2. Rhodé (c. 375 – 195 av. J.-C.)

Anna Maria Puig Griessenberger

Résumé

L’article est une présentation des conclusions finales de la thèse « Rhode. Caracterització del jaciment i dels seus tallers ceràmics », publiée en 2006. Son contenu fondamental sont les ateliers céramiques locaux, sur lesquels nous ne reviendronspas. Nous traiterons des résultats de l’analyse des ensembles archéologiques du gisement, qui se situe à la Ciutadella de Roses. Ceux-ci nous ont permis de situer la fondation de Rhodé à l’époque de l’apoikia massaliote du IVe s. av. J.-C. et de reconnaître la relation de dépendance avec Massalia au long de ce siècle. À partir de la fin du IVe s. av. J.-C., et du début du siècle suivant, Rhodé avance vers son autonomie et connaît une richesse économique qui se maintient tout au long du IIIe s. av. J.-C. C’est alors que les ateliers céramiques vont fonctionner pleinement, installés dans un quartier nouvellement construit, près du port. La fin de la ville se produit de manière soudaine en 195 av. J.-C., quand elle est prise par les troupes romaines de Caton. La raison principale : sa position pro-punique au cours de la fin de la Deuxième Guerre Punique.

This article is a presentation of the final conclusions from the PhD. thesis « Rhode. Characterization of the excavation site and its ceramic workshops », published in 2006. The thesis describes above all the local ceramic workshops which will not be explained here. What is treated here are the analytical results of all the archaeological sites situated at the Ciutadella in Roses (Catalonia). These sites have allowed us to situate the foundation of Rhode within the context of the Massalia apoikia in the IV century BC and to recognize its dependency from Massalia throughout this century. At the end of the IV century BC and at the beginning of next, Rhode develops towards its autonomy and experiences an economic wellbeing which lasts throughout the III century AC. It is at that moment that the ceramic workshops function fully, installed in newly constructed quarters along the harbour. The end of the city comes suddenly in 195 AC, when it is taken by Cato’s Roman troops. The main reason : its pro-Punic position in the context of the end of the Second Punic War.

01/06/2010

01/06/2013

1Les campagnes archéologiques qui ont été menées à bien depuis 1993 sur l’enceinte de la Ciutadella de Roses (Alt Empordà, Catalogne) ont permis d’approfondir l’évolution historique de la colonie grecque de Rhodé, depuis le moment de sa fondation au IV e s. av. J.-C., de la part de Massalia, jusqu’à ses derniers jours, pendant les premières années du IIe s. av. J.-C. Ces nouveaux travaux ont fait que Roses puisse avoir la place qu’elle mérite dans l’histoire de l’époque, surtout après un temps où la recherche archéologique et historiographique ne l’avait pas traitée correctement. Désormais il faut continuer sur la même ligne de recherche et procéder à l’exploration de nouveaux secteurs qui peuvent encore fournir des vestiges de la colonie.

2La phase la moins connue est celle des occupants précédents. Bien que l’emplacement ait été considéré comme favorable, pour l’instant les restes archéologiques n’ont apporté aucun témoignage sur une occupation du début de l’âge du Fer. Enriqueta Pons n’écarte pas cette possibilité et elle considère que sur la colline où se situe la Ciutadella de Roses ou sur celle qui se trouve plus à l’est, il pourrait avoir existé une population antérieure à la fondation grecque (Pons 2000, p. 138, p. 155). Les conditions géographiques de ces deux collines, entre des rivières, à proximité de la côte et d’un ancien bassin, sont comparables à celles d’autres localités de la zone, comme par exemple Sant Martí d’Empúries. Ici a été découvert un premier habitat indigène de cabanes, daté dans la période finale de l’âge du Bronze II/IIIa – antérieur à 850/800 av. J.-C. Le peuplement du premier âge du Fer correspondrait à une seconde phase d’occupation datée entre la deuxième moitié du VIIe s. av. J.-C. et les premières décennies du VIe s. av. J.-C. (Aquilué et al. 1999, p. 470-475).

3La fin de la période du Bronze et le début de l’âge du Fer sont documentés à Roses grâce à la population qui est ensevelie dans les nécropoles du Puig Alt (période entre le 850-750 av. J.-C.), ou à celle qui habite en grotte au Cau de les Guilles (culture mailhacienne) (fig. 48). Comme ces restes étaient situés dans une zone montagneuse proche, on a supposé l’existence de groupes relativement stables dans les vallées et les plaines les plus larges ou les plus proches à la côte (Pons 2000, p. 33, p. 173). Dans la colline de la Ciutadella, connue sous le nom de Santa Maria, on a trouvé seulement quelques objets isolés, datés, grosso modo, entre la fin du Néolithique/Chalcolithique et le premier âge du Fer. Sans doute, ces objets ne sont-ils pas suffisants pour prouver l’existence d’un établissement. En plus, il est probable que, même si un tel établissement a existé, ses restes auraient été détruits à cause de la longue occupation historique du lieu et des ravages provoqués per les phases postérieures.

Fig. 48. Carte générale Empurdan

Fig. 48. Carte générale Empurdan

4C’est cette population indigène qui va se trouver en contact avec les commerçants méditerranéens, phéniciens et étrusques, qui s’intéressaient aux marchés de la zone et aux voies traditionnelles de commerce du métal et des ressources minières. D’abord à travers des routes qui reliaient les deux côtés des Pyrénées, puis par les ports d’Agde et d’Empúries (Pons, Pautreau 1994, p. 638-368). La baie de Roses, grâce à sa situation privilégiée sur les routes de navigation, verra aussi entrer en scène de nouveaux agents commerciaux : les Grecs de Phocée, qui noueront les premiers contacts avant de s’installer à Empúries, autour du milieu du VIe s. av. J.-C. (Aquilué et al.1999, p. 474).

