Quelle archéologie préventive pour l’espace montagnard ? Pratiques et enjeux dans l’Arc alpin et le département des Hautes-Alpes

Preventive archaeology in moutain environments? Practices and issues in the Alps and the “Hautes-Alpes” County

Xavier Margarit et Carine Deal

Résumé

Les espaces de moyenne et surtout de haute montagne connaissent un développement récent des recherches et des découvertes archéologiques, mais demeurent presque toujours en marge de l’archéologie préventive. Cette situation paradoxale pose la question de la nature et de l’impact des travaux en zone d’altitude et de l’intérêt de leur suivi archéologique. Dans cette perspective a été réalisé un bilan typologique et méthodologique centré sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (France), et plus particulièrement sur le département des Hautes-Alpes. Il a permis de mettre en évidence un certain nombre de caractéristiques qui motivent l’adaptation et le développement d’une archéologie préventive spécifiquement dévolue au milieu montagnard.

01/06/2010

01/06/2013

1L’archéologie préventive a considérablement contribué ces vingt dernières années au développement de nos connaissances scientifiques, de façon néanmoins inégale selon les secteurs géographiques considérés. Ainsi, en France, cet essor, principalement conditionné par le facteur économique de l’aménagement du territoire, a-t-il surtout concerné les noyaux urbains et les secteurs de plaines périphériques ou situés sur les axes de circulation, au détriment, par exemple, des zones de montagnes. Parallèlement, sous l’impulsion de recherches archéologiques programmées, ont été récemment mis en évidence de nombreux témoignages d’occupations du milieu montagnard, pour des périodes et des secteurs encore mal ou jamais documentés. Ce double constat, d’un milieu montagnard à la fois potentiellement riche en sites et néanmoins peu investi par l’archéologie préventive, pose donc la question de l’impact des travaux en zone d’altitude, et de la pertinence de leur suivi archéologique.

2Dans cette perspective, a été engagé un bilan typologique et méthodologique centré sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et plus particulièrement le département des Hautes-Alpes. Ainsi, ont été respectivement analysés dans ce cadre, la nature des sites, les types de travaux d’aménagement, et, à une échelle plus large, les politiques d’archéologie préventive en vigueur fondées notamment sur le concept réglementaire de « zonage archéologique ». Il ressort de cette étude un certain nombre de caractéristiques qui motivent l’adaptation et le développement d’une archéologie préventive spécifiquement dévolue au milieu montagnard.

1. La montagne, milieu spécifique, archéologie spécifique

1.1. Un espace archéologique marginal ?

3L’espace montagnard, principalement caractérisé par son altitude et l’ampleur de son dénivelé, concerne différents ensembles topographiques circonscrits en massifs, et hiérarchisés en étages, qui couvrent, respectivement, 20 % et 25 % des territoires français et européen. Dans son acception large, il est notamment constitué de sommets, de versants, de plateaux et de vallées, auxquels s’attachent différentes spécificités naturelles, notamment climatiques, parfois rigoureuses. Ces particularités ont largement influencé les modalités de circulation, d’occupation ou d’exploitation de ces territoires.

4Eu égard à l’histoire de ces peuplements, on rappellera que, dès le xixes., la découverte et l’exploitation de sites montagnards, en l’occurrence lacustres, ont joué un rôle fondamental dans le développement de l’archéologie comme discipline scientifique (Coye 1998, p. 193). Pourtant, à l’exception de fonds de vallées et de certains sites emblématiques, comme par exemple ceux de roches gravées du Mont Bégo ou du Valcamonica (De Lumley 1995), force est de constater que, jusqu’à la fin du xxs., l’archéologie programmée a relativement peu investi les secteurs montagneux. Plus précisément, et selon un ratio quantitatif inversement proportionnel au développement de l’altitude, elle s’est davantage attachée à l’étude des plaines, des plateaux et des vallées plutôt qu’à celle des versants et des sommets. Ce désintérêt de l’archéologie pour les zones de haut et de très hauts reliefs, a concerné, tant, le milieu forestier, considéré lui-même encore récemment comme archéologiquement peu attractif, que les espaces de prairie et de pelouse alpine. Cette désaffection résulte de la perception particulière de ces milieux, réputés, à tort, à la fois comme peu favorables à l’occupation et comme inadaptés à la conservation des sites en raison de leur déclivité. En somme, si de vastes zones d’altitude ont été assimilées à des déserts archéologiques, c’est en raison, d’une part, de l’absence présumée de sites, et d’autre part de l’idée d’une probable destruction de ceux qui y aurait malgré tout été implantés. Ce constat d’une désaffection traditionnelle pour l’archéologie de moyenne et de haute montagne jusqu’à la fin du xxs., résulte donc davantage d’une lacune de la recherche plutôt que de l’absence avérée de sites.

1.2. Les acquis récents de l’archéologie programmée

  • 1 Alpis Graia, Archéologie sans frontières au Col du Petit Saint-Bernard.
  • 2 Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire.
  • 3 GDR JurAlp, Du climat à l’Homme. Dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes.
  • 4 Projet collectif de recherche « Occupation du sol et pastoralisme de la Préhistoire au Moyen Âge da (...)

