Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Première partie : les carrières de la couronne

Chapitre 4. Chronologie d’exploitation des sites

Texte intégral

1Les contraintes naturelles ou humaines sommairement évoquées au moment de la présentation de sites rendent difficile l’approche archéologique des carrières et limitent l’apport des données collectées à la datation des exploitations. La confrontation des différentes informations à la documentation d’archives a toutefois permis, sinon de dater les carrières, du moins de mettre en évidence des périodes d’exploitation possibles. Avant de détailler ces propositions, il est nécessaire de rappeler les difficultés auxquelles le travail de terrain s’est heurté ainsi que les limites de certaines données, qu’il est impératif de poser. L’attribution des périodes d’activité est proposée de manière chronologique, des plus récentes aux plus anciennes, et se double d’une ouverture sur les travaux qui peuvent être envisagés pour chacune des carrières afin de confirmer ou d’affiner la datation proposée.

4.1. Difficultés et limites de l’étude des carrières

L’érosion

  • 50 Il est essentiel de rappeler que l’eau est le principal moteur des désordres et des maladies de l (...)

2Il existe à La Couronne un nombre important de contraintes naturelles qui sont essentiellement engendrées par l’eau et la végétation. Les carrières du littoral sont particulièrement exposées et soumises à différents facteurs climatiques qui ont accéléré la détérioration du matériau.50 Différentes altérations, observées dans les carrières, sont dues à la circulation de l’eau dans le matériau qui, ajoutées aux cycles de gel et dégel et aux vents, ont des conséquences importantes sur sa durabilité, et donc sur la lisibilité des traces d’extraction. Les phénomènes comme la biodégradation ou les attaques mécaniques et chimiques fragilisent la roche et accélèrent le processus de dégradation. La dilatation thermique par les cycles chaud-froid est à l’origine de fissurations ou éclatements de la roche, de même que l’érosion éolienne entraîne une décohésion importante des cristaux du matériau.

3Les marées constituent un important accélérateur de cette dégradation. On le constate sur presque tous les sites du littoral. Elles entraînent des phénomènes de recouvrement et de mise à l’air libre du matériau, qui affectent considérablement la surface. On constate d’ailleurs dans ces carrières une érosion bien plus avancée que dans les autres sites, qui a pour conséquence une profonde altération voire une disparition des témoins archéologiques. On devine plus souvent qu’on ne voit clairement les réseaux de saignées, comme c’est le cas du site de Verdon 2. L’aspect quasiment lunaire de la carrière de la pointe de Carro est en grande partie lié à l’action combinée de l’alternance ennoyé /émergé et à la présence d’algues sur ce même fond de carrière. En revanche, dans la carrière de La Beaumaderie, on constate que les secteurs les mieux conservés sont ceux qui sont restés sous une trentaine de centimètres d’eau, sans jamais être exposés à l’air libre.

4L’alternance « eau/air » concerne la carrière de La Beaumaderie, celle de Couronne-Vieille, les sites de Verdon 1, 2 et 3 ainsi que la carrière de la pointe de Carro.

5Certaines carrières du littoral sont marquées par d’importantes fracturations, pouvant aller jusqu’au détachement d’une partie du rocher. On observe ce phénomène sur le site de Baou Tailla, dans lequel une partie de la carrière s’est détachée du reste et s’enfonce progressivement dans la mer. Sur le secteur 6 de ce même site, tout un pan de la carrière est fracturé et se désolidarise de son secteur d’origine.

6On retrouve également une importante fracturation sur le site de Verdon 1, qui traverse le fond de carrière, sur sa partie septentrionale, selon une orientation nord-sud. Tous ces phénomènes sont dus à la pénétration d’eau au plus profond de la roche, entraînant une désagrégation de la totalité et à terme une fissuration.

7Outre ces problèmes d’infiltrations, les projections d’eau ont des effets désastreux sur les sites les plus exposés, comme La Beaumaderie ou la carrière de Verdon 1. Le délogement de l’assise supérieure de la pointe de l’Arquet semble trouver son origine dans le creusement que l’eau, par projection, a pu faire dans la couche de Burdigalien moyen, intercalé entre les extractions de la carrière de la Beaumaderie, faites dans le Burdigalien inférieur, et les extractions, pratiquées dans le Burdigalien supérieur, du site de l’Arquet. Cette couche, déjà particulièrement friable, s’est progressivement creusée, affaiblissant ainsi considérablement les soubassements d’une partie de la pointe de l’Arquet, jusqu’à son effondrement. Les vents et la mer se montrent particulièrement violents à cet emplacement, complètement ouvert sur le large.

8On pourrait trouver, dans ce type d’altération, une explication aux traces de poudre noire repérées dans la carrière de Verdon 1, qui témoigne rigoureusement du même creusement que celui de la carrière de La Beaumaderie. Il est tout à fait plausible que les carriers ou les habitants, comme nous l’avons vu, aient fait sauter la partie qui présentait un risque d’effondrement. La voie à ornières, qui relie les carrières de plaine au port de Verdon 3, passe juste au-dessus de la carrière. Peut-être était-ce en sus un moyen de protéger le chemin charretier.

9L’eau a donc activement participé à la détérioration des sites du littoral, que les vents d’ouest et le mistral ont amplifiée. Ces actions combinées entraînent bien entendu une disparition très rapide des traces d’extraction et posent un sérieux problème de lecture des derniers témoins. Les impacts sont érodés, déformés, voire complètement inexistants. Les fronts que l’on peut encore observer sont très souvent « dévorés » et ne livrent, par conséquent, que peu, voire pas, de traces. Enfin, les sols se présentent le plus souvent comme des masses informes, entre lesquelles on peut parfois deviner la présence d’une saignée, mais la collecte de plus d’informations s’avère impossible. Certains secteurs ont heureusement été un peu moins détériorés, ce qui a permis de relever quelques modules dans l’emprise des tranchées.

10Les carrières ennoyées sont finalement plus protégées que celles qui subissent l’alternance eau- air. A l’image des blocs qui ont été mis au jour lors de la découverte de l’épave de Carry-le-Rouet, les traces d’outils sont mieux conservées lorsqu’elles restent immergées. Les seuls impacts qui sont encore nets et mesurables dans la carrière de Verdon 1 sont ceux noyés sous trente centimètres d’eau, alors que la plupart des traces ont disparu du damier émergé. Seules trois carrières offrent cet « avantage », Verdon 1, la Beaumaderie et Couronne-Vieille. Cet état de fait montre à quel point la collecte de données archéologiques, et particulièrement des traces d’extraction, peut être parfois malaisée dans les carrières littorales. Le relevé des saignées, modules et impacts d’outils dans des secteurs noyés sous trente à quarante centimètres d’eau est toutefois loin d’être une sinécure. Le danger suscité par l’exposition à tous les vents et courants empêche parfois de relever les traces qui sont conservées à fleur d’eau. Certes, ce travail pourrait être fait pendant l’été, plus propice, mais les carrières sont envahies de baigneurs de juin à fin septembre.

La végétation

11Les exploitations, situées plus dans les terres, sont quand à elles difficiles à étudier en raison des problèmes liés à la végétation. La plupart se sont progressivement transformées en pinède ou en zone de broussailles, ronces et autres flores envahissantes. Seule une partie de la carrière de la Pinède, à l’est de l’anse de Couronne-Vieille, est aujourd’hui visible. La totalité de l’exploitation est recouverte d’une importante couche de végétation. Le sol de carrière n’est donc plus du tout observable sans envisager le recours à un décapage de surface.

12Au début de mes repérages, il avait été impossible de pénétrer dans la carrière des Arqueirons, en raison des broussailles et ronces qui envahissaient le sol sur une hauteur telle qu’il était impossible de repérer le niveau exact du sol. Elle n’a été accessible que suite à un incendie. Les sols de carrière ne sont toutefois pas apparus sous l’effet du feu, mais les fronts pouvaient enfin être approchés et pointés sur un plan. Il existe à La Couronne plusieurs sites concernés par cet état, qui affectera à nouveau les Arqueirons assez rapidement. La carrière d’Arnette, par exemple, est soumise aux deux contraintes que nous venons d’évoquer, elle est envahie par la végétation et les pins, mais elle reste toutefois assez abordable. La carrière des « Pignons d’olive », près du cimetière de la batterie, est en revanche rendue totalement inaccessible, à cause précisément des mêmes facteurs que la carrière des Arqueirons. On distingue au milieu des pins et herbes grimpantes des monticules de déchets, mais il est aujourd’hui impossible de rentrer dans la carrière et d’observer les fronts de plus près.

L’action humaine

13Les facteurs naturels ne sont pas les seuls qui font que cette étude est une gageure, puisque les actions humaines compromettent parfois de manière inéluctable le repérage et l’observation des traces d’extraction. Les principaux facteurs sont donnés ici, mais la liste est loin d’être exhaustive. Il en existe bien sûr de plus ou moins graves pour la conservation des sites.

14Le premier résulte de l’importante activité extractive du site. Sa longue période d’exploitation, depuis l’Antiquité jusqu’au tout début du XXe s., a pour conséquence l’existence d’un grand nombre de carrières recensées. Nous sommes très probablement encore en dessous de la réalité de l’exploitation du sol. On voit bien, lorsque l’on circule dans les zones de pinède, que le sol est jonché de déchets d’extraction. Le grand nombre de carrières exploitées, et l’importante superficie que la plupart couvrent, ne permettent pas de réaliser une étude détaillée dans un délai raisonnable. Cela explique donc l’importante documentation regroupée pour certaines carrières et la collecte de quelques données plus générales sur d’autres. Enfin, l’activité sur une durée de 2200 ans implique que certaines carrières sont exploitées au cours de plusieurs périodes distinctes. Or, inévitablement l’exploitation médiévale va détruire les traces de l’exploitation antique, et sera elle-même détruite par les exploitations les plus récentes.

15Les déchets d’extraction constituent à la fois un inconvénient et un avantage. Les carrières en contiennent souvent un grand nombre. Cette présence est à la fois ennuyeuse, parce qu’elle recouvre une partie du sol de la carrière et rend pénible l’observation des fronts avoisinants, mais elle est également salutaire. A l’instar de l’eau qui recouvre en permanence certains secteurs des exploitations littorales, les déchets ont protégé le fond de carrière des détériorations dues à l’environnement (eau et vent particulièrement). De ce fait, en cas de volonté d’opérations archéologiques, ces déchets peuvent être d’une part étudiés, puisqu’ils peuvent donner des informations sur l’exploitation par la dimension des éclats ou l’état de concrétion, mais ils peuvent également receler des vestiges liés à l’activité humaine sur la carrière, notamment par le matériel qui aurait pu être jeté par les carriers au moment de l’exploitation (tessons, rebuts, coins trop abîmés, etc.). Le dégagement de cette couche permet ensuite de mettre au jour le sol de carrière et donc de restituer le schéma d’extraction, l’orientation et d’analyser l’impact de la partie active de l’outil employé, si sa conservation est excellente. On trouve des déchets d’extraction très nets, sous forme de monticules, dans les sites de Baou Tailla sur le littoral, les Arqueirons, les Pignons d’olive et dans la Pinède, à l’est de Couronne-Vieille. Il en existe également dans la pinède immédiatement au sud de la rue du moulin de La Couronne, sur la route qui mène au cimetière de la Batterie et donc à la carrière, qui pourraient être liés à l’activité du site dit de Notre Dame ou la parcelle du Sémaphore. On trouve enfin des déchets moins imposants, mais néanmoins présents, dans les sites littoraux de Verdon 3, de Couronne-Vieille et dans la carrière de Sainte-Croix. Dans cette dernière, ils formaient un tapis pierreux sur le sol, enlevé lors du sondage, et a ainsi permis de mettre au jour des traces d’extraction plus saines (et lisibles).

