Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Première partie : les carrières de la couronne

Chapitre 1 : Introduction

Texte intégral

1L’intérêt pour ces exploitations est né de la découverte, en 1967, de la fortification hellénistique de Marseille, au moment de la construction du centre commercial de la Bourse. Ensuite, de nombreux vestiges sont venus témoigner de l’usage intensif de ce matériau dans la construction marseillaise, mais aussi au-delà des simples limites de son territoire (Var notamment), depuis l’époque hellénistique jusqu’à la fin du XIXe s. L’importance quantitative de l’utilisation du calcaire de La Couronne supposait soit un nombre important de carrières soit des affleurements d’une étendue remarquable, afin de pouvoir approvisionner près de 2200 ans de chantiers de construction.

2Les villages de La Couronne et de Carro sont situés sur la bande côtière qui fait face à Marseille. La bordure littorale est constituée de criques dotées de forts courants et le plus souvent très exposées au vent d’est et/ou au vent d’ouest. Les terres qui se développent autour et à l’arrière des villages sont assez arides, il y pousse néanmoins de la vigne, des oliviers, figuiers et plusieurs variétés de blé. C’est dans ce contexte que se développent deux activités intensives : la pêche et l’exploitation de la pierre.

3Le site est constitué d’un substrat calcaire du Miocène (étage Burdigalien) qui affleure largement sur tout le territoire. C’est essentiellement dans les niveaux inférieurs et supérieurs de cette formation que les carriers puisent les matériaux nécessaires à la construction. Néanmoins, plusieurs carrières témoignent également d’une exploitation de la couche moyenne, de couleur jaune.

4Il s’agit d’un matériau demi-ferme, à grain fin, parfois grossier, facile à extraire et à mettre en œuvre, et pouvant contenir de nombreuses coquilles, parfois entières (huîtres notamment). On observe des variations d’une carrière à l’autre, parfois de teinte (rouge franc, beige rosé, jaune), de grain, plus ou moins grossier, ou d’éléments détritiques (fossiles), parfois presque inexistants, parfois nombreux et fragilisants pour le matériau. Les carrières de La Couronne sont donc multiples et offrent un éventail de qualités différentes, tant d’un point de vue technique et mécanique, qu’esthétique.

5Le recensement des carrières a été facilité par la mise en place d’une méthode de recherche précise, qui passe inévitablement par un dépouillement bibliographique préalable. La première étape a consisté en une reprise des travaux dirigés par G. Hallier, P. Trousset, R. Guéry, P. Pirazzoli ou L. Rivet sur le site de La Couronne. Ce premier travail a permis à la fois de dresser un bilan de leurs propres recherches, mais en sus d’en dégager des pistes d’investigations.

6La consultation de la documentation géologique a ensuite permis de collecter des informations sur la nature structurelle de la matière première et de mieux comprendre les raisons qui ont conditionné la pérennité d’utilisation de ce matériau.

7Les cartes géologiques ou cadastrales, la photographie aérienne sont tout autant de sources qu’il a été nécessaire d’utiliser dans la recherche des zones d’affleurement susceptibles d’avoir été exploitées.

8Enfin, la documentation d’archives a permis de mettre en évidence des faits liés non seulement à la vie du village mais aussi à l’exploitation et au devenir du calcaire de La Couronne (emplacements des carrières, édifices mettant en œuvre le matériau, aire de diffusion, etc.).

9La confrontation des données débouche sur une cartographie des carrières. Chacune des carrières a ensuite fait l’objet d’observations, portant sur les traces de l’exploitation (saignées, modules extraits, stratégie) et sur l’état de conservation. Les traces archéologiques liées au transport ont également été recensées et cartographiées, puisqu’elles permettent de déterminer la rentabilité d’ouverture d’un site. Une carrière littorale présente un intérêt accru par les facilités de transport qu’elle offre par rapport à un site situé à 600 m du bord de mer, qui va imposer la mise en place des moyens plus importants (voies de circulation terrestre et charrettes). Les vestiges connexes sont également considérés, parce qu’ils peuvent apporter des indications non négligeables. C’est le cas des abris de chantiers, des marques lapidaires ou des gravures, qui, sans constituer des marqueurs de datation pertinents, peuvent faire référence à des éléments déjà observés dans d’autres exploitations.

10La mise en relation de chacun des vestiges trouvés dans une même carrière permet de proposer des hypothèses de datation, non fondées sur des marqueurs chronologiques pertinents, mais sur une combinaison d’indices pouvant, parfois, prendre une même orientation. Ces propositions, bien qu’étayées de la manière la plus objective possible, méritent un complément d’étude qui utilisent des méthodes d’investigations plus poussées.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search