Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Première partie : les carrières de la couronne

Chapitre 2. Présentation du site

Texte intégral

1Strabon évoque entre 15/10 av. J.-C. et 24 ap. J.-C. l’existence de ces exploitations, lorsqu’il décrit la bordure méditerranéenne.

2« La direction de la côte vers l’ouest tend au contraire à devenir plus marquée ; mais un peu plus loin que Massalia, à 100 stades environ de la ville et à partir d’un grand promontoire qu’avoisinent des carrières de pierre, elle commence à décrire une courbe pour former avec l’Aphrodisium, extrémité du mont Pyréné, le golfe Galatique ou Massaliotique » (Strabon, Géographie IV, 6, trad. Lasserre, Coll. Univ. France, Paris 1966).

3La côte est composée de criques qui constituent d’excellents ports naturels, dans lesquels la profondeur de l’eau est généralement inférieure à 5 m, excepté dans l’anse de La Beaumaderie, dans laquelle le fond se trouve quasiment 10 m sous le plancher d’exploitation. En revanche, dans la carrière de Verdon 1, la profondeur n’excède pas 3 m. Les navires utilisés pour le transport lapidaire étaient ordinairement à fond plat, si bien que l’accès aux zones de chargement des matériaux (le plus souvent en bordure de carrière) ne présentait à priori aucun problème. La navigation aux abords des côtes n’est toutefois pas toujours facile. L’anse dans laquelle se situe le port de Carro est peu perturbée par les vents venant de l’ouest, mais est, en revanche, très exposée à la houle du large (vent d’est) qui pénètre avec une grande violence et rend difficile l’accès au port. Si les vents d’ouest facilitent le transport des matériaux jusqu’à Marseille, les vents venant de l’est et du sud peuvent en revanche rendre délicate la sortie des lieux d’embarquement. L’anse de Carro a d’ailleurs été transformée en bassin par une jetée de 90 m entre 1886 et 1888 justement pour faciliter l’accessibilité des navires (Batard-Razelière, Denizet 1922, p. 658).

4La présence de récifs à l’ouest, appelés « ragues de Carro et d’Arnette », a provoqué le naufrage de plusieurs navires comme, par exemple, le Vercingétorix, l’Erymone, le Sylvia ou l’Elemi (Camoin 1986, p. 69). Ils n’ont été balisés qu’après 1922, suite au naufrage du cargo anglais Kerkyla.

  • 6 Travaux inédits, menés dans le cadre du projet collectif de recherche sur la pierre de constructi (...)

5Les carrières littorales à fleur d’eau se trouvent aujourd’hui ennoyées sous une trentaine de centimètres. Ces exploitations n’ont vraisemblablement pas pu être exploitées dans un tel état de submersion. Plusieurs travaux de recherche portant sur les variations du niveau marin entre l’Antiquité et nos jours ont été menés en 1981 et 1982. Pirazzoli et Thommeret avaient alors évoqué la possibilité d’une légère submersion à Marseille depuis l’Antiquité (Guéry et al 1981, 18). Ce niveau d’eau varie dans l’espace, parce qu’il dépend des densités d’eau de mer et de la situation climatique locale, mais aussi dans le temps, parce qu’il est une conséquence de l’eustatisme, c’est-à-dire de la variation du niveau général des océans liée au climat et/ou à des mouvements tectoniques et phénomènes saisonniers. L’étude du bassin d’eau douce, mis au jour sur le site de la Bourse, a permis une avancée importante dans l’évaluation du niveau marin au IIe s. de notre ère. Il a permis de confirmer, grâce au système d’évacuation du trop plein du bassin, que l’eau était inévitablement trente centimètres en dessous de son niveau actuel. S’il avait été similaire à celui que nous connaissons aujourd’hui, l’eau du port aurait pénétré dans le trop-plein et aurait contaminé l’eau douce. Il était donc nécessaire qu’il soit dégagé, ce qui permet d’évaluer la variation positive du niveau de la mer à trente ou quarante centimètres environ. Sur les assises du quai du port romain de la Bourse, les traces de corrosion les plus marquées sont situées entre 25 et 40 cm sous le niveau NGF. La datation au carbone 14 faite sur la colonie de balanes qui s’y est développée fournit une date de fin de vie aux alentours de 100 ± 70 ans, de notre ère. Les recherches menées en 2002 par Cl. Vella et Chr. Morhange sur l’anse des Laurons viennent confirmer la remontée du niveau marin d’environ 50 cm entre l’Antiquité et nos jours6. Cette variation doit donc être prise en considération dans l’étude des carrières littorales parce qu’elle permet de considérer l’activité des carrières ennoyées comme très ancienne.

