Version classiqueVersion mobile

Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine

 | 
Cécilia Pédini

Introduction

Texte intégral

1L’étude des carrières préoccupe depuis une trentaine d’années les chercheurs qui travaillent sur l’architecture, le mobilier ornemental (funéraire ou liturgique) et la sculpture. L’intérêt suscité par la recherche de la provenance et de l’histoire des matériaux de construction et d’ornementation ne cesse de croître depuis les années 1980.

2La création en 1988 de l’association internationale pour l’étude des marbres et autres pierres dans l’Antiquité (A.S.M.O.S.I.A.) illustre parfaitement l’apparition de cette problématique dans les études scientifiques liées au patrimoine archéologique, historique et artistique. Les différentes rencontres organisées depuis par cette association, dont la dernière a eu lieu en 2011, témoignent de la volonté de faire évoluer cette recherche vers une pluridisciplinarité, par la mise en relation de chacun des acteurs qui participent à l’étude des matériaux, qu’ils soient géologues, restaurateurs, archéologues, historiens ou historiens de l’art. Ce partage des connaissances et des compétences rend aujourd’hui l’approche des matériaux plus concrète et la perception de leur appartenance à un circuit économique et commercial plus pertinente. Dans ce partage des connaissances, on aborde des thématiques très diverses mais toutes interdépendantes. On peut citer par exemple l’étude J-Y Marc (Marc 1995, 33) sur la propriété des carrières de Thasos ou celle de E.M Korres (Korres 1995, 1) sur les carrières du Pentélique, ou encore l’analyse de Philippe Jockey (Jockey 1995, 87), à partir des sculptures inachevées, des étapes du travail de taille dans les ateliers de Délos, qui finalement constituent, chacune, un élément clé de la vie d’un matériau depuis son extraction jusqu’à sa finalité. Les différentes analyses de matériaux proposées par les géologues permettent de poser la question de l’identification scientifique des roches et facilitent la détermination de la raison même de l’utilisation d’un matériau, par la définition de sa nature et de ses qualités. Ces travaux traitent de sites- et donc de matériaux- distincts, mais les problématiques inhérentes à chacun et surtout la méthodologie utilisée et les réponses qui sont apportées contribuent plus largement à la mise en place d’une méthode de travail et de recherche, interdisciplinaire, et fournissent, en un même temps, des éléments de comparaison des plus précieux.

3En France, la recherche sur les carrières s’est développée à peu près au même moment avec notamment les recherches de R. Bedon sur les carrières de Gaule romaine (1984), ou encore les études de J.-C. Bessac, et particulièrement celles des exploitations du Bois de Lens (Gard) qui ont permis la mise en place d’une méthodologie de terrain incontournable (1986).

4Les échanges qui ont eu lieu au moment du colloque d’Alès en 1997 ont révélé tout l’intérêt qu’il y a d’approcher les carrières d’une manière pluridisciplinaire en faisant collaborer géologues, professionnels de la pierre, archéologues et historiens.

5Depuis 1990, l’organisation des colloques « carrières et constructions » par le comité des travaux historiques et scientifiques a tout autant contribué à la mise en place de thèmes de recherche interdépendants permettant de mieux appréhender l’exploitation de la pierre et le système économique dans lequel elle s’intègre. Cette pluridisciplinarité a déjà prouvé toute son efficacité à Paris, dans le sud-ouest de la France, à Lyon, en Bourgogne, ou encore en Belgique et aux Pays-Bas. Ces rencontres permettent un partage des données sur les matériaux qui concernent autant les aspects historiques et archéologiques (histoire, diffusion et mise en œuvre d’un matériau) que les aspects techniques (modes d’exploitation et de production), économiques (exportation), sociologiques (carriers, tailleurs de pierre, maçons..) ou encore géologiques – eux mêmes liés à la physique (nature, structure, qualités, capacités, vieillissement, maladies).