5Même si les qualités de Roses, comme port et comme refuge pour les navires, sont indiscutablement meilleures que celles d’Empúries, elle ne sera pas choisie comme lieu pour fonder le premier noyau commercial phocéen de la région. Ruiz de Arbulo l’exprime clairement de cette façon  : “Su ensenada, rodeada por el cabo Falcó que la protege del levante y situada de tal forma que permite atracar afrontado el N en caso de temporal de tramontana, es mucho más ventajosa que cualquier otro de los fondeaderos del golfo incluyendo la paleobahía emporitana, apenas resguardada de los temporales de tramontana y levante... [Rosas] se revela como el auténtico puerto del golfo frente a una Emporion que tuvo que suplir con construcciones una situación desventajosa” (Ruiz de Arbulo 1990, p. 101). Ce manque d’intérêt pour Roses doit s’expliquer par un facteur décisif : la zone d’Empúries, située beaucoup plus près du peuplement indigène de l’intérieur et mieux reliée grâce aux rivières de la zone, est déjà un marché avant l’arrivée des Grecs. Par contre, Roses, est située dans une zone marginale vis-à-vis de ce marché indigène précolonial et en plus, sur un terrain agricole pauvre comparé avec celui de la partie centrale et méridionale de la plaine empuritaine.

  • 1 La fondation de Peralada se situe dans le contexte de développement des contacts commerciaux entr (...)

6Ces mêmes motifs expliqueraient l’absence d’indices sur l’existence d’une localité indigène à Roses, dans cette période. L’habitat connu le plus proche est celui de Peralada, à 18 km vers l’intérieur, au nord-ouest de Roses. Il a été fondé vers la fin du VIe s. av. J.-C. 1, avec une phase de plénitude qui commence autour de 400. av. J.-C. (Llinàs et al. 1998, p. 43-52). Le site se trouve dans des terres agricoles fertiles et des pâturages, à proximité des réseaux terrestres qui traversent la plaine vers les passages montagneux et les plaines du sud de France (Martin, Puig 2001, p. 57, fig. 1).

7Par la suite et avant la fondation grecque, la colline de Roses pourrait avoir abrité une occupation indigène, si on tient compte du grand nombre de fragments ibériques trouvés en fouille. Ceux-ci présentent des pourcentages très supérieurs à ceux des importations, avec des chiffres semblables à ceux des localités ibériques de la zone. On n’a aucune donnée sur les structures de cet établissement, étant donné que la zone explorée est peu étendue et très affectée par l’occupation ultérieure. On a relevé seulement quelques trous de poteaux dans le substrat. Cet établissement devait vivre de la chasse et de la pêche dans les bassins et les zones de pâturage proches.

Période d’implantation. Phase 1 (375-350 av. J.-C.)

8La fondation de Rhodé doit se situer au début du premier quart du IV e s. av. J.-C., dans le cadre de la colonisation massaliète. Non seulement les sources écrites confirment cette colonisation, mais aussi les résultats des recherches archéologiques pratiquées sur le site notamment depuis quelques années.

9Si on fait une révision des sources écrites, en premier lieu, on doit mentionner le poème du Pseudo-Scymnos (202-9 M = GGM 1, p. 204). Bien que celui-ci fasse référence aussi à l’ancienne et discutée fondation rhodienne, il cite Rhodé parmi les colonies fondées par les Phocéens de Marseille : la première est Emporion, et la deuxième Rhodé. Une autre source intéressante sur les colonies fondées pendant le processus d’expansion de Massalia vers l’Ibérie est le fragment de la Géographie de Strabon (IV, 1, 5), comme le relève Maria José Pena (Pena 2006, p. 43-44). Ce texte qui n’avait pas été inclus jusqu’ici dans les sources qui mentionnent Rhodé doit être pris en compte. La raison est l’erreur de transcription occasionnée par un éditeur de Strabon du XIXe siècle, G. Kramer, lequel, en se basant sûrement sur le poème du Pseudo-Scymnos, a corrigé le texte Rhoe des manuscrits en Rhodanusia, quand en réalité il fallait lire Rhode. Cette Rhoe qui apparaît à l’ouest d’Agathe, coïncide avec l’emplacement de Rhodé.

  • 2 Marta Campo soutient, comme l’avait déjà démontré Leandro Villaronga (2000, p. 116-117), que les (...)

10Plusieurs auteurs se sont prononcés contre la fondation massaliète de Rhodé, comme dernièrement Jordi Principal-Ponce. L’auteur considère que si Rhodé était une fondation massaliète, il devrait y avoir davantage de preuves de relations entre les deux villes : présence de l’atelier de Rhodé à Massalia et d’amphores massaliètes à Rhodé au cours du IIIe s. av. J.-C., et circulation monétaire. Il affirme également que Rhodé frappe sa propre monnaie en suivant l’étalon punique (sic) 2, et, finalement, en assurant que le faciès céramique de Rhodé est plus proche de celui d’Emporion que de Marseille (Principal-Ponce 1998, p. 182-183). Dans ma thèse, récemment éditée (Puig 2006), j’ai pu démontrer exactement le contraire (fig. 59),

Fig. 59. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 1 (375-350 av. J.-C.).

Fig. 59. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 1 (375-350 av. J.-C.).

11Sur la fondation rhodienne, tirée des sources écrites, nous devons nous reporter à nouveau aux vers du Pseudo-Scymnos et aussi à Strabon, XIV 2, 10, qui écrit : « longtemps avant l’institution des Jeux Olympiques, ils naviguèrent loin de leur pays pour le salut de leurs concitoyens, jusqu’à atteindre l’Ibérie où il fondèrent Rhodos, plus tard occupée par les Massaliotes  » (Pena 2006, p. 42). Les deux sources ont été utilisées à plusieurs reprises pour soutenir une fondation ancienne de Rhodé dans un contexte antérieur au début du VIIIe s. av. J.-C. et plusieurs auteurs se sont déclarés en faveur de cette thèse, comme Maluquer de Motes. A l’absence d’éléments archéologiques, nous devons ajouter aujourd’hui la théorie, également défendue par María José Pena, que cette lointaine fondation serait le résultat d’une tradition littéraire, qui aurait sûrement été créée à Rhodes à l’époque hellénistique pour renforcer sa gloire. L’auteur pense que Strabon a pu connaître cette tradition dans l’île même et l’incorporer dans son texte. En plus, comme le note Pena, nous devons tenir compte du fait que le passage est sorti de son contexte, puisque dans le texte complet Rhodé fait partie d’un ensemble de trois villes, avec Parthenopé et Elpiae, sur lesquelles les études archéologiques modernes ont aussi démontré qu’elles ne sont pas d’origine rhodienne et qu’elles ne sont pas aussi anciennes (Pena 2000, p. 108-112). Domínguez Monedero est aussi partisan d’interpréter la fondation rhodienne comme une légende tardive, mais élaborée à Rhodé même, dans le but de donner du prestige à ses origines (Domínguez Monedero 1991, p. 21).