6Le caractère aride du territoire permet de mieux comprendre les raisons pour lesquelles l’exploitation du substrat est à La Couronne une des rares activités qui soit rentable. Dans une lettre de 1783, rédigée à l’intention du Révérend père de l’abbaye de Montmajour, l’auteur décrit l’environnement des carrières : « les particuliers qui possedem de pareils terrains sestimem fort heureux quon y trouve à ouvrir et exploiter des carrières par deux raisons. La première parce qu’après l’épuisement de la carrière ce qui forme à la fin un grand circuit, le sol leur reste et leur donne des carrés des bonne terre ou ils platem des vignes, des oliviers et semence tels som aujourd’hui la plupart des biens du quartier de La Couronne portant fruits et la seconde parce que pendam la durée de l’exploitation, qui traîne des années, le propriétaire retire par cens queirons, vingt sols sil fourni le chemin pour le charroi et quinze sols sil ne le fournit pas, ce qui luy donne un revenu certain d’un sol nul. » (document n° 48).

7Les sols ne se prêtent donc initialement pas au développement d’une agriculture intensive mais l’exploitation du substrat permet la mise au jour de terres cultivables.

8La carte IGN, éditée en 2000, ne répertorie pas à l’heure actuelle de vergers, de vignes ou autres plantations sur les emplacements de carrières, mais on y repère des zones qualifiées de broussailles qui recouvrent le sol depuis le quartier des Arqueirons (au nord), le long de la départementale 49, et en remontant vers le nord jusqu’à la pointe de Bonnieu, avec pour limite nord-ouest le lieu dit des « Soubrats ». Depuis Bonnieu, la zone de broussailles redescend vers le sud jusqu’au quartier d’Arnette.

9Le territoire est constitué aujourd’hui de « bois et forêts », essentiellement de pins, qui recouvrent le nord de l’anse de Couronne-Vieille et forment une ligne presque droite jusqu’au nord de l’anse du Verdon. De là, elle remonte vers le quartier du sémaphore jusqu’à celui des plaines, puis en direction de l’est, à quelques centaines de mètres au nord de l’anse de La Beaumaderie. On en trouvait également au quartier des Auffans et au nord de Baou Tailla, aujourd’hui disparus sous les constructions. On en voit également au sud-ouest des Arqueirons et dans le secteur de Sainte-Croix.

10Nous trouvons donc à La Couronne des carrières partiellement ennoyées, d’autres recouvertes par la végétation et quelques exploitations dans la pinède.

  • 7 Le site préhistorique de Collet-Redon étant à proximité de La Couronne mais tout de même à 900 m (...)

11La première occupation a été découverte sur le site de l’Arquet7. Il s’agit d’un habitat composé de fonds de cabanes creusées parfois à même le substrat. Les sondages effectués livrent une stratigraphie complexe due aux nombreux remaniements que le site a subis. Après une première occupation à l’époque archaïque (VIIe-VIe s. av. J.-C.), le site est réoccupé aux V e-IV e s. av. J.-C., puis abandonné vers la fin du IV e s. av. J.-C. peut-être à la suite d’une intervention militaire des Marseillais (Chausserie-Laprée 2005, p. 97). Les premières exploitations du substrat sont des extractions de seuils monolithes au IV e s. av. J.-C. (Chausserie-Laprée 2005, p. 159). On note par ailleurs que des maisons du site de l’Arquet sont recoupées par un front de taille, impliquant une exploitation du site après son abandon.

  • 8 Les résultats de ce sondage seront plus amplement détaillés dans la présentation de la carrière d (...)
  • 9 Ces grands chantiers seront détaillés dans le dossier mise en œuvre du calcaire de la Couronne.