16Les troisième et quatrième facteurs humains sont intimement liés et sont donc traités ensemble. Il s’agit de la construction impliquant la destruction partielle ou totale de certains secteurs. C’est le cas par exemple de la carrière des « Pignons d’olive » qui a subi une destruction partielle, suite à l’installation d’un nouveau cimetière. Toute la pinède, depuis la limite nord des terrains du camping et les premières rues du village, se construit progressivement, et particulièrement sur la tranche qui relie le cimetière au centre du village. Il ne reste donc dans ces endroits que des monticules de déchets, dont une partie provient de l’extraction, et des remplois de moellons dans les murs de clôture des maisons. Il s’agit là des seuls vestiges d’une activité florissante dans les temps passés. Le site de la Fontaine Saint-Jean ne livre presque plus aucune trace du travail des carriers. Il s’agit aujourd’hui d’un quartier de maisons, dans les jardins desquelles on trouve des murs de clôture remployant des beaux blocs de pierre rose et qui ne livre plus que de rares de fronts emprisonnés dans des parkings.

17Tous ces phénomènes, qu’ils soient naturels ou humains, ont considérablement compromis l’étude des carrières de La Couronne. Les données collectées dans ce travail sont donc très limitées du fait de ces difficultés. L’échantillon, sur lequel il est possible de réfléchir, s’avère plutôt modeste, en raison d’abord de l’inaccessibilité de beaucoup de sites, mais aussi de la difficulté de collecter une quantité suffisante de données archéologiques. Les carrières sur lesquelles il est possible, dans le cas d’une simple prospection, de collecter des informations ne sont pas nombreuses. Cet état de fait touche particulièrement les carrières de plaine, trop souvent envahies et inaccessibles. Il a donc été nécessaire de travailler en priorité sur les sites du littoral, plus abordables mais aussi plus endommagés et donc plus en danger. L’état de conservation des sols et fronts de carrière ne permet que très rarement la détermination de la partie active de l’outil d’extraction.

18Il est également très rare de retrouver des abris ou maisons encore en place dans les carrières, qui peuvent être de précieux marqueurs chronologiques d’occupation ou d’abandon du site. Là encore, la documentation d’archives contribue à remédier un peu au manque de traces archéologiques. La rareté des sondages pratiqués sur le site explique en partie cette carence d’informations archéologiques. Seul le site de Baou Tailla a permis de proposer une date d’occupation probablement liée à l’exploitation de la carrière.

19Enfin, les schémas faits dans les carrières visent à restituer approximativement la physionomie de l’exploitation, dans le but de mettre en évidence le réseau de découpage et l’extraction modulaire et de fournir un « portrait » de la carrière avec les points les plus importants (découpage, module, amarrage, déchets, etc.). Le relevé de Baou Tailla a en revanche été réalisé à partir des points du plan topographique fait par le cabinet Micheletti à la demande du service archéologique de Martigues. Le relevé de la carrière de La Beaumaderie a pour sa part été emprunté à G. Hallier (1982).

4.2. À propos des modules

4.2.1. Méthode et objectif

20L’approche a consisté en un relevé des dimensions des blocs retrouvés au moment des chantiers de fouilles, mais aussi de celles des pierres que l’on peut observer, le plus souvent en parement, sur les édifices encore en élévation. La documentation d’archives a parfois permis de pallier le manque de données, particulièrement pour le Moyen Âge, en raison de la disparition de nombreux vestiges.

21La confrontation des dimensions collectées visait à déterminer l'existence ou non d'un ou plusieurs modules de référence.

22Les modules déterminés pour chaque édifice ont ensuite été comparés par période, afin de déterminer si l’ensemble présente une homogénéité ou si chaque construction est faite de modules qui lui sont propres.

23La confrontation des données relatives à chacune des périodes permet d’abord de mettre en évidence d'abord l'usage de certains modules et leur évolution éventuelle au cours du temps. Le but de cette approche était de comparer ces données aux modules conservés en négatifs dans les carrières de La Couronne et d’utiliser ces modules comme des marqueurs chronologiques.

4.2.2. La dimension des blocs en œuvre

24La confrontation des dimensions de blocs employés entre la période hellénistique et le XIXe s. met en évidence une certaine normalisation des blocs en rapport avec l’usage ou le type de mise en œuvre.

Les blocs dans la construction antique

25Ainsi, tout au long de l’Antiquité, on relève une prédominance très nette de l’utilisation du grand appareil de 104 x 78 x 52 cm ou de 156 x 52 x 52 cm. La mise en œuvre de ces blocs se fait le plus souvent à joint vif et très souvent sous forme de boutisses et panneresses, ce qui favorise la stabilité de l’ensemble. Ce dernier usage explique la présence de cotes de 80 cm en parement des édifices, qui correspondent en réalité à la largeur du bloc extrait et non à sa longueur. C'est ce que confirme également l’étude de M. Vacca-Goutoulli sur les blocs prélevés sur les sites de la Bourse, rue de la République et place Jules Verne. Il semble également qu’il y ait une légère tendance à l’époque romaine au renforcement de la largeur des blocs qui peut aller jusqu’à 100 cm.

26On note enfin que l’apparition des mortiers à l’époque romaine entraîne une diversification des modules, mais qui reste assez minoritaire dans la construction monumentale publique.

L’époque paléochrétienne

27Aux V e et VIe s., on ne peut réellement prendre en considération que l’industrie des sarcophages. Ils sont en grand appareil de dimensions 195-205 x 65 x 65 cm, et vraisemblablement le fruit d’une production en série, puisqu’ils sont tous de dimension, forme et façonnage similaires. Dans les constructions, le remploi systématique de blocs issus d’édifices plus anciens ne permet pas d’analyse modulaire. On sait cependant que l’église funéraire mise au jour sur le site de Malaval contenait, à côté de nombreux blocs remployés, des matériaux fraîchement extraits. Mais la publication du site est en cours et nous n’avons pour l’instant aucune indication sur les dimensions de ces matériaux.

Les modules dans la construction médiévale

28Entre le XIIe et la première moitié du XV e s., on assiste à une diversification des modules en relation directe avec la fonction que les blocs occupent au sein de la construction et une utilisation de blocs variant du petit au grand appareil sans dépasser vraisemblablement 100 x 50 x 25 cm, excepté dans le cas de la lauza magna dont la hauteur d’assise est de 62,5 cm (Pernoud 1949). On relève néanmoins dans la plupart des constructions une diminution de la hauteur d’assise par rapport aux blocs majoritairement employés dans l’Antiquité. Les modules utilisés au Moyen Âge sont globalement plus petits que ceux mis en œuvre aux époques grecque ou romaine. La plupart mesurent 37,5-50 ou 62,5 de long pour une largeur de 23-37,5-50 cm et une hauteur de 12,5 à 25 cm. On relève cependant l’utilisation d’un module de grand appareil appelé cartier qui a pour dimensions 100 x 50 cm de haut. Ce dernier, mis en œuvre dans la tour du roi René (document n° 2, 1453), pourrait rappeler les blocs de grand appareil utilisé dans l’Antiquité, puisque il est le seul, en sus d’avoir une longueur comparable, à présenter une hauteur d’assise de 50 cm. Les blocs employés dans la construction des édifices sur lesquels les observations ont été faites et les modules évoqués dans les statuts municipaux ont systématiquement une hauteur inférieure ou égale à 25 cm, excepté pour les grandes dalles.

Les modules des constructions modernes

29L’époque moderne s’inscrit dans la continuité de ce que nous venons de voir. On trouve toujours des modules assez proches de ceux utilisés au Moyen Âge et aussi diversifiés. La mention systématique du queyron dans la documentation d’archives pourrait prêter à confusion et nous laisser ainsi croire que seule cette unité modulaire est employée dans la construction. Il s’inscrit dans la lignée des ossorium et ursonus médiévaux qui, également de dimension 62,5 x 25 x 25 cm, sont en réalité des modules de référence pour le commerce de la pierre. Le queyron est donc à la fois un type de bloc fréquemment employé dans la maçonnerie et une unité tarifaire. On compte et paye les matériaux par cent queyrons, comme nous le faisons aujourd’hui par m3, et chaque module équivaut à une certaine quantité de queyron (1 ; 5 ; 2 ; 3 ; 4…). Comme au Moyen Âge, on utilise également des blocs de plus petit gabarit dont l’appellation moderne n’est pas connue, mais pour lesquels les modules 50-55 x 25 x 25 cm, 50 x 45 x 28 cm rappellent certaines des dimensions évoquées dans les statuts de Marseille au XIV e s. (Pernoud 1949), telles que les angulares ou scimas pour le premier, avec une hauteur d’assise qui passerait de 12,5 à 25 cm, et la deuxième forme d’ursonus pour le second. La continuité d’utilisation des modules est attestée également dans le cas de certaines dalles qui conservent quasiment la même appellation. C’est le cas par exemple de la graza médiévale, de module 100 x 37,5 x 12,5 cm, qui devient le graso moderne, mais dont le module reste très proche : 100 x 37,5 x 25 cm pour la première forme et 125 x 37,5 x 25 cm pour la seconde. Cette fois encore, la hauteur d’assise est modifiée et le module se décline au XVIIe s., en deux formes dans lesquelles seule la longueur varie.

30Le cartier, évoqué dans l’acte de commande des matériaux pour la construction de la tour du roi René, perdure également à l’époque moderne, mais se décline en trois formes : 100 x 62,5 cm, 100 x 50 cm et 125 x 50 cm pour une hauteur d’assise constante de 25 cm.

31On relève l’apparition de nouveaux modules tels que le buget ou l’eyguié qui ne sont pas mentionnés dans les statuts, mais qui sont signalés par P. Bernardi dans la documentation d’archives aixoise au XV e s. (Bernardi 1990, p. 152).

32En conclusion, on assiste à l’époque moderne à une continuité dans l’utilisation des modules médiévaux, mais aussi à l’apparition de nouveaux modules. L’hypothèse d’un queyron unique est donc exclue ; on doit plutôt voir à l’époque moderne une intensification de la diversité modulaire déjà observée au Moyen Âge, par rapport à l’Antiquité qui ne met quasiment en œuvre que de très gros modules. On trouve toujours au Moyen Âge et à l’époque moderne des modules de grand appareil, mais leurs longueurs ne semblent jamais excéder 110 cm à l’époque médiévale, et 125 cm aux époques moderne et contemporaine.

33La faible quantité de vestiges en calcaire de La Couronne à l’époque contemporaine ne nous permet pas de tirer de conclusions très pertinentes sur la dimension des modules en œuvre dans les constructions. Il semble que l’usage de ce matériau se limite à la réalisation des caves et fondations, dont l’étude ne peut actuellement être envisagée. Les rares données en notre possession tendent à indiquer une certaine continuité dans les modules employés, mais peut-être aussi une diversité moins importante, en raison de la fonction de ces blocs qui se trouve plus limitée qu’auparavant. On trouve toujours le queyron, la queyrade, dont la dimension est vraisemblablement réduite au XIXe s. (62 x 50 x 32-33 cm contre 75 x 50 x 25 cm à l’époque moderne dans l’acte de 1674) et la queyradette dont l’appellation n’apparaissait pas jusqu’alors (62 x 50 x 22 cm), mais qui s’apparente à un queyron un peu plus large (ursonus de forme 2).

Résultats de l’étude des modules de construction

34La dimension des modules utilisés dans la construction ne permet, au premier abord, que de distinguer l’Antiquité des autres périodes. L’Antiquité grecque est la seule époque au cours de laquelle on met en œuvre des blocs de 156 x 52 x 52 cm. En revanche, le module de 104 x 78 x 52 cm reste en usage jusqu’au XIXe s. La différence réside dans le fait que l’on ne trouve pas ou très peu de modules de moyen appareil au cours de l’Antiquité, alors qu’ensuite ce sont surtout ces derniers qui sont privilégiés parce qu’ils sont plus faciles à transporter et à mettre en œuvre. Les grands modules utilisés pour la confection des sarcophages constituent une catégorie à part.