5Au-delà des aspects précédemment évoqués, la prise en compte des territoires de montagne dans les problématiques archéologiques est relativement récente. Elle s’est appuyée, tant depuis les années 1970 et 1980 sur l’étude de sites spécifiques, que depuis les années 1990 et 2000 sur la multiplication et le développement de projets de recherche pluridisciplinaires et de prospections. Ainsi peut-on citer, pour les Alpes, les exemples du colloque d’Aoste1 en 2006, des programmes CIRCALP 2, JurAlp 3, et d’étude sur l’Ubaye (Garcia 2007), ou sur le pastoralisme alpin4(Leveau 2008). Les recherches de terrains, pour leur part, ont permis la mise au jour d’une documentation inédite considérable dans de nombreux massifs, tel que les Alpes (Mocci et al. 2005), les Pyrénées (Carozza et al. 2005), ou le Massif Central (Miras et al. 2006). Ainsi, de 1998 à 2005, 260 sites ont, par exemple, été recensés entre 1 600m et 2 700m d’altitude, dans le cadre des prospections des massifs du Champsaur et de l’Argentièrois (Hautes-Alpes, Walsh et al. 2005).

6Bien que les problématiques ayant présidé à ces travaux soient diversifiées, notamment en fonction des périodes ou des régions considérées, on y retrouve des thèmes récurrents, qui constituent des spécificités de l’archéologie de montagne. Parmi ceux-ci, notamment, l’art rupestre, l’archéologie minière ou relative à l’exploitation des ressources naturelles, et l’archéologie agropastorale. Dans la plupart des cas, cependant, ces recherches participent à l’étude des interactions culturelles ou économiques, voire paléo-environnementales, entre différents territoires. Ainsi, la montagne, entité géomorphologique ou paysagère parmi d’autres, participe-t-elle à la compréhension des espaces qui lui sont périphériques.

7Sous l’impulsion de ces travaux ont donc été découverts de nombreux sites d’altitude, qui constituent un apport à la fois quantitatif et qualitatif. Ces résultats comblent des lacunes sur des secteurs encore mal ou jamais documentés, et concernent, d’une façon générale, toutes les périodes depuis la Préhistoire. Ils montrent également que la montagne peut être un secteur d’étude privilégié, notamment pour l’exploitation du milieu naturel. Ils présentent également des spécificités sur la forme et les modalités d’implantation. Ainsi, convient-il de noter, par exemple, une certaine propension à l’utilisation de la technique de la pierre sèche pour les structures agropastorales. Quant aux logiques d’implantation, on notera une certaine prédilection pour l’occupation des zones de replat et de moindre déclivité (Walsh et al. 2005, p. 28), voire celle en situation d’abri sous roche. Enfin, ces sites présentent des formes caractéristiques, qui résultent des processus taphonomiques propres à ces milieux montagnards. Outre la relative rareté des mobiliers céramiques ou ostéologiques recueillis lors des fouilles ou des prospections, on constate, en effet, que les stratigraphies y sont naturellement très peu développées, et que les structurations archéologiques sont, de ce fait, souvent perceptibles en simple affleurement, voire en relief ou en microrelief (fig.1). Ces différents aspects, dont cette assez bonne perception des structures en surface, fait de cet environnement de prairies d’altitudes et de pelouse alpine un milieu archéologique spécifique : à la fois dégagé comme en plaine, mais relativement conservateur d’élévations, comme en foret. Ainsi, par la mise en évidence de nombreux témoignages de fréquentations, d’occupations et d’exploitations, l’archéologie programmée a-t-elle permis de renouveler notre vision de ce milieu montagnard.

Fig. 1. Freissinières (Hautes-Alpes) : structures agropastorales d’altitudes en pierre sèche (X. Margarit 2005).

Fig. 1. Freissinières (Hautes-Alpes) : structures agropastorales d’altitudes en pierre sèche (X. Margarit 2005).

1.3. La particularité des buttes d’empierrements

8Caractéristique de nombreux milieux ruraux et agricoles, et donc également d’un certain nombre de secteurs de montagne, les buttes d’empierrements, autrement qualifiées de pierriers, de clapiers ou de murgers, correspondent à des accumulations anthropiques de pierres (fig.2). Ces structures, rarement isolées, de formes et de tailles variées, généralement linéaires, subcirculaires ou oblongues, mesurent plusieurs mètres, voire plusieurs dizaines de mètres de dimensions (fig.3). Parfois abusivement assimilées à des tumulus, elles correspondent plus généralement à des tas d’épierrement de champ, et à l’aménagement de limites parcellaires agropastorales dont la datation est malaisée.

Fig. 2. Réallon (Hautes-Alpes) : buttes d’empierrements, ou « clapiers », en milieu rural d’altitude (X. Margarit 2006).

Fig. 2. Réallon (Hautes-Alpes) : buttes d’empierrements, ou « clapiers », en milieu rural d’altitude (X. Margarit 2006).