12L’importance de l’utilisation du calcaire de la Couronne à Marseille à l’époque hellénistique implique une présence grecque dès le IIe s. av. J.-C. Les premières traces d’occupation ont été découvertes sur le site de Baou Tailla lors d’un sondage réalisé en novembre 2002 (Chausserie-Laprée 2002, p. 121) sur le plateau qui surmonte la carrière. Il confirme la présence d’une population grecque à l’époque hellénistique, puisque 98 % des fragments de vaisselle mis au jour sont des céramiques claires de Marseille et productions d’importation plus lointaine (italique, grecque, punique…).8 Il est encore difficile de relier avec certitude cette occupation à l’exploitation de la pierre, toutefois, la contemporanéité de l’installation avec les grands chantiers de Marseille pourraient mettre l’ouverture de la carrière en relation avec l’implantation d’une ou plusieurs équipes de carriers9.

13Une deuxième occupation est supposée à une époque plus tardive, à l’arrière de l’anse de Couronne-Vieille. Les fondations et les mosaïques d’une villa gallo-romaine ont été découvertes en 1922 à l’arrière de la plage. Les sondages effectués à l’époque ont permis de la dater du Ier s. de notre ère (Vigoureux 1973, fiche n° 32). Des vestiges de murs et de dallages auraient été retrouvés ainsi que, plus récemment, des égouts (Gateau et al 1996, p. 261). La mosaïque blanche à décor de losanges et dessins géométriques retrouvée parmi les vestiges est décrite comme étant très riche (Jouvin 1929, p. 120). Cette villa n’a malheureusement pas fait l’objet d’une étude très poussée, elle est donc difficile à relier avec certitude à l’exploitation des carrières à l’époque romaine.

14Nous n’avons aucune information sur l’histoire de La Couronne à l’époque paléochrétienne. Néanmoins, les vestiges mis au jour à Marseille et le petit nombre d’édifices bâtis à cette époque semblent indiquer que l’exploitation est moins importante (remplois nombreux) ou du moins limitée à l’extraction de sarcophages.

  • 10 Il n’y avait pas de château à La Couronne, mais le village était enserré dans une muraille dont l (...)

15Le Moyen Âge n’est pas mieux connu. On sait que le village est rattaché au quartier de Jonquières et tenu en paréage par l’abbaye de Montmajour-les-Arles depuis le début du Xe s. On y compte peu d’habitants jusqu’au XVIIe s. En 1308, un registre d’imposition mentionne au Castro de Corona10 la présence d’une trentaine de maisons et d’un four à pain. En 1323, le comte de Provence, redoutant que ses ennemis dont les douze galères voguent sur la Méditerranée débarquent sur les côtes, ordonne une visite des lieux fortifiés. Il décrit La Couronne « comme solitaire, pauvre, indéfendable. Les murailles, vulnérables, ne méritent pas d’être fortifiées ».

16Il n’y a, à l’époque, que quinze maisons à La Couronne. Vers 1418, le village s’est visiblement dépeuplé, on n’y compterait quasiment plus de contribuables (Camoin 1986, p. 3).

17En 1545, plusieurs témoignages recueillis dans le cadre d’un interrogatoire sur les farots confirment l’abandon du village (document n° 2). Les témoins, porteurs d’une mémoire collective, se succèdent. Le premier, âgé de 91 ans précise que : « a ouy dire a son pere qui luy disoit que avoit ouy dire a ses predecesseurs (qu’il) y a une petite eglise que s’apelle Nostre Dame de La Couronne la ou appert avoir ruyne de maisons que monstre aultreffois y a eu habitans… » (f°48v°).

18Le deuxième, âgé de 65 ans, ajoute que : « avoit ouy dire que apres que le chasteau de La Couronne fust gasté a cause des guerres les habitans que y estoient en vindrent a foyre et qui dessi qui della et qu’elz emigs en vindrent habiter a Jonquieres » (f°52).