12Dans cette controverse sur les origines de Roses, il reste encore à mentionner les auteurs qui pensent que Rhodé serait une ville fondée par les Emporitains, qui dépendrait d’elle, sans territoire propre (Marcet, Sanmartí 1989, p. 9), jusqu’à son indépendance au IIIe s. av. J.-C. (Tremoleda 2000, p. 141-145). La source sur laquelle elle s’appuie cette hypothèse est le fragment de Strabon III, 4, 8 : « Là se trouve également Rhodos, petite cité des Emporitains, selon certains fondation rhodienne » (Pena 2006, p. 42). On croit que Rhodos polichnion Emporiton (polichnion = diminutif de petite ville, polichné) doit se comprendre dans un contexte historique plus récent, quand Rhodé est abandonnée par suite de l’occupation et du contrôle du territoire de la part des Romains. Nous devons tenir compte du fait que le texte de Strabon est daté de 17 ap. J.-C., date proche des événements qui mettent fin à la ville grecque de Rhodé à un moment où la domination de la civitas d’Empúries sur le territoire est un fait incontestable.

13Comme on peut le voir, très peu de sources littéraires anciennes nous parlent des origines de Roses et la confusion qu’elles ont générée a nourri nombreuses polémiques et rempli beaucoup de pages d’histoire, dans l’intention d’exalter la ville ou de la déprécier. Dans les deux cas, les résultats archéologiques n’ont pas été suffisamment pris en compte, parfois manipulés ou rejetés. Les sources ne peuvent pas être décontextualisées et il faut les analyser dans le contexte dans lequel elles ont été écrites, estimer de quelles autres sources elles sortent, quelles raisons peuvent les guider et, finalement, les comparer avec les autres éléments historiques et archéologiques dont on dispose.

14Nous croyons que la date de fondation de Rhodé coïncide avec la deuxième phase d’expansion de Massalia vers l’Ibérie, dans le même contexte qu’Agathé, bien que ni la date ni le motif pour lequel cette dernière devient une colonie massaliète ne soient du même ordre. Agde, selon André Nickels et Dominique García, est fondée vers 425 av. J.-C., sur l’emplacement d’un habitat indigène (Nickels 1981 ; Garcia 1995, p. 146-147). La raison de cet établissement est la défense contre les barbares de la vallée du Rhodanos. Comme le dit Michel Bats, il s’agit d’un poste avancé du territoire de Marseille, sur la ligne de frontière entre le domaine terrestre indigène et le domaine maritime grec (Bats 2004, p. 54). Nous ne pouvons pas penser que Roses ait été une fondation pour contrôler, au moins sous l’angle militaire, les Ibères de la zone.

15La fondation de Rhodé doit se comprendre dans le contexte de la projection commerciale de Massalia vers l’Occident, commencée environ deux siècles auparavant, avec la fondation d’Emporion. Il est probable qu’une des raisons était la volonté de récupérer l’accès au marché indigène de la zone, après l’éloignement d’Emporion qui devient une ville indépendante au cours du V e s. av. J.-C. Quelques auteurs retardent cette perte d’influence de Massalia sur le marché ibérique et la situent au IV e s. av. J.-C., quand Rhodé et Emporion se tournent vers un commerce plutôt régional avec le littoral ibérique et commencent à basculer dans l’orbite commerciale punique (Principal-Ponce 1998, p. 175). Nous ne pouvons pas appuyer cette hypothèse, puisque Roses se trouve encore dans sa phase initiale de fondation, tandis qu’Empúries a déjà quelques années de relations avec les marchés de la zone.

  • 3 Il est possible que l’habitat indigène qui aurait pu occuper le pied de la colline de Santa Maria (...)

16Massalia profite probablement de la position de Roses pour se rapprocher d’un territoire qui, depuis la fondation de l’oppidum ibérique de Peralada, doit déjà disposer d’un système productif agraire bien mieux organisé qu’au début du VIe s. av. J.-C. Nous croyons que la présence du village de Peralada et du territoire qu’elle gère et contrôle est un stimulant dans la fondation de Rhodé. À cette époque, Peralada atteint son apogée 3  : l’archéologie y a identifié de profonds remaniements dans l’habitat entre la fin du V e et début du IV e s. av. J.-C. (Llinàs et al. 1998, p. 45-52). Massalia veut profiter de cette situation et reproduire à Rhodé les modalités d’installation des Phocéens à Emporion : rapprochement avec les communautés indigènes, à la recherche d’intérêts communs et réciproques, communion qui débouche sur une profonde symbiose entre Grecs et indigènes (Rouillard 1999, p. 90-91).

17Apparemment, Massalia ne renonce pas à un marché qui peut être exploité dans des conditions de navigation très favorables et qui dispose d’un port naturel d’excellente qualité. Les courants maritimes et les vents sont deux éléments qui facilitent et favorisent la traversée du golfe du Lion vers le sud du Cap Creus. Cette accessibilité et la qualité de refuge pour les embarcations sont des conditions très appréciées dans l’antiquité (cf. pour la Léétanie à l’époque romaine Pere Izquierdo 1997, p. 13).

Période d’évolution. Phase 2 (350-325/300 av. J.-C.)

18Cette période est celle d’affirmation et de consolidation de l’habitat massaliète de Rhodé. À ces moments-là, l’occupation sur la colline de Santa Maria se fixe et s’affirme comme un noyau commercial contrôlé par Massalia. Les relations sont étroites, comme le démontre le matériel céramique. Les amphores massaliètes présentent des pourcentages très supérieurs à ceux des autres sites de la zone, et surpassent les autres importations, comme les puniques (fig. 60). Roses démarre également une production de céramique pour la consommation locale, qui s’assimile aux pâtes claires qui sont faites à Massalia.

19Bien que le faciès céramique de cette période soit clairement grec, l’élément ibérique est important. Le volume d’amphores et de vaisselles ibériques dénote des contacts intenses avec l’arrière-pays (fig. 60). Ces niveaux resteront et, même, augmenteront dans les phases postérieures, comme on le verra plus loin.

Fig. 60. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 2 (350-325/300 av. J.-C.).