9Pourtant, de nombreuses découvertes de vestiges ou de structure archéologique en leur sein témoignent de la complexité et de la diversité du phénomène. Certaines de ces buttes correspondent assurément, à l’origine, à des ruines archéologiques de bâtiments, comme par exemple sur les sites haut-alpins, respectivement gallo-romain et médiéval, du Clapier des Monge à Baratier et du Prieuré Saint-Laurent à Barret-sur-Méouge (fig.4). Elles constituent, d’ailleurs, dans ces cas comme dans d’autres, des milieux particulièrement favorables à la conservation des murs en élévations.

Fig. 4. Barret-sur-Méouge (Hautes-Alpes) : mise en évidence de murs médiévaux de l’église du prieuré Saint-Laurent, lors du dégagement intempestif d’une butte d’empierrement à l’occasion de travaux ruraux (M.-P. Estienne 2005).

Fig. 4. Barret-sur-Méouge (Hautes-Alpes) : mise en évidence de murs médiévaux de l’église du prieuré Saint-Laurent, lors du dégagement intempestif d’une butte d’empierrement à l’occasion de travaux ruraux (M.-P. Estienne 2005).

10Le phénomène de buttes d’empierrement, correspond donc a des réalités vraisemblablement très diverses, voire mixtes, de périodes variées, pour partie récentes et stériles, et pour partie archéologiques. Cette problématique d’étude demeure peu investie par l’archéologie programmée en raison des importants moyens de terrassement nécessaires à l’investigation de ces structures. En revanche, compte tenu de leur démantèlement fréquent dans le cadre de travaux ruraux (fig.3), comme réserves naturelles de pierre pour la réalisation de dalles de fondation en béton, ces buttes d’empierrement constituent des objets d’étude particulièrement adaptés à l’archéologie préventive.

2. Les politiques d’archéologie préventives

11Réalisée dans un cadre réglementaire préalablement aux travaux d’aménagement du territoire, l’archéologie préventive a largement contribué, depuis la fin du XXe s., au développement de nos connaissances scientifiques. En 1992, la convention de Malte, relative à la protection du patrimoine archéologique, en a constitué un jalon fondamental au niveau européen. En France, depuis la création en 1974 de l’association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan), l’archéologie préventive a été principalement structurée par le décret du 5février 1986, relatif à sa prise en compte dans le cadre des procédures d’urbanisme, et surtout par la loi du 17janvier 2001. Cette dernière, qui a fait l’objet de modifications ultérieures, a notamment permis d’en préciser le cadre financier et opérationnel, notamment par la création de l’institut national de recherche en archéologie préventive (Inrap).

  • 5 Services régionaux de l’archéologie, des Directions régionales des affaires culturelles.

12Ainsi, les opérations d’archéologie préventive sont réalisées, en France, par une première phase de détection, dite de diagnostic, et une éventuelle seconde phase d’étude, dite de fouille. Elles sont prescrites par les services du Ministère de la Culture5, sur la base de l’instruction de dossiers ­d’urbanismes, eux-mêmes transmis en fonction de seuils de superficies des travaux projetés. Ces seuils s’inscrivent principalement dans le cadre de « zones de présomption de prescription », communément qualifiées de « zonages archéologiques » (fig.5).

Fig. 5. Plan des communes (en jaune) des départements alpins de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ayant fait l’objet d’un arrêté de zones de présomption de prescription archéologique ou « zonage » en 2007 (de haut en bas, les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, et les Alpes-Maritimes). À l’exception de certains secteurs de vallées, les massifs montagneux sont peu intégrés à ce système de transmission de dossiers de travaux.

Fig. 5. Plan des communes (en jaune) des départements alpins de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ayant fait l’objet d’un arrêté de zones de présomption de prescription archéologique ou « zonage » en 2007 (de haut en bas, les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, et les Alpes-Maritimes). À l’exception de certains secteurs de vallées, les massifs montagneux sont peu intégrés à ce système de transmission de dossiers de travaux.

13Ce sont donc ces zones, définies le plus souvent en fonction de la présence avérée ou supposée de sites, ou en raison d’une pression particulière de l’aménagement, qui constituent un rouage essentiel de l’exercice de l’archéologie préventive nationale. Leur analyse permet donc de dégager un certain nombre de tendances sur les orientations locales ou régionales du développement de cette archéologie préalable aux travaux.

14La définition des zonages présente un certain nombre de disparités régionales qui tiennent davantage à des distinctions méthodologiques dans l’exercice des missions, plutôt qu’à de réelles discordances dans l’application de la loi de 2001. Ainsi, selon que le tri des dossiers d’urbanisme soit réalisé en amont ou en aval de la chaîne administrative, le zonage ne concerne que quelques communes du département montagneux du Cantal (Auvergne), un nombre plus important de celles de Haute-Savoie (Rhône-Alpes) et des Hautes-Alpes (Provence-Alpes-Côte d’Azur), et la totalité de celles du département des Vosges (Lorraine).