19Enfin, un troisième témoin, âgé de 60 ans, témoigne que : « a ouy dire que la ou est aujourdhuy edifié une eglise de Nostre Dame appellée Nostre Dame de La Couronne soulloit estre un chasteau appellé de La Couronne soulloit estre habité ; la vérité estoit telle que les habitans de La Couronne estoient venus habiter a Jonquieres à cause de la guerre des Cathellans… » (f°60).

  • 11 ADBdR Verdillon 138 f°12. et ADBdR Malauzat 73 f°43v°.

20Ces témoignages attestent donc l’abandon du village de La Couronne en raison des nombreux troubles qui affectent la côte entre le premier quart du XIV e et le début du XV e siècle. On ne peut cependant préciser le moment auquel cette désertion intervient puisque ces témoignages procèdent d’une transmission orale. Il est vraisemblable que la population diminue considérablement entre 1323 et 1418, mais que l’abandon du village intervient plus tardivement. Un litige de pêche évoque en 1477 que dans le village de La Couronne, « les ennemis y venaient faire des courses » (Camoin 1986, p. 6), ce qui indique qu’il y avait encore des habitants et donc que la désertion du village se fait entre 1477 et 1545. Les carrières restent cependant exploitées de manière intensive, comme l’attestent la documentation d’archives, les chantiers de constructions et les statuts municipaux de Marseille. L’Histoire du Commerce de Marseille (Baratier, Reynaud sd [1952]) attribue également la provenance de la plupart des pierres de taille et moellons mis en œuvre dans les édifices marseillais entre 1291 et 1480 aux carrières de La Couronne. Elle précise qu’un embarcadère spécial avait été aménagé pour que les « barques » chargent les blocs et les transportent jusqu’à Marseille, où le déchargement se faisait soit à la Calade soit place des Augustins11. Enfin, la rédaction d’une réglementation spéciale pour les pierres extraites à La Couronne et vendues à Marseille en 1350 ne peut que corroborer cette importante activité. Les actes de fourniture de matériaux mentionnent fréquemment le recrutement et l’envoi sur place de carriers marseillais pour extraire les blocs, ce qui, confronté au dépeuplement du village, permet de douter d’une exploitation des carrières par une main d’œuvre locale.

  • 12 ADBdR Les ports. VI S dossier 57/1.

21L’installation permanente de la population est directement liée à l’activité des carrières et ne paraît pas se faire avant le XVIIe s. C’est au moment des grands chantiers ordonnés sous Louis XIV qu’une population composée majoritairement de carriers paraît s’implanter de manière définitive. La plupart des habitants actuels sont par ailleurs les descendants des « immigrants » venus travailler dans les carrières à l’époque moderne. Cette implantation définitive est donc intimement liée à l’exploitation de la pierre, qui a fourni du travail à la majeure partie des habitants jusqu’à la fin du XIXe s. Vers 1890, il n’y a plus qu’une seule carrière active à La Couronne, mais les habitants souhaitent en rouvrir une partie et reprendre le commerce des pierres. La demande d’installation d’une jetée évoque clairement cette volonté puisque ces travaux permettraient d’une part aux pêcheurs de travailler en sécurité, mais aussi d’exploiter à nouveau les carrières « aujourd’hui abandonnées »12.

Fig. 2. Substrat, végétation et emplacement des carrières de La Couronne (C.P).

Fig. 2. Substrat, végétation et emplacement des carrières de La Couronne (C.P).

Fig. 3. Pendage du Burdigalien dans l’anse du Verdon (C.P).

Fig. 3. Pendage du Burdigalien dans l’anse du Verdon (C.P).

22L’histoire du village ne peut donc être dissociée de l’étude des carrières, puisqu’il n’a quasiment vécu que par et pour l’exploitation de la pierre. Le nombre de carriers était tellement important à la fin du XVIIIe s qu’il n’y avait plus suffisamment de travail pour tous, ce qui les a poussés à se déplacer vers d’autres sites. Dans la lettre de 1783, évoquée précédemment, Roustan précise que « tous (les carriers) de Fontvieille som de La Couronne et ceux qui n’en som pas, sil y en a, som leurs élèves. »

23Cela montre à quel point ces carrières, et la population qui s’y rattache, font l’histoire du lieu.