4.2.3. Les modules en carrière

35Les modules observés dans les carrières sont particulièrement variables au sein même des exploitations et dans presque tous les sites. Les mesures prises dans la carrière de Couronne-Vieille ne concernent que la moitié nord de l’exploitation, puisque la moitié sud est inaccessible (ennoyée). Par conséquent, les données collectées dans cette carrière ne reflètent que la partie hors de l’eau et donc potentiellement la dernière à avoir été exploitée.

36Une distinction de localisation a été faite, car on ne peut considérer de la même manière les modules conservés en négatif sur le sol et ceux imprimés sur les fronts. En outre, les éléments du damier correspondent au dernier état de la carrière, c’est-à-dire à la dernière extraction faite dans le secteur de la carrière où ils se trouvent, alors que les modules enlevés sur le front correspondent à un état antérieur. Par exemple, les extractions faites sur le front d’un secteur de la carrière de Couronne-Vieille sont naturellement plus anciennes que celles faites sur le sol de ce même secteur. Il s’agit d’une simple question d’antériorité de l’exploitation, mais cela n’indique pas que l’exploitation du secteur couvre forcément plusieurs périodes. En outre, elle peut précéder l’exploitation du sol de quelques semaines, mois, années ou siècles.

4.2.3.1. Les sols de carrière

L’extraction de blocs de grand appareil

37Les modules que l’on observe sur les sols de carrière témoignent donc de la dernière activité du site. Seule la pointe de Carro témoigne de l’enlèvement de blocs classés hors gabarits, puisqu’ils sont de modules atypiques. La carrière de Sainte-Croix livre des traces d’extraction de très gros modules, de dimension 233 x 78 x – cm. La carrière de Verdon 3 est la seule à posséder au sol des traces d’extraction de blocs de module 160 x 50 x 40-50 cm.

38On trouve des modules de type 120- 130 x 40- 60 x 65 cm sur les sols des carrières de Verdon 1, Sainte-Croix, et sur le secteur 8 de Baou Tailla. L’extraction de blocs de module 100- 110 x 60 x 35- 55 cm est attestée au cours de la dernière activité des secteurs 2, 3 et 11 de Baou Tailla et des sites de Verdon 3, Couronne-Vieille et La Beaumaderie.

39Enfin, des blocs de dimension 95 x 50- 75 x 40- 45 cm ont été extraits sur les sols de carrière des secteurs 3 et 11 de Baou Tailla, sur le sol aujourd’hui ennoyé de Verdon 1 et dans la carrière de Verdon 3.

40L’interruption de l’activité est intervenue au cours d’une période où l’on extrayait fréquemment ce type de modules de grand appareil. On relève que les secteurs 2, 3, 8 et 11 de Baou Tailla attestent l’enlèvement de blocs de grand appareil.

L’extraction de blocs de moyen appareil

41Les modules de moyen appareil sont tout aussi répandus et particulièrement extraits dans les carrières de Baou Tailla, Verdon 1 et La Beaumaderie.

42On relève l’extraction de blocs de dimension 85- 90 x 50 x 40- 45 cm exclusivement dans les secteurs 2 et 11 de Baou Tailla. Ces mêmes parcelles témoignent de l’enlèvement de blocs de 75- 80 x 50 x 40- 45 cm, que l’on trouve également dans les sites de Verdon 1 et La Beaumaderie.

43Les modules de 70 x 50 x 40 cm sont essentiellement extraits dans les secteurs 1, 3, 4, 5, 6, 8 de la carrière de Baou Tailla ainsi que quelques fois dans la carrière de Verdon 1. On note dans cette dernière, l’extraction de blocs de module 70 x 70 cm et 65 x 50 x 50 cm.

44Les modules de 60 x 45 x 35 cm sont exclusivement extraits des mêmes secteurs que le module 70 x 50 x 40 cm. Ils sont donc vraisemblablement contemporains les uns des autres.

45Les blocs de petit appareil sont assez rares, on en trouve néanmoins sur les secteurs 5 et 11 de la carrière de Baou Tailla.

46Les états que nous venons d’évoquer sont donc les derniers des secteurs étudiés. On en conclut donc que les dernières extractions pratiquées sur les secteurs 1, 3, 4, 5, 6, 8 et 11 de la carrière de Baou Tailla ont essentiellement concernées les modules de moyen et petit appareil et particulièrement ceux de 70 x 50 x 40 cm et 60 x 45 x 35 cm. Les secteurs 2, 3, 8, et 11 témoignent, juste avant l’interruption de l’activité, de l’extraction de blocs de grand appareil, essentiellement entre 100-110 x 60 x 35 cm (2, 3 et 11), 95 x 50-75 x 40-45 cm (3, 11) et de 120-130 x 60 x 65 cm (secteur 8).

47On relève ensuite l’extraction exclusive de grand appareil dans la carrière de Verdon 3 (longueur minimale 95 cm), ainsi que dans celle de la pointe de Carro et sur le site de Sainte-Croix.

48La carrière de Verdon 1 livre beaucoup de blocs de ce même type, mais on y trouve en sus un nombre important de blocs de moyen appareil (de 65 x 50 x 50 cm à 75-80 x 50 x 40-45 cm).

49La carrière de La Beaumaderie livre essentiellement du grand appareil et des modules moyens de 75- 80 x 50 x 40- 45 cm.

50Couronne-Vieille ne témoigne que de l’extraction de grand appareil, dont le plus petit bloc mesure 100 cm de long.

4.2.3.2. Les fronts de taille

51Les traces observées sur les fronts de taille, et dont l’exploitation est par conséquent supposée antérieure à celle du sol de carrière, sont plus difficiles à replacer dans l’activité de la carrière.

52Le front de taille du secteur 7b de la carrière de Baou Tailla ne livre que des traces d’extraction de module de grand appareil.

53Le front du secteur 4 livre à la fois des blocs de grand appareil (160 x 60 x 40- 50 cm), mais en sus des blocs de dimensions moyennes mesurant 75- 80 x 50 x 40- 45 cm et 70 x 50 x 40 cm) et quelques blocs de plus petit gabarit 50 x 50 x 40 cm.

54Le front du secteur 3 ne livre que des blocs de grand appareil 120-130 x 60 x 65 cm.

55Le front du secteur 7A atteste de l’enlèvement de blocs de dimensions hétérogènes, puisqu’on y trouve en proportions égales des blocs de grand appareil (120-130 x 40 x 35 cm ; 100-110 x 60 x 35-55 cm ; 95 x 50-75 x 40-45 cm) et de moyen appareil (85-90 x 50 x 40-45 cm, 75-80 x 50 x 40-45 cm ; 60 x 45 x 35 cm).

56Enfin, le secteur 8 témoigne de l’extraction majoritaire de blocs de grand appareil dont le module est compris entre 120-130 x 60 x 65 cm et 95 x 50-75 x 40-45 cm), mais aussi de quelques blocs de moyen appareil (85-90 x 50 x 40-45 cm et 75-80 x 50 x 40-45 cm). Les extractions ne vont vraisemblablement pas en-dessous de ce dernier module.

57Le front de taille de la carrière de Verdon 1 livre les empreintes d’extraction de blocs de grand appareil de toutes dimensions, comprises entre 160 x 60 x 40-45 cm et 100-110 x 60 x 55 cm. Il témoigne néanmoins de l’enlèvement de blocs de dimensions plus restreintes parmi lesquels on trouve 85-90 x 50 x 40-45 cm et 70 x 50 x 40 cm.

58Les fronts de taille de la carrière de Couronne-Vieille possèdent des empreintes de blocs de grand appareil (160 x 60 x 40-45 cm et 100-110 x 60 x 55 cm), mais également des traces d’extraction de modules moyens 70 x 50 x 40 cm, 70 x 70 cm et des blocs de 65 x 50 x 35-50 cm.

59La carrière de la Pinède ne témoigne que de l’extraction de blocs de dimension 65 x 50 x 35 cm.

60La seule correspondance entre les dimensions au sol et celles mesurées sur le front que l’on puisse observer se trouve sur le secteur 4 de la carrière de Baou Tailla, et concerne l’extraction d’un module de 70 x 50 x 40 cm. On note également une correspondance front-sol de l’extraction du module de 100-110 x 60 x 55 cm dans la carrière de Couronne-Vieille.

4.2.3.3. Le relevé des blocs abandonnés dans la carrière des Auffans

61Les archives de Martigues conservent des documents qui concernent la réouverture de la carrière des Auffans en 1950.

  • 51 A.M.Martigues 012 1 A 25 1952 226.

62Le 4 octobre 1951, l’entreprise Girard effectue un relevé des pierres enlevées de la carrière, pour la restauration du Vieux Port de Marseille, et qui avaient été extraites au moment de la dernière exploitation, puis abandonnées, suite à l’interruption de l’activité. Une lettre signée par l’entreprise Girard « Monuments historiques et travaux publics, Avignon » évoque de manière très précise l’enlèvement des « pierres extraites et en dépôt sur la carrière51 ».

63On retrouve dans ce relevé d’abord les blocs de module 75 x 40 x 40 cm, que nous avons d’ailleurs assez fréquemment rencontré dans les autres carrières, ainsi que l’enlèvement de modules de 100 x 60 x 40 cm. On s’aperçoit grâce aux appellations cairade et demi-cairade que les normes ne sont pas si figées, puisque l’usage veut que l’on emploi des cairades, qui peuvent être déclinées, divisées et sûrement multipliées. Le fait qu’ils reportent aussi la présence de blocs extraits de très grand gabarit, dont le volume est compris entre 0,700 m3 et 2,200 m3, évoque l’extraction d’éléments ensuite subdivisés en cairades ou demi-cairades, ce qui, par conséquent, nous apporte des indications sur le modus operandi dans la carrière des Auffans au XIXe s.

  • 52 De la même manière, les fonds de carrière mis au jour sur le site du camping de l’Arquet tout réc (...)

64Il semble donc qu’on extraie fréquemment des blocs de fort volume. On peut sortir un bloc de 2,10 x 0,65-0,70 x 0,50 m, que l’on divise ensuite en deux cairades, et ainsi de suite. En outre, le calcaire de La Couronne, comme on l’a vu dans le cas de la pointe de Carro, est un matériau tendre qui autorise l’extraction de très gros volumes. Cette carrière livre des traces d’extraction des blocs de module 2,27 x 1,90 x 0,5 m, ce qui correspond à un volume de 2,156 m3, soit approximativement similaire à celui qui est rapporté le 4 janvier 1951. Dans ce même site, des blocs de 1,9 x 1,47 x 0,5 m ont été extraits, correspondant à 1,39 m3, soit quasiment la même chose que le volume du bloc relevé le 8 décembre 1950 ou le 5 janvier 195152.

4.2.4. Bilan de l’étude métrologique

65La confrontation de ces données permet d’éclairer un peu la question de la datation par le module. Il apparaît d’abord que seuls les modules antiques de grand appareil de dimension 156 x 52 x 52 cm se distinguent nettement des modules employés au cours des autres périodes. Les modules employés pour la production de sarcophages au V e s. de notre ère sont également beaucoup plus imposants que les blocs utilisés précédemment et à fortiori que ceux mis en œuvre plus tardivement. On pourrait donc les considérer comme des marqueurs de datation assez fiables. Cependant, on ne peut en aucun cas attribuer une chronologie d’exploitation en se limitant à cette seule donnée. Il est impératif qu’elle soit couplée à d’autres facteurs, et particulièrement les données environnementales (immersion, stratégie, etc.). C’est pourquoi l’état de conservation des sites est important. La présence en négatif sur un sol de carrière ennoyé de modules similaires peut être révélatrice d’une certaine ancienneté. Elle peut donc, associée à quelques autres données, servir de marqueur relativement fiable. En revanche, l’apparition des mortiers engendre une grande difficulté dans l’étude des modules de construction. Elle autorise d’abord l’usage de matériaux de dimensions plus restreintes, ce qui a pour conséquence une diversification des modules, sensible dès l’époque romaine, même si elle reste minoritaire. Cependant, cette utilisation de blocs de dimensions plus restreintes ne rend pas caduque l’utilisation du grand appareil. Il est attesté dans la construction jusqu’au XIXe s. et sous plusieurs appellations. On s’expose donc, dans ce cas, à un risque de confusion entre une exploitation antique, médiévale ou moderne.