Fig. 60. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 2 (350-325/300 av. J.-C.).

20À cette époque, Rhodé a une économie encore peu développée. Il s’agit d’un port secondaire, qui dépend du port principal qui est Massalia. Son rôle est celui de faciliter et de connecter le commerce grec de Massalia avec la zone ibérique proche, dans laquelle l’oppidum de Peralada joue un rôle important. Le principal moteur économique est, très probablement, l’excédent de céréales. On suppose que les voies terrestres de pénétration vers le territoire indigène suivront les anciens chemins qui entouraient l’étang disparu de Castelló, en parcourant des zones plus élevées et non inondées (fig. 48). On ne peut pas écarter une voie navigable à travers l’étang jusqu’au cours de la rivière la Muga, dont le débit devait être beaucoup plus important qu’aujourd’hui, comme le laisse entendre Aviénus (Ora Maritima p. 535-537).

21À ce point, nous nous demandons de quelle manière la fondation de Rhodé a pu affecter le contrôle d’Emporion sur le marché ibérique de la zone. Peut-on parler dès lors de zones d’influence ou de choras différenciées ? Quelle serait alors l’extension du domaine territorial de Rhodé ? Où se trouve la ligne de frontière avec la chora emporitaine ? Nous pensons que dans cette phase naît la chora de Roses, dont les limites coïncidaient probablement avec celles du territoire contrôlé par l’oppidum de Peralada.

  • 4 Roses fait partie du territoire médiéval de Peralada, également connu comme pagus petralatense ou (...)
  • 5 Ces limites territoriales ont été déjà commentées à la table ronde d’Ullastret de 2000 (Martín, P (...)

22À ce sujet, nous devons faire un saut dans le temps et observer les limites des pagus haut médiévaux d’Empúries et de Peralada 4. Nous pensons que ces démarcations du Haut Moyen Âge ont un fondement territorial et administratif ancien, qui coïncide avec les limites des choras d’Emporion et de Rhodé. En fait, les limites médiévales reproduisent une démarcation géographique naturelle, dont la frontière serait la rivière de la Muga. De la Muga vers le nord, jusqu’aux montagnes dans lesquelles s’ouvrent les passages vers les plaines des Sordicens s’étendrait le domaine de Rhodé 5, tandis qu’au sud, jusqu’au nord du massif des Gavarres, ce serait le domaine d’Emporion. Nous ne pouvons pas nier que ces limites aient déjà une origine à l’époque ibérique, contrôlées par les différentes tribus, sous la direction d’Ullastret, ville principale de ce territoire au moment de l’implantation des colonies grecques.

Période d’expansion. Phase 3 (325/300-195 av. J.-C.)

  • 6 Certains auteurs pensent que la ville manifeste une volonté précise de tourner le dos à Emporion. (...)

23À partir de la fin du IV e s. av. J.-C. Rhodé vit des changements substantiels qui aboutissent au fort développement économique de la ville au IIIe s. av. J.-C. C’est la période à laquelle les historiens sont d’accord pour situer le début du processus d’indépendance de Rhodé par rapport à Massalia 6 et son affirmation en tant que ville. Les fouilles récentes ont révélé un important remodelage urbain dans le secteur de l’ancien habitat de la colline de Santa Maria. Au point le plus élevé de la colline, les habitations sont remplacées par un grand bâtiment public, très probablement un temple. En même temps, en dehors de ce premier habitat, va s’édifier un quartier de nouvelle construction, le fameux « quartier hellénistique ». Son emplacement est proche des nouvelles constructions portuaires, situées au sud du quartier, en bordure de plage.

24Le quartier a un caractère artisanal marqué, puisqu’on y trouve les installations d’un véritable kerameikos, où l’on produit la céramique à vernis noir et à pâte claire des ateliers de Roses. Cette situation économique se renforce avec le début du processus de monétisation de l’ambiance d’affirmation et d’indépendance dans laquelle se trouve immergée la ville.

25Tels sont en résumé les principaux éléments qui caractérisent le passage de Rhodé d’établissement massaliète à ville indépendante. Mais, quelles sont les causes qui déterminent cette situation ? D’abord, nous devons considérer la perte d’intérêt de Massalia pour le marché ibérique de la zone ; la ville est alors tournée vers le marché italique et vers Rome, alliée contre la concurrence punique. Sur le site, les amphores massaliètes chutent brutalement en même temps que s’accroît la quantité d’amphore puniques, spécialement des ébusitaines (fig. 61).

Fig. 61. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 3 (325/300-195 av. J.-C.).

Fig. 61. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 3 (325/300-195 av. J.-C.).

26L’infrastructure portuaire qui se construit en limite du quartier hellénistique atteint une qualité et un volume de transactions que jusqu’à maintenant elle n’avait pas. Le port servait à l’exportation des céramiques à vernis noir. Ce n’est plus un port secondaire par rapport à Marseille et il accueille des bateaux par route directe, dont les chargements seront redistribués vers l’intérieur. Cela implique que la ville doit disposer d’une infrastructure humaine et du matériel de capacité suffisante, des installations pour le déchargement et l’embarquement, de magasins et de tout un personnel consacré à ces travaux.

27Marseille tourne le dos à Roses et celle-ci s’intègre dans le réseau commercial punique, favorisée par ses excellentes conditions portuaires et par sa connexion sur les routes de navigation. Selon Pere Izquierdo, le port de Roses comme celui d’Empúries sont très avantagés par leur position sur les routes qui se dirigent vers les îles Baléares, favorisées aussi par les vents et les courants maritimes. Cette condition favorise aussi le rôle redistributeur d’Eivissa vers les voies commerciales de la Méditerranée centrale et du monde punique du sud de la Péninsule, du nord de l’Afrique et de la côte de Llevant (Izquierdo 1996, p. 6-7). Plusieurs auteurs soutiennent le rôle important des commerçants ébusitains dans le commerce extérieur des colonies grecques de Rhodé et d’Emporion ; pour certains, les céramiques de Rhodé auraient été distribuées par ces agents vers le littoral ibérique. La découverte d’épaves chargées de vernis noir des ateliers de Roses en quelque point de cette route serait d’un grand intérêt pour connaître la relation entre le commerce de Rhodé et l’ébusitain.