15Par ailleurs, au niveau national, les zonages sont plus spécialement développés sur les centres villes anciens et d’une façon générale sur les grandes communes urbaines, en raison de la double densité, de vestiges et de travaux, que celles-ci concentrent. Les secteurs ruraux sont également concernés, mais prioritairement sur les axes de passage naturels. L’exemple du département des Hautes-Alpes, pour lequel le zonage reprend le tracé de la vallée de la Durance, voie de circulation privilégiée, illustre bien ce dernier point (fig.5). À l’inverse, dans les Hautes-Alpes comme dans la plupart des autres départements d’altitude, les massifs montagneux se dessinent en négatif, comme contournés mais peu concernés par les zonages d’archéologie préventive (fig.5). Pourtant, si les travaux en montagne sont moins nombreux qu’en plaine, ils présentent pourtant des caractéristiques d’implantations et d’impacts qui légitiment leur suivi spécifique.

3. Le département des Hautes-Alpes et les spécificités des travaux d’aménagement de montagne

  • 6 Nous remercions particulièrement Patrice Cea et Alain Mars (agents du Conseil général des Hautes-Al (...)

16Les aménagements de l’espace montagnard ont une spécificité que nous proposons d’analyser dans le département des Hautes-Alpes6. Il s’agit de comprendre quels types de travaux peuvent avoir un impact sur le sous-sol, de spécifier leur étendue et leur localisation, et de faire le parallèle nécessaire avec les informations offertes par les résultats de la recherche programmée sur les sites d’altitude.

3.1. Un département montagnard

  • 7 Chiffre au 1er janvier 2009.
  • 8 39 136 habitants à Gap, 11 851 à Briançon, et 6 700 à Embrun.

17Les Hautes-Alpes sont le département le plus haut de France, avec une altitude variant entre 430m (vallée du Buëch) et 4 102m d’altitude (Barre des Écrins). Un tiers de son territoire se trouve au-dessus de 2 000 m, et son réseau routier est le plus élevé du pays. Il est peu peuplé (130 752 habitants)7 et la densité de population y est faible ; 22 habitants au km2 contre 112 de moyenne pour la France métropolitaine. On compte trois agglomérations principales : Gap, Briançon et Embrun8. Un petit nombre de communes autour de Gap voient leur population s’accroître particulièrement ces dernières années ; ainsi Veynes compte aujourd’hui 3 204 habitants.

  • 9 Moins d’une par an.

18L’examen de ces chiffres appelle deux remarques. Il apparaît, d’une part, que la population haute-alpine nécessite moins d’infrastructures, de moindre superficie, que dans des départements plus densément peuplés. Ainsi très peu de Zones d’aménagements concertés (ZAC) o nt été réalisées ces dernières années dans les Hautes-Alpes9, alors qu’en raison de leurs vastes étendues, les dossiers de ce type sont toujours susceptibles de faire l’objet d’une prescription d’archéologie préventive. D’autre part, tous les aménagements sont nécessairement guidés par les contraintes du relief. La commune de Gap rencontre des difficultés révélatrices de cette problématique d’aménagement : comment fluidifier le trafic routier dans le centre, lorsque la construction d’une déviation est rendue malaisée en raison des hauteurs entourant la ville ?

  • 10 80 % du PIB des Hautes-Alpes provient du tourisme.
  • 11 Il s’agit des collèges de la Bâtie-Neuve et de Tallard, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée (...)

19Ces constats préliminaires pourraient laisser penser que l’archéologie préventive a un rôle moindre à jouer dans l’espace montagnard en raison d’aménagements plus rares ou a plus faible impact sur le sous-sol. Pourtant deux raisons principales montrent qu’une telle conclusion serait trop hâtive. La première est directement liée à l’activité touristique, qui tient une place essentielle dans l’économie du département10. En effet celui-ci voit saisonnièrement sa population fortement augmenter, en particulier pour la pratique des sports d’hiver. L’affluence de ces touristes implique la construction de logements, de structures d’accueil et de loisirs, l’aménagement et la sécurisation des routes, ainsi que l’aménagement des domaines skiables (fig.6). La seconde concerne la population permanente. Le développement économique du département et l’augmentation progressive de sa population demandent de nouveaux aménagements. La construction de deux collèges périurbains autour de Gap11 en est l’exemple le plus récent. Parallèlement à ces constats, il convient de mentionner le désenclavement du département par l’amélioration du réseau routier.

Fig. 6. Les Orres (Hautes-Alpes) : exemple d’infrastructures touristiques aménagées sur un secteur d’altitude de moindre déclivité (X. Margarit 2008).

Fig. 6. Les Orres (Hautes-Alpes) : exemple d’infrastructures touristiques aménagées sur un secteur d’altitude de moindre déclivité (X. Margarit 2008).

3.2. Des infrastructures liées à l’activité touristique et aux sports d’hiver

20L’analyse des types d’ouvrages construits en altitude, et de leurs lieux d’implantation, permet d’évaluer leur éventuel impact sur le sous-sol. Les stations de sports d’hiver, qui comprennent le domaine skiable (ensemble des pistes et des remontées mécaniques) et la station proprement dite (hébergements, commerces, etc.) constituent de ce point de vue des infrastructures à la fois représentatives et privilégiées. Si l’on connaît l’impact géo-écologique de ces travaux, en revanche, l’étude des effets sur les vestiges archéologiques n’en est qu’aux prémices.