6Tous ces travaux mettent en évidence la nécessité de combiner les approches pour mieux cerner à la fois les raisons même de l’ouverture d’une carrière, mais aussi son évolution, son impact dans l’espace et dans le temps et son fonctionnement.

7Une carrière est la zone d’exploitation d’une matière première appartenant à un faciès géologique et possédant des qualités techniques et mécaniques qui intéressent les bâtisseurs. Ces derniers utilisent des matériaux extraits par des hommes, dans certains types de construction ou de production. Ces matériaux font donc l’objet d’un commerce avec tout ce que cela comprend : un transport, un coût, une organisation et différents intervenants. C’est selon ces axes de recherche que les carrières de La Couronne ont été abordées dans le but de réaliser une étude à la fois complète, concrète et surtout utile.

Fig. 1. Localisation du village de La Couronne (Fond de carte : CCJ).

8La pluridisciplinarité inspirée par cette définition et par les travaux cités précédemment a été appliquée sur cette seule appellation commerciale, un seul groupement de carrières de même faciès géologique et dont l’exploitation est pluriséculaire. Cette étude aborde donc toutes les disciplines nécessaires à la bonne compréhension de l’histoire d’un matériau. L’objectif est à terme de mieux cerner l’exploitation du calcaire de La Couronne selon tous les critères qui définissent une carrière - géologie, exploitation, conditions et moyens de transport, utilisation et capacité du matériau, destination- et bien entendu le circuit commercial dans lequel il s’intègre ainsi que les aspects les plus sociologiques, c’est à dire les carriers et autres acteurs de cette industrie.

Histoire de la recherche

9Les carrières de La Couronne sont réparties dans les territoires des villages de La Couronne et Carro, sur la commune de Martigues (Bouches-du-Rhône) (fig. 1).

10Le matériau extrait est un calcaire du Miocène, étage Burdigalien. Il affleure en bancs massifs sur tout le littoral depuis le fort de Bouc jusqu’à La Beaumaderie, mais aussi dans l’anse de Sainte-Croix, à Carry-le-Rouet et plus au nord dans les terres comme à Saint-Julien-les-Martigues. Néanmoins, l’appellation calcaire de La Couronne est utilisée pour désigner les matériaux extraits essentiellement des carrières des deux villages côtiers de La Couronne et de Carro.

  • 1 Guéry 1981, p. 55-71  ; Guéry et al 1981, p 8, Guéry et al 1985, p. 25 Rivet 1979, p. 43.

11Si l’existence de ces exploitations est connue depuis longtemps, elles n’ont cependant jamais fait l’objet d’une étude exhaustive. Des repérages ont été faits dans les années 1979-1982, par L. Rivet, G. Hallier, P. Trousset et R. Guéry notamment 1.

12Il s’agissait alors essentiellement d’un recensement des sites exploités en bordure du littoral. La recherche des carrières antiques constituait l’origine de ces travaux. Ces repérages faisaient suite à la découverte des vestiges hellénistiques et augustéens du centre Bourse à Marseille, et particulièrement de la fortification du IIe s. av. J. -C. construite en calcaire rose de La Couronne.

  • 2 Cecilia Pedini  : Les carrières antiques, médiévales et modernes de La Couronne, Thèse dirigée pa (...)

13Ces carrières ont été revues dans le cadre d’une thèse de doctorat, soutenue en 2008 2.

  • 3 Ce projet, dirigé par Henri Tréziny, a regroupé de nombreux chercheurs, archéologues, historiens (...)
  • 4 Sondages réalisés par le Service archéologique de la Ville de Martiges, sous la direction de J. C (...)