28La majorité des découvertes de vernis noir se concentre dans la zone d’influence directe de Rhodé, celle du commerce intérieur. Celle-ci s’étend dans tout le territoire ibérique proche et arrive jusqu’au sud de la France ; la limite s’est établie dans les cours fluviaux de l’Aude et de l’Hérault, la frontière de l’Ibérie transpyrénéenne d’Aviénus. En relation avec ce commerce avec le territoire ibérique, de quelle façon la dynamique commerciale du port de Rhodé affecterait-elle celle d’Emporion ? Quelles seraient les relations entre ces deux ports et les autres ports de la Méditerranée, spécialement avec ceux de la zone punique ? Les transactions commerciales du port de Roses doivent être bien coordonnées avec celles d’Empuries. Il est possible qu’il ait existé une structure administrative bien organisée, qui serait utile pour éviter les conflits entre les deux villes.

29Jordi Principal-Ponce parle de “vínculos particulares y de obligada complementariedad”, d’une “estabilidad de relaciones bajo el signo de una aparente paridad, de colaboración más que de competencia, de unas relaciones al estilo foedus liga o confederación” (Principal-Ponce 1998, p. 181-183). Selon l’auteur, Emporion se réserverait le commerce intérieur et l’organisation d’un système de marchés pour favoriser les échanges avec les indigènes (grâce au meilleur accès vers l’arrière-pays ibérique), pendant que Roses s’occuperait de commercialiser et d’introduire ces biens dans les circuits commerciaux maritimes méditerranéens ou plutôt régionaux (grâce à la meilleure condition du port). L’hypothèse nous paraît excessive.

  • 7 Marta Campo a révisé à nouveau toute la production numismatique de Rhodé et elle est partisane de (...)
  • 8 Entre 300-270/260 av. J.-C. sont frappées quelques drachmes à la marque du trident, avec le rever (...)

30Un autre élément qu’il faut prendre en compte dans la croissance économique de Rhodé, comme nous l’avons déjà noté, est la frappe de monnaie. Dans la deuxième moitié du IV e s. et au IIIe s. av. J.-C., la colonie se sent déjà suffisamment développée pour produire et/ou avoir besoin d’un système monétaire 7. L’émission de la monnaie a été considérée comme un signe évident de splendeur économique, d’indépendance et d’affirmation et, même, de désir de se différencier des Emporitains, lesquels émettent leur propre monnaie. Les premières émissions sont d’excellente qualité, ce qui en renforce le prestige, et elles portent au droit la tête de la nymphe Aréthuse avec la légende rodeton et quelquefois des signes de différents de la frappe monétaire au revers la rose vue par-dessous 8. Les drachmes sont complétées par des fractions d’argent (un tritétartémorion, qui équivaut à 1/8 de drachme, et un trihémitétartémorion, qui équivaut à 1/16 de drachme) et quelques petites pièces en bronze. Ces dernières pourraient imiter celles de l’île de Rhodes, puisqu’elles portent au revers la rose de profil. Plus tard les fractions d’argent seront remplacées par des fractions en bronze, avec une typologie semblable à celle de la drachme, dont quelques-unes sont refrappées sur des bronzes carthaginoise de Sardaigne, datées vers 300-264 av. J.-C. (Jenkins 1969, n° 144-178).

31Un autre élément qui participe au processus de croissance de la ville est le facteur démographique. L’expansion urbaine qui marque Rhodé à partir de la fin du IV e s. av. J.-C est liée à un accroissement de population. Jordi Principal-Ponce pense qu’à ce moment-là arrive à Roses un groupe d’individus de culture hellénique, qui renforcent la colonie et vont créer les ateliers de céramiques et le quartier hellénistique (Principal-Ponce 1998). Nous ne pouvons pas exclure que des Grecs arrivent à Rhodé, mais nous ne pouvons pas admettre un deuxième groupe de colonisateurs, désireux de renforcer la ville. Faut-il penser à un nouveau groupe de Phocéens massaliètes ? alors même que Roses commence son processus d’indépendance  ? Cette hypothèse présente assurément des éléments contradictoires.

32Nous pensons que l’apport démographique doit être expliqué localement. Le début de la croissance de Rhodé coïncide avec le dépeuplement et l’abandon de l’oppidum de Peralada, vers 300 av. J.-C. Les archéologues qui ont travaillé dans le gisement croient que la fin de la localité est en rapport avec l’évolution historique des villes voisines d’Emporion et de Rhodé (Llinàs et al. 1998, p. 53-54). Si la population de l’oppidum se disperse, il est possible que ce fait-là produise une attraction et un déplacement d’habitants de Peralada vers Rhodé.

  • 9 Ce n’est pas pareil avec la vaisselle, car on la voit remplacée par les productions standardisées (...)

33En faveur de cette hypothèse, on observe que le volume d’amphores ibériques augmente de manière considérable 9 (fig. 62), ce qui pourrait être l’effet d’une augmentation de la population ibérique de la ville. Cette situation nous aidera à expliquer la position et les actions des Hispani de Rhodé lors de la révolte indigène de 195 av. J.-C., comme on le verra plus loin.

Fig. 62. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 4 (195 av. J.-C.).

Fig. 62. Pourcentages d’amphores et céramique pour la phase 4 (195 av. J.-C.).

34Cette période d’expansion couvre tout le IIIe s. av. J.-C. Au niveau archéologique, on ne détecte aucun élément de rupture ou de changement, mais une évolution continue. Les maisons continuent à être occupées, les ateliers continuent à produire et les niveaux d’importations restent dans les mêmes quantités, ce qui semble indiquer que le port de Roses continue avec le même volume de transactions. Un facteur a conduit quelques chercheurs à soupçonner qu’à partir de la deuxième moitié du siècle Roses pourrait entamer son déclin. Entre 240-230 av. J.-C. on a dit que la ville arrête d’émettre des drachmes et que l’autorité monétaire a des problèmes pour réussir à faire de nouvelles frappes. En fait, les dernières drachmes sont déjà de mauvaise qualité, avec un poids plus léger et les revers plus schématiques. Néanmoins, on sait que Roses ne renonce pas à la monnaie et qu’elle continue avec la frappe des bronzes, même avec des moyens très précaires, avec des coins vieillis et des pièces de mauvaise qualité (Campo 2006, p. 583).