  • 12 Cf. notamment Palet-Martinez 2003 ; 2004 ; 2005 ; Py 2006 ; Walsh, Mocci 2003, 2004, 2006.
  • 13 Cf. notamment Ricou 2006et Rossi 2003.
  • 14 Cf. notamment Ancel 2007 ; Barge 2003 ; Rostan 2003 ; 2005 ; Py 2006 ; Rostan, Thirault 2007.

21L’aménagement des domaines skiables comprend principalement la construction de télésièges et de retenues d’eau. L’établissement d’un télésiège nécessite d’effectuer une coupe de bois sur un tracé correspondant à l’implantation des pylônes, entre une gare de départ et d’arrivée à chaque extrémité. Ces dernières sont installées sur des replats naturels, ou demandent un terrassement plus ou moins important. Dans un cas comme dans l’autre des vestiges archéologiques sont susceptibles d’être affectés, puisque d’après les résultats de l’archéologie programmée12ceux-ci sont présents sur les replats ou à une très faible profondeur. Il faut mentionner aussi la vulnérabilité des vestiges archéologiques liés à la roche, gravures13, mais aussi traces d’exploitation minières et carrières14. Outre ces zones directement concernées par des travaux, il ne faut pas négliger la circulation de gros engins de construction sur des pistes d’accès aménagées spécifiquement dans ce but. Tout vestige présent en surface est donc dans ce cas aussi susceptible d’être détruit. Par contre, l’installation des pylônes semble avoir peu d’impact sur le sous-sol : les creusements effectués sur des zones de pente sont ponctuels et de faible surface. Quant à la création de nouvelles pistes, elle peut nécessiter des terrassements importants, qui peuvent donc avoir les mêmes effets que l’installation des gares, avec notamment des destructions de buttes naturelles pour la cohérence du tracé. Enfin, les pistes déjà existantes peuvent faire l’objet de réaménagements afin de faciliter le travail des dameuses et maintenir la neige au sol plus longtemps ; ce sont des travaux d’aplanissement, de concassage et de drainage, dont il nous est difficile de mesurer l’impact.

  • 15 Le levage des éléments du Télémix du Drouvet a été effectué par héliportage, ce qui a donc limité l (...)

22La prise en compte de l’ensemble de ces travaux est encore d’actualité, puisque nous sommes dans un contexte où grandes et petites stations de ski sont toujours dans une perspective d’améliorer, agrandir et moderniser leurs tracés et leurs accès. Depuis quelques années, les Hautes-Alpes, comme d’autres départements, remplacent ainsi leurs infrastructures parfois devenues vétustes pour des remontées mécaniques appelées Télémix. Ces dispositifs, qui ont la particularité d’allier télésièges et cabines, demandent entre autres de rectifier les tracés, d’agrandir les zones de gares de départ et d’arrivée, et nécessitent l’accès d’engins de construction de plus en plus imposants, avec des effets sur le patrimoine archéologique qu’il nous est désormais possible d’appréhender. Par exemple, dans la vallée de la Guisane, la grande station de Serre Chevalier (1 200-2 830 m d’altitude) s’est équipée en 2006 de trois nouveaux télésièges, a revu son aménagement en terme de neiges de culture et a fait l’objet de création de nouvelles pistes connexes à un remodelage des autres tracés. L’hiver 2008-2009 a vu l’ouverture d’un nouveau Télémix, dont les vingt-trois pylônes se répartissent sur un tracé de 2,8km. D’autre part, à Orcières (1 174-3 117 m d’altitude), l’année 2008 a vu le démontage de trois télésièges pour l’installation d’un nouveau Télémix (Drouvet 1)15 ; ces travaux ont engendré un terrassement de 25 000m3. Un premier Télémix (Drouvet 2) avait été installé dans la station en 2005.

  • 16 Pour donner un aperçu de l’ampleur du phénomène, remarquons qu’à la station des Orres (1 650-2 720 (...)

23Le deuxième type d’aménagement lié aux stations de sports d’hiver concerne la construction des retenues d’eau (fig.7). Celles-ci, appelées aussi réserves collinaires, constituent une réponse au réchauffement climatique, par la fabrication de neige artificielle, afin de prolonger les débuts et fins de saisons16. Elles se multiplient ces dernières années, et ont un impact déjà bien connu (Hassid 2004) sur le milieu naturel, ainsi que potentiellement important sur le patrimoine archéologique.

Fig. 7. Chaillol (Hautes-Alpes) : lac artificiel de retenue d’eau, ou réserve collinaire, relatif à la fabrication de neige artificielle pour les stations de sport d’hiver (C. Deal 2008).

Fig. 7. Chaillol (Hautes-Alpes) : lac artificiel de retenue d’eau, ou réserve collinaire, relatif à la fabrication de neige artificielle pour les stations de sport d’hiver (C. Deal 2008).
  • 17 Il s’agit, dans l’ordre, de la réserve collinaire du Grand-Bornand (Haute-Savoie), et de celle de l (...)