24La nature du matériau extrait de ces carrières explique aussi l’engouement des carriers pour venir travailler à La Couronne. Il s’agit d’un matériau demi-ferme qui affleure en banc massif et qui présente des facilités d’extraction. Ce calcaire appartient à une formation Miocène du Burdigalien et repose en discordance sur le Crétacé.

25La pierre affleure dans un secteur bien défini, au sud et à l’ouest de la presqu’île de la Nerthe (Guéry et al 1981, p. 55). Les sites côtiers sont parfaitement délimités puisqu’on trouve à l’ouest, un faciès plutôt blanc qui couvre la plaine de Ponteau. Au sud, la roche est de couleur beige à rose, parfois jaune, et affleure tout autour du hameau de La Couronne. On trouve également d’autres zones d’exploitations comme à Lavéra, à Saint Pierre, au fort de Bouc et sur la pointe Saint-Gervais à Fos sur Mer. Ces sites ont été écartés de cette étude puisque elle se limite à la zone comprise entre Arnette à l’ouest, les Auffans au nord, et l’anse de Sainte-Croix à l’est. Ce choix a été conditionné par l’appellation commerciale du matériau. On distingue la pierre de La Couronne de celle de Ponteau et de la « Pierre de La Baume » que l’on extrait entre la pointe de Bonnieu et le chenal de Caronte.

26La formation du Burdigalien se divise en trois étages : le Burdigalien supérieur, le Burdigalien moyen et le Burdigalien inférieur. Toute sa stratigraphie est visible depuis l’anse de La Beaumaderie jusqu’à Carro. Elle met en évidence deux bancs exploitables, le Burdigalien supérieur et le Burdigalien inférieur, entre lesquels s’intercale une marne gréseuse tendre et jaune, le Burdigalien moyen, qui, bien que réputé inexploitable, semble avoir subi quelques extractions (fig. 2).

27La carrière de Verdon 1 montre une belle coupe des trois étages et la totalité de l’anse offre un bel aperçu du pendage nord-sud de la formation. L’ensemble de l’affleurement en est affecté de telle sorte que chaque banc arrive successivement au niveau de la mer, du plus ancien au plus récent, selon un axe est-ouest et nord-sud (fig. 3).

28L’étage supérieur présente souvent une décoloration et une fissuration importante alors que la pierre de l’étage inférieur apparaît plus compacte en dépit de la présence de grandes huîtres.

  • 13 Cette présentation est fondée sur le travail effectué par Pierre Gaudon, ingénieur à l’école des (...)

29Le Burdigalien inférieur appelé aussi calcaire du plan de Sausset, offre une puissance de banc de cinq mètres. Il s’agit d’une formation complexe localement gréseuse et parfois conglomératique qui affleure au niveau de la mer, sur la côte ouest de l’anse de La Beaumaderie, au pied de l’oppidum de l’Arquet, et sur la côte est de l’anse de Sainte-Croix13.

30Le Burdigalien supérieur a une puissance de banc de 10 à 12 m. Cette formation est bioclastique, elle contient de nombreux fossiles liés par un ciment de teinte rosée la plupart du temps. Cet étage affleure sur trois zones, de Port de Bouc à Ponteau, puis depuis l’anse de Bonnieu jusqu’à Carro, couvrant la plaine de Bonnieu, les Arqueirons et La Couronne et enfin de Tamaris à Sainte-Croix. Cet étage peut livrer différents faciès de matériaux dont les principaux ont été identifiés par P. Gaudon (École des mines d’Alès). Le premier est plutôt jaune d’aspect fin et homogène, tendre, peu poreux et poudreux à la cassure. Il contient des bioclastes de plusieurs centimètres parfaitement enrobés dans la matrice par un ciment micritique ocre jaune. Il est généralement situé à la base du Burdigalien moyen, on le trouve donc à l’Arquet, à la base de la carrière de Couronne-Vieille, ou à la base de la carrière des Pignons d’olive. Le deuxième faciès est de couleur rose pâle, compact, dur et à grain fin, localement scintillant (sparite). Sa porosité fine provient de la dissolution précoce des coquilles. La pâte est de couleur beige rosée, mais la teinte est rehaussée par des bioclastes micritiques rose-rouge ou jaune verdâtre, dispersés dans la roche. Il est superposé au faciès précédent dans la carrière de Couronne-Vieille, dans la carrière des Pignons d’olive, puis sur la côte est de l’anse du Verdon, et enfin dans la carrière du Sémaphore. Le troisième faciès affleure au Cap Couronne et à la pointe de Carro. Il s’agit d’un calcaire de couleur rose franc, dur, scintillant, grossier à localement très grossier (pectens), dont la porosité provient pour l’essentiel de dissolution précoce des coquilles. Les bioclastes sont sparitiques. La coloration est relevée par des tâches rouges plus intenses qui correspondent souvent à la partie interne du moule externe d’une coquille dissoute.