35Dans ce contexte de la deuxième moitié du IIIe s. av. J.-C. l’incidence des Guerres Puniques sur les colonies grecques et les réseaux commerciaux établis dans secteur occidental de la Méditerranée a dû être pratiquement nulle. Les actions militaires entre Romains et Carthaginois ont lieu ailleurs. En fait, ni Rhodé ni Emporion n’améliorent leurs défenses jusqu’au dernier quart du IIIe s. av. J.-C., à la fin de la Deuxième Guerre Punique. Le changement se produira de manière plus immédiate à partir de l’implication directe d’Emporion comme ville alliée des Romains, quand elle accepte le débarquement de Scipion en 218 av. J.-C. Marcet et Sanmartí pensent qu’Emporion commence à perdre du poids économique à partir de l’application du traité de l’Ebre du 226 av. J.-C., quand on limite la souveraineté commerciale des Carthaginois sur cette frontière. Selon ces auteurs, la dépendance de Rhodé envers Emporion (qui distribuait les produits des ateliers de Rhodé) ferait que cette ville entre en décadence. Cela entraînerait l’arrêt des productions céramiques, puisque s’était déjà “perdut el pròsper mercat meridional que havia absorbit les seves produccions al segle III” (Marcet, Sanmartí 1989, p. 24).

36Nous ne pouvons pas accepter cette affirmation. Les dernières fouilles sur le site ont démontré que la production des ateliers de Rhodé continue au-delà de 226. Peut-être Rhodé voit-elle affectées ses relations commerciales avec la côte ibérique méridionale à cause du frein imposé aux Puniques, les supposés acteurs de la distribution de ces produits vers cette zone. La production des ateliers compte encore sur le marché qui génère le majeur volume de transactions : le territoire indigène proche.

37Rhodé n’arrête pas de produire et, en plus de ça, avec l’arrivée des modes imposées par les produits italiques, renouvelle ses produits en ajoutant à son répertoire des formes qui imitent les verres en céramique campanienne. L’arrivée de vernis noir italique à Rhodé est pratiquement nulle ; les quelques découvertes sont situées dans des niveaux postérieurs à l’abandon de la ville. Il n’en va pas de même pour les amphores gréco-italiques, présentes à Roses, mais sans concurrencer les amphores puniques (fig. 61).

38Dans cette période, la production de céréales de la zone continue pratiquement au même rythme. Les champs de silos qui sont connus dans le secteur de Peralada ne sont pas abandonnés avant la fin du IIIe s. av. J.-C. ou le début du IIe s. av. J.-C. (Llinàs et al. 1998, p. 87). Il en va de même pour l’établissement rural du Mas Castellar de Pontós (Pons et al., dans ce volume). Le changement du système de production et d’exploitation agraire du territoire ne se modifie qu’avec l’abandon des localités ibériques et l’entrée dans la romanisation.

39En conclusion, à la fin du IIIe s. av. J.-C. on ne peut pas parler ni d’une perte soudaine du pouvoir économique ni d’autonomie pour Rhodé (fig. 62). La nouvelle puissance romaine pèse, mais cela ne signifie pas un changement dans ces premières années. Rhodé et Empúries se débattent entre l’alliance avec Rome, qui représente un changement substantiel dans l’ordre économique établi, et leur position du côté des Puniques, qui les avait favorisées tout au long du siècle.

Période finale. Phase 4 (195 av. J.-C.)

40Quoique la résistance des populations indigènes contre la mise en place du système administratif romain ne soit pas aussi accusée dans nord-est de la Catalogne que dans le reste du territoire ibérique, l’opposition est évidente et effective à partir du débarquement du consul M. Porcius Caton à Emporion en 195 av. J.-C. Les actes de pillage et les attaques contre les Espagnols entraînent une fuite considérable de leurs localités et une grande dispersion, dont Rhodé sera aussi un exemple. Selon Tite-Live, XXXIV, 8, une des premières entreprises de Caton avant de débarquer à Emporion est la soumission des Espagnols qui étaient réfugiés à Roses : Inde Rhodam ventum et praesidium Hispanorum quod in castello erat vi deiectum. Ab Rhoda secundo vento Emporias perventum. Ces Hispani ne recevront pas le même traitement que ceux qui étaient réfugiés à Emporion. Les Emporitanos Hispanos se rendront à Caton, c’est pour cela qu’ils recevront de meilleurs traitements, comme le dit Tite-Live : “Caton, après s’être adressé à eux avec bonté, les réconforta avec du vin et des vivres et les renvoya chez eux” (Almagro 1951, p. 66).

  • 10 María José Pena remarque qu’Etienne de Byzance (VIe s. ap. J.-C.) mentionne Roses (Rhodoe) comme (...)

41À la différence d’Empúries, Roses répugne à se mettre du côté romain. Est-ce qu’il faut comprendre que le caractère dominant de Roses est plutôt indigène 10  ? Ou agit-elle de cette manière parce qu’elle voit en danger le rôle économique qu’elle avait joué au cours du IIIe s. av. J.-C. ? Quelle qu’en soit la raison, les événements de 195 av. J.-C. marquent la fin de Rhodé, en même temps et de la même manière que pour les oppida ibériques de la zone, notamment Ullastret.

42D’autres auteurs ont considéré que la fin de Rhodé aurait pu être le résultat d’une action d’Emporion pour annuler sa puissance économique ou d’Emporion/Massalia de façon conjointe, puisqu’elle représentait une menace pour leurs intérêts commerciaux dans les golfes de Roses et du Lion. Il faut remarquer que cette hypothèse implique que la puissance de Roses au début du IIe s. av. J.-C. serait encore assez considérable.