14Ce travail s’intégrait également dans le Projet Collectif de Recherche sur la pierre de construction utilisée à Marseille entre l’Antiquité et le XIXe s. 3 Cette collaboration m’a permis de participer à trois sondages, deux réalisés dans la carrière de Baou Tailla et le troisième dans la carrière de Sainte-Croix 4. Le premier a permis de mettre au jour un sol de carrière non altéré, et le second des vestiges d’occupation hellénistique sur le plateau qui surmonte l’exploitation. Le nettoyage de la carrière de Sainte-Croix a permis de dégager le sable qui recouvrait le sol de l’exploitation.

15Ces différents travaux constituaient une première base documentaire sur les carrières de La Couronne.

16Il semblait donc nécessaire d’affiner ces données d’abord en réalisant un relevé partiel des sols de carrière encore accessibles, puis en effectuant un recensement de tous les vestiges liés à l’exploitation (bittes d’amarrage, voies à ornières) et enfin un repérage des traces d’occupation humaine en rapport avec l’activité des carrières (bories, maisons, graffiti, etc.). Le secteur concerné par ce travail se trouve compris entre la carrière de Sainte-Croix à l’est et celle d’Arnette à l’ouest. La limite méridionale est marquée par la mer alors que la limite nord-ouest est matérialisée par l’exploitation des Auffans et au nord-est par celle des Pignons d’olive (à l’est du nouveau cimetière). Cette zone de prospection présente parfois des dégradations qui renforçaient la nécessité de relever au plus vite les vestiges directement identifiables.

17Ce travail a été conduit différemment selon que l’on se trouve sur le littoral ou en plaine. La priorité a été donnée aux travaux portant sur les carrières de la bordure maritime en raison des importantes contraintes environnementales auxquelles ces sites sont perpétuellement soumis et qui nuisent considérablement à leur bonne conservation (ruissellements, montée de la mer, vent, embruns, activité anthropique). Lors de visites préalables sur le site, huit carrières ont été recensées sur le littoral, parmi lesquelles cinq sont à fleur d’eau, et le plus souvent ennoyées, et trois surélevées de plusieurs mètres. Les sols sont actuellement dans un état d’érosion très avancé qui laisse présager une destruction naturelle des derniers témoins de leur exploitation.

Utilisation des pierres de la Couronne

18Le calcaire extrait de ces carrières est d’un grand intérêt pour l’étude archéologique et historique du bâti marseillais. Ce matériau est utilisé, presque exclusivement, ou du moins très majoritairement, pour la construction monumentale publique depuis l’Antiquité grecque, comme c’est le cas du rempart hellénistique ou des caves de Saint-Sauveur, mais aussi à l’époque romaine (thermes, gradins du théâtre, quais du port, etc.). Il est toujours utilisé de manière appréciable, bien que la plupart du temps en remploi, pendant l’Antiquité tardive. Ainsi le trouve-t-on dans les premiers édifices chrétiens de Marseille : Vieille-Major, Saint-Victor et Malaval. Il est également très employé pour la production de sarcophages au V e s., comme l’a mis en évidence la découverte du site de Malaval en 2005. On connaît actuellement, pour ce seul siècle, plus de 160 sarcophages en calcaire rose de La Couronne à Marseille et ses alentours (Roquevaire, La Ciotat, Saint-Jean de Garguier…). Il semble disparaître des constructions marseillaises, ou du moins est-il moins perceptible aujourd’hui, entre le VIIe et le XIe s. Il est à nouveau employé à partir du XIIe s essentiellement dans la construction religieuse (Vieille-Major et Saint-Laurent) et militaire (Tour du Lauret, Tour du roi René, Château d’If). Cet usage se poursuit à l’époque moderne (forts, Hôtel de Ville, Vieille-Charité, etc.), mais s’étend également au domaine privé (Hôtel de Cabre, Maison Diamantée). Il se diffuse dès le début du XVIe s. hors des frontières marseillaises, comme en 1508 au moment de la construction de l’église de La Cadière d’Azur (Var). Il est très fréquemment employé dans la région toulonnaise dès le XVIe s, mais surtout au XVIIe s. (Tour royale, porte et bâtiment de la corderie de l’arsenal de Toulon, et fort de l’Eguillette ou église Notre Dame de Bon Voyage à La Seyne sur Mer). Son emploi décline ensuite lentement au XIXe s., où son usage est limité à certains niveaux de la construction des édifices marseillais (fondations, caves, marches), principalement en raison de la concurrence d’autres pierres régionales (Fontvieille, Saint-Rémy-de-Provence, Beaucaire, etc.). Il reste néanmoins le matériau le plus employé à Marseille entre l’époque hellénistique et le XIXe s.