66Il en va de même pour les modules de grand appareil que l’on voit apparaître au Moyen Âge et dont les dimensions restent à peu près constantes jusqu’au XIXe s. En outre, sur les sols de carrière, nous n’allons retrouver que la longueur et la largeur du bloc, par conséquent nous ne ferons pas la différence entre une lauza magna (100 x 50 x 62,5 cm) et un quartier de 100 x 50 x 25 cm, ou entre une graza médiévale (100 x 37,5 x 12,5 cm) et un graso moderne de 100 x 37,5 x 25 cm. C’est le cas de la plupart des dimensions utilisées, puisqu’en dehors des blocs abandonnés, on ne peut apprécier en carrière que deux dimensions. De plus, les appellations changent, mais les modules employés ne sont que très faiblement modifiés entre le Moyen Âge et le XIXe s. Le cas le plus évident reste l’ossorium qui devient l’ursonus puis le queyron et mesure 62,5 x 25 x 25 cm. Il y a donc une continuité dans le choix des dimensions de blocs, de l’ursonus, que nous venons d’évoquer, mais aussi des quartiers, de la grasa et de tous les éléments de plus petit module, comme les battiporta, les angulares par exemple, dont les dimensions correspondent à des éléments mesurés sur les édifices.

67L’utilisation d’un bloc à un emplacement donné dépend de la nature du matériau, des qualités mécaniques imposées par sa fonction et, a priori, lorsque l’on a trouvé le module adéquat pour remplir cette fonction, il n’y a pas trop de raisons d’en modifier la dimension. Par ailleurs, la diminution des hauteurs d’assise que l’on peut observer dans certains modules médiévaux est difficile à percevoir en carrière, d’abord parce qu’il n’est pas certain que les blocs soient extraits sur une hauteur si faible (12,5 cm) et parce qu’on ne peut apprécier la hauteur d’assise que sur les fronts de taille.

68Les données métrologiques peuvent donc apporter des éléments de comparaison ou nous orienter vers une période, mais paraissent difficilement utilisables comme un marqueur chronologique pertinent. Chaque cas semble donc être unique et les valeurs pouvant varier considérablement d’une ville à l’autre, selon la nature des matériaux utilisés, et de facto leurs qualités techniques et mécaniques. Dans le cas des carrières de La Couronne, il paraît très difficile de distinguer sur le simple argument métrologique le Moyen Âge de l’époque moderne, mais aussi, dans le cas de certains modules de grand appareil, l’Antiquité du Moyen Âge ou de l’époque moderne. La possibilité d’extraire de grands gabarits pour produire ensuite plusieurs pièces, comme le calcaire de La Couronne l’autorise, interdit d’identifier les très grands modules antiques ou les sarcophages. Il s’agit donc d’un simple indice, qui devra être étayées par des éléments complémentaires (archives, traces d’habitat, stratégie d’exploitation, état de conservation du site, etc.).

4.3. Propositions de datation

69Les données de terrain et la documentation d’archives permettent de dresser un premier bilan des indices collectés dans chacune des carrières en vue d’une proposition de datation, mais méritent bien entendu des confirmations que seul un travail de terrain exhaustif peut apporter. La chronologie d’exploitation ne peut être fixée que suite à une campagne de fouille de la carrière. Nous allons donc revenir sur les carrières recensées et proposer, par le biais des différentes sources abordées dans cette étude, une ou plusieurs périodes d’exploitation. Les sites dont l’activité est attestée aux époques les plus récentes, c’est à dire moderne et contemporaine, seront évoqués les premiers. Ce rappel permettra ensuite d’isoler les sites qui n’apparaissent dans aucun texte et dont l’activité est donc supposée antérieure au XVIIe s. Cette étude est néanmoins présentée de manière diachronique puisque certains sites exploités au cours d’une époque récente ont pu faire l’objet d’une exploitation plus ancienne.

70La carrière des Auffans (supra, p. 72-74) était toujours plus ou moins exploitée jusque très récemment pour les besoins de la restauration des édifices marseillais. Cette activité, reprise dans les années 1950, empêche la collecte de données plus anciennes. On sait que la carrière est active dans la seconde moitié du XIXe s. Elle n’est pas répertoriée dans le cadastre napoléonien de 1817 ni évoquée dans les années 1847 par Leroy, cela suppose donc que son ouverture est plus récente. La carrière des Auffans est la seule qui soit mentionnée dans le répertoire des carrières de France de 1889 comme étant active. Elle fonctionne toujours en 1898 puisqu’elle est mentionnée dans plusieurs baux de location de carrières et ce vraisemblablement jusqu’en 1912. En 1948, l’architecte Ker Suzan demande la réouverture des carrières : « La pierre de La Couronne [n’est] plus employée depuis fort longtemps (environ 80 ans) et que les carrières elles mêmes [sont] inexploitées depuis cette époque, j’ai l’intention de tacher de faire revivre ces carrières ».

71Il met cet abandon sur le compte du coût élevé de la pierre de taille et du fait qu’il ne reste que des bancs de qualité insuffisante pour une bonne exploitation. Il commet déjà une erreur sur la datation de l’abandon des carrières de La Couronne, puisque il date l’interruption aux alentours de 1868, ce que contredit la documentation d’archives. Son projet de bail est fait pour l’exploitation de la carrière des Auffans dans laquelle « 5 ha sont environnants et 1 ha cadastré ». Le site doit rester la propriété de la commune et le bail est octroyé pour 10 ans, à la condition que Ker Suzan en fournisse un plan et remette le site en état. Quelques mois plus tard, il envoie un courrier à la mairie stipulant que « dans la carrière des Auffans se trouvent des pierres taillées toutes prêtes à être transportées et utilisées. Elles sont au nombre de plusieurs centaines. Elles appartiennent aux héritiers des carriers qui les ont façonnés il y a environ 80 ans, ou s’il y a prescription à la commune ». (document n° 60)

72Nous retrouvons ces 200 m3 de matériaux deux ans plus tard dans un relevé fait par les entreprises Girard et Pilati qui vont puiser dans cette réserve, puisque le projet de Ker Suzan n’a pas abouti (document n° 60). Cette récupération trouve son origine dans « la remise en état de l’Hôtel de Ville de Marseille et la construction du Vieux port ».

73Ces entreprises vont finalement reprendre l’exploitation, ce qui n’était pas originellement prévu. La raison qui a motivé la reprise est clairement donnée dans une lettre adressée par l’entreprise Girard à la mairie. L’auteur précise que « cette pierre s’étant révélée défectueuse dès que nous avons commencé à l’utiliser, nous avons été obligés d’extraire de nouveaux blocs et d’engager des frais considérables que nous n’avions pas prévus ».

74Ce à quoi il ajoute que les travaux de la mairie de Marseille nécessitent sans cesse « de nouveaux cubes de pierre et les services des monuments historiques nous ont également demandé d’utiliser la pierre de La Couronne pour un autre monument de cette ville de ce fait l’extraction de la pierre doit être continuée et je vais le signaler afin d’obtenir un nouveau prix non plus pour les blocs à enlever mais pour les droits de carrière au m3 d’extraction ».

75La carrière des Auffans est donc la plus récente et connaît une exploitation dès la seconde moitié du XIXe s. jusqu’à aujourd’hui. On ne peut toutefois pas exclure qu’elle ait connu une activité à une époque plus ancienne, c’est à dire avant le XVIIe s. Lors de la fouille archéologique préalable à la construction du musée dédié au sculpteur César (place Villeneuve-Bargemon), on a mis au jour un mur de façade ainsi qu’un demi arc bouté contre un mur de refend dont la qualité du matériau a permis d’émettre l’hypothèse de son extraction dans la carrière des Auffans (Vacca-Goutoulli 2001). La présence de vestiges datés de l’époque romaine ainsi que l’identification de traces d’extraction de modules de dimensions compatibles évoquent la possibilité d’une exploitation très ancienne, qu’il n’a pas été possible de vérifier pour l’instant.

  • 53 Statistique des Bouches du Rhône 1821 T1, p. 539.

76La carrière de Couronne-Vieille (supra, p. 48-53) est en activité à la fin du XIXe s., comme le montrent des contrats de location passés entre la mairie de Martigues et un particulier en 1898 puis en 1902, pour une exploitation jusqu’en 1912. Elle paraît également être active en 1847, puisqu’elle est mentionnée par Leroy comme le principal lieu de provenance des matériaux extraits à La Couronne et mis en œuvre dans les maisons de Marseille (Leroy 1847, p. 16). On trouve enfin en 1817 sur le cadastre napoléonien une parcelle située sur la partie nord de l’anse, développée dans l’alignement de la carrière littorale, mais néanmoins plus ancrée dans les terres. En 1821, la Statistiqus des Bouches-du-Rhône signalent que les « anciennes carrières de La Couronne (sont) à l’est à l’endroit appelé Vieille-Couronne, qui est l’incarus positio de l’itinéraire d’Antonin ». C’est selon les auteurs à Couronne-Vieille que se faisaient « les grandes exploitations destinées à Marseille et dont il reste des traces non équivoques », et que ces carrières sont « abandonnées depuis longtemps ».53 Comme les constructions antiques n’étaient pas connues, il s’agit sans doute des édifices religieux et militaires du Moyen Âge ou des grands chantiers de Louis XIV, néanmoins, l'absence de mention de cette carrière dans la documentation d'archives moderne permet de douter de son activité au cours de cette époque.

77L’état de submersion dans lequel se trouve la moitié sud de la carrière suppose l’ancienneté des extractions de surface. L’élévation du niveau marin, démontrée lors de l’étude du bassin d’eau douce de la Bourse à Marseille, est évaluée à quarante centimètres environ. La pointe de la carrière de Couronne-Vieille s’est effondrée entraînant avec elle les vestiges d’amarrage. On note également qu’il semble y avoir eu à un moment donné une petite laisse de carrière qui paraît avoir été entamée par des extractions. Ces éléments ne peuvent être que le fruit d’une exploitation plus ancienne que celle du XIXe s. On imagine assez mal des carriers contemporains se lancer dans l’exploitation d’un site immergé.

78Les traces d’extraction observées confirment l’exploitation la plus récente par des indices qui évoquent assez significativement l’organisation du XIXe s. La rectitude des fronts nous renvoie au souci permanent de ces carriers de dresser le front le plus plan possible. La dimension des blocs abandonnés évoque les modules en usage dans la seconde moitié du XIXe s., mentionnés par Leroy dans sa notice. Enfin, l’abondance de déchets d’extraction permet de supposer qu’on se trouve à cet endroit dans un secteur exploité antérieurement à la dernière exploitation. La partie nord paraît avoir été remblayée et pourrait être rattachée à une exploitation plus ancienne.