24Ces réserves sont en effet des lacs artificiels, souvent rectilignes ou ovales, qui nécessitent, d’une part, un emplacement en un endroit plat, et d’autre part le plus en altitude possible, afin de faciliter la circulation de l’eau par gravité. L’implantation d’une future réserve collinaire demande donc de trouver un moyen terme entre ces deux contraintes topographiques. Force est de constater que la recherche d’un replat naturel pour une installation en altitude n’est pas un fait nouveau, et qu’un aménagement de ce type est susceptible de recouvrir, d’endommager ou de détruire des établissements humains antérieurs. Le décaissement nécessaire à ces constructions varie selon l’importance de la réserve, les volumes sont donc très variables. Par exemple, la réserve collinaire construite à Molines-en-Queyras en 2007 a une profondeur d’environ 15m et un volume de 22 000m3. Il s’agit d’une construction aux dimensions relativement modestes, comparées aux plus grandes réserves de France17 dont le volume atteint les 300 000m3 et 400 000m3.

25Un dernier type d’aménagement en altitude, lié aussi à l’activité touristique, est la réalisation de structures d’accueil dans les stations. Le souci de diversification des activités hivernales engendre, en effet, l’installation d’équipements nouveaux. Ainsi un vaste programme d’équipements destiné aux activités de l’après-ski a été inauguré en 2008 aux Orres (1 650-2 720 m d’altitude) ; celui-ci représente plusieurs milliers de mètres carrés d’aménagement et comprend la construction d’une patinoire, d’une salle de spectacles de six cents places et une zone de résidences de tourisme (ZAC) avec la construction de deux mille cinq cents nouveaux lits.

26Dans les zones d’altitude, les travaux d’équipement des domaines skiables comportent donc des aménagements sur des secteurs topographiques correspondant eux-mêmes à ceux de certains sites archéologiques : travaux sur les zones planes, d’occupation privilégiés, mais aussi sur les zones de pentes avec un bouleversement possible des vestiges affleurant.

3.3. Aspects administratifs et réglementaires des travaux en altitude

  • 18 Code de l’urbanisme : version consolidée du 6 août 2008, Livre IV, Titre VII, Chapitre II, Section (...)
  • 19 Articles L.-311-1 et 312-1 du code forestier.
  • 20 Loi n° 92-3 du 3 janvier 1992.
  • 21 La procédure administrative d’autorisation des Unités touristiques nouvelles a pour cadre l’instruc (...)
  • 22 Cf. Blaise et al. 2003, p.26.

27La spécificité des aménagements de domaines skiables fait référence à des applications réglementaires spécifiques. Ainsi la construction de remontées mécaniques nécessite la réalisation d’un dossier d’autorisation d’exécution des travaux18, demande qui est soumise au Préfet. Les coupes et abattages d’arbres consécutifs à la préparation des pistes relèvent du code forestier19. Pour la construction de réserves collinaires, est constitué un dossier Loi sur l’eau20, transmis en Préfecture. L’installation de ces réserves s’accompagne de la construction de postes de conduite pour alimenter ces réserves et d’adductions, lesquelles ne font pas l’objet de demandes spécifiques, sauf dans le cas d’une protection patrimoniale de la zone concernée. Enfin, le droit de l’urbanisme en montagne règle, désormais de manière précise21, un certain nombre d’aménagements liés à l’accueil touristique. Ceux-ci nécessitent la création d’Unités touristiques nouvelles (UTN) qui sont soumises à une étude d’impact (Blaise et al. 2003). Aménagements de pistes et parkings par exemple, devraient donc faire l’objet d’une consultation réglementaire auprès des Services régionaux de l’archéologie du Ministère de la Culture. Néanmoins, en 2003, une mission interministérielle a révélé des problèmes de mise en pratique de la loi, en l’absence de document intermédiaire d’application, et les « pratiques d’évitement de la procédure et donc de contournement de la loi »22.

  • 23 Avec la collaboration de Pierre Rostan.

28Comme l’illustre les exemples de zonages précédemment évoqués, les conditions de transmission des dossiers d’aménagement conformes code du patrimoine peuvent paraître parfois peu adaptées à la spécificité des zones de relief. Aussi, l’application scrupuleuse des réglementations particulières liées à la montagne devrait permettre une meilleure prise en compte de la surveillance archéologique des travaux d’altitude23.