Topographie des carrières

19Cette activité se répartit sur dix-sept carrières actuellement repérées sur le terrain. Huit sont ouvertes directement sur le littoral. Les carrières de Verdon 1, Couronne-Vieille et la Beaumaderie sont ennoyées sous une quarantaine de centimètres d’eau, ce qui permet de proposer une certaine ancienneté de la dernière activité de ces sites, l’exploitation de ces carrières à l’état ennoyé n’étant actuellement pas envisageable. Cette question de l’augmentation positive du niveau marin est donc d’un intérêt certain dans l’attribution d’une datation, sans constituer pour autant un argument suffisant pour en attester l’antiquité. Elle marque simplement un abandon pluriséculaire qui reste évidemment à évaluer pour une datation antique de ces carrières. L’emplacement à fleur d’eau met également en évidence les importantes contraintes que leur mise en exploitation implique et que l’on peut percevoir aujourd’hui. Elles sont ouvertes à la fois au mistral et aux vents d’ouest et du large, ce qui signifie que la mer, très agitée entre octobre et mars, vient fouetter largement les côtes. Ce phénomène est particulièrement visible dans la carrière de La Beaumaderie, recouverte par des rochers de la pointe de l’Arquet, qui s’est effondrée suite au creusement de la falaise par une combinaison érosive eau-vent. Le même phénomène est perceptible dans la carrière de Verdon 1. Mais l’effondrement de la falaise a été dans ce cas provoqué artificiellement puisque on y observe des traces de tubes de poudre noire. En outre, ces dangers évoquent des conditions d’extraction assez difficiles et que l’on ne peut raisonnablement imaginer comme étant celles de l’époque d’activité. Les observations de terrain permettent donc d’apporter quelques éléments complémentaires sur la période d’exploitation de ces carrières, par des relevés et des recherches dans la documentation d’archives.

20D’une manière générale, tous les sites qui se trouvent en bordure du littoral sont très abîmés, mais potentiellement anciens. Lors de l’ouverture d’une carrière, on choisit en priorité un emplacement qui minimise les coûts de transport, et donc dans le cas des exploitations de La Couronne, on les ouvre d’abord sur le littoral, puisque la majorité des matériaux sont mis en œuvre à Marseille ou dans villes côtières (La Ciotat, La Seyne sur Mer, Toulon) et donc transportés par voie maritime. De ce fait, on peut supposer que les plus anciennes carrières se trouvent sur le littoral, ce qui n’exclut pas une phase d’exploitation plus tardive. C’est le cas notamment de la carrière de Couronne-Vieille, dans laquelle une partie est active à l’extrême fin du XIXe s (bail de location communal, document n° 59).

21Il est donc important de relever les traces d’exploitation et d’essayer de distinguer les différences de stratégie d’extraction au sein d’une même carrière et de voir si une ou plusieurs périodes d’activité peuvent être repérées.

22La prospection s’est donc limitée à l’étude des témoins conservés sur les sites de Sainte-Croix, La Beaumaderie, Couronne-Vieille, aux trois exploitations de l’anse du Verdon, Baou Tailla et la pointe de Carro.