43Dans ce contexte de disparition de la ville, il nous faut revenir sur le passage de Strabon (III, 4, 8) qui désigne Roses (Rhodos) comme polichnion Emporiton « une petite ville des Emporitains ». Pour ce texte-là, il y a eu beaucoup de traductions partisanes : “Allí es troba la petita vila de Rhodé, els habitants de la qual procedeixen d’Emporion” (Marcet, Sanmartí 1989, p. 9). Strabon ne dit jamais que les habitants de Rhodé viennt d’Emporion, il dit seulement que Rhodé est une très petite ville des Emporitains. Évidemment, il ne fait pas référence à la Rhodé du IIIe s. av. J.-C. Le petit réduit qu’il mentionne doit être ce qui reste de la ville après l’expulsion des habitants par Caton en 195 av. J.-C. Il est possible que Rhodé fasse alors partie d’Emporion qui, grâce à sa condition d’alliée de la République romaine, devient un centre de premier ordre dans le territoire. Il semble que la zone d’ancrage du port de Roses fonctionne encore entre le IIe s. av. J.-C. et le Ier s. ap. J.-C. Des fouilles subaquatiques menées à bien dans cette zone ont démontré la présence de matériels céramiques de cette époque au fond de la mer. Selon Marcel Pujol, ces céramiques proviendraient des navires qui continuent à utiliser le port comme refuge ou comme port secondaire d’Emporion (Pujol 2002, p. 144-149), même si la ville de Rhodé n’est plus active. Il est possible que Rome ait donné le contrôle de Rhodé à Emporion comme châtiment à cause de sa position contraire et rebelle.

Bibliographie

Aquilué et al. 1999 : AQUILUÉ (X.), BURÉS (L.), BUXÓ (R.), CASTANYER (P.), ESTEBA (J.), FERNÁNDEZ DE LA REGUERA (A.), PONS (E.), SANTOS (M.), SOLÉ (J.), TREMOLEDA (J.) Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament precolonial a l’Empúries actual. Girona, Museu d’Arqueologia de CatalunyaEmpúries, 1999, p.339, (Monografies Emporitanes 9).

Almagro 1951 : ALMAGRO (M.) Las fuentes escritas referentes a Ampurias. Barcelone, 1951, p.399, (Monografies Emporitanes 1).

Bats 2004 : BATS (M.) Les colonies massaliètes de Gaule méridionale. Sources et modèles d’un urbanisme militaire aux IVe-IIIe s. av. J.-C. In : Augusta-Boularot (S.), Lafon (X) dir., Des Ibères aux Vénètes, Rome, 2004, p.476, (Collection de l’École Française de Rome 328), p.51-64.

Bolós, Hurtado 1999 : BOLÒS (J.), HURTADO (V.) – Atles dels comtats d’Empúries i Peralada (780-991). Barcelona, Rafael Dalmau éd., 1999, p.93.

Campo 2006 : CAMPO (M.) – La moneda a Rhode : producció i circulació. In : Puig (A.M.), Martín (A.) dir., La colònia grega de Rhode. Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, 2006, p.643 (Sèrie Monogràfica 24), p.575-583.

Domínguez 1990 : DOMINGUEZ (A.) La ciudad griega de Rhode en Iberia y la cuestión de su vinculación con Rodas. BAEAA, 28, 1990, p.13-25.
BAEAA : Boletín de la Asociación Española de Amigos de la Arqueología

Garcia 1995 : GARCIA (D.) Le territoire d’Agde grecque et l’occupation du sol en Languedoc central durant l’Age du fer. In : Arcelin (P.), Bats (M.), Garcia (D.), Marcvhand (G.), Schwaller (M.) dir., Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels. Paris/Lattes, Errance/A.D.A.M. éd., 1995, p.492 (Et. Massa. 4), p.137-167.

Guadan 1968-1970 : GUADAN (A.M. de) Las monedas de plata de Emporion y Rhode. Barcelone, 1968‑1970, (Anales y Boletin de los Museos de Arte de Barcelona, 12-13).

Izquierdo 1995 [1996] : IZQUIERDO (P.) Los condicionantes de la navegación en la antigüedad : una aproximación al caso de la Provincia Hispania Citerior mediterránea. In : Achútegui (J.J.) dir., I Simposio de Historia de las técnicas. La construcción naval y la navegación (1995), Santander, Universidad de Cantabria, 1996, p.299-306.

Izquierdo 1997 : IZQUIERDO (P.) Barcino i el seu litoral : una aproximació a les comunicacions marítimes d’època antiga a la Laietània. In : Roca (J.) dir., La formació del cinturó industrial de Barcelona. Barcelone, Institut Municipal d’Història-Proa, 1997, p.13-21.

Jenkins 1969 : JENKINS (G. K.) – Sylloge Nummorum Graecorum, The Royal Collection of Coins and Medals, Danish National Museum, North Africa, Syrtica‑Mauretania. Munksgaard‑Copenhage, 1969.

Llinàs et al. 1998 : LLINÀS (J.), MERINO (J.), MIRÓ (M.), MONTALBAN (C.), PALAHÍ (LL.), SAGRERA, (J.) La Peralada ibèrica i medieval segons l’arqueologia. Les excavacions de 1989 a 1995. Figueres, Institut d’Estudis Empordanesos, 1998, p.136, (Monografies Empordaneses 4).

Marcet, Sanmartí 1989 : MARCET (R.), SANMARTÍ (E.) – Empúries. Barcelone, Diputació de Barcelona, 1989.

Martín, Puig 2000 [2001] : MARTÍN (A.), PUIG (A.M.) Rhode i l’organització del territori de l’Alt Empordà. In : Martín (A.), Plana (R.) dir., Territori polític i territori rural durant l’edat del Ferro a la Mediterrània Occidental, Actes de la Taula Rodona d’Ullastret (2000), Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Ullastret, 2001, p.330, (Monografies d’Ullastret2), p. 53-68.

Nickels 1981 : NICKELS (A.) Recherches sur la topographie de la ville antique d’Agde (Hérault). DocAMérid, 4, 1981, p.29-50.

Nickels 1981 [1983] : NICKELS (A.) Les Grecs en Gaule : l’exemple du Languedoc. In : Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Actes du colloque de Cortone (1981). Pise-Rome, 1983, p.1164 (Collection de l’École Française de Rome 67), p.409-428.

Nieto 1997 : NIETO (X.) Le commerce de cabotage et de redistribution. In : Pomey (P.) dir., La navigation dans l’Antiquité. Aix-en-Provence, Édisud, 1997, p.146-159.

Pena 2000 : PENA (M.J.) EPI SWTHRIAI TWN ANQRWPWN, Encore sur la colonisation rhodienne de Rhodé. ZPE 133, 2000, p.109-112.
ZPE : Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik

Pena 2006 : PENA (M.J.) Las fuentes literarias sobre la colonia griega de Rhode (Iberia). In : Puig (A.M.), Martín (A.) dir., La colònia grega de Rhode.Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, 2006, p.643 (Sèrie Monogràfica 24), p.41-52.