4. Conclusion

29Le constat d’une archéologie préventive relativement peu développée dans l’espace montagnard, voire quasi absente des zones de relief de moyenne et de haute montagne, est d’autant plus déconcertante, qu’une analyse précise de ce milieu témoigne d’un intéressant potentiel. Les sites et vestiges archéologiques y sont en effet nombreux, et les travaux d’aménagements destructifs, bien que moins abondant que dans les zones de plaine, peuvent y être néanmoins relativement extensifs. Ces travaux, plus qu’ailleurs, ont même la particularité de rechercher des configurations de terrain qui les font vraisemblablement se superposer à certains sites archéologiques. En outre, de part leur faible enfouissement, voire leur conservation en relief ou en microrelief, les sites d’altitude présentent une grande fragilité qui les rend particulièrement sensibles à de faibles impacts. Pour l’ensemble de ces raisons, il nous paraît important de développer le suivi archéologique des travaux d’altitude, en ciblant notamment de grands travaux à vocation touristique. Dans le département des Hautes-Alpes, où un travail de signalement a déjà été ponctuellement engagé avec le Parc National des Écrins et sur la commune de Molines en Queyras, cette démarche doit être appelée a se développer, notamment pour les aménagements liés au domaine skiable, selon une méthodologie de reconnaissance de terrain par prospection préalable. Tout comme l’archéologie programmée, avec laquelle elle doit être d’ailleurs complémentaire, l’archéologie préventive doit en effet pouvoir développer son champ de compétence au bénéfice de notre connaissance de l’espace montagnard.

Bibliographie

Ancel 2007 : ANCEL (B.) – L’Argentière-la-Bessée, Mines d’argent du Fournel. Bilan scientifique régional 2006 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2007, p. 54.

Barge 2003 : BARGE (H.) – Saint-Véran, Mine de cuivre des Clausis. Bilan scientifique régional 2002 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2003, p. 45.

Blaise et al. 2003 : BLAISE (L.), WAUTERS (A.), ROUSSEAU (B.), Rapport sur l’adaptation de la procédure des unités touristiques nouvelles, février 2003, (IGE/01/031, CGPC n° 2001-0164-01).

Carozza et al. 2005 : CAROZZA (L.), GALOP (D.), MAREMBERT (F.), MONNA (F.) – Quel statut pour les espaces de montagne durant l’âge du Bronze ? regards croisés sur les approches société-environnement dans les Pyrénées occidentales. Documents d’Archéologie Méridionale, 28, 2005, p. 7-23.

Coye 1998 : COYE (N.) – La Préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris, L’Harmattan, Histoire des sciences humaines, 340 p.

De Lumley 1995 : De Lumley (H.) – Le grandiose et le sacré. Gravures rupestres protohistoriques et historiques de la région du Mont Bégo. Nice, Éditions Edisud, 1995.

Garcia 2007 : GARCIA (D.) – Archéologie de la vallée de l’Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence, France) : premiers résultats d’un Projet Collectif de Recherche.). Preistoria Alpina, 42, 2007, p. 23-48.

Hassid 2004 : HASSID (M.-J.) – Gestion de la ressource en eau et contrainte touristique en montagne : alimenter et entretenir le manteau neigeux, 2004.

Leveau 2008 : LEVEAU (P.) – Le pastoralisme dans les Alpes, de l’identité à la constitution des savoirs. In : Jospin (dir.), Premiers bergers des Alpes, de la Préhistoire à l’Antiquité. Grenoble, 2008, catalogue d’exposition du Musée Dauphinois, p. 15-21.

Miras et al. 2006 : MIRAS (Y.), SURMELY (F.), VANNIERE (B.), WALTER-SIMONET (A.-V.), TZORTZIS (S.) – Dynamiques d’occupation et histoire de l’environnement d’un terroir de moyenne montagne : La Tourbière de Peyre (Lacapelle-Barrès, Cantal, Massif Central) et ses alentours. Premiers résultats. In : Miras (Y.), Surmely (F.) dir., Environnement et peuplement de la moyenne montagne du tardiglaciaire à nos jours. Actes de la Table ronde internationale de Pierrefort (Cantal) juin 2003. Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, 210 p.

Mocci et al. 2005 : MOCCI (F.), PALET-MARTINEZ (J.), SEGARD (M.), TZORTZIS (S.), WALSH (K.) – Peuplement, pastoralisme et modes d’exploitation de la moyenne et haute montagne depuis la Préhistoire dans le Parc National des Écrins (vallées du Haut-Champsaur et de Freissinières, Hautes-Alpes). In : BOUET (A.), VERDIN (F.) dir. – Territoires et paysages de l’âge du Fer au Moyen Âge, Mélanges offerts à Ph. Leveau. Université de Bordeaux III, éd. Ausonius, 16, 2005, 218 p.

Palet-Martinez 2003 : Palet-Martinez (J.-P.) – Archéologie et pastoralisme dans le Haut-Champsaur, Bilan scientifique régional 2002 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2003, p. 52.

Palet-Martinez 2004 : Palet-Martinez (J.-P.) – Archéologie pastorale dans le Champsaur, Parc National des Ecrins. Bilan scientifique régional 2003 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2004, p. 51-52.

Palet-Martinez 2005 : Palet-Martinez (J.-P.) – Archéologie pastorale dans le Champsaur, Parc National des Ecrins. Bilan scientifique régional 2004 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2005, p. 66-67.

Py 2006a : PY (V.) – Freissinières, Les Mines métalliques de Faravel et de Fangeas. Bilan scientifique régional 2005 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2006, p. 39.