23Les carrières dites de plaine sont, si l’on suit ce raisonnement, potentiellement plus récentes. Cette hypothèse paraît néanmoins quelque peu déterministe et pragmatique et devra faire l’objet d’une attention particulière pour la valider ou l’infirmer. Les grands chantiers du XVIIe siècle ont nécessité un approvisionnement en calcaire de La Couronne extrêmement important, qui est perceptible dans les nombreux actes de commande de matériaux conservés aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône. Les carrières y sont nommément citées dans la plupart des documents, c’est le cas notamment des exploitations des Arqueirons, Arnette, Notre-Dame et de la Fontaine Saint-Jean, exploitées de manière intensive dans les années 1660-1680 et jusqu’en 1720. Il est donc essentiel de mettre en relation cette documentation avec les données collectées sur le terrain et de comparer le dernier état d’activité de ces carrières avec celui des sites du littoral. Cependant, la chronologie ne paraît pas être pour autant si simple et figée. F. Gateau, au cours d’une prospection, a signalé la présence de céramique romaine répartie sur une surface de 5000 m2 dans la carrière des Arqueirons (Gateau et al 1996, p. 258). Cette céramique pourrait être issue des déblais préalables à la construction des maisons situées à l’entrée sud de l’actuelle carrière plutôt que de constructions en contrebas du site. Cette carrière était très vraisemblablement d’une superficie bien plus étendue, puisque les premiers fronts constituent les clôtures des jardins de ces mêmes maisons. Cela signifie donc que l’on pourrait avoir une première exploitation dès l’époque romaine, ce qui paraît tout à fait envisageable en raison des contraintes engendrées par une exploitation hivernale. On pourrait tout à fait imaginer que ce site soit ouvert pour poursuivre l’approvisionnement des chantiers marseillais de l’Antiquité romaine entre octobre et mars. Bien évidemment, cette hypothèse ne trouve en réalité aucun fondement pertinent, mais il semblait néanmoins important d’en évoquer la possibilité. Des vérifications s’imposent par conséquent dans ce type de carrières. Les neuf exploitations situées dans les terres de La Couronne n’ont fait l’objet d’aucun nettoyage, les informations et indices recensés sont donc simplement cartographiés. Des études complémentaires en fonction des éléments observés peuvent par conséquent être envisagées ultérieurement.

24La prospection a consisté d’abord à reporter sur la carte les traces de carrières par rapport au village moderne, à les mettre ensuite en relation avec le littoral, dans le cas des sites de plaine, en recensant les voies à ornières et à mettre en évidence les points d’embarquement des matériaux (bittes d’amarrage en métal ou creusées dans la roche). Ces données sont ensuite confrontées à la documentation d’archives. Les sols de carrière, dont le découpage est conservé et accessible (hors de l’eau et sécurisé), ont été simplement relevés dans le but d’observer la stratégie de travail (organisation structurée ou extraction parasitaire) et les modules extraits. Les fronts ont simplement été positionnés afin d’avoir un aperçu de l’emprise de la carrière et de son organisation, éventuellement en parcelles (en présence de laisses de carrière).

  • 5 Voir notamment Bessac 1986 a, p. 151  ; Bessac 1986b, p. 159.

25Le processus d’exploitation des carrières à ciel ouvert et les outils que ce travail nécessite ne seront pas rappelés dans cette étude, d’autres chercheurs les ayant déjà largement publiés et détaillés 5.

26Les carrières de La Couronne sont bien entendu remises dans leur contexte environnemental (géographie, histoire, géologie), puisqu’il a prédisposé et conditionné toute l’activité du site. Les dix-huit carrières sont ensuite inventoriées en compulsant pour chacune toutes les données collectées (géologiques, archéologiques, sources documentaires, etc.).