Fig. 4. Calcaire rose de La Couronne (C.P).

31Cette étude lui a permis de mettre en évidence la possibilité que les trois faciès se superposent du jaune à la base au rose pâle au centre et le rose franc sur le dessus. Il est toutefois difficile d’en être certain puisque le Burdigalien est transgressif, ce qui implique la possibilité d’avoir des changements de faciès très rapides. Ces derniers ne présentent aucune différence dans leur composition et le niveau dans lequel le matériau est extrait ne paraît pas être en relation directe avec sa qualité. Ainsi, le Burdigalien inférieur prélevé au pied de l’Arquet est en apparence similaire au Burdigalien supérieur de la pointe de Carro, de Baou Tailla, ou des Arqueirons. On trouve donc dans les affleurements du Burdigalien de La Couronne, un matériau calcaire de couleur beige à rose, grossier, à cassure miroitante (éclats scintillants), riche en bioclastes (oursins, bivalves, foraminifères), et contenant parfois des coquilles Saint-Jacques ou d’huîtres entières. La porosité du matériau est variable et dépend de la cimentation et du remplissage des cavités (porosité inter et intra granulaire).

32Le calcaire de La Couronne est le plus souvent de couleur rose, mais il peut être aussi jaune orangé ou gris. Sa coloration dépend de la quantité d’oxydes métalliques qu’il contient. Il s’agit d’un calcaire détritique (fig. 4) qui comporte plusieurs faciès, dont chacun possède des qualités propres qui justifient son emploi dans certains niveaux architecturaux.

33D’une manière générale, l’épaisseur de banc, l’étendue du bassin d’affleurement, la faible hauteur de découverte et la facilité d’embarquement et de transport constituent des avantages qui justifient le grand nombre de carrières ouvertes et leur longue période d’exploitation.

Notes

6 Travaux inédits, menés dans le cadre du projet collectif de recherche sur la pierre de construction à Marseille de L’Antiquité au XIXe s. sous la direction d’Henri Tréziny.

7 Le site préhistorique de Collet-Redon étant à proximité de La Couronne mais tout de même à 900 m du littoral n’est pas considéré comme lié au village de la Couronne dans la présente étude.

8 Les résultats de ce sondage seront plus amplement détaillés dans la présentation de la carrière de Baou Tailla.

9 Ces grands chantiers seront détaillés dans le dossier mise en œuvre du calcaire de la Couronne.

10 Il n’y avait pas de château à La Couronne, mais le village était enserré dans une muraille dont la fonction n’était vraisemblablement pas défensive. ADBdR 2 H 430 et 442.

11 ADBdR Verdillon 138 f°12. et ADBdR Malauzat 73 f°43v°.

12 ADBdR Les ports. VI S dossier 57/1.

13 Cette présentation est fondée sur le travail effectué par Pierre Gaudon, ingénieur à l’école des mines d’Alès, dans le cadre du Projet Collectif de Recherche sur la pierre de construction à Marseille (sous la direction de H. Tréziny). Il a fait de nombreux prélèvements dans les carrières de La Couronne et a permis d’obtenir une meilleure connaissance de cette formation.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Substrat, végétation et emplacement des carrières de La Couronne (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 3. Pendage du Burdigalien dans l’anse du Verdon (C.P).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3253/img-4.png
Fichier image/png, 142k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search