79Toutefois, si l’on observe les fronts de taille, on se rend compte qu’il y a, juste à proximité de la cuvette d’abandon, une modification de traitement. Le front se trouve en retrait par rapport aux autres et les traces d’exploitation évoquent davantage une extraction bloc à bloc sans stratégie particulière, plutôt désorganisée et laissant une surface difficile à rectifier. Or, ce type de pratique paraît assez incompatible avec le mode opératoire des carriers contemporains. Les traces au sol qui se développent à partir de ce front et en direction du sud semblent également dépourvues de stratégie générale. Le réseau de détourage n’est pas orthonormé, les dimensions varient du petit appareil à des modules compatibles avec la production de sarcophages. En règle générale, on observe que, en dépit de la nécessité d’extraire des blocs de dimensions hétérogènes, les carriers optent la plupart du temps pour l’intégration des extractions dans un réseau organisé. A cet endroit, elles sont d’aspect parasitaire et l’organisation diverge considérablement de celle observée au devant de la cuvette, qui s’inscrit dans un repère parfaitement orthonormé. Ces traces tendent à évoquer l’application d’une stratégie moins élaborée ou du moins qui ne prend pas en considération les extractions à venir. Cela pourrait être le signe d’une exploitation plus occasionnelle, à l’image de celles de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen Âge. Les différents travaux de recherche menés par J.-C. Bessac dans les carrières du Bois de Lens ont mis en évidence une désorganisation des chantiers de cette période, dans lesquelles on extrait les matériaux plutôt à la pièce qu’en série (Bessac 2000, p. 8). Dans ce contexte, où la pierre de taille est surtout remployée, les extracteurs n’ouvrent ordinairement pas une carrière pour fournir quatre pierres de taille et trois sarcophages. Ils poursuivent donc plus favorablement l’exploitation d’un site ouvert dans l’Antiquité. On peut envisager que ce soit le cas de la carrière de Couronne-Vieille. Certains secteurs ennoyés révèlent la présence d’un découpage modulaire plus soigné et intégré dans un canevas qui paraît avoir servi de base à d’autres extractions moins organisées, qui se développent sur un plancher différent. L’impression d’avoir une laisse de carrière perturbée par des extractions renforce cette idée. La présence d’une villa gallo-romaine à proximité de l’exploitation permet d’en proposer l’ouverture dès l’Antiquité, peut être à l’époque romaine. De plus, les caractéristiques du matériau extrait à Couronne-Vieille sont assez similaires à celles de certains blocs mis en œuvre dans le quai du port romain de Marseille, mais aussi au faciès des bas-reliefs remployés dans la corne du port de la Bourse. Cette similitude, sans nous permettre de dater précisément le fond de carrière, nous permet toutefois de proposer une exploitation au cours de l’Antiquité, peut être romaine. Les vestiges d’extraction du secteur sud, sans avoir pu être mesurés, semblent correspondre à l’extraction de blocs de grand appareil de modules hétérogènes, délimités par des tranchées plus larges que celles du secteur nord. La perturbation que le sol et un front paraissent subir soudainement permet de proposer la reprise d’une exploitation de manière plus ponctuelle dans la première moitié du Moyen Âge. La main d’œuvre opérant de manière plus occasionnelle à cette époque qu’elle ne le fit dans l’Antiquité et qu’elle ne le fera à partir du XIV e s. expliquerait l’apparence plus désorganisée des extractions de surface sur ce secteur. Cette absence de stratégie paraît en tout cas assez incompatible avec l’organisation des carrières antiques et des exploitations récentes. Une confirmation de ces propositions pourrait peut-être être obtenue par le sondage de la zone remblayée sur la partie nord et un relevé de la zone immergée, plus difficile d’accès. Une opération de plongée pourrait également permettre de collecter des informations importantes puisque, inévitablement, plusieurs blocs ont du tomber dans l’eau, au moment du chargement. Ils pourraient apporter des éléments de datation par leur dimension, mais aussi par les traces d’outils et le marquage dont ils sont potentiellement porteurs.

80Les indices collectés dans la carrière de Baou Tailla (supra, p. 26-36) soulèvent également quelques questions. Jusque dans les années 1850, la partie haute du site est occupée par une batterie installée sous Napoléon : en 1857, l’emplacement est racheté aux enchères par Antoine Reymondon. Il s’agit sans doute d’Antoine Marius, cotisant en 1853 dans le registre de la confrérie des carriers, puis en 1859 sous le nom de Marius. Comme il s’agit d’un carrier, on peut supposer qu’il acquiert le site dans la perspective d’extraire à nouveau des matériaux. Les trois marques découvertes sur le front ouest du secteur 6 correspondent à certaines marques apposées sur le clocher de 1859 et que l’on retrouve en 1863 dans le registre de la confrérie des traceurs de pierre. Cela pourrait confirmer l’activité du site dans la seconde moitié du XIXe s. Cette parcelle, comprenant les secteurs 6 et 7, pourrait donc avoir été exploitée conjointement par trois carriers à partir de 1857. Les dimensions relevées sur le sol de carrière mettent en évidence l’extraction sur les secteurs 1, 2 et 6 de blocs qui mesurent en moyenne 63 x 50 cm. Ce module fait référence à deux unités (la queyrade et de la queyradette) en usage à Marseille au XIXe s. pour la construction des maisons (Leroy 1847, p. 15). Néanmoins, il n’existe aucune mention explicite de cette activité et aucune évocation de l’exploitation du site à l’époque moderne. On sait que les carriers de cette époque se font un devoir de faire des fronts de taille les plus droits possible, ce qui est le cas sur une large partie de la carrière et plus particulièrement sur le front nord du secteur 6, qui a servi de support glyptographique. Les deux représentations graphiques pourraient être attribuées à cette dernière exploitation, du fait de leur très bon état de conservation et des qualités de réalisation dont elles témoignent. On peut supposer qu’elles remontent à une période assez récente, sans bien entendu qu’il soit possible de les dater précisément. Le cloisonnement du site par des laisses de carrière est assez typique des grandes exploitations modernes ou contemporaines, mais ne constitue pas en soi un marqueur chronologique. Si cette exploitation récente est quasiment certaine, elle ne peut reposer raisonnablement que sur la présence de marques de peyrerons similaires à celles connues pour le XIXe s. et sur le rachat du site par un carrier, ce que vient conforter la présence de céramique vernissée dans la zone de sondage (XVIIIe-XIXe s.).

  • 54 Les propositions d’emplacement dans la construction de ces appellations sont données dans le chap (...)

81Par contre, les modules observés (63 x 50 cm et 72 x 50 cm) sont aussi utilisés à d’autres époques. Les statuts municipaux de Marseille (1350) confirment l’usage de plusieurs blocs de module 62,5 x 50 cm dont la fonction est différente, dont par exemple la lauzeta de terrassa, la pierre battiporta et le brasonus.54

82La carrière a de toute manière été exploitée antérieurement au XIXe s., et on pourrait même ajouter qu’elle est intensément active avant le XVIIe s. L’absence d’allusions à l’exploitation de cette carrière à l’époque moderne tend à en exclure l’activité. D’autre part, en 1824, dans la Statistique des Bouches-du-Rhône, on note la présence du port de Carro entre la pointe Riche et le Cap Couronne (Villeneuve-Bargemon 1821, p. 539). Or, on considère aujourd’hui que le Cap Couronne se trouve au même emplacement que la pointe Riche, c’est à dire à proximité de Couronne-Vieille. Cependant, il apparaît clairement sur une gravure du XVIIIe s. que le Cap Couronne était localisé à la pointe de Carro, et la pointe Riche à l’emplacement de l’actuel phare. De ce fait, le port de Carro, situé entre les deux, serait peut-être à localiser plutôt dans la carrière de Baou Tailla. Sur cette même carte, l’emplacement de cette carrière est pointé sous l’appellation Carro. Elle pourrait donc avoir servi de port d’embarquement des matériaux à l’époque moderne et au début du XIXe s, ce qui renforce l’hypothèse de la non-exploitation du site aux XVIIe et XVIIIe s.

83La carrière de Baou Tailla pourrait aussi avoir été exploitée au cours du Moyen Âge, et particulièrement à partir du XIV e s. La diversité modulaire de cette époque a pour conséquence un rattachement possible de toutes les dimensions extraites à cette seule période. On trouve également sur le sol des modules d’appareil beaucoup plus petit, c’est à dire de 50 x 25 à 37,5 x 25-37,5 cm, dont l’usage est attesté à partir de la deuxième moitié du XIV e s. sous les appellations lapis angular, lapis de cara, scima et brazonetus. Ils sont notamment assez bien représentés sur les secteurs 4, 5 et 11. Comme nous l’avons évoqué précédemment, les modules de 62 x 50 cm, identifiés sur les secteurs 1, 5, 6, 7 et dans la zone de sondage n° 1, pourraient être rattachés à plusieurs époques. On trouve également un autre module de 75 x 25 cm, dont l’usage est attesté dans la seconde moitié du XIV e s, et qu’on trouve sur le fond de carrière du secteur 2. Les sols montrent assez fréquemment l’extraction de blocs de dimension 75 x 40-50 cm. On les trouve particulièrement sur les secteurs 1, 2, 3, 4, 6, 9 (au sol et sur le front) et 11, ainsi que dans la zone de sondage 1. La difficulté d’interprétation de ces données vient du fait que ces modules sont aussi mis en œuvre dans certaines constructions de l’Antiquité romaine et du XIXe s. comme nous l’avons vu avec le relevé des blocs extraits dans la carrière des Auffans. La stratégie d’exploitation observée sur ces secteurs ne permet pas de distinguer les extractions antiques de celles qui sont postérieures au XIV e s. L’ensemble est bien organisé dans un réseau orthonormé, avec une adaptation claire aux défauts de stratification, attestée par les légers décalages de trajectoire du canevas.

84Le front de taille du secteur 9, orienté nord/sud, présente toutefois une apparence déstructurée en comparaison des autres fronts, qui pourrait évoquer une exploitation de ce secteur à une époque antérieure au XIV e s, et postérieure à l’Antiquité romaine. L’absence de tessons de céramique médiévale dans l’emprise du sondage, alors qu’on trouve de la céramique vernissée permet de douter de l’exploitation de ce site entre le V e s. et le XVIe s. Toutefois, il n’est pas exclu que les carriers aient choisi un emplacement différent (de la zone de sondage) pour établir leur abri.

85Le secteur sondé témoigne de manière pertinente de l’occupation du site dès l’Antiquité grecque, et plus particulièrement au cours de la période hellénistique (150-100 av. J.-C.). L’abondance de fragments de céramique tournée, dont une partie est d’importation lointaine, permet de confirmer l’occupation par une population grecque au début du IIe s. av. J.-C. La mise au jour de deux fragments informes interprétés comme des rebuts de forge permet de proposer que cette installation soit en relation avec l’exploitation des carrières à une époque où les besoins de Marseille en pierres de taille sont extrêmement importants.

86Il est vrai que cette installation n’implique pas automatiquement l’exploitation de la carrière, il paraît toutefois difficile de trouver une autre explication. Les modules de grand appareil de type hellénistique ne sont pas extrêmement bien représentés sur le site, ce qui peut s’expliquer par les exploitations ultérieures. Toutefois, plusieurs secteurs ont livré des dimensions similaires à celles observées dans les vestiges antiques marseillais. Le secteur 1 atteste le détourage de blocs de 108 x 70 cm et 72 x 50 cm. Dans le secteur 2, on trouve une extraction en paliers et en série de blocs de dimensions 101-117 x 60 cm, ainsi que des blocs de 75 x 55 cm en moyenne. L’organisation de l’exploitation paraît compatible avec les stratégies antiques, grecques ou romaines, par le débitage en série d’une même unité modulaire et l’intégration quasi parfaite des modules dans un canevas orthonormé. Les dimensions mesurées sur le secteur 3 révèlent l’extraction de blocs de 130 x 50-70 cm et 100 x 65 cm, mais l’organisation est moins lisible dans cette partie, ce qui n’autorise actuellement aucun rattachement. Sur la laisse de carrière entre ce secteur et le secteur 4, les modules extraits sont de gros gabarits 130 x 40 cm et 160 x 40 x 35 cm mais, en nombre restreint, ils paraissent un peu marginalisés. Les secteurs 7B et 9 prouvent l’extraction de blocs de modules dont la longueur est supérieure à 100 cm et va jusqu’à 215 cm. Sur tous ces secteurs, des blocs de grand gabarit ont été extraits mais la mauvaise conservation des traces d’extraction ne permet pas de les relier clairement à une exploitation antique. Seul le secteur 2 témoigne d’une planification claire du sol, avec la présence de saignées latérales et transversales alignées sur tout le sol et structurée par type modulaire. Le grand appareil n’est toutefois pas l’apanage de l’Antiquité, on en trouve aussi à partir du XIV e s. pour la production de dalles, appelées lauza magna de module 100 x 62,5 x 12,5 cm ainsi qu’à l’époque moderne sous forme de quartiers. On se doit aussi de prendre en considération la possibilité d’extraire des gros volumes et de les débiter ensuite en plusieurs blocs.

