette est telle que les blocs sont extraits en série et portés au port de Carro, avant même d’avoir un acheteur.

317La pierre d’Arnette se diffuse également vers le Var. Un contrat, passé en 1674, atteste son utilisation dans la construction de l’église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne sur Mer (document n° 22). Dans ce texte, « Esprit Reymondon et Simon Carnasson, peyrerons de La Couronne du Martigues » promettent à Pierre et Jean Delvoux « frères maitres massons de cette ville Daix préfachiers de la besongne de leglise du lieu de La Seyne proche de Thoullon (...) de fournir la pierre de taille de La Couronne que luy sera de besoing necessaire pour ladite besongue (…) » pendant quatre ans. Il y est mentionné que la pierre doit être livrée au port de La Seyne sur Mer sous forme de « queyrons de deux pans et demy de long et ung pan au carré de large », soit de module 62,5 x 25 x 25 cm, et qu’elle sera comptée de la façon suivante : « scavoir les cartiers de quatre pans long et deux pans et demy large reduicts à quatre cairons, les cartiers de quatre pans de long et deux pans de large reduicts à trois cairons, les cartiers de cinq pans de long et deux pans de large réduicts a quatre cairons, les grazes de quatre pans long et un pan et demy large reduicts a deux cairons et demy, celle de cinq pans trois cairons, les cairades de trois pans long, deux pans large reduictes a quatre cairons, les bugets de trois pans long un pan et demy large, reduicts a deux cairons, les eyguiers de trois pans large et quatre pans long reduicts a cinq cairons... »

318Doit-on voir dans cette précision une commande de queyrons qui sont assemblés au compte de la barque en diverses « palettes » que l’on appelle cartiers, bugets, eyguiers…et qui simplifient le comptage sur le port ou bien doit-on voir en un queyron une unité de payement, comme aujourd’hui le mètre cube ? Nous reviendrons sur cette question dans le prochain chapitre de cette étude.

319L’activité du site est donc attestée dans la deuxième moitié du XVIIe s. Elle n’apparaît plus dans les actes passés au cours des siècles suivants. Le site n’est pas non plus répertorié comme carrière en 1817 dans le cadastre napoléonien.

320Les textes fournissent toutefois d’autres renseignements concernant l’exploitation. La forte demande de matériaux au cours de cette période, particulièrement pour l’agrandissement de Marseille, concerne seulement deux carrières : la carrière d’Arnette et celle des Arqueirons. Cela suppose donc que la carrière présente une superficie considérable, probablement équivalente à celle des Arqueirons, qui était d’environ 170000 m2.

321On sait également qu’elle était divisée en parcelles exploitées par différents maîtres carriers, visiblement associés par paire. C’est en tout cas ce qui ressort de la série de contrats de commandes passée en 1667 entre les deux entrepreneurs et quatre équipes de carriers, travaillant tous dans la carrière d’Arnette.

322Enfin, l’emplacement de la carrière et le fait que les matériaux extraits soient vendus déchargés sur le port de Marseille suppose qu’il existe une voie charretière et donc un port d’embarquement. On sait, notamment grâce à l’acte de 1679, dans lequel 800 queyrons se trouvent en partie au port de Carro et le reste dans la carrière d’Arnette, et auxquels on a déduit le prix du charriage, qu’il existait une voie de transport entre le site d’Arnette et le port de Carro. Le tracé du chemin ancien, repéré par J. Soyer, atteste l’existence d’une voie de circulation entre la carrière et le port (Soyer 1980, 21-29). A. Camoin signale également la présence d’une borie dans le quartier, aujourd’hui disparue (Camoin 1986, p. 10).

Notes

14 Comme il a été dit précédemment, le calcaire de l’Estel mis en œuvre dans le pont du Gard et celui de La Couronne ont sensiblement les mêmes qualités et compétences. Ceci atteste donc la possibilité de mettre en œuvre de tels modules en calcaire de La Couronne.