Pons 2000 : PONS (E.) Pobles de muntanya, pobles d’aigua al Pirineu oriental (1100-650 aC). Figueres, Ajuntament de Roses/Àrea de Cultura, p.188, (Col·lecció Papers de Recerca 5).

Pons, Pautreau 1992 [1994] : PONS (E.), PAUTREAU (J.R.) La nécropole d’Anglès (la Selva, Girona, Espagne) et les relations atlàntique-méditerranée à travers les Pyrénées, au début de l’age du Fer. Colloque de l’Association française pour l’étude de l’Age du Fer 16 (1992), Bordeaux, Fédération Aquitania, 1994, p.459, (Aquitania 12), p.353-375.

Principal-Ponce 1998 : PRINCIPAL-PONCE (J.) – Las importaciones de vajilla fina de barníz negro en la Cataluña sur y occidental durante el siglo III aC. Comercio y dinámica de adquisición en las sociedades indígenas. Oxford, 1998 (BAR International Series 729).

Puig 1997 [1998] : PUIG (A.M.) La localització topogràfica de l’antic port de Rhode (Alt Empordà). In : Comerç i vies de comunicació (1000 aC-700 dC), XI Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà (1997). Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, 1997, p.450, p.115-123.

Puig 1998 : PUIG (A.M.) Aproximació cronològica a la muralla de Rhode. Una defensa en el límit est del nucli de Santa Maria. Empúries, 53, 1998, p.139-164.

Puig 2006 : PUIG (A.M.) Rhode. Caracterització del jaciment i dels seus tallers ceràmics. Universitat de Girona, http ://www.tesisenxarxa.net/TDX-0625107-143754/

Puig, Martín 2006 : PUIG (A.M.), MARTÍN (A.) La colònia grega de Rhode. Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona, 2006, p.643 (Sèrie Monogràfica 24).

Pujol 2002 : PUJOL (M.) L’ancoratge i el port de Rhode (Roses, Alt Empordà). Empúries, 53, p.131-154.

Rouillard 1995 [1999] : ROUILLARD (P.) Entre Marseille et Huelva. In : La colonisation grecque en Méditerranée occidentale, Rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet (1995). Rome, 1999 (Collection de l’École Française de Rome 251), p.83-92.

Ruiz de Arbulo 1984 : RUIZ DE ARBULO (J.) Emporion y Rhode. Dos asentamientos portuarios en el golfo de Rosas. Arqueologia espacial, 4, p.115-140.

Tremoleda 2000 : TREMOLEDA (J.) – L’època antiga. In : Gifre (P.) dir., Història de l’Alt Empordà. Girona, Diputació de Girona, 2000, p.903, p.111-231.

Villaronga 2000 : VILLARONGA (L.) – Les monedes de plata d’Emporion, Rhode i les seves imitacions. De principi del segle III aC fins a l’arribada dels romans, el 218 aC. Barcelone, Societat Catalana d’Estudis Numismàtics, Institut d’Estudis Catalans, 2000, p.254.

Notes

1 La fondation de Peralada se situe dans le contexte de développement des contacts commerciaux entre les populations ibériques et le noyau emporitain, probablement liée à la décision d’exploiter pleinement un territoire consacré à la culture des céréales et à l’exportation des excédents.

2 Marta Campo soutient, comme l’avait déjà démontré Leandro Villaronga (2000, p. 116-117), que les premières drachmes émises par Roses adoptent un poids établi à partir des oboles massaliètes, et elle y voit un argument en faveur d’une relation étroite entre Rhodé et Massalia (Campo 2006, p. 576).

3 Il est possible que l’habitat indigène qui aurait pu occuper le pied de la colline de Santa Maria ait été dans l’orbite de cet important oppidum ibérique.

4 Roses fait partie du territoire médiéval de Peralada, également connu comme pagus petralatense ou tononense. Ce nom dérive de stagnum Tonon par lequel les sources classiques désignent le bassin de Castelló.

5 Ces limites territoriales ont été déjà commentées à la table ronde d’Ullastret de 2000 (Martín, Puig 2001, p. 65-67). Bolós et Hurtado sont également partisans d’une coïncidence des territoires médiévaux d’Empúries et Peralada avec celui des anciennes colonies (Bolós, Hurtado 1999, p. 8).

6 Certains auteurs pensent que la ville manifeste une volonté précise de tourner le dos à Emporion. C’est alors qu’elle se tourne commercialement vers l’autre côté des Pyrénées, jusqu’à Agde, cherchant peut-être la protection de Marseille. C’est alors aussi qu’elle chercherait quelques lointaines origines rhodiennes pour donner du prestige à la ville et qu’elle fabriquerait la monnaie, qui permettrait son fort développement économique (Tremoleda 2000, p. 141-145).

7 Marta Campo a révisé à nouveau toute la production numismatique de Rhodé et elle est partisane de cette date (Campo 2006, p. 563-583). Leandro Villaronga avait proposé une date vers 300 av. J.-C. (Vilallonga 2000, p. 116-117), tandis que Guadan la situait quelques années plus tôt, vers 330/320 av. J.-C. (Guadan 1968-1970.

8 Entre 300-270/260 av. J.-C. sont frappées quelques drachmes à la marque du trident, avec le revers plus simple encore avec la rose vue par-dessus, et qui se complètent avec des bronzes de la même typologie. Dans les années centrales du IIIe s. av. J.-C. (c. 260 – c. 240-230 av. J.-C.), s’émettraient quelques nouvelles drachmes, maintenant sans marque (semblables aux drachmes au cheval arrêté d’Emporion) avec un revers très simplifié, et quelques nouveaux coins, avec un droit similaire à celui des premières émissions, mais plus petites (Campo 2006, p. 563-583).

9 Ce n’est pas pareil avec la vaisselle, car on la voit remplacée par les productions standardisées des ateliers de Roses.

10 María José Pena remarque qu’Etienne de Byzance (VIe s. ap. J.-C.) mentionne Roses (Rhodoe) comme une ville indicète (Pena 2006, p. 42).

Auteur

Anna Maria Puig Griessenberger

Archéologue-conservatrice de l’Espace Culturel La Ciutadella, Avd. de Roses, s.n., E - 17480 ROSES (Catalogne) <amp.griessenberger@wanadoo.es>