87Le site de Baou Tailla est cependant très vraisemblablement exploité dès l’Antiquité grecque pour répondre aux importants besoins de Marseille, mais on ne peut supposer cette datation qu’à partir de l’occupation du plateau qui surmonte la carrière, datée grâce à la présence de céramique d’époque hellénistique. Les traces de l’extraction paraissent aujourd’hui insuffisantes pour en confirmer l’exploitation, toutefois, l’effondrement des bermes est et ouest du sondage 1, a révélé la présence à l’ouest de la zone sondée d’un front nord-sud. Il permet de supposer que ce secteur n’a pas été exploité par les derniers carriers et qu’on se trouve alors peut-être sur le sol d’une exploitation plus ancienne. D’autre part, les analyses pétrographiques, faites en 1982 par E. Colomb et F. Catzigras, attribuaient à la carrière de Baou Tailla la provenance de certains des matériaux du rempart hellénistique de Marseille (Guéry, Trousset 1981, p. 69). L’étude du mobilier lapidaire issu du chantier archéologique de la rue de la République à Marseille, a également mis en évidence la similitude de faciès de certains des blocs du parement nord du rempart avec celui de cette même carrière : grain serré, tests de coquilles de faible dimension, ciment fort (Vacca-Goutoulli 2006b, fiches 1 à 4).

88Les trois systèmes d’amarrage présents sur le site évoquent également au moins deux périodes d’exploitation. La bitte d’amarrage en fer pourrait être en place au cours d’une période récente, et celles creusées dans la roche pourraient suggérer une activité plus ancienne. Encore une fois, ce ne sont pas des marqueurs chronologiques pertinents. Toutefois, ces vestiges mis en relation avec les résultats des sondages, la documentation d’archives et les données métrologiques paraissent s’orienter vers une même chronologie. La carrière pourrait donc avoir été ouverte au IIe s. av. J.-C. et exploitée pendant l’Antiquité grecque pour les besoins de Marseille. Aucun élément ne nous permet ensuite de déterminer si une période d’interruption importante a marqué l’exploitation, toutefois compte-tenu de l’activité du bâtiment au cours de l’époque paléochrétienne et du haut Moyen Âge, on peut le supposer. Le site ne livre en tout cas pas de traces significatives d’extraction de sarcophages, mais leur disparition sous les effets d’une nouvelle activité ne peut être exclue. En dépit de l’absence de marqueurs chronologiques pertinents, on ne peut exclure l’exploitation de cette carrière vers la fin du Moyen Âge (XIV e- XVIe s.) puisque la stratégie d’exploitation et les modules conservés en négatifs ne le permettent pas. L’activité est en revanche peu envisageable à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe s.), parce qu’aucune mention de cette activité n’a été retrouvée, contrairement aux autres sites actifs à cette époque, et en raison de l’occupation du plateau supérieur par les douanes (chemin des douaniers), puis par la batterie de Napoléon. L’exploitation paraît être attestée à partir de 1857 et s’interrompre avant 1889, date à laquelle seule la carrière des Auffans est recensée comme active. La vérification de ces données passe d’abord par le sondage des secteurs couverts de déchets d’extraction qui permettra déjà de mettre au jour le sol de carrière et les traces qui s’y rattachent, mais aussi certainement du mobilier datable. Des opérations de plongée au point d’embarquement peuvent être envisagées, elles me paraissent toutefois présenter une dangerosité importante en raison de la forte exposition du site à la houle du large.

89Comme Baou Tailla, et sûrement en même temps, la carrière de la Pinède (supra, p. 61-66) est exploitée au XIXe s. Son activité est attestée en 1843 par la carte géologique des Bouches-du-Rhône qui pointe l’emplacement des sites d’extraction actifs, ainsi que par l’allusion de Leroy en 1847 qui précise que, les matériaux, mis en œuvre dans les maisons de Marseille, proviennent des carrières de Vieille-Couronne. La Statistique de Bouches-du-Rhône mentionne l’existence de huit carrières (ou parcelles) exploitées en 1821, toutes situées à proximité de l’anse de Couronne-Vieille (Villeneuve-Bargemon 1821, p. 539). Les dimensions des blocs extraits correspondent aux modules en usage dans la deuxième moitié du XIXe s. On trouve donc la queyrade de 62 x 50 x 32-33 cm, la queyradette de 62 x 50 x 25-26 cm et enfin le queyron de 62 x 25 x 24 cm. Elle est répertoriée en 1817 dans le cadastre et bien qu’elle soit enregistrée comme étant au quartier de La Beaumaderie, sa localisation sur la rive est de l’anse de Couronne-vieille est attestée. Elle pourrait également connaître une activité dans la seconde moitié du XVIIIe s. puisqu’on en trouve une mention en 1752. L’acte de vente ne précise pas l’emplacement exact de la parcelle, mais évoque toutefois qu’elle se trouve au quartier de La Beaumaderie. La carrière de la Pinède se trouve à quelques mètres au nord-ouest de cette anse, ce qui en fait le site le moins éloigné. Le fait qu’elle soit considérée en 1817 comme située à La Beaumaderie nous incite à localiser la parcelle évoquée en 1752 dans cette carrière. Compte-tenu des informations collectées, cette exploitation est supposée être en activité à partir de la deuxième moitié du XVIIIe s jusqu’à la fin de la première moitié du XIXe s. C’est en tout cas ce dont témoignent les observations faites sur le terrain et la documentation d’archives.

90On note toutefois que cette carrière est extrêmement étendue et que des traces d’exploitation sont aussi visibles en bordure du littoral. Le sol sur lequel nous marchons pour nous rendre sur place correspond à une partie remblayée de l’excavation active en 1817. La grande superficie de cette carrière permet de supposer qu’elle a connu plusieurs périodes d’exploitation. La proximité du littoral constitue un intérêt particulier pour les carriers qui, comme nous l’avons évoqué, préfèrent ouvrir des carrières en bordure du littoral, afin d’éviter au maximum les déplacements de matériaux. On ne peut que s’interroger sur la date de création de cette exploitation d’autant que la pointe de l’Arquet, occupée depuis le V e. s. av. J.-C., lui fait face, et qu’elle est entourée de carrières exploitées vraisemblablement dès l’Antiquité. On peut donc envisager, bien que l’exploitation du site ne soit avérée que pour la période 1750-1850, que les premières extractions dans cette carrière soient bien plus anciennes, ce que l’on pourra peut-être préciser un jour par des sondages dans le secteur remblayé en bordure du littoral et dans la la cuvette située à proximité.

91Nous ne savons rien sur les petites parcelles répertoriées en 1817, sinon qu’elles sont exploitées à cette période. C’est le cas de la parcelle appelée la petite Beaumaderie (supra, p. 61) et de celle dite du Sémaphore (supra, p. 66-67) , qui se situait vraisemblablement entre la Pinède et les Pignons d’olive. Elles n’apparaissent dans aucun autre document d’archives. On en reste donc pour le moment à cette date, puisqu’elles n’ont pu être localisées sur le terrain.

92La carrière des « Pignons d’olive » (supra, p. 67-69) est également répertoriée en 1817. La prospection a permis de vérifier, sur le terrain, la présence de chemins qui desservent les différentes parcelles de cette exploitation du moins aux alentours du cimetière de la Batterie. Les observations témoignent, par la rectitude parfaite des fronts, du probable rattachement à une époque récente, et particulièrement au XIXe s. Peut-être reportée sur la carte géologique de 1843, elle n’est pas évoquée par Leroy en 1847, ni dans le répertoire de carrières de France de 1889. Son ouverture pourrait remonter au XVIIe s, si l’on en croit André Camoin, descendant d’un carrier de La Couronne : « En 1675, il y avait une carrière que l’on appelait la peyrière des pignons (d’olives) ou des grignons que je me hasarde à situer dans la carrière où fut construit le moulin d’huile qui existait au quartier des plaines-Sud, derrière le nouveau cimetière. Il n’en reste qu’un pan de muraille mais je me souviens l’avoir visité avant la guerre de 39/45. Bien qu’en ruine, l’on pouvait voir encore une meule et une cuve en pierre. Le rez-de-chaussée de ce bâtiment était constitué par les parois d’une carrière, surmonté d’un étage » (Camoin 1986, p. 30).

93On retrouve effectivement dans l’exploitation, à proximité du front mitoyen avec le cimetière, les ruines d’un édifice au bord duquel se trouve une voie. L’appellation « plaines sud » pourrait permettre de corroborer son hypothèse, puisqu’on trouve plusieurs mentions qui concernent l’exploitation des carrières « des plaines sud ». En 1718, une convention de charriage est passée entre un charretier et onze carriers pour le transport des matériaux « que les peirerons feront dans leur chantier des plaines » (document n° 33). Au niveau de la voie ferrée, on trouve une rue qui s’appelle chemin des Plaines nord, et environ 300 m au sud, se trouve la carrière des pignons, que l’on peut supposer être celle des plaines. Il faut toutefois rester prudent puisque la carrière de Notre Dame qui pourrait également être considérée comme située au quartier des plaines. Sans doute les carriers appellent-ils carrières des plaines tous les sites extractifs situés à l’arrière, dans la plaine de La Couronne. On ne trouve en outre aucun document qui atteste son exploitation sous le nom de carrière des « Pignons d’olive » ou des « Grignons ». On en suppose toutefois l’activité aux époques moderne et contemporaine. Il est difficile à l’heure actuelle de proposer d’autres périodes d’exploitation.

94La carrière de la Fontaine Saint Jean, située dans l’actuel quartier du Quarré, (supra, p. 70-72) est active de manière certaine entre 1678 et 1720. Elle était vraisemblablement exploitée simultanément par plusieurs carriers, puisque, en 1678, deux jours après la vente de deux parcelles situées dans la carrière « appelée la perrière de la Fontaine », un acte est passé par l’acheteur suite à une querelle « avec insultes » avec un autre carrier (document n° 23). L’activité du site est également attestée en 1720, par l’achat d’une terre « au quartier de la Fontaine du Verdon » sur laquelle se trouve une carrière (document n° 35).

95La mention en 1751 d’une carrière, « confrontant de levant Verdon », mais située à Carro, ne permet pas de déterminer un emplacement précis, et ne peut donc être retenue comme indice de datation (document n° 40).

96En 1753, un acte atteste l’achat d’une terre pour construire une maison dans le « quartier proche de Saint Jean à La Couronne confrontant de levant l’église ». Le vendeur autorise son acheteur à « prendre toutes les pierres qui leur seront nécessaires pour la construction de la maison et autres bastisses dans l’enceinte de la place, autant de pierres en clapiers qui sont dans la propriété et ceux placés de couchant de ladite bastide dudit Nicolas, sans pourtant toucher aux murailles » (document n° 35). On peut y voir la fin de l’exploitation, qui progressivement se transforme en quartier résidentiel et zone de culture.

97On retrouve la même année un autre acte de vente de maison passé entre un carrier et sa mère. Il lui cède une habitation avec « une salle dans le bas, au quartier de Saint-Jean à La Couronne, confrontant de levant la rue, de midi une rue, de couchant la maison de Jean Chouquet et de septentrion les hoirs de Joseph Gay (autre fils) et une terre de deux panaux complantée de cinq cent souches de vigne, trois figuier, confrontant de couchant, Jean Chouquet, peireron, de levant les hoirs de Joseph Gay, de midi la propriété de Jean joseph Simon, murailles et pierres sèches entre deux et de septentrion la propriété de Jean Gay (son 3e fils), sous la directe de Montmajour » (document n° 35).

  • 55 2 H 432, n° 425 f°8v° (25 juillet 1667).