15 Appelée aussi Cotailla : contraction de Enco de Tailha.

16 Ces analyses sont inédites et ont été faites par Pierre Gaudon dans le cadre du PCR sur la pierre de construction à Marseille.

17 Ce dernier est néanmoins incomplet, certaines traces d’extraction, dont le secteur 11, sortent du champ couvert par le levé topographique.

18 J’ai fait venir sur le site plusieurs compagnons tailleurs de pierre qui m’ont confirmé la qualité de la réalisation.

19 Intervenants : Jean Chausserie-Laprée archéologue de Martigues, Henri Tréziny directeur de recherche au CNRS, Jean-Claude Bardzakian et Michel Rétif du service archéologique de Martigues, Pierre Excoffon (service archéologique de Fréjus).

20 ADBdR 378 E 1061.

21 Ces données sont issues du rapport, fait suite aux sondages pour le SRA, par J. Chausserie-Laprée et H. Tréziny.

22 La pointe Riche et le Cap Couronne correspondent aujourd’hui au même emplacement, ce qui n’était pas le cas au XVIIIe s.

23 ADBdR 1 Fi 889.

24 R. Guéry et P. Trousset ont fait plusieurs observations en 1981 dans les carrières de La Couronne. Ces dernières m’ont été très précieuses puisque les vingt ans qui séparent mon étude de la leur ont fait disparaître certains témoins de l’activité. J’ai d’ailleurs constaté avec inquiétude la vitesse à laquelle l’état de cette carrière se dégrade.

25 Ces informations sont présentes dans deux rapports d’étude lapidaire de M. Vacca-Goutoulli. Le premier concerne la fouille réalisée en 1995 lors de la construction du musée consacré à l’œuvre du sculpteur César (place Villeneuve-Bargemon). Le second, l’étude lapidaire faite lors de la fouille archéologique du site de l’ancien Alcazar en 1999 (cours Belsunce).

26 Une étude a été réalisée en 1982 par R. Guéry, G. Hallier et P. Trousset. Elle compte parmi les premières études réalisées lors de la découverte des vestiges du centre Bourse. Elle ouvre la recherche de la provenance des matériaux mis en œuvre à Marseille et particulièrement sur ceux utilisés lors de la construction du rempart hellénistique.

27 Elle était adossée mais lors de ma visite sur le site en juillet 2007, j’ai constaté qu’elle avait basculé vers l’avant.

28 En Août 2003, un moulage de ces visages, au polyester et fibre de verre, a été réalisé par Denis Delpalillo. J’ai par ailleurs participé à ce travail dans le cadre de mes recherches. Ils ont été commandés par Jean Chausserie-Laprée (Archéologue municipal de Martigues).

29 Renseignement oral de M. Vacca-Goutoulli.

30 Je me suis permis de montrer ces graffiti à des compagnons tailleurs de pierre, les mêmes que ceux qui ont observés les graffiti de la carrière de Baou Tailla, qui m’ont encore une fois confirmée la réalisation par des gens du métier, en dépit de l’aspect fruste de la réalisation.

31 Il existe en réalité deux chapelles Sainte-Croix qui se font face. La chapelle «  actuelle » construite à l’époque moderne et la chapelle en ruine édifiée au Moyen-Âge qui se trouve à une trentaine de mètres au Nord est de la chapelle moderne.

32 Ce sondage a été réalisé par Henri Tréziny, Jean Chausserie-Laprée et Jean-Claude Bardzakian (service archéologique de Martigues).

33 On trouve à cet emplacement le camping municipal de l’Arquet ainsi qu’à la limite de l’exploitation le camping du cap, de l’autre côté de la route et le groupe scolaire de La Couronne.

34 L’attribution de ces marques a été faite par les descendants des carriers dans un document conservé aux archives municipales de la ville de Martigues dans le fond Guillaud.

35 Nous avons déjà évoqué le nom de Gonfard au moment de la découverte de la marque de carrier qui s’apparente à la typologie des marques attribuées à cette famille.