Py 2006b : PY (V.) – Freissinières, structures agropastorales de Fangeas. Bilan scientifique régional 2005 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2006, p. 58.

Ricou 2006 : RICOU (F.) – Ancelle, Faudon. Bilan scientifique régional 2005 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2006, p. 49.

Rossi 2003 : ROSSI (M.) – Molines-en-Queyras, Vallon du Longis. Bilan scientifique régional 2002 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2003, p. 40.

Rostan 2003 : ROSTAN (P.) – La Grave, Cristallières, anciennes exploitations de cristaux de quartz hyalin. Bilan scientifique régional 2002 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2003, p. 39.

Rostan 2005 : ROSTAN (P.) – La Grave et Villar-d’Arêne, anciennes exploitation de cristaux du quartz hyalin dans la haute Romanche. Bilan scientifique régional 2004 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2005, p. 68-69.

Rostan, Thirault 2007 : ROSTAN (P.), THIRAULT (E.) – La Grave, Plateau d’Emparis. Bilan scientifique régional 2006 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2007, p. 64.

Walsh et al.2005 : WALSH (K.), MOCCI (F.), COURT-PICON (M.), TZORTZIS (S.), PALET-MARTINEZ (J.-M.) – Dynamique du peuplement et activités agropastorales durant l’âge du Bronze dans les massifs du Haut-Champsaur et de l’Argentierois (Hautes-Alpes). Documents d’Archéologie méridionale, 28, 2005, p. 25-44.

Walsh, Mocci 2003 : WALSH (K.), MOCCI (F.) – Freissinières, Vallée de Chichin. Bilan scientifique régional 2002 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2003, p. 37-38.

Walsh, Mocci 2004 : WALSH (K.), MOCCI (F.) – Freissinières, Vallée de Chichin. Bilan scientifique régional 2003 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2004, p. 38-41.

Walsh, Mocci 2006 : WALSH (K.), MOCCI (F.) – Haute vallée d’Entre-les-Aygues (Vallouise) et Haute vallée du Fournel (L’Argentière-la-Bessée), Parc National des Écrins. Bilan scientifique régional 2005 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC-SRA, 2006, p. 66-67.

Notes

1 Alpis Graia, Archéologie sans frontières au Col du Petit Saint-Bernard.

2 Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire.

3 GDR JurAlp, Du climat à l’Homme. Dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes.

4 Projet collectif de recherche « Occupation du sol et pastoralisme de la Préhistoire au Moyen Âge dans le sud du massif alpin ».

5 Services régionaux de l’archéologie, des Directions régionales des affaires culturelles.

6 Nous remercions particulièrement Patrice Cea et Alain Mars (agents du Conseil général des Hautes-Alpes, AD-DE Tourisme) pour les explications et détails techniques donnés sur ces aménagements.

7 Chiffre au 1er janvier 2009.

8 39 136 habitants à Gap, 11 851 à Briançon, et 6 700 à Embrun.

9 Moins d’une par an.

10 80 % du PIB des Hautes-Alpes provient du tourisme.

11 Il s’agit des collèges de la Bâtie-Neuve et de Tallard, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée scolaire de septembre 2009.

12 Cf. notamment Palet-Martinez 2003 ; 2004 ; 2005 ; Py 2006 ; Walsh, Mocci 2003, 2004, 2006.

13 Cf. notamment Ricou 2006et Rossi 2003.

14 Cf. notamment Ancel 2007 ; Barge 2003 ; Rostan 2003 ; 2005 ; Py 2006 ; Rostan, Thirault 2007.

15 Le levage des éléments du Télémix du Drouvet a été effectué par héliportage, ce qui a donc limité le passage des gros engins sur les pentes.

16 Pour donner un aperçu de l’ampleur du phénomène, remarquons qu’à la station des Orres (1 650-2 720 m d’altitude), l’enneigement artificiel représente 60 % du domaine skiable.

17 Il s’agit, dans l’ordre, de la réserve collinaire du Grand-Bornand (Haute-Savoie), et de celle de la station des Arcs à Bourg-Saint-Maurice (Savoie) mise en service pour l’hiver 2008-2009.

18 Code de l’urbanisme : version consolidée du 6 août 2008, Livre IV, Titre VII, Chapitre II, Section I, articles R472-1 à R472-13

19 Articles L.-311-1 et 312-1 du code forestier.

20 Loi n° 92-3 du 3 janvier 1992.

21 La procédure administrative d’autorisation des Unités touristiques nouvelles a pour cadre l’instruction interministérielle du 4 janvier 1977. Cf. les articles L145-3 et L145-9 du code de l’urbanisme. Le décret d’application date du 22 décembre 2006 : décret n° 2006-1683 relatif à l’urbanisme en montagne et modifiant le code de l’urbanisme.

22 Cf. Blaise et al. 2003, p.26.

23 Avec la collaboration de Pierre Rostan.

Auteurs

Xavier Margarit

Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Service Régional de l’Archéologie, Aix en Provence et Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (LAMPEA), UMR 6636 CNRS – Université de Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Carine Deal

Conseil Général des Hautes-Alpes, Musée Muséum Départemental