98Plusieurs actes confirment l’implantation et la construction de maisons dans ce quartier dans les années 1750. Cette réutilisation d’anciennes carrières nous renvoie directement au passage, déjà évoqué, de l’enquête ordonnée par l’abbaye de Montmajour.55

99Les fronts de carrière, retrouvés au nord de l’anse du Verdon, dans un parking, pourraient correspondre à la limite sud de l’exploitation. Les traces d’extraction observées évoquent également une activité récente et se trouvent dans le prolongement de l’emplacement supposé de la carrière de Saint-Jean. Bien qu’elle témoigne de la grande étendue de l’exploitation, cette découverte ne nous apporte aucun élément de datation. L’activité de la carrière n’est clairement évoquée qu’entre 1678 et 1720, on ne trouve en dehors de ces dates aucun document nous permettant de supposer que la carrière soit exploitée. Ce site n’a vraisemblablement pas fourni de pierres de taille au début de l’agrandissement de Marseille, puisque les nombreux contrats de commande de matériaux passés devant notaire n’évoquent jamais son activité. Il semble néanmoins qu’elle connaisse une activité, difficile à quantifier, à la fin du Moyen Âge puisque plusieurs actes de commande concernant des pierres extraire à La Couronne dans la carrière de la font sont passés en 1479 (A.C. Martigues. CC 13 f°128 ; f°133v° et 141v°), à condition bien sûr qu’il s’agisses de la même fontaine. On exclut ensuite son activité au XIXe s. puisqu’elle n’est répertoriée sur aucun plan ni aucune carte et n’est pas mentionnée dans les textes.

100Le cas de la carrière de Notre-Dame (supra, p. 69-70) est assez similaire à celui que nous d’évoquer. L’exploitation a été en grande partie détruite par la construction du quartier résidentiel situé au sud de l’ancien moulin, qui est aujourd’hui conservé et intégré à une habitation. Sa datation repose donc sur la documentation d’archives. On n’en trouve aucune mention au moment des approvisionnements liés aux grands chantiers de Louis XIV (1660-1669), ce qui nous permet de supposer que son ouverture ne se fait pas avant 1670. Elle semble avoir été ouverte un peu avant 1678, date à laquelle l’acte d’achat d’une parcelle précise que la carrière a été ouverte par le vendeur (document n° 24). Elle apparaît rarement dans les actes jusqu’en 1720, mais la cession d’une parcelle de carrière dans ce quartier, à cette date, nous indique qu’elle est toujours en activité. La faculté d’extraire des pierres est transmise en 1723 à la personne qui reprend la carrière. Son exploitation n’est ensuite plus évoquée. Elle n’est pas répertoriée dans le cadastre de 1817, ni évoquée dans la Statistique des Bouches-du-Rhône ou dans la carte géologique de 1843. Leroy ne la mentionne pas non plus en 1847. Son activité est donc attestée entre 1678 et 1723, mais ne paraît pas s’étendre au-delà de ces deux dates.

  • 56 Nous avons vu que la carrière était en 1665 vendue avec le chemin que le carrier vendeur disait a (...)

101Les indices collectés dans la très vaste carrière des Arqueirons (supra, p. 74-79) soulèvent de nombreuses questions. La documentation d’archives témoigne de son exploitation à l’époque moderne, puisqu’on trouve la première mention de son activité en 1664. Elle est ensuite fréquemment évoquée dans les contrats de vente de matériaux, particulièrement pour les grands chantiers de Marseille, sous Louis XIV, et jusqu’en 1686. En revanche, à partir du XVIIIe s., elle est seulement nommée au moment de la vente de parcelles pour planter des vignes et des figuiers. Son activité paraît donc s’interrompre à la fin du XVIIe s. La prospection du site confirme cette exploitation et livre des vestiges d’habitations diverses et d’enclos. Les maisons sont aménagées directement sur les fronts de taille et ont probablement été construites après l’abandon de la carrière. La dimension des blocs abandonnés dans l’exploitation semble confirmer leur extraction à l’époque moderne. On trouve de nombreux queyrons (62 x 25 x 25 cm), mais aussi des blocs de plus grand appareil (110 x 40 x 25 cm), parmi lesquels certains ont des faces dressées au marteau taillant. La présence de nombreux tessons de céramique vernissée confirme l’hypothèse d’une occupation moderne et contemporaine. Il semble pourtant envisageable que cette carrière connaisse une première activité dès l’époque romaine. C’est en tout cas ce que suggèrent les nombreux tessons de céramique romaine des Ier s. av. et ap. J.-C. ramassés en surface sur une aire de 5 000 m2 dans la partie méridionale de la carrière. Il est peu probable qu’ils correspondent à un déversement de gravats depuis la partie basse du village. La seule évacuation de gravats qui paraisse envisageable est celle liée à la construction des villas de ce quartier. Dans ce cas, la conclusion reste la même : il y avait selon toute vraisemblance une occupation romaine aux Arqueirons. Comme nous l’avons évoqué pour les carrières de Baou Tailla et l’Arquet, l’installation d’une population à La Couronne et Carro au cours de l’Antiquité est probablement conditionnée par la présence d’affleurements à proximité et permettant de fournir de la pierre de taille. La création des voies de circulation terrestre à cette époque a étendu les possibilités d’ouverture de carrières à des zones un peu plus éloignées du littoral. Le chemin qui descend en direction du port de Carro, dont on voit des traces à la limite sud-est du site, pourrait correspondre à une ancienne voie romaine que les carriers modernes ont, non pas créée mais remise en état.56 La présence, à proximité de ce chemin, d’une ornière au sommet d’un front de taille pourrait, dans le cas où elle serait authentifiée, appuyer cette hypothèse.

102Bien que séduisante, elle paraît actuellement difficile à confirmer sans prévoir d’importantes investigations sur le terrain. On ne peut à l’heure actuelle que constater que les fronts du secteur sud-est sont dans un état de conservation médiocre, en comparaison de ceux de la partie septentrionale.

103Ce site est donc exploité de manière certaine au XVIIe s., mais peut avoir connu une exploitation plus ancienne, dont l’ouverture pourrait remonter à l’Antiquité romaine, et pour laquelle on ne peut donc actuellement exclure le Moyen Âge.

104La carrière d’Arnette (supra, p. 79-81) fonctionne de manière concomitante avec celle des Arqueirons. On les trouve dans les mêmes contrats passés à l’occasion de l’agrandissement de Marseille. Une intense activité de cette carrière est donc attestée à partir de 1664 et jusqu’en 1680. Elle a assuré l’approvisionnement en matériaux des grands chantiers mis en œuvre sous Louis XIV et particulièrement du fort Saint Nicolas et de l’Hôtel de Ville de Marseille. Elle a également été diffusée vers le Var, puisqu’elle a fourni les pierres de taille pour la construction de l’église Notre Dame de Bon Voyage de la Seyne sur Mer, près de Toulon, en 1674. Comme la carrière des Arqueirons, elle est exploitée sous forme de parcelles simultanément par plusieurs équipes de carriers. On ne trouve, à partir de 1681, plus aucune mention de l’exploitation de ce site jusqu’à l’abandon des exploitations. Très peu visible aujourd'hui, elle ne peut actuellement être datée qu’à partir de la documentation d’archives, ce qui ne nous permet ni de proposer ni d’exclure une exploitation antérieure à la deuxième moitié du XVIIe s.

105Les carrières qui suivent n’apparaissent dans aucun document d’archives entre le XVIIe et le début du XXe s. Ces carrières sont toutes littorales et vraisemblablement actives avant le XVIIe s.

106La carrière de la pointe de Carro (supra, p. 23-26) livre les traces de l’extraction de modules de très gros gabarits, qu’on ne retrouve actuellement dans aucune autre exploitation de La Couronne. Le plus petit mesure 150 x 140 cm et le plus grand 240 x 190 cm. D’autres détourages ont été observés, mais ils ne permettent pas de fournir la dimension des blocs réellement extraits. Ils mesurent 310 x 180 cm, 510 x 170 et 730 x 230 et ne sont restitués que par les deux saignées latérales, les tranchées transversales n’ayant pu être identifiées clairement. Nous avons des exemples d’extraction de modules de volume similaire dans la carrière romaine de l’Estel (Pont du Gard), ou certains blocs, particulièrement dans la zone II secteur IV, atteignent 8 tonnes de cubage, et mesurent plus de 5 mètres de long (Vacca-Goutoulli 2002, p. 142). La mise en œuvre de ces blocs ne peut être envisagée que de deux manières, soit sous cette forme, soit en débitant à nouveau ces gros modules.

107Le réseau de détourage met en évidence l’organisation des extractions en un canevas orthonormé dans lequel sont intégrés les défauts naturels de la roche. L’absence de rectification du fond de carrière a pour conséquence la présence d’importantes masses difformes sur le sol, mais révèle également une parfaite connaissance du programme d’extraction. Si les carriers avaient prévu de procéder à l’enlèvement d’autres blocs, ils auraient préparé le sol. Le fait qu’ils ne l’aient pas fait nous indique soit qu’ils avaient détecté des défauts lors des extractions, soit qu’ils avaient terminé leur commande. La présence d’une laisse de carrière révèle également une bonne connaissance des contraintes dictées par l’exploitation des affleurements du littoral.

108Les fronts n’offrent pas une hauteur importante, ce qui limite le volume disponible et paraît peu compatible avec l’approvisionnement de plusieurs chantiers successifs.

109L’organisation de la carrière peut évoquer une exploitation antique, peut être romaine si l’on se réfère à la mise en œuvre dans le Pont du Gard de modules similaires. Aucun bloc de ce gabarit n’a été mis au jour dans les chantiers de fouilles archéologiques d’édifices romains, mais les blocs ont pu être re- débités.

110Il pourrait aussi s’agir d’une exploitation plus récente, médiévale par exemple, en envisageant ce même débitage en plusieurs unités. Il paraît malheureusement difficile aujourd’hui de proposer des pistes pour préciser la datation, en raison de l’état général du site. Seule une opération de plongée en bordure de la carrière pourrait peut-être apporter des éléments nouveaux.

111L’immersion de la carrière de Verdon 1 (supra, p. 36-41) suggère une ancienneté relative de la partie ennoyée de l’exploitation. Elle nous permet d’exclure l’activité de ce secteur pendant le Moyen Âge « classique », mais la ferait plutôt remonter autour de l’Antiquité, grecque, romaine ou tardive, voire aux alentours du V e s. L'érosion et la recalcification qui affectent tout le fond de carrière situé hors de l'eau pourraient aller dans le même sens.

112Le relevé du secteur ennoyé témoigne de l’extraction de blocs de grand appareil, dont les longueurs sont majoritairement comprises entre 100 et 170 cm, mais l’hétérogénéité des modules ne permet pas de les rattacher précisément à une période.

113L’organisation est structurée en un réseau d’apparence orthonormé, la même tranchée est utilisée pour détourer plusieurs blocs, ce qui confirme l’extraction en série de modules prédéfinis dans les parties ennoyées. La moitié septentrionale du site ne permet pas de faire d’observations sur la stratégie mise en œuvre, en revanche, les dimensions prises sur le front de taille de cette partie s’accordent avec ce qui a été observé dans la partie immergée. En outre, si l’on se fie aux données collectées par J.-C. Bessac dans les carrières du haut Moyen Âge et par la faible utilisation de matériaux « neufs » à cette époque, on proposerait plus volontiers une exploitation antique. Le doute qui plane sur l’authenticité de l’inscription « ΒΦΔΧΓ » ne permet malheureusement pas de l’intégrer dans cette proposition de datation.

114Cependant, l’état général du site et la stratégie observée permettent d’envisager une exploitation antique. L’hétérogénéité des dimensions et la présence, bien qu’en faible quantité, de petit appareil pourraient évoquer une activité romaine. La vérification de ces propositions passe néanmoins par un nettoyage complet du site et un relevé plus précis de la zone ennoyée. Une opération de plongée pourrait également être envisagée.