36 Une fouille archéologique a été réalisée fin 2012-début 2013 dans la partie nord est du camping de L’Arquet dans lequel on remarquait déjà un grand nombre de fronts de taille. Cette opération a livré les traces d’une exploitation en deux secteurs distincts d’environ 500 m2 chacun et séparés par ce qui semble être une plate-forme de manutention et de stockage. Le rapport étant en cours d’élaboration, les résultats de cette opération archéologique ne peuvent être joints à cette publication. La fouille archéologique a été menée par la société Hades, sous ma direction.

37 Un tarron est un petit morceau de terre.

38 ADBdR 378 E 642 f°337. Debte pour Jean Trevan contre Joseph Gay Le 6 Novembre 1680.

39 ADBdR 378 E 684 f°486 Accord entre Jean et Guillaume Chouquet. 22 août 1720.

40 A.C. Martigues CC 13 f°128, 133v°, 141v°.

41 Dans un extrait du registre de délibération du conseil municipal de la commune de Martigues.

42 Une queyrade est un module de bloc, utilisé principalement au XIXe s. qui mesure 62 x 50 x 32 cm.

43 Le mot clapier est issu du provençal clap qui signifie tas de pierres.

44 Taureau passant et tête casquée.

45 J’ai montré ces tessons à E. Pellegrino (CCJ) qui a pu déterminer le type et me donner une datation approximative, compte tenu du mauvais état des tessons.

46 ADBdR 378 E 635 f°420.

47 ADBdR 378 E 636 f°129, 716 (documents n° 11 et 14), 719, 721, 724. Les documents se suivent et correspondent rigoureusement au même acte passé avec 4 équipes de carriers différents.

48 ADBdR 378 E 636 f°721v°. 1667 On retrouve les mêmes contrats avec les mêmes modalités pour Pierre Meiffren, Jean Roubaud, François Nicollas, Louis Gay, Jean Venture dans le même registre aux folios : 716, 719, 724.