27La datation des carrières à partir de simples prospections est extrêmement difficile et on ne peut proposer que des pistes de recherche. La question du transport est évidemment abordée, puisqu’elle ne peut en aucun cas être dissociée de l’exploitation, les conditions d’accès et d’acheminement conditionnant le choix de l’emplacement de la carrière. Les étapes préalables au transport sont rappelées (préparation, marquage et déplacement des blocs). Le transport terrestre est distingué du transport maritime, puisque, selon toute vraisemblance, leurs finalités sont très différentes. Dans les deux cas, la typologie et la localisation des traces sont évoquées et les véhicules font l’objet d’un essai de caractérisation. La documentation d’archives permet ensuite de compléter ces données par une approche plus professionnelle des modalités, des coûts et de l’organisation du transport.

Mise en œuvre de la pierre de la Couronne

28La destination des matériaux est ensuite traitée, d’abord par un rappel de la durée d’utilisation du calcaire de La Couronne (vestiges archéologiques et monuments). Cette question est ensuite abordée de manière plus précise, par le détail des différents usages faits de ce matériau au sein des édifices concernés. Dans quels niveaux architecturaux trouve-t-on la pierre de La Couronne ? Dans quels artefacts particuliers ? Quel en est l’usage le plus fréquent ? Ces observations nous permettent d’affiner la caractérisation de ce matériau.

29On détaillera les différences notables de faciès de calcaire de La Couronne qui ont pu être observées sur ces constructions. La confrontation de ces données débouche sur l’étude des qualités techniques et compétences mécaniques de la pierre de La Couronne, qui participent au choix des constructeurs pour ce matériau. Nous verrons donc dans quelle mesure il est résistant, et quel fut l’intérêt de le mettre en œuvre pendant près de 2200 ans.

30Au XIXe s, il est moins employé, ou du moins son usage est limité à certains niveaux architecturaux, en raison essentiellement de l’apparition de nouveaux matériaux à Marseille. On précisera les différentes pierres qui entrent en concurrence avec celle de La Couronne, particulièrement aux alentours de 1830.

31Nous étudierons enfin plus particulièrement l’aire de diffusion de la pierre de La Couronne et ses différentes modalités.

Les carriers

32La dernière partie, consacrée aux carriers de La Couronne, est abordée en deux temps. L’occupation occasionnelle du village depuis l’Antiquité et quasiment jusqu’à la première moitié du XVIIe s., est d’abord traitée avec, pour chacune des grandes étapes de l’exploitation des carrières, le contexte de l’activité, la nature des carriers ainsi que leur condition de travail et de vie. Nous traitons dans un second temps la sédentarisation d’une population de carriers qui s’opère dans la première moitié du XVIIe s. Le contexte d’implantation et d’exploitation est donc abordé, ainsi que la condition des carriers. Nous détaillerons ensuite les observations qui ont pu être faites notamment grâce à la documentation d’archives sur la réalité de leur vie entre le XVIIe et le XIXe s. Nous reviendrons enfin pour clore cette partie sur l’ouverture des carrières de Ponteau, situées à proximité immédiate de La Couronne, dont l’exploitation d’une pierre de même nature géologique a eu un impact extrêmement important sur l’activité des carrières, mais aussi sur la vie des carriers.

33L’ensemble de ce travail permet une meilleure compréhension et définition des carrières de La Couronne et facilite l’orientation des recherches futures pour améliorer à la fois nos connaissances de la construction marseillaise, mais aussi de l’histoire des « carrières de Marseille ».

Notes

1 Guéry 1981, p. 55-71  ; Guéry et al 1981, p 8, Guéry et al 1985, p. 25 Rivet 1979, p. 43.

2 Cecilia Pedini  : Les carrières antiques, médiévales et modernes de La Couronne, Thèse dirigée par H. Tréziny, Université de Provence, 2008.

3 Ce projet, dirigé par Henri Tréziny, a regroupé de nombreux chercheurs, archéologues, historiens ou géologues.

4 Sondages réalisés par le Service archéologique de la Ville de Martiges, sous la direction de J. Chausserie-Laprée.

5 Voir notamment Bessac 1986 a, p. 151  ; Bessac 1986b, p. 159.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/3243/img-2.png
Fichier image/png, 510k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search