115Il est en revanche quasiment impossible de faire des propositions de datation pour la carrière de Verdon 2 (supra, p. 41-45). Le fond de carrière est mal conservé et le relevé n’a pas permis d’isoler de modules de référence. Seuls deux blocs sont clairement identifiés et attestent l’extraction de blocs de petit et moyen appareil 50 x 50 cm et 60 x 52 cm, ce qui, à première vue, pourrait exclure l’Antiquité grecque, qui ne met en œuvre que du grand appareil. Les traces diffèrent selon que l’on se trouve au sud ou au nord de la carrière. Dans le premier secteur, les rares tranchées observées paraissent évoquer plutôt une organisation structurée dans un réseau qui se développe en cuvette ou en palier. En revanche, il ne reste plus aucune trace du second, dont la dernière phase d’exploitation témoigne d’extractions dans la couche moyenne du Burdigalien. Cette pratique pourrait révéler soit une méconnaissance des affleurements de La Couronne, soit l’extraction de fragments destinés à la réalisation de blocage ou de chaux, ou encore un approvisionnement en matériaux de qualité médiocre. On peut aussi supposer que les habitants soient venus y puiser de la matière première, qui ne nécessitait pas des qualités comparables à celles imposées par la pierre de taille. La roche des fronts est aujourd’hui trop fragmentaire pour permettre de confirmer la hauteur originelle du front de taille et d’observer des traces de travail. On ne peut donc pas dater précisément ce site. Le mauvais état général de cette carrière ne permet de proposer qu’une opération de plongée sous marine aux abords du système d’amarrage.

116Les traces d’exploitation de la carrière de Verdon 3 (supra, p. 45-48) sont fort heureusement mieux conservées et permettent ainsi de collecter quelques informations sur la stratégie d’exploitation adoptée. On sait grâce à la présence de déchets d’extraction que l’exploitation la plus ancienne se trouve sur la partie nord de la carrière. Le fond de la moitié méridionale atteste l’extraction en série de blocs de grand appareil intégrés dans un repère orthonormé. On note la présence de plusieurs enlèvements toujours dans l’emprise d’un réseau. On remarque que les carriers ne sont pas descendus très bas, puisque le fond de carrière se trouve environ 1,50 m au-dessus du plancher à fleur d’eau. Les saignées conservées sont nettes et débordent au-delà des paliers d’extraction. Le site ne paraît pas avoir été abandonné pour des raisons de disponibilité de matériaux, puisqu’il aurait été possible, à première vue, de poursuivre l’exploitation. Cette carrière pourrait donc avoir été ouverte pour une construction précise et son activité s’être interrompue une fois parvenu au terme de la commande. L’impact d’escoude à double dent, observé sur une tranchée d’angle, ne peut être considéré comme fiable puisqu’il est très déformé. Selon J.-C. Bessac, cet outil serait ordinairement employé dans les carrières romaines du Haut Empire et du IIe s. , mais il est difficile d’apprécier l’évolution des outils de carriers à Marseille, et plus particulièrement à La Couronne entre l’Antiquité et le XIXe s.

117Les traces d’exploitation paraissent cependant compatibles avec l’organisation généralement observée dans les carrières antiques. On ne relève pas d’hétérogénéité modulaire permettant de préciser si l’exploitation est grecque ou romaine. Certains des modules extraits et la stratégie mise en œuvre peuvent également convenir à une exploitation de la fin du Moyen Âge ou du XVIe s., mais on utilise rarement à cette époque des dimensions de 160 x 65 cm qui couvrent tout de même 10 % de l’échantillon. On retiendra donc la probabilité d’une exploitation plutôt antique, mais dont le rattachement à la fin du Moyen Âge ne peut être exclu. On pourrait vérifier ces données en mettant au jour le sol de carrière, ce qui permettrait de confirmer la stratégie d’exploitation mise en œuvre sur ce site. Une opération de plongée dans le port d’embarquement peut également permettre de retrouver des blocs tombés au moment du chargement et d’obtenir des informations plus précises.

118La carrière de Sainte-Croix (supra, p. 58-61) livre les traces d’une extraction en série de blocs de grand appareil, parmi lesquels on distingue trois modules dont le plus petit mesure 85 x 70 cm et le plus grand 233 x 78 cm. Cette dernière dimension est compatible avec la taille d’un sarcophage mais semble plutôt évoquer une tranchée de détourage d’ensemble au sein de laquelle on intègre plusieurs autres saignées de débitage. Cette hypothèse est appuyée par les extractions qui se trouvent au nord de cette série qui livrent des modules dont la dimension est plus restreinte et par la présence d’une tranchée qui paraît ceindre le bloc situé immédiatement au sud. L’organisation du réseau d’extraction et la dimension des modules extraits évoquent plus l’Antiquité qu’une époque récente, du moins sur le secteur nettoyé.

119Les saignées sont cependant assez étroites, mais la partie active de l’outil employé semble être un petit tranchant et pourrait donc convenir à l’Antiquité grecque. L’extraction exclusive de modules de grand appareil et l’absence totale de blocs de moyen et petit appareil tendraient à corroborer cette hypothèse.

120La carrière de La Beaumaderie (supra, p. 54-58), située au pied de la falaise de la pointe de l’Arquet, pourrait être la première exploitation de calcaire de La Couronne, ouverte par les « marseillais » à l’époque hellénistique. Le potentiel de l’affleurement est connu depuis le V e s. av. J.-C., puisqu’une population était installée juste au-dessus.

121L’immersion d’une grande partie du site suggère son ancienneté. L’organisation du réseau d’extraction ne peut être attribuée à une exploitation du haut Moyen Âge, tant elle est régulière, orthonormée et témoigne d’une extraction en série. Les petits fronts de carrière laissés en place sur toute la bordure littorale évoquent également un travail antique. Les blocs extraits, et la similitude modulaire que certains présentent avec ceux mis en œuvre dans les constructions hellénistiques de Marseille, et plus particulièrement le rempart, pourraient confirmer cette hypothèse. On note l’extraction massive de deux types modulaires clairement répartis. On a extrait sur la bande occidentale, selon une orientation nord/sud, et sur la bande méridionale, orientée est/ouest, des blocs de grand appareil mesurant le plus souvent 105 x 60 cm. Au centre, on trouve en revanche des blocs de dimensions plus restreintes : 78 x 57 cm. Ces derniers sont plus difficiles à mettre en rapport avec l’Antiquité grecque, mais paraissent toutefois compatibles avec la diversification des modules de l’époque romaine.

122Le sol s’organise en un réseau de tranchées inséré dans un repère parfaitement orthonormé, en totale adéquation avec l’organisation des chantiers antiques. La trace d’outil observée sur un morceau de rocher, malheureusement hors contexte, a permis de déterminer d’abord la pratique d’extractions dans la couche moyenne du Burdigalien et l’utilisation probable d’une escoude à tranchant droit, particulièrement utilisée à l’époque hellénistique. Les blocs de moyen appareil retrouvés dans le chenal à 4 m de profondeur pourraient être en relation avec le rôle de port d’embarquement que revêt ce site au XVIIIe s., plutôt qu’avec l’exploitation même de la carrière. Le réseau de voie à ornières, visible sur la partie septentrionale du site, part en direction de la pinède et pourrait confirmer l’utilisation de ce site comme point de chargement. La mention « port de Beaumaderie » dans le cadastre napoléonien en confirme l’usage.

123Enfin, les graffiti ne peuvent fournir aucun élément de datation. Le thème de ces gravures est perturbant, puisqu’on distingue nettement deux personnages qui lèvent les bras au ciel et l’un d’entre eux semble crier. Leur iconographie et leur emplacement pourraient être mis en relation avec l’effondrement de la falaise et/ou évoquer un accident de chantier.

124La confrontation des données collectées sur le site permettent de supposer d’abord une exploitation dès l’Antiquité, peut-être même grecque. Elle est toutefois très probablement exploitée à l’époque romaine du fait de la similitude entre l’organisation des exploitations à ces deux époques, mais surtout de la diversité modulaire observée sur le sol de carrière. Il faudrait pour une plus grande pertinence collecter des indices supplémentaires, car même si l’environnement et l’état naturel de la carrière nous poussent à la considérer comme l’une des plus anciennes, il n’y a pas d’éléments clairs de datation.

125Enfin, les sondages effectués sur le site de l’Arquet (supra, p. 53-54) permettent de dater les extractions de matériaux. On sait donc que nous sommes face à la plus ancienne carrière de La Couronne actuellement connue. La première exploitation est datée du V e s. av. J.-C. et se poursuit jusqu’au IIIe s. av. J.-C. période à laquelle une partie de l’habitat est détruit par l’enlèvement de pierres. La première question que pose cette exploitation est celle de la raison même de l’implantation d’une population sur ce site au V e s. av. J.-C. À cette époque, Massalia, principale consommatrice de pierres de La Couronne à partir du IIe s. av. J.-C., ne met en œuvre que des matériaux locaux. Cette occupation n’est donc pas en rapport avec la cité phocéenne. De la même façon, la population est de type indigène, mais toutefois non isolée (céramique d’importation). On peut se demander si l’occupation a été conditionnée par la présence d’affleurements pouvant fournir de la pierre ou si, suite à l’installation, la population a pris conscience des ressources naturelles offertes par le site. Il paraîtrait surprenant que la possibilité d’ouvrir des carrières entraîne l’implantation puisque nous n’avons pas d’exemples de constructions en pierres de La Couronne au niveau local qui puissent le justifier. La motivation originelle de cette occupation nous échappe donc actuellement. Toutefois, le territoire de La Couronne n’est pas constitué de terres agricoles puisqu’il est sec et aride et le site de l’Arquet est en proie à tous les vents et tempêtes. L’effondrement de la falaise reste la meilleure illustration des conditions d’exposition du site. Il est évident que les habitants ne s’y sont pas installés par hasard, ce choix a du être conditionné par un environnement propice à une activité précise, autrement dit la pêche ou l’extraction. Lors des sondages, de nombreuses traces d’extraction ont été mises au jour et peu de vestiges proprement liés à la première activité. On peut donc supposer que la possibilité d’extraire des matériaux soit, sans en être la première motivation, un facteur important dans l’implantation d’une population à l’Arquet. La proximité immédiate de la carrière de La Beaumaderie nous conforte dans cette hypothèse. Le fait de trouver les premières traces d’exploitation de la pierre à une période aussi haute soulève la question de la destination de ces matériaux. On peut imaginer que, dans les premiers temps, ils soient utilisés pour la construction même du site, mais la dernière phase d’activité semble répondre à un besoin différent. L’habitat est en partie détruit par les extractions de pierre qui se poursuivent au-delà de l’abandon du site. La pierre est plus massivement exploitée probablement pour les besoins d’une ou plusieurs constructions non encore identifiées, puisque nous ne possédons à l’heure actuelle aucun vestige en calcaire de La Couronne antérieur au rempart de Massalia (150-100 av. J.-C.).

Notes

50 Il est essentiel de rappeler que l’eau est le principal moteur des désordres et des maladies de la pierre. Ces pathologies ne seront pas développées dans ce chapitre, mais ultérieurement, dans la partie qui porte sur la mise en œuvre de la pierre de La Couronne.

51 A.M.Martigues 012 1 A 25 1952 226.

52 De la même manière, les fonds de carrière mis au jour sur le site du camping de l’Arquet tout récemment (janvier 2013) mettent en évidence l’extraction très courante à une époque récente de blocs d’une longueur considérable (autour de 200 cm). L’analyse des données de cette carrière est en cours mais il est vraisemblable que l’exploitation visible sur le fond de carrière est plutôt moderne ou contemporaine.

53 Statistique des Bouches du Rhône 1821 T1, p. 539.

54 Les propositions d’emplacement dans la construction de ces appellations sont données dans le chapitre 3, p. 173.

55 2 H 432, n° 425 f°8v° (25 juillet 1667).

56 Nous avons vu que la carrière était en 1665 vendue avec le chemin que le carrier vendeur disait avoir crée.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search