49 ADBdR 378 E 639 f°205.

Table des illustrations

Titre Fig. 5. Localisation de la carrière de la pointe de Carro (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 6. Vue des traces d’exploitation conservées dans la carrière de la pointe de Carro (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 7. Traces d’extraction de blocs de grand appareil dans la carrière de la pointe de Carro (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 8. Représentation graphique de l’exploitation de la pointe de Carro (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-4.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 9. Absence de rectification et mauvais état du fond de la carrière de la pointe de Carro (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 10. Localisation de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Titre Fig. 11. Vue générale de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 12. Représentation graphique de la carrière de Baou Tailla (fond topographique cabinet Micheletti ; DAO C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-8.png
Fichier image/png, 96k
Titre Fig. 13. Vue sur le secteur 1 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 14. Traces d’extraction en série dans le secteur 2 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 15. Traces d’emboîtures dans le secteur 2 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 16. Plancher d’extraction du secteur 3 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 17. Laisse de carrière et fond très érodé du secteur 4 de l’exploitation de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 18. Partie méridionale du plancher d’extraction du secteur 4 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 19. Front du secteur 5 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 20. Plancher d’extraction du secteur 5 de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 21. Vue sur le secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 22. Emplacement du sondage 1 dans la carrière de Baou Tailla (H.Tréziny).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 23. Déchets d’extraction et fronts de taille du secteur 9 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 24. Vue sur le secteur 11 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 25. Vue générale du secteur 10 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 26. Traces d’extraction de blocs de grand appareil dans le secteur 10 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 27. Marque T sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 28. Visage d’homme à moustache sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 29. Initiales BF dans un genre de blason sur un front du secteur 7 de la carrière de Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 30. Localisation de la carrière de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-26.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 31. Vue sur la carrière de Verdon 1 depuis Baou Tailla (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 32. Vue générale de la carrière de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 33. Creusement de la falaise dans la carrière de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 34. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 35. Découpage modulaire très lisible dans la partie ennoyée de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 36. Encoche d’amarrage creusée dans la roche dans la carrière de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 37. Restes d’inscriptions potentielles, mais très peu lisibles, sur le front de Verdon 1 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 38. Localisation de la carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-34.png
Fichier image/png, 14k
Titre Fig. 39. Vue générale de la carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 40. Affleurement dans la carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 41. Vue sur le sol de carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 42. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-38.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 43. Traces d’exploitation visibles dans la partie sud de la carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 44. Marque HN incisée sur un bloc dans la carrière de Verdon 2 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 45. Localisation de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-41.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 46. Vue générale de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 47. Déchets d’extraction recouvrant le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 48. Vue sur le front de taille et gros blocs de pierres sur le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 49. Traces d’extraction de blocs de grand appareil, conservées en négatif sur le fond de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 50. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 51. Débordement de saignée visible dans la partie méridionale de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 52. Bitte d’amarrage semi-circulaire aménagée dans le substrat de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 53. Elément de forme oblongue s’apparentant à un système d’amarrage aménagé dans le substrat de la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 54. Elément de forme carrée de type amarrage dans la carrière de Verdon 3 (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 55. Localisation de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-51.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Fig. 56. Vue sur la carrière de Couronne-Vieille depuis la bordure ouest de la carrière de la Pinède (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 57. Vue générale de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 58. Ennoyage partiel de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 59. Déchets d’extraction couvrant le fond de la partie nord de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 60. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-56.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 61. Impact d’escoude dans une saignée d’extraction dans la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-57.png
Fichier image/png, 722k
Titre Fig. 62. Fond de carrière présentant un aspect moins organisé (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-58.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 63. Blocs de gabarit important détourés dans la partie ennoyée de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-59.png
Fichier image/png, 894k
Titre Fig. 64. Visage très sommaire incisé sur un front de la carrière de Couronne-Vieille (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 65. Parcelle de la carrière de Couronne-Vieille, active en 1817, figurée sur le cadastre napoléonien (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-61.png
Fichier image/png, 27k
Titre Fig. 66. Localisation de la pointe de l’Arquet (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-62.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Fig. 67. Vue sur la partie ouest de la pointe de l’Arquet (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 68. Localisation de la carrière de La Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-64.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Fig. 69. Vue générale de la carrière de La Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-65.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 70. Erosion et éboulements sur la partie ouest de la carrière de la Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-66.png
Fichier image/png, 340k
Titre Fig. 71. Découpage modulaire dans la partie ennoyée de la carrière de La Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-67.png
Fichier image/png, 607k
Titre Fig. 72. Traces du réseau d’extraction dans la carrière de La Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 73. Relevé dressé par G. hallier dans la carrière de La Beaumaderie en 1982.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-69.png
Fichier image/png, 19k
Titre Fig. 74. Bitte d’amarrage aménagée dans le substrat dans la carrière de La Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 75. Visage gravé de profil sur un bloc en forme de gros galet (H.Tréziny).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 76. Visages incisés sur un morceau de paroi effondré (H.Tréziny).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-72.png
Fichier image/png, 172k
Titre Fig. 77. Paroi creusée par les embruns, formant une cavité, et petits déchets pierreux fins (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-73.png
Fichier image/png, 890k
Titre Fig. 78. Localisation de la carrière de Sainte-Croix (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-74.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Fig. 79. Vue de la carrière de Sainte-Croix depuis La Beaumaderie (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-75.png
Fichier image/png, 479k
Titre Fig. 80. Partie sud-est de la carrière de Sainte-Croix (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-76.png
Fichier image/png, 302k
Titre Fig. 81. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de Sainte-Croix (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-77.png
Fichier image/png, 11k
Titre Fig. 82. Réseau d’extraction mis au jour dans la carrière de Sainte-Croix (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 83. Bitte d’amarrage creusée dans le substrat dans la carrière de Sainte-Croix (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 84. Localisation de la carrière dite « Petite Beaumaderie » (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-80.png
Fichier image/png, 7,5k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-82.png
Fichier image/png, 565k
Titre Fig. 86. Localisation de la carrière de la Pinède (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-83.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Fig. 87. Partie littorale remblayée de la carrière de la Pinède (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-84.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 88. Sommets de fronts de taille dans la partie sud est, remblayée, de la carrière de la Pinède (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-85.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 89. Paliers d’extraction de la carrière de la Pinède encore visibles à proximité du littoral (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-86.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 90. Représentation graphique de l’exploitation de la carrière de la Pinède (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-87.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Fig. 91. Marque lapidaire observée sur un bloc abandonné (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-88.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 92. Extrait du cadastre napoléonien- carrière de la Pinède, parcelles n° 1408-1409-1411 et 1674 (A.D.B.d.R 3 P 1293).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-89.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 93. Fronts de taille de la carrière « 1674 » (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 94. Traces d’exploitation dans la carrière « 1674 » (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 95. Extrait du cadastre napoléonien- carrière du sémaphore, parcelles n° 1699 (A.D.B.d.Rh. 3P1293).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-92.png
Fichier image/png, 911k
Titre Fig. 96. Localisation de la carrière du Sémaphore (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-93.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Fig. 97. Localisation de la carrière des Pignons d’olive (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-94.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Fig. 98. Fronts de taille de la carrière des Pignons d’olives visibles dans et aux abords du cimetière de La Couronne (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-95.png
Fichier image/png, 765k
Titre Fig. 99. Calcaire rose et jaune de la carrière des Pignons d’olive (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 100. Imposants fronts de taille et enfouissement total des sols dans la carrière des Pignons d’olive (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 101. Extrait du cadastre napoléonien- carrière des Pignons d’olive, parcelles n° 1599-1618-1620-1623-1624-1625-1627,1633,1696-1697 et 1698 (ADBdR 3 P 1293).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 102. Vallonnement lié à l’amoncellement de déchets d’extraction-Pignons d’olive (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 103. Marque J sur un bloc abandonné dans la carrière des Pignons d’olive (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-100.png
Fichier image/png, 145k
Titre Fig. 104. Localisation de la carrière de Notre Dame (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-101.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Fig. 105. Localisation de la carrière de la Fontaine Saint-Jean (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-102.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Fig. 106. Restes de fronts de carrière dans le parking d’une copropriété-Fontaine Saint-Jean (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-103.png
Fichier image/png, 744k
Titre Fig. 107. Front de taille de la carrière de la fontaine Saint-Jean sur lequel on voit nettement l’altération de la roche (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-104.png
Fichier image/png, 872k
Titre Fig. 108. Localisation de la carrière des Aupphands (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-105.png
Fichier image/png, 7,6k
Titre Fig. 109. Carrière des Auffans (cl. Lucien Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 110. Localisation de la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-107.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Fig. 111. Calcaire jaune et rose dans la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 112. Représentation graphique de la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-109.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 113. Premiers fronts de taille visibles à proximité des maisons du quartier des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-110.png
Fichier image/png, 808k
Titre Fig. 114. Maison adossée à un front de taille dans la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-111.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 115. Accès d’abri actuellement en souterrain-Carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 116. Borie conservée dans la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-113.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 117. Fronts de taille et déchets d’extraction visibles dans la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 118. Maison adossée à un front de taille avec des restes d’enclos devant dans la carrière des Arqueirons (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 119. Elément lapidaire de type évier abandonné près de l’enclos en pierres sèches (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 120. Localisation de la carrière des Soubrats (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-117.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Fig. 121. Fronts de taille dans la carrière des Soubrats (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-118.png
Fichier image/png, 466k
Titre Fig. 122. Localisation de la carrière d’Arnette (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-119.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Fig. 123. Saignées d’extraction repérées à Arnette (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3358/img-120.png
Fichier image/png, 1,2M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access